Vous êtes sur la page 1sur 11

EXERCICES 6 À 8, 12 À 20 ET 24 À 31 PAGES 190 À 195

EXERCICE 6 :

1. Schéma du montage :

R
G

2. Le générateur doit fournir une puissance Pe , g = Plampe + Pjoule = 0,60 + 0,30 = 0,90W
3. Intensité du courant : la puissance dissipée par effet Joule dans le conducteur ohmique vaut
Pjoule = R.I 2

Pjoule 0,30
D’où I = = = 9,5.10 −2 A
R 33
Pjoule 0,30
Tension aux bornes du conducteur ohmique : U R = R.I = 33 × 0,095 = 3,1V ou U R = = = 3,1W
I 0,095
Plampe 0,60
4. Tension aux bornes de la lampe : U L = = = 6 ,3V
I 0,095
Pe, g Plampe + Pjoule
Tension aux bornes du générateur : U g = = = U L + U R = 9,4V
I I

EXERCICE 7 :

1. Schéma du montage :

1,0W 0,5W
Ug
G

2. Puissance délivrée par le générateur : Pe , g = PL 1 + PL 2 = 1,0 + 0,5 = 1,5W


3. La tension aux bornes de chaque lampe est la même que celle aux bornes du générateur car elles sont
montées en dérivation par rapport au générateur.
4. Intensité dans chaque lampe :
PL1 1,0 PL 2 0,5
I1 = = = 0,16 A I2 = = = 0,08 A
U g 6 ,0 U g 6 ,0
EXERCICE 8 :

1. U AB = U CD = U PN = 6 ,0V
2. Schéma du montage :

U AB

A B
M

E F
C D

U CE U EF U FD

P N

U PN
3. U CD = U CE + U EF + U FD donc U FD = U CD − (U CE + U EF ) = 6 ,0 − ( 2,0 + 2,0 ) = 2,0V
U EF 2,0
4. a/ I= = = 0,11 A
R 18
b/ Les LED font partie de la même branche que la résistance, l’intensité qui les traverse est la
même.

EXERCICE 12 :

1. Conductance de chaque conducteur ohmique :


1 1 1 1
G1 = = = 2,1.10 −2 S G2 = = = 5,6.10 −2 S
R1 47 R2 18

2. Conductance du conducteur ohmique équivalent : G = G1 + G2 = 7 ,7.10 −2 S


3. a/ Cette conductance est plus grande que les conductances des dipôles pris séparément.
b/ Ce montage permet d’obtenir une conductance plus grande, donc une résistance équivalente
plus faible que les résistances de départ.
EXERCICE 13 :

1. Schéma du circuit :

U1 U2
R1 R2

U PN
2. a/ Req = R1 + R2 = 120 + 68 = 188Ω

b/ Schéma équivalent :

Req

U PN 6 ,15
3. a/ U PN = Req .I ⇔ I = = = 3,27.10 −2 A
Req 188
b/ Le courant qui traverse chacun des dipôles est exactement le même : en effet, la résistance
équivalente est calculée de telle sorte que le circuit se comporte exactement de la même manière avec elle.
4. Tension aux bornes des deux résistances :
U 1 = R1 .I = 120 × 3,27.10 −2 = 3,93V U 2 = R2 .I = 68 × 3,27.10 −2 = 2,22V

On peut d’ailleurs vérifier que U 1 + U 2 = 3,93 + 2,22 = 6 ,15 = U PN

EXERCICE 14 :

1. Schéma du montage :
I

I1 I2

U PN G U 1 R1 R2 U 2

1 1 R1 + R2
2. a/ Conductance équivalente : Geq = G1 + G2 = + =
R1 R2 R1 .R2
R1 .R2 120 × 68
Résistance équivalente : Req = = = 43Ω
R1 + R2 120 + 68
b/ Schéma équivalent du circuit :
I

U PN G Req

U PN 6 ,15
3. a/ Intensité débitée par le générateur : U PN = Req .I ⇔ I = = = 0,14 A
Req 43
b/ Intensités traversant les résistances :
U 1 U PN 6 ,15 U 2 U PN 6 ,15
I1 = = = = 5,1.10 −2 A I2 = = = = 9,0.10 −2 A
R1 R1 120 R2 R2 68

