Vous êtes sur la page 1sur 5

Bac 2018

Épreuve de français

Séries technologiques

Questions de corpus
Il s’agit d’un exercice de synthèse. Il faut commencer par lire la question qu’on vous pose, avant
même de lire les textes (aussi étonnant que cela puisse paraître), car il faut lire les textes
directement à travers le filtre de la question : vous êtes plus efficaces et plus justes, et vous vous
gardez du hors-sujet. Il faut aller à l’essentiel et REPONDRE AUX QUESTIONS.

Donc, où était l’essentiel ? Veillez à bien analyser le sujet.

Question 1 : «Quels sont les différents types de liens qui unissent le poète et la personne
endormie ? »

I/ Liens affectifs prononcés:

- Liens affectifs, éventuellement familiaux : grand-père/petite fille (Hugo), époux (Cros),


amants (Roy)
- Force de ses liens : abondance de termes sémantiquement forts : « sacrés »,
« éblouissements », « éternel », «tout l’univers », « mon jour ma nuit »

II/ Liens unilatéraux

- Hugo : le grand-père regarde sa petite fille Jeanne dormi et imagine lui-même les rêves de la
dormeuse, sans qu’elle n’en ait nulle conscience
- Cros : le poète fait état des pensées qu’il prête à la dormeuse « tu crois que », et l’engage à
lui prêter des sentiments éternels « tu m’aimeras toujours »
- Roy : le poète nomme et renomme la dormeuse de nom doux, comme pour l’appeler à lui
« Je t’attends je t’attends »
-

Question 2 : «Que déclenche chez le poète la vision de l’être endormi ? »

I/ L’amour

- Hugo : l’amour, sous la forme de l’attendrissement, de l’émerveillement ou de l’admiration


- Roy : l’amour, sous la forme de l’érotisme
- Cros : déclaration d’amour
II/ La confiance, la foi, la sérénité

- Hugo : Oubli de tout, spectacle de l’évasion dans le sommeil de Jeanne


- Cros : toute la maison est endormie et sereine, lui, il veille et se porte garant de la paix « Moi
je veille »
- Roy : délectation dans le repos, mais ombre de doute tout de même, avec la figure
d’Eurydice (qui n’a jamais réussi à sortir des Enfers avec Orphée) et « tu me trompes avec le
vent et avec la mer », qui brise symboliquement l’exclusivité amoureuse

Commentaire composé
Le commentaire composé suppose des qualités conjointes d’analyse et de synthèse. Il faut
comprendre finement le texte (=analyser) et rendre compte de sa lecture de façon cohérente et
pertinente (=synthétiser). Tout doit se tenir et être bien organisé : c’est la clef de la réussite.

Techniquement, voici ce que le correcteur attend de vous :

- chaque paragraphe doit expliciter une idée et une seule. Chaque idée est logiquement reliée
à l’idée du paragraphe précédent par un lien logique (essentiellement) de cause, de
conséquence ou d’opposition que le correcteur doit pouvoir lire sans chercher.
- Le commentaire est entièrement guidé par une question posée en introduction (la fameuse
«problématique »), question à laquelle chaque partie contribue à répondre. En effet, chaque
« partie » éclaire le texte : si vous faites deux (ou trois) parties, vous éclairez le texte de deux
(ou trois) lumières différentes. Les faisceaux se croisent et se complètent pour finalement
donner du sens, un « sens unique » : c’est ce qu’on appelle « interpréter » un texte, et c’est
ce que le correcteur attend de vous.
- La paraphrase est donc à proscrire absolument, tout simplement parce qu’elle n’apporte
rien : or, c’est précisément ce que vous apportez qui est évalué (et noté), le reste vous
pénalise systématiquement : paraphrase, mais aussi hors-sujet et contre-sens.
- Pour analyser le texte, vous devez repérer et sélectionner les procédés littéraires (= lexicaux,
grammaticaux et stylistiques) qui vous semblent les plus pertinents pour votre
démonstration. Ne relever pas tout, mais seulement ce qui est UTILE, c’est-à-dire
ECLAIRANT.

Le texte soumis à votre étude cette année était « La Sieste » de Victor Hugo.

I/ Idéalisation de l’enfant et de son sommeil

A/ Portrait quasi pictural et sculptural de l’enfant endormie

B/ Evocation imaginaire et projective des rêves de l’enfant


II/ Emotion que suscite le spectacle de l’enfant endormie

A/ Attendrissement et bienveillance

B/ Emerveillement et admiration

C/ Fascination et attirance vers ces « paradis ouverts »

Dissertation
On peut ici reprendre ce qu’on a dit sur la technique du commentaire : le devoir est guidé par la
problématique inaugurale, chaque partie de la dissertation (elle-même subdivisée en paragraphes
clairs, pertinents et cohérents) contribue à y répondre efficacement.

