Vous êtes sur la page 1sur 82

TD Sciences Appliquées STS

MCC

MCC________________________________________________________________________________3
Exercice 1: QCM (Solution 1:)____________________________________________________________3
MCC sans saturation____________________________________________________________________5
Exercice 1: Moteur de levage (Solution 2:)__________________________________________________5
Exercice 2: Moment du couple de pertes:(Solution 3:)__________________________________________5
Exercice 3: MCC hexapolaire réversibilité:( Solution 6:)_________________________________________5
Exercice 4: Essais d’une MCC (Solution 7:)__________________________________________________5
Exercice 5: Etapes : exploitation de la plaque signalétique.( Solution 8:)_____________________________6
Exercice 6: Etapes : bilan énergétique du moteur. (Solution 9:)___________________________________6
Exercice 7: Etapes : la mesure de la résistance interne de l’induit. (Solution 10:)_______________________6
Exercice 8: Etapes : tension induite manifestation des phénomènes électromagnétiques.( Solution 11:)______7
Exercice 9: Etapes : l’incontournable constante de l’induit.( Solution 12:)____________________________7
Exercice 10: Etapes : inversion du sens de rotation.( Solution 13:)_________________________________8
Exercice 11: Etapes : machine à courant continu : elle peut être soit motrice soit génératrice ! (Solution 14:)_
_9
Exercice 12: Etapes : pourquoi la fréquence de rotation chute t’elle lorsque la valeur du moment du couple
résistant augmente ? (Solution 15:)________________________________________________________9
Exercice 13: Etapes : variateurs électroniques alimentant l’induit d’un moteur à courant continu.( Solution 16:)
_________________________________________________________________________________10
Exercice 14: Etapes : variateurs électroniques alimentant l’induit d’un moteur à courant continu.( Solution 17:)
_________________________________________________________________________________11
Exercice 15: MCC et charge (Solution 27:)__________________________________________________12
Exercice 16: MCC caractéristiques (Solution 28:)_____________________________________________13
Exercice 17: MCC Levage (Solution 29:)____________________________________________________13
Exercice 18: MCC séparé cycle de fonctionnement robotique (Solution 31:)__________________________14
Exercice 19: Ventilateur automobile (Solution 37:)____________________________________________14
Exercice 20: MCC réversibilité (Solution 23:)_______________________________________________15
Exercice 21: Courbe de MCC et point de fonctionnement MCC (Solution 40:)_________________________15
Exercice 22: BTS 2003 Nouméa Electrotechnique (Solution 25:)_________________________________16
Exercice 23: BTS 2001 Métro Electrotechnique (Solution 26:)___________________________________18
Exercice 24: BTS 1995 Etk Métro : MCC à aimants permanents, tension démarrage (Solution 33:)_________19
Exercice 25: BTS 1995 Etk Nouméa (Solution 43:)___________________________________________20
MCC avec saturation___________________________________________________________________21
Exercice 1: MCC série BAC 1983 *** (Solution 4:)____________________________________________21
Exercice 2: MCC de treuil réversibilité (Solution 5:)___________________________________________21
Exercice 3: MCC Génératrice dérivation (Solution 18:)_________________________________________22
MCC transitoire régulation______________________________________________________________23
Exercice 1: MCC Constante de temps d’un moteur de servomécanisme (Solution 19:)___________________23
Exercice 2: MCC à aimants permanents, régime transitoire(Solution 34:)___________________________23
Exercice 3: BTS 1998 Métro MCC séparée Etude de différents modes de commande d'une machine à courant
continu fonctionnement multiquadrant (Solution 36:)__________________________________________24
Exercice 4: MCC transitoire démarrage (Solution 32:)_________________________________________28
Exercice 5: Régimes transitoires d'un moteur à flux constant (Solution 41:)_________________________29
Exercice 6: Asservissement de vitesse d'un moteur à courant continu (Solution 38:)___________________29
MCC série___________________________________________________________________________31
Exercice 1: BTS 1977 MCC série (Solution 20:)______________________________________________31
Exercice 2: BTS 1983 MCC série (Solution 21:)______________________________________________31
Exercice 3: BTS 1985 MCC série (Solution 22:)______________________________________________32
Exercice 4: MCC série (Solution 30:)______________________________________________________34
Exercice 5: MCC série(Solution 35:)______________________________________________________35

1/82
Exercice 6: Conception d’un moteur (Solution 42:)____________________________________________35
MCC_______________________________________________________________________________37
Solution 1: Exercice 1:QCM___________________________________________________________37
Solution 2: Exercice 1:Moteur de levage__________________________________________________37
Solution 3: Exercice 2:Moment du couple de pertes:(Solution 3:)________________________________37
Solution 4: Exercice 1: MCC série BAC 1983 *** (Solution 4:)__________________________________38
Solution 5: Exercice 2: MCC de treuil réversibilité (Solution 5:)________________________________39
Solution 6: Exercice 3:MCC hexapolaire réversibilité:________________________________________41
Solution 7: Exercice 4:Essais d’une MCC__________________________________________________42
Solution 8: Exercice 5: Etapes : exploitation de la plaque signalétique.____________________________43
Solution 9: Exercice 6:Etapes : bilan énergétique du moteur.___________________________________44
Solution 10: Exercice 7: Etapes : la mesure de la résistance interne de l’induit._____________________44
Solution 11: Exercice 8: Etapes : tension induite : c’est la manifestation des phénomènes électromagnétiques.
_______________________________________________________________________________45
Solution 12: Exercice 9: Etapes : l’incontournable constante de l’induit.___________________________46
Solution 13: Exercice 10: Etapes : inversion du sens de rotation.________________________________47
Solution 14: Exercice 11: Etapes : machine à courant continu : elle peut être soit motrice soit génératrice !
_______________________________________________________________________________48
Solution 15: Exercice 12: Etapes : pourquoi la fréquence de rotation chute t’elle lorsque la valeur du moment
du couple résistant augmente ?________________________________________________________48
Solution 16: Exercice 13:Etapes : variateurs électroniques alimentant l’induit d’un moteur à courant continu.
_______________________________________________________________________________48
Solution 17: Exercice 14:Etapes : variateurs électroniques alimentant l’induit d’un moteur à courant continu.
_______________________________________________________________________________48
Solution 18: Exercice 3:MCC Génératrice dérivation (Solution 18:)______________________________48
Solution 19: Exercice 1:MCC Constante de temps d’un moteur de servomécanisme (Solution 19:)_________48
Solution 20: Exercice 1:BTS 1977______________________________________________________49
Solution 21: Exercice 2:BTS 1983______________________________________________________49
Solution 22: Exercice 3:BTS 1985______________________________________________________50
Solution 23: Exercice 20: MCC réversibilité (Solution 23:)____________________________________53
Solution 24: Les caractéristiques nominales d'un moteur à courant continu à excitation indépendante et
constantes sont les suivantes:_________________________________________________________53
Solution 25: Exercice 22: : BTS 2003 Nouméa Electrotechnique (Solution 25:)_____________________53
Solution 26: Exercice 23: BTS 2001 Métro Electrotechnique__________________________________55
Solution 27: Exercice 15:MCC et charge__________________________________________________56
Solution 28: Exercice 16:MCC caractéristiques_____________________________________________59
Solution 29: Exercice 17:MCC Levage____________________________________________________59
Solution 30: Exercice 4:MCC série______________________________________________________59
Solution 31: Exercice 18:MCC séparé cycle de fonctionnement_________________________________62
Solution 32: Exercice 4:MCC transitoire démarrage_________________________________________65
Solution 33: Exercice 24: BTS 1995 Etk Métro : MCC à aimants permanents, tension démarrage (Solution
33:)____________________________________________________________________________66
Solution 34: Exercice 2:MCC à aimants permanents, régime transitoire___________________________67
Solution 35: Exercice 5:MCC série______________________________________________________67
Solution 36: Exercice 3:BTS 1998 Métro MCC séparée Etude de différents modes de commande d'une
machine à courant continu____________________________________________________________68
Solution 37: Exercice 19:Ventilateur automobile (Solution 37:)_________________________________71
Solution 38: Exercice 6:Asservissement de vitesse d'un moteur à courant continu (Solution 38:)_________71
Solution 39: Exercice 20: MCC réversibilité (Solution 23:)____________________________________71
Solution 40: Exercice 21:Courbe de MCC et point de fonctionnement MCC_________________________72
Solution 41: Exercice 5:Régimes transitoires d'un moteur à flux constant_________________________74
Solution 42: Exercice 6: : Conception d’un moteur___________________________________________76
Solution 43: Exercice 25: : BTS 1995 Etk Nouméa (Solution 43:)_______________________________76

2/82
3/82
MCC

Exercice 1: QCM (Solution :1)


Entourer la ou les bonnes réponses.

.1 Principe de fonctionnement du moteur à courant continu


.a Le rôle de l'inducteur est de créer un champ magnétique tournant.
.b L'induit du moteur est feuilleté pour limiter les pertes par courant de Foucault.
.c L'apparition d'un couple moteur nécessite la circulation d'un courant d'induit.
.d Si le moteur tourne, il y a obligatoirement apparition d'une f.é.m.

.2 Relations fondamentales
.a La f.é.m. E est proportionnelle au flux inducteur.
.b Le couple électromagnétique Tem est proportionnel à la tension d'induit U.
.c Au démarrage, la f.é.m. est nulle.
.d Si la vitesse du moteur double, la f.é.m. double également.
.e Si la tension d'induit double, la vitesse du moteur double également.
.f Si l'on maintient la tension d'induit constante, une augmentation du couple
résistant entraîne une augmentation de la vitesse.
.g Pour le moteur à courant continu, on a U = E - R I.
.h Pour rester à vitesse constante malgré une augmentation du couple résistant de
charge, il faut diminuer la tension d'induit.

.3 Puissances
.a La puissance absorbée par l'induit vérifie Pa = E I.
.b Le couple électromagnétique vérifie la relation Tem = Pa / .
.c Si l'on néglige les pertes collectives, la puissance électromagnétique est égale à la
puissance utile.
.d Les pertes joules de l'induit vérifient pJ =(U - E) I.

.4 Moteur à courant continu en fonctionnement nominal


On relève sur la plaque signalétique d'un moteur à courant continu à excitation indépendante les valeurs
nominales suivantes : Un = 190 V, In = 3,5 A, nn = 1500 tr.min-1: R=5  etTun=3N.m.
.a La puissance utile nominale est de 4,5 kW.
.b La f.é.m. du moteur fonctionnant à vitesse nominale est de 160 V.
.c La constante k vaut 1,1 V.s.rad-1 .
.d Le rendement nominal de ce moteur est voisin de 71 %.

.5 Régime permanent dans un moteur à flux constant


.a En régime permanent, la tension d’alimentation de l’induit Va varie en fonction du
temps de 0 à sa valeur nominale.
.b En régime permanent, le couple varie en fonction du temps de 0 à sa valeur
nominale.
.c La vitesse du moteur est réglée par le courant d'induit Ia.
.d La modification du flux par le courant d'inducteur entraîne une variation de la
vitesse.
.e La vitesse du moteur est réglée par la tension d'induit Va qui peut varier de Vd
(tension de démarrage) à sa valeur nominale.

.6 Caractéristiques du moteur

4/82
.a Quand on augmente la tension Va à flux et à couple résistant constants, la vitesse
augmente.
.b Quand on augmente le flux à tension Va et à couple résistant constants, la vitesse
augmente.
.c Quand on augmente le couple résistant à tension Va et à flux constants, la vitesse
augmente.
.d Quand on augmente le couple résistant à tension Va et à flux constants, le
courant d'induit augmente.
.e Quand on augmente le couple résistant à tension Va et à flux constants, la
puissance augmente.
.f Un moteur à excitation série alimenté sous tension nominale peut « s'emballer » à
vide.

.7 Régime transitoire dans un moteur à flux constant


.a En régime transitoire, le moment d'inertie J intervient dans l'équation
différentielle mécanique.
.b Le démarrage d'un moteur à couples moteur et résistant constants est
approximativement un régime uniformément accéléré de vitesse.
.c Le freinage d'un moteur à couple résistant constant est approximativement un
régime uniformément décéléré de vitesse.
.d Le palier de vitesse d'un cycle robotique est un régime transitoire de vitesse.
.e L'inductance d'induit La intervient dans le régime transitoire du courant d'induit
ia.

.8 Rendement d'une machine à courant continu


.a Le rendement maximal en moteur est obtenu lorsque les pertes fer P fer sont
égales aux pertes Joule P.
.b Le rendement ne varie pas si on modifie le flux dans la machine.
.c Les pertes fer, Pfer sont mesurées pour un fonctionnement à vide du moteur en
excitation séparée, et pour un flux donné.
.d Les pertes Joule PJ sont mesurées pour un fonctionnement en charge du moteur.

5/82
MCC sans saturation

Exercice 1: Moteur de levage (Solution :2)


Un système de levage par palans utilise un moteur de type « courant continu ». On lit sur sa plaque signalétique
les grandeurs nominales suivantes :
INDUIT :U=24 V, I= 50 A, n = 500tr.min-1.
INDUCTEUR: U=24V,Iexe=2A. L'excitation indépendante assure un flux constant.
.9 Donner le schéma équivalent de l'induit du moteur en précisant l'orientation du
courant .et des tensions. Calculer la f.é.m. du moteur en régime nominal sachant que la résistance de l’induit
est R = 0,08 .
.10 On admet la relation E = k dans laquelle  représente la vitesse angulaire de l’induit
en rad.s-1, et E la f.é.m. en volts. En déduire le coefficient k.
.11 Calculer le moment du couple électromagnétique nominal Tn.
.12 Calculer la puissance nominale totale Pan absorbée par le moteur (induit plus
inducteur).
.13 En déduire la puissance utile nominale Pun sachant que le rendement nominal du moteur
est de 62 %.
.14 Calculer le moment du couple utile nominal
.15 Calculer le moment du couple de perte

Exercice 2: Moment du couple de pertes:(Solution :3)


L'essai à vide d'une machine à courant continu fonctionnant en moteur à excitation indépendante a donné pour
l'induit : tension d'alimentation: 220 V; intensité du courant: 1,8 A; fréquence de rotation : 1500 tr/min.
La résistance de l'induit est R= 0,4 .
Quel est le moment du couple de pertes?

Exercice 3: MCC hexapolaire réversibilité:( Solution :5)


Une machine à courant continu hexapolaire possède 4 voies d'enroulement et fonctionne à flux constant. Son
induit comporte 860 conducteurs et tourne à la fréquence de 1200 tr /min. Sa résistance de 0,5 .
1) La machine fonctionne en moteur. Elle est alimentée sous 240 V et l'induit est traversé par un courant de 16A.
Calculer:
a) la fem de la machine,
b) le moment du couple électromagnétique
c) et le flux utile sous un pole;
2) Si le courant appelé par le moteur est de 24 A, calculer :
a) le moment du couple électromagnétique
b) la fréquence de rotation ?
3) La machine fonctionne en génératrice. Elle alimente une charge sous une tension 228 V. L'induit fournit un
courant de 24 A. Calculer
a) la fréquence de rotation du moteur
b) le moment du couple électromagnétique.

Exercice 4: Essais d’une MCC (Solution :6)


Pour un moteur à excitation indépendante, on dispose des indications suivantes:
Inducteur: résistance r = 150  et tension d'alimentation Ue = 120 V
induit: R=0,5  et tension d'alimentation U = 220 V.

6/82
Lors de l'essai à vide on a relevé les valeurs suivantes: puissance absorbée par l'induit: Pv = 264 W et intensité
du courant : Iv=1,2 A.
Un essai en charge a donné pour l'induit tournant à la fréquence de rotation de 1450 tr/min: intensité I= 18 A.
Ces deux essais sont réalisés sous les tensions nominales de l'induit et de l'inducteur. Calculer:
)2 Pour l'essai en charge:
 la puissance électromagnétique;
 les pertes par effet Joule statoriques
 les pertes par effet Joule rotoriques;
 les pertes constantes;
 la puissance utile;
 le moment du couple utile;
 le rendement du moteur;
)3 Pour l'essai à vide:
 la fém;
 la fréquence de rotation.

Exercice 5: Etapes : exploitation de la plaque signalétique.( Solution :7)


Inducteur : 190V ; 0.800A ; excitation indépendante
Induit : 250V ; 14.0A ; 1500 tr/min ; 3.00KW
1° Donnez l’interprétation des valeurs numériques portées sur la plaque signalétique.
2° Calculez les valeurs de la puissance active nominale absorbée par l’induit et de la puissance active nominale
absorbée par l’inducteur.
3° Calculez les valeurs du rendement nominale du moteur et du rendement nominale de l’induit.
4° Calculez les valeurs des pertes en fonctionnement nominale, des pertes au stator et des pertes au rotor.
5° Calculez la valeur du moment de couple utile nominale.
6° Calculez la valeur de la résistance interne de l’inducteur.

Exercice 6: Etapes : bilan énergétique du moteur. (Solution :8)


Données : la valeur de la résistance d’induit mesurée à chaud vaut 0.890Ω.
Inducteur : 190V ; 0.500A ; excitation indépendante
Induit : 270V ; 10.0A ; 1500 tr/min ; 2.20KW
1° Quelle partie de la machine est appelée « excitation » ?
2° Quelle est l’origine physique des pertes au stator ?
3° Quelles sont les origines physiques des pertes au rotor ?
4° Qu’appelle t’on « puissance électromagnétique » ? Quelle conversion énergétique réalise t’elle ?
5° Dans les schémas ci dessous, identifiez et nommez les différentes pertes et puissances mises en jeu dans le
fonctionnement énergétique du moteur. Donnez les valeurs numériques.
 51° Bilan énergétique de l’induit :

induit
 52° Bilan énergétique de l’inducteur :

inducteur

7/82
6° Exploitez la plaque signalétique pour en déduire les valeurs : du rendement nominale du moteur, du rendement
nominale de l’induit, du moment de couple utile nominale.
7° Donnez la modélisation électrique de l’inducteur. Orientez courant et tension. Nommez les. Calculez la valeur
de l’élément de modélisation électrique de l’inducteur.

Exercice 7: Etapes : la mesure de la résistance interne de l’induit. (Solution :9)


Données : la valeur de la résistance d’induit mesurée à chaud vaut 0.890Ω. Le rotor est calé.

1° A t’on utilisé un ohmmètre pour mesurer la valeur de la résistance interne ? Pourquoi ?


2° Proposez alors une méthode électrique pour déterminer avec précision la valeur de la résistance interne de
l’induit. Illustrez la à l’aide d’un schéma de câblage détaillé (courant et tension orientés et nommés, type de
source d’alimentation, appareils de mesure, type de calibres utilisés). Précisez la condition nécessaire qui doit
être vérifiée pour que cette mesure soit viable.

Exercice 8: Etapes : tension induite manifestation des phénomènes électromagnétiques.( Solution :


10)
Données : à l’arrêt, l’induit appelle un courant de 9.50A sous une tension de 10.7V
Une fois lancé à 1615 tr/min, l’induit appelle un courant de 7.75A sous une tension de 237V.

1° Trouvez la valeur de la résistance interne de l’induit.


2° Calculez la valeur de la tension à ses bornes lorsque le moteur est lancé à 1615 tr/min. En déduire la valeur de
la tension induite.
3° Quelle est l’origine physique de cette tension induite ? Que cherche t’elle à faire ? Quelle est alors son
comportement électrique ?

