Vous êtes sur la page 1sur 47

Etudes de sol

Rapport géotechnique Missions G11 +G12


N° R 2012-0343A31
Construction d’un lotissement
FRONTON (31620)
Maître d’ouvrage : SARL DU RAISIN NOIR

12 rue André Citroën 31130 BALMA Tél 05 62 57 87 50 Fax 05 62 57 87 51 EURL au capital de 10000€
RCS Toulouse 514 716 596 - N° SIRET 514 716 596 00028 - Code NAF 7112B N° TVA Intracommunautaire: FR10514716596
RAPPORT D’ETUDE GEOTECHNIQUE – MISSIONS G11 + G12

FRONTON (31620)
Chemin de Buguet

Construction d’un lotissement

Réf. Document Pages A la date du Rédacteur Observations Contrôlé par


R 2012-0343A-31 47 3 déc. 2012 Agathe SUTRA Rapport F. PELVET
Ingénieur Géotechnicien provisoire Gérant

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 2


SOMMAIRE
I. CADRE DE L’INTERVENTION ........................................................................................................... 4
I.1. INTERVENANTS....................................................................................................................................... 4
I.2. PROJET, DOCUMENTS REÇUS ET HYPOTHESES .................................................................................. 4
I.3. MISSIONS................................................................................................................................................ 4
II. CONTEXTE DU SITE ET CONTENU DE LA RECONNAISSANCE ...................................................... 5
II.1. LE SITE ................................................................................................................................................... 5
II.2. CONTENU DE LA RECONNAISSANCE ................................................................................................... 5
II.3. IMPLANTATION DES SONDAGES ......................................................................................................... 5
III. RESULTATS DE LA RECONNAISSANCE ........................................................................................ 6
III.1. NATURE DES SOLS............................................................................................................................... 6
III.2. CARACTERISTIQUES DES SOLS ......................................................................................................... 6
III.3. PERMÉABILITÉ DES SOLS ................................................................................................................... 6
III.4 RISQUES GEOTECHNIQUES, NATURELS ET ANTHROPIQUES DU SITE ............................................. 7
III.5. HYDROGEOLOGIE DU SECTEUR .......................................................................................................... 7
IV – PROPOSITIONS DE FONDATIONS DES OUVRAGES GEOTECHNIQUES .................................... 8
IV.1. FONDATION DE LA STRUCTURE (DTU 13-12) .................................................................................... 8
- Principe de fondation – niveaux d’assise ................................................................................................................... 8
- Contraintes limites de calcul ........................................................................................................................................ 8
- Sujétions d’exécution..................................................................................................................................................... 8
- Dispositions constructives complémentaires ............................................................................................................ 9
IV.2. DALLAGES ............................................................................................................................................ 9
IV.3. VOIRIES ................................................................................................................................................. 9
IV.3.1. Résultats des analyses de laboratoire ............................................................................................................. 9
- Résultats .......................................................................................................................................................................... 9
IV.3.2. Etude des voiries .................................................................................................................................................. 9
- Projet ................................................................................................................................................................................ 9
- Arases terrassements.................................................................................................................................................... 9
- Préparation du fond de forme .................................................................................................................................... 10
- Exemples de pré-dimensionnement ......................................................................................................................... 10
CONDITIONS D’UTILISATION DU PRESENT DOCUMENT .................................................................12
Classification des missions types d’ingénierie géotechnique ......................................................13
Extrait de la norme NF P 94-500 révisée en 2006 ........................................................................14
ANNEXES

- Plan de situation ........................................................................................................................................ 15


- Plan d’implantation .................................................................................................................................... 16
- Sondages .......................................................................................................................................... 17 à 44
- Essais de perméabilité de type Porchet ............................................................................................ 45 à 47

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 3


I. CADRE DE L’INTERVENTION

I.1. INTERVENANTS
A la demande NOVILIS et pour le compte de la SARL DU RAISIN NOIR, la présente
étude de sol a été réalisée sur la commune de FRONTON.

I.2. PROJET, DOCUMENTS REÇUS ET HYPOTHESES


Le projet consiste en la réalisation d’un lotissement de 13 à 16 ha, ainsi que des
voiries de 2000 ml environ.

