Vous êtes sur la page 1sur 32

Créer

son site internet


les bonnes questions
à se poser avant de se
lancer sur internet

www.dynamique-mag.com
lancer
son site internet
est un casse
tête pour vous ?
CE livre blanc
répondra
à toutes vos
questions
étape 1
Avant de se lancer
étape 1 | Avant de se lancer

être présent sur Internet, est-ce


vraiment obligatoire ?
En moins d’une décennie, Internet et les réseaux sociaux sont entrés
dans le quotidien des français. Mais quelle est l’utilité de posséder
un site internet ?

La majorité des entreprises détentrices d’un site internet déclarent


que leur succès est lié à leur présence en ligne. Pourtant, a contrario,
seulement la moitié des entreprises possède un site web. Si la pré-
sence sur internet n’apparaît pas forcément indispensable à la survie
d’un commerce (on pensera aux commerces de proximité), elle re-
présente un bon moyen de se rendre visible, de toucher de nouveaux
prospects ou encore d’obtenir des informations supplémentaires sur
sa clientèle. Si dans un premier temps, de nombreuses entreprises
se sont lancées sur internet avec de simples sites vitrines, elles sont
légion à désirer remonter dans les premières pages des moteurs de
recherche. Et la lutte s’avère plus difficile quand il s’agit de se distin-
guer des autres sites Internet. Selon l’Observatoire du numérique,
plus de 70 % des Français utiliseraient internet seulement pour re-
chercher des informations sur les biens et services. Certes, créer un
site Internet pour obtenir une réelle visibilité apparaît comme une
obligation incontournable mais l’expérience montre que la création
de blogs constitue souvent une première étape pour pallier l’absence
d’un site sans dépenser le moindre euro et permet de se fidéliser une
« clientèle ».

Les mythes du succès en ligne. Avant tout, ne croyez pas que vous
devez attendre de posséder une entreprise d’une certaine taille pour
avoir un site Internet : n’importe quelle société peut s’en créer un. Il
faut arrêter de croire qu’être présent sur Internet suffit à rencontrer
le succès. Vous devrez effectuer de nombreux efforts et consacrer
beaucoup de temps pour y parvenir. Il vous faudra commencer par
définir avec précision son rôle : prendre contact avec vos clients ?
Diffuser de l’information sur vos produits et solutions ? Trouver de
nouveaux prospects ? Recruter d’éventuels employés ? Une fois cette
analyse effectuée, ne pensez pas que vous avez besoin d’être Einstein
ou un féru de l’informatique pour faire fonctionner un site Internet de
base. Certaines solutions vous permettent de le mettre en ligne en
quelques minutes et d’avoir un rendu professionnel à condition d’y
apporter quelques images de vos produits ou services.

Site vitrine ou site marchand ? Dans la mise en oeuvre de votre


site web, il faut vous demander si vous désirez « juste » une vitrine
de votre entreprise ou proposer des services. Vous en faites ainsi un
site marchand, permettant l’achat en ligne. Vous disposez ainsi d’une
boutique ouverte 24h/24 et vous avez la possibilité de mieux gérer
vos stocks en flux tendus, facteur important de réduction des coûts
de commercialisation. Toutefois, la décision de créer une vitrine web
n’est pas fortuite et encore moins gratuite. Le coût ou le temps passé
sont loin d’être négligeables. Face à la demande accrue, nous assis-
tons à une multiplication des logiciels d’assistance à la création de
site, qui sont d’un accès relativement facile. Vous pouvez aussi faire
appel à une agence spécialisée ou embaucher un informaticien.

4
étape 1 | Avant de se lancer
Vendre ses marchandises par le biais de sites déjà existants
Si vous décidez de ne pas créer tout de suite un site e-commerce
sur-mesure, pensez aux plateformes d’achat-revente. Il existe trois
poids-lourds de l’achat et de la vente d’articles en ligne : eBay, Ama-
zon et Priceminister-Rakuten. Ces trois géants de l’achat-vente en
ligne peuvent représenter une alternative concrète pour les com-
merçants qui désirent tester un produit, ou investir un peu moins
de temps et d’argent dans la création d’une plateforme ad hoc. Sur
eBay, Amazon et Priceminister-Rakuten, vous avez la possibilité de
vendre en grande quantité en optant pour un statut de vendeur pro-
fessionnel. L’avantage, c’est que vous bénéficierez de la notoriété et
du référencement d’un grand site d’achat-vente en ligne, ce qui vous
assurera une forte exposition de vos produits à moindre coût. L’in-
convénient est la commission qu’ils prennent sur chaque vente. A
noter que la combinaison plateforme ad hoc et site vitrine est préfé-
rable pour augmenter vos chances de réussite. Un site vitrine vous
permettra surtout de mettre en avant votre marque ce qui n’est pas
le cas de ces plateformes où vous êtes noyé dans la masse. Il reste
donc important de développer son propre site e-commerce.

Avant de mettre en marche le site internet de votre entreprise


Vous devez correctement définir l’objectif. Il peut être question d’un
site vitrine, d’un moyen de diffuser l’information, d’un nouveau canal
de vente. Selon ces critères, l’aspect technique à aborder n’est pas
le même, tout comme le budget nécessaire. Vous devez également
choisir votre cible, c’est-à-dire, si vous souhaitez toucher une clientèle
régionale, nationale ou internationale.

5
étape 2
Le nom de domaine
étape 2 | Le nom de domaine

Le nom de domaine est devenu


l’identité de l’entreprise sur
Internet, allant même jusqu’à
devenir sa raison sociale.
Dans ce contexte, le choix d’un nom de domaine est devenu straté-
gique, et peut grandement influencer en positif comme en négatif,
la visibilité de la marque ou de l’entreprise sur Internet.