4° Etablissez alors la modélisation électrique de l’induit lorsque le moteur est lancé. Orientez le courant et les 3
tensions mises en jeu. Nommez les.
5° Calculez la valeur de la constante de l’induit.
6° A l’aide d’un bilan de puissance, calculez la valeur de la puissance électromagnétique.
7° Calculez la valeur du produit « EI ». A quoi est il égale ?
8° De la définition de la puissance électromagnétique, en déduire la valeur du moment de couple
électromagnétique.
9° Calculez la valeur du rapport « Tem/I ». A quoi est il égale ?
10° Proposez une méthode simple qui permette de trouver la valeur de l’intensité du courant d’induit à partir de
la valeur du moment de couple électromagnétique.
11° Proposez une méthode simple qui permette de trouver la valeur de la tension induite à partir de la vitesse
angulaire de rotation.

Exercice 9: Etapes : l’incontournable constante de l’induit.( Solution :11)


Données : la valeur de la résistance d’induit mesurée à chaud vaut 1.50Ω.
Inducteur : 190V ; 0.440A ; excitation indépendante
Induit : 200V ; 9.50A ; 1500 tr/min ; 1.50KW
1° Calculez la valeur de la tension induite nominale.
2° Calculez la valeur de la constante de l’induit.
3° Calculez les valeurs du moment de couple électromagnétique nominale et celui du moment de couple utile
nominale. En déduire la valeur du moment de couple lié aux pertes collectives.
4° La valeur du moment de couple résistant de la charge mécanique entraînée vaut 6.70 Nm.
 41° En déduire la nouvelle valeur du moment de couple électromagnétique.
 42° En déduire la nouvelle valeur de l’intensité du courant d’induit.
 43° En déduire la nouvelle valeur de la fréquence de rotation de l’arbre mécanique.
 44° Proposez une méthode simple qui permette de déterminer la valeur de l’intensité du courant d’induit
à partir de la valeur du moment de couple résistant de la charge mécanique entraînée.

8/82
 45° Proposez une méthode simple qui permette de déterminer la valeur de la fréquence de rotation de
l’arbre mécanique à partir de la valeur du moment de couple résistant de la charge mécanique entraînée.
5° Trouvez la valeur de la fréquence de rotation de l’arbre mécanique lorsque la valeur du moment de couple
résistant de la charge mécanique entraînée vaut 4.78 Nm.
6° A votre avis, lorsque le moteur tourne à une fréquence de rotation de valeur constante, comment varie la
valeur de la tension induite lorsque la valeur du flux de l’inducteur est réduit de moitié ? Quelle est alors la
grandeur physique qui impose la valeur de la constant de l’induit ?
7° L’induit est alimenté sous tension nominale. La valeur du courant d’exitation (0.440A nominaux) est réduite de
moitié :
 71° Quelle est la nouvelle valeur de la constante de l’induit ?
 72° Quelle est la nouvelle valeur de la tension induite (le moment de couple résistant est nominal et
reste constant)?
 73° Quelle est la nouvelle valeur de la fréquence de rotation ?
8° L’induit est alimenté sous tension nominale. La valeur du courant d’exitation (0.440A nominaux) est réduite du
dixième de sa valeur nominale. Quelle est la nouvelle valeur de la fréquence de rotation ?
9° Qu’appelle t’on « emballement » ?
10° Quelle consigne de sécurité doit on suivre pour mettre hors tension un moteur à courant continu ?
11° Quelle consigne de sécurité doit on suivre pour mettre sous tension un moteur à courant continu ?

Exercice 10: Etapes : inversion du sens de rotation.( Solution :12)

1° Dessinez la modélisation électrique de l’induit (arbre mécanique en rotation). Orientez et nommez courant et
tensions. Placez polarités de la tension induite. En déduire le sens de rotation dans le cas à droite.

induit
arbre
 11° Que faut il donc faire pour inverser le sens de rotation de l’arbre mécanique ?
 12° Quelle relation y a t’il entre les polarités de la tension induite et le sens de rotation ?

2° Orientez et nommez courant et tension d’excitation. Dessinez le symbole électrique de l’inducteur ainsi que
celui de l’induit. En déduire le sens de rotation dans le cas à droite.

duit

inducteur induit inducteur induit


arbre arbre

3° On se propose de comprendre ce qu’il se passe lorsque l’on inverse l’alimentation continue de l’inducteur.
 31° Connectez les enroulements statoriques pour qu’il y ait magnétisation de la machine. Orientez le
courant d’excitation.
 32° Orientez en bleu le champ magnétique présent à l’intérieur de l’entrefer.
 33° On fait apparaître le sens du courant d’induit dans un conducteur du bobinage rotorique. Orientez en
noir la force de Laplace qui s’applique sur chaque conducteur. En déduire le sens de rotation.

9/82
 34° La valeur de l’intensité du courant d’induit reste constante. On double la valeur du courant
d’excitation. Comment varie la valeur de l’intensité du champ magnétique ? Orientez en rouge sur le
schéma de gauche le champ magnétique crée. Comment varie la valeur de l’intensité de la force de Laplace
qui s’applique sur chaque conducteur ? Orientez en rouge sur le schéma de gauche la force de Laplace.
Comment varie la valeur du moment de couple électromagnétique qui s’applique sur le rotor ?
 35° La valeur de l’intensité du courant d’induit double. La valeur du courant d’excitation reste constante.
Comment varie la valeur de l’intensité du champ magnétique ? Comment varie la valeur de l’intensité de la
force de Laplace qui s’applique sur chaque conducteur ? Orientez en vert sur le schéma de droite la force
de Laplace. Comment varie la valeur du moment de couple électromagnétique qui s’applique sur le rotor ?
 36° En déduire des 2 questions précédentes la relation qui lie la valeur du moment de couple
électromagnétique, l’intensité du courant d’induit et la valeur de la constante de l’induit ?

Exercice 11: Etapes : machine à courant continu : elle peut être soit motrice soit génératrice !
(Solution :13)

Alimentation Alimentation
Continue Continue
Réversible Réversible

Le courant d’induit est positif. Dans chaque cas de figure :


1° Déterminez le comportement électrique de la tension induite de l’induit ;
2° En déduire le signe de la tension aux bornes de l’induit mesurée par le voltmètre ;
3° En déduire le signe de la puissance active absorbée par l’induit ;
4° En déduire le signe de la puissance active fournie par l’alimentation continue ;
5° En déduire le sens de déplacement de la charge mécanique entrainée ;
6° En déduire la conversion énergétique réalisée par la machine à courant continu ;
7° En déduire si la machine à courant continu est motrice ou génératrice.

Exercice 12: Etapes : pourquoi la fréquence de rotation chute t’elle lorsque la valeur du moment
du couple résistant augmente ? (Solution :14)
Inducteur : 190V ; 0.800A ; excitation indépendante
Induit : 250V ; 14.0A ; 1500 tr/min ; 3.00KW
A l’arrêt, l’induit appelle un courant de 12.6A sous une tension de 11.3V
Le courant d’excitation reste constant et égale à sa valeur nominale.

1° Pourquoi est il important de préciser que le courant d’excitation reste constant ?

10/82
2° Calculez la valeur de la constante du moteur.
3° Calculez la valeur des pertes collectives. En déduire la valeur du moment de couple lié aux pertes collectives.
4° La valeur du moment de couple résistant vaut 18.0Nm. Déterminez la valeur de l’intensité du courant d’induit,
la valeur du moment de couple électromagnétique, la valeur de la chute de tension aux bornes de la résistance
interne de l’induit, la valeur de la tension induite, la valeur de la fréquence de rotation. Consignez ces valeurs
dans le tableau ci dessous. Répondre aux mêmes questions lorsque la valeur du moment de couple résistant ne
vaut que 9.00Nm puis 0.00Nm.

Moment de Moment de couple intensité du chute de tension tension induite fréquence de


couple résistant électromagnétique courant d’induit rotation
18.0Nm
9.00Nm
0.00Nm

5° Décrivez le processus suivi qui montre que la fréquence de rotation chute lorsque la valeur du moment du
couple résistant augmente.
6° A partir des valeurs du tableau, tracez la caractéristique mécanique utile (échelles : 1.5Nm pour 1cm et
100tr/min pour 1cm) (en abscisse, la fréquence de rotation de 0.00 tr/min à 1600tr/min).
7° Proposez une méthode simple pour établir le tracé de la caractéristique mécanique utile.
8° Tracez la caractéristique mécanique de la charge mécanique à entraîner (à 1500tr/min elle oppose un moment
de couple égale à 19.1Nm et à 1000tr/min, 15.9Nm).
9° Calculez la valeur de la puissance utile fournie par le moteur lorsqu’il entraîne la charge mécanique telle qu ‘elle
est caractérisée ci dessus.
10° Au démarrage, quelle est la valeur de l’intensité du courant d’induit ? Quelle est la valeur de la tension aux
bornes de l’induit ?

Que se produit il sur la caractéristique mécanique utile lorsque la valeur de la tension d’induit varie ?

Reprendre les valeurs calculées dans précédemment pour :


La valeur de la constante = ……. La valeur du moment de couple lié aux pertes collectives = ….. La valeur de la
résistance = ……

11° Le moteur est alimenté sous une tension d’induit de valeur égale à 125V. Tracez la nouvelle caractéristique
mécanique utile sur le même graphique que précédemment, à partir de la méthode trouvée. Justifiez les valeurs
numériques.
12° Que se produit il sur la caractéristique mécanique utile lorsque la valeur de la tension d’induit varie ?
13° Proposez une méthode simple qui permette de faire varier la valeur de la fréquence de rotation d’un moteur à
excitation indépendante.

Exercice 13: Etapes : variateurs électroniques alimentant l’induit d’un moteur à courant continu.(
Solution :15)
Un variateur électronique alimente l’induit d’un moteur à courant continu à aimants permanents.

1° Le moteur a t’il le même comportement qu’un moteur à exitation indépendante ? Pourquoi ?


2° Voici un variateur alimentant l’induit d’un moteur à courant continu :
vl(t)

AC
v(t) vS(t) u(t)
DC

Données :

11/82
Constante de l’induit = 1.31V/rads-1 ;
moment de couple utile = 17.1Nm ;
moment de couple lié aux pertes collectives = 0.390Nm ;
résistance interne de l’induit = 0.900Ω ;
valeur moyenne de la tension vs(t) = 175V

21° Quelle conversion d’énergie est réalisée par le variateur ?


22° Quelle est la nature de la tension v(t) ? Quelle est la nature de la tension vs(t) ?
23° Que peut-on dire de la valeur moyenne de v(t) ? Que peut-on dire de la valeur moyenne de vs (t) ?
24° Le variateur a pour but de faire varier la tension vs(t). Quelle est la grandeur de vs(t) qui va varier ?

25° En déduire le principe de fonctionnement du variateur dans le cadre de la variation de la fréquence de


rotation du moteur ?
26° Rappelez le comportement électromagnétique d’une bobine. Donnez l’équation différentielle qui traduit
son comportement. Que peut on dire sur l’allure du courant i ? Quelle est la conséquence mécanique d’un
courant continu (faiblement ondulé) ?
27° Le courant i est faiblement ondulé. Pourquoi la valeur moyenne de l’ondulation est elle nulle au cours de la
durée de la période de cette ondulation ? Que peut on alors déduire sur la valeur moyenne de la tension
aux bornes de la bobine vl(t) ?
28° Ecrivez la loi des mailles liant vs(t), vl(t) et u. Que devient la loi des mailles lorsque l’on considère les
valeurs moyennes de ces tensions ?
29° A quoi est égale la tension u ?
210° Comment mesure t’on la valeur moyenne d’une tension ?
211° A partir des données, calculez la valeur de la tension aux bornes de l’induit, la valeur de l’intensité du
courant d’induit, la valeur de la tension induite, la valeur de la fréquence de rotation, la valeur de la
puissance active absorbée par l’induit. En déduire la conversion énergétique réalisée par la machine à
courant continu et le sens de déplacement de la charge mécanique entrainée.
212° Et si la valeur moyenne de la tension vs(t) valait –175V, quelles auraient été les valeurs de la tension aux
bornes de l’induit, la valeur de l’intensité du courant d’induit, la valeur de la tension induite, la valeur de la
fréquence de rotation, la valeur de la puissance active absorbée par l’induit. En déduire la conversion
énergétique réalisée par la machine à courant continu et le sens de déplacement de la charge mécanique
entrainée.

Exercice 14: Etapes : variateurs électroniques alimentant l’induit d’un moteur à courant continu.(
Solution :16)
Un variateur électronique alimente l’induit d’un moteur à courant continu à aimants permanents.
vl(t)

DC
E vS(t) u(t)
DC

Données :
Constante de l’induit = 1.31V/rads-1 ;
Moment de couple utile = 17.1Nm ;
Moment de couple lié aux pertes collectives = 0.390Nm ;
Résistance interne de l’induit = 0.900Ω ;
Valeur moyenne de la tension vs(t) = 240V

1° Quelle conversion d’énergie est réalisée par le variateur ?


2° Quelle est la nature de la tension v(t) ? Quelle est la nature de la tension vs(t) ?
3° Que peut-on dire de la valeur moyenne de v(t) ? Que peut-on dire de la valeur moyenne de vs (t) ?

12/82
4° Le variateur a pour but de faire varier la tension vs(t). Quelle est la grandeur de vs(t) qui va varier ?
5° En déduire le principe de fonctionnement du variateur dans le cadre de la variation de la fréquence de
rotation du moteur ?
6° Rappelez le comportement électromagnétique d’une bobine. Donnez l’équation différentielle qui traduit son
comportement. Que peut-on dire sur l’allure du courant i ? Quelle est la conséquence mécanique d’un
courant continu (faiblement ondulé) ?
7° Le courant i est faiblement ondulé. Pourquoi la valeur moyenne de l’ondulation est elle nulle au cours de la
durée de la période de cette ondulation ? Que peut-on alors déduire sur la valeur moyenne de la tension
aux bornes de la bobine vl (t) ?
8° Ecrivez la loi des mailles liant vs(t), vl(t) et u. Que devient la loi des mailles lorsque l’on considère les valeurs
moyennes de ces tensions ?
9° A quoi est égale la tension u ?
10° Comment mesure t’on la valeur moyenne d’une tension ?
11° A partir des données, calculez la valeur de la tension aux bornes de l’induit, la valeur de l’intensité du courant
d’induit, la valeur de la tension induite, la valeur de la fréquence de rotation, la valeur de la puissance
active absorbée par l’induit. En déduire la conversion énergétique réalisée par la machine à courant continu
et le sens de déplacement de la charge mécanique entraînée.
12° Et si la valeur moyenne de la tension vs(t) valait –17.5V, quelles auraient été les valeurs de la tension aux
bornes de l’induit, la valeur de l’intensité du courant d’induit, la valeur de la tension induite, la valeur de la
fréquence de rotation, la valeur de la puissance active absorbée par l’induit. En déduire la conversion
énergétique réalisée par la machine à courant continu et le sens de déplacement de la charge mécanique
entraînée.

Exercice 15: MCC et charge (Solution :24)


La plaque signalétique d’une machine à courant continu à excitation indépendante porte en particulier les
indications suivantes: IN = 15 A nN = 1500tr/min. Le courant d'inducteur Ie est supposé constant et égal à
0,5A dans tout ce qui suit.
Pour cette valeur du courant inducteur et pour n = nN, un essai en génératrice à vide a donné E = 237V.
On a également mesuré la résistance du circuit d’induit R = 1,3  et celle du circuit d'inducteur Re = 440 . La
réaction magnétique d’induit est parfaitement compensée. On admet que le couple C p correspondant aux
pertes fer et mécaniques est constant.
1) Un essai en moteur à vide pour n = 1500 tr/min a donné U = 239 V et I = 1,5 A. Calculer la valeur de la somme
des pertes fer et mécaniques et en déduire la valeur de CP.
2) Pour le point de fonctionnement suivant: n = nN, I = IN
a) Calculer la valeur de U.
b) Présenter un bilan de puissance. En déduire la puissance utile Pu, le couple utile Cu ainsi que le
rendement η.
3) Dans cette question, on envisage un fonctionnement à tension U variable.
a) Au démarrage, on tolère un courant ID = 1,5 IN. Calculer la valeur maximale UD de la tension U que l'on
peut appliquer à l'instant initial entre les bornes de l'induit.
b) On met E sous la forme Kn. Déduire de l'essai en génératrice à vide la valeur de K.
c) Déterminer l'expression du couple électromagnétique Ce en fonction de K et I.
A.N.: Calculer la valeur CN de Ce correspondant à I = IN.
d) Partant de la relation liant U, R, I et E, établir l'expression de la caractéristique n = f(C e).
Application: Pour U = 80V, 160V et 240V, tracer les courbes correspondantes en se limitant à C e = CN
(échelles: 1cm = 2Nm 1cm = 200tr/min ).
e) La machine entraîne une charge qui oppose un couple résistant constant et égal à 15Nm.
Compte tenu du couple de pertes, calculer la valeur totale du couple électromagnétique à fournir puis
déduire de la question précédente les vitesses de rotation obtenues pour chacune des trois tensions.

13/82
Exercice 16: MCC caractéristiques (Solution :25)
On dispose d’une machine à courant continu à excitation indépendante dont la caractéristique à vide à la
fréquence de rotation n = 1500tr/min passe par les points suivants
Cette courbe est obtenue en entrainant le moteur à 1500 tr/min et on relève les tensions de l’induit
correspondant aux divers courants inducteurs.
Ie(A) 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,25 1,5
E(V) 15 60 105 150 180 202 223 237
La résistance R de l’induit a pour valeur 0,8Ω.
La réaction magnétique d’induit est parfaitement compensée.
Par ailleurs, on néglige les pertes fer et mécaniques.
I) Dans cette partie, le courant Ie reste constant et égal à 1,5A.
1) Pour le point de fonctionnement suivant: n = 1500tr/min, I = 25A
a) Calculer la valeur de U.
b) Présenter un bilan de puissance.
En déduire la puissance utile Pu et le rendement η sachant que la tension Ue aux bornes du circuit
d'inducteur vaut 220V.
2) On met E sous la forme kΦn. Déterminer l'expression de Ce en fonction de kΦ et I.
A.N.:
Déduire kΦ de la caractéristique à vide, puis, sachant que la valeur nominale (et maximale) du courant dans
l’induit vaut IN = 25 A, calculer la valeur correspondante CN de Ce.
3) Donner l'expression de I en fonction de U, R, kΦ et n.
Reporter celle-ci dans l'expression de Ce pour obtenir une expression du couple de la forme aU − bn.
Application:
a) Calculer a et b puis, pour U = 125V et U = 250V, tracer les courbes Ce = f(n) en se limitant à Ce = C N
( éch.: 1cm = 200tr/min 1cm = 4Nm).
b) La machine entraîne une charge dont la caractéristique de couple résistant a pour équation Cr = 4 + 10 −5.n².
Superposer la courbe correspondante à celles tracées à la question précédente et en déduire, pour chacune
des deux tensions d'induit, la fréquence de rotation obtenue ainsi que le couple mis en jeu. Partant de ce
dernier, calculer ensuite le courant d'induit absorbé dans chaque cas.
II) Dans cette partie, l'induit est supposé alimenté par un variateur dont la tension de sortie est limitée
à une valeur maximale UM = 250V et on se place systématiquement dans le cas où I = IN.
Par ailleurs, on note Cmax le couple maximum pouvant être obtenu.
1) Tant que c'est possible, on donne à Ie la valeur maximale 1,5A et on fait varier n en agissant sur U. Calculer
la fréquence de rotation maximale n1 que l'on peut obtenir dans ces conditions. Que vaut C max ici?
2) Pour n ≥ n1, on maintient U constant et égal à UM et on règle la vitesse de rotation en agissant sur I e.
Déterminer l'expression numérique de kΦ en fonction de n et en déduire celle, correspondante, de C max.
3) Tracer la courbe Cmax = f(n) pour 0 ≤ n ≤ 3000tr/min ( éch.: 1cm = 200tr/min 1cm = 4Nm ). Préciser sur le
tracé la zone de fonctionnement à flux constant et celle à flux variable.
4) Toujours à partir de la caractéristique à vide, calculer les valeurs de kΦ en fonction de Ie et tracer la
courbe correspondante ( éch.: 1cm = 0,1A 1cm = 0,02V/(tr/min) ). En déduire, compte tenu de la relation
entre kΦ et n, les valeurs qu'il faut donner à Ie pour obtenir les fréquences de rotation suivantes
2000tr/min, 2500tr/min et 3000tr/min, toujours dans le cas où C = Cmax.

