Vous êtes sur la page 1sur 8

ND 2139-181-00

SÉCUR I TÉ DES SYSTÈMES


55
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N° 181, 4e trimestre 2000

→ R. Klein, Département
Ingénierie des équipements
de travail, centre de l’INRS-
Normes de compatibilité
Lorraine, Nancy
électromagnétique (CEM)
Leur mise en œuvre lors de la validation
du niveau de sécurité des systèmes
électroniques

ans de nombreux domaines d'activité, l'action des perturbations électromagnétiques


ELECTROMAGNET I C
C OMPAT I B I L I TY STANDARDS
D sur les systèmes électroniques peut entraîner des dysfonctionnements susceptibles de
générer des risques. C'est pourquoi la validation de la compatibilité électromagnétique
(EMC) (CEM) des systèmes, qui suit les phases de conception et développement, est basée sur
IMPLEMENTATION WHEN l'application de normes bien définies.
VALIDATING THE SAFETY LEVEL Cet article étudie les possibilités de mise en œuvre de ces normes, basées sur la directive
OF ELECTRONIC SYSTEMS européenne « CEM » et qui évoluent constamment. Il indique également, à l'aide
d'exemples concrets (machines, machines de grandes dimensions, équipements de protec-
tion individuelle, industrie automobile) les limites de la normalisation, dont la diversité des
Ionnaction
numerous sectors of activity, the
of electromagnetic disturbance
electronic systems can result in
textes - en fonction des systèmes, domaines d'activité, etc., et des niveaux d'exigence -
crée une disparité dans l'application aux différents secteurs industriels.
Des pistes de réflexion sont également données pour une « méthodologie CEM » qu'il serait
malfunctions liable to engender risks. judicieux de développer de façon transversale dans tous les processus de normalisation, ou
This is why the validation of the de mise en œuvre des textes de référence, lorsque la sécurité des systèmes est concernée.
electromagnetic compatibility
of systems, which follows the design  système électronique  compatibilité électromagnétique  normalisation
and development phases, is based on  sûreté de fonctionnement
the implementation of well-defined
standards.
This article examines the possibilities
for implementing these constantly-
evolving standards, which are based on

L
the European “EMC” Directive. By 'action des perturbations électro- les fonctions pour lesquelles ils sont pré-
means of concrete examples (machine- magnétiques sur les systèmes vus dans un environnement où sont pré-
ry, large-size machines, personal électroniques et les conséquences sentes des perturbations électromagné-
protective equipment, automotive qui en découlent sont l'objet de tiques typiques.
industry), it also indicates the limits of préoccupations dans de nombreux domai-
standardisation and how the diversity ne, notamment professionnels (transports, Or, l'action des perturbations électroma-
of the standards – according to system, télécommunications, industrie...). gnétiques sur certains systèmes peut se
sector of activity, requirement level, Faisant suite à la phase de conception et traduire par des dysfonctionnements met-
etc. – is creating a disparity in
développement, la validation finale de la tant en cause la sécurité des personnes [2].
implementation within different
compatibilité électromagnétique (CEM) C'est le cas dans le domaine des machines
industrial sectors.
A number of points of consideration are des produits et installations est basée sur où l'aspect sécurité lié à l'action des per-
also given for a “EMC methodology” l'application de normes d'essais, générale- turbations électromagnétiques est pris en
that may be worth developing ment bien définies. compte dans les différentes normes spéci-
transversally in all processes involving Ces dernières évoluent constamment. fiques à la sécurité.
standard making or application of Elles nécessitent un travail conséquent de
relevant standards when systems safety réadaptation et de création, afin de pou- Cet article se propose également d’étu-
is concerned. voir tenir compte de la majorité des phé- dier comment sont mises en œuvre les
nomènes perturbateurs existant dans les normes CEM pour tenir compte de l'aspect
 electronic system environnements concernés. sécurité en fonction des risques liés aux
 electromagnetic compatibility dysfonctionnements dus aux perturbations
 standardisation  dependability
Ces normes qui découlent des exi- électromagnétiques.
gences essentielles de la directive euro-
péenne CEM [1] sont uniquement desti-
nées à vérifier l'aptitude des dispositifs et
installations à assurer correctement la ou
56
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N° 181, 4e trimestre 2000