Pour remplir cette mission, les documents suivants nous ont été transmis :

Documents Emetteur Référence Date Echelle

Plans de situation NOVILIS Néant - -


Plan cadastral NOVILIS Néant - 1 /1000
Plan de projet NOVILIS Néant - 1 /1000

I.3. MISSIONS
Notre mission consiste en :
L’étude des fondations
Le projet n’étant actuellement pas défini, notre mission se limitera à :
- donner une première orientation sur le système de fondation à prévoir
pour les futures constructions,
- donner une orientation sur la faisabilité d’un dallage.
Cette mission correspond à la mission G11 selon les termes de la norme NFP 94-
500 relative aux missions géotechniques.
L’étude des voiries
Notre mission consistera à :
- procéder à une étude d’amélioration de la portance du fond de forme
de voirie par un traitement à la chaux (dosage à 2%),
- procéder à un pré-dimensionnement de la structure de voirie pour des
trafics de type T4 et T5.
Cette étude correspond à la mission G12 pour l’étude selon les termes de la
norme NF P 94-500 relative aux missions géotechniques.
Il est rappelé que ces missions G12 doivent être complétées par une mission G12,
G2 d’étude de projet géotechnique puis par des missions G3 et G4 (études et suivis
d’exécution des ouvrages géotechniques) afin de limiter les aléas géotechniques qui peuvent
apparaître en cours d’exécution ou après réception des ouvrages. ARGITEC reste à la
disposition des intervenants, et notamment de l’équipe de maîtrise d’œuvre, pour l’exécution
de ces missions complémentaires.
L’exploitation et l’utilisation de ce rapport doivent respecter les « Conditions
d’utilisation du présent document » données en fin de rapport (cf. page 12).

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 4


II. CONTEXTE DU SITE ET CONTENU DE LA RECONNAISSANCE

II.1. LE SITE
Le site se localise au Sud de Fronton à proximité de la D29 et du chemin du
Buguet.
Le terrain est actuellement utilisé pour la culture agricole (prairie et plants de
vignes). Il a une superficie de 13 à 16 ha m².
La zone d’étude est globalement plane.
Géologiquement, on doit s’attendre à rencontrer les formations des Terrasses
moyennes recouvrant les Molasses de l’Agenais Aquitanien.

II.2. CONTENU DE LA RECONNAISSANCE


La campagne de reconnaissance a consisté en la réalisation des sondages et
essais suivants :
11 sondages géologiques (F1 à F11), réalisés avec une pelle mécanique. Les profondeurs
atteintes sont de 0,5 à 2,3 m/TNA.
17 pénétromètres dynamiques (PD1 à PD17), suivant la norme NFP 94-115. Les profondeurs
atteintes sont de 0,5 à 1,4 m/TNA.
 3 sondages géologiques (ST1 à ST3), réalisés en diamètre 100 mm, afin de
réaliser 3 tests de percolation de type Porchet à niveau variable. Les profondeurs atteintes
sont de 1,50 m/TNA.
 1 série d’essais de laboratoire permettant de déterminer la classe GTR du sol et
une mesure de l’indice portant immédiat et après 4 jours d’immersion sur sol traité à 2% de
chaux et sur sol traité à 5% de liant. Ces essais sont en cours de réalisation.

II.3. IMPLANTATION DES SONDAGES


La position des sondages et essais figure sur le schéma d’implantation en page
16.
L’implantation a été réalisée au mieux des conditions d’accès et au mieux de la
précision des plans remis pour la campagne de reconnaissance.