On peut d’ailleurs vérifier que I 1 + I 2 = 5,1.10 −2 + 9,0.10 −2 = 1,4.10 −1 A = I

EXERCICE 15 :

I I
P R1 A P R1 A

R2 M R2
r, E

r
R3 B R3 B
N N

(1) (2)

1. Dans le schéma 1 U PN = E − r.I , dans le schéma 2 U PN = U PM + U MN = U PM − U NM = E − r.I , ces deux


schémas sont donc équivalents.
2. Le montage 3 est équivalent à 1 et 2 à condition que Req = R1 + R2 + R3 + r
U PM E
3. I = =
Req R1 + R2 + R3 + r

2,0
4. Application numérique : I= = 3,8.10 −2 A
20 + 20 + 10 + 2,0
EXERCICE 16 :

PMAX 30
1. PMAX = U MAX .I MAX ⇔ I MAX = = = 5,0 A
U MAX 6 ,0
U MAX 6 ,0
2. U MAX = RMIN .I MAX ⇔ RMIN = = = 1,2Ω
I MAX 5,0

EXERCICE 17 :

PMAX 0,50
PMAX = U MAX .I MAX = R.I MAX
2
⇔ I MAX = = = 0,18 A
R 15

EXERCICE 18 :

1. La somme des puissances des appareils électriques doit être inférieure à la puissance que peut fournir le
générateur, ce qui est le cas : Pfriteuse + 10.Pnéon = 3,0 + 10 × 0,04 = 3,4 kW < 5,0 kW

2. Si le vendeur branchait une deuxième friteuse, on aurait 2.Pfriteuse + 10.Pnéon = 6 ,4 kW > 5,0 kW : le
vendeur ne peut pas brancher la deuxième friteuse.

EXERCICE 19 :

(1) (2) (3)

I P P I P I

I1 I2
E E
r, E Req
R1 R2 M R12

r
R3 R3
N A N A M

R1 .R2 20 × 20
1. Le circuit (2) est équivalent au circuit (1) à condition que R12 = = = 10 Ω .
R1 + R2 20 + 20

Le circuit (3) est équivalent au circuit (2) à condition que Req = R12 + R3 + r = 10 + 10 + 2,0 = 22Ω .
U PM U PM
U PM = Req .I ⇔ I = =
2. Req R1 .R2
+ R3 + r
R1 + R2
E 24
3. I = = = 1,1 A
Req 22
EXERCICE 20 :

U XM = U X
A X M
I R1 I R2

U AM = U

U
1. U X = R2 .I or I = car U = ( R1 + R2 ).I
R1 + R2
U R2
Donc U X = R2 .I = R2 × = ×U
R1 + R2 R1 + R2

2. On appelle ce montage « diviseur de tension » car la tension U X est une fraction de la tension de
départ U.
R2
3. U X = × U ⇔ U X × ( R1 + R2 ) = R2 .U ⇔ R1 .U X = R2 × (U − U X )
R1 + R2

R1 .U X 6.10 3 × 4
R2 = = = 3.10 3 Ω = 3kΩ
U −U X 12 − 4

EXERCICE 24 :

Le nombre de résistances n’est a priori pas limité, donc on peut en utiliser autant que nécessaire mais leurs
valeurs sont imposées.
Il est facile d’arriver à 40Ω , reste à trouver uns association de résistances donnant 8 Ω : on peut associer une
résistance R1 = 40Ω avec une résistance R2 = 10Ω en dérivation.

A A

R1 .R2 40 × 10
Req = = = 8Ω
R2 Req R1 + R2 40 + 10

B B
Le montage final sera donc :

R2 = 10Ω

Req = 48 Ω

R1 = 40Ω R1 = 40Ω

A B A B
EXERCICE 25 :

