Vous êtes sur la page 1sur 34

CONSTRUCTIONS CIVILES B3

Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Séquence 2

CALCUL DES FONDATIONS - SEMELLES

IDEES PRINCIPALES IDEES DEVELOPPEES

EXEMPLES DE ETUDES DE CAS


CALCUL

RETO UR AU PL AN GENERAL

CNAM de Basse-Normandie
Reproduction et diffusion interdites sans l’accord de l’auteur
1/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Séquence 2

IDEES PRINCIPALES

Retour au plan

OBJECTIFS: Il s'agit de déterminer les fondations superficielles par semelles filantes ou isolées

dans les cas courants.

PLAN DE L'ETUDE: I) LES FONDATIONS SUPERFICIELLES

II) DESCENTES DE CHARGES


III) DIMENSIONNEMENT
IV) CALCUL DES ARMATURES
V) SEMELLES AVEC CHARGES EXCENTREES
VI) DESSIN DES FONDATIONS

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 2/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Séquence 2

COURS

Retour au plan

I) LES FONDATIONS SUPERFICIELLES

a) - définitions -
Les fondations superficielles sont définies par opposition aux fondations profondes. Les fondations
profondes sont les fondations par pieux ou par puits: ce sont avant tout des fondations pour lesquelles la
largeur est inférieure au 1/6 de la hauteur d'encastrement, lorsque celle-ci est supérieure à 3 m.
Une fondation qui ne répond pas à ces critères est considérée comme superficielle.

a ' en m
0,5 1,0 1,5 2,0
0

1 Fondations superficielles

2
Fondations profondes: se
3
reporter au DTU 13.2 et aux
4 normes particulières.

5
p
6

a' p en m

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 3/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

b) - différentes fondations superficielles -


Les fondations superficielles se répartissent en deux grandes familles:
 les radiers: ils ne sont pas étudiés ici. Ils seront étudiés par la suite.
 les semelles: Ce sont de simples élargissements de la base d'un mur ou d'un poteau pour
répartir la charge correspondante sur une surface de sol suffisante.

c) - différentes formes de semelles -


On distingue deux familles de semelles, en prenant en compte leur largeur.
 les semelles rigides :
• pour terrain courant homogène
• charge moyenne
• calcul par la méthode des bielles
• rupture par cisaillement ou poinçonnement de la partie centrale

 les semelles larges ou souples :


• pour terrain hétérogène de faible résistance ou pour de fortes charges
• calcul en poutre console
• disposition rare, à éviter
• peuvent être renforcées par :
•• un libage (semelle en T)
•• ou un glacis (semelle trapézoïdale)

aa
<3 aa
a'<3a

Proportions
pr opor courantes
t i ons cour ant es

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 4/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

aa

aa
a>
' >3a3a

il libage
bage gl
aci
s lacis

semel l en
Semelle e en
T T semel l trapézoïdale
Semelle e t r apézoï dal e

d) - documents de référence –

Précis de Bâtiment (AFNOR/NATHAN)


Maîtrise du BAEL 91 (Perchat et Roux, édité chez EYROLLES)
Norme NF P 06 001 : Charges d'exploitation
Norme NF P 06 004 : Charges permanentes
DTU 13.11 : Fondations superficielles CCT et CCS
DTU 13.12 : Règles pour le calcul des fondations superficielles
DTU 20.11 : Murs enterrés en sous-sol.
BAEL : Article B.9

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 5/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

II) DESCENTE DE CHARGES

a) - but -
On calcule la charge ultime supportée par la semelle.
La neige n'est pas prise en compte.
La combinaison d'actions à considérer est la suivante
( BAEL 99 Art. B.9.2):

Nu = 1,35
⋅ +G ⋅1 50
, QB
Lorsque l'action du vent est importante (rarement) on est amené à considérer les combinaisons d'actions
suivantes:
Nu = 1,35
⋅ +G ⋅1+50
, QB W
Nu = 1,35⋅ +G 1⋅ 50
,+ W 1 3, 0 QB avec 0 = 0,77
Nu = G + 1,50 ⋅ W

b) - méthodes de calcul -

Il s'agit de "peser" le bâtiment.

ère
 1 méthode: on peut calculer le poidstotal et admettre qu'il serépartit uniformément sur
la fondation. C'est un cas simple et rarement utilisé.

ème
 2 méthode: on peut modéliser la structure et calculer les actions aux appuis, méthode
complexe qui s'applique bien aux bâtimentsossaturés (avec des portiques).

ème
 3 méthode: C'est la méthode généralement utilisée:
• on découpe le bâtiment en zones représentatives,
• on "descend" les charges sur 1,00 m. de largeur de mur ou sur un poteau sans se

préoccuper de la continuité des éléments sauf de manière forfaitaire pour les poteaux.
On peut appliquer la loi de dégression des charges selon la normeNF P 06 001 (voir annexe 1).

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 6/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

III) DIMENSIONNEMENT DES SEMELLES

a) - contrainte de calcul du sol -


La résistance du sol est donnée dans le rapport de sol ou le CCTP par sa
contrainte ultime de rupture

q u exprimée en Pa . Dans les cas courants (charge centrée, tassements différentiels faibles) on en déduit
qu
la contrainte de calcul à l'état limite ultime: qc = .
2
Nota 1: certains rapports de sol ne tiennent pas compte duDTU 13.12 publié en Mars 1988 et
fournissent encore la contrainte admissible du sol (appelée aussi taux de travail du sol ou encore

capacité portante du sol) S exprimée en Pa ou en bar . Dans ce cas on peut prendre comme

contrainte de calcul: qc = 1,35 ⋅ S

Dans les calculs q c est toujours exprimée en Pa

b) - semelle sous mur (semelle filante) –

D'une manière générale, quelle que soit la forme de la semelle, il y a trois dimensions à déterminer pour
définir la géométrie de la semelle.

