Vous êtes sur la page 1sur 101

Stéphanidie Flor POUNAN

Manager RH/AP

INSERTION
ET VIE
PROFESSIONNELLES
¾ Techniques de Recherche d’Emploi(TRE)
¾ Montage et Création d’Entreprise
¾ Droit du Travail/Législation du Travail
¾ Rédaction et Soutenance de Rapport de Stage

Presque tous les devoirs sont professionnels, c'est-à-dire qu'on


se sent obligé à une action que l'on sait faire. Exemples : le
pompier, le chirurgien, le soldat.
Alain
 

Si La Fontaine nous a laissé le plus pur trésor de la poésie française c'est parce qu'il a été un
homme -avec mille faiblesses -et un ouvrier -avec mille vertus. Auguste Bailly

FAG /BP .:1235Yaoundé-Cameroun


1er édition : N° d’Impression : PFS 001
POWERBACHE Education -août 2013 

Consultations  indépendantes au (00237)75054509 /99374861/pounflors@yahoo.fr 
 
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

SOMMAIRE
INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................................................... 2
Objectif général: ................................................................................................................................................ 2
Objectifs spécifiques :....................................................................................................................................... 3
I- CONSTRUIRE SON PROJET PROFESSIONNEL .................................................................................... 4
1- Bien se connaître / Intérêt de cette connaissance de soi? ....................................................................... 4
2- Analyser ses envies ...................................................................................................................................... 5
3- Eviter l’erreur d’aiguillage .......................................................................................................................... 5
4- Ce qu’il reste à acquérir............................................................................................................................... 5
II- ORGANISER SA RECHERCHE D’EMPLOI .................................................................................................. 6
1- La recherche d’information ........................................................................................................................ 6
a- Le marché apparent ou le marché ouvert ............................................................................................. 6
b- Le marché caché ....................................................................................................................................... 6
III- PREPARER VOS OUTILS DE RECHERCHE D'EMPLOI : le curriculum vitae (cv) / la lettre de
motivation ..................................................................................................................................................................... 6
1- La rédaction de votre curriculum vitae (cv) ........................................................................................ 7
a- Qu'est ce qu'un curriculum vitae (CV) ? ............................................................................................... 7
b- Les rubriques d’un curriculum vitae(CV) ............................................................................................ 7
c- Ce qu’il faut faire ou ne pas faire pendant la rédaction de son CV ................................................. 10
2- La- lettre de motivation.................................................................................................................................... 14
a– Qu’est ce qu’une Lettre de Motivation ? Comment la rédiger ?............................................................................ 14
b - Exemples de lettre de motivation ....................................................................................................... 15
IV- REUSSIR SON ENTRETIEN DE RECRUTEMENT ........................................................................ 19
1 - Les Conseils pratiques pour réussir son entretien d’embauche ...................................................................... 19
2 - Entretien avec un consultant aux questions d’emplois. ................................................................... 21
V- COMMENT NEGOCIER SON SALAIRE OU UNE AUGMENTATION DE SALAIRE ? ................ 25
1- La négociation de salaire lors de votre recrutement ............................................................................. 25
a- Les recommandations à respecter :...................................................................................................... 25
b- Les principes de la négociation ........................................................................................................... 26
i- Le dialogue .............................................................................................................................................. 26
ii- Convaincre .............................................................................................................................................. 26
iii- S’adapter à l’interlocuteur ................................................................................................................... 26
2- La négociation d’une augmentation de salaire ...................................................................................... 27
a- Choisir le moment propice ................................................................................................................... 27
b- Les éléments à faire valoir .................................................................................................................... 27
c- Attitude à adopter .................................................................................................................................. 27
d- Les erreurs à éviter ................................................................................................................................ 27
CONCLUSION GENERALE................................................................................................................................... 28

TRE 1
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

INTRODUCTION GENERALE

Les sociétés humaines sont en perpétuelle mutation. De ce fait, les différents acteurs
sociaux à la recherche d'une éventuelle insertion professionnelle doivent désormais
s'arrimer à ce nouveau contexte en épousant et en adoptant les diverses méthodes en
vue. Il est clair que l'obtention d'un emploi dans notre pays aujourd'hui est un
parcours du combattant, ceci parce que les jeunes ne sont pas toujours renseignés sur
les directives à suivre. Cela fait directement appel à une formation professionnelle par
laquelle les formateurs doivent restituer avec précision à ceux-ci des méthodes efficaces
pour accéder facilement à un emploi, le développement des compétences de base en
entrepreneuriat ou à la création d’une entreprise afin que ces derniers puissent
s’installer aussi en auto emploi.
Commençons par la recherche d’emploi.
Vous êtes à la recherche d’un emploi pour acquérir l’autonomie et débuter votre insertion
sociale et professionnelle (carrière). Quelle que soit votre domaine de compétence, vous
devez respecter une certaine logique dans votre conquête. Il vous faut vous armer de
courage, de détermination et surtout de patience! Vous devez garder la même attitude
comme dans le cas du stage.
Sachez d’abord que l’école est le moule de toute activité, donc il faut acquérir une solide
instruction. Ensuite, la ténacité paye: ne vous contentez pas de déposer des demandes
d’emploi, de deux ou trois entretiens puis d’aller rester chez vous en attendant qu’on vous
appelle. Vous ne trouverez pas du travail de cette façon-là. Vous pouvez chercher du travail
pendant plusieurs mois avant l’embauche. Dites et répétez chaque fois que cela est nécessaire
que « votre travail consiste à trouver du travail ».
Dans cette partie, nous avons quatre rubriques avec de nombreux points qu’il nous convient
d’analyser et de comprendre à savoir:

− Réussir son projet professionnel

− Élaborer ses outils de recherche d’emploi, en l’occurrence le Curriculum vitae


(CV) et la lettre d’accompagnement ;

− Organiser et planifier sa recherche d’emploi

− Réussir son entretien d’embauche ou de recrutement ;

− Réussir une négociation (augmentation) salariale.


Si vous mettez ces quelques principes et consignes en pratique, vous allez vous redécouvrir
et bien sûr mieux orienter vos recherches. Si vous le souhaitez....

Objectif général:

L’action de formation vise à développer chez l’apprenant les compétences nécessaires pour
réussir son insertion et/ou sa mobilité professionnelle.

TRE 2
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

Objectifs spécifiques :

Au terme du module, l’apprenant doit être capable :


− de montrer des connaissances en techniques de recherche d’emploi ;
− de montrer des connaissances en rédaction et gestion des correspondances
administratives relative à la recherche d’emploi ;
− d’utiliser toutes les informations relatives à l’employabilité disponibles dans les
structures étatiques et non-étatiques.

TRE 3
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

Il est question de bien s'organiser pour rechercher et trouver un emploi, faut’ il le rappeler, le
slogan du Fonds National de l’Emploi est : «la recherche de l’emploi est un emploi à plein temps ».
Il faut répondre aux questions que faire ? Comment s’y prendre ?

I- CONSTRUIRE SON PROJET PROFESSIONNEL

Nous définissons premièrement le concept projet comme un ensemble cohérent d’objectifs à atteindre
en un temps donné en mobilisant des ressources pour satisfaire des besoins stratégiques et non pour
répondre simplement à des problèmes actuelles. (Boukhari 2002).

En ce qui concerne le projet professionnel, il est question de se projeter dans l’avenir, en simulant son
parcours ou sa carrière professionnel.

Inutile de vous lancer dans une recherche d'emploi si vous ne savez pas ce que vous
voulez faire, vous perdrez votre temps et vous vous découragerez rapidement. Alors,
commencez par construire votre projet professionnel.

En effet, réussir son projet professionnel exige un peu de méthode et de réflexion. Voici en
quatre (04) étapes la démarche à suivre, en faisant un inventaire de ce qu’on est, de ses
envies, des erreurs à éviter, et de ce qu’il reste à acquérir.

1- Bien se connaître / Intérêt de cette connaissance de soi?

Il importe pour vous de mieux vous connaître car vous êtes désormais un produit ou un
service qui en même temps, doit satisfaire le client qui le sollicite (c.-à.-d. votre future
employeur), doit pouvoir se sentir épanoui dans son activité. Cette réflexion doit de
préférence être écrite car elle vous permettra :

− De faire le bilan de votre formation et de vos activités professionnelles (de ce que vous
avez appris, ce que vous avez fait, ce que vous pouvez faire et ce que vous savez faire)
;
− De développer les types d’activités qui vous plaisent particulièrement et dans
lesquelles vous vous sentez le plus fort ;
− De bien rédiger votre CV et votre lettre de motivation ;
− De mettre en valeur vos traits de personnalité (dynamisme, ténacité, sens de
l’organisation, l’esprit d’équipe, etc...) ;
− De réussir votre entretien d’embauche (parce que vous connaissez vos points forts et
saurez les exprimer clairement).

Cette connaissance de soi se fait par un questionnement qui peut se déterminer à travers les
axes suivants

• Ce que je suis (Ce que j’ai fait de ma vie, qui suis-je? Quelles sont mes
qualités/défauts, mes atouts/points faibles) ;
• Ce que j’ai appris (Études faites en formation initiale, complémentaire, connaissances

TRE 4
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

annexes) ;
• Ce que j’ai fait/ Ce que je peux faire /Ce que je sais faire / (Domaines de compétences,
aptitudes, techniques et méthodes utilisées,...) ;
• Les qualités que j’ai développées, motivations et intérêts personnels (Goût du risque,
rigueur, travail en équipe/groupe, ouverture d’esprit, organisation,...).

2- Analyser ses envies

− Ce qu’on aime faire, ce qu’on a envie de faire et surtout ce qu’on ne veut pas faire ;
− Ce qui est le plus important pour vous: les conditions de travail (horaire-mobilité),
les possibilités de promotion (objectifs d ‘évolution dans 1,2,3...5ans par exemple),
l’argent (quel est le niveau ou la fourchette de rémunération qu’on recherche), le
Contenu du travail, le niveau de responsabilité, le degré d’autonomie et d’initiative,
l’ambiance de l’entreprise, avec quels types de personnes (attitude, comportement) et
d’organisations (ONG, Publique, Privée, étrangères ou nationales,...) vous souhaitez
travailler.

3- Eviter l’erreur d’aiguillage

− Ce que j’ai comme préférences en termes d’activités (Secteur d’activité/Lieu


d’affectation/Rémunération) ;
− Quelles sont mes cibles professionnelles ? En fait il faut éviter d’aborder les choses
comme une opération comptable. Mieux vaut ne pas choisir un secteur d’activité ou
une profession seulement parce que le marché du travail y est porteur.

4- Ce qu’il reste à acquérir

− Après les envies est-ce que j’ai le profil requis, qu’est-ce qui me fait défaut ?
Comment et en combien de temps puis-je l’améliorer ?
− Suis-je prêt à m’engager, quelles conditions ou formalités restent à accomplir ?
− En matière de législation du travail, suis-je bien renseigné ? Quels types de contrat
existent-ils ? Lequel est adapté à ma personne ? Demander conseil.

Ce bilan personnel doit vous amener à répondre aux questions suivantes :

− Quel métier ou profession voudrais-je exercer ?


− Ai-je les aptitudes et moyens pour y parvenir ?
− Suis-je contraint de trouver un emploi en rapport avec ma formation initiale ?
− Dois-je envisager une formation complémentaire ? Si oui, dans quel domaine ?
− Vais-je connaître un épanouissement en exerçant, telle ou telle activité ?

Après cette réflexion vous pouvez rédiger votre curriculum vitae et votre lettre de
motivation aisément et clairement. Signalons que le bilan ou projet professionnel est un
fourre tout, un tableau de bord sur lequel on doit se référer chaque fois qu’on a besoin
d’argument pour faire un choix, ou pour convaincre.

TRE 5
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

II- ORGANISER SA RECHERCHE D’EMPLOI

Vous avez réalisé votre bilan personnel, votre curriculum vitae est au point, vous êtes près a
chercher un emploi. Les démarches gagnantes sont les suivantes :

1- La recherche d’information

Deux types d’informations sont à rechercher en faction des marchés de l’emploi :

a- Le marché apparent ou le marché ouvert

Les informations sur le marché apparent de l’emploi que sont les offres et les opportunités
d’emploi donnant lieu à une publicité. Vous aurez comme sources :
Les journaux ; la radio (Radio service, liste et agenda des radio à Yaoundé au Cameroun…) ;
les cabinets de recrutements (FNE, ADRH Apave,…) ; les amis et les relations ; les structures
étatiques (FNE, PIASSI, MINEFOP, COSUP) ; les chambres consulaires et chambres de
métiers (Chambre de commerce, Chambre d’agriculture, GICAM,…)

b- Le marché caché

Les informations du marché caché de l’emploi renvoient à toutes les entreprises qui ne
publient pas leurs offres et opportunités d’emploi, il faut les découvrir vous-mêmes. Il faut à
cet effet :
− Etablir une liste d’entreprises à approcher en fonction non seulement de vos aspirations
mais aussi de leur santé économique ;
− Multiplier vos chances en sélectionnant un nombre assez élevé. Votre choix doit porter
sur des entreprises qui ont besoin de vos compétences ;
− Vous informer sur les entreprises en question, sur leurs dirigeants, afin d’identifier
l’existence d’un besoin d’emploi exprimé ou non, correspondant à votre profil.

La recherche de l’information vous permet également de préparer un CV plus approprié


pour chaque type d’employeur et de personnaliser votre lettre d’accompagnement.

III- PREPARER VOS OUTILS DE RECHERCHE D'EMPLOI : le curriculum vitae (cv) / la


lettre de motivation

De nombreux ouvrages sont publiés sur le sujet, proposant des modèles de candidature.
Attention à la tentation du recopiage : votre lettre doit être personnalisée (c'est
vous que vous devez mettre en valeur !) et unique (elle doit être adaptée à l'entreprise à qui
vous vous adressez).

Gardez à l'esprit que votre dossier doit être concis, clair et bien présenté : il doit susciter
l'intérêt de votre lecteur et le convaincre de vous recevoir en entretien.

TRE 6
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

1- La rédaction de votre curriculum vitae (cv)

a- Qu'est ce qu'un curriculum vitae (CV) ?

Le curriculum vitae est un support d’informations synthétiques sur votre identité, votre
formation et vos connaissances en termes de savoir-faire et de compétences. L'objectif
premier du CV est de décrocher un entretien d'embauche. Il doit donc être clair, concis
et commercial. Il a pour but de mieux vous faire connaitre, attirer l’attention sur
votre candidature parmi de multiples autres et de susciter une rencontre avec le
recruteur. Un bon CV c'est la description de votre parcours clairement expliqué,
lisible et aéré. Il doit retracer avec précision votre cursus scolaire et surtout mettre
bien en évidence vos expériences passées et même les stages. Ne pensez pas qu'ils
n'ont aucune importance, au contraire, surtout dans le cas où vous n'avez pas encore
d'expérience professionnelle à décrire.

Un bon CV est avant tout un CV qui reflète bien votre personnalité, mais aussi votre
correspondance avec le travail auquel vous postulez. Il faut donc savoir moduler et adapter
votre CV (en accordant plus ou moins de place à vos expériences et hobbies) en fonction de
l'entreprise, du type de poste, et de la personnalité du recruteur si vous avez une idée de ce qui
peut l’accrocher.

b- Les rubriques d’un curriculum vitae(CV)

Il sera donné ici quelques exemples de rubriques. Vous devez les choisir en fonction de ce
que vous voulez faire valoir. Au besoin modifiez-les, ajoutez-en ou même changez les titres.

Nom, adresse postale, téléphone, courriel (Appeler abusivement Etat Civil)

Supprimez « Curriculum vitae » en grosses lettres dans le haut de la page. L’employeur est
au courant que c’est un curriculum vitae. Vous avez l’obligation de fournir votre date de
naissance ou votre âge (Fournir votre âge est plus directe et sincère), votre nationalité ainsi
que votre statut matrimonial. Ces informations sont souvent discriminatoires, mais reste que
cela dépend du contexte.

L’accroche (ou le titre du CV)

Il s’agit d’indiquer de façon très visible l’intitulez du poste ou la fonction que vous voulez
occuper dans l’entreprise. Ex. : Développeur d’application, Directeur Marketing, etc…

Connaissances linguistiques, informatiques ou autres

Indiquez les langues car elles représentent un atout. Cependant, ne quantifiez pas vos
connaissances, comme par exemple, si vous écrivez anglais, n’allez pas ajouter « un peu,
beaucoup, intermédiaire, fonctionnel » ni « anglais parlé, écrit ou lu », mieux vaut
s’expliquer lors d’une entrevue. Par contre, si vous ne pouvez pas vous débrouiller dans une
langue, n’inscrivez rien. N’allez surtout pas attirer l’attention sur cette lacune car votre

TRE 7
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

candidature pourrait être rejetée. Concernant l’informatique, inscrivez les logiciels avec
lesquels vous êtes à l’aise.

Objectif professionnel (facultatif)

Vous savez ce que vous voulez mais l’employeur, lui, ne le sait pas. Par exemple, être
bachelier en administration ou en communication offre une multitude de possibilités. Qui
voudrait de quelqu’un qui ne sait pas ce qu’il veut! En quelques lignes définissez le type de
travail que vous aimeriez accomplir. Si pour une raison ou pour une autre vous préférez ne
rien écrire, mentionner vos intérêts et votre motivation dans la lettre de motivation.

Études ou formation

Commencez dans l’ordre chronologique décroissant, du plus récent au plus ancien. Si vous
êtes au niveau Baccalauréat, arrêtez-vous au niveau d’étude collégiale et si vous êtes au
niveau Universitaire, arrêtez-vous au niveau du Baccalauréat. Inutile d’aller trop loin.
Inscrivez l’année d’obtention du diplôme, le titre du diplôme, la spécialisation, surtout
lorsqu’elle représente un atout, le nom de l’institution et la ville. N’écrivez pas toutes les
coordonnées. Vous pouvez aussi mentionner le titre de votre mémoire ou de votre
publication.

Autres formations, perfectionnement (Formations complémentaires)

Si vous avez suivi d’autres formations notamment des formations continues et qu’elles sont
pertinentes pour occuper le poste, Indiquez-les au début du curriculum vitae sinon prévoyez
une rubrique singulière pour elle.

Mentions, prix, bourses

Indiquez les bourses, les distinctions honorifiques ou encore, les prix spéciaux. Cette
information peut apparaître soit dans la rubrique « Études » sous le diplôme ou dans une
autre rubrique.

Compétences (Domaines de compétences)

L’avantage d’avoir une telle rubrique c’est qu’elle met en évidence votre profil et permet à
l’employeur de se faire rapidement une idée sur votre candidature. Ces informations
viennent préciser et confirmer votre objectif d’emploi. Les compétences représentent tout vos
acquis en lien direct avec votre objectif d’emploi. Vos compétences peuvent être de type
académique ou professionnel. Il suffit de passer en revue tous les cours que vous avez suivis
et tous les emplois occupés et de faire ressortir ce que vous êtes capable de faire. Une autre
façon d’y arriver c’est en se posant la question « Quelles connaissances je possède après mon
baccalauréat ». Vous pouvez avoir des compétences dans plusieurs champs, si c’est le cas,
divisez-les par catégories.

TRE 8
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

Exemple : vous n’avez aucune expérience, vous avez un Baccalauréat série G2 (Finance,
comptabilité) vous cherchez un emploi dans une Direction Financière et Administrative.
− Connaissance générale en lien avec l’administration (finance, comptabilité, ressources
humaines…) ;
− Administration des comptes clients et suivi après-vente ;
− Promotion de produits et sollicitation de clients potentiels ;
− Étude de marché, planification et organisation des stratégies de vente ;
− Collaboration à la planification stratégique ;
− Gestion du budget.

Réalisations

C’est en quelque sorte l’accomplissement d’une activité dont vous êtes particulièrement fier
et qui fait ressortir des points forts, des habiletés et des qualités qui intéressent les
employeurs. Vos réalisations peuvent être puisées dans vos expériences de travail, de stages,
de voyages, de travaux scolaires, de bénévolat, d’activités parascolaires, sportives et autres.
Vous pouvez les écrire à la suite de votre description de fonctions ou vous les énumérez dans
une rubrique, spécialement créée à cet effet.

Exemples :
− Animation d’un séminaire, d’une présentation orale ; Organisation d’une activité
spéciale ; Participation à une compétition ; Récipiendaire d’un prix spécial ;
− Conception d’un projet ;
− Résolution d’un problème, amélioration d’une situation ;
− Implantation d’une nouvelle méthode de travail ;
− Amélioration des relations entre employés ou formation de nouveaux employés ;
− Recherche de nouveaux clients, augmentation des ventes ;
− Collaboration ou responsable d’un comité, d’une association, d’un projet.

Les réalisations sont présentées de façon concise et précise, 2 ou 3 lignes tout au plus. Pour
les mettre en valeur, évaluez votre investissement. Chaque fois qu’il est possible de le faire,
spécifiez le résultat et quantifiez vos réponses.

Exemples : écrivez : « Coordination en 2005 des activités de financement pour un voyage


d’études de 35 000 000 Fcfa en quatre mois » plutôt que : Membre de l’association étudiante
en communication en 2005

Expérience de travail (emplois, stages, bénévolat, parascolaire)

Comme pour la formation, l’ordre chronologique décroissant est conseillé. Vous écrivez
l’année (période), le titre du poste, le nom de l’employeur, la ville et une brève description de
fonctions. Pour faciliter la lecture, l’utilisation de noms d’action ou de verbes d’action est
requise pour décrire vos tâches. La phrase ne contient que l’essentiel. C’est le style

TRE 9
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

télégraphique. Notez que certaines expériences comme les stages, le bénévolat et les activités
parascolaires peuvent avoir un lien avec l’emploi visé ; alors dans ce cas, ajoutez-les sous
cette rubrique. Si elles sont moins pertinentes, elles valent quand même la peine d’être
mentionnées mais dans une autre rubrique. De plus, si vous avez des expériences dans votre
domaine (emplois, stages, bénévolat, parascolaires) et des expériences qui ne sont pas en lien
avec l’emploi visé, il est préférable de diviser vos rubriques, soit une qui serait « Expérience
professionnelle » qui représente toutes celles qui ont un lien avec l’emploi, et une autre qui
serait « Autre expérience de travail » qui, elle, représente tous vos emplois qui n’ont aucun
lien direct avec l’emploi recherché.

Activités parascolaires

Si elles n’ont pas été mentionnées dans une autre rubrique, c’est le moment de les énoncer.
Suivez les mêmes règles que les expériences de travail et indiquez vos réalisations surtout si
elles sont pertinentes par rapport à l’emploi recherché.

Loisirs et intérêts personnels(Divers)

Énumérez les plus actuels. Citez-en quelques-uns seulement. Même si ces informations ne
sont pas décisionnelles, elles peuvent influencer le lecteur et permet aussi à l’employeur de
mieux vous connaître.

Références (Personne contact)

Écrivez simplement qu’elles seront fournies sur demande. Toutefois, prévoyez une liste de
noms avec leur numéro de téléphone et n’oubliez pas d’en parler aux personnes concernées.
Elles apprécieront être avisées pour se préparer. Il n’est pas toujours évident de fournir des
renseignements à l’improviste.

c- Ce qu’il faut faire ou ne pas faire pendant la rédaction de son CV

− À faire

- N’affirmez que ce que vous êtes en mesure de défendre en entrevue ;


- Rédigez votre C.V. en fonction de votre objectif professionnel et de l’emploi ou de
l’employeur ;
- Déplacez, enlevez ou ajoutez les rubriques selon l’emploi ;
- Respectez l’ordre de pertinence des fonctions ;
- Faites en sorte que votre C.V. soit sur une ou deux pages, bien que, trois pages bien
aérées valent mieux que deux pages trop chargées ;
- Appliquez vous à produire un C.V. qui soit clair, aéré, ciblé et personnalisé ;
- Rédiger des phrases courtes ;
- Démontrez votre originalité si l’emploi l’exige sinon restez conventionnel ;
- Utilisez les caractères gras, les encadrés, les tirets, les soulignés, sans en abusez ;
- Rédigez dans un style descriptif avec des verbes ou des noms d’action ;

TRE 10
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

- Soyez constant dans la disposition du contenu ;


- Énumérez vos emplois par ordre chronologique décroissant ;
- Utilisez du papier de qualité, de couleur discrète, format lettre (recto seulement) ;
- Réinscrivez votre nom et vos coordonnées sur la 2e page.
- Envoyer votre C.V. par courriel uniquement en format « pdf », c’est la meilleure
façon d’être certain que la mise en page demeurera intacte.

− À éviter

- Les fautes d’orthographe. Quelques fautes et votre candidature peut être rejetée ;
- L’envoi d’un C.V. sans lettre de présentation ou lettre de motivation ;.
- Les documents pliés, photocopiés, trop pâles ;
- Les abréviations parce ce qu’elles ne sont pas évidentes pour tout le monde ;
- Les répétitions, les redondances ;
- Les gadgets de présentation tels que reliure, ou autres ;
- Les phrases « stéréotypées », les clichés ;
- Les phrases qui commencent par « Je ».

Puisqu’une image vaut mille mots, voici quelques exemples. Mais attention, il ne s’agit pas
de reproduire ces modèles à la lettre, ces modèles peuvent certainement vous guider mais
n’hésitez surtout pas à les modifier pour qu’ils soient à votre image et à votre avantage.

Notons avec pertinence que pour des personnes en début de leur carrière professionnelle,
leurs curriculum doit être fin, précis et concis. Leurs cv portent généralement les rubriques
suivantes :

IDENTIFICATION  Qui suis-je ?


FORMATION  Ce que j’ai appris !
DOMAINES DE COMPETENCE :  Ce que je sui capable de faire
EXPERIENCE PROFESSIONELLE  Ce que j’ai fait !
DIVERS  Ce que j’ai de plus ! La valeur ajoutée

TRE 11
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

Sophie Laliberté (514) 888-5555


5088, rue Principale slaliberte@sympatico.ca
Montréal, Québec
Compétences linguistiques: français, anglais
Connaissances informatiques: MS-Office, File Maker, Adobe Photopaint, Word.

OBJECTIF PROFESSIONNEL
Accéder à un poste relié à l’organisation et à la coordination d’événements, ainsi qu’au développement et à la
promotion d’une région touristique.

FORMATION
2005 : Baccalauréat en Gestion du Tourisme et de l’Hôtellerie : Université du Québec à Montréal
2002 : Certificat en Traduction : Université de Montréal
2000 : DEC en Sciences Administratives : Collège Edouard-Montpetit, Longueuil

PRINCIPALES RÉALISATIONS
 Conception de matériel promotionnel pour une campagne publicitaire
 Participation à la réalisation d’une étude de marché qui a permis d’offrir de nouveaux produits
 Coordination d’une exposition visant la promotion de la région
 Création et organisation d’une journée carrière visant la promotion des étudiants en gestion du
tourisme et de l’hôtellerie
 Rédaction d’articles pour le journal étudiant l’ «Exploreur»
 Représentante du conseil de module des étudiants en gestion du tourisme et de l’hôtellerie

EXPÉRIENCE DE TRAVAIL
2004-2005 : Agent de développement en marketing- Stagiaire : Centre de développement économique, Deux-
Montagnes
 Assister le directeur pour la réalisation d’une étude de marché
 Collaborer avec les intervenants touristiques et économiques
 Établir et réaliser des stratégies de marketing
 Coordonner et organiser des événements spéciaux
 Assurer les représentations et les relations publiques
2003-2004 : Directeur du Marketing : Centre de plein air Troubadour, Saint-Donat
 Établir un plan de marketing
 Gérer le budget publicitaire
 Collaborer à la planification stratégique
2002 : Guide Touristique : Office du Tourisme, Laval
 Accompagner les visiteurs sur les sites culturels et historiques
 Renseigner les gens sur la géographie et l’histoire des régions visitées
 Conseiller les personnes selon leurs intérêts et leurs besoins
 Animer des séances de projection et distribuer des brochures
2000 : Préposée aux Renseignements : Maison du tourisme, Montréal
 Accueillir et informer les touristes sur les différents produits
 Proposer différentes destinations en fonction des besoins et traiter les plaintes
 Traiter les plaintes
ACTIVITÉS PARASCOLAIRES
2005 : Vice-présidente de l’association étudiante en Gestion du Tourisme et de l’Hôtellerie :
Université du Québec à Montréal

2003 : Membre du conseil de module en Gestion du Tourisme et de l’Hôtellerie : Université du Québec à


Montréal
2003 : Membre du comité de rédaction pour le journal étudiant l’ «Exploreur» : Université de Montréal
LOISIRS ET INTÉRÊTS
 Voyages: France, Hollande, Espagne, Colombie-Britannique, Costa-Rica
 Sports: Voile, escalade, plongée sous-marine
TRE 12
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

CHRISTINE MASSE
63, rue Lafayette
Lachenaie, Québec
J5R 4W71
(514) 444-9999
chircri@hotmail.com

OBJECTIF DE CARRIÈRE
Accéder à un poste de Gestion dans une organisation dynamique qui me permettra de
combiner mon leadership et mes talents de communicatrice avec mes aptitudes pour
l’administration afin d’y apporter une valeur ajoutée.