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 5


III. RESULTATS DE LA RECONNAISSANCE

III.1. NATURE DES SOLS


La campagne de reconnaissance a mis en évidence les formations suivantes :
 sous une couverture de terre végétale d’une épaisseur d’environ 10 cm, des argiles
limoneuses de teinte marron, reconnues jusqu'à 0,20 à 0,80 m de profondeur /TNA.
 des argiles, de teinte marron-clair beige reconnues jusqu'à 0,30 à 2,30 m de
profondeur/TNA.
 des argiles marneuses de teinte marron-gris, contenant des petits graviers, reconnues
jusqu'à 1,40 m de profondeur, visible uniquement au sud-est du terrain.
 des marnes rencontrées au même niveau que les argiles marneuses et jusqu'à
1,50 m /TNA, profondeur d’arrêt de la reconnaissance.
 des graves argilo-sableuses de teinte marron reconnues jusqu'à 0,50 à 2,40 m de
profondeur /TNA, profondeur d’arrêt de la reconnaissance.
On observe une variation importante du toit des graves sur la zone d’étude, de 0,30 à 2,30 m
de profondeur /TNA.

III.2. CARACTERISTIQUES DES SOLS


Les caractéristiques mécaniques de résistance au pénétromètre dynamique des
sols sont données dans le tableau ci-dessous :
Profondeur Résistance au pénétromètre
Nature des sols
moyenne (m) dynamique qd (MPa)
0,80 Argile 3 à 30

1,30 Argile marneuse 3 à 30

1,50 marne ≥30

1,00 grave ≥30

III.3. PERMÉABILITÉ DES SOLS


Les résultats des tests de percolation réalisés au droit des sondages ST1 à ST3,
entre 0 et 1,50 m de profondeur/TNA sont donnés dans le tableau suivant ;
Sondage Perméabilité en m/s Perméabilité en mm/h
ST1 3.10-5 108
ST2 2.10-7 0,72
ST3 3.10-5 108

Ces essais caractérisent des sols faiblement perméables.


Les procès verbaux des tests de percolation sont présentés en pages 45 à 47.

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 6


III.4 RISQUES GEOTECHNIQUES, NATURELS ET ANTHROPIQUES DU SITE
La commune a été déclarée en catastrophe naturelle au titre de la sécheresse,
des mouvements de terrain et des tassements différentiels en 1991, 1998, 2002, 2005
2008
La commune de Fronton a fait l’objet d’un PPR vis-à-vis des tassements
différentiels des sols (sécheresse) en 2010.
Le terrain se situe en zone de sismicité 1 selon la règlementation parasismique de
2010.

III.5. HYDROGEOLOGIE DU SECTEUR


Aucun niveau d’eau n’a été relevé dans les sondages. Ce relevé a un caractère
ponctuel et instantané, et ne permet pas de préciser l’ensemble des circulations d’eau qui
peuvent se produire en période pluvieuse.
Compte tenu de la morphologie du site, des circulations d'eau superficielles
peuvent notamment se produire en période pluvieuse.

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 7


IV – PROPOSITIONS DE FONDATIONS DES OUVRAGES GEOTECHNIQUES

IV.1. FONDATION DE LA STRUCTURE (DTU 13-12)

- Principe de fondation – niveaux d’assise


Les caractéristiques du projet ne sont pas défini lors de la réalisation de cette
étude, le principe de fondation est donné à titre indicatif, pour des bâtiments de type R+0 à
R+1 sans niveau de sous-sol.
Les charges de la structure serons reprises par l’intermédiaire de semelles filantes
continues ou isolées, descendues dans les graves, les argiles ou les argiles marneuses
reconnues à partir de 0,20 à 0,80 m de profondeur.
Dans tous les cas l’assise des fondations devra également être située à une
profondeur minimale de 1,50 m par rapport au niveau extérieur fini afin de respecter les
préconisations vis-à-vis des phénomènes de retrait-gonflement.

- Contraintes limites de calcul


Sous réserve du respect du principe de fondation précité, les contraintes verticales
centrées de calcul à prendre en compte pour la justification vis-à-vis des Etats limites Ultimes
et de Services seront limitées à :
0,3 qELU 0,45 MPa (4,5 bars)
0,2 qELS 0,3 MPa (3 bars)