Le nom de domaine est une partie de l’adresse internet de votre site.


Celle-ci comprend un domaine (dynamique-mag) et une extension
(.com). Pour faire simple, un nom de domaine consiste en une suite
de caractères qui comprend un ou plusieurs termes éventuellement
séparés par des tirets et d’une extension comme .com, .fr, .biz, .info,
.org, .net, et bien d’autres. Le nom de domaine apparait sur tous les
protocoles internet comme http, ftp, news, mail,…

Un nom de domaine, pour quelle utilité ?


Réserver son nom de domaine est la toute première action à réali-
ser sur internet quand on crée une marque. Il s’agit d’une étape es-
sentielle pour mettre un site en ligne, faire du commerce, créer des
adresses e-mails… Il représente votre identité première sur internet
sans laquelle on ne peut vous voir (ou vous retrouver) et conditionne
votre présence sur plusieurs moteurs de recherche comme Google,
Bing, Yahoo ou Voilà. Véritable carte de visite online, il ne doit pas être
choisi par hasard car il sera la première chose qui sera tapé par ceux
qui vous recherchent sur la toile. Pensez-y !

Au moment de choisir son nom de domaine, il est important de


se poser un certain nombre de questions :
• Ce nom de domaine doit-il être le reflet de ma raison sociale ou
doit-il m’aider à me positionner sur un secteur d’activité ?
• Quel est mon périmètre géographique : national ou international ?
• Quels seront les usages faits de mon site : présentation, blog, fo-
rum, communauté… ?
• Le nom de domaine choisi correspond-il à une marque déposée, en
suis-je le titulaire ?
• Dois-je le déposer en tant que marque ?

Près de 200 millions de noms de domaines ont déjà été déposés.


Choisir son nom de domaine devient par conséquent un exercice
difficile et vous devrez souvent faire des compromis. Si vous êtes face
à une problématique de notoriété de votre raison sociale ou marque,
alors privilégiez le nom de domaine correspondant. Si vous êtes sur
un secteur d’activité déjà encombré où il vous sera difficile d’exister
en tant que marque, alors privilégiez des associations de mots-clés
pertinents sur votre activité pour former votre nom de domaine.
Pour tout nom composé, préférez l’utilisation de tirets en guise de
séparateurs entre les mots, car ainsi les moteurs de recherche les
identifieront plus aisément.

Le principe des extensions


Près de 100 millions de .com ont déjà été déposés ; le choix est donc
restreint mais reste incontournable si vous êtes un acteur global.
Si vous êtes sur un territoire géographique précis et que votre ter-
rain de chasse reste local, alors privilégiez les extensions locales en
7
étape 2 | Le nom de domaine
fonction de votre présence (France .fr, Europe .eu, Espagne .es …).
Certaines extensions ciblées vous permettent aussi de positionner
naturellement votre site : .net vous identifie comme un site commu-
nautaire, .mobi comme un site optimisé pour la lecture sur appareil
mobile, .org comme une organisation non lucrative…

Le site à visiter pour vérifier et acheter son de domaine


https://www.ovh.com/fr/
http://www.amen.fr/
https://www.1and1.fr/

8
étape 2 | Le nom de domaine

Le nom de domaine tant souhaité


est malheureusement déjà pris.
Que faire ?
Plusieurs cas de figure se présentent alors et les recours différents
en fonction de l’extension désirée :
• le site correspondant à ce nom de domaine est une simple page
sur laquelle de nombreux liens commerciaux apparaissent. Il y a fort
à parier que le nom de domaine soit alors à vendre, et la page le
mentionne le plus souvent. Vous devrez alors vous rapprocher du
propriétaire pour lui racheter ce domaine et négocier son prix.
• Le site correspondant est un vrai site avec une réelle activité. Il est
peu probable que vous arriviez à racheter ce domaine à un prix rai-
sonnable car l’activité de son propriétaire actuel en dépend.

Néanmoins :
- S’il exploite une marque postérieure à la vôtre, pour peu que vous
l’ayez déposée à l’INPI, vous pouvez lancer une procédure pour récu-
pérer le nom de domaine. La procédure sera plus simple sur un .fr
que sur un .com, car le .fr est plus protecteur vis à vis des détenteurs
de marque, alors que le .com n’est régi que par une règle : premier
arrivé, premier servi.
- S’il n’exploite aucune marque et que vous oui, alors vous pouvez
aussi lancer une procédure.

• En tapant ce nom de domaine dans la barre d’adresse de votre na-


vigateur, vous constatez qu’aucune page n’est affichée, cela ne veut
pas dire que le nom de domaine est disponible. Consulter les bases
Whois (https://www.whois.net/) vous permettra de le savoir rapide-
ment. S’il n’est pas disponible, les 2 scénarios précédents sont va-
lables.

Vous l’aurez donc compris, si vous souhaitez exploiter commerciale-


ment un nom de domaine, il convient de protéger la marque corres-
pondante en la déposant aussi auprès de l’INPI (www.inpi.fr). Dans
bien des cas, la titularité d’un nom de domaine et le dépôt de marque
vont de pair, mais sont totalement indépendants.

Pour être sûr d’utiliser le bon nom de domaine, il est judicieux de vé-
rifier sa disponibilité avant de créer sa marque. Aussi, il est conseillé
d’acheter plusieurs extensions, afin de protéger sa marque dans les
marchés ciblés. Il se révèle plutôt gênant d’avoir un nom de domaine
en .com et qu’un concurrent dispose du même nom, mais avec une
extension en .fr ou .net. Ceci ne nécessite pas d’avoir plusieurs site
internet, mais simplement de rediriger ces adresse sur l’adresse prin-
cipale du site.