Elles ne peuvent être considérées Cependant, la prise en compte de


1. Objet et domaine comme spécifiques l'une par rapport à normes, dont une partie du contenu va
d’application l'autre et doivent être appliquées de
manière parallèle et complémentaire [5].
dans le sens de l'amélioration du niveau
de sécurité, est insuffisante pour atteindre
Ce concept relève de l'aspect croisé de de façon satisfaisante un objectif de sécu-
La directive CEM est du type « nouvelle l'application des directives horizontales et rité. Mais on ne peut mettre en cause
approche » ; elle mentionne des exigences verticales pour le marquage CE [7]. l'existence des normes car elles consti-
essentielles qui peuvent se résumer à : tuent, entre autres, un moyen de conser-
« un système ne doit pas perturber et ne ver la maîtrise de l'environnement électro-
doit pas être perturbé ». magnétique.
Ces exigences se rapportent respective-
ment aux aspects émissivité et immunité.
2. Les normes CEM
Son double objectif est de favoriser les 2.2. Emissivité
échanges commerciaux en supprimant les
réglementations disparates et d'imposer 2.1. Généralités Les normes fondamentales contiennent
un code de bonne conduite dans la ges- à la fois des indications précises sur les
tion de l'environnement électromagné- La compatibilité électromagnétique met méthodes de mesure et des valeurs
tique [3]. Elle ne traite aucunement de l'as- en jeu un système « coupable » et un (ou limites. Ces normes découlent de celles du
pect sécurité des systèmes concernés, bien des) système(s) « victime(s) » (fig. 1). Il CISPR (Comité international spécial des
qu'une meilleure maîtrise de l'environne- existe donc des normes relatives à chacun perturbations radioélectriques), destinées
ment électromagnétique s'y rapporte. Elle des deux types de systèmes mentionnés à protéger les radiocommunications.
mentionne qu'il faut appliquer les normes ci-dessus : les normes d'émissivité pour les
harmonisées, mais ne mentionne pas « coupables » et d'immunité pour les « vic- La plupart de ces normes concernent
explicitement qu'il faut effectuer les essais. times » dont les références sont régulière- une famille de produits (exemple : les
Les exigences essentielles constituent « le ment publiées dans le Journal Officiel des appareils de traitement de l'information
minimum que doivent respecter les Communautés Européennes. (équipements informatiques essentielle-
constructeurs et le maximum que peut Chacune de ces normes se rapporte à ment), les appareils ISM (industriels, scien-
demander la réglementation » [4]. Les fré- un produit, une famille de produits ou à tifiques et médicaux) (fig. 2), etc.).
quentes difficultés d'interprétation que un type d'environnement. Les normes génériques européennes
présente la directive ont nécessité l’édition concernant le milieu industriel sont iden-
d'un guide d'application [5]. Le but des normes est tout d'abord de tiques aux normes fondamentales relatives
Certains types de produits sont exclus servir d'outil, pour démontrer, de manière aux ISM.
de cette directive car ils sont couverts par rigoureuse et reproductible, la présomp-
une autre directive spécifique (exemple : tion de conformité aux exigences essen- Il existe depuis peu des normes relatives
automobile, dispositifs médicaux implan- tielles de la directive CEM. Leur applica- à certains phénomènes particuliers que
tables...) qui prend en compte la CEM. tion est de nature volontaire. Elles pren- l'on peut qualifier de « basse fréquence »,
nent en compte la plupart des phéno- par exemple les harmoniques et les
Les machines, couvertes par une directi- mènes de perturbations rencontrés et per- papillotements de la tension d'alimenta-
ve spécifique relative à leur sécurité, dite mettent ainsi de valider l'aptitude d'un dis- tion (en anglais : flicker).
directive « Machines » [6], ne sont cepen- positif ou d'un système à fonctionner de Du fait qu'à l'origine ces normes ne
dant pas exclues du champ d'application façon satisfaisante dans un environnement concernaient que la protection des radio-
de la directive CEM car les objectifs de ces électromagnétique prédéterminé, en fonc- communications, leur mise en oeuvre
deux directives sont clairement différents. tion des niveaux de sévérité appliqués. actuelle peut s'avérer difficile. En effet, la
distance minimale de mesure est de 10 m
en laboratoire. Pour les installations indus-
trielles, les valeurs limites sont fixées pour
des points de mesure situés à 10 ou 30 m
de l'enceinte du bâtiment où est implantée
l'installation. De plus, les mesures s'effec-
Fig. 1. Systèmes « coupables » et « victimes » - « Offender » and « Victim » systems tuent en valeur moyenne ou « quasi crête ».
Or, il suffit d'une impulsion unique, donc
de valeurs moyennes et quasi crête nulles,
pour perturber un circuit numérique.
De nombreux systèmes potentiellement
victimes, dont certains relatifs à la sécurité,
sont amenés à être utilisés à proximité des
sources de perturbations.
Par conséquent, les mesures effectuées
à grande distance ne conviennent pas
pour les caractériser. Il est alors possible
de mettre en œuvre les méthodes de
mesure décrites dans les normes avec un
accroissement des valeurs limites en fonc-
tion de la distance de mesure.
57
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N° 181, 4e trimestre 2000

2.3. Immunité

En plus de la nécessaire réduction du


niveau d'émissivité des sources de pertur-
bation, s'ajoute l'aspect très important de
l'immunité des systèmes.
Une immunité insuffisante face à une
source de perturbation conduit à un dys-
fonctionnement [2].
Le manque d’immunité, c'est-à-dire la
susceptibilité élevée, nécessite de prendre
en compte le comportement d'un système
lorsqu’il est perturbé. Il peut donc en
découler des conséquences sur la sécurité.

Il existe trois types de normes relatives


à l'immunité des systèmes :
 les normes fondamentales qui décri-
vent un phénomène de perturbation élec-
tromagnétique et la méthodologie d'essai
correspondante (exemple : immunité aux
décharges électrostatiques) [8] ;
 les normes génériques qui se réfèrent
Fig. 2. Installation ISM 27 MHz (presse à souder le PVC) - aux normes fondamentales et fixent des
27 MHz PVC welding machine niveaux de sévérité en fonction de deux
types d'environnements relatifs aux
milieux domestique et industriel [9, 10] ;
 les normes spécifiques aux produits
ou familles de produits qui, en plus des
normes génériques ci-dessus, tiennent
compte de la spécificité des équipements
concernés en décrivant par exemple le
mode de fonctionnement en essai [11].