CURSUS SCOLAIRE
2004: Baccalauréat en administration option marketing : Université du Québec à Montréal
2001 : DEC en administration : Cégep Édouard-Montpetit

CONNAISSANCES PARTICULIÈRES
 Maîtrise des logiciels offerts par Microsoft Office.
 Langues parlées et écrites: français, anglais, espagnol (notions de base) et LSQ
(langage des signes québécois).

COMPÉTENCES ET APTITUDES
Bonne communicatrice
Directrice en communication du Club de marketing de l’UQÀM.
Présentations orales dans le cadre des cours universitaires.
Bonne gestion du temps (organisation)
Gestion de temps entre l’université, le travail et le bénévolat.
Analyse et créativité
Rédaction de deux plans d’affaires.
Initiative
Bénévole au Centre d’accueil Marcelle Ferron.
Projet en cours: l’implantation de la zoothérapie au Centre Marcelle Ferron.

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL
2005 : Représentante Bell Canada
 Cerner les besoins des clients et suggérer les services ainsi que les équipements
appropriés.
Réalisations:
 Reconnue pour traiter les plaintes à la satisfaction mutuelle des clients et de la
direction ;
 Facilité d’adaptation à la diversité du public, tout en ayant un comportement
professionnel ;
 Appréciée pour mon attitude positive au travail.

2000-2004 : Conseillère en vente chez Jacob (Mail Champlain)


 Déterminer les besoins des clients et les aider à faire un choix judicieux.
 Contribuer mensuellement au marchandisage.
TRE 13
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

2- La- lettre de motivation

a– Qu’est ce qu’une Lettre de Motivation ? Comment la rédiger ?

C’est un complément de votre CV. Il doit préciser vos motivations, et refléter votre compréhension du poste, votre
intelligence et votre personnalité. En fait que dire ou écrire dans une lettre de motivation ?
Vous devez vous imaginez devant un employeur et qu’il vous demande : « Pourquoi devrais-je
vous embaucher?» En répondant à cette question, vous aurez trouvé le contenu de votre lettre.
Voici en détails, la mise en forme d’une lettre.

Débutez en expliquant pourquoi vous écrivez. Ensuite, soulignez votre intérêt pour ce poste
ou pour l’entreprise. Puis, mettez en relief votre formation, votre expérience professionnelle
en lien avec les exigences du poste. Faites ressortir vos compétences et vos réalisations les
plus pertinentes. Nommer vos qualités pour convaincre l’employeur que vous êtes la
meilleure personne pour occuper ce poste. Solliciter une entrevue et terminez avec une
formule de politesse.

Vous devez :

− Faire bonne impression en adoptant une forme positive et affirmative ;


− Utiliser un français impeccable, sans faute d’orthographe ;
− Dactylographier votre lettre sur une seule page ;
− Adresser votre lettre à une personne en particulier, téléphoner pour obtenir le nom
de la personne à qui l’envoyer ;
− La structurer, la rendre précise et concise ;
− Limiter les « Je » en début de phrase, c’est ennuyeux à lire ;
− Écrire vous-même votre lettre car elle reflète votre image ;
− Signer votre lettre, juste au-dessus de votre nom.

Dans sa structuration.une lettre de motivation comporte principalement au moins trois


paragraphes :(la lettre de motivation ne présente pas votre CV).

− 1er paragraphe:

Ce paragraphe est une introduction qui doit accrocher immédiatement le lecteur. Il


explique la raison de votre envoi, spécifie un poste pour lequel vous vous appliquez et
comment vous avez trouvé l'information. Composez ou concevez une lettre pour
chaque emploi auquel vous postulez.
− « À froid »— Je désire poser ma candidature pour le poste ...
− À la suite d'un appel téléphonique- Suite à notre conversation téléphonique du
13 octobre dernier ...
− Une annonce (journal) : En réponse à votre annonce parue dans La Presse du 13
octobre 1999,…

TRE 14
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

− 2eme paragraphe

− Résumez votre profil mais ajoutez toujours des éléments qui peuvent intéresser
l'employeur.
− Expliquez pourquoi vous êtes intéressés de travailler pour cet employeur et
comment vos qualifications peuvent être utiles à la compagnie.
− Démontrez votre motivation. Faites le lien avec les termes de l'annonce. Si le premier
critère de l'employeur est le nombre d'années d'expérience, mettez en évidence votre
expérience plutôt que vos diplômes.
− C'est votre occasion de prouver que votre profil fait de vous le candidat idéal pour
répondre aux exigences du poste.
− Employez des verbes dynamiques. Indiquez que de plus amples renseignements se
trouvent dans votre C.V.

− 3eme paragraphe

Ici il faut indiquer votre désir de rencontrer l'employeur. Demeurez positif. Suggérez le
temps de rencontre et incluez une phrase ou une question qui va encourager une réponse
(Vous pouvez aussi indiquer votre intention d'effectuer un suivi téléphonique). Ne jamais
laisser le choix à l'employeur de vous contacter.

La lettre de motivation se termine toujours par ne formule de politesse signature : elle est
signé à la main et légèrement au dessus du nom (encre bleue ou noire.)

b - Exemples de lettre de motivation

Tout en précisant qu’il faut abandonner l'idée de la lettre-type, l’exemple d’une lettre de motivation
n’est qu’un chemin et non un modèle. La seule chose que vous devez retenir lorsque vous
rédigez une lettre de motivation, c'est que celle-ci doit être personnalisée, II n'y a pas de
lettre-type mais une méthodologie pour concevoir des lettres pertinentes et
accrochantes. La lettre de motivation transmet au lecteur une première impression sur
vos qualités, et devrait capter l'attention et la sympathie du lecteur avec des mots
simples, sans verbiage professionnel.

TRE 15
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

Carole CHAPEAU Paris, le 1er février 2005


4, rue de l’Aude 1,
75014 PARIS

REF : CV/SM – Le Figaro du 30/01/05

Objet : Lettre de motivation


Monsieur,

Une carrière résolument tournée vers la fonction commerciale et une


bonne connaissance de l’outil téléphone me conduisent tout
naturellement à vous proposer mes services pour le poste de Chef des
Ventes que vous proposez dans le Figaro.

Conseillère en marketing, spécialisée en bus mailing, j’ai su instaurer le


dialogue avec des PME/PMI à taille humaine, soucieuse de
communiquer au mieux.

Pour ceci, mes capacités d’écoute, de conseil et de conviction m’ont


permis de définir des opérations de communication qui répondent
spécifiquement aux besoins de chacun.

Disponible immédiatement, je vous propose de nous rencontrer afin de


vous convaincre de ma motivation et fixer mes prétentions de salaire en
fonction des responsabilités du poste.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’assurance de mes salutations


distinguées.
(Signature)

Carole CHAPEAU

TRE 16
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

NGAH ONANA Agnès Nadèges


BP: 1235 Yaoundé - Cameroun
Tel: (00237)99 45 09 70
Yaoundé, le 5 novembre 2010
Aichangah21@yahoo.fr

A
Monsieur le chef de projet CIVI. POL Conseil –
Assistance Technique pour la mise en œuvre du
programme de réhabilitation de l’Etat Civil au
Cameroun(PRE2C)
Yaoundé- Cameroun

Objet : Ma candidature au poste


d’Assistante au Chef de Projet

Monsieur le Chef du projet,

La lecture de votre offre d'emploi à travers un communiqué du Fonds National de


l’Emploi (FNE), a éveillé en moi une réelle motivation. Intégrer votre projet, serait pour
moi un véritable tremplin professionnel, et me permettrait d'élargir davantage mon
champ de compétences. C'est naturellement avec enthousiasme que je viens très
respectueusement auprès de votre haute personnalité solliciter le poste d’Assistante au
Chef de Projet pour la mise en œuvre du projet dont vous avez la lourde et noble
mission de coordonner. Actuellement en recherche d’un emploi stable, et compte de la
modeste expérience professionnelle que je possède, j'ai tout de suite fait de votre projet
une priorité, puisqu'elle correspond tout à fait à mes capacités, ainsi qu'à mes attentes
en termes de projet professionnel.

Justifiant d’une double Formation Professionnelle en Secrétariat Bureautique, et en


Comptabilité Informatisée de Gestion, et animé par un grand sens de l'organisation et
une bonne hiérarchisation des priorités. Je pense être une personne indiquée pour
occuper le poste d’Assistant au Chef de Projet au sein de votre projet.

Aujourd'hui, j'aimerais mettre mes qualités au service d’une Organisation, afin de l'aider
à relever les nombreux défis qui se présentent, surtout dans le contexte actuel.
Autonome et très productif, je suis certain, compte tenu des différents stages que j’ai
effectués et de ma modeste expérience professionnelle de pouvoir amener davantage
mon envie et mon dynamisme dans l’assistance du chef de Projet que vous êtes.

Je suis disponible dès maintenant, pour un entretien à votre convenance, afin de vous
apporter de plus amples précisions sur mes motivations.

Tout en espérant que ma demande reteindra votre attention, je vous prie d'accepter,
Monsieur le Chef du Projet, l'expression de mes salutations distinguées.

Pièces Jointes(02) :
- Curriculum vitae Nadèges Agnès ONANA NGAH
- Photocopie du diplôme

TRE 17
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

ATANGANA Charles Guy Yaoundé, le 12 septembre 2011


Tél : (237) 7633 28 78
(237) 9545 77 33

A
Monsieur le Secrétaire Général du Comité
Central du Rassemblement Démocratique du
peuple Camerounais(RDPC)
Yaoundé - Cameroun
Objet : Demande d’emploi

Monsieur le Directeur,

C’est avec enthousiasme que je viens auprès de votre haute personnalité solliciter votre accord en vue
de mon recrutement au sein de la dynamique et rayonnante entreprise que vous avez la lourde mission
de diriger. Je suis à la recherche d’un emploi stable, et compte tenu de ma modeste expérience
professionnelle, j’ai tout de suite fait de votre entreprise, une priorité, puisqu’elle doit regorger des
personnes engagées et prêtes à se donner à fond pour l’attente des objectifs assignés à votre
entreprise.
Intégrer une entreprise comme la votre serait une opportunité formidable pour moi afin d’y apporter mon
dynamisme, ma disponibilité mon intégrité et les mettre à votre service pour le progrès de l’entreprise
en qualité de chauffeur.
Justifiant certes d’une formation professionnelle en maintenance Réseau et animé d’un grand sens du
service, je pense humblement être l’une des personnes indiquées pour une entreprise comme la votre
tant ses domaines d’activités me sont familiers.
J’aimerai ainsi mettre mes qualités à votre service afin de vous aider à relever les nombreux défis qui se
présentent à vous et à votre entreprise.
Productif, social et bilingue, je pense pouvoir m’intégrer et interagir avec le reste des employés, dans
une soumission et un respect total, pour apporter le dynamisme et l’énergie nécessaires à la réalisation
des objectifs de l’entreprise.
Je suis disponible dès maintenant pour un entretien à votre convenance, afin de vous apporter de plus
amples précisions sur mes motivations.
Tout en espérant que ma demande retiendra votre attention je vous prie d’accepter, Monsieur le
Directeur Général, l’expression de mes salutations distinguées.
Pièces Jointes : (06)
- Une photocopie de la carte d’identité
- Une photocopie de mon permis de conduite catégorie B
- Une photocopie de l’attestation de fin de formation professionnelle
- Une attestation de travail en qualité de chauffeur bénévole
- Une photocopie du Baccalauréat
- Un curriculum Vitae

ATANGANA Charles Guy

TRE 18
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

Vous avez soumis une candidature spontanée ou répondu à une annonce et l’entreprise
concernée vous convoque pour une interview de recrutement, la dernière étape à franchir
avant l’emploi. Elle est souvent précédée de tests psychotechniques ou de connaissances. Il
n’existe pas d’entretien type. Il y a presque autant de formes que d’entreprises. De plus, sous
ce vocable se cache souvent non pas une rencontre mais plusieurs.

IV- REUSSIR SON ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

L’entretien d’embauche est votre examen de passage à l’emploi. Vous devez donc vous y
préparer, avec minutie en comprenant le processus de recrutement, la manière dont la lettre de
motivation est décryptée et le CV décodé et en suivant ces quelques conseils.

L’entretien est un échange entre deux parties, l’une étant l’employeur et l’autre le
chercheur d’emploi. Ils sont de plusieurs formes, notamment : l’entretien
individuel ; l’entretien collectif ; l’entretien exploratoire ; l’entretien jury ;
l’entretien directif ou non directif.

En fait l’objectif premier d’un curriculum vitae et une lettre de motivation c’est de décrocher un entretien
d’embauche, qu’il soit de quelle forme que ce soit. Alors si vous êtes convié à un entretien
d'embauche, préparez-vous consciencieusement. Réfléchissez à l'avance aux
questions que l'employeur pourra éventuellement vous poser. Pensez également aux
questions que vous aurez à poser.

1 - Les Conseils pratiques pour réussir son entretien d’embauche

Il faut fondamentalement se préparer aux questions sur votre formation, vos


compétences, vos expériences professionnelles et de la vie, et même votre
comportement.

− Lisez les définirions des compétences et assurez-vous de bien les comprendre ;


− Subdivisez la définition d'une compétence en divers éléments et posez-vous la
question suivante : « Quand ai-je eu à démontrer que je possédais le
niveau de compétence correspondant à cette partie de la définition? » Par
exemple, « Quand ai-je eu à travailler en équipe? » ;
− Examinez vos propres expériences et précisez les incidents ou les situations
qui se rapportent à ces compétences ;
− Essayez de penser aux situations les plus exigeantes et les plus récentes. Si
votre meilleur exemple est survenu il y a cinq ans, utilisez-le, mais n'oubliez pas que
les exemples les plus récents vous avantagent. Le chargé d'entrevue veut savoir si
vous utilisez vos aptitudes et vos capacités maintenant ;
− II n'est pas nécessaire que les exemples soient liés au travail, surtout si votre
meilleur exemple n'est pas lié au travail. Vous pouvez utiliser le même
exemple pour plus d'une question si différents aspects de cet exemple
permettent de répondre à différentes questions.

TRE 19
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

Durant l’entrevue

− Soyez enthousiaste et ayez confiance en vous, mais rappelez-vous qu’il s’agit d’une
entrevue officielle et qu’il vaut toujours mieux dans ce cas se comporter de façon
posée, courtoise et amicale. Votre attitude durant l’entrevue témoigne de vos
compétences en relations interpersonnelles et en communication ; le chargé
d’entrevue en tiendra compte dans son évaluation ;
− Répondez aux questions de façon directe. Fournissez des détails pertinents et évitez
les réponses qui n’en finissent plus ;
− L’entrevue n’est pas une course contre la montre. Prenez le temps de réfléchir à la
question, de formuler votre réponse ;
− Ecoutez attentivement ce que le chargé d’entrevue vous dit. N’hésitez pas à
l’occasion, de lui demander des précisions si vous ne comprenez pas la question qu’il
vous pose. Evitez cependant de lui faire répéter chaque question. L’écoute est un
aspect important de la communication orale, qui sera évaluée durant l’entrevue. Vous
ne devriez pas utiliser cette tactique pour, par exemple, gagner du temps, c'est-à-dire
pour pouvoir réfléchir davantage à la réponse que vous donnerez à une question ;
− Evitez de céder à la panique lorsque vous ne pouvez pas répondre à une question.
Vous pouvez « passer » une question et y revenir plus tard. On ne vous pénalisera
pas pour cela. Si vous avez un trou de mémoire, vous pouvez dire « La réponse ne me
vient pas pour l’instant, pourrions-nous revenir à cette question plus tard ? » ;
− L’incapacité de répondre à une question ne signifie pas automatiquement que vous
échouez à l’entrevue. La note que vous obtiendrez pour chaque compétence et votre
note globale dépendront des renseignements que vous aurez fournis. De plus, il est
peu probable que vous ne soyez en mesure de répondre aux questions, car elles sont
de nature assez générale pour s’appliquer à presque tout le monde ;
− Le chargé d’entrevue peut parfois vous demander de citer un autre exemple, même si
vous avez répondu à une question de façon exhaustive. Cela ne veut pas
nécessairement dire que votre réponse n’était pas satisfaisante. Il peut simplement
vouloir obtenir des renseignements supplémentaires ou plus récents au sujet d’une
compétence particulière ;
− Portez attention aux commentaires du chargé d’entrevue. S’il vous demande de
fournir des renseignements supplémentaires sur une situation, essayez de fournir
davantage de précisions à la question suivante. S’il vous interrompt, essayez de
répondre de façon plus concise à la question suivante ;
− N’inventez pas de réponses ! Les chargés d’entrevue sont spécialement formés pour
obtenir des renseignements supplémentaires et détecter toute information
mensongère. Ils sont policiers ; ils ont l’habitude de vérifier si ce qu’on leur dit est
vrai et pourraient vous demander les noms et les coordonnées de personnes capables
de confirmer les situations décrites. Si vous tentez de mentir ou d’omettre
délibérément des renseignements pertinents, votre candidature pour un emploi peut
être rejetée.

TRE 20
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

Nous vous proposons ici une recette édictée par le MINJEUN, en vu de mieux vous préparez
à votre entretien d’embauche. C’est un consultant aux questions de l’emploi qui répond aux
questions des jeunes chercheurs d’emploi.

À la lecture de cet entretien préparatoire à l'entrevue avec un recruteur, vous saurez davantage
à quoi vous attendre à cette étape du processus de recrutement. Vous y trouverez des
conseils sur la façon de vous préparer, de parvenir ainsi à réduire votre anxiété.
L’entretien proposé ici a pour but de vous aider à donner le meilleur de vous-même
durant l’entrevue.

2 - Entretien avec un consultant aux questions d’emplois


Modérateur : Bonjour à toutes et à tous, nous avons le plaisir d'accueillir
monsieur le consultant, bonjour, nous sommes heureux de vous
retrouver………………..Merci.

Chercheur d’emploi: Comment valoriser sa candidature en étant jeune diplômé sans


expérience ?

Consultant : Pour valoriser votre candidature, il vous faut de la méthode. D'abord, ne


dites pas que vous n'avez pas d'expérience. Vous en avez peu mais vous en avez tout de
même depuis votre naissance. Quand je dis méthode, il faut que vous soyez très
clair sur la connaissance de vous-même, de ce que vous voulez faire et du marché du
travail, c'est-à-dire ce que veut le recruteur. Les arguments que vous développerez ne
seront que la conséquence de ce que l'on vient de dire.

CE: Bonjour, ma candidature intéresse beaucoup de sociétés, mais lors de l'entretien,


je n'arrive pas à me vendre et surtout susciter l'intérêt de l'employeur. Merci !

C : Je reviens sur ce que je disais à la première question. Un recrutement c'est comme un


mariage ? Il faut dont que les critères que recherchent le recruteur soient en
adéquation avec ceux que vous avez.

CE: Que doit-on répondre lorsque notre interlocuteur fait état de notre âge jugé "trop juste"
par rapport au poste ?

C: Lorsqu'il vous a convoqué il savait l'âge que vous avez. A vous de bien mettre en avant
tout vos atouts. Pas la peine de dire qu'il faut de la méthode.

CE: Ma question est la suivante : j'ai un rendez-vous pour un poste de gestion de relation
de clientèle étrangère pour une banque. Le travail sera essentiellement en anglais et j'ai
mis anglais courant dans mon CV. Est ce un plus si je mène l'entretien en anglais dès le
début ?

C : Si vous le sentez comme ça, oui.

CE: Faut-il insister, en entretien, sur une expérience universitaire d’un an à


l'étranger pour un poste au Cameroun et sans aucune relation avec l'international ?

C : Bien sûr si vous y avez acquis des compétences, des savoir-faire, que vous jugez intéressant

TRE 21
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

comme argument pour réussir dans le poste que l'on vous propose.

CE: Comment justifier une période de chômage ? Et Comment justifier l'inactivité


depuis le diplôme ?

C: J'imagine et j'espère que vous avez employé cette période à faire des choses intéressantes
que vous détaillerez. Si c'est la recherche d'emploi, le recruteur sait que cela prend du temps.
Effectivement, ce n’est pas très rassurant pour le recruteur de se dire que les autres ne
vous voulaient pas. Montrez que vous avez gardé tout votre enthousiasme, votre
dynamisme et vos capacités à réussir dans le poste.

CE: Bonjour, doit-on prendre des notes pendant l'explication du poste ?

C : Oui, prenez des notes cela montre tout l'intérêt que vous portez à ce que dit votre
interlocuteur. Petit conseil, ne passez pas tout votre temps qu'à prendre des notes.

CE: Bonjour j'ai passé un entretien. Aujourd'hui je suis en attente de la réponse. On m'a
dit qu'on me contactera. Est-ce à moi tout de même de prendre les devants et de les
contacter pour savoir si ma candidature a été retenue ? Et si oui, quand faut-il-le faire

C: N'oubliez pas que vous êtes offreur de services et non pas demandeur. C'est un cadeau
que vous faites à l'entreprise en postulant chez eux. Donc ce sera peut être aussi un cadeau
pour l'entreprise de la relancer surtout si elle vous recrute. Difficile de dire combien de
temps après. Pas au bout de trois jours et pas au bout d'un mois. A vous d'être diplomate.

CE: Que répondre à la question "Avez-vous eu des entretiens depuis le début de votre
recherche " si on n’en a eu aucun ?

C: Essayez d'expliquer pourquoi vous n'en avez pas eu. Par exemple, mauvais CV,
mauvaises lettres, marché difficile... et que maintenant votre recherche d'emploi est
plus structurée.

CE: Lors d un entretien collectif, faut-il s'imposer, ou au contraire faire preuve d'écoute,
d'empathie ?

C: II n'y a pas de réponse type. C'est à vous de juger. De la manière de se comporter. Un


entretien collectif permet de juger les personnes dans une situation bien particulière.
CE: Que mettre dans une lettre de remerciements suite à un entretien ?
C: Je suis tout à fait d’accord pour faire une lettre de remerciement après un entretien.
Vous confirmez ainsi votre motivation pour l’entreprise et pour le poste. Et que vous avez
bien compris la suite qui serra donnée au recrutement (délai, relances…).
CE: Quelle tenue pour être présentable lors d’un entretien ?
C : Il est important d’avoir une tenue correcte. Celle-ci doit correspondre si besoin au poste à
pourvoir et en tout cas à la culture de l’entreprise.
CE: Je travaille à mi-temps en tant que caissier pendant que je cherche du travail. Faut-il le
mettre dans le CV et en parler en entretien ?
C: Oui, cela montre votre motivation. Et que même en tant que caissier vous acquérez des
compétences et de l’expérience (travail en équipe, organisation, relation clients ; conscience
professionnelle),

TRE 22
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

CE: Qu’attendent les cabinets de recrutement d’un entretien téléphonique de


« présélection » ?
C: Par définition c’est le principe même de la présélection. Pour gagner du temps et mieux
cibler votre profil avant éventuellement de vous convoquer. Cela permet aussi par le jeu des
questions/réponses pour vous de mieux connaître l’entreprise et le poste, et pour
l’entreprise de sentir votre motivation.
CE: Bonjour, j’ai reporté un entretien parce que j’ai été malade, est ce que je dois les
contacter pour prendre un nouveau rendez-vous ?
C: Oui qui ne tente rien n’a rien. Comme je vous disais tout à l’heure, c’est peut être un
cadeau que vous lui faites. Néanmoins, si vous n’avez pas prévenu de votre absence, ce n’est
pas forcément un bon point.
CE: Les tests de personnalité /de logique, etc. sont-ils fréquents lors des recrutements ?
Comment s’y préparer ?
C: Ils ne sont pas très fréquents. Ils sont surtout réservés pour des postes bien particuliers ou
dans certaines entreprises. Par définition, un test n’a pas besoin d’être préparé si non cela
enlève tout l’intérêt du test. Pour éviter le trac, consultez des bouquins qui vous disent ce
que sait.
CE: Lorsqu’on doit passer un entretien avec plusieurs personnes mais qu’on a un
interlocuteur unique dans l’entreprise, peut-on demander à connaître les noms et fonctions
de toutes les personnes qui vont nous recevoir (pour préparer en fonction le discours) ou
bien est ce indiscret ou inconvenant. ? Merci !
C : Il me semble que c’est plutôt indiscret et inconvenant. Néanmoins, essayez d’une façon
aimable de savoir qui ils sont et leurs fonctions.
CE: Faut il répondre juste ce qu’il faut à un recruteur ou développer un maximum même en
débordant sur un autre sujet ?
C: Faites attention de ne pas trop déborder, vous risquez d’être hors sujet, et dévoiler une
facette de votre caractère qui n’est peut être pas vous-même. Je reviens sur mon conseil,
préparez vous au maximum en imaginant les questions qu’il vous posera. Cela vous évitera
d’être soit trop court soit trop long.
CE: On me demande de me présenter. Par quoi dois-je commencer ? Formation, expérience,
professionnelle…
C: Suivez l’ordre de votre CV : votre formation, expérience professionnelle si c’est dans cet
ordre là. Mais inutile de lire votre CV. Il sera la trame de ce que vous développerez derrière
en mettant bien en avant votre savoir faire .On en a toujours.
CE: Est-il plus judicieux et plus apprécié d’avoir un petit job ponctuel ou de consacrer tout
son temps à la recherche d’emploi ?
C : Un petit job ponctuel ne pénalisera pas vraiment votre recherche d’emploi. Si vous vous
êtes correctement organisée. Attention que le petit job ne vous donne pas bonne conscience
et une bonne raison de repousser votre recherche d’emploi.
CE: Comment négocier le salaire lorsque l’on n’a pas vraiment d’expérience ?
C : Il y a certain nombre d’études qui existent sur les salaires. La presse en parle souvent. Il
doit y avoir des grilles dans vos écoles ou universités et regardez les petites annonces, les
salaires sont parfois indiqués. Le salaire généralement vient qu’à la fin des entretiens.
Généralement il y a adéquation entre le poste et ce que l’on vous propose. A vous de juger.

TRE 23
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

CE: Lors de l’entretien, faut-il apporter un document présentant notre dernier diplôme,
notre l’école ?
C : Pourquoi pas ? Le recruteur ne connaît pas forcement ce diplôme ou le connaît mal. C’est
peut être une bonne façon de vous distinguer des autres.
CE: Répondre de manière courte et succincte est-il déconseillé ?
C : Pas forcément. Maintenant pourquoi court et succinct ? Y a-t-il une raison ? Si c’est parce
que vous ne savez pas quoi dire, et bien je vous redis préparez-vous.
CE : Vous en avez fait passer, vous, des entretiens ? Et quelles attitudes étaient rédhibitoires
pour vous ?
C : Celui qui visiblement n’est absolument pas motivé ou qui visiblement dés le départ ne
correspond pas au poste soit parce que c’est son CV et sa lettre qui ne correspondent pas ou
qu’il n’a aucune argumentation qui justifie qu’on le recrute.
CE: Que répondre à la question où vous voyez-vous dans 10 ans ? Merci
C: Question toujours difficile à répondre parce qu’on n’est pas Madame Soleil. Je suis Bac +
et cela m’a demandé beaucoup de travail et d’effort. Je suis très fier d’y être arrivé. Je
souhaite continuer sur cette pente ascendante. Dans quelques années, je pense être
totalement opérationnel et performent, prêt à monter dans la hiérarchie. Dans 10 ans, je serai
à votre poste mais vous serez toujours mon N+1 :
CE: Quand on me demande « pourquoi vous plutôt qu’un autre ? », que faut-il répondre ?
Que répondre à la question : pourquoi devrais-je vous choisir ?
C: Pourquoi moi plutôt qu’un autre parce que je pense que j’apporterai mon dynamisme mes
compétences, mes connaissances et que je réussirai facilement dans ce poste en m’intégrant
immédiatement.
CE: Comment valoriser ses stages en tant qu’expérience ?
C: Un stage est une expérience professionnelle où vous avez vécu des situations, vous avez
réalisé, vous avez appris et que grâce à celui-ci vous pourrez être immédiatement ou très
rapidement opérationnel et réussir dans le poste proposé.
CE: Faut-il nécessairement se renseigner sur l’entreprise avant l’entretien ?
C: C’est absolument indispensable, incontournable. Eventuellement allez la voir, cela vous
évitera de poser la question, où prendre rapidement le taxi? N’oubliez pas qu’une offre
d’emploi quelle qu’elle soit peut vous apporter énormément d’informations sur l’entreprise,
sur son organisation, sa culture…
CE: Lorsqu’un recruteur insiste sur un point faible mieux vaut se défendre en disant que
l’on peut apprendre ou dire que l’on ne sait pas ?
C: Dites que vous ne savez pas et que vous allez apprendre. Et essayez de rebondir sur
d’autres critères valorisants vous concernant : motivation, dynamisme.
CE: Si lors d’un entretien, le recruteur demandait ce qui dans votre personnalité peut poser
problème pour ce poste ;
C: C’est une question piège. Dans ce poste, il y a peu de variétés. Donc je risque de m’y
ennuyer. Ce qui fait qu’il ne faut pas que j’y reste trop longtemps.
CE: Préférez – vous travailler en équipe ou seul ?
C: Je préfère travailler en équipe. J’ai eu des exemples en particulier lorsque j’étais en stage.
Effectivement, j’étais beaucoup à l’aise lorsque je travaillais avec les autres que lorsque j’étais
tout seul. D’ailleurs, vous verrez dans mon CV que j’aime beaucoup les sports en équipes.

