Vous êtes sur la page 1sur 96

Etude d’impact Environnementale au Maroc

Lotfi Chraïbi
Widad FETHALLAH
Fethallah@ensat.ac.ma

1
Introduction

Activité

Nuisances Emissions Gestion des


Energie Déchets solides Déchets liquides
sensorielles atmosphériques ressources
Systèmes de Management
Environnemental

Environnementale
Etude d’impact
Impact

Air Sol Eau


2
Historique….
Au niveau international :

1977: La Commission Européenne a produit un draft de la Directive de l’ÉIE et a publié le projet en 1980.

1985: Adoption de la Directive 85/337/EEC sur l’ ÉIE (le délai de mise en œuvre par les États membres a été fixé pour
le 3 juillet 1988).

1997 et 2003: Amendements de cette Directive: (Directive 97/11/EC) apportant des précisions notamment sur les
différentes incidences sur l’environnement (directes et indirectes) et Directive 2003/35/EC qui a inclut la participation
du public.

Des années 90 à nos jours: la plupart des pays ont mis en place des lois relatives aux EIE.

Au niveau national:

Entre 1994 et 2003 : EIE réalisées d’une manière volontaire

Entre 2003 et 2008 : Loi n°12-03 relative aux EIE, devenue la référence législative d’application du principe de l’étude
d’impact. Une procédure d’examen des EIE s’est installée au niveau national.
3
Pourquoi et Qu’est ce qu’une EIE?

Question initiale:
«Compte tenu de ses impacts négatifs sur l’environnement, des possibilités d’atténuer ces
derniers et des bénéfices sociaux qui lui sont associés, la réalisation du projet proposé est-
elle acceptable ?»

Définition:

ÉIE :Etude préalable permettant d’évaluer les effets directs ou indirects pouvant atteindre
l’environnement à court, moyen et long terme suite à la réalisation de projets économiques et de
développement et à la mise en place des infrastructures de base et de déterminer des mesures pour
supprimer, atténuer ou compenser les impacts négatifs et d’améliorer les effets positifs du projet sur
l’environnement .
Loi n°12-03

4
Pourquoi et Qu’est ce qu’une EIE?

Techniquement
Une procédure qui permet d’examiner les conséquences, tant bénéfiques que néfastes, qu’un projet ou
programme de développement envisagé aura sur l’environnement et de s’assurer que ces conséquences sont
dûment prises en compte dans la conception, la réalisation et l’exploitation du projet ou programme;

Légalement
l’étude d’impact sur l’environnement est un document exigé en vue de l’obtention de l’autorisation
administrative pour la réalisation d’un projet assujetti.

5
Quand ?

Suffisamment en Amont pour l’optimisation du projet et l’internalisation des coûts environnementaux dès
les premiers stades de planification du projet.

6
Pourquoi ?

 Intégrer la dimension environnementale dès la conception du projet ;

Éviter les graves conséquences de dégâts irréversibles, constituant une


perte définitive,

 Éclairer les différents intervenants concernés par le projet.

 Économiser le coût exorbitant de réparation des dommages causés à


l’environnement ou au tiers,

 Préserver le cadre de vie et l’état de santé de la population.

7
Pourquoi ?

Pour l’administration:
Un outil d’aide à une prise de décision éclairée .

Pour le maître d’ouvrage du projet:


Permet une meilleure intégration du projet dans son environnement.

Pour le public:
Favorise l’information et la consultation de la population préalablement à la prise de décision
d’autorisation d’un projet.

8
Procédure : Etapes, Acteurs et Rôles

9
Démarche de l’ÉIE

Séquence des activités :

Description du cadre juridique et institutionnel

Description du projet

Description du milieu récepteur

Comparaison des variantes

Identification et évaluation des impacts

Identification des mesures d’accompagnement

10
Description du cadre juridique et institutionnel

11
Description du cadre juridique et institutionnel

La loi 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement

La loi 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de l’environnement

Loi 10-95 sur l’eau

Loi 13-03 relative à la lutte contre la pollution de l’air

Loi n°28-00 relative à la gestion des déchets solides et à leur élimination

Loi 12-90 relative à l’urbanisme.

12
Description du projet

13
Élaboration et Comparaison des variantes

Identification de la variante, scénario ou alternative préférable du point de vue environnemental sur la base
des éléments d’inventaire, de leur classement, des composantes du projet et de ses différentes phases.
Comparaison des avantages et des inconvénients des différentes variantes sur les plans technique,
économique et bien sûr environnemental.