- Sujétions d’exécution
Les fondations voisines descendues à des niveaux différents seront établis
en redans selon une pente de 3H/2V (3 Horizontalement pour 2 Verticalement)
Compte tenu du caractère sensible au remaniement et à l’eau du sol d’assise, les
fonds de fouille seront finis manuellement ou au godet de curage.
On s’assurera que le sol d’assise des fondations est homogène sous l’ensemble
des bâtiments.
Il convient de couler le béton de propreté ou le gros béton dès l’ouverture des
fouilles afin d’éviter l’altération ou la décompression du sol d’assise. Le béton des semelles
sera ensuite coulé à pleine fouille sur toute la hauteur.
Toute poche de remblai ou de moindre consistance et tout vestige (souche d’arbre,
ancien ouvrage enterré…) détecté à l’ouverture des fouilles sera purgé et remplacé par un
gros béton coulé pleine fouille.
En cas d’arrivées d’eau à l’ouverture des fouilles, il conviendra de les assécher par
un dispositif adapté à leur importance et à la nature des terrains (drainage, pompage par
exemple…).
L’entreprise retenue devra mettre en œuvre un matériel suffisamment puissant et
éventuellement l’utilisation d’un BRH, pour atteindre l’ancrage nécessaire au sein de la
Molasse.
En cas de mise à jour de lentilles sableuses en fond de fouille, ces dernières
devront impérativement être traversées. De ce fait, des surprofondeurs ponctuelles ne sont
pas à exclure.
Tous les travaux devront être réalisés selon les règles de l’Art.

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 8


- Dispositions constructives complémentaires
Afin de limiter les effets des variations volumétriques des sols lors des
déséquilibres hydriques, il convient de prévoir les dispositions complémentaires suivantes :
- raidissement suffisant de la structure (chaînages verticaux et horizontaux) de
façon à obtenir un ensemble monolithique.
- réalisation des fondations en mobilisant le plus possible la totalité de la
contrainte admissible aux ELS ;
- limitation des variations hydriques sur le pourtour de la construction (trottoirs,
géomembranes….) ;
- mise en place de joints de rupture au droit des parties chargées différemment ;
- éloignement de toute plantation d’arbre de hautes tiges d’au minimum 1,5 fois la
hauteur de l’arbre adulte par rapport au bâtiment.
- réseaux d’eau (AEP, EP, EU) équipés de raccords souples lorsqu’ils traversent une
fondation et exutoire éloigné de la construction.
- les fondations gros béton devront avoir une hauteur minimale de 1,00 m et leur
base à -1,50 m de profondeur/TN extérieur fini.

IV.2. DALLAGES

Compte tenu de la sensibilité des argiles aux phénomènes de retrait/gonflement,


la réalisation de dallage n’est pas recommandée.
On s’orientera vers la réalisation d’un plancher sur vide-sanitaire ou dalle portée
en prenant soin d’aménager un espace entre le terrain et la sous face de la dalle.

IV.3. VOIRIES

IV.3.1. Résultats des analyses de laboratoire

- Résultats
Les essais de laboratoire sont en cours,

IV.3.2. Etude des voiries


Nous vous proposons ici une première approche pour le dimensionnement des voiries.

- Projet
Le projet comporte la réalisation de voiries de trafics de type t4 et t5.
L’objectif recherché est une plateforme de classe PF2.

- Arases terrassements
Après décapage de la frange superficielle sur 20 à 80 cm, le fond de forme obtenu
sera constitué par des matériaux argileux (classe A2 selon le GTR 92 (hypothèse)).
Compte tenu de la nature de ces matériaux dans un état hydrique moyen nous
pouvons définir une PST de type 3 avec une arase de classe AR1 (PST3-AR1).
Au vu de la sensibilité des matériaux qui constitueront l’arase, leur portance risque
de chuter en période climatique défavorable (risque d’orniérage important, glissance en
période défavorable, suite à une pluie même modérée) pouvant nécessiter un prétraitement
de la plateforme voire un engravement.

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 9


- Préparation du fond de forme
Après décapage de la terre végétale sur une épaisseur moyenne de 0,40 m, le
fond de forme sera constitué par des argiles (classe GTR A), et de portance P1 à long terme.
Toute poche décomprimée de matériau évolutif ou de moindre consistance,
rencontrée en fond de forme, sera purgée.

Remarque : Si les travaux ont lieu en période défavorable ou si le fond de forme présentait
une teneur en eau trop importante, un cloutage du fond de forme et la pose d’un géotextile
pourront s’avérer nécessaire. Un traitement du fond de forme pourra également être
envisagé.