 Longueur: Une semelle sous un mur, appelée aussi semelle filante, est calculée pour une
longueur de 1,00 mètre.

 Largeur: Lorsqu'on connaît la charge apportée par le mur et la contrainte de calcul du sol,
on détermine la largeur de la semelle par une relation du type :
effort normal
contrainte du sol ≥
surface

soit en considérant une longueur de mur et de semelle deb' = 1,00 m: qc ≥ Nu = Nu


a '⋅b' a'

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 7/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Nu
soit encore: a' ≥ .
qc
• pour N u en N et q c en Pa , a ' est exprimé en m .
• pour N u en k et q c en Pa , a ' est exprimé en mm .

On prendra toujours a ' ≥ 400 mm , c'est la largeur minimale d'un godet.

 Hauteur : ( DTU 13.12, Annexes 1 et 2)


• Cas des semelles massives sans armature transversale :
Une semelle continue sous mur peut ne pas comporter d'armature transversale si :
•• le mur transmet à la semelle une charge verticale, uniforme et centrée,

•• h ≥ a '− a ou bien h ≥ 2 ⋅ d0

aa ddo
ddo
0
0

avec : a: largeur du voile


a' : largeur de la semelle
armatures longitudinales
ar mat ur es l ongi t udi nal es
hh d0 : débord de la semelle

aa''

• Cas des semelles rigides :


On appelle semelle rigide une semelle pour laquelle:

( a '− a ) d0
≤ d ≤ a '− a ou encore ≤ d ≤ 2 ⋅ d0
4 2
avec en complément des annotations précédentes:

d: hauteur utile
h − d = 30 à 50 mm : enrobage

Nota 2: Quelles que soient les conditions de fissuration, les bureau d'études prévoient généralement
un enrobage de 50 mm . C'est cette valeur que l'on retiendra dans tous nos calculs.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 8/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

2d
2d
d d/ 2 a
a ddo
0
2

semel l e
h
massi ar
sans vem. t r . dd h

aa''
semel l erigide
semelle r i gi de

• Cas des semelles souples :

Les semelles souples ( d 0 ≥ 2 ⋅ d ) ne sont pas étudiées dans ce cours.


c) - semelle sous un poteau –
 Dimensions horizontales : les dimensions horizontales des semelles sous poteau sont
représentées par les symboles a ' et b' avec b' ≤ a ' .
Nu Nu Nu
On calcule la surface de la semelle à partir de la relation: qc ≥ = soit S = a '⋅b' ≥
S a '⋅b' qc
Si le poteau est carré ou rond on en déduita ' .

Nota 3: Sous un poteau rond il est plus facile de prévoir une semelle carrée qu'une semelle
circulaire, on prend alors a =∅ du poteau.

Si le poteau est rectangulaire la semelle peut être :

homothétique ou à débord égal

b b'
= a' = a + 2 x et b' = b + 2
a a'
a
a''
a'
a'
a a
x
x
bb'' bb b'
b'
bb
xx

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 9/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Les calculs sont conduits en théorie avec des semelles à débords homothétiques (méthode des bielles).
Cependant, dès que la longueur du poteau est supérieure à trois fois sa largeur, la semelle devient
disproportionnée, exagérément longue par rapport à sa largeur. Il est préférable de choisir alors des débords
égaux.

On connaît S , a et b . Il faut calculer a ' et b' dans chaque cas :

Semellehomothétique Semelleàdébordégal
(utilisationgénérale) (utilisationplusrare)

S = a '⋅b' S = a '⋅b'
b b' a b
= ⇔ a' = b' et b' = a'
a a' b a a' = a + 2 x et b' = b + 2
a b⋅S b Nu Nu
S = ⋅ b' 2 ⇔ b ' = = ⋅ S a = x( +b 2)(⋅x + ) = 2
b a a qc qc

équation du second degré dont x est l'inconnue et


dont seule la racine positive doit être retenue

 Dimensions verticales
Comme pour une semelle sous mur on doit avoir :

(a '−a ) (b'−b)
≤ d ≤ a '− a mais aussi ≤ d ≤ b '− b avec b' ≤ a '
4 4

 (a 'a− ) b b( ' −) aa( ' ) −


soit: d ≥Max  ; = et d ≤ mina[(−a' ( ' = b)−b (]' )
);b b−
 4 4  4
( a '− a )
soit: ≤ d ≤ (b'−b)
4
On choisit généralement pour d la valeur la plus proche dea , arrondi au multiple de 5 cm supérieur.
La hauteur réelle de la semelle sera : h d = cm
+5
Cette hauteur minimale devra être contrôlée et, au besoin, corrigée pour respecter les conditions d'enrobage

supérieur des aciers.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 10/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

d) - vérifications des semelles –

 vérification de la contrainte réelle du sol


:

