Vous êtes sur la page 1sur 52

ADRESSAGE DANS LES

RÉSEAUX
Prof. K. EL GHOLAMI

1
IDENTIFICATION DES MACHINES
SUR LE RÉSEAU

? ?
?

?
?
? ?
2
IDENTIFICATION DES
ORDINATEURS

 Adresse MAC (Medium Access Control) de la carte réseau


 00-04-75-8C-28-C3
 Adresse IP (protocole IP)
 192.168.1.10
 Nom d’hôte (Internet)
 serveur.ensak.ma
 Nom NETBIOS (Windows)
 SERVEUR

 Remarque:
On utilise des N° de port pour identifier les application dans une
machine (à voir plus tard dans ce cours)

3
ADRESSE MAC

4
DÉFINITION

 Une adresse MAC (Media Access Control), parfois nommée


adresse physique, est un identifiant physique stocké dans une
carte réseau ou une interface réseau similaire.
 À moins qu'elle n'ait été modifiée par l'utilisateur, elle est
unique au monde.
 Le MAC (acronyme de Media Access control) n'a aucun
rapport avec le Mac d'Apple (diminutif de Macintosh).
 Toutes les cartes réseau ont une adresse MAC, même celles
contenues dans les PC et autres appareils connectés
(tablette tactile, smartphone, consoles de jeux...).

5
UTILISATION

 Les adresses MAC, attribuées par l'IEEE, sont utilisées dans


beaucoup de technologies réseau, parmi lesquelles :
 ATM ;
 Ethernet ;
 Réseaux sans fil Bluetooth ;
 Réseaux sans fil Wi-Fi ;
 Token Ring ;
 ZigBee.

6
STRUCTURE
Une adresse MAC-48 est constituée de 48 bits (6 octets) et est
généralement représentée sous la forme hexadécimale en séparant les
octets par un double point ou un tiret. Par exemple 5E:FF:56:A2:AF:15.

Ces 48 bits sont répartis de la façon


suivante :

• 1 bit I/G (b1) : indique si l'adresse est


Individuelle, dans quel cas le bit sera à
0 (pour une machine unique, unicast)
ou de Groupe (multicast ou broadcast),
en passant le bit à 1 ;

• 1 bit U/L (b2) : indique si l'adresse est


Universelle (conforme au format de
l'IEEE) ou locale, 1 pour une adresse
administrée Localement ;

• 22 bits réservés : tous les bits sont à zéro


pour une adresse locale, sinon ils
contiennent l'adresse du constructeur ;
7
STRUCTURE
Une adresse MAC-48 est constituée de 48 bits (6 octets) et est
généralement représentée sous la forme hexadécimale en séparant les
octets par un double point ou un tiret. Par exemple 5E:FF:56:A2:AF:15.

Ces 48 bits sont répartis de la façon


suivante :

• 24 bits : adresse unique (pour


différencier les différentes cartes
réseaux d'un même constructeur).

• Les concepteurs d'Ethernet ayant utilisé


un adressage de 48 bits, il existe
potentiellement 248 (environ 281 000
milliards) d'adresses MAC possibles.
L'IEEE donne des préfixes de 24 bits
(appelés Organizationally Unique
Identifier - OUI) aux fabricants, ce qui
offre 224 (environ 16 millions) d'adresses
MAC disponibles par préfixe.

8
CHANGEMENT D'ADRESSE
MAC
 Certaines personnes souhaitent changer l'adresse de MAC (adresse
physique) d'une carte réseau local parce qu'une application en
demande une particulière pour fonctionner, ou aussi parfois parce qu'il
y a un conflit avec une autre adresse MAC sur le même réseau, ou pour
éviter d’être tracé.
 Avec certains OS, l'adresse matérielle MAC n'est pas utilisée
directement, ce qui permet de la modifier au niveau logiciel et non
physique, elle est alors modifiable par l'utilisateur. Son changement
permet de réduire le risque de traçage inhérent à tout identifiant
immuable3. Mais cela peut poser d'autres problèmes par la suite, par
exemple si l'accès à une connexion internet est filtré sur la base des
adresses MAC.
 Le changement peut être temporaire avec une commande ou persistant
en modifiant un fichier de configuration par exemple. Avec certains
pilotes l'adresse MAC peut directement être modifiée dans les propriétés
avancées de la carte réseau. À noter que certains logiciels tiers
permettent également cette modification