TRE 24
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

CE: Si le recruteur demandai notre plus belle réussite ? Notre principal échec ?
C: Mon principal échec a été lorsqu’on m’a confié un projet lors de mon stage. Celui-ci ayant
été trop court je n’ai pas pu aller jusqu’au bout. J’en ai été donc très frustré. Ma plus belle
réussite fut ce même projet qui a été repris en interne et maintenant appliqué avec réussite
mais sans moi.

Modérateur : Merci beaucoup monsieur le consultant.

En effet au cours d’un entretien d’embauche il faut toujours choisir des bons exemples.
Nombre de postulants font l’erreur de ne pas mentionner des expériences de vie très
pertinentes parce qu’elles n’ont pas eu lieu dans le cadre d’un travail à temps plein.
Cependant, vous avez peut-être acquis les compétences exigées et en avoir fait preuve lors de
diverses activités.

Aussi, lorsque vous vous préparez à l’entrevue, prenez le temps de réfléchir à votre passé et
choisissez les exemples les plus pertinents aux compétences définies précédemment. Vous
trouverez ci-après des exemples d’activités auxquelles vous avez peut-être participé et qui
pourraient être d’excellentes réponses aux questions d’entrevue : - Sports de compétition-
Bénévolat - Passe-temps - Emplois antérieurs (temps plein et temps partiel), emplois d’été,
stages - Projets à l’école (Projets temporaires, participation à des activités parascolaires telles
que le journal étudiant, les associations ou clubs étudiants, organisation d’événements, etc.)

V- COMMENT NEGOCIER SON SALAIRE OU UNE AUGMENTATION DE SALAIRE ?

La négociation du salaire peut se faire soit au moment de votre recrutement ou encore lors
d’une demande d’augmentation. Evidemment la négociation répond à certaines exigences
qu’il vaut mieux respecter pour voir aboutir votre demande.

1- La négociation de salaire lors de votre recrutement

a- Les recommandations à respecter :

− Recueillir au préalable des informations sur l’entreprise

Ces informations sont nécessaires pour être capable d’évaluer ce que l’entreprise peut vous
offrir. Renseignez-vous sur le chiffre d’affaires de l’entreprise, sa croissance, ses perspectives
d’avenir dans le secteur, les salaires pratiqués par ses concurrents directs, la grille de salaires
présente dans la convention collective.

− Se renseigner sur le poste

Vous devez en savoir le plus possible sur le poste qui vous est proposé, la description des
différentes tâches, le rythme de travail à soutenir, les responsabilités…Ainsi vous serez plus
à même de justifier le salaire que vous demandez.

TRE 25
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

− Connaître et évaluer votre potentiel

Posez-vous la question « combien valent mes compétences et mes expériences ? ». Vous


devez êtres capables de répondre à cette question avant votre entretien et avant de proposer
une négociation. Il est préférable de se renseigner auparavant sur les salaires habituellement
accordés pour ce type de poste. Vous trouverez ces informations auprès d’associations
professionnelles, de la presse spécialisée, des services publics de l’emploi et bien
évidemment en regardant les salaires proposés dans les offres d’emploi. Votre expérience,
vos compétences et votre niveau de responsabilités sont des paramètres qui peuvent faire
osciller la fourchette salariale proposée.

Attention toutefois de ne pas donner un chiffre au hasard, car vous devez justifier vos
prétentions. Ne pas débuter l’entretien par le thème du salaire. Un principe de base :
n’abordez le salaire qu’en fin d’entretien. La première partie de l’entretien doit rendre votre
candidature « irrésistible », vous devez aborder les points qui plaideront en votre faveur. De
plus, la question du salaire est généralement abordée en premier par le recrutement.
Toutefois, si le recruteur vous demande vos prétentions salariales, fournissez une fourchette
de rémunération dont l’extrémité la plus basse demeure tout de même acceptable pour
vous. En cas de refus de négociation de salaire, essayez de négocier d’autres avantages
(primes, promotion plus rapide…)

b- Les principes de la négociation

i- Le dialogue

La négociation passe essentiellement par le dialogue. Lors de l’entretien votre rôle est
complémentaire à celui de votre recruteur. Discutez, donc en cherchant à vous entendre l’un
et l’autre.

ii- Convaincre

Vous connaissez vos différents atouts (Compétences, qualités, expériences, disponibilité…),


n’hésitez pas à les faire valoir pour pouvoir négocier au plus juste votre futur salaire. Soyez
pragmatique et présentez-vous comme une source de profit pour l’entreprise. Plus vous
avancerez de chiffres, plus vous serez convaincant. Quel que soit votre métier, n’hésitez pas
à parler de vos expériences passées en avançant des chiffres et des résultats quantifiables.

iii- S’adapter à l’interlocuteur

Renseignez-vous au préalable sur ce qui se pratique généralement dans votre profession.


Mais aussi dans les entreprises sollicités : quels sont les salaires ? Quelles sont les conditions
de travail… Négocier son salaire quand on est jeune diplômé peut être une étape difficile à
surmonter, voire illusoire, pour vous aider il existe des grilles de salaires. La négociation est
réellement possible quand l’expérience professionnelle et les diplômes sont vraiment
significatifs, dans les limites des possibilités de l’entreprise.

TRE 26
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

2- La négociation d’une augmentation de salaire

Dans le contexte camerounais, il est difficile de décrocher facilement un emploi, d’où c’est
important d’accepter un modeste salaire de base et ce n’est que plus tard qu’on peut négocier
une augmentation. Pour pouvoir négocier votre augmentation de façon optimale, vous devez
également respecter certaines règles :

a- Choisir le moment propice

Les moments les plus opportuns pour pouvoir bénéficier d’une augmentation de salaire sont
certainement :

- Celui qui suit votre évaluation, favorable évidemment. Dans certaines entreprises un
entretien annuel a lieu pour chaque salarié ;
- Il est conseillé tout de même d’attendre au minimum 6 mois d’ancienneté avant
d’espérer une augmentation, à moins que celle-ci n’ait été prévue dans votre contrat
de travail à l’issue de la période d’essai ;
- A l’occasion d’une surcharge de travail important ou d’une réussite remarquable de
votre part ;
- Lorsque les résultats de l’entreprise sont confortables.
-
Dans certains cas, certaines périodes sont à éviter : négociation de budget, bilan comptable…

b- Les éléments à faire valoir

Votre demande d’augmentation doit être fondée sur des arguments solides. Préparez des
exemples montrant en quoi votre présence a profité à l’entreprise, ou justifiant des objectifs
atteints et validés. Pour optimiser votre argumentation, utilisez les critères avec lesquels
votre employeur évalue le rendement et renseignez-vous sur les différents types de
réalisations qui comptent à ses yeux.

c- Attitude à adopter

En toute circonstance, sachez être à la fois ferme et raisonnable. N’oubliez pas que votre but
est de conclure une entente satisfaisante. Employez votre énergie à trouver des solutions et à
proposer un arrangement qui vous convienne, et non pas à combattre. Evitez toute attitude
conflictuelle ou agressive. Vous devez rester positif et toujours demeurer sur le plan
professionnel.

d- Les erreurs à éviter

Lors de la négociation de votre augmentation veillez ne pas comparer votre salaire avec celui
d’un collègue. Evitez également tout jugement de valeur sur son efficacité au sein de
l’entreprise. En cas de refus de la part de votre employeur, ne menacez pas de travailler
moins. Cela démontrerait à votre employeur que vous ne tenez pas vos engagements.

TRE 27
Techniques de recherche d’emploi(TRE) / Stéphanidie Flor POUNAN Edition : août 2013
2009

Essayez plutôt de fixer une date ultérieure pour en discuter à nouveau. Eviter de parler de
votre futur salaire ou de votre futur statut avant d’avoir aborder le travail en lui-même. Il
vaut mieux attendre la fin de l’entretien.

Votre comportement ne doit pas être agressif ou traduire une certaine méfiance vis-à-vis de
votre employeur. Evitez de ce fait les questions du type : « qu’est-ce qui me prouve que je
serai augmenté dans 6 mois ? » ! Il ne vaut mieux pas évoquer vos charges de famille, votre
situation financière, ou toutes autres difficultés d’ordre privé.
Etudiez toutes les conditions de travail qui vous sont proposées. Ne refusez pas une
condition de travail sans chercher à savoir comment elle peut être négociée comme par
exemple les modifications d’horaires ou d’emploi du temps.

CONCLUSION GENERALE

En somme, cette partie consacré aux Techniques de Recherche d’Emploi, nous a permis
d’explorer de fond en comble les diverses méthodes adaptées pour obtenir rapidement un
emploi. Il y a été développé la manière, sans oublier les divers éléments ou outils à présenter
par le chercheur d’emploi afin de mettre toutes les chances de son côté. De même la
possibilité de négocier un salaire n’a pas été écartée dans la mesure où, certains recruteurs le
considèrent comme la base de tout recrutement.

TRE 28
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

SOMMAIRE

REPERE ESSENTIEL SUR L’ENTREPRENEUR ........................................................................................... 3

Caractéristiques de l’entrepreneur................................................................................................................. 3

Les traits de personnalité de l’entrepreneur ................................................................................................. 4

La différence fondamentale entre un entrepreneur et un gestionnaire .................................................... 4

IDENTIFICATION DES COMPETENCES A ACQUERIR ......................................................................... 5

Auto –évolution du profil entrepreneurial ................................................................................................... 7

Evaluons nos résultats pour le profil général ............................................................................................... 8

Les 10 obstacles les plus fréquemment rencontrés par les entrepreneurs ................................................ 9

Les motivations d’un entrepreneur ............................................................................................................ 10

Le rôle d’une entreprise dans un pays .................................................................................................... 11

LA CREATIONS D’UNE ENTREPRISE / ANALYSE DE CONTEXTE / RECHERCHE DE L’IDEE

DE PROJET ........................................................................................................................................................ 12

« Observer et analyser un environnement pour détecter les besoins à satisfaire et les offres à

développer, développer une idée de projet » ................................................................................................... 12

Idée de projet (Produit, ou de service) ........................................................................................................ 12

Les différents types d’idée ........................................................................................................................ 13

Confronter votre idée de projet à votre environnement ...................................................................... 15

Comment protéger son idée ? ................................................................................................................... 15

Etude de marche ............................................................................................................................................. 15

Qu’est qu’une étude de marché et en quoi consiste-t-elle ? ................................................................. 16

LES SOURCES DE FINANCEMENT .................................................................................................... 18

BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................................. 19

1
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

Les sociétés humaines sont en facilement à un emploi, le


perpétuelle mutation. De ce fait, développement des compétences
les différents acteurs sociaux à la de base en entrepreneuriat ou à la
recherche d'une éventuelle insertion création d’une entreprise afin que
professionnelle doivent désormais ces derniers puissent s’installer
s'arrimer à ce nouveau contexte en aussi en auto emploi.
épousant et en adoptant les diverses
ce qui sera important de relever
méthodes en vue. Il est clair que
durant cette Formation, c’est le fait
l'obtention d'un emploi dans notre
d’orienter les stagiaires à la
pays aujourd'hui est un parcours du
démarche à suivre, leur donner les
combattant, ceci parce que les
outils et surtout leur apprendre
jeunes ne sont pas toujours
l'attitude et le comportement qu’ils
renseignés sur les directives à
doivent afficher, développer en fin
suivre. Cela fait directement appel à
en aux les compétences
une formation professionnelle par
entrepreneuriales pour le montage de
laquelle les formateurs doivent
leur propre affaire.
restituer avec précision à ceux-ci des
méthodes efficaces pour accéder

L’ENTREPRENEURIAT : LA CREATION D’ENTREPRISE

L’entrepreneuriat est principalement « L’Entreprenariat est l’action de créer de


l’action de constituer une nouvelle la richesse et/ou de l'emploi par la création
organisation et en particulier la ou la reprise d'une entreprise »
création d’entreprise.
L’entrepreneuriat peut être une activité Un entrepreneur est une personne qui
qui crée de nombreux emplois et veut et qui est capable de transformer
richesse. Il consiste à prendre des une idée ou une invention en une
risques. L’entrepreneuriat conduit à innovation réussie. L’entrepreneur est
une « destruction créatrice, à un une personne qui est prête à mettre en
changement positif » dans les marchés jeu sa carrière et sa sécurité financière
et les secteurs de l’économie parce que pour mettre en œuvre une idée, à
des nouveaux produits et de business mettre son temps et son capital dans
models qui arrivent remplacent les une entreprise risquée. L’entrepreneur
anciens. Ainsi, la destruction créatrice considère qu’un de ses droits
est à l’origine du dynamisme industriel fondamentaux est de pouvoir utiliser
et de la croissance à long terme. ses talents non seulement pour
améliorer son style de vie et celui des
« L'entreprenariat peut être décrit autres, mais pour se créer un style de
comme un processus qui consiste à créer travail conforme à ses ambitions.
quelque chose de différent, possédant une Responsable des décisions à risques, il
valeur, en lui consacrant le temps et le veut avoir une vision complète du
travail nécessaires, à assumer les risques processus et pouvoir se rendre compte
financiers, psychologiques, sociaux des résultats. Le désir de compétition
correspondants et à en recevoir les fruits et d’excellence se traduit par la
sous forme d'argent et de satisfaction poursuite des objectifs qu’il s’impose
personnelle. » pour améliorer ses résultats. La

2
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

capacité d’évaluer sa propre − Quelles sont les motivations des


performance nourrit en quelque sorte entrepreneurs ?
sa satisfaction et celle-ci entretien le − Quelles sont les forces et
besoin d’accomplissement. L’intensité faiblesses (difficultés et
du besoin d’accomplissement incite au obstacles) des entrepreneurs ?
comportement entrepreneurial, − Comment améliorer les lacunes
générateur d’idées innovatrices. des entrepreneurs ?
− Quels sont les rôles des
« Les compétences techniques, la ténacité,
entreprises dans un pays ?
l’esprit d’initiative, le sens de
responsabilité et de gestion et surtout le − Qu’est ce qu’une idée de projet ?
désir d’apprendre toute chose feront de − Comment allez de l’idée au
vous de véritables créateurs projet ?
d’entreprises ». − Quelles sont les possibilités de
financement de microprojet ?
En fait : − Qu’est ce que nous pouvons
− Qu’est ce qui caractérise retenir comme règles d’or pour
l’entrepreneur ? Qu’est ce que rendre plus efficace notre
l'esprit d'entreprise ambition à créer une entreprise.

REPERE ESSENTIEL SUR L’ENTREPRENEUR

La réussite d’une entreprise ne dépend statu quo. On dit généralement des


pas que du talent, mais de la discipline entrepreneurs qu’ils sont impulsifs,
et de la capacité à transformer une idée rêveurs, qu’ils prennent des
de projet en fait concret, c'est-à-dire en risques…Ces traits de personnalité
entreprise ou organisation. Nous peuvent alors être perçus comme des
pouvons développer les aptitudes insultes. L’entrepreneur à sa propre
nécessaires à tout entrepreneur. Pas vision des choses, il recherche
besoin de naître avec ces aptitudes. l’excitation du moment, il a du cran et
il pense différemment… c’est ce qui
fait sa fierté.
Caractéristiques de l’entrepreneur
Certains experts de l’entrepreneuriat
Les caractéristiques les plus expliquent que le talent n’est pas
importantes chez l’entrepreneur ne nécessaire lorsqu’ils établissent le
sont pas le fait qu’il soit le premier-né profil d’un entrepreneur, ils
d’une famille, ou qu’il soit diplômé expliquent que, ce qui est nécessaire,
universitaire, ou encore qu’il ait une c’est le désir d’apprendre, le désir de
connaissance accrue du monde des s’investir constamment, le désir d’être
affaires. Ces mythes sont communs discipliné, le désir de s’adapter et de
aux entrepreneurs et nous connaissons mettre en application les politiques et
tous des entrepreneurs qui ne les pratiques nécessaire à la réussite
correspondent à aucun de ces modèles. de l’entreprise. Si nous tombons dans
Toutefois, pour réussir, un le culte de l’entrepreneur, notre
entrepreneur ne doit pas accepter le entreprise sera presque
automatiquement vouée à l’échec,

3
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

comme si nous n’avons pas cette fibre


propre aux entrepreneurs. − Avons-nous de la difficulté à
mener un projet à terme une fois
Les traits de personnalité de
que le gros du problème a été
l’entrepreneur
réglé ?
Alors, qu’est-ce qui permettrait qu’un − Avons-nous de la difficulté à
entrepreneur connaisse de la réussite ? nous organiser ?
Les traits de personnalité que nous − Sommes-nous facilement
partageons avec les autres distraits ? Nous désintéressons-
entrepreneurs pourraient détenir la clé nous facilement de la routine et
du succès… et non pas les signes des conversations ennuyeuses ?
extérieurs et les stéréotypes associés à − Remettons nous toujours à
la réussite d’une entreprise. demain, surtout quand nous
− Aimons-nous explorer de souhaitons repousser les tâches
nouvelles idées et essayer de qui nous ennuient ?
nouvelles choses justes pour le − Préférons-nous rendre les
plaisir ? choses à l’extrême puisque cela
− Nous rebellons-nous contre nous motive ?
l’autorité et le statu quo ? − Tombons-nous souvent dans la
− Sommes-nous intuitif, faisons- lune ou rêvassons-nous lorsque
nous rapidement des liens entre nous ne sommes pas
certaines choses et profitons- profondément plongés dans nos
nous d’opportunités que les tâches à effectuer ?
autres ne savent pas saisir ?
− Nous adaptons-nous facilement Ces traits de personnalité typiques à
et rapidement à de nouvelles l’entrepreneur, bons ou mauvais,
situations ou de nouvelles représentent plusieurs entrepreneurs.
circonstances ? En tant qu’entrepreneur, nous ne
devons pas nous accrocher aux
− Aimons-nous relever des défis
stéréotypes.
et aimons-nous s’attaquer aux
problèmes que tous préfèrent
Mots clés : - Prise de risque –
éviter ?
Créativité – Indépendance -
− Lorsque quelque chose nous
Récompenses
captive, nous acharnons-nous
sans laisser distraire ? La différence fondamentale entre un
entrepreneur et un gestionnaire
Si certaines de ces caractéristiques
nous décrivent, c’est que nous avons Bien qu’il soit difficile du point de vu
probablement un esprit pratique de faire une différence entre
d’entrepreneur. Il y a, en effet, d’autres le gestionnaire professionnel et
traits de personnalité qui peuvent les l’entrepreneur, nous pouvons
accompagner. Les traits de cependant faire une distinction
personnalité communs à tous les comique mais instructive.
entrepreneurs comprennent également
des caractéristiques moins plaisantes.

4
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

L’entrepreneur Le gestionnaire
Est rêveur, veut changer le monde, l’intuition le guide Est cartésien. Il a une approche réfléchie et structurée.
Créateur, il imagine des trucs impossibles et trouve les Terre à terre, trouve les entrepreneurs souvent trop
gestionnaires trop limités dans leur vision rêveurs
N’a pas d’idée, mais a de la facilité à tout mettre en
A des idées, mais a la difficulté à tout mettre en place
place
Veut tout faire seul Délègue et va jouer au golf
Analyse méticuleusement les problèmes et les
Prends des décisions rapides
différentes solutions
Est du type « démarrage ». Meilleur à lancer qu’à faire Est du type « croissance ». Meilleur à faire fonctionner
fonctionner. qu’à lancer.
Est son propre patron dans l’âme Se prend pour un patron
A le goût du risque A le goût du risque pris par les autres
Préfère gagner moins d’argent dans ses projets que de Préfère gagner plus d’argent en travaillant pour autre
travailler pour un autre et gagner plus que de gagner moins par ses propres moyens
A besoin d’un gestionnaire pour la gestion de A besoin d’un entrepreneur pour créer l’entreprise
l’entreprise qu’il va créer qu’il va gérer
Préfère développer et créer plutôt que gérer Préfère gérer plutôt que développer et créer
Passionné Organisé
Prend des risques Crée des processus d’affaires
N’aime pas les détails Fait attention aux détails
Bouleverse Structure
Exagère et est trop optimiste Apporte une réalité qui déstabilise les optimistes
Est millionnaire paresseux Travaille pour le millionnaire paresseux

Le gestionnaire d’une entreprise est un près de son chef (l’entrepreneur, le


professionnel qui est chargé de mener créateur d’entreprise). N’étant dont
les activités d’une entreprise selon la pas libre de gérer à sa guise, de
vision de son entrepreneur. C’est dire changer, d’innover sans recourir à son
que le gestionnaire n’a pas libre supérieur hiérarchique (conseil
manœuvre de toutes les activités de d’administration, ou l’entrepreneur), le
l’entreprise. Il doit régulièrement se gestionnaire n’est pas l’entrepreneur.
référer au plan d’action du conseil
d’administration ou prendre conseil

IDENTIFICATION DES COMPETENCES A ACQUERIR

Si nous savons que nous pouvons faire Malheureusement, les aptitudes les
plus que ce que nous faisons plus importantes sont celles que les
actuellement, que nous valons plus et entrepreneurs ont le plus de difficulté
que nous avons les capacités à maîtriser. Il s’agit de :
d’accomplir plus que nous ne le
faisons présentement, mais que nous − Savoir déléguer des taches : en
sommes incapable de déterminer ce tant qu’entrepreneur, nous
qui nous retient. Nous pouvons la recherchons toujours
ressentir cette énergie qui nous habite. l’excellence. Toutefois, peu
Nous sommes une personne créative, d’entrepreneurs ou travailleurs
intelligente, ambitieuse et…frustrée. autonomes sont aptes à faire la
Quelles aptitudes seront essentielles à différence entre l’excellence et le
la réussite de votre entreprise ? Que perfectionnisme. En effet, en
devrons-nous apprendre ? recherchant l’excellence (qui est

5
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

une bonne chose), ils − Vaincre les obstacles


deviennent perfectionnistes (qui rencontrés : lorsque nous
est un obstacle à la réussite). lançons ou gérons notre propre
Nous avons sûrement déjà entreprise, nous faisons
entendu cela mais n’avons pas inévitablement face à divers
cru. obstacles en tant
- Savoir gérer son temps : un qu’entrepreneur. Les vrais
autre exemple de ce phénomène entrepreneurs ne se laissent pas
est l’aptitude à gérer son temps. arrêter, ni même ralentir par ces
Les entrepreneurs ont la obstacles ! Les entrepreneurs
capacité incroyable de se font face à des obstacles divers.
concentrer sur certaines choses. Les obstacles extérieurs peuvent
Ils se concentrent sur une seule provenir de la compétition, du
chose, laissant toutes les autres banquier qui vous refuse une
de côté. Ils sont agressifs, ils demande de financement ou
ignorent la fatigue, la faim ainsi d’un organisme non
que les difficultés afin de gouvernemental qui vous rejette
surmonter les obstacles imposés votre demande de financement
à la tâche en question. ou d’un organisme
- Savoir s’organiser : les gouvernemental qui vous refuse
entrepreneurs voient grand. Ils une demande de financement
font des liens que d’autres ne ou d’un organisme
voient pas et ce, tout gouvernemental qui vous
simplement parce qu’ils pensent bloque votre demande de
différemment des autres. En licence. Les obstacles internes,
étant capables d’établir des liens quant à eux, peuvent nuire
entre des choses n’ayant aucun grandement à notre succès. Les
rapport, ils dénichent les obstacles internes sont entre
nouvelles opportunités se autres la pression familiale,
présentant sur le marché, ou ils notre état de santé, notre
analysent le rapport entre les psychologie, notre état
entreprises évoluant lentement d’humeur…
et leur clientèle en constante - Faire de la gestion une réussite :
évolution. Etre capable de créer les aptitudes de l’entrepreneur
des liens est une force en soi. font en sorte qu’il est apte à
Toutefois, garder un bureau en dénicher les opportunités que
ordre nécessite beaucoup plus d’autres manqueraient, qu’il se
d’organisation que de concentre sur une opportunité
simplement faire des piles de en mettant de côté les autres et à
documents. Leur habileté à se dévouer entièrement à la
travers des opportunités réussite de son entreprise.
pouvant révolutionner une
industrie entière fera en sorte Toutefois, nous devrons être capables
qu’ils auront de la difficulté à de déléguer des tâches, de gérer notre
être emballés par le travail sans temps et de savoir nous organiser.
importance majeur. Sans ces aptitudes, et sans les aptitudes

6
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

nécessaires à la gestion du temps, notre cherchent, entre autres, à indiquer si


entreprise sera vouée à l’échec. Nous nous possédons les caractéristiques
deviendrons un autre entrepreneur entrepreneuriales suivantes :
dont la compagnie sera reléguée aux
oubliettes, en faveur des gestionnaires − Capacité d’adaptation :
professionnels. Aptitude à modifier ses
comportements en fonction des
Auto –évolution du profil
changements, des situations
entrepreneurial
nouvelles, des imprévus ;
Tous les organes extérieurs et − Leadership : Capacité à susciter
intérieurs de l’entrepreneur leurs la collaboration des autres dans
permettent de vivre leur projet. Les la réalisation de ses idées et
projets. Encourager les autres
experts de l’entrepreneuriat disent que
pour qu’un projet d’entreprise soit dans leurs initiatives et valoriser
viable il est impératif que les résultats qu’ils obtiennent ;
l’entrepreneur et son projet fasse un, − Créativité : Facilité à avoir de
c’est dire à quel point l’entrepreneur nouvelles idées et à proposer
doit faire corps avec sont projet. Les plusieurs solutions à un
entrepreneurs possèdent certaines problème ;
caractéristiques qui leur permettent − Sens des responsabilités :
d’avoir du succès dans leurs Assumer et réaliser ses
entreprises. A l’aide du questionnaire différentes taches de travail ;
ci-dessous, nous pourrons vérifier à la respecter ses engagements ;
fois notre intérêt à devenir − Persévérance : Capacité à
entrepreneur et notre potentiel maintenir ses efforts dans ce
entrepreneurial. Nous devons que l’on entreprend malgré les
répondre à tous les énoncés du difficultés ;
questionnaire avec franchise et de − Autonomie : Capacité à prendre
façon spontanée en choisissant la des initiatives et des décisions
réponse dans la colonne appropriée. dans le cadre de ses
responsabilités.
Ce test vise à déterminer si nous avons
un profil d’entrepreneur. Les questions
Pas du tout

Beaucoup
Un peu

PROFIL GENERAL
assez

EVALUER VOTRE POTENTIEL ENTREPRENEURIAL

1. Lorsque j’entreprends un projet, je suis optimiste et enthousiaste.


2. Je suis capable de défendre mes idées.
3. J’accepte de renoncer à certains aspects de ma vie personnelle et familiale pour mon travail.
4. je m’adapte facilement aux changements et aux situations stressantes.
5. fasse à une nouvelle situation, je sais flairer les opportunités qu’elles comportent.
6. je respecte mes engagements.
7. je suis capable de considérer les différentes facettes d’un problème afin de trouver la
meilleure solution.
8. je sais préparer un projet de façon efficace, structurée et organisée.