1. Dans une installation domestique, les différents appareils électriques sont branchés en dérivation (s’il y
en a un en panne les autres continuent de fonctionner), ils sont tous soumis à la même tension électrique
(220V).
2. On peut calculer l’intensité qui circule dans chaque appareil :
Pfour 2300 Préfrigérateur 120
I four = = = 10,5 A I réfrigérateur = = = 0,545 A
U 220 U 220
PTV 100 PChaîne 540
I TV = = = 0,454 A I Chaîne = = = 2,45 A
U 220 U 220
Pfer 1100 P60W 60
I fer = = = 5,00 A I 60W = = = 0,273 A
U 220 U 220
P100W 100
I 100W = = = 0,454 A
U 220
L’intensité totale que doit fournir EDF est la somme de toutes les intensités qui parcourent chaque appareil
électrique :
I TOT = I four + I réfrigérateur + I TV + I Chaîne + I fer + 12 × I 60W + 5 × I 100W

I TOT = 10,5 + 0,545 + 0,454 + 2,45 + 5,00 + 12 × 0,273 + 5 × 0,454 = 24,5 A


Cette intensité est supérieure à celle du contrat « ménage » mais inférieure à celle du contrat « confort », le
contrat « confort » est donc suffisant.
PLave−linge 2000
3. Si on ajoute un lave-linge, l’intensité qui le traverse est I Lave−linge = = = 9,09 A
U 220
L’intensité totale à fournir devient donc I 'TOT = I TOT + I Lave−linge = 24,5 + 9,09 = 33,5 A : cette intensité est
supérieure à celle que prévoit le contra « confort », tous les appareils ne pourront pas fonctionner en même
temps à moins qu’on passe au contrat « grand confort ».

EXERCICE 26 :

1. L’inconvénient avec une telle association en série est que si l’un des composants est grillé, aucun autre
ne pourra fonctionner.
2. La puissance rayonnée par une lampe dépend de sa puissance électrique d’alimentation, ces lampes
sont parcourues par la même intensité puisqu’elles sont en série : Pe,r = U .I . Pour qu’elles aient le
même éclat, elles doivent être soumises à la même tension, donc être identiques.
3. La guirlande ne fonctionnera pas normalement car un fil n’a pas de résistance. La puissance que
recevraient les autres lampes serait supérieure à celle prévue : elles risqueraient de griller.
4. L’avantage de plusieurs branches en dérivation est que si l’une ne fonctionne pas, les autres peuvent
continuer à fonctionner normalement.
EXERCICE 27 :

1. Schéma du montage :
A COM
I A
A

P
V 1
+
_ V
Rh
COM
N
RP 2

B
K

2. a/ Lorsque le rhéostat est en position 1, la résistance du rhéostat est minimale et vaut Rh = 0 Ω ,


alors :
E 6 ,0
U PN = U BN ⇔ E − r.I = RP .I ⇔ I = = = 2,6.10 − 2 A = 26 m
RP + r 220 + 10
b/ Lorsque le rhéostat est en position 2, la résistance du rhéostat est maximale et vaut Rh = 90Ω ,
alors :
E 6 ,0
U PN = U AB + U BN ⇔ E − r.I = RP .I + Rh .I ⇔ I = = = 1,9.10 −2 A = 19 mA
RP + Rh + r 220 + 90 + 10
3. a/ On fixe I = 20 mA
U PN = E − r.I = 6 ,0 − 10 × 0,020 = 5,8V

U BN = RP .I = 220 × 0,020 = 4,4V

U AB = U PN − U BN = 5,8 − 4,4 = 1,4V


−2
b/ Puissance électrique reçue par BN : PBN = U BN .I = 4,4 ×0,020 = 8,8.10 W
−2
c/ Energie reçue par BN pendant ∆t = 5,0 min : We ,BN = PBN .∆t = 8,8.10 × 5,0 × 60 = 26 J . Cette
énergie est intégralement dissipée sous forme de chaleur par effet Joule.
d/ Puissance électrique cédée par le générateur au circuit :
Pe, g = U PN .I = E.I − r.I 2 = 6 ,0 × 0,020 − 10 × 0,020 2 = 0,116W

e/ Puissance électrique totale mise en jeu par le générateur : PTot = E.I = 6 ,0 × 0,020 = 0,12W
f/ Une partie de la puissance transmise par le générateur au circuit est transmise au rhéostat,
puisque la résistance de celui-ci n’est pas nulle.
g/ PAB = Pe ,g − PBN = 0,116 − 0,088 = 2,8.10 −2 W