9
D’OÙ VIENT LE NOM
« MAC » ?

 MAC constitue la partie inférieure de la couche de liaison


(couche 2 du modèle OSI). Elle insère et traite ces adresses
au sein des trames transmises. Elle est parfois appelée
adresse ethernet, UAA (Universally Administered Address), BIA
(Burned-In Address), MAC-48 ou EUI-48.
 Avec l’augmentation rapide du nombre de périphériques et
l’apparition de l’IoT ‘Internet des Objets), l'IEEE a défini un
format similaire à 64 bits appelé EUI-64.

10
EUI-64

 La structure de l'adresse EUI-64 est similaire à celle de EUI-48.


La taille du champ OUI varie de 24 à 36 bits. Les valeurs FF:FF et
FF:FE dans les octets 4 et 5 sont interdites.
 Les adresses EUI-64 sont utilisées notamment par FireWire, IPv6,
ZigBee, 802.15.4, 6LoWPAN. Dans le cas d'IPv6, l'adresse EUI-64
est construite à partir de l'adresse MAC-48 en insérant FF:FE
dans les octets 4 et 5. L'adresse IPv6 utilise un format modifié
dans lequel le bit U/L est inversé (RFC 2464)

11
ORDRE DE TRANSMISSION

 En Ethernet, le bit le moins significatif de chaque octet est


transmis en premier, c'est-à-dire que le bit I/G est le premier
à être transmis. La convention de Token Ring est inverse, ce
qui peut mener à des confusions (RFC 2469)

12
ADRESSES PARTICULIÈRES

FF:FF:FF:FF:FF:FF Adresse broadcast


01:00:0C:CC:CC:CC Cisco Discovery Protocol
01:80:C2:00:00:00 Spanning Tree Protocol
33:33:xx:xx:xx:xx Adresses multicast IPv6
01:00:5E:xx:xx:xx Adresses multicast IPv4
00:00:0c:07:ac:xx Adresses HSRP
00:00:5E:00:01:XX Adresses VRRP

13
ADRESSE LOGIQUE « IP »

14
BUT D’UNE ADRESSE IP

 Identification unique
 Source (utilisée pour les réponse & quelque fois utilisé dans le
filtrage)
 Destination (pour que le réseau sache où envoyer les données)
 Format réseau indépendant : IP au dessus de tout

15
STRUCTURE DE BASE D’UNE
ADRESSE IP

 Nombre sur 32 bits (4 octets, donc 0-255, 0-255, 0-255, 0-255)

Représentation décimale
133 27 162 125

Représentation binaire

10000101 00011011 10100010 01111101

Représentation hexadécimale

85 1B A2 7D

16
LES NUMÉROS DE RÉSEAU (NET-ID)
ET DE STATION (HOST-ID)
Au sein d'un même réseau IP, toutes les adresses IP
commencent par la même suite de bits. L’adresse IP d’une
machine va en conséquence être composée de 2 parties :
 le net-id (la partie fixe) : ne change que si on change de
réseau
 le host-id (la partie variable): identifiant unique de chaque
machine au sein du même réseau.
 Exemple : 190.15.5.12 est une adresse IP constituée de :
 Id réseau : 190.15.5
 Id machine (hôte) 12
 L’adresse IP entière constitue un identifiant unique globale
dans machines (dans internet par exemple).