Plusieurs méthodes de comparaison qui combinent la rigueur scientifique à la pertinence des experts sont
disponibles:

Analyses coûts –avantages


Analyse multicritère ...etc.

14
Description du milieu : Délimitation de la zone d’étude

Délimitation de la zone d’étude (limites naturelles et administratives)

Couverture de toute la zone d’influence

Distinguer si cela se justifie: zone d’étude principale et zone d’étude secondaire en fonction des composantes du
projet et des impacts anticipés

15
Description du milieu: composantes

Procéder à l’identification et des éléments du milieu susceptibles d’être touchés par le projet (documentation,
expériences professionnelles, nouvelles données, opinions d’experts, etc.)

Avoir une situation initiale à une échelle adaptée

Avoir une liste des éléments d’inventaire

Finaliser les données par des visites sur le terrain

16
Description du milieu: composantes

17
Description du milieu: composantes

Cartographie
des éléments
d’inventaire

18
Identification et évaluation des impacts

Notion d’impact

Terme «impropre», initialement «participe passé de impigue: (heurté)


Terme évoluant vers le synonyme «effet»

Ambiguïté entre impact et effet «La définition de OCDE (1992) de l’EI considère les aspects
suivants:

Les effets sur la santé et le bien-être des populations, les milieux de l’environnement, les écosystèmes
(flore et faune incluses», l’agriculture et les bâtiments (considérés comme des éléments à protéger);

Les effets sur le climat et l’atmosphère;

L’utilisation des ressources naturelles

Le recyclage et l’élimination des résidus et des déchets

Les aspects connexes tels que la réinstallation des populations, les sites archéologiques, le paysage,
les monuments, ainsi que les incidences sociales et les effets en amont, en aval et transfrontières»
19
Identification et évaluation des impacts

20
Identification et évaluation des impacts

21
Schéma de principe de la conduite d’une étude d’impact

22
Législation environnementale adoptée au Maroc en juin 2003 :

 Loi n° 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de l’environnement.

 Loi n° 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement.

 Loi n° 13-03 relative à la lutte contre la pollution de l'air.

23
Législation environnementale adoptée au Maroc en juin 2003 :

L’EIE dans la loi relative à la protection et la mise en valeur de l’environnement

 Les articles 10, 49 et 50 de la loi PMVE conditionnent l’obtention de l’autorisation de


réalisation des projets « installations classées » ou susceptibles de générer des incidences
environnementales négatives à l’assujettissement desdits projets à la procédure d’étude
d’impact.
(Chapitre II Section III;Art. 10)
(Chapitre V Art. 49;50)

24
Principaux articles de loi n°12-03

 Définitions; (art. 1) ;

 Projets soumis à l’EIE; (art. 2) ;

 Objectifs et contenu de l’EIE; (art. 5) ;

 Éléments que l’EIE doit comporter; (art. 6) ;

 Commission Nationale et Commissions Régionales de l’EIE; (art. 8) ;

 Enquête publique dans la procédure de l’EIE; (art. 9) ;

 Frais de l'enquête publique et de la réalisation de l'étude d'impact;


(art. 12;13) ;
 Infractions et droit d'ester en justice (art.14-18);

25
Etude d’impact Environnementale :loi n°12-03

Définition de l’EIE :

Étude préalable permettant d'évaluer les effets directs ou indirects pouvant atteindre l'environnement à
court, moyen et long terme suite à la réalisation de projets économiques et de développement et à la mise en
place des infrastructures de base et de déterminer des mesures pour supprimer, atténuer ou compenser les
impacts négatifs et d'améliorer les effets positifs du projet sur l'environnement.
(chapitre Premier; art. 1)

Projet assujettis :

Tous les projets mentionnés dans la liste annexée à la présente loi, entrepris par toute personne physique ou
morale, privée ou publique, qui en raison de leur nature, de leur dimension ou de leur lieu d'implantation
risquent de produire des impacts négatifs sur le milieu biophysique et humain, font l'objet d'une étude
d'impact sur l'environnement.
(chapitre Premier; art. 2)

26
Etude d’impact Environnementale :loi n°12-03

1 - Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux classés en première catégorie.


2 - Projets d'infrastructures
- Construction de routes (routes nationales et autoroutes); Voies ferrées; Aéroports; Aménagement de zones urbaines; Aménagement de zones
industrielles; Ports de commerce et ports de plaisance; Barrages ou toutes autres installations destinées à retenir et à stocker les eaux d'une manière
permanente; Complexes touristiques, notamment ceux situés au littoral, à la montagne et en milieu rural; Installations de stockage ou d'élimination de
déchets quel que soit leur nature et la méthode de leur élimination; Stations d'épuration des eaux usées et ouvrages annexes; Emissaires d'évacuation
marin; Transport de matières dangereuses ou toxiques.
3 - Projets industriels
3.1 - Industrie extractive :
-Mines; Carrières de sable et gravier; Cimenteries; Industrie de plâtre; Transformation du liège.