Exercice 17: MCC Levage (Solution :26)


Un dispositif de levage est constitué par:
− Une machine à courant continu à excitation indépendante constante.
− Un ensemble réducteur + treuil + charge à lever de poids P = 10 kNm.
On donne la résistance d'induit R = 1Ω du moteur et sa constante de f.é.m. kΦ = 0,5 V/(tr/min).
On admet que le rendement du réducteur est égal à 1 et que son rapport de réduction est tel que, si la vitesse
de montée de la charge est égale à 1m/s, la machine tourne à 1000tr/min. Par ailleurs, on néglige également
toutes les autres pertes mécaniques.
1) Déterminer l'expression du couple électromagnétique du moteur en fonction de kΦ et du courant d'induit I.

14/82
2) La machine, fonctionnant en moteur, élève la charge à la vitesse de 1m/s.
a) En égalant la puissance mécanique sur l'axe moteur à celle mise en jeu au niveau de la charge à lever,
calculer la valeur de Ce. En déduire celle de I.
b) Calculer la valeur de la tension U à appliquer à l'induit.
3) On considère maintenant le cas où la charge descend à la vitesse de 1m/s.
a) Que valent Ce et I?
b) La machine restant alimentée par une source de tension, calculer la valeur à donner à U ainsi que la
puissance récupérée au niveau de cette dernière.
c) Le fonctionnement à la descente peut également être obtenu en faisant débiter la machine dans un
rhéostat Rh. Calculer la valeur qu'il faut donner à Rh. Calculer d'autre part la vitesse de descente que
l'on obtiendrait si on court-circuitait la machine à courant continu.
4) Dans un plan n = f(Ce), faire apparaître les points de fonctionnement envisagés au 2) et au 3).

Exercice 18: MCC séparé cycle de fonctionnement robotique (Solution :28)


Une machine à courant continu, à excitation indépendante constante, est accouplée à une charge imposant un
couple résistant indépendant de la vitesse. Le couple de pertes est également constant.
On note Cr la somme du couple résistant et du couple de pertes.
- La mesure de la résistance d'induit a donné R = 1,2 .
- Le moteur, désaccouplé de sa charge, a une vitesse de rotation de 157 rad/s lorsque le circuit
d’induit est alimenté sous 143 V et absorbe 0,9 A.
- A vitesse stable, le courant d’induit I vaut 16 A.
- Un essai de mise en vitesse de l’ensemble est effectué à courant constant I = 25 A. Au bout de
4,8 s la vitesse de rotation atteint 126 rad/s.
Dans l'utilisation qui en est faite, la machine, associée à sa charge,
doit avoir une évolution de vitesse Ω(t) satisfaisant au cycle ci-
contre avec Ω0 = 140 rad/s, t1 = 6s, t2 = 22s et t3 = 24s.
Pour t supérieur à t3, un système mécanique maintient l’ensemble à
l’arrêt.

I) Détermination des paramètres de l'ensemble moteur + charge


1) On met la f.é.m. du moteur sous la forme E = K. Utiliser le résultat de l'essai à vide pour déterminer la
valeur numérique de K.
2) Déterminer l'expression du couple électromagnétique Ce en fonction de K et de I.
A.N.: Déduire du courant à vide la valeur du couple de pertes C p,
puis du courant absorbé pendant la phase de vitesse stable la valeur du couple résistant total C r.
3) Partant de la loi fondamentale de la dynamique des systèmes en rotation, calculer à partir de l'essai de mise
en vitesse le moment d’inertie J de l’ensemble.
II) Etude du cycle de fonctionnement
Cf. courbe Ω(t) tracée plus haut, on considère trois intervalles de temps
Δt1 pour t  [0,t1], Δt2 pour t  [t1,t2], Δt3 pour t  [t2,t3].
1) Pour chacun de ces intervalles, et en présentant les résultats sous forme de tableau:
− Toujours en partant de la loi fondamentale de la dynamique des systèmes en rotation, calculer le couple
électromagnétique Ce et en déduire le courant d’induit I.
− Préciser le mode de fonctionnement (moteur ou génératrice) de la machine.
− Calculer les valeurs numériques de la tension d'induit U de l'instant initial à l'instant final.
2) Pour t compris entre 0 et t3, tracer en regard les unes des autres les allures de (t), Ce(t) et U(t) (échelles:
1cm = 2s, 1cm = 50rad/s, 1cm = 10 Nm, 1cm= 50 V). Tracer ensuite  (Ce) pour mettre en évidence les deux
quadrants de fonctionnement.
3) Dans l’intervalle Δt2 où la vitesse est constante, calculer le couple utile Cu, la puissance utile Pu et le
rendement si les pertes d'excitation valent 200W.

15/82
Exercice 19: Ventilateur automobile (Solution :34)
Pour assurer la ventilation forcée d'une automobile, on utilise un moteur à courant continu à aimants permanents.
)4 Représenter le modèle électrique équivalent à l'induit du moteur.
La figure 1 illustre un essai du moteur sous tension réduite, rotor bloqué.
L'intensité I mesurée est de 15,0 A et la tension U est égale à 6,7 V.

)5 Quelle est la valeur de la force électromotrice E lorsque le rotor du moteur est bloqué ?
)6 En déduire la valeur de la résistance de l'induit.
Ce moteur à courant continu doit entraîner 1 le ventilateur à
différentes vitesses. Pour cela on applique à son induit une tension U
réglable.
La figure 2 donne la caractéristique mécanique du moteur pour U = 10
V.
Sur cette figure 2, on a aussi représenté la caractéristique mécanique
du ventilateur Tr = f(n).

)7 Déterminer les valeurs T et n des coordonnées du point de fonctionnement en régime établi du groupe
moteur-ventilateur pour U = 10 V.
)8 En déduire la puissance utile fournie par le moteur.
)9 L'intensité la du courant appelé pour ce fonctionnement vaut 10,5 A. En déduire la puissance Pa absorbée
par le moteur.
)10 Calculer le rendement du moteur.

Exercice 20: MCC réversibilité (Solution :22)


Une machine à courant continu bipolaire à 2 voies d’enroulement comporte 600 conducteurs actifs dans l'induit.
La résistance de l'induit est Ra =0,6 , celle de l'inducteur Rd = 100 .
On admet que le circuit magnétique n'est pas saturé et que le flux est lié au courant inducteur par la relation  =
8.10-3.Id. Les pertes autres que par effet joule sont reliées à la fréquence de rotation par la relation Pc = 6.n
avec n en tr/s.
1) La machine est utilisée en moteur excitation séparée avec Id=1A:
La tension d'alimentation est U = 110 V. Le courant total mesuré est I =9 A.
Déterminer:
1.1) la fem du moteur puis la fréquence de rotation.
1.2) les moments des couples électromagnétique et utile.
1.3) le rendement du moteur.
2) La machine est utilisée en génératrice excitation indépendante:
On donne alors n =1500 tr/min; Id =1 A (courant inducteur)
Déterminer:
2.1) la fem de la génératrice.
2.2) la tension à ses bornes et l'intensité du courant induit si la charge est un résistor Rc = 10 .
2.3) le rendement de la machine et le moment du couple moteur de la machine d'entraînement.

Exercice 21: Courbe de MCC et point de fonctionnement MCC (Solution :37)


Les caractéristiques nominales d'un moteur à courant continu à excitation indépendante et constantes sont les
suivantes:
fem:En=115V ;
fréquence de rotation: nn=958 tr/min ;
moment du couple électromagnétique: Temn=57,3 Nm ;
intensité du courant dans l'induit: In=50 A ;

16/82
tension d'induit nominale :Un=120 V.
La résistance de l'induit est R = 0,10 
et la tension d'alimentation de l'induit est maintenue constante et égale à sa valeur nominale.

1) Déterminer l'expression:
a) de la caractéristique n(I) du moteur;
b) de la caractéristique électromécanique de couple Tem(I).

2) Le moteur entraine une charge dont le couple a pour moment: Tr=0,065 n (n en tr/min).
En supposant que les pertes autres que par effet Joule sont négligeables, calculer:
a) la fréquence de rotation de l'ensemble moteur-charge;
b) le moment du couple électromagnétique du moteur;
c) l'intensité du courant qui traverse l'induit;
d) la fem du moteur.

Exercice 22: BTS 2003 Nouméa Electrotechnique (Solution :22)


Le moteur de traction est une machine à courant continu à excitation séparée dont les caractéristiques
nominales sont données ci-dessous :
Puissance absorbée : Pn=165 kW
Tension d'alimentation : Un=375 V
Fréquence de rotation : Nn=3000 tr/mn.
L'induit a une résistance R=50 m et une inductance
L=3,0 mH.
L'inducteur a pour résistance Re=16 
La réaction magnétique d'induit est négligée ainsi que la
chute de tension aux balais.

Les sens conventionnels des différentes grandeurs, tensions, courants, couple et fréquence de rotation sont donnés sur la
figure 1. Toutes ces grandeurs sont algébriques et sont susceptibles de changer de signe suivant le mode de fonctionnement.

1.1 Un essai en moteur, alimenté sous sa tension nominale avec un courant inducteur Ie= +25 A, a permis de mesurer un
courant dans l'induit I = +440 A pour une fréquence de rotation N= +2000 tr/mn.

1.1.1 Calculer pour ce fonctionnement, la force électromotrice E et le couple électromagnétique Cem développés par
le moteur.
1.1.2 Le couple utile, mesuré sur l'arbre du moteur a pour valeur Cu = +710 N.m. En déduire la valeur du couple Cp
regroupant les pertes fer et mécaniques de la machine.
1.1.3 Calculer les pertes dans l'enroulement inducteur et évaluer le rendement du moteur.

1.2 La machine fonctionne maintenant en génératrice.


Ce fonctionnement est obtenu par inversion du courant inducteur Ie = -25 A.
Le courant dans l'induit est I = + 300 A et la tension U= -375 V.
Calculer la fréquence de rotation N et le couple électromagnétique Cem pour ce fonctionnement, on précisera en
particulier leurs signes.

1.3 Entre deux stations, le mouvement du véhicule comporte :


 une phase d'accélération [0,t1]
 une phase à vitesse constante 0: [t1, t2]
 une phase de décélération [t2, t3].

17/82
Le graphe des variations de la vitesse de rotation de la machine à courant continu est représenté sur le document
réponse n°1.
On désigne par J le moment d'inertie de l'ensemble des pièces en mouvement ramené sur l'axe de rotation du
moteur.
On donne : 0=217 rad.s-1 ; t1=13 s ; t2=70 s ; t3=83 s et J=52 kg.m2.
On néglige dans cette question toutes les pertes du moteur.

1.3.1 Pour chaque phase de fonctionnement, calculer l'accélération angulaire d/dt de l'arbre de rotation du moteur.
1.3.2 Le couple résistant exercé sur l'arbre de rotation est :
C= - k  avec k= 2,3 N.m.s.rad-1.
Tracer sur le document réponse n°1 les variations de ce couple en fonction du temps lors du déplacement entre
deux stations.
d
1.3.3 On rappelle la relation fondamentale de la dynamique de rotation : J = Cem + C
dt
Pour chaque intervalle de fonctionnement donner l'expression du couple électromagnétique Cem délivré par la
machine à courant continu en fonction de la vitesse angulaire de rotation . Pour 0 < t < t3, tracer sur le document
réponse n°1 les variations de Cem en fonction du temps
1.3.4 Tracer le déplacement du point de fonctionnement de la machine à courant continu dans le plan Cem().

18/82
Exercice 23: BTS 2001 Métro Electrotechnique (Solution :23)
Caractéristiques nominales données par le constructeur :
Le moteur fonctionne à courant d'excitation nominal constant. Le flux dans l'entrefer est supposé constant.
Puissance nominale 20 kW
Vitesse nominale 1500 tr/min
Tension nominale 350 V
Courant nominal 70 A
Résistance totale du circuit de l'induit 0,52 

Le modèle utilisé pour l'étude du moteur est représenté figure 2. La fem E est proportionnelle à la vitesse
angulaire . On pose : E = KE  avec E en volts et  en rad s-1 .

19/82
1.1. En utilisant les données du constructeur, calculer la constante KE. Dans toute la suite du problème on
adoptera la valeur KE = 2,0 V.s.rad-1
1.2. Calculer la puissance absorbée par l'induit au point nominal ainsi que le rendement de l'induit.
1.3. Pour le fonctionnement nominal, calculer :
- le couple électromagnétique, Tem
- le couple utile, Tu ;
- le couple de pertes, Tp.
1.4. Le couple de pertes est supposé constant, de valeur 13 N.m. Avec les conventions de la figure 2,
prédéterminer l'intensité Ic du courant dans l'induit puis la tension V à ses bornes pour obtenir les
fonctionnements particuliers suivants :
1.4.1. Marche en moteur à n = 750 tr/min, avec un couple sur l'arbre : T u = 80 N.m.
1.4.2. Marche en génératrice (descente de la charge avec inversion du sens de rotation de l'induit) à la
fréquence de rotation n = -750 tr/min, avec un couple sur l'arbre Ta = 80 N.m.

Exercice 24: BTS 1995 Etk Métro : MCC à aimants permanents, tension démarrage (Solution :30)
Soit un moteur à courant continu dont les caractéristiques sont les suivantes :

Inducteurs à aimants permanents

Induit : résistance R = 4,0 

Constante de fé.m. et de couple : k = 0,30 V.s.rad -1

Intensité nominale : In = 4,0 A

Les frottements ainsi que les pertes dans le fer seront négligés.
On notera en outre :
Ce le moment du couple électromagnétique
 la vitesse angulaire de rotation
n la fréquence de rotation en tr/s
E la f.é.m; E=k

20/82
U la tension aux bornes de la machine.
.1 Etablir l'expression du moment du couple électromagnétique.
.2 Pour le courant nominal d'intensité In, calculer les valeurs numériques de la tension
d'alimentation U et du moment du couple électromagnétique pour les fréquences de rotation
.a n=0
.b fréquence de rotation nominale n=50 tr/s
.3 On applique sur l'arbre de la machine, un couple résistant, de moment CR = 0, 80 N.m.
.a Quelle relation lie les moments des couples électromagnétique et résistant en
régime permanent ?
.b Déterminer la relation exprimant  en fonction de U, R, k et CR en régime
permanent.
.c A partir de quelle valeur de l'intensité Id, le moteur peut-il démarrer ? Quelle est
la tension Ud correspondante ?
.4 Quelle tension Udmax maximale doit-on imposer au démarrage pour que l'intensité I d de
démarrage demeure inférieure à 1,25 In ?
.5

Exercice 25: BTS 1995 Etk Nouméa (Solution :40)


Le moteur étudié est un moteur à aimant permanent. Son rotor est constitué d’un disque isolant sur lequel sont
collés des conducteurs en lamelles. L’induit ne comportant pas de fer, les pertes ferromagnétiques sont
négligeables.

Caractéristiques du moteur :
Résistance d’induit : R = 1,5 ; inductance d’induit négligeable ;
Moment d’inertie : J = 2,35 10-4 kg.m2

Valeurs nominales :
Tension : U = 65 V
Courant absorbé : I = 8 A
Vitesse : 3000 tr/mn

1. Etude du moteur
Le moteur étudié doit vaincre dans tous les cas un couple de frottement mécanique dont le moment est donné par
la relation :
Tp = Tf + Kd où Tf = 2,6 10-2 N.m
et Kd = 1,43 10-4 N.m/rad.s-1
 représente la vitesse angulaire du rotor exprimée en radians par seconde.

1.1. Pour le fonctionnement nominal, calculer :


 Les pertes mécaniques,
 la puissance utile
 le rendement du moteur.
1.2. Calculer la constante k liant la f.é.m E à la fréquence  par E = k
Montrer que le moment T em du couple électromagnétisme est égal à kI ( I : intensité du courant dans
l’induit)
1.3. Calculer la vitesse v en rad.s-1 du moteur et l’intensité Iv du courant dans son induit, à vide sous la tension
nominale U = 65 V.
1.4. .Le moteur étant à vide et à l’arrêt, on applique brusquement la tension U = 65 V .
1.4.1. Ecrire la relation fondamentale de la dynamique pour le moteur en mouvement.
1.4.2. Etablir la relation donnant le moment du couple Tem en fonction de U,  et k
1.4.3. En déduire l’équation différentielle vérifiée par .
d
1.4.4. Mettre cette expression sous la forme a +  = b . Exprimer a et b.
dt

21/82
1.4.5. En déduire la constante de temps mécanique m et la vitesse finale vf atteinte par le moteur ?

22/82
MCC avec saturation

Exercice 1: MCC série BAC 1983 *** (Solution :4)


Machine à courant continu fonctionnant en moteur série (partie 1) et en génératrice (partie 2).
Les caractéristiques d'un moteur à courant continu, excitation série, d'une locomotive sont les
suivantes :
- Résistance de l'enroulement inducteur : R'' = 7,5 m;
- Résistance de l'induit : R' = 19 m;
Caractéristique relevée à 800 tr/min :
I (A) 325 420 600 865 1 000 1 300 1 750 1 900 2 160 2 500
E (V) 600 765 1 030 1 270 1 350 1 470 1 640 1 700 1 800 1 900
La vitesse de la locomotive est de 160 km/h lorsque la fréquence de rotation du moteur est de 1 160
tr/min.
1) Fonctionnement en traction du moteur série :
La tension d'alimentation du moteur est de 1 500 V.
a) Lorsque le courant dans l'induit, I est de 1 000 A, calculer la f.é.m., la fréquence de rotation, le
moment du couple électromagnétique du moteur et la vitesse de la locomotive.
b) Sachant que le rendement du moteur est de 0,954, calculer le moment du couple utile du
moteur.
c) Le courant de démarrage est limité à 2 500 A, calculer le moment du couple moteur au
démarrage.
d) Le moteur étant toujours alimenté sous 1 500 V, on branche en parallèle avec l'enroulement
inducteur, un rhéostat de résistance R = 48 m. Lorsque le courant dans l'induit est de 2 200 A, calculer le
courant Is dans l'inducteur, la f.é.m., la fréquence de rotation du moteur et le moment du couple
électromagnétique.
2) Fonctionnement en génératrice du moteur série :
Pour freiner la locomotive, on fait fonctionner la machine en génératrice à excitation indépendante.
A l'aide d'une batterie de secours, on fait passer dans l'inducteur de la machine un courant I s = 420 A,
on branche aux bornes de l'induit de la machine un résistor de résistance R = 0,4 .
Lorsque la machine roule à 100 km/h, calculer pour la machine :
a) la fréquence de rotation de l'induit;
b) la f.é.m.;
c) le courant dans l'induit;
d) le moment du couple électromagnétique de freinage.

