Vous êtes sur la page 1sur 66

ISSN 0528-4880

Une édition du
CSTC
Centre sc i e n t i f i q u e et technique de la c o n st r uct i o n

Note d’information
technique 231 Réparation et
protection des
ouvrages en béton
(bâtiment et génie civil)

Septembre 2007 (corr.


������� ������
janv. �����
2008)
Réparation et
Note d’information
t e c h n i q u e

protection des
ouvrages en béton
(bâtiment et génie civil)

La présente Note d’information technique a été élaborée sous l’égide du Comité techni-
que Gros œuvre par le groupe de travail Réparation du béton dans le cadre de la Guidan-
ce technologique éponyme (subsidiée par la Région wallonne et par la Région flamande).

Composition du groupe de travail

Présidents W. De Caluwé (FEREB) (1), M. Le Begge (CFE)

Membres J. Beke (Bureau voor expertise en architectuur), M. Cuypers (Direction


des Structures en béton – MET) (2), O. David (Maintenance et Infrastruc-
ture – SNCB) (3), P. Demars (Direction des Structures en béton – MET) (2),
J. De Muer (AIB-Vinçotte International – Génie civil), P. Deroover (Sika),
E. Godderis (SECO) (4), P. Hardy (FEBELCEM) (5), H. Ledent (Direction
des Structures en béton – MET) (2), N. Nicolas (Régie des bâtiments),
D. Peereman (SECO) (4), G. Van der Borgh (FEREB) (1), Y. Vanhellemont
(CSTC), D. Willaert (Département Mobilité et Travaux publics – Région
flamande)

Ingénieurs-rapporteurs V. Pollet, B. Dooms et J. Jacobs (CSTC)

(1) Fédération belge des spécialistes de la réparation.


(2) Ministère wallon de l’Equipement et des Transports.
(3) Société nationale des chemins de fer belges.
(4) Bureau de contrôle technique pour la construction.
(5) Fédération de l’industrie cimentière belge.

C EN T RE S C IEN T IFIQ U E E T T E C HNIQ U E DE L a C ON S T R U C T ION


CSTC, établissement reconnu en application de l’arrêté-loi du 30 janvier 1947
Siège social : Rue du Lombard 42 à 1000 Bruxelles

Publication à caractère scientifique visant à faire connaître les résultats des études et recher-
ches menées dans le domaine de la construction en Belgique et à l’étranger.

La reproduction ou la traduction, même partielles, du texte de la présente Note d’information


technique n’est autorisée qu’avec le consentement de l’éditeur responsable.

 NIT 231 – Septembre 2007


u
1 INTRODUCTION ................................................................................................................ 4
Sommaire 1.1
1.2
Historique....................................................................................... 4
Domaine d’application................................................................... 4

2 Pathologies des bétons et faciès de dégradation............. 6


2.1 Faciès de dégradation..................................................................... 6
2.2 Origines des désordres................................................................... 6
2.2.1 Dégradations mécaniques du béton.................................... 7
2.2.2 Dégradations chimiques du béton....................................... 7
2.2.3 Dégradations physiques du béton....................................... 8
2.2.4 Corrosion des armatures..................................................... 9
2.3 Conséquences des désordres.......................................................... 12

3 évaluation de la structure......................................................................... 13
3.1 Préparation de l’inspection............................................................. 14
3.2 Inspection de routine...................................................................... 14
3.2.1 Inspection visuelle.............................................................. 14
3.2.2 Essais de base...................................................................... 17
3.3 Essais complémentaires................................................................. 19
3.3.1 Examen par ultrasons.......................................................... 20
3.3.2 Mesure de la corrosion........................................................ 20
3.3.3 Détermination de la résistance en compression.................. 21
3.3.4 Détermination de la masse volumique................................ 21
3.3.5 Détermination de l’absorption d’eau.................................. 22
3.3.6 Analyse pétrographique...................................................... 22
3.3.7 Contrôle des armatures....................................................... 22
3.3.8 Essais sur l’ensemble de la structure ou sur une partie de
celle-ci................................................................................. 22
3.4 Évaluation de la structure............................................................... 23

4 Principes et techniques de réparation............................................ 24


4.1 Présentation des principes.............................................................. 24
4.2 Brève description des produits....................................................... 24
4.2.1 Mortiers de ragréage........................................................... 24
4.2.2 Systèmes de protection superficielle du béton.................... 24
4.2.3 Matériaux de consolidation................................................. 24
4.2.4 Inhibiteurs de corrosion...................................................... 24
4.2.5 Coulis d’injection................................................................ 25
4.2.6 Protection anticorrosion des armatures............................... 26

5 Choix DES Système DE Réparation ET DE PROTECTION........... 27


5.1 Options envisageables.................................................................... 27
5.2 Facteurs influençant le choix.......................................................... 27
5.2.1 Sécurité de l’ouvrage.......................................................... 27
5.2.2 Origine et évolution des désordres...................................... 27
5.2.3 Faisabilité technique........................................................... 27
5.2.4 Facteurs économiques......................................................... 28
5.2.5 Nature et ampleur des désordres......................................... 28
5.2.6 Facteurs liés à l’exécution................................................... 28
5.2.7 Exigences relatives à l’aspect extérieur du béton............... 28
5.2.8 Exigences du donneur d’ordre............................................ 28
5.3 Choix du système........................................................................... 28

 NIT 231 – Septembre 2007


6 Matériaux DE Réparation du béton........................................................ 29
Sommaire 6.1 Mortiers..........................................................................................
6.1.1 Mortiers de ragréage à base de liant hydraulique...............
6.1.2 Mortiers de ragréage à base de résines...............................
29
29
29
6.1.3 Mortiers d’égalisation......................................................... 29
6.1.4 Autres produits à base de liant hydraulique........................ 30
6.1.5 Critères et propriétés des matériaux.................................... 30
6.2 Barbotines d’accrochage................................................................ 31
6.3 Produits de protection anticorrosion des armatures....................... 31
6.4 Produits de protection fluides pour le béton................................... 31
6.4.1 Produits d’imprégnation hydrofuges.................................. 31
6.4.2 Produits d’imprégnation bouche-pores............................... 32
6.4.3 Revêtements de protection (coatings)................................. 32

7 Mise en œuvre des travaux. ........................................................................... 34


7.1 Préparation du chantier.................................................................. 34
7.2 Contrôles à effectuer avant et pendant les travaux......................... 34
7.2.1 Stabilité............................................................................... 34
7.2.2 Qualité du support............................................................... 34
7.2.3 Corrosion des armatures..................................................... 34
7.3 Description des travaux.................................................................. 34
7.3.1 Enlèvement du béton non adhérent ou altéré...................... 35
7.3.2 Dégagement des armatures................................................. 35
7.3.3 Préparation du support........................................................ 36
7.3.4 Préparation des armatures................................................... 37
7.3.5 Mise en œuvre du mortier de ragréage............................... 38
7.3.6 Cure..................................................................................... 42
7.3.7 Egalisation.......................................................................... 42
7.3.8 Application d’un revêtement de protection......................... 42
7.4 Contrôles en cours de travaux........................................................ 42

8 TECHNIQUES spéciales de réparation et de protection.... 44


8.1 Traitements électrochimiques anticorrosion.................................. 44
8.1.1 Généralités.......................................................................... 44
8.1.2 Protection cathodique......................................................... 46
8.1.3 Déchloruration.................................................................... 47
8.1.4 Réalcalinisation................................................................... 48
8.2 Inhibiteurs de corrosion.................................................................. 49
8.2.1 Domaine d’application........................................................ 49
8.2.2 Limites d’emploi................................................................. 49
8.2.3 Produits utilisés................................................................... 49
8.3 Injection des fissures...................................................................... 50
8.3.1 Domaine d’application........................................................ 50
8.3.2 Coulis d’injection................................................................ 50
8.3.3 Mise en œuvre..................................................................... 51
8.4 Consolidation structurelle.............................................................. 51
8.4.1 Domaine d’application........................................................ 51
8.4.2 Armatures complémentaires............................................... 51
8.4.3 Postcontrainte extérieure..................................................... 52
8.4.4 Collage d’armatures............................................................ 52

9 MESURAGE DES travaux. .................................................................................. 53

10 CERTIFICATION des entreprises.............................................................. 56

11 CONTRÔLE et entretien des ouvrages réparés. ................. 57


Annexe Exigences requises pour les mortiers de ragréage (NBN EN 1504-3)............................... 59
Bibliographie........................................................................................................................... 60

 NIT 231 – Septembre 2007


1 Introduction

1.1 Historique rents principes de réparation. Homologuée en 1998


par le NBN (Bureau de normalisation), cette norme
Après l’explosion qui a marqué l’utilisation du fut la première d’une série de dix documents – tous
béton dans les années ’60, le nombre des structures publiés aujourd’hui – qui coiffent toutes les facettes
affectées par des désordres a connu une hausse de la réparation du béton (voir le tableau 1).
impressionnante deux décennies plus tard, ouvrant
un potentiel d’activités considérable au marché de Depuis 2007, les Guides d’agrément technique sont
la réparation du béton. progressivement remplacés par des PTV (Prescrip-
tions techniques – Technische Voorschriften) pour
Considérée à l’origine comme un problème d’or- permettre une certification volontaire BENOR
dre purement esthétique, la réparation du béton conjointement au futur marquage CE.
était – pensait-on – à la portée de n’importe quel qui-
dam. Depuis, la compréhension de la pathologie des En Belgique, des recommandations et des pres-
bétons et de ses origines a sensiblement progressé, criptions sont également en cours d’élaboration
faisant prendre conscience aux professionnels qu’une en vue de la certification des réparateurs de béton.
réparation correcte exigeait une connaissance appro- Entrepreneurs et concepteurs se verront ainsi tenus
fondie du matériau et des méthodes de traitement d’apporter la preuve de leurs compétences en la
disponibles. La fin des années ’80 a ainsi vu fleurir matière.
une littérature technique spécialisée en la matière.
Les Bulletins d’information du Comité euro-inter- C’est pour transposer cet arsenal de normes, de
national du béton (CEB) [52, 53, 54], les Rapports prescriptions et de recommandations, publiées ou
du CUR [50], l’ancien Cours-Conférence 55 du à paraître, sous une forme adaptée au marché belge
CSTC [56] ou la circulaire 576-b-5 du ministère des réparateurs de béton, que le Comité technique
wallon de l’Equipement et des Transports [70] n’en Gros œuvre du CSTC a émis le voeu de rédiger la
sont que quelques exemples connus. présente Note d’information technique.

Plusieurs documents normatifs ont fait leur ap-


parition au milieu des années ’90, notamment les 1.2 Domaine d’application
premiers Guides d’agrément technique publiés par
l’UBAtc (Union belge pour l’agrément technique Le champ d’application de cette Note d’information
dans la construction). Ceux-ci comptent aujourd’hui technique (NIT) s’étend à la réparation et à la pro-
à leur actif une bonne dizaine de documents cou- tection des ouvrages en béton armé et non armé.
vrant tous les aspects de la réparation du béton,
depuis les mortiers de ragréage et les revêtements Il ne couvre pas la réparation des ouvrages en béton
jusqu’aux techniques spéciales telles que la pro- cellulaire, des maçonneries en blocs de béton, des
tection cathodique. systèmes de précontrainte et des structures en béton
endommagées par le feu, ni davantage la réparation
Par ailleurs, une prénorme européenne, la NBN ‘esthétique’ d’éléments en béton décoratif détério-
ENV 1504‑9 [45], parue en 1997, décrit les diffé- rés lors de la mise en œuvre.

 NIT 231 – Septembre 2007


Tableau 1 Normes et prénormes relatives à la réparation du béton.
Indicatif Titre
Produits et systèmes pour la protection et la réparation des structures en
NBN EN 1504-1 (2005) béton. Définitions, prescriptions, maîtrise de la qualité et évaluation de la
conformité. Partie 1 : définitions.
Produits et systèmes pour la protection et la réparation de structures en
NBN EN 1504-2 (2005) béton. Définitions, prescriptions, maîtrise de la qualité et évaluation de la
conformité. Partie 2 : systèmes de protection de surface pour béton.
Produits et systèmes pour la protection et la réparation des structures en
NBN EN 1504-3 (2006) béton. Définitions, exigences, maîtrise de la qualité et évaluation de la
conformité. Partie 3 : réparation structurale et réparation non structurale.
Produits et systèmes pour la protection et la réparation de structures en
NBN EN 1504-4 (2005) béton. Définitions, prescriptions, maîtrise de la qualité et évaluation de la
conformité. Partie 4 : collage structural.
Produits et systèmes pour la protection et la réparation des structures en
NBN EN 1504-5 (2005) béton. Définitions, exigences, maîtrise de la qualité et évaluation de la
conformité. Partie 5 : produits et systèmes d’injection du béton.
Produits et systèmes pour la protection et la réparation des structures en
NBN EN 1504-6 (2006) béton. Définitions, exigences, maîtrise de la qualité et évaluation de la
conformité. Partie 6 : ancrage d’armature.
Produits et systèmes pour la protection et la réparation des structures en
NBN EN 1504-7 (2007) béton. Définitions, exigences, maîtrise de la qualité et évaluation de la
conformité. Partie 7 : protection contre la corrosion des armatures.
Produits et systèmes pour la protection et la réparation de structures en
NBN EN 1504-8 (2005) béton. Définitions, prescriptions, maîtrise de la qualité et évaluation de la
conformité. Partie 8 : contrôle qualité et évaluation de conformité.
Produits et systèmes pour la protection et la réparation de structures en
béton. Définitions, prescriptions, maîtrise de la qualité et évaluation de
NBN ENV 1504-9 (1997)
la conformité. Partie 9 : principes généraux d’utilisation des produits et
systèmes.
Produits et systèmes pour la protection et la réparation de structures en
béton. Définitions, prescriptions, maîtrise de la qualité et évaluation de
NBN EN 1504-10 (2004)
la conformité. Partie 10 : application sur site des produits et systèmes et
contrôle de la qualité des travaux.

 NIT 231 – Septembre 2007


2 Pathologies des
bétons et faciès
de dégradation
Selon la norme NBN ENV 1504-9 [45], la protec- Les fissures qui entraînent des déformations inaccep-
tion et la réparation du béton exigent une prépara- tables de l’ouvrage peuvent résulter d’un problème
tion approfondie. Cette norme décrit les principales structural. En cas de doute quant aux propriétés de la
étapes d’un processus de réparation, à savoir : structure ou d’un de ses éléments, il est recommandé
• l’évaluation de l’état de la structure de procéder à une étude de stabilité.
• l’identification des causes de dégradation
• la détermination des objectifs de la réparation Au droit des fissures, la surface peut présenter des
ou de la protection boursouflures générées par des réactions expansives,
• le choix de la méthode qui conduisent parfois après un certain temps au
• l’établissement des exigences auxquelles les décollement du béton.
produits ou les systèmes doivent satisfaire
• la spécification des exigences d’entretien propres Une décoloration et une rugosité locales de la sur-
à la protection ou à la réparation choisie. face, des taches d’humidité ou des traces de rouille
sont autant d’indicateurs de désordres futurs souvent
Pour mener à bien les deux premières étapes du pro- négligés. Toutefois, dans bien des cas, on se trouve
cessus, il est nécessaire de connaître les différentes en présence d’un processus de vieillissement interne
formes sous lesquelles les désordres peuvent appa- au béton armé, non encore visible, mais qu’il est
raître, leurs causes et la façon de les identifier. possible de localiser en sondant les surfaces.

2.1 Faciès de dégradation 2.2 Origines des désor-


dres
La dégradation d’un béton peut se manifester de
différentes manières : fissures d’allure rectiligne Les désordres qui affectent les structures en béton
ou erratique, ouvertures variables, ... En général, peuvent être classés en deux grandes catégories
la forme des fissures, leur ouverture et l’endroit où (voir la figure 1) :
elles se manifestent suffisent, pour un inspecteur • dégradations du béton proprement dit
expérimenté, à exclure plusieurs facteurs respon- • dégradations du béton dues à la corrosion des
sables des désordres. armatures.

Défauts dans Corrosion des


le béton armatures

Mécaniques Chimiques Physiques Carbonatation Courants vaga- Contaminants


bonds corrosifs

• Chocs • RAG • Gel-dégel Introduits lors Emanant du


• Surcharges • Agents agressifs • Actions thermi- du malaxage milieu extérieur
• Mouvements (tas- (sulfates, sels, ques
sement, p.ex.) eau douce, ...) • Sels
• Explosion • Actions biologi- • Retrait
• Vibrations ques • Erosion, usure
Chlorures • Chlorures
• Autres

Fig. 1 Causes des dégradations selon la norme NBN ENV 1504-9 [45].

 NIT 231 – Septembre 2007


2.2.1 Dégradations mécaniques composition minéralogique des constituants
du béton • humidification permanente ou régulière de la
structure
Ces désordres se manifestent fréquemment par • teneur élevée du béton en alcalis.
l’apparition de fissures, éventuellement aggra-
vées par une déformation inacceptable de la Dans un béton non armé, la RAG se manifeste par un
structure. faciès de fissuration plutôt aléatoire. Dans un béton
armé ou précontraint, les armatures empêchent la libre
Lorsque des contraintes brusques, comme un impact dilatation du béton dans le sens des barres d’acier,
ou une explosion, provoquent une dislocation plus ou de sorte que le tracé des fissures épouse celui des
moins importante du béton, le lien entre les dégâts armatures sous-jacentes (faïençage – fig. 2). En l’ab-
et leur cause est généralement évident. Avant de sence d’examen complémentaire, le risque est grand
procéder à des réparations, on s’assurera toutefois d’attribuer la dégradation, à tort, à un phénomène de
que d’autres mécanismes de dégradation actifs ne corrosion. Dans certains cas, le béton prend une teinte
doivent pas être traités au cours des travaux. ocre et l’on constate la disparition de lichens et de
mousses présents au préalable le long des fissures.
Des désordres résultant d’une faible surcharge
permanente ou d’un tassement des appuis sont en Fig. 2 Faïençage résultant d’une RAG.
effet plus lents à se manifester, notamment en raison
du fluage du béton. Outre une inspection in situ,
une étude de stabilité sera nécessaire afin d’évaluer
l’action d’une surcharge éventuelle.

Bien que les vibrations constituent souvent une


source de désagrément pour les occupants d’un
bâtiment, elles donnent rarement lieu à une dégra-
dation du béton. En cas de doute, une campagne
de mesures pourra être entreprise sur la base des
directives de la norme allemande DIN 4150 [60].

2.2.2 Dégradations chimiques 2.2.2.2 Agents agressifs


du béton
Matériau alcalin, le béton est susceptible d’être
2.2.2.1 Réaction alcalis-granulats attaqué par des acides tels que ceux rejetés par les
industries chimiques, les exploitations agricoles ou
La réaction alcalis-granulats (RAG) [59] résulte acheminés par les réseaux d’égout. Ces acides réa-
d’une interaction entre les alcalis du béton (provenant gissent avec les composés calcaires du ciment durci
du ciment, des additions, des adjuvants, …) et des (hydroxyde de calcium, silicates et aluminates de
granulats potentiellement réactifs (c’est-à-dire sensi- calcium hydratés). La réaction, qui peut également
bles aux alcalis) qui contiennent de la silice réactive affecter les granulats calcaires, conduit à la forma-
(acide silicique) se présentant sous forme d’opale, de tion de sels de calcium et de dioxyde de silicium
calcédoine, de cristobalite, de tridymite et de quartz (silice). La vitesse de dégradation dépend :
cryptocristallin. C’est la raison pour laquelle on parle • de l’acidité et de la concentration de la solution;
également de réaction alcalis-silice. dans un milieu stagnant, un pH entre 6,5 et 5,5
est considéré comme faiblement agressif, un pH
La RAG entraîne la formation de produits expan- entre 5,5 et 4,5 comme moyennement agressif et
sifs et notamment d’un gel d’alcalis-silice capable un pH entre 4,5 et 4 comme très agressif [13]
d’attirer l’eau et donc de gonfler. Il en résulte des • du caractère stagnant ou ruisselant de la solu-
contraintes de traction internes au béton qui condui- tion
sent à une fissuration de ce dernier et, parfois, à la • de la solubilité des sels formés
rupture des armatures. • de la porosité du béton.

Pour qu’une réaction alcalis-granulats se produise, Le ciment durci peut également être décomposé par
les conditions suivantes doivent être réunies : des sels agressifs, comme les sels d’ammonium et
• présence de granulats potentiellement réactifs. de magnésium qui entrent dans la composition de
La réaction se produit seulement si la teneur en certains engrais et peuvent en outre être présents,
réactifs se situe à l’intérieur d’un domaine criti- dans le cas des sels d’ammonium, dans les rejets
que (pessimum) dont les limites dépendent de la industriels.

 NIT 231 – Septembre 2007


2.2.2.3 Attaques sulfatiques 2.2.3 Dégradations physiques
du béton
Les sulfates en provenance de l’environnement
(terres, milieu aqueux) peuvent réagir avec le béton 2.2.3.1 Cycles de gel-dégel
pour former de l’ettringite (sel de Candlot). Cette
cristallisation s’accompagne d’une expansion très En l’absence de mesures appropriées, le bétonnage
importante (± 300 %) et peut se produire aussi bien en période hivernale peut donner lieu à des dégâts
durant la phase plastique du durcissement (ettrin- de gel. La formation de glace conduit en effet à la
gite primaire) qu’après le durcissement (ettringite dilatation de l’eau présente dans le béton frais.
secondaire).
Dans un béton encore plastique, ce gonflement
Seule l’ettringite secondaire est préjudiciable au bé- s’opère librement; une fois durci, le béton ne
ton, les contraintes internes causées par l’expansion présentera aucun dégât apparent, mais sera de
entraînant la fissuration et la ruine de la structure. mauvaise qualité. Dans un béton jeune déjà durci,
le gonflement est entravé et des tensions internes
Toutefois, même en l’absence de source extérieure apparaissent. Si le matériau n’a pas développé de
de sulfates, un échauffement excessif du béton résistance suffisante, les dégâts se manifesteront
en cours de durcissement peut également donner par un écaillage de la surface (le plus souvent en
lieu à la formation d’ettringite, notamment lors plusieurs couches). On considère généralement que
d’un traitement thermique (destiné à accélérer le le béton est apte à résister à ces tensions internes
développement de la résistance du béton) ou lors dès que sa résistance en compression dépasse
du dégagement de la chaleur d’hydratation dans 5 N/mm². Cette résistance devrait être atteinte si
le béton de masse. C’est la raison pour laquelle l’on maintient une température ambiante supérieure
la température maximale est généralement limitée à 5 °C pendant les 72 premières heures qui suivent
à quelque 65 °C durant la phase de durcisse- la mise en œuvre [65].
ment [65].
Un béton durci peut, lui aussi, être endommagé par
En décalcifiant les composés primaires de la le gel : en se dilatant sous l’action du gel, l’eau
prise présents dans le ciment durci (C-S-H), présente dans les pores et les fissures crée des ten-
les sulfates peuvent aussi altérer la résistance sions susceptibles de provoquer ou d’aggraver des
mécanique du béton et donc affecter la stabilité fissures. La sensibilité au gel du béton durci dépend
de l’ouvrage [51]. dans une large mesure de sa structure poreuse et
des dimensions des fissures. Le risque de dégâts de
gel est plus important sur des dalles ou des plans
2.2.2.4 Attaques biologiques horizontaux que sur des surfaces verticales, les
pores étant davantage saturés en eau.
Le principal phénomène d’attaque biologique dans
le béton est celui provoqué par l’acide sulfurique
biogène, présent principalement dans les égouts et 2.2.3.2 Sels de déverglaçage
les systèmes d’évacuation des eaux usées riches
en composés soufrés issus des processus de dé- Les sels de déverglaçage employés pour faire fondre
composition. la glace induisent une réaction endothermique, c.-à-d.
une réaction au cours de laquelle le milieu environ-
Lorsqu’une eau usée s’écoule lentement ou stagne nant cède une partie de sa chaleur. En l’occurrence,
pendant une période prolongée, il peut se créer un la chaleur est prélevée dans la couche superficielle
milieu anaérobie dans lequel des bactéries sulfato-
réductrices transforment les composés soufrés en Fig. 3 Dégradation due aux sels de déverglaçage.
hydrogène sulfuré. Libéré dans l’atmosphère de
l’égout plus riche en oxygène, ce gaz est converti
en soufre élémentaire qui se dépose sur les parois
des canalisations où il est transformé en acide sul-
furique par des bactéries aérobies sulfo-oxydantes.
L’acide sulfurique transforme enfin le ciment durci
en gypse (notamment), entraînant la décohésion
du béton.

Les mousses, indépendamment de leur aspect ines-


thétique, peuvent également dégrader les ouvrages
par sécrétion d’acides [68].

 NIT 231 – Septembre 2007


du béton qui, en raison de la chute brutale de tem- Enfin, le retrait de séchage, qui survient à la suite
pérature, subit un choc thermique et s’expose ainsi du durcissement du béton, s’étend sur plusieurs
à un risque d’écaillage. Le risque de dégradation mois. Il peut provoquer une fissuration et une lente
par le gel est encore accru lorsque des précipitations augmentation de la largeur des fissures existantes.
neigeuses prolongées alternent avec des épandages de
sels répétés et que la couche superficielle du béton
peut se trouver saturée en eau. 2.2.3.5 Érosion et usure

La nature des sels de déneigement peut également Différents mécanismes peuvent être à l’origine de
avoir une incidence sur le processus de dégra- l’érosion de la surface d’un ouvrage en béton. L’usure
dation observé. Le lecteur intéressé trouvera des est provoquée par des mouvements mécaniques en
informations utiles à ce sujet dans un article de surface (pneus de voiture sur une route, piétons sur
CSTC-Magazine paru en 1997 [81]. un trottoir, impact ou glissement dû au déballage de
matériaux en vrac, …), mais aussi par le frottement
Par ailleurs, les ions chlore des sels de déverglaçage de particules lourdes présentes dans l’eau ou le vent
peuvent engendrer un risque de corrosion pour les (sable, par exemple). L’érosion croît proportionnel-
armatures (cf. § 2.2.4.4, p. 10). lement à la vitesse des particules abrasives, à leur
rugosité, leur dureté et leur taille.

