Vous êtes sur la page 1sur 44

i

REMERCIEMENTS
En premier lieu, nous remercions DIEU tout puissant de nous avoir procuré santé,
force, savoir, et les armes nécessaires pour l’accomplissement de ce présent mémoire.

Nous tenons également à exprimer nos profondes gratitudes à :

 Monsieur RAMANOELINA Panja Armand René, Professeur Titulaire, Président de


l’Université d’Antananarivo, qui assure le bon fonctionnement de notre prestigieuse
université.
 Monsieur RAKOTO David Olivaniaina, Maître de Conférences, Doyen de la Faculté de Droit,
d’Economie, de Gestion et de Sociologie qui nous a donné l’opportunité d’être parmi les
étudiants de sa faculté.
 Madame RANDRIAMBOLOLONDRABARY Corinne, Maitre de Conférences, Chef du
Département GESTION; de nous avoir accompagné tout au long de cette recherche, et de
nous avoir donné ses précieux conseils.
 Madame ANDRIANALY Saholiarimanana, Professeur Titulaire, Directeur du Centre
d’Etudes et de Recherches en Gestion (CERG): notre encadreur pédagogique, pour son
dévouement, sa patience et sa persévérance pour le suivi de notre travail.
 Monsieur ANDRIAMASINANDRIATSILEFY ROMÉO , Enseignant Chercheur, notre
encadreur, pour son aide ainsi que ses précieux conseils qui nous a permis de réaliser ce
mémoire.
 Les responsables du service personnel ainsi que les personnels de SIB de nous avoir accueillis
dans leur équipe et de nous avoir procuré toutes les informations nécessaires pour ce
mémoire.
 Le professeur qui préside notre soutenance de mémoire et les membres du jury qui ont bien
voulu accepter de juger notre travail,
 Sans oublier nos très chers parents, notre famille, nos amis, nos proches et tous ceux qui ont
participé de près ou de loin pour leurs soutiens et leurs dévouements.
ii

SOMMAIRE
REMERCIEMENTS

SOMMAIRE

LISTE DES TABLEAUX

LISTE DES ABREVIATIONS

INTRODUCTION

PARTIE I : MATERIELS ET METHODES

Section 1 : MATERIELS ---------------------------------------------------------------------4

Section 2 : METHODES ---------------------------------------------------------------------13

Section 3 : LIMITES DE L’ETUDE ET DIFFICULTES RENCONTRES -----------16

PARTIE II : RESULTATS

Section 1 : ANALYSE DE LA GESTION DE STOCK ---------------------------------18

Section 2 : LA MAITRISE DE L’ENTREE ET DE LA SORTIE ---------------------21

PARTIE III : DISCUSSION ET RECOMMANDATION

Section 1 : DISCUSSION --------------------------------------------------------------------25

Section 2 : RECOMMANDATION --------------------------------------------------------29

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

WEBOGRAPHIE

ANNEXES
iii

LISTE DES TABLEAUX

Tableau n°1 : Les différents services dans le département administratif et financier------- 8

Tableau n°2 : Répartition des taches --------------------------------------------------------------- 7

Tableau n°3 : Les différents services dans le département administratif et financier ------ 8

Tableau n° 4 : Cump --------------------------------------------------------------------------------- 19

Tableau n°5 : Fifo………………………………………………………………………..20


iv

LISTE DES ABREVIATIONS

CUMP : Coût Unitaire Moyen Pondéré

FIFO : First in First Out

IMMRED : Introduction Matériels et Méthodes Recommandation et Discussion

P.U : Prix Unitaire

Q : Quantité

SIB : Société Industrielle de Boina

U.M : Unité monétaire

VD : Vente Directe

VL : Vente Livrée
1

INTRODUCTION

Pendant l’économie de production, il y avait une insuffisance de l’offre sur le marché


c’est-à-dire que l’offre est inférieur à la demande .Dans ce cas là ‘ les produits finis va être
tout de suite distribué au marché sans passer en stock alors l’entreprise a ignoré la gestion de
stock. Elle ne se préoccupe que des problèmes techniques comme la fabrication et
financement.

Suite à l’évolution industrielle dans le monde, l’économie de production se


transforme en économie de marché qui est accompagné d’une forte augmentation de
production. De ce fait, une situation d’abondance apparente l’offre surpasse la demande .Il y
avait un ralentissement des ventes .Cette surplus de production donne naissance au sein de
l’entreprise la gestion de stock .Les sciences des gestions ont étendu leur influence vers le
haut de l’organisation depuis Taylor a commencé à la fin de siècle dernier à expérimenter
des méthodes visant à améliorer l’efficacité de l’entreprise .La gestion des stocks est
l’ensemble des techniques et procédures visant à optimiser le volume et la fréquences des
commandes afin de minimiser les coûts et d’assurer l’approvisionnement de l’entreprise :
c’est une fonction fondamentale pour la majorité de l’entreprise : les services comptables, les
services d’informations, le marketing et d’autres opérations .Les volumes et les fréquences
des commandes ont une liaison très étroites avec la vente qui assure la pérennisation de
l’entreprise et font partie de sa raison d’être surtout pour une entreprise commerciale.

En effet, les stocks constituent des valeurs d’exploitation à gérer. Toutes fois, leur
existence engendrent des coûts lorsque des stocks sont moins importants. L’entreprise est
menacée de rupture de stock. Cette rupture crée des coûts supplémentaires et surtout entache
l’image de marque de l’entreprise. A contrario, lorsque les stocks sont trop important, ils
constituent des immobilisations qui gonflent le prix de revient et perturbent l’équilibre de
trésorerie .Face à cet coût lié à la gestion de stock, les autres entreprises adoptent la
production sur commande c’est-à-dire la méthode du juste à temps appelée également zéro
stock. L’entreprise qui pratique le juste à temps attendra de recevoir la commande du client
pour s’approvisionner.

Par contre, les stocks permettent à une entreprise de répondre aux besoins de ses
clients dans un délai court qui va entrainer une satisfaction qui mène à une augmentation des
2

produits vendus. La société peut alors livrer ses clients rapidement et ainsi augmenter le
nombre de ses ventes. Alors la notion de gestion des stocks est importante en entreprise et
notamment pour le dirigeant. Un chef d’entreprise portera une grande attention à la gestion
des stocks car les conditions de stockage peuvent influencer la qualité des produits finis qui
est l’une des conditions nécessaires pour le développement de l’entreprise. La mauvaise
gestion des stocks peut compromettre sérieusement les activités d’une entreprise. Suite à cela,
il est important de poser la question : « Dans quelle mesure la gestion de stock contribue t-
elle au développement de l’entreprise ? »

C’est pourquoi nous avons choisi le thème : « L’impact de la gestion de stock au


développement de l’entreprise » afin de trouver l’équilibre qui permettra de maximiser
l’efficacité de l’entreprise.

L’objectif global de notre recherche tient à optimiser la gestion de stock en fonction


de la conjoncture qui permet à l’entreprise d’atteindre son objectif. Au niveau des objectifs
spécifiques, d’une part l’analyse des problèmes liés à la gestion de stock est indispensable
pour l’élaboration de la stratégie. D’autre part, maitriser l’entrée et la sortie en stock.

Les deux hypothèses à vérifier sont les suivantes premièrement la stratégie est
déterminée par une analyse de la gestion de stock. Deuxièment, la maitrise de l’entrée et
de la sortie en stock rassure l’accessibilité de l’entreprise au développement.

Comme méthodologie, la réalisation de ce mémoire a fait l’objet de faire une descente


sur terrain, des visites d’entreprises et des collectes de données par la bibliographie et de la
consultation d’internet

En plus de notre connaissance préliminaire sur la région et ces industries, nous avons
effectué des enquêtes systématiques auprès des responsables y afférents. Et aussi faire des
recoupements et des analyses sur les résultats obtenues pour tirer des conclusions plus fiables
et plus convaincants.