Exercice 2: MCC de treuil réversibilité ()


Un moteur à courant continu à excitation indépendante est relié à un réseau continu de tension U = 220 V
et mécaniquement à un treuil de rayon 10,7 cm par l'intermédiaire d'un réducteur de vitesse de rapport 0.1 et de
rendement 1. Ce treuil supporte une charge de 9000 N .
On donne la caractéristique à vide à n = 1000 tr.min-1 et la résistance de l'induit Ra=0.1. La machine est
parfaitement compensée.
1) Le moteur élève la charge à la vitesse v . Il absorbe un courant I1 = 47 A . Pour ce point de fonctionnement la
somme des pertes fer et mécanique est de 900 W. Déterminer la vitesse de déplacement de la charge, la
fréquence de rotation du moteur et le courant d'excitation i1 .
2) Lors de la descente de la charge, la machine fonctionne en génératrice. On veut récupérer sur le réseau 220 V
l'énergie de descente. Indiquer les modifications dans le branchement de la machine pour que la récupération
soit possible. On règle le courant d'excitation, pour que le courant dans l'induit soit inchangé ; Déterminer :
a) la vitesse de rotation du moteur ( Pfer + Pmeca est inchangé )
b) la vitesse de déplacement de la charge

23/82
c) le courant d'excitation i2 .
3) On désire une vitesse de descente de 1 m/s Calculer:
a) le courant d'induit I3 (Pfer + Pmeca = 900 W )
b) le courant d'excitation i3
4) Pour le courant d'excitation i3 , quelle est la tension d'alimentation du système pour que la charge soit
immobile ( charge pendue ) ?

EV(V) 16 55 98 135 150 175 185 210 222 238


i(A) 0 0.2 0.4 0.6 0.7 0.9 1 1.3 1.5 1.8
On donne la f.é.m. EV à 1000 tr / min en fonction du courant d'excitation i .

Exercice 3: MCC Génératrice dérivation (Solution :17)


En établissant le projet d'une génératrice dérivation, on a trouvé, pour 2 000 tr/min, la caractéristique
suivante :
E (V) 30 65 83 92 99 108 114 119 127
i (A) 0,05 0,1 0,15 0,2 0,25 0,35 0,45 0,55 0,75
D'autre part le calcul de la chute de tension totale (due à la résistance totale du circuit induit de la machine et à
sa réaction magnétique a donné, pour une valeur moyenne de l'excitation à 2 000 tr/min, les points suivants :
h (V) 2 5,2 6,8 10,4 16 23 34 40
I (A) 15 25 30 40 50 60 70 75
Sachant que la machine fonctionne en génératrice dérivation à 2 000 tr/min, la résistance totale du circuit
inducteur étant de 200 , on demande la tension aux bornes :
a) à vide b) pour I = 40 A c) pour I = 75 A.

24/82
MCC transitoire régulation

Exercice 1: MCC Constante de temps d’un moteur de servomécanisme (Solution :18)


On étudie un moteur à courant continu de petite puissance, bipolaire, qui démarre sans rhéostat. L'induit
possède deux voies d'enroulement. L'excitation séparée, constante, est fournie par un aimant permanent. La
réaction magnétique d'induit est négligeable.
On a mesuré : Résistance de l'induit : R = 5 
Moment d'inertie de toute la partie tournante : J = 0,05 kg.m2.
On appelle : T le couple électromagnétique en Nm
K la constante de la f.c.é.m. et de couple.
n la fréquence de rotation en tr/s.
 la vitesse angulaire en rad/s.
On néglige toute influence de l'inductance propre de l'enroulement d'induit.
1) Dans un essai à vide, on a relevé n = 22 tr/s avec U = 69 V , le courant appelé étant négligeable ; calculer K.
2) Montrer que la caractéristique mécanique T = f () de ce moteur, alimenté sous une tension U, peut se mettre
sous la forme : T = a U + b . Calculer a et b. Tracer cette caractéristique à la tension constante U =
75 V.
3) Dans toute la suite du problème, le moteur est accouplé à un appareil (réducteur de vitesse et potentiomètre)
qui offre un couple résistant indépendant de la vitesse, Tr = 0,1 Nm. En appliquant le principe fondamental
de la dynamique, montrer que la vitesse du moteur est donnée, à chaque instant, par une équation
différentielle linéaire à coefficients constants, du premier ordre.
4) Calculer la solution  = f (t) de cette équation différentielle qui correspond à un démarrage sous tension
constante U = 75 V. Préciser la valeur de la constante de temps du système.
5) Donner l'allure de la courbe représentative  = f (t). Préciser la pente de la tangente à l'origine. Au bout de
combien de temps la vitesse atteindra-t-elle la vitesse de régime à 5% près ?
6) On alimente ce moteur par une source de f.é.m. E constante et égale à 75 V et de résistance interne r = 15 .
Calculer le courant appelé par le moteur en fonction de la vitesse angulaire.
7) Quelle nouvelle forme prend dans ce cas l'équation différentielle dont dépend la vitesse ? Quelle est la
nouvelle valeur de la constante de temps ? Conclusion ?

Exercice 2: MCC à aimants permanents, régime transitoire(Solution :31)


Le moteur étudié est un moteur à aimant permanent. Son rotor est constitué d'un disque isolant sur lequel sont
collés des conducteurs en lamelles. L'induit ne comportant pas de fer, les pertes ferromagnétiques sont
négligeables.
Caractéristiques du moteur :
- Résistance d'induit : R = 1,5  ; inductance d'induit négligeable.
- Moment d'inertie : J = 2,35 10-4 kg.m2.
- Valeurs nominales :
Tension : Un = 65 V
Courant absorbé : In = 8 A
Vitesse : Nn = 3000 tr.min-1.
Le moteur étudié doit vaincre dans tous les cas un couple de frottement mécanique dont le moment est donné par
la relation :
TP = Tf + Kd
où Tf = 2,6.10 N.m et Kd = 1,43.10 N.m/rad.s ,  représente la vitesse angulaire du rotor exprimée en radians
-2 -4 -1

par seconde.
.6 Pour le fonctionnement nominal, calculer les pertes mécaniques, la puissance utile et le
rendement du moteur.

25/82
.7 Calculer la constante k liant la f.e.m E à  par E = k Montrer que le moment Tem du
couple électromagnétisme est égal à kI (I : intensité du courant dans l'induit).
.8 Calculer la vitesse v en rads-1 du moteur et l'intensité Iv du courant dans son induit,
à vide sous la tension nominale U = 65V.
.9 Le moteur étant à vide et à l'arrêt, on applique brusquement la tension U=65 V.
.a Ecrire la relation fondamentale de la dynamique pour le moteur en mouvement.
.b Etablir la relation donnant le moment du couple Tem, en fonction de U,  et k.
.c En déduire l'équation différentielle vérifiée par .
d
.d Mettre cette expression sous la forme a � +  = b et exprimer a et b
dt
.e En déduire la constante de temps mécanique m, et la vitesse finale vf atteinte
par le moteur ?

Exercice 3: BTS 1998 Métro MCC séparée Etude de différents modes de commande d'une
machine à courant continu fonctionnement multiquadrant (Solution :33)
L'exercice porte sur l'étude de différents aspects du fonctionnement d'une machine à courant continu (notée
MCC) alimentée soit par une source de tension (partie A, commande en tension), soit par un convertisseur de
puissance alternatif-continu associé à un transformateur triphasé abaisseur de tension (partie B, commande en
vitesse avec limitation de courant).
Dans tout le problème, on fera les hypothèses suivantes :
- MCC est une machine à excitation indépendante constante, parfaitement compensée. Sa f.é.m. E
est liée à sa vitesse angulaire  par la relation : E = K avec K = 1,62 V.s.rad-1.
- L'inductance du bobinage d'induit est négligée.
A. Etude de la machine à courant continu commandée en tension Données sur MCC :
Tension d'induit nominale : Un = 260 V
Courant d'induit nominal : In= 9,1 A
Courant inducteur nominal : iexn= 0,65 A
Résistance d'induit : Ra= 1,25 
Fréquence de rotation nominale : Nn= 1400 tr.min-1.
Dans un essai en moteur à vide alimenté par une source de tension continue parfaite, on a relevé :
Tension d'induit : Ua0 = 220 V
Courant d'induit : I0= 0,30 A
Fréquence de rotation : N0 = 1293 tr.min-1
Courant inducteur : iexn = 0,65 A.
On réalise un essai de ralentissement dans les conditions suivantes : MCC fonctionnant à vide dans les conditions
ci-dessus, on ouvre à l'instant to pris comme origine des temps le circuit d'induit (le circuit inducteur reste
branché). Le relevé de la courbe de ralentissement (t) permet de noter que la pente de cette courbe vaut
d
= -16, 2 rad.s-2 pour t = t0 = 0.
dt

.10 Détermination du moment d'inertie Jo de MCC


.a A partir des données de l'essai à vide, déterminer l'ensemble des pertes
mécaniques et ferromagnétiques Pmf de MCC lors de cet essai.
.b Ces pertes sont proportionnelles à la vitesse de rotation. Montrer que le moment
du couple de freinage, lors de l'essai de ralentissement, est constant. Calculer sa valeur T 0.
.c Ecrire l'équation différentielle régissant l'évolution de la vitesse de rotation f)
(exprimée en rad.s ) en fonction du temps t lors de cet essai de ralentissement. En déduire la valeur du
-1

moment d'inertie J0 de MCC.


.d Tracer l'allure de la courbe de ralentissement (t) en la justifiant. Au bout de
combien de temps le moteur s'arrête-t-il ?

26/82
Pour la suite du problème, la MCC est accouplée à une charge. Le moment d'inertie équivalent ramené sur l'arbre
J de l'ensemble (MCC + charge) est égal à 0,12 kg.m2.
On négligera dorénavant les pertes mécaniques et ferromagnétiques de MCC.

.11 Commande en tension de la machine à courant continu associée à sa charge


Dans cette partie, MCC est alimentée par une source de tension parfaite réversible en tension et en courant. La
tension délivrée, notée U, est une tension continue réglable. L'inductance de lissage L 0 de la figure 5.1 n'est pas
utilisée.
.a En régime continu permanent, donner l'expression du moment du couple
électromagnétique T fourni par MCC, en fonction de U et  et l'écrire sous la forme :
T=aU-b
Exprimer les constantes a et b en fonction de K et de R a et donner les valeurs numériques de a et b.
.b En utilisant le document réponse n°1, tracer les caractéristiques mécaniques T()
en régime permanent de MCC pour les valeurs suivantes de la tension U :
U1=220 V ; U2=235 V.
Pour la suite de la partie A et la partie B, la charge exerce sur l'axe de MCC un couple résistant T r
constant de moment 8,0 N.m.
.c Déterminer la valeur de l'intensité du courant d'induit I absorbé en régime
permanent.
.d Quelles sont alors dans le plan T() les coordonnées des points de
fonctionnement F1 (T1 ; 1) et F2 (T2 ; 2) en régime permanent pour une alimentation sous les tensions
respectivement de valeur U1 puis U2 ?

La machine MCC étant alimentée sous la tension U = U1, on applique à l'induit à un instant t0 choisi comme origine
des temps un échelon de tension U faisant passer U de la valeur U1 à la valeur U2. On fait l'hypothèse que la
constante de temps de l'intensité du courant est négligeable, devant la constante de temps mécanique, ce qui
revient à dire que l'intensité du courant change de valeur quasi instantanément.

.e Soit t0+ l'instant immédiatement après to.


e.1) Montrer que ( t0+) = 1.
e.2) En déduire la valeur de T (t0+) ; on pourra utiliser les tracés effectués dans le plan T() du
document réponse n° 1 correspondant à la question précédente.
e.3) En déduire la valeur du moment du couple d'accélération à l'instant t 0+
.f En déduire la pente de la courbe  (t) à l'instant t0+ . Esquisser, sur la copie,
l'allure de la courbe  (t) à partir de l'application de l'échelon de tension en indiquant :
– la pente de la tangente à l'origine ;
– les vitesses initiale et finale du moteur ;
– le temps mis par MCC pour accomplir la totalité de l'excursion de vitesse à 5 % près.
(On utilisera ici pour valeur de la constante de temps mécanique du dispositif tournant :  = 57 ms).
.g Déterminer la valeur de l'intensité du courant d'induit à l'instant t0+ .
.h En utilisant le document réponse n° 1, décrire le trajet du point de
fonctionnement dans le plan T() pour passer de F1 à F2.
.i La machine MCC étant alimentée sous la tension U = U2, on applique à l'induit à un
instant t1 choisi comme origine des temps un échelon de tension –U faisant passer U de la valeur U2 à la
valeur U1.
Soit t1 l'instant suivant immédiatement t1 .
+

En utilisant les mêmes raisonnements qu'à la question A-2-e :


i.1) Donner la valeur du moment du couple T(t1+).
d
i.2) Donner la valeur du moment du couple de décélération J à t1+
dt
i.3) Donner la valeur de l'intensité I(t1+) du courant.
i.4) Interpréter le signe de ce courant.

27/82
i.5) Décrire dans le plan T() du document réponse n° 1 le trajet du point de fonctionnement pour
passer de F2 à F1.

B. Commande en vitesse avec limitation de courant


La machine MCC est maintenant alimentée par un convertisseur alternatif-continu réversible en tension et en
courant. Il est constitué de deux ponts triphasés à thyristors montés tête-bêche selon le schéma de la figure
5.1. A chaque instant, un seul pont fonctionne, l'autre étant alors bloqué par une commande logique. Ce
convertisseur permet de commander la vitesse de MCC en choisissant une consigne de vitesse. Cependant, afin
de protéger le matériel, une limitation du courant d'induit est incorporée au convertisseur. Lorsque cette
limitation, dont le niveau est choisi par l'opérateur, est atteinte, elle est prioritaire sur la consigne de vitesse.
Une bobine de lissage d'inductance L0, de résistance négligeable, en série avec l'induit, permet de considérer le
courant d'induit comme un courant continu en régime établi. La limitation de l'intensité I du courant d'induit
est fixée en valeur absolue à 12 A.
On rappelle que la charge de MCC exerce un couple résistant constant de moment 8,0 N.m et que le moment
d'inertie J de l'ensemble (MCC + charge) vaut 0,12 kg.m2.

La vitesse est comptée positivement lorsque la valeur moyenne de u(t) est positive.
On considère que la constante de temps électrique du système reste négligeable.
Figure 5.1

Transformateur

Lo
iex
u(t)
pont P1 pont P2
i(t)

.1 Quelle est la limite du moment du couple électromagnétique de MCC compte tenu de


cette limitation en courant ?
.2 On commande une évolution en vitesse (t) conforme à celle du document réponse n°
2.
.a Tracer sur ce document-réponse n° 2 la courbe T(t) d'évolution du moment du
couple électromagnétique en fonction du temps.
.b Compléter le tableau du document réponse n° 2 dans lequel on précisera :
- quel est à chaque instant le pont actif : P1 ou P2
- quel est son rôle : redresseur ou onduleur
- quel est le rôle de MCC : moteur ou génératrice.
.c En utilisant le document réponse n° 3, décrire dans le plan T() le trajet du point
de fonctionnement lors de cette évolution de vitesse.
.3 On modifie la limitation de l'intensité du courant I que l'on fixe à 7,0 A. Montrer que
la loi d'évolution de vitesse de la question B-2 est alors impossible à réaliser. Tracer sur le document
réponse n° 2 la courbe (t) compatible avec cette limitation et qui se rapproche le plus de la courbe  (t) de
la question B-2.

28/82
 (rad/s)
141

132
50 150 700 800 t(ms)
20
100 ms 550 ms 100 ms

T (Nm)

20

15

10

t
0

-5

Pont actif

Rôle pont

Rôle MCC

 (rad/s)
141

132
50 700 800

29/82
Exercice 4: MCC transitoire démarrage (Solution :29)
L'étude porte sur un moteur à flux constant pour lequel on donne
 la constante de vitesse KE = E/Ω = 0,163Wb,
 la résistance d'induit R = 1,5Ω
 ainsi que les valeurs nominales UN = 60V, IN = 6,2A et ΩN = 315 rad/s.
Dans ce qui suit, on se limite au fonctionnement à vide en négligeant l’inductance d’induit et en admettant que le
couple de pertes Cp est constant.
Par ailleurs, on désigne par u et i les expressions en fonction du temps de la tension et du courant d'induit.

1) La mesure des pertes à vide pour Ω = ΩN a donné, après déduction des pertes Joule, P0 = 22W. Calculer Cp.
2) Lors d'un essai de ralentissement à induit ouvert, on a mesuré (ΔΩ/Δt) = −300 rad/s² pour Ω = ΩN. Calculer
la valeur du moment d'inertie J.
3) Déterminer l'expression du couple électromagnétique Ce en fonction de K E et de i d'une part, de KE, u, R et
Ω d'autre part.
4) Rappeler la relation liant J, dΩ/dt, Ce et Cp.
5) A l'instant t = 0 pris comme origine, le moteur étant arrêté,
on applique à son induit une tension constante U = UN.
a) Calculer la valeur initiale i(0) de i. Le constructeur précise que le courant impulsionnel maximal est de
50A pour ce moteur. Vérifier qu'il y a compatibilité.
b) Ecrire l’équation différentielle déterminant l'évolution de la vitesse. La mettre sous la forme
d
m +  =  0 en donnant les expressions de m et de Ω0.
dt
A.N.: Calculer m et Ω0
c) Résoudre cette équation compte tenu de la condition initiale pour obtenir l’expression de Ω(t) en
fonction de Ω0, t et m.
d) Calculer le temps t0 au bout duquel Ω est égal à 95% de Ω0.
6) On considère maintenant un démarrage à I = IN constant.

30/82
a) Ecrire la nouvelle équation différentielle déterminant l'évolution de la vitesse et en déduire l'expression
de Ω(t).
b) Calculer le temps t1 au bout duquel Ω atteint la valeur Ω0 définie au 5)b).

Exercice 5: Régimes transitoires d'un moteur à flux constant (Solution :38)


On s'intéresse aux régimes transitoires d'un moteur à flux constant. On néglige l'inductance d'induit L a
et le couple de pertes par hystérésis Tp. Le couple Tr est supposé ici uniquement résistant, et aucunement
susceptible de faire fonctionner la machine en génératrice.
On donne K=1,27 Wb ; Ra=3,4  ; Van=220 V ; Ian = 6 A ; J=0,015 kg m2; Tn = 7,21 N.m ; f = 2,57. 10-3
N.m.s.rad-1 ; n = 157 rad/s.
.12 Écrire les équations du moteur en régime transitoire. On posera K = k .
.13 On soumet le moteur à un échelon de tension de 0 à V a = Van. Le couple Tr est imposé
constant nominal : Tr = Tn, indépendant de la vitesse.
.a Écrire l'équation différentielle déterminant la vitesse. En effectuant une
Ra J
approximation, on posera  em = constante de temps électromécanique du moteur.
K2
.b La résoudre, sachant que  (t = 0) = 0.
.c En déduire l'expression de ia(t). Conclure.
.14 On soumet le moteur à un échelon de couple de 0 à T r = Tn. La tension est imposée
constante Va = Van .
.a Écrire l'équation différentielle déterminant la vitesse.
.b La résoudre, sachant que  (t = 0) = vitesse à vide du moteur pour Va = Van.
.c En déduire l'expression de ia(t).
.15 On soumet le moteur à un échelon de courant de 0 à Ia = Ian. Le couple résistant est
imposé constant Tr = Tn.
J
.a Écrire l'équation différentielle déterminant la vitesse. On posera m =
f
constante de temps mécanique pure du moteur.
.b La résoudre, sachant que  (t = 0) = 0. Conclure.
.c En déduire l'expression de va(t).
.16 On cherche à déterminer la fonction de transfert du moteur en régime sinusoïdal
pour Tr = 0. On soumet le moteur à une tension sinusoïdale va (t ) = Va 2 cos wt et on associe à va(t)
Ra J
l'expression complexe Va. On posera  em = .
K2
.a Déterminer l'expression complexe  de la vitesse. En déduire la fonction de

transfert en vitesse T = . Quel est le type de fonction obtenue ?
Va
.b Déterminer l'expression complexe Ia du courant d'induit. En déduire la fonction
Ia
de transfert en courant TI = . Qu'obtient-on ?
Va

Exercice 6: Asservissement de vitesse d'un moteur à courant continu (Solution :35)


)11 Étude du moteur
On utilise un moteur à aimants permanents. Il est alimenté sous une tension U M et est parcouru par un courant
d'intensité IM. Sa résistance interne est r. Il tourne à la v angulaire .
On supposera que sa force électromotrice peut s'écrire sous la forme E = K  et que le moteur fournit un couple
utile égal à son couple électromagnétique donc Tu = Tem = T
a) Dessiner le modèle électrique équivalent au moteur en précisant toutes les grandeurs nécessaires.