2.2.3.3 Actions thermiques Un autre mécanisme d’érosion, appelé cavitation,


est lié à l’écoulement de l’eau sur une surface
Un élément en béton peut être le siège d’écarts de plane. La moindre aspérité sur une paroi perturbe
température induits par : l’écoulement laminaire de l’eau, qui s’écarte de la
• la chaleur d’hydratation du béton frais surface, créant localement des pressions moindres.
• un décoffrage prématuré Si celles-ci sont inférieures à la pression de la vapeur
• un réchauffement différentiel des surfaces du d’eau, des bulles d’air se forment et implosent en
béton durci (rayons solaires ou autre source de se déplaçant vers une zone de pression plus élevée.
chaleur). Cette ‘implosion’ provoque des ondes d’impact et
de pression qui endommagent la paroi du béton si
La dilatation thermique différentielle engendre des le processus a lieu à proximité de cette dernière.
contraintes de traction auxquelles le béton oppose
une résistance très limitée, et qui entraînent une
fissuration. 2.2.4 Corrosion des armatures

2.2.4.1 Processus général de cor-


2.2.3.4 Retrait rosion

Qu’il soit d’origine plastique, endogène ou dû au La corrosion est un processus chimique complexe
séchage [73], le retrait n’entraîne la fissuration du dans lequel les atomes d’oxygène et de fer réagis-
béton que s’il est entravé par son support ou qu’il sent en présence d’eau pour former de la rouille :
ne se manifeste pas de manière homogène. Le phé- Fe ® Fe 2+ + 2e- (anode) üï
ï
nomène survient à différents stades du durcissement ý
2 H 2O + O2 + 4e- ® 4OH- (cathode)ïïþ
du béton et dépend dans une large mesure de la
composition de ce dernier. Fe 2+ + 2OH- ® Fe(OH )2 … ® Fe 2O3 ( rouille)

Pendant la phase plastique, le béton se rétracte sur- Fig. 4 Processus de corrosion d’une armature.
tout en raison de la perte d’eau non liée. Ce retrait OH-
H2O
plastique est important dans les bétons présentant Fe 2+ O2
un facteur E/C (eau/ciment) élevé. Les paramètres
influençant ce retrait sont l’ensoleillement, le vent,
e-
le caractère absorbant ou perméable à l’eau des
coffrages. Les fissures qu’il entraîne sont larges et Anode : Cathode :
ont généralement une allure erratique. Fe → Fe2+ + 2e- 2H2O + O2 + 4e- → 4OH-

Le béton se rétracte également en durcissant (hydrata- L’hydroxyde de fer (Fe(OH)2) est un produit inter-
tion) du fait que les produits de réaction (béton durci) médiaire susceptible de réagir avec plusieurs ions
occupent moins de volume que le ciment non hydraté présents dans le béton pour constituer le produit
et l’eau. Ce retrait dit endogène est plus important final qu’est la rouille. Différents produits de cor-
dans les bétons présentant un facteur E/C peu élevé. rosion peuvent ainsi se former.

 NIT 231 – Septembre 2007


Un courant circule entre l’anode (zone de dissolu- carbonatation sera dès lors la plus élevée lorsque des
tion du fer) et la cathode (zone de transformation de phases d’humidification alternent avec des périodes
l’oxygène). Dans l’acier, les électrons se déplacent de sécheresse prolongées. On observe par ailleurs
de l’anode (potentiel bas) vers la cathode (potentiel une plus grande profondeur de carbonatation au
élevé). Au sein de l’eau contenue dans les pores droit des fissures et des arêtes des éléments.
du béton, les ions d’hydroxyde se déplacent de
la cathode vers l’anode, où ils réagissent avec les La vitesse de carbonatation diminue avec le temps,
ions ferreux pour former de l’hydroxyde de fer étant donné que le CO2 doit pénétrer toujours
(Fe(OH)2). plus profondément dans le béton et que les pores
sont obstrués par les carbonates de calcium. On
Le volume occupé par la rouille est plusieurs fois peut calculer approximativement la profondeur de
supérieur à celui qu’occupe l’acier, ce qui conduit à carbonatation à un âge déterminé à l’aide de la
la fissuration et à l’effritement du béton. La corro- formule suivante :
sion entraîne également une réduction de la section D=k t
des barres d’acier, d’où une baisse de la capacité où
portante de la structure. D = la profondeur de carbonatation, exprimée en
mm
La corrosion des armatures peut être induite par k = le coefficient de carbonatation, une constante
la carbonatation du béton, par les chlorures ou par qui dépend de la qualité du béton et de son
( )
des courants vagabonds. Ces différentes causes sont
explicitées ci-dessous. exposition, exprimée en mm ans
t = l’âge du béton, exprimé en années.

2.2.4.2 Corrosion induite par la La détermination de la profondeur et du coefficient


carbonatation de carbonatation est détaillée au § 3.2.2.4 (p. 18).

Dans un béton jeune, au pH élevé, il se forme


autour des barres d’acier une couche de passivation 2.2.4.3 Corrosion due aux courants
(composée d’hydroxydes de fer), qui protège l’acier vagabonds
contre la rouille. La réaction du CO2 de l’air avec la
chaux libre du béton fait passer le pH d’environ 13 Comme nous l’avons expliqué au § 2.2.4.1 (p. 9),
à moins de 9. Cette réaction, appelée carbonatation, la corrosion est un processus électrochimique. A
est représentée de façon simplifiée comme suit : proximité des centrales à haute tension, des trans-
H2O formateurs ou des lignes de tram et de chemin de
Ca(OH)2 + CO2 → CaCO3 + H2O. fer, le sol est parcouru par des courants vagabonds
susceptibles de pénétrer dans les structures en béton,
Le front de carbonatation, c’est-à-dire la ligne de de perturber l’équilibre électrochimique des arma-
démarcation entre le béton carbonaté et le béton tures et de créer des zones d’anode supplémentaires
sain, progresse régulièrement à l’intérieur du favorisant la corrosion.
béton. Dans la majorité des bétons, la formation
de carbonates de calcium (CaCO3) améliore la
compacité de la structure et augmente légèrement 2.2.4.4 Corrosion induite par les
sa résistance en compression. Toutefois, dès que chlorures
le front de carbonatation atteint les armatures, la
couche de passivation perd sa stabilité et ne s’op- Malgré la protection apportée par le pH élevé du
pose plus à plus la corrosion. La plupart du temps, matériau, une corrosion peut survenir dans un béton
la corrosion induite par la carbonatation affecte de non carbonaté renfermant de grandes quantités de
grandes longueurs d’armatures de manière plus ou chlorures. Ceux-ci peuvent avoir été incorporés dans
moins régulière (corrosion généralisée). le mélange au moment du malaxage afin d’accélé-
rer la prise, être présents dans les composants du
La vitesse à laquelle le front de carbonatation pro- béton (sable et eau notamment) ou pénétrer dans
gresse dans la structure (vitesse de carbonatation) l’ouvrage au fil du temps, notamment dans les
est propre à la composition du béton et aux condi- structures côtières ou celles exposées aux sels de
tions climatiques. Ainsi, la réaction de carbonatation déneigement.
ne peut se produire qu’en milieu aqueux, tandis que
la diffusion du CO2 à travers le béton est 10.000 Les chlorures sont susceptibles de rompre la couche
fois plus rapide dans un matériau sec (dont les pores de passivation des armatures et de créer des foyers
sont remplis d’air) que dans un matériau humide de corrosion très localisés. Cette forme de corro-
(où les pores sont remplis d’eau). La vitesse de sion, appelée corrosion par piqûres (pitting), peut

10 NIT 231 – Septembre 2007


conduire rapidement à une réduction locale de la Tableau 2 Teneur critique en chlorures ajoutés par rapport à
section des armatures (figure 5). Qui plus est, les la masse de ciment et de béton, pour un béton courant non
produits de corrosion étant présents en moindre carbonaté [52].
quantité, l’ouvrage ne montre généralement aucun % Cl ajouté par % Cl ajouté par
Risque de
signe de fissuration ou d’armatures dénudées. Par rapport à la masse rapport à la masse
corrosion
ailleurs, après la réaction de corrosion, des ions de ciment de béton
chlore se libèrent encore dans le béton et peuvent < 0,6 < 0,075 faible
y induire une nouvelle réaction. 0,6 –����
�����
1,0 0,075 – 0,125 moyen
> 1,0 > 0,125 élevé
Fig. 5 Piqûres générées par les chlorures.
Tableau 3 Teneur critique en chlorures infiltrés par rapport à
la masse de ciment et de béton, pour un béton courant non
carbonaté [52].
% Cl infiltré par % Cl infiltré par
Risque de
rapport à la masse rapport à la masse
corrosion
de ciment de béton
Si les armatures ont en outre perdu leur couche < 0,4 < 0,05 faible
protectrice en raison de la carbonatation, il va de soi 0,4 – 1,0 0,05 – 0,125 moyen
qu’il faudra moins de chlorures pour provoquer une > 1,0 > 0,125 élevé
corrosion. De plus, il apparaît que, dans un béton non
carbonaté, une partie des chlorures ajoutés au mé- Tableau 4 Teneur maximale en chlorures autorisée dans un
lange frais se lie chimiquement et ne participe donc béton neuf par rapport à la masse de ciment [13].
pas à la corrosion. Cette liaison chimique disparaît
Teneur maximale
toutefois sous l’effet de la carbonatation du béton, Classe de
Type de béton en Cl- rapportée à
si bien qu’à ce stade, la corrosion peut être favorisée chlorures
la masse de ciment
tant par la carbonatation que par les chlorures.
Sans armatures en
acier ni pièces métal-
Dans les tableaux 2 et 3, les teneurs critiques en liques noyées (sauf Cl 1,0 1,0 %
chlorures sont données par rapport à la masse pièces de levage ré-
de ciment au droit des armatures dans un béton sistant à la corrosion)
non carbonaté [52]. On admet en général qu’une Avec armatures en Cl 0,20 0,20 %
teneur en chlorures située entre 0,3 et 0,5 % de la acier ou pièces métal-
masse de ciment ne présente qu’un faible risque liques noyées Cl 0,40 0,40 %
de corrosion. Cl 0,10 0,10 %
Avec armatures de
précontrainte Cl 0,20 0,20 %
En ce qui concerne la confection de béton neuf, la
norme NBN EN 206-1 [13] autorise une certaine
teneur en chlorures et propose une classification des mais également de l’environnement et de l’état de
bétons à partir de leur teneur maximale en chlo- l’ouvrage [53]. Il ressort clairement que la teneur
rures (tableau 4). En Belgique, deux classes sont critique en chlorures par rapport à la masse de
d’application : Cl 0,40 pour le béton contenant des ciment est moins élevée dans un béton carbonaté
armatures en acier ou des pièces métalliques noyées que dans un béton sain.
et Cl 0,20 pour le béton contenant des armatures
de précontrainte [8].
portée à la masse de ciment [%]
Teneur critique en chlorures rap-

La teneur en chlorures devrait normalement être Bonne Béton sain


qualité
exprimée par le rapport entre le nombre d’ions
chlore (Cl -) et le nombre d’ions hydroxydes
(OH-). Vu la difficulté de quantifier ces derniers,
les valeurs sont exprimées par rapport à la masse 0,4
de ciment. Toutefois, si le béton est carbonaté, son
pH diminue (et le rapport Cl-/OH- augmente pour
une même teneur en Cl-), tandis que la masse de
ciment (et la teneur en chlorures qui s’y rapporte) Mauvaise Béton carbonaté
reste inchangée. qualité
50 85 100
Le schéma de la figure 6 donne une idée du risque Humidité relative [%]
de corrosion, compte tenu non seulement de la te- Fig. 6 Teneur critique en chlorures par rapport à la masse de
neur en chlorures par rapport à la masse de ciment, ciment, en fonction de facteurs environnementaux [53].

11 NIT 231 – Septembre 2007


Pour être complet, il convient d’ajouter que la te- Fig. 7 Corrosion des armatures après réparation
neur critique en chlorures est plus faible pour les de la structure (potentiels par rapport à une élec-
structures précontraintes que pour les structures en trode SCE – Saturated Calomel Electrode).
béton armé normal. -200 mV -400 mV -200 mV

2.2.4.5 Corrosion induite par des


réparations

Cette forme de corrosion peut apparaître après


Avant réparation
l’exécution de travaux de réparation sur l’ouvrage
en béton. Ceux-ci augmentent en effet sensiblement
le potentiel de corrosion des armatures dans la Mortier de
-400 mV ragréage -200 mV -400 mV
zone réparée (voir § 3.3.2.1, p. 20, et figure 7) en
transformant des cathodes moyennement actives
en périphérie en zones extrêmement anodiques. La
différence de potentiel entre les deux zones va ainsi
induire une corrosion.

Après réparation
2.3 Conséquences des dé-
sordres À un stade plus avancé (décollement du béton),
le risque est réel tant pour les personnes circulant
La technique de réparation proposée doit être aux abords de l’ouvrage que pour la stabilité de la
appropriée à la cause et à l’état de dégradation de structure, et les réparations à effectuer s’avéreront
l’ouvrage. Détectées à un stade précoce (petites plus difficiles et plus coûteuses (courbe verte du
fissures et/ou taches de rouille peu développées), diagramme de la figure 8).
les anomalies sont souvent interprétées à tort
comme des défauts d’ordre esthétique. Pourtant, En cas d’intervention encore plus tardive (attaque
une réparation et une protection simples et peu profonde des armatures ou déformations importan-
coûteuses (revêtement, par exemple) pourraient tes), la seule option possible et acceptable consistera
suffire à ce stade à remédier au problème (figure 8, à remplacer certaines parties de l’ouvrage, voire
interventions I à IV). l’ensemble de la structure.

Fig. 8 Evolution des coûts d’entretien et de réparation.


I II III IV
n n on
tio
n
tio tio nti
n
ve
n
ve
n ve
ve er er er
Int
er
Int Int Int
Etat de l’ouvrage

Dégâts minimes

Perturbations de courte durée Nuisances prolon- Temps


et nuisances minimes gées et mise hors
service du bâtiment
Coûts

Temps
La courbe mauve reflète le coût global d’un programme d’entretien régulier, la
courbe verte le coût d’une intervention tardive.

12 NIT 231 – Septembre 2007


3 Evaluation de la
structure

La prénorme NBN ENV 1504-9 [45] stipule que le exposition, âge, etc.), il n’est pas possible d’énu-
choix de la procédure de réparation doit être fondé mérer tous les essais à effectuer. Quoi qu’il en soit,
sur une étude préalable de l’état de la structure en l’évaluation doit permettre en fin de compte d’esti-
béton. Cette étude comprend des opérations de mer l’ampleur des dégradations, d’en identifier les
préparation, une inspection de routine, des essais causes avec précision et de proposer la méthode de
complémentaires, l’évaluation des résultats et l’es- réparation ou de protection la plus appropriée.
timation de l’état de l’ouvrage.
Le programme d’évaluation complet est présenté
Les critères adoptés pour évaluer l’état d’un ouvrage schématiquement dans l’organigramme ci-des-
étant éminemment variables (nature de la structure, sous [54, 67].

Préparation

Collecte d’informations

Visite préliminaire Action urgente ?

Préparation de l’inspection

Proposition

Inspection de routine Essais complémentaires

Inspection visuelle
Sur le béton
Essais de base
Sur les armatures
Essais Oui
Sur la précontrainte
complémentaires ?
Sur la structure entière
Non

Evaluation
Oui

Etat global
Non
Complément d’in-
Vieillissement du béton formations ?
Capacité portante
Choix de l’inter- Pas d’intervention
Durée de vie vention

Aptitude au service Réparation

Protection

Consolidation

Remplacement/démolition
Rapport d’inspection
Adaptation

Evaluation action+technique

Oui Oui
Intervention Complément d’infor-
requise ? mations ?

Non
Non
Cahier des char-
ges/Rapport final

Fig. 9 Synopsis du programme d’évaluation [54, 67].

13 NIT 231 – Septembre 2007


3.1 Préparation de l’ins- • de répertorier les anomalies observables visuelle-
pection ment, telles que décolorations, érosion, fissures,
déformations, dislocations, corrosion, etc.
L’article 4.3 de la norme NBN ENV 1504-9 [45] • d’évaluer l’ampleur des zones dégradées
précise que le programme d’évaluation doit prendre • de sélectionner les essais à réaliser en fonction
en compte au minimum : des constatations
• l’état de la structure en béton existante, y compris • de déterminer les zones qui feront l’objet de me-
les défauts invisibles et potentiels sures complémentaires. Pour dresser un tableau
• l’approche conceptuelle initiale complet de la situation, il est conseillé d’inclure
• l’environnement, y compris l’exposition anté- dans le programme d’essai aussi bien des zones
rieure à des polluants divers présentant des anomalies que des zones qui en
• les conditions qui ont présidé à la construction sont dépourvues.
(conditions climatiques, par exemple)
• l’historique de la structure Phase principale de l’étude préliminaire, c’est
• les conditions d’utilisation (charges, …) l’inspection visuelle qui permettra d’identifier
• les exigences auxquelles doit satisfaire la struc- l’ensemble des essais et mesures à réaliser ultérieu-
ture, compte tenu de son utilisation future et de rement. Le bien-fondé de la décision finale est en
sa durée d’utilisation. effet conditionné en grande partie par les premières
hypothèses formulées après l’inspection visuelle.
Une partie des informations requises doit être recher-
chée auprès du maître d’ouvrage ou du propriétaire.
Toutefois, comme cette recherche peut s’avérer 3.2.1.2 Obstacles
difficile lorsque les bâtiments sont anciens et ont
souvent changé de propriétaire, on pourra recueillir Si certaines parties de l’ouvrage sont soustraites à la
les données relatives aux conditions d’utilisation, à vue (bardages, panneaux, conduites ou végétation),
l’environnement et à l’historique de la structure en on vérifiera si l’examen peut se dérouler dans sa
consultant des sources officielles, comme le cadastre, totalité sans qu’il faille éliminer ces obstacles. Des
et en interrogeant les utilisateurs ou les voisins. moyens techniques, tels qu’un endoscope ou une
caméra, peuvent s’avérer utiles en l’espèce.
En l’absence de plans, il y a lieu de calculer les
dimensions de la structure avant de mettre sur pied Les coffrages perdus, les enduits, les peintures et
une vaste campagne de mesures complémentaires en tout autre revêtement qui soustrait la surface du
vue de déterminer l’emplacement et les dimensions béton au regard rendent l’inspection difficile, voire
des armatures. quasiment impossible. En l’occurrence, des essais et
des mesures complémentaires pourraient permettre
Il est conseillé d’effectuer une première visite de de dresser un tableau complet de l’ensemble de la
l’ouvrage afin d’examiner la situation dans laquelle les surface du béton.
travaux d’inspection pourront se dérouler, d’effectuer
éventuellement quelques constatations et des prépara- Si l’inspection ne s’inscrit pas dans un programme
tifs qui faciliteront l’inspection proprement dite. d’étude préalable, mais constitue la première phase
d’une opération de réparation, il est conseillé de
procéder auparavant au démontage des bardages
3.2 Inspection de routine éventuels et ce, en présence d’un expert qui veillera
à ce que le faciès des dégradations reste intact pour
L’inspection de routine comprend un examen visuel l’inspection.
de la structure, complété par quelques essais de
base qui peuvent être réalisés sur place. Dans la Au cours de l’inspection visuelle, l’attention devra
plupart des cas, l’inspection de routine suffit déjà être attirée par :
à avancer un certain nombre de conclusions quant • l’aspect de la surface
à l’état de l’ouvrage. • les changements de teinte (traces de rouille, par
exemple)
• la présence de fissures et l’allure du tracé des
3.2.1 Inspection visuelle fissures
• la détérioration de la peau du béton
3.2.1.1 Objectifs • la dislocation ou le décollement du béton
• la présence d’armatures mises à nu.
L’inspection visuelle a pour but :
• d’identifier les conditions d’exposition qui ont Ces aspects sont étudiés ci-après de manière ap-
pu engendrer des désordres profondie. Il y a lieu de tenir compte du fait que

14 NIT 231 – Septembre 2007


Fig. 10 Thermographie infrarouge.

ces constatations ne sont généralement qu’une résidus d’armature, des fils de ligature ou des
première approche. De même qu’il est malaisé écarteurs.
d’attribuer l’apparition de désordres à une cause
unique, il est rarement réaliste, lorsqu’on évalue
de plus près l’état de la surface du béton, de ne 3.2.1.5 Changements de teinte des
s’en tenir qu’à un seul signe de dégradation ob- surfaces
servable à l’œil nu.
Qu’ils soient causés par des souillures superfi-
cielles ou par d’autres facteurs, les tachages et les
3.2.1.3 Rapport d’inspection changements de teinte doivent être considérés avec
attention.
Les résultats de l’inspection visuelle doivent
être consignés rigoureusement dans un rapport Un changement de teinte peut se produire dans des
d’inspection. Pour éviter autant que possible toute zones où la teneur en eau du béton est plus élevée.
ambiguïté ou toute interprétation erronée, il est L’apparition de petites fissures après humidification
conseillé de rassembler les résultats sous forme du béton est un exemple typique de ce phénomène.
de schémas étayés par des documents photogra- Si le changement de teinte résulte d’une pénétration
phiques – éventuellement des photos infrarouges d’eau par la face inspectée, il disparaîtra après une
pouvant aider à déceler des zones décollées (fi- période sèche.
gure 10).
A défaut, il peut s’agir d’infiltrations d’eau qui dif-
Le rapport d’inspection ainsi établi pourra aussi fusent à travers le béton et s’évaporent à la surface,
se révéler utile lors de l’élaboration d’un éventuel où elles forment des dépôts calcaires. Les taches
programme d’entretien ou de réparation. d’humidité peuvent donner lieu, à long terme, à
la formation de mousses ou constituer des zones
privilégiées de corrosion dès que la carbonatation
3.2.1.4 Aspect de la surface atteint les armatures. L’accumulation d’humidité
aura également une influence sur un éventuel trai-
Bien des dégradations sont liées à une finition ina- tement ultérieur, dans la mesure où elle s’opposera
déquate de la surface. Une concentration de bulles à l’adhérence de couches de protection insuffisam-
d’air à la surface du béton est tout aussi domma- ment perméables à la vapeur.
geable qu’une réduction localisée de l’enrobage
des armatures. De plus, les premières dégradations Un deuxième type de taches est constitué par les
liées à la corrosion se situent souvent dans des traces de rouille de forme allongée que l’on observe
zones présentant des nids de gravier ou des joints généralement à la sous-face des plafonds. Ces
de reprise. taches de rouille en provenance des armatures se
sont déposées sur les coffrages entre le moment du
Moins perceptibles, les réparations locales réalisées ferraillage et le bétonnage. Le problème est ordi-
immédiatement après le décoffrage, notamment nairement de nature esthétique, mais il est conseillé
pour camoufler des imperfections de surface, sont de vérifier l’emplacement exact des armatures. Si le
fréquemment le siège de dégradations ultérieures. tachage épouse parfaitement le tracé des armatures,
Sur des structures en béton dont la réalisation a il y aura lieu de contrôler le potentiel de corrosion
laissé à désirer, on peut également observer des de l’acier.

15 NIT 231 – Septembre 2007


Fig. 12 Schémas de fissuration très fréquents dans les ouvra-
ges en béton.

A J

A
B I
I
K
C E
F

G
B
H
I L

D M

Fig. 11 Traces de rouille à la face inférieure d’un


escalier en béton. A, B et C : fissures de tassement plastique
D, E et F : fissures de retrait en phase plastique
G et H : fissures résultant d’un retrait du béton jeune
Si les traces de rouille sont de faibles dimensions, I : fissures dues au retrait de séchage à long terme
elles peuvent être dues à : J et K : faïençage causé par un retrait de séchage
différentiel
• de petits fils de ligature restés dans le coffrage
L et M : fissures dues à la corrosion des armatures
• des fils de ligature plus longs proches de la
surface du béton
• la présence de granulats ferrugineux.
dans d’autres, on observe une seule grande fissure
Le cas échéant, il convient de contrôler si le tachage concentrée.
ne s’étend pas jusqu’aux armatures et d’envisager
l’éventualité d’une contamination par les chlorures Certaines fissures résultent de problèmes rencon-
(corrosion par piqûres, voir figure 11). En ce cas, trés en cours d’exécution (dessiccation prématurée
les traces de rouille s’accompagnent souvent d’une de la surface, retrait précoce, …) et restent stables
fissuration (cf. § 2.2.4.4, p. 10). après leur apparition. D’autres surviennent après
plusieurs années et continuent à évoluer dans
le temps (réaction alcalis-granulats, fissures de
3.2.1.6 Présence de fissures et dilatation, …).
allure de leur tracé
L’examen des fissures peut être utilement com-
L’évaluation des fissures dans un béton est loin plété par un schéma (forme des fissures, largeur,
d’être simple. Si le béton armé a toujours ten- direction et localisation). Si l’on précise en outre
dance à présenter des fissures, celles-ci doivent le moment où les fissures ont été constatées pour
rester limitées. Une densité d’armatures adéquate la première fois, il sera plus aisé de déterminer
permettra de répartir les fissures internes sous leur origine.
la forme d’un réseau de microfissures superfi-
cielles. La figure 12 présente quelques schémas de fissura-
tion très fréquents [56].
Pour un béton armé à usage normal, on estime
que la durabilité n’est pas compromise lorsque
les fissures ont moins de 0,3 mm d’ouverture [26]. 3.2.1.7 Ecaillage du béton
S’il existe un faible risque de corrosion dû à la
carbonatation, par exemple à l’intérieur des bâti- La peau du béton peut être altérée par des agents
ments (classe d’environnement EI), une ouverture chimiques (eau douce, …) ou physiques (érosion,
de fissure de 0,4 mm peut être tolérée. trafic, cycles de gel-dégel, …). Ces actions se
traduisent par une surface rugueuse, difficile à
Selon leur origine, les fissures se manifestent de nettoyer, sur laquelle des souillures (parfois chimi-
différentes façons. Dans certains cas, la surface du quement agressives) se déposent plus facilement.
béton est entièrement parcourue de microfissures; Dans bien des cas, c’est un premier indice qui

16 NIT 231 – Septembre 2007


révèle que le béton non protégé ne résistera pas à 3.2.2.1 Localisation des défauts
l’environnement auquel il est exposé et fera l’objet d’adhérence
de dégradations ultérieures plus importantes (voir
§ 3.2.1.8). Grâce au son rendu, le sondage des surfaces au
moyen d’un marteau permet de déceler des zones
présentant des cavités.
3.2.1.8 Epaufrures, effritements et
décollements
3.2.2.2 Dureté de surface
Les dégradations superficielles du béton, telles
qu’épaufrures, effritements ou décollements, sont La dureté de surface du béton est déterminée à l’aide
souvent des signes avant-coureurs de désordres plus du scléromètre (ou marteau Schmidt) conformément
graves. Si les dommages résultent d’un impact, la à la norme NBN EN 12504‑2 [31].
procédure de réparation est en général évidente et
rien ne s’oppose en principe à sa mise en œuvre L’essai consiste à mesurer le rebond d’une masse
rapide. déterminée, projetée sur une surface avec une force
connue. Le seul facteur qui puisse influencer le choc
Le choix d’une technique de réparation appropriée en retour est la dureté de la surface, étant donné
est toutefois moins aisé lorsque les désordres sont qu’une surface dure absorbe moins d’énergie lors
localisés à des endroits peu ou pas visibles ou de l’impact et renvoie la masse plus loin.
que leur cause directe n’est pas connue. L’action
prolongée des acides, du gel, de l’érosion, de Avant d’effectuer les mesures, on débarrassera
l’usure, d’une réaction alcalis-granulats ou de la une zone suffisamment étendue (environ 300 mm
corrosion des armatures peut être à l’origine des x 300 mm) de toute souillure, peinture, enduit ou
dégradations. Il est donc nécessaire de procéder élément désolidarisé. La peau du béton friable
à un examen plus approfondi afin de déterminer doit être meulée.
leur cause exacte.
Le scléromètre sera utilisé selon les instructions
du fabricant. Préalablement aux mesures, trois
3.2.1.9 Armatures dénudées activations sans lecture du résultat devront assurer
le bon fonctionnement de l’outil.
Dans la plupart des cas, les désordres se mani-
festent par la mise à nu des armatures rouillées. La tige assurant l’impact est appuyée perpendi-
Deux facteurs peuvent provoquer ce phénomène : culairement à la surface du béton dans une zone
soit que le béton ait commencé à se disloquer exempte de défauts visibles. On augmente ensuite
en raison de la corrosion des armatures et de la pression sur l’appareil jusqu’à ce que le ressort
l’accroissement de volume qui en résulte, soit se déclenche. La procédure est répétée au moins
que les armatures se soient mises à rouiller au neuf fois dans la zone concernée. On obtient ainsi
contact de l’air qui s’est introduit dans l’ouvrage un indice sclérométrique (représentant la moyenne
après sa fissuration. des résultats), qui peut être converti en une valeur
indicative de la résistance à la compression d’un
Il est inutile de souligner que, dans de tels cas, il cube de béton.
convient d’examiner pourquoi la corrosion a attaqué
les armatures. Seul un diagnostic fouillé permettra
d’envisager une réparation durable.