7
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

9. je tolère bien l’incertitude de l’ambigüité en milieu de travail.


10. j’assume les conséquences positives ou négatives quand je décide de prendre un risque.
11. ma motivation dans l’action est la recherche du succès.
12. je suis réaliste par rapport à mes chances de succès quand je commence une nouvelle
activité.
13. je prends des moyens efficaces pour faire avancer un projet.
14. je suis capable de rallier les autres à mon point de vue.
15. je suis souvent sollicité pour apporter mon soutien ou une solution pour une prise de
risque.
16. quand je désire quelque chose, je travaille fort pour l’obtenir.
17. J’accepte de subir une diminution de salaire pour réussir en affaire.
18 je sais créer une ambiance favorable à la collaboration entre les gens.
19. quand je me suis fixé un but, j’élabore une stratégie pour l’atteindre à coup sur.
20. je sais créer et entretenir des relations utiles à mes projets.
21. je suis capable de reconnaitre mes forces et mes faiblesses.
22. quand je commence une nouvelle activité, je suis capable d’imaginer comment je la ferai.
23. je fonctionne bien lorsque je vis des situations imprévues ou incertaines.
24. je planifie mes actions de façon à savoir ou j’en suis à chaque étape
25. je persévère même si les résultats prennent du temps à venir.
26. je suis attirée par les activités ou il faut se surpasser.
27. j’ai beaucoup de facilité à mobiliser et à motiver un groupe de travail.
28. je suis capable de me discipliner pour atteindre mes objectifs.
29. je vis des moments remarquables lorsque je suis admiré et envié au travail.
30. il m’arrive souvent de vouloir inventer ce qui n’existe pas.
31. je me sens responsable de mes succès et de mes échecs.
32. je suis prêt à attendre quelques années avant d’avoir un horaire flexible.
33. après un échec, je suis capable de me relever et de redémarrer.
34. j’aime relever des défis.
35. quand je suis sur de mon coup, je fonce et rien ne peut m’arrêter.
36. je suis capable de tirer le meilleur des gens qui m’entourent.
37. je peux consacrer 60 heures par semaine à mon travail.
38. je suis toujours en train de penser à de nouveaux projets.
39. je réalise et mène à terme tout ce que j’entreprends malgré les difficultés.
40. j’aime prendre des risques.
41. je pense qu’une bonne façon d’aider les autres est de les encourager dans leurs initiatives
et de valoriser les résultats qu’ils obtiennent.
42. j’ai une bonne santé, je peux passer plusieurs mois ou années sans être malade.
TOTAL
avons la passion d’entreprendre,
Evaluons nos résultats pour le profil n’hésitons plus et fonçons. Sachons
général que plusieurs ressources peuvent nous
accompagner dans notre démarche.
Pour chaque réponse ou nous avons Entre 21 et 29 points : Nous avons un
coché « Assez » et « beaucoup », potentiel entrepreneurial bien affirmé.
accordons nous un point et Nous possédons certainement
additionnons les pour obtenir un total quelques-unes des caractéristiques
correspondant. entrepreneuriales citées plus haut. Il ne
reste qu’à les développer davantage
Mon résultat est :
Entre 13 et 20 points Nous nous
trouvons présentement dans une zone
Entre 30 et 41point : Notre profil
grise, notre profil de réponse ne
correspond à celui des entrepreneurs !
démontre pas que nous sommes attirés
Nous semblons en effet posséder les
en particulier, nous pourrions le
caractéristiques qui nous permettront
développer et ainsi prendre gout à
de nous lancer en affaires. Si nous
l’entrepreneuriat !

8
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

Entre 0et 12 points : l’idée d’être lorsque les choses ne vont pas
entrepreneur ne nous intéresse comme ils le voudront.
probablement pas. Nous préférons − Perfectionnisme : leurs attentes
sans doute être à l’emploi d’une sont si élevées que personne ne
entreprise ou d’un organisme pouvant peut les combler pas même eux.
nous offrir sécurité et stabilité. Toutefois, le perfectionnisme est
alimenté par la peur. Ils
« Il ne suffit pas de posséder les pourront être jugés s’ils ne
caractéristiques entrepreneuriales pour finissent jamais ce qu’ils ont à
devenir entrepreneur. N’oublions pas que faire.
cela exige tout d’abord d’avoir une idée − Oubli : une mémoire défaillante
d’entreprise et que celle-ci réponde à un leur fait oublier ce qu’ils doivent
besoin. Pour ce faire, des ressources sont faire. Ils peuvent se souvenirs
disponibles pour vous aider dans la
de faits, mais qu’en est-il des
rédaction de votre plan d’affaires. Aussi,
rendez –vous ?Des
nous devons être prêt à y consacrer toute
engagements ?
notre énergie: de longues heures de travail,
être moins disponible pour notre famille et − Impulsivité : Ils sont une
nos amis. Finalement, il est important de personne d’action : ils préfèrent
considérer les risques financiers, souvent agir plutôt que prendre le temps
vécus dans les premières années de vie de penser toutefois, agir
d’une entreprise. » maintenant et poser les
questions plus tard ne laisse que
Les 10 obstacles les plus des trous qu’ils doivent
fréquemment rencontrés par les inévitablement remplir tôt ou
entrepreneurs tard.
− Projets : les problèmes reliés
Dix obstacles caractérisent les aux projets (planification,
entrepreneurs.ils ne sont pas présentés gestion, réalisation)
par ordre d’importance, mais si nous commencent très tôt. Le plan de
demandons à un entrepreneur de lister gestion freine les ardeurs de
les obstacles les plus importants, nous plusieurs entrepreneurs en
retrouverons certainement les éléments devenir et ce, avant même que
de cette liste. le projet ne soit lancé.
− Procrastination : Avec une
− Travail banal : Ils détestent multitude de tâches
organiser ses tâches. Ils intéressantes à accomplir, les
voudront s’en dégager, mais ils tâches plus banales, mais
n’arrivent pas à décider par nécessaires, représentent un
quoi commencer. fardeau. Pourquoi faire
− Déléguer : Ils sont incapables de aujourd’hui ce qu’ils pourront
faire confiance à quiconque faire demain ?
puisqu’ils croient que personne − S’organiser : Ils manquent de
ne pourra le faire aussi bien constance, ils sont organisés
qu’eux. Ils n’ont pas encore dans certains volets, mais
appris à déléguer, c’est désorganisé dans d’autres. Ils
pourquoi ils sont réticents à agir semblent incapables d’utiliser

9
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

leurs aptitudes dans tous les et/ou les connaissances


domaines. pouvant aider à en avoir
− Manque d’attention: Ils ont des (capital) peut pousser certains
idées toutes plus intéressantes candidats à la création
les unes que les autres. Leur d’entreprise
plus grand défi sera d’en − Le chômage : l’envie de créer
sélectionner une et de trouver pour ceux qui sont sans emploi
un moyen de la mettre en est très souvent motivé non
application au sein de leur seulement par le désir de
entreprise. trouver un emploi afin de
− Gestion du temps : Ils sont un subvenir à leur besoin
retardataire chronique, sur physiologique. Mais également
engagé et acceptent tout de par le désir d’être utile à la
même d’autre mandats. Ils ont nation par le fruit de leur travail
de la difficulté à estimer le − L’excitation institutionnelle :
temps requis pour accomplir une volonté politique comme
chacune des taches et ils doivent celle du PAJER-U, FNE, PIASSI,
souvent mettre les bouchées ou le PIFMAS peut exciter à la
doubles et ce, jusqu’à tard le création d’entreprise.
soir. − La valorisation d’un savoir
faire : connaitre un métier et
Les motivations d’un entrepreneur vouloir le valoriser peut pousser
certains à la création
Lorsqu’on interroge les adeptes du d’entreprise.
changement, de l’innovation, de la − La concrétisation d’une
création d’entreprise sur les logiques innovation : puisse que toute
fondamentales de leurs ambitions, il création d’entreprise part
résulte généralement de leurs réponses toujours d’une idée, l’idée
plusieurs raisons. Ce sont notamment: d’avoir une occasion idoine de
se faire beaucoup d’argent peut
− Le désir d’indépendance : pousser des candidats à la
l’envie de créer pour certaines création.
personnes est régie par le désir
de décider librement de leur En résumé, toutes les occasions de la
sort, sans aucune contrainte, ni vie d’un individu peuvent activer en
subordination. lui l’envie de la création d’entreprise. Il
− L’opportunité : la vision, le est difficile d’isoler avec précision le
flaire qu’ont certains candidats à phénomène qui conduit à la création
la création d’entreprise leur d’entreprise. En claire la décision de
permettent d’anticiper sur les créer est souvent une combinaison de
besoins des consommateurs. motivations qui ont germé d’une
Leur façon de voir les choses succession de désir et de contrainte de
dépasse la compréhension des la vie.
communs des mortels.
− La disponibilité des ressources
financière: avoir le capital

10
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

Le rôle d’une entreprise dans un pays − Rôle social de l’entreprise :


l’entreprise emploie les salariés ;
elle distribue le revenu sous
Le terme entreprise est utilisé pour forme de salaire, redevance ….
désigner des unités économiques très Elle peut créer les mutuelles, les
diverses. D’ailleurs en prononçant ce hôpitaux, les crèches…
mot, on est sur de provoquer les − Rôle financier de l’entreprise :
réactions diverses. Pour certains, l’entreprise est un maillon d’une
notamment pour les syndicaliste, longue chaine de paiements
l’entreprise est un lieu de profit, un successifs, de
milieu d’exploitation des salariés. Pour l’approvisionnement à la
d’autre l’entreprise est un lieu de distribution en passant par la
production des biens et services, production. L’entreprise doit
travail et capitaux financiers. En bref être solvable afin de ne pas
l’entreprise est une entité autonome briser la chaine et provoquer
qui produit des biens et des services éventuellement la défaillance
marchands destinés à la des autres entreprises
commercialisation.
− Rôle politique de l’entreprise :
l’entreprise est le principal
Quelque soit son statut et sa
centre de collecte des impôts, de
dimension, l’entreprise est une unité
ce fait les politiques
de production, il y a toujours dans une
économiques tiennent compte
entreprise une combinaison de facteurs
de l’efficacité des entreprise. Par
de production pour produire des biens
ailleurs, l’entreprise étant un
ou services. Ces biens et services sont
lieu de socialisation, il est
destinés à un marché. L’entreprise est
également un incubateur de
un centre autonome de décisions, elle
leader et dont d’homme
gère librement les fonds dont elle peut
politique. De même l’entreprise
disposer. C’est le chef d’entreprise qui
participe au développement
fixe les objectifs à atteindre par
d’un pays en transférant les
l’entreprise.
technologies, les savoir faire et
les savoir être.
− Rôle économique de
− Rôle technologique de
l’entreprise : l’entreprise crée la
l’entreprise : l’entreprise utilise
richesse, elle achète, transforme,
les produits de la technologie
et vend des biens et services.
pour, soit produire, soit
L’entreprise est dont à la fois
accroitre leur productivité. Dès
fournisseur (elle vend)
lors elle participe à
producteur (elle transforme), et
l’amélioration de la technologie
cliente (elle achète)
ceci grâce au transfert de
technologie.

11
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

LA CREATIONS D’UNE ENTREPRISE / ANALYSE DE CONTEXTE /


RECHERCHE DE L’IDEE DE PROJET
« Observer et analyser un environnement pour détecter les besoins à satisfaire et les
offres à développer, développer une idée de projet »

Il est question ici d’amener l’apprenant − le répertoire des ressources


à circonscrire un marché potentiel à locales ;
travers : − la détermination des activités
possibles ;
- Les besoins et les demandes − l’identification des capacités
d’une population ou d’une autonomes et des possibilités
localité donnée ; d’appui.
- L’identification et l’évaluation
d’une idée de produit ou de Idée de projet (Produit, ou de service)
projet productif ;
- La situation de l’offre et de la Nous définissons le projet comme un
demande sur un marché. ensemble cohérent d’objectifs à atteindre en
un temps donné en mobilisant des
Jusqu’ici, nous avons appris ce qu’est ressources pour satisfaire des besoins
un entrepreneur à la différence d’un stratégiques et non pour répondre
gestionnaire et surtout les qualités et simplement à des problèmes actuelles.
les compétences qu’il doit posséder. (Boukhari 2002).
Au-delà de ces habiletés, il convient
également d’être capable d’identifier ce Un projet se défini aussi comme un
qui convient le plus et le mieux aux ensemble d'activités limitées dans le temps
gens à qui vous voulez vendre vos et dans l'espace, il est orienté vers la
produits ou proposer vos services. réalisation d'un objectif de développement
Quand on dit ce qui convient le plus et et nécessite des moyens humains et
le mieux, cela s’entend comme non financiers. (Exemple: construction d'un
seulement la qualité et les barrage, d'une autoroute...)
caractéristiques du produit ou du
service, mais aussi l’endroit et le L’on entend aussi parler de Micro-
moment ou vous allez le leur proposer. projet, qu’est ce que sait ? En termes
de définition, un micro- projet ne
Une démarche logique permet de faire diffère pas tellement de celle du projet.
cette analyse de contexte. D’une La distinction réside dans le fait qu'un
manière générale, elle va se faire à micro- projet se caractérise par des
travers cinq principales étapes : objectifs dont la portée est réduite, un
nombre de bénéficiaires restreint et des
− l’identification des activités déjà besoins modestes en ressources
menées dans la localité ; humaines et matérielles.
− l’évaluation des résultats ou des
Aujourd’hui aussi le concept
performances des actions déjà
programme s’est profondément
menées ;
installé ou imposé. En effet la

12
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

commission EUROPEENNE (2001) national et ne contribuent pas à la


définit le programme de réalisation de son objectif ».
développement comme une série de
projets dont les objectifs réunis contribuent Nous notons du moins qu’à l’analyse
à un objectif global commun, au niveau de toutes les définitions et approches,
sectoriel, national ou international. nous trouvons le concept projet. En
effet tout projet de création
Pour MUNDER (1977) le programme est d’entreprise commence par une idée.
un exposé des buts et des objectifs d’une Pour concrétiser notre projet dans les
organisation, associée à la description meilleures conditions, une séance
d’une situation et un exposé des problèmes d’échauffement s’impose. Définissons
et des situations envisagées. et identifions les différents types d’idée
de projet.
L’approche programme
Une idée est une représentation de
Selon le PNUD (1997) « L'approche quelque chose dans l’esprit. C’est une
programme est un processus qui permet pensée, une vue de l’esprit. Elle n’est
aux gouvernements d'articuler les priorités pas palpable mais abstraite.
nationales et de réaliser les objectifs de
développement humain durable dans un − « Toute création d’entreprise
cadre cohérent et participatif. L'approche commence par une idée »
programme est bien plus qu'un simple
− « Aucune idée n’a jamais prouvé sa
moyen de réunir des projets exécutés en un
supériorité sur une autre dans le
lieu donné dans un "programme", c'est
domaine de la création
une approche logique qui intègre les
d’entreprise»
processus de planification et de gestion de
− « Au départ, une innovation
tout effort de développement national, aux
technologique révolutionnaire n’a
niveaux macro-économique, méso-
pas plus d’atouts qu’une simple
économique et micro-économique. »
opportunité commerciale sur un
marché banal »
GTTINGER (1985) revient et complète
la définition du projet en affirmant que Les différents types d’idée
« le projet est le plus petit élément
opérationnel d’un plan ou d’un programme Ils sont de plusieurs types. Passons en
de développement agricole national que revue quelques types d’idée de projet.
l’on puisse concevoir et mettre en valeur en
tant qu’entité distincte ». - L’activité connue : Notre projet
de création d’entreprise
Mais le PNUD (1997) précise que correspond à un métier que
«programme n'est pas seulement un nous avons exercé pendant
groupe de projets liés entre eux et ayant quelques années. Nous
trait à un même secteur ou domaine connaissons les « règles du
thématique. Ce n'est pas non plus un jeu ». Ce type de création est le
projet complexe ou de grande ampleur dans moins risqué parce que ceux qui
le cadre duquel les initiatives ne sont pas créent dans un métier qu’ils
intégrées dans un programme-cadre
connaissent bien ont
généralement plus de chances

13
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

de réussir que ceux qui se nécessite une grande curiosité


risquent dans l’inconnu. Il intellectuelle pour informer,
convient cependant d’être analyser et prévoir certaines
prudent. Cette voie d’accès à la évolutions du marché.
création d’entreprise peut Comprendre les pratiques des
donner un sentiment de sécurité entreprises, les adapter à son
facile : nous sommes expert propre marché pour imaginer
dans notre domaine, mais ne de nouvelles possibilités
maitrisons pas forcément les commerciales permet souvent
autres facettes du métier de de créer un nouveau concept.
créateur d’entreprise (gestion, − Un esprit critique : Il convient
commercialisation…) également d’avoir en
− L’idée des autres : Créer une permanence l’esprit critique
entreprise en recourant aux pour juger de la situation
idées des autres nécessite de commerciale présente, des réels
rester à l’affut de tout ce qui se mérites des positions acquises,
passe au Cameroun ou ailleurs des lacunes des systèmes
en matière de nouveaux établis, de services ou de
produits, etc. prestations sont le constat d’une
− Vous pouvez également vous carence dans l’offre par rapport
associer : Certains ont le produit aux problèmes rencontrés dans
ou le savoir-faire mais la vie en général.
manquent de moyens ou − L’application nouvelle : Créer
recherchent un associé. Il est une entreprise à partir d’une
donc important de fréquenter application nouvelle consiste à
les « milieux qui comptent et de utiliser une technique, un
consulter les diverses sources savoir-faire, un produit connu
d’information ». Quand vos en le transposant dans une autre
moyens vous le permettent, activité, dans un nouveau
vous pouvez aussi acheter un contexte ou sur un marché
brevet ou négocier une licence différent. Il y a une part
d’exploitation d’un brevet ou d’innovation dans les
d’une marque. Vous pouvez « applications nouvelles » et la
enfin signer un contrat de réaction du consommateur n’est
concession, ou vous engager pas toujours certaine. Un projet
dans un contrat de franchise. de création dans une application
− L’opportunité : Une nouvelle est donc plus risqué,
opportunité peut également se mais en cas de succès, la
présenter. Mais pour dénicher rentabilité est supérieure, tout
« l’affaire à ne pas manquer », comme les risques de plagiat !
il convient d’être dans une La période actuelle, marquée
disposition favorable. par une évolution sociologique
− L’ouverture d’esprit : Le rapide des valeurs et des modes
monde change vite. Pour en de vie est favorable aux
saisir les opportunités, il faut « applications nouvelles »
rester en prise avec lui. Cela

14
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

− L’innovation : L’innovation nous permettra de bien cerner les


pure relève d’un exercice plus différents aspects de notre projet.
ardu. Créer un nouveau Prenons une feuille de papier et
produit, généralement à fort notons :
contenu technologique, entraine
des besoins importants de − Les caractéristiques du produit
capitaux pour passer à la phase et du service envisagé ;
préindustrielle, pour réaliser − Son utilité, son usage, les
une étude de marché, performances ;
nécessairement approfondie, et − Les grands principes de
pour attendre la réponse du fonctionnement de l’entreprise à
marché. Dans ce cas-là, les créer ;
risques se cumulent, mais la − Les « plus » (caractère novateur,
rentabilité s’avère bien plus service spécifie que) ;
élevée que dans une activité
− Les « moins » (faiblesses,
banale ou la concurrence est très
lacunes).
forte.
Comment protéger son idée ?
« L'idée naît de situations fortuites;
Elle peut surgir à la suite d'une Une idée ne se protège pas. C’est la
conversation, d'une rencontre ou d'un forme sous laquelle elle s’exprime
voyage» (invention, marque, procédé…) qui est
protégée. D’une manière générale, on
Confronter votre idée de projet à
appelle propriété intellectuelle les droits
votre environnement
qui protègent les créations « issues de
l’activité de l’esprit humain »contre toute
Avant de vous lancer, confrontez votre
appropriation de tiers. Ces droits se
idée de projet à votre environnement.
divisent en deux branches : les droits
La tentation de vouloir garder son idée
d’auteurs et les droits de propriété
pour soi de peur de se la faire voler est
intellectuelle. Vous pouvez acquérir
grande. Ne tombons pas dans ce piège
ces droits auprès de l’OAPI.
et parlons de notre projet autour de
(Organisation Africaine de la
nous. Les réactions de nos
Propriété Intellectuelle).
interlocuteurs nous seront utiles pour
améliorer notre projet et construire un
L’idée de produit ou de service
argumentaire commercial. N’hésitons
identifiée, il convient donc d’en
pas également à nous rapprocher des
apprécier la faisabilité à travers une
spécialistes de la création d’entreprise :
étude de marché.
tenus au secret professionnel, ils sont
là pour nous écouter et nous aider. Etude de marche

Quelle que soit son origine, l’idée ne Pour développer une activité, il
représente au départ rien de bien convient de connaitre parfaitement
concret. La première chose à faire est l’environnement dans lequel elle va se
de bien définir l’idée que nous nous dérouler. Cette préoccupation
faisons de l’entreprise que nous essentielle tient au souci de proposer
souhaitons créer. Voici un exercice qui des produits ou des services adéquats,

15
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

c’est-à dire répondant aux besoins et Quelles sont les tendances du marché
attentes des personnes à qui ils sont sur lequel nous voulons nous lancer ?
destinés. C’est pourquoi nous avons Il s’agit ici de clairement identifier son
commencé par analyser marché :
l’environnement et par détecter des − Marché des entreprises, des
idées de produit ou de service. Il est particuliers des loisirs des biens
question à présent d’évaluer la de grande consommation ?
possibilité pour ce que nous − Marché en développement, en
envisageons de réaliser les ambitions stagnation, en déclin ?
que nous y mettons, c’est-à dire de − Que représente-t-il en volume
satisfaire la clientèle : cela constitue de vente ?
l’étude de marché. Que va-t-on proposer et pourquoi ? Il
Qu’est qu’une étude de marché et en est question de préciser le produit ou
quoi consiste-t-elle ? le service que nous allons proposer en
fonction des besoins et des attentes de
L’étude de marché est une analyse des nos potentiels clients.
faits, des éléments et des données A qui va-t-on proposer ? Cette
qu’on peut voir, observer ou question permet de circonscrire la
apprendre sur un marché. Le marché population cible de nos produits ou de
ici est à comprendre comme la nos services qui représentent notre
rencontre entre une proposition faite potentielle clientèle.
par un producteur ou un prestataire et − Quels sont leurs besoins ?
la demande issue des consommateurs − Comment achètent-ils ?
du produit ou du service et − Où vivent-ils ?
l’environnement du marché. − Comment se comportent-ils ?
A quel besoin correspond le produit
Avant de nous lancer sur un marché, ou le service ? La proposition, nous
l’offre est représentée par les l’avons dit, doit toujours satisfaire un
producteurs ou les prestataires du besoin ou une attente. Pour cela, elle
marché sur lequel nous souhaitons doit s’adapter au client en se
nous lancer. La demande correspond à demandant :
ce que les personnes à qui nous allons − Quelles sont les attentes des
vendre le produit ou proposer le futurs clients ? (Gain de
service attendent ou sont prêtes à temps, de place, d’argent,
consommer ou à payer. Ainsi compris, besoin de sécurité de confort,
l’étude de marché consiste à ressortir de nouveauté, etc.)
l’ensemble des éléments qui entourent − Quels avantages l’entreprise
un marché. C’est pourquoi, on parle va-t-elle leur apporter ?
d’environnement P.E.S.T.E c’est-à dire (Garantie de qualité, de
politico-légal, Economique, social,
technique, de ponctualité, de
technologique et écologique.
souplesse, de délais
d’exécution, horaires, étendue
Avec l’étude de marché, il s’agit de
de choix, etc.)
manière précise de répondre aux
Comment vendre ? Il est important
questions essentielles :
de répondre à cette question pour
adapter le mode de distribution aux

16
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

habitudes de la clientèle : à la criée, pour sa réussite. Lorsqu’un local est


après démonstration, à domicile, après repéré, il ne faut pas hésiter à passer
devis, par appel d’offre, etc. Quels plusieurs jours dans le quartier, à
modes de fonctionnement et de vente questionner les entrepreneurs qui y
sont-ils envisagés ? sont installés, à surveiller
Qui sont nos concurrents ? Il est attentivement le flux des passants, à
impératif d’analyser las atouts des observer les concurrents.
concurrents directs c’est à dire Quel est l’environnement de mon
proposant un produit ou service marché ? Il s’agit ici d’identifier les
identique, et des concurrents indirects, processus d’innovation et les
c'est-à-dire offrant un produit ou évolutions technologiques du marché,
service différent mais satisfaisant le son cadre réglementaire et législatif
même besoin : notoriété ancienneté, (autorisations requises, taxes à payer,
accessibilité ; publicité, surface de diplôme à posséder, identification des
vente, étendue de la gamme, tarifs prescripteurs…)
proposés, facilités de paiement, etc.
Quels sont les moments propices à la Les réponses à toutes ces questions
vente du produit ou du service ? font voir que étude de marché permet
L’activité de la clientèle visée est-elle de faire les meilleurs choix pour
assujettie à un calendrier, un planning réaliser ses ambitions d’entrepreneur.
ou des horaires particuliers… ? La L’ensemble de ses éléments vous
demande est-elle ponctuelle, permettra de monter votre Business
accidentelle, périodique, saisonnière, plan ou plan d’affaire.
régulière, etc.? Les achats sont-ils
programmés, aléatoires, d’urgence, Un business plan ou un plan d’affaire :
etc. ? c’est le document que vous allez remettre à
Où implanter l’entreprise ? Y a-t-il vos partenaires pressentis pour leur
intérêt à s’installer près des sources présenter le contenu de votre projet de
d’approvisionnement ou près de la création ou de développement : ce que vous
clientèle ? L’emplacement d’une unité allez entreprendre et comment vous allez
de production ou de service est capital l’entreprendre ?

LES ASSOCIES / AVEC QUI S'ASSOCIER ?

Le choix des associés mérite une n'ont pas la même motivation que
réflexion sérieuse. vous, ni la même énergie ni le même
On s'associe en général quand : dynamisme.
− les compétences sont Avant de vous associer à quelqu'un,
insuffisantes testez le et voyez ses qualités, ses
− les moyens sont insuffisants objectifs, vos responsabilités
(capitaux) respectives et prévoyez surtout sa
sortie prochaine.
Sachez toutefois que les futurs associés

LES OBSTACLES, LES DIFFICULTES

La solitude : Le promoteur est un être seul, incompris de l'entourage, des

17
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

futurs clients, fournisseurs, financiers travaille beaucoup 12 à 16 h par jour et


L'insécurité : C'est les imprévus: souvent 7 jours / 7.
accident de santé, perte de contrat, Le sacrifice financier : Il faut savoir
refus de découverts bancaires... vivre avec un budget très serré les
La méfiance : Celle des personnes premiers temps. Ne pas avoir dès le
physiques, des entreprises existantes début le standing de vie du DG d'une
et des organismes publics... entreprise solide.
Le sacrifice familial : Le créateur

LES SOURCES DE FINANCEMENT

On distingue en général deux d’assurances, les coopératives


catégories de sources de financement : d’épargne et de crédit, les
les sources formelles de financement et sociétés de crédit-bail (leasing),
les sources informelles. les fonds de garantie, les projets
de développement, les
Dans la catégorie des sources organisations internationales
informelles on trouve: la famille, les spécialisées.
tontines, les amis, les parrains, les
fournisseurs (par exemple quelqu’un Ces institutions peuvent apporter des
qui décide de vous louer les engins à concours multiformes à un projet ou à
crédit participe au financement de un projet à une entreprise :
votre entreprise). Dans le contexte
actuel, la plupart des créateurs ne - Le financement de la formation
réussissent à réaliser leur projet que du personnel ;
grâce à ces sources de financement - Le financement de l’assistance
informelles. technique au démarrage ;
- Le financement des
Les sources formelles de financement investissements ;
comprennent : - Le financement de
l’exploitation.
− Les banques classiques, en
général très réticentes pour En général toutes les sources formelles
financer les jeunes entreprises utilisent les mêmes critères que les
ou les jeunes entrepreneurs. banques classiques pour apprécier un
− Les compagnies financières non projet ou une requête de financement.
bancaires (les sociétés de capital Il faut leur préparer un dossier de
risque, les mutuelles demande de financement

QUELLES SONT LES REGLES D’OR POUR REUSSIR EN ENTREPRENEURIAT ?

