Vous êtes sur la page 1sur 17

1.

Calcul des contreventements

1.1. Introduction
Les contreventements sont des dispositifs conçus pour reprendre les efforts du vent
dans la structure et les descendre au sol. Ils sont disposés en toiture, dans le plan des
versants (poutres au vent), et en façade (palées de stabilité), et doivent reprendre les
efforts du vent appliqués tant sur les pignons que sur les longs pans.

Les contreventements ont donc la fonction générale de stabilisation de l’ossature


d’une structure. On peut distinguer sous ce terme général trois fonctions principales
liées entre elles :

 Transmettre les efforts horizontaux :Il s’agit ici d’assurer le cheminement des
efforts horizontaux (de type : vent, action sismique, chocs…) sollicitant la
structure jusqu’aux fondations.
 Limiter les déformations.
 Contribuer à augmenter la stabilité de la structure et de ses éléments.

1.2. Données géométriques


La structure du contreventement est composée de diagonales croisées et de pannes
(qui représentent les montants), de 3m de hauteur et de treillis de 18.3m de longueur
(qui représente la membrure supérieure) ces barres sont liées entre elles par des
articulations.

Figure : structure du contreventement

1.3. Evaluation des efforts horizontaux


Le contreventement est soumis aux efforts du vent, cet effort est distribué sur les
nœuds du contreventement comme suit :
On a : Ve = 84.7 daN/m² donc Ve = 84.7*10 = 847 daN/m
On calcule la charge du vent sur chaque nœud du contreventement
Avec : Ve (nœud) = Ve * longueur d’influence
Nœud 14 : Ve = 847*0.5 = 423.5 daN
Nœuds 15, 16, 18 et 23 : Ve = 847*1.5 = 1270.5 daN
Nœuds 17 et 24 : Ve = 847*1 = 847 daN
Nœuds 19, 20, 21, 22 : Ve = 847*2=1694 daN
Nœud 25 : Ve= 847* 1.15 = 974.05 daN
Nœud 26 : Ve=847*0.65 = 550.55 daN

La figure suivante montre la distribution de l’effort du vent sur les nœuds du


contreventement

Figure : distribution de l’effort du vent sur les nœuds du contreventement

1.4. Dimensionnement du contreventement

1.4.1. Effort dans les diagonales


Chaque deux diagonales croisées sont soumises aux sollicitations différents, ci l’une
soumise est comprimée, l’autre est tendue, or les barres comprimées ne reprennent
aucun effort du fait de leur grand élancement qui les permet de flamber sous de
faibles efforts.

Le logiciel RDM 6 nous permet de déterminer l’effort normal dans les barres et donc
de déduire les barres tendues et celles comprimées, ce qui revient donc à calculer
l’effort normal dans un treillis comme le montre la figure suivante :
Figure : les diagonales tendues dans le contreventement

1.4.1.1. Le choix de la méthode de calcul


L’effort normal dans les barres est déterminé par plusieurs méthodes (crémona,
méthode des nœuds, méthode des coupures …) parmi ces méthodes, nous s’appuyant
sur la méthode des coupures (ou des sections) qui est la plus simple et la plus rapide.

Le principe de cette méthode consiste à isoler des morceaux de structure


judicieusement choisis et à écrire leurs équations d'équilibre;

1.4.1.2. Calcul des réactions aux appuis


Equilibre des forces : R4 + R11 = 15473.1 daN
Equilibre des moments par rapport au nœud 4 :

4*423.5 + 3*1270.5 +1*1270.5 – 1*1270.5 – 3*1694 – 5*1694 – 7*1694 – 9*1694


– 11*1270.5 - 12*(847- R20) – 13*974.05 – 14.3 * 550.55 = 0

 R20 = 6652.1 daN


 R14 = 8821 daN

1.4.1.3. Détermination de l’effort normal maximal


L’effort normal est maximum dans la barre 3-17, il est déterminé par la méthode des
coupures :
On fait une coupe qui passe par les barres 3- 4 et 3-17 comme le montre la figure
suivante :
Figure : coupe dans les barres 3- 4 et 3-17

On faisant la projection sur l’axe Y on déduit l’équation d’équilibre des


efforts suivante :
N2 cos(α) – 423.5 – 1270.5 *2= 0  N2 = 2964.5 / cos(α)
Avec : tg (α) = 1/3  α = arctg (1/3)
2964.5
Donc N2 = 1
cos(Arctg(3))

AN : N2 = 3124.86 daN

1.4.2. Section du profilé


N2
On a : A =
e
3124.86
AN : A = = 13.3 mm²
235

Donc on choisit une double cornière 30 * 30 * 5 de section 48 mm².

