Vous êtes sur la page 1sur 3

Base de données

Biotox
Mise à jour : 05/2018

Phtalate de diéthyle
Famille Phtalates

Fiche(s) toxicologique(s) -

Fiche(s) Metropol -

Numéro CAS principal 84-66-2

Substances concernées Synonymes :


DEP ; Diéthylphtalate

Dosages disponibles pour cette substance


Mono-éthyl-phtalate (MEP) urinaire

Renseignements utiles sur la substance


Toxicocinétique - Métabolisme
Le diéthylphtalate (DEP) peut pénétrer dans l’organisme par inhalation, par ingestion et par voie cutanée mais cette absorption n’est pas quantifiée.
Le DEP se distribue dans tout l’organisme.

Quelle que soit la voie d’absorption, le DEP est d’abord hydrolysé (par une lipase pancréatique dès avant l’absorption, en cas de pénétration par voie
digestive) avec formation d’un monoester : le mono-éthyl-phtalate (ou phtalate de monoéthyle ou MEP), métabolite principal. Puis le MEP peut subir
une oxydation de sa chaine latérale avec formation de métabolites secondaires, ainsi qu’une hydrolyse avec formation d’acide ortho-phtalique.

Ces métabolites (MEP et acide ortho-phtalique) sont excrétés dans les urines, le MEP étant éliminé sous formes glucuro- et sulfo-conjuguées. Une
faible partie est probablement éliminée sous forme inchangée dans les urines. La demi-vie d’élimination du MEP serait de l’ordre de 3-4 heures.

Substances à doser - Moment du prélèvement


Le dosage du MEP urinaire en fin de poste de travail est proposé pour la surveillance biologique (SBEP) des sujets professionnellement exposés. Afin
de prendre en compte les apports extraprofessionnels, il peut être utile de compléter par un 2 ème dosage en début de poste – début de semaine. Il
existe, pour un même individu, une grande variabilité des taux de MEP urinaire dans la journée, avec des taux plus bas le matin et un pic en milieu
de journée.

En raison de la large utilisation du DEP, en particulier dans les cosmétiques, le MEP est mesurable dans les urines de la plupart des individus de la
population générale.

Chez 156 travailleurs exposés à différents phtalates dont le DEP et travaillant dans 8 secteurs industriels différents, les concentrations urinaires de MEP
en fin de poste variaient d’un facteur 12 entre les différents secteurs : médianes des concentrations urinaires de MEP plus importantes dans les secteurs
de la production de phtalates, de l’ordre de 430 µg/g. de créatinine (ou 1 270 µg/L), avec des maxima pouvant atteindre 4 500 µg/g. de créatinine (ou
10 900 µg/L). Dans cette même étude, la médiane des concentrations urinaires de MEP en fin de poste dans les salons de manucure était de l’ordre
de 183 µg/g. de créatinine (ou 196 µg/L), avec des maxima en fin de poste pouvant atteindre 1 580 µg/g. de créatinine (ou 1 100 µg/L) ; les taux de
MEP urinaires augmentant entre le milieu du poste et la fin de poste.

Interférences – Interprétation
Dans l’interprétation des résultats, on tiendra compte surtout de l’utilisation de cosmétiques (vernis à ongles, laques, parfums, tous produits bombes
aérosols, ...) et de certaines préparations biocides susceptibles de contenir du DEP (insecticides mais aussi désinfectants, anti-arachnides...).

Il faudra également tenir compte des traitements médicamenteux qui peuvent être responsables d’une augmentation des concentrations urinaires de
MEP du fait de la présence de DEP dans les excipients de très nombreuses formulations, de la prise de compléments alimentaires, voire de
l’alimentation (végétaux).

Dans tous les cas, prendre contact avec le laboratoire ; en effet les prélèvements urinaires doivent être réalisés sur des tubes préalablement testés et
ne présentant pas de niveaux détectables de phtalate ; de plus la congélation rapide à -20°C des échantillons urinaires est le plus souvent préconisée.

Bibliographie
Aylward LL, Hays SM, Gagné M, Krishnan K - Derivation of Biomonitoring Equivalents for di-n-butyl phthalate (DBP), benzylbutyl phthalate (BzBP),
and diethyl phthalate (DEP). Regul Toxicol Pharmacol . 2009 ; 55 (3) : 259-67.
Calafat AM, McKee RH - Integrating biomonitoring exposure data into the risk assessment process: phthalates [diethyl phthalate and di(2-ethylhexyl)
phthalate] as a case study. Environ Health Perspect. 2006 ; 114 (11) : 1783-789.
Colacino JA, Harris TR, Schecter A - Dietary intake is associated with phthalate body burden in a nationally representative sample. Environ Health

Base de données Biotox, sur le site web de l'INRS : www.inrs.fr/biotox - 05/2018 Page 1 / 3
Base de données
Biotox
Mise à jour : 05/2018

Perspect. 2010 ; 118 (7) : 998-1003.

