Vous êtes sur la page 1sur 98

RAPPORT

D’ACTIVITÉ
SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
QUE DIEU L’ASSISTE
RAPPORT D’ACTIVITÉ

TABLE DES MATIÈRES

MOT DU PRÉSIDENT 9

CHAPITRE 1 : L’AUTORITÉ 13
1. MISSIONS ET COMPÉTENCES 14
2. GOUVERNANCE 16
3. ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT 23

CHAPITRE 2 : FAITS MARQUANTS 27


1. AU NIVEAU INTERNATIONAL 28
2. AU NIVEAU NATIONAL 29

CHAPITRE 3 : SITUATION DES SECTEURS SOUS CONTRÔLE 33


1. SECTEUR DES ASSURANCES 34
2. SECTEUR DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE 46

CHAPITRE 4 : ACTIVITÉS PRINCIPALES 55


1. ACTIVITÉS DU CONSEIL ET DES INSTANCES CONSULTATIVES 56
2. ACTIVITÉS DE RÉGULATION ET DE CONTRÔLE 57
3. PARTICIPATION A LA SURVEILLANCE MACRO-PRUDENTIELLE DU SECTEUR 79
FINANCIER

CHAPITRE 5 : COOPÉRATION INTERNATIONALE 83


1. ACTIVITÉS AU SEIN DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES 84
2. COOPÉRATION BILATÉRALE 85

CHAPITRE 6 : DONNÉES FINANCIÈRES 89


RAPPORT D’ACTIVITÉ

MOT DU PRÉSIDENT

La création de l’Autorité de Contrôle des Assurances et de


la Prévoyance Sociale (ACAPS) par la loi n°64-12 entrée en
vigueur le 14 avril 2016, marque une étape supplémentaire
dans la modernisation du secteur financier marocain.

L’Autorité, qui remplace la Direction des Assurances et 9


de la Prévoyance Sociale (DAPS) relevant du Ministère de
l’Economie et des Finances, a été dotée des attributions qui
lui permettent de jouer pleinement son rôle de régulateur
et de superviseur des secteurs des assurances et de la
prévoyance sociale. Ce rôle se trouve aujourd’hui conforté par
l’indépendance décisionnelle, financière et par la structure de
gouvernance de l’Autorité.

La création d’une autorité indépendante, dotée de


prérogatives de supervision élargies, était une nécessité,
tant les enjeux économiques qu’impliquent les secteurs de
l’assurance et de la prévoyance sociale sont importants. Et de
fait, ces secteurs gèrent un total de plus de 400 milliards de
dirhams d’actifs. Pour l’année 2016, 35,1 milliards de dirhams
de primes ont été émises par le secteur des assurances et
près de 55 milliards de dirhams de contributions ont été
collectées par les organismes de la prévoyance sociale.

Dès le démarrage effectif des activités de l’ACAPS, nous nous


sommes attelés à parachever le dispositif de gouvernance
avec la nomination des membres indépendants du Conseil
par Décret du Chef du Gouvernement, à la mise en place des
deux commissions consultatives de régulation et de discipline
et à la préparation et l’adoption des différents règlements
intérieurs. Tout ceci était nécessaire pour que l’Autorité
puisse fonctionner rapidement et être opérationnelle.

Un effort important a été également consenti, avec le soutien


du Conseil, afin d’approuver et de déployer l’organigramme,
de mettre en place les procédures ainsi que le dispositif
de contrôle. L’objectif a été de préparer rapidement l’outil
interne et de mettre en place les conditions nécessaires pour
que l’Autorité puisse s’acquitter de ses missions.

Protéger les assurés et les affiliés est au cœur de ces missions.


Les protéger en garantissant la solvabilité des opérateurs, en
mettant un cadre prudentiel adéquat et en s’assurant de son
respect. Les protéger aussi dans leurs relations quotidiennes
avec les opérateurs en œuvrant pour plus de transparence,
en promouvant les bonnes pratiques et en luttant contre
celles irrégulières ou abusives. C’est d’ailleurs pour cela que,
pour le secteur des assurances, l’Autorité a mis en place
une direction dédiée à la protection des assurés, investie
de missions d’information, de sensibilisation et d’instruction
des réclamations.

10 Au cours de l’année 2016, l’Autorité a délivré un agrément à


une nouvelle entreprise d’assurances et de réassurance et a
approuvé les statuts d’un organisme de retraite.

De nombreux projets de textes règlementaires ont été


préparés et sont en consultation ou mis dans le circuit
d’adoption et de publication. Il s’agit notamment du
projet de la circulaire générale relative aux assurances, des
circulaires relatives à l’agrément et au contrôle des Sociétés
Mutuelles de Retraite et d’organismes de retraite, des
projets de textes d’application du code des assurances, de
la loi sur la couverture des conséquences des événements
catastrophiques, ainsi que la loi sur la Caisse Nationale de
Retraites et d’Assurances.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

Sur le plan de la coopération internationale, l’ACAPS a


participé de manière active aux réunions de l’Association
Internationale des Superviseurs d’Assurances (IAIS), dont
elle est membre du Comité Exécutif. Elle a également
participé aux travaux du Forum des Superviseurs Arabes
(AFIRC) dont elle assurance la présidence, ainsi qu’à ceux
de l’Association Internationale de Sécurité Sociale (AISS).
Des voies de coopération ont été initiées avec l’Autorité de
Contrôle Prudentiel et de Résolution Française (ACPR) et
avec l’Autorité de Supervision de Belgique (FSMA). Il en est
de même avec les autorités de supervision de la République
de Madagascar et de la République Démocratique du Congo,
dont des délégations ont été accueillies à Rabat.

L’année 2016 a été donc riche en événements, en activités et


en projets. L’Autorité a été très rapidement opérationnelle.
Ses équipes ont pris la pleine mesure des enjeux majeurs
auxquels elles doivent répondre.

Les défis sont nombreux. Notre objectif est d’asseoir les bases
d’une régulation et d’une supervision efficaces, modernes
et conformes aux principes et normes internationaux. Ce
faisant, nous aurons contribué, non seulement à la protection
des droits des assurés et des affiliés, mais également à 11
asseoir le développement des secteurs des assurances et de
la prévoyance sociale sur des bases saines et durables.

M. Hassan BOUBRIK
Président de l’ACAPS
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 1
L’AUTORITÉ
1. MISSIONS ET COMPÉTENCES
2. GOUVERNANCE
3. ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT
1. MISSIONS ET COMPÉTENCES

1.1. Missions

L’Autorité est chargée du contrôle et Sur le plan réglementaire, le Président


de la surveillance des entreprises et des prend les circulaires nécessaires à
intermédiaires d’assurances ainsi que des l’exercice des missions de l’Autorité après
organismes de la prévoyance sociale. A ce avis de la commission de régulation.
titre, elle veille à la protection des assurés,
C’est ainsi qu’une circulaire relative aux
affiliés et bénéficiaires de droits à travers:
documents à produire à l’appui d’une
• Le contrôle de la solvabilité des Entre- demande d’approbation des statuts d’une
prises d’Assurances et de Réassurance société mutuelle de retraite (SMR) a
et de la pérennité financière des ré- été publiée. D’autre part, une circulaire
gimes de prévoyance sociale; générale des assurances a été adressée au
• La vérification du respect des règles ministère de l’Économie et des Finances
applicables à chaque secteur par les pour homologation. Cette circulaire
opérateurs soumis à son contrôle; permettra de disposer d’un document
• Le suivi des pratiques commerciales et unique, reprenant l’ensemble des textes
l’instruction de toutes les réclamations pris en application des dispositions
relatives aux opérations pratiquées par légales en vigueur.
les entités soumises à son contrôle. Par ailleurs, l’Autorité s’assure du respect,
14 Ce contrôle se fait sur la base des lois par les opérateurs relevant des secteurs
n° 64-12 portant création de cette Auto- soumis à son contrôle, des dispositions de
rité, n°17-99 portant code des assurances la loi n° 43-05 relative à la lutte contre le
et celles régissant les régimes de retraite blanchiment de capitaux.
obligatoires. En ce qui concerne le sec- Enfin, elle est amenée à représenter le
teur de la mutualité, le contrôle s’exerce gouvernement en matière de coopération
conjointement avec le ministère chargé internationale dans les domaines relevant
de l’emploi. de ses compétences.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

1.2. Organismes sous contrôle

Sont soumis au contrôle de l’Autorité :


• Les Entreprises d’Assurances et de • Les organismes gestionnaires de l’As-
Réassurance; surance Maladie Obligatoire (AMO) de
• Les intermédiaires d’assurances qui base;
présentent des opérations d’assurances • Les sociétés mutualistes, à l’exception
et de réassurance; de celles constituées pour les Forces

CHAPITRE 1 : L’AUTORITÉ
• Les organismes gestionnaires des Armées Royales et les Forces
régimes de retraites régies par un texte Auxiliaires;
particulier (CMR - Régime de pensions • La Caisse Nationale de Retraites et
civiles, CMR - Régime de pensions d’Assurances (CNRA).
militaires, RCAR - Régime Collectif
En outre, la loi n° 64-12 permet à l’Autori-
d’Allocation de Retraite, CNSS - Régime
té de soumettre à son contrôle toute per-
de sécurité sociale);
sonne agissant en qualité de souscripteur
• Les organismes de droit privé gérant à un contrat d’assurance de groupe, sans
les opérations de retraite fonctionnant préjudice des contrôles complémentaires
par répartition ou par répartition et propres à la législation à laquelle ladite
capitalisation (Sociétés Mutuelles de personne est assujettie.
Retraite);
15
• Les Caisses de retraite internes au sein
d’entités de droit public gérant des
régimes qui fonctionnent par répartition
ou par répartition et capitalisation;

ENTITÉS NOMBRE
Entreprises d’Assurances et de Réassurance 21
Intermédiaires d’assurances
• Agents et courtiers 1873
• Bureaux directs 463
Organismes de retraite y compris la CNRA 7
Sociétés mutualistes 28
Organismes gestionnaires de l’AMO 2

Tableau 1: Nombre des entités soumises au contrôle de l’Autorité


2. GOUVERNANCE
2.1. Organes de l’Autorité

Organes de l’Autorité
Le Conseil et le Président constituent les organes de gouvernance de l’ACAPS.

Le Conseil
Le Conseil est chargé de l’administration • Arrête l’organigramme et le statut du
de l’Autorité et dispose à cet effet des personnel et nomme les directeurs sur
attributions suivantes: proposition du Président.
• Arrête la politique générale; Outre son Président, le Conseil se compose
• Prend les décisions d’octroi d’agrément du Président de l’Autorité Marocaine du
des Entreprises d’Assurances et de Marché des Capitaux, du Directeur du
Réassurance et d’approbation des Trésor et des Finances Extérieures relevant
statuts des organismes de retraite ; du Ministère de l’Economie et des Finances,
• Prend les décisions concernant les d’un Magistrat de la Cour de Cassation et
sanctions relatives au retrait total ou de trois membres indépendants nommés
partiel de l’agrément d’une entreprise par décret du Chef du Gouvernement
d’assurances et de réassurance et au et choisis pour leur compétence dans
retrait de l’approbation des statuts à un les domaines des assurances ou de la
16 prévoyance sociale.
organisme de retraite;
• Fixe les contributions des entités sou-
mises au contrôle;
• Approuve le budget et les états finan-
ciers;
• Désigne le commissaire aux comptes et
statue sur tout rapport d’audit;
• Arrête le règlement fixant les règles et
modes de passation des marchés;
RAPPORT D’ACTIVITÉ

Composition du Conseil de l’Autorité

M. Hassan BOUBRIK
Président

CHAPITRE 1 : L’AUTORITÉ
Mme Nezha HAYAT Mme Fouzia ZAABOUL
Présidente de l’Autorité Directrice du Trésor et
Marocaine du Marché de des Finances Extérieures,
Capitaux (AMMC), membre membre

17

M. Mohamed
Mme Imane EL MALKI
Bachir RACHDI
Conseillère à la Cour Membre
de Cassation, membre indépendant

M. Abdelaziz TALBI M. Ahmed ZINOUN

Membre Membre
indépendant indépendant

Commissaire du
gouvernement

M. Hicham EL MDAGHRI
Le Président

Le Président gère et dirige l’Autorité, sous • Approuve et met en œuvre toute


réserve des attributions du Conseil. A cet convention conclue par l’Autorité;
effet, il dispose des pouvoirs suivants: • Exécute les délibérations du Conseil et
• Préside le Conseil, le convoque et arrête prend toutes les mesures nécessaires à
l’ordre du jour de ses séances; cette fin;
• Prend les circulaires nécessaires à l’exer- • Prend toutes les décisions nécessaires
cice des missions de l’Autorité; pour l’exécution des missions et attri-
• Prend toutes les décisions de sanctions butions de l’Autorité.
à l’exception de celles dévolues au Le Président est assisté par un Secrétaire
Conseil ; Général qui assure, sous son autorité, la
• Prépare les projets de budget et arrête coordination entre les différents services.
les comptes de l’Autorité;
Le Secrétaire Général exerce les pouvoirs
• Organise les services de l’Autorité et fonctions qui lui sont dévolus par le
conformément à l’organigramme ap- Président. Il le remplace en cas d’absence
prouvé par le Conseil; ou d’empêchement et exerce ses fonctions
• Propose au Conseil la nomination des à l’exception de la présidence du Conseil.
directeurs, recrute et nomme aux autres
fonctions ;

18

Instances consultatives

Les organes de gouvernance de l’Autorité sont appuyés par deux instances consultatives;
la commission de discipline et la commission de régulation.

Commission de discipline

La commission de discipline est chargée • D’un membre désigné parmi les


de donner au Président de l’Autorité un membres indépendants du Conseil en
avis consultatif sur certaines sanctions tant que vice-président;
et sur les plans de rétablissement ou de • D’un représentant de l’Autorité désigné
redressement présentés par les Entreprises parmi son personnel;
d’Assurances et de Réassurance ou les
• De trois membres représentant chacun
Sociétés Mutuelles de Retraite.
l’un des secteurs soumis au contrôle de
Cette commission, dont les membres sont l’ACAPS;
désignés par le Conseil, est composée : • D’un membre indépendant.
• D’un magistrat de la Cour de Cassation
membre du Conseil, président;
RAPPORT D’ACTIVITÉ

MEMBRES DE LA COMMISSION DE DISCIPLINE

Conseillère à la Cour de Cassation.


Mme Imane El Malki
Présidente
Membre du Conseil de l’Autorité.
M. Ahmed ZINOUN
Vice- président

CHAPITRE 1 : L’AUTORITÉ
Directrice du Contrôle des Assurances (ACAPS).
Mme Afifa AL HOUARI
Représentant de l’Autorité
Directeur de la Caisse Marocaine de Retraite,
M. Mohamed ALAOUI représentant des régimes de retraite.
ABDELLAOUI
Membre titulaire
Directeur du Régime Collectif d’Allocation de
M. Moulay Ahmed CHERKAOUI Retraite, représentant des régimes de retraite.
Membre suppléant
Représentant des Entreprises d’Assurances et
M. Mehdi TAZI de Réassurance.
Membre titulaire
Représentant des Entreprises d’Assurances et 19
M. El Mostafa KHRIS de Réassurance.
Membre suppléant
Représentant des intermédiaires d’assurances.
M. Ali BENJELLOUN
Membre titulaire
Représentant des intermédiaires d’assurances,
M. Youssef BOUNOUAL
Membre suppléant
Président de la Mutuelle Générale de l’Éducation
M. Miloud MAASSIDE Nationale, représentant des sociétés mutualistes,
Membre titulaire
Président de la Caisse Mutuelle Interprofessionnelle
M. Abdelaziz ALAOUI Marocaine représentant des sociétés mutualistes,
Membre suppléant
M. Hamid BESRI Membre indépendant

Tableau 2: Membres de la commission de discipline au 31.12.2.2016


Commission de régulation
La commission de régulation est chargée entreprise d’assurances et de réassu-
de donner au Président de l’Autorité un rance;
avis consultatif sur: • Les demandes d’approbation des statuts
• Les projets de circulaires et de textes présentés par les organismes de retraite
législatifs ou réglementaires en relation et le transfert de la totalité des droits et
avec son champ d’intervention; obligations d’un organisme de retraite à
• Les demandes d’agrément présentées un autre;
par les Entreprises d’Assurances et de • Les demandes d’approbation des
Réassurance ; statuts présentées par les sociétés
• La constitution d’union de sociétés mutualistes et des modifications qui y
d’assurance mutuelle, l’adhésion et le sont apportées.
retrait de l’union d’une société d’assu- Cette commission est composée de
rance mutuelle; trois représentants de l’Autorité, dont le
• Les opérations de fusion, de scission Secrétaire Général en tant que président,
ou d’absorption; de deux représentants de l’administration
• L’approbation des demandes de trans- et de représentants des secteurs soumis
fert partiel ou total de portefeuille d’une au contrôle de l’Autorité.

20
RAPPORT D’ACTIVITÉ

MEMBRES DE LA COMMISSION DE RÉGULATION

Secrétaire Général P.I de l’Autorité.


M. Othman Khalil EL ALAMY
Président
M. Mimoun ZBAYAR
Représentants de l’Autorité, désignés par le
M. Lotfi BOUJENDAR Conseil.

CHAPITRE 1 : L’AUTORITÉ
M. Abdeljalil EL HAFER Représentants de l’administration désignés par
Mme Saloua BOUGHABA le ministre chargé des Finances.

Président de la Fédération Marocaine des


M. Mohamed Hassan BENSALAH Sociétés d’Assurances et de Réassurance
(FMSAR).
M. Ali HARRAJ Représentants de la FMSAR, désignés sur
M. Bachir BADOU proposition de la FMSAR.

