Vous êtes sur la page 1sur 59

LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

Rym Ayadiet al.

OFCE | Revue de l'OFCE

2002/5 - n° 83 bis
pages 325 à 382

ISSN 1265-9576

Article disponible en ligne à l'adresse:


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.cairn.info/revue-de-l-ofce-2002-5-page-325.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Pour citer cet article :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ayadi Rym et al.,« Les restructurations bancaires en Europe »,
Revue de l'OFCE, 2002/5 n° 83 bis, p. 325-382. DOI : 10.3917/reof.074.0325
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour OFCE.


© OFCE. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des
conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre
établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que
ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en
France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES
EN EUROPE
Rym Ayadi
Doctorante en économie à l’Université Paris IX et Research Fellow au CEPS (Bruxelles)
Pascal de Lima
Doctorant en économie à l’Institut d’études politiques de Paris (OFCE) et consultant banque et finance
chez Cap Gemini Ernst & Young
Georges Pujals
Doctorant en économie à l’Institut d’études politiques de Paris (FAST) et stagiaire à l’OFCE
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Depuis le début des années 1990, le secteur bancaire européen a été le témoin
de profondes restructurations, prenant la forme notamment d’une vague sans
précédent d’opérations de fusions-acquisitions, dont les principales caractéristiques
ont été : l’émergence de mastodontes bancaires à l’échelle nationale, le dévelop-
pement d’opérations de type paneuropéennes et la constitution de vastes
conglomérats financiers européens. La déréglementation des activités bancaires, la
globalisation financière, les innovations technologiques, l’impératif de création de valeur
actionnariale et l’introduction de la monnaie unique sont quelques uns des principaux
facteurs explicatifs du processus actuel de consolidation bancaire en Europe. Malgré
une pause conjoncturelle en 2001, le phénomène en cours apparaît, à plus d’un
titre, inévitable. Toutefois, jusqu’à présent, les fusions sont loin d’avoir prouvé leur
efficacité économique. En effet, selon certaines études récentes, il semble que moins
d’une fusion sur deux soit créatrice de valeur pour l’actionnaire. Dès lors, on peut
s’interroger sur la rationalité économique de telles opérations ainsi que sur leurs
réelles motivations. Cette question est d’autant plus cruciale que les restructurations
bancaires semblent, en revanche, contribuer à l’augmentation des coûts sociaux
collectifs. Le processus récent de consolidation du secteur bancaire européen, en
poussant à l’homogénéisation des comportements bancaires, amène également à
poser la question de l’émergence d’un modèle dominant de banque en Europe vers
lequel la plupart des groupes bancaires et financiers s’orienteraient, et dont on
pourrait dès à présent identifier les principales caractéristiques. Il semble néanmoins
qu’il n’y ait pas aujourd’hui de norme et/ou règle stratégique unique permettant de
garantir la réussite d’une banque en ce début de XXIe siècle. La seule certitude est
que l’objectif de satisfaction de la clientèle et la logique de maximisation de la valeur
actionnariale demeureront le socle et le point cible de toute opportunité et action
stratégique à venir. En outre, alors que l’on s’achemine à moyen terme vers une

* Les auteurs tiennent à remercier vivement Messieurs Yves Burger (Standard & Poor’s),
Jean-Paul Betbèze (Crédit Lyonnais), Arnaud Blandin (Accenture), Christian de Boissieu
(Université Paris 1 / COE) et Rémy Contamin (CNCA) pour leurs remarques et commentaires.
Néanmoins, les auteurs demeurent seuls responsables du contenu de cet article.
Mars 2002

Hors série
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

accélération des opérations transfrontalières mais aussi inter-sectorielles, il paraît


prioritaire de repenser le rôle des autorités de supervision prudentielle au sein de
l’Union européenne. Pour assurer la sécurité bancaire et financière en Europe, il n’est
en effet pas d’alternative à une véritable réforme structurelle des dispositifs pruden-
tiels. A la subsidiarité aménagée et à la coopération multilatérale qui caractérisent
la situation actuelle, nous proposons la combinaison de la centralisation géographique
et du décloisonnement institutionnel.

A u cours de la décennie 1990, une part croissante des opéra-


tions de restructurations 1 a touché directement le secteur des
services bancaires et financiers. Ce dernier accusait un certain
retard par rapport aux autres secteurs de l’économie en raison
notamment de réglementations nationales très restrictives. En 2000, près
de 20 % du volume des opérations de fusions-acquisitions dans le monde
concernent ce secteur, ce qui en fait l’un des secteurs les plus actifs
avec celui des technologies-médias-télécommunications (TMT).
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Après une période d’intense concentration à l’échelle nationale
depuis le milieu des années 1990, le secteur bancaire européen serait
actuellement au début d’une seconde phase, caractérisée par une
accélération des opérations de fusions-acquisitions paneuropéennes
(c’est-à-dire impliquant des groupes bancaires et/ou financiers d’États
membres de l’Union européenne), qui conduira à l’émergence de
quelques groupes bancaires transfrontaliers leaders à l’échelle de la zone.
Malgré une pause assez nette en 2001, le processus de consolidation
bancaire en Europe devrait donc se poursuivre. En effet, ses principaux
facteurs explicatifs demeurent : déréglementations, innovations techno-
logiques, recherche de la création de valeur, conquête de parts de
marché, réduction des surcapacités… En outre, trois autres facteurs
contribueront à amplifier le phénomène dans les tous prochains mois.
Tout d’abord, le dégonflement de la bulle financière a ramené les
valorisations du secteur bancaire européen à des niveaux plus attractifs.
D’après les estimations 2002 de Crédit Lyonnais Securities Europe, le
ratio cours / bénéfice net (PER) moyen des banques européennes serait
actuellement autour de 11,1 et le ratio cours / actif net (P/B) moyen
de 1,8. Ces chiffres sont à comparer à un PER de 13,5 et à un P/B
de 2,3 constatés, en moyenne, sur une vingtaine d’opérations majeures
de fusions-acquisitions réalisées ces trois dernières années en Europe.
Ensuite, la dégradation marquée des comptes publiés en 2001, consé-
cutive au ralentissement de l’activité économique mondiale et à la
1. Les opérations de restructurations dans le secteur bancaire peuvent prendre des formes
variées. Les formes les plus fréquentes sont les fusions-acquisitions, mais il existe aussi d’autres
options stratégiques possibles, comme par exemple les alliances stratégiques (BNP et Dresdner
Bank) et les participations croisées (BSCH et Société Générale). Dans le cadre de cet article,
nous nous intéresserons plus particulièrement aux fusions-acquisitions contemporaines.

326
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

montée des risques (provisions), amènera les établissements bancaires


à considérer la politique de croissance externe comme un levier straté-
gique à privilégier pour retrouver rapidement un niveau élevé de
rentabilité. Enfin, si jusque-là les fusions bancaires paneuropéennes
semblent avoir été freinées par un certain nombre d’obstacles culturels,
juridiques, réglementaires ou politiques, l’entrée en circulation de l’euro
fiduciaire constituera un catalyseur aux opérations entre pays de
l’Union.

Alors que l’Europe bancaire est donc a un tournant de son histoire,


cet article s’attache non seulement à dresser un état des lieux d’une
décennie de restructurations bancaires en Europe, mais aussi à tracer
quelques perspectives et définir les principaux enjeux pour l’avenir du
secteur bancaire européen.

La première section présente brièvement les principales caractéris-


tiques du processus actuel de consolidation bancaire en Europe. Nous
proposons ensuite un recensement détaillé des principaux facteurs
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
explicatifs du processus en cours en insistant tout particulièrement sur
l’objectif de création de valeur actionnariale. Un bilan financier, écono-
mique et social des restructurations bancaires récentes est dressé dans
la troisième section. Enfin, la dernière section trace quelques perspec-
tives et enjeux pour l’avenir du secteur bancaire européen. En
particulier, nous tenterons de répondre aux deux questions suivantes :
Se dirige-t-on vers un modèle dominant de banque en Europe ? Quelle
réforme pour la supervision prudentielle des activités bancaires en
Europe ?

Les principales caractéristiques du processus


de consolidation bancaire au sein de l’UE
Les fusions-acquisitions : un phénomène mondial
et multi-sectoriel
Un phénomène récurrent présentant quelques spécificités...
Aujourd’hui, le mouvement de fusions-acquisitions touche non
seulement les principaux pays développés mais également la plupart des
économies émergentes (Levasseur, 2002).
327
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Bien que le phénomène actuel nous semble inédit, il faut se rappeler


que d’importantes vagues de consolidation se sont déjà produites par
le passé. Depuis le début de l’industrialisation, le monde a ainsi connu
quatre périodes de ce type : a) 1897-1904, b) 1916-1929, c) 1965-1969
et d) 1984-1989. Dès lors, la vague actuelle de fusions-acquisitions ne
constituerait que la cinquième en un peu plus d’un siècle.
Le processus en cours semble avoir connu deux accélérations
notables depuis le début des années 1990 : la première entre 1994 et
1995 et la seconde, plus forte, depuis 1997 (graphique 1).Toutefois, dans
le mouvement actuel, ce n’est pas le nombre des fusions-acquisitions
qui lui donne toute son ampleur mais plutôt la valeur totale des trans-
actions, sans commune mesure avec celle observée par le passé.
D’après les données fournies par Thomson Financial, les fusions-
acquisitions se montent à près de 3 500 milliards de dollars en 2000
(répartis sur 37 000 transactions), contre moins de 500 milliards de
dollars au début des années 1990. Ainsi, la valeur totale des opérations
de fusions-acquisitions aurait été multipliée par sept en l’espace d’une
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
décennie. En revanche, en 2001, les opérations de fusions-acquisitions
dans le monde semblent avoir marqué le pas. Il s’agit davantage d’une
pause liée à des éléments conjoncturels que d’un véritable retour-
nement de tendance.
Un autre trait distinctif des fusions des années 1990 réside dans le
fait qu’elles ont touché, avec plus ou moins de rapidité et d’envergure,

1. Montants des transactions de fusions-acquisitions dans le monde


Milliards de dollars
4000

3500

3000

2500

2000

1500

1000

500

0
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000

Sources : SDC-M&A (2001).

328
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

tous les secteurs d’activité économique : technologies-médias-télécom-


munications (TMT), secteur financier (banques, assurances et entreprises
d’investissement), énergie, industries… Cependant, depuis 1999, deux
secteurs se distinguent tout particulièrement : les TMT et le secteur
des services financiers (graphique 2). Actuellement, près de 60 % des
opérations de fusions réalisées dans le monde concernent ces deux
secteurs.
Les fusions-acquisitions contemporaines n’ont plus pour seul motif
stratégique la diversification inter-sectorielle de type conglomérale.
L’objectif prioritaire consiste désormais à renforcer la compétitivité des
entreprises dans leur métier de base (« core business »). Il s’agit de
stratégies de recentrage d’activités.

2. Répartition des transactions de fusions-acquisitions


par secteur économique en 2000
Milliards de dollars
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
600

500

400

300

200

100

0
Immobilier Pharmacie/ Grande Industrie Energie Financier TMT
chimie distribution

Sources : SDC-M&A (2001).

… et qui touche plus particulièrement le secteur financier européen


Le nombre des opérations de fusions-acquisitions dans le secteur
financier européen a connu une évolution contrastée, sans véritable
tendance depuis 1992 (graphique 3). Après avoir fortement chuté en
1993 pour des raisons conjoncturelles (récession économique dans
l’Union européenne), le nombre des opérations est resté inférieur à celui
de 1992 jusqu’en 1997. C’est seulement à partir de 1998-1999 que l’on
a assisté à une véritable reprise qui s’est poursuivie jusqu’en 2000.
329
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

3. Évolution du nombre de fusions-acquisitions au sein de l'Union européenne


Nombre des opérations, 1991 = 100
140

130

120

110 Tous secteurs

100

90 Services financiers

80

70
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999

Sources : SDC-M&A (2000).

Au premier semestre 2001, malgré une conjoncture économique et


boursière particulièrement défavorable, le secteur des services finan-
ciers a néanmoins été l’un des plus actifs dans le domaine des
fusions-acquisitions en Europe. Ainsi, près de 200 milliards de dollars
de transactions ont été annoncées au second trimestre 2001 contre
174 milliards de dollars un an plus tôt. En outre, au premier semestre
2001, pour la première fois de son histoire le secteur financier européen
est parvenu à classer deux de ses principales opérations dans le
« top 10 » des fusions-acquisitions en Europe : Allianz-Dresdner (n° 2
pour un montant de 20,6 milliards de dollars) et Halifax-Bank of
Scotland (n° 5 pour un montant de 14,9 milliards de dollars).
Alors qu’une proportion croissante des opérations de fusions-acqui-
sitions européennes concerne aujourd’hui le secteur des services
bancaires et financiers, il est utile de rappeler que celui-ci accusait un
certain retard par rapport aux autre industries (aéronautique, électro-
nique, automobile, chimie, pétrole…). Ce retard s’explique par
l’existence d’un grand nombre de réglementations nationales qui visaient
initialement à protéger les secteurs bancaires nationaux. Ces régle-
mentations, récemment et progressivement assouplies, ont longtemps
constitué des freins aux restructurations bancaires.

330
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

Le processus de consolidation bancaire au sein de


l’Union européenne
Le processus récent de consolidation du secteur bancaire européen
présente quatre caractéristiques majeures : une accélération des opéra-
tions de fusions-acquisitions à partir de 1996, l’émergence depuis 1999
de mastodontes bancaires à l’échelle nationale, le développement des
opérations de type paneuropéennes et la constitution de conglomérats
financiers européens.

Une accélération des fusions-acquisitions à partir de 1996


Pendant la période 1994-2000 nous avons recensé un total de
151 opérations de fusions-acquisitions entre banques européennes 2. La
ventilation par année du nombre d’opérations semble conforter l’idée
d’un renforcement de la tendance à partir de 1996, avec un léger fléchis-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
sement en 1999 puis 2000. L’année 2001 marque cependant une pause
assez nette dans la tendance jusqu’alors observée. En effet, seules sept
opérations de fusions-acquisitions ont eu lieu en Europe au cours du
premier semestre de l’année 2001, contre douze un an plus tôt
(graphique 4).

4. Répartition du nombre des fusions-acquisitions bancaires


Nombre
30

25 Total

20

15 F&A nationales

10

F&A paneuropéennes

0
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000

Sources :Thomson Financial Securities, SDC-M&A (2001).

2 Cf. Annexe 1 : Méthodologie et Annexe 2 : Liste des principales opérations de fusions-


acquisitions bancaires au sein de l’Union européenne depuis 1995.

331
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

La valeur totale des fusions-acquisitions au cours de la période 1994-


2000 s’élève à 262 milliards d’euros. La progression s’est accélérée à
partir de 1996 pour atteindre son point culminant en 2000.
Contrairement à leur nombre, la valeur totale des fusions-acquisitions
a continûment augmenté sur l’ensemble de la période (graphique 5).

5. Répartition de la valeur des fusions-acquisitions bancaires


Milliards d'euros
100

90

Total
80

70

60

50 F&A nationales

40
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
30

20 F&A paneuropéennes

10

0
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000

Source :Thomson Financial Securities, SDC M&A (2001).

L’émergence depuis 1999 de mastodontes bancaires à l’échelle


nationale
Le montant moyen des opérations (montant total des opérations /
nombre des opérations) a suivi une tendance croissante pendant la
quasi-totalité de la période. Cette tendance s’accélère très nettement
en 1999 puis 2000 (graphique 6). Ainsi, la maturité des différents
secteurs bancaires nationaux serait en voie d’être atteinte, dans la
mesure où les opérations actuelles mettent en jeu des montants de
plus en plus élevés et impliquent des institutions bancaires de plus
grandes dimensions. Dans la pratique, cela s’est manifesté ces dernières
années par l’émergence de mastodontes bancaires nationaux dans la
plupart des pays de l’Union européenne (BNP Paribas, BSCH, BBVA,
IntensaBCI, RBoS Group, Unicredito...).
Toutefois la hausse constatée du montant moyen des opérations en
1999 puis 2000 est-elle la conséquence de quelques opérations ciblées
de grande envergure, parmi d’autres plus petites, ou bien la conséquence
d’un ensemble d’opérations de grande envergure.
332
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

Dans le premier cas, nous assisterions alors à une recomposition


ponctuelle du secteur à laquelle seules les banques européennes de
grandes dimensions prendraient part. Dans le second cas, cela traduirait
un changement profond et durable de la structure de marché du secteur
bancaire européen, puisque c’est l’ensemble des banques européennes
qui seraient engagées dans le processus de consolidation. Cette dernière
interprétation serait à privilégier si nous obtenions une déformation
(vers la droite) de la distribution des fusions-acquisitions bancaires en
Europe 3 au cours du temps.