3.2 - Industrie de l'énergie :


-Installations destinées au stockage du gaz et tous produits inflammables; Raffineries de pétrole; Grands travaux de transfert d'énergie; Centrales
thermiques et autres installations à combustion de puissance calorifique d'au moins 300 MW; Centrales nucléaires; Centrales hydroélectriques.

3.3 - Industrie chimique :


- Installations de fabrication de produits chimiques, de pesticides, de produits pharmaceutiques, de peintures de vernis, d'élastomères et peroxydes;
Lancement de nouveaux produits chimiques sur le marché; Extraction, traitement et transformation d'amiante.

27
Etude d’impact Environnementale :loi n°12-03

3.4 - Traitement des métaux :


- Usines sidérurgiques; Traitement de surface et revêtement des métaux;; Chaudronnerie et appareils métalliques.

3.5 - Industrie des produits alimentaires :


- Conserverie de produits animal et végétal; Fabrication de produits laitiers; Brasserie; Fabrication de confiseries et de boissons; Usines de farine de
poisson et d'huile de poisson; Féculerie industrielle; Sucreries et transformation de mélasses; Minoteries et semouleries; Huileries.

3.6 - Industrie textile, du cuir, du bois, du papier, de carton et de poterie :


- Fabrication de pâte à papier, de papier et de carton; Tanneries et mégisserie; Production et traitement de cellulose; Teinturerie de fibres; Fabrication
de panneaux de fibres, de particules et de contre-plaqués; Industrie de textile et teintureries; Poterie.

3.7 - Industrie de caoutchouc :


- Fabrication et traitement de produits à base d'élastomères.

4 - Agriculture
- Projets de remembrement rural; Projets de reboisement d'une superficie supérieur à 100 hectares; Projets d'affectation de terre inculte ou d'étendue
semi-naturelle à l'exploitation agricole intensive.

5 - Projets d'aquaculture et de pisciculture

28
Etude d’impact Environnementale :loi n°12-03

L'étude d'impact sur l'environnement comporte :


1-une description globale de l'état initial du site et de son environnement susceptible d'être affecté par le
projet;

2-une description des principales composantes du projet,

3-une présentation du cadre juridique et institutionnel afférent au projet et au site de son implantation;

4-une évaluation des impacts positifs et négatifs du projet;

5-les mesures envisagées par le pétitionnaire pour supprimer, réduire ou compenser les conséquences
dommageables du projet sur l'environnement;
6- le programme de surveillance et de suivi du projet (comprend également les dispositions en matière de
formation, de communication et de gestion);
7- une note de synthèse récapitulant le contenu et les conclusions de l'étude;
8- un résumé simplifié des informations et des principales données contenues dans l'étude destinée au public.
29
Etude d’impact Environnementale :loi n°12-03

Comité National et Comités Régionaux d‘EIE

Il est institué, auprès de l'autorité gouvernementale chargée de l'environnement, un comité


national et des comités régionaux d'études d'impact sur l'environnement. Ces comités ont pour
mission d'examiner les études d'impact sur l'environnement et de donner leur avis sur
l'acceptabilité environnementale des projets.
Les formalités de création du comité national et des comités régionaux, les modalités de
fonctionnement et les attributions desdits comités sont fixées par voie réglementaire.
(chapitre III; art. 8)

30
Etude d’impact Environnementale :loi n°12-03

Enquête publique:

Chaque projet soumis à l'étude d'impact sur l'environnement donne lieu à une enquête publique. Cette
enquête a pour objet de permettre à la population concernée de prendre connaissance des impacts
éventuels du projet sur l'environnement et de recueillir leurs observations et propositions y
afférentes. Ces observations et propositions sont prises en considération lors de l'examen de l'étude
d'impact sur l'environnement.
Sont dispensés de l'enquête publique visée au premier alinéa de cet article, les projets qui font l'objet
d'une enquête publique prévue par d'autres textes législatifs et réglementaires, à condition de
mettre à la disposition du public l'étude d'impact sur l'environnement lors du déroulement de cette
enquête. Les conditions de déroulement de cette enquête publique sont fixées par voie
réglementaire.
(chapitre III; art. 9)

31
Activité 1: A la découverte de
la loi 12-03

32
Etude d’impact Environnementale :loi n°12-03

L'examen de l'étude d'impact porte sur:

la conformité de l'étude aux termes de référence;


la fiabilité des données de base ;
la validité des méthodes scientifiques utilisées ;
les impacts du projet sur l'environnement ;
les mesures d'atténuation ;
le programme de surveillance, d’autocontrôle et de suivi ;
les conclusions de l’enquête publique.

