Vous êtes sur la page 1sur 12

VII.

Dimensionnement des Dalles :


Définition :
Les dalles sont des plaques portant dans les deux directions.

Les poutres dalles sont des plaques présentant deux libres, sensiblement parallèles et
distants d’au moins trois fois leurs épaisseurs.

Elles reçoivent les charges et les transmettent aux poutrelles et poutres qui reçoivent en
outre ponctuellement les actions des poutres. L’ensemble des efforts est repris par les poteaux
ou par des murs porteurs.

𝒍𝒙
Avec α = 𝒍𝒚 ≤ 𝟏

Calcul des moments :

SI α ≤ 0.40
Le panneau porte dans le seul sens porteur 𝑙𝑥 .
SI α ≥ 0.40

 Le panneau porte dans les deux sens 𝑙𝑥 et𝑙𝑦 .


 Au centre de la dalle par une bande de largeur unité.

Pour approcher de valeurs de coefficients 𝑢𝑥 et 𝑢𝑦 , on suit le règlement de BAEL d’après


ce tableau :
Calcul de moment sur et en travée de panneau :
 Dans le sens de la petite portée :

▪ Au centre : 𝑀𝑡𝑥 =0.75 𝑀𝑜𝑥


▪ Sur le bord : 𝑀𝑎𝑥 = -0.5 𝑀𝑜𝑥

 Dans le sens de la grande portée :

▪ Au centre : 𝑀𝑡𝑦 =0.75 𝑀𝑜𝑦


▪ Sur le bord : 𝑀𝑎𝑦 = -0.5 𝑀𝑜𝑦

Panneau de rive (à l’extrémité de la dalle) :

 Dans le sens de la petite portée :

▪ Au centre : 𝑀𝑡𝑥 =0.85 𝑀𝑜𝑥


▪ Sur le bord continu : 𝑀𝑎𝑥 = -0.5 𝑀𝑜𝑥
▪ Sur le bord extrême : 𝑀𝑎𝑥 = -0.3 𝑀𝑜𝑥

 Dans le sens de la grande portée :


 Au centre : 𝑀𝑡𝑦 =0.85 𝑀𝑜𝑦
 Sur le bord continu : 𝑀𝑎𝑦 = -0.5 𝑀𝑜𝑦
 Sur le bord extrême : 𝑀𝑎𝑦 = -0.5 𝑀𝑜𝑦
𝑙𝑥
Les dalles présentées sont appuyées sur ses deux sens ( =𝑙𝑦 ≥ 0.4) avec 𝑙𝑥
la petite portée et 𝑙𝑦 la plus grande  la dalle porte dans les deux sens.

Hypothèses :

- Béton : 𝑓𝑐28 = 25 MPA,


- Acier : 𝑓𝑒 = 500 MPA
- Fissuration: peu préjudiciable.
- calcul des charges sur 1m linéaire de la dalle.
- calcul des charges G ( 𝐾𝑁⁄𝑚²) et Q ( 𝐾𝑁⁄𝑚²) sur les planchers.

La charge à L’ELU :

Pu (KN⁄m) = (1,35xG + 1,5Q)

Les tableaux récapitulatifs des moments en travée et au bord de la dalle


Calcul de ferraillage des panneaux :
Dans ce projet, on fait le ferraillage de dalle de chaque plancher suivant le ferraillage
de panneaux le plus spacieux dans le plancher. (Pour une bande b= 1m de largeur).

Avec :

 charge repartie fissuration peu préjudiciable.


Espacement maximal des barres dans la bande de 1m.

3ℎ0
𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 ≤ 𝑀𝑖𝑛 { } 𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑥 .
33 𝑐𝑚
4ℎ0
𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 ≤ 𝑀𝑖𝑛 { } 𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑦 .
45 𝑐𝑚
Espacement calculé des barres dans la bande de 1m.
100𝑐𝑚
𝑆𝑡 =𝑁𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒𝑠

Les tableaux récapitulatifs du ferraillage des panneaux

Terrasse :
PL.H.RDC:

CALCUL DES ARMATURES TRANSVESALES :


𝛼 ≥ 0,4
𝑙𝑥 1 𝑙𝑥
𝑉𝑥 = p* ∗ 1+𝛼 ; 𝑉𝑦 = p* 3 ≤ 𝑉𝑥 ;
2 ⁄2

Aucune armature transversale d’effort tranchant n’est requise si les conditions suivantes sont
remplies :

 La dalle est bétonnée sur toute son épaisseur.