Pour le rattrapage des éventuels hors profils après purge ou au niveau des fossés,
on prévoira la réalisation d’une couche de forme en classe D2 selon le GTR, comportant
moins de 5 % de fines soigneusement compacté.

- Exemples de pré-dimensionnement
Les chaussées pourront être réalisées de la manière suivante (donné à titre
indicatif) :
Couche de forme :
Compte tenu des caractéristiques du terrain en place, une couche de forme est
nécessaire.
Conformément au GTR92, on pourra s’orienter :

- Soit Couche de forme (type D2 ou D3) emini = 30 cm


Géotextile anti-contaminant en fond de forme
La couche de forme sera réceptionnée par essais à la plaque mode opératoire
LCPC afin de s'assurer que les valeurs cibles ont bien été atteintes. Les critères de réceptions
des plateformes seront les suivants :
EV2 > 50 MPa pour une plateforme de classe PF2
- Soit un traitement des sols en place à la chaux emini = 35 cm
D’après les essais en laboratoire, un traitement à 1 et 2% de chaux est efficace.
En fonction de l’état hydrique des sols à l’ouverture du chantier, des adaptations pourront
s’avérer nécessaires (augmentation ponctuelle de chaux, purge, drainage, …).
On se ramènera ainsi à une plateforme de classe PF2.
Structures des chaussées
Structure sur plateforme de classe PF2 :
Trafic t5
Couche de surface (béton bitumineux) e = 5 cm
Couche de fondation/base (GNT) e = 25 cm
Cette structure est donnée pour un trafic t5 et une plateforme de classe PF2. Le
dimensionnement définitif de la structure de chaussée dépendra du trafic, durée de vie et des
conditions de gel.
Trafic t4
Couche de surface (béton bitumineux) e = 5 cm

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 10


Couche de fondation/base (GNT) e = 30 cm
Cette structure est donnée pour un trafic t4 et une plateforme de classe PF2. Le
dimensionnement définitif de la structure de chaussée dépendra du trafic, durée de vie et des
conditions de gel.

∞∞∞∞∞∞∞∞

Ce rapport est provisoire en attente des résultats des essais de laboratoire.


Nous restons au service des Responsables du projet pour tout complément
d’information.

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 11


CONDITIONS D’UTILISATION DU PRESENT DOCUMENT
1. ARGITEC ne peut être en aucun cas tenu à une obligation de résultats car les prestations d’études et de
conseil sont réputées incertaines par nature ; ARGITEC n’est donc tenu qu’à une obligation de moyens.

2. Le présent document et ses annexes constituent un tout indissociable. Les interprétations erronées qui
pourront en être faites à partir d’une communication ou reproduction partielle ne saurait engager la Société
ARGITEC. En particulier, il ne s’applique qu’aux ouvrages décrits et uniquement à ces derniers.

3. Toute modification du projet initial concernant la conception, l’implantation, le niveau ou la taille de


l’ouvrage devra être signalée à ARGITEC. En effet, ces modifications peuvent être de nature à rendre caducs
certains éléments ou la totalité des conclusions de l’étude.

4. Si, en l’absence de plans précis des ouvrages projetés, ARGITEC a été amené dans le présent document à
faire une ou des hypothèses sur le projet, il appartient au Maître d’Ouvrage ou à son Maître d’Œuvre, de
communiquer par écrit ses observations éventuelles à ARGITEC sans quoi, il ne pourrait en aucun cas et
pour aucune raison être reproché à ARGITEC d’avoir établi son étude pour le projet décrit dans le présent
document.

5. Des éléments nouveaux mis en évidence lors de reconnaissances complémentaires ou lors de l’exécution
des fouilles ou des fondations et n’ayant pu être détectés au cours des opérations de reconnaissance
(failles, remblais anciens ou récents, caverne de dissolution, hétérogénéité localisée, venue d’eau, pollution,
etc...) peuvent rendre caduques les conclusions du présent document en tout ou en partie.
Ces éléments nouveaux ainsi que tout incident important survenant au cours des travaux (éboulements des
fouilles, dégâts occasionnés aux constructions existantes, glissement de talus, etc...) doivent être
immédiatement signalés à ARGITEC pour lui permettre de reconsidérer et d’adapter éventuellement les
solutions initialement préconisées et ceci dans le cadre de missions complémentaires.