33
Etude d’impact Environnementale :loi n°12-03
Assurer
Par que du
le Ministère le tutelle
projeten sera
se
conforme
basant auxdirectives
sur les lois en vigueur
élaboréeet
Demande d’autorisation ou d’approbation pour
la réalisation d’un projet aux normes pour
par l'autorité la protection
gouvernementale
de l’environnement.
chargée de l’environnement et
Par l'autorité Dépôt de l’avis de projet
approuvée par le CNEI.
gouvernementale
chargée de Aucune évaluation requise
Projet assujetti à l’EIE NON
l’environnement qui
Auprès
examine de l’autorité sa
gouvernementale
recevabilité à la OUI
chargée
lumière des du termes
secteur Mise en œuvre du projet
d’activité concerné
référenceset
liste d’assujettissement
de
l’autorité
Annexéepar
délivrés à la loile
Préparation des termes
gouvernementale de références
Ministère12-03
du tutelle.
chargée de
l’environnement. Réalisation de l’EIE

Complément d’étude
NON
Étude de recevabilité

OUI Activité par Pétitionnaire


Activité par l’Administration
34
Obtention d’un récépissé
Auprès de l’autorité
de Auprès
recevabilité
du pour
chargée de
entamer la procédure
Ministère du de
l’environnement OUI Projets qui font l'objet d'une enquête
l’enquête
tutellepublique publique prévue par d'autres textes
législatifs et réglementaires
Dépôt de l’EIE Enquête Public
Projets qui ne font pas l'objet d'une
enquête publique prévue par d'autres
textes législatifs et réglementaires

Examen de l’EIE
Complément Selon importance du projet
d’étude
Décision du CNEI/CREI Questionnaire Consultation Registre
publique
OUI

Rapport de la commission
Non Décision de l’autorité
Acceptable chargée de l’environnement

20 jours
Acceptable
Activité par Pétitionnaire
Activité par l’Administration

Mise en œuvre du projet Surveillance et Suivi

35
Etude d’impact Environnementale :loi n°12-03

Elaboration d’un Référentiel des EIE :


 Un guide méthodologique général pour l’évaluation
des EIE.
 3 manuels des procédures.

 Elaboration d’un programme


de surveillance et de suivi –type
(cahier des charges)

Elaboration de 3 Directives
pour les EIE des projets
d’assainissement, de décharges
contrôlées et de carrières
36
Démarche d’élaboration de l’étude d’impact

37
La loi n°12-03: Textes d’application

A la découverte du
DECRET n°2-04-563 RELATIF AUX ATTRIBUTIONS ET AU
FONCTIONNEMENT DU COMITE NATIONAL ET DES COMITES REGIONAUX
DES ETUDES D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT

-Rôles
- Composition
- Compétences

En application de l’article 9 de la loi n°12-03

38
Comité national des études d’impact sur l’environnement (CNEIE)

Attributions

• Examiner et instruire les dossiers d’EIE qui lui sont confiés ;

• Donner son avis sur l’acceptabilité environnementale desdits projets ;

• Participer à l’élaboration des directives préparées par l’autorité


gouvernementale chargée de l’environnement afférentes aux
études d’impact sur l’environnement ;

• Soutenir et conseiller les comités régionaux des EIE dans l’exercice de


leurs attributions.

39
Compétence du CNEIE

Est de la compétence du comité national, l’examen des études d’impact sur


l’environnement des projets entrant dans les catégories suivantes:

• Projets dont le seuil d’investissement est supérieur à 200.000.000 Dhs ;

• Projets dont la réalisation concerne plus d’une région du Royaume, quel


que soit le montant de l’investissement ;

• Projets transfrontaliers, quel que soit le montant de l’investissement

40
Fonctionnement du CNEIE

• Le président fixe la date et l’ordre du jour des réunions du CNEIE

• Le président transmet l’EIE aux membres du comité pour examen 10 jours au moins
avant la date prévue pour sa réunion.

• Le comité national ne peut valablement délibérer que si la moitié de ses membres


permanents sont présents. Toutefois, si le comité ne peut délibérer pour non-respect
du quorum, le président convoque à nouveau, les membres du comité, dans un délai ne
dépassant pas trois (3) jours ouvrables. Le comité peut alors se réunir et délibérer
valablement quel que soit le nombre des membres présents.

