Vous êtes sur la page 1sur 11

Règles de calcul sur les puissances

† Elévation d'un nombre A à la ppuissance n :


A hit t
Architecture des
d ordinateurs
di t † f(n) = An = A × A × … × A
„ (n-1) multiplications pour n ≥ 2
„ f(1) = A
3 – Système de numération de position „ f(0) = 1
† Ax × Ay = Ax + y
† (Ax)y = Ax × y
Philippe Darche
IUT Paris Descartes † A x = A x-y avec, en particulier, 1 = A -x
y
A Ax
Philippe Darche 2 IUT Paris Descartes

Format d’un nombre Notation indicielle


† Format n d’un nombre † Format n chiffres
= nombre n de chiffres (digit) composant ce mot † Nombre A exprimée dans une base B
† En base 2, le chiffre se nomme le bit, „ A = (an-1 an-2 • • • a1 a0)B
contraction de binary digit (chiffre binaire) † Base sous-entendue
„ A = an-1 an-2 • • • a1 a0
† 2n valeurs disponibles
„ exemple: A = 1023 (base 10 implicite)
„ p : n = 8 ⇒ 256 valeurs p
exemple possibles b7 b6 b0
† a3 = 1
† Notion importante car la largeur de stockage dans un † a2 = 0
ordinateur est finie † a1 = 2
† a0 = 3
„ notion associée : le dépassement de capacité
Philippe Darche 3 IUT Paris Descartes Philippe Darche 4 IUT Paris Descartes

1
Système de numération Type de numération
† Le problème
p † Numération figurée
„ comment représenter une quantité „ un objet = un nombre
„ exemples : os, cordelette à nœuds, etc.
† (Système de) Numération
† Numération parlée
„ abstraction pour représenter une quantité „ un nom = un nombre
„ méthode de représentation d'un nombre „ exemples : un, deux, etc.
„ types † Numération écrite
† figurée „ utilise des symboles (écriture) pour représenter la quantité
† parlée † le chiffre
† écrite „ à ce système est associé un ensemble d’opérations
Philippe Darche 5 IUT Paris Descartes Philippe Darche 6 IUT Paris Descartes

Aspects complémentaires du nombre Système de numération écrite


† Fonction cardinale † Numération additive
„ évaluation de la quantité „ la valeur du nombre est égale à la somme des valeurs
„ exemple : le mois de janvier a 31 jours de chaque chiffre
† Fonction ordinale † Numération de position
„ notion de succession des nombres (ordre) „ la valeur du chiffre dépend de sa position dans l’écriture
„ exemple : le 31 janvier = le 31ème jour du mois d nombre
du b
„ notion de base de numération

Philippe Darche 7 IUT Paris Descartes Philippe Darche 8 IUT Paris Descartes

2
Observation d’un nombre en base 10 ! Base de numération B
† Par exemple
p : prenons
p 123 † B symboles
y de 0 à 9 puis
p A,, B,, etc.
„ deux notions transparaissent : (par convention)
† le concept de base „ d'où ai < B
† le concept de poids „ les bases usuelles : les bases décimale (dix), hexadécimale
(16), octale (8) et binaire (2)
† Utili ti d'une
Utilisation d' base
b dans
d un système
tè ded numération
é ti
„ système de numération de position

Philippe Darche 9 IUT Paris Descartes Philippe Darche 10 IUT Paris Descartes

La base 10, notre référence Poids d’un chiffre


† Référence aux doigts
g des deux mains † Bi = p
poids du chiffre a de rangg ou position
p i
† Représentation « naturelle » des nombres † Reprenons notre nombre
† Mais difficile à implémenter
„ dix états physiques, donc 10 niveaux de détection
† à interpréter
† à mémoriser
† à transmettre
„ un exemple : l’ENIAC
Philippe Darche 11 IUT Paris Descartes Philippe Darche 12 IUT Paris Descartes