Pour mieux nous éclairer sur ce sujet, ce devoir suit la méthode IMMRED
(Introduction-Matériels-Méthodes-Résultats-Discussion). Dans un premier temps, nous
parlerons tout d’abord, du cadre théorique qui englobe les différentes connaissances
concernant le thème. Nous allons de par cela définir ce qu’on entend par « Gestion de stock »
3

et « Développement », par la suite nous parlerons de leur importance au niveau de


l’entreprise. Ensuite, nous allons également effectuer une présentation brève de la société SIB
en insistant sur leurs missions et leurs organisations de travail. Enfin, nous allons développer
les différentes méthodes et matériels utilisés lors de l’élaboration de ce travail.

Dans un second temps, nous dégagerons les résultats liés à chaque hypothèse émis
lors de la conception du devoir et que nous avons vérifiée durant les observations en
entreprise au sein de la société SIB. Pour ce faire, nous insisterons sur la gestion de stock
mise en place par l’entreprise SIB pour atteindre leur objectif de développement.

Et dans un dernier temps, toujours en se référant à la norme IMMRED, nous allons


voir une analyse qui constituera une partie de discussion et une partie recommandation. Elle
va permettre de dégager la confirmation de chaque hypothèse et les différents points forts et à
améliorer dans le secteur visité.
4

PARTIE I : MATERIELS ET METHODES


Les matériels et les méthodes mis à notre disposition sont développés dans cette partie.
Dans le cadre de la réalisation de ce devoir, nous avons participé à la visite de l’entreprise
SIB. Ainsi, dans cette partie, nous allons avancer la méthodologie et les outils que nous avons
utilisés afin de recueillir et traiter les informations nécessaires.

Section 1: MATERIELS

Nous allons prendre en compte dans ce chapitre les différents outils qui ont contribué à la
conception de ce mémoire.

1.1 Cadre théorique


La cadre théorique contient les revues littératures concernant le thème qui est l’impact de la
gestion de stock au développement de l’entreprise.

1.1.1. Définitions
 Stockage est le placement intelligent des stocks afin de pouvoir retrouver facilement un ou
des produits précis.
 Développement fait pour quelque chose de progresser de s’accroitre de prendre de
l’importance
 La gestion de stock consiste à planifier et à mettre en œuvre une méthode pour maximiser la
rentabilité. Il faut bien prendre conscience des stocks parce qu’autrefois les stocks
étaient considérés comme un mal nécessaire ;afin de satisfaire la demande, il fallait
stocker le maximum et la situation était jugée d’autant meilleure que les stocks
étaient élevés mais aujourd’hui, l’entreprise a pris conscience des coûts de
stockages ; souvent le niveau des stocks résulte d’une optimalisation des facteurs
comme le coûts de stockage, coût de commande, risque de rupture, rigidité des
approvisionnement , …

1.1.2. Nécessité des stocks :


Il est nécessaire d’avoir un stock parce que le rythme de production est différent du rythme
de consommation et il n’est pas toujours possible d’acheter chaque fois qu’on
en a besoin et en plus, il faut se prémunir contre les aléas de livraison.
5

Par ailleurs, il faut noter aussi que même s’il est nécessaire, il doit être
toujours optimum parce que s’ils sont trop faibles, il y a la menace de rupture
de stock qui entraîne le mécontentement des clients et s’il y a un surstock ou bien les
stocks sont très importants, cela peut entraîner des immobilisation des capitaux

1.1.3. Le stockage
La gestion des stocks est l’ensemble des techniques et procédures visant à optimiser le
volume et la fréquence des commandes afin de minimiser les coûts et d’assurer
l’approvisionnement de l’entreprise. C’est une tache important car elle est un
des facteurs pour atteindre les objectifs fixés. Par exemple pour une entreprise
commerciale, l’inexistence de rupture entraîne la satisfaction des clients qui sont la
principale source de développement pour l’entreprise et que cet évènement résulte
d’une bonne gérance de stock. Mais pour y arriver, cette tache demande
beaucoup de principes et des techniques spécifiques que nous allons voir ci dessous
pour en savoir d’avantage.
Quand on parle de stockage, il est tout de suite venu à l’esprit d’un ou
plusieurs magasins.

1.1.4. Différents types de stock


Dans le processus de production, les stocks sont utilisés à plusieurs niveaux,. De ce fait, on
peut en distinguer différents types :

Le stock de matières premières : il représente les produits achetés par l’entreprise, par
l’intermédiaire de ses fournisseurs, et destinés à une transformation ultérieur.

Le stock des produits en cours de fabrication : il s’agit de produits non finis qui ne peuvent
être mis en vente qu’après avoir subi une certaine transformation, pratiquée par l’entreprise.

Le stock des produits finis : ce sont les articles qui ont subi une transformation par l’entreprise
afin d’atteindre leur niveau final de fabrication. Ils sont, désormais, prêts à la vente.

Le stock des marchandises : on parle, ici, de stock de commerçants composés de produits sans
valeur ajouté de transformation de la part de l’entreprise qui les revend à profit.
6

1.2 Justification du choix de la zone d'étude et du thème


Comme le thème s’intitule sur la gestion de stock, il nous est demandé d’étaler la relation
entre la gestion de stock de l’entreprise et le développement. Pour ce faire, il nous faut choisir
dans quel secteur allons-nous pénétrer ? Après une réflexion, j’ai décidé de choisir une
entreprise industrielle. Cette entreprise est dans le domaine de de la production et de la
commercialisation des produits de savonnerie et d’huile alimentaire. De plus on peut dire
qu’elle maintient une place importante dans son domaine. Choix de la zone d’étude, nous
avons envoyé plusieurs demandes au sein de différentes.

Nous avons choisis ce thème « L’impact de la gestion de stock au développement de


l’entreprise » car la gestion de stock est l’une des principales étapes que l’entreprise doit
suivre avant de commercialiser sa production. La gestion de cette fonction nous semble
intéressant, c’est pourquoi nous avons décidé de centrer nos recherches sur ce thème à fin de
déceler les divers enjeux.

1.3 Présentation de la société SIB :

1.3.1 Historique
La société SIB est l’héritière directe d’une société collective, créée en 1929 par JEAN
MAMOD JINA BARDAY, sous l’appellation « E .B .F » ou Etablissement Barday Frères ;
Elle est une société familiale indienne, dirigée par NIGAR BARDAY, créée le 01 Août 1947
à Antanimasaja Mahajanga au PK 3,4 sur la route vers Antananarivo.

En 1971, suite à un changement de dénomination, la SIB devient « Société industrielle de


Boina » Avec un capital de 240000000Ariary.

La SIB est propriétaire de terrain nommé SIB BHARAT (TF N° 3978BR) avec une superficie
de 29ha 49a 30a et DESIREE (TF N° 305BR) dont la surface est 50ca qui se situe au lieu
même de son siège social et usine.

Elle est dotée d’un numéro au registre du commerce RCS MAJ 200L BOI 40 et d’un numéro
statistique 15401411962000001, NIF 105009605.

Elle se spécialise dans la production de savon et d’huile, joignable par email sous l’adresse
sib@sib.mg et/ou sib@moov.mg . C’est la première société à souscrire à la concrétisation de
7

la loi et décret MECHE 99.954 modifié par décret 2004-167. Elle est membre du service
Médical Inter-Entreprises de Mahajanga (SMIM), en partenariat avec la banque Mondiale de
l’Océan Indien (BMOI) et la Bank Of Africa (BOA).

1.3.2 Organisation de la société SIB :


Son conseil d’administration est composé d’une Présidente nommée Mme Goulsenbanou
BARDAY. Les administrateurs : Mr Risz BARDAY , MR Nadin BARDAY. Mme Nigar
BARDAY qui assure également la direction générale.

La SIB s’est dotée aussi d’une directrice générale Madame Nigar BARDAY qui supervise
toutes les activités de département administratif et financier et de département techniques.

Pour assurer la gestion de l’entreprise, le département administratif et financier constitue


notamment un Directeur Administratif et financier, RATOVOSON Pierre, il gère son
département en s’inspirant les impératifs définis par FAYOL à savoir prévoir, organiser,
commander, contrôler et coordonner tous les services qui y sont existés. Le tableau ci-après
nous résume les différents services dans le département administratif et financier.