M. Khalid AOUZAL Représentants des intermédiaires d’assurances,


M. Jamal DIWANI désignés par le Conseil.
Directeur Général de la Caisse Nationale de
M. Saïd AHMIDOUCH Sécurité Sociale, représentant les régimes de
retraite, désigné par décret.
Directeur de la Caisse Marocaine de Retraites,
21
M. Mohamed EL ALAOUI
représentant les régimes de retraite, désigné
ABDELLAOUI par décret.
Directeur du Régime Collectif d’Allocation de
M. Moulay Ahmed CHERKAOUI Retraite, représentant les régimes de retraite,
désigné par décret.
Président Directeur Général de la Caisse
Interprofessionnelle Marocaine de Retraite,
M. Khalid CHEDDADI représentant les régimes de retraite, désigné
par décret.
Président de la Mutuelle Générale de l’Éducation
M. Miloud MAASSIDE Nationale, représentant les sociétés mutualistes,
désigné par décret.
Président de la Mutuelle de Prévoyance Sociale
M. Karim Eddine CHENNOUF des Cheminots, représentant les sociétés
mutualistes, désigné par décret.
Président de la Caisse Mutualiste
M. Abdelaziz ALAOUI Interprofessionnelle Marocaine, représentant les
sociétés mutualistes, désigné par décret.

M. Jilali HAZIM Directeur Général de l’Agence Nationale de


l’Assurance Maladie.
Tableau 3: Membres de la commission de régulation au 31.12.2.2016
2.2. Comités émanant du Conseil

Comité d’audit

Le Comité d’audit a pour mission d’assu- Il peut, sur demande du Conseil, examiner
rer le suivi du processus d’élaboration de toute question en relation avec les attri-
l’information comptable, de l’efficacité butions du Comité, en particulier le projet
des systèmes de contrôle interne et de de budget et le rapport d’exécution du-
gestion des risques, de contrôle légal des dit budget. Il est composé de Mme Nezha
comptes annuels et de l’indépendance du HAYAT et de M. Abdelaziz TALBI.
Commissaire aux comptes.

Comité des rémunérations

Le Comité des rémunérations est chargé de l’Autorité. Il est composé de M. Ahmed


d’examiner et de donner un avis au ZINOUN et M. Mohamed Bachir RACHDI.
Conseil sur la politique de rémunération

22
2.3. Comité de direction

Le Comité de direction est composé du un espace d’échange d’informations et


Président de l’Autorité, du Secrétaire de coordination des différents projets de
Général et des Directeurs. Ce comité se l’Autorité.
réunit hebdomadairement et constitue
RAPPORT D’ACTIVITÉ

3. ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

3.1. Organigramme

L’organigramme de l’Autorité s’articule autour de six directions, dont quatre directions


métiers et deux directions transversales.

CHAPITRE 1 : L’AUTORITÉ
Secrétariat des instances

M. Mimoun ZBAYAR Président de l’Autorité

Audit interne M. Hassan BOUBRIK


M. Tarik NEJJARI

Secrétaire Général

M. Othman Khalil
EL ALAMY (PI)

Direction de la Direction de la
Direction de la
Protection des
Direction du
Contrôle des
Régulation et de la
Normalisation des Direction de la Direction Du
Communication
et des Relations
23
Assurés Assurances Assurances Prévoyance Sociale Support Internationales

M. Othman Khalil Mme Afifa AL M. Mimoun ZBAYAR M. Lotfi M. Samir Mme Siham RAMLI
EL ALAMY HOUARI BOUJENDAR BOUZAABOUN

Département
information Département
et veille sur Département contrôle des Département
les pratiques Département études et organismes de Département relations
commerciales contrôle permanent normalisation retraite capital humain internationales
M. Younes LAMMAT M. Hafid ZELAMTA Mme Amal SOUAIFI M. Mohammed
HABLOUZ

Département Département Département Département


suivi des produits Département régulation et contrôle des systèmes Département
d’assurances inspection affaires juridiques mutuelles d’informations communication
M. Abdelmajid M. Abdelali DRINA M. Said EL FAKIR M. Anouar HARIM Mme Marya Mme Mouna
MIMOUNI AFQUIR CHENTOUFI

Département Département
Département études et finances et moyens
contrôle réseau statistiques généraux
M. Abdelilah M. Azeddine M. Zouhair
GUEDIRA BENALI CHERKAOUI

Figure 1 : Organigramme de l’ACAPS au 31.12.2.2016


Direction de la Protection Direction de la Prévoyance
des Assurés (DPA) Sociale (DPS)

La DPA propose et déploie la stratégie de La DPS assure la supervision et le


l’Autorité en matière de protection des contrôle des organismes de prévoyance
assurés et des bénéficiaires des contrats sociale et veille au respect des règles de
d’assurances. Elle contrôle et assure le protection des affiliés. Elle réalise des
suivi des pratiques commerciales tout en études nécessaires au développement du
examinant les produits d’assurance et la secteur et contribue au renforcement de
couverture assurantielle afin de préserver la coopération avec les instances similaires
les intérêts des assurés. à l’ACAPS.

Direction du Contrôle des Direction Support (DS)


Assurances (DCA)
Transversale, la DS propose et met en
œuvre la politique de l’Autorité en matière
La DCA est chargée du contrôle prudentiel
de gestion de ressources humaines,
et réglementaire des entreprises d’assu-
financières et logistiques. Elle veille sur
rance et de réassurance et veille à leur sol-
les systèmes d’information et assure le
vabilité. Elle exerce également le contrôle
support des activités opérationnelles.
réglementaire sur le réseau de présentation
des opérations d’assurance.
Direction Communication et
24
Direction de la Régulation des Relations Internationales
et de la Normalisation des (DCRI)
Assurances (DRNA)
La DCRI propose, élabore et déploie la
politique de communication de l’Autorité,
La DRNA est chargée de la définition
tant en interne qu’en externe de l’Autorité.
des normes et du cadre réglementaire
Elle assure également la mise en œuvre de la
applicables au secteur des assurances.
stratégie de l’Autorité en matière de relations
Elle élabore des textes législatifs et
internationales et de développement de la
réglementaires et est responsable de la
coopération avec les homologues et les
veille technique relative à ce secteur. Elle
instances internationales.
est également chargée de la régulation
et instruit les dossiers d’agrément des
entreprises et des intermédiaires.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

3.2. Ressources humaines

L’effectif global à fin 2016 est de 146 51% de l’effectif est masculin et 49% est
personnes, dont 113 cadres et 33 non féminin. La moyenne d’âge est de 42 ans.
cadres.

16%

CHAPITRE 1 : L’AUTORITÉ
26%
24-34 ans

34-44 ans

33% 44-54 ans

Supérieur à 54 ans
25%

Figure 2: Répartition de l’effectif par âge


25

Encadré n°1: mise en place des organes de


gouvernance de l’ACAPS - Année 2016

Décret portant Adoption de


nomination des l’organigramme de
membres du Conseil l’Autorité
04/04 12/07

FÉVRIER DÉCEMBRE

Nomination du Adoption
Président de 1ère réunion du statut du
l’Autorité du Conseil personnel
06/02 14/04 29/12
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 2
FAITS MARQUANTS

1. AU NIVEAU INTERNATIONAL
2. AU NIVEAU NATIONAL
1. AU NIVEAU INTERNATIONAL

Entrée en vigueur de la directive Forum Mondial de la Sécurité


européenne Solvabilité II Sociale - Panama

L’année 2016 a été marquée par l’entrée Le Forum Mondial de la Sécurité Sociale
en vigueur de la directive européenne a été organisé du 14 au 18 novembre au
« Solvabilité II ». Cette directive impose Panama sous le thème «Transformer des
aux assureurs de l’Union Européenne: vies – Façonner des sociétés».
• De veiller à ce que leurs exigences en Le Sommet mondial tenu à cette occa-
capital reflètent la réalité des risques sion a réuni des décideurs politiques, des
qu’ils encourent; représentants d’organisations internatio-
• De renforcer leur système de gouver- nales et des experts reconnus. Les débats
nance; ont porté sur la façon dont les systèmes
• D’assurer une communication transpa- de sécurité sociale peuvent évoluer face
rente à destination du public et du ré- aux grands enjeux socio-économiques et
gulateur. aux mutations du monde du travail.

Tenue de la 23ème conférence COP22 : Tenue de la 22ème


annuelle de l’IAIS session à Marrakech

28
La 23ème conférence annuelle de l’IAIS a été Le Maroc a organisé la 22ème session
tenue au Paraguay les 10 et 11 novembre de la Conférence des Parties à la
2016. Les principales thématiques débat- Convention-Cadre des Nations Unies sur
tues concernent la stabilité financière et la les changements climatiques (COP 22)
protection des assurés. à Marrakech en novembre 2016. Lors de
cette session, les pays ont fait preuve
d’unité face à l’urgence de mettre en
Organisation de la 3ème édition œuvre l’accord de Paris sur le climat.
de la conférence de l’AFIRC Adopté en décembre 2015 et entré en
vigueur le 4 novembre à Marrakech, cet
accord vise à limiter «bien en dessous» de
La 3ème édition de la conférence du Forum
2°C le réchauffement climatique.
Arabe des Superviseurs d’Assurance
(AFIRC) a été organisée à Tunis les 25 En marge de la COP 22, les acteurs et
et 26 avril 2016. Elle a porté sur le thème régulateurs du secteur financier marocain,
: « Développement de l’industrie de dont l’Autorité, ont présenté la feuille
l’assurance dans la zone MENA : exigences de route du secteur en matière de
et outils ». développement durable.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

2. AU NIVEAU NATIONAL

2.1. Secteur de l’assurance

Promulgation de la loi n° 59-13 Acquisition de l’entreprise

CHAPITRE 2 : FAITS MARQUANTS


portant amendement du code Zurich Assurances Maroc par le
des assurances groupe ALLIANZ SE

Les amendements introduits par cette loi Autorisée par l’Autorité en octobre, cette
concernent trois aspects: opération d’acquisition permet au groupe
• Révision technique de certaines dispo- Allianz, numéro 1 mondial de l’assurance,
sitions prudentielles du code des assu- d’opérer sur le marché marocain. Elle de-
rances; vrait également avoir un impact positif en
termes de développement du marché et
• Instauration de l’obligation de certaines
d’amélioration des services envers les as-
assurances de construction;
surés et les bénéficiaires de contrats.
• Mise en place d’un cadre légal pour
l’assurance Takaful.
Convention entre les Entreprises
d’Assurances et de Réassurance 29
Promulgation de la loi n° 110-
14 instituant un régime de et la CNRA
couverture des conséquences
d’événements catastrophiques La loi n° 85-12, modifiant et complétant
le dahir n° 1-59-301 du 27 octobre 1959
relatif à la Caisse Nationale de Retraites et
La loi n°110-14 instaure un régime de
d’Assurances (CNRA), a introduit l’obligation
couverture des conséquences d’événements
pour les entreprises d’assurances de verser
catastrophiques. Elle combine à la fois un
à cette caisse les capitaux constitutifs des
système assurantiel au profit des personnes
rentes accidents du travail et maladies
ayant souscrit un contrat d’assurances et un
professionnelles.
système allocataire au profit des personnes
physiques ne disposant pas de couverture. A cet effet, une convention déterminant les
modalités pratiques relatives au transfert
de ces capitaux est entrée en vigueur le
Agrément de la société 1er janvier 2016.
mutuelle «CHAABI
ASSISTANCE»

Un nouvel agrément a été octroyé à l’en-


treprise d’assurances et de réassurance
«CHAABI ASSISTANCE» pour se spécialiser
dans les affaires marocaines, suite à l’obten-
tion du statut CFC par sa société mère «Ma-
roc Assistance Internationale».
2.2. Secteur de la prévoyance sociale

Réforme des régimes de retraite Transformation de la CIMR en


Société Mutuelle de Retraite
Entrée en vigueur dès septembre 2016, Conformément aux dispositions de la loi
la réforme paramétrique du régime des n°64-12, la CIMR, ancienne association
pensions civiles a porté sur: d’employeurs régie par le dahir de 1958,
• L’âge de la retraite; s’est transformée en Société Mutuelle de
Retraite suite à la résolution adoptée par
• Le taux de cotisation;
son Assemblée Générale Extraordinaire
• Le taux d’annuité;
du 17 novembre 2016.
• L’assiette de liquidation des pensions.
Parallèlement, le montant de la
Assurance Maladie Obligatoire
pension minimale des secteurs public
et semi-public (Régime de pensions
de base des étudiants
civiles, Régime de pensions militaires
et Régime Collectif d’Allocation de L’Assurance Maladie Obligatoire de base
Retraite) a été révisé à la hausse, passant des étudiants a été consacrée par la loi
progressivement de 1.000 DH à 1.500 DH n°116-12.
par mois.
Cette assurance couvre l’ensemble
Dans le cadre de cette réforme, quatre des étudiants, marocains ou étrangers,
principaux textes ont été adoptés: de l’enseignement supérieur et de
30 • La loi n°71-14 modifiant et complétant la formation professionnelle qui ne
la loi n°011-71 du 30 décembre 1971 disposent d’aucune autre couverture
instituant un régime de pensions civiles; médicale obligatoire.
• La loi n°72-14 fixant la limite d’âge des Elle est gérée par la CNOPS et fonctionne
fonctionnaires et agents affiliés au selon les principes de l’AMO des salariés
régime des pensions civiles; et des titulaires de pensions du secteur
• La loi n°96-15 modifiant et complétant public.
le Dahir portant loi n°1-77-216 du 4
octobre 1977 créant un régime collectif
d’allocation de retraite;
• La loi n°95-15 modifiant et complétant
la loi n°013-71 du 30 décembre 1971 ins-
tituant un régime de pensions militaires.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3
SITUATION DES
SECTEURS SOUS CONTRÔLE
1. SECTEUR DES ASSURANCES
2. SECTEUR DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE
1. SECTEUR DES ASSURANCES
1
1.1. L’ASSURANCE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE
En 2016, le volume des primes au niveau Concernant le continent africain, le volume
mondial a atteint 4 732,2 milliards de total des primes d’assurances a progressé
dollars contre 4 597,7 milliards en 2015, en termes réels de 0,8% contre 2,8% un an
soit une progression de 2,9% en valeur auparavant, et a atteint 60,6 milliards de
nominale. Ces primes ont progressé de dollars.
3,1% contre 4,3% en 2015 en termes réels. Fortement impactées par le ralentissement
Les primes d’assurances vie se sont du marché sud-africain (+0,1% seulement
élevées à 2 617,0 milliards de dollars, en 2016), les primes d’assurances vie ont
en progression en termes réels de 2,5% enregistré une faible progression de 1,2%
contre 4,4% en 2015. Cette croissance en 2016 contre 2,8% pour l’année 2015.
provient principalement des marchés Les primes d’assurances non-vie en
émergents qui ont progressé de 16,9% Afrique ont, quant à elles, légèrement
tirés essentiellement par le marché chinois baissé en 2016 au taux de 0,2%, après une
et ce, face à une régression des marchés progression de 3,3% en 2015. Cette baisse
avancés de 0,5%. a été accentuée par la faible croissance du
Les primes d’assurances non vie ont marché de l’Afrique du Sud (0,2% en 2016
continué à croître pour atteindre 2 115,2 contre 6,2% en 2015), reflétant ainsi la
milliards de dollars, en progression en quasi-stagnation de l’économie au niveau
34 termes réels au taux de 3,7% contre 4,2% de ce pays.
en 2015. Le recul du taux de progression
de ces primes est dû, en particulier, à la
faible croissance des marchés développés
(2,3% en 2016 contre 3,3% en 2015).

1.2 LE SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES


1.2.1. Acteurs du marché
Le secteur des assurances compte • Trois entreprises se limitent aux opérations
vingt-et-une entreprises en activité, d’assurances non vie;
dont dix-sept Sociétés Anonymes et • Deux entreprises pratiquent exclusivement
quatre Sociétés d’Assurances Mutuelles. les opérations d’assurances vie et
La ventilation de ces entreprises par capitalisation;
catégories d’assurances exercées est la
• Quatre entreprises pratiquent des opérations
suivante:
d’assistance;
• Huit entreprises pratiquent aussi bien
• Deux entreprises pratiquent l’assurance-
des opérations d’assurances non vie
crédit;
que des opérations d’assurances vie
• Deux entreprises sont spécialisées dans la
et capitalisation;
réassurance.

1 : Source : La revue de Swiss Ré Institute, Sigma n°3/2017


RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


Si le nombre d’Entreprises d’Assurances privé, à l’exception de la Société Centrale
et de Réassurance n’a pas connu de de Réassurance (SCR), dont 94 % de son
changement depuis 2014, l’année 2016 a capital est détenu par la Caisse de Dépôt
été, toutefois, marquée par l’entrée sur et de Gestion (CDG).
le marché marocain du premier groupe Le réseau de distribution, en dehors des
mondial d’assurance Allianz, suite à agences bancaires qui sont au nombre
l’acquisition de la compagnie «Zurich de 6152, reste diversifié. Il regroupe 1873
Assurances Maroc». intermédiaires d’assurances (1427 agents
Le capital social des Entreprises et 446 courtiers) et 463 bureaux de gestion
d’Assurances et de Réassurance est directe.
détenu majoritairement par le secteur

INDICATEURS CLÉS DU SECTEUR

1er marché dans le monde arabe en termes de pénétration d’assurance ;


35
2ème marché dans l’Afrique en termes du volume des primes ;
21 Entreprises d’Assurances et de Réassurance
1 873 intermédiaires d’assurances (1427 agents et 446 courtiers), 463 bureaux
de gestion directe et 6 152 agences bancaires ;

35,2 milliards de dirhams de primes (+15,4%) ;


134,8 milliards de dirhams d’actifs affectés;
3,2 milliards de dirhams de résultat net global;
34,0 milliards de dirhams de fonds propres ;
449% taux de marge de la solvabilité.

Tableau 4 : Indicateurs clés du secteur.