3
Quelques puissances de 2
Le même nombre dans une autre base
positives et négatives
† Laquelle
q ?

Philippe Darche 13 IUT Paris Descartes Philippe Darche 14 IUT Paris Descartes

Décomposition d'un nombre A


Exemples
dans la base B
† Somme p
pondérée de ces chiffres † Base 2 ou base binaire
„ A2 = 1101
n -1
A = a n -1 × B n -1
+ a n -2 × B n -2 1 0
+ …+ a 1 × B + a 0 × B = ∑ (a
i =0
i ×B i
) „ A10 = 1 × 20 + 0 × 21 + 1 × 22 + 1 × 23 = 13
† Base 10 ou base décimale
† Système de numération simple de position „ A = 324 = 4 × 100 + 2 × 101 + 3 × 102
= 4 + 20 + 300

Philippe Darche 15 IUT Paris Descartes Philippe Darche 16 IUT Paris Descartes

4
Correspondance
Un contre-exemple
entre quelques bases classiques
† Le système
y de numération additif
„ un exemple : le système de numération romain
† les chiffres romains : I, V, X, L, C, D et M
† pour représenter respectivement les valeurs 1, 5, 10, 50, 100,
500 et 1000
„ exemples:
p
† XIII = 13
† XXIV = 24

Philippe Darche 17 IUT Paris Descartes Philippe Darche 18 IUT Paris Descartes

La base optimale La base optimale


† Quelle est la base qui permet de stocker une étendue de † Réponse
p : la base e
valeurs dans un minimum de place ? „ arrondie Æ la base 2 ou 3
† Le produit base ⫻ format représente le coût du matériel
„ ex. : soit à représenter 999 999.
Le format n minimum nécessaire est :
† base 10 Æ n = 6
† base 2 Æ n = 20
† base 3 Æ n = 13
† Minimisation de cette fonction de coût
= minimisation du matériel
[Hayes 01]
Philippe Darche 19 IUT Paris Descartes Philippe Darche 20 IUT Paris Descartes

5
Implémentation de la base ternaire Un peu de vocabulaire
† Trois symboles † Représentation
p interne du nombre A = A6FCh
„ 0,1 et 2
„ -1, 0 et +1 (équilibrée – balanced ternary) ⇒ format n = 16 bits
† Unités : trit et tryte (ternary digit et byte à 3 bits !)
† Quelques machines
„ les machines à calculer de Thomas Fowler (1840)
„ la série des Setun (1958) en URSS
† Trop complexe à implémenter malgré de grands supporters
„ « The .. simple arithmetic of this number system will prove to be
quite important some day when the "flip-flop" is replaced by a "flip-
flap-flop" » [Knuth 69]
Philippe Darche 21 IUT Paris Descartes Philippe Darche 22 IUT Paris Descartes

Un peu de vocabulaire (suite) Conversion d'un nombre entier naturel


† MSb : Most Significant bit † Schéma ggénéral de conversion
„ le bit le plus significatif (i.e. de poids le plus fort)
† LSb : Least Significant bit décomposition de A
„ le bit le moins significatif (i.e. de poids le plus faible)
B ⫽ B'
÷B dans la base B'
† MSB : Most Significant Byte
base pivot
„ l’octet le plus significatif base B base B'
((base 10))
† LSB : Least
L Si
Significant
ifi B
Byte
décomposition de A ÷ B'
„ l’octet le moins significatif
† Par extension, MSD et LSD (D pour Digit) dans la base B

Philippe Darche 23 IUT Paris Descartes Philippe Darche 24 IUT Paris Descartes

6
Méthode par divisions entières successives Méthode par divisions entières successives
† Passage
g base 10 à base qquelconque
q † Diviseur implicite,
p pour
p simplifier
p l’écriture
† Condition d’arrêt : un quotient devenant décimal (Q < D) † Un exemple (B = 2)
† Un premier exemple „ 8710 = 10101112 LSb

168 5 „ ne pas oublier le dernier quotient


„ 16810 = 11335 87 1
18 33 5 43 1
LSD 3 21 1
3 6 5 10 0 restes
sens de lecture
et donc d
d'écriture
écriture du nombre
1 1 MSD
5 1
2 0
1