Tableau n°1 : Les différents services dans le département administratif et financier

SERVICE FONCTION
Service informatique S’occupe de l’informatisation des données
de l’entreprise
Service comptable S’occupe de la gestion de la comptabilité
des opérations de l’entreprise ainsi que la
trésorerie
Service du personnel S’occupe de la gestion des ressources
humaines
Service commercial S’occupe de l’opération des achats locaux
et imports des matières utilisées pour la
production et ainsi la vérité et la commande
Service du secrétariat Assume la réception des courriers arrivés à
l’entreprise SIB, le service d’un standard
Source : Service personnel SIB
8

Pour le département technique, il est composé d’un Directeur technique. Monsieur PHILIPP
LOR METAUX Marco. Il a pour fonction d’étudier le système de décision établi par les
organisations dans le domaine opérationnel en vue de la fourniture de biens ou services.

Donc, il analyse la nature du processus de transformation, la capacité de production (moyens),


la programmation de la production, les stocks, l’organisation de la qualité.

Le personnel de la société SIB est composéde 200 employés dont 27 cadres Malgaches et et 2
cadres expatriés : laa SIB posséde environ 171 employés. Elles se réoartissent comme suit :

Tabeau n°2 : Répartition des ressources humaines

CATEGORIE HOMME FEMME TOTAL

Employés 167 4 171

Cadres nationaux 18 9 27

Cadre expartiés 2 0 2

TOTAL 167 13 200

Source : SIB Mahajanga

Sous le commandement du Directeur Technique se trouve le chef d’usine. Il assure une


grande responsabilité sur le fonctionnement technique au niveau de :

 L’usine de l’huilerie
 L’usine de la savonnerie
 L’atelier mécanique
 Service d’entretien
9

Organigramme de la société SIB

Directeur général

Conseil
d’administration

Directeur Directeur
Technique Financier

Service Comptabilité Service Service


Chef d’usine informatique et caisse professionnel commercial
Secrétariat

Atelier Service
Huilerie Savonnerie Service général
mécanique d’entretien

Source : Entreprise SIB


10

1.3.3 Activités et missions :


Elle a débuté son activité en 1937 par la collecte de riz et de tabac destinée à l’exploration.
C’est le 1er août 1947 qu’elle a commencé la fabrication de savon de ménages et de l’huile
sous l’impulsion des frères Nourmamod et Jeannamod Jina Barday. La SIB a trois activités
principales à savoir : l’huilerie, la savonnerie et la rizerie, mais cette dernier a cessé de
continuer en 2007 pour des raisons fiscales.

La SIB est une société agro industrielle de Boina spécialisée dans la fabrication du savon de
ménage et des détergents synthétiques liquides et en morceaux, d’huile alimentaire que ce soit
à base des graines de coton ou d’arachide. Son objectif global est la satisfaction des clients
tout en préservant la qualité de ses produits, elle a aussi pour but de protéger l’environnement.
A part cela, la société procède à un projet de construction d’une Musée touristique.

Pour favoriser le développement de l’économie et pour satisfaire les besoins de


consommation de la population, la société exerce deux grandes catégories d’activité :

-L’activité de la production de « savon » appelée « la savonnerie » et

-L’activité de la production de « l’huile » appelée « l’huilerie »

 La savonnerie

La savonnerie est l’activité principale de la société depuis son existence et jusqu’à nos jours

En effet, la SIB nous produit deux différentes qualités de savon :

-Le savon de ménage de toute référence

-Le savon détergent solide « Sibax » et le savon détergent liquide « le Sibril »

Le savon est obtenu à partir de la composition des matières premières suivantes la soude
caustique, l’acide gras végétal, le parfum de l’olive et enfin le déchet de l’huile de coton.

 L’huilerie

C’est l’activité secondaire exercée par la société. L’huilerie produit deux grandes qualités
d’huile de coton et l’huile d’arachide.

L’huile est obtenue à partir des différents matières premières dont : les graines de coton et
l’arachide.
11

On obtient également des constitués par les résidus de la transformation de ces matières, à
savoir le tourteau de coton résidu de la transformation des graines de coton et le tourteau
d’arachide constitué par le déchet de l’huile d’arachide.

En particulier, la Société Industrielle du Boina est l’une des sociétés pouvant promouvoir non
seulement l’économie de la province de Mahajanga, mais aussi celle de la nation. La société
peut donc être considérée comme étant un pilier de l’économie de Mahajanga.

En outre, la société exerce aussi des activités diverses comme la vente des provendes ou
tourteaux provenant des déchets de l’huile d’arachide et des fûts en plastique et en fer issus de
l’emballage de ces matières premières (soude caustique, AGP ou Acide Graine de Palme)

Etant une entreprise de transformation, la SIB achète les matières premières entrantes dans la
composition des biens qu’elle produit, ainsi que les pièces de recharge et le petit outillage
indispensable à l’entretien et aux réparations du matériel de la production.

A ce jour, à la 3eme génération de sa direction par la famille BARDAY. La SIB reste très
active sur la ville de Mahajanga dans une vocation purement industrielle.

1.4 Présentation des outils :


Plusieurs outils ont été utilisés durant la collecte d’informations pour bien accumuler,
enregistrer et traiter les informations exactes.

Par le biais de la nouvelle Technologie d’information s et de la communication, on a pu


rassembler et accumuler des données nécessaires, afin de les traiter et les compiler

1.4.1 Le téléphone :
Le téléphone, un outil de communication permettant de contacter les personnes susceptibles
d’aider à la vérification ou à l’ajout des informations manquantes.

1.4.2 L’appareil photo numérique :


L’appareil photo numérique pour stocker les images et de mieux visualiser les faits existants.
L’utilisation de cet appareil s’avère avantageuse de ce fait qu’il puisse enregistrer de
nombreuses photos afin de les figurer les essentiels dans le corps du devoir.

1.4.3 Le dictaphone :
Une discipline, en compliment de la prise de note, nous a permis d’enregistrer les propos et
les interprétations du responsable d’usine. Son usage parait nécessaire afin de ne rien négliger
12

concernant les données. L’emploi de cet enregistrement a été nécessaire pour éviter les fuites
d’informations et pour la mise en détail des informations utiles.

1.4.4 Le navigateur internet :


Navigateur internet, puisque les informations sur terraine soient pas suffisantes, on a insisté à
l’accès à l’internet, en effet, nous avons pu collecter des informations intéressantes, et qui
nous a permis de compenser les carences et améliorer nos facultés cognitives sur le plan
intellectuel. L’internet est un outil d’information en expansion, utile, et très efficace à la
recherche des informations.

1.4.5 Bloc note :


Elle a été importante pour noter tous ceux que nous avons vus et entendus aussi bien à
l’extérieur qu’à l’intérieur de l’usine. Entre autres, l’état des bâtiments, les différentes
affiches, l’emplacement des différentes machines, etc.

Cet élément est réellement nécessaire mais ne suffit pas pour nos collectes d’informations, ce
qui nous emmène à l’utilisation d’autres matériels.

Section 2 : METHODES
Après avoir collecté les données, des tris des informations se sont imposés pour ne pas sortir
du sujet. Les informations retenues ont du être bien fondées donc déjà vérifiées, recoupées
pour avoir un résultat exact. L’analyse tentait d’exploiter les résultats en vue de répondre à la
question posée dans le problématique.

Notre mini-mémoire est une étude de cas basée sur des faits réels et ne fait pas place au
hasard. C’est dans cette idée que les différentes méthodes de collecte d’information que nous
avons entrepris ont été représentées dans les sous-sections ci-après :

2.1. La collecte des données

2.1.1. Description des informations :


Notre travail consiste à fournir de bonne informations, c’est pour cela que lors des visites,
nous avons été accueilli par des personnels : information s de base obtenues donc directement
auprès des responsables des sociétés par descriptions orales lors de la descente sur place de
l’usine. Cette descente constitue notre première méthode de collecte d’information.
13

 Descente sur place de l’usine :

Etant considère comme principale méthode, la visite d’usine permet de visualiser directement
ce qui se passe réellement dans une entreprise. Cela exige la présence physique d’un
responsable pour différentes raisons : recevoir dans la société ; guider les visiteurs vers les
différents endroits intéressant dans l’usine et enfin expliquer les détails importants des
fonctionnements de différentes machines ainsi que les activités qu’elles exercent.