1.2.2 Primes émises :

Les assurances directes

Le montant des primes émises en 2016, Sur les cinq dernières années (2012-
au titre des affaires directes, a enregistré 2016), le taux de croissance annuel moyen
une progression de 15,4% en passant s’établit à 7,8%.
de 30,2 milliards de dirhams en 2015 La performance du secteur lui a permis
à 34,9 milliards cette année. Le taux de de continuer à occuper, en termes de
pénétration, correspondant au rapport chiffre d’affaires, la 2ème place en Afrique
entre les primes émises et le PIB s’est derrière l’Afrique du Sud et la 3ème au
amélioré passant de 3,2% en 2015 à 3,5%. niveau du monde arabe, après les Emirats
La croissance du chiffre d’affaires a été Arabes Unis et l’Arabie Saoudite. A l’échelle
tirée en particulier par les assurances vie mondiale, le Maroc occupe désormais le
et capitalisation qui ont évolué de 35,4%, 49ème rang gagnant ainsi deux places par
passant de 10,6 milliards de dirhams en rapport à l’année 2015.
2015 à 14,3 milliards. Cette croissance qui Le Maroc occupe cette année la première
revêt un caractère exceptionnel est due à place au niveau du monde arabe avec un
l’entrée sur le marché d’un nouvel opérateur taux de pénétration de 3,5%. Il garde la
en assurance vie et capitalisation. 4ème position en Afrique après l’Afrique
En termes de concentration, 61,3% du du Sud, la Namibie et l’Ile Maurice.
chiffre d’affaires est détenue par les quatre
premiers assureurs et 91,2% par les dix
36 premiers.

40 18%
En milliards de dirhams

20,6 16%
35

19,6 14%
30 18,8
18,0 Assurances non - vie
17,1
12%
25

10%
Assurances vie et
20 capitalisation
8%

15 Taux de croissance des


6%
primes émises totales (axe
de droite)
10
4%
14,3

5 8,8 9,4 10,6


8,6 2%

- 0%
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 3: Evolution des primes émises du secteur par branche durant la période 2012-2016
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


Les assurances vie et capitalisation les assurances accidents du travail (6,2%).
préservent une place prépondérante, Ces quatre catégories représentent, à elles
soit 40,9% du total des émissions, suivies seules, près de 86,1% du total des primes
par l’assurance automobile (28,5%), les émises.
assurances accidents corporels (10,5%) et

3,8% 6,3% Assurances vie et


3,8% capitalisation

Véhicules terrestres à moteur


6,2%

Accidents corporels - Maladie


- maternité

10,5%
Accidents du travail et
maladies
professionnelles (AT & MP)
40,9%
Assistance - crédit – caution

28,5%
Incendie et éléments naturels

Autres

Figure 4: Répartition des primes émises du secteur en 2016 par sous-catégorie

Les acceptations en réassurance 37

Les primes acceptées par les réassureurs MAMDA-RE) détiennent 2,1 milliards de
marocains se sont élevées à 2,4 milliards dirhams contre 187,0 millions de dirhams
de dirhams contre 2,3 milliards en 2015, en par les entreprises d’assurances exploitant
progression de 2,6%. Les deux réassureurs les assurances directes. La SCR détient
exerçant à titre exclusif la réassurance (la 85,8% du marché local de réassurance.
Société Centrale de Réassurance (SCR) et
PART DANS LES PRIMES
ACCEPTÉES
RÉASSUREURS VIE NON VIE TOTAL
RÉASSUREURS Société Centrale de Réassurance (SCR) 88,4% 88,0% 85,8%
EXLUSIFS
MAMDARE 9,4% 3,6% 6,3%

AUTRES Entreprises d’assurances exploitant les assurances 2,1% 8,4% 8,0%


directes

Tableau 5 : Les acceptations en réassurance

Par nature d’acceptation, les primes montant de 635,9 millions de dirhams.


acceptées par les réassureurs exclusifs Ces rétrocessions sont réparties comme
concernent essentiellement : suit :
• Les traités marocains : 54,1%; • 578,2 millions de dirhams au titre des
• Les affaires facultatives marocaines : affaires facultatives, soit un taux de
35,6%; rétrocession de 75,5% contre 90,1% en
• Les affaires étrangères : 10,2%. 2015;
Sur le total des acceptations effectuées • 59,62 millions de dirhams au titre des
par les réassureurs exclusifs, 29,6% ont traités avec un taux de rétrocession de
été rétrocédées à l’étranger, avec un 5,1% contre 9,8% en 2015.
1.2.3. Charges des sinistres
2

La charge des sinistres (prestations et l’exercice. La part des réassureurs dans


frais payés augmentés de la variation les prestations et frais payés s’est établie
des provisions techniques) a atteint 29,5 à 12,1%, soit un montant de 2,7 milliards de
milliards de dirhams contre 23,5 milliards dirhams.
en 2015, soit une augmentation de 25,5%. Sur le total de ces prestations et frais
Le montant des prestations et frais payés payés, 39,6% sont alloués à l’assurance
au titre de 2016 s’élève à 22,1 milliards de vie et capitalisation, 25,5% à l’assurance
dirhams contre 17,8 milliards en 2015, soit automobile, 13,1% aux assurances des
une augmentation de 23,6%. Ce montant accidents corporels et 7,4% aux accidents
représente 62,8% des émissions de du travail et maladies professionnelles.
En millions de dirhams

25.000

22.059,3

20.000

17.854,0
16.749,4
15.704,0
15.176,0
15.000
13.316,5
Vie
11.475,1
Non vie
10.273,3
10.000
8.993,0
9.356,0 Total
8.742,8

6.183,0 6.348,0 6.476,2 6.378,4

5.000

38

0
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 5: Evolution des prestations et frais payés par branche d’assurances


durant la période 2012-2016

1.2.4. Rentabilité technique du secteur

Analyse globale

Le secteur des assurances a réalisé au cours Avec un solde de réassurance en faveur


de cette année une marge d’exploitation des réassureurs de 194,0 millions de
brute de 614,8 millions de dirhams contre dirhams, la marge d’exploitation nette a
1,9 milliard en 2015. été ramenée à 420,8 millions. Toutefois,
Cette baisse de la marge d’exploitation avec un solde financier de 4,59 milliards,
est due à une aggravation de la sinistralité le résultat technique net s’est établi à 5,0
de l’assurance automobile, de l’assurance milliards de dirhams contre 4,3 milliards
accidents du travail et de l’assurance en 2015, soit une augmentation de 15,4%.
agricole suite à la forte sécheresse qui a Durant la période 2012 à 2016, le résultat
caractérisé l’année 2016. technique net de réassurance a augmenté
au taux moyen de 9,8%.

2 : En termes de réassurance, les chiffres exposés dans la suite de cette partie ne tiennent compte que des opérations de
réassurance effectuées par les entreprises d’assurances.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


En millions de dirhams
7.000,0

6.000,0 4.341,1
4.491,4
4.285,1 5.010,0

5.000,0

3.438,8

4.000,0 3.926,3
4.074,7

4.227,9
3.000,0 2.648,4 4.599,1

2.000,0

1.000,0 1.943,2
1.626,1 1.607,4
1.049,5
614,8
0,0 -0,8 -294,0
2012 2013 2014 2015 2016

-1.190,7 -992,3
-1.000,0 -1.528,4

-2.000,0
Marge d'exploitation brute de réassurance Solde de Réassurance Solde finanicer Résultat technique net

Figure 6: Evolution du résultat technique net durant la période 2012 - 2016

Les assurances non vie ont contribué à tirée principalement par les assurances
hauteur de 80,8% dans le résultat technique individuelles en cas de vie et en cas de
net contre 19,2% pour les assurances vie et décès. Les résultats de ces deux sous- 39
capitalisation. Avec un montant de 4,0 catégories ont connu une amélioration
milliards de dirhams, le résultat technique grâce à une augmentation du solde
net enregistré par les assurances non financier dans un contexte de performance
vie a progressé cette année de 11,5% par du marché boursier et à une maitrise des
rapport à l’exercice précèdent. charges. Le taux moyen de progression du
Quant au résultat technique net relatif aux résultat technique net des assurances vie
assurances vie et capitalisation, il a connu et capitalisation observé pendant les cinq
en 2016 une forte augmentation de 35,2%, dernières années est de 8,7%.
En millions de dirhams

6.000

5.010,0
5.000
4.491,0
4.291,4 4.341,1
4.051,6
4.000 3.704,6 3.632,4
3.438,8 3.451,8

3.000 2.752,9 Résulat technique net vie

2.000 Résulat technique net non vie

958,4
1.000 786,4 839,6 708,7 Résulat technique net global
685,9

0
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 7: Evolution du résultat technique net par branche d’assurances


durant la période 2012-2016
Analyse par branche
Une hausse importante de la sinistralité de certaines assurances non vie en
2016
Le ratio sinistres/primes (S/P), qui est le année sont l’assurance automobile,
rapport entre le montant de la charge de l’assurance accidents du travail et maladies
sinistres et les primes acquises, constitue professionnelles, l’assurance transport
un indicateur pertinent pour le suivi de la et l’assurance agricole suite à la forte
sinistralité des opérations d’assurances. sécheresse qui a caractérisé l’année 2016.
Pour l’ensemble des assurances non vie, ce Le ratio S/P combiné, qui tient compte
ratio est passé de 61,2% en 2015 à 69,7% en des frais de gestion, permet de mesurer la
2016, traduisant ainsi une dégradation de performance technique des assurances. Ce
la sinistralité. ratio s’est établi en 2016 pour l’ensemble
Les sous-catégories d’assurances qui des assurances non vie à 99,9% contre
ont vu leur sinistralité augmenter cette 91,1% en 2015.

SOUS-CATÉGORIES/ ANNÉE 2012 2013 2014 2015 2016

Véhicules terrestres à moteur 88,1% 87,0% 95,2% 89,2% 93,7%

Dont responsabilité civile 85,6% 81,6% 92,2% 85,6% 85,6%

Accidents du travail et maladies professionnelles 106,5% 104,1% 104,0% 106,5% 114,7%

Accidents corporels - Maladie – maternité 103,2% 107,1% 107,2% 109,0% 106,4%

40 Dont maladie-maternité 118,4% 122,2% 124,3% 124,1% 120,3%

Incendie et éléments naturels 54,5% 51,2% 70,7% 70,0% 81,9%

Responsabilité civile générale 58,9% 51,4% 70,1% 74,3% 87,0%

Assurances des risques techniques 39,3% 132,2% 59,3% 20,4% 42,8%

Transport 80,8% 79,2% 60,0% 77,1% 124,2%

Assistance - crédit – caution 88,4% 95,1% 99,4% 92,2% 102,6%

Autres opérations non vie 79,0% 78,6% 86,4% 91,3% 157,7%

Acceptations non vie 87,1% 187,7% 82,0% 66,4% 92,5%


TOTAL 88,3% 90,4% 94,1% 91,1% 99,9%

Tableau 6: Evolution du ratio combiné par sous-catégories non vie pour la


période 2012-2016

Le résultat technique net non vie a essentiellement par le solde financier qui
enregistré cette année une augmentation s’est élevé à 3,5 milliards de dirhams contre
de 11,5% passant de 3,6 milliards de dirhams 2,8 milliards en 2015.
en 2015 à 4,0 milliards. Ce résultat a été tiré
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


En millions de dirhams 6.000,0

3.632,4
3.705,0
5.000,0
3.445,3
4.051,5

4.000,0 2.752,9 2.823,9

1.618,9 3.009,9
3.000,0 3.003,6

3.482,7

2.000,0

2.151,3 2.338,4
1.000,0 1.955,4
1.463,2
776,8

0,0 -207,9
2012 2013 2014 2015 2016

-1.017,3 -1.260,3 -1.021,6


-1.000,0 -1.529,8

-2.000,0
Marge d'exploitation brute de réassurance Solde de Réassurance Solde finanicer Résultat technique net

Figure 8: Evolution du résultat technique net non vie durant la période 2012-2016
41
Par sous-catégories, et à l’exception des affichent globalement des résultats
assurances des accidents corporels qui techniques nets excédentaires comme le
sont déficitaires, les autres sous catégories montre le tableau suivant :

SOUS-CATÉGORIES/ ANNÉE 2012 2013 2014 2015 2016


Véhicules terrestres à moteur 2 091 2 932 2 474 2 857 3 053
Dont responsabilité civile 2 107 3 160 2 520 2 880 3 202
Accidents du travail et maladies professionnelles 36 447 401 457 550
Accidents corporels - maladie – maternité -118 -166 -152 -214 -151
Dont maladie-maternité -475 -537 -588 -595 -573
Incendie et éléments naturels 256 370 44 110 161
Responsabilité civile générale 124 177 138 90 158
Assurances des risques techniques 44 -109 154 81 57
Transport 164 5 99 53 5
Assistance - crédit – caution 129 113 128 160 142
Autres opérations non vie 10 37 21 11 63
Acceptations non vie 17 -101 138 27 12
TOTAL 2 753 3 705 3 445 3 632 4 052

Tableau 7: Evolution du résultat technique net non vie par sous-catégories durant la période
2012-2016
Amélioration du résultat technique vie
Le résultat technique net vie s’est établi solde financier réalisé de 1,1 milliard de
à 958,4 millions de dirhams contre 708,7 dirhams et d’un solde de réassurance en
millions en 2015, soit une augmentation faveur des assureurs de 13,9 millions de
de 35,2%. Cette amélioration provient d’un dirhams.
dirhams

1.200,0
dedirhams

1.000,0
millionsde

958,4
839,9
EnMillions

786,4
800,0

708,7
600,0 685,9

400,0

200,0

0,0
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 9: Evolution du résultat technique net vie durant la période 2012-2016


42

Par nature de garantie, l’assurance en cas Les autres garanties ont affiché des
de vie qui était déficitaire durant les quatre résultats techniques nets excédentaires à
dernières années a enregistré en 2016 un l’exception de la sous-catégorie contrats à
excédent de 25,8 millions de dirhams. capital variable qui reste déficitaire.

SOUS-CATÉGORIES/ ANNÉE 2012 2013 2014 2015 2016


Assurances en cas de décès 905,5 923,8 885,9 931,9 1 055,9
Assurances en cas de vie -178,9 -112,7 -26,8 -130,0 25,8
Capitalisation -21,90 13,6 8,0 -67,1 -101,5
Contrats à capital variable -22,9 -16,6 -26,7 -28,9 -20,3
Autres opérations vie 0,3 0,7 5,9 0,0 3,3
Acceptations vie 3,8 -22,4 -6,4 2,9 -4,8
TOTAL ASSURANCE VIE 685,9 786,4 839,9 708,7 958,4
Tableau 8: Evolution du résultat technique net vie par nature de garantie
durant la période 2012-2016
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


1.2.5. Placements affectés aux opérations d’assurances
Les placements affectés à la couverture La ventilation de l’encours des placements
des engagements inhérents aux opérations affectés au 31 décembre 2016 montre
d’assurance ont enregistré au 31 décembre une prépondérance des actifs des taux
2016 un encours en valeur d’inventaire de (49,4%) suivis des actifs actions (45,4%),
134,8 milliards de dirhams contre 126,8 de l’immobilier (3,8%) et des autres
milliards un an auparavant, en progression placements (1,5%).
de 6,3%.

Actifs Immobiliers

1,5%
Actif des actions

13,2%
Reste des actifs

3,5% Bons du trésor


Actifs actions Actifs des taux 6,2%
45,4% 49,4%
Obligations émises par les banques
23,5%

Obligations émises par organismes


autres que banques
1,1%
OPCVM obligataires 43
2,0%

Actifs immobiliers
3,8% OPCVM monétaires

Autres actifs taux

Figure 10: Structure des placements affectés aux opérations


d'assurances du secteur au 31/12/2016

Quant aux produits financiers nets générés dirhams des plus-values sur réalisation de
par l’ensemble des placements du secteur, placements nettes. Le taux de rendement
ils se sont élevés en 2016 à 6,6 milliards de des placements du secteur des assurances
dirhams, en hausse de 17,3% par rapport à en 2016 avoisine les 4%.
l’exercice précèdent, dont 2,4 milliards de
1.2.6. Rentabilité et fonds propres
Le montant des fonds propres des Le secteur des assurances a dégagé en
Entreprises d’Assurances et de Réassurance 2016 un résultat net global bénéficiaire de
a atteint cette année 34,0 milliards de 3,2 milliards de dirhams contre 2,9 milliards
dirhams, accusant ainsi une progression en 2015, en progression de 7,8%.
de 4,7% par rapport à l’exercice précédent. Le rendement des fonds propres (ROE)
Ce montant représente 97,1% du total des s’est légèrement amélioré en passant de
primes émises contre 107,0% une année 9,1% en 2015 à 9,4%.
auparavant.

11%

10,5%
11%

10% 9,9%

9,8%
10%
9,4%

9%
9,1%

9%

8%
2012 2013 2014 2015 2016
44
Figure 11: Evolution du rendement des capitaux propres (ROE) (résultat net /capitaux propres)

1.2.7. Couverture des engagements réglementaires


En 2016, le taux de couverture des provisions légèrement augmenté pour atteindre 103%
techniques par les actifs représentatifs a contre 102% en 2015.