6. Pour les raisons développées au § 4, et sauf stipulation contraire explicite de la part d’ARGITEC, l’utilisation
de la présente étude pour chiffrer, à forfait ou non, le coût de tout ou partie des ouvrages d’infrastructure ne
saurait en aucun cas engager la responsabilité d’ARGITEC. Une mission G2 minimum est nécessaire pour
estimer des quantités, coûts et délais d’ouvrages géotechniques.

7. ARGITEC ne pourrait être rendu responsable des modifications apportées à la présente étude sans son
consentement écrit.

8. Il est vivement recommandé au Maître d’Ouvrage, au Maître d’Œuvre ou à l’Entreprise de faire procéder, au
moment de l’ouverture des fouilles ou de la réalisation des premiers pieux ou puits, à une visite de chantier
par un spécialiste. Cette visite est normalement prévue par ARGITEC lorsqu’elle est chargée d’une mission
spécifique G4 de suivi de l’exécution des travaux de fondations. Le client est alors prié de prévenir ARGITEC
en temps utile.
Cette visite a pour objet de vérifier que la nature des sols et la profondeur de l’horizon de fondation sont
conformes aux données de l’étude. Elle donne lieu à l’établissement d’un compte-rendu.

9. Les éventuelles altitudes indiquées pour chaque sondage (qu’il s’agisse de cotes de références rattachées à
un repère arbitraire ou de cotes NGF) ne sont données qu’à titre indicatif. Seules font foi les profondeurs
mesurées depuis le sommet des sondages et comptées à partir du niveau du sol au moment de la
réalisation des essais. Pour que ces altitudes soient garanties, il convient qu’elles soient relevées par un
Géomètre Expert. Il en va de même pour l’implantation des sondages sur le terrain.

10. Le Maître d’Ouvrage devra informer ARGITEC de la Date Réelle d’Ouverture du Chantier (DROC) et faire
réactualiser le présent document en cas d’ouverture de chantier plus de 2 ans après la date d’établissement
du présent document. De même il est tenu d’informer ARGITEC du montant global de l’opération et de la
date prévisible de réception de l’ouvrage.

11. Il appartient à l’assurance dommage ouvrage de vérifier que nos garanties suffisent à couvrir les risques
liés à cet ouvrage.

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 12


Classification des missions types d’ingénierie géotechnique
L’enchaînement des missions d’ingénierie géotechnique doit suivre les étapes d’élaboration et de réalisation de tout projet pour contribuer à la
maîtrise des risques géologiques. Chaque mission s’appuie sur des investigations géotechniques spécifiques. Il appartient au Maître d’Ouvrage ou
à son mandataire de veiller à la réalisation successive de toutes ces missions par une ingénierie géotechnique.

ETAPE 1 : ÉTUDES GÉOTECHNIQUES PREALABLES (G1)


Ces missions excluent toute approche des quantités, délais et coûts d’exécution des ouvrages géotechniques qui entrent dans le cadre d’une
mission d’étude géotechnique de projet (étape 2).Elles sont normalement à la charge du Maître d’Ouvrage.
ETUDE GEOTECHNIQUE PRELIMINAIRE DE SITE (G11)
Elle est réalisée au stade d’une étude préliminaire ou d’esquisse et permet une première identification des risques géologiques d’un site :
- Faire une enquête documentaire sur le cadre géotechnique spécifique du site et l’existence d’avoisinants.
- Définir un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les résultats.
- Fournir un rapport avec un modèle géologique préliminaire, certains principes généraux d’adaptation du projet au site et une première
identification des risques.
ETUDE GEOTECHNIQUE D’AVANT PROJET (G12)
Elle est réalisée au stade d’avant projet et permet de réduire les conséquences des risques géologiques majeurs identifiés :
- Définir un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les résultats.
- Fournir un rapport donnant les hypothèses géotechniques à prendre en compte au stade de l’avant-projet, certains principes généraux de
construction (notamment terrassements, soutènements, fondations, risques de déformation des terrains, dispositions générales vis-à-vis des
nappes et avoisinants).
Cette étude sera obligatoirement complétée lors de l’étude géotechnique de projet (étape 2).