ƒ𝑐𝑗
 La contrainte tangente 𝜏𝜇 ≤ 0.07 ∗ ⁄𝛾𝑏.

Comme si le cas dans notre projet.


𝑉
Avec : 𝜏𝜇 = 𝑏 𝜇
0∗𝑑
VIII. FONDATIONS :
1. Généralités
On appelle fondation, la partie d'un ouvrage reposant sur un terrain d'assise auquel sont
transmises toutes les charges permanentes et variables supportées par cet ouvrage. Elle permet
d’assurer la stabilité de l'ouvrage et de limiter éventuellement les tassements compatibles avec
l'utilisation de l'ouvrage (quelques mm).
Importance de l’étude des Fondation
Le sol étant l’élément de base d’une construction, l’étude des fondations est de la
première importance. La connaissance du sol de fondation doit précéder toute étude de
structure quelle qu’elle soit. En effet, le sol est une donnée alors que la structure est à définir
et pour une bonne partie, la conception de celle-ci sera fonction des caractéristiques du sol de
fondation.
Choix du type de la fondation
On distingue les fondations superficielles ou peu profondes tel que les semelles et le
radier et les fondations profondes comme les pieux et les puits. On dispose dans la
pratique d’une grande diversité de fondations entre lesquelles on devra choisir des facteur
comme l’hétérogénéité du sol déjà soulignée, les mouvements de nappe phréatique, la
diversité des modes d’exécution et l’influence des bâtiments déjà existants sur le sol sous–
jacent (mitoyenneté).La solution doit vérifier deux conditions:
● Le coefficient de sécurité vis-à-vis de rupture doit être suffisant ; le calcul des
fondations est un calcul à la rupture.
● Les tassements doivent être admissibles pour ne pas endommager le bâtiment. Les
tassements différentiels sont la cause la plus fréquente d’incidents pour la structure. Un même
tassement différentiel aura des conséquences plus ou moins graves selon la nature de la
construction ; d’autre part le tassement dépend de la rigidité de la construction qui intervient
sur la répartition des efforts au niveau de la fondation.

Conclusion
De très nombreuses techniques sont disponibles pour fonder les bâtiments. Il faut
effectuer un choix au regard des considérations techniques (qualité du sol et
caractéristiques du bâtiment en projet) et économiques (coût relatif des différentes
solutions possibles).
2. Choix du type de fondation
Rapport géotechnique du site
La réaction du sol sous une structure peut être le plus souvent caractérisée par une
valeur ultime 𝑞𝑢 . La capacité portante d'un sol se caractérise par sa résistance au
tassement en fonction de la cohésion et des frictions internes.
La mesure de la contrainte admissible est une performance technique spécifique
qu'il est indispensable de connaître pour établir le système de fondation d'un ouvrage.
La mesure de cette performance s'acquiert par des essais de sol superficiels (essais à la table)
ou par des sondages.
Le rapport de sol, établi par le laboratoire en vue d’une construction, a pour objet
notamment de préciser la valeur de la contrainte de calcul q, La nature des sols rencontrés est
relevée à travers les sondages.