Ce dernier type de norme prévaut sur


les deux premiers. Les normes génériques
sont des normes de défaut en l’absence de
normes spécifiques de produits. Ces trois
types de normes permettent de s'assurer
d'une manière assez rigoureuse que les
systèmes possèdent un niveau d'immunité
Fig. 3. Chambre anéchoïque électromagnétique - minimal correspondant au niveau de per-
Electromagnetic anechoic chamber
turbations présentes dans un environne-
ment d'utilisation. Comme mentionné pré-
cédemment, elles ne sont destinées qu'à
vérifier le fonctionnement d'un système en
présence de divers types de perturbations
électromagnétique, sans que l'aspect sécu-
rité soit particulièrement concerné. Leur
mise en œuvre en laboratoire s'avère
généralement facile. Par contre, les essais
d'immunité de grands dispositifs et d'ins-
tallations sont plus ou moins délicats à
effectuer, du fait de la nécessité de dispo-
ser d'installations d'essais de grandes
dimensions (fig. 3) et de la difficulté de
maîtriser certains paramètres. L'application
de perturbations rayonnées en dehors
d'un milieu de confinement (cage de
Faraday) est interdite dans le but notam-
ment de protéger les radiocommunica-
tions (CISPR). Des méthodes de substitu-
tion sont à l'étude (injection de courant
dans divers types de liaisons, cf. § 5.2).
58
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N° 181, 4e trimestre 2000

communément « comités de produits »), 3.2. Dans le domaine


3. CEM et sécurité ainsi que les concepteurs et les installa- des machines
teurs sur l'aspect sécurité qui, dans de
nombreux cas, est lié à la CEM, la CEI 3.2.1. Situation actuelle
3.1. Généralités (Commission électrotechnique internatio-
nale) élabore un projet de rapport tech- Parmi les exigences essentielles de
La sécurité des systèmes implique des nique [13]. sécurité figurant dans la directive
prescriptions normatives supplémentaires Ce document de portée générale « Machines », on trouve d'une part, l'apti-
à celle de la CEM. De nombreux produits indique la nécessité de la prise en comp- tude des systèmes de commande à résis-
ou systèmes conformes aux normes d'im- te de la CEM à différents stades du cycle ter aux influences extérieures et d'autre
munité ont présenté des dysfonctionne- de vie d'un produit et d'un système, dont part, la suppression des risques dus à des
ments en exploitation. A partir de l'analy- l'analyse de risque a montré que l'action situations anormalement prévisibles. Les
se de risque qui doit précéder toute des perturbations électromagnétiques perturbations électromagnétiques font
démarche d'amélioration et de validation pouvait avoir une conséquence sur la partie des influences extérieures.
du niveau de sécurité, il est nécessaire de sécurité (fig. 4). Il indique aussi les condi-
déterminer les parties critiques sur le plan tions particulières de validation du niveau La directive est encore plus explicite en
sécurité, de définir une marge de compa- de sécurité lié à l'action des perturbations, ce qui concerne les rayonnements exté-
tibilité en tenant compte de l'environne- en préconisant des règles de base spéci- rieurs, ces derniers ne devant pas pertur-
ment dans lequel sera utilisé le système et fiques à appliquer lors des essais. ber le fonctionnement du système.
un mode de défaillance. Il s'agit de l'unique document de portée La diminution occasionnelle du niveau
Un exemple de cette démarche nous est générale issu de la normalisation qui éta- d'immunité d'un dispositif, de même que
donné dans un document de la NASA [12]. blit clairement le lien entre les perturba- la variation des caractéristiques de l'envi-
La prise en compte de l'aspect sécurité tions électromagnétiques et la sécurité des ronnement électromagnétique allant dans
nécessite donc un travail de conception personnes et qui préconise une méthodo- le sens d'une plus grande agressivité, sont
relatif à la CEM plus approfondi. Cela se logie de prévention allant au-delà de la des situations anormales prévisibles.
traduit par l'adjonction de composants simple application des normes.
destinés à améliorer l'émissivité et l'immu-
nité et à obtenir, le cas échéant, un repli
en position sécurité. La validation de cette
démarche est obtenue à l'aide de tests
CEM spécifiques. Fig. 4. Prise en compte de la CEM aux différents stades de la vie d’un système -
EMC must be taken into account at the various stages of the life of a system
En conséquence, l'amélioration du
niveau de sécurité attaché à la CEM ne
doit pas se baser uniquement sur les
normes CEM. L'application des règles de
base (ou de l'art) permet de solutionner
les trois quarts des problèmes d'immunité
et/ou d'émissivité et d'avoir une marge de
compatibilité suffisante entre les condi-
tions d'environnement électromagnétique
et les caractéristiques du produit. Avec
l'avènement de calculateurs de plus en
plus puissants et le développement de la
modélisation mathématique, il devient de
plus en plus courant d'effectuer, au stade
de la conception, des démarches prédic-
tives concernant l’émissivité et l’immunité,
constituant à elles deux uniquement la
CEM des systèmes.
La sécurité ne se limitant pas à ces deux
aspects, il convient d'aller au-delà, en s'in-
téressant au comportement en mode per-
turbé. Or, la modélisation correspondante
s'avère nettement plus difficile à réaliser
car elle doit mettre en œuvre un nombre
élevé d’altérations possibles des informa-
tions numériques résultant de l’action des
perturbations.