Les calculs précédents nous ont conduit à des dimensions de semelle pour lesquelles on n'a pas tenu
compte ni du poids propre de la semelle ni du poids propre des terres de remblai. Ces valeurs n'étant pas
négligeables, il convient de vérifier que lacontrainte réelle du sol sol au niveau de la surface d'appui de

la semelle reste inférieure à la contrainte de calcul q c , soit:

sol ≤ qc
Nu + 1,35 ⋅ (G0 + G1 )
avec =
sol
a '⋅b'
où G0 est le poids de la semelle

G1 est le poids propre du remblai

 condition de non-poinçonnement

• Cas général
Dans le cas de semelles sur sol donnant lieu à des contraintes de sol relativement élevées
( sol > 0,6 Pa ) sous l'effet de charges localisées, il faut vérifier le comportement de la semelle vis à vis
a '− a
du poinçonnement. Cette vérification est inutile si: h≥
2
 a 2 ⋅ b2 
On appelle Pu' la charge poinçonnante: Pu' = [ N+u 1⋅ ,35+ (G0 − G1 )1] 
 a '⋅b'
La condition de non-poinçonnement s'écrit 
( BAEL 99 Art. A.5.2,42):

f cj
Pu' ≤ 0,045 ⋅ uc ⋅ h ⋅ avec uc = 2 ⋅ (a1 + b1 )
b

avec: a1 = a+h a2 = a + 2h

b1 = b+h b2 = b + 2h ⇒ u c
= ⋅2a +h( b+ h+ =)a( b h+ +)2 2
• Cas des semelles filantes
A priori la condition de non-poinçonnement ne s'applique pas, la charge ne pouvant pas être considérée
comme localisée. On peut cependant faire la vérification en prenant:b = b=' b=
b 1 = 2 m 1,00 .

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 11/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

• Cas des semelles isolées rectangulaires


Dans ce cas la condition devient:

 ( a + h2)( b⋅ )h + 2  f cj
[ N+ 1⋅ ,35+
u (G0 − G1 )1]
 a '⋅b'
≤

,⋅
009 + (+a b⋅2⋅ h h)
b

Au cas où la condition de non-poinçonnement n'est pas vérifiée, il faut augmenter la hauteur h de la


semelle.

IV) CALCULS DES ARMATURES

Dans le cas de charges centrées, le règlement ( BAEL 99 Art. B.9.3) autorise et préconise l'utilisation de
la méthode des bielles pour la détermination des ferraillages des semelles filantes ou isolées à condition que
les dimensions soient homothétiques.

a) - cas des semelles filantes –


Les armatures sont de 2 types :

 Armatures transversales : placées en travers de la semelle. Pour une semelle rigide on


calcule les armatures transversales par la méthode des bielles.
• Effort de traction
On considère que les efforts provenant du mur sont transmis au sol par l'intermédiaire de bielles de béton
obliques et équilibrées par les armatures. Ces bielles ont leur srcineen A, intersection deBC avec l'axe du
mur.
a
y
Nu A
bi el l e de bét on
compr i mée B
dR
d ho
dF dT
C
Ar mat ur e t endue D O E x
x dx
a' q

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 12/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Soit un élément de semelle de largeur dx et de longueur unité, situé à la distance de l'axe Oy . Le sol
exerceuneactionélémentaire: dR =q c ⋅ 1dx

Nu Nu
Or qc = donc dR = ⋅ dx .
a' a'

On peut projeter dR sur AE et Ox en : dF qui comprime la bielle de béton


dT qui tend l'armature.
En comparant les triangles semblables O
( EA et dR , dT ) on obtient :
dT x Nu
= soit dT = ⋅ x ⋅ dx
dR h0 a '⋅h0
a'
En intégrant de 0 à on obtient l'effort de traction dans l'armature :
2
a' a' Nu N u ⋅ a'
T = ∫0 2 dT = ∫0 2
⋅ x ⋅ dx =
a '⋅h0 8 ⋅ h0

La hauteur h0 n'est pas évidente à évaluer. Les triangles ACO et BCD sont homothétiques, on peut donc

écrire: a ' 2 =( ' a) − a 2 ⇒ a' = a 'd−a


h0 d h0
N u ⋅ ( a '− a )
D'où l'effort de traction dans les armatures: T =
8⋅d
• Section des armatures transversales

1,00
On peut donc calculer la section des armatures à mettre en place sur m de longueur de semelle:

T N u ⋅ ( a '− a )
Ast = soit Ast =
f su 8 ⋅ d ⋅ f su
• Bien que les calculs ne donnent pas de sections minimales, en pratique on utilise les
ferraillages minimaux suivants:
•• diamètre minimum: 8 mm
•• espacement maximum: 33 cm soient 3 aciers par m.
• Arrêt des barres
Les armatures sont normalement terminées par des crochets normalisés, cependant certains cas permettent
d'utiliser des ancrages droits. On peut donc distinguer trois cas de figures en fonction des valeurs des

longueurs de scellement droit l s et de la largeur de la semelle a ' .

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 13/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Rappel: les longueurs de scellement droit (ou ancrages rectilignes) sont données dans le règlement
( BAEL 91-99 Art. A.6.1,22).
Les ancrages courbes sont définis dans le règlement en BAEL 91-99 Art.6.1,25.

a'
•• ls > ⇒ ancrage par crochets normalisés
4
a' a'
•• ≤ ls ≤ ⇒ ancrage rectiligne sur toute la largeur de la semelle
8 4
a'
•• ls < ⇒ deux possibilités:
8
••• ancrage rectiligne une barre sur deux sur toute la largeur de la
semelle, la suivante de longueur 0,71 ⋅ a ' , axée.