Figure 21 : Plan de coffrage des semelles


Calcul de semelle excentrée :
Pour le calcul de la semelle S7

On fixe B=0.6m ;
𝑁𝑠𝑒𝑟
On calcul A : A≥ ;
0,6 𝑥 𝜎𝑠𝑜𝑙

𝐵−𝑏
d≥ ; H=d+0.05 ;
4

Le calcul du ferraillage de la semelle excentrée et le même que la semelle centrée :


 FISSURATION peu préjudiciable
 A l’état l’ELU :
𝑷𝒖∗(𝑨−𝒂) 𝑷𝒖∗(𝑩−𝒃) 𝒇𝒆
𝑨𝒔𝒕 //𝑨 = (𝟖∗𝒅∗𝒇𝒔𝒖)
; 𝑨𝒔𝒕 //𝑩 = (𝟖∗𝒅∗𝒇𝒔)
; 𝒇𝒔 = 𝟏,𝟏𝟓 ;

La disposition des armatures :

Espacement entre les armatures:


𝑆𝑡𝑏 = (B-2 x e’)/ (𝑛𝑏 -1) ; 𝑆𝑡𝑎 = (A-2 x e’)/(𝑛𝑎 -1)
Avec : e’= 0.05 l’enrobage ;
La longueur de scellement est égale a :
∅ ƒe
𝐿𝑠 = 4 ∗ 0.6∗f avec :ψ ∶ 1.5 pour les barres HA courantes.
28 ∗ψ²

 Type de semelle :

e≥ max (15cm ; 6φ+6): 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒𝑠 𝑠𝑎𝑛𝑠 𝑐𝑟𝑜𝑐ℎ𝑒𝑡𝑠.

Pour toutes les semelles on va travailler avec une semelle plate.

ENROBAGE= 3 cm ;
X. Poutre de redressement
Application sur la semelle excentrée S31-sous poteau 32 :
On a fixé B a 60cm,

𝐵−𝑏
𝑀𝑢 = −𝑁𝑢 ∗ ( ) = −0.032𝑀𝑁. 𝑚
2
On a une poutre de b=25cm et h = max(h. s. 31; h. s. 32)

Cette poutre de redressement est située entres les semelles excentrées S31 et S32

h = max(0.15; 0.15) = 0,15


Mu
μ = b∗d²∗f =0,627
bc

α = 1.25 ∗ (1 − √1 − 2 ∗ μ)

Puisque α dans ce cas est non valable donc, on reprend le coffrage de la semelle excentrée
32. En vérifiant toujours la condition de la stabilité sur le sol.

𝑁𝑠𝑒𝑟 + 𝑝𝑝𝑑𝑒 𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒


≤ 𝜎𝑠𝑜𝑙
𝐴𝑥𝐵
𝑵𝒔𝒆𝒓 A adoptée B h h p.p. sigma sol
adoptée calculée adoptée semelle
S 32 0,132 0,57 0,9 0,22 0,25 0,0033 0,25

Calcul de ferraillage de la semelle S32.


La disposition des armatures dans la semelle :

On revient au dimensionnement de la poutre de redressement, on alors une poutre de b=25cm et


h = max(h. s. 31; h. s. 32)

Cette poutre de redressement est située entres les semelles excentrées S31 et S32

h = max(0.15; 0.25) = 0,25

Mu = -0,04290 MN
Mu
μ = b∗d²∗f =0,250
bc

α = 1.25 ∗ (1 − √1 − 2 ∗ μ) =0, 3666

On a
α < α lim = 0.617 donc on a pasd′ armatures comprimées

α < 0.259 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑜𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑎𝑢 𝑝𝑖𝑣𝑜𝑡 𝐴

fe
σa =
1.15
Mu
Au =
d ∗ (1 − 0.4α) ∗ σa

Au = 7,48m2 (5 HA14=7,70)

VI. Calcul des armatures transversales :


Effort tranchant :

Vumax = 142,820 KN ; 𝑏0 = 0,30 𝑚 ( ԏ𝑢0 ≥ ԏ𝑚𝑎𝑥 ; ℎ = 0.25 𝑚 ; 𝑙 = 4.5 𝑚

Effort tranchant réduit :

Transmission directe des charges aux appuis :

Charge uniformément réparties :

𝑉𝑢0 = 𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 − 𝑃0 𝑥1,5𝑥ℎ

Vu0 = 142,820 − 132 x 1.5x0,25

𝑉𝑢0 = 306,9 𝐾𝑁
Vérification du béton :