17
ADRESSE DE RÉSEAU ET
ADRESSE DE DIFFUSION
 Parmi les adresse IP possibles dans un réseau, on distingue deux
adresses particulières :
 Une adresse dont tous les bits de « id-hôte » sont égalent à 0. Elle s’appelle
adresse réseau.
 Exemple: 190.15.5.0 <-> 192.15.5.00000000(2)
 Une adresse dont tous les bits de « id-hôte » sont égalent à 1. Elle s’appelle
adresse de diffusion.
 Exemple: 190.15.5.255 <-> 192.15.5.11111111(2)
 Ces deux adresses ne doivent pas être attribuées à des machines, car la
première identifie le réseau alors que la deuxième est utilisé pour
diffuser les messages à toutes les machines du réseau (broadcast).
 Remarque : lors du calcule du nombres d’adresses IP possibles dans un
réseau, il faut toujours soustraire ces deux adresses.
 Exemple: pour une adresse de classe C (192.168.1.0): le nombre d’adresses
utilisables est : 2(n bits id-hôtes) – 2 = 28 – 2= 254

18
LE MASQUE DE RÉSEAU

 Un masque de réseau (net-mask) est une numéro spécial


permettant de calculer l’adresse réseau d’une adresse IP
donnée en masquant l’identifiant de l’hôte.
 En effet, c’est le masque qui permet de calculer le nombre de
bits réservés pour l’identifiant réseau.
 Le masque prend le format d’une @IP (A.B.C.D) avec :
 Les bits de la partie réseau sont remplacés par des 1.
 Les bites de la partie hôte sont remplacés par des 0.
 Le calcule de l’adresse du réseau se fait à l’aide d’une opération
ET logique bit par bit entre l’@ IP en question et sont masque de
réseau.
 Exemple de masque : 255.255.255.0
 190.15.5.22 ⊗ 255.255.255.0 = 190.15.5.0
ET

19
MASQUES RÉSEAU
(NETMASK)

 Plusieurs représentations:
 notation décimale à point: 255.255.255.0
 binaire: 11111111 11111111 11111111 00000000
 hexadécimale: 0xFFFFFF00
 nombre de bits: /24 (Notation CIDR)

20
TAILLE DES RÉSEAUX IP

 Un réseau IP peut avoir une taille très variable :


 une entreprise moyenne aura un réseau comportant une
centaine de machines.
 un campus universitaire aura un réseau comportant de quelques
milliers à quelques dizaines de milliers de machines.
 un grand fournisseur d'accès peut raccorder des millions de
postes.
 tous ces différents réseaux peuvent être interconnectés.

21
ADRESSAGE DANS LES RÉSEAUX
D’INTERCONNEXIONS (INTERNETS)

 Plus d’un réseau physique


 Différentes localités
 Plus grand nombre de machines
 Besoin de structure dans les adresses IP
 partie réseau indique de quel réseau on parle dans le réseau
d’interconnexion
 partie hôte identifie la machine sur ce réseau

22
ADRESSAGE PAR CLASSE (OBSOLÈTE)
(RFC 1700)
 À l'origine, le RFC 1700, « Assigned Numbers », regroupait les
plages monodiffusion selon différentes tailles, appelées des
adresses de classe A, B et C.
 Pour chaque adresse IP, un masque de sous-réseau est
assigné par défaut en fonction de sa classe.
 Il existe cinq classes d’adresses IP:
A, B, C, D et E

23
CLASSE A

 Le premier bit de ces adresses IP est à 0.


 Le masque décimal associé est 255.0.0.0, soit les 8 premiers
bits à 1.
 Les adresses de ces réseaux ont la forme décimale W.0.0.0
avec W variant 0 à (27-1 =) 127.
 Cette classe détermine ainsi (127 - 0 + 1 =) 128 réseaux.
 Le nombre de bits restant pour l'adressage des hôtes est de
(32 - 8 =) 24.
 Chaque réseau de cette classe peut donc contenir jusqu'à
224-2 = 16 777 214 machines.