• Les avis du comité national sont pris par consensus des membres présents.

• En l’absence de consensus, les avis sont pris à la majorité des voix. En cas de partage
égal des voix, celle du président est prépondérante.
41
Fonctionnement du CNEIE

• Le CNEIE est tenu de donner son avis dans un délai ne dépassant pas vingt (20) jours
ouvrables à compter de la date de réception, par le secrétariat du comité national, des
conclusions de l'enquête publique

• Le président du CNEIE transmet immédiatement l’avis dudit comité à l’autorité


gouvernementale chargée de l’environnement qui délivre, en conformité avec l’avis
donné, la décision d’acceptabilité environnementale au pétitionnaire dans un délai de
dix (10) jours à compter de la réception de l’avis du comité national

42
Comités régionaux des études d’impact sur l’environnement (CREIE)

Attributions

CREIE créés, dans chaque région du royaume, et chargés :

• d’examiner les EIE relatives aux projets dont le seuil d’investissement est inférieur ou
égal à 200.000.000 dhs ;

• de donner son avis sur l’acceptabilité environnementale des projets qui lui sont
soumis.

43
Fonctionnement du CREIE

• Le président fixe la date et l’ordre du jour des réunions du CREIE

• Le président du CREIE transmet l’EIE aux membres dudit comité pour examen dix
jours (10) ouvrables au moins avant la date prévue pour sa réunion.

• Le CREIE ne peut valablement délibérer que si la moitié de ses membres permanents


sont présents. Toutefois, si le comité ne peut délibérer pour non-respect du quorum, le
président convoque à nouveau, les membres du comité, dans un délai ne dépassant pas
trois (3) jours ouvrables. Il pourra alors se réunir et délibérer valablement quel que
soit le nombre des membres présents.

• Les avis du CREIE sont pris par consensus. En l’absence d’un consensus, les avis sont
pris à la majorité des voix. En cas de partage des voix, celle du président est
prépondérante.

44
Fonctionnement du CREIE
• Le CREIE est tenu de donner son avis dans un délai de 20 jours ouvrables à compter
de la date de réception, par le secrétariat du comité, des conclusions de l‘enquête
publique.

• Le président du CREIE transmet immédiatement l’avis dudit comité à l’AG chargée


de l’environnement qui délivre, en conformité avec l’avis donné, la décision
d’acceptabilité environnementale au pétitionnaire dans un délai de 10 jours
ouvrables à compter de la réception de l’avis du comité.

• Le CREIE peut inviter le pétitionnaire à compléter les informations nécessaires à


l'examen de l'étude d’impact sur l’environnement notamment celles ayant trait au
projet, au milieu récepteur et/ou au programme de surveillance et de suivi des
activités génératrices d’impact et les mesures destinées à supprimer ou à limiter les
effets négatifs.

• Dans ce cas, il est mis fin au délai de 20 jours et un nouveau délai de 20 jours
ouvrables commence à courir à partir de la date de réception des informations
demandées.
45
Dispositions communes

• Le CNEIE peut confier, l’examen de toute EIE portant sur des projets entrant dans
ses compétences au CREIE du lieu où le projet doit être implanté, s’il estime que les
conditions de son évaluation, au niveau central, ne sont pas réunies.

• Le CREIE peut aussi transmettre pour examen, au CNEIE, une EIE portant sur des
projets entrant dans ses compétences s’il estime que les conditions de son
évaluation, au niveau régional, ne sont pas réunies.

46
CNEIE/CREIE

47
La loi n°12-03: Textes d’application

A la découverte du

DECRET N°2-04-564 FIXANT LES MODALITES D'ORGANISATION ET DE


DEROULEMENT DE L'ENQUETE PUBLIQUE RELATIVE AUX PROJETS SOUMIS
AUX ETUDES D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT

48
Procédure d’EP
Dépôt demande EP au secrétariat
représentée par l’AG chargée de
l’environnement à l’échelle régionale

- Une fiche descriptive du projet


-Un résumé clair pour le public saisi du Gouverneur de la
-Un plan de situation désignant préfecture ou de la province
les limites de la zone
d'impact prévisible du projet
un délai ne dépassant
pas 10 jours de la date de
réception de la demande

Information du pétitionnaire
Arrêté du gouverneur pour ouvrir de l’EP
de la date d’ouverture de l’EP

21/05/2018 49
49
Procédure d’EP

• La conduite de l’EP est confiée à une commission présidée par l’autorité administrative
locale du lieu d'implantation du projet. Elle est composée :

- du ou des président (s) de la commune ou des communes concernées ou de son


représentant;
- du représentant régional de l’AG chargée de l’environnement ou de la personne désignée
par lui à cet effet;
- du représentant de ou des AG chargée(s) du secteur concerné par le projet au niveau
national ou régional selon le cas.