••• ancrage rectiligne de toutes les barres de longueur 0,86 ⋅ a ' ,

prolongées alternativement jusqu'au bord de la semelle d'un coté et de l'autre.


D'autre part il ne faut pas oublier les amorces des aciers du mur qui doivent être descendues au moins
jusqu'à la nappe inférieure de la semelle.

 Armatures longitudinales: Ce sont des armatures de répartition définies forfaitairement:


( DTU 13.12, Art. 2.5.3)

A 
Asl ≥ Max  st ; A f  avec au minimum 3 barres, où A f prend l'une des valeurs suivantes:
 4 
A f = 3,0 cm² pour des aciers doux

A f = 2,0 cm² pour des HA Fe E 400

A f = 1,6 cm² pour des HA Fe E 500 (Ce sont ces aciers qui sont couramment utilisés)

Pour les grandes longueurs, les barres successives doivent avoir un recouvrement d'au minimum
35 ∅ . Il
faut assurer la continuité dans les angles.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 14/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

b) - cas des semelles isolées –

Les armatures sont "transversales" dans les 2 directions.

 Semelle carrée : chaque nappe se calcule par la relation précédente sans se préoccuper
de la différence des valeurs ded .

 Semelle rectangulaire : on calcule les armatures dans chaque sens (avecb' ≤ a ' ).
N u ⋅ ( a '− a )
• armatures parallèles au sens a Asta = (armatures principales)
8 ⋅ d a ⋅ f su

N u ⋅ (b'−b) (∅ a + ∅b )
• armatures parallèles au sens b Astb = avec db = da −
8 ⋅ d b ⋅ f su 2

En pratique on ne connaît pas ∅ b puisque Astb n'est pas encore connue, on prendra donc: d b ≈ d a − ∅a

Les aciers Asta sont toujours placés en nappe inférieure parallèlement au grand cotéa (rappel: a ≥ b
et a ' ≥ b' ).

 Arrêt des barres


Les armatures sont normalement terminées par des crochets normalisés, cependant certains cas permettent
d'utiliser des ancrages droits. On peut donc distinguer deux cas de figures en fonction des valeurs des
longueurs de scellement droit l s et de la largeur de la semelle a ' .

Rappel: les longueurs de scellement droit (ou ancrages rectilignes) sont donnés dans le règlement (
BAEL 91-99 Art. A.6.1,22).
Les ancrages courbes sont définis dans le règlement en BAEL 91-99 Art.6.1,25.

• ls > a4' ⇒ ancrage par crochets normalisés

a'
• ls ≤ ⇒ ancrage rectiligne sur toute la largeur de la semelle
4
Les conditions sont similaires dans le sens b.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 15/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

D'autre part il ne faut pas oublier les amorces des aciers du poteauqui doivent être descendues au moins
jusqu'à la nappe inférieure de la semelle dans le cas d'une charge centrée, et avec un retour horizontal de
35 ∅ , dans le cas d'une charge excentrée (avec moment fléchissant).

c) - conditions de fissuration –

Quel que soit le type de semelle, le calcul des armatures est conduit à l'état limite ultime, en fissuration non
préjudiciable.
Dans le cas où la fissuration est préjudiciable, les sections d'acier obtenues par les calculs précédents sont
majorées forfaitairement de 10% (coefficient multiplicateur de 1,10 ).

Dans le cas où la fissuration est très préjudiciable, les sections d'acier obtenues par les calculs en
fissuration non préjudiciable sont majorées forfaitairement de50% (coefficient multiplicateur de 1,50 ).

d) - enrobage -
Les aciers des semelles doivent être enrobés au minimum de 3 cm. Il est très fréquent de prévoir un
enrobage de 5 cm, par sécurité, même en fissuration non préjudiciable (voir
Nota 2).

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 16/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

V) SEMELLES AVEC CHARGES EXCENTREES

a) - présentation du problème –

Le calcul par la méthode des bielles est un calcul très simple autorisé par le BAEL uniquement dans le cas
de charge centrée et de semelle à débords homothétiques. Dans tous les autres cas c'est la méthode dite
"des moments" ou encore du CEB (Comité Européen du Béton) qui doit être utilisée. C'est cette méthode
qui est définie ici.
On ne rentrera pas dans le détail de la théorie, on se contentera de calculer les dimensions et le ferraillage
de la semelle.

b) - dimensionnement de la semelle –

L'axe du couple de flexion est supposé perpendiculaire au plan contenant le plus grand coté du poteau.
La contrainte du sol est supposée uniformément répartie.

Le moment M u est calculé en tenant compte des effets du second ordre


( BAEL 99 Art. A.4.3,5).