Le nom de domaine a, aujourd’hui, pris une importance capitale à


tel point qu’il conditionne parfois le choix du nom de la marque ou
de la raison sociale de l’entreprise notamment pour les entreprises
uniquement présentes sur la toile.

9
étape 2
L’hebergement
étape 2 | L’hebergement

Quel type d’hébergement choisir


pour son site internet ?
Héberger son site internet soi-même reste possible. Cette fonction,
par sa complexité requiert des compétences appropriées et de-
meure dans la majorité des cas confiée à un prestataire spécialisé.
Le choix entre la multitude d’offres proposées est alors loin d’être
simple. Si l’accessibilité et la rapidité représentent deux facteurs
déterminants, d’autres éléments essentiels à la prise de décisions
existent. Quelles sont les différentes solutions existantes ? Quels cri-
tères prendre en compte pour choisir son mode d’hébergement ?
Eléments de réponse.

L’hébergement web, de quoi parle-t-on ? Toute entreprise pos-


sède - ou devrait envisager - d’avoir un site internet pour sa visibilité.
Sans hébergement, cela reste impossible : tout site web requiert un
ordinateur spécifique, appelé serveur, en permanence connecté en
très haut débit pour permettre l’accessibilité aux internautes. C’est là
où seront stockées les données de votre site internet et c’est aussi là
que vos internautes viennent.

Les 2 différents types d’hébergement internet


L’hébergement web mutualisé, qui se caractérise par le partage du
même serveur par plusieurs utilisateurs ou site internet, est certaine-
ment la solution la plus commune. Si celle-ci est la plus avantageuse
en termes de coût, elle peut présenter des risques en matière de
sécurité et de lenteur du système. L’outil demeure limité dans ses
fonctionnalités et ses développements qui doivent être les mêmes
pour tous. Pour pallier aux inconvénients de l’hébergement mutuali-
sé, le serveur web dédié peut représenter une solution. Plus fiable et
personnalisable, il nécessite toutefois un suivi technique plus régulier
et plus poussé pour fonctionner correctement. Cette offre, certes la
plus complète du marché, reste néanmoins la plus chère et demande
certaines compétences techniques. Vous êtes le seul utilisateur sur
le serveur.

Les critères pour choisir son mode d’hébergement


Si au premier abord le choix entre l’une des deux principales solu-
tions semble simple à opérer, celui-ci est pourtant plus complexe et
votre décision doit reposer sur une étude approfondie.

L’objet de votre site internet, qui découle de la nature de l’activité


de votre entreprise doit être pris en compte. Si vous souhaitez par
exemple réaliser un site vitrine pour votre PME ou association, com-
portant quelques pages et avec un niveau d’audience raisonnable,
un serveur mutualisé peut amplement suffir. A contrario, si vous
prévoyez un site d’e-commerce avec un large éventail de produits
mis en vente, privilégiez un serveur dédié, pour avoir des capacités
suffisantes de stockage et un niveau de sécurité optimal notamment
pour les transactions financières. Les sites enregistrant un nombre
important de visiteurs et de paiements privilégient les hébergements
dédiés, ou optent directement pour une offre spécialement conçue
pour les entreprises d’e-commerce.

Il convient de déterminer les différentes fonctionnalités que vous sou-


haitez allouer à votre site internet. Là encore, si vos besoins restent
11
étape 2 | L’hebergement
basiques, un hébergement mutualisé peut convenir, tandis que s’ils
sont plus spécifiques et requièrent des développements personnali-
sés, l’hébergement web représente la solution.

Si vos moyens financiers restent un facteur de décision important,


vos moyens humains doivent l’être également. En cas d’insuffisance
de compétences pour gérer les développements et la maintenance
de votre serveur, celles-ci doivent être incluses dans l’offre que vous
choisirez.

Une fois vos besoins et vos moyens identifiés, vous êtes alors en me-
sure de savoir quel type d’hébergement vous convient le mieux. Ne
vous lancez pas sans avoir bien pris soin au préalable de compa-
rer les offres de plusieurs prestataires, en appliquant si possible un
ratio qualité / prix. Si plusieurs solutions paraissent similaires, elles
diffèrent pourtant sur de petits détails comme le niveau d’assistance
technique en cas de problèmes.

Le site à visiter pour trouver votre hébergement


https://www.ovh.com/fr/
http://www.amen.fr/
https://www.1and1.fr/

12
étape 3
Le cahier des charges
étape 3 | Le cahier des charges

Pourquoi réaliser un cahier des


charges
Vous avez un projet Internet, des idées prometteuses et envisagez
de le confier à une agence web ou de le faire vous-même. Comment
faire pour exposer clairement toutes vos idées, et vous assurer que
le prestataire, vos collaborateurs ou vous-même puisse disposer de
toutes les informations pour bien comprendre votre projet ? C’est
tout l’intérêt de rédiger un cahier des charges.

Plus votre projet est complexe et innovant, plus le cahier des charges
est important. Dans le web, pour une hypothèse donnée, il peut exis-
ter dix manières différentes de réaliser un projet, avec un résultat
final qui peut être significativement différent, bien que répondant à
la demande initiale. Il est parfois difficile d’exprimer ses idées, tout
comme il peut l’être au prestataire de les comprendre. Dès lors qu’un
projet apporte son lot de spécificités, le cahier des charges devient
une absolue nécessité, pour favoriser les échanges et la compréhen-
sion et vous assurer au final un projet qui réponde bien à vos at-
tentes.