Dans le but d'informer les experts


constituant les groupes de travail chargés
de la normalisation spécifique à certains
produits ou familles de produits (appelés
59
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N° 181, 4e trimestre 2000

La directive « Machines » [6] exige une cependant noter que les niveaux de sévé- 3.2.3. Installations fixes
limitation de l'émissivité des agents phy- rité préconisés pour les essais CEM ne per-
siques, donc de l'émissivité rayonnée. mettent pas toujours d'obtenir un dysfonc- La directive CEM s'applique également
Même si cette limitation est tout d'abord tionnement. Ce sont généralement ceux aux installations fixes car elles peuvent
prévue pour éviter l'exposition des per- figurant dans les normes génériques CEM émettre des perturbations électromagné-
sonnes au rayonnement, on pourrait sup- relatives à tous les types de produits et sys- tiques et subir les effets de celles prove-
poser qu'elle contribue néanmoins à limi- tèmes destinés à être utilisés en milieu nant d'autres équipements. D'après son
ter l'émissivité rayonnée qui peut pertur- industriel, indépendamment de tout guide d'application [5], les compétences
ber d'autres systèmes relatifs à la sécurité. aspect de sécurité. Cela amène à s'interro- réunies des constructeurs de sous-
Mais les valeurs limites du niveau d'émis- ger sur la nécessité d'une plus grande ensembles et des installateurs permettent
sivité, donc d'exposition de l'opérateur, sont sévérité lorsque la sécurité est concernée, d'obtenir un fonctionnement correct de
dans ce cas nettement plus élevées que tout en restant réaliste par rapport aux l'installation. La directive « Machines » s'ap-
celles préconisées dans les normes CEM (cf. conditions d'environnement réellement plique également aux installations ; par
§ 2.2). La directive « Machines » prend donc rencontrées. conséquent, il convient d'adopter une
en compte le phénomène des perturbations démarche identique à celle concernant les
électromagnétiques, mais l'aspect CEM n’est 3.2.2. Machines systèmes relatifs aux machines, mention-
pas mentionné de façon explicite. de grandes dimensions née précédemment. Cependant, comme
pour les machines de grandes dimensions,
La prise en compte de la CEM est réelle Compte tenu de leur taille, l'analyse du il est difficile d'appliquer les normes CEM
dans toutes les normes de différents niveau de sécurité liée à l'effet des pertur- existantes sans adopter quelques aména-
niveaux (A, B1, B2, C) relatives à la sécu- bations électromagnétiques ne peut être gements.
rité des machines qui découlent de la effectuée en appliquant simplement les
directive. Il ne s'agit cependant que de la normes relatives aux systèmes pouvant
mise en œuvre de normes d'immunité aux être testés en laboratoire. Un projet de 3.3. Dans le domaine
perturbations. Elles sont un critère d'apti- norme CEM concernant ces machines des équipements de protection
tude du système à assurer la fonction de prend en considération le volet sécurité individuelle (EPI)
sécurité jusqu'à un niveau donné selon le qui en découle [14]. Il préconise la distinc-
type de perturbation, c'est-à-dire l’un des tion entre sous-ensembles selon leur criti- Actuellement, certains EPI sont dotés de
critères de disponibilité nécessaires à tout cité par rapport à la sécurité ainsi que des systèmes électroniques qui remplacent les
dispositif de sécurité sous peine de retrait méthodes d'essais et niveaux de sévérité systèmes mécaniques et physiques utilisés
de l’installation. appliqués à chacun de ces sous- jusqu'à présent. Il s'agit des filtres électro-
Les différents niveaux des normes ensembles. Ce projet propose d'accroître optiques pour soudeurs à arc (protection
machines, ainsi que la variété de normes les niveaux de sévérité pour les sous- de l’œil), de protecteurs antibruit (protec-
faisant partie d'un même niveau, condui- ensembles critiques. Comme le mode de tion de l’ouïe) et d'appareils de protection
sent à une disparité des préconisations fonctionnement de la machine et/ou du respiratoires. Dans le cadre de la sûreté de
CEM dans ce domaine. Cela est dû non sous-ensemble concerné ne peut être fonctionnement, la directive spécifique
seulement au nombre élevé de groupes décrit précisément dans ce type de norme, aux EPI [17] exige qu'ils aient une résis-
de normalisation qui travaillent de façon le projet recommande de se placer dans le tance suffisante aux effets des facteurs
indépendante, mais aussi à la difficulté cas le plus critique. physiques d'environnement. Comme dans
pour les experts en sécurité des machines le cas des exigences de la directive
de bien connaître les normes CEM en Une démarche similaire est adoptée « Machines », les effets dus à l'action des
vigueur, d'autant plus que ces dernières pour les engins mobiles de chantier [15]. perturbations électromagnétiques sont
évoluent constamment. Il en résulte un Elle s'inspire à la fois des directives « inclus dans ces facteurs. Par conséquent,
manque d'homogénéité entre les chapitres Véhicules routiers » [16] et CEM. La norme la directive EPI prend en considération
de normes relatifs aux prescriptions en permet de procéder à des essais sur l'en- l'aspect CEM et, plus précisément, le volet
matière d'immunité, tant sur les types d'es- gin lui-même et sur les sous-ensembles « immunité aux perturbations ».
sais que sur les niveaux de sévérité. électriques et/ou électroniques. Pour ces Malheureusement, les normes [18] spé-
L’annexe résume sous forme de tableaux machines, les fonctions critiques pour la cifiques à ces dispositifs abordent peu,
les divers modes de prise en compte de sécurité sont celles qui permettent le voire même pas du tout l'aspect sûreté de
l’aspect CEM dans les principaux textes contrôle de la machine. Les niveaux de fonctionnement, et par conséquent l'effet
« Machines ». sévérité sont alors plus exigeants. La taille des perturbations électromagnétiques,
Le mode de fonctionnement du disposi- des machines ne permet pas différents alors que ces derniers sont existants. La
tif en essai n'est pas toujours bien défini. modes d'activation des fonctions de com- prise en compte de la CEM, dans ces
Or ce paramètre est nécessaire pour détec- mande, par exemple le déplacement de normes devrait être incluse dans une
ter tout dysfonctionnement qui entraîne l'engin pour s'assurer d'une absence d'ac- démarche de l'analyse de sûreté de fonc-
un abaissement du niveau de sécurité. célération intempestive. Seule la position tionnement de ces protecteurs individuels
Pour certains dispositifs, par exemple les d'arrêt avec les commandes prêtes à fonc- [19]. Compte tenu de la spécificité de ces
automates programmables, il est égale- tionner est possible. produits, il serait nécessaire de développer
ment nécessaire de prévoir un mode de une méthodologie CEM dans laquelle il
fonctionnement pour une application importera notamment de définir les modes
donnée. Cela permet d'analyser l'impact de fonctionnement des dispositifs en essai.
d'un dysfonctionnement sur le niveau de Cela permettra de constituer la base tech-
sécurité de l'ensemble du système formé nique nécessaire à l’élaboration de projets
par le dispositif et son application. Il faut de normes.
60
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N° 181, 4e trimestre 2000