31/82
b) Donner la relation entre T et IM.
UM r
c) Montrer que = - 2T
K K
d) À vide, le moteur tourne à la vitesse no : vitesse de consigne. Quelle est la relation entre U MO et 0 ?
(UMO est la valeur de UM pour  = 0).
e) On fixe UM à la valeur UMO trouvée précédemment. Exprimer alors la vitesse  du moteur en charge,
en fonction de 0, K, r, T. Exprimer la diminution de vitesse 1 = 0 - 1 , correspondant à une
variation du moment du couple de 0 à T1, en fonction de r, K, T1.
f) Application numérique : Calculer UMO, 1, 1, n, et la diminution relative de vitesse qui sera exprimée
en pourcentage.
On donne : K = 0,060 V.s. rad-1; r = 5,0  ; 0 = 157 rad.s-1 ; T1 = 0,080 N.m .
)12 Asservissement en vitesse du moteur
Le moteur est inséré dans une chaîne d'asservissement destinée à maintenir la vitesse du moteur constante,
indépendamment de la charge.
La vitesse de rotation  du système asservi est donnée par la relation
r
 = 0 - T
( A + 1) K 2
On appelle ’1, la vitesse du moteur lorsque le moment du couple est T = T 1.
a) Exprimer la diminution de vitesse ’1 = 0 - ’1, lorsque le moment du couple varie de 0 à T1 en
fonction de r, K, A et T1.
b) Application numérique :
r = 5,0  ; A = 10 ; K = 0,060 V.s.rad-1 ; 0 =157 rad.s-1 ; T1= 0,080 N.m .
Calculer ’1, ’1 , et la diminution relative de la vitesse (on l'exprimera en pourcentage). Comparer
avec le résultat de la question 1 f) .

32/82
MCC série

Exercice 1: BTS 1977 MCC série (Solution :19)


On a relevé à 1 000 tr/min la caractéristique à vide d'une machine à courant continu du type série avec E v
f.é.m. et Is courant inducteur.
Ev (V) 0 50 120 200 270 290
Is (A) 0 10 25 50 100 150
On désigne par : n la fréquence de rotation en tr/min;
Ra = 0,1 , la résistance de l'induit;
Rs = 0,06 , la résistance constante de l'inducteur;
Ia le courant dans l'induit.
On néglige l'influence de la réaction magnétique de l'induit, des résistances des pôles auxiliaires et de
contact des balais.
Dans tout le problème, la machine fonctionne en moteur série sous la tension constante égale à 240 V.
1) Déterminer n et le moment du couple moteur total (ou couple d'origine électromagnétique) lorsque I a = 100 A.
2) On a réalisé pour ce moteur un rhéostat de démarrage calculé de telle façon que les valeurs maximale et
minimale du courant la toléré pendant le démarrage soient de 150 A et de 100 A. On néglige les phénomènes
d'auto induction et on admet que la vitesse ne varie pas pendant le court instant de passage d'un plot au suivant.
Calculer : a) la résistance totale du rhéostat;
b) la fréquence de rotation n à l'instant où l'on quitte le premier plot du rhéostat;
c) la f.é.m. à l'instant précis où l'on arrive sur le deuxième plot;
c) la valeur de la première section que l'on a ainsi éliminée.
3) Pour obtenir une augmentation de vitesse pour les fortes charges on shunte l'inducteur série par une
résistance r. On constate que, dans un certain fonctionnement, on a : Is = 50 A et n = 1 100 tr/min. Calculer la
valeur de r et la valeur du couple moteur total développé pour un tel fonctionnement.
4) On envisage le fonctionnement aux faibles charges pour lesquelles on négligera les chutes de tension dans
l'induit et dans l'inducteur.
a) Calculer n lorsque Ia = 10 A.
b) On place en dérivation aux bornes de l'induit une résistance R. Calculer R pour que n = 2 000
tr/min lorsque Ia = 10 A.
c) Calculer le couple moteur total développé dans les deux états de fonctionnement précédents.

Exercice 2: BTS 1983 MCC série (Solution :20)


Les indications figurant sur la plaque signalétique d'un moteur à courant continu, excitation série, sont les
suivantes : 500 V, 210 A, 100 kW, 1000 tr/min.
Résultats de l'essai à vide effectué à 1000 tr/min en excitation indépendante (machine fonctionnant en
génératrice) :
E : tension à vide aux bornes de l'induit, en volts.
IS : courant d'excitation en ampère.
E (V) 100 200 255 343 423 454 484 492 524 548 564 588
IS (A) 22 44 57,2 81,7 118 140 165 176 210 238 258 290
Les résistances mesurées à chaud ont pour valeur :
Ra = 0,06  pour l'induit et RS = 0,03  pour l'inducteur.
On supposera que la machine est parfaitement compensée. Les pertes autres que celles par effet joule
seront négligées.
1- La machine fonctionne en génératrice série chargée par une résistance R.
1-1- Faire un schéma équivalent du montage.
1-2- Déterminer la valeur de R pour que la machine débite son courant nominal 210 A à 1 000 tr/min.

33/82
1-3- Quel est alors la valeur du couple de freinage ?
1-4- Quelle est la nouvelle valeur de R si la machine débite son courant nominal à 800 tr/min ?
1-5- Calculer la vitesse lorsque la machine fournit une puissance de 42 kW avec un courant de 210 A :
1-5-1- Sans rhéostat d'excitation.
1-5-2- Dans le cas où l'on place en dérivation avec l'inducteur r = 0,06 .
2- La machine fonctionne en moteur série alimenté sous 500 V.
2-1- Le moteur absorbe un courant de 210 A. Calculer sa puissance utile, sa fréquence de rotation et son
couple électromagnétique.
2-2- On place en parallèle avec l'inducteur une résistance de 0,11 . Le moteur toujours alimenté sous 500 V,
absorbe 210 A. Calculer sa fréquence de rotation.
2-3- La résistance de 0,11  étant toujours branchée en parallèle sur l'inducteur, quelle devrait-être la
tension d'alimentation du moteur pour qu'il tourne à 1 000 tr/min et absorbe un courant de 104 A ?

3- Le moteur en série avec une inductance de lissage est alimenté à partir du réseau continu V = 500 V par
l'intermédiaire d'un hacheur H, selon le schéma ci-dessous.
E : force électromotrice du moteur.
i h i
L : inductance totale du circuit. H
L
Dans cette partie on négligera la résistance de v
u
l'induit et celle de l'inducteur. D
E
Le hacheur H et la diode D sont supposés parfaits.
T désigne la période de fonctionnement du hacheur.
Il est passant de 0 à t1 et bloqué de t1 à T. Le courant i ne s'allume jamais. Tracer la courbe représentant
les variations en fonction du temps de la tension u ; calculer la valeur moyenne de u (expression littérale).

4- Le moteur étant alimenté à partir du réseau continu par l'intermédiaire du hacheur (V = 500 V), l'inductance
de filtrage est suffisante pour que le courant i soit considéré comme constant et égal à I. La résistance de
l'ensemble moteur-inductance est de 0,2 ; aucun rhéostat n'est placé en parallèle sur l'inducteur.
4-1- Pour une valeur quelconque du rapport cyclique, calculer la valeur du couple moteur si l'intensité du
courant absorbé est de 140 A.
La machine entraînée opposant un couple résistant constant, quelle est la fréquence de rotation
correspondant à un rapport cyclique de 0,4 ( = 0,4 x V).
4.2- Le courant absorbé est de 118 A et la fréquence de rotation 350 tr/min. Quelle est la valeur du rapport
cyclique ?

Exercice 3: BTS 1985 MCC série (Solution :21)


On considère un moteur à courant continu à excitation série dont les caractéristiques nominales sont les
suivantes: UN = 400V IN = 27A nN = 1000tr/min.
De plus, on donne
 la résistance d’induit R = 1Ω,
 la résistance d’inducteur Rs = 0,6Ω

La caractéristique à vide de la machine, relevée en excitation séparée pour n = nN = 1000 tr/min


Is(A) 5,7 7,35 10,5 15,2 18 22,6 27 33,2 45
E(V) 136 174 233 287 308 335 357 383 429
N.B.: Is désigne le courant dans l'inducteur série lorsque celui-ci est différent du courant d'induit I, ce qui est
par exemple le cas dans l'essai ci-dessus.

I ) Première partie : Etude du fonctionnement du moteur :


1) Le moteur est alimenté sous U = UN= 400 V
a) Le courant d’induit ( et d’inducteur ) dans le moteur a pour intensité 22,6 A. Calculer le couple
électromagnétique Ce et la fréquence de rotation n en tr/min.

34/82
b) On équipe ce moteur d’un rhéostat de démarrage limitant le courant d’induit ( et d’inducteur ) à 45A.
Calculer la résistance RD de ce rhéostat, le couple obtenu alors au démarrage, ainsi que la fréquence de
rotation atteinte lorsque l’intensité descend à 27A.
2)
a) Pour déterminer les pertes fer et mécaniques Pfm du moteur dans les conditions de la question 1)a), on
fait fonctionner le moteur à vide en excitation séparée et à vitesse telles que ces pertes soient les
mêmes. Quelles doivent être les valeurs, notées I s0 et n0, de Is et de n? On désigne, d'autre part, par
U0 la tension appliquée et I0 le courant consommé. Sachant que I0 = 2,2A, déterminer U0 et Pfm.
b) En déduire le couple utile Cu et le rendement du moteur dans les conditions du 1)a).
c) On souhaite déterminer par une méthode d'opposition le rendement de l'induit du moteur pour le point nominal. On utilise à
cet effet une machine identique à la machine étudiée et un moteur auxiliaire m : les arbres des trois machines sont
manchonnées ; les inducteurs sont alimentés séparément. Les induits et un générateur auxiliaire S sont connectés en série.
L'une des machines fonctionne en moteur, l'autre en génératrice ; les courants d'excitation sont égaux. (voir figure 1).
a. Comparer les pertes des machines M et G. Que représentent la puissance fournie par S et la puissance fournie par m ?
(Justifier les réponses).
b. On note n = 1 000 tr/min ; VM = 384 V ; I = 27 A ; puissance utile de m = 1 620 W. Déterminer le rendement de l'induit du
moteur.

II ) Deuxième partie : Réglage de la vitesse :


On se place dans des conditions de fonctionnement pour lesquelles le courant d’induit vaut 33,2A.
a) Avec Is = I, sous quelle tension le moteur devrait-il être alimenté pour tourner à 1000tr/min? Comment
peut-on obtenir cette vitesse si la tension d’alimentation ne peut pas dépasser 400V?
b) On place en parallèle avec l’inducteur un résistor R1 = 2,61Ω. Quelle est la fréquence de rotation du
moteur alimenté sous 400V?

2-3 \ Le moteur, en série avec une inductance L de résistance négligeable, est branché selon le schéma de la
figure 2. Diodes, thyristor et hacheur sont supposés parfaits. Les inductances L et LS sont suffisantes pour que
les courants dans l'induit et dans l'inducteur série puissent être considérés comme continus.
Sur une période, T de fonctionnement du hacheur, ce dernier est passant entre 0 et  T, et bloqué entre
 T et T ( < 1). Le thyristor Th est amorcé à la date t1 comprise entre 0 et  T.
2-3-1- Montrer que Th se bloque spontanément à la date  T.
2-3-2- On se place dans le cas où le moteur est alimenté sous sa tension nominale ; le temps d'ouverture de H
est donc faible devant T, et on pourra considérer dans les questions suivantes que Th conduit entre t 1 et T.
a) Calculer IS pour t1 = T et pour t1 = 0.
b) Le courant vaut IS = 27 A. Que peut-on dire de la somme j + i des courants instantanés dans  et r ?
Représenter, pour une date t1 quelconque comprise entre 0 et T, les variations de ces courants en
fonction du temps.
Calculer la tension moyenne aux bornes de l'inducteur. En déduire le courant moyen dans  et calculer le rapport
t
1/ .
T
Calculer la puissance dissipée dans .
On donne : I = 33,2 A  = 5,4  r = 0,3  RS = 0,6 .

III) Troisième partie : Etude des procédés de freinage :


Lorsque l'alimentation du moteur est supprimée, le mouvement de la partie mobile (induit du moteur,
machine entraînée) se poursuit à cause de l'inertie, avec une vitesse qui décroît en raison de l'existence d'un
couple résistant global du moment T r supposé constant. On souhaite réduire la période de ralentissement en
faisant fonctionner le moteur en génératrice à excitation séparée avec un courant inducteur I S constant.
On négligera dans cette partie la résistance de l'induit.
E
3-1 \ Que peut-on dire du rapport A = / de la f.é.m. de la génératrice à sa vitesse angulaire de rotation ?
Exprimer le moment Te du couple électromagnétique de la génératrice en fonction de A et du courant débité
I.

35/82
3-2 \ A l'instant origine, on charge la génératrice par une résistance R. On désigne par J le moment d'inertie
total ramené sur l'arbre, 0 la vitesse à la date t = 0,  la vitesse à la date t. L'inductance de l'induit est
négligée.
3-2-1- Ecrire l'équation différentielle donnant  en respectant les signes des couples, s'exerçant sur
l'arbre.
JR 2
3-2-2- Résoudre cette équation. On pourra poser  = / . Donner l'allure de la courbe  = f ().
A
100 / rad/s ; I = 10,5 A ; R = 15  ; T = 15 Nm.
3-2-3- On donne J = 5 kg.m2, 0 =
3 S r

Calculer la durée de freinage jusqu'à l'arrêt.

3-3 \ Le circuit de charge connecté à la génératrice à la date origine est maintenant celui représenté figure 3.
 0<t<  H est passant ; i croît de Im à IM.
 <t<T  H est bloqué ; i décroît de IM à Im.
On suppose le régime permanent établi ; on néglige la variation de E entre 0 et T.
3-3-1- Pour 0 < t <  ; exprimer i (t) en fonction de E, L et Im.
3-3-2- Pour  < t < T ; exprimer i (t) en fonction de E, L, R',  et IM.
L
3-3-3- On suppose / grand devant T ; on admettra dans ces conditions que le courant débité par
R'
l'induit présente une ondulation négligeable. En outre, un dispositif d'asservissement de la commande du hacheur
 (T - )
à la vitesse de rotation de la génératrice rend constant le rapport / = a si l'on pose que  = / (0 <  <
 T
1).
E
a) Montrer que l'intensité I du courant débité par la génératrice est I = / .
 R'
b) On rappelle que E = A  ; donner les expressions du courant I débité par la génératrice et du moment de son
couple électromagnétique en fonction de a, A, R'.
c) Ecrire et résoudre l'équation différentielle donnant . Donner l'allure de la courbe représentant les
variations de  en fonction du temps.
100 
d) On note IS = 10,5 A ; J = 5 kg.m2 ; 0 = / rad/s ; R' = 20  ; Tr = 15 Nm ; a = 0,008. Calculer la durée de
3
freinage jusqu'à l'arrêt.

H
I

V M V G

m M G

I i (t)
VS

S
K

L
M I
D s

j i E H R'
R s
L 
s r
I s

D s Th

Figure 1 Figure 2 Figure 3

36/82
Exercice 4: MCC série (Solution :27)
On considère un moteur à courant continu à excitation série dont les caractéristiques nominales sont les
suivantes: UN = 400V IN = 27A nN = 1000tr/min.
De plus, on donne
 la résistance d’induit R = 1Ω,
 la résistance d’inducteur Rs = 0,6Ω

La caractéristique à vide de la machine, relevée en excitation séparée pour n = nN


Is(A) 5,7 7,35 10,5 15,2 18 22,6 27 33,2 45
E(V) 136 174 233 287 308 335 357 383 429
N.B.: Is désigne le courant dans l'inducteur série lorsque celui-ci est différent du courant d'induit I, ce qui est
par exemple le cas dans l'essai ci-dessus.

1) Le moteur est alimenté sous U = UN.


a) Le courant d’induit ( et d’inducteur ) dans le moteur a pour intensité 22,6 A. Calculer le couple
électromagnétique Ce et la fréquence de rotation n en tr/min.
b) On équipe ce moteur d’un rhéostat de démarrage limitant le courant d’induit ( et d’inducteur ) à 45A.
Calculer la résistance RD de ce rhéostat, le couple obtenu alors au démarrage, ainsi que la fréquence de
rotation atteinte lorsque l’intensité descend à 27A.
2)
a) Pour déterminer les pertes fer et mécaniques Pfm du moteur dans les conditions de la question 1)a), on
fait fonctionner le moteur à vide en excitation séparée et à vitesse telles que ces pertes soient les
mêmes. Quelles doivent être les valeurs, notées I s0 et n0, de Is et de n? On désigne, d'autre part, par
U0 la tension appliquée et I0 le courant consommé. Sachant que I0 = 2,2A, déterminer U0 et Pfm.
b) En déduire le couple utile Cu et le rendement du moteur dans les conditions du 1)a).
3) On se place dans des conditions de fonctionnement pour lesquelles le courant d’induit vaut 33,2A.
a) Avec Is = I, sous quelle tension le moteur devrait-il être alimenté pour tourner à 1000tr/min? Comment
peut-on obtenir cette vitesse si la tension d’alimentation ne peut pas dépasser 400V?
b) On place en parallèle avec l’inducteur un résistor R1 = 2,61Ω. Quelle est la fréquence de rotation du
moteur alimenté sous 400V?

Exercice 5: MCC série(Solution :32)


Soit un moteur série dont les caractéristiques sont les suivantes :
Un = 500 V,
In = 100 A,
Nn = 900 tr.min-1,
Rinduit = 0,1 .,
Rexcitation = 0,3 .
On fait l'hypothèse que le fer est non saturé, soit  = a.Ie où a est une constante et I le courant d'excitation
(égal au courant d'induit pour les deux premières questions).
.1 Calculer le couple électromagnétique au point nominal Cen.
.2 La charge diminue et le couple vaut Ce = 0,25 Cen (on a toujours U = Un).
.a Calculer I.
.b En déduire N la vitesse en tr.min-1.
.3 On met une résistance R =1,2  en parallèle sur l'inducteur. U = 500 V, I = 50 A.
Calculer la nouvelle vitesse.

Exercice 6: Conception d’un moteur (Solution :39)


On étudie la conception d'un moteur à courant continu à aimant permanent. Le circuit magnétique du moteur est
le suivant :
(Longueur du rotor : L = 300 mm ; diamètre du rotor 80 mm; ℓ = 80 mm ; entrefer e = 0,5 mm.)