Nu
a
Mu

Nu + 1,35 ⋅ G0

σ
sol
a' a'
2e −e −e
a' 2 2
a'

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 17/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Mu
On obtient alors e= (on néglige G1 )
Nu + 1,35 ⋅ G0
La section de la semelle se calcule comme précédemment en augmentant la dimension dans le sens
Nu
d'action de M u de la valeur 2e , soit: S = a ' r ⋅b' = q c , avec ensuite: a ' = a ' r +2e

Nota 3: on n'est plus astreint à utiliser des débords homothétiques, on utilise alors
fréquemment des débords égaux.

c) - calculs des armatures -


On calcule les aciers à la base de la semelle nécessaires à équilibrer le moment de flexion dans une section
S1 située à une distance de 0,35 ⋅ a (voir Nota 6) de l'axe du poteau en ne prenant en compte que le
réaction du sol au delà de cette section.
Il existe alors deux possibilités pour le moment:

a'
a' − 0,35 ⋅ a
2
 2e < + 0,35 ⋅ a ⇒ VuS 1 = ( N u + 1,35 ⋅ G0 )
2 a '−2e
a'
− 0,35 ⋅ a
2
⇒ M uS 1 = VuS 1
2
a'
 2e ≥ + 0,35 ⋅ a ⇒ VuS 1 = ( N u + 1,35 ⋅ G0 )
2
⇒ M uS 1 V= euS 1 ( a− 0,35 ⋅ )
Par la suite, la valeur de M uS 1 étant établie, on calcule:
M uS 1
 µ = avec b0 = b'
f bu .b0 . d ²

 α = 1,25
.( 1 − 1 2.−) µ

z = (1 − 0, .4 ). d
M uS 1
Asta =
z . f su

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 18/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Dans le sens transversal, il n'y a généralement pas de moment, le calcul se fait par la méthode des bielles

N u ⋅ (b'−b)
soit: Astb =
8 ⋅ d b ⋅ f su

Nota 4: Dans le cas de semelle sous voile avec un moment, les calculs sont similaires en
prenant b = b' = 1,00 m

Nota 5: Tous les calculs complémentaires tenant compte de la fissuration ou pour les arrêts
de barres, les enrobages ou les espacements restent les mêmes.

Nota 6: Au cas où on utilise la méthode des moments alors que la charge est centrée (c'est
le cas en théorie dès que l'on veut faire le calcul avec des semelles à débords égaux sous charges centrée),
on calcule par rapport à une section située S1 à une distance de 0,25 ⋅ a de l'axe du poteau en ne prenant
en compte que le réaction du sol au delà de cette section.

VI) DESSIN DES FONDATIONS

Il comprend un plan et une ou plusieurs coupes, souvent à plus grande échelle, pour définir le coffrage. Des
détails sont souvent nécessaires. Le ferraillage qui est en général simple peut s'indiquer sommairement et
dans un calepin si les armatures sont préfabriquées.

• Pour faire ressortir les semelles on peut dessiner leur contour en traits renforcés et le contour
des murs ou des poteaux en traits forts.

• Les axes horizontaux des semelles sont repérés dans les 2 directions. Ces axes sont aussi ceux
des murs porteurs et doivent se retrouver sur tous les autres plans du projet.

• La cotation d'implantation (encotes cumulées) est préférable mais au bureau d'études on ne sait
pas en général par quel angle du bâtiment la construction va commencer. Il faut donc réaliser
cette cotation de manière logique par rapport à l'implantation probable.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 19/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

• L'indication du niveau des fondations est primordiale et il faut préciser de quel niveau il s'agit,
fond de fouille ou arase supérieure. En général on essaie d'avoir une arase supérieure
commune et on indique le niveau du fond de fouille des semelles qui peut être variable mais doit
respecter la mise hors gel de la surface d'appui sur le sol −
( 0,80 m pour notre région).

• Sur un dessin de coffrage ou de ferraillage le béton coupé est laissé blanc. On n'utilise la
représentation symbolique du béton (pointillés et ronds) que sur des dessins de détail et jamais
mélangée avec des armatures.

• Sur le plan des fondations doivent figurer les canalisations enterrées qui passent sous les
semelles ou sous le dallage ou dans le vide sanitaire car ces canalisations seront mises en
place en même temps que les fondations. Des coupes et des détails sont souvent nécessaires.

• Les semelles sont coulées sur un béton de propreté de 50 mm d'épaisseur minimale quidonne
une assise plane et horizontale et évite au béton de la semelle de se mélanger avec le terrain
sous-jacent.

A chaque fois que cela est possible les semelles sont coulées directement dans une rigole creusée

dans le terrain, ce qui évite le coffrage et le décoffrage et permet un bon encastrement, mais cause souvent
des imprécisions sur la largeur de la semelle. Ce sont finalement les armatures longitudinales (et
transversales si elles existent) qui matérialiseront la largeur réelle de la semelle.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 20/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3

Conservatoire
National Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Séquence 2

EXEMPLES DE CAL CUL

Retour au plan

Exemple 1

Déterminer la dimension et le ferraillage de la semelle filante suivante soumise à une charge centrée:

 poids propre du BA: g 0 = 25 kN/m3


poids propre du remblai: g1 = 20 kN/m3

1) - Inventaire des hypothèses:

largeur du voile: a = 0,25 m


enrobage minimal des aciers: c ≥ 4 cm
résistance ultime du sol: q u = 0,80 MPa qu 0,80
 qc = = = 0,40 MPa
2 2
béton: f c 28 = 25 MPa 0,85 0,85
 f bu = f c 28 = × 25 = 14,16 Mpa
1,5 1,5

aciers: f e = 500 MPa fe 500


 f su = = = 435 MPa
1,15 1,15
charges permanentes: G = 300 kN/m
charges d'exploitation: Q = 150 kN/m
fissuration non préjudiciable

2) - Calcul de la charge ultime:


combinaison d'action:

N u= 1,⋅35
+ G ⋅ 1 50
, Q  N u= 1⋅,35+300⋅ 150
, 150 = 630 kN/m

soit 0,63 MN/m

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 21/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

2) - Calcul de la charge ultime:


combinaison d'action:

N u= 1,⋅35
+ G ⋅ 1 50
, Q  N u= 1⋅,35+300⋅ 150
, 150 = 630 kN/m

soit 0,63 MN/m

3) - Dimensions de la semelle:

Nu 0,63
largeur a ' de la semelle: a ' =  a' = = 1,575 m
qc 0,40
arrondi au multiple de 5 cm par excès soit:
a '= 1,60 m

(a '− a ) (,160 −, 0) 25
hauteur utile d avec: ≤ d ≤ a '− a  ≤ d ≤16(, 0 0−,25) ⇒
4 4
d= 0,35 m
hauteur réelle h avec h =d +cm
5  h = 03
, 5 + 00, 5 = 0,40 m

4) - Vérifications de la semelle
poids propre de la semelle:

G0 = 1,00⋅ah⋅g⋅ ' 0  G=
0
1⋅,00⋅, 1, 60
⋅ 0, 40 0 025 = 0,016 MN
poids propre du remblai:

G1 = 1,00⋅ (a'−a)⋅( p −h g)⋅ e 1


 G=1 ⋅10, 0−(, 16⋅0, )0−25
(, ⋅0 8, 0) ,0 40 0 020
= 0,0108 MN

vérification de la contrainte réelle du sol:

Nu + 1,35 ⋅ (G0 + G1 ) 0,630 +,1 35


(, ⋅ 0 016
, ) +0 011
=  = = 0,416
sol
a '⋅b'
sol
1,60 ⋅1,00

conclusion:  la contrainte réelle du sol est supérieure à la


contrainte de calcul: la semelle n'est pas assez
large: il faut reprendre les calculs.
On aurait pu se dispenser de reprendre les calculs si
on avait majoré la charge ultime de 10% afin de tenir

compte forfaitairement du poids propre de la semelle


et du remblai.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 22/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers
Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

3 bis) - Dimensions de la semelle: Majoration de 10% de Nu, uniquement pour le


dimensionnement
, ⋅ Nu
110 , ⋅ 0 ,63
110
largeur a ' de la semelle: a ' =  a' = = 1,7325 ⇒ arrondi au multiple
qc 0,40
de 5 cm par excès soit: a '= 1,75 m

(a '− a ) (,175 −, 0) 25
hauteur utile d avec: ≤ d ≤ a '− a  ≤ d ≤175
(, 0−,25) ⇒
4 4
d= 0,40 m
hauteur réelle h avec h =d +cm
5  h = 0,40 + 0 ,05 = 0,45 m

4 bis) - Vérifications de la semelle


poids propre de la semelle:

G = 1,00⋅ah⋅g⋅ '  G=
0 ⋅, , ,⋅175
100 , ⋅ 0 45 0 025 = 0,020 MN
0 0
poids propre du remblai:

G1 = 1,00⋅ (a'−a)⋅( p −h g)⋅ e 1


 G=1 ⋅10, 0−(, 17⋅5, )0−25
(, ⋅0 8, 0) , 0 45 0 020
= 0,0105 MN

vérification de la contrainte réelle du sol:

Nu + 1,35 ⋅ (G0 + G1 ) 0,630 +,1 35


(, ⋅ 0 020
, ) +0 011
=  = = 0,384
sol
a '⋅b'
sol
175 ⋅ ,
, 100

conclusion:  sol < qc ⇒ la semelle est vérifiée


condition de non-poinçonnement  la semelle est filante et qc < 0,60 MPa ⇒ il n'y

a rien à vérifier.

5) - Détermination de la section d'acier tendu Valeur de base de Nu pour les aciers


N u ⋅ ( a '− a ) 0 630
, ×(, 17 5, )−0 25
Aciers principaux Asta ' =  Asta ' = -4
= 6,79.10 m ²
8 ⋅ d ⋅ f su 8 × 0 40
, ×435
choix des aciers 9 HA 10 par m soit 7,07 cm²

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 23/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

longueur de scellement: ls = 44 ⋅ Φ L
arrêt des barres: comparaison de

a' a'
l s avec et
4 8

Aciers longitudinaux:

 Asta ' 
AstL ≥ Max  ; 1,6cm² 
 4 
choix des aciers

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 24/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers
Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

exemple 2

Déterminer la dimension et le ferraillage de la semelle isolée sous poteau suivante soumise à une charge
centrée:

 poids propre du BA: g 0 = 25 kN/m3


poids propre du remblai: g1 = 20 kN/m3

1) - Inventaire des hypothèses:


Dim. du poteau: a = 0,40 m
b = 0,30 m
enrobage minimal des aciers: c ≥ 4 cm
résistance ultime du sol: q u = 1,40 MPa qu 1,40
 qc = = = 0,70 MPa
2 2
béton: f c 28 = 25 MPa 0,85 0,85
 f bu = f c 28 = × 25 = 14,16 Mpa
1,5 1,5

aciers: f e = 500 MPa fe 500


 f su = = = 435 MPa
1,15 1,15
charges permanentes: G = 300 kN/m
charges d'exploitation: Q = 183 kN/m
fissuration préjudiciable