− Utilisez toutes les informations − Ménagez votre vie familiale;


du marché; − Soyez constamment vigilant;
− Acceptez de démarrer petit; − Choisissez bien vos associés ;
− Prévoyez toujours le pire pour − Bien présenter et bien expliquer
le court terme, mais soyez vos idées ;
optimiste pour le long terme;

18
L’ENTREPRENEURSHIP—ESPRIT D’ENTREPRISE / Stéphanidie Flor POUNAN Août 2013

− Limitez les charges fixes ; banquiers compliquent la tache


− Faites un bon dossier de des entrepreneurs ». A force
création précis, concis ; d’entendre ce discours, vous
− Soyez convaincant et attentif ; finissez par le croire, y compris
− N'oubliez jamais les les jeunes. Ce ne sont que des
concurrents; prétextes pour ne pas aller de
− Apprenez à décider rapidement l’avant. Regardez plutôt tous les
− N'oubliez pas que votre BOSS clients potentiels.
c'est votre client ; − « Décrochez votre premier client
− Evitez certains secteurs et tout deviendra possible »;
d'activité surtout ceux ayant − « Inutile de chercher à être
besoin de ressources longues ; révolutionnaire, commencez par
− Ne passez pas tout votre temps être différent »;
à mettre sur pied une bonne − « Embauchez plutôt des
organisation en oubliant de paperboys livreurs de journaux
gagner de l'argent. Gagnez de plutôt que des sujets brillants »
l'argent, organisez vous après. − « La volonté de réussir n’est rien
− « Le gouvernement, les sans la force d’oser »

Merci pour la profonde lecture du document et de l’usage que vous en ferrez.

« De quelque côté que vous vous tourniez, vous avez tort. Si mon ouvrage est bon,
il vous fera plaisir; s'il est mauvais, il ne fera point de mal. Point de livre plus
innocent qu'un mauvais livre ». Diderot

BIBLIOGRAPHIE

- BRUNETEAUX J. B. (2005) : Gestion des ressources humaines et communication,


Presses de l’UCAC, Yaoundé.

- Ministère de la Jeunesse : Manuel de formation social. PAJER-U/PIFMAS


MINJEUN 1er édition, novembre 2007

- L’Entrepreneuriat et création d’’entreprises/ Expériences de l’Université de Sousse :


Avril 2005

- Guide Complet du créateur d’entreprise / Agence Pour la Création d’Entreprises


- 1 4, rue Delambre 7 5 6 8 2 P a r i s Cedex 1 4 h t t p: / / w w w . a p c e . c o m

19
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

VIE PROFESSIONNELLE

DROIT DU TRAVAIL
Législation du travail

POUNAN Flor Stéphanidie


Manager RH
(00237 - 75054509 / 99374861 - pounflors@yahoo.fr)

1
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

SOMMAIRE
I- LES SOURCES DU DROIT DU TRAVAIL................................................................... 4
1- Les sources législatives et réglementaires ................................................................... 4
a- Le code du travail.................................................................................................. 4
b- Les actes réglementaires....................................................................................... 5
c- La jurisprudence .................................................................................................... 6
2- Les sources conventionnelles ........................................................................................ 6
a- Les conventions collectives et accords d’entreprises ....................................... 6
b- Les usages............................................................................................................... 7
3- Les sources internationales ............................................................................................ 7
a- Les traités bilatéraux ............................................................................................. 7
b- Les traités multilatéraux...................................................................................... 7
II- LE CONTRAT DE TRAVAIL ......................................................................................... 8
1- Définition du contrat de travail .................................................................................... 9
2- Les caractéristiques du contrat de travail .................................................................... 9
3- La nature juridique du contrat de travail ................................................................. 10
4- Les contrats assimilables au contrat de travail ......................................................... 11
a- La lettre d’engagement ....................................................................................... 11
b- Le contrat administratif de travail .................................................................... 11
c- Le contrat d’engagement maritime .................................................................. 12
5- La formation du contrat du travail ............................................................................. 12
a- Les éléments de formation du contrat de travail ............................................ 12
III- LA DUREE DU CONTRAT DE TRAVAIL .............................................................. 14
1- Le contrat de travail à durée déterminée (C.T.D.D)................................................. 14
a- Les caractéristiques du contrat à durée déterminée ...................................... 14
b- Le formalisme obligatoire des contrats à durée déterminé ............................... 15
c- Le renouvellement d’un contrat de travail à durée déterminé........................... 16
d- La cessation du contrat de travail à durée déterminée .................................. 16
2- Le contrat de travail à durée indéterminée (C.T.D.I) ............................................... 17
3- Les contrats de travail flexibles ................................................................................... 18
a- Le contrat de travail temporaire ....................................................................... 18
b- Le contrat de travail occasionnel ...................................................................... 18
c- Le contrat de travail saisonnier ......................................................................... 18
4- L’engagement à l’essai/un type particulier de contrat de travail ......................... 18
a- Définition de l’engagement à l’essai................................................................. 19

2
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

b- Forme de l’engagement à l’essai ....................................................................... 19


c- Durée de l’engagement à l’essai........................................................................ 19
d- Rupture de l’engagement à l’essai .................................................................... 20
IV- L’EXECUTION DU CONTRAT DE TRAVAIL ....................................................... 21
1- Les obligations des parties contractantes .................................................................. 21
a- Les obligations du travailleur............................................................................ 21
b- Les obligations de l’employeur ......................................................................... 21
c- Les obligations connues aux deux parties/les obligations relatives aux
conditions de travail...................................................................................................... 22
2- La suspension du contrat de travail et les effets de la dite suspension: ............... 27
3- La rupture du contrat de travail ................................................................................. 28
V- CONTENTIEUX DU TRAVAIL : LES DIFFERENDS DE TRAVAIL .................. 30
1- Définition et caractéristiques des différents de travail ............................................ 31
a- Définition ..................................................................................................................... 31
b- Les caractéristiques ................................................................................................ 31
2- Conditions d’existence d’un différend individuel de travail ................................. 31
3- Procédure pour résolution des différends de travail ............................................... 32
4- Tentative de conciliation devant l’Inspecteur du travail......................................... 32
a- Compétence rationeloci (compétence territoriale) de l’inspecteur du travail.. 33
b- Déroulement et résultât de la tentative de conciliation...................................... 33
5- Saisine du tribunal et comparution des parties ........................................................ 34
VI- LE SALAIRE ................................................................................................................... 34
1- Détermination du salaire : ........................................................................................... 34
a- Les zones de salaire................................................................................................... 35
b- Les taux de salaires (catégories professionnelles) ................................................ 35
c- Les secteurs d’activités ............................................................................................. 36
d- Les systèmes de salaires Echelonnés : ................................................................... 36
2- Le traitement et paiement du salaire .......................................................................... 36
a- Les modalités de paiement des salaires ................................................................. 36
b- Le Bulletin de paie .................................................................................................... 37
c- Le registre de paiement (Livre de Paie) ................................................................. 37
3- Les retenues sur salaire ................................................................................................ 37

3
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

Le droit du travail est l’ensemble des règles qui régissent les rapports entre les
travailleurs et les employeurs. Reconnu par la constitution comme un droit
fondamental, le droit du travail a été davantage élaboré par plusieurs sources : les
sources législatives et réglementaires, les sources conventionnelles et les sources
internationales.

I- LES SOURCES DU DROIT DU TRAVAIL


1- Les sources législatives et réglementaires

L’organisation du travail a été l’œuvre du législateur, mise en application par la


réglementation des pouvoirs publics et enrichie par la jurisprudence.

a- Le code du travail

Le premier code du travail mis en application au Cameroun é été l’œuvre des


autorités de tutelle, à savoir le code du travail d’outre-mer. Il va rester en vigueur
jusqu'à l’adoption d’un second code le 12 juin 1967 inspiré, pour l’essentiel, des
législations en matière de travail encore en vigueur dans les deux états fédérés du
Cameroun.

Après l’érection du Cameroun en un Etat unitaire en 1972, le législateur va mettre en


place un nouveau code du travail issu de la loi n°74/14 du 27 novembre 1974.
Cependant 18 ans après son adoption, sa révision va s’avérer indispensable pour
mieux adapter les relations de travail aux réalités économique d’un environnement
devenu presque insoutenable pour les entreprises. Elle va donner naissance au code
du travail issu de la loi n°92/007 du 14 août 1992.

Le code du travail de 1992 organise les rapports entre les travailleurs et les
employeurs, ainsi qu’entre ces derniers et les apprentis placés cous leur autorité (C.T.
art. 1er al.1). Il considère comme « travailleur » quels que soient son sexe et sa
nationalité, toute personne qui s’est engagée à mettre son activité professionnelle
moyennant rémunération, sous la direction et l’autorité d’une personne physique ou
morale, publique ou privée, celle-ci étant considérée comme « employeur ».

En revanche, sont exclus du champ d’application du code du travail les personnels


régis par :

- Le statut général de la fonction publique ;

4
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

- Le statut de la magistrature ;
- Le statut général des militaires ;
- Le statut spécial de la sureté nationale ;
- Le statut spécial de l’administration pénitentiaire ;
- Les dispositions particulières applicables aux auxiliaires d’administration.

Le code du travail camerounais (comme la plupart des codes du travail) comprend


les dispositions suivantes relatives aux :

- Syndicats professionnels, - Institutions professionnelles,


- Contrat de travail, - Commission nationale et
- Salaire, consultative du travail,
- Conditions de travail, - Commission nationale de santé et
- Sécurité et santé du travail, de sécurité du travail,
- Administration du travail et de la - Délégués du personnel,
prévoyance sociale et les moyens - Différends du travail.
de contrôle,

Bon À Savoir : Une bonne connaissance du droit du travail du pays dans lequel s’exécute le
contrat de travail est indispensable.

Le code du travail énonce quelques principes majeurs du droit du travail (confère


Code du travail)

b- Les actes réglementaires

Les actes réglementaires renvoient aux nombreux textes réglementaires qui fixent les
conditions d’application des dispositions du code du travail.

Le code est complété par des textes d’application, en particulier ceux relatifs à :

- La formation professionnelle,
- Syndicats et délégués du personnel,
- Salaires : montant et saisie,
- Travailleurs étrangers,
- Fêtes légales, congés et durée du travail,
- Logements, déplacements, nutrition et transport du personnel déplacé,
- Licenciement, travail temporaire et suspension du contrat de travail,
- L’engagement à l’essai,
- La déclaration d’établissement,

5
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

- Conventions collectives,
- Accidents de travail et maladies professionnelles,
- La médecine du travail,
- Fond national de l’emploi (FNE),
- L’organisation du ministère de l’emploi, du travail et de la prévoyance sociale.

De même, certains textes législatifs sont améliorés ou précisés par des commissions
paritaires applicables à l’ensemble d’une profession.

Exemple : les commissions mixtes paritaires des conventions collectives du Cameroun


fixent des salaires minima au-delà du salaire minimum garanti pour chacune des 12
catégories de classification des emplois ; la convention collective des banques et
autres établissements financiers fixe ses propres minima par catégorie. Le salaire
individuel ne pourra pas être inférieur, mais des accords d’établissement peuvent
améliorer ces dispositions tout en restant dans le cadre légal et conventionnel.

c- La jurisprudence

Les litiges individuels du travail, jugés par les tribunaux d’instance en premier
ressort, les chambres sociales des Cours d’appel au deuxième degré, et portés
souvent devant la Cour suprême (chambre judiciaire, section sociale), sont à l’origine
de la formation d’une jurisprudence sociale.

Le code de travail est généralement complété par la jurisprudence. Il s’agit de


jugement en dernière instance (en général la cour de cassation pour les conflits du
travail) de situations conflictuelles qui ne sont pas explicitement prévues par les
textes du code de travail. Ainsi, lorsqu’une situation conflictuelle analogue se
reproduit le jugement précédent servira de référence.

2- Les sources conventionnelles

Les sources conventionnelles du droit du travail proviennent des conventions


collectives, mais aussi des usages en vigueur dans certaines branches d’activités.

a- Les conventions collectives et accords d’entreprises

Le droit du travail camerounais, s’est davantage développé depuis plusieurs années,


principalement sous forme d’accords négociés dans le cadre de la branche d’activité
ou de l’entreprise, entre les partenaires sociaux : employeurs et salariés.

6
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

- Les conventions collectives résultent des accords conclus entre un employeur ou


un groupement d’employeurs et un syndicat de travailleurs, à l’effet de fixer les
conditions de travail et de rémunération, soit dans une branche de l’économie,
soit dans une entreprise.
- Les accords d’établissement témoignent de la liberté d’initiative laissée aux
partenaires sociaux dans l’adoption de dispositions bénéfiques pour les salariés.

b- Les usages

Les usages ont aussi une réelle proximité avec les conventions collectives en raison
de leur commune origine professionnelle et non étatique. C’est justement pourquoi
dans certains cas, la loi elle-même renvoie aux usages suivis dans la profession,
notamment dans des matières non traitées par elle. Toute fois, les conventions
collectives tendent à restreindre leur rôle, dans la mesure où ces dernières, bien
souvent, ne font que les entériner lorsqu’elles sont suivies dans une profession.

3- Les sources internationales

L’organisation du travail fait également l’objet de nombreux traités bilatéraux et


multilatéraux adoptés pour normaliser le travail sur le plan international dans
différents domaines.

a- Les traités bilatéraux

Les traités bilatéraux portent soit sur un point délimité (Traités d’immigration par
exemple), soit sur la condition des travailleurs migrants dans son ensemble (traité de
travail). Les traités d’établissement intéressent parfois le travail salarié. Leur raison
d’être est d’assimiler aux nationaux les ressortissants du pays signataire qui
immigrent au Cameroun.

b- Les traités multilatéraux

Les traités multilatéraux ou conventions internationales du travail ne sont pas


conclus entre Etats mais adoptés par l’O.I.T. au sein d’une conférence composée de
représentants des Etats, des employeurs et des salariés. Une fois adoptées à une
majorité qualifiée, ces conventions sont soumises à la ratification des Etats.

7
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

Lorsqu’elles sont ratifiées, ces conventions jouissent d’une primauté sur la loi interne
camerounaise.

Les recommandations de l’O.I.T., à la différence des conventions n’ont pas valeur


obligatoire. L’ensemble des règles conventionnelles constitue aujourd’hui un Droit
uniforme publié par le BIT sous forme d’un code international du travail.

Pour l’essentiel, les relations de travail entre employeurs et travailleurs sont organisées à
travers un socle commun : le contrat de travail1.

Il existe toutefois certaines catégorie de travailleurs au Cameroun, qui bien qu’étant


soumis d’une manière générale aux dispositions du code du travail, sont régis par
des statuts particuliers qui tiennent compte soit de la qualité de leur employeur
(l’Etat), soit de leurs conditions de travail. Ce sont :

- Les contractuels et agents de l’Etat2, dont le statut est organisé par le décret
n°78/484 du 9 novembre 1978 modifié par le décret n°82/100 du 3 mars 1982
fixant les dispositions communes applicables aux agents de l’Etat relevant du
code du travail. Ce décret fixe les conditions générales d’emploi, la
classification professionnelle et les modalités de rémunération de cette
catégorie de personnel de l’Etat ;
- Les maitres et professeurs de l’enseignement privé, dont le décret n°74/126
du 16 février 1974 détermine les catégories professionnelles et fixe les taux des
salaires minima ;
- Les marins, dont le code communautaire de la marine marchande de la
CEMAC fixe les conditions d’engagement, de placement, l’exercice de la
profession, les obligations de l’armateur envers le marin ;
- Les domestiques et employés de maisons, régis par le décret n°68/DF/253
du 10 juillet 1968, modifié par le décret n°76/162 du 22 avril 1976.

II- LE CONTRAT DE TRAVAIL

Il est important au préalable afin de mieux assoir la compréhension et appréhender


la spécificité du contrat de travail, d’apprécier ses éléments constitutifs, à partir de sa
définition d’une part et de son régime juridique d’autre part.

1
Droit et contentieux du travail et de la sécurité sociale : Jean Marie NYAMA ; Presse de l’UCAC édition 2012
2
Droit et contentieux du travail et de la sécurité sociale Jean Marie NYAMA ; Presse de l’UCAC édition 2012 P63

8
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

1- Définition du contrat de travail

Le dictionnaire Larousse définit la notion de contrat comme une convention entre


deux ou plusieurs personnes constatées par un écrit. Il continu en indiquant que le
contrat de travail est une convention par laquelle un salarié met son activité au
service d’un employeur en échange d’un salaire.

Le code du travail quant à lui définit le contrat de travail dans son article 23. Alinéa 1er
comme suit : « le contrat de travail est une convention par laquelle un travailleur s ‘engage à
mettre son activité professionnelle sous l’autorité et la direction d’un employeur, en
contrepartie d’une rémunération ».

Au regard de ces deux définitions, il se dégage qu’un contrat de travail peut être
définit comme une convention par laquelle un individu appelé travailleur, s’engage à
mettre son activité professionnelle sous l’autorité et la direction d’une personne,
physique ou morale appelée employeur, moyennant une rémunération qui est le
salaire.

2- Les caractéristiques du contrat de travail

A la différence d’un contrat, le contrat de travail présente les caractéristiques


suivantes :

- c’est un contrat dominé par le lien de subordination, c’est-à-dire le


travailleur ou salarié est toujours sous la direction et l’autorité de
l’employeur. Il se crée un lien de subordination qui confère à l’employeur
le droit de donner des ordres, d’infliger des sanctions disciplinaires ;
- c’est un contrat synallagmatique ou bilatéral. Le contrat de travail
engendre des obligations réciproques et indépendantes entre les parties
contractantes. Tandis que le travailleur a l’obligation de mettre son activité
professionnelle au service de l’employeur, ce dernier a aussi l’obligation de
lui verser un salaire ;
- c’est un contrat à titre onéreux. Il occasionne des dépenses en nature ou en
espèces de la part d’une des parties contractantes, notamment l’employeur.
Ainsi donc, il faut qu’une rémunération ait été consentie. « Recruter coûte
cher, mais se tromper de candidat est encore plus onéreux ». C’est
pourquoi il peut bien y avoir contrat de travail, même si aucune
rémunération n’a été fixée à l’avance. Il appartiendra au juge de qualifier
un tel contrat et de demander à l’employeur de verser une rémunération
au travailleur ;

9
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

- c’est un contrat successif ou à exécution successive. L’exécution du contrat


de travail se fait de manière échelonnée dans le temps, c’est-à-dire qu’il
faut un temps relativement long pour exécuter le travail convenu au
contrat. Elle ne peut se faire d’un trait ;
- c’est un contrat conclu intuitu personæ. L’employeur prend en
considération la personne même du travailleur, ses aptitudes
professionnelles et ses qualités personnelles. C’est lui même qui doit la
prestation de service. Il ne peut pas, en cas d’indisponibilité, se faire
remplacer par quelqu’un d’autre. Le caractère personnel du contrat du
travail se manifeste ici ;
- c’est un contrat consensuel. Le contrat de travail n’est valable que s’il y a
accord des volontés des parties contractantes. Chaque partie doit donner
librement son consentement.

De l’analyse des caractéristiques du contrat du travail et de la définition de celui se


dégage les éléments constitutifs du contrat de travail, notamment : la prestation de
travail, la rémunération appelée salaire et le lien de subordination.

3- La nature juridique du contrat de travail

Le lien de subordination est le critère déterminant du contrat de travail. En effet, il


est généralement retenu qu’il ne peut y avoir rémunération du service sans contrat
de travail si le lien de subordination fait défaut. Ce dernier permet de distinguer le
contrat de travail des contrats voisins relevant du droit civil ou commercial. Nous
citons entre autre :

- le contrat de société
- le contrat de mandat
- le contrat de louage des choses
- le contrat d’entreprise ou contrat de sous-traitance

10
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

Un essai de comparaison entre le contrat de travail et le contrat d’entreprise ou


contrat de sous-traitance nous permet de mettre véritablement en évidence le lien de
subordination, gage de la nature juridique du contrat de travail.

Le contrat d’entreprise met en rapport deux personnes, à savoir un entrepreneur et le


donneur d’ouvrage ou maître d’ouvrage. L’entrepreneur s’engage à exécuter, de sa
propre initiative, une tâche déterminée moyennant une somme forfaitaire déterminée
d’avance que lui versera le maître d’ouvrage. Il faut donc remarquer qu’ici il y a ni
employeur, ni employé, pas de salaire, mais un taux forfaitairement fixé. Pas de lien
de subordination dans la mesure où le maître d’ouvrage ne donne à l’entrepreneur
que des indications qui sont loin d’être des ordres.

Bon à Savoir : L’intérêt de la distinction du contrat de travail des autres types de


contrat n’est pas purement théorique. Il est toujours important de savoir si tel
contrat est un contrat de travail ou non. Cette importance peut s’analyser à plusieurs
niveaux. En cas de litiges s’élevant à l’occasion de l’un de ces contrats, c’est cette
distinction qui nous indiquera qu’elle est la procédure à suivre et la juridiction à
saisir. Les prérogatives dont jouissent les parties contractantes lors de la rupture de
ces contrats ne sont pas toujours les mêmes. Pour la rupture du contrat de travail à
durée indéterminée par exemple, il faut un préavis et un motif légitime. En cas de
rupture abusive, la victime peut réclamer et obtenir des indemnités.

4- Les contrats assimilables au contrat de travail

Plusieurs contrats autres sont assimilables au contrat de travail

a- La lettre d’engagement

Généralement, du fait des contraintes de temps, l’engagement d’un travailleur est


constaté premièrement par la lettre d’engagement avant que par la suite le contrat de
travail soit établit. Ces deux documents n’ont pas le même contenu, bien qu’ils
établissent la preuve d’un engagement à un emploi salarié.

b- Le contrat administratif de travail

Pour le personnel de l’Etat relevant du code du travail, le contrat de travail signé


avec l’Etat, est avant tout un contrat administratif. C’est pourquoi, il défini par le
décret n°78/484 du 9 novembre 1978 comme3 « tout accord de préférence écrit, contrat,
décision ou tout autre acte administratif en tenant lieu, conclu entre l’administration et une

3
Droit et contentieux du travail et de la sécurité sociale Jean Marie NYAMA ; Presse de l’UCAC édition 2012 P68

11
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

personne, et par lequel celle-ci s’engage à mettre son activité professionnelle au service de
l’administration moyennant rémunération ».

c- Le contrat d’engagement maritime

Aux termes de l’article 308 du code communautaire de la marine marchande de la CEMAC,


« tout contrat conclu entre un armateur ou son représentant et un marin, et ayant pour objet un
service à accomplir à bord d’un navire en vue d’une expédition maritime, est un contrat
d’engagement maritime ».

5- La formation du contrat du travail

Pour que le contrat de travail se forme et soit valable, des conditions doivent être remplies
suivant l’article 24 alinéas 3. Du code du travail, « l’existence du contrat est constaté, sous
réserve des dispositions de l’article 27, dans des formes qu’il convient aux parties
contractantes d’adopter. La preuve peut être rapportée par tous les moyens ».

Le contrat ainsi formé a une durée et prend des formes particulières.

a- Les éléments de formation du contrat de travail

Il faut distinguer ici les conditions de fond et les conditions de forme.

i- Les conditions de fond

Ces conditions concernent la capacité et le consentement des parties en plus de la


licéité du contrat.
 La capacité des parties
Le code du travail dispose que: « toute personne peut contracter, si elle n’en est pas
déclarée incapable par la loi ». Le contrat de travail n’est valable que si chacune des
parties du contrat a la capacité de s’engager. L’employeur est généralement majeur
mais le travailleur ne l’est pas toujours. Toutefois, un mineur peut être autorisé à
travailler par ses parents ou tuteurs légaux. S’il est émancipé, il peut valablement
s’engager par contrat de travail. Le contrat de travail passé par un mineur peut être
annulé par le tribunal si le père ou le tuteur s’y oppose. Le mineur émancipé peut
valablement s’engager par le contrat de travail car il s’agit là d’un acte d’admission et
non de disposition.
 Le consentement des parties
La formation d’un contrat de travail suppose la rencontre de deux volontés. Les
parties contractantes doivent donner leur consentement qui doit être libre et non
vicié ni par erreur, ni par le dol ni par la violence.

12
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

− L’erreur est une appréciation exacte portant sur un élément essentiel du


contrat. Exemple : erreur sur la personne, sur sa qualification.
− Le dol est une utilisation de manœuvres frauduleuses pour amener l’autre
partie à contracter. Exemple : Mr X veut vendre sa vieille voiture à M. Y. pour
ce faire, il refait la tôlerie et la repeint afin de la proposer à Mr Y.
− La violence est un fait de nature à inspirer une crainte telle que l’autre partie
au contrat donne son consentement à contracter. Elle n’aurait pas accepté sans
cette violence. Exemple : une personne profite du fait qu’un individu est sans
travail et que son enfant est gravement malade pour lui faire signer un contrat
de travail désavantageux.
 La licéité de la cause et de l’objet

L’objet et la cause du contrat doit être licité (c’est-à-dire conforme aux lois et
règlement en vigueur) ainsi qu’à la convention collective applicable à la branche
d’activité concernée.

Certaines conditions limitent la validité du contrat de travail aux clauses de non


concurrence, c’est-à-dire l’interdiction faite pour un employé nouvellement
embauché et préalablement licencié pour faute lourde dans une entreprise d’exercer
une activité professionnelle susceptible de faire concurrence à l’autre partie. Cette
interdiction n’est valable que pour un an et ne s’applique que dans un rayon de 50
km autour du lieu de travail.

D’autres enfin résultent de l’article II. Alinéa 3 du code de travail qui accorde au
Président de la république d’interdire ou de limiter certaines embauches de
travailleurs de nationalité étrangère pour certaines professions ou certains niveaux
de qualification professionnelle.

ii- Les conditions de forme

En principe, le contrat de travail peut être passé verbalement ou par écrit. Seul
l’accord de volonté suffit ; dès qu’il y a changement de consentement, le contrat est
formé. Toutefois, il existe des exceptions. Dans certains cas, le contrat de travail est
fait obligatoirement par écrit, sous peine de nullité et visé par le ministre du travail.
Article 27 du code du travail. Il s’agit :

− tout contrat de travail stipulant une durée déterminée supérieure à 3 mois


nécessitant l’installation du travailleur hors de sa résidence habituelle ;
− Le contrat de travail concernant des travailleurs de nationalité étrangère ;

13
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

− Le renouvellent du contrat de travail à durée déterminée d’un étranger après


deux ans d’exécution (art 25 du code de travail).
− Article 28 du code de travail, l’Engagement à l’essai doit être stipulé par écrit ;
− L’article 46 : le contrat d’apprentissage doit être constaté par écrit.

Le contrat doit comporter obligatoirement les dispositions concernant notamment :

− l’état civil des parties ;


− la durée du contrat ;
− la nature de l’emploi tenu ;
− le lien d’exécution du contrat ;
− la catégorie et l’échelon du travailleur ;
− Le montant du salaire effectif.

III- LA DUREE DU CONTRAT DE TRAVAIL

1- Le contrat de travail à durée déterminée (C.T.D.D)

a- Les caractéristiques du contrat à durée déterminée

Au terme de l’article 25 Alinéa 1.a du code du travail, « le contrat de travail à durée


déterminée est celui dont le terme est fixé à l’avance par la volonté les deux parties ou par la
survenance d’un évènement futur et certain et dont la réalisation ne dépend pas
exclusivement de la volonté de l’une des parties, mais qui est indiquée avec précision. Il peut
être conclut pour une durée de deux (02) ans et il peut être conclut pour une durée
supérieure à deux ans et peut être renouvelé pour la même durée.

Est assimilé à un contra de travail à durée déterminée mais ne peut être renouvelé :

- Le contrat dont le terme est subordonné à la survenance d’un événement future et certain
dont la réalisation ne dépend pas exclusivement de la volonté des deux parties, mais qui
est indiqué avec précision ;
- Le contrat conclut pour un ouvrage déterminé ».

De cette définition, il convient de remarquer que le contrat de travail à durée


déterminée peut soit avoir un terme fixé et connu au moment de sa formation.
(Engagement pour le nombre déterminé de jours, de semaines, de mois ou d’années)
soit un terme fixe mais inconnu à l’avance, soit un terme incertain, soit un ouvrage
déterminé.