La rédaction d’un cahier des charges permets de :


• Vous immerger dans votre projet et vous interroger sur les moyens
d’atteindre vos objectifs. Faites vos propres recherches, affinez vos
idées, et mettez-les en forme dans un document.
• Exprimer vos attentes et besoins, dans un langage simple et com-
préhensible par tous. Cela permet à l’agence web ou vos collabora-
teurs de comprendre plus facilement vos souhaits, et d’analyser les
moyens d’y arriver, et les travaux qui en découlent.
• Présenter globalement votre projet : qui vous êtes, la société, vos
objectifs... Mieux vos interlocuteurs vous connaissent, mieux ils sau-
ront vous conseiller.
• Définir clairement le fonctionnement souhaité de votre site Inter-
net : considérations graphiques, nombre de pages, arborescence,
description des fonctionnalités, structure, informations affichées,
navigation, technologies, développement d’applications spécifiques,
contraintes techniques, attentes en terme de référencement, autres
prestations attendues...
• Fixer le périmètre de la prestation. Le cahier des charges peut faire
office de document contractuel afin de vous assurer que la presta-
tion fournie réponde correctement à votre demande.
• Exprimer votre besoin et la prestation attendue dans le cadre d’un
appel d’offre lancé auprès de plusieurs prestataires.

La rédaction d’un cahier des charges est un exercice utile, mais pas
toujours simple. Tout est question de mesure : un site de présenta-
tion en 5 pages ne requiert pas un cahier des charges très fourni.
Au contraire, un projet spécifique, novateur, voir complexe, pourra
demander plusieurs semaines de recherche et de travail pour le ré-
diger sérieusement. Dans tous les cas, après avoir rédigé la première
version de votre cahier des charges, demandez conseil et faites ap-
pel à l’expérience de votre prestataire pour vous aider à affiner votre
projet et à adapter votre cahier des charges.

14
étape 3 | Le cahier des charges
Nos conseils
• Prenez le temps de faire vos recherches, consulter les sites exis-
tants, il y a probablement des idées bonnes à prendre dans des pro-
jets similaires.
• Dans le cas d’un projet commercial, un bon cahier des charges va
avec une bonne étude de marché. Gardez en mémoire les moyens
d’atteindre vos objectifs et les fonctionnalités qui en découleront sur
le site.
• Ne cherchez pas à définir les moyens techniques de mise en œuvre
si vous n’en avez pas la connaissance. Utilisez des phrases simples
dans votre cahier des charges et laissez à votre prestataire le soin de
vous proposer les meilleurs choix techniques pour mettre en œuvre
vos idées. Si vos idées sont précises, exprimez-les. Au contraire, si
vos idées ne sont pas arrêtées, vous pouvez faire le choix de laisser
plus de marge à votre prestataire, qui pourra alors devenir force de
proposition. Dans ce cas, mettez dans le cahier des charges ce dont
vous êtes sûr.
• La principale erreur à éviter est celle de créer son site sans savoir
réellement ce que l’on souhaite en faire. Il est donc recommandé de
passer par une première phase d’étude et de maquettage du site
avant même sa réalisation technique, car il est plus important de bien
définir le projet en amont afin de réaliser un site qui correspond bien
aux objectifs fixés.

15
étape 4
L’agence web
étape 4 | L’agence web

Tout savoir sur l’agence web


Une agence web va vous apporter un regard expert, un savoir-faire
technique et une compétence en communication qui sont irrempla-
çables pour un site Internet professionnel.

La sélection sur Internet


Le site Internet de chaque agence est votre premier indicateur. At-
tention, vous ne cherchez pas l’agence qui se présente le mieux mais
celle qui fera votre site. Le discours de l’agence : au-delà des banali-
tés d’usage, traduit-il un positionnement proche de vos attentes ? La
présentation est-elle claire ? La navigation sur le site est-elle simple
et fluide ? Bref, vous sentez-vous bien sur ce site ? Les références de
l’agence web : connectez-vous sur les sites. À travers la diversité des
exemples, vous devez repérer une capacité à s’adapter à l’univers, à
la clientèle et aux besoins techniques des projets traités, aussi diffé-
rents soient-ils. Une ou plusieurs références dans un domaine proche
du votre retiendront bien sûr votre attention. Allez plus loin que le
graphisme, et plus loin que la page d’accueil : une grande quantité
d’information doit être bien structurée, dotée d’une navigation aisée ;
un site de e-commerce doit permettre un achat rapide, aisé et sécu-
risé ; les contenus riches (vidéo ou animation) doivent charger vite,
être diffusés de façon fluide.

Un premier contact
Téléphonez aux agences. L’accueil doit être convivial et profession-
nel. Quelqu’un doit s’intéresser à votre projet et poser de bonnes
questions. Quand c’est le cas, rencontrez cette agence. Retenez-en
trois, pas plus.

La présentation de l’agence
Dès les premiers instants, l’agence doit vous expliquer qui elle est,
quelles sont ses ressources et comment elle travaille, présenter ses
références, vous dire en quoi votre projet l’intéresse... Certains points
précis doivent être présents dans son discours : les technologies uti-
lisées et pourquoi ; l’interface de gestion du site recommandée ; la
capacité d’évolution de la solution envisagée ; l’action en faveur du ré-
férencement naturel (un point essentiel, oublié à ce stade par beau-
coup d’agences) ; les méthodes et outils de gestion de projet…

Le brief
À votre tour, donnez à l’agence tous les éléments pour qu’elle puisse
formuler sa proposition : l’entreprise, sa vocation, son positionne-
ment ; votre projet, son univers de référence, la concurrence, les ob-
jectifs, les atouts, les faiblesses… et une fourchette de budget. Com-
mentez, expliquez, décrivez, et restez disponible pour apporter des
précisions.