24
CLASSE B

 Les 2 premiers bits de ces adresses IP sont à 1 et 0


respectivement.
 Le masque décimal associé est 255.255.0.0, soit les 16 premiers
bits à 1.
 Les adresses de ces réseaux ont la forme décimale W.X.0.0 avec
W variant de (27 =) 128 à (27 + 26-1 =) 191 et X variant de 0 à 255.
 Cette classe détermine ainsi
( (191 - 128 + 1) × (255 - 0 + 1) =) 16 384 réseaux.
 Le nombre de bits restant pour l'adressage des hôtes est de (32 -
16 =) 16.
 Chaque réseau de cette classe peut donc contenir jusqu'à 216-2
= 65 534 machines.

25
CLASSE C

 Les 3 premiers bits de ces adresses IP sont à 1, 1 et 0


respectivement.
 Le masque décimal associé est 255.255.255.0, soit les 24
premiers bits à 1.
 Les adresses de ces réseaux ont la forme décimale W.X.Y.0 avec
W variant de (27 + 26 =) 192 à (27 + 26 + 25-1 =) 223, X et Y variant
de 0 et 255 chacun.
 Cette classe détermine ainsi ( (223 - 192 + 1) × (255 - 0 + 1) × (255
- 0 + 1) =) 2 097 152 réseaux.
 Le nombre de bits restant pour l'adressage des hôtes est de (32 -
24 =) 8.
 Chaque réseau de cette classe peut donc contenir jusqu'à 28-2 =
254 machines.

26
CLASSE D

 Les 4 premiers bits de ces adresses IP sont à 1, 1, 1 et 0


respectivement.
 Le masque décimal associé par défaut est 240.0.0.0, soit les 4
premiers bits à 1.
 Les adresses de cette classe ont la forme décimale W.X.Y.Z
avec W variant de (27 + 26 + 25 =) 224 à (27 + 26 + 25 + 24-1 =)
239, X, Y et Z variant de 0 et 255 chacun.
 Cette classe est spéciale : elle est réservée à l'adressage de
groupes de diffusion multicast.

27
CLASSE E

 Les 4 premiers bits de ces adresses IP sont (tous) à 1.


 Le masque décimal associé par défaut est 240.0.0.0, soit les 4
premiers bits à 1.
 Les adresses de cette classe ont la forme décimale W.X.Y.Z avec
A variant de (27 + 26 + 25 + 24 =) 240 à (28-1 =) 255, X, Y et Z variant
de 0 et 255 chacun.
 Cette classe est également spéciale : elle est actuellement
réservée à un adressage de réseaux de recherche.

28
COMMENT CONNAÎTRE L’@MAC
& L’@IP DE SA MACHINE
 Dans l’invite de commande DOS, tapez :
 ipconfig (pour les informations de base)
 ipconfig /all (pour plus de detail « @IP », « @MAC » …

29
 Sous Linux, tapez « ifconfig » dans le terminal

30
ADRESSES PARTICULIÈRES

 Toutà 0 dans la partie hôte: l’adresse du réseau


lui même
 ex: 193.56.58.0/24 -> réseau 193.56.58.0
 ex: 80.248.72.128/25 -> réseau 80.248.72.128
 Toutà 1 dans la partie hôte: diffusion sur ce
réseau (broadcast)
 ex: 130.226.255.255 (130.226.0.0/16)
 ex: 134.132.100.255 (134.132.100.0/24)
 ex: 190.0.127.255 (190.0.0.0/17)
 127.0.0.0/8: boucle locale (loopback -> 127.0.0.1)
 0.0.0.0: utilisation spéciale (DHCP, ...)