Connaissances relatives aux données de toxicité sur les composés de la famille des Phtalates (Tome 3). Note d’accompagnement. Rapport d’étude.
Maisons-Alfort : ANSES ; 2015 ( https://w w w .anses.fr/fr/system/files/SUBCHIM2009sa0331Ra-106.pdf).
Hines CJ, Nilsen Hopf NB, Deddens JA, Calafat AM et al. - Urinary phthalate metabolite concentrations among workers in selected industries: a pilot
biomonitoring study. Ann Occup Hyg. 2009 ; 53 (1) : 1-17.
Johns LE, Cooper GS, Galizia A, Meeker JD - Exposure assessment issues in epidemiology studies of phthalates. Environ Int. 2015 ; 85 : 27-39.
Kelley KE, Hernández-Díaz S, Chaplin EL, Hauser R et al. - Identification of phthalates in medications and dietary supplement formulations in the
United States and Canada. Environ Health Perspect. 2012 ; 120 (3) : 379-84.
Koch HM, Lorber M, Christensen KL, Pälmke C et al. - Identifying sources of phthalate exposure with human biomonitoring: results of a 48h fasting
study with urine collection and personal activity patterns. Int J Hyg Environ Health. 2013 ; 216 (6) : 672-81.
National Report on Human Exposure to Environmental Chemicals. CDC, February 2015 ( w w w .cdc.gov /exposurereport/).
Preau JL Jr, Wong LY, Silva MJ, Needham LL et al. - Variability over 1 week in the urinary concentrations of metabolites of diethyl phthalate and
di(2-ethylhexyl) phthalate among eight adults: an observational study. Environ Health Perspect. 2010 ; 118 (12) : 1748-754.
Steckling N, Gotti A, Bose-O'Reilly S, Chapizanis D et al. - Biomarkers of exposure in environment-wide association studies - Opportunities to
decode the exposome using human biomonitoring data. Environ Res. 2018 ; 164 : 597-624.
Weschler CJ, Bekö G, Koch HM, Salthammer T et al. - Transdermal Uptake of Diethyl Phthalate and Di(n-butyl) Phthalate Directly from Air:
Experimental Verification. Environ Health Perspect. 2015 ; 123 (10) : 928-34.

Pour en savoir plus

Base de données Biotox, sur le site web de l'INRS : www.inrs.fr/biotox - 05/2018 Page 2 / 3
Base de données
Biotox
Mise à jour : 05/2018

Renseignements utiles pour le dosage de Mono-éthyl-phtalate (MEP) urinaire


Valeurs biologiques d'interprétation (VBI)
issues de la population générale adulte MEP urinaire < 688 µg/L (634 µg/g. de créatinine) (95 ème percentile des sujets de plus de 20 ans)
(NHANES, 2015).

Biomonitoring Equivalents (BEs) : MEP urinaire (sur les urines de 24 heures) = 18 mg/L (23 mg/g. de
créatinine), issu de la Reference Dose ou RfD de l'USEPA de 1993 (Aylward LL, 2009).

VBI françaises (VLB réglementaire, VLB valeur non déterminée


ANSES)

VBI européennes du SCOEL (BLV) valeur non déterminée

VBI américaines de l'ACGIH (BEI) valeur non déterminée

VBI allemandes de la DFG (BAT, EKA, valeur non déterminée


BLW)

VBI finlandaises du FIOH (BAL) valeur non déterminée

Moment dans la semaine indifférent

Moment dans la j ournée fin de poste

Facteur de conv ersion 1 µmol/L = 194 µg/L

Interv alle de coût Methode Chromatographie liquide couplée à deux spectrométries de masse en tandem (CL-MS/MS)
(voir HPLC-SM/SM) : 50.0 €

Historique
Fiche créée en 2016 - Mise à jour des parties "Renseignements utiles pour le dosage" et "Bibliographie" en 2018, "Renseignements utiles sur la
substance" en 2016.

Base de données Biotox, sur le site web de l'INRS : www.inrs.fr/biotox - 05/2018 Page 3 / 3