14
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

b- Le formalisme obligatoire des contrats à durée déterminé

Tout contrat de travail stipulant une durée déterminée supérieure à trois (3) mois ou
nécessitant l’installation d’un travailleur hors de sa résidence habituelle doit être
constatée par écrit (CT, art.27 al 1er). A défaut d’écrit, le contrat est réputé est réputé
être conclut pour une durée indéterminée.

Ces deux catégories de contrats doivent obligatoirement comporter des dispositions


concernant :

- les noms, prénom, raison sociale et adresse complète de l’employeur ;


- les noms, prénoms, sexe, date, et lieu de naissance, filiation, résidence habituelle,
nationalité et profession du travailleur ;
- la référence à la convention collectives applicable, lorsqu’il en existe une ;
- la nature du contrat avec indication de la date de prise d’effet de l’engagement et
si, le contrat est à durée indéterminé, de la durée du préavis de résiliation ;
- la nature de l’emploi à tenir avec une description des activités et responsabilité
qui incombe au travailleur ;
- le lieu d’exécution du contrat ;
- la catégorie professionnelle et l’échelon attribués au travailleur ;
- le montant des salaires effectifs, primes permanentes, indemnités et avantages en
natures alloués au travailleur ;
- la durée et les modalités d’exécution de la période d’essai si celle-ci est prévue au
contrat ;
- la durée de service effectif ouvrant droit au congé ainsi que la durée dudit congé ;
- le numéro d’affiliation de l’employeur à la caisse nationale de prévoyance sociale.

Le contrat de travail dont l’exécution nécessite l’installation des travailleurs hors de


sa résidence habituelle, doit, en outre, contenir des précisions concernant :

- la composition de la famille du travailleur au sens de la législation et de la


réglementation sur les prestations familiales ;
- les modalités d’exécution des dispositions légales et réglementaires concernant les
voyages et les transports ;
- les modalités d’attribution du logement ou de l’indemnité de logement prévus à
l’article 66 du code du travail.

Est présumé nécessitant l’installation du travailleur hors de sa résidence habituelle


tout contrat concernant un travailleur dont la résidence ou le lieu d’embauche est
distant de plus de vingt-cinq (25) kilomètres du lieu d’emploi (déc. n°93/575 du

15
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

15/07/1993 fixant les modalités d’établissement et de visa de certains contrats de


travail, art. 3 al.2).

c- Le renouvellement d’un contrat de travail à durée déterminé

Seuls les contrats à durée déterminée comportant un terme précis peuvent faire l’objet d’un
renouvellement, à la condition toutefois que le contrat contienne une clause prévoyant la
faculté de le renouveler, c’est – à – dire une clause de report du terme. Le contrat à durée
déterminée ne peut être renouvelé qu’une seule fois et pour une durée déterminée ou égale à
celle de la période initiale. Les conditions de renouvellement doivent faire l’objet d’un
avenant si elles n’ont pas été stipulées dans le contrat initial.

Tout contrat renouvelé dans les conditions non conformes à celles exposées ci-dessus
est requalifié en contrat à durée indéterminée.

Suivant l’article 25 alinéa 3 du code de travail, « le contrat de travail à durée déterminée


des travailleurs de nationalité camerounaise ne peut être renouvelé qu’une seul fois avec la
même entreprise et pour la même durée. Au terme de ce renouvellement, la poursuite des
relations de travail transforme le contrat de travail à durée déterminée en un contrat de
travail à durée indéterminée ».

d- La cessation du contrat de travail à durée déterminée

Le contrat de travail à durée déterminée prend normalement fin à l’arrivée du terme


convenu. Le travailleur ne peut ici prétendre à aucune indemnité puisqu’il ne s’agit
pas d’un licenciement. Le contrat ne peut cesser avant terme que dans les cas
suivants :

− Faute lourde ;
− Force majeur ;
− Accord des parties constaté par écrit (art. 38).

Si le contrat à durée déterminée est rompu par anticipation pour une cause autre que
celles exposées ci-dessus, la partie qui subit le préjudice du fait de la rupture peut
prétendre à des dommages et intérêts. Notamment, le salarié peut exiger à ce titre
une somme égale aux rémunérations qu’il aurait perçues jusqu’au terme du contrat,
ainsi qu’à l’indemnité pour rupture abusive que la jurisprudence accorde, dès lors
que l’employeur ne peut prouver l’existence et la légitimité du motif du licenciement.

Le contrat de travail concernant un travailleur de nationalité étrangère doit, avant


tout commencement d’exécution, être visé par le ministre chargé du travail (CT. Art.
27 al 2). La procédure de demande de visa est organisée par le décret n°93/575/PM

16
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

du 15 juillet 1993 fixant les modalités d’établissement et de visa de certain contrats de


travail.

En ce qui concerne les travailleurs expatriés, le contrat de travail doit être déposé ou
adressé à l’inspection du travail dans le ressort duquel ce contrat s’exécutera. L’envoi
ou le dépôt s’effectue par le soin de l’employeur en six (06) exemplaires datés et
signés par les deux parties contractantes.

Le contrat de travail est ensuite transmis pour visa au Ministre du travail,


généralement par le délégué régional du travail de la région ou le contrat s’exécutera.
La demande de visa incombe à l’employeur, s’il omet cette formalité, le travailleur a
le droit de faire constater la nullité du contrat et de réclamer les dommages intérêts.
En cas de refus du visa, il est fait retour du contrat à l’employeur avec indication du
motif du rejet. Si le Ministre du travail (délégué régional du travail) du territoire
concerné ne fait pas connaître sa décision dans le délai de deux (02) mois
immédiatement consécutifs au dépôt de la demande de visa, ce dernier sera réputé
avoir été accordé.

2- Le contrat de travail à durée indéterminée (C.T.D.I)

Le contrat de travail à durée indéterminée est le contrat dont « la durée n’est pas
connue à l’avance et qui se caractérise par une faculté de résiliation unilatérale et réciproque,
sous réserve d’un délai de préavis donné par la partie qui prend l’initiative de la rupture ».
(art.25 al.1, et art. 34)

Deux aspects caractérisent le contrat de travail à durée indéterminée. Dur le plan des
rapports entre les parties, c’est essentiellement une convention bilatérale qui fait une
place beaucoup plus prépondérante à l’autonomie de la volonté des parties. Sur le
plan des conditions d’exécution du travail, ses critères distinctifs demeurent la
permanence de l’emploi, la subordination à un seul et même employeur,
l’appartenance continue à une seule entreprise.

Il faut noter qu’il existe une différence entre la durée du temps de travail et la durée
du contrat de travail, puisque le contrat de travail ne constitue qu’une simple
formalisation des conditions d’exécution d’un emploi. L’emploi étant défini comme
l’ensemble des métiers, des professions et des fonctions qui structurent l’organisation
d’une entreprise, la durée du temps de travail peut subir des variations dans l’emploi
à durée indéterminée et à durée déterminée, sous forme d’emplois à temps complet
ou à temps partiel.

17
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

3- Les contrats de travail flexibles

Ce sont les contrats conclus en fonction d’un certain nombre d’événement qui ne
permettent pas à l’employeur de s’attacher durablement les services du travailleur.
Ce sont notamment :

a- Le contrat de travail temporaire

D’après l’article 25 al.4,a du contrat de travail « le contrat de travail temporaire a pour


objet, soit le remplacement d’un travailleur absent ou dont le contrat de travail est suspendu,
soit l’achèvement d’un ouvrage dans un délai déterminé nécessitant l’emploi d’une main-
d’œuvre supplémentaire ».

b- Le contrat de travail occasionnel

D’après l’article 25 al. 4,b « le contrat de travail occasionnel a pour objet de résorber un
accroissement conjoncturel et imprévu des activités de l’entreprise ou l’exécution des travaux
urgents pour prévenir des accidents imminents, organiser des mesures de sauvetage ou
procéder à des réparations de matériel, d’installations ou de bâtiments de l’entreprise
présentant un danger pour les travailleurs».

L’avantage de ce contrat est qu’il permet à l’entreprise de recruter une main d’œuvre
supplémentaire en cas de surcroît passager d’activité. Mais la durée de contrat ne
peut excéder 15 jours.

c- Le contrat de travail saisonnier

Le contrat de travail saisonnier à pour objet la réalisation par l’entreprise d’activités


cyclique ou climatique (art.25 al.4,c). La durée de ce contrat ne peut excéder six mois
par an. Il est essentiellement utilisé dans des entreprises-notamment agricoles- dont
les activités sont tributaires des saisons ou du climat.

4- L’engagement à l’essai/un type particulier de contrat de travail

Au lieu de s’engager immédiatement et de manière définitive, les parties peuvent


convenir de procéder à un essai. Pareille pratique présente pour les deux contractants
un intérêt évident. L’employeur portera un jugement mieux éclairé sur la
compétence, les qualités professionnelles et personnelles du salarié à tenir l’emploi ;
ce dernier vérifiera si la tache confiée lui convient.

18
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

Si l’essai se révèle satisfaisant de part et d’autre, le contrat revêtira un caractère


définitif ; sinon chaque parie reprendra sa liberté sans formalité particulières et sans
qu’aucune responsabilité puisse être encourue.

En effet la période d’essai offre le moyen de renforcer l’efficacité des décisions de


recrutement. Elle réduit les risques financiers de mesures de licenciements
ultérieures pour cause d’incompétence ou d’inaptitude professionnelles.

a- Définition de l’engagement à l’essai

Aux termes de l’article 28 du code du travail « il ya engagement à l’essai lorsque


l’employeur et le travailleur, en vue de conclure un contrat définitif, décident au préalable
d’apprécier notamment, le premier, la qualité des services du travailleur et son rendement, le
second, les conditions d’hygiène, de sécurité ainsi que de climat ».

Le contrat à l’essai ou engagement à l’essai est un contrat de travail provisoire. Il a


pour objet de permettre à l’employeur de vérifier le rendement et les qualités
professionnelles du travailleur. Au travailleur de connaître les conditions de travail,
de vie, de rémunération, d’hygiène et de sécurité et le climat social dans l’entreprise.

b- Forme de l’engagement à l’essai

L’engagement à l’essai doit être passé à l’écrit. S’il est fait verbalement, il n’a aucune
valeur et le travailleur sera considéré comme engagé dès le début, définitivement par
un contrat de travail à durée indéterminée sans période d’essai.

Il ne peut être conclut pour une durée supérieure au délai nécessaire pour mettre à
l’épreuve le personnel engagé, compte tenu des techniques et usages de la
profession. Dans tous les cas, l’engagement à l’essai ne peut porter, renouvellement
compris, que sur une période maximale de six(6) mois, sauf en ce sens qui concerne
les cadres pour lesquels cette période peut être prolongée jusqu'à huit(8) mois (art. 28
alinéa2).

Les délais de recrutement, de route, de formation et de stage ne sont pas compris


dans la durée de l’essai (art. 28 alinéa3).

Aussi le rapatriement des travailleurs déplacés est supporté par l’employeur, quel
que soit le motif de la rupture (art. 28 alinéa4).

c- Durée de l’engagement à l’essai

19
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

La durée maximale du contrat à l’essai varie en fonction de la catégorie de l’agent.


Elle est ainsi fixée par l’arrêté n°017/MTPS/SG/CJ du 26 mai 1993 :

Catégorie Durée
I et II (Manœuvre sans diplôme) 15 jours
III et IV (manœuvre spécialisé) 1 mois
V et VI (CAP ou BEPC) 2 mois
VII à IX (Baccalauréat) 3 mois
X à XI (Cadres) 4 mois

Les durées ci-dessus sont fixées de quantième à quantième. Elles doivent être
expressément stipulées par écrit au moment de l’engagement à l’essai.

La période d’essai est renouvelable une seule fois. Le renouvellement doit être initié
par l’employeur au travailleur un (01) mois avant la fin de la période d’essai initiale.

Si l’employeur n’a pas signifié le renouvellement de l’essai et si le travailleur est


maintenu en service à l’issu de celle ci, il se noue un contrat à durée indéterminée qui
prend effet à compter de (commencement) la date de début de l’essai.

Pendant la période de l’essai, le travailleur perçoit la rémunération qui correspond à


sa catégorie professionnelle. Si l’engagement à l’essai fait l’objet d’un acte distinct du
contrat du travail, il doit comporter l’indication de la catégorie et de l’échelon
attribués au travailleur.

d- Rupture de l’engagement à l’essai

Le trait essentiel, en même temps que la raison d’être de l’engagement à l’essai est de
conférer à chaque parie, sauf stipulation expresse contraire, une faculté absolue de
résiliation unilatérale à tout moment. La jurisprudence justifie cette faculté de
résiliation par le fait que « l’employeur est seul juge de la question de savoir si l’employé a
fait preuve des qualités nécessaires pendant la durée de l’épreuve à laquelle il a consenti à se
soumettre ».

En cas de rupture, celle-ci interviendra immédiatement et sans préavis et sans


dommages-intérêt pour rupture abusive, sauf stipulation contraire du contrat.

20
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

Il faut noter que diverses conventions collectives récentes tempèrent au profit du


salarié les conséquences d’un congédiement aussi brusque en instituant un bref
préavis qui varie de 1 à 20 jours selon la convention collective nationale du secteur
d’activité.

D’autres conventions par contre prévoient une indemnisation en cas rupture à


l’initiative de l’employeur.

IV- L’EXECUTION DU CONTRAT DE TRAVAIL

Le contrat de travail étant un contrat synallagmatique, donc faisant naître des


obligations entre les deux parties contractantes, au cours de son exécution, certains
obstacles peuvent naître, entraînant ainsi sa suspension, voir même sa résiliation.
L’appropriation des droits et obligations connus aux deux parties contractantes,
épargnera des éventuels désagréments

1- Les obligations des parties contractantes

a- Les obligations du travailleur

Le travailleur est soumis à certaines obligations pendant l’exécution du CT. Il doit :

− Consacrer à l’entreprise toute son activité professionnelle, il ne peut travailler


à son compte personnel, ou pour le compte d’autrui;
− Respecter l’employeur et lui obéir ;
− Prendre soin de l’outillage ou du matériel qui lui est confié ;
− S’abstenir de divulguer les secrets professionnels et de concurrencer son
employeur ;
− Exécuter personnellement et correctement le travail convenu ;
− Se conformer à la discipline de l’entreprise en gardant le secret professionnel

b- Les obligations de l’employeur

L’employeur doit :

− Procurer le travail convenu correspondant à la catégorie professionnelle en


fonction de laquelle l’employé a été recruté ;
− N’exiger aucunement un travailleur plus qualifié ou différent de celui prévu
au contrat de travail. S’il le fait, le travailleur peut refuser d’exécuter la tâche,
et ce ne sera pas une faute. Seulement, il faut que l’exigence du travailleur
porte sur une modification substantielle du contrat ;

21
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

− Fournir le travail à l’employé dans les conditions d’hygiène et de salubrité


satisfaisantes ;
− Si aucune possibilité de manutention n’a été prévue au contrat, l’employeur
ne peut imposer de manutention. Le travailleur peut refuser et la rupture du
contrat par l’employeur sera abusive ;
− Rémunérer le travail fournit, c’est-à-dire les salaires et les indemnités dans les
délais prévus par les textes en vigueur et en totalité en n’y effectuant pas de
retenues autres que celles prévues par la loi ;
− Traiter le travailleur avec dignité, en s’abstenant notamment de l’injurier et de
l’humilier ;
− Exercer sur les lieux de travail une surveillance d’ordre normale.
− Il doit donner au salarié les moyens d’exécuter le travail et les instructions
nécessaires;
− En cas de grève avec occupation des lieux, l’employeur est tenu de tout mettre
en œuvre pour permettre aux non grévistes d’exécuter leurs prestations ;
− Délivrer à l’issu du contrat, un certificat de travail qui ne doit en aucun cas
contenir des mentions susceptibles de nuire au travailleur.

c- Les obligations connues aux deux parties/les obligations relatives aux


conditions de travail

Elles sont relatives à la durée du travail, au repos, à l’hygiène et sécurité du travail.

i- La durée du travail

La durée légale maximale de travail est fixée de la manière suivante : Art 80 du Code
de travail :

− 40 heures par semaines dans les établissements privés ou publics non agricole.
− 48 heures par semaine et 2400 heures par An dans les entreprises agricoles,
avec une limite maximale de 08 heures par jour.

Il existe de nombreuses exceptions au principe de 40 heures par semaine ; celles-ci


concernant les heures d’équivalence, de prolongation, de récupération et les heures
supplémentaires.

 Les heures d’équivalence

C’est lorsque la durée hebdomadaire de travail peut être supérieure à 40 heures.


Pour certaines catégories des travailleurs ; soit en raison de la nature des travaux
effectués soit à cause de leur caractère intermittent. Mais cette durée est considérée
équivalente à 40 heures.

Il s’agit :

22
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

− des gardiens travailleurs qui effectuent 56 heures par semaine ;


− le personnel des hôtels et les employés de maison qui ont 54 heures par
semaine ;
− le personnel des hôpitaux qui effectuent 45 heurs par semaine ;
− le personnel des bars, réceptions, chambres qui effectuent 45 heures par
semaine.

 Les heures de prolongation

Cela se passe lorsque la durée du travail est prolongée au-delà des limites assignées
au temps de travail normal pour certains travaux préparatoires ou complémentaires
qui peuvent s’effectuer dans le cadre de l’horaire établie, ainsi que pour certaines
opérations qui ne peuvent être arrêtées lorsqu’elles n’ont pas pu se terminer dans les
délais règlementaires. Il s’agit du travail des ouvriers employés dans la conduite des
fours, fourneaux, livreurs, automobiles, garçons de bureau proposés au nettoyage
des bureaux, personnel chargé du pointage des personnels.

Dans tout les cas, la durée du travail ainsi prolongée est d’une heure par jour au
maximum, Art 80 alinéa 4 du Code de travail. Les heures de prolongation sont
rémunérées au taux normal.

 Les heures de récupération

L’objet de la récupération est de rattraper les heures du travail perdues au cours


d’une semaine donnée, du fait de certaines circonstances. La durée de travail étant
tombée au dessous de 40 heures, la récupération tend à maintenir la durée moyenne
hebdomadaire à 48 heures. Les circonstances dans lesquelles elles interviennent sont
surtout :

− Le cas d’interruption collective de travail résultant des causes accidentelles ou


de forces majeures. Si par exemple, un accident survient au matériel
occasionnant deux heures d’interruption de travail, les heures de travail ainsi
perdues seront récupérées ;
− Les heures de travail à récupérer ne doivent pas avoir été perdues par suite de
grève ou de Lock-out ;
− La récupération a lieu pendant les jours ouvrables et doit respecter le repos
hebdomadaire ;
− Les heures de récupérations sont rémunérées au taux normal.

 Les heures supplémentaires

Ce sont les heures effectuées au-delà de la durée légale du travail. Elles ne sont
admises qu’en cas de surcroît exceptionnel ou saisonnier de travail, en cas
d’impossibilité d’achever des travaux, les opérations dans les délais impartis avec
l’horaire normal.

23
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

Les heures supplémentaires doivent faire l’objet d’une demande d’autorisation


adressée à l’inspection du travail du ressort avec les délégués du personnel de
l’établissement. L’autorisation de l’inspection du travail n’est accordée que pour une
période maximale de trois mois. Ainsi, les heures supplémentaires ne peuvent être
effectuées que dans la limite de 20 heures par semaine et ne doivent avoir pour effet
de porter la durée de travail à plus de 60 heures par semaine et 10 heures par jour.

Les heures supplémentaires, décomptées par semaine sont ainsi majorées, sauf
dispositions plus favorables de la Convention Collective de son secteur d’activité :

− 1ère tranche (les 8 premières heures de la semaine): de la 41 ème Heure à la 48ème heure = 20%
− 2ème tranche (les 8 secondes heures de la semaine): de la 49 ème Heure à la 56ème heure = 30%
− 3ème tranche (les 4 dernières heures de la semaine): de la 57 ème Heure à la 60ème heure = 40%
− Pour les dimanches = 40%
− Pour les heures de nuit = 50%
− Pour les heures effectuées les jours non ouvrables du fait de force majeure = 50%
− Pour les jours fériés = 100%

Cas pratique N°1I : Salaire de base et salaires des heures supplémentaires

Monsieur TANTAPION LANDRY est Agent de Maintenance dans une entreprise industrielle de la
ville de Douala. Il vous sollicite pour le calcul : de son salaire de base, le salaire des heures supplémentaire
et son salaire brut pour le compte du mois de mai 2013. A l’occasion, il vous fournit les informations
suivantes :

− Il est payé 2000Fcfa l’heure et travaille 8 heures par jour et 5 jours par semaine
− Il a effectué durant le mois de mai 2013:

• 18 heures supplémentaires la première semaine ;


• 17 heures supplémentaires la deuxième semaine ;
• 20 heures supplémentaires la troisième semaine ;
• 03 heures supplémentaires la quatrième semaine ;
• 08 heures les dimanches ;
• 07 heures les nuits ;
• 05 heures le jour férié.

Apportez-lui votre appui.

ii- Les permissions exceptionnelles d’absence payées

Outre les congés annuels, le travailleur peut avoir besoin de congés spéciaux pour
des raisons de famille. Dans la limite de 10 jours par an et sauf dispositions plus
favorables de la Convention Collective du secteur, des permissions d’absences
suivantes ne sont pas déductibles du congé annuel et sont payées :

• Mariage du travailleur = 3 jours


• Décès du père, de la mère, du conjoint, d’un enfant = 3 jours

24
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

• Accouchement de l’épouse du travailleur = 3 jours


• Mariage d’un enfant = 1 jour

iii- Le repos des travailleurs

Tout travailleur a droit à un repos hebdomadaire obligatoire et dont la durée


maximale est de 24 heures consécutives. En principe, le jour de repos est le
dimanche, Art 88 du Code de travail appelé le repos dominical. Toutefois il est
prévu des dérogations non seulement au principe du repos dominical, mais aussi au
principe du repos hebdomadaire. Celles-ci concernent les entreprises qui ne peuvent
interrompre leurs activités le dimanche en raison de la nature du travail accompli ou
en raison des services rendus à la population.

iv- Le droit aux congés payés

Le droit du congé payé complète la limitation de la durée du travail et l’octroi du


repos hebdomadaire, de façon à accorder au travailleur, la coupure quotidienne et
hebdomadaire, des périodes de détente longue au courant de l’année.

 Conditions d’attribution du congé

Le droit de jouissance au congé est acquis après une durée de service effectif égale à
un an. L’Article 89 Alinéa 1 stipule « sauf dispositions plus favorables des Conventions
Collectives ou du Contrat Individuel de Travail, le travailleur acquiert le droit au congé payé
à la charge de son employeur, à raison d’un jour et demi ouvrable par mois de service
effectif ». Sont assimilées à un mois de service effectif les périodes équivalentes à
quatre (4) semaines ou vingt quatre (24) jours de travail. Pour la détermination du
droit au congé, sont considérés comme période de service effectif ces périodes de
suspensions de contrat de travail:

− les périodes d’indisponibilité pour accident du travail ou maladie


professionnelle ;
− dans la limite de six (6) mois, les absences pour maladies médicalement
constatées par un médecin agréé par l’employeur ou relevant d’un
établissement hospitalier révolu par l’état;
− le congé de maternité ;
− Le chômage technique.

 La durée du congé

- Le régime normal : Le travailleur requiert droit au congé payé à la charge de


son employeur à raison d’un jour et demi ouvrable par mois de service effectif,
soit 18 jours après 1 an de service effectif.

- Majorations de congé : L’Article 90 du Code de Travail à prévu des


majorations :

25
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

• deux jours et demi (2,5) de droit de congé au profit des jeunes gens de
moins de 18 ans, soit 2,5×12=30jours ouvrables de congés ;
• La durée du congé est augmentée en faveur des mères salariées, soit de
deux (2) jours ouvrables par enfant âgé de moins de 6 ans à la date de
départ en congé, inscrit à l’état civil et vivant au foyer soit d’un jour
seulement si le congé principal se trouve ne pas excéder 6 jours ;
• La durée du congé est augmentée en considération de l’ancienneté du
travailleur dans l’entreprise, à raison de 2 jours ouvrables par période
entière, continue ou non de 5 ans de service. Pour les mères salariées, cette
majoration s’ajoute à celle prévue ci-dessus.

NB : Le congé peut être fractionné, mais pour qu’il réponde à son but, il faut qu’une
des fractions ait une durée suffisamment longue pour que le travailleur puisse se
reposer. L’Alinéa 4 de l’Article 90 du Code du Travail précise qu’une durée des
fractions quand la durée du congé est supérieure à 12 jours, doit être au moins de 12
jours ouvrables continus.

 Mode de calcul de l’allocation de congé

- Congé principal : Le Code du Travail dispose que pour l’acquisition du congé,


sont assimilées à un mois de service effectif les périodes équivalentes à 4
semaines ou 24 jours de travail. En d’autres termes, chaque fois que le
travailleur a accomplie 24 jours de travail, il a droit à un jour et demi de congé.
Ceci donne la fraction 1,5/24 ou 1/16. Donc en appliquant cette fraction à la
rémunération acquise au cours de la période de référence (le salaire des 12
derniers mois de travail), on trouve automatique le montant de l’allocation de
congé. On a la formule :

- L’Allocation de congé principal = Salaire période afférente x 1/16

- Congé supplémentaire ou majoration : Il s’agit ici d’évaluer l’allocation


correspondant au congé supplémentaire. On, l’obtient par la formule suivante:

L’Allocation de congé supplémentaire = Allocation congé principal x Nbre de


jours congé supplémentaire ×1/18

L’Allocation de congé totale est l’allocation de congé principal ajouté à l’allocation


du congé supplémentaire.

CAS PRATIQUE N°2 : Evaluer l’allocation de congé d’une femme employée dans une
entreprise de la place. Elle a 22 ans d’ancienneté et 2 enfants de 4 et 5 ans respectivement. On
précise que son salaire brut des 12 derniers mois qui précèdent le mois de son départ en congé
est : 1 480 840 FCFA.

26
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

CAS PRATIQUE N°3 : Votre sœur qui travaille dans une entreprise industrielle de la
zone de Bassa à Douala, après un an de service effectif, sollicite votre appui pour la
détermination de sa durée de congé annuel et le calcul de ses allocations de congé.
Elle vous informe qu’elle a juste 2 ans d’ancienneté, et 3 enfants de moins de 6 ans à
charge. Son salaire mensuel moyen est de 220 000FCFA. Aidez là.

Aussi, elle voudra savoir quand s’achèvera ce congé, sachant qu’elle débutera le 28
mai 2013 et que le samedi et le dimanche ne sont pas des jours ouvrables dans son
entreprise. Quand débutera t- elle le travail ? Ne pas tenir compte des jours fériés.

2- La suspension du contrat de travail et les effets de la dite suspension:

La suspension du contrat de travail ne signifie pas sa rupture. Elle à pour principal


effet le maintien des rapports professionnels entre employeur et employés, car le
contrat de travail continu d’exister. Les parties sont dispensées momentanément de
remplir leurs obligations. Normalement, l’employeur ne devrait être tenu de verser le
salaire compte tenu du fait que le travail n’est pas fourni. Mais seulement, dans
certains cas, la rémunération est maintenue en totalité ou en partie (cas de congé de
maternité, congé de maladie, maladie professionnelle et d’accident de travail)

En réalité puisque le travail n’est pas fourni, on ne devrait pas parler de salaire mais
d’indemnité, qui est payé soit par l’employeur, soit par l’organisme de prévoyance
sociale, tel que la caisse nationale de prévoyance sociale (C.N.P.S).

On parle de suspension de contrat de travail dans les situations suivantes.

− La fermeture de l’établissement par suite de départ du travailleur sous les


drapeaux quelques soit le motif ;
− Pendant la durée du service militaire ou de son rappel sous les drapeaux ;
− dans la limite de six (6) mois, les absences pour maladies médicalement
constatées par un médecin agréé par l’employeur ou relevant d’un
établissement hospitalier révolu par l’état;
− le congé de maternité ;
− la période de garde a vue ou de détention du travailleur ;
− la période de mis à pieds du travailleur (accord des parties préalables);
− la période d’exercice des fonctions politiques ou administratives résultant
d’une élection ou d’une nomination ;
− Le chômage technique dans la limite de six mois.