Pendant cette visite, d’autres méthodes de prise d’information ont été exercé. Entre autres, il
y a des différentes méthodes de questionnement tel que les questions ouvertes.

 La prise de notes :

La méthode la plus simple dans la suivie d’une telle visite est la prise de notes. Nous avons
pris toutes les explications en écrivant les idées principales dans le but de suivre ce que le
responsable a dit, d’où la nécessite d’écrire avec rapidité, et l’utilisation des abréviations. Ces
deux façons ont été faites dans le but de bien suivre les explications et la notation des
différentes questions posées. Par ailleurs, la mise en écrit des enregistrements a été faite pour
mieux analyser les paroles des intervenants pendant la visite d’usine.

En plus, la prise de note est en quelque sorte la méthode la plus importante pour recueillir les
informations car elle permet de voir de plus en plus prés les faits et évènement s qui se
passent auteur du travail, et grâce à cela on peut aussi passer directement à l’application. Cette
prise de notes a été surtout utile lors des explications des méthodes et des procédures en cours.
Ainsi que le sondage s’associe directement avec la prise de notes, elle est très utile lors du
traitement des faits et problèmes.

2.1.2. Description de la visite et chronogramme de la visite :


En vue d’obtenir le diplôme de licence, un voyage d’étude a été fait en commun pour la
troisième année GESTION. Ce voyage a été réalisé à MAHAJANGA dans le cadre d’une
descente sur terrain. Mais il y en avait certain qui l’ont fait à ANTANANARIVO même.
Comme chaque année, la Faculté DEGS permet aux étudiants en Gestion troisième année
d’élargir leurs horizons en leur offrant des visites d’usine sujette à un thème bien précis.

Nous étions arrivé à Mahajanga le dimanche 07 mai 2017 à 22h. Les visites ont durée cinq(5)
jours du 08 au 12 mai 2017. Les étudiants ont obligatoirement assisté à des visites d’au moins
14

quatre (4) entreprises. Particulièrement, nous avons visité la société SIB le mardi 09 mai 2017
du 08 à 11h. Des visites très enrichissantes, elle nous a permis de franchir un pas dans le
monde réel du travail, le monde d’affaire. Nous avions été, tous les jours, durant les visites
d’entreprise, accompagné des plusieurs de la Facultés DEGS de l’université d’Antananarivo.

Nous étions cent quarante (140) étudiants encadrés par cinq (5) professeurs responsables et
repartie en sept (7) groupes et chaque groupe a ses organisations internes et les chefs de
groupe sont pour rôle de repartir l’emploi du temps des visites, donner des informations
envers les étudiants de chaque groupe, organisation des voitures pour ces visites.

Le bonheur nous accueilli et hébergée pendant notre séjours. Dès notre arrivé, un responsable
par chambre est désigné pour contrôler l’engagement d’hébergement après que nos encadreurs
nous ont divisé dix (10) garçons et dix (10) filles par chambre dont un contrôle tous les nuits
vers 22heures.
15

L’emploi du temps des visites est résumé dans ce tableau ci-après

Tableau N°3 : Emplois du temps des visites

JOUR Heure Lundi Heure Mardi Heure Mercredi Heure Jeudi Heure Vendredi
08/05/17 09/05/17 10/05/17 11/05/17 12/05/17
09h SIB 08h MIGUEL 08h MICRO
MUTUA
MATIN

QUARTIER 10h TRESOR 09h TRESOR 09h MIGUEL QUARTIER


LIBRE LIBRE

14h TRESOR 15h TRESOR 14h FABER 14h SITAM 12h EVENEMENT
APRES MIDI

15h FABER 16h CULTUREL


CAMPILAND
16

2.2. Méthode de traitements et analyses des informations


Notre visite se caractérise sous forme de conférence, exposé, visite d’atelier ou de secteur
d’activité dont responsable de la production a détaillé et expliqué les activités importantes et
les données concernant la gestion de stock du produit finis .

A la fin de cette partie, il fallait avoir sous forme de fichier numérique et électronique toutes
les données recueillies lors de la collecte.

Microsoft Office Word 2010 était les programmes utilisés pour les traitements des
informations. La rédaction était d’élaborer un document informatif et qualitatif, qui portait des
analyses, des commentaires et des recommandations sur l’opération de crédit. Cette phase a
débuté juste après l’étude bibliographique et était poursuivie tout au long de l’entretien. On
analyse aussi la situation existante par l’analyse SWOT ou Strengths, Weaknesses,
Opportunities,Threats, ou encore FFOM soit les forces et les faiblesses qui synthétise la
situation à l’intérieur de l’entreprise, et les opportunités et les menaces qui analyse
l’environnement externe de l’entreprise.

La rédaction était réalisée faite sous la direction de l’encadreur.

Section 3 : Limites de l’étude et difficultés rencontrés

3.1. Limites de l’étude


Comme tous les autres enquêtes et collectes d’information, nos visites ont connu des limites :

Nos visites sont limitées à Mahajanga, et ceux, pendant une période assez courte : une
semaine seulement. En effet, les entreprises visitées par chaque étudiant sont aussi limitées,
c'est-à-dire un étudiant ne peut pas visiter tous les entreprises qu’il souhaite obtenir des
informations. A part cela, la plupart des entreprises ne peut recevoir qu’un certain nombre très
limité d’étudiant.

3.2. Difficultés rencontrés


Les responsables n’arrivent pas à fournir toutes les informations nécessaires et complètes que
nous avions espéré obtenir. Le non responsabilité des autres personnels représente aussi un
obstacle sur la collecte des informations.
17

Par conséquent, les informations collectées sont restreinte voir même insuffisantes

Bref, dans ce premier chapitre, nous avons pu connaitre les entreprises étudiées avec ses
historiques.

Le matériel et méthodes ont permis aux étudiants de présenter la société, ses activités et les
itinéraires de la visite. En ce qui concerne les résultats obtenus, le chapitre suivant nous
donne plus de détail à ce sujet.
18

PARTIE II : RESULTATS
Les résultats sont les fruits des recherches effectués en vue de confirmer les hypothèses et
résoudre les problématiques, ils sont développés dans cette partie. Premièrement, on va
analyser la gestion de stock de l’entreprise SIB, deuxièment on va voir l’entrée et la sortie en
stock.

Section 1 : La stratégie est déterminée par une analyse de la gestion de stock


Dans cette sous section, on va étaler notre étude sur les différents points comme : la technique
de la gestion de stock, la méthode d’évaluation, et enfin les coûts engendrés par le stock.

1.1. Technique de la gestion de stock de l’entreprise SIB :


La gestion de stock dans l’entreprise SIB représente les matières commandés et les matières à
distribuer sur le marché, maintenues au magasin et par après livrées en vue de satisfaire les
besoins des différents utilisateurs. A cet effet, nous allons voir les différents niveaux de
gestion de stock ensuite les méthodes de gestion de stock et enfin les coûts engendrés par le
stock.

1.1.1. Les différents niveaux de gestion de stock


L’objectif de la gestion de stock est de réduire le coût de possession (stockage,
gardiennage,…) et de passation des commandes, tout en conservant le niveau de stock
nécessaire pour éviter toute rupture de stock pouvant entraîner une perte d’exploitation. Pour
l’entreprise SIB, elle définit des indicateurs précis et contrôle le mieux possible le mouvement
de stock et leur état réel. Pour sa bonne maitrise de ce stock, elle utilise le différent indicateur
de gestion de stock :
-Stock de sécurité : c’est la quantité en dessous de laquelle il ne faut pas descendre. Elle garde
une tonne de savon et 1000 litres d’huile dans cette catégorie de stock pour éviter la rupture
en cas de problème de production.
-Stock d’alerte : c’est la quantité qui détermine le déclanchement de la commande, en
fonction du délai habituel de livraison.
-Stock minimum : stock d’alerte-stock de sécurité.

-Stock maximum : il est en fonction de l’espace de stockage, l’entreprise SIB dispose 3


magasins de stockage qui peut accueillir 15 tonnes et 10tonnes d’huile.
19

1.1.2 La rotation de stock


Elle est le nombre de fois où l’on doit remplacer le stock au cours d’une période donnée.
C’est l’un des ratios les plus utilisés dans la gestion de stock étant qu’elle reflète l’efficacité
globale de la chaine logistique, le fournisseur et client. Elle est en fonction de la demande du
client, l’entreprise SIB se réapprovisionne en matière de produit fini chaque jour mais la
quantité varie selon la vente effectuée.