L’analyse des distributions par période (graphique 7) montre que le


processus de consolidation bancaire au sein de l’Union européenne a
connu deux étapes successives entre 1994 et 2000. La première étape,
qui s’est achevée en 1998, a été marquée par une nette domination
des opérations de faibles dimensions 4 (près de 60 % du total des opéra-
tions). En revanche, à partir de 1999, un changement profond est
intervenu et une seconde étape s’est alors engagée. En effet, sur la
période 1999-2000, plus de 85 % des opérations ont été d’un montant
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
supérieur à un milliard d’euros. Dés lors, le mouvement de restructu-
ration bancaire européen a changé de dimension.

6. Répartition de la valeur moyenne des fusions-acquisitions bancaires


Milliards d'euros
10

8 F&A nationales

7
Total
6
5
4

3
2

1
F&A paneuropéennes
0
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
Source :Thomson Financial Securities, SDC M&A (2001).

3. Afin d'analyser le processus de concentration du secteur bancaire européen au cours du


temps, nous avons représenté successivement la distribution de l'ensemble des opérations par
année puis par sous-période en considérant les intervalles de montant suivants : moins de 100
millions, 100 à 500, 500 à 1000, 1000 à 2 000, 2 000 à 5 000, 5 000 à 10 000, 10 000 et plus.
4. Le critère de la dimension dépend du montant de l’opération.

333
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

7a. Déformation de la distribution des fusions-acquisitions bancaires


par année

Année 1994 Année 1995


En % En %
60 45

40
50
35
40 30

25
30
20
20 15

10
10
5
0 0
100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et + 100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et +

Année 1996 Année 1997


En % En %
40 30

35
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

25

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
30
20
25

20 15

15
10
10
5
5

0 0
100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et + 100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et +

Année 1998 Année 1999


En % En %
45 25
40
35 20

30
15
25
20
10
15
10
5
5
0 0
100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et + 100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et +

Année 2000
En %
35

30

25

20

15

10

0
100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et +

334
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

7b. Déformation de la distribution des fusions-acquisitions bancaires


par période

Période 1994-2000
En %
35

30

25

20

15

10

0
100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et +
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Période 1994-1998
En %
40

35

30

25

20

15

10

0
100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et +

Période 1999-2000
En %
25

20

15

10

0
100 500 1000 2000 5000 10000 10000 et +

335
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Ces chiffres montrent donc un déplacement progressif du


mouvement de concentration bancaire vers des opérations de grandes
dimensions entre 1994 et 2000. L’ensemble des banques européennes,
quelles que soient leurs dimensions, ont successivement participé au
processus de consolidation du paysage bancaire européen, modifiant
ainsi la nature même du processus. L’idée selon laquelle la consolidation
du secteur bancaire serait structurelle, profonde et durable est par
conséquent validée. La dynamique interne au mouvement actuel de
consolidation nous laisse d’ailleurs entrevoir la poursuite de la tendance
vers la formation de mastodontes bancaires, tant à l’échelle nationale
que paneuropéenne.

Le développement d’opérations paneuropéennes


Si les opérations nationales constituaient la grande majorité des
opérations de fusions-acquisitions jusqu’en 1999 (87 % contre 13 % en
nombre, et 90 % contre 10 % en valeur, pendant la période 1994-1999),
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
elles ne représentent plus que 58 % en nombre et 70 % en valeur en
2000 (graphiques 8 et 9). La création de l’Union monétaire en 1999 a
fortement contribué à l’inversion de cette tendance en faveur des
opérations paneuropéennes.

8. Répartition géographique de la valeur des fusions-acquisitions bancaires


En %

120%

100%

80% F&A nationales

60%

40%

20% F&A paneuropéenne


F&A paneuropéennes

0%
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
Source :Thomson Financial Securities, SDC M&A (2001).

336
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

9. Répartition géographique du nombre des fusions-acquisitions bancaires


En %
100%
90%
80%
F&A nationales
70%
60%
50%
40%
30% F&A paneuropéennes
20%
10%
0%
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Source :Thomson Financial Securities, SDC M&A (2001).

Néanmoins, ces chiffres doivent être nuancés. En effet, entre 1994


et 2000 les opérations paneuropéennes n’ont représenté que 31 % de
l’ensemble des opérations transnationales, ce qui signifie que la plupart
des transactions non nationales ont pour principales cibles des établis-
sements appartenant à d’autres zones géographiques que l’Union
européenne. Il s’agit principalement des États-Unis, de l’Europe de l’Est
ou centrale et de l’Amérique latine.
Le Bénélux et les pays scandinaves ont été les pays les plus actifs
dans les opérations paneuropéennes, en tant qu’acquéreur mais aussi
en tant que cible. Il semble que le fait de disposer d’un marché national
de petite taille, et par conséquent rapidement saturé, ait obligé les
principaux acteurs bancaires de ces pays a développer, plus rapidement
qu’ailleurs, leur activité hors du champ strictement national. Cependant,
à ce jour, nous n’avons pas encore assisté à des opérations de fusions
paneuropéennes de grande envergure impliquant des institutions
bancaires de tout premier plan en Europe.

La constitution de conglomérats financiers européens


En Europe, la plupart des opérations de fusions-acquisitions impli-
quent des groupes appartenant au même secteur d’activité. Bien que
les contraintes réglementaires se soient assouplies, notamment depuis
la Directive sur les services d’investissements (DSI) de 1996, les opéra-
tions intra sectorielles restent encore prédominantes (près de 67 % de
l’ensemble des opérations) (tableau 1).
337
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

1. Répartition des opérations de fusions-acquisitions bancaires par secteurs


et par zones géographiques (1999)

Nationales Transfrontalières Total


Entre banques 320 11 331
66,60 %
Entre secteurs 94 72 166
33,40 %
Total 414 83 497
100 %
Source : Comité de supervison bancaire de la BCE (2000).

On observe cependant, depuis quelques années, une hausse signifi-


cative des fusions-acquisitions avec d’autres secteurs d’activité, en
particulier celui des assurances (tableau 2). De nombreux acteurs
bancaires cherchent ainsi à développer de nouvelles sources de revenus
et élargir la gamme de leur offre via le développement des activités
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
d’assurances, mais également de gestion d’actifs. En 2000 et 2001, de
nombreuses fusions ont eu lieu entre groupes bancaires et assureurs.
Parmi les plus significatives, il convient de signaler Fortis avec ASR en
Belgique, Sampo avec Léonia en Finlande, mais surtout l’acquisition en
2001 de la Dresdner Bank par l’assureur allemand Allianz. Cette
dernière opération a d’ailleurs remis au goût du jour le concept de
« bancassurance » en Europe.

2. Répartition des origines sectorielles des cibles et des acquéreurs en 1999


En milliards de dollars et en %

Acquéreur Banques Entreprises Compagnies Total


Cible d'investissements d'assurances
Banques 89 9 20 118
36,03 % 3,64 % 8,10 % 47,77 %
Entreprises 23 19 24 66
d'investissements 9,31 % 7,69 % 9,72 % 26,72 %
Compagnies 11 6 46 63
d'assurances 4,45 % 2,43 % 18,62 % 25,51 %
Total 123 34 90 247
49,80 % 13,77 % 36,44 % 100 %
Source : DeLong, Smith & Walter - Securities Data Company (2000).

338
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

Les facteurs explicatifs de la consolidation


bancaire
Les facteurs susceptibles d’influencer le processus de consolidation
du secteur bancaire européen sont très divers et demeurent sujet à de
vives controverses. Il est donc apparu opportun de réaliser un panorama
détaillé des motivations les plus fréquemment citées dans la littérature
d’économie bancaire.

Des motivations diverses, mais néanmoins convergentes


Les facteurs à l’origine de la vague récente de consolidation dans
le secteur bancaire européen sont en général les mêmes que ceux que
l’on peut observer dans la plupart des autres industries. Le mouvement
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
de restructurations actuel est la conséquence de l’interaction de deux
ensembles de forces — motivations propres aux entreprises (en parti-
culier la création de valeur) et environnement économique en constante
évolution (déréglementations, globalisation financière, et nouvelles
technologies) — qui ont incité les établissements bancaires à s’adapter
afin de demeurer compétitifs.

Le rôle « moteur » de l’environnement


La déréglementation des activités bancaires, les privatisations, le
processus de désintermédiation, la globalisation financière et l’inté-
gration croissante des marchés de capitaux ainsi que la mise en place
de l’euro constituent quelques uns des principaux facteurs dits
« externes » ayant contribué à l’accélération récente de la consolidation
bancaire au sein de l’Union européenne. En outre, les innovations
technologiques récentes engendrent des frais fixes très élevés qui ne
peuvent être rentabilisés que sur des volumes importants d’activité. Ces
divers facteurs ont réduit les barrières à l’entrée (géographiques et
fonctionnelles), ouvert le marché à de nouveaux intervenants et inten-
sifié la concurrence. Dès lors, les établissements bancaires sont incités
à accroître leur champ d’action afin de compenser l’érosion de leurs
marges et demeurer compétitifs.
Deux autres facteurs externes ont également influencé le processus
en cours. D’une part, la nécessité de répondre aux besoins de la clientèle
corporate a constitué un facteur important de modification (à la hausse)
de l’échelle de production. D’autre part, la conjoncture économique
européenne à la fin de la décennie 1990, caractérisée par une forte
339
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

croissance et des taux d’intérêt relativement bas, a été très favorable


aux marchés boursiers, générant ainsi des opportunités et des capacités
d’acquisitions 5 nombreuses dans le secteur bancaire européen. Comme
le note de Perthuis (2000), il apparaît que « sur très longue période,
l’activité de fusions-acquisitions ne se développe pas de façon linéaire.
Des poussées de fièvre apparaissent périodiquement, sous forme de
vagues pluriannuelles qui ont généralement accompagné des cycles de
forte croissance économique et de prospérité boursière ».

La création de valeur actionnariale


Outre la réduction des surcapacités bancaires 6, les motivations
d’ordre économiques tendent à justifier les restructurations bancaires
par l’objectif de la création de valeur. En effet, le renforcement du rôle
des actionnaires, l’importance croissante des investisseurs institutionnels
dans les fonds propres des banques (fonds de pension, fonds mutua-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
listes…) et la pression des marchés financiers ont incité les dirigeants
des grandes banques internationales à orienter leurs objectifs de gestion
vers celui de la maximisation de la valeur actionnariale. La création de
valeur est aujourd’hui considérée comme la principale motivation du
processus actuel de restructuration bancaire.

L’argument classique selon lequel les fusions-acquisitions accroissent


la valeur actionnariale, par effet de synergies, repose sur l’idée que la
valeur anticipée de l’entité créée par la fusion de deux groupes excède,
en terme de création potentielle de richesse, la somme des valeurs
respectives de chacun des deux groupes. En quelque sorte 1+1 = 3.
Les synergies peuvent résulter de la vente croisée de produits (cross-
selling), d’une augmentation des économies d’échelle, de la suppression
de postes ou d’entités fonctionnelles faisant double emploi.

Les opérations de fusions-acquisitions dans le secteur bancaire


peuvent, en théorie, permettre de créer de la valeur, soit par l’obtention
d’un gain en termes de pouvoir de marché, soit par l’obtention d’un
gain en termes d’efficience.

5. En raison de la montée très rapide des opérations de fusions-acquisitions intégralement


financées par échange de titres (OPE), l’inflation boursière accroît le « pouvoir d’achat » des
acquéreurs potentiels. En 1998, près de deux opérations sur trois ont été financées par échange
de titres contre seulement 10 % en 1995.
6. On parle de surcapacités lorsque l’offre est supérieure à la demande dans un secteur
donné (Rosa, 2001). Bien que la demande de services financiers ait crû très nettement ces deux
dernières décennies, elle n’a pas toujours suivi l’évolution de l’offre : ainsi, des surcapacités sont
apparues dans un nombre croissant de segments d’activité. Les surcapacités, en réduisant les
prix et les marges, incitent les banques à rechercher des volumes accrus et donc des parts de
marchés plus élevées.

340
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

La recherche d’un pouvoir de marché


En principe, le pouvoir de marché se définit comme la capacité à
fixer les prix sur un marché. Il peut résulter, en particulier, d’une position
dominante, voire d’un monopole en termes de parts de marché, au sens
géographique du terme. La littérature économique confirme qu’en
général (Hannan, 1991 ; Berger et alii, 1999), les prix sont positivement
corrélés aux parts de marché locales, mais ne semble pas en mesure
de l’affirmer pour des marchés à caractère international (interbancaire,
grandes entreprises…).

Un gain en terme de pouvoir de marché peut donc s’obtenir via la


fusion de deux institutions concurrentes sur un même marché local.
Ainsi, la création de valeur par l’accroissement d’un pouvoir de marché
semblerait davantage expliquer des opérations de fusions au niveau local
et au sein d’une même activité (surtout la banque de détail), ce qui
apparaît a priori cohérent avec les faits constatés, notamment dans
l’Union européenne, où la plupart des opérations sont à caractère natio-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
nales et intra-sectoriel (Vander Vennet, 1996).

Dans la pratique, les prix sur lesquels peuvent jouer les acteurs
bancaires sont, bien sûr, ceux de l’offre (la banque en tant que
fournisseur) et ceux de la demande (la banque en tant que cliente).
Dans le premier cas, la taille atteinte, via l’opération de fusion, peut
amener à l’obtention d’une part de marché dominante, qui permet à la
banque d’influencer le niveau des prix de ce marché ; soit à la baisse
(par la préemption et/ou la prédation 7) pour évincer du marché les
établissements subsistants et/ou entrants, soit à la hausse en l’absence
de concurrence effective. Dans le second cas, la taille obtenue va lui
permettre de réduire ses coûts de refinancement grâce à plusieurs effets
(effets de réputation, effet de taille, effet de diversification).

Toutefois, un certain nombre d’études récentes (Hannan, 1997 ;


Radecki, 1998) montrent que la corrélation entre niveau de concen-
tration et pouvoir de marché se serait quelque peu distendue au cours
de la décennie 1990. Cette réduction du pouvoir de marché serait
attribuée au décloisonnement croissant des marchés, notamment au
niveau géographique, qui aurait favorisé l’entrée de nouveaux concur-
rents et ainsi diminué le degré de contestabilité du marché des services
bancaires et financiers. En outre, l’apparition de nouveaux canaux de
distribution du type banque par internet (e-banking), en contribuant à
l’affranchissement des limites géographiques, a rendu moins pertinente
la notion de marché local.

7. Dans la préemption, le prix fixé par la banque est inférieur au coût moyen alors que dans
la prédation le prix fixé est inférieur au coût marginal.

341
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

La recherche d’une meilleure efficience


En fusionnant des établissements bancaires, il est également possible
d’obtenir des gains d’efficience par la réduction des coûts (synergies de
coûts), l’accroissement des revenus (synergies de revenus), l’échange des
meilleures pratiques (best practices) et/ou la diversification des risques.

Les synergies de coûts résultent d’une meilleure organisation de la


production bancaire, d’une meilleure échelle de production et de
meilleures combinaisons des facteurs de production. L’objectif est de
tirer profit des complémentarités en matière de coûts, d’économies
d’échelle et d’économie de gamme. Dans la pratique, les synergies de
coûts peuvent provenir de l’intégration des équipes et des plates-formes
informatiques, de la mise en commun des back-offices et des services
généraux, du re-dimensionnement du réseau domestique et/ou inter-
national. La plus ou moins grande flexibilité du marché du travail apparaît
comme un ressort essentiel quant à la réalisation des synergies de
coûts.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Les synergies de revenus proviennent aussi d’une meilleure combi-
naison des facteurs de production. Cependant, il faut y ajouter une
meilleure organisation des activités, qui permet de tirer profit de la
complémentarité des produits en terme de revenus. Dans la pratique,
les synergies de revenus peuvent provenir de l’harmonisation des
gammes de produits, des complémentarités existantes entre les activités,
de la généralisation de l’approche « multi-distribution », dont l’objectif
est bien l’adaptation des canaux de distribution aux différents segments
de clientèles. Les synergies de revenus sont bien plus difficiles à obtenir
que les synergies de coûts, car elles ne dépendent pas seulement des
décisions des dirigeants mais aussi du comportement des clients. À cet
égard, plusieurs études évaluent entre 5 et 10 % le nombre de clients
qui sont susceptibles de quitter la banque après une fusion (Burger,
2001). En conséquence, les fusions-acquisitions de banques en Europe
ont bien souvent un objectif de synergies de coûts très supérieur à
celui des synergies de revenus (tableau 3).