La présentation du projet par l’agence


L’agence vous présentera son projet en détail, conception, outils et
technologies, en concluant par la maquette. On doit y voir tous les
points importants. Pour du e-commerce, la présentation d’un par-
cours utilisateur est souhaitable. Pour tout projet, la démarche pour
faciliter le référencement sur les moteurs de recherche doit être
mentionnée. Les personnes chargées du futur projet répondront à
vos questions, elles présenteront l’ensemble du planning proposé et
17
étape 4 | L’agence web
les étapes de validation.

Le choix
Si vous avez suivi tout notre processus, vous avez trois propositions
de qualité ! Comparez chaque point des propositions, tant tech-
niques que graphiques. Soyez attentifs aux engagements de faisabi-
lité et de timing. Vérifiez que vous pensez pouvoir bien travailler avec
l’équipe qui vous sera dédiée. Des propositions difficiles à départa-
ger ? Ne vous fiez pas trop au devis pour trancher. Ces devis sont-ils
tous comparables ? Certains, plus chers, comprennent peut-être des
prestations que d’autres n’intègrent pas. Et le prix, certes essentiel,
ne fait pas tout. Pour un écart peu significatif, dommage d’éliminer
cette agence tant en phase avec vous ! À qualité apparemment égale,
c’est en fin de compte votre relation avec l’agence qui fera le succès
de votre projet.

Le coût d’un site Internet par une agence


Un point essentiel. Malheureusement, impossible de définir une
échelle de prix précise dans ces lignes. Les budgets sont définis selon
les coûts des différentes compétences, multipliées par le temps pas-
sé, auxquels s’ajoutent différents frais techniques. Des pages HTML
coûteront moins cher qu’un site en Flash. Un catalogue produit doté
de vidéos sera plus onéreux s’il permet l’achat en ligne… Au-delà de
la complexité de la solution mise en œuvre, c’est aussi la nature de
l’agence, son mode de fonctionnement, son positionnement, qui font
et expliquent les différences. S’il n’y a pas de « tarifs », il y a tout de
même des bases de budget que nous vous indiquons ci-dessous. At-
tention, il ne s’agit bien que d’indications moyennes HT. Un site de
présentation d’entreprise avec un catalogue produit : 8 à 12 000 eu-
ros ; le même avec process de vente en ligne : 10 à 15 000 euros ; site
de e-commerce : environ 17 000 euros ; site + campagne sérieuse de
référencement naturel et payant : à partir de 20 000 euros.

18
étape 5
Les solutions low cost
étape 5 | Les solutions low cost

Réaliser son site internet avec peu


de moyen, possible ?
Oui, c’est possible ! Mais alors comment faire ?

Les solutions low cost ont leur avantage : le prix. Elles peuvent vous
permettre d‘obtenir un résultat très correct et au style profession-
nel pour une somme plus que raisonnable voire quasi nulle. Elles
ont aussi leur inconvénient : un produit formaté. Il correspond à un
type précis : e-commerce, réseau social… Fonctionnalités, interface
d’administration et rubriquage sont dédiés à cette vocation. Ce n’est
donc pas forcément le produit qui s’adaptera le mieux à votre projet,
mais votre projet qui devra entrer dans un cadre. En fait, l’inconvé-
nient majeur est l’absence de conseils professionnels pour vous ai-
der : c’est comme ça qu’on fait du low cost ! Il est probable que vous
devrez tout de même vous aider de quelqu’un, un indépendant par
exemple. En utilisant des technologies open source, il parviendra, si
tout va bien et aussi avec du temps, à un résultat proche de ce que
vous souhaitiez. En somme, l’alternative est simple : avec une agence
web, de la compétence, du sur mesure et du service ; avec le low cost,
un budget extrêmement modeste et… très peu de soutien. À vous de
choisir ! Autre problématique du low cost, c’est le temps considérable
que vous allez passer à chercher, identifier, planifier... pour arriver à
la qualité de site que vous souhaitez enfin nous l’espérons.

Les Content Manager System (CMS)


Vous avez peut-être entendu parler de WordPress, Joomla, ou
d’autres solutions CMS. Celles-ci présentent l’avantage de vous per-
mettre de créer un joli site web à bas coût. En outre, vous pouvez
éditer vous-mêmes votre contenu via des formulaires, ce qui vous
permet de mettre à jour facilement et sans surcoût votre site web.
Cependant, la création, l’hébergement et la maintenance de votre
site nécessitent tout de même un certain niveau de connaissances
informatiques. Vous devez notamment souscrire à un hébergement
et savoir vous servir d’un client FTP pour placer vos fichiers sur la
toile. Concernant l’adaptabilité sur supports mobiles, certains thèmes
sont développés en « responsive design » (c’est à dire qu’il s’adapte
à la taille de l’écran) et sont donc consultables sur 100% des appa-
reils utilisés par votre audience. Autres avantages de ses solutions, il
existe une multitude d’outils, de thèmes, de fonctionnalités gratuites
pour développer votre site. L’inconvénient est qu’il faut les connaître
et passer du temps pour les trouver et les comprendre.