3.2.2 Essais de base

Plusieurs essais doivent venir compléter l’ins-


pection visuelle. Il est évident que les premières
conclusions apportées par cette visite seront dé-
terminantes dans le choix des zones qui devront
faire l’objet d’un examen plus poussé et des essais
à effectuer.

Si ces essais (peu destructifs) ne sont pas probants,


certaines procédures plus sophistiquées conduiront Fig. 13 Détermination de la dureté de surface à
à une évaluation satisfaisante de la structure. l’aide du scléromètre.

17 NIT 231 – Septembre 2007


Sur un béton relativement jeune (quelques mois), Fig. 14 Profondeur de carbonatation d’une carotte
cette valeur présente une très bonne corrélation avec de béton.
la résistance réelle en compression; sur un béton
plus âgé, des réactions de surface (carbonatation)
peuvent augmenter la dureté superficielle, si bien
qu’il n’existe plus de corrélation directe avec la
résistance en compression, à moins que celle-ci
ait été testée sur des carottes. Quoi qu’il en soit,
l’indice sclérométrique peut fournir une indication
quant à l’homogénéité du béton.

Pour limiter au maximum les dégâts pendant l’ins-


3.2.2.3 Localisation des armatures
pection, on peut se contenter de forer de petits trous
et détermination de leur
de 6 à 8 mm de diamètre et mettre la poudre de fo-
enrobage
rage en contact avec la solution de phénolphtaléine.
Dès qu'on observe un changement de couleur, on
Le pachomètre (ou détecteur d’armatures) est
cesse de forer et on mesure la profondeur du forage.
utilisé pour localiser les armatures et évaluer leur
La procédure doit être répétée au moins trois fois
enrobage. Les mesures peuvent toutefois être faus-
si l’on veut limiter l’influence des phénomènes
sées par une grande densité de ferraillage ou par la
locaux (par exemple, forage dans un granulat).
présence de plusieurs nappes d’armatures.
Cette méthode peu destructive est applicable sur
chantier, mais sa précision n’est que de quelques
On peut localiser des armatures jusqu’à une pro-
millimètres.
fondeur d’environ 10 cm en déplaçant le capteur
du pachomètre sur la surface du béton. Les fissures
La formule suivante permet de déterminer le coef-
qui suivent le tracé des armatures seront considérées
ficient de carbonatation k0 d’une structure, pour
comme suspectes, car il est fort probable qu’elles
chaque composition de béton et chaque exposition,
soient provoquées par la corrosion.
en se basant sur la profondeur de carbonatation
mesurée et sur l’âge du béton au moment de la
Le pachomètre peut également servir à déter-
mesure, soit :
miner l’enrobage des armatures, à condition
de connaître le diamètre de ces dernières. On D
k0 = 0
contrôle l’exactitude de cette méthode à un ou t0
plusieurs endroits, en pratiquant un petit forage, où :
ou dans les zones où les armatures sont appa- D0 = la profondeur de carbonatation, mesurée en
rentes. La détermination de l’enrobage est utile mm
pour évaluer le moment où l’acier commencera k0 = une constante dépendant de la qualité du
à se corroder sous l’effet d’une carbonatation ou béton, de l’exposition, etc., exprimée en
d’une chloruration, afin de prendre les mesures
de protection nécessaires.
( mm ans )
t0 = l’âge du béton au moment de la mesure,
Certains pachomètres permettent de déterminer le exprimé en années.
diamètre des barres d’acier. Toutefois, la précision
des résultats étant réduite, ils ne peuvent être uti- On peut ensuite prévoir à quel moment t1 (exprimé
lisés dans le cadre d’un contrôle de la stabilité de en années) le front de carbonatation atteindra les
la structure. armatures et déclenchera leur corrosion, à l’aide de
la formule suivante :
D2
3.2.2.4 Profondeur de carbonata- t1 = w
k 02
tion
où :
La détermination de la profondeur de carbonata- Dw = l’épaisseur d’enrobage des armatures, expri-
tion s’effectue en vaporisant, sur une surface de mée en mm
rupture fraîche, une solution de phénolphtaléine k0 = le coefficient de carbonatation issu de la me-
suivant la méthode décrite dans les recommanda- (
sure précédente, exprimé en mm ans . )
tions CPC-18 de la RILEM [75] ou selon la norme
NBN EN 14630 [44]. Le béton sain vire au rose, Il convient de souligner que le facteur k 0 est
tandis que les zones carbonatées restent incolores influencé par une modification des conditions
(figure 14). d’exposition de l’ouvrage (par exemple, passage

18 NIT 231 – Septembre 2007


d’un environnement humide à un environnement Fig. 15 Mesure de la largeur d’une fissure au
sec). Ce calcul peut s’avérer utile lors du choix des moyen du fissuromètre optique.
mesures à prendre pour prévenir des dégradations
à long terme.

3.2.2.5 Teneur en chlorures

La teneur (totale) en chlorures est déterminée par


des analyses chimiques réalisées selon la norme
NBN B 15-250 [11] ou selon les recommandations
TC 178-TMC de la RILEM [76]. Les analyses
sont effectuées en laboratoire sur des échantillons
prélevés in situ.

Bien que des méthodes qualitatives (bandelettes- plâtre (par exemple, une petite couche d’enduit). Si
tests, par exemple) puissent donner une première le témoin se déchire après quelque temps, la fissure
indication quant à la présence de chlorures, une dé- est active et il convient d’en étudier le comporte-
termination quantitative est néanmoins nécessaire. ment. Cet examen s’effectue de façon quantitative
Il existe à l’heure actuelle des coffrets de chantier à l’aide d’un vernier, d’une jauge d’extension ou de
qui permettent de déterminer sur place la teneur déplacement (dilatomètre) ou d’un fissuromètre.
en chlorures de manière assez simple, rapide et
efficace. Toutefois, certains composants du ciment
peuvent influencer fortement les résultats. 3.2.2.7 Cohésion superficielle
du béton
Les analyses fournissent un taux de chlorures par
rapport à la masse totale de béton. Or, le taux de Généralement réalisé selon la norme NBN
chlorures par rapport à la masse de ciment est plus EN 1542 [23], l’essai s’effectue aisément in situ. Le
fréquent dans les critères d’évaluation. Ce taux choix des zones d’essai peut être basé sur les infor-
s’obtient en multipliant les résultats d’analyse par mations recueillies lors de l’inspection visuelle ou
le rapport entre la masse volumique du béton et la sur les résultats des essais de dureté superficielle. Il
quantité de ciment présente dans ce dernier (cette est inutile de procéder à des essais d’adhérence dans
proportion se situe entre 6 et 8 pour un béton ordi- les zones où le marteau du scléromètre a produit
naire). La valeur obtenue est ensuite comparée avec un bruit sourd, puisque le béton y est probablement
la valeur critique (cf. figure 6, p. 11). fissuré ou dégradé.

L’étude d’échantillons prélevés à différentes pro- Dans les zones d’essai choisies, on commence par
fondeurs permet de savoir si les chlorures ont été percer le béton jusqu’à une profondeur de 15 mm
mélangés au béton dès le début de la construction au moyen d’un foret de 50 mm de diamètre inté-
ou s’ils y ont pénétré par la suite. La teneur en chlo- rieur, puis on colle sur l’ouverture une pastille en
rures au droit des armatures peut être déterminée acier de 50 mm de diamètre et d’au moins 30 mm
de la même manière. d’épaisseur sur laquelle on exerce une force de
traction augmentant au maximum de 0,5 N/mm²
par seconde.
3.2.2.6 Mesure des largeurs de fis-
suration
3.3 Essais complémentai-
La largeur des fissures présentes dans le béton est res
mesurée au moyen d’un fissuromètre (optique ou
autre) (figure 15). Outre la largeur de fissuration, Si l’inspection visuelle et les essais de base ne suffi-
l’emplacement des fissures et leur évolution dans le sent pas à évaluer correctement l’état de la structure,
temps sont également des paramètres importants. d’autres essais peuvent compléter l’examen. Vu le
haut degré de technicité et le coût de ces essais, il
Un moyen simple de vérifier le caractère évolutif est conseillé d’étudier au préalable la pertinence de
d’une fissure (1) consiste à y appliquer un témoin de leur mise en œuvre.

(1) De manière générale, il y a lieu de considérer que l’incidence des cycles d’échauffement et de refroidissement du béton peut
déjà occasionner des variations de l’ouverture des fissures éventuelles.

19 NIT 231 – Septembre 2007


Un certain nombre de techniques non destructives ci en contact avec une surface de béton humide au
permettent de déterminer la qualité du béton et moyen d’une électrode de référence (p. ex. Saturated
d’effectuer des mesures de corrosion. Par ailleurs, Calomel Electrode – SCE, Copper Sulfate Elec-
des essais destructifs peuvent être effectués sur des trode – CSE, …), on forme une cellule électrique.
échantillons en laboratoire, sur l’ensemble de la
structure ou sur de grandes parties de celle-ci. Ces Un voltmètre à impédance d’entrée suffisamment
essais et l’interprétation de leur résultats devront élevée (> 107 ohms) permet de mesurer le potentiel
être réalisés par des personnes compétentes. généré par cette cellule (figure 16). Le potentiel
obtenu est celui de la corrosion de l’armature à
l’endroit de la mesure, et ce par rapport à l’électrode
3.3.1 Examen par ultrasons de référence. La norme ASTM C876-91 [2] relève
une corrélation entre ces résultats de mesure et une
On peut se faire une idée de l’homogénéité et de probabilité de corrosion.
la qualité du béton en mesurant la vitesse de pro-
pagation des ondes ultrasoniques dans le matériau. Selon les conventions internationales en vigueur
La méthode sert également à détecter la présence (ASTM [2], RILEM [74]), il y a lieu de raccorder
de nids de gravier, de cavités, de fissures et autres la borne négative du voltmètre à l’électrode de
défectuosités. référence et la borne positive à l’armature. Lors-
qu’un tel raccordement est établi, les endroits où
Outre les résultats de mesure, la technique exige la corrosion s’est produite fournissent les valeurs
de tenir compte de la distance entre les deux les plus négatives.
transducteurs ultrasoniques. Les variations du taux
d’humidité et de la température peuvent influencer En balayant systématiquement la surface du béton,
les résultats, tout comme la présence de barres on peut dresser une carte des lignes équipotentielles.
d’armature et de gaines de précontrainte. La réa- La figure 17 montre une zone d’environ 6 m sur
lisation de cet essai ne peut être confiée qu’à des 2 m, où la corrosion se manifeste en épousant le
spécialistes. tracé d’un joint de reprise.

Fig. 17 Carte des lignes équipotentielles.


Probabilité de corrosion
3.3.2 Mesure de la corrosion Elevée

3.3.2.1 Mesure du potentiel


de corrosion Moyenne

Cette technique est basée sur la différence de Faible


potentiel qui existe entre les zones où l’acier est
oxydé (potentiel peu élevé) et celles où la couche
de passivation est encore intacte (potentiel élevé). 3.3.2.2 Mesure de la résistivité

Le béton et les barres d’armature corrodées ou non Le processus de corrosion influence la teneur en
constituent une demi-cellule. Lorsqu’on met celle- ions du béton, laquelle détermine la résistivité de
ce dernier. Plus la quantité d’ions est élevée dans
l’eau présente dans les pores du béton, plus la
Fig. 16 Représentation schématique d’une me- résistivité de ce dernier est faible, et plus le risque
sure de potentiel de corrosion. de corrosion est élevé.
1
La résistivité du béton peut se mesurer sur site à
l’aide d’un appareil doté de quatre points de contact
en ligne (dispositif de Wenner). On injecte un courant
3 électrique dans le béton par les deux points de contact
extrêmes, puis on mesure la tension entre les deux
5 4 2 points de contact centraux de la cellule de mesure.

3.3.2.3 Résistance à la polarisation


linéaire
1. Millivoltmètre 4. Béton
2. Armature 5. Contact humide Les deux méthodes précédentes sont des mesures
3. Electrode de référence
qualitatives qui mettent en lumière les zones où

20 NIT 231 – Septembre 2007


une corrosion est très probable, mais elles ne per- EN 12504-1 [30, 49]. Les éprouvettes sont pro-
mettent pas de quantifier la vitesse de corrosion, gressivement mises en charge jusqu’à rupture,
contrairement aux mesures de résistance à la pola- avec une force de 0,2 à 1 N/mm² par seconde. La
risation linéaire, grâce auxquelles il est possible de force maximale est notée afin d’être utilisée pour
déterminer la quantité de métal en solution (donc le calcul de la résistance du béton à la compres-
en cours de corrosion) par unité de temps sur une sion. L’évaluation correcte de cette caractéristi-
surface donnée. que nécessite un nombre d’essais relativement
important.
Par application de petites variations de tension, on
tente de conférer à l’armature une polarisation d’en- La résistance en compression mesurée sur un béton
viron 10 mV, puis on mesure le courant électrique déterminé est fonction de la forme et des dimensions
généré. On calcule la résistance à la polarisation à des éprouvettes. Plus celles-ci sont hautes et minces,
partir de la relation entre les variations de tension plus la résistance mesurée sera faible.
et la variation du courant qui en résulte. Cette re-
lation est quasi linéaire à proximité du potentiel de L’utilisation de carottes d’une longueur et d’un
corrosion libre. La résistance à la polarisation peut diamètre de 100 mm est préconisée, ces dimensions
servir au calcul de la vitesse de corrosion. fournissant une valeur de résistance équivalente à
celle d’un cube de 150 mm de côtés. L’évaluation
de la résistance en compression se fera sur la base
3.3.2.4 Remarques concernant de la norme NBN EN 13791 [41, 49] (2).
les mesures électriques
La résistance en compression dépend également
En raison de leur caractère peu destructif, ces dans une large mesure de l’âge du béton au mo-
techniques conviennent parfaitement pour contrôler ment des essais. La norme NBN EN 1992-1-1 [26]
régulièrement l’état d’une structure. Les mesures propose une formule de conversion de la résistance
doivent cependant être réalisées sur une surface en compression à 28 jours en résistance en com-
dépourvue de couches susceptibles d’isoler le béton pression pour des bétons plus âgés.
ou de modifier ses équipotentiels (comme pourraient
le faire des peintures, par exemple). La résistance en compression donne une indication
de la qualité du béton et permet de s’assurer que le
Le bétonnage d’électrodes de référence au sein des matériau répond aux valeurs prises en compte dans
nouvelles structures est une pratique de plus en l’étude de stabilité. Elle est également utilisée dans
plus courante. Non seulement elle facilite grande- les calculs de contrôle en cas de dégradations.
ment les mesures et l’évaluation des résultats lors
d’inspections ultérieures, mais elle offre en outre la
possibilité d’anticiper certains facteurs susceptibles 3.3.4 Détermination de la
d’influer sur les résultats, tels que : masse volumique
• l’enrobage des armatures
• la présence de béton carbonaté ou d’un revête- La masse volumique du béton durci est déterminée
ment à résistivité élevée suivant la norme NBN EN 12390-7 [28] pour trois
• le taux d’humidité du béton d’enrobage états différents :
• la présence de fissures • à l’état reçu
• les courants vagabonds éventuels. • à l’état saturé en eau
• à l’état sec.
Réalisées à intervalles réguliers, ces mesures
conduiront à une évaluation plus précise du com- La mesure s’effectue sur des éprouvettes durcies de
portement ultérieur de la structure. 1 dm³ minimum, dont on détermine la masse et le
volume. La masse volumique est calculée au moyen
du rapport entre la masse et le volume.
3.3.3 Détermination de
la résistance en La détermination de la masse s’effectue sur l’échan-
compression tillon à l’état reçu, à l’état saturé en eau après im-
mersion jusqu’à masse constante (différence entre
Les essais de compression s’effectuent sur des deux mesures de masse en 24 heures < 0,2 %) ou
carottes de forage prélevées selon la norme NBN à l’état sec après séchage à 105 °C.

(2) Un article concernant l’évaluation de la résistance en compression des bétons en place sera publié prochainement dans les
Dossiers du CSTC.

21 NIT 231 – Septembre 2007 (corr. janv. 2008)


Le volume, quant à lui, est obtenu soit par pesée 3.3.7 Contrôle des armatures
hydro­statique, soit sur la base des dimensions des
éprouvettes lorsque celles-ci sont de forme simple Ce contrôle est destiné à déterminer les dimensions
et régulière. (résiduelles) des armatures.

Si l’on souhaite contrôler la stabilité d’une structure


3.3.5 Détermination de existante, il y a lieu de connaître la qualité du béton
l’absorption d’eau et celle de l’acier. La qualité d’un béton et ses pro-
priétés peuvent être déterminées à l’aide des essais
La norme belge NBN B 15-215 [9] décrit la mé- décrits ci-avant. Pour définir la qualité de l’acier
thode de détermination de l’absorption d’eau par utilisé, on prélève un échantillon d’armature dont
immersion d’éprouvettes en béton. Celles-ci sont on détermine ensuite les propriétés mécaniques et
plongées dans l’eau jusqu’à masse constante (M1), la soudabilité.
puis sont placées en étuve sèche à (105 ± 3) °C
jusqu’à masse constante (M2).
3.3.8 Essais sur l’ensemble de
L’absorption d’eau par immersion A est calculée la structure ou sur une
selon la formule suivante : partie de celle-ci
M - M2
A= 1 ×100 . 3.3.8.1 Radiographie et gammagra-
M2
phie
L’absorption d’eau par capillarité est déterminée
selon la norme NBN B 15-217 [10] pour les bétons
Les sources de rayonnement (sources radioactives
et selon la norme NBN EN 480-5 [14] pour les
ou röntgen) sont utilisées pour détecter la présence
mortiers. La norme NBN EN 12390‑8 [29] décrit,
de cavités et d’éléments en acier dans le béton.
quant à elle, une méthode de détermination de la
profondeur de pénétration d’eau sous pression. Les
Étant donné les limites évoquées ci-après, le
résultats de mesure donnent une bonne indication
recours à cette technique n’est à considérer que
de la porosité du béton et donc de sa qualité, mais
lorsqu’aucune autre solution n’est envisageable;
ne sont pas toujours corrélables entre eux.
en effet :
• la source et le récepteur doivent se situer de part
et d’autre de l’objet à examiner
3.3.6 Analyse pétrographique
• chaque mesure porte sur une surface réduite, de
sorte que la portée des résultats est limitée
Cet examen consiste à découper, dans un échantillon
• les sources de rayonnement présentent des
imprégné de résine fluorescente, une mince lame
risques pour la santé des utilisateurs du dis-
de matériau (de 25 à 30 µm d'épaisseur) que l’on
positif et des personnes passant à proximité
analyse au microscope (figure 18).
de celui-ci
• l’interprétation des résultats doit être confiée aux
L’examen fournit des indications quant à la présence
soins d’un spécialiste.
de fissures, d’ettringite ou d’une réaction alcalis-
granulats. Il peut également apporter quelques
La radiographie et la gammagraphie aident no-
données indicatives concernant la composition du
tamment à déceler une réduction généralisée de la
béton, les granulats, le type de ciment, le facteur
section des armatures ou une corrosion par piqûres.
eau/ciment et la porosité.
L’expérience montre que ces techniques ne sont
Fig. 18 Analyse d’une lame mince au microscope applicables qu’à des éléments structurels de section
sous lumière fluorescente. simple, faiblement armés.

3.3.8.2 Essais de mise en charge

L’application d’une charge connue et limitée sur


une structure et la mesure des déformations qui
en résultent donnent des indications quant aux
propriétés de résistance d’un ouvrage et permettent
de calculer la charge maximale admissible. La coor-
dination des essais et l’interprétation des résultats
relèvent toutefois de la responsabilité d’un bureau
d’études spécialisé.

22 NIT 231 – Septembre 2007


3.4 Évaluation de la struc- • données connues ou pertinentes qui ressortent
ture de l’examen du dossier
• techniques d’examen et de mesure utilisées
Une fois en possession des résultats d’essai, on • rapport de l’inspection visuelle
procède à l’évaluation de la structure point par • liste des zones de mesure et de prélèvement
point, à savoir : • résultats des essais de base
• état global de l’ouvrage • résultats des essais complémentaires
• vieillissement du béton • analyse de l’ensemble des données, observations
• capacité portante des éléments et résultats
• durée d’utilisation de la structure • conclusions.
• aptitude à l’emploi.
Les conclusions comprendront une description des
Les résultats de l’inspection devront être consignés désordres et des relations entre les observations et
de manière claire et complète dans un rapport qui les résultats de mesure. On s’efforcera également
comportera, dans les grandes lignes, les informa- d’expliciter les mécanismes de dégradation en
tions suivantes : cause ainsi que leur origine et le pronostic de leur
• introduction : maître d’ouvrage, motifs de l’étude évolution. Les conclusions du rapport font partie du
et objectifs poursuivis cahier des charges des travaux de réparation.

23 NIT 231 – Septembre 2007


4 Principes et techni-
ques de réparation

4.1 Présentation des prin- 4.2.2 Systèmes de protection


cipes superficielle du béton

La norme NBN ENV 1504-9 [45] définit les prin- Les systèmes de protection superficielle réduisent ou
cipes sur lesquels doivent reposer la réparation et empêchent la pénétration de substances nocives dans
la protection du béton (tableau 5, p. 25) ainsi que le béton (principes 1, 2, 5, 6, 8 et 9). On distingue :
le traitement et la prévention de la corrosion des • les couches de protection liquides : produits
armatures (tableau 6, p. 26). d’imprégnation hydrofuges ou bouche-pores,
revêtements (coatings)
• les recouvrements : panneaux et membranes.
4.2 Brève description des
produits Les exigences imposées aux couches de protec-
tion liquides sont décrites dans la norme NBN
Nous présentons ici très succinctement quelques EN 1504‑2 [16] ainsi que dans les prescriptions
matériaux couramment utilisés pour la réparation techniques PTV 562 [3] pour la marque volontaire
du béton ainsi que leur principe d’action. Ces ma- BENOR. Les protections liquides sont étudiées en
tériaux seront étudiés plus en détail au chapitre 6 détail au § 6.4 de la présente NIT (p. 31).
(p. 29).

4.2.3 Matériaux de consolida-


4.2.1 Mortiers de ragréage tion

Les mortiers de ragréage sont utilisés dans le La consolidation d’une structure (principe 4)
but de restituer au béton dégradé sa forme et sa peut être nécessaire pour des raisons de stabilité.
fonction d’origine (principes 3 et 4). Les mortiers On distingue la consolidation interne (armatures
hydrauliques créent un milieu basique conduisant complémentaires avec enrobage de béton) et la
à la formation d’une couche de passivation à la consolidation externe (plats collés en matériaux
surface des armatures (principe 7); les mortiers synthétiques renforcés de fibres d’acier ou de fibres
résineux, quant à eux, ont une action protectrice qui de carbone, postcontrainte externe). Dans certains
fait barrage entre l’armature et l’eau ou l’oxygène cas, on procède à la mise en place d’éléments en
(principes 3, 4 et 8). béton supplémentaires.

Les exigences auxquelles doivent satisfaire les Les exigences applicables aux armatures collées
mortiers de ragréage sont décrites dans la norme sont définies dans le Guide d’agrément G0026 [77]
NBN EN 1504-3 [17]. En Belgique, ces mortiers ainsi que dans la norme NBN EN 1504-6 [20]. Les
peuvent se voir attribuer une marque volontaire matériaux de consolidation seront traités au § 8.4
BENOR sur la base des prescriptions techni- du présent document (p. 51).
ques PTV 563 [4]. Les exigences applicables au
béton projeté sont définies dans la norme NBN
EN 14487‑1 [42]. 4.2.4 Inhibiteurs de corrosion

Enfin, les mortiers de ragréage sont décrits en Les inhibiteurs de corrosion ont pour but de freiner
détail au § 6.1 de la présente NIT (p. 29). Quant la vitesse de corrosion des armatures (principe 11).
aux méthodes d’application, elles font l’objet du Ces produits sont incorporés au mortier de ragréage
§ 7.3.5 (p. 38). ou sont appliqués par imprégnation de la surface

24 NIT 231 – Septembre 2007


Tableau 5 Principes et méthodes de réparation et de protection du béton.

Principe et description Méthodes correspondantes


1 Protection contre la péné- 1.1 Imprégnation
tration Application de produits liquides qui pénètrent dans le
Réduction ou prévention de la béton et obturent la structure poreuse.
pénétration de substances indésira- 1.2 Application d’un revêtement de surface apte ou non
bles, telles que l’eau et les liquides au pontage des fissures
en général, les vapeurs, les gaz, 1.3 Colmatage superficiel des fissures (1)
les produits chimiques et les agents 1.4 Remplissage des fissures (injection)
biologiques 1.5 Transformation de fissures en joints (1)
1.6 Pose d’un bardage (1) (2)
1.7 Pose de membranes (1)
2 Maîtrise de l’humidité 2.1 Imprégnation hydrofuge
Régulation et maintien du taux d’hu- 2.2 Application d’un revêtement de surface
midité du béton dans une gamme 2.3 Bâchage (1) (2)
de valeurs spécifiées 2.4 Traitement électrochimique (1) (2)
Application d’une différence de potentiel sur des
parties de l’ouvrage en béton afin d’y favoriser ou d’y
empêcher le passage de l’eau (cette technique ne
convient pas au béton armé sans évaluation préala-
ble du risque de corrosion).
3 Réparation du béton 3.1 Application manuelle de mortier
Restauration du béton d’origine ou 3.2 Coulage de béton
d’un élément structurel dans sa 3.3 Projection de béton ou de mortier
forme et sa fonction initiales 3.4 Remplacement de certaines parties de l’ouvrage
Réparation de l’ouvrage en béton
par remplacement d’une partie de la
structure
4 Consolidation structurelle 4.1 Ajout ou remplacement de barres d’armature inté-
Augmentation ou rétablissement de rieures ou extérieures
la capacité portante d’une partie de 4.2 Mise en place d’ancrages dans des évidements
l’ouvrage prévus à l’origine ou dans des forages pratiqués a
posteriori
4.3 Collage d’armatures
4.4 Ajout de mortier ou de béton
4.5 Injection des fissures, vides ou pores
4.6 Remplissage des fissures, vides ou pores
4.7 Précontrainte (par post-tension) (1)
5 Résistance physique 5.1 Recouvrements ou revêtements
Augmentation de la résistance aux 5.2 Imprégnation
sollicitations physiques et mécani-
ques
6 Résistance chimique 6.1 Recouvrements ou revêtements
Augmentation de la résistance de 6.2 Imprégnation
la surface du béton aux agressions
chimiques
(1) Cette technique peut nécessiter l’usage de produits ou de systèmes non envisagés dans les normes de la série
NBN EN 1504.
(2) La mention de cette méthode dans la norme n’implique pas qu’elle bénéficie d’un agrément.

du béton. Le succès du traitement dépend de nom- (principes 1 et 4). Ces produits sont généralement à
breux facteurs et exige un suivi très rigoureux des base d’époxyde, de polyuréthanne (ou d’un mélange
travaux. Les inhibiteurs de corrosion sont traités des deux), d’une suspension de ciment ou d’un gel
au § 8.2 (p. 49). lié au polyuréthanne ou à l’acrylate.