3.4. Dans un autre domaine concerné et de perturbations aux para-


de la sécurité (automobile) 4. L’environnement mètres aléatoires : fréquence et moment

Comme les équipements industriels, les


électromagnétique d'apparition, niveaux, forme d'onde,
durée, etc. Ces perturbations aléatoires
automobiles sont de plus en plus équipées peuvent être causées par un équipement
de sous-ensembles électroniques, dont les La question de la représentativité des utilisé occasionnellement (outil portatif,
dysfonctionnements de certains d’entre paramètres préconisés par les normes téléphone portable) ou bien par la dégra-
eux ont des conséquences directes sur la d'essais (niveaux de sévérité, formes dation inopinée du niveau d'émissivité
sécurité des utilisateurs (commande du d'ondes, installation d'essai) par rapport à d'un équipement industriel. Comme ces
moteur, freinage) et des autres usagers de l'environnement se pose fréquemment, en situations sont difficilement maîtrisables,
la route (contrôle du véhicule). Conscient particulier lorsque des aspects de sécurité ces perturbations sont à prendre en comp-
du risque élevé dû à la probabilité d'oc- sont concernés. Les normes d'immunité te. Il est donc nécessaire de pouvoir dis-
currence et la gravité des évènements dan- actuelles sont, bien sûr, basées sur les poser de systèmes de mesure dotés d'en-
gereux, le Conseil des Communautés connaissances de différents types d'envi- registreurs, permettant des mesures sur
Européennes a émis une directive spéci- ronnement et certaines évoluent au fur et une période suffisamment grande, afin de
fique CEM s'appliquant aux véhicules [16]. à mesure de l'apparition de nouvelles pouvoir capturer le maximum de pertur-
Elle complète une directive existant précé- sources de perturbations (exemple : télé- bations. Les enregistreurs actuels télécom-
demment et l'élargit, en incluant l'aspect phones portables) [21]. mandables effectuent des mesures sur une
immunité. période qui s'étend sur plusieurs mois et
La caractérisation actuelle de l'environ- télétransmettent les résultats.
Cette directive est de type « ancienne nement électromagnétique est suffisante
approche » car en plus des exigences pour apporter des éléments nécessaires à
essentielles, elle décrit les essais à réaliser. la normalisation concernant l'immunité
Les fonctions contrôlées en premier sont
celles qui sont critiques pour la sécurité
minimale nécessaire au fonctionnement
attendu des équipements. La connaissance
5. Prise en compte
des passagers et des autres usagers de la est plutôt générale et basée sur des valeurs de la CEM liée à l’aspect
route. Les essais préconisés sont plus
sévères que ceux relatifs aux machines
moyennes de paramètres. La gestion par
des équipements spécifiques de fonctions
sécurité - Amélioration
[20]. En effet, les bandes de fréquence sont de sécurité nécessite une connaissance
élargies et les niveaux de perturbation à plus approfondie des perturbations. Si, en
appliquer sont deux à trois fois plus éle- fonction des résultats de l'analyse de 5.1. Textes de normes
vés. En plus de cette sévérité accrue, les risques sur un dispositif, on se limite par
constructeurs vont encore plus loin en fai- exemple à préconiser un niveau d'immu- Le manque d'homogénéité des prescrip-
sant effectuer des essais dont le niveau de nité à respecter, il est nécessaire de tenir tions relatives aux essais d'immunité
sévérité est par exemple, pour les pertur- compte de toutes les perturbations pré- amène à s'interroger sur la place que ces
bations rayonnées, vingt fois supérieur à sentes et comme le précise la directive dernières doivent occuper dans la norma-
celui préconisé par la norme relative aux « Machines », des situations anormales pré- lisation relative à la sécurité des machines.
équipements industriels (200 V/m dans visibles. Or, une aggravation inopinée de Elles peuvent figurer en amont, c'est-à-dire
l'automobile, comparé à 10 V/m pour les l'agression électromagnétique est dans de dans les normes générales ou bien dans
équipements industriels). nombreux cas très probable, donc à pré- chaque norme de dispositif ou famille de
voir. On peut également envisager que dispositifs.
Il est à noter que ces essais sont effec- l'utilisation de tout dispositif de sécurité En prenant comme exemple la norme
tués sur les sous-ensembles relatifs à la peut conduire à une dégradation du générale EN 954 [22], il serait par exemple
sécurité et concernent le fabricant d'équi- niveau de sécurité, si son immunité est possible de définir dans une telle norme
pements. Ce type d'essai partiel offre la insuffisante pour un environnement mal des méthodes d'essais, de préconiser des
possibilité technique d’appliquer des caractérisé. niveaux de sévérité et des critères de
niveaux de sévérité élevés. En effet, soit, du fait de sa réactivité éle- défaillance (exemple : non dangereux,
vée aux défaillances, le dispositif remplit dangereux, tolérés) en fonction des caté-
L'aspect émissivité des véhicules a été sa fonction en mode perturbé et provoque gories définies dans cette norme. Le mode
déjà pris en compte dans la première des mises en sécurité intempestives, soit il de fonctionnement du dispositif sous test
directive. La seconde directive lui fait ne sera plus en état de remplir la fonction serait lui défini dans la norme le concer-
revêtir toute son importance car une de sécurité de façon satisfaisante. Dans le nant spécifiquement. Une autre mesure
émissivité élevée d'un sous-ensemble premier cas, il sera retiré et la fonction de pourrait consister, comme dans la norme
quelconque du véhicule peut agir de sécurité sera inexistante. EN 61496 [23], relative à une famille de
façon critique sur le circuit électronique Dans les deux cas, on en déduit aisé- détecteurs électroniques de personnel,
d'une fonction relative à la sécurité des ment qu’il y a aggravation du risque pour d'inclure la méthode d'essai, les niveaux
usagers. les utilisateurs (cf. § 3.2.1). de sévérité ainsi que le mode de fonction-
nement du dispositif lors de l'essai dans la
La connaissance approfondie des para- norme de produit le concernant. Cette dis-
mètres de l'environnement électromagné- position risquerait en contrepartie d'avoir
tique est difficile à obtenir. Ce dernier est pour conséquence de perpétuer l'actuelle
parfois constitué par des perturbations fré- disparité des méthodes d'essais en l'absen-
quemment présentes, caractéristiques du ce de concertation entre les différents
milieu industriel et/ou professionnel groupes de travail en normalisation.
61
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N° 181, 4e trimestre 2000