2. Calcul des pannes

2.1. Les pannes du porte à faux : pannes intermédiaires

2.1.1. Charges sur la panne


 Charges permanentes :
- Couverture + étanchéité : 0.5 KN/m²
- Poids propre contreventement : 1.36 kg/m
- Poids propre des pannes : 22.4kg/m
 Charges d’entretien : 1KN/m
 Charge du vent : Vent extrême : Ve = 84.7 kg/m²
Vent normal : Vn = 48.4 kg/m²

 Charges du contreventement sur la panne


La longueur de la panne est : L=6m
Charge du contreventement par ml de panne :

On a G contreventement = 1.36 *√13 =4.9 kg

Figure : charge du contreventement sur la panne

Donc la panne va être chargée en ses 2 extrémités par 2 charges ponctuelles de 4.9kg,
pour simplifier les calculs on va convertir cette charge en charge linéaire.
Le moment d’encastrement dans le cas d’une charge répartie :
M = p’l²/2
Le moment d’encastrement dans le cas d’une charge ponctuelle :
M=pl
Par équivalence on obtient : p’=1.63 kg/ml

2.1.2. Charges totales appliquées sur la panne


Charge permanente totale
G=0.5*2+0.0163+0.224=1.24 KN/ml

Charge du vent : Vent extrême : Ve = 169.4 kg/ml


Vent normale : Vn = 96.8 kg/ml

2.1.3. Combinaisons de calculs


 ELU
4/3 G+3/2 P = 3.15 KN/ml
4/3 G+3/2 Vn = 3.105 KN/ml
Ve-G = 0.46 KN/ml
 ELS
G+P=2.24 KN/ml
G+Ve=2.93 KN/ml
 La combinaison la plus défavorable est : 4/3 G+3/2 P = 3.15 KN/ml

2.1.4. Dimensionnement
La panne travaille en flexion composée sous l’effet des charges verticales + des
charges horizontales dues au vent.

2.1.4.1. Vérification de la flèche


La vérification de la flèche se fait par combinaisons de charges non pondérées.
La combinaison la plus défavorable est alors : G+Ve=2.93 KN/ml

Il faut vérifier que fx  fadm = l/200

Après calcul de la RDM on trouve :


P Pl²
Mf = - x²+plx - et on a y’’(x)=M(x)EI
2 2

Qyl4
Après calcul on trouve : fx= -
8EIx

Or Ix=19.4*106 𝑚𝑚4 Qy = 2.93 KN/ml l=6m E=210000Mpa

Ce qui donne fx=11.63 cm


Vérification de la flèche par le logiciel RDM6 :

Figure : la flèche donnée par le logiciel RDM6


 Donc le calcul manuel est bien vérifié avec les résultats du RDM6
Soit fadm=l/200=3cm et fx = 11.63 cm ;
Donc le profilé IPE 200 n’est pas valable comme profilé de panne.

La flèche est trop importante, on opte alors pour des tirants, ces derniers travaillent
en traction/compression ce qui permet de minimiser la flèche des pannes.

2.1.4.2. Conception du tirant


Le tirant est constitué d’une barre d’acier en IPE de 1.6 m de hauteur posée sur le
poteau en béton armé à l’aide de, ainsi que 4 poutres en TROND dont 3 servent à
reprendre la charge du porte à faux et la quatrième joue le rôle du contre poids

 On place 4 tirants dans les rives de notre structure comme le montre la


figure suivante :

Figure : conception du tirant

2.1.4.3. Re-vérification de la flèche


Notre panne sera alors appuyée à mi- portée

Figure : structure de la panne

On opte maintenant pour un profilé IPE160 dont le poids est de 15.8 kg/ml
Charge permanente totale
G=0.5*2+0.0163+0.158=1.174 KN/ml
Combinaisons de calculs
 ELU
4/3 G+3/2 P = 3.06 KN/ml
4/3 G+3/2 Vn = 3.01 KN/ml
Ve-G = 0.51 KN/ml