• Le président de la commission peut inviter à ses travaux, toute personne ou entité


publique ou privée pouvant aider la commission dans sa tâche.

• Les coûts de ces expertises sont à la charge du pétitionnaire

50
Arrêté de l’EP

L’arrêté d’ouverture de l’EP précise notamment :

• la nature du projet, sa consistance et sa localisation ;


• la population concernée par l’enquête dans la limite de la zone d'impact du projet
soumis à l‘EIE ;
• les dates d’ouverture et de clôture de l’EP ;
• le lieu ou les lieux de consultation du dossier d‘EP ainsi que du ou des registre(s)
destiné(s) à recueillir les observations et propositions du public;
• les noms et qualités du président et des membres de la commission chargée de la
conduite de l’EP.

51
Procédure de l’EP

• L’arrêté d’ouverture de l’EP est porté à la connaissance du public, 15 jours au moins


avant la date d'ouverture de celle-ci, par sa publication dans deux journaux
quotidiens au moins autorisés à recevoir les annonces légales, et son affichage dans
les locaux de la ou des communes concernées.

• Cet affichage est maintenu pendant toute la durée de l’EP.

• La commission peut recourir à tout autre moyen de communication adéquat, y


compris audio-visuel, permettant d'informer suffisamment la population concernée
de l'objet de l‘EP.

52
Procédure de l’EP

• L’arrêté d’ouverture de l’EP est porté à la connaissance du public, 5 jours au moins


avant la date d'ouverture de celle-ci, par sa publication dans deux journaux
quotidiens au moins autorisés à recevoir les annonces légales, et son affichage dans
les locaux de la ou des communes concernées.

• Cet affichage est maintenu pendant toute la durée de l’EP.

• La commission peut recourir à tout autre moyen de communication adéquat, y


compris audio-visuel, permettant d'informer suffisamment la population concernée
de l'objet de l‘EP.

53
Procédure EP

• Pendant la durée de l’EP, la commission prend toutes les dispositions nécessaires


permettant à la population concernée de consulter le dossier de l‘EP, au siège de la ou
des communes concernées.

• Elle met également à la disposition du public un registre dont les pages sont cotées,
cachetées et paraphées par le président de la commission en vue d'y consigner les
observations et les suggestions relatives au projet.
• La durée de l’EP est de 20 jours. Cette durée peut être prorogée par l’autorité qui l’a
ouverte, à la demande du président de la commission d’EP ou du pétitionnaire, pour
une durée maximale de dix (10) jours. A l’expiration de ce délai, la commission
élabore le rapport de l’EP sur la base des observations contenues dans le(s)
registre(s).

• Ce rapport doit synthétiser les observations et propositions formulées par la


population concernée au sujet du projet.
54
Procédure de l’EP

• Le rapport de l’enquête publique et le(s) registre(s), signés par les


membres de la commission, sont transmis par le président, selon le cas,
soit au président du CNEIE, soit au président du CREIE concerné. Cette
transmission doit intervenir dans un délai de huit (8) jours à compter de
la date de clôture de l‘EP.

• La publication de l’arrêté d'ouverture et de clôture de l‘EP, l'information


du public et toutes autres prestations relatives à l'organisation et au
déroulement de l‘EP sont considérées comme des services rendus par
l'administration et payables par le pétitionnaire.

• Les tarifs de rémunération de ces services sont fixés par arrêté conjoint
du ministre chargé de l'environnement et du ministre chargé des
finances.

55
DISPOSITION FINALE

Les projets ayant reçu l'acceptabilité environnementale et qui ne sont pas


réalisés dans un délai de cinq ans à compter de la date d'obtention de la
décision, doivent faire l'objet d'une nouvelle étude d'impact sur
l'environnement.