105%

103%
102% 103%
102%
102%
101%

99%

96%
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 12: Evolution du taux de couverture des engagements réglementaires


RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


1.2.8. Marge de la solvabilité
En plus de l’obligation de la couverture des assurances représente près de 4,5 fois
des provisions techniques, les Entreprises le minimum exigé par la réglementation.
d’Assurances et de Réassurance sont En effet, le taux de cette marge est de
tenues de disposer d’une marge de 449% contre 408% à fin 2015. Cette nette
solvabilité, ne couvrant actuellement que amélioration s’explique essentiellement
le risque de souscription, dont le montant par la hausse des plus-values latentes du
minimum est déterminé en fonction des portefeuille actions suite à la performance
opérations d’assurances pratiquées. du marché boursier.
En 2016, la marge de solvabilité du secteur

596%
522%
496%
407% 449%
396%
407%
408%
296%
45
196%

96%
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 13: Evolution du taux de couverture de la marge de solvabilité


2. SECTEUR DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE

La prévoyance sociale comporte deux Pour sa part, la couverture médicale dans


principales couvertures : sa composante obligatoire (AMO) est
• La couverture retraite assurée par assurée par deux organismes:
six régimes de base et trois régimes • La CNOPS pour les salariés et titulaires
complémentaires; de pensions relevant du secteur public ;
• La couverture médicale à travers • La CNSS pour ceux relevant du secteur
l’AMO en tant que couverture de base, privé.
complétée par une couverture assurée par
les sociétés mutualistes.
Le secteur mutualiste, qui assure une
La couverture retraite de base concerne couverture médicale complémentaire, est
actuellement 40,9% de la population composé de 28 mutuelles:
active occupée et est assurée par les
• Onze mutuelles créées par les personnels
régimes suivants :
du secteur public;
• Les régimes des pensions civiles et
• Sept concernent les personnels du
militaires gérés par la Caisse Marocaine
secteur semi-public;
des Retraites (CMR-RPC et CMR-RPM) ;
• Cinq constituées dans le secteur privé;
• Le Régime Collectif d’Allocation de
• Cinq couvrent les personnes exerçant
Retraite - Régime Général- (RCAR-RG)
des professions libérales.
pour les salariés du secteur semi-public;
• Le Régime général de la sécurité sociale
46
au profit des salariés du secteur privé géré
Montants en
par la Caisse Nationale de Sécurité Sociale millions de dirhams
(CNSS); Adhérents 1 769 016
• Deux régimes de retraite internes des Bénéficiaires 4 513 640
salariés de Bank Al Maghreb et de l’Office Cotisations 2 884
national d’électricité et de l’eau potable.
Prestations 1 886
Produits financiers 293
Ce secteur comporte également trois Capitaux propres 4 313
régimes complémentaires et facultatifs:
Tableau 9 : Chiffres clés de la
• La Caisse Interprofessionnelle Marocaine mutualité à fin 2015
de Retraite (CIMR) pour les salariés du
secteur privé;
• Le Régime complémentaire du RCAR
(RCAR-RC) pour les affiliés du RCAR-RG;
• Le Régime ATTAKMILI géré par la CMR
au profit des affiliés des deux régimes
CMR-RPC et CMR-RPM.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


2.1 Situation des régimes de retraite

2.1.1. Indicateurs démographiques

Les actifs cotisants des régimes de base élevée au titre du même exercice à 1,2
ont atteint au titre de 2016 un effectif de 4,4 million d’individus dont 71,2% de retraités
millions de personnes dont 8,2% disposent principaux, 26,2% de conjoints et 2,6%
d’une couverture complémentaire. d’orphelins.
La population des bénéficiaires s’est

2012 2013 2014 2015 2016


CNSS 2 709 612 2 872 426 2 995 726 3 101 861 3 283 679
CMR (RPC +RPM) 939 274 961 198 983 373 976 693 961 466
RCAR-RG 126 217 120 705 115 138 107 707 107 935
Régimes internes 8 664 8 357 7 871 7 608 7 266
TOTAL 3 783 767 3 962 686 4 102 108 4 193 869 4 360 346

Tableau 10 : Evolution des actifs cotisants des régimes de base


47
Ainsi, le taux de couverture retraite s’est base sur les cinq dernières années grâce
établi à 40,9% de la population active notamment aux efforts d’immatriculation
occupée contre 38,7% en 2015, marquant déployés par la CNSS.
une augmentation de 520 points de

45%

40,9%

38,7%
40% 38,1%
37,1%
35,7%

35%

30%
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 14 : Evolution du taux


Taux de couverture des de couverture
actifs occupés retraite.
Quant aux retraités des régimes de particulier ceux du secteur public.
base, leur nombre a connu une évolution Globalement, ce rapport s’est situé à
plus importante que celle enregistrée 5,0 actifs pour un retraité contre 5,5
chez les actifs cotisants, impliquant enregistré en 2012.
une dégradation continue des rapports
démographiques3 de ces régimes, en

2012 2013 2014 2015 2016


CNSS 9,4 9,6 9,3 9,2 9,3
CMR-RPC 3,8 3,5 3,3 2,9 2,6
RCAR-RG 2,0 1,9 1,7 1,5 1,4
Total régimes de base 5,5 5,5 5,3 5,2 5,0

Tableau 11 : Rapport démographique des principaux régimes de base

2.1.2. Indicateurs financiers


Les régimes de retraite4 ont collecté une augmentation moins importante que
47,8 milliards de dirhams de cotisations celle des prestations servies (4,8% contre
dont 41,1 milliards au titre des régimes 10,9%). Ces dernières se sont élevées à 47,8
de base. Sur les cinq dernières années, milliards de dirhams dont 43,3 milliards au
les cotisations collectées ont enregistré titre des régimes de base.
48

Cotisations Prestations Solde technique


2012 2013 2014 2015 2016 2012 2013 2014 2015 2016 2012 2013 2014 2015 2016

CNSS (LT+AF) 15,3 15,6 16,9 17,2 21,3 11,6 12,8 13,6 14,7 16,0 3,7 2,7 3,3 2,5 5,4

CMR-RPC 14,9 15,5 15,9 15,9 16,5 13,0 14,7 16,7 18,5 21,2 2,0 0,8 -0,9 -2,6 -4,7

RCAR-RG 3,5 2,2 2,3 2,3 2,9 3,7 4,0 4,4 4,7 5,1 -0,2 -1,8 -2,1 -2,4 -2,2

Régimes internes 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,7 0,7 0,8 0,9 1,0 -0,4 -0,4 -0,5 -0,6 -0,7

Régimes de base 34,0 33,6 35,4 35,7 41,1 29,0 32,3 35,6 38,8 43,3 5,0 1,3 -0,2 -3,1 -2,2

CIMR 5,7 5,8 6,4 6,6 6,6 3,4 3,9 4,1 4,3 4,5 2,3 1,9 2,3 2,3 2,0

RCAR-RC 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1

Régimes 5,8 6,0 6,5 6,8 6,7 3,4 3,9 4,1 4,3 4,6 2,4 2,1 2,4 2,4 2,2
complémentaires
TOTAL 39,8 39,6 41,9 42,5 47,8 32,4 36,2 39,7 43,1 47,8 7,4 3,4 2,2 -0,7 0,0

Tableau 12 : Evolution des cotisations, prestations et soldes techniques des régimes de retraite
(en milliards de dirhams)

3 : Rapport entre le nombre des actifs cotisants et celui des retraités.


4: Hors CMR-RPM
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


Avec un montant de 286,5 milliards de prépondérance des valeurs de taux avec
dirhams, les placements ont évolué de 4,0% une part de 72,6% contre 26,1% pour les
par rapport à 2015. En dehors des dépôts de placements en actions. Les placements
la CNSS effectués principalement auprès immobiliers et autres placements restent
de la CDG5 , la structure des placements négligeables et représentent ensemble
des autres régimes se caractérise par une moins de 1,3% du portefeuille.

100%

90%
24,9% 25,9% 24,6% 26,2% 26,1%
80%

70%
Autres placements
60%
Placements en actions
50%
Placements en obligations
40% 73,5% 74,0%
72,5% 72,4% 72,6%
Placements immobiliers
30%

20%

10%

0%
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 15 : Evolution de la structure des placements des régimes de retraites


49

2.2 Perspectives démographiques et financières des


principaux régimes de retraite6

Les évaluations actuarielles ont été cotisants par retraité à l’horizon des
réalisées par l’Autorité sur un horizon de projections contre 4,4 en 2030 et 3,8 en
projection de 50 ans (2066) sur la base 2045. Ce rapport s’établira en 2066 à 3,0;
des données de l’exercice 2016 et des 2,0 et 1,1 respectivement pour la CNSS,
hypothèses de projection déduites des le CMR-RPC et le RCAR-RG. La CIMR
évolutions démographiques, économiques connaîtra également une dégradation de
et financières des régimes. sa structure démographique en passant
Le rapport démographique continuera à de 2,8 actifs cotisants par retraité à moins
se dégrader pour atteindre, globalement d’un actif entre 2016 et 2066.
pour les régimes de base, 2,8 actifs

2016 2020 2025 2030 2040 2050 2060 2066


CNSS 9,3 7,6 6,8 6,0 4,8 4,0 3,3 3,0
CMR-RPC 2,6 2,4 2,1 1,9 1,9 2,0 2,0 2,0
RCAR-RG 1,4 1,1 1,0 0,9 0,9 1,0 1,1 1,1
CIMR 2,8 1,7 1,4 1,2 1,1 1,0 0,9 0,9

Tableau 13 : Evolution des rapports démographiques des régimes de retraite

5 : Les fonds disponibles de la CNSS doivent être déposés à la Caisse de dépôts et de


gestion, en vertu des dispositions du Dahir portant loi n°1.72.184 du 27 juillet 1972.
6: Le CMR-RPC, la CNSS (Branche long-terme), le RCAR-RG et la CIMR.
Cette dégradation de la structure du régime pour les droits futurs de ses
démographique des régimes se reflétera affiliés explique cette évolution du déficit
sur leurs perspectives financières. En technique. Néanmoins, elle ne permettra
effet, la CNSS va enregistrer ses premiers pas, malgré son importance, de financer
déficits technique et global (Branche les déficits cumulés au titre des droits
LT) en 2018 et 2027 respectivement. Ses passés.
réserves s’épuiseront, quant à elles, en Le passage au pôle public dans le cadre
2044. Eu égard à cette situation, une de la réforme systémique proposée ne
réforme paramétrique garantissant à ce permettra pas non plus de résorber ces
régime l’équilibre financier à plus long déficits. Aussi, la recherche d’une solution
terme devient nécessaire. à leur financement s’impose sur le court
Le déficit technique, enregistré par terme.
le régime des pensions civiles pour la Pour le RCAR-RG, dont le solde technique
première fois en 2014, va continuer à est déficitaire depuis plusieurs années, le
s’aggraver en atteignant 36,4 milliards de premier déficit global sera enregistré en
dirhams en 2045 avant de se redresser 2020. Il pourra par la suite être financé par
sur le reste de la période pour baisser à les réserves jusqu’en 2038.
10,9 milliards en 2066. Les réserves du
Le solde global de la CIMR restera
régime permettront de financer ce déficit
excédentaire sur toute la période de
jusqu’en 2027.
projection. Il permettra à cette caisse de
La réforme paramétrique intervenue en continuer à alimenter ses réserves.
2016 qui a permis d’équilibrer la tarification

50
0
En milliards de dirhams

2017
2018
2019
2020
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
2031
2032
2033
2034
2035
2036
2037
2038
2039
2040
2041
2042
2043
2044
2045
2046
2047
2048
2049
2050
2051
2052
2053
2054
2055
2056
2057
2058
2059
2060
2061
2062
2063
2064
2065
2066
-5

-10

-15

-20

-25

-30

-35

-40

CNSS(LT) CMR-RPC RCAR-RG

Figure 16 : Evolution des soldes techniques des régimes de retraite de base


RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


2.3. Secteur de la couverture médicale de base

2.3.1. Indicateurs démographiques et financiers


La population couverte par l’assurance cotisants des deux régimes ont enregistré
maladie obligatoire a atteint en 2016 un sur la même période une évolution annuelle
effectif de 8,6 millions de bénéficiaires moyenne de 6,9% pour atteindre en 2016
dont 64,7% relèvent du régime AMO- un effectif de 3,6 millions de personnes
CNSS, contre 6,5 millions en 2012, soit une dont 66,6% au titre du régime AMO-CNSS.
évolution annuelle moyenne de 7,2%. Les

9,0
En millions
En millions

8,0

7,0 3,0
3,0
3,0
6,0 3,0

5,0 2,9

4,0

3,0
5,2 5,5
4,5 4,9
2,0
3,6
1,0 51
0,0
2012 2013 2014 2015 2016
AMO-CNSS AMO-CNOPS

Figure 17 : Evolution des bénéficiaires des régimes AMO

4,0
En millions
En millions

3,5

3,0 1,2
1,3
1,3
1,2
2,5
1,2
2,0

1,5
2,3 2,4
1,0 2,0 2,1
1,6
0,5

0,0
2012 2013 2014 2015 2016
AMO-CNSS AMO-CNOPS

Figure 18: Evolution des cotisants des régimes AMO


Les cotisations collectées par les deux en 2016 à 3,7 milliards de dirhams contre
régimes se sont élevées à 11,0 milliards 2,5 milliards en 2012, enregistrant une
de dirhams (dont 55,9% au titre du évolution annuelle moyenne de 11,0% sur
régime AMO-CNSS) en évolution annuelle la période. Les excédents réalisés par les
moyenne de 8,7% sur les cinq dernières deux régimes au titre de l’exercice se sont
années. élevés à 3,3 milliards de dirhams (dont près
Une évolution qui reste inférieure à celle de 3,2 milliards au titre du régime AMO-
enregistrée par les prestations des deux CNSS), portant le montant des excédents
régimes sur la même période (13,2%) cumulés à 29,4 milliards de dirhams (22,3
pour atteindre en 2016 un montant de 8,3 milliards pour l’AMO-CNSS et 7,1 milliards
milliards de dirhams. pour l’AMO-CNOPS).
Les réserves constituées se sont élevées

7
En milliards de dirhams

6,2
6 4,6 4,8
4,3 4,5
5
4,9
4 4,4 4,7
3 4,1
3,6
2
1
0
2012 2013 2014 2015 2016

52 AMO-CNSS AMO-CNOPS

Figure 19 : Evolution des cotisations de l’AMO

6 4,8
4,3
En milliards de dirhams

5 4,1
3,5 3,5
4 3,5
3 2,3
2
2,3
1 1,6 1,8

0
2012 2013 2014 2015 2016

AMO-CNSS AMO-CNOPS

Figure 20 : Evolution des prestations de l’AMO


RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 3 : Situation des secteurs sous contrôle


2.3.2.Equilibres financiers
En raison de son entrée récente en continuera à dégager des excédents
fonction, l’Autorité n’a pas encore réalisé annuels sur toute la période de projection
d’étude actuarielle permettant d’évaluer (entre 1,4 et 2 milliards de dirhams par
les équilibres financiers des deux régimes an). Le régime AMO-CNOPS enregistrera,
AMO-CNSS et AMO-CNOPS. quant à lui, des déficits dès 2018 (jusqu’à
L’étude la plus récente à ce sujet a été 1,6 milliards de dirhams en 2025) pouvant,
réalisée par l’ANAM en 2015 sur la base néanmoins, être financés par les fonds de
des données de 2014 avec un horizon de placement7 du régime au-delà de 2025.
projection de dix ans (2015-2025). Une évaluation de ces équilibres financiers
Les résultats de cette étude ont montré sur la base de données plus récentes fera
que la viabilité financière du régime l’objet d’une étude actuarielle qui sera
AMO-CNSS demeure assurée puisqu’il réalisée par l’Autorité.

53

7 : Réserves + excédents cumulés.


RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 4
ACTIVITÉS PRINCIPALES
1. ACTIVITÉS DU CONSEIL ET DES INSTANCES CONSULTATIVES
2. ACTIVITÉS DE RÉGULATION
3. PARTICIPATION À LA SURVEILLANCE MACRO-PRUDENTIELLE
DU SECTEUR FINANCIER
1. ACTIVITÉS DU CONSEIL ET DES INSTANCES
CONSULTATIVES

1.1. Activités du Conseil


Le Conseil a tenu quatre (4) réunions marchés;
entre avril et décembre 2016 consacrées • L’adoption du statut et le régime général
essentiellement au parachèvement de de rémunération, des indemnités et
la gouvernance de l’Autorité, à la mise avantages du personnel de l’Autorité;
en place de ses instances consultatives
• La mise en place du Comité d’Audit et
et de son organisation. Les principales
du Comité de Rémunération.
résolutions adoptées à ce sujet sont :
Par ailleurs, le Conseil a examiné et a
• La désignation des membres des ins-
approuvé deux demandes d’agrément.
tances consultatives et l’adoption des
règlements intérieurs y afférents; La première concerne l’entreprise
• L’adoption des budgets des années d’assurances «CHAABI ASSISTANCE»,
2016 (avril-décembre) et 2017; filiale du Groupe Crédit Populaire du Maroc.
La deuxième est relative à l’approbation
• L’adoption de l’organigramme de l’Au-
des statuts de la Caisse Interprofessionnelle
torité et la nomination des directeurs;
Marocaine de Retraite (CIMR), transformée
• L’adoption du règlement fixant les
en Société Mutuelle de Retraite SMR.
règles et modes de passation des
56

1.2. Activités de la Commission de régulation


Depuis sa mise en place en avril 2016, tuts de la SMR-CIMR et de la Mutuelle
la Commission de Régulation a tenu six de Prévoyance de la Royale Air Maroc
réunions dont l’une a été consacrée à (MUPRAS) ;
l’approbation de son règlement intérieur. • La circulaire générale des assurances;
Elle a émis, par ailleurs, des avis consultatifs
• La circulaire relative aux documents
sur:
à produire à l’appui d’une demande
• La demande d’octroi d’agrément pré- d’approbation des statuts d’une société
sentée par CHAABI ASSISTANCE; mutuelle de retraite.
• Les demandes d’approbation des sta-

1.3. Activités de la Commission de discipline


La Commission de Discipline a tenu une seule réunion consacrée à l’adoption de son
règlement intérieur.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