Les solutions « tout en un »


Ces solutions vous permettent de créer, de mettre à jour et d’hé-
berger votre site web sans disposer d’aucune compétence web en
interne. Elles misent tout sur la simplicité d’utilisation, de façon à per-
mettre à tout novice en informatique de disposer de sa vitrine sur in-
ternet. Des solutions comme Wix ou 1and1 ou SmooSite permettent
de construire un site web soi-même qui sera automatiquement hé-
bergé sur internet. Ces solutions proposent des gabarits (ou tem-
plates) déjà tout faits, il suffit tout simplement de choisir ce que vous
aimez et ce que vous préfèrez. C’est à la portée de tout le monde. En
général ces solutions proposent des forfaits mensuels adaptés aux
besoins. C’est une réelle changement ! Mais cela reste encore une
solution où il faut passer du temps ! Alors si le temps n’est pas un
20
problème, foncez !
étape 6
La boutique en ligne
étape 6 | La boutique en ligne

La création d’une boutique en ligne


n’a jamais été aussi facile !
3,025 milliards… C’est le nombre d’internautes à travers le monde,
au 1er janvier 2015. Au regard d’un tel phénomène, on comprend
pourquoi créer un business en ligne est devenu monnaie courante.
L’e-commerce a le vent en poupe, et de plus en plus d’entrepreneurs
lancent leur boutique virtuelle en ligne, tant les solutions pour y
parvenir facilement sont devenues légions.

Pourquoi créer sa boutique en ligne ?


En comparaison avec les étapes qu’il faut nécessairement franchir
pour lancer un magasin physique, la boutique en ligne semble éco-
nomique sur plusieurs plans. D’abord, les charges inhérentes à son
développement apparaissent moins coûteuses. Outre la création du
site en lui-même (qui peut d’ailleurs être gratuite si vous voulez dé-
velopper une solution rapidement), et les quelques frais d’héberge-
ment, vous n’aurez pas de frais à payer pour la location d’entrepôts
pour les stocks, ce qui n’est pas négligeable ! D’autre part, accessible
par tous et à tout moment, le site de vente en ligne s’administre faci-
lement. Enfin, en matière de communication, pas besoin de déployer
de grands dispositifs d’affichage onéreux. En affirmant la présence
de votre entreprise sur les réseaux sociaux, vous pourrez attirer de
nombreux clients sans dépenser beaucoup d’argent.

Comment créer sa boutique en ligne ?


Toute une panoplie de solutions simples d’accès s’offre aux entrepre-
neurs souhaitant mettre en place des sites de vente en ligne :

Créer sa boutique à l’aide d’un logiciel spécifique e-commerce : ceux


qui possèdent un minimum de connaissances techniques peuvent
s’aventurer dans l’achat de logiciels e-commerce. Ces solutions pré-
sentent un système fiable et de nombreuses fonctionnalités à exploi-
ter pour faire évoluer sa plateforme commerciale en ligne. Bien sou-
vent gratuites ou très peu chères dans leurs versions initiales, il s’agit
néanmoins de solutions qui engendrent des frais supplémentaires
de mise à jour, dès lors que vous désirez augmenter le nombre de
fonctionnalités.

En voici quelques exemples :


• Prestashop (https://www.prestashop.com/fr/)
• Shopify (https://fr.shopify.com)
• Wizishop (https://www.wizishop.fr/)

Créer sa boutique sur une plateforme CMS générique : pour les en-
trepreneurs de petite taille, une solution pour créer sa boutique en
ligne consiste à lancer un site web via une plateforme CMS globale.
L’avantage de ce type de solutions réside dans le fait qu’elles vous
fournissent généralement un espace ergonomique clé en main, op-
timisé pour le référencement et qui ne nécessite en général pas de
programmation supplémentaire. A travers des plateformes, les en-
trepreneurs peuvent créer eux-mêmes leurs sites en choisissant des
templates soigneusement développés par des experts du design.
Vous pourrez personnaliser votre espace afin qu’il corresponde en-
suite au mieux à votre domaine d’activité.
22
étape 6 | La boutique en ligne
En voici quelques exemples :
• WordPress (https://fr.wordpress.com/create/)
• Drupal (https://www.drupal.org/)
• Joomla (https://www.joomla.fr/)

Solliciter les services d’une agence web : une agence dispose d’une
équipe de professionnels du web pour réaliser de A à Z la création de
la boutique en ligne. Elle peut également assurer la visibilité de celle-
ci grâce aux services d’hébergement et de référencement.

Les principaux critères à prendre en compte avant de créer


son site vitrine
En fonction de vos besoins, de votre budget et de vos ressources en
interne, vous trouverez forcément une solution adaptée pour déve-
lopper votre vitrine sur internet. Quatre critères sont déterminants
pour vous aider à choisir cette solution.

1. Les ressources dont vous disposez en interne : vos collaborateurs


sont-ils capables de gérer l’hébergement d’un site internet ? Savent-
ils mettre à jour le contenu de votre site web et mettre en ligne les
modifications ?

2. Le prix : il existe des solutions permettant de créer des sites web


très aboutis visuellement et à bas coût.

3. La simplicité d’édition : votre site internet est la vitrine de votre


entreprise. Celle-ci est en perpétuelle mutation : lancement de nou-
veaux produits/services, mise à jour des fonctionnalités de vos pro-
duits, recrutements de nouveaux collaborateurs, nouvelles actualités
à mettre en avant… Par conséquent, votre site web doit être éditable
simplement, rapidement, et si possible sans coûts additionnels, de
façon à refléter l’image de votre activité actuelle, et non pas celle d’il
y a un ou deux ans.

4. L’universalité des supports : étant donné l’essor de l’internet sur


tablettes et mobiles (déjà près de la moitié des internautes naviguent
sur ces derniers), votre site internet a tout intérêt à être consultable
sur ces supports. Dans cette optique, deux possibilités prévalent : dé-
velopper un site ou une application spécifiquement dédiés aux mo-
biles en plus de votre site internet principal, ou développer ce dernier
en « responsive design », c’est-à-dire dont le design s’adapte à l’appa-
reil utilisé par l’internaute, de façon à permettre une navigation op-
timale sur tous les supports (ordinateur, tablette, Smartphone, TV…)

23
étape 7
Le blog
étape 7 | Le blog

Créer son blog, c’est facile


Aujourd’hui, tout le monde est naturellement amené à consulter des
blogs. Le blog est souvent le premier pas vers la création d’un site
internet car créer un blog s’avère être un jeu d’enfant et un entre-
preneur peut tirer de nombreux bénéfices.