La norme NBN EN 1504-5 [19] décrit les exigences


4.2.5 Coulis d’injection auxquelles les coulis d’injection doivent satisfaire.
De plus amples explications concernant la répara-
Les coulis d’injection sont destinés à colmater ou tion des fissures par injection sont données au § 8.3
à combler les fissures en surface ou en profondeur de cette NIT (p. 50).

25 NIT 231 – Septembre 2007


Tableau 6 Principes et méthodes de prévention et de traitement de la corrosion des armatures.

Principe et description Méthodes correspondantes


7 Protection de la couche de 7.1 Augmentation de l’enrobage par ajout d’une couche
passivation ou repassivation de mortier ou de béton
Création des conditions chimiques 7.2 Remplacement du béton attaqué ou carbonaté
aptes à conserver ou à rétablir la 7.3 Réalcalinisation électrochimique du béton carbo-
passivité autour des armatures naté (1)
7.4 Réalcalinisation par diffusion du béton carbonaté
7.5 Déchloruration électrochimique (1)
8 Augmentation de la résisti- 8.1 Réduction du taux d’humidité par traitement de la
vité surface, application de revêtements ou pose de
Augmentation de la résistance élec- bardages
trique du béton
9 Contrôle des zones catho- 9.1 Limitation de la teneur en oxygène (à la cathode)
diques par saturation ou par application d’un revêtement
Création des conditions propres à de surface (2)
empêcher la réaction anodique des
zones d’armature potentiellement
cathodiques
10 Protection cathodique 10.1 Application d’un potentiel électrique (1)
11 Contrôle des zones anodi- 11.1 Application sur les armatures d’une peinture à
ques pigments actifs
Création des conditions propres 11.2 Application sur les armatures d’une peinture imper-
à empêcher les zones d’armature méable
potentiellement anodiques de parti- 11.3 Incorporation d’inhibiteurs dans le béton (1) (2)
ciper à une réaction oxydante
(1) Cette technique peut nécessiter l’usage de produits ou de systèmes non envisagés dans les normes de la série
NBN EN 1504.
(2) La mention de cette méthode dans la norme n’implique pas qu’elle bénéficie d’un agrément.

4.2.6 Protection anticorro- rosion (principe 11). Le type de protection anticor-


sion des armatures rosion dépend du mortier utilisé (cf. § 6.3, p. 31).

S’il s’avère que l’enrobage des armatures est in- En ce qui concerne les exigences relatives à
suffisant après réparation, on peut appliquer, au cette technique, on consultera la norme NBN
moment de la préparation des travaux, un produit EN 1504‑7 [21] ainsi que les prescriptions tech-
permettant de protéger les armatures contre la cor- niques PTV 567 [5].

26 NIT 231 – Septembre 2007


5 Choix des systèmes
de réparation et de
protection

5.1 Options envisageables ses éléments. Ce risque peut résulter :


• de la corrosion des armatures
En l’absence de mesures de protection ou de ré- • d’une dislocation du béton
paration, la durée de vie d’un ouvrage en béton, • d’une fissuration sévère
tant sur le plan structural qu’économique ou tech- • du décollement ou du glissement des appuis.
nique, est estimée sur la base des conclusions de
l’inspection et compte tenu de l’évolution probable La sécurité générale couvre toutes les autres si-
des désordres. La connaissance de ce paramètre tuations comportant un risque pour les passants
permettra de sélectionner les interventions plus ou pour l’environnement (par exemple, chute de
appropriées. fragments de béton).

Face aux dégradations subies par une structure, La méthode de réparation choisie devra garantir à
différentes options peuvent être envisagées : la fois la sécurité structurale et la sécurité générale,
• laisser l’ouvrage en l’état tant avant et pendant les travaux qu’a posteriori.
• restreindre son usage
• protéger la construction en empêchant ou en li-
mitant tout risque de détériorations ultérieures 5.2.2 Origine et évolution des
• procéder à des réparations désordres
• consolider la structure
• démolir et éventuellement remplacer la structure Afin de préserver l’ouvrage tout au long de sa durée
ou certains de ses éléments. d’utilisation, il convient d’éradiquer la cause des
dégradations. Lorsque cela s’avère impossible ou
économiquement injustifié, il y a lieu d’en tenir
5.2 Facteurs influençant compte dans le programme d’entretien ou de ré-
le choix paration ultérieur.

Plusieurs paramètres conditionnent le choix du En cas de corrosion due à la carbonatation du béton,


système de réparation ou de protection [50] : par exemple, la source des dégradations (CO2 de
• la sécurité de l’ouvrage l’air) ne peut être éliminée, mais les zones dégra-
• l’origine des désordres et leur évolution dées peuvent être réparées localement, en veillant
• la faisabilité technique à protéger les parties encore saines contre une
• les facteurs économiques éventuelle carbonatation.
• la nature et l’ampleur des désordres
• les facteurs liés à l’exécution
• les exigences concernant l’aspect extérieur du 5.2.3 Faisabilité technique
béton
• les desiderata du donneur d’ordre. Une réparation n’est techniquement envisageable
que s’il existe une solution répondant à l’ensemble
des exigences posées à la structure (solidité, rigidité,
5.2.1 Sécurité de l’ouvrage résistance physique et chimique). Le choix d’un ma-
tériau inadéquat lors de la conception, par exemple,
La sécurité structurale est mise en danger lorsqu’il exclut toute possibilité d’intervention valable, si ce
existe un risque pour la stabilité de l’ouvrage ou de n’est un remplacement éventuel de la structure.

27 NIT 231 – Septembre 2007


5.2.4 Facteurs économiques • nécessiter des horaires de travail inhabituels, en
particulier en cas de travaux dans des écoles,
La durée de vie économique, ou durée d’amortisse- des tunnels, des infrastructures ferroviaires ou
ment, d’un ouvrage est en principe plus brève que maritimes (activités tributaires des marées)
sa durée de vie technique (période pendant laquelle • représenter un danger pour la sécurité des per-
la construction est apte à remplir ses fonctions). sonnes
Lors de la sélection de la méthode de réparation, il • générer des nuisances : bruit, eau, poussières,
convient de tenir compte du fait qu’un bâtiment est déchets, ...
susceptible de se dégrader avant que son coût n’ait
pu être entièrement amorti. Si, dans un bâtiment
récent, on admet de remplacer des éléments en- 5.2.7 Exigences relatives à
dommagés, dans un bâtiment ancien, on conseillera l’aspect extérieur du
plutôt une réparation temporaire. béton

Lorsque l’aspect extérieur de l’ouvrage doit être


5.2.5 Nature et ampleur des conservé (monument classé, béton architectoni-
désordres que, ...), il y a lieu d’adopter des techniques de
réparation moins invasives.
La nature et l’ampleur des désordres ont une in-
fluence sur le choix de la méthode de réparation.
Parmi les différents facteurs qui influencent ce 5.2.8 Exigences du donneur
choix, citons notamment : d’ordre
• la position de la surface endommagée (surface
horizontale, surface verticale ou sous-face), Lorsque le donneur d’ordre a le choix entre plu-
dont dépendra la consistance du mortier de sieurs méthodes de réparation, il optera pour la
ragréage méthode la plus adaptée à ses yeux. S’il choisit de ne
• l’épaisseur (profondeur) de la section de béton rien entreprendre, il devra tenir compte du surcoût
endommagée : qui peut en résulter (en cas de réparation tardive,
– une faible épaisseur de béton aura une par exemple) et des risques qu’une telle décision
incidence sur la granulométrie du mortier peut faire courir aux usagers éventuels.
(diamètre du gros granulat)
– si l’épaisseur à réparer dépasse le niveau
des armatures, elle déterminera le choix du 5.3 Choix du système
mortier de ragréage
• les dimensions de la surface endommagée La méthode de réparation ou de protection choisie
• la nécessité de remplacer ou de renforcer les doit répondre aux exigences suivantes :
armatures. • être adaptée à la nature des dégradations, à leurs
causes et à leur ampleur
• convenir à l’usage ultérieur de l’ouvrage
5.2.6 Facteurs liés à l’exécu- • être conforme à l’option choisie au § 5.1
tion (p. 27)
• correspondre aux principes définis dans les ta-
Lors de la sélection de la méthode de réparation, bleaux 5 et 6 (p. 25 et 26)
il convient de tenir compte des limites ou des exi- • être réalisable avec des produits et des systèmes
gences éventuelles propres à l’exécution. Celles-ci répondant aux normes de la série NBN EN 1504
peuvent être imposées par la méthode de réparation (ou à toute autre norme EN applicable), à un
ou par la localisation de la réparation. agrément technique belge ou européen, à un
guide d’agrément ou à des prescriptions PTV.
La localisation de la réparation ou la méthode de
réparation peut notamment : Vu le nombre de paramètres influençant le choix
• exiger l’utilisation de matériel facilitant l’acces- (cf. § 5.2), il est conseillé de confier cette tâche à
sibilité (échafaudages, nacelles élévatrices, ...) un expert.

28 NIT 231 – Septembre 2007


6 Matériaux de répara-
tion du béton

6.1 Mortiers Les mortiers de ragréage à liant hydraulique pro-


tègent les armatures en rétablissant l’alcalinité du
Les mortiers de ragréage sont classés en fonction béton d’enrobage.
de la nature du liant (hydraulique ou résineux). La
norme NBN EN 1504-3 [17] définit les exigences Les mortiers hydrauliques modifiés à l’aide de
applicables aux mortiers de ragréage structuraux polymères (5 à 20 % de polymères par rapport à la
et non structuraux. masse de ciment) sont désignés sous l’appellation
PCC (Polymer Cement Concrete/Mortar, bétons
Des exigences complémentaires sont définies dans ou mortiers de ciment aux polymères), les autres
les PTV 563 [4]. Celles-ci prévoient davantage d’es- mortiers (< 5 % de polymères par rapport à la
sais d’identification et d’essais liés à l’usage envisa- masse de ciment) sous l’appellation CC (Cement
gé, mais également des essais permettant d’évaluer Concrete/Mortar, bétons ou mortiers de ciment).
les conditions limites d’utilisation. Ces prescriptions
servent en outre de base à l’établissement de fiches L’application doit impérativement se faire sur un
techniques normalisées BENOR [49] (1). support humidifié. La projection du mortier s’avère
souvent la technique la mieux adaptée pour la répa-
L’aspect du béton après une réparation au mortier ration de grandes surfaces. En présence de grands
est souvent accessoire. En présence de béton archi- volumes, le coulage constitue une bonne alternative.
tectonique sans fonction structurale, on peut faire Dans le cas de petites réparations, le mortier est
usage d’un mortier pour pierre naturelle. appliqué localement à la main.

Etant donné le retrait inévitable des mortiers


6.1.1 Mortiers de ragréage à hydrauliques, les précautions nécessaires (cure
base de liant hydraulique adéquate, …) devront être prises pour prévenir une
fissuration inacceptable, surtout si les surfaces à
Depuis 2007, il est possible d’établir des fiches traiter sont étendues.
techniques normalisées sur la base des PTV 563 [4].
Ces fiches comportent une description du mortier Les exigences et les prescriptions applicables aux
de réparation et une classification reposant sur les mortiers hydrauliques sont spécifiées dans la norme
critères UW (U pour l’utilisation prévue ou le do- NBN EN 1504-3 [17] et les PTV 563 [4].
maine d’application, W pour l’applicabilité ou les
conditions d’utilisation) [49]. Cette classification
doit permettre de choisir le produit le plus adapté, 6.1.2 Mortiers de ragréage à
en fonction du cas considéré. base de résines

Les propriétés des mortiers hydrauliques peuvent Ces mortiers se composent d’une résine synthétique
être améliorées au moyen de polymères ou d’adju- (liant principal), d’une matière de charge et d’un ou
vants et de fibres. L’ajout de polymères offre divers de plusieurs agents favorisant la polymérisation ou
avantages [50] : compensation du retrait, meilleure le durcissement (catalyseur, durcisseur, ...).
résistance en traction, adhérence accrue, moins
grande perméabilité à l’humidité et au dioxyde de Appliqués tout le long des armatures, les mortiers
carbone (CO2), amélioration de la résistance au gel résineux font barrage à l’eau et à l’oxygène et
et meilleure résistance chimique. protègent ainsi les armatures contre la corrosion.
La surface de ces dernières doit cependant être
Les polymères accroissent toutefois la dilatation sèche et requiert l’application d’une couche
thermique, ce qui augmente les contraintes. d’adhérence.

(1) La normalisation, la certification et la mise en œuvre des mortiers de réparation en Belgique et en Europe feront l’objet d’un
article à paraître dans les Dossiers du CSTC.

29 NIT 231 – Septembre 2007


Ces mortiers sont désignés sous l’appellation PC un mortier de ragréage ou un mortier d’égalisation
(Polymer Concrete Mortar, mortiers polymères). en couche d’une épaisseur moyenne de 2 mm.
Les résines les plus courantes sont les époxydes
à base d’amines jouant le rôle de durcisseur, bien Les exigences requises sont décrites dans la norme
qu’on utilise également des polyuréthannes ou des NBN EN 1504‑2 [16] et dans les PTV 562 [3].
acrylates. Certaines formulations contiennent en
outre des additifs et des pigments.
6.1.4.2 Couche de finition
Comparés aux mortiers hydrauliques, les mortiers
résineux possèdent une grande résistance mécani- La couche de finition est destinée à camoufler les
que en compression et en traction, propriété qu’ils irrégularités de surface provoquées par les bulles
acquièrent d’ailleurs très rapidement. Par contre, d’air. Elle peut être constituée par un mortier
ils se caractérisent par un coefficient de dilatation d’égalisation ou tout autre produit formulé pour
thermique plus élevé, un module d’élasticité plus cet usage.
faible et un retrait plus important au durcissement.
Ils n’offrent par ailleurs qu’une faible résistance
au feu. 6.1.5 Critères et propriétés
des matériaux
Ces mortiers sont surtout utilisés pour de petites
réparations locales ou, éventuellement, lorsque Les critères relatifs aux propriétés des différents
les ouvrages ont été exposés à des substances mortiers sont mentionnés dans les normes et les
chimiques. PTV précitées. Certains d’entre eux sont évoqués
plus largement ci-après. Pour les méthodes d’essai
Les exigences et prescriptions qui s’y appliquent correspondantes, on se référera au § 7.3.5 de la
sont décrites dans la norme NBN EN 1504‑3 [17] présente Note d’information technique (p. 38).
et les PTV 563 [4].

6.1.5.1 Mortiers de ragréage à liant


6.1.3 Mortiers d’égalisation hydraulique

Les mortiers d’égalisation ont pour but d’éliminer Les tableaux 7 et 8 mentionnent quelques exigen-
les irrégularités de la surface du béton et d’obtenir ces applicables aux mortiers hydrauliques selon la
un support lisse. Cette caractéristique peut être norme NBN EN 1504-3 (d’autres exigences fixées
souhaitée lorsqu’un revêtement ultérieur doit être par cette norme figurent en Annexe, p. 59) et l’an-
appliqué. Les irrégularités peuvent résulter de dé- cien Guide d’agrément G0007 [17, 78]. A noter que
fauts (pores, joints de reprise, joints de coffrage, les exigences de ce dernier en ce qui concerne les
surface brute après réparation du béton, ...) ou réparations non structurales (catégorie I) sont de
d’attaques physiques ou chimiques qui rendent les loin plus sévères que celles de la norme.
granulats progressivement apparents.
Tableau 7 Exigences applicables aux mortiers de ragréage
Les mortiers d’égalisation les plus courants sont selon la norme NBN EN 1504-3 (voir aussi l’Annexe en p. 59).
les mortiers PCC auxquels sont ajoutées de fines
charges. Ils sont appliqués en couche de 2 à 8 mm Classe Résistance à
Type de Adhérence
d’épaisseur (environ 5 mm en moyenne) et confè­rent de ré- la compres-
mortier (N/mm²)
sistance sion (N/mm²)
une protection supplémentaire aux armatures.
R1 ≥ 10 ≥ 0,8
Non structural
Les exigences et prescriptions applicables sont R2 ≥ 15 ≥ 0,8
décrites dans la norme NBN EN 1504‑3 [17] et R3 ≥ 25 ≥ 1,5
les PTV 563 [4]. Structural
R4 ≥ 45 ≥ 2,0

6.1.4 Autres produits à base Tableau 8 Résistance mécanique des mortiers hydrauli-
de liant hydraulique ques CC/PCC selon l’ancien Guide d’agrément G0007 [78].

Résistance à Résistance à Adhé-


6.1.4.1 Enduits de protection Type de
la compres- la traction par rence
mortier
sion (N/mm²) flexion (N/mm²) (N/mm²)
Les enduits de protection ont pour fonction de Cat. I 30,0 7,0 1,5
protéger la surface du béton contre les attaques
Cat. II 40,0 8,0 2,0
physicochimiques. Ils peuvent être appliqués sur

30 NIT 231 – Septembre 2007


Les mortiers hydrauliques doivent également Tableau 9 Propriétés indicatives des mortiers de ragréage [50].
répondre à des exigences générales de retrait ou
d’expansion empêchée. Type Mo- Résis- Allonge-
Dilatation
de dule de tance à la ment de
thermique
mor- Young traction rupture
A ces caractéristiques s’ajoutent, dans le cas de (1/K)
tier (kN/mm²) (N/mm²) (%)
la réparation du béton armé, des exigences sur la
CC 20 – 30 1,5 – 3,5 0 7 – 12 x 106
teneur en ions chlorure et la résistance à la carbo-
natation et, dans le cas du renforcement structural PCC 1 – 30 2–8 0–5 8 – 20 x 106
à l’aide de mortier ou de béton, des exigences sur PC 0,5 – 20 9 – 20 0 – 15 25 – 30 x 106
le module d’élasticité.

Des performances en matière de compatibilité ther- Les conditions d’application de la barbotine d’ac-
mique, de résistance au glissement et de perméabi- crochage sont très strictes et fréquemment incompa-
lité à l’eau par absorption capillaire peuvent en outre tibles avec les conditions de chantier. Son utilisation
être prescrites pour certaines applications. dans des conditions inadéquates peut dès lors altérer
l’adhérence au mortier de ragréage.
Dans les PTV 563 [4], des valeurs de résistance
à la flexion minimale à 28 jours sont également Certaines barbotines d’accrochage pénètrent dans
imposées aux mortiers de classe structurale (R3 le béton et améliorent à la fois sa cohésion et l’ad-
et R4) utilisés sans produit d’accrochage. Ces exi- hérence au mortier.
gences trouvent leur motivation dans l’expérience
belge, qui montre que les capacités d’adhésion des
mortiers sont liées à leur cohésion. 6.3 Produits de protection
anticorrosion des ar-
Enfin des prescriptions complémentaires sont four- matures
nies pour la résistance aux produits de déverglaçage
(cf. Note (1) en page 29). Une fois les armatures décapées, il est nécessaire,
dans certains cas, d’appliquer un revêtement
de protection anticorrosion. Celui-ci peut être
6.1.5.2 Mortiers de ragréage à base composé :
de résines • soit de résines synthétiques réactives (époxydes,
PU), additionnées ou non d’inhibiteurs de cor-
Les exigences mécaniques de la norme NBN rosion; ce type de revêtement est surtout utilisé
EN 1504-3 [17] et des PTV 563 [4] s’appliquent lorsque la réparation du béton s’effectue avec
également à ces mortiers. un mortier résineux
• soit d’un liant hydraulique modifié, principa-
En ce qui concerne l’adhérence, les PTV 563 lement dans le cas de réparations au mortier
imposent des exigences plus sévères aux mortiers hydraulique
à base de résine époxyde, toutes les valeurs d’ad- • soit encore de zinc.
hérence devant être supérieures à 3 N/mm². Quant
aux essais d’identification prévus dans la norme La protection anticorrosion est appliquée en deux
européenne et dans les PTV, ils diffèrent de ceux couches et ne peut affecter l’adhérence du béton
préconisés pour les mortiers hydrauliques. ou du mortier de ragréage.

Les exigences relatives à la protection anticorrosion


6.1.5.3 Autres propriétés des armatures sont définies dans la norme NBN
EN 1504-7 [21] ainsi que dans les prescriptions
Le tableau 9 présente une fourchette de valeurs techniques PTV 567 [5].
indicatives citées dans la littérature pour quelques
propriétés des mortiers de ragréage.
6.4 Produits de protection
fluides pour le béton
6.2 Barbotines d’accro-
chage 6.4.1 Produits d’imprégnation
hydrofuges
L’application d’une barbotine d’accrochage favorise
l’adhérence du mortier de ragréage au support. L’imprégnation hydrofuge agit en tapissant les pores
Le liant utilisé est souvent le même que celui du et capillaires, sans toutefois les combler entièrement
mortier. (figure 19, p. 32).

31 NIT 231 – Septembre 2007


Fig. 19 Coupe schématique d’un béton traité par Fig. 20 Coupe schématique d’un béton bouche-
imprégnation hydrofuge [16]. poré [16].

Les produits utilisés – silanes ou siloxanes, par • une protection accrue contre les graffiti
exemple – se présentent sous forme de gel, ce qui • une diminution des risques de réactions alcalis-
permet d’éviter un séchage trop rapide et de favori- granulats.
ser la pénétration. Il n’ont pas d’action filmogène à
la surface du béton et ne modifient pas sensiblement Les produits bouche-pores doivent être appliqués
son aspect extérieur. conformément à la fiche technique normalisée éta-
blie sur la base des PTV 562 ou à la documentation
L’efficacité des produits d’imprégnation hydrofu- technique du fournisseur. Les exigences applicables
ges, pratiquement nulle sur les surfaces horizonta- en la matière sont en outre stipulées dans la norme
les, est optimale sur une surface verticale en raison NBN EN 1504-2 [16] et les prescriptions techniques
de leur effet tensioactif. PTV 562 [3].

L’application de ces produits répond à plusieurs


objectifs : 6.4.3 Revêtements de protec-
• réduction de l’absorption d’eau tion (coatings)
• limitation de la diffusion de chlorures
• accroissement de la résistance aux agents Les revêtements de protection assurent une meilleu-
chimiques re durabilité de la structure en empêchant toute
• diminution des réactions alcalis-granulats attaque ultérieure. Certains revêtements remplissent
• ralentissement de l’encrassement des surfaces. en outre des fonctions d’égalisation, de décoration,
d’antistaticité, ...
Les produits d’imprégnation hydrofuges ne possè-
dent toutefois qu’une durée d’action limitée et ne On distingue les revêtements minéraux, à base de
confèrent pas de protection contre la carbonatation liant hydraulique, et les revêtements à base de résine
du béton, bien au contraire. synthétique, à liant polymérique (figure 21).

En ce qui concerne les exigences relatives aux En cas d’application multicouche, les conventions
produits et à leur usage, nous renvoyons à la norme d’appellation suivantes sont utilisées :
NBN EN 1504-2 [16] et aux PTV 562 [3]. • couche d’imprégnation
• couche de fond
• couche intermédiaire
6.4.2 Produits d’imprégnation • couche supérieure ou de finition.
bouche-pores
La couche d’imprégnation, destinée à améliorer
L’imprégnation d’un support à l’aide d’un produit l’adhérence au support, réduit la porosité de ce
bouche-pores a pour effet de combler partiellement dernier. Le liant utilisé peut être :
ou totalement les pores et les capillaires de surface • un polymère organique, avec ou sans ciment
(figure 20). La porosité superficielle s’en trouve comme matière de charge
réduite et le béton de surface consolidé. La for- • un liant hydraulique modifié par des polymères
mulation des produits peut contenir des polymères organiques.
organiques.
Dans le cadre de la réparation du béton, le terme
Le bouche-porage d’une surface en béton vise : de ‘coating’ est couramment utilisé pour désigner
• une réduction de l’absorption capillaire un revêtement à base de polymères.
• une amélioration des propriétés de surface
• un accroissement de la résistance à la carbo- Le revêtement peut remplir plusieurs fonctions :
natation • réduction de la vitesse de carbonatation

32 NIT 231 – Septembre 2007


Fig. 21 Coupe schématique d’un béton muni d’un ouverture inférieure ou égale à 0,20 mm,
revêtement de protection [16]. soumises à des variations quotidiennes sai-
sonnières
– B3.2 : aptitude au pontage des fissures d’une
ouverture inférieure ou égale à 0,20 mm, sou-
mises à la fois à des variations quotidiennes
saisonnières et à des vibrations mécaniques
• résistance aux agressions chimiques
• modification de l’aspect du support pour des
raisons esthétiques ou de sécurité
• autres : protection antigraffiti, protection des
• protection contre les pénétrations d’eau ou de salles blanches, ...
solutions aqueuses, dans le cas où la structure
est susceptible : La description du revêtement, de même que toutes
– de présenter une sensibilité au gel ou aux les données relatives aux différents produits ou
produits de déverglaçage composants, à leur fonction (imprégnation, couche
– de développer une réaction alcalis-granulats de fond, …) et à leur mise en œuvre doivent figurer
– d’être le siège de dépôts acides ou d’une dans la documentation technique du fournisseur ou
condensation en raison d’une pollution de dans la fiche technique normalisée établie sur la
l’environnement base des PTV 562 [3].
– d’être contaminée par les chlorures : le trai-
tement réduit alors les nouveaux apports de Les qualités protectrices du revêtement dépendent
chlorures, mais aussi les pénétrations d’eau notamment de son épaisseur à l’état sec. Cette
dans un béton déjà contaminé (afin de freiner caractéristique doit être contrôlée lors des essais
la corrosion des armatures) d’accréditation et lors de la mise en œuvre. On
• ralentissement de la corrosion des armatures par distingue :
une réduction de la teneur en eau du béton • l’épaisseur sèche minimale
• pontage des fissures (présentes ou futures). Dans • l’épaisseur sèche maximale
cette optique, les revêtements sont classés en • l’épaisseur sèche nominale.
cinq catégories [3] :
– B0 : pas d’aptitude au pontage des fissures Ces notions s’appliquent à l’ensemble du revête-
– B1 : aptitude au pontage des fissures d’une ment et aux différentes couches qui le constituent.
ouverture inférieure ou égale à 0,12 mm, Pour les imprégnations non filmogènes, il y a lieu
soumise à des variations saisonnières pé- de se référer à la consommation préconisée par le
riodiques fabricant.
– B2 : aptitude au pontage des fissures d’une
ouverture inférieure ou égale à 0,12 mm, En ce qui concerne les exigences relatives aux re-
soumises à des variations quotidiennes sai- vêtements de protection et à leur application, nous
sonnières renvoyons à la norme NBN EN 1504-2 [16] ainsi
– B3.1 : aptitude au pontage des fissures d’une qu’aux PTV 562 [3].