MSb
! dernier reste

Philippe Darche 25 IUT Paris Descartes Philippe Darche 26 IUT Paris Descartes

Autre méthode Conversion inverse


† Recherche des p
poids dans le nombre † i.e. d’une base qquelconque
q à la base 10
„ plus particulièrement adaptée à la base 2
† le nombre est vu comme une somme de puissance de 2
† Formule de décomposition du nombre
dans sa base initiale
† Voir exemples du transparent 10

Philippe Darche 27 IUT Paris Descartes Philippe Darche 28 IUT Paris Descartes

7
Méthodes particulières Méthodes par éclatement de chiffres
† Par regroupement
g p ou par
p éclatement † Condition : B’ = Bm

Philippe Darche 29 IUT Paris Descartes Philippe Darche 30 IUT Paris Descartes

Exemple : passage base 8 Æ base 2 Méthodes par regroupement de chiffres


† Constat : 8 = 23 † Condition : B’ = Bm
⇒ Conversion de chaque chiffre dans la base 2 au format n
= 3 chiffres
† Exemple: (761)8 = (111 110 001)2

Philippe Darche 31 IUT Paris Descartes Philippe Darche 32 IUT Paris Descartes

8
Exemple : passage base 2 Æ base 16 Tableau de conversion !
† Constat : 16 = 24 † Limitation ppar la taille de la table
⇒ Regroupement par paquet de 4 bits et conversion de † Par contre, utile pour les deux
chaque paquet en son équivalent hexadécimal
méthodes précédentes
† Exemple : (1011001110)2 = (2CE)16
† Exemple :
„ table pour les bases 10, 2 et 16
0010 1100 1110

2 C E

Philippe Darche 33 IUT Paris Descartes Philippe Darche 34 IUT Paris Descartes

Le schéma de Horner Le schéma de Horner


† Partie entière † Exemple

A e = ((K ((a n -1 × B + a n -2 )× B + a n -3 )× B + K)× B + a 1 )× B + a 0

† Partie fractionnaire
A f = ((K ((a -f / B + a -f +1 ) / B + a -f + 2 ) / B + K) / B + a -1 ) / B
† Pour une partie fractionnaire, ordre inverse
et ÷ à la place de ⫻
Philippe Darche 35 IUT Paris Descartes Philippe Darche 36 IUT Paris Descartes

9
Les compléments à la base Exemples (format n = 3)
† Utilisés en p
particulier pour
p les représentations
p entières † Le complément
p vrai,, à la base B ou à Bn
signées „ base 10, A = 010 ⇒ A 10 = 990
† La notion de format n intervient „ base 2, A = 111 ⇒ A 2 = 001
† Le complément vrai, à la base B ou à Bn
† Le complément restreint, diminué ou à B-1
 B = Bn − A B „ base 10, A = 210 ⇒ A 10 = 789
† Le complément restreint, diminué ou à B-1 „ base 2, A = 101 ⇒ A 2 = 010

A B = (Bn − 1) − A B
Philippe Darche 37 IUT Paris Descartes Philippe Darche 38 IUT Paris Descartes

Compléments en base binaire Conclusions


† Complément
p à la base diminuée ((ou restreint)) † Le format de travail n est important
p car il détermine
„ calcul de A : l’étendue des valeurs numériques en machine
† complémentation de tous les bits (0 Æ 1 et 1 Æ 0) † Le choix de la base 2 pour représenter un nombre en
† Complément à la base ou vrai machine n’est pas forcément un mauvais choix !
 = A + 1
A † La notion de compléments permet de représenter les
nombres négatifs et donc de réaliser des additions
† Opérations symétriques algébriques
ˆˆ
A = A et A =A
Philippe Darche 39 IUT Paris Descartes Philippe Darche 40 IUT Paris Descartes

10
Bibliographie
† [
[Buchholz 62]] : "Planningg a Computer
p System
y -
Project Stretch". Edited by Werner Buchholz.
McGraw-Hill Book Company 1962.
† [Hayes 01] : Brian Hayes : "Third Base".
Computing Science. American Scientist, Vol. 89,
N° 6,
6 pp. 490-494.
490 494 N November–December
b D b 2001
2001.

IUT Paris Descartes

11