1.2. La méthode d’évaluation de stock :


Cette évaluation est indispensable pour une entreprise de production car le coût des produits
entrés en stock varie selon les charges directes et les charges indirectes. Vu que l’entreprise
SIB fabrique 2 produits ; elle adopte la méthode FIFO dans la fabrication de savon et la
méthode CUMP dans la fabrication d’huile.
Méthode CUMP : à l’inventaire, le stock est évalué par l’application d’un mode de calcul sur
la base du coût moyen pondéré calculé à chaque entrée ou sur une période n’excédent pas la
durée moyenne de stockage ou en présumant de les articles existant en stock sont les derniers
entrés. Pour mieux gérer le coût de l’huile stockée, elle calcule à partir du CUMP pour éviter
les fausses évaluations.
Tableau n° 4 : Cump
Date Libellés Q P.U Montant Date Libellés Q P.U Montant
01/01/17 S.I 100L 5000 500000 02/01/17 Sortie 150L 5133 769950
02/01/17 Entrée 200L 5200 1040000 02/01/17 S.I 150L 5133 769950
TOTAL 300L 5133 1540000 TOTAL 300L 5133 1540000

U.M : Ariary
Source : Auteur
CUMP=(500000+1040000)/(100+200)=5133
Méthode FIFO : C’est une méthode de la première entrée – premier sortie. L’entreprise SIB a
choisi cette méthode dans le stock du savon vue la fragilité du produit selon leur forme et leur
taille, leur qualité. Après ils les classifient selon leur date d’entrée en stock pour faciliter le
travail.
20

Tableau n° 5 : Fifo
Entrée Sortie Stock final

Date Libellés Q P.U Montant Date Libellés Q P.U Montant Dates Libellés Q P.U Montant
01/01/17 S.I 500 400 200000 02/01/17 Sortie 500 400 200000 02/01/17 S.F 600 450 270000

100 450 45000


02/01/17 Entrée 700 450 315000 03/01/17 Sortie 500 450 225000 03/01/17 S.F 100 450 45000
400 420 168000
03/01/17 Entée 400 420 168000 04/01/17 Sortie 100 450 450000 04/01/17 S.F 200 420 84000
200 420 84000
TOTAL 1600 683000 TOTAL 1400 1004000
S.F 200 420 84000

Source : Auteur

1.3. Coût engendré par le stock


L’entreprise SIB supporte quelques coûts liées au stock :

-Le coût global de passation ou lancement des commandes :le coût de lancement ou coût
de passation de commande représente tous les frais liés à la passation des commandes,
parmi lesquels on cite : les frais téléphonique, frais de photocopie, les coûts salariaux des
agents d’approvisionnement et ceux des services comptables chargés des achats, les coûts
de réception et de contrôle des articles ,….
-Le coût de possession de stock ou coût de stockage : le stock de possession des stocks est
constitué des charges liées au stockage physique mais également du non régularisation des
capitaux immobilisés dans le stock. Le taux annuel de possession t% est le coût de
possession ramené à unité monétaire de matériel stocké. Il obtenu en divisant le coût total
des frais de possession par le stock moyen. Ces frais couvrent : les coûts de magasinage
(loyer et entretien des locaux, assurances, frais de personnel, gardiennage, électricité,….)
l’intérêt du capital immobilisé, les détériorations du matériel et les risques d’obsolescence.
-Le coût de pénurie ou de rupture des stocks : c’est un coût qui vise à éviter toutes
ruptures de stock, car le but de l’entreprise SIB est d’assurer la disponibilité des produits
qui composent les stocks

.
21

Section 2 : La maitrise de l’entrée et de la sortie


Cette section est très importante dans la gestion de stock, nous allons voir la méthode
adoptée par l’entreprise SIB afin qu’elle puisse contrôler son stock.

2.1 Contrôle et suivi des stocks au sein de l’entreprise SIB


Les mouvements de stock connaissent certains moment critiques qui de façon spontanée
provoquent des dispositions adéquates de suivi afin d’éviter soit des erreurs de comptage
(inventaire, réception des livraisons, visite des clients, conservation de stock, préparation
de liv raison, couverture de risque de vol ou d’incendie). A cet effet, le stock est suivi et
contrôler au jour le jour à l’aide de fiches de stock ensuite le contrôle manuel et enfin la
gestion informatisée :

2.1.1 Fiche de stock


La fiche de stock est un document sur lequel sont ressortis les différents stocks que l’on
retrouve dans l’entreprise (en quantité et en valeur) et ces différents mouvements d’entrée
et sortie.

2.1.2 Le contrôle manuel


Le contrôle manuel se fait de l’inventaire permanent. Après tout le mouvement de stock
constaté, le magasinier ou le pointeur devra procéder à un inventaire la fin de la journée.
L’utilisation des palettes facilite le dénombrement, d’ailleurs, il y a déjà des normes à
suivre pour la disposition des produits pour faciliter le calcul, au lieu de compter par lot ou
par pack.
Exemple : dans le magasinier vide, les procédures se fera ainsi, il faut compter la largeur,
la longueur et la hauteur des savons en carton sur la palettes et le calcul se fait ainsi :
Quantité du lot=L*l*H
Dans le cas de magasin plein
spécial savon , le calcul se fera
par couche ou bien étage.
Exemple :Pour les savon une couche vaut 160 cols parce que ils peuvent contenir 28 packs
de 20 savon ; Donc le calcul se fera ainsi :
Quantité du lot= nombre de couche*conditionnement
22

Puisque le contrôle se fait manuellement, il est donc nécessaire d’exiger des documents
pour faire preuve du travail accompli. C'est-à base de ces documents qu’on peut faire la
constatation du stock réel qui sont enregistrés dans un cahier de référence pendant tous les
mouvements de stocks que ce soit entré ou sortie. L’absence de l’un de ses documents
peut fausser des données. A vrai dire, ces documents sont considérés comme des pièces
justificatives. Ci après les types de ces documents :
Les factures : ceux sont des pièces justificatives pour la vente directe.
Les bordereau de chargement : documents faits par les opérateurs de saisie de veille pour
indiquer le chauffeur qui va effectuer le livraison avec les commandes et les codes clients.
Les bons de transfert : destinés au transfert interne c'est-à-dire entre magasin.
Les reçus pour les retours de livraison : ils mentionnent les marchandises retournées par
les chauffeurs parce qu’elles ne répondent pas aux attentes des clients.
Quand tous ses documents sont réunis, le magasinier doit faire un enregistrement sur un
« Microsoft Excel ». Les données obtenues sont appelées « suivi de magasin » qui vas
constituer les stocks théoriques.

2.1.3 La gestion informatisée


Le suivi manuel par les pointeurs et le magasinier ne suffit pas, il faut procéder au gestion
informatisée pour que le travail soit pertinent. De ce fait, les contrôles utilisent les
logiciels ; proprement dit, cette gestion sert pour un contrôle approfondi des flux, des
mouvements et des situations de stocks, ces taches sont effectués par le contrôleur de
stock, il analyse et fait la correction. Par exemple s’il y existe des écarts, il fait
l’explication des écarts, il fait l’explication des écarts trouvés après les analyses qu’il a
fait.
L’outil performant est le logiciel « RENNAISANCE ».
Renaissance
C’est un logiciel utilisé pour le traitement des bases de données. Ci après les éléments
traités dans ce logiciel :
Les commandes : on fait l’enregistrement des quantités commandées et le code client,
après traitement, les documents facturés pour la vente VD et pour la VL ceux sont les
factures, le bordereau de chargement et bordereau d’encaissement. Ces documents sont
liés étroitement par la fonction « stock ».
23

Les retours de livraison : On fait l’écriture des quantités des produits retournés qui fera
apparaitre le bon de retour et la facture sera annulé automatiquement.
Le titre d’entré : On enregistre les quantités des produits entrés en stock.