 ELS
G+P=2.17 KN/ml
G+Ve=2.88 KN/ml
La combinaison la plus défavorable est : 4/3 G+3/2 P = 3.06 KN/ml

Vérification de la flèche

Figure : vérification de la flèche

D’après la modélisation de la panne sur le logiciel RDM6 et le calcul de la flèche on


obtient :
Fx = 2.92 cm et on a fadm = l/200 = 3cm
Donc fx < fadm

2.1.4.4. Vérification de la résistance au déversement


La panne travaille en flexion composée sous l’effet des charges verticales et
horizontales du vent.
9
Il faut vérifier que : ( σ k + kd * σfx) <σe
8

Soit A = 2010 mm² Wx = 109*103 𝑚𝑚3 pour IPE160


Contrainte de compression
N 169.4∗6
σ= = = 5.05 Mpa
A 2010

Elancement
Soit ix= 65.8 mm et iy=18.4 mm
lx 6
λx = = = 92
ix 0.0658
ly 3
λy = = = 163
iy 0.0184

Donc : λmax = λy = 163

 Le coefficient de flambement k est donné par le tableau de l’annexe 13,411


de la norme CM66 en fonction de l’élancement : k = 4.28.
Donc k*σ = 5.05 * 4.28 = 21.61Mpa
Contrainte de flexion

Soit Mx=13.77 KN.m et Wx=109*103 𝑚𝑚3


Mx 1377
σfx = = = 126 Mpa
Wx 109∗10^3

Calcul du coefficient kd pour le déversement


Pour la semelle supérieure il n’ya pas risque de déversement l’existence du la
couverture sur toute la longueur .donc dans ce cas kd=1

Pour la semelle inférieure, il se peut qu’il y’aura risque de déversement d’où la


nécessité d’une vérification du déversement.
Le calcul du coefficient Kd est donné par le tableau suivant.
Risque de
Type de Profilé D C ya β B σd (MPa) λo σk (MPa) ko kd
déversement 1
IPE160 3.20 1.13 80.00 1.00 0.87 48.11 non 240.85 35.73 8.80 3.39

Tableau : calcul du coefficient Kd


Avec :
D= 3.201 C= 1.132 B= 0.87 σd (MPa)= 48.11 λo = 240.85 σk (MPa)= 35.73 ko = 8.8 kd = 3.39
o Le coefficient D est donné par la relation suivante :
o Les coefficients C et  sont donné en fonction du type de chargement et des
conditions aux appuis par le tableau suivant :

Chargement et conditions d'appui C β


Appui simple/Charge répartie 1.132 1
Bi-encadtré/Charge répartie 0.972 0.75
Appui simple/Charge concentrée 1.365 1
Bi-encatré/Charge concentrée 1.07 1
Tableau : coefficients C et  en fonction du chargement et des conditions aux appuis

o ya = h/2 avec h : la hauteur du profilé


o le coefficient B est donné par la relation suivante

Donc :

On a d = 48.11 Mpa < e =235 Mpa

Donc on n’a pas risque de déversement

Vérifions maintenant le déversement de la poutre on multipliant d par le coefficient


Kd donné par la formule :

Avec:
o

o
Donc kd=3.39
Kd* σfx = 427.14Mpa<σedonc il y’a risque de déversement
9
Alors : ( σ k + kd * σfx) =504.84>σe = 235 Mpa
8

On augmente la section : en considérant le profilé IPE220

Soit A= 3340 mm² Wx = 252*103 𝑚𝑚3


N 169.4∗6
σ= = = 3.04Mpa
A 3340

- Elancement :
Soit ix= 91.1 mm et iy=24.8 mm
lx 600
λx = = = 66
ix 9.11
ly 300
λy = = = 121
iy 2.48

 Donc k = 2.535
Donc k*σ = 7.70 Mpa

Soit Mx=13.77 KN.m et Wx=252*103 𝑚𝑚3


Mx 1377
σfx = = = 54.64 Mpa
Wx 252∗10^3

Après vérification au déversement on trouve : kd= 2.91


Donc kd* σfx = 2.91*54.64 = 159 Mpa
9
( σ k + kd * σfx) =187.54 Mpa<σe = 235 Mpa
8

 Alors on opte pour le profilé IPE 220 comme profilé de panne intermédiaire.