5.2. Validation La validation du niveau de sécurité gences CEM sont au même niveau que
de la sûreté de fonctionnement nécessite de déterminer les circuits cri- celles relatives aux équipements indus-
des systèmes électroniques tiques. Il est alors nécessaire de connaître triels en général. Il s'agit simplement d'une
leur fonctionnement et appliquer les per- exigence de performance jusqu'à un
Dans le cadre normatif des machines, turbations les plus pertinentes, c'est-à-dire niveau de perturbation déterminé. Or, il
une prochaine version du document, rela- celles qui sont susceptibles d'interférer est nécessaire d'approfondir les analyses,
tif aux dispositifs de sécurité assurant la avec les signaux relatifs à la sécurité. Dans en particulier celle concernant les dys-
détection de personnel, comporte un ce cas, l'application de perturbations de fonctionnements dus aux effets des per-
accroissement d'un facteur trois les niveau élevé peut s'avérer inutile pour turbations, afin de s'assurer d'un repli en
niveaux de sévérité appliqués pour l'essai obtenir un dysfonctionnement que l'on position de sécurité. Sans aller aussi loin
aux perturbations rayonnées et conduites veut analyser. que dans l'exemple du domaine de l'auto-
entretenues. Cette disposition permet mobile, une plus grande sévérité en matiè-
d’obtenir un accroissement du niveau Des méthodes alternatives d'application re de CEM devrait être incluse dans la vali-
d’immunité du dispositif allant dans le des perturbations peuvent également être dation du niveau de sécurité. Une volonté
sens d’une meilleure disponibilité (cf. mises en œuvre. Par exemple, l'injection allant dans ce sens est actuellement expri-
§ 3.2.1 et 4) et d'en obtenir le dysfonction- de perturbations conduites à l'aide d'une mée par quelques normalisateurs. Elle a
nement lors d’applications de perturba- pince de couplage BCI (Bulk Current conduit dans un premier temps à accroître
tions, donc d'en analyser les consé- Injection) peut remplacer l'application de certains niveaux de perturbation appliqués
quences sur la sécurité. Certains construc- perturbations rayonnées lorsque celles-ci pour les détecteurs électrosensibles de
teurs de dispositifs de sécurité ont déjà sont difficiles à mettre en œuvre. personnes.
anticipé le relèvement des niveaux lors de Les perturbations électromagnétiques
la conception et effectuent eux-mêmes peuvent être considérées comme une Une meilleure prise en compte de la
des essais de qualification plus sévères cause commune de défaillance et aboutir CEM dans les normes relatives aux
que le cadre normatif. à un mode commun de même nom. Dans machines passe aussi par une amélioration
le cas de certains équipements composés de la cohérence entre les différents cha-
Cela a été fait notamment pour tenir de sous-ensembles, l'analyse du mode de pitres concernés. Cette tâche est rendue
compte de l'environnement d'utilisation dysfonctionnement est à effectuer sur l'en- difficile par le nombre élevé de groupes
possible des dispositifs et d'une dispersion semble du système. La défaillance d'un de normalisation. Une meilleure coordina-
possible des caractéristiques CEM lors de sous-ensemble peut très bien être prise en tion en matière de CEM dans ce domaine
leur production en grand nombre. De par compte par un autre, sans qu'il y ait des éviterait les disparités entre les chapitres
leur conception et les exigences de sécu- conséquences sur la sécurité de l'en- concernés. La prise en compte de la CEM
rité auxquelles ils doivent répondre, de semble. Cela est également valable pour ne doit pas se limiter à l'accroissement des
nombreux dispositifs de sécurité sont par d'autres types de défaillances rencontrés. Il niveaux de sévérité. Elle nécessite de
nature très réactifs, c'est-à-dire qu'ils doi- s'agit là d'un principe général appliqué développer une méthodologie permettant
vent activer leur fonction de sécurité à la lors de l'analyse de la sûreté de fonction- de connaître le mode de dysfonctionne-
moindre défaillance détectée. Par consé- nement. ment du dispositif analysé. Cette
quent, il peut s'avérer difficile de leur L'analyse systémique peut également démarche est similaire à celle adoptée
conférer un niveau d'immunité élevé. conduire à déterminer des sous- pour analyser le comportement d'un dis-
ensembles propres à un système dont les positif électronique en présence de
Dans une démarche d'étude et d'investi- défaillances sont critiques pour la sécurité défaillance de composants. La personne
gation, la validation permet plus aisément ou pour la disponibilité dans le cas de dis- chargée de l'analyse dispose d'une métho-
d'obtenir le mode de dysfonctionnement positifs de sécurité. Bien que la profon- dologie dont l'essentiel est décrit dans des
d'un dispositif. Dans ce cas, il est moins deur d'analyse soit volontairement limitée normes. Il convient néanmoins de la com-
question de représentativité des expéri- aux sous-ensembles, elle peut déboucher pléter par des éléments d’évaluation perti-
mentations par rapport à l'environnement sur l'évaluation intrinsèque de composants nents. Il est également important de pou-
réel et la configuration de l'équipement en électroniques tels que des circuits intégrés voir analyser les dispositions prises pour
exploitation. Il faut toutefois veiller à ne élémentaires (portes logiques) ou plus ne pas affecter le niveau de sécurité d’un
pas s'en éloigner excessivement. Les complexes (mémoires) [25]. Ces derniers système, compte tenu qu’il est admis qu’il
investigations conduisent à aller au-delà sont alors isolés de tout circuit du système peut être perturbé au-delà du seuil d’im-
des paramètres normatifs tels que les d'origine et évalués spécifiquement [26]. munité. La validation du niveau de sécuri-
bandes de fréquence, les niveaux, etc. Il Les résultats en découlant peuvent appor- té lié à l'action des perturbations électro-
est également possible de faire varier la ter des éléments utiles au stade de la magnétiques ne peut se faire par simple
configuration physique et le mode de conception. application des normes. Elle nécessite une
fonctionnement de l'équipement. Pour démarche de type exploratoire spécifique
obtenir le dysfonctionnement d'un dispo- à chaque type de dispositif, qui consiste
sitif il n'est pas toujours nécessaire de lui C ONCLUS I ON notamment à tenir compte des paramètres
appliquer des niveaux de perturbation éle- entrant dans la gestion des fonctions rela-
vés. Le retrait des « barrières » de protec- Le volet CEM doit avoir sa place dans les tives à la sécurité.
tion (blindages, filtres) est parfois suffisant. normes relatives aux systèmes concernés Cette méthodologie CEM, qu'il serait
Il est également possible d’activer de cer- en totalité ou en partie par la sécurité. judicieux de développer par des études
taines parties de logiciels mettant en C'est le cas en particulier pour les parties est la base technique nécessaire à tout
œuvre des traitements d’informations plus de systèmes de commande relatives à la projet de norme dont l'aboutissement est
particulièrement susceptibles aux pertur- sécurité et pour les machines en général. le résultat d'un consensus entre les diffé-
bations électromagnétiques [24]. Cependant dans ce domaine, les exi- rents partenaires.
62
Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail - N° 181, 4e trimestre 2000