2.2 Enregistrement comptable


L’entreprise SIB procède à des enregistrements comptable pour mieux identifier les avoirs
en stock afin de connaitre le stock final de l’entreprise qui est nécessaire pour l’exercice
suivante et pour mieux équilibrer le bilan de l’entreprise dans le cadre du besoin de fond
de roulement.

2.2.1 Inventaire physique de stock


L’inventaire physique c’est une opération qui consiste à relever tous les éléments du
patrimoine de l’entreprise en mentionnant la nature, la quantité et la valeur de chacun
d’eux à la date d’inventaire. C’est un inventaire extracomptable. Il est réalisé en deux
étapes à savoir :
L’organisation des équipes d’inventaire et l’affinement de documents d’inventaire : avant
la date de début du déroulement des opérations d’inventaire, le responsable de
l’organisation comptable constitue des équipes de 3 personnes chargées de réaliser
l’inventaire et d’établir une liste complète des divers éléments du stock. Les constats
d’inventaire peuvent donner lieu à 3 types de constats :
L’existant en stock égale au solde théorique issu de la comptabilité : c’est le cas
généralement souhaité qui ne pose pas aucun problème particulier.
L’existant en stock est supérieur ou inférieur au solde théorique : il convient de faire des
recherches aussi bien dans la comptabilité que dans la tenue du magasin de manière à
trouver l’origine de l’écart constaté et de procéder à la régularisation de l’anomalie.
L’existant en stock n’a plus de valeur marchande : c’est le cas des stocks détériorés et
dans ce cas, des procédures particulières doivent être mise en œuvre pour assurer une
communication financière sincère dans la recherche de la livraison d’une image fidèle du
patrimoine.

2.2.2 Opération de comptabilisation


C’est un enregistrement des entrées et sorties de marchandises en inventaire permanent
fait par le comptable de l’entreprise SIB. Il dépend de l’inventaire physique de stock car
24

l’information en comptabilité doit être pertinente et intelligible. Il consiste à effectuer les


opérations suivantes : constatation des entrées et sorties, annulation du stock initial et
constatation du stock final.

Section 3 : Corrélation
La corrélation est une méthode statistique pour trouver la dépendance entre les deux
variables X et Y
25

X\Y rupture de stock destruction du produit développement de l'entreprise TOTAL xi ni nixi nixi²
mauvaise stratégie 10 3 0 13 1 13 13 13
mauvais stockage 5 12 0 17 2 17 34 68
bonne gestion de stock 0 0 20 20 3 20 60 180
TOTAL 15 15 20 50 50 107 261
yi 1 2 3
nj 15 15 20 50
Njyi 15 30 60 105
njyi² 15 60 180 255

10 6 0 16
10 48 0 58
0 0 180 180
254

moyenne 2,14 2,1


moyenne ² 4,5796 4,41
variance 0,6404 0,69
covariance 0,586
corrélation 0,881550932
26

Cette deuxièment partie nous a permit de voir les différents points de la gestion de stock de
l’entreprise SIB, nous avons pu faire une étude plus approfondie concernant la gestion de
stock. Dans la partie suivante, nous allons voir les FFOM d’après l’analyse que nous avons
effectuée afin de proposer des solutions sur les problèmes rencontrés.
27

PARTIE III : DISCUSSION ET RECOMMANDATION


Une entreprise est un système ouvert, et pour une bonne gestion, il faut connaitre tous ceux
qui se passent dans l’entreprise afin que nous puissions améliorer notre méthode de travail,
tant sur le plan, stratégique que tactique. Nous allons distinguer ce chapitre clairement en
deux sections .La première section, la discussion La deuxième section, la recommandation.

Section 1 : Discussion
C’est une sorte de diagnostique sur l’environnement interne et externe de l’entreprise SIB qui
va axer sur quatre points : Force, Faiblesse, Opportunité et menace.

1.1 Forces
Dans une entreprise, il y a toujours des points forts qui la différencient de toute autre
entreprise. C’est important pour une entreprise de savoir ses forces parce qu’ils représentent
ses avantages par rapport à ses concurrents.

1.1.1 Exigences des pièces justificatives


C’est une méthode très efficace pour le contrôle de l’arrivée des marchandises en magasin.
D’ailleurs, la preuve écrite est plus efficace et tangible pour une bonne gestion au lieu d’une
preuve verbale pour éviter toutes sortes de délits effectués par les autres personnels. De ce
fait, par exemple avant de mettre les produits en stock le magasinier demande le titre d’entré.
Ces pièces justificatives en question sont ci après :
-Le titre d’entré : qui est un document mentionnant la quantité des marchandises
-Le bordereau de chargement pour les livraisons : c’est pour les chauffeurs livreurs et les
quantités des commandes-clients, avec leur détails ; le chauffeur qui va effectuer la livraison,
et le numéro du camion.
-Le procès verbal de destruction pour la destruction des impropres.

1.1.2 Appartenance de 2 magasins de stockage


L’existence de ces deux magasins de stockage permet à l’entreprise SIB de bien distinguer les
deux produits savon et huile alimentaire qui va faciliter les taches des magasiniers.

1.1.3 Organisation du local de stockage


L’organisation du local de stockage est très important vue qu’elle est une Enterprise de
production à la fois commerciale. Il y a une fonction qui s’occupe des personnels des
28

magasins pour le bon déroulement du travail c'est-à-dire le stockage. Elle a ses normes pour la
codification et la nomenclature de ses produits.
Codification : Tous les personnels ont le même langage et les mêmes codes et les magasiniers
doivent les pratiquer pendant l’accomplissement de leur travail. C’est une technique qui
facilite les tâches parce qu’on n’a pas besoin de mentionner le nom de produit pour
l’identifier, en plus le code aide à mémoriser facilement le produit et la saisie des commandes.
Le code aussi évite les confusions des articles.
La nomenclature : c’est un catalogue qui recense par catégorie individuelle les articles classés
et symbolisés, c’est un instrument fondamental pour la classification des stocks. La
nomenclature mentionne le code article, la désignation ou référence du produit, les poids ou la
forme, l’unité de gestion.

1.1.4 Permanence d’inventaire


Après chaque mouvement des stocks, le magasinier effectue l’inventaire et c’est celui qu’il a
fait le soir qui constitue le stock physique le matin, donc, toutes les transactions peuvent être
débutée sans avoir attendre qu’on doit effectuer encore l’inventaire. En plus, le comptage des
stocks est effectué en permanence, sans que l’exploitation de l’entreprise s’arrête. Cette
pratique est intéressante parce qu’elle permet de donner des explications des écarts dont
l’origine est plus récente et les souvenirs sont encore frais contrairement si on attend
l’inventaire annuel qui est obligatoire. Il faut noter que cet inventaire est le complément de
l’inventaire peuvent être une vérification des prix marques d’une démarque inconnue
supplémentaire ou d’une mévente c'est-à-dire à l’aide des stocks, on peut connaitre les
habitudes des consommateurs pendant le jour en question.

1.2 Faiblesse
Toutes entreprises ont chacune ses points faibles et la SIB en fait partie malgré les points forts
cités ci-dessus. Mais la connaissance des faiblesses est un point pour pouvoir faire des
analyses afin d’adopter des actions ou bien de changer de stratégie.

1.2.1 Considération des impropres


Les produits impropres sont les produits qui ne sont pas conformes à l’attente des clients,
donc, ils ne sont pas destinés à vendre et le demande de l’objet de la destruction, ces produits
figure encore dans l’inventaire et sont encore considérés comme des stocks parce que pendant
l’arrivée des marchandises , le magasinier reçoit le titre d’entré et l’enregistrer, en fait, il ne
29

considère pas les impropres par exemple les produits qui contiennent des anomalies venant de
l’usine de production, alors, le nombre des marchandises enregistrés, plus précisément les
stocks comptable ou théorique contiennent aussi les impropres. Même si pendant l’inventaire,
ses produits impropres ne sont plus considérés car ils ont une place leurs appropriés, le stock
comptable augmente et entraine des écarts parce qu’ils ont une place leurs appropriés, le stock
comptable augmente et entraine des écarts parce que le stock comptable doit être égal aux
restes des produits stockés additionnées de tous les mouvements des jours y compris les
casses quelques soient leurs natures. Ceux-ci augmentent la situation des stocks et coût de
stockage et entrainent aussi de la rupture. Parce qu’il y encore des étapes à suivre avant de
procéder à la destruction ; D’abord, l’objet de la destruction fait appel à une négociation entre
l’administration et le chef magasinier et la procédure se fait appel à un auditeur pour établir
l’état des produits à détruire. Donc, les produits à détruire doivent figurer dans le magasin, en
plus, généralement, la destruction se fait trimestriellement, alors cette situation va durer de
3mois.