2.2. Les pannes du porte à faux : pannes sablières


Avec le même calcul on obtient les résultats suivants :

2.2.1. Charges sur la panne


Les charges appliquées sur la panne sont données par le tableau suivant :
Couverture +étancheité 0.5 KN/m²
contreventement 0.86 kg/ml
pannes (IPE180) 22.4 kg/ml
Entretien 1 KN/ml
vent extrême 84.7 kg/m²
vent normale 48.4 kg/m²
Tableau : les charges appliquées sur la panne sablière du porte à faux

2.2.2. Charges totales


charge permanentes totale 0.8076 KN/ml
vent extrême 97.405 kg/ml
vent normale 55.66 kg/ml

Tableau : les charges totales appliquées sur la panne

2.2.3. Combinaisons de calcul


4/3 G + 3/2 P 2.5768

4/3 G+3/2 Vn 1.9117

Ve-G 0.16645

G+P 1.8076

G+Ve 1.78165

Tableau: les combinaisons de calcul

2.2.4. Dimensionnement

2.2.4.1. Vérification du déversement


Contrainte de compression
Soit A= 2850 mm²
N 97.4∗6
σ= = = 2.05Mpa
A 2850

Elancement
Soit ix = 82.6 mm et iy = 22.4 mm
lx 600
λx = = = 72
ix 8.26
ly 300
λy = = = 133
iy 2.24

 k= 2.974
k*σ = 2.974*2.05 = 6.09Mpa
Contrainte de flexion

on a Mx = 11.56 KN.m et Wx=194*103 𝑚𝑚3


Mx 1156
donc σfx = Wx = = 59.58Mpa
194∗10^3

Après vérification au déversement on trouve : kd= 3.14


Kd*σfx = 186.83 Mpa
9
 ( σ k + kd * σfx) = 217Mpa < σe = 235 Mpa
8

2.2.4.2. Vérification de la flèche

Figure : vérification de la flèche par le logiciel RDM6

On trouve fx=1.17 cm et fadm=3 cm  la condition de la flèche est bien vérifiée


Donc on opte pour le profilé IPE200 comme profilé de panne sablière

2.3. Les pannes intermédiaires de la structure : pannes intermédiaires

2.3.1. Charges sur la panne


 Charges permanentes :
- Couverture + étanchéité : 0.5 KN/m²
- Poids propre des pannes (estimé IPE120) : 10.4 kg/m
 Charges d’entretien : 1KN/m
 Charge du vent : Vent extrême Ve = 84.7 kg/m²
Vent normale Vn = 48.4 kg/m²
2.3.2. Charges totales appliquées sur la panne
La panne a une longueur : L=4m
Charge permanente totale :
G=0.5*2+0.104=1.104 KN/ml

Charge du vent : Vent extrême : Ve = 169.4 kg/ml


Vent normale : Vn = 96.8 kg/ml

2.3.3. Combinaisons de calculs


o ELU
4/3 G+3/2 P = 2.972 KN/ml
4/3 G+3/2 Vn = 2.924 KN/ml
Ve-G = 0.59 KN/ml

o ELS
G+P=2.104 KN/ml
G+Ve=2.798 KN/ml
 La combinaison la plus défavorable est : 4/3 G+3/2 P = 2.972 KN/ml

2.3.4. Dimensionnement de la panne


La panne travaille en flexion simple sous l’effet des charges verticales.

2.3.4.1. Vérification de la flèche


La vérification de la flèche se fait par combinaisons de charges non pondérées.
La combinaison la plus défavorable est alors Qy=G+P=2.104 KN/ml
5𝑄𝑦𝑙4
L’expression la flèche est : fx= -384𝐸𝐼𝑥 et Ix=3.18*106 𝑚𝑚4

Donc fx=1.05 cm et fadm=l/200=2cm


Alors la condition de flèche est vérifiée

2.3.4.2. Condition de résistance


La combinaison la plus défavorable est : 4/3 G+3/2 P = 2.972 KN/ml
Il faut vérifier que : σfx<σe
𝑀𝑥 𝑄𝑦𝑙²
Or : σfx= 𝑊𝑥 et Mx= = 5.944 KN.m et Wx=53*103 𝑚𝑚3
8

σfx=112.15 Mpa<σe= 235 MPA


2.3.4.3. Vérification au déversement
La semelle supérieure

La semelle supérieure est comprimée sous l’action des charges verticales donc on
peut avoir un risque de déversement, or elle est accolée à la couverture donc il n’y a
donc pas risque de déversement
Semelle inférieure :