33 NIT 231 – Septembre 2007


7 Mise en œuvre des
travaux

7.1 Préparation du chan- ter la résistance à la traction, à la compression,


tier au cisaillement et à la flexion de la structure. Le
cas échéant, on évaluera la nécessité d’installer
Avant d’entamer les travaux de réparation, il y a des étais ou d’autres moyens de confortement
lieu de prendre en considération tous les aspects provisoires.
susceptibles d’avoir des répercussions sur le dé-
roulement du chantier.
7.2.2 Qualité du support
A cet égard, on se posera notamment les questions
suivantes : Une réparation durable exige une préparation ap-
• les activités envisagées vont-elles générer une profondie et soignée du support (enlèvement du
gêne acoustique ou des nuisances dues aux béton altéré, conditionnement des surfaces et des
poussières et aux écoulements d’eau ? armatures).
• le matériel est-il en ordre d’utilisation ?
• quel sera l’impact des échafaudages sur l’acces- Après préparation (cf. § 7.3.3, p. 36), le support
sibilité des logements et des commerces ? Faut-il doit présenter une cohésion au moins équivalente
prévoir un bâchage ? De petites réfections seront- à l’adhérence requise pour le mortier de ragréage
elles nécessaires après le démontage ? (§ 6.1.5, p. 30) ou, à défaut, à la résistance en
• comment les gravats et les débris divers seront‑ils traction du béton sous-jacent.
évacués ?
• faut-il protéger les abords (bâtiments, végéta-
tion, ...) ? 7.2.3 Corrosion des armatures
• quelle est la procédure à suivre en matière de
contrôle de la qualité ? Une fois le béton altéré dégagé et les armatures
• quelle est la situation sur le plan de la circulation décapées (voir ci-après), il convient d’évaluer
routière ? Une signalisation et des déviations l’aptitude de ces dernières à remplir les fonctions
doivent-elles être mises en place ? prévues au cahier des charges des travaux de
• la capacité en électricité et en eau est-elle suf- réparation.
fisante ?
• quelle est l’emprise des travaux sur les câblages En cas de réduction manifeste de la section (écailla-
et réseaux divers ? ge, piqûres de corrosion), une étude de stabilité
• l’ouvrage doit-il être étayé ? doit être réalisée par un ingénieur qualifié, qui
• ... examinera s’il y a lieu de remplacer les armatures
ou de consolider la structure.

7.2 Contrôles à effectuer


avant et pendant les 7.3 Description des tra-
travaux vaux

7.2.1 Stabilité La réparation d’un ouvrage en béton dégradé


s’opère en trois grandes phases :
Lors de chaque phase du chantier, il convient de • l’enlèvement du béton non adhérent ou altéré et
veiller à ce que la stabilité de l’ouvrage ne soit le décapage des armatures
compromise à aucun moment. L’enlèvement de • la mise en œuvre des produits de réparation,
béton ou d’acier au cours des travaux peut affec- éventuellement après l’application d’une couche

34 NIT 231 – Septembre 2007


d’adhérence en surface et du revêtement anticor- que, marteau à aiguilles (les brosses métalliques
rosion des armatures rotatives ne sont pas autorisées car elles provo-
• la protection et la finition. quent un lissage des surfaces)
• par projection d’eau à très haute pression (entre
Afin de pouvoir procéder à des contrôles, il est 1000 et 2000 bars) : cette technique, également
conseillé de prévoir un délai et des moyens suffi- utilisée pour décaper les armatures, requiert sou-
sants entre les différentes phases de travaux. Les vent un matériel adéquat permettant de récupérer
conclusions de ces contrôles seront consignées et d’évacuer l’eau et les résidus.
dans un rapport.
En cas de structures précontraintes, il y a lieu
Les paragraphes suivants abordent, en ordre chro- d’utiliser un équipement adapté afin de ne pas
nologique, les différentes étapes de la réparation endommager les câbles.
traditionnelle d’une structure en béton.
Tout décapage à la flamme est formellement in-
terdit.
7.3.1 Enlèvement du béton non
adhérent ou altéré En tout état de cause, on veillera à ce que ces opé-
rations ne nuisent pas à l’adhérence du béton aux
Les produits utilisés pour la réparation de l’ouvrage armatures, ni à sa cohésion dans les zones saines.
doivent impérativement être appliqués sur un sup-
port homogène. Pour ce faire, le béton dégradé ou
altéré, ainsi que tout élément non adhérent seront 7.3.2 Dégagement des armatu-
entièrement éliminés jusqu’au matériau sain et, en res
tout cas, sur une profondeur d’au moins 5 mm (si le
mortier de ragréage est à base de liant hydraulique et La profondeur à laquelle les armatures doivent être
possède une granulométrie maximum Dmax ≥ 2 mm, dégagées dépend du mécanisme de dégradation
la profondeur de décapage correspondra au mini- en cause, du système de réparation envisagé et de
mum à 3 Dmax). En ce qui concerne la profondeur l’enrobage visé après la réparation. En cas de dé-
de décapage du béton au voisinage des armatures passivation par carbonatation, le décapage du béton
en cas de dépassivation par carbonatation, on se s’opère comme explicité ci-après.
référera aux spécifications du § 7.3.2.
En présence de dégradations dues à la corrosion et
Les zones à réparer seront soigneusement délimi- d’armatures situées en zone carbonatée, il y a lieu de
tées suivant un tracé polygonal, à l’aide d’un trait décaper le béton d’enrobage jusqu’en zone saine.
de disqueuse de 5 mm de profondeur, pratiqué
perpendiculairement à la surface du béton. Si les armatures passent, dans le sens longitudinal,
d’une zone carbonatée en zone non carbonatée, le
Il y a lieu de veiller à ce que la périphérie de la décapage s’opère jusqu’à la zone saine, sur une
zone réparée soit suffisamment épaisse afin d’y longueur égale au diamètre de l’armature (avec un
garantir un bon rapport ciment/granulats. Les bords minimum de 20 mm).
en biseau, riches en ciment, sont plus poreux et
auront tendance à s’effriter. De même, les transitions ❒ Cas d’une réparation au mortier hydraulique :
abruptes dans la profondeur et la largeur de la zone • si l’enrobage final après réparation est supérieur
à réparer donneront lieu à des fissures de retrait et à 20 mm et que la périphérie de l’armature se
sont donc à éviter. situe majoritairement en zone non carbonatée,
l’armature ne doit être dégagée que sur la moitié
La norme NBN EN 1504-10 [22, 49] précise que de sa surface (figure 22A, p. 36)
les bords taillés doivent former un angle d’au moins • si l’enrobage final après réparation est supérieur
90° et de 135° au maximum afin de réduire le risque à 20 mm et que la périphérie de l’armature se
de décollement de la surface supérieure du béton trouve en majeure partie dans la zone carbona-
sain adjacent; ils doivent en outre être suffisamment tée, l’armature doit être entièrement dégagée et
repiqués pour assurer une bonne fixation mécanique le béton décapé sur au moins 20 mm de part et
entre le matériau d’origine et le produit de répara- d’autre de la barre d’acier et sur 10 mm à l’arrière
tion (cf. Note (1) en page 29). de celle-ci (figure 22B)
• si l’enrobage final après réparation se situe
Le décapage du béton s’opère notamment : entre 10 et 20 mm, l’armature sera dégagée
• à l’aide d’outils manuels : marteau, burin, brosse comme ci-avant (figure 22C), puis sera munie
métallique impérativement d’un revêtement de protection
• à l’aide d’outils mécaniques : marteau pneumati- anticorrosion sur toute sa surface

35 NIT 231 – Septembre 2007


Fig. 22 Dégagement de l’armature selon l’enrobage visé après réparation [78].

∅(min.20)
20

20


rw
rw
rw


c(≥20) c(≥20) c(>10

∅(min.20)
10 et <20) 10

20
20

rd=c+∅/2 rd=c+∅+10 rd=c+∅+10

d d d(≥c)

A. Enrobage > 20 mm et péri- B. Enrobage > 20 mm et périphé- C. Enrobage de 10 à 20 mm


phérie de l’armature majoritaire- rie de l’armature majoritairement
ment en zone non carbonatée en zone carbonatée

10 mm derrière la barre d’acier et sur 20 mm


Surface initiale du béton
Limite minimum de décapage de part et d’autre de celle-ci. Dans tous les cas,
Front de carbonatation l’enrobage ne pourra être inférieur à 5 mm.
Surface de l’acier corrodé
Les règles prévues pour le décapage sont différentes
Armature
dans la norme NBN EN 1504-10 [22]. Elles pré-
Mortier de ragréage cisent en effet, comme dans les PTV 563 [4], que
Protection anticorrosion de l’armature si la corrosion est présente sur toute la circonfé-
rence de la barre d’armature, il peut être nécessaire
d = profondeur de carbonatation (mm) mesurée
à partir de la surface initiale du béton d’augmenter la profondeur de décapage pour mettre
c = enrobage initial (mm) toute la barre corrodée à nu. La norme fixe en outre
∅ = diamètre nominal de l’armature (mm) d’autres valeurs minimales pour le dégagement
rd = profondeur minimale de décapage (mm) des armatures. D’après la norme européenne, pour
rw = largeur minimale de décapage (mm)
permettre un compactage correct, le dégagement
autour de l’armature doit être au moins égal à la
• si l’enrobage final après réparation est inférieur plus grande des deux valeurs suivantes : 15 mm ou
à 10 mm, l’utilisation exclusive d’un mortier de bien la dimension granulaire maximale du matériau
ragréage ne pourra assurer une réparation dura- de réparation, augmentée de 5 mm.
ble. Des mesures complémentaires devront dès
lors être prises, comme, par exemple, l’applica-
tion généralisée du mortier de ragréage ou d’un 7.3.3 Préparation du support
revêtement de protection supplémentaire sur le
béton en plus du revêtement anticorrosion appli- Une préparation minutieuse du support est indispen-
qué sur toute la périphérie de l’armature. Celle-ci sable pour assurer l’adhérence entre le béton et le
sera entièrement dégagée comme précédemment mortier de ragréage et garantir un travail de qualité.
(figure 22B et C). Dans tous les cas, l’enrobage La surface dégagée doit être nettoyée et rendue
final ne pourra être inférieur à 5 mm. rugueuse. Après un traitement adapté, le support
sera prêt à recevoir le mortier de ragréage.
❒ Cas d’une réparation au mortier résineux [4] :
• si l’enrobage final après réparation est supérieur Le degré de préparation des surfaces dépend de
ou égal à 10 mm, l’armature doit être entièrement l’état de dégradation de l’ouvrage (niveau de car-
dégagée et le béton décapé sur 10 mm derrière bonatation, ampleur de la corrosion des armatures,
la barre d’acier et sur 20 mm de part et d’autre qualité de l’enrobage, désagrégation du béton,
de celle-ci teneur en chlorures, …) ainsi que du choix de la
• si l’enrobage final est inférieur à 10 mm, l’utili- méthode de réparation (type de mortier, application
sation de mortier ne permettra pas de garantir, à généralisée ou non, avec ou sans protection de
elle seule, une réparation durable; des mesures surface, …).
complémentaires devront être prises (par exem-
ple, revêtement de protection supplémentaire La valeur minimale à prendre en compte pour la
sur toute la périphérie de l’acier). L’armature cohésion du support est stipulée dans l’agrément
sera entièrement dégagée et le béton décapé sur technique du mortier de réparation.

36 NIT 231 – Septembre 2007


7.3.3.1 Assainissement Ce phénomène peut être évité en humidifiant préa-
lablement le support plusieurs fois jusqu’à refus,
La qualité de la réparation est indissociable de l’ad- mais sans qu’il y ait stagnation. Cette humidification
hérence entre le support et le produit de ragréage. s’effectue de préférence quelques jours avant la
A cet effet, la surface sera débarrassée de tous les mise en œuvre du mortier et au minimum 2 heures
éléments susceptibles de nuire à l’adhérence du avant celle-ci.
mortier de ragréage, tels que graisse, huile, pous-
sière, laitance, granulats non adhérents et anciens De nombreux fabricants préconisent l’interposition
revêtements de protection éventuels. Il est égale- d’une barbotine d’accrochage entre le béton et le
ment possible d’améliorer l’adhérence en traitant la mortier (cf. § 6.2, p. 31). L’expérience montre
surface de façon à obtenir la rugosité souhaitée. toutefois que cette méthode conduit souvent à une
adhérence moindre. Dans la pratique, il apparaît en
Les techniques les plus courantes pour assainir un effet quasiment impossible, en raison de la dessic-
support sont : cation trop rapide, de respecter scrupuleusement les
• le grenaillage : projection de grenaille (scories consignes de traitement (épaisseur correcte, appli-
ou billes d’acier) au moyen d’air comprimé. La cation ‘frais dans frais’ du mortier sur la barbotine
granulométrie du produit déterminera l’intensité d’accrochage). L’humidification du support avant
du traitement. Ce procédé génère toutefois de d’appliquer le mortier reste donc de rigueur.
grandes quantités de poussières et de déchets
• le sablage ou le grésage : projection d’un mélan-
ge d’eau et d’abrasif au moyen d’air comprimé. Si ❒ Mortier résineux
cette méthode produit moins de poussières et de
déchets que le grenaillage, elle génère néanmoins Le recours à un mortier résineux exige par contre
des boues qu’il convient d’évacuer un support sec. La teneur en humidité ne peut être
• les jets d’eau à haute pression (500 à 2000 bars) supérieure à 60 % du taux de saturation (ce qui
• le fraisage et le bouchardage : traitements mé- équivaut, pour un béton normal, à un taux d’hu-
caniques de la surface consistant à délaminer midité d’environ 4 %, mesuré en étuve sèche ou à
le béton à l’aide de ciseaux rotatifs (fraisage) la bombe à carbure).
ou de marteaux (bouchardage). Ces procédés
provoquent des microfissures en surface et sont L’interposition d’une barbotine d’accrochage est in-
susceptibles de réduire la cohésion. dispensable. Bien que certains produits d'accrochage
pour mortiers résineux puissent être appliqués sur
L’utilisation de brosses métalliques rotatives n’est support humide – à condition que cette solution ait été
pas autorisée pour l’assainissement du support, car testée dans le cadre d’une certification volontaire –,
elle provoque un lissage de la surface. la pose sur béton mouillé n’est pas admise.

Le choix de la technique d’assainissement dépen-


dra notamment de la rugosité souhaitée. Ainsi, par 7.3.4 Préparation des armatu-
exemple, en cas de remplacement d’un revêtement res
de protection, il suffira d’éliminer ce dernier sans
qu’il soit nécessaire de traiter la surface pour la Pour que le mortier de ragréage puisse être appliqué
rendre rugueuse. sur des armatures dégagées, celles-ci doivent être
débarrassées de toute trace de rouille et bénéficier
éventuellement d’une couche de protection (§ 6.3,
7.3.3.2 Traitement préliminaire p. 31).

Le traitement préliminaire de la surface assainie est La préparation des armatures est fonction de la
nécessaire pour assurer la bonne adhérence du mor- méthode de réparation choisie (type de mortier,
tier de ragréage. En raison de son caractère très absor- application généralisée ou non, avec ou sans pro-
bant, un support non traité aura tendance à assimiler tection de surface, …).
l’eau du mortier. Le prétraitement requis dépendra
dans une large mesure du choix du mortier.
7.3.4.1 Elimination de la rouille

❒ Mortier hydraulique Les armatures dégagées seront décapées jusqu’au


niveau spécifié dans la fiche technique (normalisée
L’absorption, par le support, de l’eau contenue dans ou non) du mortier de ragréage (cf. norme NBN
le mortier est préjudiciable à son hydratation, à sa EN ISO 12944-4) [46]. En cas d’utilisation d’un
résistance et donc à la durabilité de la réparation. mortier résineux, le degré de décapage correspondra

37 NIT 231 – Septembre 2007


à une valeur Sa 2½ (décapage très soigné) ou St 3 ment l’acier. De plus, il n’est pas toujours aisé, dans
(nettoyage très soigné à la main ou à la machine). la pratique, de décaper parfaitement les armatures, si
bien que la corrosion risque de se poursuivre après
Toutefois, si l’armature est rouillée sur toute sa la mise en œuvre du mortier.
surface ou si la densité d’armatures est importante,
il sera malaisé de déterminer jusqu’à quel point le
décapage doit être effectué. 7.3.5 Mise en œuvre du mortier
de ragréage
Le décapage est réalisé de préférence par sablage ou
par jet d’eau sous pression, un traitement manuel à Le mortier de ragréage doit posséder des proprié-
la brosse métallique ne permettant généralement pas tés similaires à celles du béton d’origine (sauf si
d’assainir suffisamment l’arrière des armatures. celui‑ci était de mauvaise qualité). Il ne peut en
outre présenter qu’un léger retrait afin d’engendrer
le moins de tensions internes possible.
7.3.4.2 Protection des armatures
Le cahier des charges spécifiera clairement les
❒ Mortier hydraulique exigences relatives au mortier (cf. tableau 7, p. 30,
et Annexe, p. 59).
Si la réparation est réalisée au mortier hydraulique,
la nécessité de recourir à une protection anticorro- Le mortier sera mis en œuvre compte tenu des
sion pour les armatures dépendra de : conditions limites de température fixées dans la
• l’enrobage souhaité après réparation fiche technique normalisée ou non (température
• l’application généralisée ou non du mortier ambiante et température du béton). Sauf indication
• la pose ou non d’un revêtement de protection contraire du fabricant, la température de mise en
supplémentaire à la surface du béton. œuvre se situe en règle générale entre 5 et 25 °C.

Si l’application du mortier de ragréage ne couvre La plupart des produits sont livrés en kits prédosés.
pas l’ensemble du support et que l’on n’envisage Il est en principe interdit de fractionner les condi-
pas de protection supplémentaire à la surface du tionnements, sauf dans le cas où l’entrepreneur
béton, on adoptera la procédure ci-après [4] : procède au préalable à leur homogénéisation et
• pour un enrobage final supérieur à 20 mm, on qu’il dispose sur chantier d’un matériel de pesée
choisira un mortier de ragréage conforme à la d’une précision de 0,5 %.
norme NBN EN 1504-3 [17] et aux PTV 563 [4]
(cf. figure 22 A et B, p. 36) L’adéquation du mortier à la technique de pose est
• pour un enrobage final situé entre 10 et 20 mm, on déterminante pour la résistance et la durabilité de la
appliquera une protection anticorrosion sur toute réparation. La projection d’un mortier hydraulique,
la périphérie des armatures, les caractéristiques par exemple, confère une meilleure compacité et
dépassivantes du mortier de ragréage pouvant une meilleure adhérence qu’une mise en œuvre
s’avérer insuffisantes (figure 22C). manuelle.

Si l’enrobage final est inférieur à 10 mm (avec


un minimum de 5 mm), le système de réparation 7.3.5.1 Epaisseur des couches
consistera :
• soit en une application généralisée de mortier ❒ Mortier hydraulique
• soit en un traitement anticorrosion des armatures
et en l’application d’un revêtement de protection L’épaisseur de la couche de mortier ne peut excéder
sur toute la surface du béton. la valeur maximale stipulée dans la fiche technique
normalisée ou non. Elle dépend en général de la
Pour toute autre situation, il y a lieu de se référer granulométrie du mélange (diamètre maximal Dmax)
aux PTV 563 [4]. et s’élève le plus souvent à environ 10 Dmax. Des
épaisseurs supérieures sont admises localement; en
présence d’un treillis d’armature, le fabricant peut
❒ Mortier résineux autoriser une épaisseur maximale plus élevée.

Lorsque la réparation est réalisée avec un mortier Le recours à des épaisseurs plus importantes néces-
résineux sur des armatures mises à nu (par la cor- site l’application de plusieurs couches successives.
rosion, sous l’effet d’un choc, …), un traitement La pose d’une couche supplémentaire ne peut être
anticorrosion s’impose après décapage, le mortier entamée qu’après durcissement complet de la cou-
résineux n’étant pas à même de protéger correcte- che sous-jacente.

38 NIT 231 – Septembre 2007


L’épaisseur minimale, couramment quelque 3 Dmax, Fig. 23 Application de mortier à la truelle.
et l’épaisseur nominale de mortier sont spécifiées
dans la fiche technique (normalisée ou non).

❒ Mortier résineux

L’épaisseur minimale à appliquer sur le béton


s’élève à 2 mm. L’épaisseur d’un mortier résineux
couvert par une certification volontaire est le plus
souvent comprise entre 10 et 15 mm, sauf en des
zones très localisées. En cas de dépassement, les
épaisseurs maximales sont indiquées dans la fiche
technique (normalisée ou non) du mortier.

Si le mortier est appliqué en plusieurs couches, il


convient de se conformer strictement aux délais cependant altérer l’adhérence du mortier sur une
d’attente stipulés dans l’agrément. superficie importante.

Les mortiers PCC sont les plus courants pour


7.3.5.2 Techniques de mise en œuvre les réparations manuelles. Les polymères qu’ils
contiennent assurent un colmatage aisé et réduisent
On distingue : le retrait [50].
• la réparation manuelle
• le coulage Les mortiers CC peuvent également être utilisés,
• le gunitage (uniquement pour le mortier hy- à condition d’améliorer leur ouvrabilité par un
draulique). apport d’additifs tels que de la microsilice. Leur
résistance à la pénétration de chlorures, notam-
Quelle que soit la technique choisie, il convient ment, demeurera néanmoins réduite.
de respecter les épaisseurs minimale et maximale
spécifiées dans la fiche technique (normalisée ou Enfin, le recours aux mortiers résineux PC est
non) du mortier ainsi que les conditions limites de plutôt déconseillé dans le cadre de réparations
température. importantes, étant donné leurs caractéristiques
mécaniques très différentes de celles du béton.

A. Application manuelle
B. Coulage
Cette technique est surtout utilisée pour les petits
travaux de réfection. Le mortier est appliqué à l’aide Le mortier utilisé pour ce type d’application doit
d’une truelle, puis serré (par piquage) et lissé à la être relativement fluide pour pouvoir être mis en
main (figure 23). Eventuellement, on aura recours œuvre par coulage ou par pompage (mortier coulé).
à un coffrage. Il y a lieu de prévoir un coffrage adéquat, étanche
et suffisamment rigide pour résister à la pression
Le type de mortier et sa consistance doivent être hydraulique.
adaptés à la position de la zone à réparer (surface
horizontale, verticale ou sous-face), tout en respec- La technique du coulage est fréquemment adoptée
tant la quantité d’eau prescrite. En cas de réparation pour colmater de grandes surfaces ou combler de
sur un support vertical ou à la sous-face d’un pla- grands volumes ou encore lorsque la densité d’ar-
fond, l’application d’une barbotine d’accrochage matures est élevée.
peut contribuer à éviter le décollement prématuré
du mortier. Celle-ci n’est toutefois pas conseillée Vu l’importance des surfaces ou des volumes traités,
pour certaines réparations au mortier hydraulique les propriétés du mortier doivent être adaptées à
(cf. § 7.3.3.2, p. 37). celles du support en béton. L’ajout de réducteurs
de retrait est nécessaire.
La surface obtenue est lissée et égalisée afin d’éviter
toute infiltration d’eau et d’assurer un bel aspect En raison des risques de ségrégation, les mortiers
fini. Le pourtour des surfaces à réparer sera tout coulés ne sont en général pas vibrés. Il convient
particulièrement soigné de façon à obtenir une donc de veiller à la désaération du mélange et
plage unie sans raccords. Un lissage excessif peut d’éviter la présence d’air occlus. Toute interrup-

39 NIT 231 – Septembre 2007


tion du processus de coulage peut donner lieu à lats), ce qui rend le mélange final plus riche en
des inclusions d’air ou conduire au remplissage fines que le mortier sec de départ. Il en résulte une
incomplet du coffrage. meilleure adhérence, mais également un retrait plus
prononcé. Ce dernier peut toutefois être anticipé
Grâce à son faible retrait et à sa grande résistance grâce à une formulation adéquate (adjuvants ad
en traction, le mortier PCC est le choix le plus hoc, par exemple).
indiqué. Des problèmes tels qu’une ségrégation
ou un durcissement prématuré ne sont toutefois Le support ne nécessite aucune couche d’accro-
pas à exclure lorsque de grandes quantités sont chage, mais une bonne humidification préalable
mises en œuvre. est primordiale.

Le gunitage assure une mise en œuvre rapide de


C. Gunitage volumes importants et ce, à moindres frais, d’autant
que les quantités de coffrages nécessaires sont
Cette technique consiste à projeter un béton de réduites. La lance de projection permet en outre
mortier sur le support à l’aide d’air comprimé d’atteindre des endroits difficilement accessibles.
exempt d’huile.
Le gunitage peut être réalisé par voie sèche ou par
Le mélange utilisé doit être conforme à la norme voie humide.
NBN EN 14487‑1 [42] et aux prescriptions tech-
niques PTV 563 [4]. Les exigences relatives à la
mise en œuvre sont décrites dans la norme NBN ❒ Gunitage à sec
EN 14487‑2 [43].
Cette méthode consiste à stocker le mortier ‘sec’ dans
L’impact de la projection sur la surface assure une cuve au départ de laquelle il est envoyé dans un
un colmatage parfait, ce qui permet d’obtenir un tuyau souple à l’aide d’air comprimé. Le mortier
mortier de densité élevée, donc peu absorbant et sec est généralement livré sur chantier en silo, afin
peu perméable à l’eau. Ces propriétés contribuent d’éviter toute humidification intempestive.
à améliorer la résistance aux cycles de gel-dégel,
à prévenir le risque de fissuration (en cas de cure L’eau est incorporée juste avant que le mortier
adéquate) et à augmenter la résistance à l’usure. ne quitte la lance de projection. Le mélange ainsi
obtenu est malaxé dans la tête de projection par un
Le fuseau granulométrique du mélange est déter- mouvement de tourniquet (figure 24). La quantité
minant pour l’aspect final de la surface et pour d’eau à incorporer doit être dosée en permanence
l’épaisseur de la couche à appliquer. La granulo- par un opérateur expérimenté, qui veillera par
métrie doit également être adaptée à la méthode de ailleurs à ce que le mortier sec soit envoyé à une
gunitage envisagée (Dmax restreint). vitesse constante dans la tête de projection.

Lors de la mise en œuvre, une partie du mortier Etant donné que le transport et le stockage ne néces-
projeté rebondit (principalement les gros granu- sitent ni apport d’eau ni adjuvants, le gunitage à sec

Mortier sec

Eau Tête de
projection

Air com-
primé

Fig. 24 Gunitage à sec.

40 NIT 231 – Septembre 2007


Fig. 25 Gunitage par voie humide.