2) - Calcul de la charge ultime:


combinaison d'actions:

N u= 1,⋅35
+ G ⋅ 1 50
, Q  N u= 1⋅,35+300⋅ 150
, 183 = 680 kN/m

soit 0,68 MN/m

3) - Dimensions de la semelle:
Nu 0,680
Surface S de la semelle: S =  S = = 0,972 m²
qc 0,70

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 25/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers
Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

b
Largeur de la semelle: b' = ⋅S
a

a
Longueur de la semelle: a ' = b'
b
( a '− a )
hauteur utile d avec: ≤ d ≤ (b'−b)
4

hauteur réelle h avec h =d +cm


5

4) - Vérifications de la semelle
poids propre de la semelle:

G0 = ⋅a b⋅' h⋅' g⋅ 0
 G=
0 1⋅,20
, , ⋅, 0 90
⋅ 0 45 0 025 = 0,0122 MN

poids propre du remblai:

G1 = a( b⋅''−a b⋅ ⋅ (p )−h) g⋅e 1


 G1 = ⋅(,12 0,−9 ⋅, ⋅0−4,)0( 3, , ⋅ ) , 0 45 0 02
08
= 0,0067 MN

vérification de la contrainte réelle du sol:

Nu + 1,35 ⋅ (G0 + G1 ) 0,680 +,1 (35


, ⋅ 0 ,012
) +0 007
=  σ sol = = 0,653
sol
a '⋅b' 1,20 ⋅ 0 ,90

conclusion:  la contrainte réelle du sol est inférieure à la


contrainte de calcul: la semelle est vérifiée

vérification de la condition de non-  σ sol = 0,653 > 0,6

a '− a , 0 − 0 ,40
12
poinçonnement: si sol > 0,6 puis h< h = 0,45 ≥ = 0,40 vérification
2 2
inutile

5) - Détermination des sections d'acier tendu


N u ⋅ ( a '− a )  Asta = 0,680 × (1,20 − 0, 40) -4
= 3,91.10 m ²
Aciers sens a : Asta = 8 × 0.,40 × 435
8 ⋅ d a ⋅ f su
1,10 ⋅ 3,91 = 4,30 cm²
majoration pour fissuration préjudiciable

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 26/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

choix des aciers sens a:


détermination de d b ≈ d a − ∅a
N u ⋅ (b'−b)
Aciers sens b : A stb =
8 ⋅ d b ⋅ f su

majoration pour fissuration préjudiciable


choix des aciers

longueur de scellement: ls = 44 ⋅ Φ L
arrêt des barres sens a : comparaison de

a' a'
l s avec et
4 8
arrêt des barres sens b : comparaison de

b' b'
l s avec et
4 8

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 27/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

DEGRESSION DES CHARGES D'EXPLOITATION


EN FONCTION DU NOMBRE D'ETAGES (NORME NF P 06-001)

Conditions d'utilisation: Bâtiments à étages à usage d'habitation.

Principe de calcul: L'occupation des locaux est indépendante d'un niveau à l'autre.

Utilisation: Calculs des éléments porteurs de la structure: fondations, murs, poteaux, etc...

Schéma de principe de la
structure dQ
'un bâtiment Cas de charges identiques Cas de charges différentes
0

Q1
=
Q1 Q 2= =Q =
... Q n Q1 Q≠ 2≠Q≠... ≠Qi≠ ... n

Q2
∑ =Q
0 0 ∑ =Q0 0

∑ =Q
1 0 +Q ∑ =Q +Q
1 0 1

Q3
∑ =Q
2 0 + 1,9 ⋅ Q ∑ = Q+ 0⋅,95
2
+ (Q Q )
0 1 2
Q4
∑ =Q
3 0 + 2,7 ⋅ Q ∑ Q= + 0⋅,Q90
3
+ Q( Q+
0 1 2 3 )
Q5
∑ =Q
4 0 + 3,4 ⋅ Q
∑ Q= + 0⋅,85
4
+ Q( +Q Q
Q
0 + 1 2 3 4 )
Qn - -- - -- -- - -- - -- - -- -
------------------
 3+ n 
∑n = Q0 +  2  ⋅ Q ∑
 3 + n  n 
= Q0 +   ⋅ ∑ Qi 
  n
 2n  1 
pour n ≥ 5
pour n ≥ 5

avec:  Q0 valeur de référence de la charge d'exploitation pour le toit ou la terrasse,

 Qi valeur de la charge d'exploitation pour le plancher de l'étagei la numérotation étant

effectuée du haut vers le bas.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 28/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Exemples d'application: Nombre d'étages: 7

Casdechargesidentiques Casdechargesdifférentes

Q0 = 1000 N m² Q0 = 1000 N m² Q4 = 2300 N m²


Q1 = 1500 N m² Q1 = 1500 N m² Q5 = 2000 N m²
Q2 = 1700 N m² Q6 = 1800 N m²
Q3 = 2000 N m² Q7 = 1600 N m²
∑ = Q = 1000
0 0 ∑ = Q = 1000
0 0