Pour la réalisation de l’objectif d’efficience, deux types de stratégies,


non exclusives, peuvent être distingués.

En premier lieu, la fusion d’établissements au profil d’activité


homogène doit conduire, en théorie, à des économies d’échelle
permettant de réduire les coûts unitaires de production, sous l’effet
simultané d’une hausse du volume d’activité et d’une baisse des coûts
fixes, issue de la mise en commun des fonctions de support (marketing,
informatique, infrastructures physiques, gestion de personnel…).
L’objectif consiste alors à se renforcer dans les métiers où l’avantage
concurrentiel est le plus important.
342
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

3. Quelques exemples de synergies annoncées lors


de fusions-acquisitions récentes

Banques Date Synergies attendues Dont revenus Dont coûts


(en millions d'euros) (en %) (en %)

CDC - Caisses d'Epargne 2001 500 85 15


Allianz - Dresdner 2001 1080 88 12
Halifax- Bank of Scotland 2001 1113 51 49
Dexia - Artesia 2001 200 15 85
HVB - Bank Austria 2000 500 0 100
RBoS - Natwest 2000 2335 17 83
BNP - Paribas 1999 850 18 82
BBV - Argentaria 1999 511 0 100
Intensa - COMIT 1999 1000 50 50
Banco Santander - BCH 1999 630 0 100
Sources : Articles de presse.

En Europe, l’attente vient surtout d’un renforcement dans les


activités de banque de détail (retail banking). Dans ce cadre, la stratégie
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
consiste d’une part à opérer des rapprochements entre banques domes-
tiques, tout en maintenant le réseau d’agences déjà existant, d’autre
part à mettre en œuvre les synergies (de coûts) en amont, c’est-à-dire
au niveau de la gestion des réseaux physiques. La recherche d’éco-
nomies d’échelle peut être illustrée par plusieurs opérations récentes
concernant des banques de détail : BHV en Allemagne, BSCH et BBVA
en Espagne, Crédit Mutuel-CIC en France, Unicredito en Italie et Lloyds
TSB ou RBoS-Natwest au Royaume-Uni.
En second lieu, les fusions d’institutions bancaires présentes sur des
marchés hétérogènes, mais néanmoins complémentaires, permet
d’élargir la clientèle, d’offrir une gamme de services plus diversifiée et
de réaliser des économies de gamme en optimisant les synergies entre
activités fusionnées. L’objectif consiste alors à accroître les revenus,
plutôt que de jouer sur d’éventuelles économies d’échelle permettant
de réduire les coûts.
Cette complémentarité peut s’entendre tout d’abord d’un point de
vue géographique. C’est de ce principe que relève l’intérêt du Crédit
Agricole pour le Crédit Lyonnais, le premier fortement ancré en
province et dans les zones rurales, le second en Ile-de-France et dans
les grandes villes. Mais elle peut également se comprendre au sens d’une
complémentarité en termes de métiers. Dans ce cas, la recherche d’éco-
nomies de gamme s’opère le plus souvent entre banques commerciales
et banques d’investissement, mais aussi entre banques et assurances. En
voici quelques exemples récents : Allianz-Dresdner en Allemagne, BNP-
Paribas et CDC-Caisses d’Epargne en France ou encore SanPaolo-IMI
en Italie. De même, la récente acquisition de Banker Trust par la
Deutsche Bank avait pour objectif l’implantation sur le marché américain
de la banque d’investissement.
343
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Les gains d’efficience s’obtiennent par l’ajustement des quantités


d’inputs et d’outputs de façon à réduire les coûts, accroître les revenus
et/ou réduire les risques afin d’augmenter la valeur ajoutée. Les restruc-
turations peuvent également permettre l’obtention de gains d’efficience
via la réorganisation des équipes (dirigeants et salariés) et/ou la généra-
lisation des meilleures pratiques (best practices). On parle alors
« d’efficience-X » (Leibenstein, 1966). Enfin, au-delà des seules
économies d’échelle et de gamme, l’efficience peut aussi être améliorée
par une plus grande diversification des risques 8 (diversification fonction-
nelle et/ou géographique). Ce dernier aspect est particulièrement
important pour les institutions bancaires.
Dans les faits, la recherche de gains d’efficience n’apparaît pas, tant
au niveau des objectifs affichés qu’au niveau des gains réalisés, comme
une explication suffisante aux fusions-acquisitions constatées (Calomiris
et Karceski, 1998). En outre, la recherche de gains de pouvoir de marché
semble avoir un pouvoir incitatif fort, mais les résultats obtenus ne se
vérifient que partiellement (Rhoades, 1998). Dès lors, il est vraisem-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

blable que d’autres motivations — non économiques — puissent

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
également contribuer à l’explication du phénomène en cours (Deutsche
Bank, 2001a). Des études réalisées aux États-Unis et en Europe donnent
à penser que trois autres facteurs sont susceptibles de jouer un rôle
important : volonté de domination des dirigeants, effet de mimétisme
et/ou réaction défensive.

Rôle des dirigeants, effet de mimétisme et réaction défensive


Lorsque le management et la propriété de l’entreprise sont séparés
(cf. « Relation d’agence » de Jensen et Meckling, 1976), les dirigeants
peuvent poursuivre d’autres objectifs que la seule maximisation de la
valeur actionnariale ou du profit. Au lieu d’enrichir l’actionnaire, un
dirigeant peut en effet préférer servir ses propres intérêts. Il est donc
possible qu’une acquisition soit surtout dictée par la domination, le
prestige et/ou la rémunération qui sont attachés à la gestion d’une firme
plus grande. C’est alors la volonté de puissance des dirigeants qui
s’exprime, et non l’intérêt direct des actionnaires. Il s’agit de la théorie
« managériale » (Berle et Means, 1932 ; Williamson, 1967). Cette
situation est d’autant plus vraisemblable que l’actionnariat est dispersé
et passif.
Les opérations de fusions-acquisitions peuvent également être
déclenchées par effet de mimétisme face aux restructurations initiées

8. Voir l'article de Pierre-Guillaume Méon et Laurent Weill (2001). D'après les auteurs, en
considérant la variable du taux de croissance annuel du PIB réel, les cycles économiques des
différents pays de l'Union européenne ne semblent pas parfaitement corrélés. Dès lors, une
bonne diversification géographique pourrait permettre aux banques européennes de réduire
significativement leur niveau de risque.

344
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

par des concurrents. On parle de stratégie de type « follow the leader ».


En effet, au sein d’un secteur relativement concentré, les actions d’un
ou plusieurs « joueur(s) » d’importance auront une incidence immédiate
sur celles des autres, et peuvent alors induire un comportement
moutonnier de l’ensemble des acteurs du secteur. Comme disait
Keynes : « La sagesse universelle enseigne qu’il vaut mieux pour sa
réputation échouer avec les conventions que réussir contre elles ». En
ce sens, nous pouvons remarquer qu’au cours de ces deux dernières
décennies, les stratégies de développement dans le secteur bancaire ont
très souvent été influencées par des normes stratégiques communes,
qui ont conduit à des comportements dans l’ensemble assez
homogènes. En effet, les stratégies commerciales des banques ont été
marquées, dans les années 1980, par une course à la taille des bilans.
De même, durant les années 1990, le montant des fonds propres, puis
leur rendement, sont devenus les nouvelles normes de développement.
Aujourd’hui, enfin, la création de valeur apparaît comme l’enjeu straté-
gique majeur de la gestion bancaire moderne.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
En outre, l’accélération des opérations de fusions-acquisitions a pu
également résulter d’une réaction défensive de certains acteurs face
aux initiatives des concurrents. En effet, à mesure que la vague de fusions
se propage, les banques qui restent à l’écart du processus risquent de
devenir elles-mêmes la cible d’une OPA inamicale. Les dirigeants peuvent
alors se protéger des éventuels prédateurs en acquérant une plus
grande dimension, au moyen d’une politique active d’acquisitions de
façon à maintenir ou préserver leur position. En ce sens, certains
rapprochements effectués récemment en Europe semblent avoir
davantage été dictés par la modification des équilibres existants, que
par un choix stratégique fondé sur un véritable projet industriel. Sous
couvert d’une hypothétique création de valeur, nombre de ces opéra-
tions sont en vérité le reflet d’une pensée unique de marché, où les
fusions sont une fin en soi et non pas un choix stratégique mûrement
réfléchi. De nombreuses banques européennes, réagissant à la contes-
tabilité accrue de leur marché bancaire national, ont ainsi cherché à
renforcer leur position nationale, afin de restaurer leur rentabilité et
d’empêcher l’entrée effective de nouveaux arrivants.

Il semble donc que ce soit davantage dans l’imposition de nouvelles


normes et de nouveaux mécanismes du gouvernement d’entreprise
(corporate governance) qu’il faut rechercher l’explication de l’accélération
récente du mouvement de restructuration bancaire en Europe. Sommés
d’assurer la croissance de leur entreprise tout en maintenant sa compé-
titivité, contraints par ailleurs de ménager le recours aux capitaux
propres sur lesquels pèsent des exigences impérieuses de rémunération,
les dirigeants des banques sont voués à rechercher dans la croissance
externe et dans les restructurations une voie de développement plus
économe en capital.
345
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Un essai de typologie
A partir des critères de la dimension géographique et de l’activité,
nous proposons un essai de typologie des stratégies industrielles sous-
jacentes aux opérations de fusions-acquisitions observées ces dernières
années dans le secteur bancaire européen (tableau 4). Signalons que
cette typologie a été validée par l’utilisation de la méthode ACP (Analyse
factorielle en composantes principales) sur un échantillon de banques
européennes, en 2000.

4a.Typologie des stratégies industrielles

Dimension Consolidation nationale


géographique
F&A nationales
Consolidation nationale Diversification
nationale
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Même secteur Même secteur Secteurs d’activité
Activité ou métier d’activité, même d’activité, métiers différents
métier différents
Type de stratégies industrielles
Stratégies Consolidation de Diversification de Diversification
Industrielles métier nationale métier nationale conglomérale
nationale

Motivations liées aux stratégies adoptées


Augmentation du Réduction du risque Economies de
Motivations issues pouvoir de marché sur due à la diversification gamme à travers
de l’opération de un marché donné des activités ( des diversification du
F&A revenus) et en plus de portefeuille détenu,
l'extension de l'activité
dans une autre zone
géographique
Effets économiques possibles
Des économies de Augmentation du Des possibilités de
Effets économiques coûts dues à revenu due de rationalisation dans la
liés à la nouvelle l'augmentation de la l'augmentation de la fonction administrative
stratégie taille, la rationalisation taille et de la qui impliquerait des
de l'infrastructure et diversification des économies d'échelle
de la fonction activités liées aux coûts
administrative
Réduction des Des économies de Usage optimal des
Autres Effets surcapacités bancaires coûts dues à la infrastructures du aux
pour le cas de F&A de diversification de activités
petites banques produits complémentaires

Source : les auteurs.

346
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

4b.Typologie des stratégies industrielles

Type de fusions et acquisitions (F&A)


F&A transfrontalières
Dimension Diversification Diversification
géographique paneuropéenne internationale
F&A paneuropéennes F&A internationales
Diversification transfrontalières

Même secteur Même secteur Secteurs d’activité


Activité ou métier d’activité, même d’activité, métiers différents
métier différents
Type de stratégies industrielles
Stratégies Consolidation Diversification de Diversification
Industrielles de métier et métier et conglomérale et
diversification diversification transfrontalière
transfrontalière transfrontalière
Motivations liées aux stratégies adoptées
Acquérir une taille Diversification du Des économies
Motivations issues importante dans risque et des revenus de gamme
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
de l’opération de un marché et augmentation
F&A communautaire ou de la taille
international

Effets économiques possibles


Se développer sur Complémentarité Diversification
Effets économiques d'autres segments de de métiers source du risque et
liés à la nouvelle clientèles d'augmentation des revenus
stratégie des revenus

Autres Effets

347
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Les restructurations bancaires : une tentative


de bilan
Quelle efficacité économique ?
Création de valeur : des résultats encore peu probants
Il semble très difficile de porter un jugement ferme et exhaustif sur
les conséquences financières des restructurations bancaires dans l’Union
européenne, pour trois raisons majeures. Tout d’abord, ce phénomène
est encore beaucoup trop récent en Europe. Les principales études ont
été centrées principalement sur les États-Unis, et les enseignements ne
sont pas transposables aux établissements bancaires européens (Dietsch
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

et Oung, 2001). De plus, il semble bien difficile de déduire des règles

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
générales pour ce type d’opération, tant les conséquences sont variables
en fonction du contexte réglementaire dans lequel les opérations ont
été réalisées (plus ou moins grande flexibilité du marché du travail…),
de la taille des établissements concernés et surtout des caractéristiques
des opérations (amicales ou inamicales). Enfin, les résultats restent
encore aujourd’hui beaucoup trop divergents pour pouvoir porter un
jugement définitif.
Selon une étude réalisée par le cabinet Bain & Company (1999) sur
plus de quarante transactions au sein du secteur bancaire à l’échelle
mondiale, seulement un tiers des opérations réalisées avant la mi-1997
ont été créatrices de valeur (tableau 5).
Des recherches plus récentes, menées à la fois en Europe et aux
États-Unis, invitent toutefois à nuancer ces propos. En Europe, les
derniers travaux (Van Beek et Rad, 1997 ; Cybo-Ottone et Murgia, 2000)
qui ont tenté de mesurer la création de valeur engendrée par les opéra-
tions de fusions-acquisitions concluent à une hausse des cours boursiers
des valeurs bancaires. Cette hausse serait de l’ordre de 2 % pour les
acquéreurs et de 7 à 8 % pour les cibles. De même, aux États-Unis, si
les premières études comparant les valeurs boursières des groupes
bancaires avant et après fusion tendaient à conclure que ces opérations
ne créaient pas de valeur — les réactions positives sur le cours boursier
du groupe bancaire cible étant généralement compensées par une
variation négative du cours de l’établissement bancaire acquéreur (Piloff
et Santomero, 1997 ; Houston et Ryngaert, 1994 ; Rhoades, 1993), les
dernières recherches trouvent, au contraire, un léger effet positif des
fusions sur la valeur des titres bancaires (De Long, 2001 ; Becher, 2000 ;
Kohers et alii, 2000 ; Houston et Ryngaert, 1999).
348
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

5. Fusions-acquisitions dans le secteur bancaire et création de valeur

Création de valeur
Positive Neutre Négative
Consolidation 8 3 4
Diversification (nationale) 1 2
Globalisation (internationale) 4 1
Total 8 8 7
Pourcentage 35 % 35 % 30 %
Source : Bain & Company (1999).

Cependant, il n’en demeure pas moins que la grande majorité des


fusions-acquisitions récemment mises en œuvre, en Europe comme aux
États-Unis, sont bien loin d’avoir prouvé à court terme leur efficacité
du point de vue de la création de valeur 9. De multiples raisons expli-
quent cette incapacité des établissements bancaires à tirer pleinement
profit des synergies : prix d’acquisition trop élevé, surestimation des
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

synergies, rythme trop lent de l’intégration des partenaires, stratégies

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
mal définies, problèmes de qualité des actifs, coûts élevés liés à l’inté-
gration des systèmes d’information et/ou de gestion des risques,
tensions culturelles, complexités bureaucratiques, pertes de clientèle,
défection d’une partie des équipes. Ce dernier aspect est particuliè-
rement important dans la banque d’investissement, où l’essentiel du
savoir-faire réside dans le capital humain.
Toutefois, même lorsque les fusions-acquisitions sont à l’origine de
création de valeur (gain financier), cela ne nous dit rien sur les éventuels
gains d’ordre macroéconomique de telles opérations.