Quel intérêt présente un blog ?


L’intérêt d’un blog est de pouvoir insérer des informations en ligne
sous la forme d’un journal, de permettre aux lecteurs de réagir aux
articles publiés, de fédérer une communauté qui sera fort utile à
votre notoriété.

Quelles compétences pour créer un blog ?


Détrompez-vous la création d’un blog ne demande pas de compé-
tences en informatique. Grâce à un outil en ligne, vous deviendrez
l’artisan-créateur de votre blog. Il vous suffira de trouver un héber-
geur de blogs, d’y créer un compte et de publier le contenu. Vous
pouvez gérer la mise en page du contenu, dans laquelle vous pourrez
publier des actualités, des liens vers d’autres blogs ou sites web, des
photos. Sur un blog, les articles ou billets les plus récents sont affi-
chés en haut de page.

Comment choisir un hébergeur ?


Le choix d’un hébergeur dépend du coût car certains hébergeurs
sont gratuits, des fonctionnalités offertes et de l’interface. Pour ouvrir
un compte sur l’hébergeur de blog, il vous suffira de remplir un for-
mulaire d’inscription. Rien de plus simple !

Comment publier son blog ?


La publication d’un blog se fait tout simplement à l’aide de formu-
laires. Un simple clic suffit pour poster une note, un commentaire, une
image, une photo, une vidéo. Toutefois, afin que votre blog puisse être
lu sans difficulté, vous devrez activer l’option « Syndication de conte-
nu » ou « Fil RSS » afin de générer automatiquement un fichier utili-
sable par les autres blogueurs pour publier vos notes sur leur blog !

Comment choisir le moteur de blog ?


Il existe de très nombreux moteurs de blogs sur la toile. Le plus effi-
cace, c’est de les consulter. Vous pourrez les tester en visiteur ou en
administrateur. Il ne vous restera plus qu’à faire votre choix.

Comment choisir son nom de blog ?


Ce n’est guère le plus facile : alors faites du brainstorming avec vos
amis mais si vous voulez générer du trafic, choisissez un nom de blog
qui commence par une des premières lettres de l’alphabet. Vous se-
rez ainsi toujours en haut des blogrolls car ils sont par défaut par
ordre alphabétique, sinon, insérez une étoile devant le nom de votre
blog. N’hésitez pas à relier votre blog à vos réseaux sociaux comme
Facebook, Google+ ou Twitter afin de permettre aux lecteurs de votre
blog de vous contacter facilement.

Voici quelques exemples de site pour créer votre blog gratuitement :


• Wix (http://fr.wix.com/)
• Webnode (http://www.webnode.fr/)
• Jimdo (http://fr.jimdo.com/)
25
• OverBlog (https://connect.over-blog.com/fr/signup)
• Unblog (http://creerunblog.fr/)
étape 8
Le site mobile
étape 8 | Le site mobile

Le site mobile, une obligation ?


Le Mobile Friendly ou site mobile, nouveau critère de référencement
de Google, est officiellement instauré depuis le 21 avril 2015. Com-
ment s’assurer que votre site web est Mobile Friendly ? Quel est le
réel impact favorable pour votre site ?

Indispensable aux sites web, la compatibilité mobile doit répondre


à des critères précis. Mentionnés dans les SERP (résultats de re-
cherche), les sites mobile friendly ont pour but d’offrir une meilleure
expérience aux utilisateurs du web sur mobile (téléphone ou tablette).
Critère de référencement parmi tant d’autres, il est devenu indispen-
sable pour acquérir une audience via les moteurs de recherche, sans
oublier que les visites sur mobile représentent une part de plus en
plus conséquentes.

Le Mobile Friendly : quels critères ?


L’annonce paraissait en fin 2014 et le nouveau critère « Mobile Frien-
dly » allait être mis en place par Google dès le 21 avril 2015. Pour ce
faire, il doit correspondre à différents points stratégiques à commen-
cer par la mention « Site Mobile » dans les résultats de recherche.
Afin de vous venir en aide, Google propose même un service de véri-
fication pour la compatibilité mobile. Pour qu’un site web soit Mobile
Friendly, il doit répondre à des critères précis qui sont :
• Une lisibilité parfaite du texte, sans nécessiter de zoom ou de scroll
(déplacement de droite à gauche) de la part de l’utilisateur
• Une visibilité irréprochable du contenu par les visiteurs (sans zoom)
• Un logiciel compatible installé (non comme Flash qui est déconseillé)
• Des call to action (boutons cliquables) suffisamment espacés
• Une page adaptée automatiquement à la taille de l’écran du mobile
Pour s’assurer du respect de tous les critères Mobile Friendly, Google
met à disposition des pages d’aide dédiées aux webmasters. Il ex-
plique en détails la marche à suivre afin de conformer son site web.

Pourquoi opter pour la compatibilité mobile de son site web ?


Nouveau critère de référencement, le Mobile Friendly a bien d’autres
intérêts pour un site web. Bien évidemment, il joue un rôle dans le
positionnement d’un site dans les SERP. Google étant le moteur de
recherche par excellence, les sites web ont tout intérêt à devenir
compatibles sur mobile. L’avancée des technologies mobiles influe
sur le nombre d’utilisateurs. En France, un internaute passe environ
une heure par jour sur son Smartphone à consulter des sites web et
il reste avisé de prendre en compte cette manne potentielle d’ache-
teurs tant en simplifiant le processus d’achat pour un utilisateur via
un téléphone. L’intérêt du Mobile Friendly demeure ici d’attirer plus
de visiteurs, de générer du trafic et donc des actions (achat, devis,
contact,...).