La semelle inférieure est comprimée sous l’action du vent (action de soulèvement)


donc on peut avoir un risque de déversement.
Or Vn = 96.8 Kg/ml
𝑉𝑛𝑙²
Donc Mx = =1.94 KN.m
8

A fin de faciliter les calcul on a programé les étapes de vérification du déversement


sur excel, les tableaux suivants résument les étapes de vérification

Type de Profilé E (MPa) fy (MPa) G (Mpa) L(m) e (Mpa) Mfx (kN.m) Conditions aux appuis
IPE120 210000.00 235.00 80769.20 4.00 235.00 1.94 Appui simple/Charge répartie
Tableau : les données à entrer

Risque de déversement
Type de Profilé D C ya β B σd (MPa)
1

IPE120 3.13 1.13 60.00 1.00 0.86 65.15 non


Tableau : vérification du premier risque de déversement

Les coefficient D, C, , B et d sont définis en 2.1.4.4 de ce chapitre

Donc :

On a d = 65,15 Mpa < e =235 Mpa


Donc on n’a pas risque de déversement

Vérifions maintenant le déversement de la poutre on multipliant d par le coefficient


Kd déjà définis en 2.1.4.4 de ce chapitre
 Les résultats de calcul sont insérés dans le tableau suivant

λo σk (MPa) ko kd σf (MPa) σf *Kd Résultat final

194.20 54.96 5.82 2.49 36.63 91.27 La pièce ne déverse pas

Tableau : le résultat final de déversement


On a donc vérifié que σf * kd < σe
 La condition est vérifiée, donc il n’y a pas risque de déversement ;
On opte pour le profilé IPE120 pour les pannes intermédiaires.

2.4. Les pannes intermédiaires de la structure : pannes sablières

2.4.1. Charges sur la panne


 Charges permanentes
- Couverture + étanchéité : 0.5 KN/m²
- Poids propre des pannes (estimé IPE100) : 8.1 kg/m
 Charges d’entretien : 1KN/m
 Charge du vent : Vent extrême Ve = 84.7 kg/m²
Vent normale Vn = 48.4 kg/m²

2.4.2. Charges totales appliquées


Charge permanente totale
G=0.5*1.15+0.104=0.68 KN/ml
Charge du vent : Vent extrême : Ve = 97.4 kg/ml
Vent normale : Vn = 55.66 kg/ml

2.4.3. Combinaisons de calcul


 ELU
4/3 G+3/2 P = 2.37 KN/ml
4/3 G+3/2 Vn = 1.71 KN/ml
Ve-G = 0.31 KN/ml

 ELS
G+P=1.659 KN/ml
G+Ve=1.633 KN/ml

2.4.4. Dimensionnement

2.4.4.1. Vérification de la flèche


La combinaison la plus défavorable est alors Qy=G+P=1.66 KN/ml
5𝑄𝑦𝑙 4
L’expression la flèche est : fx= - et Ix=1.71*106 𝑚𝑚4
384𝐸𝐼𝑥
Donc fx=1.54 cm et fadm=l/200=2cm

2.4.4.2. Condition de résistance


La combinaison la plus défavorable est : 4/3 G+3/2 P = 2.37 KN/ml
Il faut vérifier que : σfx < σe
𝑀𝑥 𝑄𝑦𝑙²
Or : σfx = et Mx = 8 = 4.74 KN.m et Wx = 34.2*103 𝑚𝑚3
𝑊𝑥

σfx= 138.596 Mpa < σe = 235 Mpa

2.4.4.3. Vérification au déversement


Semelle supérieure

On rappel que la semelle supérieur n’a pas de risque de déversement vu qu’elle est
colée à la couverture
Semelle inférieure

La semelle inférieure est comprimée sous l’action du vent (action de soulèvement),


donc on peut avoir un risque de déversement.
𝑉𝑛𝑙²
Or Vn=55.66 Kg/ml donc Mx = =1.11 KN.m
8

Après calcul on trouve : σf = 32.46 N/mm² et kd = 2.6


Donc σf * kd = 36.46*2.6 = 84.43 N/mm² et σe=235 N/mm²
Alors la condition σf*kd < σe est bien vérifier
 On opte pour le profilé IPE100 comme profilé de panne sablière.