Consolidation bancaire et croissance économique : une relation


ambiguë
Il existe très peu de modèles analytiques ou d’études empiriques
permettant d’analyser l’impact de la consolidation bancaire sur le sentier
de croissance économique de moyen / long terme. Néanmoins, il semble
que les canaux possibles de transmission soient nombreux (De Boissieu,
2001). Nous nous focaliserons plus particulièrement sur la question de
la solidité du secteur bancaire, en raison de son rôle majeur dans le

9. Selon AT Kearney : « 58 % des fusions sont des échecs. En effet, la valeur en Bourse du
couple deux ans après sa fusion étant inférieure à celle des deux partenaires trois mois avant ».
De même, une étude de Arthur D. Little démontre que : « deux ans après leur fusion, 60 % des
entreprises ayant fusionnées présentent une performance boursière inférieure à la moyenne de
leur secteur ». Enfin, d'après un document de KPMG : « seulement 17 % des fusions ont effec-
tivement augmenté la valeur actionnariale, 30 % n'ont apporté aucun changement notable et près
de 53 % ont en réalité détruit de la valeur ».

349
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

financement de l’économie. De l’existence d’un secteur bancaire sain


et solide dépend pour partie l’efficacité de la politique monétaire.
Actuellement, le cas du Japon est là pour rappeler à quel point cet
élément structurel peut avoir une influence négative sur le sentier de
croissance d’une économie.
Il serait logique de penser que les fusions-acquisitions entre banques
soient susceptibles de renforcer la solidité et la stabilité financière du
secteur bancaire, pour trois motifs. Tout d’abord, la menace persistante
d’un rachat éventuel par un concurrent incite les établissements
bancaires à être toujours plus compétitifs. Il s’agit là de l’une des exter-
nalités positives des restructurations. En outre, les fusions-acquisitions
constituent une sorte de mécanisme de sélection naturelle permettant
d’accroître l’efficience de long terme du secteur, via la rationalisation
de la structure d’offre bancaire. Ainsi, seules les « meilleures » banques
subsisteront à terme, les moins efficientes se faisant rachetées par les
plus performantes ; on parle également d’un effet d’éviction. Enfin, le
phénomène de consolidation bancaire peut également contribuer effica-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
cement à l’élimination des surcapacités et renforcer ainsi la rentabilité,
la compétitivité et donc la solidité des secteurs bancaires nationaux.
Toutefois, il semble que la relation entre consolidation bancaire et
solidité du secteur ne soit pas aussi simple et uniforme que cela puisse
paraître. Certes, la consolidation bancaire constitue l’une des réponses
apportées par les établissements bancaires à la fragilité qui résulte d’un
environnement de plus en plus concurrentiel pesant fortement sur les
marges et les niveaux de rentabilité. Mais, d’un autre côté, on perçoit
également comment ce processus pourrait être, si on n’y prenait garde,
la source d’une nouvelle fragilité. Précisément, la consolidation bancaire
actuelle, en conduisant à la formation de méga-banques, implique une
extension du périmètre d’application de la règle du « too big to fail » 10
(TBTF) susceptible d’aggraver les conséquences du phénomène d’aléa
moral (Deutsche Bank, 2001b).
Au-delà d’une certaine taille, variable d’un pays à l’autre, un établis-
sement bancaire ne peut faire faillite sans engendrer, par des effets de
contagion, un risque systémique 11 majeur. Dès lors, les autorités de
tutelle feront tout pour éviter un tel scénario. Or, ce comportement
n’a pas que des avantages. Non seulement il provoque des distorsions

10. Cette règle qui est appliquée de facto partout dans le monde contraint les autorités
de tutelle à intervenir comme prêteur en dernier ressort (lender of last resort), afin de contenir
tout risque éventuel de crise systémique (phénomène de contagion) suite à la défaillance d’un
ou plusieurs établissements bancaires, notamment de grandes tailles.
11. Au sein du système bancaire, il y a risque systémique lorsque la défaillance d’un établis-
sement bancaire important, voire même de plusieurs établissements, peut provoquer, par effet
de contagion, la faillite d’autres établissements et induire ainsi des situations de ruptures graves
au sein du système bancaire et financier. Les enchaînements peuvent se faire via des phénomènes
de nature psychologique (comportement de panique des intervenants et/ou des déposants) ou
technique (via les systèmes de paiement et les marchés interbancaires par exemple).

350
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

de concurrence entre établissements de grandes et de petites tailles,


mais surtout il peut également susciter chez les premiers un « effet
pervers » qualifié d’aléa moral. Bénéficiant d’une garantie publique de
facto, ces méga-banques seraient moins incitées à surveiller la qualité
de leurs actifs, et donc pourraient in fine s’engager dans des activités
(en matière de crédits ou d’investissement) plus risquées et plus
volatiles, s’estimant assurées d’être sauvées par les autorités compé-
tentes en cas de graves difficultés. Afin de contrer ce problème d’aléa
moral, et donc protéger le rôle de prêteur en dernier ressort, les
banques centrales ont, d’une part cultivé le principe de « l’ambiguïté
constructive », qui maintient l’incertitude sur leur politique, et, d’autre
part, édifié deux types de lignes de défense — les mécanismes de
garantie (de nature curative) et la supervision (de nature préventive)
comprenant deux volets complémentaires : les règles prudentielles et
la surveillance — destinées à ne réserver l’intervention de prêteur en
dernier ressort qu’aux cas extrêmes.
Le processus de consolidation bancaire en Europe pourrait donc
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

être porteur d’une plus grande efficience économique, mais être aussi

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
la source d’une plus grande instabilité / vulnérabilité (Le Cacheux et
alii, 1997), susceptible de générer des faillites en chaîne et des crises
financières sans précédent (Métais et Michaud, 2001).

Vers une amélioration du bien-être collectif ?


De prime abord, il semblerait que la constitution de mastodontes
bancaires, en réduisant la concurrence, ne laisse entrevoir aucun
bénéfice immédiat ni aux consommateurs, ni aux salariés, du fait d’abus
de positions dominantes et de capture du surplus du consommateur.
Pour aborder ce problème, il est nécessaire de distinguer les opéra-
tions de fusions-acquisitions nationales ou transfrontalières. La
littérature sur les performances des structures de marché montre que
seules les fusions nationales, en renforçant le degré de concentration,
seraient susceptibles de créer des positions dominantes néfastes pour
le consommateur. En revanche, rien ne serait à craindre des opérations
de fusions-acquisitions transfrontalières ; celles-ci auraient même pour
effet d’intensifier la concurrence sur le marché local. Les autorités natio-
nales, après avoir encouragé la constitution de « champions nationaux »,
auraient ainsi tout intérêt à favoriser les opérations de type paneuro-
péennes.
Il est aussi essentiel de distinguer les opérations de fusions en
fonction des « moyens » utilisés pour créer de la valeur. Si la création
de valeur s’opère essentiellement par un pouvoir de marché accru,
l’opération ne constituerait qu’une simple redistribution au profit des
actionnaires, mais au détriment des salariés, clients et pouvoirs publics,
351
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

sans qu’il y ait pour autant de gain net en terme de bien-être collectif.
En réalité, il s’agit d’une simple redistribution entre les divers stake-
holders de l’établissement bancaire, laquelle ne crée pas de richesses
pour l’économie dans son ensemble, au sens où l’augmentation des
profits bancaires est bien inférieure à la perte de bien-être subie par
les autres agents économiques. En cas de formation d’un oligopole
coopératif, une telle situation pourrait également se caractériser par
l’existence de distorsions au sein du circuit de financement de l’éco-
nomie, susceptibles d’entraîner une allocation inefficiente des capitaux.
L’éventualité de telles ententes n’est pas purement théorique, comme
le montre le rapport Cruickshank (2000) pour le marché britannique.
En revanche, la création de valeur obtenue à travers l’amélioration
de l’efficience (par économies d’échelle, économies de gamme, diversi-
fication des risques…), profitera non seulement aux actionnaires, mais
également aux clients (baisse de prix et/ou amélioration de la qualité
des services) et aux pouvoirs publics (solvabilité plus élevée des établis-
sement de crédit). Pour les salariés, le constat demeure cependant
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
beaucoup moins clair.
L’observation du mouvement récent de fusions-acquisitions
débouche donc sur une contradiction forte. D’un côté, on ne peut
qu’être frappé par la force d’un mouvement qui, depuis le début de la
décennie 1990, connaît une amplification et une extension apparemment
irrésistibles. Mais d’un autre côté, les rares tentatives engagées pour
évaluer les effets réels de ces opérations en termes d’efficacité écono-
mique ou financière font ressortir la fréquence des échecs et l’ambiguïté
des indications fournies par les divers indicateurs de performance
utilisés. C’est donc bien sur les fondements et l’opportunité de telles
politiques d’acquisitions que les établissements bancaires doivent aujour-
d’hui s’interroger. Il est indispensable que le mouvement de
concentration s’inscrive dans le cadre d’une stratégie précise et volon-
taire fondée sur un véritable projet industriel.

Quel impact sur la qualité des services bancaires ?


Le rôle majeur des nouvelles technologies
Qu’est ce que la qualité d’un service ? Cette question trouve une
réponse notamment dans les travaux réalisés par certains spécialistes
de l’économie des réseaux. La qualité d’un service pourrait se mesurer
par sa disponibilité géographique (disponibilité géographique des agences
bancaires, ou disponibilité géographique des services bancaires hors
agences physiques), son accessibilité financière et la technologie incor-
porée au service.
352
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

Il semble que les restructurations bancaires pourraient avoir à la fois


une incidence sur l’accès au service bancaire (disparition de guichets,
augmentation des tarifs), mais également sur leurs qualités (réduction
de la gamme, perte de la relation client). À cet égard, la clientèle de
détail (particuliers et PME) apparaît particulièrement exposée : des
études empiriques récentes (Berger et alii, 1999) suggèrent en effet que
la qualité des services bancaires offertes à cette catégorie de clientèle
serait inversement corrélée à la taille des établissements restructurés.
En d’autres termes, la fusion de grands établissements tendrait à réduire
la qualité de l’offre de service bancaire à la clientèle de détail, alors
que la fusion d’établissements de petites tailles l’accroîtrait.

Si ce résultat théorique trouve des justifications dans certaines


restructurations observées, notamment aux États-Unis et dans une
moindre mesure en Europe, il doit cependant être relativisé par l’intro-
duction de nouveaux canaux de distribution comme Internet, dont on
peut estimer qu’il ne se substituerait au réseau bancaire traditionnel
que dans la mesure où il offrirait des services bancaires à valeur ajoutée
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
supérieure. Selon une étude réalisée par Morgan Stanley Dean Witter
(2000), l’incorporation de nouvelles technologies de l’information aurait
diminué le prix des services bancaires (l’accessibilité financière) et
renforcé la disponibilité des services bancaires hors agences physiques
(banque à distance, nouveau canaux de distribution, Internet...),
améliorant ainsi le surplus des consommateurs.

Le client bénéficierait donc d’une amélioration de la qualité des


services pour trois raisons : premièrement, l’apparition de nouveaux
canaux de distribution venant compléter la qualité de service offerte
par les agences bancaires améliorerait l’accessibilité financière des
services ; deuxièmement, les nouveaux canaux de distribution améliore
la disponibilité géographique des services bancaires hors agences
physiques ; et enfin, incorporant des moyens technologiques, les services
bancaires pourraient ainsi évoluer en fonction d’une demande évolutive
de qualité. Cependant, ce mouvement d’amélioration de la qualité
impulsé par l’offre pourrait être confronté à certaines rigidités compor-
tementales de la part des clients, notamment quant à l’acceptation des
nouveaux canaux de distribution. Ainsi, on relève certains freins de la
part des clients à adopter par exemple la carte bancaire voire aujour-
d’hui l’Internet. En outre, l’accès à ces nouveaux canaux de distribution
comporte un coût financier (accès Internet, outils informatiques)
pouvant être à l’origine d’une discrimination socio-économique de fait
de certaines catégories de la population.

353
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Les restructurations bancaires ont-elles un coût


social ?
Les restructurations bancaires européennes pourraient contribuer
de façon non négligeable à l’apparition d’externalités négatives et à l’aug-
mentation des coûts sociaux collectifs, en particulier au travers des
licenciements (tableau 6) et des fermetures d’agences bancaires dans les
régions défavorisées (BIT, 2001).

Les licenciements
Le tableau suivant permet de distinguer quatre groupes de pays :
— Les pays caractérisés par une variation fortement négative du
nombre d’agences et par une variation négative de même
grandeur du nombre d’employés. Il s’agit principalement des pays
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
du Nord de l’Europe : Belgique, Danemark, Finlande, Norvège,
Pays-Bas et Suède.
— Les pays caractérisés par une variation faiblement négative du
nombre d’agences et par une variation légèrement positive de
l’emploi. Il s’agit de l’Allemagne uniquement. Alors que le nombre
d’agences bancaires diminue un peu au cours de la période consi-
dérée, le nombre d’employés du secteur bancaire augmente
(+ 7,8 %) notamment grâce à la hausse du nombre d’employés
des banques coopératives et des Caisses d’épargne.
— Les pays marqués par une variation fortement positive du nombre
d’agences et par une variation positive de même ampleur du
nombre d’employés. Il s’agit du Portugal, de l’Italie et dans une
moindre mesure de l’Autriche. La hausse importante du nombre
d’agences bancaires semble pouvoir être attribuée à un effet de
rattrapage, lié à une sous-bancarisation initiale.
— Enfin, les pays marqués par une faible variation positive du nombre
d’agences et par une évolution négative du nombre d’employés.
Il s’agit de la France et de l’Espagne. En France, malgré une légère
augmentation du nombre d’agences (+ 1,9 %), le nombre
d’employés a diminué (7,3 %).

354
Revue de l’OFCE
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

6.Variation du nombre d'agences et de l'emploi dans le secteur bancaire entre 1990-1995 (en %)

Variation du nombre d'agences Évolution du nombre d'employés


Banques Caisses Banques Toute Banques Caisses Banques Toute
commerciales d'épargne coopératives banques commerciales d'épargne coopératives banques

Finlande - 29,7 - 78,6 - 16,6 - 42,9 - 24,8 - 86,1 - 8,5 - 34,4


Danemark - 23,2 - 14,6
Norvège - 18,9 - 10,6 - 13,4 - 9,6 - 14,4 - 11,9
Pays-Bas - 15,8 - 9,4
France +1,5 - 8,6 - 9,3 + 1,9 - 12,1 + 12,4 - 3,1 - 7,3
Belgique - 0,5 - 3,2
Suède - 8,9 - 2,7
Espagne + 5,5 - 1,2 + 9,5 + 2,9 - 5,2 - 0,4 + 16 - 2,7
Royaume-Uni - 18,4 - 15 * - 17,3 -7 + 29,8 * - 1,3
Portugal + 72,4 + 72,4 +1,4 + 1,4
Italie + 41,5 + 2,1
Autriche + 4,2 + 3,7
Allemagne + 1,2 -3 - 3,2 - 0,7 + 2,3 + 7,1 + 13,8 + 7,8
Moyenne 0 - 5,6

* Building societies.
Sources : OCDE, BBA.
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

355
Hors série / mars 2002
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

À l’échelle de l’Union européenne, la tendance moyenne observée


(– 5,6 %) corrobore l’idée d’une baisse des emplois au sein du secteur
bancaire. Le développement des nouvelles technologies aurait fortement
contribué à la fermeture d’agences bancaires en Europe et entraîné
ainsi la destruction de nombreux emplois. D’ailleurs, une étude réalisée
par Paul Gosling (2000) montre que le développement des nouvelles
technologies a contribué à la fermeture d’agences bancaires, trop
coûteuses, surtout dans les régions à faible revenu. L’émergence des
centrales d’appel téléphonique et de l’Internet ont ouvert de nouvelles
opportunités pour d’autres secteurs industriels, en renforçant la concur-
rence sur le marché des services bancaires et en proposant des services
bancaires à un coût moindre que celui supporté par les banques tradi-
tionnelles fondées elles, sur un réseau d’agences physiques.