∑ = Q + Q = 1000 + 1500 = 2500


1 0 ∑ = Q + Q = 1000 + 1500 = 2500
1 0 1

∑ =1000 +1 9, 1500
2
⋅ =3850 ∑ = Q+ 0⋅,95
2
+ (Q Q ) = 1000 + 0 ,95 ⋅3200 = 4040
0 1 2

∑ =1000 +2 7, 1500
3 ⋅ =5050 ∑ Q=
3
+0 + Q( Q+1
0⋅,Q
90 2 3 ) = 1000 + 0,90 ⋅5200
∑ =1000 +3 4, 1500
⋅ =6100 = 5680
4

- - -- - -- - -- - -- - -- -- ∑ 4
= +0 0⋅,85
Q + 1Q( 2+Q 3Q
Q + 4 )
= 1000 + 0 ,85 ⋅7500 = 7375
 3 + 7  
∑ = Q0 +   ⋅ Q = 1000 + 5 ⋅1500 ------------------
7
 2  
 3 + n  n  3 + 7 
= 8500 ∑ = Q0 +   ⋅ ∑ Qi  = 1000 +  ⋅ 12900
n
 2n  1   2⋅7 
= 1000
+ ⋅ 0 ,714=12900 10214

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 29/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Séquence 2

EXERCICES

Retour au plan

Si une donnée venait à manquer, vous devrez formuler des hypothèses judicieuses et cohérentes vous
permettant de poursuivre les calculs.

Exercice n° 1

Vous devez étudier et définir les dimensions et le ferraillage d'une semelle sous le poteau défini ci-dessous:
 dimensions du poteau prévues par l'architecte:

a = 400 mm
b = 300 mm
 caractéristiques des matériaux employés
béton: fcj=28MPa, cg=25mm
aciers longitudinaux Fe E 500, η = 1,6
aciers transversaux Fe E 500
La contrainte ultime du sol est de: q u= 1,20 MPa
Les charges de service appliquées en pied de poteau sont les suivantes:
G= 630 kN
QB= 270 kN
La profondeur de l'arase inférieure est de -0,80 m au minimum par rapport au sol voisin.
Nota: aucune venue d'eau extérieure n'est prévisible au niveau des fondations.
Vous réaliserez le plan de coffrage de la semelle et le plan de ferraillage accompagné d'une coupe et d'une
nomenclature détaillée y compris l'amorce de ferraillage du poteau en
6 HA 12.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 30/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Exercice N° 2

Calculer les dimensions et les armatures d'une semelle rigide sous poteau rectangulaire

de section: 0,35 m x 0,25 m
•soumis à une charge centrée ultime de Nu = 1,45 MN
•pour une contrainte ultime du sol de q u = 0,65 MPa
Effectuer les vérifications d'usage.
Représenter la section de la semelle et son ferraillage sur un schéma à l'échelle.

Exercice N° 3

Un mur en béton banché de 20 cm d'épaisseur est soumis aux charges suivantes:


• masse du mur et de éléments qu'il supporte Mg = 11,5 t/m
• charged'exploitation Mq=8 ,3t/m
La contrainte ultime du sol est de 13 bars
L'enrobage minimum est de 5 cm.
La fissuration est considérée préjudiciable.
Dimensionner et vérifier la semelle nécessaire sous le mur.
Calculer les aciers nécessaires au ferraillage correct de cette fondation .

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 31/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Exercice N° 4

Vous devez étudier la fondation d'un poteau en béton armé de 0,300 x 0,400 à la base d'un bâtiment.
Cette fondation sera rigide et homothétique.
Les caractéristiques mécaniques sont les suivantes:
• c harge ultime en pied de poteau: Nu = 3,04 MN
• m oment ultime en pied de poteau: Mu = 0.456 MN.m
•r ésistancedusol qu=2,80MPa

• béton f c 28 = 30 MPa
e • nrobage ≥ 4c cm

Exercice N° 5

Vous avez reçu sur chantier un ferraillage qui ne vous est pas destiné a priori. Le fabricant ne veut pas le
récupérer et vous dit de l'utiliser si vous le pouvez.
Les caractéristiques de ce ferraillage sont les suivantes:
• largeur apparente de la semelle avec un enrobage≥4 cm: 0,85m
•d imensionapparenteduvoile: 0,20m
•a ciersprincipauxaveccrochetsnormaux: 7HA10parm
•a cierslongitudinauxfilants: 5HA8
A quelle charge centrée ultime correspond cette semelle dans le cas de fissuration non préjudiciable? Quelle

est la contrainte ultime minimale du sol correspondant à la charge précédemment calculée? Quelle serait la
hauteur de la semelle?
Mêmes questions dans le cas de fissuration préjudiciable.
Mêmes questions dans le cas de fissuration très préjudiciable.

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 32/12
CONSTRUCTIONS CIVILES B3
Conservatoire
National
Des arts et métiers Michel BERTHAUD / Alain DUVIVIER

Exercice N° 6

Vous devez déterminer les dimensions de la semelle sous un poteau, effectuer les vérifications et
déterminer les sections d'acier théoriques et pratiques correspondant aux hypothèses formulées ci-dessous:
 dimensions du poteau:
a = 300 mm
b = 200 mm
 valeurs des charges de service:
G = 456 kN
Q = 280 kN
 caractéristiques des matériaux employés
béton: fcj=28MPa, cg=25mm
aciers longitudinaux fe E 500, η = 1,6
aciers transversaux fe E 500

contrainteultimedusol: q u= 0,80 MPa
des venues accidentelles d'eau extérieure considérée très agressive sont prévisibles au niveau
des fondations.

Cliquez pour accéder


aux Corrigés

Séquence2-CALCULDESFONDATIONS-Semelles 33/12