1.2.2 Existence des écarts


L’écart est la différence entre le stock physique et le stock comptable où
Stock comptable=somme entrée-somme sortie
Stock physique=inventaire le soir
Normalement, puisque l’inventaire est permanent c'est-à-dire que nous constatons les stocks
après chaque mouvement et que l’on porte ce chiffre le matin avant d’effectuer toutes autres
transactions, l’inventaire que nous avons effectué devrait être égal au stock comptable. Ci
après les causes qui présentent assez fréquemment : erreur du magasinier, les cases non
déclarés, les produits impropres venant de l’usine.

1.2.3 Insuffisance de sécurité


A part les cassés, l’insuffisance de sécurité peut entrainer des écarts et aussi l’insuffisance des
personnels pour contrôler tous les mouvements qui se passent au niveau du magasin, par
exemple, comme nous avons dit auparavant, les personnels ont bus les marchandises dans les
cartons, ce qui entraine des manquants au niveau du magasin. Or pendant l’inventaire, le
magasinier ne remarque pas ces manquants parce que nous avons déjà vu dans la première
partie que le mode comptage ne se fait pas par cols mais pas par carton et normalement
pendant le triage effectué par les manœuvres, ces cartons devraient être pleins. En effet,, il ne
s’ apercevra pas ce fait sans qu’il n’ait pas fait le tour de magasin et regarder de près le
30

contenu des cartons , or le problème est que les cartons qui contiennent des produits
manquants sont placés au milieu de tous les autres. En ce qui concerne les retours chauffeurs,
après pointage, les manœuvres a changé le mode placement des produits et les contrôleurs
quand il vérifie la conformité des produits à celui du bon de retour, il suit le mode de
comptage selon le format normal donc en réalité, le nombre des produits ne sont pas conforme
à celui écrit dans le bon de retour.

1.2.4 Insuffisance de locaux de stockage


Pendant la saison d’augmentation de la demande du client ou l’existence de plusieurs
commandes; l’entreprise ne cessent pas de produire chaque jour pour satisfaire ces clients.
Dans ce cas là, le stockage dépend de la capacité du magasin, ils se font au fur et à mesure de
la disponibilité des magasins. Les magasins ne peuvent pas supporter en totalité le volume
programmé en avance par le département. En plus les produits dans le magasin sont fragiles
alors la quantité est limitée pour éviter les impropres.

1.3 Opportunité
Pour chaque entreprise, il y a toujours des opportunités qui s’ouvrent, donc elle doit les
connaitre afin de pouvoir en profiter pour son bon marché même si la situation n’est pas liées
directement à l’entreprise car il aura des conséquences sur sa pérennisation et sur son image.

1.3.1 Au niveau national


C’est une société déjà ancienne sur le marché ; de ce fait, elle a beaucoup d’expérience et a
une bonne image et les clients font confiance à ses produits et restent fidèles grâce à la qualité
du produit et des services fournis malgré les différents problèmes comme la rupture, retard de
livraison,….

1.3.2 Au niveau de l’économie


L’entreprise est un agent économique qui contribue au développement d’un pays, l’entreprise
SIB possède 200 employés alors on peut dire que c’est une création d’emploi sur le monde du
travail.

1.4 Menaces
La connaissance des menaces pour la société constitue une prévention parce qu’elle doit éviter
à tout prix les menaces qui s’ouvrent les faits suivants constituent une menace pour la
société :
31

-L’apparition des nouvelles entreprises comme la SIP, savonnerie tropicale doit faire attention
surtout sur la qualité des produits similaires pour ne pas perdre beaucoup de part de marché.
-L’existence des produits importés sur le marché aussi constitue une menaces.

Section 2 : Recommandation
Le but de notre étude est l’amélioration de la gestion des stocks, c’est pourquoi, dans cette
dernière partie, après avoir analyser le FFOM que nous avons pu remarquer durant notre
observation d’entreprise, nous pouvons passer maintenant à la proposition d’action concernant
ses problèmes pour les éradiquer ou bien au moins minimiser les conséquence.

2.1 Concernant la destruction des produits


Dès la détection des produits impropres, il fut les déclarer et faire l’annulation de son produit
pour que le nombre réel des produits figure dans la situation des stocks et ils ne doivent plus
être considérés comme des stocks réels. Le magasinier doit bien contrôler lors de l’arrivé des
produits qui va être placés en stock, quand il fait l’enregistrement des produits, il déclare les
quantités des produits réels et les nombres des impropres.

2.2 Fixer un stock de sécurité


Pour un bon réapprovisionnement, il faut fixer un stock de sécurité pour déclencher le point
de commande afin de maîtriser les accélérations imprévues des sorties ou retard de livraison
selon les produits et en fonction de leur rotation parc que la passation de commande a une
influence directe sur la rotation des stocks. Pour des produits à forte rotation, il faudra fixer un
stock de sécurité plus élevé par rapport à ceux du faible rotation, alors, il faudra faire une
étude car tenir un stock n’est pas gratuit mais engendre aussi des coût supplémentaire.

2.3 Renforcement de sécurité en magasin


Si on se réfère dans l’analyse, on a vu que ces causes des écarts sont surtout pour les
personnel du magasin, l’action se focalise surtout sur eux :
-Interdire l’accès dans le magasin sauf aux personnels surtout pour le changement des
produits impropres ou des cassés.
-Surveiller les mouvements des entrées et sorties en magasin et utiliser des caméras de
surveillance qui servent à inciter les personnels à limiter ses actes.
-Engager un personnel responsable du changement des retours des produits non conformes à
l’attente du client et on donne l’entière responsabilité à ce dernier à effectuer la tache.
32

2.4 Création d’un nouveau magasin de stockage


La création d’n nouveau magasin favorise les conditions nécessaires pour le stockage des
produits et assure la suffisance des stockages des produits parce que le volume de vente ne
cesse d’augmenter alors, il faut aussi accroitre le nombre des produits stockés pour pouvoir
satisfaire la demande clientèle.
33

CONCLUSION

Dans le cadre de visite des sociétés, nous avons eu l’occasion d’intégrer pendant un bref
instant l’environnement et le quotidien d’une firme de production. Nous avons eu également
la chance de voir l’organisation et le mode de fonctionnement d’une société en général. Nous
avons pris connaissance du fonctionnement de ces sociétés, notamment la répartition des
taches regroupant la sectorisation, la structure interne qui régit l’entreprise (organigramme), la
délégation du pouvoir, la technique adopté au sein de la commercialisation, les politiques de
gestion de stocks et d’approvisionnement, et surtout la politique utilisées dans la gestion de
production. Pour avoir une idée plus concrète, nous avons présenté brièvement la gestion de
stock de l’entreprise SIB.

Dans le secteur privé comme dans le secteur public, les entreprises et beaucoup d’organisme
divers disposent souvent des stocks important et le SIB en fait partie. Elle a pris conscience de
l’intérêt tout en particulier d’une gestion rationnelle de ce domaine. Nous avons donc su
l’importance de la gestion de stock au sein de l’entreprise. La gestion de stock se fait en
fonction des actions commerciales, c'est-à-dire que le choix de quantité des ventes donc il est
nécessaire de la connaitre aussi.