Tête de
Air comprimé projection
Eau

permet d’obtenir un rapport eau/ciment très faible d’un superplastifiant. Le fuseau granulométrique
(0,30 à 0,35), qui ne peut cependant pas être défini des agrégats doit être choisi de manière à faciliter
au préalable avec précision. Grâce à ce rapport E/C le pompage du mélange et à minimiser le rebond.
peu élevé, le mélange ne subit pratiquement pas
d’affaissement et peut être appliqué sur des surfaces Il y a lieu d’utiliser du matériel assurant une projec-
verticales, voire même sur des plafonds. tion régulière, sans à-coups, et un débit réglable. Il est
conseillé, avant d’entamer le travail, de faire couler
Le rebond des gros granulats lors de la projection de l’eau (ou un mélange de chaux ou de ciment)
est toutefois plus important que dans le cas du gu- dans l’installation afin de la ‘lubrifier’. En cours
nitage par voie humide. Afin d’éviter la formation d’utilisation, le tuyau de transport ne peut comporter
de poussières, on peut humidifier légèrement le d’irrégularités et doit être le plus droit possible ou
mortier sec au préalable (± 2 %) ou incorporer des présenter seulement de légères courbures. L’instal-
adjuvants dans la tête de projection. lation doit être entièrement nettoyée après chaque
usage afin d’éviter toute accumulation de mortier.
Les mortiers hydrauliques sont les plus courants
pour le gunitage à sec. L’ajout de polymères réduit La méthode autorise l’application de couches allant
le risque de fissures de retrait (voir § 2.2.3.4, p. 9). jusqu’à 150 mm d’épaisseur et des débits pouvant at-
Les mortiers PCC, dans lesquels les polymères sont teindre 25 m³/h selon le système de pompage [1].
préalablement incorporés (à l’état sec), sont égale-
ment applicables, mais peuvent se révéler coûteux
pour des travaux d’une certaine ampleur. ❒ Remarques générales

Les équipements actuels sont conçus pour traiter des Le gunitage, et plus particulièrement la procédure
mélanges présentant un taux d’humidité jusqu’à 10 % par voie sèche, est une technique spécialisée qui
et assurer des débits jusqu’à 10 m³/h [1]. Le matériel exige un personnel qualifié. Le jet de projection
utilisé, d’un entretien très aisé, offre l’avantage de doit décrire des mouvements circulaires et ne peut
couvrir de grandes distances (jusqu’à 600 m) entre être dirigé sur la surface à traiter que lorsque le flux
la cuve de stockage et la tête de projection. de mortier est continu.

Dans le cas où des armatures sont visibles, la pro-


❒ Gunitage par voie humide jection doit être effectuée sous différents angles
pour éviter la formation de poches d’air derrière les
Dans cette procédure, le mortier préalablement barres. Sur les surfaces verticales, on commence la
additionné d’eau est acheminé lentement dans un projection de préférence par le bas.
tuyau souple au moyen d’une pompe hélicoïdale.
Une fois dans la tête de projection, il est propulsé Après le traitement, les surfaces ne sont généralement
sur le support par de l’air comprimé (figure 25). pas lissées afin d’empêcher la formation de fissures
plastiques susceptibles de nuire au résultat final. Si un
Cette méthode conduit à une maîtrise très précise lissage est néanmoins souhaité, on fera usage d’une
du rapport eau/ciment, lequel peut être ramené à truelle en bois ou en métal. L’opération sera d’autant
des valeurs inférieures à 0,45 moyennant l’usage plus aisée que les granulats sont fins.

41 NIT 231 – Septembre 2007


7.3.6 Cure compléter ou remplacer la couche d’imprégnation
(pour garder le béton sec sous le revêtement), à
Une fois le mortier de ragréage mis en œuvre, une condition de s’assurer de la compatibilité du produit
cure adéquate s’impose afin de garantir la péren- et de son adhérence au support.
nité de la réparation. Le type de cure et sa durée
dépendent du mortier utilisé. L’application du revêtement doit être réalisée
compte tenu des conditions limites de température
Les surfaces réparées à l’aide de mortier résineux précisées dans la fiche technique normalisée ou
doivent être mises à l’abri de l’humidité et des non. En règle générale, sauf indication contraire
rayons directs du soleil. Les mortiers hydrauliques du fabricant, la température ambiante est comprise
doivent, quant à eux, être protégés contre le dessè- entre 5 et 30 °C. La température de surface doit en
chement au moyen de bâches humides ou, à défaut, outre être supérieure de 3 °C à la température du
d’un produit de cure (cf. PTV 501) [48]. Ce dernier point de rosée.
ne peut toutefois être incorporé entre deux couches
successives de mortier. Les agréments techniques peuvent mentionner
plusieurs épaisseurs d’application suivant les per-
Au cas où la surface réparée doit être munie d’un formances désirées. Ainsi, lorsque le revêtement
revêtement de protection, il convient d’en tenir doit être apte à ponter des fissures, l’épaisseur
compte dans le choix du produit de cure (influence d’application peut être supérieure à celle norma-
sur l’adhérence). lement préconisée.

Le revêtement est mis en œuvre de manière régu-


7.3.7 Egalisation lière, de telle sorte que :
• l’épaisseur moyenne soit au moins égale à
Dans la plupart des cas, l’obtention d’une surface l’épaisseur nominale
lisse après la réparation est souhaitée pour des rai- • les valeurs individuelles d’épaisseur soient su-
sons esthétiques, mais également en prévision de périeures à l’épaisseur minimale et inférieures à
la pose d’un revêtement de protection. On utilise l’épaisseur maximale indiquées dans l’agrément
pour ce faire un mortier d’égalisation (cf. § 6.1.3, technique.
p. 30), qui, du fait de sa teneur en liant hydrauli-
que et de son application en couche très mince,
nécessite une bonne humidification préalable et 7.4 Contrôles en cours de
une cure adéquate. travaux

Si le support lissé doit être doté d’un revêtement Des contrôles doivent être prévus à différents sta-
de protection, la couche de fond de ce dernier peut des de la réalisation des travaux de réparation. Il
éventuellement faire office de produit de cure, pour incombe au maître d’ouvrage et à l’entrepreneur
autant qu’une telle solution soit techniquement de fixer, avant le début du chantier, le moment où
réalisable. ces contrôles devront être effectués, de désigner les
personnes chargées de les exécuter et de définir la
procédure d’évaluation.
7.3.8 Application d’un revête-
ment de protection Quelques exemples de vérification sont énumérés
au tableau 10 à titre purement informatif, toute ré-
Le revêtement de protection est mis en œuvre paration d’un ouvrage en béton étant tributaire des
comme décrit dans l’agrément technique. conditions spécifiques du chantier. D’autres contrô-
les peuvent s’avérer nécessaires le cas échéant.
La surface à traiter doit être exempte de poussière,
de boue, de laitance, de bulles d’air, de nids de Lors de la vérification des propriétés mécaniques
gravier et de tout élément susceptible d’altérer (adhérence, par exemple), il convient de tenir comp-
l’adhérence. Sauf spécification contraire de la fiche te du fait qu’une température ambiante trop basse
technique (normalisée ou non), la surface présentera peut freiner le développement des résistances.
une texture lisse (ou rendue telle par l’application
d’un mortier d’égalisation). Les résultats de chaque opération de contrôle seront
consignés dans le carnet de chantier. Sauf conven-
La mise en œuvre du revêtement de protection tion contraire, les travaux ne pourront reprendre
s’effectue toujours en plusieurs couches (§ 6.4.3, que lorsque les résultats auront été portés à la
p. 32). Dans certains cas, une hydrofugation du connaissance des parties concernées et acceptés
support au moyen d’un produit non filmogène peut par elles.

42 NIT 231 – Septembre 2007


Tableau 10 Exemples de vérifications et moment auquel les réaliser.

Moment du contrôle Prestations


• Contrôle des paramètres qui ont déterminé le choix de la métho-
de de réparation (dégradations visibles, profondeur de carbona-
Après l’installation du chantier
tation, …) dans des zones non accessibles lors de l’inspection
• Confirmation provisoire du diagnostic de l’étude préalable
• Contrôle de l’étendue du décapage
Après le nettoyage et le déca- • Contrôle de la cohésion du béton
page du béton, le dégagement • Contrôle des armatures et de leur enrobage
des armatures, … • Contrôle et confirmation définitive ou modification du diagnostic
• Mesurage des quantités à réparer
• Contrôle de la planéité
• Après 28 jours :
Après l’application du mortier
– contrôle des fissures et des décollements
– contrôle de l’adhérence
• Pendant l’application : contrôle de l’épaisseur de la couche
fraîche
Pendant et après l’application • Après séchage : contrôle de l’épaisseur de la couche et de son
du revêtement de protection adhérence
• Contrôle de l’aspect et de la continuité du film
• Contrôle de la consommation de produit
Rapport de synthèse des travaux réalisés comprenant les points
suivants��:
• description des travaux
Après les travaux • motifs des modifications apportées au projet initial (déjà approu-
vées et consignées durant l’exécution)
• résultats des contrôles effectués
• suggestions d’entretien

43 NIT 231 – Septembre 2007


8 Techniques spéciales
de réparation et de
protection
8.1 Traitements électro- 8.1.1.2 Principe
chimiques anticorro-
sion Fondées sur un principe d’action similaire, les mé-
thodes de traitement précitées – protection cathodi-
8.1.1 Généralités que, déchloruration et réalcalinisation – présentent
des différences quant à la durée de l’intervention,
8.1.1.1 Domaine d’application à l’intensité du courant appliqué et aux produits
utilisés.
Lorsqu’un ouvrage est dégradé par la corrosion
des armatures, le remède le plus courant consiste à Le principe des traitements est schématisé à la fi-
décaper le béton altéré et à reconstituer les parties gure 26 : un système d’anode externe mis en place
éliminées au moyen d’un mortier. Les zones en- à la surface du béton est relié au pôle positif d’une
core structurellement saines, mais carbonatées ou source de courant continu. L’armature est reliée au
contaminées par des chlorures et en contact avec pôle négatif, ce qui permet de générer un courant
les armatures sont également éliminées. électrique allant de l’anode vers l’armature.

Dans certains cas, cette méthode s’avère onéreuse


et entraîne pas mal de nuisances (bruit, déchets). 8.1.1.3 Système anodique
Si l’ouvrage est en outre contaminé par des chlo-
rures, la durabilité de la réparation ne peut être Le système anodique doit garantir une répartition
totalement garantie, dans la mesure où la corrosion homogène du courant dans les armatures à protéger
peut toujours être alimentée par des reliquats de (figure 27). La distance minimale conseillée entre
chlorures. l’anode et l’armature s’élève à 10 mm. Des distan-
ces plus courtes ne permettent pas de garantir une
Un certain nombre de traitements électrochimiques distribution uniforme du courant et augmentent le
sont appliqués, depuis les années ’70, en vue de risque de court-circuit.
protéger les armatures contre la corrosion [62]. Les
techniques les plus connues sont : Dans certains cas, le système se compose d’une
• la protection cathodique anode primaire, qui injecte le courant dans la
• la déchloruration structure, et d’une anode secondaire qui assure
• la réalcalinisation.

Les deux premières méthodes, destinées principale- Source de courant


ment à traiter la corrosion induite par les chlorures, continu
nécessitent seulement l’élimination du béton non
adhérent et des éléments susceptibles de nuire au Anode
traitement (voir § 8.1.1.6, p. 45). La corrosion éven- externe + -
tuelle ne peut cependant pas se trouver à un stade
trop avancé, afin de limiter le travail de préparation
des surfaces et donc les coûts.
Courant
Les traitements électrochimiques sont actuellement
peu répandus. Une étude préalable spécifique
(§ 8.1.1.4, p. 45) est en effet nécessaire pour s’assu-
Armature Béton
rer de leur applicabilité et de leur aptitude à garantir
(cathode)
un résultat durable. La conception et l’application
de ces procédés doivent en outre être confiées à des Fig. 26 Principe général des traitements électrochimiques anti-
professionnels compétents. corrosion.

44 NIT 231 – Septembre 2007


Fig. 27 Système anodique. l’ouvrage, de ses défauts, de ses dégradations et de
son environnement, afin de déterminer la technique
de protection la mieux adaptée et de peaufiner le
programme de réparation.

L’étude préalable s’inscrit dans le prolongement


de l’inspection de routine (cf. § 3.2, p. 14) dont
les conclusions ont déjà fourni quelques données
pouvant s’avérer utiles dans la perspective d’un
traitement électrochimique (résistivité du béton,
profondeur de carbonatation, enrobage des arma-
1. Surface de béton d’origine tures, diffusion de chlorures, …).
2. Anodes primaire (fil vertical) et secondaire
(fils horizontaux) Cette étude devra être complétée par les vérifica-
3. Treillis synthétique (contre la fissuration) tions suivantes :
• détection des infiltrations d’eau anormales et
élimination de leurs causes
la répartition uniforme du courant dans les ar- • contrôle de la continuité électrique des armatures.
matures. Pour ce faire, on mesure la résistance électrique
(sous courant continu) entre une paire quelcon-
Les systèmes anodiques les plus courants sont : que d’armatures dégagées et en particulier entre
• les treillis métalliques enrobés de mortier hy- les deux points extrêmes de la zone à traiter.
draulique Les résistances mesurées doivent être stables et
• les conducteurs métalliques (anode primaire) inférieures à 1 Ω [31]
recouverts de mortier conducteur à base de liant • détermination des risques potentiels de réaction
hydraulique modifié (anode secondaire) alcalis-granulats (§ 2.2.2.1, p. 7) dus au traite-
• les fils métalliques (anode primaire) avec revête- ment (formation d’ions hydroxydes autour des
ment organique conducteur (anode secondaire) armatures et application éventuelle d’alcalis à la
• les fils ou bandes métalliques placés dans les surface du béton).
cavités de la surface du béton
• les treillis d’armature en acier noyés dans une pâte
ou un gel conducteur, conçus pour une réalcalini- 8.1.1.5 Marquage des zones à trai-
sation ou une déchloruration de courte durée. ter

Comme les anodes doivent présenter une résistance La surface à traiter doit être divisée en zones ano-
élevée aux acides, on utilisera de préférence des diques d’égale résistivité. Cette dernière est notam-
alliages tels que le niobium platiné, le titane platiné ment fonction de l’humidité du béton, du type de
ou le titane revêtu d’oxydes métalliques. ciment utilisé et du niveau de contamination par des
chlorures. Chaque zone anodique sera traitée par sa
Le système d’anode doit être choisi de manière propre source de courant continu. Ainsi, à tension
à assurer la durabilité du traitement. Ainsi, par égale, une zone de résistance 10 fois moindre sera
exemple, un système composé de fils en titane avec parcourue par un courant 10 fois plus important. La
revêtement organique conducteur a une capacité taille des zones anodiques dépendra, quant à elle,
(c’est-à-dire une intensité maximale autorisée de de la technique électrochimique retenue.
courant anodique) moindre qu’un treillis en titane
enrobé d’un mortier conducteur.
8.1.1.6 Travaux préparatoires
Par ailleurs, la charge supplémentaire et la modifi-
cation d’aspect engendrées par le système anodique La surface du béton doit être préparée avant la mise
doivent être acceptables. Ainsi, les revêtements en place du système. Les éléments susceptibles
organiques conducteurs, de teinte noire de par leur de nuire au traitement électrochimique doivent
teneur en carbone, seront de préférence munis d’un être éliminés :
parement plus esthétique. • souillures
• béton non adhérent
• ancien mortier de ragréage présentant une résis-
8.1.1.4 Etude préalable tivité trop élevée
• fissures de plus de 0,3 mm d’ouverture
La réalisation d’un traitement électrochimique • anciennes attaches métalliques
doit être précédée d’une étude d’identification de • armatures dénudées.

45 NIT 231 – Septembre 2007


Si le traitement électrochimique est précédé d’une maintenu en permanence tout au long de la vie de
réparation traditionnelle du béton pour obtenir une l’ouvrage.
surface physiquement saine, on aura recours à des
matériaux à base de ciment dont la résistivité devra La protection cathodique des structures en béton
être comparable à celle du béton (valeur comprise armé est décrite dans la norme NBN EN 12696 [33]
entre 50 et 200 % de celle du béton). Aucun revête- et le Guide d’agrément G0016 [79].
ment de protection ne pourra en outre être appliqué
sur les armatures. D’un point de vue thermodynamique, le procédé
consiste à amener le potentiel de l’acier dans une
Des électrodes de référence seront disposées dans zone où la dissolution est impossible (immunité).
les zones de corrosion active ou potentielle (au Dans le cas du béton armé, le potentiel est amené
moins une par zone anodique) afin de pouvoir dans une zone où la dissolution est très limitée
effectuer des contrôles en cours de traitement et (passivation parfaite), afin d’éviter un dégagement
a posteriori. d’hydrogène susceptible de fragiliser l’acier.

La figure 28 montre les différentes étapes de l’évolu-


8.1.1.7 Effets secondaires tion de la protection et de la prévention cathodiques
dans un béton renfermant des chlorures [6, 33].
Les processus chimiques impliqués dans le trai- Dans ce diagramme, le point Epit représente la
tement électrochimique peuvent occasionner des valeur du potentiel de l’acier au-dessus de laquelle
effets secondaires défavorables. Ainsi : une corrosion par piqûres est susceptible de se
• lorsque le potentiel de l’acier est fortement réduit produire, le point Eprot étant la valeur du potentiel
par polarisation (jusqu’à < -1000 mV SCE), il se sous laquelle l’acier est préservé de toute corrosion
forme autour des armatures une couronne d’ions ultérieure.
hydrogènes qui peuvent entraîner la fragilisation
des aciers précontraints (de nuance supérieure). Les valeurs de Epit et de Eprot dépendent des condi-
C’est pourquoi la norme NBN EN 12696 [33] tions auxquelles l’ouvrage est exposé (teneur en
limite le potentiel à -900 mV SCE pour des chlorures, humidité, température, …). Dans un
armatures précontraintes et à -1100 mV SCE béton déjà affecté par un piqûrage (zone A) dû
pour des armatures ordinaires. Certains maîtres à une infiltration de chlorures (stades 1 à 4), les
d’ouvrage vont même jusqu’à interdire tout armatures peuvent être protégées en amenant le
traitement électrochimique dans le cas d’une potentiel de l’acier en zone C (stades 4 à 5) où
structure précontrainte la corrosion ne peut plus se propager (protection
• en présence de granulats réactifs, une augmen- cathodique). Par contre, le risque de propagation
tation de l’alcalinité peut générer une réaction demeurerait entier au cas où le potentiel ne serait
alcalis-granulats (voir § 2.2.2.1, p. 7) amené qu’en zone B (stades 4 à 6). On veillera
• les fortes intensités de courant utilisées sont toutefois à ne pas abaisser exagérément les valeurs
susceptibles d’accroître la température des ar- de potentiel afin d’éviter la formation d’hydrogène
matures, ce qui peut entraîner une fissuration et et une diminution de l’adhérence acier-béton
rompre l’adhérence entre l’acier et le béton (zones D et E).
• les acides produits à l’anode sont non seulement
dangereux pour l’être humain (gaz chloré), mais Quant à la prévention cathodique (stades 1, 2 et
peuvent également altérer l’interface anode/bé- 3), elle contribue, grâce à une faible réduction de
ton. potentiel, à protéger les structures avant que les
chlorures n’induisent une corrosion.

8.1.2 Protection cathodique Il existe deux types de protection cathodique :


• par courant imposé
Conçue à l’origine pour prémunir les constructions • par anodes sacrificielles.
métalliques de la corrosion, la protection cathodique
convient également pour préserver le béton armé Dans le cas d’un courant imposé, le pôle négatif
de la corrosion des armatures, en particulier dans de la source de courant est connecté à l’armature
des structures telles que tabliers et piles de pont, (cathode) et le pôle positif à un matériau conduc-
parkings, piscines, … teur insensible à la corrosion (anode externe),
appliqué à la surface du béton ou au sein de ce
Contrairement aux techniques de réparation tra- dernier. Ce dispositif génère un courant électrique
ditionnelles, la protection cathodique offre une continu qui part de l’anode, parcourt le béton et
solution durable au phénomène de corrosion induit aboutit à la cathode, abaissant ainsi le potentiel
par des chlorures. Le traitement doit cependant être de l’acier.

46 NIT 231 – Septembre 2007


Fig. 28 Evolution de la protection et de la prévention Fig. 29 Critères d’évaluation de la protection cathodique
cathodiques en présence de chlorures [6, 33]. (∆Ecorr > 100 mV) [79].
Ecorr
[mV]
Epit Ecorr
200 Toff Tréf (24h max)
A
0 t
1 4
-200

-400 2 3
6 Efinal-off
B
-600
5 ∆Ecorr
Eprot
-800 C Einstant-off
-1000 IRdrop (chute chimique mesurée lors de la coupure
D Eprot du courant à l’instant Toff)
-1200 E

0,5 1 1,5 Teneur en chloru-


res par rapport
à la masse de ciment [%]

Dans le cas d’anodes sacrificielles, un métal moins structure exposée à l’air libre est protégée dès lors
noble que le fer, comme le zinc ou l’aluminium, par qu’une des exigences suivantes au moins est satis-
exemple, est mis en contact direct avec l’acier des faite [33] (figure 29) :
armatures. Ce contact crée une cellule galvanique • potentiel d’acier instantané (valeur Einstant-off
dans laquelle le béton joue le rôle d’électrolyte. Le mesurée entre 0,1 et 1 seconde après coupure du
métal le moins noble est dissous (il se ‘sacrifie’), circuit au moment Toff) inférieur à -720 mV par
tandis que l’acier des armatures gagne des électrons, rapport à une électrode Ag/AgCl/0,5 M KCl
ce qui réduit son potentiel. • dépolarisation ΔEcorr (Einstant-off – Efinal-off) d’au
moins 100 mV pendant une période de 24 heures
Etant donné les faibles tensions galvaniques gé- maximum à partir de la coupure
nérées, cette méthode ne peut être utilisée avec • dépolarisation ΔEcorr d’au moins 150 mV durant
succès que si le béton est très humide (comme dans une période prolongée (24 heures ou plus) à partir
les structures enterrées ou immergées) et présente de la coupure.
une résistivité relativement basse. Il est à noter
enfin que les anodes sacrificielles ont une durée Aucun potentiel d’acier inférieur à -1100 mV
d’utilisation limitée. pour des armatures ordinaires et à ‑900 mV pour
des armatures de précontrainte (par rapport à une
électrode Ag/AgCl/0,5 M KCl) n’est admis après
8.1.2.1 Paramètres la coupure du courant.

Les zones anodiques ont des dimensions ha- Ces mesures de contrôle ainsi que des mesures de
bituellement comprises entre 50 et 100 m2. La température et d’humidité relative sont effectuées
tension d’alimentation doit être inférieure à tous les trois mois pendant la première année du
50 V CC, voire à 24 V CC s’il existe un danger traitement et tous les 6 à 12 mois au cours des
pour l’homme et les animaux. La conception du années suivantes. En cas de contrôle à distance
système (taille des zones anodiques, tension ou (télégestion), il est conseillé de vérifier l’installation
courant imposés, …) doit permettre de générer un sur place au moins une fois par an.
courant d’une intensité de l’ordre de 0,2 à 20 mA
par m2, soit en moyenne 10 mA/m2 de surface
d’acier [33, 79]. 8.1.3 Déchloruration

La déchloruration ou extraction de chlorures


8.1.2.2 Contrôle et critères s’applique aux structures présentant une corrosion
induite par des chlorures en provenance de l’envi-
Le fonctionnement du système peut être vérifié ronnement. Les ouvrages dans lesquels les chlo-
à tout moment par un contrôle du courant et rures ont été incorporés au moment du bétonnage
de la tension d’alimentation dans chaque zone ne peuvent être traités par ce procédé. Celui-ci
anodique. n’a en outre aucun effet notable sur les chlorures
situés à l’arrière des armatures. Une description
Les électrodes de référence permettent de vérifier de la technique est fournie dans le projet de norme
l’efficacité du traitement. On considère qu’une prCEN/TS 14038-2 [55].

47 NIT 231 – Septembre 2007


Fig. 30 Principe de l’extraction électrochimique des chlorures. la teneur en chlorures) afin de vérifier l’efficacité
du processus d’extraction.
Source de courant
continu
Le traitement est terminé dès que le profil de diffu-
Anode sion et la concentration en chlorures souhaités sont
2Cl- → Cl2+2e- externe + - atteints au voisinage immédiat des armatures (p. ex.
2OH- → ½ O2+H2O+2e-
0,4 % de chlorures libres maximum par rapport à
Na+ Cl- Courant la masse de ciment) [55].
K+
2H2O+2e- → H2+2OH-
Armature Béton Le projet de norme prCEN/TS 14038-2 [55] stipule
(cathode) que la nature hétérogène des bétons (types de ci-
ment, enrobages, …) ne permet pas d’établir une
corrélation entre les mesures électriques et le taux
Le système se compose le plus souvent d’un treillis de déchloruration.
en titane activé qui joue le rôle d’anode externe,
l’électrolyte étant assuré par une substance aqueuse,
comme de l’eau de ville ou de l’hydroxyde de cal- 8.1.4 Réalcalinisation
cium, disposée dans un bassin ou mélangée sous
forme de pâte que l’on projette sur la surface. Cette méthode a pour but d’augmenter le pH du
béton carbonaté au voisinage des armatures et de
Le courant électrique induit provoque la migration rétablir ainsi la couche de passivation protectrice
des ions négatifs (chlorures) depuis les armatures autour des armatures.
vers la surface du béton. L’importance du transfert
dépend de l’intensité du courant, de la concentration Les systèmes courants se composent d’un treillis
en ions et de leur mobilité. Dans l’intervalle, des en titane jouant le rôle d’anode externe et recouvert
ions hydroxydes se forment autour des armatures, de fibres cellulosiques imprégnées d’un électrolyte
rétablissant l’alcalinité du béton (figure 30). alcalin comme le Na2CO3 [73]. Un courant électri-
que amène les substances alcalines dans le béton;
A la fin du traitement, le système anodique est dans le même temps, des substances alcalines
démonté, laissant intacte la surface du béton (pour (OH-) se forment par électrolyse à la périphérie
autant qu’elle n’ait pas fait l’objet d’un sablage des armatures.
préalable). La méthode se prête donc tout spécia-
lement aux bâtiments d’une valeur architecturale Le processus de réalcalinisation dépend de l’in-
particulière tels les monuments protégés. tensité du courant et de la durée du traitement.
Théoriquement, celui-ci se termine dès que l’in-
tensité du courant fourni atteint 200 A.h/m2, ce qui
8.1.3.1 Paramètres correspond à l’application d’un courant de 1 A/m2
durant une huitaine de jours. Selon la norme NBN
Chaque zone anodique est définie de manière à CEN/TS 14038‑1 [47] relative à la réalcalinisation
fournir une intensité de courant uniforme aux du béton armé, l’intensité du courant ne peut dépas-
armatures. Elle ne dépasse généralement pas les ser 4 A/m2 de surface d’acier et doit être maintenue
30 m2 et est parcourue par un courant inférieur à pendant une centaine d’heures au minimum.
100 A [55]. Pour des raisons de sécurité, la tension
d’alimentation ne peut excéder 50 V CC. Un courant L’efficacité du traitement doit impérativement être
d’une intensité de 1 A par m2 de surface d’acier est contrôlée par des mesures de pH (au moyen de
appliqué pendant quelques semaines à quelques phénolphtaléine ou de thymolphtaléine) effectuées
mois, avec un maximum de 10 A/m2 afin d’éviter dans chaque zone anodique [47, 73]. La réalisation
toute désolidarisation entre l’acier et le béton. d’un essai préalable est recommandée pour s’assurer
de l’efficacité du traitement, celle-ci étant tributaire
du ciment utilisé [62, 73].
8.1.3.2 Contrôle et critères
Après l’intervention, le système anodique est dé-
Durant la période du traitement, on procède chaque monté, laissant intacte la surface du béton (pour
jour à une inspection de routine portant sur les autant qu’elle n’ait pas fait l’objet d’un sablage
tensions et courants d’alimentation, l’électrolyte préalable).
et l’intensité totale du courant induit (en A.h/m2).
Il est conseillé de déterminer en outre la teneur en La méthode, très peu répandue, se prête tout spé-
chlorures dans les zones déjà contrôlées auparavant cialement aux bâtiments d’une valeur architecturale
(pour lesquelles on dispose de données concernant particulière tels les monuments protégés.