La fermeture des agences dans les régions défavorisées


Si les réseaux d’agences ont globalement souffert des dernières
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
restructurations en Europe, ce sont surtout les régions défavorisées qui
ont subi la fermeture des agences physiques. Leyshon et Thrift (1996)
montrent, pour le Royaume-Uni et les États-Unis, que les innovations
financières et l’accroissement de la concurrence entre les banques lors
des années 1990, ont amélioré la disponibilité géographique des agences
bancaires en faveur uniquement des classes sociales dites « favorisées ».
Grâce à la concurrence accrue entre les banques et au développement
de nouveaux produits, ces classes sociales ont en effet accès à une
gamme de plus en plus large de produits financiers. La conséquence de
ce choix est le développement de l’exclusion bancaire et des inégalités
de traitement affectant les classes sociales. Les communautés les plus
pauvres auraient ainsi supporté le poids des programmes de fermeture
massive des agences bancaires mis en place au Royaume-Uni et aux
États-Unis dans les années 1990. L’évolution de la géographie du secteur
bancaire de ces pays confirment clairement l’abandon spatial des zones
les plus pauvres et la reconcentration dans les zones les plus riches
des villes. Cela s’explique par le fait que les agences localisées dans les
quartiers difficiles sont peu rentables en raison des faibles revenus d’une
clientèle potentiellement plus risquée. L’exclusion géographique résulte
donc d’une volonté des banques de réduire leur risque, leur coût et
d’améliorer au final leur rentabilité et la valeur actionnariale.
Le mouvement de concentration pourrait donc restreindre l’offre
de services bancaires aux communautés en situation de précarité
économique. C’est ainsi que Daniel Immergluck (2000) démontre que
les restructurations intervenues dans le secteur financier ont engendré,
entre autres, une concentration du pouvoir financier dans les mains
d’un nombre beaucoup plus restreint de firmes, sans qu’il y ait de
véritable filet de sécurité ou même de dispositions générales dont
356
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

l’objectif serait d’assurer aux communautés à bas revenus l’accès au


même type de produits financiers que ceux qui sont d’ailleurs systé-
matiquement proposés aux clients nantis. Ce phénomène d’exclusion
croissante des classes défavorisées a encouragé l’émergence d’institu-
tions financières qui viennent se substituer aux institutions bancaires
traditionnelles. Le développement d’associations de finance solidaire en
Europe a permis de réduire les effets de l’exclusion bancaire sur les
ménages les plus pauvres. Le développement de telles institutions finan-
cières vient clairement limiter les problèmes liés à l’exclusion bancaire,
même si le coût d’accès aux services financiers est plus élevé que dans
le secteur traditionnel.

Perspectives et enjeux pour l’avenir du


secteur bancaire européen
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Une accélération de la consolidation paneuropéenne à
moyen terme
Nous pouvons prévoir pour les prochaines années deux tendances
marquantes au sein du secteur bancaire européen : un parachèvement
de la consolidation nationale 12 et/ou une accélération des opérations
de fusions-acquisitions paneuropéennes.
Si, jusque-là, les fusions bancaires entre banques d’États membres de
l’Union européenne semblent avoir été freinées par divers obstacles de
type culturels, juridiques, fiscaux, réglementaires, techniques (intégration
des systèmes d’information) mais aussi politiques ; l’entrée en circulation
de l’euro et la conquête effrénée de parts de marchés amèneront tôt
ou tard de nombreux responsables du secteur à opter pour cette orien-
tation stratégique. Dans l’intervalle, en guise de préalable, les
rapprochements hors fusion (coopérations, alliances, participations
croisées minoritaires…) se multiplient entre banques de pays de l’Union.
Dernier exemple en date, l’alliance annoncée en décembre 2001 par
les groupes mutualistes Banques Populaires et DZ Bank en vue de la
création d’un pôle mutualiste fédérateur et puissant à l’échelle
européenne.
12. Selon Alison Le Bras, directrice de Fitch Ibca : « Le processus de consolidation national
se poursuivra dans les principaux pays de l’Union européenne (Allemagne, Espagne, France, Italie
et Royaume-Uni) jusqu’au moment où il ne restera plus que trois ou quatre grands groupes
bancaires dans chacun des pays ».

357
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Dans la plupart des grands pays européens, les opérations nationales


se caractérisent depuis 1998 par des montants moyens de plus en plus
élevés et aboutissent à l’apparition de mastodontes bancaires nationaux.
Cette observation — qui semble conforter l’idée de la fin du processus
de consolidation nationale dans de nombreux pays — laisse entrevoir
à moyen terme le renforcement de la phase de consolidation paneu-
ropéenne et l’émergence de quelques groupes bancaires transfrontaliers
leaders à l’échelle de la zone. L’hypothèse sous-jacente est que le bascu-
lement vers des opérations transfrontalières a lieu lorsque le seuil de
concentration du marché national admis par les autorités de régulation
est atteint. D’une manière générale, bien qu’aucun des principaux pays
européens n’ait atteint le seuil jugé critique, la plupart s’en rapprochent
à des degrés divers (Bénélux, Espagne, France, Portugal, Royaume-Uni
et Scandinavie). Pour preuve, en 2001, deux opérations de fusions-acqui-
sitions ont échoué en raison d’un risque de position dominante sur le
marché national. Il s’agit de l’acquisition d’Abbey National par Lloyds
TSB au Royaume-Uni (veto des autorités britanniques) et de la fusion
entre SEB et Swedbank en Suède (veto des autorités de Bruxelles).
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Bien que dans certains pays (Espagne, France et Royaume-Uni), des
opérations ponctuelles de plus ou moins grandes dimensions sont
encore envisageables, seules l’Allemagne et l’Italie présentent encore la
physionomie d’un marché bancaire fragmenté permettant d’envisager
des opérations de consolidations nationales nombreuses et d’envergure
à brève échéance (Burger, 2001 ; CLSE, 2001).
En Allemagne, la Commerzbank fait actuellement figure de proie
idéale parmi les principales banques du secteur privé allemand. En outre,
suite à la récente décision prise par les autorités de Bruxelles 13, les
cibles potentielles sont devenues très nombreuses parmi les banques
coopératives allemandes, en particulier au sein des banques publiques
régionales (Landesbanken) et des caisses d’épargne (Sparkassen). En Italie,
quelques établissements privés de second rang semblent particuliè-
rement exposés au mouvement de consolidation (Banca di Roma, BNL
et BMPS). De même, les banques populaires (Banca populare) et les
caisses d’épargne régionales (Cassa di risparmio), détenant toujours des
parts de marché considérables, devraient à terme attiser les convoi-
tises. Un élément nouveau vient d’ailleurs renforcer ce diagnostic. En
décembre 2001, le ministre italien de l’économie a annoncé la mise en
place d’une vaste réforme des « fondations bancaires », institutions ayant
des participations significatives au cœur du secteur bancaire italien.

13. À partir du 19 juillet 2005, les Landesbank et les Sparkassen ne bénéficieront plus des
garanties publiques qui leurs sont accordées par les régions et les communes allemandes et qui
constituent, selon la Commission, des aides incompatibles avec le droit communautaire. En effet,
via un tel système, ces banques ne pouvaient être mises en cessation de paiement et bénéfi-
ciaient donc d’une excellente notation auprès des agences spécialisées (Standard & Poor’s, Fitch
Ibca, Moody’s), ce qui leur assurait des financements à des taux privilégiés.

358
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

Jusqu’à présent, la plupart des fusions-acquisitions paneuropéennes


demeurent des opérations de faible envergure confinées à des aires
géographiques unissant de forts liens historiques et culturels : pays
scandinaves (Nordea = MeritaNordbanken-Unidanmark-Christiania
Bank), Allemagne/Autriche (HVB-Bank Austria), Angleterre/Ecosse
(Natwest-RBS), Belgique/France (Dexia), Belgique/Pays-Bas (Générale de
Banque-Fortis) et Espagne/Portugal (BSCH-Banco Totta & Açores).
Cependant, certains événements récents — la fusion HSBC-CCF en
2000, le projet de fusion avorté entre Commerzbank et Unicredito en
septembre 2001 et plus récemment les rumeurs de fusion entre HSBC
et Dexia,ABN AMRO et Nordea puis BNP Paribas et Fortis — semblent
conforter l’idée d’un intérêt croissant pour les opérations de grande
envergure au niveau intra-communautaire, et ceci malgré les disparités
existantes entre pays qui tendent non seulement à augmenter les risques
mais également à limiter l’espérance de création de valeur à l’occasion
de telles opérations (notamment entre banques de détail).
Fin 2001, la capitalisation boursière des banques britanniques 14
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

équivalait à la capitalisation boursière des banques allemandes,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
espagnoles, françaises et italiennes réunies (Annexe III). La proportion
d’institutions bancaires cotées est certes plus importante au Royaume-
Uni, où le mouvement de démutualisation a été bien plus important
qu’ailleurs, mais ces coefficients élevés de valorisation n’en constituent
pas moins un avantage considérable pour la période de fusions-acqui-
sitions paneuropéennes qui s’annonce. Dès lors, il est fort probable que
les principales banques britanniques, très rentables et fortement
valorisées par les marchés, occuperont une place de première impor-
tance dans la future reconfiguration du secteur bancaire européen.
La perspective d’une telle phase de consolidation paneuropéenne
met d’ailleurs en évidence l’enjeu de la réforme du modèle actuel de
supervision prudentielle au niveau communautaire.

Vers quel modèle de banque en Europe ?


La taille optimale : une question controversée
Le mouvement récent de concentration de l’industrie bancaire
européenne, caractérisé par des opérations de fusions-acquisitions à
dimension croissante, peut laisser penser que la taille dite « optimale »
des banques est aujourd’hui nécessairement très élevée (« big is
beautiful »). Dès lors, les établissements bancaires de petites ou de
moyennes dimensions seraient tous amenés à disparaître progressivement.
14. « ….. dont les six grandes représentent environ 85 % » (Perspectives de la CNCA n° 52,
janvier 2002).

359
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Les recherches empiriques menées à ce jour, principalement aux


États-Unis, sur la relation entre taille et rentabilité dans le secteur
bancaire, ne sont guère concluantes : les économies d’échelle semblent
pouvoir s’observer que jusqu’à un niveau de taille assez modeste, de
l’ordre d’une dizaine de milliards de dollars seulement (Paribas, 1998).
De telles études se heurtent néanmoins à de nombreuses difficultés
méthodologiques qui limitent donc la portée des résultats. En outre,
les activités bancaires sont de natures très diverses, chaque métier
obéissant à une logique économique propre. Ainsi, la notion de taille
critique se pose de manière différenciée selon qu’il s’agit de la banque
de détail ou de la banque d’investissement. Alors que la banque de détail
peut rester nationale, la banque d’investissement requiert, dans plusieurs
de ses activités, une dimension au minimum continentale, voire
mondiale. C’est pourquoi, l’analyse des bienfaits de la taille ne doit en
aucun cas se faire à l’échelle de la banque prise dans sa globalité, mais
plutôt au niveau de chaque métier bancaire.
Dans l’industrie bancaire, une taille importante rend théoriquement
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

possible des économies d’échelle en terme de coûts et des économies

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
de gamme en termes de produits et services. De plus, elle confère une
image de marque et une réputation qui permettent un meilleur position-
nement sur le marché. Les bouleversements récents de l’environnement
des activités bancaires et financières (globalisation financière et innova-
tions technologiques) renforcent encore les avantages compétitifs de la
taille. En terme de coûts, les atouts de la taille sont assez bien connus.
Une grande taille permet en effet de mieux absorber les frais fixes,
inhérents à toute activité. Or l’importance croissante de l’informatique
dans les charges de production vient encore renforcer les économies
d’échelle, à un moment où le besoin de logiciels, peu dépendant des
volumes traités, ne cesse de progresser. La taille est également source
d’économies de gamme. Le coût de fidélisation d’un client bancaire est,
pour toutes les activités, beaucoup plus faible que le coût d’acquisition
d’un nouveau client. Proposer en permanence une gamme de produits
et de services bancaires la plus large possible constitue donc un élément
important de réduction des coûts commerciaux unitaires moyens.
Enfin, dans le secteur bancaire plus que partout ailleurs, la taille est
un facteur essentiel d’image et de réputation. Le risque étant au cœur
des activités bancaires, les clients ont besoin d’être rassurés sur la
solidité de la banque à laquelle ils confient leur patrimoine financier. La
taille, qui permet une meilleure mutualisation des risques, est également
gage de stabilité ; elle contribue, à ce titre, à renforcer la compétitivité
de l’établissement, puisqu’elle permet une meilleure notation et donc
un accès moins onéreux aux marchés de capitaux. Elle est aussi facteur
de notoriété et de crédibilité, ce qui pourrait abaisser le coût de
conquête de nouveaux clients.

360
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

Bien que les avantages du « big is beautiful » soient nombreux, cela


ne signifie pas pour autant qu’une grande taille soit un gage absolu de
rentabilité. En effet, la constitution de mastodontes bancaires accroît les
risques de bureaucratisation, d’éloignement du client, et donc d’ineffi-
cience. Cela ne signifie pas non plus que les établissements de petites
ou moyennes dimensions soient condamnés à disparaître 15 (Pastré,
2001). Sous certaines conditions, il semble même que la petite taille
peut constituer un véritable avantage comparatif. Aujourd’hui, le marché
des services bancaires demeure encore très segmenté par l’existence
de niches d’activités. Comme dans la plupart des activités de services
impliquant une forte dimension de conseil, les établissements de petites
ou moyennes tailles pourraient trouver leur sentier de croissance sur
certains types d’activités tels que la gestion de patrimoine, le conseil…
Dans ces métiers, ces dernières semblent particulièrement bien
adaptées pour répondre à la différenciation et à la personnalisation
souhaitées par le client.
A l’avenir, bien que l’éventail des stratégies d’activités possibles sera
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
de plus en plus dépendant de la taille, on peut penser que les secteurs
bancaires nationaux seront composés de banques de dimensions très
variables, dans la mesure où le « big is beautiful » n’est pas un critère
absolu d’efficience et de rentabilité. En bout de course, c’est le product
mix et donc, in fine, la cible de clientèle privilégiée qui déterminera la
taille optimale de la banque.

Les banques spécialisées sont-elles condamnées à disparaître ?


La diversité des législations bancaires nationales a exercé une
profonde influence sur les structures bancaires. L’évolution récente des
diverses législations bancaires nationales, européennes et américaines,
semble aller très clairement dans le sens d’une plus grande diversifi-
cation des activités bancaires, avec comme modèle de référence celui
de la banque universelle. Les conglomérats financiers (banque, titres,
assurance) ou les établissements de type bancassurance représentent
la forme la plus achevée des stratégies de diversification.
Au-delà des facteurs d’ordre purement réglementaire, il semble que
le développement de la banque universelle se justifie aussi par des raisons
économiques liées précisément aux avantages de la diversification :
économies de gamme, satisfaction de la demande de spécificité et

15. Selon Olivier Pastré (2001), la survie et le développement sont possibles pour des
établissements bancaires de petites tailles à condition qu'ils respectent les six principes ou
commandements suivants : 1) interdiction de travailler dans les métiers à fortes économies
d'échelle, 2) être spécialisé, 3) être flexible, 4) ne pas prendre trop de risques, 5) développer
les coopérations et 6) ne sacrifier, à aucun prix, les marges. Dans ce cadre, qui n'est en rien un
carcan, les petites banques ont semblent-ils encore de beaux jours devant elles.

361
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

réduction des risques. Il y a économie de gamme dans la production


de plusieurs biens ou services lorsqu’il est moins coûteux de faire
produire ceux-ci conjointement par la même banque que séparément
par deux banques différentes ; dès lors, les banques auraient tout intérêt
à se diversifier pour bénéficier de ces économies de gamme et abaisser
ainsi leurs coûts de production. Si les économies d’échelle ne sont pas
toujours au rendez-vous, les économies de gamme nées de la diversi-
fication sont, elles, plus fréquentes. La justification des stratégies de
diversification des banques peut aussi s’observer « côté demande » ; les
banques seraient alors amenées à offrir une gamme diversifiée de
produits, pour satisfaire les caractéristiques de la demande. Pour fidéliser
leur clientèle dans un contexte d’intensification de la concurrence, les
grands groupes bancaires doivent en effet proposer une gamme
complète de services. Enfin, la diversification (fonctionnelle et/ou
géographique) permet également de réduire les risques 16 ; en effet, un
portefeuille d’activités diversifiées comporte moins de risques que ses
composantes respectives, puisque les mauvais résultats enregistrés pour
un métier peuvent être compensés par les bons résultats obtenus par
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
d’autres métiers.
De nos jours, les banques universelles mènent également des
stratégies de spécialisation, dans un but d’efficience. Cette double
exigence des temps modernes, apparemment contradictoire — diversi-
fication et spécialisation — est satisfaite par une réorganisation interne,
qui conduit à la formation de groupes bancaires structurés en deux
niveaux (modèle de la banque éclatée). Au niveau inférieur, les banques
sont organisées sous forme d’unités productives spécialisées bénéficiant
d’une autonomie de gestion. Au niveau supérieur, les activités bénéfi-
ciant d’économies de gamme sont regroupées dans des entités plus
larges (Plihon, 2000b). Afin de caractériser ces banques universelles d’un
nouveau genre, dont l’organisation est décentralisée par souci d’effi-
cience, nous utilisons communément le vocable de « banques
multi-spécialisées ».
Bien que des raisons profondes existent pour justifier le dévelop-
pement du modèle de la banque universelle en Europe, celui-ci ne peut
constituer la seule opportunité stratégique possible. En effet, le modèle
de la banque spécialisée semble être également parfaitement viable, bien
que soumis à certaines conditions (taille, segment d’activité…). La spécia-
lisation revêt de multiples dimensions. Tout d’abord, elle peut être
fonctionnelle en portant sur un segment particulier d’activité et/ou de
clientèle (par exemple dans la banque privée ou la conservations de
titres). À cet égard, il semble que les segments stratégiques visés doivent
comporter un fort potentiel de développement et une concurrence

16. Il s’agit d’une application de la théorie des portefeuilles financiers (modèle du CAPM),
initialement élaborée par Markowitz (1952, 1959) puis perfectionnée par Sharpe (1964) et Lintner
(1965).