31
CERTAINES ADRESSES SONT
RÉSERVÉES À UN USAGE
PARTICULIER (RFC 5735)
Bloc Usage Référence
0.0.0.0/0 Adresse réseau par défaut RFC 1700
10.0.0.0/8 Adresses privées RFC 1918

100.64.0.0/10 Espace partagé pour Carrier Grade NAT RFC 6598

127.0.0.0/8 adresse de bouclage (localhost) RFC 1122

169.254.0.0/16 Adresses locales auto-configurées (APIPA) RFC 3927

172.16.0.0/12 Adresses privées RFC 1918


192.0.0.0/24 Réservé par l'IETF RFC 5736
192.0.2.0/24 Réseau de test TEST-NET-1 RFC 5737
192.88.99.0/24 6to4 anycast RFC 3068
192.168.0.0/16 Adresses privées RFC 1918
198.18.0.0/15 Tests de performance RFC 2544
198.51.100.0/24 Réseau de test TEST-NET-2 RFC 5737
203.0.113.0/24 Réseau de test TEST-NET-3 RFC 5737
224.0.0.0/4 Multicast "Multidiffusion" RFC 5771

240.0.0.0/4 Réservé à un usage ultérieur non précisé RFC 1112

255.255.255.255/32 broadcast généralisé RFC 919


32
DISTRIBUTION DES ADRESSES IP

 Sur l'internet, l’organisme IANA « www.iana.com » est chargé de


la distribution des adresses IP.
 IANA a délégué la zone européenne à un organisme : le RIPE
NCC, et à l’AFRINIC dans la zone d'Afrique, etc. Ces organismes
distribuent les adresses IP aux fournisseurs d’accès à l'internet.

33
PÉNURIE D’ADRESSE IPV4

 Initiatives pour conserver les espaces d’adresse IPv4 :


– Adressage Privé (1996, RFC 1918)
– Les sous-réseaux
– VLSM & CIDR (1993, RFC 1519)
– NAT : Network Address Translation (1994, RFC 1631)

34
ADRESSES PRIVÉES
(RFC1918)

35
 A cause de la pénurie des adresse IP et afin de minimiser
leurs consommation, on a proposé la réservation de certaines
plages d’adresse IP pour un usage Privé. Ces adresses ne
peuvent, en aucun cas, être utilisées dans un environnement
publique (adresses non routables sur internet).
 Cela permet de les réutiliser dans les réseaux privés
séparées, l’unicité d’un adresse IP privé doit être respecté
uniquement au sein du même réseau privé.

36
ADRESSES PRIVÉES

 Un certain nombre de ces adresses IP sont réservées pour un


usage interne aux entreprises (RFC 1918). Elles ne doivent pas
être utilisées sur l'internet où elles ne seront de toute façon
pas routées. Il s’agit des adresses :
 de 10.0.0.0 à 10.255.255.255
 de 172.16.0.0 à 172.31.255.255
 de 192.168.0.0 à 192.168.255.255
 les adresses de 127.0.0.0 à 127.255.255.255 sont également
interdites.
 Les adresses 127.0.0.0 à 127.255.255.255 s’appelle l’adresse de
boucle locale (loopback en anglais) et désigne la machine
locale (localhost).

37
LES SOUS-RÉSEAU

38
SOUS-RÉSEAUX

 La deuxième solution proposée contre la pénurie d’adresse IP est


la division des adresses par classe en sous-réseau.
 L’objectif étant de distribuer ces adresse de façon plus efficace
et plus précises.
 En effet, une adresse de classe A permet de créer des réseaux
d’une taille de 224 − 2 ≈ 16 𝑀𝑖𝑙𝑙𝑖𝑜𝑛𝑠, ce qui dépasse largement les
besoin de la majorité des entreprises.
 Un autre exemple est celui des réseaux point-à-point. Le nombre
de machines qu’on peut connecter est seulement 2. si on ajoute
l’@ de réseau et celle de diffusion, cela donne au total 4
adresses. Alors que le minimum possible est une adresse de
classe C d’une capacité de 28 − 2 = 254.
 D’où l’idée de diviser ces réseau (par classe ou « classfull ») en
sous-réseau de taille plus petite (sans classe ou « classless »).