En principe, pendant la période de suspension du contrat de travail, l’employeur n’a


pas le droit de licencier le travailleur sauf dans le cas ou celui-ci aurait été licencié
même s’il avait été en activité.

Exemple : le cas de fin de chantier, la compression du personnel.

27
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

Pendant cette période de suspension, l’employeur peut remplacer le travailleur, à


condition de prévenir le remplaçant du caractère provisoire de son emploi. Dès que
la clause de suspension disparaît, l’exécution du contrat de travail redevient normale.

3- La rupture du contrat de travail

La rupture marque la cessation des relations de travail entre les parties. Elle conclut
la carrière du salarié dans l’entreprise. Les causes de départs de l’entreprise sont
multiples. Ce sont entre autres : les démissions (du fait de l’employé), fin de C.D.D.,
licenciement (du fait de l’employeur), rupture négociée, force majeure et décès,
départ à la retraite.

Le contrat de travail engage l’employeur et le salarié. Lorsque l’une de ces deux


parties décide de rompre unilatéralement ce contrat, alors elle doit notifier à l’autre
partie une lettre de préavis dont la durée est fonction de l’ancienneté et de la
catégorie socioprofessionnelle du salarié.

Ainsi, cette durée de préavis correspond à la période pendant laquelle le salarié


continuera à travailler malgré la notification de licenciement conçue par l’employeur
ou la lettre de démission du salarié.

Tableau : durée de préavis en fonction de la catégorie socio professionnelle

Ancienneté De un an à cinq
Mois de un an Plus de cinq ans
Catégories ans
De 1 à 5 15 jours 1 mois 2 mois
De 6 à 9 1 mois 2 mois 3 mois
De 10 à 12 1 mois 3 mois 4 mois

Lorsque le salarié travaille pendant la durée de préavis, il perçoit son salaire normal.
Cependant, si l’une des parties refuse ce travail, alors elle devrait payer une
indemnité de préavis calculée au prorata temporis pour les fractions de mois. N’entre
pas dans la base de calcul de préavis les indemnités servant de remboursement de
frais et les allocations familiales. Toutefois, les avantages en nature sont
comptabilisés pour leur montant brut

28
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

Le tableau suivant résume les formes de rupture et y associe les obligations à remplir
des parties contractantes.

Formes de Procédure à
Obligations à remplir Parties
ruptures observer
Convocation à
Mentions spécifiques obligatoires. Respect d’un
l’entretien
délai suffisant entre la réception de la convocation Salarié
préalable au
et la date de l'entretien.
licenciement
Salarié,
Obligations pour l’employeur de préciser les
Entretien préalable employeur, une
motifs du licenciement envisagé et de recueillir les
au licenciement tierce personne
explications du salarié
éventuelle
Indiquer les motifs du licenciement.
Délai d’expédition minimum d’1 jour franc entre
la date de l’entretien et la date d’expédition de la
Notification du
lettre recommandée. Salarié
licenciement
Le préavis court à compter de la date de
présentation de la lettre (sauf convention collective
ou usage dérogatoire)
Déclaration
Mensuelle des Entreprise d’au
Faire état du licenciement
licenciement Mouvements de moins 50 salariés
Main-d’œuvre
Registre du Indiquer la date à laquelle le salarié licencié a
Personnel quitté l’entreprise
Mentions obligatoires et conditions de délivrance
Certificat de
à respecter. Peut comporter des mentions Salarié
travail
facultatives
Facultatif (mais d’usage général). Attention :
Reçu pour solde Salarié,
conditions de forme et de validité. Effets
de tout compte employeur
libératoires pour l’employeur
Facultatif.
Salarié,
Transaction Conditions de validité et effets conséquents pour
employeur
les parties
Suivants les cas (activités) ou conventions
Clause de non Salarié,
collectives.
concurrence employeur
Conditions de validité
Indemnités de Conditions d’attribution, modalités de calcul et de Salarié,
licenciement versement employeur
Indemnités
Due par l’employeur lorsqu’il est à l’origine de
licenciement compensatrices de Salarié
l’inexécution du préavis
préavis
Indemnités Versé par
Règles de calcul : n’est pas due en cas de
licenciement compensatrices de l’employeur au
licenciement pour faute lourde.
congés payés salarié

29
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

Indemnités de Versée par


licenciement rupture irrégulière En fonction du préjudice subi. l’employeur au
et abusive salarié
Licenciement Employeur et
Préavis Préavis obligatoire (sauf dispositions particulières)
/Démission salarié
Procédure spécifique :
Respect de l’obligation de reclassement.
Licenciement Convocation à une réunion de consultation des Salariés,
individuel et représentants du personnel. représentants du
Licenciement
collectif de moins Communication de tous renseignements utiles personnel,
collectif
de 10 salariés pour Entretien préalable des salariés Inspection du
motif économique. Information écrite faite au salarié de sa possibilité travail
d’adhérer à une convention de conversion
Notification du licenciement
Même chose que pour licenciement économique
Licenciement
Licenciement de moins de 10 salariés.
économique
économique Elaboration d’un plan social obligatoire (avec
collectif d’au
collectif respect des conditions de forme et de mise en
moins dix salariés
œuvre).
Pas de règles de forme.
Salarié,
Démission Démission Effets : préavis, indemnités de congés payés, le cas
employeur
échéant : indemnités de départ volontaire
Départ à la Indemnité de départ en préretraite et/ou Salarié,
Départ à la retraite
retraite indemnités de départ à la retraite employeur
Salaire et toutes les indemnités acquises par
l’employé à la date du décès (prime d’ancienneté,
Décès du Décès du Employeur,
congés payés…)
travailleur travailleur Ayant droit
Une indemnité de décès égale à l’indemnité de
licenciement
Ne suit pas la réglementation du licenciement
mais suit ses règles propres.
Subsistent :
• protection spéciale des représentants du
Rupture de Salarié,
Rupture de CDD personnel ;
CDD employeur
• procédure disciplinaire si faute grave ;
• indemnités compensatrices de congés
payés ;
• certificat de travail ;

V- CONTENTIEUX DU TRAVAIL : LES DIFFERENDS DE TRAVAIL

Les liens de subordinations juridiques et économiques qui caractérisent les relations


professionnelles sont à l’origine de nombreuses contestations qui naissent au cours
de l’exécution du contrat de travail. En effet, les dispositions protectrices mises en
place par le législateur précises les obligations des employeurs et des travailleurs.

30
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

L’institution des services d’instructions chargés de concilier les uns et les autres ne
suffisent pas pour empêcher les conflits. Ces conflits sont généralement appelés
différend de travail. Il s’agit des désaccords résultant d’une existence d’opinion
d’opposition d’intérêts faisant suite le plus souvent à un licenciement du travailleur.

Des différends peuvent concerner le payement des salaires, l’indemnité de préavis,


les congés payés, la remise des bulletins de paye, d’un certificat de travail, la
réclamation.

Parfois les conflits d’un tout autre genre concerne l’interprétation des textes pour
l’exécution de la loi, et oppose l’ensemble des travailleurs à l’employeur, il s’agit des
différends collectifs de travail, tantôt une revendication à caractère personnel peut
opposer un travailleur à son employeur, on parlera d’un différend individuel de
travail.

1- Définition et caractéristiques des différents de travail

a- Définition
Le code du travail dans son article 158 a donné une définition du différend collectif,
le différend se défini à contrario, cet-à-dire par opposition à lui, c’est ainsi qu’il ya
différend individuel lorsque le litige naît entre un employeur et un ou plusieurs
travailleurs prient individuellement, ce différend porte sur un intérêt individuel né à
l’occasion du contrat de travail, cet-à-dire que les revendications de plusieurs
travailleurs d’une entreprise doivent avoir chacune un chef de réclamation
individuel non satisfait.

b- Les caractéristiques

Pour qu’un conflit soit dit individuel, il doit naître entre l’employeur et le travailleur
une revendication personnelle. La seule définition du travailleur donnée par l’article
1 du code du travail, suffit de qualifier un différend individuel différent des autres
différends du travail. Toute autre contestation qui ne concerne pas un travailleur
dans l’exécution de son contrat n’est pas un différend de travail.
D’une manière générale, ce sont tous les travailleurs auxquels s’applique le code qui
sont concernés par un différend de travail.

2- Conditions d’existence d’un différend individuel de travail

- les faits antérieurs à la conclusion du contrat qui ne concerne pas l’exécution


du contrat qui sont postérieurs à sa résiliation ne sont pas appelés différends
de travail ;

31
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

- le différend peut naître entre travailleurs tant il est vrai que ce sont des faits
très rares. Pour qu’un différend soit qualifié de différend de travail il doit
remplir les conditions suivantes.

• naître entre deux travailleurs liés à un emploi dans la même entreprise.


• ils doivent exécuter chez cet employeur un travail en commun.

- différends individuels relatifs aux conventions collectives. Les contestations


nées de l’application des conventions collectives peuvent être qualifié de
différends individuels de travail à condition qu’elles opposent un travailleur à
son employeur sur une disposition de la convention collective.

3- Procédure pour résolution des différends de travail

Le souci du législateur a été de faire en sorte que les différends individuels de travail
soient facilement et rapidement réglés. Dans la plupart des cas les demandeurs sont
des travailleurs qui harcèlent leur employeur, pour obtenir après la rupture du
contrat de travail le payement des salaires, primes ou indemnités et tous les éléments
qui présentent le caractère alimentaire. Il convient donc qu’ils puissent d’une part
accéder au prétoire aisément sans être arrêtés par des considérations pécuniaires,
d’autres part, faire rapidement juger leur affaire et si leur bon droit est reconnu ,
obtenir rapidement réparation.

- la procédure en matière sociale est gratuite tant en premier ressort que devant
la juridiction d’appel. Les décisions et les documents produits sont enregistrés
en débit et toutes les dépenses de procédure sont assimilés aux frais de justice
criminelle;
- la procédure en matière sociale est rapide. Les formalités sont réduites au
minimum et les délais sont en général très brefs. Ce souci de faire régler
rapidement les différends se retrouve au premier stade de la procédure, par
l’obligation faite aux parties de saisir d’abord l’Inspecteur du travail pour
tentative de conciliation, avant de porter l’affaire au tribunal.

4- Tentative de conciliation devant l’Inspecteur du travail

Au terme de l’article 146 du code du travail, tout travailleur ou employeur doit


demander à l’Inspecteur du travail et de la prévoyance sociale ou à un délégué de
régler le différend à l’amiable. Le préliminaire de conciliation est donc obligatoire
depuis la loi N°59-43 du 17 juin 1959. Une demande en justice qui n’aurait pas été
soumise à ce préalable serait irrecevable devant le tribunal.

32
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

a- Compétence rationeloci (compétence territoriale) de l’inspecteur du travail

La question s’est posée dans la pratique de savoir si le travailleur qui ne résidait plus
au lieu où il avait exécuté son contrat avait au stade de la conciliation la même
faculté d’option que devant le tribunal. La réponse est négative en prenant en
conciliation le rôle de l’Inspecteur du travail qui pour mener à bien une conciliation
doit connaître non seulement, les éléments matériels du différend mais aussi, le
milieu et les conditions dans lesquelles le différend s’est élevé. Cette connaissance lui
donnant plus qu’à tout autre les moyens d’amener les parties à se concilier. Le code a
tranché la question en précisant qu’en ce qui concerne la tentation de conciliation
l’Inspecteur du travail est en tout état de cause celui de travail.

b- Déroulement et résultât de la tentative de conciliation

Les modalités de convocation et de comparution des parties devant l’Inspecteur du


travail ont été fixé par l’arrêté N° 11/MDPS du 23 Mai 1978 puis en application de
l’article 146 paragraphe 1 du code du travail.

Notons que la convocation doit être adressée aux parties par tous les moyens de
transmissions au moins 15 jours francs avant la date fixée pour comparution. Apres
une deuxième convocation et sauf cas de force majeure, le défaut du demandeur
entraîne le classement pur et simple de la demande. Le défaut du défendeur entraîne
l’établissement d’un procès verbal de non conciliation par défaut sans préjudice de
l’un et de l’autre cas, et des sanctions pénales sont prévues à cet effet au titre 10 du
code du travail. L’Inspecteur du travail doit cependant auparavant s’assurer que la
convocation est bien parvenue à la partie intéressée (Art 5et 7 de l’arrêté N°
11/MTPS).

- Conciliation totale : L’Inspecteur du travail dresse un procès verbal de


conciliation totale qui devient applicable dès qu’il a été vérifié par le
président de tribunal compétant et revêtu de la mention exécutoire, ceci en
cas de conciliation totale des parties.

- Echec de la tentative de conciliation : Si l’échec est total, l’Inspecteur dresse


un procès verbal de non conciliation. En cas de conciliation partielle, il
mentionne dans le procès verbal, les points sur lesquels un accord ait
intervenu. Dans tous les cas un exemplaire signé par l’inspecteur du travail
pour son délégué et par les parties est adressé au président du tribunal
compétent et remis aux parties.

33
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

5- Saisine du tribunal et comparution des parties

Le législateur a en effet laissé aux parties l’initiative de la saisine du tribunal. L’article


147 du code du travail, dispose qu’en cas d’échec total ou partiel de la tentative de
Conciliation, l’action est introduite par déclaration orale ou écrite faite au greffier en
chef du tribunal compétent. L’action ne peut partir que sur les points qui en cas
d’échec partiel n’ont pas fait l’objet d’accord devant l’Inspecteur du tribunal. Les
parties sont citées à comparaître dans les délais et les formes prévues par la loi. Elles
sont tenues de se rendre devant le tribunal au lieu, jour, et heure fixés.
Pour faciliter l’action au tribunal, le législateur a prévu des conditions très libérales
de représentation. Cela peut en effet être assuré.

- Selon le droit commun (l’avocat) ;


- Par un travailleur ou un employeur appartenant à la même branche d’activité ;
- Par un représentant des organismes syndicales auxquelles le parties sont
affiliées ;
- En ce qui concerne les employeurs, par un directeur ou un employé de
l’entreprise ou de l’établissement ;

Le défaut d’une des parties a été réglé de la façon suivante :

- Si le défendeur ne comparaît et ne justifie pas d’un cas de force majeur, la


cause est raillée du rôle (son absence marque le peu d’intérêt qu’il porte lui-
même à son affaire). Elle ne peut être reprise qu’une seule fois et selon les
formes présentes pour la demande primitive.
- SI le défendeur ne comparaît pas ou s’il n’est pas valablement représenté, le
tribunal après examen du litige, prononce un jugement par défaut, adjugeant
du demandeur tout ou partie de la demande. Si le défendeur a présenté ses
moyens sous forme de mémoire, bien que ne comparaissant pas, la cause est
jugée par décision réputée contradictoire.

VI- LE SALAIRE

A conditions égales de travail, de qualification professionnelle et de rendement, le


salaire est égal. Le salaire est égale pour touts les travailleurs, quelques soit leurs
sexe, âge, statuts, confession religieuse.

1- Détermination du salaire :

L’art 62 du code du travail stipule en son alinéa 2 « les catégories professionnelles et les
salaires y afférents sont fixés par voie de négociation dans le cadre des conventions collectives

34
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

ou des accords d’éléments prévus au titres III de la présente loi » A la lumière de cet
article, le décret n°79/ 106 du 30 mars 1979 et l’arrêté n° 20/ M.T.P.S du 29 octobre
1970 restent en vigueur.

a- Les zones de salaire

Au Cameroun il existe trois zones de salaires :

ZONE 1 : Elle se compose des villes de Buéa, Douala, Edéa, Kribi, Yaoundé
ZONE 2 : Elle se compose des villes de Bafia, Bafoussam, Bertoua, Ebolowa,
Eseka, Garoua, Kousseri, Koumba, Limbé, Mbalmayo, Ngaoundéré,
Nkongsamba, Tiko, Département du Wouri (sauf Douala) ; Arrondissement de
kribi et complexe agro-industriel avoisinant (sauf ville de Kribi).
ZONE 3. Le reste du territoire national.

La zone de salaire à laquelle appartient une ville s’étant sur une distance de 5 km au-
delà des limites règlementaire de cette ville. Les salaires minimum catégoriels
échelonnés de chaque zone sont fixés par les pouvoirs publics, pour les secteurs
primaires, secondaires, tertiaires 1 et 2.

b- Les taux de salaires (catégories professionnelles)

La commission nationale paritaire des conventions collectives et des salaires


(C.N.P.C.C.S.) à adapté le 22 Octobre 1970 la classification nationale type rendue
exécutoire par l’arrêté N°20/M.T.P.S. du 29 Octobre 1970. Cette classification repartie
tous les travailleurs relevant du C.T. en 12 catégories de la façon suivante :

− I à VI : Manœuvre, ouvriers, employés ;


− VII à IX : Agent de maîtrise, Techniciens ;
− X à XII : Ingénieurs et cadres ;

Les diplômes furent classés de la manière suivante

− IV : Certificat de fin d’apprentissage, certificat de formation professionnel rapide ;


− V : C.A.P., B.E.P.C. ;
− VII : Certificat de probation, B.P. 1 et 2 ;
− VIII : BAC, capacité en droit ;
− IX : DEUG, B.T.S., D.U.T. (diplôme universitaire technologique) ;
− X : Licence, diplôme d’ingénieurs de travail… ;
− XI : Doctorat d’étude en médecine, pharmacie, droit, science économie, droit,
3ecycle en lettre, diplôme d’ingénieur de concept. , agrégation des lycées et
collèges. ;

35
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

− XII : Agrégation de médecine, pharmacie, droit, sciences économie, doctorat


d’état en lettre, en sciences.

c- Les secteurs d’activités

L’adoption de la classification professionnelle nationale type ne constituait qu’une


étape. Il fallait l’adapté aux diverses branches d’activité en y introduisant les
définitions particulières d’emploie propre à chaque secteur. Il fallait également
déterminé pour chaque secteur économique les taux de salaires maxima
hiérarchique. En décembre 1970, les commissions sont constituées pour spécifier les
secteurs d’activités. Alors la C.N.P.C.C.S va déléguer ses pouvoirs à ces 4
commissions jusqu’en juin 1987. Nous distinguons donc :

Secteur primaire : agriculture, élevage, pêche, forêt, chasse.


Secteur secondaire : Industrie extractives, entreprise de production et
distribution d’énergie électrique et d’eau, industries de transformation,
industries automobiles, bâtiments, et T.P.
Secteur tertiaire I : transit, transports ferroviaire, routiers, fluviaux, aériens.
Secteur tertiaire II : Commerce, Banques, Assurances, Hôtellerie, professionnel
libérales, organisation professionnelles, services sanitaires privés, services divers.

d- Les systèmes de salaires Echelonnés :

Tous les emplois pouvant être dans une entreprise depuis le manœuvre ordinaire
jusqu’au cadre supérieur se trouvent dans les classifications professionnelles en 12
catégories. Ces 12 catégories figurent dans le barème de salaires minima; chacune
d’elle comporte des échelons ordinaires et un échelon exceptionnel. L’attribution du
salaire du travailleur est donc le résultat d’une double opération :

2- Le traitement et paiement du salaire

Compte tenu de son caractère alimentaire, la créance des salaires a bénéficiée de tout
un réseau de disposition réglementaire et législative destiné à sa protection et à son
paiement régulier.

a- Les modalités de paiement des salaires

1°) Le lieu et le jour du paiement des salaires : c’est le lieu de travail, un jour
ouvrable.
2°) La périodicité du paiement des salaires : 30 jours, 15 jours pour ceux payés à la
tache (à l’heure). Toutefois, les travailleurs peuvent, sur leur demande, recevoir au

36
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

bout de 15 jours un acompte portant sur la moitié de la quotité mensuelle de leur


rémunération de base, leur situation étant obligatoirement apurée lors du paiement
immédiatement consécutif.
3°) La constatation du paiement des salaires : Par une pièce signée par l’employeur et
l’employé. Cette pièce est le bulletin de paie.

b- Le Bulletin de paie

La délivrance du bulletin de paie est obligatoire, sauf dans les professions où les
employés sont régulièrement embauchés pour quelques heures et payés à la fin du
travail. Il peut être établi à la main ou selon un certain procédé moderne de
duplication ou de mécanographe. Sous réserve qu’il doit :

− être individuel
− comporter un certains nombre de mentions obligatoires
− être établi de façon indélébile.

Le bulletin de paie n’a qu’une valeur indicative. Il est destiné à renseigner le décideur
sur les éléments constitutif de sa rémunération et a fournir des éléments certains
pour le contrôle des taux des salaires aux services de l’Inspection du Travail.
L’acceptation par le décideur d’un bulletin de paie sans aucune réserve ne peut
valoir renonciation de paiement de sa part au paiement de tout ou partie du salaire et
autres accessoires de salaire qui lui serait due.

c- Le registre de paiement (Livre de Paie)

Il est pour le contrôle de l’Inspection du Travail, puis une preuve pour l’employeur
du paiement des salaires à condition d’être établi dans les formes légales et de
comporter la signature du travailleur concerné ou la position de l’empreinte digitale
du pouce droit du travailleur s’il est illettré.

3- Les retenues sur salaire

En principe, il ne peut être fait de retenues sur le salaire d’un travailleur que dans les
cas énumérés par la loi et dans la limite d’une certaine quotité dite quotité cessible et
saisissable.

Le salaire bénéfice d’une protection a l’égard du créancier de l’employeur et ne peut être


saisie que dans certaines conditions (Privilège et garantie sur salaire). Le salaire d’un
travailleur a en effet deux parties :

37
Droit du Travail/ Stéphanidie Flor POUNAN Edition août 2013

− Une partie qui ne peut être cédée par le travailleur, ni être saisie. Cette partie
doit être obligatoirement versée. C’est la fraction incessible et insaisissable du
salaire ;
− Une seconde fraction du salaire qui peut être cédée par le travailleur ou qui
peut être saisie. C’est la fraction cessible et saisissable du salaire.

Les retenues sur salaires ne peuvent être opérées que dans le cas suivants :

− les prélèvements obligatoires (fiscales et cotisations sociales : IRPP, CAC, CFC,


RAV, TC, PVID;
− la retenue à la source des cotisations syndicales ou check-off (pour les
syndiqués (1% du salaire de base) ;
− les salaires - attributions;
− la cession volontaire du salaire par le travailleur. Elle doit rester dans la limite
de la quotité cessible et saisissable. La cession doit être faite par le cédant en
personne devant l’Inspection du Travail quand il s’agit du remboursement
d’avance d’argent consentit par l’employeur au travailleur, devant le
Président du Tribunal d’instance dans les autres cas, cet à dire, au profit des
tierces personnes.

Il est interdit à l’employeur d’opérer une compensation entre les salaires et


indemnités qu’il doit au travailleur et les sommes que le travailleur peut lui devoir
en quelques titres que ce soit. Seul le juge est en mesure d’opérer cette compensation

38
REDACTION ET SOUTENANCE D’UN RAPPORT DE STAGE

1- Rappels sur le déroulement du stage

2- Rédaction du rapport du stage

3- Soutenance du rapport de stage

Stéphanidie Flor POUNAN


Manager RH
Tel : (+237) 22003571/75054509/99374861
e-mail :pounflors@yahoo.fr/fpounan@yahoo.fr
Stéphanidie Flor POUNAN 1--13
REDACTION ET SOUTENANCE D’UN RAPPORT DE STAGE

Vous venez de décrocher un stage, en l’occurrence un stage de fin de formation et c’est votre
premier pas en entreprise. Il vous faut vous armer de courage et de détermination. Votre
attitude sera le reflet de votre état d’esprit, de ce que vous pensez de votre mission, de
l’entreprise et de vos aspirations!
Il est normal que vous éprouviez de la crainte les premiers jours. Vous posez les questions
de savoir: « Est-ce que je vais leur plaire? Est-ce que j’en suis capable? Mon travail leur
conviendra-t-il? Pourvu que je n’aie pas l’air stupide ». Il vous faudra être raisonnable pour
que vos craintes n’entament pas votre état d’esprit positif.
Afin de vous diminuer le tract, nous aborderons ce sujet sur trois aspects fondamentaux et
nécessaires à votre première expérience professionnelle.
Ce sont notamment : Cette partie comporte trois rubriques à savoir:
− Le stage ou son déroulement proprement dit ;
− La méthodologie et la rédaction d’un rapport de stage ;
− La conduite et la de soutenance du dit rapport de stage.
Elle vous montre comment vous adapter plus vite et vous tranquilliser, à condition de
chercher à mieux connaître l’entreprise qui vous emploie. Regardez, écoutez, lisez. Au
moment opportun posez des questions raisonnables sur votre travail et sur la façon dont
vous l’exécutez, cela ne vous fera pas paraître stupide, mais vous aidera à donner et à puiser
de la satisfaction.

RAPPELS: LE STAGE ET LE DEROULEMENT DU STAGE


Qu’est ce qu’un stage? Comment en trouver?, comment le transformer en un emploi?

Le stage (académique en prime) a pour but de permettre à l’étudiant placé en milieu


professionnel d’exercer des activités en rapport avec les études suivies, afin de découvrir les
réalités de l’entreprise et d’acquérir ainsi les compétences et/ou de développer les aptitudes
nécessaires à son épanouissement. Avant, pendant ou après cette étape, l’objectif primordial
est avant tout de rechercher et de trouver un emploi.

Autrement dit, le stage désigne tout simplement la phase de la formation pendant laquelle
l’apprenant est soumis aux situations réelles concernant son domaine de compétence. Il peut
également constituer une phase de pré-emploi si l’apprenant le mène avec brio.
Edward Gibbon disait « Tout homme reçoit deux sortes d’éducations: l’une qui lui est donnée par
les autres et l’autre, beaucoup plus important, qu’il se donne à lui-même. »

La recherche du stage est une tâche pas du tout aisée. Elle est quasi-similaire à la recherche
d’un emploi (nous y reviendrons) et nécessite des efforts conjoints de POWERBACHE
Education et surtout des apprenants.
L’Etablissement met à la disposition de l’apprenant:
− Un certificat de scolarité
− Une lettre de recommandation
L’autre effort, le plus important, celui de l’apprenant sera la rédaction d’une bonne demande
de stage et du montage de son Curriculum Vitae.

En fait, quel stage pour quels objectifs ?

Il est indispensable de dénoter les différents stages que vous pouvez rencontrer et de savoir
Stéphanidie Flor POUNAN 2--13
avec nuance les contraintes et les probables débouchés du dit stage. Nous avons identifié :

1- Le stage d’observation
Ouvert aux plus jeunes et souvent trop court (entre quelques jours et un mois), ce stage vous
laissera sans doute peu de temps pour exécuter une véritable mission. Mais qui dit observer
ne dit pas rester passif.
Un 1er stage est surtout l’occasion de comprendre les rouages du fonctionnement
professionnel, et donc de sortir du cocon estudiantin. « Pour mon premier stage, d’un mois,
je pensais que j’allais surtout travailler face à mon micro, pour apprendre à maîtriser de
nouveaux logiciels », explique TAKO, étudiante en BTS informatique de gestion. « En fait j’ai
passé près de la moitié de mon stage à comprendre qui fait quoi dans le service et à qui je
pouvais donner un coup de main. J’ai perdu beaucoup de temps, mais au final, j’ai pris
conscience de l’importance du relationnel dans l’entreprise. »

2- Le stage d’application
D’une durée d’un à plusieurs mois, ce type de stage valide les acquis d’un étudiant déjà
avancé dans un cursus. Il est donc ici important de bien définir le contenu du stage. « J’avais
trouvé un stage de trois mois par relations », explique TCHATCHOU, étudiante en
ingénierie informatique – Développeur d’applications à l’I.A.I. « J’étais content, pas besoin
de chercher. J’ai vite déchanté. En fait, je ne connaissais pas les logiciels qu’utilisait
l’entreprise spécialisée dans les bases de données. Pour trois mois, ils n’ont pas voulu me
former à fond. Du coup, j’ai plus bidouillé que vraiment progressé dans mon domaine. Cela
me sert de leçon à présent. Je fais toujours le point avec le responsable sur ses besoins
précis. »

3- Le stage de fin d’études (ce qui est appelé couramment stage académique)
Comme son nom l’indique, ce stage a lieu en fin de cursus. Il détermine en partie le type
d’emploi auquel le stagiaire peut prétendre et débouche parfois sur un premier emploi. De
plus en plus d’entreprise se servent de ce type de stage comme d’une période d’essai
« aménagée ». Il est donc indispensable de se comporter dans l’entreprise comme un salarié
potentiel.
Les différents types de stage ainsi défini, voyons à présent les bons réflexes pour réussir son
stage et anticiper sur la rédaction de son rapport de stage.