A cela s’ajoute la nécessaire culture littéraire du candidat. Cette année, le sujet portait sur l’objet
d’étude « Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours ». Le correcteur attendait des
références littéraires précises et évoquées à bon escient. Outre les trois textes du corpus que vous
pouvez réinvestir sans problème puisque le sujet est fait pour, vous avez étudié cette année et les
années précédentes un certain nombre de textes et d’œuvres complètes : il fallait s’en souvenir, les
citer en exemple et les analyser finement pour étayer vos idées. Une idée sans exemple n’a pas de
valeur. Un exemple sans idée non plus. Chaque paragraphe doit être I.D.E.A.L. (= une Idée que l’on
Développe, un Exemple qu’on Analyse, puis on fait un Lien vers le paragraphe suivant).
Schématiquement, si vous avez fait un plan en trois parties trois sous-parties, il fallait donc neuf
exemples.

« La poésie vise-t-elle seulement à idéaliser le quotidien ? »

Analyse du sujet:

- Tout d’abord, il faut savoir ce qu’on attend de vous : vous êtes interrogés sur la « [visée] de
la poésie, à avoir sur son but, son objectif.
- Ensuite, il faut bien comprendre le sens de « idéaliser » ici, car le mot « idéal » est
polysémique en français. « Idéal » veut dire « qui a toutes les qualités propres à son modèle et
correspond à l'idée que l'on se fait de la perfection » (par exemple la femme idéale), mais aussi « qui
a une existence intellectuelle, qui n’existe que dans l’imagination, qu’on ne peut percevoir
par les sens ». Il faut prendre ici en compte les deux sens du mot.
- Il faut aussi prendre en compte le mot « quotidien », qui n’est pas un équivalent exact de
« réalité » : la poésie idéalise-t-elle les choses et événements banals, de tous les jours ?
- Si on choisit de faire un pan dialectique du type I/ OUI II/ NON, l’adverbe « seulement »
permettaient de faire une troisième partie III/ non, pas seulement.
- L’intitulé complet du sujet vous commande de réinvestir les textes du corpus (au moins deux
des trois), ainsi que les textes étudiés en classe et vos lectures personnelles. C’est une
consigne obligatoire.
I/ OUI, au sens 1 de « idéaliser » : la poésie vise à idéaliser le quotidien car elle donne toutes les qualités
propres à son modèle et correspond à l'idée que l'on se fait de la perfection » (sens 1 de idéaliser)

A/ Par le travail du style, du rythme et des images, la poésie magnifie le quotidien, le sublime et lui
donne de l’éclat. Et réciproquement, dès qu’un fait quotidien est transposé en poésie, il perd sa banalité

B/ Toute une tradition poétique s’attache à représenter le beau, plutôt que le vrai.

II/ OUI, au sens 2 de « idéaliser » : la poésie vise à idéaliser le quotidien car elle donne une existence
intellectuelle, qui n’existe que dans l’imagination, qu’on ne peut percevoir par les sens

A/ La poésie est une forme d’art. Elle vise donc une représentation intellectuelle, par définition
éloignée du quotidien

B/ La poésie permet l’imaginaire et le rêve.

II/ NON, la poésie ne vise pas seulement à idéaliser le quotidien

A/ Elle vise aussi à représenter le réel, à en donner un témoignage

B/ Elle peut même permettre de dénoncer et d’inciter à l’action: poésie engagée

Ecriture d’invention
Vous aurez une bonne note, voire très bonne, si et seulement si vous avez suivi les consignes.
Concernant l’écriture d’invention du bac, c’est la chose la plus importante à vous dire. Décortiquons
ensemble ces fameuses consignes :

- Le sujet qui vous ai proposé vous engage à réécrire le texte de Claude Roy en changeant de
point de vue. Il ne s’agit plus de retranscrire les émotions du poète, mais celles de la
dormeuse.
- Il faut donc tenir grand compte du texte qui est donné dans le corpus, afin d’y « répondre ».
Il faut relever au brouillon les indices que vous pourrez exploiter dans cette retranscription
(« les pieds nus sur le sable mouillé », l’évocation de « la pluie », etc.), que vous remodèlerez
pour une nouvelle évocation : pas de recopiage, donc, mais un travail à part entière
d’élaboration.
- Votre texte sera une page de journal intime. Veillez à présenter votre évocation en tenant
compte de cette présentation spécifique : lieu, date, voire heure, éventuellement adresse au
journal « Cher Journal », etc.
- Texte rédigé en vers (20 vers) ou en prose (40 lignes, organisés en paragraphes)

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Ce document a pour objet d’aider les candidats à se situer par rapport aux attentes du jury. L’auteur
aimerait cependant vous faire deux remarques:
- L’examinateur sait que vous êtes lycéens et que vous n’avez pas (encore) un savoir et un
savoir-faire absolument sûrs. Il veut cependant voir comment vous pensez et comment vous
réinvestissez vos connaissances face à des textes nouveaux. Il apprécie toujours l’effort du
candidat et il n’hésite pas à valoriser les interprétations justes.
- Quelle que soit votre impression, ne vous découragez surtout pas : on sait rarement s’évaluer
soi-même. Allez à l’oral avec vaillance, zèle et courage. Il faut savoir relever le défi avec
maturité et se battre comme il se doit. Rien n’est perdu ;-)