27
étape 9
Les obligations
étape 9 | Les obligations

Les obligations légales pour un site


internet
L’exploitation d’un site internet dans le cadre d’une activité profes-
sionnelle implique pour son éditeur le respect d’un certain nombre
d’obligations légales qu’il est indispensable pour lui de vérifier avant
le lancement du site.

Même si les obligations varient en fonction du statut ou de l’activi-


té de l’éditeur d’un site Internet, il existe des règles communes, les
unes étant spécifiques à Internet, les autres relevant d’un régime plus
général. Ces règles s’appliquent également aux blogs édités à titre
professionnel.

En premier lieu, la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’éco-


nomie numérique ou LCEN impose que le site mette à disposition du
public dans un standard ouvert (sous une rubrique souvent appe-
lée « mentions légales ») les informations permettant l’identification
de son éditeur. Il s’agit de la dénomination ou raison sociale (nom
et prénoms pour une personne physique), du siège social (domicile
pour une personne physique) et du numéro de téléphone. À cela
s’ajoutent, quand il y a lieu, le numéro d’inscription au registre du
commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers, et le capital
social. Doivent également être donnés la dénomination sociale, le do-
micile et le numéro de téléphone de l’hébergeur. Du fait que le site
constitue un service de communication au public, il doit aussi mettre
à disposition du public le nom du directeur de la publication, lequel
sera l’éditeur lui-même ou le représentant légal de l’éditeur personne
morale. La méconnaissance de ces obligations de mention est sanc-
tionnée pénalement, la peine pouvant aller jusqu’à 75 000 € et un an
d’emprisonnement.

En ce qui concerne les sites de commerce électronique, la LCEN im-


pose la mise à disposition d’un certain nombre d’informations sup-
plémentaires (notamment : adresse de courrier électronique, numé-
ro de TVA intracommunautaire, nom et adresse de l’autorité ayant
délivré l’autorisation pour les activités soumises à autorisation, infor-
mations sur le prix et ses accessoires).

Si le site permet la collecte de données à caractère personnel, il doit


faire l’objet d’une déclaration CNIL, comme pour tout système de
traitement automatisé de données personnelles. Rappelons qu’est
considérée comme étant une donnée personnelle toute information
permettant l’identification, directement ou indirectement, d’une per-
sonne. Ainsi, le fait de proposer à l’internaute de remplir un formu-
laire afin qu’il donne des informations le concernant, ou même de lui
permettre d’écrire à un contact sur le site, implique de déclarer le site.
L’éditeur doit en outre fournir un certain nombre d’informations à la
personne dont les données sont collectées (notamment modalités
d’exercice du droit d’accéder aux données, de les modifier ou les sup-
primer ; destinataires des informations collectées). Si l’éditeur veut
mettre en place des procédés non visibles de collecte de données,
du type « cookies », il doit en informer l’internaute et lui permettre
de donner son accord exprès. On soulignera que les infractions en
la matière peuvent donner lieu à une sanction pécuniaire prononcée
par la CNIL allant jusqu’à 300 000 €, et sont sanctionnées pénalement
29
étape 9 | Les obligations
de cinq ans d’emprisonnement. Pour connaître l’ensemble des obli-
gations liées aux données personnelles au moment de la création du
site.

Par ailleurs, les sites de commerce électronique devront prendre soin


de se conformer aux règles régissant la vente à distance, notamment
celles relatives au pratiques commerciales trompeuses, ou encore
celles prescrivant la mise à disposition des conditions générales de
vente.

Enfin, si un site contient un espace de discussion, l’éditeur est res-


ponsable des propos qui y sont tenus, lesquels peuvent être sources
d’infractions (diffamation, imitation à la haine raciale, etc.). Il est donc
de son intérêt de mettre en place un contrôle effectif des messages
(par exemple le contrôle par un modérateur avant toute diffusion),
ou encore de demander clairement aux participants qu’ils s’abstien-
nent d’émettre tout contenu prohibé.

On le voit, il est indispensable de bien identifier les différents aspects


de l’activité du site pour cerner les obligations légales qui pèsent sur
l’éditeur.

La propriété intellectuelle
Concernant la propriété intellectuelle, rappelons qu’un site Internet
permet la diffusion en ligne au public de divers contenus (textes,
images, sons) qui sont en principe protégés, notamment par le droit
d’auteur. C’est le cas de la présentation visuelle même du site. Le
réflexe est donc de vérifier que l’on a obtenu l’autorisation pour une
telle diffusion, venant de l’auteur ou d’un ayant droit. Lorsqu’on fait
appel à un prestataire pour la création du site, s’il n’est pas lui-même
le propriétaire des droits sur les créations qu’il fournit, il convient
d’obtenir contractuellement la garantie que leur utilisation sur le
site n’enfreint aucun droit de propriété intellectuelle. En cas d’infrac-
tion, la pratique montre que les titulaires de droits n’hésitent pas à
agir pour obtenir la cessation des actes illicites et des dommages et
intérêts, sans compter la possibilité de sanctions pénales liées à la
contrefaçon.

30
Vous êtes complètement
perdu(e) et vous ne savez
pas par quoi commencer
ou vous avez besoin que
l’on vous accompagne
dans votre projet ?

Nous vous ferons


gagner du temps et de
l’argent !

Contactez nous sur :


formation@dynamique-mag.com
www.dynamique-mag.com