37/82
Deux aimants sont placés de manière symétrique par rapport à l'axe de la ligne neutre. Le matériau magnétique
constituant le rotor est le même que celui du stator, et sa perméabilité est µ r = 2 000. L'aimant produit un champ
B = 1 T pour une valeur de H variant entre 0 et He = – 55 000 A/m (µ o = 4 . 10-7)
On rappelle que Hc est le champ coercitif nécessaire pour désaimanter l'aimant.
.4 En effectuant les approximations qui s'imposent, évaluer le champ H a dans l'aimant.
On désignera He le champ dans l'entrefer et Hf le champ dans le circuit fer. Vérifier que H a < 55 000
A/m. Pourquoi cette condition ? Que se passe-t-il si on enlève le rotor ?
.5 On admettra que chaque aimant produit le flux  = B L ℓ. Le nombre de voies
d'enroulement est 2 . a = 6. Ce moteur est prévu pour fonctionner à n = 1 500 tr/min pour une tension
nominale de 24 V (environ). On s'impose une f.é.m. nominale E n = 22 V. Déterminer le nombre N de
conducteurs par voie d'enroulement.
.6 On prendra N = 110. Ces conducteurs sont en cuivre, de résistivité  = 1,8.10-8 W.m.
On admet que chaque brin a une longueur ℓB de 20 % de plus que celle du rotor. On veut que le courant
nominal soit de 24 A. La densité de courant prévue est de 2 A/mm 2. En déduire la résistance d'induit Ra de
la machine, en négligeant celle du collecteur.
.7 Par la suite on prendra Ra = 0,06 . Calculer la constante de f.é.m. K. Quelle est alors
la valeur Van de la tension nominale de ce moteur ? En déduire son couple électromagnétique nominal T en.
.8 La densité du fer est de 7,87. Évaluer le moment d'inertie du rotor. En déduire la
constante de temps électromécanique em du moteur.
.9 On choisit J = 0,0095 kg.m2. Le moteur entraîne une charge d'inertie Ju = 0,0055
kg.m et de couple résistant Tu = 2 N.m, supposé constant. Il est alimenté par un convertisseur de puissance
2

qui fournit une tension réglable, comprise entre 0 V et 25 V. On fait démarrer le moteur sur la limitation de
courant Ia = Ian = 24 A. Déterminer la loi de variation de la vitesse (t) et calculer la durée td du démarrage,
temps nécessaire pour que la vitesse passe de 0 à la vitesse nominale.
.10 Les pertes fer s'évaluent à partir des considérations sur les tôles utilisées au rotor.
Ces pertes sont de 1,2 W/kg à la vitesse nominale. Evaluer ces pertes. En négligeant les pertes par courants
de Foucault, en déduire le couple de pertes correspondant.

38/82
MCC

Solution :1 Exercice 1:QCM


Entourer la ou les bonnes réponses.

.11 Principe de fonctionnement du moteur à courant continu


.a Le rôle de l'inducteur est de créer un champ magnétique tournant.
.b L'induit du moteur est feuilleté pour limiter les pertes par courant de Foucault.
.c L'apparition d'un couple moteur nécessite la circulation d'un courant d'induit.
.d Si le moteur tourne, il y a obligatoirement apparition d'une f.é.m.

.12 Relations fondamentales


.a La f.é.m. E est proportionnelle au flux inducteur.
.b Le couple électromagnétique Tem est proportionnel à la tension d'induit U.
.c Au démarrage, la f.é.m. est nulle.
.d Si la vitesse du moteur double, la f.é.m. double également.
.e Si la tension d'induit double, la vitesse du moteur double également.
.f Si l'on maintient la tension d'induit constante, une augmentation du couple
résistant entraîne une augmentation de la vitesse.
.g Pour le moteur à courant continu, on a U = E - R I.
.h Pour rester à vitesse constante malgré une augmentation du couple résistant de
charge, il faut diminuer la tension d'induit.

.13 Puissances
.a La puissance absorbée par l'induit vérifie Pa = E I.
.b Le couple électromagnétique vérifie la relation Tem = Pa / .
.c Si l'on néglige les pertes collectives, la puissance électromagnétique est égale à la
puissance utile.
.d Les pertes joules de l'induit vérifient pJ =(U - E) I.

.14 Moteur à courant continu en fonctionnement nominal


On relève sur la plaque signalétique d'un moteur à courant continu à excitation indépendante les valeurs
nominales suivantes : Un = 190 V, In = 3,5 A, nn = 1500 tr.min-1: R=5  etTun=3N.m.
.a La puissance utile nominale est de 4,5 kW.
.b La f.é.m. du moteur fonctionnant à vitesse nominale est de 160 V.
.c La constante k vaut 1,1 V.s.rad-1 .
.d Le rendement nominal de ce moteur est voisin de 71 %.

.15 Régime permanent dans un moteur à flux constant


.a En régime permanent, la tension d’alimentation de l’induit Va varie en fonction du
temps de 0 à sa valeur nominale.
.b En régime permanent, le couple varie en fonction du temps de 0 à sa valeur
nominale.
.c La vitesse du moteur est réglée par le courant d'induit Ia.
.d La modification du flux par le courant d'inducteur entraîne une variation de la
vitesse.
.e La vitesse du moteur est réglée par la tension d'induit Va qui peut varier de Vd
(tension de démarrage) à sa valeur nominale.

.16 Caractéristiques du moteur

39/82
.a Quand on augmente la tension Va à flux et à couple résistant constants, la vitesse
augmente.
.b Quand on augmente le flux à tension Va et à couple résistant constants, la vitesse
augmente.
.c Quand on augmente le couple résistant à tension Va et à flux constants, la vitesse
augmente.
.d Quand on augmente le couple résistant à tension Va et à flux constants, le
courant d'induit augmente.
.e Quand on augmente le couple résistant à tension Va et à flux constants, la
puissance augmente.
.f Un moteur à excitation série alimenté sous tension nominale peut « s'emballer » à
vide.

.17 Régime transitoire dans un moteur à flux constant


.a En régime transitoire, le moment d'inertie J intervient dans l'équation
différentielle mécanique.
.b Le démarrage d'un moteur à couples moteur et résistant constants est
approximativement un régime uniformément accéléré de vitesse.
.c Le freinage d'un moteur à couple résistant constant est approximativement un
régime uniformément décéléré de vitesse.
.d Le palier de vitesse d'un cycle robotique est un régime transitoire de vitesse.
.e L'inductance d'induit La intervient dans le régime transitoire du courant d'induit
ia.

.18 Rendement d'une machine à courant continu


.a Le rendement maximal en moteur est obtenu lorsque les pertes fer P fer sont
égales aux pertes Joule P.
.b Le rendement ne varie pas si on modifie le flux dans la machine.
.c Les pertes fer, Pfer sont mesurées pour un fonctionnement à vide du moteur en
excitation séparée, et pour un flux donné.
.d Les pertes Joule PJ sont mesurées pour un fonctionnement en charge du moteur.

Solution :2 Exercice 1:Moteur de levage


1°)
L
R
I On pose des questions sur le régime nominal donc on peut considérer que l’on est
di
en en régime permanent (ou statique) donc la chute de tension dans L n’intervient
Ri U
L
E dt pas.
E = U - RI = 24 - 0, 08 �50 = 20 V

Modèle de l’induit (rotor)


Fonctionnement en moteur

E = k ' ( ie )  = k 
2°) Comme le flux sous l’inducteur est constant on peut donc écrire 14 2 43
k

E 20
k= = = 0,382 V×rad -1×s
donc  2
500 �
60
3°) Le couple électromagnétique
Tem = k ' ( ie ) I = k �
I = 0,382 �50 = 19,1 Nm
14 2 43
k

40/82
Pem E I‫ ״‬20 50
Tem = = = = 19,1 Nm
Ou   2
500 �
60
4°) La puissance absorbée est Pan = U �I +U � I exc = 24 �50 + 24 �2 = 1248 W

5°) Pun = h �
Pan = 0, 62 �1248 = 774 W
Pun 774
Tun = = = 14,7 Nm
6°)  500 �2
60
7°) Le moment du couple de pertes est Tp = Tem - Tu = 19,1 - 14, 7 = 4, 4 Nm

Solution :3 Exercice 2:Moment du couple de pertes:(Solution :3)


em
On peut faire un bilan des puissances Ou chercher directement la P

PemV = EI = ( 220 - 0, 4 �1,8 ) �1,8 = 394, 7 W


PabsV = UI = 220 �1,8 = 396 W 1 4 4 2 4 43
E =U - RI
PJV = RIV2 = 0, 4 �1,82 = 1, 296 W PemV = Pu + Pp = Pp = Tp 
{
PemV = PabsV - PJV = Pcoll = Pfer + pméca = Tp �
 0

Pcoll = 396 - 1, 296 = 394, 7 W 394, 7


� Tp = = 2,51 Nm
Pcoll = Tp �
 2
1500 �
60
Pcoll 394, 7
Tp = = = 2,51 Nm
 1500 �2
60

Solution :4 Exercice 1: MCC série BAC 1983 *** (Solution :4)

41/82
Exercice 2: MCC de treuil réversibilité ()

42/82
43/82
Solution :5 Exercice 3:MCC hexapolaire réversibilité:
MCC hexapolaire soit 6 pôles donc 3 paires de pôles
1°) a) En appliquant la loi des maille sur le modèle équivalent du moteur la fem est donnée par
E1 = U - RI1
E1 = 240 - 16 �0,5 = 232 V
Donc E1 = 232 V
E �I
1°) b) L’expression du couple est Tem = en n’omettant pas de mettre  en rad/s

232 �16
Tem1 =
Donc 2 soit Tem1 = 29,5 Nm
1200 �
60
1°) c) La fem étant fonction du flux sous les pôles et de la vitesse de rotation, on se souvient de la forme à
utiliser pour retrouver le flux sous un pôle.
p 
E= N
a 2
E
=
On ré écrit cette formule afin de déterminer le flux : p 
N
a 2
232
=
2
Soit 1200 �
3 60
860
4 2
10 -2 Wb
Donc un flux  = 1,8 �

2°) a) Le couple est proportionnel au courant I donc si I=24 A


Comme

1°)b) 2°)

Tem 29,5 X?

I 16 24
29,5 �24
Donc Tem =
16
Tem 2 = 44, 2 Nm

2°) b) Pour trouver la vitesse de rotation il faut d’abord déterminer le fém.


E2 = U - RI 2

44/82
E2 = 240 - 24 �0,5 = 228 V
Donc E2 = 228 V
E = k{ 
Comme
Cte
E2 E1 E
Alors � = � 2 = 1 2
 2 1 E1
228 �1200
� 2 =
232
�  2 = 1179 tr / min
3°) En génératrice
3°)a) La génératrice fournit du courant : c’est que l’on considère la convention générateur
Il faut alors appliquer la loi des mailles en convention générateur :
E3 = U 3 + RI 3
E3 = 228 + 24 �0,5 = 240 V
Donc E3 = 240 V
E3 E1 E
Alors � = � 3 = 1 3
3 1 E1
240 �1200
� 3 =
232
�  2 = 1241 tr / min
E �I
3°)b) L’expression du couple est Tem = en n’omettant pas de mettre  en rad/s

240 �24
Tem 3 =
Donc 2 soit Tem1 = 44,3 Nm
1241�
60

Solution :6 Exercice 4:Essais d’une MCC

1°)
 La puissance électromagnétique
Pem = E �I = Tem �
avec E = U - RI = 220 - 0,5 �18 = 211 V
donc Pem = E �I = 211�18 = 3798 W
 Les pertes joules rotoriques : Pjinduit = RI 2 = 0,5 �182 = 162 W
 Les pertes joules statoriques sont sur l’inducteur constitué d’une résistance r est alimenté par u e et
parcouru par un courant ie
ue2 1202
Pabsinducteur = Pjinducteur = ue �
ie = r �
ie2 = = = 96 W
r 150
 u
Les pertes constantes (ou collectives) sont aussi présentes lors de l’essai à vide.Or à vide P =0
� Pabs videinduite = Pcoll + PJV
� Pcoll = PV - RIV2 = 264 - 0,5 �1, 22 = 263 W
Pu = Pabs - PJ - Pcoll = 3798 - 263 = 3535 W

En charge, la puissance utile
14 2 43
Pem

Pu 3535
Tu = = = 23, 28 Nm

Le moment du couple utile  1450 �2
60

45/82

Le rendement du moteur est donné par
Pu Pu Pu Pu 3535
h= = = = = = 86,8%
Pabs Pabsinduit + Pabsinducteur U �I + ue �ie u 2
220 �18 + 96
U �I + e
r
Pabs = U �
IV = R �IV2 + EV �
IV
2°) A vide : la puissance absorbée par l’induit est

Donc
Pabs = U �
I = R�
I 2 + EV �
I
{ V { V {V
264 1,22
0,5� 1,2

IV - R �
U� I 2
EV = V

IV
264 - 0,5 �1, 2 2
EV = = 219, 4 V
1, 2

Pour trouver la fem E on sait qu’il y a proportionnalité entre E et  (


E = k )
C
Or en charge E = 211 V pour 1450 tr/min

Donc on peut déterminer le coefficient de proportionnalité :


E 211
k = = = 1,39 V×rad -1×s
 1450 � 2
60
Comme k ne change pas que l’on soit à vide ou en charge
EV = U - RIV = 220 - 0,5 �1, 2 = 219 V EV 219
V = = = 157 rad / s
A vide donc on en déduit k 1,39 ou
60
n = V � = 1500 tr/min
2

Solution :7 Exercice 5: Etapes : exploitation de la plaque signalétique.


1°)
190 V Tension nominale de l’inducteur
0,800 A Courant nominal de l’inducteur
250 V Tension nominale de l’induit
14 A Courant nominal de l’induit
1500 tr/min vitesse de rotation nominale
3,00 kW Puissance utile ( mécanique)
2°) Pabs induit = U �I = 250 �14 = 3500W
Pabs inducteur = ue �ie = 190 �0,8 = 152W
Pu 3000
3°) hmoteur = = = 82%
Pabs 3500 + 152
Pu 3000
hinduit = = = 86%
Pabs induit 3500
4°) �pertes = P abs mot - Pu = ( 3500 + 152 ) - 3000 = 652 W
Pstator = PJstator = Pabsinducteur = 190 �0,8 = 152W
Protor = Pperteinduit = Pabs induit - Pu = 3500 - 3000 = 500 W

46/82
Pu 3000
Tu = = = 19 Nm
5°)  1500 �2
60
uinducteur 190
6°) r = = = 237 
iinducteur 0,8
En effet le bobinage de l’inducteur peut être modélisé par une résistance en série avec une inductance, mais
comme on est alimenté en continu, le modèle équivalent ne se ramène qu’à une résistance.

Solution :8 Exercice 6:Etapes : bilan énergétique du moteur.

Solution :9 Exercice 7: Etapes : la mesure de la résistance interne de l’induit.

47/82
Solution :10 Exercice 8: Etapes : tension induite manifestation des phénomènes
électromagnétiques.

48/82
Solution :11 Exercice 9: Etapes : l’incontournable constante de l’induit.

49/82
Solution :12 Exercice 10: Etapes : inversion du sens de rotation.

50/82
Solution :13 Exercice 11: Etapes : machine à courant continu : elle peut être soit
motrice soit génératrice !

Solution :14 Exercice 12: Etapes : pourquoi la fréquence de rotation chute t’elle
lorsque la valeur du moment du couple résistant augmente ?

Solution :15 Exercice 13:Etapes : variateurs électroniques alimentant l’induit d’un


moteur à courant continu.

Solution :16 Exercice 14:Etapes : variateurs électroniques alimentant l’induit d’un


moteur à courant continu.

Solution :17 Exercice 3:MCC Génératrice dérivation (Solution :17)

Solution :18 Exercice 1:MCC Constante de temps d’un moteur de servomécanisme


(Solution :18)

51/82
Solution :19 Exercice 1:BTS 1977
A vide

A 1000 tr/min
On peut négliger la chute de tension dans l’inductance car le moteur est vu en régime statique donc pas de
variation de courant donc Ldi/dt=0.
La tension E en charge vaut : E = U - ( Rs + Ra ) �
I = 240 - ( 0, 06 + 0,1) �
100 = 224 V
Rappel : E = k ( ie )  = k ( I a ) 
A l’aide de l’essai à vide (que je prends pour le courant qui sera utilisé en charge) I a=100A on avait 270 V
lorsqu’on tournait à 1000 tr/min, je vais déterminer k ( I a = 100 A )
E 270
k ( I a = 100 ) = = = 2,57
 1000 �2 qui ne change pas pour l’essai en charge (j’ai choisi le même courant que
60
pour la question).
E 224
Donc j’en déduit la vitesse en charge = = = 87,15rad/s soit 832 tr/min
k ( I a = 100 ) 2,57

Solution :20 Exercice 2:BTS 1983


1.
1.1. R = 2,38 
1.2. Cf = 1040 Nm
1.3. R = 1,88 
1.4.
1.4.1 n = 423 tr/mn
1.4.2 n = 484 tr/mn
2.
2.1. Pu = 101 kW ; n = 918 tr/mn ; C = 1050 Nm
2.2. n = 997 tr/mn
2.3. U = 352 V
3.
3.1. u(t) est périodique de période T ; u = V entre 0 et  ; u = 0 entre  et T  U = V.
di V -E
3.2. V = E + L ; i= t + im
dt L
di E
3.3. 0 = E + L ; i = - ( t -  ) + iM
dt L
3.4. i, iH, iD sont périodiques de période T :
de 0 à  : i(t) et iH(t) sont un segment de droite allant de im à iM, iD(t) = 0
de  à T : i(t) et iD(t) sont un segment de droite allant de iM à im, iH(t) = 0
Alors  = (iM + im)/2
3.5. iM = 174 A ; im = 126 A
4.
7  10 4  - 3920
4.1. C = ; n = 379 tr/mn car C = 607 Nm

4.2.  = 0,343

52/82
Solution :21 Exercice 3:BTS 1985
Manque à partir du 2-3)
1°) a) C em = k( I s ) I
E = k( I s ) 
Le tableau nous renseigne sur la fem si on tourne à nN=1000 tr/min et si IS=22,6 A

Or on ne connaît pas la vitesse de rotation de notre moteur


E = U - ( RS + R ) �I = 400 - ( 1 + 0, 6 ) �22,6 = 363,8V
L’essai à vide nous dit que pour
nN=1000 tr/min et si IS=22,6A on a E=335 V
Donc dans le cas de l’exercice
n= ??? et IS=22,6A on a E=363,8 V

 Comme la fem E est proportionnelle IS et à n ( E = k( )  )


Is donnée

E 335
k( I s = 22,6) = = = 3,19
 1000 �2
60
Donc dans le cas de l’exercice
E
k( I s =22,6) = = 3,19

E 363,8
= = = 114, 04 rad / s
k( I s =22,6 ) 3,19
� n = 1089 tr / min
363,8 �1000
 Ou en utilisant directement la proportionnalité n= = 1086 tr/min
335
Le couple électromagnétique est donné par C em = k( I s = 22,6) I
C em = 3,19 �22, 6 = 72,1 Nm
b) Au démarrage =0 donc E=0
Donc on applique la loi des mailles aux trois résistances :
U d = ( R + RS + RD ) �I d
Ud
� RD = - ( R + RS )
Id
400
� RD = - ( 1 + 0, 6 )
45
� RD = 7, 28 