Le rhéostat étant un conducteur ohmique, il dissipe intégralement la puissance électrique reçue par effet joule :
PAB 2,8.10 −2
PAB = U AB .I = Rh .I 2 ⇔ Rh = = = 70 Ω
I2 0,020 2
EXERCICE 28 :

G Rh

1. Les résistances internes du générateur et de l’ampèremètre sont très faibles, on peut les considérer
comme nulles.
Cas 1 : U g = U M + U R ⇔ E = E '+ r.I + Rh .I ⇔ E = r.I + Rh .I (car E’ est nulle quand le moteur est bloqué)

Cas 2 : U g = U M +U R ⇔ E = E '+r.I + Rh .I ⇔ E = E '+r.I (car Rh = 0 Ω dans ce cas)

 0 = Rh .I − E '   E ' = Rh .I = 21,5 × 10 = 215V


 E = r.I + Rh .I  
  ⇔   ⇔ r = E − R = 220 − 21,5 = 5,0.10 −1 Ω
 E = E '+ r.I   E = Rh .I + r.I   I
h
10

EXERCICE 29 :

1. Lampes associées en dérivation :

A
+
I = 2,14 mA
_ Ug L1 L2 L3

a/ Pg = U g .I = 9,0 × 2,14.10 −3 = 1,9.10 −2 W

Pg 1,9.10 −2
b/ Pg = P1 + P2 + P3 = 3 PL ⇔ P1 = P2 = P3 = = = 6 ,4.10 −3W
3 3
2. Les lampes sont associées en série :

L1
A

+ I = 388 µ A
_ L2
L3

a/ Pg = U g .I = 9,0 × 3,88.10 −4 = 3,5.10 −3W

Pg 3,5.10 −3
b/ Pg = P1 + P2 + P3 = 3 PL ⇔ P1 = P2 = P3 = = = 1,2.10 −3 W
3 3
c/ Ces lampes ne brillent pas car la puissance qu’elles reçoivent n’est pas assez importante et
l’intensité qui les traverse est trop faible.
3. Lampes associées en série et en dérivation :

U1
L1
A
+
I = 621µ A
U g_ U’ L3
L2

I2 I3
Seule L1 brille faiblement car l’intensité qui traverse les deux autres lampes est trop faible.

EXERCICE 30 :

1. Puissance mécanique nécessaire à la propulsion :


Les trois forces qui s’exercent sur le scooter sont le poids, la réaction normale du sol et la réaction tangentielle
(frottements) : la résultante de ces trois forces est horizontale et de sens inverse au mouvement. La force F à
exercer par le moteur doit exactement compenser cette résultante pour que le scooter ait un mouvement
rectiligne uniforme.

RN v
RT F

P
45
Pu = F .v = F × v × cos( 0 ) = 80 × = 1,0.10 3W
3,6
Il s’agit de la puissance utile annoncée par le constructeur sur terrain plat à un régime moteur de
4300tours. min −1
2. Le courant est de 100A donc la batterie a une autonomie d’une heure. Distance maximale parcourue en
une heure à 45 km.h −1 :
d = v × t = 45 × 1,0 = 45km
EXERCICE 31 :

1. La tension aux bornes de la batterie est U PN = E = 12V


2. Analyse dimensionnelle :
D’une part [ Q ] = [ I ] × [T ] , d’autre part We = U .I .∆t ⇒ [We ] = [U ] × [ I ] × [T ]

Donc We = U × Q
Il faut impérativement exprimer la capacité en A.s pour avoir l’énergie en Joule.
3. Energie totale disponible dans la batterie : We = U × Q = 12 × 80 × 3600 = 3,5.10 J
6

75 75
Energie maximale pouvant être utilisée : WMAX = × We = × 3,5.10 6 = 2,6.10 6 J
100 100
4. Puissance consommée par le dispositif d’éclairage : Pu = 2.P1 + 6.P2 + P3 = 2 × 55 + 6 × 5 + 20 = 160W

WMAX 2,6.10 6
5. Durée maximale de fonctionnement : WMAX = Q.∆t ⇔ ∆t = = = 1,6.10 4 s = 4 h30
Q 160
La batterie sera irrémédiablement détériorée au bout de 4h30, Maxime ne pourra pas démarrer sa voiture le
lendemain matin.

Vous aimerez peut-être aussi