56
Examen ÉIE – Comité National

57
Examen ÉIE – Comité National
Avis de projet Pétitionnaire

TRI SCN - SCR

Cadrage CN - CR

Pétitionnaire
TdRs

Rapport EIE Pétitionnaire

CEP

Révision EIE
Enquête publique

Examen EIE CN - CR

CN ou CR

CN - CR
Avis (AE)

Décision (AE) AGCE Autorité gouvernementale chargée de l’environnement

Réalisation projet Pétitionnaire

AGCE –MTA Autorité gouvernementale chargée de l’environnement


Contrôle et suivi Préfecture
Commune
Ministère de tutelle de l’activité

58
Examen ÉIE – Comité National

Président du comité national


Secrétariat du comité national
Autorité gouvernementale

59
Examen ÉIE – Comité National

Président du comité national Secrétariat du comité régional concerné


Secrétariat du comité national Maître d'ouvrage (pétitionnaire)
Autorité gouvernementale Ministère de tutelle de l’activité
60
Examen ÉIE – Comité National

61
Examen ÉIE – Comité National

62
Examen ÉIE – Comité National

63
Examen ÉIE – Comité National
◆ Définir les moyens pour l’enquête publique.
ASPECTS A ABORDER LORS DU CADRAGE
◆ Identifier les éléments pertinents de l’environnement { considérer dans
◆ Les acteurs impliqués dans le cadrage : l’ÉIE.

• le maître d'ouvrage (et le bureau d’étude) ; ◆ Définir les méthodes d’analyse des impacts.
• les autorités compétentes concernées par l’autorisation ;
• l’autorité chargée de l’environnement ; ◆ Établir les bases de l’ÉIE en identifiant :
• les administrations chargées de la gestion du secteur, du milieu
récepteur, etc. • le périmètre et l’étendue de l’étude ;
• les informations nécessaires { la prise de décision ;
◆ Identifier et informer les parties concernées. • les principaux aspects clés et les impacts significatifs { considérer.

◆ Identifier les données de base disponibles et leurs sources ainsi ◆ Les grandes lignes des TdR :
que les données manquantes à compléter par le pétitionnaire.
• objectifs et contexte du projet ;
◆ Préconiser les alternatives. • zone et limites de l’étendue de l’étude ;
• alternatives { examiner ;
Exemples d’alternative : • impacts, aspects et questions { étudier ;
• approche et outils { utiliser ;
• alternative sans projet ; • exigences pour l’atténuation et le suivi des impacts ;
• activités alternatives ; • informations et données { inclure dans l’ÉIE ;
• alternatives d’implantation ; • planning et exigences pour la finalisation du processus d’ÉIE.
• alternative de procédés ;
• alternative de planification.

64
Examen ÉIE – Comité National

65
Examen ÉIE – Comité National

66
Examen ÉIE – Comité National

67
Examen ÉIE – Comité National

68
Examen ÉIE – Comité National

Personnes ressources

69
Examen ÉIE – Comité National

70
Examen ÉIE – Comité National

71
Examen ÉIE – Comité National

72
Examen ÉIE – Comité National
CRITÈRES DE VÉRIFICATION DES CONDITIONS D’ÉVALUATION

Lorsque l’un ou plusieurs des critères suivants sont vérifiés et démontrés lors de l’évaluation et/ou suite à l’enquête publique, le comité régional
peut juger que les conditions d’évaluation, au niveau régional, ne sont pas réunies et confier l’ÉIE au comité national (article 23 du décret n° 2-04-
563) :
projet complexe ou utilisant de nouvelles technologies et pour lesquels le comité régional ne dispose pas de compétences ou de ressources
financières pour faire appel à des expertises externes ;

◆ projetrégional présentant un enjeu national et géré au niveau des administrations centrales ou qui dépasse les attributions des responsables
régionaux qui représentent ces administrations dans les comités régionaux d’ÉIE ;

◆ projetpeu fréquent ou de grande taille, examiné pour la première fois par le comité régional e tpour lequel le comité national dispose de plus
d’expérience ou est mieux outillé pour l’évaluer ;

◆ projetfaisant l’objet d’une opposition de la majeure partie de la population touchée et nécessite une médiation des administrations centrales et
l’engagement de mesures de compensation menées au niveau national.

Selon le contexte du projet, le comité national saisi peut :

◆ soit prendre en charge l’évaluation intégrale de l’ÉIE et donner son avis à l’autorité gouvernementale chargée de l’environnement ;
◆ soit communiquer son avis au comité régional sur les aspects pour lesquels les conditions d’évaluation n’étaient pas réunies.