ETAPE 2 : ÉTUDE GÉOTECHNIQUE DE PROJET (G2)


Elle est réalisée pour définir le projet des ouvrages géotechniques et permet de réduire les conséquences des risques géologiques importants
identifiés. Elle est normalement à la charge du Maître d’Ouvrage et peut être intégrée à la mission de maîtrise d’œuvre générale.
Phase Projet
- Définir un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les résultats.
- Fournir une synthèse actualisée du site et les notes techniques donnant les méthodes d’exécution proposées pour les ouvrages géotechniques
(notamment terrassements, soutènements, fondations, dispositions vis-à-vis des nappes et avoisinants) et les valeurs seuils associées, certaines
notes de calcul de dimensionnement niveau projet.
- Fournir une approche des quantités/délais/coûts d’exécution de ces ouvrages géotechniques et une identification des conséquences des risques
géologiques résiduels.
Phase Assistance aux Contrats de Travaux
- Etablir les documents nécessaires à la consultation des entreprises pour l’exécution des ouvrages géotechniques (plans, notices techniques,
cadre et bordereau des prix et d’estimatif, planning prévisionnel).
- Assister le client pour la sélection des entreprises et l’analyse technique des offres.

ETAPE 3 : EXECUTION DES OUVRAGES GEOTECHNIQUES (G3 et G4, distinctes et simultanées)


ÉTUDE ET SUIVI GÉOTECHNIQUES D’EXECUTION (G3)
Se déroulant en 2 phases interactives et indissociables, elle permet de réduire les risques résiduels par la mise en œuvre à temps de mesures
d’adaptation ou d’optimisation. Elle est normalement confiée à l’entrepreneur.
Phase Etude
- Définir un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les résultats.
- Etudier dans le détail les ouvrages géotechniques : notamment validation des hypothèses géotechniques, définition et dimensionnement (calculs
justificatifs), méthodes et conditions d’exécution (phasages, suivis, contrôles, auscultations en fonction des valeurs seuils associées, dispositions
constructives complémentaires éventuelles), élaborer le dossier géotechnique d’exécution.
Phase Suivi
- Suivre le programme d’auscultation et l’exécution des ouvrages géotechniques, déclencher si nécessaire les dispositions constructives
prédéfinies en phase Etude.
- Vérifier les données géotechniques par relevés lors des excavations et par un programme d’investigations géotechniques complémentaire si
nécessaire (le réaliser ou en assurer le suivi technique, en exploiter les résultats).
- Participer à l’établissement du dossier de fin de travaux et des recommandations de maintenance des ouvrages géotechniques.
SUPERVISION GEOTECHNIQUE D’EXECUTION (G4)
Elle permet de vérifier la conformité aux objectifs du projet, de l’étude et du suivi géotechniques d’exécution. Elle est normalement à la charge du
Maître d’Ouvrage.
Phase Supervision de l’étude d’exécution
Avis sur l’étude géotechnique d’exécution, sur les adaptations ou optimisations potentielles des ouvrages géotechniques proposées par
l’entrepreneur, sur le programme d’auscultation et les valeurs seuils associées.
Phase Supervision du suivi d’exécution
Avis, par interventions ponctuelles sur le chantier, sur le contexte géotechnique tel qu’observé par l’entrepreneur, sur le comportement observé
de l’ouvrage et des avoisinants concernés et sur l’adaptation ou l’optimisation de l’ouvrage géotechnique proposée par l’entrepreneur.