48 NIT 231 – Septembre 2007


8.2 Inhibiteurs de corro- Pour être efficaces, les inhibiteurs doivent atteindre
sion les armatures dans une concentration bien détermi-
née après avoir pénétré les pores et capillaires du
8.2.1 Domaine d’application béton. De plus, le taux d’agents actifs requis au
droit des armatures est fonction de la teneur locale
Utilisés pour freiner la corrosion des armatures, en chlorures.
les inhibiteurs de corrosion s’appliquent de deux
façons : Par ailleurs, les inhibiteurs renferment divers
• soit préventivement, au moment du malaxage composants qui, au cours de leur migration dans
du béton le béton, sont susceptibles de réagir différemment,
• soit dans le cadre d’une réparation, à la fois certains se liant chimiquement à des composants
pour remédier à une corrosion existante et pour du ciment et devenant indisponibles [62, 71].
prévenir toute résurgence ultérieure du phéno- La concentration en inhibiteurs peut donc varier
mène; dans ce cas, les inhibiteurs sont appliqués fortement au droit des armatures; dans certains
en surface. Seule cette procédure est abordée cas, celles-ci auront tendance à se corroder plus
ci-après. rapidement là où la concentration en inhibiteurs
est trop faible.
L’utilisation des inhibiteurs de corrosion a fait l’ob-
jet de nombreuses études [62, 71] qui ont mis en Le cahier des charges doit spécifier la concentra-
évidence certaines limites d’emploi (§ 8.2.2). tion requise en inhibiteurs au droit des armatures,
et non le volume à appliquer par m2 de béton. La
Comparée à d’autres méthodes de réparation, preuve que la concentration requise est réellement
l’application d’inhibiteurs présente des avantages atteinte et sera maintenue pendant un laps de temps
évidents (coût peu élevé, nuisances moindres), suffisant doit être apportée par des méthodes fiables,
notamment dans les cas suivants : qui, selon le type d’inhibiteur, permettront une
• pour réparer un ouvrage en béton affecté par la analyse qualitative (chromatographie en couche
corrosion des armatures, mais ne nécessitant pas mince) ou quantitative (chromatographie gazeuse
de réparation structurale. L’application d’inhibi- ou ionique).
teurs à la surface du béton offre l’avantage de
ne pas devoir remplacer un béton altéré mais La combinaison de certains composants de l’inhibi-
structurellement sain teur avec les constituants du béton peut influencer
• pour protéger les armatures contre la corrosion, la précision des résultats.
en complément d’une réparation tradition-
nelle
• pour adjuvanter un mortier de ragréage. 8.2.3 Produits utilisés

Dans le premier cas, l’usage des inhibiteurs consti- 8.2.3.1 Nitrites


tue la seule méthode de réparation envisageable,
alors que, dans les autres cas, il fait partie intégrante Si l’utilisation du nitrite de calcium, dans le cadre
d’un programme de réparation. d’une réparation, demeure relativement limitée à
ce jour, elle a fait l’objet d’études approfondies
en ce qui concerne l’adjuvantation du béton. Les
8.2.2 Limites d’emploi expériences montrent que le produit est efficace
lorsque la teneur en chlorures est limitée.
L’utilisation d’inhibiteurs de corrosion n’est pas
un remède universel à tous les problèmes de cor- L’emploi de nitrites est interdit dans les structures
rosion. Des essais effectués tant en laboratoire que en contact avec l’eau potable en raison du risque
sur chantier révèlent en effet que, si le traitement de toxicité.
peut conduire à des améliorations (réduction de
la vitesse de corrosion), il peut également avoir
des effets inverses (accélération de la corro- 8.2.3.2 Monofluorophosphate de
sion) [62, 71]. sodium

L’efficacité du traitement sera fonction du degré Le MFP (Na2PO3F) ne peut pas être incorporé
d’altération de la structure par la corrosion (te- comme adjuvant dans le béton frais, car il réagirait
neur en chlorures, profondeur de carbonatation, avec les ions calcium pour former du phosphate de
vitesse de corrosion, etc.) ainsi que de la qualité calcium. Son application se limite dès lors au béton
intrinsèque du béton (porosité, absorption capil- durci, sur des structures affectées par la corrosion
laire, etc.). en raison de la carbonatation, mais ne présentant

49 NIT 231 – Septembre 2007


pas de dégradation visible. Le MFP n’a cependant La technique d’injection répond aux objectifs
aucune action sur des bétons attaqués par les chlo- suivants :
rures [62, 71]. • restauration de l’étanchéité de la structure
• prévention des infiltrations d’agents agressifs
Des concentrations très élevées et des durées de susceptibles de corroder les armatures
traitement très longues sont nécessaires pour réduire • restitution des propriétés mécaniques du béton
significativement la corrosion. (monolithisme).

La méthode peut également avoir une finalité esthé-


8.2.3.3 Inhibiteurs organiques tique. Les mêmes considérations que celles formu-
lées ci-avant s’appliquent en principe à l’injection
Les inhibiteurs organiques commercialisés sont des cavités présentes dans le béton.
composés d’amines, d’alcanolamines, de sels
enrichis d’acides organiques et inorganiques,
d’émulsions d’esters, d’alcools et d’amines. Leur 8.3.2 Coulis d’injection
mécanisme d’action engendre la formation, à la
surface du métal, d’un film organique très mince La viscosité, la réactivité et la tenue à l’eau des
(de l’ordre de quelques nanomètres). coulis d’injection sont des propriétés déterminantes
pour leur aptitude à l’usage dans des applications
Les études menées sur le sujet démontrent que le particulières. On distingue :
taux de chlorures et la vitesse de corrosion au droit • les coulis d’injection à base de résines époxy-
de l’acier sont des paramètres critiques. L’efficacité des, de polyuréthannes ou de résines expansives
des inhibiteurs organiques ne peut plus être démon- acryliques ou polyuréthannes
trée en deçà d’un taux de chlorures très faible et • les coulis d’injection à base de liants hydrauliques
au-delà d’une certaine vitesse de corrosion. de très grande finesse.

Par ailleurs, la vitesse de pénétration est réduite Le coulis doit résister aux variations éventuelles
dans les bétons carbonatés en raison de leur d’ouverture des fissures, tant durant l’injection
compacité accrue. qu’après le durcissement. Les produits sont classés
selon l’utilisation prévue (U) et selon leur applica-
bilité (W) [19].
8.3 Injection des fissures

8.3.1 Domaine d’application 8.3.2.1 Utilisation prévue (U)

Une des fonctions principales du béton d’enrobage Dans la classification, la lettre U est attribuée en
consiste à conférer une protection aux armatures. La premier lieu; elle est suivie d’une lettre et d’un
fissuration du béton armé est un phénomène nor- chiffre entre parenthèses, soit :
mal qui n’altère pas l’intégrité des armatures, pour • F : pour le remplissage transmettant les efforts
autant que l’ouverture des fissures, leur profondeur des fissures
et leur répartition n’excèdent pas certaines limites – F1 : adhérence > 2 N/mm²
qui varient en fonction de l’agressivité de l’environ- – F2 : adhérence > 0,6 N/mm²
nement [26]. En revanche, une erreur de conception • D : pour le remplissage ductile des fissures
ou un défaut d’exécution peuvent entraîner une – D1 : étanchéité à l’eau sous 2 x 105 Pa
fissuration significative de la structure. – D2 : étanchéité à l’eau sous 7 x 105 Pa (usages
particuliers)
L’ouverture minimale des fissures qu’un coulis • S : pour le remplissage expansif des fissures
d’injection est apte à combler doit être spécifiée – S1 : étanchéité à l’eau sous 2 x 105 Pa
par le fabricant. La norme NBN EN 1504‑5 [19] – S2 : étanchéité à l’eau sous 7 x 105 Pa (usages
propose des valeurs de 0,1 mm, 0,2 mm, 0,3 mm, particuliers).
0,5 mm et 0,8 mm.

Avant de procéder à l’injection, il convient d’éli- 8.3.2.2 Applicabilité (W)


miner les causes de la fissuration. Les fissures
doivent être stabilisées (après le retrait, par La lettre W est suivie de trois ou quatre groupes de
exemple). Les fissures actives dont l’ouverture nombres entre parenthèses :
varie de plus de 10 % ne peuvent faire l’objet • 1er groupe (un nombre) : largeur minimale admise
d’une injection [58] et seront éventuellement de la fissure, mesurée en dixièmes de millimètre
transformées en joints. (1, 2, 3, 5 ou 8)

50 NIT 231 – Septembre 2007


• 2e groupe (un ou plusieurs nombres) : taux d’hu- plissage plus profond, on pratique des forages
midité de la fissure (1 pour sec, 2 pour humide, obliques dans les fissures. Celles-ci sont ensuite
3 pour mouillé, 4 pour rempli d’eau) colmatées.
• 3e groupe (deux nombres) : température d’utili-
sation minimum et maximum L’injection commence par l’injecteur situé le plus
• 4 e groupe (un nombre, uniquement pour bas, afin de forcer le coulis vers le haut et d’éjec-
U(F))   ter l’air de la fissure au fur et à mesure qu’elle se
– (1) : fissures soumises à des mouvements remplit. Une légère surpression maîtrisée permet de
quotidiens supérieurs à 10 % ou à 0,03 mm remplir la fissure jusqu’au trou de forage suivant. La
pendant le durcissement fissure est présumée remplie en profondeur dès que
– (2) : fissures soumises à des mouvements le coulis d’injection apparaît en surface. L’excédent
quotidiens inférieurs à 10 % ou à 0,03 mm doit être éliminé rapidement.
pendant le durcissement.
Une fois le coulis durci, les injecteurs sont démontés
et les forages éventuels sont rebouchés au moyen
8.3.2.3 Exemple d’un mortier de réparation. La pompe utilisée doit
être nettoyée à l’aide d’un solvant adéquat avant
La classification U(F1) W(1) (1/2) (5/30) (1) dési- que le coulis n’ait durci.
gne un produit d’injection :
• destiné à un remplissage transmettant les efforts
au droit des fissures 8.4 Consolidation structu-
• susceptible de colmater des fissures de 0,1 mm, relle
sèches ou humides
• pouvant être mis en œuvre à une température 8.4.1 Domaine d’application
comprise entre 5 et 30 °C
• utilisable pour des fissures soumises à des La consolidation structurelle s’applique dans deux
mouvements quotidiens supérieurs à 10 % ou à situations distinctes :
0,03 mm pendant le durcissement. • soit pour rétablir les propriétés constructives
d’un ouvrage
• soit pour renforcer une structure soumise à des
8.3.3 Mise en œuvre charges d’exploitation accrues.

Les travaux d’injection ne peuvent être réalisés Dans certains cas, la réparation ou le renforce-
qu’après un diagnostic approfondi de l’ouvrage de ment de la section d’un élément en béton par
construction. Ce diagnostic doit permettre d’iden- coulage ou injection de mortier peut suffire à
tifier les causes et les caractéristiques des fissures, remédier au manque de solidité. Toutefois, la
d’évaluer les propriétés du béton et de décrire les plupart du temps, il est indispensable d’adapter
objectifs à atteindre par l’injection. Le produit et également l’ensemble des armatures. En tout état
la méthode d’injection les plus appropriés seront de cause, il y a lieu de confier le dimensionne-
choisis sur la base de ces informations. ment du système de renforcement à un bureau
d’études qualifié.
Les fissures souillées seront nettoyées par rinçage
à l’eau ou par injection d’air comprimé exempt
d’huile, selon le coulis d’injection auquel on a 8.4.2 Armatures complémentai-
recours. res

L’injection s’opère le plus souvent à l’aide d’une Lorsque la corrosion réduit considérablement la
pompe à cylindres. Pour de grandes quantités de section des armatures, la solution la plus simple
produit, on fait appel à une pompe électrique ou consistera à enlever les barres endommagées – sans
à air comprimé. Le mélange des composants s’ef- compromettre la stabilité de l’ouvrage – et à les
fectue au préalable ou directement dans le pistolet remplacer par de nouvelles armatures. On prendra
d’injection. soin, au cours de cette opération, d’assurer le re-
couvrement nécessaire avec les éléments en place
Le produit d’injection sous une forme suffisam- et de réaliser un enrobage suffisant des armatures
ment visqueuse est introduit dans la fissure avec nouvellement posées.
une légère surpression. Pour ce faire, des injecteurs
sont disposés, à la surface du béton, le long des L’ajout de barres d’armature peut également s’en-
fissures à colmater, à des intervalles équivalant visager lorsqu’un contrôle de la stabilité révèle un
à l’épaisseur de l’élément. Pour obtenir un rem- léger déficit de ferraillage.

51 NIT 231 – Septembre 2007


8.4.3 Postcontrainte exté- Fig. 31 Moulage composite.
rieure

Lorsque la densité d’armatures est nettement in-


suffisante ou que la précontrainte est affaiblie, la
structure peut être consolidée par la mise en place
d’une postcontrainte extérieure.

Le système se compose d’un ensemble de torons


précontraints fixés à la structure par des ancrages
et des supports disposés en dehors de la section de
béton. Le dimensionnement et la mise en œuvre
ne diffèrent pas de ce qui se fait en précontrainte
traditionnelle. Pour plus d’informations à ce sujet,
on consultera la littérature ad hoc.
la Fédération internationale du béton, il présente un
Lors de l’étude préliminaire, une attention toute aperçu complet de la technique du collage structurel
particulière sera accordée à la résistance de la et de son dimensionnement [64].
structure, essentiellement aux points de fixation
des ancrages et des supports. Le succès de cette technique, dont le dimensionne-
ment doit être confié à un bureau d’études spécialisé,
ne peut être garanti que si la structure existante est
8.4.4 Collage d’armatures apte à supporter la consolidation. Lors de l’inspec-
tion de l’élément en cause, on vérifiera dès lors un
Cette technique de consolidation comprend trois certain nombre de points, à savoir :
systèmes distincts : • la planéité de la surface : vu le risque de dé-
• le collage de plats : principalement en acier dans collement, les surfaces incurvées ne se prêtent
les années septante, les plats sont aujourd’hui généralement pas à la technique du collage
constitués d’un composite de fibres et de résine • la rugosité de la surface : celle-ci doit être suffi-
synthétique et sont couramment appelés laminés sante pour assurer une adhérence optimale
en fibres de carbone; ils peuvent être renforcés • le taux d’humidité du béton : il ne peut nuire à
avec d’autres types de fibres la bonne adhérence
• les moulages composites (figure 31) : les fibres • les anomalies éventuelles : les nids de gravier
sont moulées autour de la partie de l’ouvrage à sont habituellement des zones de moindre ré-
renforcer, puis sont imprégnées de résine syn- sistance qui ne se prêtent pas à la mise en place
thétique. Cette dernière assure non seulement la d’un renforcement
cohésion des fibres entre elles, mais également • la cohésion de la surface (§ 3.2.2.2, p. 17) :
l’adhérence du moulage au support celle-ci devra être contrôlée, y compris dans les
• les systèmes d’armatures précontraintes col- zones ne présentant pas d’anomalies visibles.
lées. La résistance du béton est en effet un paramètre
essentiel pour déterminer dans quelle mesure il
Les exigences auxquelles doivent satisfaire les convient de renforcer les propriétés structurelles
colles utilisées pour cette technique sont définies de l’ouvrage.
dans la norme NBN EN 1504-4 [18]. Le Guide
d’agrément G0026 de l’UBAtc [77] reprend ces Précisons enfin qu’en l’absence de protection adap-
exigences tout en proposant des prescriptions pour tée, le collage des armatures ne présente qu’une
les renforts eux-mêmes. Quant au Bulletin n° 14 de résistance au feu limitée.

52 NIT 231 – Septembre 2007


9 Mesurage des tra-
vaux

Afin d’éviter toute contestation quant à la procédure Pour ce qui concerne les techniques de réparation
à adopter pour déterminer les quantités de travail proprement dites, il existe plusieurs codes de me-
fourni, il est indispensable que le cahier des char- surage. Le choix de la méthode la plus appropriée
ges précise clairement la méthode à appliquer et le dépendra généralement des conditions spécifiques
moment auquel effectuer le mesurage. du chantier. Ainsi, par exemple, dans le cas d’une
réparation au mortier, on optera soit pour le calcul
Document de référence pour le mesurage dans les de la surface ou du volume réparés, soit pour la
bâtiments, la norme belge NBN B 06‑001 [7] décrit détermination des quantités de matières consom-
la méthode à suivre à chaque phase du processus de mées.
construction. Un certain nombre de postes concer-
nant la réparation du béton font toutefois défaut, vu L’injection des fissures se prête, elle aussi, à diffé-
le caractère relativement récent de cette discipline. rentes procédures de mesurage : calcul de la lon-
Il est dès lors d’autant plus important de définir gueur des fissures, détermination du volume traité,
explicitement, avant le début du chantier, le mode voire même, dans certains cas, décompte séparé du
de détermination des quantités de travail. temps de travail et des matériaux consommés.

On peut éventuellement se référer à la norme pré- Comme le montrent les encadrés ci-après, plusieurs
citée pour ce qui concerne les techniques éprou- instances ont défini des méthodes de mesurage dans
vées. Ainsi, le chapitre 30 consacré aux travaux leurs cahiers généraux des charges.
de peinture a été complété et explicité dans le
Fascicule 30 du Métré de bâtiment publié en 1986 Conscient de la difficulté d’établir des règles claires
par le CSTC [61]. Toutefois, les deux documents spécifiques aux travaux de réparation des ouvrages
ne suffisent pas toujours pour mesurer toutes les en béton, le CSTC compte entreprendre les démar-
opérations nécessaires dans le cadre de la réparation ches nécessaires en vue d’une révision de la norme
du béton (préparation des surfaces, par exemple). NBN B 06-001.

53 NIT 231 – Septembre 2007


Texte neutre du cahier des charges de la FEREB
Le texte neutre du cahier des charges relatif à la réparation du béton carbonaté et/ou affecté
par des dégradations mécaniques, publié en 2004 par la Fédération belge des spécialistes de la
réparation (FEREB) [63], précise qu’il appartient au maître d’ouvrage de déterminer au préala-
ble la méthode de mesurage. Les postes du métré mentionnés dans ce cahier des charges sont
énumérés ci-après.

Préparation du chantier
• Echafaudages avec ou sans filet de protection :
– à exprimer en location mensuelle ou hebdomadaire
– par m² ou par m³ suivant le type de projet.
• Déplacement éventuel de l’échafaudage à la pièce.
• Protection des zones non traitées (fenêtres, portes, ...), en m² de surface à protéger; préciser la
méthode.
• Démontage et remontage des balustrades, escaliers, conduites, câbles, ... à exprimer en mètres
courants ou à la pièce.
• Mise en place de structures particulières (auvents, ...), en m² ou à la pièce.

Préparation du support
• Nettoyage du support à exprimer en m², avec un minimum de 0,01 m² par zone, à moins qu’un
nettoyage isolé soit nécessaire, le minimum étant alors de 0,05 m² (un seul nettoyage dans un
cercle d’un rayon de 1 m).
• Sondage auditif des surfaces et marquage des zones à traiter à exprimer en m², avec un mini-
mum de 0,05 m² par zone.
• Essais à réaliser sur support nettoyé (traction, prises d’échantillons, ...) à prévoir en prix unitaire
et en quantités.
• Décapage en m² avec un minimum de 0,01 m² par zone, à moins qu’une réparation isolée soit
nécessaire, le minimum étant alors de 0,05 m² (une seule réparation dans un cercle d’un rayon
de 1 m). Le trait de disqueuse d’au moins 5 mm sur le pourtour des zones à réparer et le déca-
page des armatures selon la profondeur de la carbonatation sont inclus.
• Détermination et enregistrement de la profondeur de carbonatation à prévoir en prix unitaire et
en quantités.

Réparation du béton
• Remplacement d’armatures pour toute diminution visible de section, conformément aux normes
de la série NBN EN 1504, au kg d’armatures placées avec un minimum de 1 kg par zone. Les
ancrages et les ligatures sont inclus.
• Fourniture et mise en œuvre du mortier de réparation suivant le Guide d’agrément G0007 (1)
et la fiche technique du produit, y compris les éventuels coffrages nécessaires, au dm³ avec un
minimum de 1 dm³ par zone. La passivation des armatures mises à nu est incluse.

Traitement de surface
• Fourniture et mise en œuvre d’un mortier d’égalisation suivant le Guide d’agrément G0007 (1)
et la fiche technique du produit, en ‘x’ mm d’épaisseur moyenne, en ‘y’ couches au m² de sur-
face traitée, avec un minimum de 0,05 m² par zone.
• Fourniture et mise en œuvre d’un micromortier suivant le Guide d’agrément G0007 (1) et la
fiche technique du produit, en ‘x’ mm d’épaisseur moyenne, en ‘y’ couches, au m² de surface
traitée, avec un minimum de 0,05 m² par zone.
• Fourniture et mise en œuvre d’un revêtement de protection suivant le Guide d’agrément
G0008 (2) et la fiche technique du produit, en ‘x’ mm d’épaisseur moyenne, en ‘y’ couches, au
m² de surface traitée, avec un minimum de 0,05 m² par zone.

Essais et contrôles
• Essais destructifs (traction, carottages, ...) à la pièce ou en somme réservée.
• Essais non destructifs (sondage au marteau, ultrasons, ...) à la pièce ou en somme réser-
vée.
• Contrôle de l’épaisseur des couches de protection, d’après la consommation de produit (voir
fiches techniques) par pièce ou en somme réservée.
• Test de contrôle en vue de confirmer que la dégradation du béton n’est pas due à une contami-
nation de chlorures, par pièce ou en somme réservée.

(1) Le Guide d’agrément G0007 est remplacé par les PTV 563 depuis février 2007.
(2) Le Guide d’agrément G0008 est remplacé par les PTV 562 depuis février 2007.

54 NIT 231 – Septembre 2007


Cahier des charges type RW 99 du ministère
wallon de l’Equipement et des Transports (MET)

Le cahier des charges type RW 99 du ministère wallon de l’Equipement et des Transports
(MET) [69] stipule qu’en l’absence de prescriptions contraires dans les documents d’adjudication,
le paiement des travaux s’effectue sur la base des postes suivants :
• mise à disposition de moyens d’accès (échafaudage, ...) : le prix est donné sur la base d’un
forfait pour le montage et le démontage, et par journée d’utilisation
• décapage du support au m²
• dégagement derrière les armatures, par m d’armatures dégagées
• remplacement d’armatures (y compris ancrages), au kg
• passivation des armatures et traitement préalable suivant prescriptions du fournisseur du pro-
duit, par m d’armatures traitées
• fourniture et mise en œuvre de la couche d’accrochage, au m²
• fourniture du mortier emballé (y compris stockage), au kg
• mise en place du mortier (y compris préparation de la surface, préparation des produits, mise
en œuvre), au m².

Le code de mesurage des surfaces à décaper ou à traiter est le suivant :


• placement ou tracé d’une grille à mailles carrées de 10 cm de côté devant la zone à mesurer
• comptage des mailles dont plus de la moitié de la surface couvre la zone à mesurer
• multiplication du nombre de mailles par 0,01 m² afin d’obtenir la surface en m².

Cahier des charges du département flamand de la Mobilité et


des Travaux publics

Le département flamand de la Mobilité et des Travaux publics (Departement Mobiliteit en Openba-


re Werken – MOW) a complété son cahier des charges pour travaux de génie civil par un certain
nombre d’articles relatifs au mesurage de la réparation des structures en béton [57]. Cependant,
vu la grande diversité des travaux de réfection susceptibles d’être entrepris sur ces ouvrages,
aucune règle générale n’est spécifiée en matière de paiement.

Un poste global comprenant la préparation, la protection anticorrosion éventuelle et le mortier est


prévu pour les petits travaux et est exprimé en décimètres cubes. S’il s’agit de grandes surfaces
sur lesquelles les dégâts sont généralisés et uniformes et pour lesquelles les quantités à traiter
ont été précalculées par le soumissionnaire, le paiement peut s’effectuer sur la base d’un métré
au mètre carré.

La facturation au kilo, qui facilite le contrôle des quantités mises en œuvre, n’a pas été retenue,
dans la mesure où les différents mortiers disponibles sur le marché présentent de grandes diffé-
rences de masse volumique. Un mortier léger aussi résistant et durable qu’un mortier lourd peut
se révéler plus facile à travailler.

Un volume dont la détermination géométrique est malaisée peut être calculé sur la base des
quantités de produit sec mis en œuvre (au kilo), de la teneur en eau (au kilo) ou de la masse vo-
lumique du mélange frais (en kg/m³). Cette dernière peut se calculer aisément par la pesée d’un
fût rempli d’un volume connu.

Pour des travaux de réparation importants, dont les volumes à traiter sont souvent difficiles à
anticiper, il est souhaitable de subdiviser les postes autant que possible (par exemple, prépara-
tion en m², quantités de mortier en dm³, …) et de réserver un poste distinct pour les frais fixes
que l’entrepreneur doit engager indépendamment des quantités à mettre en œuvre (arrivages et
expédition de matériel, montage et démontage des échafaudages, …). Les frais variables (comme
la location d’échafaudages pendant la période des travaux) sont à répartir sur les prix unitaires
respectifs.

55 NIT 231 – Septembre 2007


10 Certification des
entreprises

Les systèmes de réparation et de protection des • qu’elles réalisent les travaux conformément aux
ouvrages en béton ont fait l’objet de nombreux prescriptions.
Guides d’agrément établis par l’Union belge pour
l’agrément technique dans la construction (UBAtc). Les certificats de processus comprennent trois
Ces Guides sont remplacés depuis peu par des niveaux :
PTV (Prescriptions techniques – Technische Voor- • niveau A : pour les travaux réalisés conformément
schriften) qui serviront de base, d’une part, à la à un cahier des charges basé sur des techniques
certification volontaire qui existera conjointement généralement acceptées faisant appel à des
au marquage CE et, d’autre part, à l’élaboration de produits porteurs de la marque BENOR. Les
fiches techniques normalisées. entreprises qui se conforment à ce niveau de
certification reçoivent un ‘certificat de proces-
Les fabricants disposant d’un agrément ATG ou sus pour l’application des produits, systèmes et
d’une fiche technique normalisée avec certification techniques prescrits’
apportent la preuve que leur produit ou leur système • niveau B : pour les entreprises qui satisfont au
satisfait aux Guides d’agrément ou aux PTV et que niveau A et qui, en plus, déterminent et appli-
la conformité du produit est attestée par un organis- quent elles-mêmes la méthode d’exécution, en
me de certification agréé par l’UBAtc (en l’occur- ce compris le choix des produits et du système,
rence, BCCA – Belgian Construction Certification en fonction de la mission de réparation spécifiée
Association). Les utilisateurs, maîtres d’ouvrage par le donneur d’ordre ou par son délégué. Les
ou donneurs d’ordre ont ainsi la garantie que les entreprises qui se conforment à ce niveau de
produits et systèmes répondent aux spécifications certification reçoivent un ‘certificat de processus
de l’ATG ou des PTV et ne sont pas contraints d’en pour l’exécution de réparations de béton’
contrôler eux-mêmes la conformité. • niveau C : pour les entreprises qui satisfont au
niveau B et qui, en plus, posent elles-mêmes le
A la suite de la parution des normes de la série diagnostic, élaborent une stratégie de réparation
NBN EN 1504, les produits destinés à la réparation ou d’exécution, rédigent un cahier des charges
et à la protection du béton devront porter le mar- complet et, le cas échéant, exécutent ou gèrent
quage CE dès le 1er janvier 2009 pour pouvoir être elles-mêmes un projet dans son ensemble. Les
commercialisés dans les différents Etats membres entreprises qui se conforment à ce niveau de
de l’Union européenne. Les agréments techniques qualification se voient attribuer un ‘certificat de
ATG seront dès lors définitivement transposés en processus pour la conception et l’exécution de
certification BENOR, qui accompagnera les pro- réparations de béton’. Ce niveau de qualifica-
duits en complément du marquage CE. tion entre notamment en ligne de compte pour
les bureaux d’étude et les architectes exerçant
Depuis peu, les entreprises spécialisées dans la des activités dans le domaine de la réparation
réparation du béton ont la faculté de démontrer du béton.
leur compétence grâce à un certificat de processus
spécifique attestant : Le recours aux produits marqués BENOR (ATG)
• qu’elles mettent en œuvre des produits portant la et aux entreprises disposant d’un certificat de
marque BENOR ou une autre marque admise processus garantit dans une certaine mesure que
• qu’elles disposent d’une organisation, d’un per- les travaux de réparation et de protection du béton
sonnel et de moyens appropriés seront effectués dans les règles de l’art.