Contrainte tangente conventionnelle :

𝑉𝑢0
ԏ𝑢0 =
𝑏0 𝑥 𝑑

306.9 𝑥 10−3
ԏ𝑢0 =
0,3 𝑥 0,22

ԏ𝑢0 = 4.2 MPA

Vérification :

Contrainte tangente limite ultime :

0,15 𝑥 𝑓𝑐28
Fissuration préjudiciable ԏ𝑢 = min( ; 4 𝑀𝑃𝐴) = 2,5 MPA
𝛾𝑏

On a 𝜏𝑢 < 𝜏𝑢 non Vérifié √ des armatures


inclinées avec l’angle 45 degré.
0.27 𝑥 𝑓𝑐28
; 7 𝑀𝑃𝐴
ԏ𝑢 = min( 𝛾𝑏 ) =4.5 MPA

Contrainte caractéristique de traction du béton :

𝑓𝑡28 = 2,1 𝑀𝑃𝐴 < 𝑓𝑡28 = 3,3 𝑀𝑃𝐴 . (Ok) 3

Condition : 𝛼=45°

𝐴𝑡 𝑓𝑒 𝜏𝑢 − 0,3 𝑥 𝐾 𝑥𝑓𝑡28
𝑥 ≥
𝑏0 𝑥 𝑆𝑡 𝛾𝑠 0,9 𝑥 ( sin 𝛼 + cos 𝛼)

𝐴𝑡 𝑏 𝑥 (𝜏𝑢 − 0,3 𝑥 𝐾 𝑥 𝑓𝑡28 )



𝑆𝑡 𝑓 √2 √2
0,9 𝑥 𝛾𝑒 𝑥( 2 + 2 )
𝑠

𝐴𝑡 3 𝑥 ( 4,2 − 0,3 𝑥 1 𝑥 2,1) 𝑐𝑚2


≥ = 0,025
𝑆𝑡 500 √2 √2 𝑐𝑚
0,9 𝑥 ( )𝑥( 2 + 2 )
1,15

Pourcentage minimal :

𝐴𝑡
𝑥 𝑓 ≥ 0,4 𝑀𝑃𝐴
𝑏0 𝑥 𝑆𝑡 𝑒

𝐴𝑡 𝑏0 𝑥 0,4 30 𝑥 0,4 𝑐𝑚2


≥ = = 0,024
𝑆𝑡 𝑓𝑒 500 𝑐𝑚

Diamètre des armatures d’âme :


ℎ 𝑏0
∅𝑡 ≤ min ⟨∅𝑙 | ⟩
35 | 10

∅𝑡 ≤ min⟨14|7.14|30⟩

∅𝑡 = 8 𝑚𝑚

Prenons : 1 cadre HA 8 & 1 épingle HA 8.


𝜋 𝜋
𝐴𝑡 = 𝑛 𝑥 4
𝑥∅𝑡 ² =3𝑥 4
𝑥 𝑂, 8²= 1.507 cm²

Disposition constructives minimales réglementaires :

0,9 𝑥 𝐴𝑡 𝑥𝑓𝑒
𝑆𝑡 ≤
𝛾𝑠 𝑥 𝑏0 𝑥 (𝜏𝑢 − 0,3𝑥 𝑓𝑡28 )

𝑆𝑡 ≤ 6.616 𝑐𝑚

On prend st= 6 cm ;

𝑺𝒕𝟎 (cm) 6
𝑺𝒕𝒎𝒂𝒙 22,5
Condition vérifié OUI
L travée (m) 5.4
𝑺𝒕𝟎 3
(cm)
𝟐
𝑺 3
Entier ( 𝟐𝒕𝟎) (m)
N 3

Tableau de Caquot :

Soit un total de (cm): 270

Il reste (cm) : 41
17 - 3*8 - 3*9- 3*10-3*11-3*16-3*20-3.

St0 St0/2 3*8 3*9 3*10 3*11 3*16 3*20


Longueur 7 41 68 98 131 179 239
Cumulée