BIBL I OGRAPHI E

1. Directive 89/336/CEE du Conseil du 3 mai 1989 10. NF EN 50082-2 - Compatibilité électromagné- 18. EN 379 - Spécifications concernant les filtres de
concernant le rapprochement des législations des Etats tique. Norme générique immunité. Partie 2 : soudage avec facteur de transmission dans le visible
membres relatives à la compatibilité électromagnétique Environnement industriel. Paris - La Défense, commutable et les filtres avec double échelon de trans-
Journal officiel des Communautés AFNOR, juin 1995, pp. 1-16. mission dans le visible, mai 94, 10 p.
Européennes, L 139, 23 mai 1989, pp. 19-26. Pr EN 352 - Protecteurs contre le bruit - Exigences de
11. NF EN 55104. Compatibilité électromagnétique sécurité et essais, août 93, 25 p.
2. KLEIN R., CLAUZADE B. - Effets des perturba- - exigences d'immunité pour les appareils électrodo- EN 137 - Appareils de protection respiratoire auto-
tions électromagnétiques sur certains équipements. mestiques, outils électriques et appareils analogues - nomes à circuit ouvert à air comprimé, mai 93, 23 p.
Risques liés aux dysfonctionnements. Cahiers de Norme de famille de produits. Paris-La Défense, Paris-La Défense, AFNOR.
Notes Documentaires - Hygiène et Sécurité du AFNOR, sept. 95, pp. 1-18.
Travail, 1991, 142, ND 1811, pp. 5-20. 19. BUCHWEILLER J.P., MAYER A., KLEIN R.,
12. LAWTON R.W. - NASA System guidelines for IOTTI J.M, KUSY A., CHRIST E., REINERT D. -
3. Maîtrise de la CEM. Technologie, EMC safety-critical circuits - design, selection and Equipements de protection individuelle comportant des
Réglementation, Normes. Paris, les Référentiels margin demonstration. NASA, sept. 1996, A3-C10, circuits électroniques. Sûreté de fonctionnement.
Dunod, 1998, partie 3, pp. 30001-415075. pp. 1-32. Cahiers de Notes Documentaires - Hygiène et
4. BROYDE F. - La grande aventure de la directive 13. EC/TC77/WG14 EMC - Methodology for the Sécurité du Travail, 2000, 179, ND 2128, pp. 51-60.
CEM 1re partie. La Lettre d'EXCEM Consultants, achievement of functional safety of electrical and elec- 20. FICHEUX S. - Exigences de la directive et des
déc. 1995, vol. 1, n° 2, pp. 1-3. tronic equipment, 1998, pp. 1-44. normes en matière de compatibilité électromagnétique des
5. Commission Européenne - DG III - Industrie. 14. Procedure for the EMC testing of large industrial véhicules. Montlhéry, UTAC, mai 1997, pp. 1-5.
Guide d'application de la directive 89/336 (CEM). machines. Document de travail issu de la normalisa- 21. ENV 50204 - Radiated electromagnetic field
Traduction non officielle FIEEC et FIM, 26 mai tion européenne,CKZ task force on EMC V.2, juin from digital radiotelephones. Immunity test.
1997, pp. 1-54. 97, pp. 1-27. Bruxelles, CENELEC, Secrétariat central, mars
6. Directive du parlement Européen et du Conseil du 15. CETIM Engins mobiles de travaux publics - Des 1995, pp. 1-9.
22 juin 1998 concernant le rapprochement des législa- normes et essais pour la CEM. CETIM 22. EN 954-1 - Sécurité des machines- Parties des
tions des Etats membres relatives aux machines Informations, n° 154, juin 1997, pp. 53-55. systèmes de commande relatives à la sécurité . Partie
(98/37/CE). Journal Officiel des Communautés 1 : Principes généraux de conception. Paris - La
Européennes , L 207, 23 juillet 1998, pp. 1-46. 16. Directive 95/54/CE de la Commission du 31
octobre 1995 portant adaptation au progrès technique Défense, AFNOR, sept. 1995, pp. 1-45.
7. HIGEL B. - Association Française de CEM de la directive 72/245/CEE concernant le rapproche- 23. EN 61496-1 - Sécurité des machines. Equipements