2. ACTIVITÉS DE RÉGULATION ET DE CONTRÔLE

2.1. Secteur des Assurances

2.1.1. Organisation du marché de l’assurance

CHAPITRE 4 : Activités principales


L’Autorité de Contrôle des Assurances et de l’entreprise d’assurances et de
de la Prévoyance Sociale a pour mission de réassurance Zurich Assurances Maroc
veiller à l’organisation et la régulation du (ZAM) par le groupe d’assurance
secteur des assurances. Elle est ainsi char- international Allianz SE;
gée de délivrer différentes autorisations re- • Agrément de l’entreprise d’assurances et
latives : de réassurance CHAABI ASSISTANCE;
• À l’exercice de l’activité d’assurance • Autorisation de l’entreprise d’assurances
et de réassurance par une entreprise et de réassurance RMA-WATANIYA à
d’assurances et de réassurance (octroi poursuivre son activité sous la nouvelle
d’agrément, extension d’agrément..); dénomination Royale Marocaine d’Assu-
• À la présentation des opérations d’as- rance (RMA);
surances par les intermédiaires d’assu- • Autorisation de l’entreprise d’assurances
rances et le réseau alternatif; et de réassurance Zurich Assurances
• Au transfert de portefeuille de contrats Maroc à poursuivre son activité sous la
et/ou de sinistres d’une entreprise nouvelle dénomination Allianz Maroc. 57
d’assurances et de réassurance à une
autre;
Réseau de distribution
• À la fusion entre Entreprises d’Assurances
(hors bureaux directs et
et de Réassurance;
bancassurance)
• À la prise de contrôle d’une entreprise
d’assurances et de réassurance.
Les demandes d’autorisation sont ins- 2015 2016
truites par la Direction de la régulation et Nouvelles créations 237 59
de la normalisation des assurances. Ainsi,
Changement d’adresse 52 59
l’Autorité a pris les décisions suivantes:
Changement de 16 22
dénomination
Entreprises d’Assurances et de Changement de forme 3 5
juridique
Réassurance
Extension d’agrément 3 1
• Agrément de l’entreprise d’assurances Remplacement du 14 17
représentant responsable
et de réassurance «MUTUELLE AT-
TAMINE CHAABI» (MAC) pour prati- Changement de qualité 10 12
(agent - courtier)
quer les opérations d’assurances mala-
Retrait d’agrément 46 65
die-maternité;
Total 381 240
• Autorisation de la prise de contrôle
2.1.2 Modernisation du cadre réglementaire

La loi n° 64.12 a conféré à l’Autorité le activités des banques participatives


pouvoir d’édicter des circulaires et de instituées par la loi n° 103-12 relative aux
soumettre des projets de textes législatifs établissements de crédits et organismes
et réglementaires. Elle donne également assimilés.
son avis sur tout projet de texte législatif
ou réglementaire concernant les secteurs
entrant dans son champ d’intervention. Obligation des assurances
Tous Risques Chantier (TRC)
Le cadre réglementaire a ainsi été
marqué par l’aboutissement de plusieurs et la Responsabilité Civile
chantiers législatifs initiés par l’ex DAPS, Décennale (RCD): (Loi n°59-
dont plusieurs entrent dans le cadre de 13 amendant le code des
la mise en œuvre du Contrat Programme assurances)
du secteur des assurances, en particulier
L’assurance Tous Risques Chantier (TRC)
pour l’extension et l’amélioration de la
assure une couverture aux tiers contre les
couverture.
dommages corporels et matériels causés
à l’occasion des travaux de chantier (dont
Révision des règles les dommages aux constructions mi-
prudentielles applicables aux toyennes). Cette assurance bénéficie éga-
lement au maître de l’ouvrage, désormais
Entreprises d’Assurances et
garanti pour les dommages affectant son
58 de Réassurance: (Loi n°59-
ouvrage par le fait et/ou à l’occasion des
13 amendant le code des travaux de chantier.
assurances)
L’assurance Responsabilité Civile Décen-
Le principe de la Solvabilité Basée sur les
nale (RCD) apporte une protection des
Risques a été adopté dans un objectif d’ali-
investissements des acquéreurs et des
gnement sur les normes internationales.
futurs propriétaires. L’obligation de cette
Des dispositions ont été également intro-
assurance permettra aux acquéreurs et
duites afin d’améliorer la gouvernance des
aux propriétaires d’être indemnisés, en
Entreprises d’Assurances et de Réassu-
cas d’effondrement ou de danger d’effon-
rance et de renforcer leur transparence.
drement de leur construction, rapidement
et sans recherche de responsabilité et ce,
Cadre légal pour l’assurance indépendamment de l’existence ou non
du civilement responsable et de sa solva-
Takaful: (Loi n°59-13 amendant
bilité au moment du sinistre.
le code des assurances)
Un cadre légal pour l’assurance et la Il est également attendu que ces obli-
réassurance Takaful a été mis en place. gations d’assurance, qui sécuriseront les
Il définit le concept de l’assurance/ investissements des opérateurs, contri-
réassurance Takaful et instaure les buent indirectement à la professionnalisa-
principes fondamentaux régissant le tion du secteur du BTP et à l’amélioration
fonctionnement de ce type d’assurance. de la qualité des constructions, en renfor-
Il permettra ainsi d’accompagner les çant le respect des normes.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

Mise en place d’un régime de pouvoir réglementaire de l’Autorité. Cette


couverture des conséquences circulaire générale introduit également de
nouvelles règles portant sur:
d’événements catastrophiques:
(Loi n°110-14) • La réassurance (conditions d’admission
des créances sur les réassureurs, appro-
Ce régime a pour objectifs de: bation du programme de réassurance,

CHAPITRE 4 : Activités principales


• Garantir à l’ensemble des individus réassurance facultative etc..);
présents sur le territoire national, un droit • Le provisionnement des créances sur
minimal à compensation du préjudice les assurés et sur les intermédiaires
corporel ou de la perte de l’usage de d’assurances;
la résidence principale qu’ils subissent • La gestion et la certification du provi-
en cas de survenance d’un événement sionnement technique;
catastrophique;
• L’élargissement de la liste des documents
• Mettre en place une couverture contre et informations accompagnant la
les conséquences d’évènements catas- demande d’autorisation de la prise de
trophiques pour les personnes titulaires contrôle d’une entreprise d’assurances
d’un contrat d’assurance. et de réassurance.
Ce projet a reçu un avis favorable de la
Refonte du livre IV du code des Commission de régulation le 24 novembre
assurances 2016.
59
Un projet de loi amendant le livre IV du
code des assurances, relatif à la distribution Projet de circulaire sur le
des produits d’assurance, est en cours nouveau dispositif prudentiel
d’examen au niveau du Secrétariat Général
relatif à la solvabilité basée sur
du Gouvernement (SGG). Ce projet vise:
les risques
• La modernisation du cadre de référence
pour la distribution des produits Ce projet de circulaire vise à réviser les
d’assurances en tenant compte des règles de solvabilité auxquelles sont
évolutions du secteur; soumises les Entreprises d’Assurances et
de Réassurance en intégrant l’ensemble
• Le renforcement des règles de trans-
des risques encourus par ces entreprises,
parence et de bonnes pratiques, ain-
le cadre prudentiel en vigueur ne prenant
si qu’une plus grande clarification des
en compte que le risque de souscription.
droits et des obligations des différents
intervenants; A l’instar de la directive européenne
• La mise en place d’un cadre pour la vente «Solvabilité II», ce nouveau cadre
en ligne des produits d’assurance. prudentiel s’articule autour de 3 piliers:

Projet de circulaire générale du • Le pilier I regroupe les exigences


quantitatives, à savoir les règles de
secteur des assurances
valorisation des actifs et des passifs
Ce projet vise l’unification et la ainsi que les exigences de capital et leur
codification dans un document unique mode de calcul;
de toutes les dispositions qui relèvent du • Le pilier II porte sur les exigences
qualitatives et définit les règles de Un arrêté fixant les paramètres
gouvernance et de gestion des risques, et modalités de fonctionnement
en l’occurrence l’évaluation interne des de la garantie contre les consé-
risques de la solvabilité; quences des événements catas-
• Le pilier III concerne, quant à lui, les trophiques;
obligations de reporting à l’Autorité et Un arrêté relatif à la fixation de la
de diffusion de l’information au public. prime afférente à cette garantie;
Un arrêté relatif aux clauses obliga-
Projets de textes d’application toires qui doivent être insérées dans
les contrats d’assurances en vertu
de la loi n°110-14 instituant
des dispositions de la loi n°110-14.
un régime de couverture des
conséquences d’évènements
Projets de textes d’application
catastrophiques
relatifs aux assurances
Il s’agit: obligatoires «Tous Risques
• D’un projet de décret d’application du Chantier» et «Responsabilité
titre premier de la loi n° 110-14 fixant, Civile Décennale»
entre autres, la liste des agents naturels
Concernant les assurances obligatoires
ainsi que les modalités d’inscription
Tous Risques Chantier (TRC) et
au registre de recensement des
Responsabilité Civile Décennale (RCD),
événements catastrophiques. Ce décret
l’Autorité a entamé la préparation d’un
arrête, également, la composition et
projet d’arrêté fixant les paramètres de
60 les modalités de fonctionnement de
ces assurances en termes de plafonds, de
la commission de suivi et du comité
franchises et d’exclusions.
d’expertise;
• D’un projet d’arrêté afférent audit titre Par ailleurs, le projet d’arrêté fixant les
premier qui fixe les modalités et les pa- conditions générales type des contrats
ramètres afférents au régime allocataire; relatifs à ces deux assurances a été préparé
• De trois projets d’arrêtés relatifs au vo- par l’Autorité.
let assurantiel:
RAPPORT D’ACTIVITÉ

2.1.3. Contrôle prudentiel

Présentation du contrôle
prudentiel effectué par
l’Autorité

CHAPITRE 4 : Activités principales


Le contrôle prudentiel s’exerce dans • Sur place, par des agents assermentés
l’intérêt des assurés, souscripteurs et de l’Autorité. Ces derniers peuvent, à
bénéficiaires de contrats, en s’assurant tout moment, vérifier les opérations
que la situation financière des Entreprises d’assurances pratiquées par les assujettis.
d’Assurances et de Réassurance leur Ils ont accès à toutes les informations
permette, à tout moment, de faire face nécessaires à leurs missions de contrôle.
aux engagements pris envers ces derniers. Des sanctions pénales, pécuniaires ou
Ce contrôle s’inspire des normes internationales disciplinaires peuvent être prononcées à
et s’aligne sur les principes arrêtés par l’encontre des Entreprises d’Assurances et
l’International Association of Insurance de Réassurance ou à l’encontre de leurs
Supervisors (IAIS). dirigeants, en fonction de la gravité du
manquement à une disposition prévue
Il se fait : par la réglementation en vigueur.
• Sur pièces, à travers les documents
dont la production est prescrite par la
61
réglementation des assurances ou ceux
demandés par l’Autorité, dans la mesure
où ils sont nécessaires à la mission de
contrôle;

Encadré N°2: Etats et documents à fournir par les


Entreprises d’Assurances et de Réassurance

Les Entreprises d’Assurances et de • Rapport de solvabilité et de contrôle


Réassurance sont tenues de transmettre, interne.
de manière périodique, à l’Autorité les
Ces sources d’informations constituent
documents et états déclaratifs suivants:
le socle du contrôle permanent des En-
• Etats de synthèse; treprises d’Assurances et de Réassu-
• Dossier financier et statistique annuel; rance et permettent d’évaluer leur sol-
• Reporting trimestriel; vabilité et leur situation financière.
• Reporting mensuel;
Cadre réglementaire pour la Bilan des opérations de contrôle
solvabilité des entreprises
d’assurances Les opérations de contrôle effectuées

par l’ACAPS permettent de dresser les
Le capital social ou le fonds d’établissement conclusions suivantes:
minimum exigé est de 50 millions de
Couverture excédentaire des engage-
dirhams. Au-delà de ce seuil minimum
ments des assureurs envers les assurés
et en fonction du niveau d’activité et de
la nature des opérations pratiquées, une A la lumière des informations contenues
entreprise d’assurances doit disposer des dans les états communiqués et des
fonds propres nécessaires lui permettant informations obtenues lors de contrôles
de constituer une marge de solvabilité sur place, l’ensemble des Entreprises
respectant le minimum réglementaire. d’Assurances et de Réassurance affichent
une couverture des réserves par des actifs
Par ailleurs, elle doit couvrir, à tout
éligibles conforme à la réglementation et
moment, l’intégralité de ses engagements
dans les limites prudentielles fixées par
envers les assurés à travers l’inscription de
celle-ci. Le taux moyen de couverture est
provisions techniques suffisantes et leur
de 103%.
couverture par des actifs éligibles.
Marge de solvabilité excédentaire
Le conseil d’administration ou le conseil de
surveillance de l’entreprise se prononce sur Toutes les entreprises du secteur satisfont
le respect de la solvabilité à moyen terme, à la marge de solvabilité requise, à
notamment dans le cadre du rapport l’exception de la Mutuelle d’Assurances
de solvabilité transmis annuellement à des Transporteurs Unis. Cette dernière est
62 sous plan de redressement et l’Autorité
l’Autorité.
continue de suivre sa situation.
Des stress tests doivent être menés pour
s’assurer de ce respect dans le cas de En moyenne, la marge de solvabilité
survenance d’événements défavorables. constituée par les entreprises d’assurances
représente 449% du seuil réglementaire
Un système de contrôle interne efficace et
exigé. Pour le secteur de la réassurance,
respectant les normes exigées par la ré-
cette marge se situe à 236% du seuil
glementation permet d’asseoir l’apprécia-
réglementaire.
tion de la situation des Entreprises d’Assu-
rances et de Réassurance sur des données
fiables.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

Encadré N°3: Principales mesures de sauvegarde exigées à l’encontre


d’une entreprise qui ne satisfait pas à la marge de solvabilité

• Restriction ou interdiction de la libre comportant un taux d’intérêt au moins


disposition des actifs; égal à celui pratiqué par le marché
financier;

CHAPITRE 4 : Activités principales


• Interdiction d’émission d’emprunts;
• Interdiction de renflouement de la • Soumission, pendant la période de
situation financière des filiales, des réalisation du plan de redressement,
sociétés mères ou de toute entreprise de toutes décisions autres que de
appartenant au même groupe; gestion courante, à l’approbation
de l’Autorité préalablement à leur
• Interdiction de contracter des enga-
exécution.
gements hors bilan;
• Interdiction d’octroi de prêts autres que
ceux garantis par des hypothèques et

Maîtrise des impayés des assurés et des Contrôle interne et gouvernance du


intermédiaires d’assurances secteur
L’Autorité a entamé un travail d’apurement Le secteur, dans son ensemble, a 63
des créances sur assurés et intermédiaires implémenté de manière satisfaisante le
d’assurances compte tenu du niveau dispositif prévu par la réglementation
affiché de ces créances et des risques en matière de contrôle interne, à travers
qu’elles pourraient faire encourir aux notamment :
entreprises d’assurances. A cet égard, • La mise en place de structures d’audit
deux actions ont été menées: interne indépendantes;
• Assainissement des comptes à travers • La mise en place de procédures de
un rapprochement des soldes arrêtés gestion prévoyant divers niveaux de
par les parties; contrôle ;
• Introduction au niveau du projet de • L’élaboration et la mise à jour des carto-
la circulaire générale de règles de graphies des risques .
provisionnement des créances sur
Par ailleurs, le code des assurances tel
intermédiaires d‘assurances et la revue
que modifié par la loi n°59-13, a renforcé
à la hausse des taux de provisionnement
les prérogatives de l’Autorité qui peut
des créances sur assurés.
désormais s’opposer à la nomination
de personnes chargées de diriger une
entreprise d’assurances et de réassurance
ou à celle des Commissaires aux Comptes.
Elle peut également, dans le cadre du
renforcement de la gouvernance des
entreprises, demander l’instauration de
comités spécifiques en définissant leurs
prérogatives et missions.
Avancement dans la liquidation des en- • New Hampshire Insurance «NHI» qui a
treprises dont l’agrément a été retiré fait l’objet d’un retrait de son agrément
suite au transfert de son portefeuille de
Cela concerne cinq sociétés d’assurances
sinistres à une entreprise d’assurances
(Arabia, Cada, Renaissance, Remar et
et de réassurance de la place;
Victoire), dont le taux de liquidation a
atteint plus 95% depuis le retrait de leur • Guardian pour laquelle les procédures
agrément en 1995. La liquidation des administratives sont en cours de
derniers éléments de l’actif et du passif de finalisation afin de clore sa liquidation
ces entreprises est en cours. et ce, suite au règlement de tous ses
dossiers sinistres.
L’Autorité a également établi des déci-
sions de transfert de l’excédent de liquida- Pour les trois entreprises Providence,
tion vers le Fonds de Solidarité des Assu- CIS et Seguros, des discussions ont été
rances (FSA) concernant les délégations menées avec la Caisse Nationale de
d’assurances ayant cessé leur activité au Retraites et d’Assurances (CNRA) pour le
Maroc, à savoir : transfert des dossiers restants.

Encadré N°4: Situation au 31/12/2015 des 5 sociétés d’assurances


liquidées en 1995 «Arabia», «Cada», «La Renaissance», «Remar» et
«La Victoire»

Règlement des dossiers : L’évolution du personnel :


Le nombre de dossiers réglés jusqu’au Au 31/12/2015, les sociétés liquidées
31 décembre 2015 a atteint 321 299 sur employaient 35 personnes. L’ensemble
64 un nombre total de 333 937 dossiers de ce personnel est actuellement
en 1995 soit un taux de liquidation rassemblé en un seul site, celui de la
de 96,2%,. A cette date, le nombre de société Renaissance. L’effectif global
dossiers en instance est de 12 638 dont employé a enregistré une réduction de
9 051 pour la catégorie automobile. près de 96,5% par rapport au début de
la liquidation (998 personnes).