362
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

qualifiée de « raisonnable ». De plus, elle peut aussi être géographique


au travers le choix d’un espace géographique de développement. La
banque n’est, pour la plupart de ses services, pas un métier qui se fait
à distance. La connaissance intime d’une zone géographique sera, pour
de nombreux métiers bancaires, un avantage comparatif décisif à l’avenir.
Dans cette alternative entre diversification et spécialisation, il est
néanmoins difficile de fixer des règles générales. Chaque acteur bancaire
est un cas particulier. On peut seulement dire qu’il est essentiel pour
l’ensemble des acteurs d’aborder cette interrogation de nature straté-
gique avec flexibilité et pragmatisme. Notre conviction est que les banques
universelles et les banques spécialisées continueront à coexister en
Europe 17, chacune ayant ses spécificités et répondant à des besoins parti-
culiers. L’un des objectifs majeurs des restructurations bancaires doit être
précisément de concilier les avantages de la diversification, propres aux
banques universelles et/ou multi-spécialisées, avec la recherche d’une
meilleure spécialisation (prenant la forme d’une stratégie de recentrage
vers le ou les métiers de base), facteur d’une plus grande efficience.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Fusions ou partenariats : quelle stratégie privilégier ?
La recherche d’une intégration par fusion a suscité trop de déception
pour être considérée aujourd’hui comme l’unique modèle de référence
pour le développement du secteur bancaire européen. Ainsi, la mise en
place de partenariats techniques 18, et pas seulement capitalistiques, intra
ou inter sectoriels (notamment avec les assurances) dans le cadre de
projets industriels précis et parfaitement ciblés peut constituer une
stratégie alternative de consolidation. Accords commerciaux, joint
ventures, participations minoritaires… Aucune forme ne semble, a priori,
s’imposer sans conteste, chacune présentant des avantages et des inconvé-
nients. Est-il alors possible de définir un seuil optimal de coopération ?
Assurément pas. La seule certitude que l’on ait aujourd’hui est que plus
la banque est petite, plus la nécessité de coopération est grande.

17. Selon Christian de Boissieu (2001), nous devrions assister dans les prochaines années
à une « re-spécialisation » de certaines banques européennes qui ne pourront pas satisfaire, à
long terme, les exigences du modèle de banque « universelle ». Il désigne ce phénomène sous
le vocable d’overshooting. En conséquence, trois catégories de banques seront amenées à coexister
en Europe : 1) les banques universelles, 2) les banques multi-spécialisées très compétitives sur
plusieurs métiers, et 3) les banques mono-spécialisées ne disposant d’un avantage comparatif
clair que sur un seul métier (la gestion des moyens de paiement, la conservation des titres…).
Dans le même temps, ces trois catégories d’établissement intensifieront les relations de sous-
traitance, car la tendance à l’externalisation (outsourcing) de certaines activités n’est en revanche
pas prête à s’inverser.
18. Les partenariats techniques sous-tendent la constitution « d’usines communes » de fabri-
cation de produits et des développements informatiques communs pour partager les coûts.

363
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Ces dernières années, il faut rappeler que la mise en place de parte-


nariats a surtout été menée dans le cadre de projets de coopération
de type paneuropéen. En voici d’ailleurs quelques exemples parmi les
plus célèbres au sein de l’Union européenne. Autour du BSCH : RBoS,
SanPaolo-IMI, Société Générale et Commerzbank ; autour de BBVA :
Unicredito, BNL et Crédit Lyonnais ; et enfin autour de IntensaBCI :
Crédit Agricole, Générali et Crédit Lyonnais.
À court terme, les partenariats sont censés apporter les avantages
d’une fusion, sans les problèmes de coûts (coûts financiers, coûts
humains…) et les risques (intégration des cultures…) inhérents à celle-
ci. Ils permettent notamment de réduire les coûts, de consommer moins
de fonds propres, d’accéder à de nouveaux marchés et surtout de
présenter une offre élargie à sa clientèle (Bailly et David, 1999).
Néanmoins, sur le long terme, il semble que la constitution d’un vaste
réseau de partenaires en Europe n’est pas un substitut parfait à une
opération de croissance externe, très souvent bien plus créatrice de
valeur (la rationalisation de l’appareil productif permettant d’obtenir
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

davantage de synergies), plus efficace (en raison de l’unicité de décision

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
et d’intérêt), mais également moins complexe à gérer sur le long terme.
En privilégiant les alliances, les banques optent en fait pour une stratégie
défensive et non une stratégie offensive de conquête de nouveaux
clients et donc d’accroissement de leur base de revenu. En outre, les
partenariats constituent des équilibres instables qui peuvent être remis
en cause à tout moment. Ainsi, les exemples de stratégie de partena-
riats paneuropéens ayant réussie 19 sont rares. On peut néanmoins citer
les cas de BSCH-RBoS, dans la banque de détail, et de ABN AMRO-
Rothschild dans la banque d’investissement.
Le partenariat entre banques européennes doit davantage être vu
comme une solution transitoire ou d’attente dans la perspective d’une
opération de croissance externe (notamment paneuropéenne), mais il
ne doit pas s’agir d’une situation ayant vocation à se pérenniser.

La pure banque Internet a-t-elle vécu ?


Alors qu’il y a à peine deux ans, un certain nombre d’études de
cabinets de conseil prévoyaient le boom de la banque en ligne et
l’érosion des banques traditionnelles, dont une agence sur quatre, voire
sur trois, devait disparaître, les dernières études prouvent au contraire
que les acteurs bancaires traditionnels sont plus que jamais en position
de force sur le marché de l’Internet bancaire.

19. En octobre 2001, le groupe bancaire espagnol BSCH a ainsi décidé de mettre de l’ordre
dans son portefeuille de participations, estimant que seul le partenariat conclu avec le britan-
nique Royal Bank of Scotland (RBoS), à faible coût et générateur de valeur pour l’actionnaire,
s’était jusqu’à présent traduit par de véritables retombées économiques.

364
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

Une étude publiée en avril dernier par le cabinet Accenture montre


que les sept principaux groupes bancaires français détiennent 99 % des
comptes en ligne, que trois internautes sur quatre souhaitant ouvrir un
compte en ligne pensent le faire auprès d’un établissement bancaire
classique, et que seuls 6 % d’entre eux pensent abandonner leur
fréquentation des agences bancaires. Les observations faites récemment
aux États-Unis renforcent ce diagnostic. Ainsi, selon une étude de
l’Institut Gomez Advisors (2001), à peine 10 % des détenteurs de
compte utilisent régulièrement Internet, et seuls 4 % d’entre eux sont
clients d’une banque en ligne pure.
Les banques classiques peuvent voir dans ces résultats la confir-
mation que les marques traditionnelles sont préservées sur Internet, et
que seule une stratégie de distribution multi-canal combinant un réseau
en dur et la banque à distance (click and mortar) est aujourd’hui
couronnée de succès. D’ailleurs, les acteurs bancaires traditionnels ont
parfaitement saisi l’enjeu et l’opportunité stratégique d’une telle trans-
formation, en considérant que l’Internet bancaire n’est pas un simple
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
phénomène de mode mais trouve également de fortes justifications
économiques. En effet, l’Internet bancaire constitue un moyen d’avenir
pour réduire les coûts des banques (les coûts de transactions sont dix
fois moins élevés qu’avec les réseaux traditionnels 20), pour réaliser des
gains de productivité, mais aussi améliorer la qualité de service proposée
aux clients.
Confrontées à cette réalité, les cyber-banques ne peuvent nier l’évi-
dence : le public n’est pas encore prêt à faire l’économie de ses agences
de quartier. Dès lors, on ne peut que s’interroger sur la viabilité écono-
mique de long terme d’un tel modèle de banque (click only), alors que
la plupart de ces acteurs ne sont pas rentables actuellement. Seule
exception, le britannique Egg qui appartient à l’assureur Prudential.
Moyennant certaines conditions (Taufflieb, 2002), la banque en ligne
pourrait cependant surmonter ses handicaps initiaux : manque de
notoriété, base de clientèle inexistante, coûts d’acquisition élevés du
client, absence de réseau physique. Outre la mise en place d’un réseau
minimum d’agences, la pérennité des banques en ligne passe avant tout
par leur adossement à des groupes financiers déjà établis, ce qui leur
permettrait non seulement d’avoir accès à une vaste clientèle déjà
fidélisée, mais aussi d’étendre significativement la gamme de produits
susceptible d’être proposée. Ce dernier aspect est particulièrement
important lorsque l’on sait qu’il faut vendre en moyenne au moins
quatre produits bancaires à un client pour qu’il devienne rentable.

20. Les chiffres cités par le ministère britannique du commerce et de l’industrie révèle
qu’une transaction financière effectuée par une agence bancaire coûte en général 1,07 dollar.
Ce coût peut être réduit à 52 cents grâce à l’utilisation d’une centrale d’appel téléphonique et
à 1 cent en utilisant l’Internet.

365
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

À la lecture des développements précédents, il apparaît donc bien


difficile de pouvoir affirmer avec certitude quel modèle de banque
dominera l’Europe dans les prochaines années. Il semble qu’il n’y ait pas
aujourd’hui de norme et/ou règle stratégique unique permettant de
garantir la réussite d’une banque en ce début de XXIe siècle. La seule
certitude est que l’objectif de satisfaction de la clientèle et la logique
de maximisation de la valeur actionnariale demeureront le socle et le
point cible de toute opportunité et action stratégique à venir.

L’enjeu de la réforme de la supervision prudentielle


des activités bancaires 21
Depuis quelques années, le secteur bancaire européen est entré dans
une phase de consolidation accélérée. Afin de répondre à la constitution
de groupes bancaires et/ou financiers paneuropéens et à l’intégration
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
croissante des marchés financiers, mais aussi permettre la gestion d’une
crise systémique étendue à la zone euro, de nombreux observateurs en
appellent à plus de coopération entre les autorités de tutelle.
En ce sens, les dernières recommandations du Comité de Bâle
insistent sur la nécessité de renforcer la supervision du secteur bancaire
et financier européen par une meilleure coopération multilatérale et un
renforcement du rôle des autorités de tutelle nationales. Cette coopé-
ration aurait vocation à harmoniser les normes prudentielles des États
membres et prévenir ainsi le risque de système. Notons qu’une coopé-
ration plus étroite, au niveau intra ou inter national, permettrait
notamment de répondre aux insuffisances de la décentralisation géogra-
phique des dispositifs prudentiels européens et de leur traditionnel
ancrage institutionnel.

Modèles types de supervision bancaire en Europe


La littérature distingue trois modèles de supervision bancaire au sein
de l’Union européenne : le « modèle commission bancaire », le « modèle
banque centrale » et le « modèle ministère des finances ». Les États
membres de l’Union se caractérisent plutôt par les deux premiers
modèles ; seule l’Autriche relève d’un modèle de type ministère des
finances.

21. Il est important de ne pas confondre réglementation, contrôle et supervision pruden-


tiels. La réglementation doit définir des règles de conduite, le contrôle doit vérifier la bonne
application de ces règles et la supervision consiste en l’observation générale du comportement
des acteurs financiers.

366
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

Dans le modèle commission bancaire ou son équivalent, les dispositifs


de contrôle reposent essentiellement sur une entité juridique indépen-
dante et autonome dans sa prise de décision. Il est adopté par le
Danemark, la Suède, la Finlande, la Belgique, la France et l’Allemagne.
Plus récemment, le Luxembourg et le Royaume-Uni ont constitué un
modèle de ce type. Pour autant, ce modèle est loin d’être uniforme.
Ainsi, le large champ de compétences des commissions scandinave,
belge, luxembourgeoise et britannique ne se retrouve pas dans le cas
français. En France, la supervision des établissements de crédit est très
fragmentée et repose sur l’existence de trois institutions collégiales, qui
reproduisent en quelque sorte trois pouvoirs : le législatif pour le
CRBF 22, l’exécutif pour le CECEI 23, et le judiciaire pour la CB 24. Depuis
la transposition en droit français de la DSI, les entreprises d’investis-
sements sont également soumises au contrôle de ces trois institutions
respectives. Pour cette catégorie d’entreprise, le contrôle est également
partagé en France par la COB 25 et le CMF 26.
Le modèle Banque centrale apparaît plus homogène que le précédent.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Les responsabilités de la Banque centrale sont généralement complètes
quant à la surveillance du secteur bancaire, mais son champ d’action
n’est, dans la plupart des cas, pas aussi large que dans le premier modèle.
Il n’est pas pour autant unitaire. En son sein peuvent être distingués
trois sous-groupes : les pays d’Europe du sud (Espagne, Portugal, Italie,
Grèce), les Pays-Bas et enfin l’Irlande. Dans tous les pays d’Europe du
Sud, la Banque centrale joue un rôle essentiel dans la surveillance du
système bancaire ; ses prérogatives sont complètes en matière de
contrôle bancaire, puisqu’elles vont généralement de l’agrément à la
résolution des crises bancaires.
Le modèle ministère des finances. Dans la surveillance des secteurs
bancaires et financiers de tous les pays européens, le ministère des
finances (le ministère de l’industrie au Danemark) joue généralement
un rôle inégal et très indirect, excepté en Autriche, où il s’agit de la
principale autorité engagée dans la supervision du système bancaire et
dans la résolution des crises.Toutefois, l’Autriche s’oriente actuellement
vers un modèle de type « Banque centrale ».

La voie actuelle : l’option de la subsidiarité aménagée


Un essai de typologie, fondé sur le repérage de la principale autorité
de contrôle, ne saurait toutefois dissimuler l’hétérogénéité des dispositifs

22. Comité de la réglementation bancaire et financière.


23. Comité des établissements de crédit et des entreprises d’investissement.
24. Commission bancaire.
25. Commission des opérations de Bourse.
26. Conseil des marchés financiers.

367
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

prudentiels en Europe, pas plus que la multiplicité des autorités en


charge de la surveillance. La fragmentation institutionnelle qui les carac-
térise se manifeste à des degrés divers selon les modèles et au sein
de ces différents modèles. Et même lorsqu’une autorité exerce ses
compétences dans un champ qui ne se limite pas à un seul type d’ins-
titution, ses prérogatives sont le plus souvent partagées avec d’autres
instances. Il en résulte des dispositifs de supervision européens d’une
extrême complexité — décentralisé et polycéphale — dont le cas
français est une parfaite illustration. Or, un dispositif désintégré révèle
rapidement ses limites en période de forte intégration des activités et
des acteurs (phase de consolidation). Précisément, on peut relever au
moins trois failles majeures dans le dispositif actuel de supervision
européen : la réglementation des conglomérats financiers, la supervision
des opérations transfrontalières et la gestion d’une crise systémique
étendue à la zone euro. On s’intéressera plus particulièrement au deux
derniers cas.
Depuis la création du marché unique des services financiers, les
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

entreprises d’investissements agréées dans un État membre peuvent, de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
manière totalement libre, ouvrir une succursale dans un autre pays de
l’Union. Ces principes, conjugués à l’harmonisation des normes pruden-
tielles, conduit au développement des opérations transfrontalières.
Cependant, la surveillance par le pays d’origine et la disparité des dispo-
sitifs prudentiels ne facilitent guère la supervision de ce type
d’opération. La double surveillance (par le pays d’origine et par le pays
d’accueil) n’est, semble-t-il, qu’une solution d’attente. D’une certaine
manière, elle préserve les prérogatives des autorités de tutelle natio-
nales, mais sans réellement prévenir le risque global de système pour
l’ensemble des États membres. Cela étant, l’harmonisation instrumentale
est en voie d’achèvement. On peut ainsi se réjouir des efforts déjà
accomplis par les autorités pour harmoniser et adapter les dispositifs
prudentiels (ratios Cooke et Mc Donough).
En revanche, il n’en va pas de même en ce qui concerne le dispo-
sitif curatif, c’est-à-dire l’endiguement et le traitement de la crise une
fois qu’elle survient. Qui doit organiser la fourniture de liquidité
d’urgence dans la zone euro ? Cette question mérite d’être posée si
d’aventure, un accident financier comparable à LTCM devait se produire
au sein de la zone euro. On s’attend généralement à ce que la BCE
intervienne comme prêteur en dernier ressort 27, alors qu’en réalité, à
lire le traité de Maastricht, cette fonction ne semble pas faire partie de
ses prérogatives, en tout cas de manière évidente. On constate de ce
fait une rupture entre l’unicité de la prise de décision en matière de
politique monétaire, qui est l’apanage incontesté de la BCE, et le rôle

27. C’est exactement ce qu’elle vient de réaliser le 13 septembre 2001, par l’injection de
liquidité d’urgence, en réponse à la chute des cours boursiers aux États-Unis et au sein de
l’Union européenne suite aux attentats du 11 septembre.