COMMENT REUSSIR SON STAGE EN ENTREPRISE... DANS LE BUT DE SE FAIRE


EMBAUCHER OU CONSTRUIRE SON CV. (10 bons réflexes pour réussir son stage et en
tirer parti)

Vous avez trouvé le stage qui vous plait : super ! Voilà déjà une bonne nouvelle et surtout
une super occasion de remplir votre CV, vous faire des contacts pro, d'apprendre un
maximum... Un stage en alternance ou non passe souvent très vite et il faut en profiter au
maximum. Comment tirer le plus d'enseignements et d'avantages de votre stage pour au
final concrétiser cette expérience en levier pour un job futur à court ou moyen terme.

1 - Faire le point sur ses attentes et ses objectifs


Transformer ce contact avec le monde du travail en une expérience réussie et un tremplin
vers un emploi nécessite d'être préalablement au clair sur vos priorités personnelles et
professionnelles. Votre stage doit être cohérent par rapport à votre projet professionnel, à
vos attentes et à vos motivations. Déterminez comment ce stage s'articule dans la
Stéphanidie Flor POUNAN 3--13
construction de votre cursus... quels aspects/missions seront les plus importants pour vous ?

2 - Préparer son arrivée


Afin d'être le plus à l'aise possible dès les premiers jours, il est utile de se renseigner sur
l'entreprise avant votre arrivée. Le site internet de la société permettra de recueillir le
maximum d'informations sur l'histoire, les activités, le secteur et l'organigramme de
l'entreprise. Les enjeux économiques de la société.

3 - S'adapter à la culture de l'entreprise


S'intégrer, c'est d'abord respecter les règles, les codes et les horaires propres à l'entreprise. En
clair, conformez-vous aux autres salariés en respectant les codes vestimentaires (costume
chemise, tailleur...), les horaires de travail (heure d'arrivée et de départ, temps de pause...) et
les usages (déjeuners entre collègues...), dans un premier temps (3 semaines maximum) :
observez, puis passez à plus de liberté.

4 - Multiplier les contacts en entreprise


En arrivant dans l'entreprise, votre maitre de stage sera votre plus précieux contact dans
l’entreprise, mais il faut aussi que vous tissiez des liens avec un maximum de personnes... et
que vous sautiez sur toutes occasions pour rencontrer de nouveaux collègues, qui eux aussi
vous feront partager leur expériences, et pourront aussi pour quoi pas être vecteur de
recrutement futur ? Soyez poli et respectueux avec chaque membre de l'entreprise : du PDG
au coursier et non seulement avec votre tuteur de stage, vous ne connaissez pas encore tout
le monde, et dans l’entreprise tous les contacts sont importants !

5 - Rester modeste et humble


Vous êtes jeune et peut-être très compétent dans des domaines précis (l'informatique par
exemple) que certains salariés de l'entreprise. N'adoptez surtout pas un comportement
hautain (Eviter de téléphoner et de répondre au téléphone devant votre Chef et éviter de
communiquer le numéro de l’entreprise à vos correspondants privés mais profitez-en plutôt
pour favoriser les échanges de connaissances. Aucun salarié n'aime voir un petit jeune.

6 - Faire preuve d'initiative


Pour un maitre de stage, un stagiaire, c'est une fois encore un jeune avec de l'énergie, des
idées et des propositions, des idées et un regard neuf sur l'entreprise. Essayez de vous
débarrasser de cette attitude « scolaire » dont se plaignent souvent les entreprises. Si votre
stage manque de contenu, soyez proactif en réclamant des missions ou en proposant des
idées... mais seulement après avoir réalisé le travail demandé... avancez étape par étape !

7 - Anticiper la rédaction du rapport


Prendre des notes et classer les informations recueillies au fur et à mesure du stage vous
éviteront de vous retrouver dépourvu le moment de la rédaction venu ! Chaque semaine,
essayez de vous dire, quels éléments ai je appris, qu'est ce que je pourrais mettre dans mon
rapport. Avant de conserver des documents officiels de l'entreprise, demandez à votre
maitre de stage son avis sur la pertinence de faire sortir de l'entreprise des données
confidentielles ou non.

8 - Faire le bilan
Avant la fin du stage un rendez-vous avec votre maitre de stage s'impose. C'est un moment
enrichissant où il vous exposera vos points forts et vos points à améliorer. Vous pourrez
Stéphanidie Flor POUNAN 4--13
également en profiter pour lui soumettre votre rapport de stage ou évoquer une prochaine
collaboration...

9 - Garder le contact
Que vous ayez apprécié ou non votre stage, quittez votre entreprise en bons termes. Chaque
stage est l'occasion d'étoffer votre carnet d'adresses professionnel avec les noms, fonctions,
numéros et adresses électroniques de vos ex-collègues. N'hésitez pas à leur écrire
régulièrement pour donner de vos nouvelles (vœux, obtention de diplôme...). Partez les
mains pleines de contacts !

10 - Valoriser votre stage


Ne résumez pas simplement votre stage à quelques lignes de plus sur votre CV. Mettez en
avant les compétences et connaissances (d'un secteur d'activité, d'une fonction...) acquises
susceptibles d'intéresser votre futur recruteur.

Qu’il s’agisse d’un simple stage d’observation, d’un stage de fin d’études ou d’un stage
d’application, la rédaction d’un rapport qui rend compte de votre séjour dans l’entreprise est
primordial. Il est donc est essentiel de savoir si prendre afin de restituer fidèlement et de
manière valorisante le conte de votre période de stage.

REDACTION DU RAPPORT DE STAGE

Le rapport de stage est le couronnement du stage effectué au sein de l’entreprise. Il n’est pas
seulement un rapport chronologique des tâches effectuées. Un bon rapport de stage doit être
analytique. On doit regarder les choses en ayant un esprit critique qui doit donc amener à
faire des propositions pertinentes (suggestions) dans le but d’améliorer la productivité, le
rendement, les recettes, etc. de l’organisation. Comment rédiger le rapport de stage ? C’est la
principale question que cet axe de notre échange tente de répondre.

C’est vrai que c’est contraignant de devoir rédiger un rapport de stage, mais l’exercice
obligatoire se révèle instructif pour faire un point sur les compétences et connaissances
acquises lors de votre stage. Les conclusions écrites de votre rapport de stage permettent
ensuite de mieux envisager votre avenir : pour quel poste / secteur vous devez-vous vous
dirigez…
La rédaction porte essentiellement sur deux aspects : la forme et le fond du rapport.

1- Le fond du rapport
Le correcteur souhaite analyser et comprendre l’utilité de votre stage, assurez-vous de
démontrer lors de la rédaction de votre rapport que votre stage vous a permis de (d') :
− acquérir une connaissance approfondie d’un secteur d’activité ;
− avoir une vision globale de l’entreprise / sa structure et ses activités ;
− approfondir les connaissances d’un métier / découvrir de nouveaux métiers ;
− assimiler des connaissances pratiques / assimiler des processus ;
− maîtriser et comprendre les enjeux des missions à vous a confiées ;
− faire face et résoudre des situations de blocages, de difficulté ;
− développer des compétences (rigueur, esprit d’équipe, créativité, gestion de projet,
etc.).
Aussi vous devez faire un point sur votre projet de carrière, le rapport de stage doit
répondre à un certain nombre de questions…
Stéphanidie Flor POUNAN 5--13
Pour donner plus de contenu au stage, et produire un bon rapport de stage, le choix d’un
thème, ou d’un sujet est le plus souvent indiqué. Comment trouver un bon sujet de rapport
de stage ? Une question à laquelle cette parenthèse essaie d’apporter une réponse.

a- Trouver un bon sujet de rapport de stage


Dans le cadre de la rédaction de votre rapport de stage, il peut vous être imposé de
déterminer un "sujet" pour votre rapport de stage. Il s'agit d'un thème global (fil rouge) pour
votre rapport afin de lui donner un axe éditorial et répondre à une problématique, ou traiter
un sujet d'actualité... le thème résume, sous-titre, soutient votre rapport de stage.

Ce thème doit être général au marché, à l'entreprise dans laquelle vous avez fait votre stage
et non personnel et centré sur vous... le jury pourra ainsi juger d'un côté votre expérience, et
aussi votre capacité à appréhender un sujet précis comme il s'agissait d'un mémoire ou
exposé sur un thème.

L'objectif de l'étudiant est de démontrer qu'il est capable d'appréhender et d'approfondir


dans une situation donnée (environnement de l'entreprise) un sujet d'actualité, innovant
et/ou en lien avec sa formation. Un sujet mal défini, trop général ou trop large ne valorisera
pas votre travail et compliquera votre soutenance.

Etape 1 : tour d'horizon des sujets potentiels


Nous conseillons dans un premier temps de lister puis de hiérarchiser chacune des idées
(avec leurs avantages et inconvénients) suivant les attirances personnelles.

Ensuite, il faut recenser rapidement les informations disponibles, explorer sommairement


chacun des sujets potentiels et en appréhender les limites.

Etape 2 : choix du sujet


Lorsque plusieurs sujets potentiels ont été identifiés, il peut être intéressant de les passer au
travers de la batterie de questions suivantes pour vous aider à faire le meilleur choix. Intérêt
personnel pour ce sujet
Ai-je envie d'aborder ce sujet ? Quels bénéfices vais-je en retirer d'un point de vue
pédagogique (cursus) et professionnel (envers mes futurs employeurs) ? Est-il en cohérence
avec ma formation et mes projets professionnels ? Compétences et capacités pour traiter ce
sujet

Ai-je les compétences nécessaires ? Saurai-je maîtriser ce sujet ? Saurai-je trouver les
informations nécessaires ? Ressources matérielles et contraintes pour traiter ce sujet

Ai-je les moyens matériels de traiter ce sujet ? Les contraintes sont-elles surmontables (accès
à l'information, délais, déplacements, équipements...) ? Suis-je dépendant de tiers ?

Dans tous les cas, il ne faut pas hésiter à discuter de ses choix avec son entourage personnel
et professionnel (tuteur ou encadreur de stage professionnel et/ou académique).

Stéphanidie Flor POUNAN 6--13


b- Surmonter les éventuelles difficultés

− Le stage à sujet et tâches multiples


Très souvent dans les petites entreprises, peut se poser le problème de la cohérence des
activités du stagiaire par rapport aux objectifs pédagogiques de sa formation (encadrement
léger, sujet peu formalisé, activités multiples et très opérationnelles...)
Devant le risque que son travail manque de contenu, l'étudiant s'efforcera de choisir avec
son tuteur ou encadreur de stage professionnel et/ou académique un aspect particulier des
tâches effectuées puis de le développer et de l'approfondir. Sans oublier de rappeler lors de
sa soutenance le contexte général de déroulement de son stage.

− Le stage sans sujet ou sous-qualifié


Le problème du manque réel de sujet peut également se poser dans les petites entreprises ou
lors des stages de complaisance. Une bonne solution consiste dans ce cas là, à effectuer un
diagnostic stratégique interne et externe de l'entreprise et à choisir avec le suiveur
pédagogique un point particulier à approfondir.

− Le stage à sujet variable, évolutif et/ou sans fin


Dans cette situation où le sujet et le contenu du stage évoluent en permanence du fait de
l'urgence des situations ou du manque de vision de l'entreprise, le stagiaire désorienté se
retrouve proche du stage sans sujet réel.

Après avoir fait part de ses difficultés à son encadreur académique, ce dernier doit rappeler
à l'entreprise les objectifs pédagogiques du stage et décider avec elle d'un thème de travail
précis.

Exemple de sujets :
− la mesure de la rentabilité d’une boulangerie
− la comptabilité analytique dans les PME
− la politique de sécurité d’un cyber café
− les supports de communication d’un super marché…

Un sujet n'est pas toujours obligatoire mais il vous permettra de donner un sens à votre
rapport de stage en orientant votre rédaction dans la poursuite d'une réponse à une
problématique ou démonstration. Vous devrez présenter ce thème dans l'introduction, puis
dans chaque partie avant de conclure dessus, vos expériences lors de votre stage vous
permettant de répondre ou expliquer/illustrer votre sujet...

Il faut noter que c’est la forme qui précède le fond : c’est la forme du rapport qui encourage
le lecteur à vouloir aller au fond du document.

1- La forme du rapport / la structuration du rapport de stage

Le rapport est toujours préalablement lu par les membres du jury (avant le jour de la
soutenance)
Au cours de cette séance préliminaire, l’examen porte principalement sur la forme du
document. Le fond fera l’objet d’observations consignées dans un brouillon et sera débattu
en plénière le jour de la soutenance.

Stéphanidie Flor POUNAN 7--13


Il faut donc soigner la mise en forme et la mise en page. En général, la couverture du rapport
est le premier élément parcouru, raison pour laquelle toutes les mentions utiles ou
obligatoires doivent y figurer de façon bien présentée, pour faire une première bonne
impression. C’est capital !

a- Page de garde du rapport de stage-la page de couverture / 1 page


Cette page doit contenir :
– Votre nom, prénom
– Intitulé (titre ou poste) et type de votre stage
– Dates / période du stage.
– Nom + logo de l'entreprise
– Nom + logo de votre centre de formation + publicité légale obligatoire.
– Les noms et intitulés du poste des encadreurs professionnels et académique.

b- Le sommaire (ou table des matières) / 1 page


Il s’agit du plan de votre rapport. Attention les lecteurs les plus pressés ne liront que cette
page et la conclusion. Choisissez avec précision les termes de vos titres pour que très
rapidement la structure et le contenu de votre rapport soient identifiables.
En lisant votre plan, il est déjà possible aux enseignants de juger votre travail ; il traduit la
problématique que vous allez développer, c’est-à-dire votre analyse du sujet.
Numérotez les parties, sections, paragraphes afin d’obtenir une bonne lisibilité. Indiquez la
pagination dans le plan

c- Les remerciements / 1 page


Les remerciements du rapport de stage sont généralement destinés à votre maître de stage et
à une ou deux autres personnes ayant joué un rôle important dans votre stage. Citez le nom,
le poste de chaque personne et la justification de votre remerciement. « Dr SIEWE notre
encadreur académique, enseignant à l’Université de Douala pour sa disponibilité et ses précieux
conseils».

d- L'introduction / 1 à 2 pages
Précisez-ici pourquoi vous avez choisi ce stage, pour quelles raisons avez-vous choisi ce
poste et pourquoi dans cette entreprise ou secteur d’activité. Présentez ainsi de manière très
globale l’entreprise et les missions de votre stage.

e- Développement - Plan type / 15 à 35 pages


Voici un exemple de plan utilisable pour votre rapport de stage, faites attention, la partie
présentant vos missions et le bilan de votre stage doit être supérieure en volume à celle
présentant l’entreprise et le secteur.
Lorsque vous décrivez vos missions, ne racontez pas votre quotidien dans l’entreprise mais
uniquement les faits majeurs, les objectifs, les méthodes et moyens employés, les résultats
obtenus, les difficultés rencontrées, les solutions apportées, les personnes avec qui vous étiez
en contact, les enjeux de la mission.

Exemple de plan type


Partie 1 : L’entreprise et son secteur d’activité (10 pages)
1.1. L’entreprise
1.2. Le secteur d’activité
Partie 2 : Le déroulement de mon stage (15 pages)

Stéphanidie Flor POUNAN 8--13


2.1. Les missions
2.2. Le bilan
Partie 3 : Evaluation du stage (5 à 10 pages)
3.1. Résultats obtenus (appréciation du tuteur de stage - productivité – gestion du
temps)
3.2. Difficultés rencontrées et solutions apportées
3.3. Enseignements/apports du stage (connaissances - compétences)

f- Conclusion / 1 à 2pages
La conclusion résume bien sur, dans une première partie, les principales conclusions de
votre rapport de stage. Mais la conclusion permet aussi dans une deuxième partie de vous
interroger sur la suite, sur l’avenir de l’entreprise, sur le service, et de mettre en perspective
votre stage dans votre formation et dans projet professionnel.

g- Les annexes / 1 page


Placez-ici les documents, les rapports sur lesquels vous avez travaillé qui permettent de
mieux illustrer les missions ou apports du stage. Attention tous les documents placés en
annexe doivent avoir été introduit lors du développement en faisant référence à l’annexe.

h- Bibliographie/Webographie / 1 page
La bibliographie vous permet de citer les ressources documentaires que vous avez utilisez.
Les ouvrages qui vous ont apportés des théories applicables durant votre stage. La
Webographie permet de lister les liens et ressources internet utilisées dans le cadre de cette
activité.

3- La remise du rapport de stage


Elle doit être faite dans les délais exigés par le service de la Direction des Etudes; en un
nombre d'exemplaires suffisant : un pour chaque membre du jury, un ou deux pour la
bibliothèque, un pour vous.

Il ne faudrait pas également oublier de déposer un exemplaire de votre rapport de stage


dans la structure qui vous a accueilli même si vous estimez qu'ils ne le liront pas.

4- Quelques conseils de rédaction


− Vos phrases doivent être courtes et précises (10 à 15 mots) ;
− La fonte ou type de police : Times New Roman, Arial ou Calibri ;
− Taille de police classique (12,13, 14, pas plus) ;
− Justifiez vos paragraphes ;
− Votre type de numérotation des différentes parties doit être cohérent ;
− Les citations ou les extraits doivent toujours être renvoyés en note de fin ou de bas de
page ;
− Faites lire par plusieurs personnes pour vérifier l’orthographe et la grammaire ;
− Les gras, les italiques et les soulignés doivent toujours correspondre au même type de
texte ;
− Le volume classique d’un rapport de stage peut aller de 20 à 40 pages sans les annexes
(sauf exception) ;
− La mise en page : votre travail doit être aéré.

Stéphanidie Flor POUNAN 9--13


SOUTENANCE DU RAPPORT DE STAGE

La rédaction du rapport de stage est terminée. Il s'agit maintenant de préparer la restitution


de votre travail. Les paragraphes suivants vous aideront pour cela et les conseils apportés
peuvent s'étendre à toutes formes de présentations orales.

1- Les objectifs
La soutenance du rapport de stage doit permettre à l'étudiant de démontrer qu'il a intégré,
compris et sait utiliser les enseignements dispensés durant sa formation. Seront également
évaluées ses aptitudes à communiquer en public, son esprit de synthèse, sa maîtrise du sujet
et ses compétences professionnelles.

2- La durée
La soutenance dure de 20 minutes à une heure selon les stages et se décompose
généralement en 2 parties que sont la présentation de l'étudiant (1/3 du temps environ) et
les questions et les délibérations du jury (2/3 du temps). Attention, le jury n'hésitera pas à
vous arrêter même si vous n'avez pas présenté l'intégralité de votre travail d'où la nécessité
d'aller directement à l'essentiel et de synthétiser le plus possible.

3- Le plan et contenu de la soutenance


Dans le cas classique de rapport de stage ou de mémoire de fin d'études, on retrouvera très
souvent une organisation en 3 parties.

Introduction : présentation succincte et synthétique du contexte, de l'entreprise et du sujet


puis annonce du plan.
Développement : l'étudiant dispose de plusieurs possibilités pour organiser sa présentation.
− présenter l'ensemble de ses travaux en évitant de reformuler exactement ou de
résumer son rapport ;
− choisir et approfondir un point particulier de son rapport de stage ;
− partir de ses conclusions et approfondir l'analyse et les préconisations.
Conclusion : il faut rappeler les raisons vous ayant poussé à choisir ce sujet et surtout insister
sur les apports de votre travail, ses limites et les prolongements nécessaires.

Ceci se résume dans ce qu’on va appeler le speech :

Exemple de speech de soutenance

« Merci monsieur le président de jury de nous passer la parole ;


Monsieur le Président du jury ; honorables membres du jury ;
Dans le cadre de la formation pratique que POWERBACHE Education organise chaque année pour
ses apprenants, nous avons eu le privilège d’être accepter à la Cameroon telecommunication en abrégé
Camtel (nom de la société) où nous avons effectué un stage de trois mois, période allant du 10 juin au
15 septembre 2010.
Ce stage nous a permis de compléter fort opportunément les enseignements théoriques que nous avons
reçus au sein de l’établissement.
Camtel qui est une société publique possède cependant une autonomie administrative et financière.
L’un de ses objectifs, nous allions dire son principal objectif est la recherche de la performance.

Stéphanidie Flor POUNAN 10--13


La maximisation du profit étant la règle d’or de cette performance, le rôle joué par la clientèle est très
important. C’est pour cette raison que durant notre stage, nous nous sommes particulièrement
intéresser à la façon dont la clientèle de la Camtel est traitée.

Notre curiosité (ou observation) quotidienne nous a amené à faire entre autres, les constations
suivantes :
Premièrement : à la Camtel, les délais de traitement des dossiers des clients qui sollicite un service, par
exemple ceux qui veulent une ligne téléphonique à la maison, sont très long. Un client qui demande
par exemple un abonnement peut attendre deux à six mois voire un an.
Deuxièmement : il existe plusieurs erreurs dans l’établissement des factures.
Troisièmement : les clients sont mal servis,……
C’est compte tenu de tous ses problèmes que nous avons posé un certains nombre de questions. D’une
part : qu’est ce qui peut amener les agents de la Camtel à adopter un tel comportement théoriquement
inefficient à leur clientèle ? D’autre part : peut-on trouver des solutions à court et à moyen terme
permettant d’améliorer la situation ?

Pour analyser ce problème, nous avons dans un premier temps fait un diagnostic assez exhaustif de la
situation et nous avons constaté que les principales causes du mauvais traitement de la clientèle à la
CAMTEL sont les suivantes :
− la mauvaise formation du personnel ;
− la mauvaise affectation du personnel ;
− les effectifs pléthoriques, par exemple nous avons trouvé trois personnes à la réception
téléphonique.

Dans un deuxième temps, nous nous sommes efforcer de faire quelques suggestions qui peuvent
permettre à la Camtel sinon d’atteindre la perfection, du moins d’augmenter son chiffre d’affaires
actuel. Les propositions concernent notamment :
− Le recyclage et le redéploiement du personnel ;
− La mise sur pied d’un service d’urgence fonctionnant 24h/24 ;

Pour rédiger ce travail, nous avons rencontré quelques difficultés entre autres :
− La non-collaboration du personnel ;
− Le manque de statistique ;
− La confidentialité dans les données de l’entreprise.

Monsieur le Président, honorables membres du jury, voilà très brièvement présenter le rapport que
nous avons rédigé à la fin de notre stage à la Camtel. Nous restons très attentifs à vos pertinentes
observations qui nous permettront sans nul doute d’améliorer considérablement la version définitive
de ce travail et surtout de mieux faire nos travaux futures.»

Nous vous remercions infiniment pour l’attention que vous avez bien voulu nous accorder.

Une chose est de présenter son rapport, une autre chose c’est répondre aux questions du
jury.

4- La réponse aux questions


Les membres du jury vont vous poser des questions pour vous amener à expliquer vos
choix, à justifier telle ou telle des explications que vous fournissez, fréquemment à revenir
sur le texte lui-même : « page x, vous avez écrit que... ».

Stéphanidie Flor POUNAN 11--13


Au préalable il faut :
− Ecouter les membres du jury avec la plus grande attention possible ;
− Noter les observations et les questions (en abrégeant) ;
− Eviter de répondre aux observations sauf si vous êtes sûr qu’il y a des éléments de
réponse intangible.

Au moment de la réponse aux questions :


− introduire par la formule de politesse suivante : « Nous remercions les membres du
jury pour leurs pertinentes observations dont nous tiendrons compte dans nos
travaux futurs. Nous allons maintenant tenter de répondre aux questions qui nous
ont été posées. A la question de savoir…, nous pouvons dire que… »
− Commencer par les questions pour lesquelles vous êtes à l’aise en prenant
suffisamment de temps.
− Ne vous échappez pas en disant que c'est la pensée d'un autre. Si vous avez jugé bon
de le noter, c'est que l'on peut supposer que vous y avez trouvé un intérêt pour votre
raisonnement.
− Ne mentez pas en faisant semblant de connaître une information, une théorie, etc. Il
vaut mieux dire simplement que l'on ne sait pas, que d'encourir le risque de questions
plus précises (l’une des formules consacrées est la suivante : « cela nous échappe »).
− Dites-vous encore qu'un jury n'est pas là pour vous assassiner. Il est là pour estimer si
vous franchissez le niveau minimum de connaissances requises et de travail
personnel pour l'obtention du diplôme.
− Rappelez-vous que "s'ils" sont là, c'est "qu'ils" ont déjà fait leurs preuves et que vous
devez faire les vôtres.
− Ne renversez pas les rôles : ce sont les membres du jury qui posent les questions. Il
n'est plus temps de questionner comme pendant ou à la fin d'un cours.
− Ne demandez pas votre note, le jury en délibère après votre départ.
− A la fin de votre soutenance et au cas où le jury vous remercie pour votre brillant
exposé, répondez par la formule de politesse suivante : « c’est nous qui vous
remercions ».

5- Quelques conseils pour réussir votre présentation

Les outils et supports visuels : les supports (Paper Board, transparents, Powerpoint)
permettent de mettre en évidence des points clés que l'on commente et rendent plus vivante
votre présentation. Veillez toutefois à ce qu'ils soient parfaitement lisibles et qu'ils ne
détournent pas trop l'attention des membres du jury.

Sans oublier de les tester auparavant et en prévoyant toujours une solution de rechange.
Anticipez le pire (matériel en panne, fichier illisible, coupure ou panne d’électricité...) !

La présentation orale : il faut bannir l'improvisation pour éviter tout incident ou trou de
mémoire. Répéter la présentation est indispensable pour que celle-ci soit fluide, détendue et
spontanée le moment venu. C'est aussi l'occasion de s'assurer de son bon déroulement dans
le temps, du parfait fonctionnement des outils utilisés et ainsi d'éviter toutes mauvaises
surprises.

Evitez de lire vos fiches mais ayez simplement sous les yeux votre plan et quelques points
clés. La présentation étant limitée dans le temps, l'étudiant démontrera sa maîtrise du sujet
Stéphanidie Flor POUNAN 12--13
en se focalisant sur un nombre limité de messages et d'idées claires à faire passer. Il ne sert à
rien de vouloir tout dire.

Maîtrisez son trac et son émotion n'est pas toujours chose aisée à la veille d'une
présentation orale. Passer une bonne nuit, se lever tôt et manger correctement vous aidera à
être en forme le jour J.

Lors de la présentation, ne soyez pas statique ou assis derrière une table ou un bureau mais
essayez au contraire d'occuper l'espace.

Soyez dynamique, agréable et impliqué.

Parlez distinctement d'une voix claire et changez de rythme de temps en temps pour éviter
la monotonie. Méfiez-vous des tics nerveux ou verbaux.

Ne tournez pas le dos à la salle mais regardez chacun des membres du jury à tour de rôle
pour capter leur attention. Et bien sûr, soyez irréprochable sur le plan vestimentaire.

6- Ce qu’il ne faut pas surtout faire

− Faire la trogne ! (Visage rougeaud d’une personne qui boit trop de vin)
− Contredire son rapport écrit : votre auditoire (jury) ne laissera pas passer votre
erreur!
− Ne lisez pas votre rapport, présentez, exposer, commentez-le en regardant
l’auditoire.
− Ne prenez pas votre auditoire pour des demeurés !
− Ne bafouillez pas. Soyez captivant et rassurant.
− Pas de gestes déplacés (surtout vous messieurs) gardez vos mains sur votre table ou
visibles.
− Ne chassez pas les mouches quand vous parlez (on peut parler avec une main
maximum ; l’autre devant rester sur votre table ou si vous êtes debout le long de votre
corps).
− Être grossier, vulgaire, insolent... Ne vous irritez pas aussi !
− Pas de main dans les poches ou sur les cuisses!

« Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément » BOILEAU.

− Bon stage !
 Bonne redaction ;
 Bonne soutenance ;
 Agréable insertion
socioprofessionnelle.
Bibliographie /Webographie:

Management : www.manager-go.com
MOUCHE J. /POUNAN F.S. : Séminaire de formation sur le renforcement des aptitudes opérationnelles des
jeunes dans les démarches visant leur insertion professionnelle : CRADAT 2007
POUNAN Flor Stéphanidie : Insertion et vie professionnelles Edition DATA Print 2010
Rédaction rapport de stage : www.rapportdestage-facile.com/remerciement-rapport-stage.html

Stéphanidie Flor POUNAN 13--13