53/82
Le couple au démarrage C em = k( I s = 45) I

Il nous faut déterminer k( I s = 45) que l’on peut trouver grâce à l’essai à vide
E 429
k( I s = 45) = = = 4,1
 1000 �2
60
Donc C emd = k( I s =45) I s = 4,1�45 = 184,5 Nm
La fréquence de rotation atteinte lorsque l’intensité descend à IS=27A
E 357
= k( I s = 27 ) =
= 3, 41
On détermine k pour IS =27 A :  1000 �2
60
La fem est donnée par U n = E + ( R + RS + RD ) �I donc
E = U n - ( R + RS + RD ) �I
E = 400 - ( 1 + 0, 6 + 7,3) �27 = 160 V
E 160
Donc = = = 46,9 rad / s soit 448 tr/min
k( I s = 27 ) 3, 41
2°)
a) Dans la question 1)a) la vitesse était de 1089 tr/min et le courant était de 22,6 A
Donc IS0= 22,6 A et n0=1089 tr/min
On est en excitation séparée donc
U 0 = E + R �I
E 335
E = k  k( I S = 22,6) = = = 3,19
La fem ( I S = 22,6 ) or  1000 �2
60
2
Dans notre cas E = k( I S = 22,6 )  = 3,19 � 1089 � = 363,8V
60
Donc U 0 = E + R �I = 363,8 + 1�2, 2 = 365,9
P = PJo + Pfm + Pu
Donc le bilan des puissances à vide donne abso {
0 àvide

Pfm = Pabso - PJo


Pfm = U 0 I 0 - RI 02
Pfm = 365,9 �2, 2 - 1�2, 22 = 800 W
Les pertes collectives valent 800 W
donc
 les pertes fer valent 400 W sous une tension de 365,9 V
 les pertes mécaniques valent 400W pour une vitesse de 1089 tr /min
b) le couple utile
Pu Pabs - PJ - Pcoll
Cu = =
 
U �I S - ( R + RS ) �I S2 - Pfm
Cu =

400 �22, 6 - ( 1 + 0,6 ) �22, 6 2 - 800
Cu = = 65 Nm
2
1089 �
60
Le rendement est donné par

54/82
2
65 �1089 �
P 60 = 82 %
h= u =
Pabs 400 �22, 6
E 383
k( I S =33,2) = = = 3, 65
3°) Si IS=33,2 A alors  1000 �2
60
a) Si on est à 1000 tr/min avec IS=33,2 alors E=383 V
Donc il faut alimenter à
U = E + ( R + RS ) �I S = 383 + ( 1 + 0, 6 ) �33, 2 = 436,1 V
Donc U = 436,1 V
Si l’on ne peut pas dépasser 400 V, il faut diminuer le flux dans l’inducteur en mettant une résistance
en parallèle sur l’inducteur ainsi :
E
Comme = k ] , E variant peu,  augmentera
k( I S ) , si ( I S )
b) Mise en parallèle d’une résistance sur l’inducteur, courant dans l’induit maintenu à 33,2 A
RS//R1 et R sont parcourus par le courant IS
On peut donc déterminer la fém E
� R �R �
U = E + �R + S 1 ��I
� RS + R1 �
� R �R �
E = U - �R + S 1 � �I
� RS + R1 �
� 0, 6 �2, 61 �
E = 400 - �
1+ �33, 2 = 350, 6

� 0, 6 + 2, 61 �
On peut déterminer le courant parcourant l’inducteur
On applique le diviseur de courant
G
IS = I � S
GS + G1
1
RS
IS = I �
1 1
+
RS R1
1
0, 6
I S = 33, 2 � = 27 A
1 1
+
0, 6 2, 61
E 357
k( I S = 27 ) = = = 3, 41
On a donc IS=27 A donc  1000 �2
60
E 350, 6
Donc = = = 102,8 rad / s
k( I S = 27 ) 3, 41
Soit n=981 tr/min

Solution :22 Exercice 20: MCC réversibilité (Solution :22)Exercice 22: : BTS 2003
Nouméa Electrotechnique (Solution :22)
1.1) En moteur
1.1.1) La fém se calcule ainsi : E = U - RI = 375 - 0,05 �440 = 353 V
La fém est donc E = 353 V

55/82
Le couple électromagnétique est donné par la relation :
Pem E �I 353 �440
Cem = = = = 742 Nm
  2
2000 �
60
Le couple électromagnétique vaut Cem = 742 Nm
Une autre méthode était possible
On sait que Cem = k I mais on ne connaît pas k
On peut se servie de la relation E = k pour trouver k car on connaît dans ce cas E et 
E 353
k = = rad -1 �
= 1, 68 V � s
Donc  2000 � 2
60
Et ce coefficient ne change pas tant que l’on conserve le même champ dans l’inducteur soit tant
que l’excitation (Ue ie) ne changent pas
On en déduit le couple Cem = k I = 1, 68 �440 = 742 Nm

1.1.2) Cem = Cu + C p donc C p = Cem - Cu = 742 - 710 = 32 Nm


Le couple de perte est donc Cp = 32 Nm
1.1.3) PJinducteur = Re �I e2 = 16 �252 = 10 �
103 soit 10 kW
Donc les pertes dans l’inducteur valent 10 kW
Remarque : ce résultat apparemment élevé ne l’est pas si on le compare à la puissance utile
Pu =Cu  = 710 20002/60 = 148 kW
Attention la puissance donnée absorbée (165 kW) est la puissance du régime nominal, ce qui n’est
pas le cas ici.
Pu Cu 
h= =
Pabs Pu + PJinduit + PJinducteur + Pcoll
{ { 14 2 43 {
Cu  RI 2 Re I e2 C p �

2
710 �2000 �
h= 60
2 2
710 �2000 � + 0,
1 05
4 2�440
4 3
2
+ 16
14 �
2 25
43
2
+ 32 �2000 �
60
1 4 4 2 4 43 103
6,7�
60
1 44 2 4 43
103
9,68�
103
148,7� 103
10�

h = 85%
OU
Pu Pu Cu  Cu 
h= = = =
Pabs Pabs induit + Pabs inducteur UI + U e I e UI + Re I e2
{
Re I e

2
710 �2000 �
h= 60 = 85%
375 �440 + 16
14 �
225
43
2

103
6,7�

1.2) En génératrice
R
I U < 0�
�P = UI < 0 donc le moteur fournit de l’énergie
Ri U I >0 �
E
E = U - RI = -375 - 0, 05 �300 = -390V
E
= et on détermine k ( ie ) grâce à l’essai en moteur (question 1.1.1)
Convention récepteur k ( ie )

56/82
E 353
k ( ie = 25 ) = = = 1, 685
 2000 �2
60
Attention le coefficient k ( ie ) est proportionnel à ie donc il faut le recalculer pour notre courant ie=-25 A donc
k ( ie = -25 ) = -1, 68
E -390
Donc = = = 232 rad/s soit 2210 tr/min : le sens de rotation ne change pas
k ( ie = -25 ) -1, 68
E� I -390 �300
Cem = = = -505 Nm le couple est négatif
 232
La machine lancée est en phase de décélération avec récupération de l’énergie
1.3) Phases transitoires
d  217
1.3.1) de 0 à t1 : = = 16, 7 rad/s²
dt 13
d
De t1 à t2 : =0
dt
d  -217
De t2 à t3: = = -16, 7 rad/s²
dt 13
1.3.2)

C=-2,3x
d
Cem = J -C
dt
d
Cem =J + 2,3  
dt

Cem = 2,3   = 500

Cem = 16,7  52 + 2,3   Cem = -16, 7  52 + 2,3  


Cem = 868 + 2,3   Cem = -868 + 2,3  
Cem( =0) = 868 Cem ( t2 ) = -369

Cem( =217 ) à t1 = 868 + 2,3   = 1368 Cem ( t3 ) = -868 + 2,3   = -868

57/82
Cem

1368

868

-369
-868

Solution :23 Exercice 23: BTS 2001 Métro Electrotechnique


1.1. VN = EN + R � IN
Et EN = k E  n

VN - RI N 350 - 0,52 �70


kE = =2 V� rad -1 �
s
Donc k E = soit 2
N 1500 �
60
1.2. La puissance absorbée est PaN = U N I N = 350 �70 = 24,5 kW
Au point nominal l’induit transmet une puissance de 20 kW
L’excitation (inducteur) consomme une puissance entièrement dissipée par effet Joule
Le rendement de l’induit est donc
PN 20
h= = = 82%
PaN 24,5
EN �I N
1.3. Tem = k E I N donc Tem = 2 �70 = 140 Nm (on peut aussi utiliser Tem = )
N
Le couple utile se déduit de la relation entre la puissance mécanique et la vitesse
PN 103
20 �
Tu = = = 127 N .m
N 157
Le couple de pertes résulte de la différence des 2 couples précédents
Tp = Tem - Tu = 140 - 127 = 13 Nm
1.4. La machine tourne à 750 tr/min avec un couple de 80 Nm
1.4.1. En moteur : Tem = Tu + Tp = 80 + 13 = 93 Nm
Tem 93
Donc I C = = = 46,5 A
kE 2
En convention récepteur : V = E + RI C
2
Avec E = k E � �n
60
2
Donc V = 2 � �750 + 0,52 �46,5 = 181V
60
1.4.2. En génératrice,
Tem = Ta - Tp = 80 - 13 = 67 Nm
Tem 67
Donc I C = = = 33,5 A
kE 2
En convention récepteur : V = E + RI C
2
Avec E = -k E � �n
60

58/82
2
Donc V = -2 � �750 + 0,52 �33,5 = -140V
60

Solution :24 Exercice 15:MCC et charge

Pabs induit =UI Pem=Cem Pu

Pabs induct=UeIe

Pabs induct=UeIe PJ=RI² Pfer Pmec


Pcoll
1°) A vide Pu=0, la puissance consommée à vide correspond uniquement aux pertes collectives et aux pertes joules
à vide (le couple de perte est inconnu)
Donc PV =UVIV = 239x1,5=358,5 W
Et en faisant le bilan de puissances PV=PJV+Pcoll
Donc Pcoll = PV – PJV
Pcoll = U v I v - RI v2
Pcoll = 239 �1,5 - 1,3 �1,52 = 355, 6 W
On en déduit le couple de pertes

2°) a) U = E + RI
L’essai en génératrice permet de déterminer le coefficient k propre à un courant d’inducteur car il
donne la fem E pour une vitesse donnée.
Comme E = k �  , l’essai en génératrice à vide à lui aussi été effectué à 1500 tr/min donc dans les deux
cas le coefficient k est le même donc E=237 V
U = 237 + 1,3 �15 = 256,5 V
2°) b) Pabs induit = UI = 256,5 �15 = 3847 W
PJinduit = RI 2 = 1,3 �152 = 292,5 W
PJinducteur = Re I e2 = 440 �0,52 = 110 W
PColl = constantes = 355W
Pu = Pabs induit - PJinduit - Pcoll = 3847 - 292,5 - 355 = 3200 W
Pu 3200
Cu = = = 20, 4 Nm
 1500 �2
60
Pu Pu 3200
hmoteur = = = = 0,808
Pabs total Pabs induit + Pabs inducteur 3847 + 110
Le rendement du moteur est de 80,8 %
3°) a) Au démarrage =0, or E = k donc E=0 donc UD=RID. Si l’on fixe ID = 1,5 IN alors
U D = RI D = R �1,5 �I N = 1,3 �1,5 �15 = 29, 25V
La tension de démarrage ne doit pas dépasser UD=29,5 V
E 237
3°) b) K= = = 0,158 V.tr -1 × min
n 1500
K=0,158 V.tr-1.min
EI E 60
Cem = k I = = �I = K � �I
3°) c)  2 �n 2
60
60
CemN = 0,158 � �15 = 22, 6 Nm
2
59/82
Pour le courant nominal CemN = 22,6 Nm
2
3°) d) Comme E = k donc E = k �60 n donc E = K �
n
14 2 43
K
E U - RI U R
Donc n = = = - I
K K K K
Cem
60 I=
Comme Cem = k I = K � �I alors on peut remplacer I par 60
2 K�
2
Donc
U R U R Cem
n= - I= -
K K K K K �60
2
U R �2
� n= - 2 Cem
K K �60
U R �2 U 1,3 �2
n= - 2 Cem = - Cem
Soit K K �60 0,158 10,158 2
�60
42 43
5,45

U
n=-
{ 5, 45 �Cem +
Soit l’équation de la droite 0,158
a {
b
Pour les trois tensions proposées on calcule les valeurs de n pou C em=0 et Cem=CN=22,6 Nm
Par ces deux points passe la droite n=f(Ce)
U Cem=CN=22,6
n= - 5, 45 �Cem Cem=0 Cem=15 Nm
0,158 Nm
80
n= - 5, 45 �Cem
U=80 V donc 0,158 506 383 424
{
506

160
n= - 5, 45 �Cem
U=160 V donc 0,158 1012 889 930
{
1012

240
n= - 5, 45 �Cem
U=240 V donc 0,158 1518 1395 1436
{
1518

60/82
Solution :25 Exercice 16:MCC caractéristiques
I)1)a) U = E + RI = 237 + 0,8 �25 = 257 V
I)1)b) Pabs induit = U �I = 257 �25 = 6425W
Pabs inducteur = U e �I e = 220 �1,5 = 330W
Pj induit = R �I 2 = 0,8 �252 = 500 W
Pcoll = 0W
Pu = Pabs induit + Pabs inducteur - Pabs inducteur - Pj - Pj coll
induit
{
0

Pu = Pabs induit - Pj induit = 6425 - 500 = 5925 W

Pu 5925
Donc le rendement du moteur est de h= = = 87, 7%
Pabs induit + Pabs inducteur 6425 + 330
2 2
E = K = K �n � = K �n 2
I)2) E = k n or le cours nous donne 60 1 2 60 donc k = K 
3 60
k

60
Donc le couple Ce = K I = k I.
2
E� I k n �
I 60
Ce que l’on aurait pu aussi trouver en faisant Ce = = = k � � I
  2
Pour Ie=1,5 A on sait que E=237 V quand le moteur tourne à 1500 tr/min donc :
E 237
E = k n donc k = = tr -1 �
= 0,158 V � min
n 1500
60 60
Ce = k � �
Le couple nominal (lorsque l’induit consomme 25 A) est de I = 0,158 � � 25 = 37, 7 Nm
2 2
U -E
I)3) Dans un moteur à courant continu U = E + RI donc I = et comme E = k n
R
U - k n
On obtient donc I =
R
60
Ce = k  � � I
2
60 60 U - k n 60 1 60 k
Ce = k � � I = k � � = k � � � U - k � � n
donc 2 2 243R
R 142 1 422 4 3R
a b

60 1 60 k
a= k � � =1,88 et b= k � � =0,297
2 R 2 R
Ce = 1,88 �
U - 0, 297 �n
U=125 V Ce = 1,88 �125 - 0, 297 �n = 235 - 0, 297 �n
U=250 V Ce = 1,88 �250 - 0, 297 �n = 470 - 0, 297 �n
Pour tracer les courbes deux points sont nécessaires :
Par exemple pour le couple nominal quelle est la vitesse correspondante?
Et pour un couple nul quelle est la vitesse correspondante?
Si Ce=37,7 Nm Si Ce=0 Nm
U=125 V
Ce = 235 - 0, 297 �n 37, 7 - 235 0 - 235
n= = 664 tr/min n= = 791 tr/min
Ce - 235 -0, 297 -0, 297
n= =
-0, 297

61/82
U=250 V
Ce = 470 - 0, 297 �n 37, 7 - 470 0 - 470
n= = 1456 tr/min n= = 1582 tr/min
Ce - 470 -0, 297 -0, 297
n= =
-0, 297
Ce=235-0,297xn Ce=470-0,297xn

Ce=37,7; n=664 Ce=37,7; n=1455

Ce=4+(10-5)xn²

1582

Pour trouver le point de fonctionnement, on trace les diverses courbes et on regarde leur point d’intersection, ce
que l’on peut trouver en résolvant le système d’équations.
Ce = 235 - 0, 297 �n


Ce = 4 + 10 -5 �n 2

Donne en égalisant les Ce
235 - 0, 297 �n = 4 + 10 -5 �n 2
-5
1 2 -34 = 10 �n + 0, 297 �n
2
235
231
On fait ainsi apparaître une équation du deuxième ordre dont on peut déterminer les racines.
-5
- 2 3�n -
110
2
43�n + 231
0,2297
14 { =0
a b c

 = b 2 - 4ac = 0, 297 2 - 4 ( -10-5 ) �231 = 0, 097

-b � b 2 - 4ac
n=
2a
+0, 297 � 0, 097 � n = -30458
n= = �1
2 �( -10 )
-5
�n2 = 758, 4
�n1 = 758
donc �
�n2 = -30460
Et en procédant de même pour le deuxième système d’équation
Ce = 470 - 0, 297 �n
� �n1 = 1494
� donne �

-5
Ce = 4 + 10 �n 2
�n2 = -31190

62/82
Solution :26 Exercice 17:MCC Levage
1°) Normalement E = k ( ie )  avec k ( ie ) en V/(rad/s) ou V.rad-1.s et dans ce cas Tem = k ( ie ) I donc
60 2 2
k{ = k ( ie ) � � k ( ie ) = k  � = 0,5 � = 0, 052
V .tr -1 �
min
12 3 2 60 60
-1
V.rad .s

2
Donc Tem = �k  �I = 0, 052 �I
60
2°)a) La charge de 10 kN est élevée à 1 m/s donc Pméca =‫״‬F=�
v = 10 103 1 10 kW et on retrouve intégralement
103
10 �
Pem = 10 kW = Cem �
 � Cem =
la puissance sur l’arbre moteur donc 2
1000 �
60

Solution :27 Exercice 4:MCC série


1°) a) C em = k( I s ) I
E = k( I s ) 
Le tableau nous renseigne sur la fem si on tourne à nN=1000 tr/min et si IS=22,6 A

Or on ne connaît pas la vitesse de rotation de notre moteur


E = U - ( RS + R ) �I = 400 - ( 1 + 0, 6 ) �22,6 = 363,8V
L’essai à vide nous dit que pour
nN=1000 tr/min et si IS=22,6A on a E=335 V
Donc dans le cas de l’exercice
n= ??? et IS=22,6A on a E=363,8 V

 Comme la fem E est proportionnelle IS et à n ( E = k( )  )


Is donnée

E 335
k( I s = 22,6) = = = 3,19
 1000 �2
60
Donc dans le cas de l’exercice
E
k( I s =22,6) = = 3,19

E 363,8
= = = 114, 04 rad / s
k( I s =22,6 ) 3,19
� n = 1089 tr / min
363,8 �1000
 Ou en utilisant directement la proportionnalité n= = 1086 tr/min
335
Le couple électromagnétique est donné par C em = k( I s = 22,6) I

63/82
C em = 3,19 �22, 6 = 72,1 Nm
b) Au démarrage =0 donc E=0
Donc on applique la loi des mailles aux trois résistances :
U d = ( R + RS + RD ) �I d
Ud
� RD = - ( R + RS )
Id
400
� RD = - ( 1 + 0, 6 )
45
� RD = 7, 28 
Le couple au démarrage C em = k( I s = 45) I

Il nous faut déterminer k( I s = 45) que l’on peut trouver grâce à l’essai à vide
E 429
k( I s = 45) = = = 4,1
 1000 �2
60
Donc C emd = k( I s =45) I s = 4,1�45 = 184,5 Nm
La fréquence de rotation atteinte lorsque l’intensité descend à IS=27A
E 357
= k( I s = 27 ) =
= 3, 41
On détermine k pour IS =27 A :  1000 �2
60
La fem est donnée par U n = E + ( R + RS + RD ) �I donc
E = U n - ( R + RS + RD ) �I
E = 400 - ( 1 + 0, 6 + 7,3) �27 = 160 V
E 160
Donc = = = 46,9 rad / s soit 448 tr/min
k( I s = 27 ) 3, 41
2°)
c) Dans la question 1)a) la vitesse était de 1089 tr/min et le courant était de 22,6 A
Donc IS0= 22,6 A et n0=1089 tr/min
On est en excitation séparée donc
U 0 = E + R �I
E 335
k( I S = 22,6) =
= = 3,19
La fem E = k( I S = 22,6 )  or  1000 �2
60
2
Dans notre cas E = k( I S = 22,6 )  = 3,19 �1089 � = 363,8V
60
Donc U 0 = E + R �I = 363,8 + 1�2, 2 = 365,9
P = PJo + Pfm + Pu
Donc le bilan des puissances à vide donne abso {
0 àvide