368
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

de prêteur en dernier ressort, qui reste dévolu aux Banques centrales


nationales. C’est en effet davantage sur la séparation historique et
juridique des compétences relatives à la politique monétaire — relevant
de la responsabilité de la BCE — et à la politique prudentielle incombant
aux différentes autorités de tutelle nationales engageant plus ou moins
directement les Banques centrales nationales, que le SEBC 28 a entendu
fonder sa crédibilité. La réponse souvent formulée par les banquiers
centraux de la zone euro est que le SEBC est suffisamment pragma-
tique et qu’il n’est donc pas utile de divulguer à l’avance les formes
concrètes d’une intervention de prêteur en dernier ressort, qui se ferait
sous l’autorité de la BCE. L’Europe s’en remet aux vertus de l’ambi-
guïté constructive (Couppey et Sessin, 2001).
Cependant, il apparaît que l’ambiguïté constructive ne peut
fonctionner qu’en période de relative accalmie, mais ne peut lever
l’incertitude radicale qui caractérise les crises systémiques. Il en est ainsi
d’une crise bancaire asymétrique au sein de la zone euro. À l’inverse
d’une crise bancaire symétrique qui toucherait l’ensemble des pays de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

la zone, probablement accompagnée d’une impulsion centrale de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
détente monétaire ou une mise à contribution du déficit public
européen, une crise bancaire affectant singulièrement un secteur
bancaire national n’est pas, pour le moment, envisagée par les textes
réglementaires. Or, un tel scénario n’est pas à exclure. Dans cette
hypothèse, les marges de manœuvre des États membres sont, en l’état
actuel, très limitées. D’une part, le recours au déficit public est aujour-
d’hui conditionné par le respect du pacte de stabilité : l’octroi d’aides
publiques aux banques dépend à la fois de l’attitude des autorités de
Bruxelles chargées de la concurrence mais aussi des recours éventuels
de banques européennes. D’autre part, la solution d’une politique
monétaire accommodante, basée sur une baisse générale des taux
d’intérêt dans l’ensemble de la zone euro, alors qu’un seul pays est
concerné par la crise bancaire, n’apparaît pas plus facilement réalisable.
En conséquence, le règlement de crises systémiques aiguës au sein
de la zone euro, ne saurait se satisfaire du statut quo actuel. La seule
solution envisageable reste une prise en charge par la BCE de la fonction
de prêteur en dernier ressort sur le plan européen, quels que soient
le ou les pays concernés par la crise bancaire. Le fait que le prêteur
en dernier ressort ne soit pas centralisé, n’est d’ailleurs pas étranger
au maintien de la subsidiarité en matière de contrôle et supervision
bancaire.
L’option de la subsidiarité aménagée consiste en la mise en place de
réseaux d’informations transversaux et transnationaux au travers du
maillage constitué au niveau communautaire par le protocole d’accord,
le comité de surveillance bancaire et le groupe de contact. Le protocole

28. Système Européen de Banque Centrale.

369
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

d’accord est l’élément clé de la coopération bilatérale au sein de


l’Union. Ce protocole, qui porte sur les échanges d’informations entre
contrôleurs nationaux, traite également de la coopération en matière
de gestion des situations de crise. Le comité de surveillance bancaire
(CSB) a été mis en place en juin 1999 en tant que comité du SEBC et
a repris les fonctions que remplissait auparavant le sous-comité de
surveillance bancaire, installé à l’Institut monétaire européen. Il est
composé de responsables d’autorités de surveillance bancaire et de
banques centrales des pays de l’Union. Son mandat est d’assister
l’Eurosystème dans l’accomplissement des tâches statutaires, dans les
domaines de surveillance prudentielle des établissements de crédit et
de la stabilité du système financier. Quant au groupe de contact, créé
en 1972, il s’agit d’un comité réunissant les autorités de surveillance
bancaire de l’Espace économique européen, sous la forme d’un forum
de coopération multilatérale qui traite des questions se rapportant à
la mise en œuvre de la réglementation bancaire et aux pratiques de
surveillance.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Toutefois, si la subsidiarité aménagée devait encore se développer,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
chose très probable, le résultat pourrait être un morcellement du
contrôle des banques et un contrôle bancaire à géométrie variable. On
peut craindre que celui-ci ne s’enrichisse du développement de formes
de contrôle concurrentes au sein de la zone euro : pour les conglo-
mérats financiers, un régulateur chef de file sera désigné au cas par
cas ; pour les groupes bancaires transnationaux, des pools de supervi-
seurs nationaux seront créés pour assurer une supervision
géographique consolidée. Pour faciliter l’échange d’informations entre
les superviseurs de banques, d’assurances et de marchés, des réseaux
d’informations multiples se juxtaposeront. Enfin, les régulateurs
bancaires renforceront leur coopération au sein de la BCE, à travers le
secrétariat permanent du comité de la supervision bancaire dont ils
devront, à terme, mieux définir les missions.

La voie de la réforme : décloisonnement institutionnel et


centralisation géographique
Les dispositifs prudentiels européens actuels enferment les autorités
de tutelle qui y participent dans une « surenchère » de coopération/
coordination. En effet, la multiplication des structures de coopération
engendre de nouveaux problèmes de coopération qui nécessitent
l’extension des structures de coopérations existantes prenant la forme
de groupes, forums ou autres comités. Ainsi, la voie actuelle basée sur
toujours plus de coopération ne semble pas suffire à assurer la compa-
tibilité d’un dispositif prudentiel décentralisé et cloisonné avec un
environnement de plus en plus intégré. Une fois acquise la nécessité

370
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

d’un décloisonnement institutionnel 29 (Couppey, 2000), reste à définir


la dimension géographique du nouveau dispositif prudentiel.

À ce propos, des avis contradictoires se sont exprimés. Les tenants


de l’organisation décentralisée actuelle se trouve surtout dans les
Banques centrales nationales, à la BCE mais également à la Commission.
Bien que les régulateurs européens ne manquent pas d’arguments en
faveur du maintien d’un contrôle décentralisé, plusieurs zones d’ombre
demeurent. Comme l’indiquait le rapport économique, financier et
social du projet de loi de finance (2000) : « à moyen terme, l’apparition
de véritables groupes bancaires paneuropéens et l’interpénétration plus
grande des marchés nationaux, du fait notamment du développement
de la banque à distance sur le plan transfrontière à travers l’application
du principe de la libre prestation de service, peut conduire à s’inter-
roger sur le bien fondé d’une approche décentralisée ». Critiquant le
flou actuel en ce domaine, les partisans d’une centralisation pruden-
tielle préconisent en particulier la création d’un « méta-niveau » de
supervision européen sous la responsabilité d’une autorité unique
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
indépendante. Il s’agirait alors de réaliser à l’échelle de l’Union
européenne ce qu’il a été au niveau du Royaume-Uni sur la période
récente. En tout état de cause, il apparaît inéluctable que le contrôle
des institutions financières et le processus de décision en Europe devra
progressivement se fédérer, même si l’information demeure décentra-
lisée. Restera alors à en définir les formes concrètes. Dans cette
perspective, quatre principaux scénarios sont envisageables.

Une supervision du secteur bancaire européen assurée par la BCE. Cette


solution bute sur le fait que dans de nombreux pays européens les
Banques centrales n’ont pas en charge directement ou indirectement
le contrôle prudentiel. En outre, selon Lannoo (1998), il semble que la
tendance récente soit plutôt à un désengagement des Banques centrales
des fonctions de contrôle prudentiel (cf. FSA 30). Plus fondamentalement
encore, la BCE a engagé son entier dévouement à la stabilité monétaire.
Peut-elle oser une contradiction qui risquerait de porter atteinte à une
crédibilité qu’elle cherche à fonder ? (Creel et Fayolle, 2002) ;

29. La suppression des frontières entre les institutions et entre les marchés, conséquence
du phénomène de globalisation financière, nécessite de fait une coordination plus étroite entre
les diverses autorités de supervision. Or, le cloisonnement institutionnel actuel des dispositifs
prudentiels génère au contraire une multiplication des autorités de tutelle, alimentant ainsi les
problèmes de coordination. L'intérêt d'un dispositif décloisonné, à savoir une entité unique de
supervision pour les banques-assurances-marchés, tient principalement à ce qu'il limiterait les
problèmes de coordination au niveau intra et/ou inter national en cette période d'intégration
croissante.
30. En 1997, les autorités britanniques ont décidé de retirer les fonctions de supervision à
la Banque d’Angleterre pour les confier à un super-régulateur indépendant — la Financial Services
Authority (FSA) — ayant autorité sur l’ensemble des services financiers. Pour mettre en place
cette institution, pas moins de neuf régulateurs ont été fusionnés (les régulateurs bancaires,
d’assurances, de marché,…). Après quatre années de mise en place progressive, la FSA britan-
nique est opérationnelle depuis le 1er décembre 2001.

371
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

La formation de supers-régulateurs nationaux indépendants (modèle FSA)


dans l’ensemble des États membres. Force est de constater que l’attrait
pour la formation de supers-régulateurs nationaux prend actuellement
de l’ampleur en Europe. Elle peut s’expliquer par le vide créé par
l’absence de volonté de préciser les responsabilités de la BCE en
matière de supervision. Elle témoigne aussi de la volonté des États de
reprendre l’initiative face au processus de consolidation dans les services
financiers. Tous les projets de ce type, ayant abouti (Royaume-Uni et
Luxembourg) ou en cours de discussion (Allemagne, Belgique, Irlande
et Finlande), ont en commun de retirer à la Banque centrale la mission
de supervision du secteur bancaire. Il n’est pourtant pas certain que la
formation de supers-régulateurs nationaux indépendants apporte un
début de réponse aux lacunes actuelles. Il s’agit souvent de regroupe-
ments de régulateurs qui restent cloisonnés dans une nouvelle
structure. De plus, en se coupant de la Banque centrale, le super-
régulateur se coupe des flux d’informations quotidiens des Banques
centrales. Ainsi, la prise en compte de la prévention du risque systé-
mique apparaît nettement moins assurée dans un modèle dissocié de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
la Banque centrale que dans un schéma au contraire plus interpénétré ;
La création d’une commission bancaire européenne. Sa création dépend
des relations institutionnelles qu’elle aura d’une part avec la BCE, d’autre
part avec la Commission européenne. La Commission bancaire
européenne pourrait notamment émerger du groupe de contact
permanent entre superviseurs nationaux déjà existant ;
Enfin, la création d’un régulateur unique 31 paneuropéen du type FSA
européenne. Une COB européenne, une commission bancaire
européenne et un régulateur des assurances seraient regroupés dans
un méta-superviseur européen. Cette solution est sans doute la plus
efficace à moyen terme. Elle ne nécessite pas forcément une fusion des
régulateurs européens, mais un regroupement sous un même « toit »
prudentiel de différentes entités. Les arguments qui militent en sa faveur
sont évidents. À l’avenir, le processus de consolidation bancaire
européen va se poursuivre et même s’amplifier. Les méga-acteurs
bancaires et/ou financiers européens se déploient à l’échelle européenne
et exploitent « les angles morts » de la supervision européenne dans
de nombreux domaines (la fiscalité, la comptabilité, les différences
d’interprétations nationales des règles prudentielles communes…). En
outre, la réforme de la régulation bancaire actuellement en discussion
au sein du comité de Bâle (Bâle II) renforce la nécessité de centraliser
la surveillance des banques. L’adoption d’un système de supervision plus
flexible accordant plus d’autonomie aux banques dans la fixation des

31. Afin de réduire les distorsions de concurrence, la grande majorité des dirigeants des
50 premières banques européennes souhaitent une autorité unique de régulation en Europe. Jean
Peyrelevade, président du Crédit Lyonnais, est d'ailleurs parti en croisade pour faire valoir ce
point de vue : « À marché unique et monnaie unique : régulateur bancaire unique » assène-t-il.

372
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

normes en fonds propres exige qu’en retour, les régulateurs aient rigou-
reusement la même méthodologie pour des banques qui sont de plus
en plus semblables. Cela ne peut se faire que dans le cadre d’une
structure de régulation paneuropéenne unique et centralisée.
Pour assurer la sécurité bancaire et financière en Europe, il n’est
donc pas d’alternative à une véritable réforme structurelle des dispo-
sitifs prudentiels. À la subsidiarité aménagée et à la coopération
multilatérale qui caractérise la situation actuelle, certains auteurs
opposent la combinaison de la centralisation géographique et du décloi-
sonnement institutionnel avec comme modèle de référence une FSA
européenne. Toutefois, la réforme de la supervision prudentielle est une
question complexe qui soulève de multiples interrogations auxquelles il
faut se garder de donner des réponses dogmatiques et simplistes
(Plihon, 2000a).
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Références bibliographiques
AGLIETTA M., L. SCIALOM et T. SESSIN, 2001 : « Pour une politique pruden-
tielle Européenne », Revue d’Économie Financière, n° 60.
AGLIETTA M., 2000 : « A lender of last resort for Europe », Central
banking publications, Londres.
BAILLY F. et A. DAVID, 1999 : « Des partenariats aux fusions : le choix
du mode de rapprochement », Banque & Stratégie, décembre.
BAIN & COMPANY, 1999 : « Fusions-acquisitions dans le secteur bancaire
et création de valeur », Rapport d’étude.
BECHER D. A., 2000 : « The valuation effects of bank mergers », Journal
of Corporate Finance, n° 6.
BERGER A. N. et ALII, 2000 : « Efficiency barriers to the consolidation
of the european financial services industry », European Financial
Management, n° 6.
BERGER A. N. et ALII, 1999 : « Consolidation of the Financial Services
Industry : Causes, Consequences and Implications for the Future »,
Journal of Banking and Finance, n° 23.
BERGER A. N. et D. HUMPHREY, 1997 : « Efficiency of financial institu-
tions : international survey and directions for future research »,
European Journal of Operational Research, n° 98.
BERLE A. A. et G. C. MEANS, 1932 : The modern corporation and private
property , New York.
373
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