Activités d’inspection Des missions ponctuelles d’inspection ont


par ailleurs porté sur:
L’activité d’inspection vise à réaliser
• L’application du Coefficient de Réduction
une vérification plus complète sur place
et de Majoration des primes d’assurance
des Entreprises d’Assurances et de
« automobile » (CRM) par les intermé-
Réassurance. Cette vérification peut
diaires d’assurances. Suite à cela, une nou-
porter sur tout ou partie des activités de
velle application a été mise en place par la
l’entreprise.
FMSAR, ce qui a permis de réduire consi-
Ainsi, une mission globale réalisée en 2016 dérablement les cas d’infractions;
par l’Autorité a donné lieu:
• Le respect de la circulaire sur l’encaisse-
• Au redressement des provisions ment des primes d’assurances;
techniques de l’entité contrôlée;
• L’application de contrats d’assurances. A
• À des recommandations quant au cet égard, il a été procédé à une révision
renforcement du système de contrôle des homologations de certains contrats
interne. en vue de plus de transparence et d’une
meilleure couverture des assurés.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

2.1.4. Mission de contrôle du réseau de distribution

Modalités et contexte du contrôle

Le réseau de distribution est soumis au Ces derniers pouvant être enclenchés à

CHAPITRE 4 : Activités principales


contrôle de l’Autorité afin de s’assurer l’occasion :
du respect des conditions d’exercice et • De l’examen des états communiqués;
de gestion prévues par le livre IV de la • De réclamations reçues;
loi n°17-99 portant code des assurances • Du suivi de l’application d’une nouvelle
et les textes pris pour son application. disposition réglementaire; ou
L’Autorité effectue ainsi des contrôles sur • De la programmation d’un contrôle de
l’ensemble du réseau à travers le territoire
pièces et sur place. national.

ENTITÉS NOMBRE
Agents d’assurances 1427
Courtiers 446
Bureaux directs 463
Banques agréées pour la présentation des opérations d’assurances à
11
travers 6000 agences
65
Sociétés de financement autorisées 3
Association de micro-crédit 1
Tableau 14 : Le réseau de distribution en 2016

Contrôle effectué
Ce contrôle a porté sur: Les conventions de collaboration
• La vérification de l’application de la ont été conclues entre les parties
circulaire sur l’encaissement des primes en reprenant les termes de la
d’assurances. Ce contrôle a permis de circulaire;
conclure que les objectifs poursuivis Des procédures de gestion et
par cette circulaire ont été globalement d’application de cette circulaire
atteints: ont été mises en place;
Les paiements des primes d’as- Les flux d’informations réguliers
surances par les assurés et les re- permettant d’arrêter la situation
versements par les intermédiaires comptable entre les parties ont été
d’assurances aux entreprises d’as- améliorés;
surances dans le délai réglemen- La procédure de règlement des
taire se sont nettement améliorés; assurés a été allégée et largement
suivie par les intermédiaires d’as-
surances disposant d’un mandat
de règlement des sinistres.
• La vérification de l’application du cri- • Le contrôle de la tarification des cyclo-
tère de tarification «localisation géo- moteurs qui a permis de constater de
graphique du risque» de l’assurance nombreux cas de sous-tarifications par
responsabilité civile automobile (rabais rapport aux tarifs déclarés par les en-
pour les provinces sahariennes concer- treprises d’assurances. Une commission
nées). Ce contrôle a permis de réduire a été constituée pour mettre en place
largement les sous-tarifications; une structure tarifaire appropriée à ap-
• La vérification de l’application du Coef- pliquer par l’ensemble de la profession.
ficient de Réduction et de Majoration 318 points de vente ont ainsi fait l’objet
des primes d’assurance responsabilité de missions de contrôle et de vérification,
civile automobile (CRM); réparties par type d’intermédiaires et par
région, comme suit:

15
Agents

Courtiers
116
186 Bureaux de Gestion Directe

66 Sociétés de financement

Figure 21: Répartition des missions de vérifications


effectuées par nature d’intermédiaires

RÉGIONS TOTAL

Casablanca - Settat 188

Rabat-Salé-Kénitra 80
Autres 50
TOTAL 318

Tableau 15 : Répartition des missions de vérification effectuées


auprès des intermédiaires et bureaux directs par région
RAPPORT D’ACTIVITÉ

Sanctions prononcées
Suite aux opérations de contrôle, plusieurs l’encontre d’intermédiaires d’assurances.
mesures disciplinaires ont été prises à Ces mesures se répartissent comme suit :

NATURE DE LA SANCTION AGENT COURTIER TOTAL

CHAPITRE 4 : Activités principales


Avertissement 17 8 25
Blâme 7 5 12
Retrait 1 0 1
TOTAL 25 13 38

Tableau 16: Sanctions prononcées par l’ACAPS


à l’encontre des intermédiaires d’assurance

2.1.5. Protection des assurés et contrôle des pratiques


commerciales

La mission de protection est renforcée Contrôle des pratiques de


par l’article 6 de la loi n° 64-12 qui stipule 67
marché
que l’Autorité veille au respect des règles
de bonnes pratiques et de protection
des assurés et bénéficiaires de contrats Les normes internationales en matière de
et œuvre au développement de l’activité supervision du secteur des assurances
assurantielle. accordent une place importante à la sur-
veillance des pratiques de marché.
Elle est prise en charge par la Direction de
la Protection des Assurés, nouvellement Ce contrôle a pour objectif principal
créée. de préserver une relation équilibrée et
transparente entre les acteurs du secteur
Cette direction veille:
des assurances et leurs clients, contribuant
• À la conformité des produits d’assurances ainsi à l’instauration d’une relation de
avec le cadre réglementaire; confiance entre les deux parties et,
• Au respect par les acteurs des bonnes par conséquent, au développement de
pratiques pour la conduite de leur activité; l’activité assurantielle.
• Au respect des engagements pris dans le Il permet non seulement de détecter
cadre des contrats d’assurances. les éventuels manquements aux règles
En outre, elle instruit les réclamations des de protection des assurés édictées au
assurés et des bénéficiaires de contrats. niveau du code des assurances et de la
Elle contribue, par ailleurs, à la diffusion réglementation relative à la protection
d’une culture assurantielle et œuvre au du consommateur, mais également,
développement d’une plus large couverture d’anticiper les éventuelles insuffisances
des biens et des personnes. règlementaires par rapport à l’évolution
des pratiques de marché afin de pouvoir
réviser et adapter la réglementation de
manière proactive et continue.
En vue de renforcer ce contrôle, l’Autorité a Réclamations des assurés
lancé un chantier qui consiste à compléter reçues par l’Autorité
le référentiel existant en matière de
protection des assurés en s’inspirant des L’Autorité a été saisie de 464 réclamations
meilleures pratiques internationales dans dont 80,8% ont été adressées par voie
ce domaine. d’avocats. Les autres réclamations ont été
transmises directement par les assurés ou
Il s’agit principalement de la mise en place
les bénéficiaires des contrats.
d’un ensemble d’exigences applicables
aux acteurs du secteur en matière: 92% des plaintes concernent les assurances
automobiles (65%) et accidents de travail
• D’information des assurés sur les
(26.7%). Sur les 464 réclamations reçues,
caractéristiques des offres de
329 ont été clôturées et 135 sont en
couverture;
cours de traitement par les services de
• Du traitement équitable des assurés,
l’Autorité.
notamment en ce qui concerne la prise
en charge de leurs demandes et récla-
mations ainsi que la bonne exécution
des obligations et engagements des as-
sureurs au titre de leurs contrats d’assu-
rances.

68
500 464

400 375

300

200
89
100

0
Avocat Assuré / Bénéficiaire Total
Figure 22: Nombre de réclamations reçues par nature de réclamants
RAPPORT D’ACTIVITÉ

3 2
4 5

Assistances automobiles
9
14
Accident de travail

Assurances vie et capitalisation

CHAPITRE 4 : Activités principales


124
Maladie

303 Risques divers

Responsabilite Civile

Assistance

Figure 23: Décomposition des réclamations par sous-catégories

Contrôle de la conformité des


contrats d’assurance
114 nouveaux spécimens de contrats A l’issue de cet examen et de leur mise en
d’assurance ont été soumis à l’Autorité conformité, ces spécimens ont fait l’ob-
pour examen de leur conformité à la ré- jet de décisions relatives à leur mise sur le
glementation des assurances. marché. 69

NOMBRE DE
CONTRATS D’ASSURANCES
DÉCISIONS
Assistance 63
Epargne retraite 11
Maladie 10
Assurance en cas de décès 10
Multirisque habitation 3
Multirisque professionnelle 3
Responsabilité civile 3
Automobile 2
Plaisance (maritime) 2
Crédit 2
Vol 2
Dégâts des eaux 1
Bris de glaces 1
Individuelle accident 1
TOTAL 114

Tableau 17: Nombre de décisions concernant les nouveaux contrats par catégorie
Autorisation de souscription de contrats d’assurance auprès d’entreprises
d’assurances étrangères
A l’instar de plusieurs législations étran- du code des assurances, l’Autorité peut
gères, le code des assurances marocain autoriser leur souscription à l’étranger.
dispose que les risques situés au Maroc,
Dans ce cadre, l’Autorité a accordé 57 au-
les personnes qui y sont domiciliées ainsi
torisations pour le placement des risques
que les responsabilités qui s’y rattachent
à l’étranger. Ces autorisations ont concer-
doivent être assurés auprès d’entreprises
né essentiellement des risques de respon-
d’assurances agréées au Maroc.
sabilité civile d’armateurs marocains ne
Toutefois, pour certaines assurances trouvant pas preneur auprès du marché
limitativement énumérées à l’article 162 national.

Encadré N°5: Le secteur des assurances se dote d’un dispositif


de médiation

Le secteur des assurances s’est doté Sont éligibles à la médiation, les litiges
d’un dispositif de médiation opérationnel dont le montant est supérieur à 5.000
depuis le 1er janvier 2016. Ce moyen dirhams opposant exclusivement les
alternatif de règlement des litiges a particuliers aux entreprises d’assurances.
pour objet d’améliorer la relation avec la Le recours au service du médiateur est
clientèle, de fluidifier le règlement d’un gratuit pour le demandeur et son avis
70 certain nombre de dossiers et d’éviter s’impose à l’entreprise d’assurances
aux assurés le recours systématique aux lorsque le montant ne dépasse pas
tribunaux. 50.000 dirhams.

2.1.6. Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement


du terrorisme

Le dispositif légal et réglementaire mis aux dispositions édictées par les diffé-
en place pour la lutte contre le blanchi- rentes conventions de l’Organisation des
ment de capitaux et le financement du Nations Unies ratifiées par le Maroc.
terrorisme (LBC/FT) permet au Maroc de
En vertu de la loi n° 43-05 relative à la LBC,
mettre en œuvre les obligations décou-
l’Autorité fixe les modalités d’exécution et
lant des recommandations des organisa-
d’application des dispositions relatives aux
tions internationales et de se conformer
obligations de vigilance et de veille interne
RAPPORT D’ACTIVITÉ

et veille au respect, par les entreprises Financiers (UTRF) et les autorités


et les intermédiaires d’assurances, des nationales et étrangères intervenant
prescriptions et dispositions édictées par dans le cadre de la LBC/FT;
cette loi et de ses textes d’application. • L’examen de l’efficacité du dispositif de
Dans ce cadre, une circulaire relative à LBC/FT mis en place par les entreprises
l’application par le secteur des assurances et les intermédiaires d’assurances.

CHAPITRE 4 : Activités principales


des dispositions de la loi n° 43-05 Par ailleurs, dans le cadre de la préparation
précitée a été prise en 2011 et révisée en du Maroc pour le processus d’Evaluation
2013 pour tenir compte des nouvelles Nationale des Risques (ENR) en matière
recommandations du Groupe d’Action de LBC/FT, l’Autorité participe aux travaux
Financière (GAFI). de la Commission nationale inter-adminis-
De même, la loi n° 64-12 prévoit que trations chargée notamment de collecter
l’Autorité doit s’assurer du respect des et d’analyser les informations nécessaires,
dispositions de la loi relative à la LBC de coordonner les actions entre les diffé-
par les entreprises et les intermédiaires rentes administrations membres et de ré-
d’assurances. diger un document relatif aux menaces et
vulnérabilités identifiées.
Pour mener à bien cette mission, l’Autorité
s’est dotée d’un service dédié dont les L’évaluation du secteur des assurances
missions couvrent : a été réalisée et communiquée à Bank Al
Maghrib, en charge de la coordination
• La surveillance de la mise en œuvre
des travaux d’évaluation du marché finan- 71
par les entreprises et les intermédiaires
cier.
d’assurances du dispositif de la LBC/FT;
• La coopération avec l’Unité de
Traitement des Renseignements

2.1.7. Autres chantiers

L’Autorité a participé à l’élaboration de Stratégie Nationale de Développement


la feuille de route du secteur financier Durable dans le domaine de la finance. Elle
marocain pour le développement durable s’articule autour de 5 axes majeurs:
qui prévoit les actions et les mesures • L’extension de la gouvernance fondée
à mettre en place pour l’alignement sur les risques socio-environnementaux;
coordonné et progressif dudit secteur
• Le développement d’instruments et de
(banques, assurances et marché de
produits financiers durables ;
capitaux) sur les enjeux du développement
• La promotion de l’inclusion financière
durable et l’émergence d’une finance
en tant que vecteur du développement
verte.
durable;
Cette feuille de route s’inscrit dans la
• Le renforcement des capacités dans le
lignée des orientations de la Charte
domaine de la finance durable;
Nationale sur l’environnement et le
• La transparence et la discipline de marché.
développement durable et tient compte
des principales orientations fixées par la
2.2. Secteur de la prévoyance sociale

2.2.1. Régulation

L’Autorité exerce un contrôle technique et Secteur de la Retraite


prudentiel sur les régimes de retraite gé- Transformation de la CIMR d’association
rés par la CMR et la CNSS ainsi que sur d’employeurs en Société Mutuelle de
le RCAR, conformément aux textes légis- Retraite (SMR)
latifs et réglementaires régissant ces ré-
Pour se conformer aux dispositions
gimes. La Caisse Nationale de Retraites et
de la loi n° 64-12, la CIMR a décidé, en
d’Assurances (CNRA) est également sou-
Assemblée Générale Extraordinaire du
mise au contrôle de l’Autorité. De même,
17 novembre 2016, de se transformer en
l’ACAPS assure le contrôle et la supervi-
SMR et a soumis ses nouveaux statuts à
sion des organismes de droit privé gérant
l’approbation de l’Autorité. Après avis de
des opérations de retraite fonctionnant
la commission de régulation, ces statuts
par répartition ou par répartition et capi-
ont été approuvés par l’Autorité.
talisation (Sociétés Mutuelles de Retraite
– SMR) et ce, conformément au nouveau Externalisation de la caisse interne de
cadre légal institué par le titre II de la loi retraite ONEE - Branche électricité
n°64-12.
L’Autorité a accompagné le Ministère
Concernant le secteur de la mutualité, de l’Économie et des Finances dans les
l’Autorité exerce, conjointement avec travaux de la commission chargée du suivi
le ministère chargé de l’emploi, un de l’étude sur l’externalisation de la Caisse
72 contrôle technique et prudentiel des interne de retraite de l’ONEE (Branche
sociétés mutualistes conformément au électricité) auprès du RCAR.
dahir n° 1-57-187 du 24 joumada II 1383
Cette étude avait pour objectif de pro-
(12 novembre 1963) portant statut de la
poser des scénarios d’externalisation, de
mutualité.
présenter des options de financement ap-
Les organismes gestionnaires de l’Assu- propriées et de donner le cadrage métho-
rance Maladie Obligatoire de base sont dologique du processus de cette externa-
également soumis au contrôle technique lisation.
de l’Autorité qui a pour objet de veiller au
respect par ces organismes des disposi-
tions de la loi n° 65-00 portant code de la Secteur de la mutualité
couverture médicale de base et des textes L’Autorité a examiné, conjointement avec
pris pour son application. le Ministère chargé de l’Emploi, les de-
mandes de:
Dans le cadre de ses missions de
régulation du secteur de la Prévoyance • Création d’une mutuelle dédiée à la
Sociale, l’Autorité a examiné plusieurs gestion des unités sanitaires;
demandes d’approbation de statuts et de • Modification des statuts de six
règlements. mutuelles;
• Modification des règlements de trois
caisses autonomes d’invalidité, de
vieillesse et de décès.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

2.2.2. Contribution à la modernisation du cadre règlementaire

Secteur de la Retraite Il s’agit de la circulaire n° 1/PS/16 du 10 no-


vembre 2016 fixant la liste des documents
Réforme du secteur de la retraite
à produire à l’appui d’une demande d’ap-
L’Autorité a participé au processus de probation des statuts d’un organisme de

CHAPITRE 4 : Activités principales


promulgation de quatre lois relatives à la retraite.
réforme des retraites qui ont été publiées
D’autres projets de circulaires ont été
au Bulletin Officiel du 30 août 2016:
élaborés et font l’objet de consultations
• La loi n° 71-14 modifiant et complétant avec les organismes concernés. Il s’agit de:
la loi n° 011-71 du 30 décembre 1971
• La circulaire relative aux documents
instituant un régime de pensions civiles;
de reporting nécessaires au contrôle
• La loi n° 72-14 fixant la limite d’âge des technique et financier, à produire par les
fonctionnaires et personnels affiliés au personnes de droit public pratiquant ou
régime des pensions civiles; gérant les opérations de retraite;
• La loi n° 96-15 modifiant et complétant • La circulaire relative au contrôle des
le Dahir portant loi n° 1-77-216 du 4 Sociétés Mutuelles de Retraite: Cette
octobre 1977 créant un régime collectif circulaire développe le dispositif
d’allocation de retraite; nécessaire au contrôle de ces mutuelles,
• La loi n° 95.15 modifiant et complétant notamment le cadre comptable, les
la loi n° 013-71 du 30 décembre 1971 ins- indicateurs d’équilibre, les documents 73
tituant un régime de pensions militaires. à produire, les règles de constitution
et de représentation des provisions
Dans ce cadre, l’Autorité a été appelée à
techniques et les modalités d’évaluation
réaliser diverses études actuarielles et
des actifs représentatifs de ces
d’impact de cette réforme.
provisions;
• La circulaire relative au contrôle des
Mise en place du cadre réglementaire opérations de retraite et de rentes :
pour l’application des dispositions de la cette circulaire a pour objet de déter-
loi n° 64-12 en matière de régulation et miner, pour la CNRA, les conditions de
de contrôle des organismes de retraite constitution, d’évaluation, de représen-
tation et de dépôt des provisions tech-
L’Autorité s’est attelée à la mise en place
niques et de la réserve d’égalisation
du cadre réglementaire nécessaire pour
ainsi que les documents et états statis-
l’application des dispositions de la loi
tiques et financiers à produire par cette
n° 64-12 en matière de régulation et
caisse.
de contrôle des organismes de retraite
à travers l’élaboration d’une série de Par ailleurs, et en application de la loi
circulaires. n°85-12 modifiant et complétant le Dahir
n° 1-59-301 instituant la CNRA, l’Autorité a
Une première circulaire, prise en application
élaboré:
des dispositions de l’article 64 de cette
loi, a été homologuée par le Ministre de • Un projet de décret modifiant et com-
l’Économie et des Finances après examen plétant le décret n° 2-59-1168 du 14
en commission de régulation. novembre 1959 pris pour l’application
dudit Dahir. Ce projet détermine l’ad- • Un projet d’arrêté fixant les condi-
ministration chargée de fixer les condi- tions des assurances consenties par la
tions des assurances consenties par la CNRA.
CNRA, à savoir le Ministère de l’Écono-
mie et des Finances;