Pfm = Pabso - PJo


Pfm = U 0 I 0 - RI 02
Pfm = 365,9 �2, 2 - 1�2, 22 = 800 W
Les pertes collectives valent 800 W
donc
 les pertes fer valent 400 W sous une tension de 365,9 V
 les pertes mécaniques valent 400W pour une vitesse de 1089 tr /min
d) le couple utile

64/82
Pu Pabs - PJ - Pcoll
Cu = =
 
U �I S - ( R + RS ) �I S2 - Pfm
Cu =

400 �22, 6 - ( 1 + 0,6 ) �22, 6 2 - 800
Cu = = 65 Nm
2
1089 �
60
Le rendement est donné par
2
65 �1089 �
P 60 = 82 %
h= u =
Pabs 400 �22, 6
E 383
k( I S =33,2) = = = 3, 65
3°) Si IS=33,2 A alors  1000 �2
60
c) Si on est à 1000 tr/min avec IS=33,2 alors E=383 V
Donc il faut alimenter à
U = E + ( R + RS ) �I S = 383 + ( 1 + 0, 6 ) �33, 2 = 436,1 V
Donc U = 436,1 V
Si l’on ne peut pas dépasser 400 V, il faut diminuer le flux dans l’inducteur en mettant une résistance
en parallèle sur l’inducteur ainsi :
E
Comme = k ] , E variant peu,  augmentera
k( I S ) , si ( I S )
d) Mise en parallèle d’une résistance sur l’inducteur, courant dans l’induit maintenu à 33,2 A
RS//R1 et R sont parcourus par le courant IS
On peut donc déterminer la fém E
� R �R �
U = E + �R + S 1 � �I
� RS + R1 �
� R �R �
E = U - �R + S 1 � �I
� RS + R1 �
� 0, 6 �2, 61 �
E = 400 - �
1+ �33, 2 = 350, 6

� 0, 6 + 2, 61 �
On peut déterminer le courant parcourant l’inducteur
On applique le diviseur de courant
G
IS = I � S
GS + G1
1
RS
IS = I �
1 1
+
RS R1
1
0, 6
I S = 33, 2 � = 27 A
1 1
+
0, 6 2, 61
E 357
k( I S = 27 ) = = = 3, 41
On a donc IS=27 A donc  1000 �2
60

65/82
E 350, 6
Donc = = = 102,8 rad / s
k( I S = 27 ) 3, 41
Soit n=981 tr/min

Solution :28 Exercice 18:MCC séparé cycle de fonctionnement


I) Détermination des paramètres
1°) Des deux équations suivantes on tire la constante K
� E
�K =
� 

�E = U - R �
I
A l’aide des données de l’essai à vide on détermine
Uv - R �
I v 143 - 1, 2 �0,9
K= = = 0,9
v 157
Donc K = 0, 9
2°) Des deux équations suivantes on tire la constante K
E = K
P E� I K �
I
Ce = em = = =K�
I
  
� Ce = K �I
A vide : Ce = C p donc Ce = C p = K �
I v = 0,9 �0,9 = 0,81 Nm
Donc le couple de pertes considéré constant vaut C p = 0,81 Nm
En charge : Ce = Cr = K �
I = 0,9 �16 = 14, 46 Nm
Donc le couple résistant en charge vaut Cr = 14, 46 Nm
3°) La relation fondamentale de la dynamique nous donne
d
J = Ce - Cr
dt
C - Cr
J= e
Donc d
dt
Lors de la mise en vitesse,
Le courant est de 25 A donc Ce = K �
I = 0,9 �25 = 22,5 Nm
Le couple résistant est constant et vaut 14,46 Nm
L’accélération lors de la mise en vitesse est telle que l’on passe de 0 à 126 rad/s en 4,8 s
Donc le moment d’inertie est de
22, 5 - 14, 46
J= = 0,31 kg �
m2
126 - 0
4,8 - 0

II) Etude du cycle de fonctionnement


1°)
d Δt1 pour t  [0,t1] Δt2 pour t  [t1,t2] Δt3 pour t  [t2,t3]
J = Ce - Cr
dt

66/82
d 140 - 0 140 - 140 0 - 140
Ce = J + Cr Ce = 0,31 + 14, 46 Ce = 0,31 + 14, 46 Ce = 0,31 + 14, 46
dt 6-0 22 - 6 24 - 22
Ce Ce = 21, 7 Nm Ce = 14, 46 Nm Ce = -7, 24 Nm
I=
K
Ce 21, 7 Ce 14, 46 Ce -7, 24
I= = I= = I= =
K 0,9 K 0,9 K 0,9
I = 24,1 A I = 16, 06 A I = -8, 04 A
Moteur
Pem = Ce �
>0
Moteur Moteur Génératrice
Génératrice
Pem = Ce �
<0

A l’instant initial et final: pas de vitesse donc E=0


A t=0 : =0 rad/s donc E=0 donc U i = R �
I i = 1, 2 �24,1 = 28,92 V
A t=t1- : =140 rad/s donc E=126 V et l’on est toujours en phase d’accélération donc I=24,1 A
U = E + R�
I = 126 + 1,
14 2� 43 = 154,9 V
224,1
donc
28,9

A t=t1+ : =140 rad/s donc E=126 V et l’on est à vitesse constante donc I= 16,06 Adonc
U = E + R�
I = 126 + 1,
124� 43 = 145, 2 V
216,06
19,2

A t=t2- : =140 rad/s donc E=126 V et l’on est toujours à vitesse constante donc I= 16,06 Adonc
U = E + R�
I = 126 + 19, 2 = 145, 2 V
A t=t2+ : =140 rad/s donc E=126 V et l’on passe en phase de décélération donc I= -8,04 A
U = E + R�
I = 126 - 1,
14 2� 04 = 116, 4 V
28,43
9,6

I f = 1, 2 �( -8, 04 ) = -9, 64 V
A t=t3 : E=0 , fin de la décélération donc U i = R �
2°) Des deux équations suivantes on tire la constante K

3°) Lorsque la vitesse est constante


les pertes collectives sont Pcoll = C p �
 = 0,81�140 = 113, 4 W
les pertes Joules valent PJ = 1, 2 �16 = 307, 2 W
2

la puissance absorbée sera alors Pa = 145, 2 �16 = 2323,3W


Et une puissance utile Pu = Pa - Ppertes = 2323,3 - 307, 2 - 113, 4 = 1902, 6 W
Pu
Le couple utile vaut donc Tu = = 13,59 Nm

Pu 1902
Et le rendement de l’induit vaut hinduit = = = 0,819
Pa 2323
Pu 1902
Celui du moteur (intégrant les pertes dans l’excitation) vaut h= = = 0, 75
Pa 2323 + 200

67/82
Solution :29 Exercice 4:MCC transitoire démarrage
1°) P0 = C p 
P0 22
donc Cp = = 10-2 Nm
= 6,98 �
 315

d
2°) Lors du ralentissement la vitesse est régie par la relation fondamentale de la dynamique : J = Cmot - Cr
dt
A vide le couple résistant est équivalent au couple de pertes 10-2 Nm
C p = 6,98 �

A vide induit ouvert, le couple moteur vaut Cem = k {I = 0 (induit ouvert)


0

d
J = Cmot - Cr donc -6,98 �10-2
Donc il nous reste { { J = 10-4 kg.m²
= 2,32 �
{dt 0 6,98�10-2 - 300
-300
E� i
3°) Le couple électromagnétique Cem = k i == KE �
i

u-E
Et comme dans un MCC u = E + Ri donc i =
R
u-E
Donc j’obtiens en remplaçant i dans Cem : Cem = K E �
R
68/82
u - KE �
 u K2
Puis en remplaçant E par K E  on obtient : Cem = K E � ou Cem = K E � - E �

R R R
d
4°) J = Ce - C p
dt
u-E U N 60
5°) a) Au démarrage =0 donc E=O et comme i= alors idémarrage = = = 40 A ce qui bien inférieur
R R 1,5
aux 50 A max préconisés par le constructeur
d u K2
5°) b) On regroupe J = Ce - C p et Cem = K E � - E �
 pour faire apparaître l’équation différentielle
dt R R
d
m +  = 0
dt
d u K2
Donc on obtient J = KE � - E �
 - Cp
dt R R
On rassemble d’un côté les variables et de l’autre les constantes
d  K E2 u
J +  = KE � - Cp

dt R R
K E2
On souhaite avoir un coefficient 1 devant  donc il faut tout diviser par
R
d  K E2 u
J KE � - Cp
dt + R � = R
2 2
KE KE K E2
R R R
d u
J K � - Cp
dt +  = E R
Donc
K E2 K E2
R R
JR d  u CpR
� + = -
Soit K E dt
2
K E K E2
{ 1 4 2 43
m 0
-4
‫ ״‬1,5
JR 2,32 10
m = 2
= = 0, 013 s
KE 0,1632
u CpR 60 ‫ ״‬-2 1,5
6,98 10
0 = - 2 = - = 364 rad/s
KE KE 0,163 0,1632
� - tm �
5°) c) L’équation de (t ) =  0 �
1- e �
� �
5°) d) Le temps t0 au bout duquel Ω est égal à 95% de Ω0 est tel que t0=3 soit t0=0,039s
6°) a) Si I imposé Cem = KE I imposé
d
J = KE �I - Cp
dt
d KE � I - Cp
Donc =
dt J
KE � I - Cp
Donc (t ) = �t + (0)
J
Et comme à t=0 (0) = 0
�K � I - Cp �
(t ) = � E ��t
� J �

69/82
6°) b) le temps t1 au bout duquel Ω atteint la valeur Ω0 définie au 5)b) soit 364 rad/s est
�K � I - Cp �
(t ) = 364 = � E �t

� J �
364 364
t= = = 0, 089 s
Donc �K E �I - C p � 0,163 �6, 2 - 6,98 �
10-2
� � 2,32 �10-4
� J �

Solution :30 Exercice 24: BTS 1995 Etk Métro : MCC à aimants permanents, tension démarrage (Solution :
30)
.19 La puissance électromagnétique est Pem = Cem �
 = E�
I (I : courant d’induit)
En remplaçant E par son expression en fonction de la vitesse :
Pem = Cem �
 = {E �
I =k�
�I

k�

Cem � = k � �
I
Cem = k �
I
.20 U = E + R� I soit U = k �
+ R� I
.a Si n=0 donc =0 alors U = 0,3 �0 + 4 �4 = 16 V

.b Si n=50 tr/s donc =50x2 alors U = 0,3 �50 �2 + 4 �4 = 110 V


.21 CR = 80 Nm
d d
.a J = Cem - CR et comme en régime permanent = 0 donc Cem - CR = 0
dt dt
donc Cem = CR
.b U = E + RI
et E =k�

CR
et Cem = CR = k �
I donc I =
k
CR
Donc U =k�
+ R
k
CR U C
 =U - R
soit k � donc  = - R 2R
k k k
.c Pour le démarrage il faut lutter contre le couple résistant CR.
CR 0,8
Comme I , au démarrage I d =
Cem = CR = k � = = 2, 66 A
k 0,3
La tension de démarrage (vitesse nulle donc E = k � = 0 ) est donc
U d = {E + RI d = 0 + 4 �2, 66 = 10, 6 V
0

La tension de démarrage est donc de 10,6 V

.22 U d max = RI d = R �1, 25 �


I n = 4 �1, 25 �4 = 20 V
Si l’on ne veut pas dépasser 1,25 In on ne doit pas dépasser 20 V
U n 110
Si on applique la tension nominale, le courant de démarrage sera de Id = = = 27,5 A soit 7 fois le
R 4
courant nominal.

70/82
Solution :31 Exercice 2:MCC à aimants permanents, régime transitoire

Solution :32 Exercice 5:MCC série


{ �
E =k�  = k ���
a I 
.23
a�
I

E U - ( Rexcitation + Rinduit ) �I 500 - ( 0,1 + 0,3 ) �100


a=
k� = = rad -1 �
= 0, 049 V � s
.24 I� I�  2 
100 �900 �
60
.25 Tem = k ���
a I I = 0, 049 � I = 0, 049 �
2
100 = 490 Nm
2

.26 a) Comme le couple est proportionnel au carré du courant si le couple est divisé par 4
le courant est alors divisé par 2 soit I=50 A
E U - ( Rexcitation + Rinduit ) �
I 500 - ( 0,1 + 0,3) �
50
b) = = = = 196 � s -1 soit 1872 tr/min
rad �
k ��
a I I�  0, 049 �50

71/82
Solution :33 Exercice 3:BTS 1998 Métro MCC séparée Etude de différents modes de
commande d'une machine à courant continu

72/82
73/82
74/82
Solution :34 Exercice 19:Ventilateur automobile (Solution :34)

Solution :35 Exercice 6:Asservissement de vitesse d'un moteur à courant continu


(Solution :35)

Solution :36 Exercice 20: MCC réversibilité (Solution :22)

75/82
Solution :37 Exercice 21:Courbe de MCC et point de fonctionnement MCC

1°) a) U = E + R�
I
E 115
Et E = k = Kn avec K = = = 0,120 V×tr -1×min
n 958

76/82
Donc U = Kn + R �
I
K� n =U - R� I
U - R�I
n=
K
U R
Soit n = - � I
K K
En remplaçant par Un=120 V et R=0,1
120 0,1
n= - �
I
0,120 0,120
Donc n = 1000 - 0,833 �
I

Tem = k I
1°) b)
E = k
E 115
k = = = 1,146 V×rad -1×s
 958 �2
60

Donc Tem = 1,146 �I

Tem = k I
ou Temn 57,3
k = = = 1,146
In 50

d
2°) b) à l’équilibre, donc à vitesse stabilisée J = Tem - Tr = 0 donc Tem=Tr
dt
Tem = Tr
Ce point correspond au point de fonctionnement de la MCC sur la charge.
La caractéristique de la MCC est n = 1000 - 0,833 �I
La caractéristique de la charge est Tr = 0, 065 �n
Je cherche d’abord à avoir les mêmes variables
Tem = Tr
1,146 �I = 0, 065 �n
1,146
Soit n = I = 17, 63 �I
0, 065
Donc j’ai un système d’équations
�n = 1000 - 0,833 �
I

�n = 17, 63 �I
Il me suffit de remplacer I dans l’expression de n :
n = 1000 - 0,833 �
I
n
Donc n = 1000 - 0,833 �
17, 63
On factorise les n

77/82
n
n + 0,833 � = 1000
17, 63
� 0,833 �
n�1+ �= 1000
� 17, 63 �
1000
n= = 955 tr/min
� 0,833 �
�1+ �
� 17, 63 �
Et
n = 17, 63 �I
n 955
�I = = = 54,16 A
17, 63 17, 63
Donc
Tem = 1,146 �I = 1,146 �54,16 = 62 Nm
E = Kn = 0,120 �955 = 114 V

Solution :38 Exercice 5:Régimes transitoires d'un moteur à flux constant

78/82
79/82
Solution :39 Exercice 6: : Conception d’un moteur

Solution :40 Exercice 25: : BTS 1995 Etk Nouméa (Solution :40)
1.1. Le couple de frottement mécanique est donné par
2
T p =+T�
f =
K d�+ 2, 6 10-2 1, 43 10-4
=�‫״‬ 3000 0, 071 Nm
60
Où Tf est le couple de frottement sec et Kd un coefficient de frottement visqueux (lié à la vitesse)
T p = 0, 071 Nm
Le moteur doit fournir l’énergie des pertes mécaniques
2
Pm = Tp �
 = 0, 071� �3000 = 22,3 W
60
Le moteur absorbe
Pa = U �
I = 65 �8 = 520 W
La puissance utile est la puissance absorbée moins les pertes (méca et joules)
Pu = Pa - Pm - PJ
Pu = Pa - Pm - R �I 2
Pu = 520 - 22,3 - 1,5
1 2�38 = 401, 7 W
2

96

80/82
Donc Pu = 401, 7 W
Pu 401, 7
h= = = 0, 77 soit 77% soit un rendement de 77%
Pa 520
1.2. La constante k liant E à  est donnée par
K 
E={
k
Or E est donné par la loi d’Ohm
E = U - RI = 65 - 1,5 �8 = 53V
E 53
k= = = 0,168 V×rad -1×s
 3000 �2
60
Donc k = 0,168 V×rad ×s
-1

Tem = {K I car le flux dans l’inducteur est constant (aimant permanent)
k
1.3. On cherche les valeurs prises à vide :
Lorsqu’on est à vide le couple électromagnétique lutte uniquement contre les frottements :
K I v = Tp +Tu = T f + K d v
Tem = {
{
k 0:à vide

Donc
T f + K d v
Iv = : cette équation dépend de v que l’on ne connaît pas
k
On peut écrire une autre équation E = K
E U - RI v
v = =
K
{ K
{
k k

On se retrouve avec 2 équations 2 inconnues


� U - RI v
�v =
� k

�I = T f + K d  v
�v k
On fait passer k de l’autre côté dans la première équation
� T + K d v
� U -R f
�v = k
� k
� T f + K d v
�I v =
� k
on ne travaille maintenant que sur la première équation qui ne comporte qu’une inconnue
T f + K d v
k v = U - R
k
RT f
RK d  v
k v = U - -
k k
On rassemble les v afin de les factoriser
RK d  v RT f
k v + =U -
k k
Factorisons
� RK d � RT f
v �k+ �= U -
� k � k

81/82
RT f 1,5 �2, 6 �10-2
U- 65 -
k = 0,168
Donc  v = = 382, 6 rad/s
� RK d � 10-4
1,5 �1, 43 �
�k+ 0,168 +
� k � � 0,168
T f + K d v 2, 6 ‫״‬10+�-2
1, 43 10-4 382, 6
On en déduit I v = = = 0, 48 A
k 0,168
A vide le moteur tourne à 382,6 rad/s soit 3660 tr/min et consomme 0,48 A
d
1.4.1. La relation fondamentale de la dynamique est = Tem - TR avec TR = T f + K d  v
J
dt
U -E U - k
1.4.2. L’expression du couple est donnée par Tem = kI = k =k
R R
1.4.3. L’équation différentielle est donnée en combinant les deux équations
d U - k
J =k - ( Tf + Kd  )
dt R
d
1.4.4. On met cette expression sous la forme demandée a + =b
dt
d U - k
J =k - ( Tf + Kd  )
dt R
On va rassembler les termes en 
d  kU k 2
J = -  - Tf - Kd 
dt R R
d  �k 2 � kU
puis on factorise J + � + Kd �
= - Tf
dt �R � R
�k 2 �
On s’aperçoit que le coefficient devant  est 1 donc pour cela il faut tout diviser par � + Kd �
�R �
kU
- Tf
J d R
+  =
�k 2 �dt �k 2 �
� + Kd � � + Kd �
�R
1 4 2 43� �R
1 4 2 43�
a b

� J 2,35 �10-4
�a = ¨= = 0, 012s
� � k2 � 0,1682 -4
+ Kd � + 1, 43 �10
� � �R � 1,5

Donc � kU 0,168 �65
� - Tf 10-2
- 2, 6 �
1,5
�b = R2 = = 382, 6 rad/s
� �k � 0,1682 -4
+ 1, 43 �
� �R + K d �
10
� � � 1,5
d
Donc 0, 012 +  = 380
dt
La constante de temps est  m = 0, 012 s
Et la vitesse finale est  vf = 380

82/82