(AFCEM). Aspects croisés de l'application des direc- ment des législations des Etats membres relatives à la de protection électrosensibles. Partie 1 : prescriptions
tives horizontales et verticales pour le marquage CE. réception des véhicules à moteur et de leurs remorques. générales et essais. Paris - La Défense, AFNOR, juin
Congrès CEM EXPO 98, nov. 98, actes du Journal Officiel des Communautés 1997, amendement 44/206A/FDIS, p. 2.
congrès, pp. 1-4. Européennes, L 266, 8 nov. 1995, pp. 1-66.
24. ROY O. - Optimiser l’immunité de vos produits
8. NF EN 61000-4-2 - Compatibilité électroma- 17. Directive 89/686/CEE du Conseil du 21 avec le logiciel embarqué. Electronique, nov. 1998,
gnétique. Partie 4 : techniques d'essais et de mesure. décembre 1989 concernant le rapprochement des 86, pp. 75-77.
Section 2 : essais d'immunité aux décharges électro- législations des Etats membres relatives aux équipe-
statiques. Paris - La Défense, AFNOR, juin ments de protection individuelle. Journal Officiel des 25. KLEIN R., DISCOURS B. - Les mémoires non
1995, pp. 1-35. Communautés Européennes, L 399, 30 déc. 1989, volatiles face aux perturbations électromagnétiques.
pp. 18-38. Electronique, janv. 2000, 99, pp. 76-78.
9. NF EN 50082-1 - Compatibilité électromagné-
tique. Norme générique immunité Partie 1 : 26. MAURICE O. - Evaluer la susceptibilité des com-
Environnement résidentiel, commercial et industrie posants électroniques. Electronique, nov. 97, 75,
légère. Paris - La Défense, AFNOR, juin 1995, pp. 65-71.
pp. 1-16.
Article reçu en mai, accepté en août 2000 ■


ANNEXE - Prise en compte de l’aspect sécurité lié à la CEM - Safety-related aspects of EMC in European directives and standards
Nature du document normatif Mode de prise en compte

Directive CEM 89/336/CEE et normes CEM associées Documents non prévus pour traiter cet aspect (exigences minimales
de fonctionnement correct pour le marquage CE relatif à la CEM)

Directive « Machines » 98/37/CE Fonctionnement non perturbé exigé (limitation de l’exposition des personnes au
rayonnement électromagnétique)

Norme « Sécurité des machines - principes généraux » Exigences de la directive « machines » reprises en annexe (mention du risque lié
EN 292 au rayonnement non-ionisant)

Norme « Equipement électrique » EN 60204 « Réduction des interférences électriques ». Renvoi aux normes CEM, sévérité
des essais au choix

Normes « Parties des systèmes relatives à la sécurité » « Faire face au influences électriques ». Perte de fonction de systèmes
EN 954-1 et pr EN 954-2 électroniques à prendre en compte.
Fonctionnement correct, pas de repli en sécurité demandé.Sévérité inférieure aux normes
CEM pour certains essais

Norme « Dispositifs sensibles à la pression » EN 1760-X Fonctionnement correct, pas de repli en sécurité demandé. Renvoi aux catégories EN 954
Liste d’essais incomplète. Sévérité supérieure aux normes CEM pour certains essais

Norme « Commandes bimanuelles » EN 574 « Résister aux influences extérieures »

Normes EPI EN 137, 352-4 et 379 Pas de prise en compte de la sûreté de fonctionnement, donc de la CEM
JOUVE - Paris

INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ - 30, rue Olivier-Noyer, 75680 Paris cedex 14
Tiré à part des Cahiers de notes documentaires - Hygiène et sécurité du travail, 4e trimestre 2000, n° 181 - ND 2139 - 1 200 ex.
N° CPPAP 804 AD/PC/DC du 14-03-85. Directeur de la publication : J.-L. MARIÉ. ISSN 0007-9952 - ISBN 2-7389-0874-8