L’analyse de la gestion de stock est primordiale pour pouvoir planifier et élaborer de stratégie
sur la gestion de stock. Elle nous a amené d’abord sur la technique de la gestion de stock qui
est composé par les différents niveaux de stocks, relation n de stock. L’objectif de la gestion
de stock est de trouver l’équilibre entre la demande du consommateur et les produits stockées
pour éviter les ruptures de stock ou le sur stockage alors l’Entreprise SIB a choisi d’utiliser les
indicateur de gestion de stocks : stock de sécurité, stock d’alerte et stock minimum. La
relation de stock est variée selon les ventes réalisées par l’entreprise et la possession en stock.
Ensuite, la méthode d’évaluation de stock qui permet pour l’entreprise de connaitre les coûts
de produits en stock pour pouvoir déterminer le prix de vente. Comme nous l’avons déjà vu la
SIB fabrique deux produits alors elle adopte la méthode FIFO pou r le savon et le CUMP pour
l’huile alimentaire. Enfin, le coût global de possession, les coûts de possession de stock et les
coûts de pénurie ou rupture de stock font partie des coûts liés au stock

Dans le cadre de gestion de stock, il existe un mouvement c'est-à-dire entrée et sortie. Le


mouvement doit être maitrisé par l’entreprise. Dans ce cas là l’entreprise SIB contrôle le jour
au jour pour éviter l’erreurs de comptage à partir d’un fiche de stock qui contient la liste des
34

produits en stock ; le contrôle manuel qui est à la charge de magasinier afin de constater le
stock réel suite à l’évolution du technologie, l’ entreprise SIB introduit la gestion informatisée
pour un contrôle approfondi des flux. Il enregistre les commandes, les retours de livraison et
le titre d’entré en utilisant le logiciel renaissance. Comme l’entreprise est rattachée avec la
comptabilité, la SIB effectue des enregistrements comptables. Cet enregistrement consiste
deux étapes : l’inventaire physique de stock qui exprime l’existant en stock c'est-à-dire la
comparaison du stock théorique au stock réel. Apres cette étape, le comptable va passer à
l’opération de comptabilisations en tenant compte de l’inventaire physique du stock.

En effet, la gestion de stock occupe une place important dans l’entreprise et surtout à son
développement parce qu’elle peut livrer les produits rapidement à ses clients et augmenter la
quantité de ses ventes. Elle peut satisfaire le besoin du consommateur dans un délai court qui
en donnera d’avantage par rapport à la concurrence. Cela permet à l’entreprise de dominer sur
le marché afin d’accroitre le chiffre d’affaire. Elle consiste d’abord à effectuer une analyse du
comportement du consommateur avant de déterminer les produits qui vont subvenir le
stockage pour éviter la rupture de stock qui va engendrer une perte pour l’entreprise ; pour
éviter aussi le sur stockage qui augmente les coûts du stockage alors il est nécessaire
d’optimiser la gestion de stock pour pouvoir atteindre l’objectif. La stratégie appliquée sur la
gestion de stock varie selon la conjoncture et dépend à la demande du consommateur.

Nous souhaitons qu’une étude plus approfondit soit faite parce qu’on sait que notre étude
n’est pas parfaite et que toute étude a besoins de complément pour arriver aux mieux à un
résultat final, et nous espérons pouvoir élargir nos connaissances en visitant d’autre entreprise
une prochaine fois. On espère que la SIB prendra en compte notre étude pour évaluer sa
politique adopté dans sa gestion de production et qu’elle puisse avoir une certaine idée sur ce
mini mémoire pour améliorer son système.

Même si on considère la SIB comme grande société adoptant la politique de gestion de stock
qui suit la technologie moderne, cette dernière n’est pas encore très efficace dans le mode de
distribution et la politique marketing, dans les matériels et machines. Mais la plus essentielle
c’est qu’elle maitrise bien au niveau de stock et approvisionnement, ce qui fait sa force depuis
ces 68 années. Actuellement, l’Etat traverse une situation de conjoncture de crise. Comme la
société entretien de relation avec l’extérieur pour les matières premières et les matériels, elle
ne peut pas échapper aux problèmes liés à la production qui leur est vital : l’importation des
35

matières premières, la variation du cours de change qui affecte la vente ou l’achat des
produits, l’échange informationnels et matériel. Devant l’instabilité politique qui est la base
du bouleversement, la meilleure attitude à adopter est de rester actif, essayer de s’adapter à
son environnement de proximité pour diminuer les risques et les coûts, et aussi pour
compléter les carences. Dans le développement de l’entreprise, il faut tenir compte aussi de
l’environnement externe. Nous devons porter une étude sur ça , alors comment entreprise SIB
gère son environnement externe ?
VI

BIBLIOGRAPHIE
 Cours de théorie de l’organisation en L1 2015
 DR RAKOTOMAHENINA Pierre Benjamin(2015) Organisation et Stratégie
d’entreprise , Département Gestion Université d’Antananarivo, EMP Firt Class
Entrepreneurship and Management
 Mémoire de fin d’étude 2007 présenté par R HOBY Vahatriniaina « analyse sur la
gestion de stock »
 JL Michel, chapitre2 « La gestion de stocks » doc-mars-2004
 BERNEMEN P. « les rotations de stock »
Edition Dumod,1995,292 pages
 PIERRE Z. « Pratique de la gestion de stock »
Edition Dunod :6ème édition, Paris 2001, 299pages
 SALIN E. « gestion des stocks les points clé »

Edition d’organisation 1987, 254 pages


VII

WEBOGRAPHIE
 www.leandigestion.com
 www.fr.madayp.com
 www.recherche.gov.mg
 www.these et mémoire en ligne.mg
 www.physicalsupplychains.com
VIII

ANNEXES
HISTORIQUE DE L’ENTREPRISE

A quel(s) a répondu la création de l’entreprise ?

Où se situe le siège social de l’entreprise ?

Comment se nomme le créateur de l’entreprise ?

En quelle année est-elle fondée ?

Quelle était votre première activité ?

A-t-elle connu des périodes de difficultés ?

Elaboration du résultat

Quels sont les différents niveaux de stock ?

Parlons-nous de votre rotation de stock ?

Comment évaluez-vous votre stock ?

Adoptez vous quelle méthode sur l’entrée et sortie en magasin ?

Quels sont les coûts engendrés par le stock que l’entreprise supporte ?

Comment contrôler vous votre stock ?


IX

TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS ................................................................................................................................ i
SOMMAIRE ............................................................................................................................................ii
INTRODUCTION ................................................................................................................................... 1
PARTIE I : MATERIELS ET METHODES........................................................................................... 4
Section 1: MATERIELS .................................................................................................................... 4
1.1 Cadre théorique......................................................................................................................... 4
1.2 Justification du choix de la zone d'étude et du thème.............................................................. 6
1.3 Présentation de la société SIB : ................................................................................................. 6
1.4 Présentation des outils : .......................................................................................................... 11
Section 2 : METHODES ................................................................................................................... 12
2.1. La collecte des données.......................................................................................................... 12
2.2. Méthode de traitements et analyses des informations ......................................................... 16
Section 3 : Limites de l’étude et difficultés rencontrés ..................................................................... 16
3.1. Limites de l’étude ................................................................................................................... 16
3.2. Difficultés rencontrés ............................................................................................................. 16
PARTIE II : RESULTATS.................................................................................................................... 18
Section 1 : Analyse de la gestion de stock ........................................................................................ 18
1.1. Technique de la gestion de stock de l’entreprise SIB : ........................................................... 18
1.2. La méthode d’évaluation de stock : ....................................................................................... 19
1.3. Coût engendré par le stock .................................................................................................... 20
Section 2 : La maitrise de l’entrée et de la sortie............................................................................... 21
2.1 Contrôle et suivi des stocks au sein de l’entreprise SIB .......................................................... 21
2.2 Enregistrement comptable ...................................................................................................... 23
PARTIE III : DISCUSSION ET RECOMMANDATION .................................................................... 27
Section 1 : Discussion ....................................................................................................................... 27
1.1 Forces ...................................................................................................................................... 27
1.2 Faiblesse .................................................................................................................................. 28
1.3 Opportunité ............................................................................................................................. 30
1.4 Menaces .................................................................................................................................. 30
Section 2 : Recommandation ............................................................................................................. 31
X

2.1 Concernant la destruction des produits .................................................................................. 31


2.2 Fixer un stock de sécurité ........................................................................................................ 31
2.3 Renforcement de sécurité en magasin.................................................................................... 31
2.4 Création d’un nouveau magasin de stockage ......................................................................... 32
CONCLUSION ..................................................................................................................................... 33
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................ XXXV
WEBOGRAPHIE .................................................................................................................................. VII
ANNEXES ........................................................................................................................................... VIII
TABLE DES MATIERES...................................................................................................................... IX