39
DÉCOUPAGE D'UN RÉSEAU IP

 Un réseau IP de classe A, B ou C peut être découpé en sous-


réseaux.
 Lors d’un découpage le nombre de sous-réseaux est une
puissance de 2 (2n) : 4, 8, 16, 32… ce qui est naturel si l'on
pense à la représentation binaire d'une adresse IP.
 Chaque sous-réseau peut être découpé en sous-réseaux et
ainsi de suite. On parle indifféremment de réseau IP pour
désigner un réseau, un sous-réseau, …
 Chaque sous-réseau sera défini par un masque et une
adresse IP.

40
CALCULE DES SOUS-RÉSEAUX

 Le calcule des sous-réseau se fait selon un des deux critères


suivants :
1. Le nombre maximal de machines par sous-réseau.
2. Le nombre de réseaux
 Le premier critère permet de découper l’adresse en calculant le
nombre de bits à garder dans la partie hôte. Alors que le deuxième
découpe le réseau en calculant le nombre de bits supplémentaires
de l’id-hôte à ajouter à l’id-réseau, afin de créer le nombre de
sous-réseaux souhaité.

41
EXEMPLE
(CALCULE DES BITS RÉSEAU ET HÔTES)

 Pour l’adresse de classe C : 193.16.17.0


1. Si on veux diviser ce réseau en 4 sous-réseaux, 4=22  2
bits à ajouter à l’identifiant réseau
2. Si on veux diviser ce réseau en sous-réseaux de taille
maximales 30 machines: 25 -2=30  on garde seulement 5
bits dans l’id-hôte et on donne le reste (3bits) à l’id-réseau.

42
MASQUE DE SOUS-RÉSEAU
« MSR »

 Division hiérarchique des adresses IP


 Partie réseau (préfixe)
 indique quel réseau logique
 Partie hôte (adresse de la machine)
 indique quelle machine sur ce réseau

1111 1111 1111 1111 1111 1111 11 00 0000

1100 1101 0010 0101 1100 0111 10 00 0000

 La frontière peut se situer n’importe ou


 TRES souvent elle n’est PAS un multiple de 8 bits!

43
EXEMPLE DE PRÉFIXES

 137.158.128.0/17 (réseau 255.255.128.0)


1111 1111 1111 1111 1 000 0000 0000 0000
1000 1001 1001 1110 1 000 0000 0000 0000

 10.134.0.0/16 (réseau 255.255.0.0)


1111 1111 1111 1111 0000 0000 0000 0000

0000 1010 1000 0110 0000 0000 0000 0000

 205.37.193.128/26(réseau 255.255.255.192)
1111 1111 1111 1111 1111 1111 11 00 0000

1100 1101 0010 0101 1100 0111 10 00 0000

44
EXEMPLE(SUITE)
(CALCULE DU MASQUE DE SOUS-RÉSEAU
« MSR »)
Adresse réseau originale :193.16.17.0
Masque de réseau original (classe C) 255.255.255.0
1. Dans le premier cas, nous avons emprunté deux bits de l’id-
hôtes pour créer les sous réseaux
 Le MSR : 255.255.255.1100 0000
255.255.255.192
2. Dans le 2ème cas, nous avons gardé seulement 5 bits dans
l’id-hôte
 Le MSR : 255.255.255.1110 0000
255.255.255.224

45
EXEMPLE(SUITE)
(CALCULE DU NOMBRE DE
SR & D’HÔTES PAR SR)

Adresse réseau originale :193.16.17.0


Masque de réseau original (classe C) 255.255.255.0
1. Nbre de sous-réseau : 2𝑛 𝑏𝑖𝑡𝑠 𝑆𝑅 = 22 = 4 SR
Nbre d’Hôtes/SR : 2𝑛 𝑏𝑖𝑡𝑠 ℎô𝑡𝑒𝑠 − 2 = 26 − 2 = 62 Hôtes/SR
2. Nbre de sous-réseau : 2𝑛 𝑏𝑖𝑡𝑠 𝑆𝑅 = 23 = 8 SR
Nbre d’Hôtes/SR : 2𝑛 𝑏𝑖𝑡𝑠 ℎô𝑡𝑒𝑠 − 2 = 25 − 2 = 30 Hôtes/SR

46
ÉCONOMIE EN ADRESSES

Alors qu’est qu’on a gagné avec ce découpage d’adresse?