Encadré N°6: Réforme du secteur de la retraite

La réforme du régime de pensions civiles • Application d’un taux d’annuité de


a porté sur les mesures suivantes: 2% au lieu de 2,5% pour les droits à
• Relèvement progressif de l’âge de la acquérir à compter de janvier 2017.
retraite à 63 ans sur une période de 6 Par ailleurs, le montant de la pension
ans (60 ans et six mois en 2017, 61 ans minimum mensuelle du secteur public
en 2018, …, 63 ans en 2022); et semi-public (Régimes des pensions
• Relèvement du taux de cotisation de civiles et militaires et RCAR) a été
20 à 28% sur un horizon de quatre ans relevé pour passer progressivement de
(22% à compter de septembre 2016, 1.000 DH à 1.500 DH (1.200 DH depuis
24% en 2017, 26% en 2018 et 28% en septembre 2016, 1.350 DH en 2017 et
2019); 1.500 DH à partir de 2018).
• Calcul de la pension sur la base du
salaire moyen des 8 dernières années,
74 à atteindre progressivement sur 4 ans
(à compter de janvier 2017);

Régime de retraite pour les professions Ce régime obligatoire permettra de faire


libérales et les travailleurs indépendants bénéficier de cette couverture, de ma-
nière progressive, les différentes catégo-
Dans le cadre de la poursuite de la poli-
ries assujetties.
tique d’élargissement de la couverture
sociale par le gouvernement, l’Autorité a Il sera ainsi déterminé pour chaque caté-
participé aux travaux d’un Comité inter- gorie de travailleurs, par voie réglemen-
ministériel. Piloté par la Chefferie du gou- taire et après concertation avec les repré-
vernement, ce comité s’est penché sur la sentants des différentes catégories, un
mise en place d’un régime de retraite au revenu forfaitaire qui servira comme base
profit des travailleurs non-salariés. de calcul des cotisations. Celles-ci sont
converties en points de retraite et ins-
L’Autorité a ainsi contribué à l’élaboration
crites dans un compte individuel tenu pour
du projet de loi n° 99-15 instituant un ré-
chaque travailleur indépendant qui a droit,
gime de retraite au profit des catégories
à l’âge de la retraite, à une pension de vieil-
des professionnels, des travailleurs indé-
lesse dont le montant dépend du nombre
pendants et des personnes qui exercent
de points acquis. La gestion de ce régime
une activité libérale.
sera confiée à la Caisse Nationale de Sécu-
rité Sociale (CNSS).
RAPPORT D’ACTIVITÉ

Assurance Maladie Obligatoire


Assurance Maladie Obligatoire (AMO) Couverture des parents des salariés et
pour les professions libérales et les des titulaires de pensions relevant du
travailleurs indépendants secteur public
Depuis la mise en œuvre, en août 2005, L’Autorité a également contribué à l’éla-

CHAPITRE 4 : Activités principales


de la Couverture Médicale de Base (CMB) boration d’un projet de loi n° 63-16 modi-
pour le personnel des secteurs public et fiant et complétant la loi n° 65-00 portant
privé, la généralisation en 2012 du régime code la couverture médicale de base, qui
d’assistance médicale (RAMED) et l’entrée a pour objet d’étendre cette couverture
en vigueur de la couverture médicale au au profit des parents des salariés et des
profit des étudiants en 2016, le chantier titulaires de pensions relevant du secteur
relatif à la généralisation de l’assurance public.
maladie obligatoire (AMO) n’a cessé
Textes d’application de la couverture
d’évoluer, se poursuivant en 2016 par la
sociale des indépendants
finalisation d’une couverture médicale
obligatoire au profit des travailleurs non- Dans le cadre du comité interministériel
salariés. traitant de la couverture sociale des
travailleurs non-salariés, l’ACAPS a
Dans ce cadre, l’Autorité a contribué à
également contribué à l’élaboration des
l’élaboration du projet de loi n° 98-15 ins-
projets des textes d’application des lois
taurant une assurance maladie obligatoire 75
98-15 et 99-15 suivants:
au profit des catégories des profession-
• Décret d’application des lois n° 98-15 et
nels, des travailleurs indépendants et des
99-15 ayant une portée générale, com-
personnes qui exercent une activité libé-
prenant notamment la liste des caté-
rale.
gories et sous-catégories des métiers
Cette assurance repose sur les mêmes exercés par les travailleurs indépen-
règles générales retenues pour le régime dants et l’arrêté du Ministre chargé de
des salariés du secteur privé géré par la l’emploi pris pour son application;
CNSS en ce qui concerne notamment les
• Décret d’application de la loi n° 98-15
bénéficiaires, les prestations garanties (le
relatif au Conseil d’administration de la
panier de soins) ainsi que les conditions et
CNSS.
modalités de remboursement et de prise
en charge.
2.2.3. Contrôle technique et prudentiel

Objectifs et modalités • Le Régime Collectif d’Allocation de


En matière de prévoyance sociale, le Retraite;
contrôle de l’Autorité s’exerce conformé- • La Caisse interne de Bank Al Maghrib;
ment à la réglementation spécifique ré- • La Caisse interne de l’ONEE-Branche
gissant chaque secteur et ce, selon deux électricité.
types de contrôle:
Pour les personnes de droit privé qui
• Sur pièce, à travers les documents exi-
pratiquent ou gèrent des opérations de
gibles aux organismes soumis à ce
retraite par répartition ou par répartition
contrôle, notamment les états de syn-
et capitalisation et qui doivent être
thèse, les états financiers et statistiques,
constituées sous forme de Société
les comptes rendus, tableaux ou tout
Mutuelle de Retraite, le contrôle de
document de nature à permettre de
l’Autorité s’effectue conformément au
contrôler la situation financière de ces
titre II de la loi n°64-12. Ce contrôle a
organismes;
pour objectif de s’assurer constamment
• Sur place, par des agents assermentés de la viabilité financière des régimes de
de l’Autorité. retraite qu’elles gèrent.

Secteur de la retraite Par ailleurs, le contrôle exercé par l’Autorité


sur la Caisse Nationale de Retraites et
Le contrôle de l’Autorité sur les organismes
d’Assurances (CNRA) s’effectue sur la base
de retraite est appelé à couvrir toutes
des textes législatifs et réglementaires
les activités et tous les processus de
76 régissant cette caisse ainsi que sur la
l’organisme en relation avec la gestion
base des circulaires de l’Autorité prises
des régimes. Il peut, toutefois, être étendu
en application de la loi n°64-12 et du
aux autres activités de ces organismes si
dahir instituant la CNRA. Ce contrôle, tant
l’Autorité le juge nécessaire.
technique que financier, a pour objet de
Ce contrôle porte sur les activités tech- s’assurer de l’équilibre financier de cette
niques des régimes, à savoir les cotisations caisse publique.
(déclarations, encaissement, recouvre-
Aussi, et conformément aux dispositions
ment, etc.) et les prestations (comptabi-
de l’article 11 de la loi n° 64-12 portant
lisation des droits, suivi des affiliés, liqui-
création de l’Autorité, cette dernière
dation, paiement, contrôle,…) ainsi que sur
adresse annuellement au Chef du
la gestion financière des fonds de réserve.
Gouvernement un rapport sur les résultats
L’objectif du contrôle opéré par l’Autorité de son contrôle sur les opérations de
est de s’assurer de l’équilibre financier et retraite ou de rente pratiquées ou gérées
actuariel de ces régimes de retraite. par les personnes de droit public. A
ce titre, le premier rapport élaboré par
Se basant sur les textes législatifs et
l’ACAPS au titre de l’année 2016 a traité
réglementaires applicables à chacun
trois aspects à savoir, la gouvernance
des régimes ainsi que sur ses propres
des organismes de retraite publics, les
circulaires, l’Autorité exerce son contrôle
indicateurs démographiques et financiers
sur les régimes de retraite gérés par:
des régimes gérés par ces organismes et
• La Caisse Marocaine des Retraites; leurs équilibres techniques et actuariels.
• La Caisse Nationale de Sécurité Sociale;
RAPPORT D’ACTIVITÉ

Secteur de la mutualité Organismes gestionnaires de l’AMO


L’objectif du contrôle exercé par l’Autorité La gestion de l’Assurance Maladie Obliga-
sur le secteur de la mutualité est de toire est confiée à la CNSS et à la CNOPS.
veiller au respect des textes législatifs et Ces organismes sont soumis au contrôle
réglementaires en vigueur, de vérifier les technique de l’Autorité qui a pour mission
équilibres techniques et financiers, de de veiller au respect par ces organismes

CHAPITRE 4 : Activités principales


s’assurer de la protection des adhérents et des dispositions de la loi n° 65-00 et
d’œuvrer au développement des activités des textes pris pour son application. Ce
relevant de ce secteur. contrôle porte sur la situation financière,
l’émission et le recouvrement des cotisa-
Ce contrôle couvre tous les aspects liés à
tions, le règlement des dossiers, la consti-
la gestion des sociétés mutualistes. Il porte
tution et la représentation des réserves
notamment sur les activités techniques, à
et l’application des conventions conclues
savoir:
avec les prestataires de soins.
• Les cotisations (déclarations, encaisse-
ment, recouvrement,…);
• Les prestations (liquidation des dossiers,
traçabilité, paiement, comptabilisation,
contrôle médicale,…);
• La gestion financière des fonds
de réserve et des provisions
techniques. 77

Ce contrôle est opéré sur la base des


dispositions de l’article 12 de la loi n°64-
12 qui stipulent que les pouvoirs et
attributions dévolus au Ministre chargé
des Finances, en vertu du dahir n°1-57-
187 portant statut de la mutualité, sont
exercés par l’Autorité, à l’exception de
ceux concernant les sociétés mutualistes
des Forces Armées Royales et des Forces
Auxiliaires. En outre, le Ministre chargé des
Finances agit sur proposition de l’Autorité,
concernant les décisions nécessitant un
arrêté conjoint avec le Ministre chargé de
l’Emploi.
Bilan des activités de contrôle technique et prudentiel

Secteur de la retraite • Procédé à l’examen des documents


comptables, financiers et statistiques
Les premières missions de contrôle ont
exigibles qui lui ont été communiqués
été effectuées au sein d’organismes ges-
par les sociétés mutualistes et les
tionnaires de retraite et ont donné lieu à organismes gestionnaires de l’AMO.
l’établissement d’un rapport à adresser au
Chef du Gouvernement. Par ailleurs, les cadres et responsables de
l’Autorité ont, après leurs désignations par
Secteur de la mutualité et l’AMO le Ministre chargé des Finances, participé
aux travaux des commissions de contrôle
L’Autorité a:
de cinq sociétés mutualistes créées par
• Octroyé une autorisation de cession
les agents des administrations publiques
de 297 logements par une mutuelle au
et des services publics concédés. Ces
profit de ses adhérents;
commissions sont chargées de soumettre
• Autorisé l’acquisition par une mutuelle
un rapport sur la gestion comptable à
d’un immeuble afin d’abriter un bureau
l’Assemblée Générale.
régional;
• Accordé à une mutuelle des dérogations
aux placements prévus à l’article 20 du
dahir n°1-57-187;

Encadré N°7: Les commissions de contrôle

78 Le dahir n°1-57-187 du 24 joumada Les membres de cette commission


II 1383 (12 novembre 1963) portant sont élus en Assemblée Générale. Pour
statut de la mutualité prévoit dans les mutuelles créées par les agents
son article 14 l’obligation pour chaque des administrations publiques et
société mutualiste de constituer une des services publics concédés, cette
commission de contrôle chargée de commission de contrôle s’adjoint un
soumettre un rapport sur la gestion représentant de l’Etat désigné par le
comptable à l’Assemblée Générale. Ministre chargé des Finances.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

2.2.4. Protection des adhérents, affiliés et bénéficiaires

En vertu de l’article 6 de la loi n° 64-12, Dans ce cadre, l’Autorité a traité en 2016:


l’Autorité veille au respect, par les entités • Douze (12) réclamations concernant le
soumises à son contrôle, des règles de volet retraite;
protection des affiliés conformément aux

CHAPITRE 4 : Activités principales


• Vingt-quatre (24) réclamations affé-
dispositions législatives et réglementaires
rentes à l’AMO et à la mutualité.
relatives à la prévoyance sociale.
L’Autorité a également apporté des
De même, l’article 7 octroie à l’Autorité
éléments de réponse à seize (16) questions
le pouvoir, à l’égard des organismes de
parlementaires dont six (6 )portent sur la
retraite, d’instruire toutes les réclamations
retraite et dix (10) sur la mutualité.
(des affiliés, employeurs, assurés…).

3. PARTICIPATION À LA SURVEILLANCE MACRO-


PRUDENTIELLE DU SECTEUR FINANCIER

La nouvelle loi bancaire a institué le Co- Renforcement du dispositif


mité de Coordination et de Surveillance analytique de surveillance 79
des Risques Systémiques (CCSRS) chargé
macro-prudentielle
d’assurer la surveillance macro-pruden-
tielle du système financier.
L’Autorité a procédé à une révision des
Présidé par le Wali de Bank Al-Maghrib,
indicateurs de solidité des entreprises
ce comité est composé des représentants
d’assurances, en s’inspirant des normes
des autorités chargées du contrôle des
internationales.
banques, des assurances, de la prévoyance
sociale et des marchés de capitaux ainsi Elle a également effectué un travail
que du Ministère de l’Économie et des sur le suivi de l’évolution des différents
Finances. indicateurs macro-prudentiels composant
la cartographie des risques du secteur des
Ce comité a pour principales missions
assurances en procédant à leur scoring et
l’évaluation des risques systémiques
à la réalisation de stress tests pour évaluer
pesant sur le système financier, la
la résilience des Entreprises d’Assurances
coordination des actions de ses
et de Réassurance quant au risque de
membres en matière de supervision
marché.
des établissements soumis à leur
contrôle, de surveillance des institutions Ce dispositif analytique a été complété
financières d’importance systémique et par la mise en place d’une démarche pour
des conglomérats financiers ainsi que la l’identification des Entreprises d’Assu-
résolution de crises. rances et de Réassurance d’importance
systémique.
Comité de Coordination et
de Surveillance des Risques
Systémiques (CCSRS)
Dans le cadre de sa participation au Lors de sa deuxième réunion tenue le 21
CCSRS, l’Autorité a présenté les indicateurs décembre 2016, une actualisation desdits
de risques pesant sur les Entreprises indicateurs concernant ce régime a été pré-
d’Assurances et de Réassurance selon la sentée au comité en prenant en considéra-
nouvelle palette d’indicateurs de solidité tion l’impact de la réforme paramétrique
ainsi que les indicateurs de risques relatifs entrée en vigueur en septembre 2016.
aux régimes de retraite.
En ce qui concerne le secteur de la Contribution au rapport annuel
retraite, l’ACAPS a présenté au CCSRS sur la stabilité du système
les indicateurs de risques pesant sur
financier marocain
les régimes de retraite à la lumière des
données de l’exercice 2015. L’Autorité a publié conjointement avec
Bank Al-Maghrib et l’Autorité Marocaine
Ces indicateurs, qui se basent en grande
du Marché des Capitaux le troisième
partie sur les résultats des bilans actuariels
rapport annuel sur la stabilité du système
de ces régimes, ont permis de constater
financier marocain.
la fragilité des équilibres financiers du
Régime de pensions civiles en particulier.

80

Encadré N°8: Le rapport de stabilité financière n°3

Le troisième rapport sur la stabilité fi- • L’évaluation de la solidité des insti-


nancière a été élaboré conjointement tutions financières et leur degré de
par les autorités marocaines de régu- résilience. Les analyses portent sur
lation du système financier. Ce rapport les principaux risques afférents au
s’articule autour de quatre chapitres: secteur bancaire, au marché des ca-
• Les principaux développements pitaux, au secteur des assurances et
macroéconomiques sur le plan na- au secteur de la retraite;
tional et international, les risques • Les évolutions du marché de capi-
associés et leurs impacts sur le sys- taux et des infrastructures de mar-
tème financier; ché, tout en mettant l’accent sur
• La situation financière des agents l’évaluation des principaux risques
non financiers et leur aptitude à res- pesant sur la stabilité des marchés et
pecter leurs obligations financières des infrastructures d’importance sys-
vis-à-vis du système financier; témique.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

Le rapport de stabilité financière pour Le rapport précise, toutefois, que ladite


l’année 2015 fait constater que les règles marge ne couvre que le risque de sous-
prudentielles relatives à la solvabilité des cription et que le passage à un régime
Entreprises d’Assurances et de Réassu- prudentiel de solvabilité basée sur les

CHAPITRE 4 : Activités principales


rance sont respectées. En effet, la marge risques nécessitera très probablement la
de solvabilité dont dispose le secteur des recapitalisation de certaines entreprises
assurances représente en moyenne plus d’assurances.
de quatre fois le minimum réglementaire.