DIAGNOSTIC GEOTECHNIQUE (G5)


Pendant le déroulement d’un projet ou au cours de la vie d’un ouvrage, il peut être nécessaire de procéder, de façon strictement limitative, à
l’étude d’un ou plusieurs éléments géotechniques spécifiques, dans le cadre d’une mission ponctuelle.
- Définir, après enquête documentaire, un programme d’investigations géotechniques spécifique, le réaliser ou en assurer le suivi technique, en
exploiter les résultats.
- Etudier un ou plusieurs éléments géotechniques spécifiques (par exemple soutènement, rabattement, causes géotechniques d’un désordre) dans
le cadre de ce diagnostic, mais sans aucune implication dans d’autres éléments géotechniques.
Des études géotechniques de projet et/ou d’exécution, de suivi et de supervision, doivent être réalisées ultérieurement, conformément à
l’enchaînement des missions d’ingénierie géotechnique, si ce diagnostic conduit à modifier ou à réaliser des travaux.

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 13


Extrait de la norme NF P 94-500 révisée en 2006
4. Classification et enchaînement des missions types d’ingénierie géotechnique
Tout ouvrage est en interaction avec son environnement géotechnique. C’est pourquoi, au même titre que les autres
ingénieries, l’ingénierie géotechnique est une composante de la maîtrise d’œuvre indispensable à l’étude puis à la
réalisation de tout projet.
Le modèle géologique et le contexte géotechnique général d’un site, définis lors d’une mission géotechnique préliminaire, ne
peuvent servir qu’à identifier des risques potentiels liés aux aléas géologiques du site. L’étude de leurs conséquences et leur
réduction éventuelle ne peut être faite que lors d’une mission géotechnique au stade de la mise au point du projet : en effet
les contraintes géotechniques de site sont conditionnées par la nature de l’ouvrage et variables dans le temps, puisque les
formations géologiques se comportent différemment en fonction des sollicitations auxquelles elles sont soumises
(géométrie de l’ouvrage, intensité et durée des efforts, cycles climatiques, procédés de construction, phasage des travaux
notamment).
L’ingénierie géotechnique doit donc être associée aux autres ingénieries, à toutes les étapes successives d’étude et de
réalisation d’un projet, et ainsi contribuer à une gestion efficace des risques géologiques afin de fiabiliser le délai
d’exécution, le coût réel et la qualité des ouvrages géotechniques que comporte le projet.
L’enchaînement et la définition synthétique des missions types d’ingénierie géotechnique sont donnés dans les tableaux 1 et
2. Les éléments de chaque mission sont spécifiés dans les chapitres 7 à 9. Les exigences qui y sont présentées sont à
respecter pour chacune des missions, en plus des exigences générales décrites au chapitre 5 de la présente norme.
L’objectif de chaque mission, ainsi que ses limites, sont rappelés en tête de chaque chapitre. Les éléments de la prestation
d’investigations géotechniques sont spécifiés au chapitre 6.

Tableau 1 – Schéma d’enchaînement des missions types d’ingénierie géotechnique

Objectifs en termes de Prestations


Phase d’avancement Missions d’ingénierie
Étape gestion des risques liés d’investigations
du projet géotechnique
aux aléas géologiques géotechniques *

Étude préliminaire
Étude géotechnique Première identification Fonction des données
Étude d’esquisse préliminaire de site (G11) des risques existantes

1 Identification des aléas


Fonction des données
Étude géotechnique d’avant- majeurs et principes
Avant projet existantes et de l’avant-
projet (G12) généraux pour en limiter
projet
les conséquences

Projet Identification des aléas


Assistance aux Étude géotechnique de projet importants et dispositions Fonction des choix
2
Contrats de Travaux (G2) pour en réduire les constructifs
(ACT) conséquences

Fonction des méthodes de


Étude et suivi géotechniques
construction mises en
d’exécution (G3) Identification des aléas
œuvre
résiduels et dispositions
3 Exécution
pour en limiter les
Supervision géotechnique conséquences Fonction des conditions
d’exécution (G4) rencontrées à l’exécution

Étude d’un ou plusieurs


Analyse des risques liés à
Cas éléments Fonction de la spécificité
Diagnostic géotechnique (G5) ce ou ces éléments
particulier géotechniques des éléments étudiés
géotechniques
spécifiques

* NOTE : à définir par l’ingénierie géotechnique chargée de la mission correspondante

ARGITEC R 2012-0343A-31 FRONTON Construction d’un lotissement 14