 On commence tout d’abord avec les pertes. La création de
chaque de sous-réseau impose l’exclusion de deux adresses de
la plage d’adresses utilisables. Il s ’agit de l’adresse de sous-
réseau et celle de diffusion sur ce sous-réseau. Ainsi les adresses
gaspillées sont:
1. 𝟐 × 𝒏𝒃𝒓𝒆 𝒅𝒆 𝒔𝒐𝒖𝒔 𝒓é𝒔𝒆𝒂𝒖𝒙 = 𝟐 × 𝟒 = 𝟖 @ (3,13%)
2. 𝟐 × 𝒏𝒃𝒓𝒆 𝒅𝒆 𝒔𝒐𝒖𝒔 𝒓é𝒔𝒆𝒂𝒖𝒙 = 𝟐 × 𝟖 = 𝟏𝟔 @ (6,25%)
 Cependant le gain réside dans l’efficacité de distribution des @
IP. En effet, dans l’adressage par classe, l’adresse IP 193.16.17.0
entière est allouée à un seul réseau. Dans le 2ème cas elle est
réservé pour un réseau de 30 machines seulement. Ainsi, il
restera 254-32 = 222 (87%) adresses disponible (non utilisées)

47
VLSM | VARIABLE LENGTH
SUBNET MASK
Division en sous réseau de langueur variable

50
SOUS-RÉSEAU ET VLSM

 Le découpage en sous-réseau a pour conséquence une réduction


significative du gaspillage des adresses IP. Cependant, le découpage
en sous-réseau de taille fixe limite cette efficacité au réseau le plus
grand. Notamment, dans le cas des sous-réseau ayant un nombre de
machines très variable (ex. 114, 60, 16, 2 …). Pour cette raison, l’IETF a
proposé dans la RFC 1519 l’utilisation des VLSM (sous-réseaux de
longueurs variables).

60 14 114 6

 Il s’agit d’un découpage en sous-réseaux dont la taille varie d’un sous-


réseau à l’autre. Ainsi, la taille du masque s ’adapte a chaque sous-
réseau et non seulement à celle du sous-réseau le plus large.

51
REMARQUE SUR LE MASQUE
DE SOUS-RÉSEAU
 Pour le masque de sous-réseau on peut utiliser deux notations
 Le masque étendu : qui a le format d’une @ IP ou tous les bits de l’id-
réseau sont à 1 et les bits de l’id-hôte sont à 0. Exemples :
 11111111. 11111111.11111111.00000000  255.255.255.0
 11111111. 11111111.10000000.00000000  255.255.128.0
 La notation CIDR : c’est une notation dans laquelle on donne le
nombre de bits qui constituent l’id-réseau derrière un slash « / ».
Exemple:
 255.255.255.0  /24
 255.255.128.0  /17

 La deuxième notation est plus simple et recommandée lors de


du calcule et présentation des VLSM. Cependant, lors de la
configuration des adresse IP sur des machine. On utilise dans la
plupart du temps le format étendu.

52
EXEMPLE VLSM
 Soit un réseau de classe C « 207.21.24.0/24 » découpé en 8 sous-réseaux de taille fixe avec un
masque /27 (255.255.255.224).

Le sous-réseau 207.21.24.192/27, est découpé en 8 sous-


réseau de taille /30 (255.255.255.252)

 Ainsi, ce réseau de classe C contient 7 sous-réseaux /27 d’une capacité de 30 hôtes chacun et
8 sous-réseaux /30 d’une capacité de 30 hôtes chacun.
 15 sous-réseaux de taille variable au totale
53
N° Adresse du sous-réseau Hôtes Diffusion 2 Hôtes

54

Vous aimerez peut-être aussi