81
RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 5
COOPÉRATION
INTERNATIONALE
1. ACTIVITÉS AU SEIN DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES
2. COOPÉRATION BILATÉRALE
1. ACTIVITÉS AU SEIN DES ORGANISATIONS
INTERNATIONALES

Association Internationale des


Superviseurs d’assurances (IAIS) The Sustainable Insurance
L’Autorité est membre actif de l’Interna- Forum (SIF)
tional Association of Insurance Supervi-
Consciente de la nécessité d’inscrire dans
sors (IAIS), une association qui compte
les principes régissant son activité l’enjeu
près de 200 juridictions couvrant près de
environnemental et le développement du-
97% des primes d’assurance à l’échelle
rable, l’Autorité a été parmi les membres
mondiale.
fondateurs du «Sustainable Insurance Fo-
L’IAIS est l’organisme normalisateur à rum – SIF ».
l’échelle internationale. A ce titre, elle définit
Initié par le Programme des Nations Unies
les normes applicables à la supervision,
pour l’Environnement (UNEP) et le dépar-
aux opérateurs et au fonctionnement
tement de la supervision des assurances
des marchés des assurances. Elle aide
de Californie (USA), le SIF a pour objectif
également à leur implémentation auprès
de promouvoir la coopération entre les dif-
des différentes juridictions membres.
férentes instances de régulation interna-
L’IAIS est membre du Financial Stability
tionales, afin qu’elles puissent mettre en
Board.
œuvre les réponses les plus appropriées
L’Autorité participe de manière active à aux défis du développement durable, tout
84 l’IAIS. Elle est membre du Comité Exécutif, en garantissant des opportunités de dé-
représentant la région MENA, membre du veloppement au secteur des assurances.
Comité d’Audit et des Risques ainsi que
du Comité d’Implémentation.
International Social Security
L’Autorité a ainsi participé au cours de
Association (ISSA)
l’année aux différentes manifestations et
travaux de l’IAIS. Dans le cadre d’activités propres à la Pré-
voyance Sociale, l’Autorité est membre de
l’International Social Security Association
The Arab Forum of Insurance
(ISSA). Cette organisation internationale
Regulartory Commissions
de premier plan, qui regroupe des ins-
(AFIRC) titutions et des organismes de sécurité
sociale, a pour rôle de promouvoir et de
Sur le plan régional, l’Autorité est membre
développer la sécurité sociale à travers le
actif au sein de l’Arab Forum of Insurance
monde.
Regulatory Commissions (AFIRC), dont
elle assure la Présidence. Le mandat de cette association, regrou-
pant 150 pays et 320 organisations,
Durant l’année 2016, l’Autorité a pris part
couvre les champs de la promotion des
à de nombreux travaux de l’AFIRC vi-
bonnes pratiques dans l’administration de
sant à renforcer la coopération entre ses
la sécurité sociale, le partage de connais-
membres et à promouvoir la transparence
sances ainsi que les services d’assistance
et les meilleures pratiques dans l’industrie
et de soutien à ses membres.
de l’assurance de la région.
RAPPORT D’ACTIVITÉ

2. COOPÉRATION BILATÉRALE

CHAPITRE 5 : Coopération internationale


Ministère des Finances, Conventions d’échanges
République Démocratique du d’informations et de
Congo (RDC) coopération

Un projet de coopération a été initié avec Après la signature d’un accord d’échange
l’Autorité de Contrôle de la République Dé- d’informations entre l’Autorité et la Confé-
mocratique du Congo (ACRDC). L’ACAPS rence Interafricaine des Marchés d’Assu-
a reçu à Rabat une délégation de haut rances (CIMA) en avril 2015, l’Autorité a
niveau qui a pris connaissance du mo- signé une deuxième convention de col-
dèle marocain en matière de contrôle et laboration, d’échange d’informations et
de régulation du secteur des assurances. d’expertise avec le Comité Général des
Un accord de principe a été conclu pour Assurances (CGA) en Tunisie en avril 2016.
amorcer un programme de coopération
D’autres conventions sont en cours de fi-
et de formation sur quelques années avec
nalisation et seront signées entre l’ACAPS
l’ACRDC.
et les autorités de contrôle des assurances
en France (ACPR) et en Belgique (FSMA).
Ministère des Finances et du 85
Budget / Direction Générale Participation aux manifestations
du Trésor - République de nationales et internationales
Madagascar

Assemblée Générale de la Fédération


Initiée durant le dernier trimestre 2016, Méditerranéenne des Brokers en Assu-
la coopération avec le Ministère des Fi- rance (FMBA), 25 novembre 2016 - Maroc
nances et du Budget de la République de
Madagascar a abouti à la mise en œuvre L’Autorité a participé, le 25 novembre 2016
d’une mission de formation au profit des à l’Assemblé Générale de la Fédération
contrôleurs malgaches souhaitant bénéfi- Méditerranéenne des Brokers en Assu-
cier de l’expertise marocaine. Un cadre de rance (FMBA) sur invitation de la Fédéra-
coopération à moyen terme a été égale- tion des Agents et Courtiers d’Assurance
ment discuté. au Maroc (FNACAM).
La FMBA est une fédération qui représente
les Brokers en Assurance de la majorité
des pays du pourtour méditerranéen.
Forum Mondial de la Sécurité Sociale - portant sur le thème du « Développement
Panama de l’industrie de l’assurance dans la zone
MENA : Exigences et outils ».
Une délégation de l’Autorité a participé du
14 au 18 novembre au Forum Mondial de L’objectif de cette manifestation était de
la Sécurité Sociale organisé par la Caisse discuter des pistes de coopération inter-
de Sécurité Sociale du Panama sous le arabe dans le domaine des assurances
thème «Transformer des vies – Façonner et sur les moyens à mettre en place afin
des sociétés». d’assurer une meilleure coordination entre
superviseurs.
Le Sommet mondial tenu à cette
occasion a réuni des décideurs politiques, Forum mondial annuel sur les pensions
des représentants d’organisations privées - Hong Kong
internationales et des experts reconnus.
Ce Forum a été organisé par l’Organisation
Les débats ont porté sur la façon dont
Internationale des Superviseurs des
les systèmes de sécurité sociale peuvent
Pensions (IOPS) du 8 au 11 novembre 2016,
évoluer face aux grands enjeux socio-
sous le thème «Making private pensions
économiques et aux mutations du monde
work better».
du travail.
Cette manifestation a été consacrée
Assemblée Annuelle de l’IAIS - Paraguay
à l’étude des développements et des
Une délégation de l’Autorité a pris part tendances actuelles des systèmes de
aux travaux de la conférence annuelle et retraite privés qui sont susceptibles
à l’Assemblée Générale de l’IAIS les 10 et d’influencer le paysage dans lequel les
11 novembre 2016. La conférence a traité autorités de régulation et de contrôle se
86 de plusieurs thématiques telles que la développent.
stabilité financière ou la protection des
L’Autorité a pris part à cet événement et
assurés.
a participé à un atelier sur les pratiques et
3ème édition des travaux de l’AFIRC - les questions de surveillance des régimes
Tunisie de pensions.
L’Autorité a pris part aux travaux de la 3ème
édition du Forum arabe des superviseurs
d’assurance (AFIRC), une rencontre
organisée à Tunis les 25 et 26 avril 2016 et
RAPPORT D’ACTIVITÉ

87

CHAPITRE 5 : Coopération internationale


RAPPORT D’ACTIVITÉ

CHAPITRE 6
DONNÉES FINANCIÈRES
BILAN ( ACTIF ) Exercice clos le
Tableau n°1 (modèle normal) 31/12/2016

EXERCICE
EXERCICE PRÉCÉDENT
ACTIF
Amortissements
Brut Net Net
et Provisions
IMMOBILISATION EN NON
554 000,00 110 800,00 443 200,00
VALEUR (A)
Frais préliminaires

Charges à répartir sur plusieurs


554 000,00 110 800,00 443 200,00
exercices
Primes de remboursement des
obligations

A IMMOBILISATIONS
2 246 057,50 305 661,29 1 940 396,21
INCORPORELLES (B)
C Immobilisations en recherche et
développement
T Brevets, marques, droits et
2 246 057,50 305 661,29 1 940 396,2
valeurs similaires
I Fonds commercial

F Autres immobilisations
incorporelles

IMMOBILISATIONS
8 608 536,08 933 852,55 7 674 683,53
CORPORELLES (C)
I Terrains

90 M Constructions

Installations techniques,
M matériel et outillage

Matériel de transport 939 745,42 97 325,39 842 420,03


O
Mobiliers, matériel de bureau et
7 668 790,66 836 527,16 6 832 263,50
aménagements divers
B
Autres immobilisations
corporelles
I
Immobilisations corporelles en
cours
L
IMMOBILISATIONS
I FINANCIÈRES (D)
Prêts immobilises
S
Autres créances financières
É Titres de participation

Autres titres immobilisés

ÉCARTS DE CONVERSION -
ACTIF (E)
Diminution des créances
immobilisées
Augmentation des dettes de
financement

TOTAL I ( A+B+C+D+E) 11 408 593,58 1 350 313,84 10 058 279,74


RAPPORT D’ACTIVITÉ

STOCKS (F)
A
Marchandises

C Matières et fournitures
consommables
T Produits en cours

CHAPITRE 6 : Données financières


I Produits intermédiaires et
produits résiduels

F Produits finis

CRÉANCES DE L’ACTIF
77 684 542,44 77 684 542,44
CIRCULANT (G)

C Fournis. débiteurs, avances et


acomptes

I Clients et comptes rattachés

Personnel
R
Etat 856 894,10 856 894,10
C
Comptes d'associés

U Autres débiteurs 76 742 762,26 76 742 762,26

L Compte de régularisation actif 84 886,08 84 886,08

TITRES ET VALEUR DE
A PLACEMENT (H)
ECART DE CONVERSION -
N ACTIF (I) 91
( ELÉMENTS CIRCULANTS )
T
TOTAL II ( F+G+H+I) 77 684 542,44 77 684 542,44

T TRÉSORERIE - ACTIF 40 836 802,38 40 836 802,38

Chèques et valeurs à encaisser


R
Banques, T.G & CP 40 779 539,91 40 779 539,91
É Caisses, régies d›avances et
57 262,47 57 262,47
accréditifs
S TOTAL III 40 836 802,38 40 836 802,38

O TOTAL GENERAL I+II+III 129 929 938,40 1 350 313,84 128 579 624,56
Tableau n°1
BILAN ( PASSIF ) Exercice clos le
(modèle normal) 31/12/2016

EXERCICE
PASSIF EXERCICE PRÉCÉDENT
CAPITAUX PROPRES
F
Capital social ou personnel (1)
I moins: Actionnaires, capital souscrit non appelé dont versé
N Prime d'émission, de fusion, d'apport

A Ecarts de réévaluation

N Réserve légale

C Autres réserves

E Report à nouveau (2)

Résultat net en instance d'affectation (2)


M
Résultat net de l'exercice (2) 54 343 579,92
E
TOTAL DES CAPITAUX PROPRES (A) 54 343 579,92
N
CAPITAUX PROPRES ASSIMILÉS (B) 4 530 023,46
T
Subventions d'investissement 4 530 023,46

Provisions réglementées

P DETTES DE FINANCEMENT (C)


E Emprunts obligataires
92
R Autres dettes de financement

M PROVISIONS DURABLES POUR RISQUES ET CHARGES (D)

A Provisions pour charges

Provisions pour risques


N
ECARTS DE CONVERSION - PASSIF (E)
E
Augmentation des créances immobilisées
N
Diminution des dettes de financement
T
TOTAL I ( A+B+C+D+E ) 58 873 603,38
RAPPORT D’ACTIVITÉ

P DETTES DU PASSIF CIRCULANT (F) 69 705 914,46

A Fournisseurs et comptes rattachés 8 068 502,26

Clients créditeurs, avances et acomptes


S
Personnel 6 214 380,37
S
Organismes sociaux 83 566,20

CHAPITRE 6 : Données financières


I
Etat 55 335 005,16
F
Comptes d'associés

Autres créanciers 4 460,47

C Comptes de régularisation - passif

I AUTRES PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES (g)

R ECARTS DE CONVERSION - PASSIF (H)


106,72
( ELÉMENTS CIRCULANTS )
C
TOTAL II ( F+G+H ) 69 706 021,18
U
Trésorerie passif
T
Crédits d'escompte
R
Crédit de trésorerie
É
Banques ( soldes créditeurs )
S 93
TOTAL III
O TOTAL I+II+III 128 579 624,56

(1) Capital personnel débiteur


(2) Bénéficiaire (+) . déficitaire (-)
COMPTE DE PRODUITS ET Exercice du 01/02/2016
Tableau n°2
CHARGES (HORS TAXES) au 31/12/2016

OPÉRATIONS Totaux de Totaux de


l’exercice l’exercice
Propres à Concernant les Précédant
l’exercice exercices préc.
1 2 3=1+2 4
PRODUITS
I D'EXPLOITATION
Ventes de marchandises

Ventes de biens et services


produits

E CHIFFRES D'AFFAIRES

Variation de stock de produits


X
Immobilisations produites pour
P l'Ese p/elle même

Subvention d'exploitation 50 000 000,00 50 000 000,00


L
Autres produits d'exploitation 82 587 438,48 82 587 438,48
O Reprises d'exploitation;
transfert de charges
I TOTAL I 132 587 438,48 132 587 438,48

T II CHARGES D'EXPLOITATION
Achats revendus de
A marchandises
94 Achats consommés de matières
T et de fournitures
921 990,92 921 990,92

Autres charges externes 12 013 113,28 12 013 113,28


I
Impôts et taxes 521 234,50 521 234,50
O
Charges de personnel 44 690 231,80 44 690 231,80

N Autres charges d'exploitation

Dotations d'exploitation 1 391 163,84 1 391 163,84

TOTAL II 59 537 734,34 59 537 734,34


RESULTAT D'EXPLOITATION
III ( I - II )
73 049 704,14
RAPPORT D’ACTIVITÉ

IV PRODUITS FINANCIERS
Produits des titres de
participation et autres titres
F immobilisés

Gains de change 526,70 526,70


I Intérêts et autres produits

CHAPITRE 6 : Données financières


financiers
N Reprises financières ; transferts
de charges
A
TOTAL IV 526,70 526,70
N V CHARGES FINANCIÈRES

C Charges d’intérêts

Pertes de change 3 684,37 3 684,37


I
Autres charges financières
E
Dotations financières
R TOTAL V 3 684,37 3 684,37
RÉSULTAT FINANCIER
VI (IV-V)
- 3 157,67

RÉSULTAT COURANT ( III


VII - VI )
73 046 546, 47

1. Variation de stocks : stocks final - stocks initial ; augmentation (+); diminution (-).
95
2. Achats revendus ou consommés : achats - variation de stocks.
COMPTE DE PRODUITS Exercice clos le
Tableau n°2 ET CHARGES 31/12/2016
(hors taxes) - (Suite)
OPÉRATIONS Totaux de Totaux de
l’exercice l’exercice
Propres à Concernant les Précédant
l’exercice exercices préc.
1 2 3=1+2 4
RÉSULTAT COURANT
VII (REPORT)
73 046 546, 47

VIII PRODUITS NON COURANTS


Produits des cessions
d’immobilisations

N Subventions d’équilibre

Reprises sur subventions


913 110, 93 913 110, 93
O d’investissement

Autres produits non courants 4 839 363,52 4 839 363,52


N
Reprises non courantes;
transferts de charges

TOTAL VIII 5 752 474,45 5 752 474,45


C
IX CHARGES NON COURANTES
O Valeurs nettes d’amortissements
des immobolisations cédées

U Subventions accordées

R Autres charges non courantes


96 Dotations non courantes aux
A amort. et provis

TOTAL IX
N
RÉSULTAT NON COURANT
X 5 752 474,45
T (VIII-IV)
RÉSULTAT AVANT IMPÔTS
XI (VII+X)
78 799 020,92

IMPÔTS SUR LES


XII RÉSULTATS
24 455 441,00 24 455 441,00

XIII RÉSULTAT NET (XI-XII) 54 343 579,92

TOTAL DES PRODUITS


XIV (I+IV+VIII)
138 340 439,63

TOTAL DES CHARGES


XV (II+V+IX+XII)
83 996 859, 71

XVI RÉSULTAT NET (XIV - XV) 54 343 579, 92


RAPPORT D’ACTIVITÉ

CAPACITÉS DE FINANCEMENT (C.A.F) - AUTOFINANCEMENT

1 RÉSULTAT NET DE L’EXERCICE (+ OU -) 54 343 579, 92

Bénéfice + 54 343 579, 92

Perte -

2 +

CHAPITRE 6 : Données financières


Dotations d’exploitation 1 350 313,84

3 + Dotations financières

4 + Dotations non courantes

5 - Reprises d’exploitation

6 - Reprises financières

7 - Reprises non courantes 913 110,93

8 - Produits de cessions des immobilisations

9 + Valeurs nettes des immobilisations cédées

I CAPACITÉS D’AUTOFINANCEMENT (C.A.F) 54 780 782,83

10 - Distributions de bénéfices

II AUTOFINANCEMENT 54 780 782,83

1. A l’exclusion des dotations relatives aux actifs et passifs circulants et à la trésorerie.


2. A l’exclusion des reprises relatives aux actifs circulants et à la trésorerie.
97
98
RAPPORT D’ACTIVITÉ

99

CHAPITRE 6 : Données financières


100
Adresse : Avenue Al Aarâr, Hay Riad. Rabat - Maroc
Tel : 00 212 5 38 06 08 18
Fax : 00 212 5 38 06 08 99/01
Email : contact@acaps.ma
Site web : www.acaps.ma
Adresse : Avenue Al Arâr, Hay RiadRabat - Maroc
Tél : +212 (5) 38 06 08 18
Fax : +212 (5) 38 06 08 99 / 08 01
E-mail : contact@acaps.ma
Site web : www.acaps.ma