BANK FOR INTERNATIONAL SETTLEMENTS, 2001 : « Report on consoli-


dation in the Financial Sector », janvier.
BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL, 2001 : « L’incidence sur l’emploi
des fusions-acquisitions dans le secteur des services bancaires et
financiers », Genève.
BURGER Y., 2001 : « European Banking consolidation : time out ? »,
Standard & Poor’s, octobre.
CALOMIRIS C. W. ET J. KARCESKI, 1998 : « Is the bank merger wave of
the 1990s efficient ? Lessons from nine case studies in mergers
and productivity », in S. Kaplan ed, University of Chicago.
CRÉDIT LYONNAIS SECURITIES EUROPE, 2001 : « La consolidation du
secteur financier en Europe : Rapport d’étape », Conférences banques
européennes, octobre.
COMMISSION BANCAIRE, 1999 : « Les restructurations bancaires »,
Rapport annuel.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
COUPPEZ-SOUBERAN J., 2000 : « Vers un nouveau schéma de réglemen-
tation prudentielle », Revue d’Economie Financière, n° 56.
COUPPEZ-SOUBERAN J. et T. SESSIN, 2000 : « Pour une autorité de super-
vision financière européenne », Revue Economie Financière, n° 60.
CRUICKSHANK, 2000 : The banking review, mars.
CREEL J. et J. FAYOLLE, 2002 : « La Banque centrale et l’Union monétaire
européennes : les tribulations de la crédibilité », Revue de l’OFCE,
hors série, mars.
CYBO-OTTONE A. et M. MURGIA, 2000 : « Mergers and shareholder
wealth in european banking », Journal of Banking and Finance, 24 (6).
DARMON J., 1998 : Stratégies bancaires et gestion de bilan, Economica.
DE BOISSIEU C., 2001 : « Banking consolidation in Europe : some
remarks », Papier présenté à la 3e conférence du Centre Saint-Gobain
pour la recherche en économie, Paris, les 8 et 9 novembre.
DE LONG G. L., 2001 : « Stockholder gains from focusing versus diver-
sifying bank mergers », Journal of Financial Economics, 59 (2).
DE PERTHUIS C., 2000 : « La fièvre européenne », Sociétal, n° 28.
DEUTSCHE BANK, 2001a : « Mergers and acquisitions in the financial
industry : a matter of concern for bank supervisors ? », Economics
Research.
DEUTSCHE BANK, 2001b : « Too big to fail : effects on competition and
implications for banking supervision », Economics Research.
374
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

DIETSCH M., 2000 : « Les surcapacités bancaires », Bulletin de la


Commission Bancaire, n° 22, avril.
DIETSCH M. et L. WEILL, 2000 : « The evolution of cost and profit
efficiency in european banking », in Research in banking and finance,
vol 1, JAI Presse.
DIETSCH M. et V. OUNG, 2001 : « L’efficacité économique des restruc-
turations bancaires en France au cours des années 1990 », Bulletin
de la Commission Bancaire, n° 24, Avril.
EUROPEAN CENTRAL BANK, 2000 : « Mergers and acquisitions involving
in the EU banking industry. Facts and implications », Working Paper,
décembre.
EUROPEAN CENTRAL BANK, 2000 : « l’UEM et la surveillance bancaire »,
Bulletin mensuel, avril.
GOSLING P., 2000 : « Nouvelles technologies et exclusion bancaire »,
INAISE, Banque et cohésion Sociale, Ed. Charles Leopold Mayer.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
HANNAN T. H., 1991 : « Bank commercial loans markets and the role
of market structure : evidence from surveys of commercial
lending », Journal of Banking and Finance, n° 15.
HANNAN T. H., 1997 : « Market share inequality, the number of compe-
titors, and HHI : an examination of bank princing », Review of
Industrial Organisation, n° 12.
HOUSTON J. F. et M. D. RYNGAERT, 1994 : « The overall gains from large
bank mergers », Journal of Banking and Finance, 18 (6).
HOUSTON J. F. et M. D. RYNGAERT, 1999 : « Why are value enhancing
mergers in banking so hard to find ? », Working Paper.
INTERNATIONAL MONETARY FUND, 2001 : « Euro-area Banking at the
crossroads », Working Paper, n° 28.
IMMERGLUCK D., 2000 : « Déréglementation, segmentation et exclusion
dans le secteur des services financiers : l’impact sur les économi-
quement faibles (quelques leçons des Etats Unis) », INAISE, Banque
et cohésion Sociale, Ed. Charles Leopold Mayer.
JENSEN M. C. et W. C. MECKLING, 1976 : « Theory of the firm : managerial
behavior, agency costs and ownership structure », Journal of Financial
Economics, n° 4, octobre.
KOHERS T. et ALII, 2000 : « Market perception of efficiency in bank
holding company mergers : the roles of the DEA and SFA models
in capturing merger potential », Review of Financial Economics, n° 9.
LANNOO K., 1998 : « Financial supervision in EMU », CEPS Working
Paper, Brussels.
375
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

LEVASSEUR S., 2002 : « Investissements directs à l’étranger et stratégies


des entreprises multinationales », Revue de l’OFCE, hors série, mars.
LE CACHEUX J., T. LAMBERT et A. MAHUET, 1997 : « L’épidémie de crises
bancaires dans les pays de l’OCDE », Revue de l’OFCE, n° 61, avril.
LEIBENSTEIN H., 1966 : « Allocation efficiency and X-efficiency »,
American Economic Review, n° 56.
LEYSHON A. et THRIFT N., 1996 : « Financial exclusion and the Shifting
Boundaries of the financial system », Environment and Planning A,
n° 28.
MARKOWITZ H. M., 1952 : « Portfolio selection », Journal of Banking and
Finance, mars.
MÉTAIS J. et F. L. MICHAUD, 2001 : « Les méga-fusions bancaires et le
dilemme efficacité-stabilité », Communications aux journées de l’AFSE,
Orléans, 17 et 18 mai.
MEON P. G. et L. WEILL, 2001 : « Can mergers in Europe help banks
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
hedge against macroeconmic risk ? », Communications aux journées
de l’AFSE, Orléans, 17 et 18 mai.
MORGAN STANLEY DEAN WITTER, 2000 : The financial revolution in
Europe III.
PARIBAS, 1998 : « Banques : taille critique, quelle taille critique ? », Revue
Conjoncture, février.
PASTRE O., 2001 : « Industrie bancaire : les espoirs des Davids face
aux Goliaths», Revue d’Economie Financière, n° 61.
PEBEREAU M., 2000 : La rentabilité des banques dépend-elle de leur taille ?.
PILOFF S. J. et A. M. SANTOMERO, 1997 : « The Value Effect of Bank
Mergers and Acquisitions », The Wharton Financial Institutions
Center, Working Paper, 97 (7), octobre.
PLIHON D., 2000a : « Quelle surveillance prudentielle pour l’industrie
de services financiers ? », Revue d’Économie Financière, n° 60.
PLIHON D., 2000b : Les banques : nouveaux enjeux, nouvelles stratégies, La
documentation française.
RADECKI L. J., 1998 : « Small expanding geographic reach of retail
banking markets », FRB of New York, Policy Review, n° 4.
RHOADES S. A., 1998 : « The Efficiency Effects of Bank Mergers: An
Overview of Case Studies of 9 Mergers », Journal of Banking and
Finance, 22 (3).
ROSA J. J., 2001 : « Deux stratégies pour les entreprises et les États »,
Figaro Économie, 18 mai.
376
Revue de l’OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

SCHIMDT T R. H., 2000 : « The future of banking in Europe », Cepii,


Document de travail, n° 22.
SHAFFER R S., 1993 : « Can Megamergers Improve Bank Efficiency ? »,
Journal of Banking and Finance, n° 17.
TAUFFIEB N., 2002 : « Une banque internet peut-elle être rentable ? »,
Banque Magazine, n° 632, janvier.
VAN BEEK L. et A. T. Rad, 1997 : « Market valuation of bank mergers
in Europe », Financial Services, Amsterdam.
VANDER VENNET T R., 1996 : « The effets of mergers and acquisitions
on the efficiency and profitability of EC credit institutions », Journal
of Banking and Finance, n° 20.
WILLIAMSON O. E., 1967 : The economics of discretionary behavior :
managerial objectives in a theory of the firm, Chicago.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

377
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

ANNEXE 1
Quelques éléments de méthodologie
La date de l’annonce et de la réalisation des opérations se situe entre
le 01/01/1994 et le 01/01/2001. Les traitements sur nombre, valeur et
valeur moyenne sont réalisés par rapport à l’année de l’annonce. Ne sont
prises en compte que les principales opérations (en considérant le
montant de la transaction) annoncées et réalisées.
Nous intégrons dans notre étude les fusions complètes ou les acqui-
sitions majoritaires (dépassement du seuil de 45 % des droits de vote), de
manière à prendre en compte toutes les opérations ayant engendré un
changement de contrôle capitalistique.
Les cibles, tout comme les acquéreurs, sont des banques au sens large,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
éventuellement une holding bancaire, mais nous excluons les assurances
et les « securities houses ».
La zone géographique couvre toute l’Union européenne.

378
Revue de l’OFCE
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

ANNEXE II
Liste des principales opérations de fusions-acquisitions bancaires dans l’Union européenne depuis 1995
Année de Acquéreurs Pays Cibles Pays Montants Type
l'annonce (Mls euros)
1995 Abbey National Royaume-Uni National and Provincial Building Society Royaume-Uni 1 628,5 Fusion
1995 Dresdner Bank Allemagne Kleinwort Benson Group Royaume-Uni 1 168,3 Fusion
1995 Lloyds Bank Royaume-Uni TSB Group Royaume-Uni 11 667,1 Fusion
1995 ING Pays-Bas Barings Royaume-Uni 770,0 Fusion
1996 Svenska Handelsbanken Suède Stadshypotek Suède 2 723,5 Fusion
1996 Caisse Nationale du Crédit Agricole France Banque INDOSUEZ France 970,3 Acquisition
1996 Mediocredito Centrale Italie Banco di Napoli Italie 1 401,1 Acquisition
1996 Crédit Local de France France Crédit Communal de Belgique Belgique 1 488,0 Acquisition
1997 Société Générale France Crédit du Nord France 332,8 Fusion
1997 Sparbanken Severige Suède Foreningsbanken Suède 1 153,8 Fusion
1997 Bayerische Vereinsbank Allemagne Bayerische Hypotheken-Und Wechselbank Allemagne 6 491,3 Fusion
1997 Nordbanken Suède Merita Finlande 3 831,2 Fusion
1997 Banco Ambrosiano Veneto Italie Cariplo Italie 4 071,5 Fusion
1997 Bank Austria Autriche Créditanstalt Autriche 1 241,6 Acquisition
1997 Cie Financière de PARIBAS France CETELEM France 1 919,8 Acquisition
1997 Cie Financière de PARIBAS France Compagnie Bancaire France 2 406,0 Acquisition
1998 Almanij Kredietbank Belgique Centrale Raiffeisenkasbank Belgique 4 664,8 Fusion
1998 Almanij Kredietbank Belgique ABB Verkekeringen Bank Belgique 2 047,7 Fusion
1998 Credito Italiano Italie Unicredito Italie 10 032,3 Fusion
1998 Istituto Bancario San Paolo di Torino Italie Istituto Mobiliare Italiano (IMI) Italie 8 628,3 Fusion
1998 Banco Santander Espagne BANESTO Espagne 3 544,7 Acquisition
1998 Caisse Centrale des Banques Populaires France NATEXIS Banque France 548,0 Acquisition
1998 Crédit Mutuel France Cie Financière du Crédit Industriel (CIC) France 2 026,8 Acquisition
1998 Banca Intesa Italie Cassa di Risparmio di Parma (CARIPARMA) Italie 2 121,0 Acquisition
1998 Crédit Agricole France SOFINCO France 1 470,0 Acquisition
1998 DEXIA Belgique/France Banco de Credito Local Espagne 2 600,0 Acquisition
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

379
Hors série / mars 2002
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Revue de l’OFCE
380
ANNEXE II (suite)

Année de Acquéreurs Pays Cibles Pays Montants Type


l'annonce (Mls euros)
1999 Banco Santander Espagne Banco Central Hispanoamericano (BCH) Espagne 9713,0 Fusion
1999 HSBC Royaume-Uni Safra Republic Holdings Luxembourg 2 413,2 Fusion
1999 Skandinaviska Enskilda Banken (SEB) Suède BFG BANK Allemagne 1 589,8 Fusion
1999 BNP France PARIBAS France 12 122,9 Acquisition
1999 Banca Intesa Italie Banca Comerciale Italiana (COMIT) Italie 7 760,8 Acquisition
1999 EFG Eurobank Grèce Ergo Bank Grèce 2 051,2 Acquisition
1999 Caisse Centrale des Caisses d'Epargne France Crédit Foncier de France France 709,2 Acquisition
1999 DEXIA Belgique/France Banque Internationale de Luxembourg Luxembourg 1 003,2 Acquisition
1999 Banco Bilbao Vizcaya (BBV) Espagne Argentaria Espagne 10 460,0 Fusion
2000 San Paolo IMI Italie Banco di Napoli Italie 2 224,0 Acquisition
2000 Royal Bank of Scotland (RBoS) Royaume-Uni National Westminster ( NATWEST) Royaume-Uni 42 150,0 Fusion
2000 DEXIA Belgique/France Labouchere Pays-Bas 896,0 Acquisition
2000 Banco Comercial Portugues Portugal Banco Pinto &e Sotto Mayor Portugal 3 000,0 Acquisition
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

2000 Merita Nordbanken Finlande/Suède Unidanmark Danemark 4 780,0 Fusion


2000 Hypovereinsbank Allemagne Bank Austria Autriche 7 800,0 Acquisition
2000 Banco Santander Central Hispano (BSCH) Espagne Banco Totta & Acores Portugal 1 610,0 Fusion
2000 HSBC Royaume-Uni Crédit Commercial de France (CCF) France 11 000,0 Acquisition
2000 Barclays Royaume-Uni Woolwich Royaume-Uni 9 100,0 Fusion
2000 Den Danske Bank Danemark Real Danmark Danemark 3 500,0 Fusion
2000 Merita Nordbanken Finlande/Suède Christiania Bank Norvège Fusion
2001 Svenska Handelsbanken Suède Midtbank Danemark Acquisition
2001 Allianz Allemagne Dresdner Bank Allemagne 25 000,0 Acquisition
2001 Bank of Scotland Royaume-Uni Halifax Group Royaume-Uni 14 500,0 Fusion
2001 CCF France Banque Hervet France 529,0 Acquisition
2001 DG BANK Allemagne GZ BANK Allemagne Fusion
2001 DEXIA Belgique/France Artesia Banking Corp. Belgique 3 300,0 Acquisition
2001 Caisse des dépôts et consignations (CDC) France Groupe Caisses d’Epargne France Fusion
2001 San paolo IMI Italie Cardine Italie 6 200,0 Fusion
2001 Banco Populare di Verona Italie Banca Populare di Novara Italie Fusion
2002 Banca di Roma Italie BIPOP-CARIRE Italie Fusion

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
LES RESTRUCTURATIONS BANCAIRES EN EUROPE

ANNEXE III
Les forces en présence
Capitalisation boursière, rentabilité et valorisation boursière des principaux
établissements bancaires européens (fin 2001)

Rang Établissements (Pays) Capitalisations Prévisions Prévisions


Boursières ROE 2002 P/B 2002
(en mds euros) (%) (%)
1 HSBC (R-U) 123,4 17,5 2,39
2 RBoS Group (R-U) 78,1 19,7 2,15
3 UBS (Suisse) 70,9 16,4 2,58
4 Lloyds TSB Group (R-U) 69,0 28,6 3,36
5 Barclays (R-U) 61,8 21,2 2,29
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
6 ING Group (P-B) 56,7 19,6 2,51
7 Crédit Suisse Group (Suisse) 56,4 15,4 2,59
8 Deutsche Bank (Allemagne) 49,3 11,9 1,86
9 HBoS (R-U) 46,3 18,1 2,49
10 BNP Paribas (France) 44,5 18,5 1,58
11 BBVA (Espagne) 44,4 20,0 2,56
12 BSCH (Espagne) 43,8 17,5 2,25
13 Fortis (Belg/P-B) 37,7 17,3 2,13
14 ABN Amro (P-B) 27,9 22,5 1,99
15 Société Générale (France) 27,1 17,4 1,82
16 Dresdner Bank (Allemagne) 23,5 '' ''
17 Abbey National (R-U) 23,2 20,5 2,16
18 Unicredito (Italie) 22,6 16,2 2,35
19 IntensaBCI (Italie) 18,7 16,7 1,69
20 Dexia (Belg-Fra) 18,7 19,5 2,04
Légende :
Capitalisation boursière = Nombre d’actions x Cours des actions.
ROE = Return on equity encore appelé rentabilité des fonds propres = Résultat net / Fonds propres.
P / B = Price to Book = Cours / Actif net par action ou Capitalisation boursière / Fonds propres.
Sources : Bloomberg et CLSE.

381
Hors série / mars 2002
Rym Ayadi, Pascal de Lima et Georges Pujals

Sur un plan statistique, les valeurs bancaires situées au-dessus de la


droite sont moins bien valorisées que la moyenne du marché et vice
versa. À partir de ce graphique, on peut donc établir un diagnostic de
sur ou sous-évaluation des valeurs bancaires européennes.

Modèle de valorisation et ratios boursières


Banques européennes ROE-P/BV
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 194.214.161.15 - 18/03/2015 16h32. © OFCE
Source : CLS.

382
Revue de l’OFCE