56 NIT 231 – Septembre 2007


11 Contrôle et entre-
tien des ouvrages
réparés
Pour garantir une réparation durable du béton, la • contrôle et réfection éventuelle des joints, y com-
norme NBN ENV 1504-9 [45] a mis en évidence la pris les joints de dilatation, tous les trois ans
nécessité d’une maintenance régulière et planifiée • réparation du béton dans les zones endomma-
des ouvrages. Les possibilités d’entretien et de gées.
contrôle sont dès lors des éléments à considérer
lors du choix de la méthode. Le maître d’ouvrage, Un contrôle annuel des surfaces peintes est sou-
propriétaire ou gérant, doit par ailleurs recevoir des haitable. Si le feuil existant est en mauvais état,
instructions en ce sens au moment de la réception c’est-à-dire s’il a perdu ses propriétés initiales,
des travaux. on procédera au renouvellement de la couche de
finition. Un changement de teinte éventuel n’a pas
Si le ‘Guide pratique pour l’entretien des bâtiments’ forcément une incidence sur la protection conférée
édité en 1991 par le CSTC [80] fournit des infor- par la peinture. Le cas échéant, il y a lieu de vérifier
mations quant à la fréquence de l’entretien, le béton que la nouvelle couche de finition ne réduise pas
n’y est toutefois envisagé qu’en tant que support exagérément l’étanchéité à la vapeur du système de
d’enduit et de peinture ou élément constitutif d’une peinture dans son ensemble.
façade. Les prestations suivantes sont prévues :
• contrôle annuel de l’aspect, suivi éventuellement La périodicité des contrôles et des entretiens
d’un nettoyage sera fixée de manière à minimiser les nuisances
• en cas de traitement hydrofuge, renouvellement qui résulteraient d’une intervention éventuelle
de l’application tous les cinq ans (figure 32).

Fig. 32 Evolution des coûts d’entretien et de réparation des ouvrages en béton.

I II III IV
on on on tion
nti nti nti v en
ve ve ve er
er er er Int
Int Int Int
Etat de l’ouvrage

Dégâts minimes

Perturbations de courte durée Nuisances prolon- Temps


et nuisances minimes gées et mise hors
service du bâtiment
Coûts

La courbe mauve reflète le coût global d’un programme d’entretien régulier, la Temps
courbe verte le coût d’une intervention tardive.

57 NIT 231 – Septembre 2007


Considérant la fréquence des contrôles proposée travaux de réparation. Si l’on est amené à travailler
par le Guide pratique pour l’entretien des bâti- sur un support en béton de moindre qualité, il
ments, il est conseillé de procéder chaque année convient d’accroître la périodicité de l’entretien
à une inspection visuelle des structures en béton afin de pérenniser la réparation.
ayant fait l’objet d’une réparation. Lorsque des
désordres sont constatés, il convient d’y remédier Outre les contrôles périodiques, on peut opter
au plus vite par les moyens appropriés, non sans pour un monitoring permanent de la structure, en
avoir établi au préalable un diagnostic approfondi. y intégrant des capteurs (par exemple, pour mesu-
Un grand nombre d’informations consignées dans rer l’humidité ou la corrosion) qui favoriseront la
le dossier de réparation initial pourront sans aucun détection précoce de toute nouvelle dégradation.
doute être récupérées. En présence d’un système de protection catho-
dique, il est nécessaire d’instaurer un contrôle
En ce qui concerne la fréquence d’entretien des permanent, afin de pouvoir adapter régulièrement
matériaux, il y a lieu de se référer aux informa- l’intensité du courant. Nombre de systèmes actuels
tions communiquées à ce sujet par les fabricants, sont d’ailleurs équipés à cet effet d’un dispositif de
en tenant compte de l’état de la structure avant les mesure à distance.

58 NIT 231 – Septembre 2007


Annexe

Exigences requises pour


les mortiers de ragréage
(NBN EN 1504-3)
Exigences non structu-
Caractéristiques de Support de Méthode Exigences structurales
rales
performance référence [24] d’essai
Classe R4 Classe R3 Classe R2 Classe R1
Résistance en com- NBN
Aucun ≥ 45 MPa ≥ 25 MPa ≥ 15 MPa ≥ 10 MPa
pression EN 12190
Teneur en ions NBN EN
Aucun ≤ 0,05 %
chlorure 1015-17
NBN EN
Adhérence MC (0,40) ≥ 2,0 MPa ≥ 1,5 MPa ≥ 0,8 MPa (1)
1542

Retrait/expansion NBN EN Contrainte d’adhérence après essai (4) (5) Aucune


MC (0,40)
empêchés (2) (3) 12617-4 ≥ 2,0 MPa ≥ 1,5 MPa ≥ 0,8 MPa (1) exigence

Résistance à la NBN EN
Aucun dk ≤ témoin (MC(0,45)) Aucune exigence (7)
carbonatation (6) 13295
NBN EN
Module d’élasticité Aucun ≥ 20 GPa ≥ 15 GPa Aucune exigence
13412
Compatibilité ther-
mique :
– gel-dégel (6) (8) MC (0,40) NBN EN Contrainte d’adhérence après 50 cycles (4) (5) Examen
13687-1 visuel
après 50
≥ 2,0 MPa ≥ 1,5 MPa ≥ 0,8 MPa (1) cycles
– pluies d’orage (6) MC (0,40) NBN EN Contrainte d’adhérence après 30 cycles (4) (5) Examen
(8) 13687-2 visuel
≥ 2,0 MPa ≥ 1,5 MPa ≥ 0,8 MPa (1) après 30
cycles
– cycles thermiques MC (0,40) NBN EN Contrainte d’adhérence après 30 cycles (4) (5) Examen
à sec (6) (8) 13687-4 visuel
≥ 2,0 MPa ≥ 1,5 MPa ≥ 0,8 MPa (1) après 30
cycles
Résistance au Classe I : > 40 unités testées à l’état humide
NBN EN
glissement et au Aucun Classe II : > 40 unités testées à sec
13036-4
dérapage Classe III : > 55 unités testées à l’état humide
Coefficient de dila- NBN EN Non requis si les essais de compatibilité thermique sont
Aucun
tation 1770 effectués, sinon valeur déclarée
NBN EN Aucune
Absorption capillaire Aucun ≤ 0,5 kg/m²√h̄¯
13057 exigence
(1) Une résistance minimale en traction de 0,5 MPa est requise lorsqu’il se produit une rupture de cohésion dans le matériau de
réparation.
(2) Non requis pour la restauration du béton par projection de mortier ou de béton.
(3) Non requis en cas de cycles thermiques.
(4) Valeur moyenne sans valeur individuelle inférieure à 75 % de l’exigence minimale.
(5) Ouverture de fissure moyenne tolérée ≤ 0,05 mm, absence de fissure ≥ 0,1 mm et de feuilletage.
(6) La résistance à la carbonatation ne concerne que le béton armé.
(7) Ne convient pas pour la protection contre la carbonatation, sauf si le système assure une protection de surface démontrée
contre la carbonatation (cf. NBN EN 1504-2).
(8) Le choix de la méthode dépend des conditions d’exposition. Lorsqu’un produit est conforme à la partie 1 de la norme NBN
EN 13687, il est réputé conforme aux parties 2 et 4.

59 NIT 231 – Septembre 2007


Bibliographie

1. ����������������������������������������������
American Concrete Institute, British Research 10. Bureau de normalisation
Establishment, Concrete Society, International NBN B 15-217 Essais des bétons. Absorption
Concrete Repair Institute d’eau par capillarité. Bruxelles, NBN, 1984.
Concrete Repair Manual�������������������
. Londres, ACI-BRE-
CS-ICRI, Second Edition, 2003. 11. Bureau de normalisation
NBN B 15-250 Analyse chimique des bétons et
2. ������������������������������������������
American Society for Testing and Materials mortiers durcis. Bruxelles, NBN, 1991.
ASTM C876-91 Standard Test Method for
Half-Cell Potentials of Uncoated Reinforcing 12. Bureau de normalisation
Steel in Concrete���������������������������
. Philadelphie, ASTM Inter- NBN EN 196-1 Méthodes d’essais des ciments.
national, 1999. Partie 1 : détermination des résistances méca-
niques. Bruxelles, NBN, 2005.
3. Belgian Construction Certification Associa-
tion 13. Bureau de normalisation
PTV 562 Prescriptions techniques pour systè- NBN EN 206-1 Béton. Partie 1 : spécifica-
mes de protection, d’étanchéité ou d’imperméa- tion, performances, production et conformité.
bilisation de surface pour le béton. Bruxelles, Bruxelles, NBN, 2001.
BCCA, Prescriptions techniques – Technische
�����������
Voorschriften���������������
, n° 562, 2007. 14. Bureau de normalisation
NBN EN 480-5 Adjuvants pour béton, mortier
4. Belgian Construction Certification Associa- et coulis. Méthodes d’essai. Partie 5 : déter-
tion mination de l’absorption capillaire. Bruxelles,
PTV 563 Prescriptions techniques pour mor- NBN, 2005.
tiers de réparation du béton. Bruxelles, BCCA,
Prescriptions techniques – Technische
����������������
Voor- 15. Bureau de normalisation
schriften���������������
, n° 563, 2007. NBN EN 1015-17 Méthodes d’essai des mor-
tiers pour maçonnerie. Partie 17 : détermination
5. Belgian Construction Certification Associa- de la teneur en chlorure soluble des mortiers
tion frais. Bruxelles, NBN, 2000.
PTV 567 Prescriptions techniques pour la
protection contre la corrosion des armatures. 16. Bureau de normalisation
Bruxelles, BCCA, Prescriptions techniques – NBN EN 1504-2 Produits et systèmes pour
Technische Voorschriften���������������������
, n° 567, à paraître. la protection et la réparation de structures en
béton. Définitions, prescriptions, maîtrise de la
6. Bertolini L., Elsener B., Pedeferi P., Polder R. qualité et évaluation de la conformité. Partie 2 :
Corrosion of Steel in Concrete. Prevention, systèmes de protection de surface pour béton.
Diagnosis, Repair.���������������
Hoboken, 2003. Bruxelles, NBN, 2005.

7. Bureau de normalisation 17. Bureau de normalisation


NBN B 06-001 Mesurage dans le bâtiment. NBN EN 1504-3 Produits et systèmes pour
Méthodes de mesurage de quantités. Bruxelles, la protection et la réparation des structures
NBN, 1982. en béton. Définitions, exigences, maîtrise de
la qualité et évaluation de la conformité. Par-
8. Bureau de normalisation tie 3 : réparation structurale et réparation non
NBN B 15-001 Supplément à la norme NBN structurale. Bruxelles, NBN, 2006.
EN 206-1. Bruxelles, NBN, 2004.
18. Bureau de normalisation
9. Bureau de normalisation NBN EN 1504-4 Produits et systèmes pour
NBN B 15-215 Essais des bétons. Absorption la protection et la réparation de structures en
d’eau par immersion. Bruxelles, NBN, 1989. béton. Définitions, prescriptions, maîtrise de la

60 NIT 231 – Septembre 2007


qualité et évaluation de la conformité. Partie 4 : 27. Bureau de normalisation
collage structural. Bruxelles, NBN, 2005. NBN EN 12190 Produits et systèmes pour la
protection et la réparation des structures en
19. Bureau de normalisation béton. Méthodes d’essais. Détermination de la
NBN EN 1504-5 Produits et systèmes pour résistance à la compression pour les mortiers
la protection et la réparation des structures en de réparation. Bruxelles, NBN, 1999.
béton. Définitions, exigences, maîtrise de la
qualité et évaluation de la conformité. Partie 5 : 28. Bureau de normalisation
produits et systèmes d’injection du béton. NBN EN 12390-7 Essai pour béton durci.
Bruxelles, NBN, 2005. Partie 7 : masse volumique du béton durci.
Bruxelles, NBN, 2000.
20. Bureau de normalisation
NBN EN 1504-6 Produits et systèmes pour 29. Bureau de normalisation
la protection et la réparation des structures en NBN EN 12390-8 Profondeur de pénétration
béton. Définitions, exigences, maîtrise de la d’eau sous pression. Bruxelles, NBN, 2001.
qualité et évaluation de la conformité. Partie 6 :
ancrage d’armature. Bruxelles, NBN, 2006. 30. Bureau de normalisation
NBN EN 12504-1 Essais pour béton dans les
21. Bureau de normalisation structures. Partie 1 : Carottes. Prélèvement,
NBN EN 1504-7 Produits et systèmes pour examen et essais en compression. Bruxelles,
la protection et la réparation des structures en NBN, 2000.
béton. Définitions, exigences, maîtrise de la
qualité et évaluation de la conformité. Partie 7 : 31. Bureau de normalisation
protection contre la corrosion des armatures. NBN EN 12504-2 Essais pour béton dans les
Bruxelles, NBN, 2007. structures. Partie 2 : Essais non destructifs.
Détermination de l’indice de rebondissement.
22. Bureau de normalisation Bruxelles, NBN, 2001.
NBN EN 1504-10 Produits et systèmes pour
la protection et la réparation de structures 32. Bureau de normalisation
en béton. Définitions, prescriptions, maîtrise NBN EN 12617-4 Produits et systèmes de
de la qualité et évaluation de la conformité. protection et de réparation des structures en
Partie 10 : application sur site des produits et béton. Méthodes d’essai. Partie 4 : détermi-
systèmes et contrôle de la qualité des travaux. nation du retrait et du gonflement. Bruxelles,
Bruxelles, NBN, 2004. NBN, 2002.

23. Bureau de normalisation 33. Bureau de normalisation


NBN EN 1542 Produits et systèmes pour la pro- NBN EN 12696 Protection cathodique de
tection et la réparation des structures en béton. l’acier dans le béton. Bruxelles, NBN, 2000.
Méthodes d’essais. Mesurage de l’adhérence
par traction directe. Bruxelles, NBN, 1999. 34. Bureau de normalisation
NBN EN 13036-4 Caractéristiques de surface
24. Bureau de normalisation des routes et aéroports. Méthodes d’essai.
NBN EN 1766 Produits et systèmes pour la Partie 4 : méthode de mesurage de l’adhérence
protection et la réparation des structures en d’une surface. Essai au pendule. Bruxelles,
béton. Méthodes d’essais. Bétons de référence NBN, 2003.
pour essais. Bruxelles, NBN, 2000.
35. Bureau de normalisation
25. Bureau de normalisation NBN EN 13057 Produits et systèmes pour
NBN EN 1770 Produits et systèmes pour la la protection et la réparation des structures
protection et la réparation des structures en en béton. Méthodes d’essai. Détermination
béton. Méthodes d’essais. Détermination du de l’absorption capillaire. Bruxelles, NBN,
coefficient de dilatation thermique. Bruxelles, 2002.
NBN, 1998.
36. Bureau de normalisation
26. Bureau de normalisation NBN EN 13295 Produits et systèmes de
NBN EN 1992-1-1 Eurocode 2 : calcul des protection et de réparation des structures en
structures en béton. Partie 1-1 : règles géné- béton. Méthodes d’essai. Détermination de la
rales et règles pour les bâtiments. Bruxelles, résistance à la carbonatation. Bruxelles, NBN,
NBN, 2005. 2004.

61 NIT 231 – Septembre 2007


37. Bureau de normalisation 46. Bureau de normalisation
NBN EN 13412 Produits et systèmes pour la NBN EN ISO 12944-4 Peintures et vernis. An-
protection et la réparation des structures en ticorrosion des structures en acier par systèmes
béton. Méthodes d’essai. Détermination du de peinture. Partie 4 : types de surface et de
module d’élasticité en compression. Bruxelles, préparation de surfaces (ISO 12944-4:1998).
NBN, 2006. Bruxelles, NBN, 1998.

38. Bureau de normalisation 47. Bureau de normalisation


NBN EN 13687-1 Produits et systèmes pour NBN CEN/TS 14038-1 Réalcalinisation élec-
la protection et la réparation des structures en trochimique et traitements d’extraction des
béton. Méthodes d’essai. Détermination de la chlorures applicables au béton armé. Partie 1 :
compatibilité thermique. Partie 1 : cycles de réalcalinisation. Bruxelles, NBN, 2005.
gel-dégel avec immersion dans des sels dégla-
çants. Bruxelles, NBN, 2002. 48. Centre national de recherche scientifique et
technique pour l’industrie cimentière
39. Bureau de normalisation PTV 501 Produits de cure. Bruxelles, CRIC,
NBN EN 13687-2 Produits et systèmes pour Prescriptions techniques – Technische
����������������
Voor-
la protection et la réparation des structures en schriften���������������
, n° 501, 2003.
béton. Méthodes d’essai. Détermination de
la compatibilité thermique. Partie 2 : cycles 49. Centre scientifique et technique de la construc-
d’averses d’orage (choc thermique). Bruxelles, tion
NBN, 2002. Fiches explicatives des normes relatives au
béton, au mortier et aux granulats. Bruxelles,
40. Bureau de normalisation CSTC, site Internet www.normes.be, s.d.
NBN EN 13687-4 Produits et systèmes pour
la protection et la réparation des structures en 50. ��������������������������������������������
Civieltechnisch Centrum Uitvoering Research
béton. Méthodes d’essai. Détermination de la en Regelgeving - Betonvereniging
compatibilité thermique. Partie 4 : cycles ther- Duurzaamheid en onderhoud van betonconstruc-
miques à sec. Bruxelles, NBN, 2002. ties. Gouda, CUR-Publicatie, n° 172, 1998.

41. Bureau de normalisation 51. Collepardi M.


NBN EN 13791 Evaluation de la résistance à la A state-of-the-art review on delayed ettringite
compression du béton en place dans les struc- attack on concrete. Amsterdam, Elsevier Ltd,
tures et les éléments préfabriqués. Bruxelles, Cement and Concrete Composites, volume 25,
NBN, 2007. n° 4-5, 2003.

42. Bureau de normalisation 52. Comité euro-international du béton


NBN EN 14487-1 Béton projeté. Partie 1 : défi- Diagnosis and assessment of concrete struc-
nitions, spécifications et conformité. Bruxelles, tures. State of the art report. Lausanne, CEB,
NBN, 2006. Bulletin n° 192, 1989.

43. Bureau de normalisation 53. Comité euro-international du béton


NBN EN 14487-2 Béton projeté. Partie 2 : Durable �����������������������������������
concrete���������������������������
structures. Design guide.
exécution. Bruxelles, NBN, 2007. Lausanne, CEB, Bulletin n° 183, 1992.

44. Bureau de normalisation 54. Comité euro-international du béton


NBN EN 14630 Produits et systèmes pour la pro- Strategies for testing and assessment of con-
tection et la réparation des structures en béton. crete structures. Guidance Report������������
. Lausanne,
Méthodes d’essais. Mesurage de la profondeur CEB, Bulletin n° 243, 1998.
de carbonatation d’un béton armé par la méthode
phénolphtaléine. Bruxelles, NBN, 2007. 55. Comité européen de normalisation
prCEN/TS 14038-2 Electrochemical re-alcali-
45. Bureau de normalisation sation and chloride extraction treatments for
NBN ENV 1504-9 Produits et systèmes pour reinforced concrete. Part 2 : chloride extraction��.
la protection et la réparation de structures en Bruxelles, CEN, 2003.
béton. Définitions, prescriptions, maîtrise de la
qualité et évaluation de la conformité. Partie 9 : 56. De Mets G., Wagneur M.
principes généraux d’utilisation des produits et Le béton dans les constructions usuelles.
systèmes. Bruxelles, NBN, 1997. Pathologie. Analyse. Réparation. Bruxelles,

62 NIT 231 – Septembre 2007


CSTC, Cours-Conférences, n° 55, 1988 (non 68. Loutz S., Dinne K.
disponible). Salissures et altérations des matériaux pier-
reux par les micro-organismes. Bruxelles,
57. Departement Mobiliteit en Openbare werken CSTC‑Magazine, n° 2, 2000.
van de Vlaamse overheid
Article n° 601 concernant le mesurage de la 69. Ministère wallon de l‘Equipement et des Trans-
réparation de béton, ajouté aux cahiers des ports
charges pour les ouvrages d’art. Bruxelles, Cahier des charges type RW 99. Bruxelles,
MOW, 1999. MET, 2004.

58. Dereymaeker J. 70. Ministère wallon de l’Equipement et des Trans-


Herstellen van beton d.m.v. scheurinjecties. ports
Anvers�����������������������������������
, Het Ingenieursblad, n° 1-2, 1996. Circulaire n° MET/576-b-5. Bruxelles, MET,
1990.
59. Desmyter J., Potoms G., Demars P., Jacobs J.
La réaction alcalis-silice. Notions de base et 71. Nairm K.M., Holloway L., Cherry B.,
importance en Belgique. Bruxelles, CSTC- Forsyth M.
Magazine, n° 2, 2001. A review of the performance of surface applied
corrosion inhibitor. Melbourne, Corrosion con-
60. ������������������������������
Deutsches Institut für Normung trol and NDT, 2003.
DIN 4150 Erschütterungen im Bauwesen.
Einwirkungen auf bauliche Anlagen. Teil 3��. 72. Piérard J., Dieryck V.
Berlin, février 1999. Le retrait au jeune âge des bétons spéciaux.
Bruxelles, Les Dossiers du CSTC, n° 2, Ca-
61. De Wit J., Pinchart J. hier 2, 2004.
Peinture. Bruxelles, CSTC, Métré du bâtiment,
Fascicule 30, 1986. 73. Pollet V., Dugniolle E., Vyncke J.
Réalcalinisation des bétons. Etat actuel des
62. ������������������������������������������������
European Cooperation in the field of Scientific connaissances. Bruxelles, CSTC-Magazine,
and Technical Research n° 4, décembre 1999.
Corrosion of steel in reinforced concrete
structures. Final report���������������������
. Bruxelles, COST Ac- 74. Réunion internationale des laboratoires et ex-
tion 521, 2003. perts des matériaux, systèmes de construction
et ouvrages
63. Fédération belge des spécialistes de la répara- Electrochemical techniques for measuring metal-
tion du béton lic corrosion. Test methods for on site measure-
Dégradation du béton. Texte neutre pour cahier ment of resistivity of concrete. Paris, Recom-
des charges concernant la réparation de dégra- mendations of RILEM TC 154-EMC, Materials
dations mécaniques et/ou de béton carbonaté. and Structures, vol. 33, n° 234, 2000.
Bruxelles, FEREB, 2004.
75. Réunion internationale des laboratoires et ex-
64. Fédération internationale du béton perts des matériaux, systèmes de construction
Externally bonded FRP reinforcement for RC et ouvrages
structures. Technical report�����������������
. Lausanne, FIB, Measurement of hardened concrete carbonation
Bulletin 14, 2001. depth. Londres, Recommendation CPC-18, Ma-
terials and Structures, vol. 21, n° 126, 1988.
65. Groupement belge du béton, Fonds de forma-
tion professionnelle de la construction 76. Réunion internationale des laboratoires et ex-
Technologie du béton. Bruxelles, GBB- perts des matériaux, systèmes de construction
FFC,1994. et ouvrages
Testing and modelling chloride penetration in
66. Groupement belge du béton concrete. Analysis of total chloride content in
Cours de technologie du béton. Bruxelles, concrete. Paris, Recommendation TC 178‑TMC,
GBB, 2005. Materials and Structures, vol. 35, n° 253, 2002.

67. Jacobs J., Pollet V., Vyncke J. 77. Union belge pour l’agrément technique dans la
Stratégies d’essai et d’évaluation des structures construction
en béton. Bruxelles, CSTC-Magazine, n° 4, Armatures collées. Bruxelles, UBAtc, Guide
1998. d’agrément et de certification, G0026, 2004.

63 NIT 231 – Septembre 2007


78. Union belge pour l’agrément technique dans la l’air. Bruxelles, UBAtc, Guide d’agrément et
construction de certification, G0016, 2000.
Mortiers de réparation à base de liants hydrau-
liques. Bruxelles, UBAtc, Guide d’agrément 80. Wagneur M.
et de certification, G0007 (remplacé par les Guide pratique pour l’entretien des bâtiments.
PTV 563), 2002. Bruxelles, CNC-FAB-SECO-CSTC, 1991.

79. Union belge pour l’agrément technique dans la 81. Wagneur M.


construction Revêtements extérieurs en béton coulé ‘in situ’ :
Protection cathodique par courant imposé des cas de dégradation superficielle. Bruxelles,
armatures passives de béton armé exposé à CSTC-Magazine, n° 3, 1997.

Sites Internet
• du CSTC : www.cstc.be
• de l’Antenne Normes ‘Béton - Mortiers - Granulats’ : www.normes.be
• de la Fédération belge des spécialistes de la réparation du béton : www.fereb.be
• du Bureau de normalisation : www.nbn.be
• du Belgian Construction Certification Association : www.bcca.be
• du Centre national de recherche scientifique et technique pour l’industrie cimentière : www.cric.be
• du ministère wallon de l’Equipement et des Transports : http://met.wallonie.be

Editeur responsable : Carlo De Pauw


CSTC, rue du Lombard 42
1000 Bruxelles

Imprimerie : Claes Printing SA

64 NIT 231 – Septembre 2007


B r u XE L L E S
Siège social
Rue du Lombard 42
B-1000 Bruxelles
e-mail : info@bbri.be
Direction générale
 02/502 66 90
 02/502 81 80

Z a v e n t e m
Bureaux
Lozenberg n° 7
B-1932 Sint-Stevens-Woluwe
(Zaventem)
 02/716 42 11
 02/725 32 12

Avis techniques - Communication - Qualité


Informatique appliquée construction
Techniques de planification
Développement & Valorisation

Publications
 02/529 81 00
 02/529 81 10

L im e l e t t e
Station expérimentale
Avenue Pierre Holoffe 21
B-1342 Limelette
 02/655 77 11
 02/653 07 29

Recherche & Innovation


Laboratoires
Formation
Documentation
Bibliothèque

Centres d'intérêt liés