Dans les deux cas de figure, le comité national est tenu d’en informer le comité régional qui l’a saisi dans les délais réglementaires (20 jours
ouvrables au maximum à partir de la date de réception du dossier ÉIE).
73
Examen ÉIE – Comité National

Membres du comité régional

74
Examen ÉIE – Comité National

75
Examen ÉIE – Comité National

76
Examen ÉIE – Comité National

77
Examen ÉIE – Comité National

78
Partie 3:L’évaluation Environnementale

79
L’évaluation Environnementale

Définition de l’évaluation environnementale :

L'évaluation environnementale, ou évaluation d'incidences sur l'environnement , désigne la mise en œuvre


des méthodes et des procédures permettant d'estimer les conséquences sur l'environnement d'une
politique, d'un programme ou d'un plan, d'un projet ou d'une réalisation…

L'évaluation environnementale est un avis émis sur l'étude d'impact sur l'environnement, afin d'en
vérifier la qualité et d'apprécier comment les incidences négatives sur l'environnement sont effectivement
annulées, réduites ou compensées.

L'évaluation environnementale est donc l'analyse préliminaire, globale et critique des problèmes, effets et
résultats, en matière d’environnement des activités d'un établissement, d'un projet ou d'une politique.

80
L’évaluation Environnementale

Principe de l’évaluation environnementale :

L’évaluation environnementale suit un processus logique pour répondre à une série de questions-clés :

• Le projet va-t-il générer une modification de l’environnement et de quelle manière ?

• Ces modifications sont-elles importantes et préoccupantes ?

• Est-il possible d’éviter, d’atténuer et de compenser ses impacts négatifs, et quelles


sont les mesures qui permettent d’améliorer les impacts positifs du projet ?

81
L’évaluation Environnementale
Etapes l’évaluation environnementale :

82
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Description du projet

La description du projet doit détailler les activités du projet et les modifications ou impacts qu’il peut générer sur le
milieu récepteur (pollution, dégradation, etc.).

Elle doit définir clairement le contexte du projet et répondre a un certain nombre de questions :

• Quels sont les objectifs du projet et les besoins à satisfaire ?

• Quelles sont les alternatives du projet ?

• Les objectifs peuvent-ils être atteints par un projet diffèrent ?

• Le site et la conception choisis sont-ils optimaux ?

83
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Les éléments à prendre en considération et à développer dans la description du projet portent notamment sur :

◆ Pendant les travaux :

• le calendrier des travaux,


• la localisation et l’étendue des travaux,
• la nature des travaux (fouille, coulage du béton, charpente…),
• les techniques de construction (engins utilisés, dynamitage…) ;

◆ Pendant l’exploitation :

• les caractéristiques du projet (conception, taille, procèdes, couts),


• la nature des rejets (liquides, solides et gazeux, etc.),
• le milieu récepteur (eau, air, sol, habitat naturel, etc.),
• la quantification de chaque rejet,
• les équipements de contrôle et de surveillance des rejets.

documents utiles et nécessaires à la compréhension comme les plans, les cartes, les diagrammes, les
spécifications techniques, les résultats et notes de calculs
84
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Zone d'influence du projet

• Les zones de prospection (forages de reconnaissance, campagne sismique…)

• Les zones aménagées pour l’installation du chantier (voies d’accès, terrains occupés par le chantier, infrastructures
nécessaires au chantier : eau potable, eaux usées, électricité, stockage et élimination des déchets…) ;

• L’emprise du projet (zones d’implantation des ouvrages projetés) ;

• La zone d’impact du projet : les terrains expropries, les zones de réinstallation des personnes déplacées, l’étendue
des impacts négatifs (bruit, odeurs, pollution atmosphérique, déchets liquides et solides), itinéraires empruntes par
les engins de chantier et d’exploitation du projet) ;

• Autres (sites de stockage et d’élimination des déchets, routes d’accès, etc.).

85
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Description de l’état initial de l’environnement

Exemple d’une centrale thermique :

La description de l’état initial doit porter sur les caractéristiques physiques, biologiques et sociales, notamment :

les activités économiques


les infrastructures existantes
utilisant les ressources
l'utilisation des sols (zones (réseau routier,
naturelles (pêche,
résidentielles, industrielles, d’alimentation en eau,
exploitation forestière, usine
touristiques, agricoles…) d’assainissement, de
de dessalement des eaux
transport d’énergie, etc.)
saumâtres souterraines…)

les caractéristiques
biologiques (habitat naturel, les caractéristiques physiques
espèces rares, parcs et (vents, températures, relief…)
réserves naturelles…)

86
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Identification et évaluation des impacts :

Notion d’impact : c’est le changement, positif ou négatif, du a une pression générée par une activité sur l’environnement
biophysique ainsi que sa conséquence sur l’homme :

Impact = ΔI x P
ΔI : Modification de la situation initiale
P : Perception de l’importance de cette modification

87
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Tendances prévisionnelles de l’environnement

L’évaluation environnementale doit aboutir à déterminer l’importance des impacts et les classer en fonction des
priorités quant à leur élimination, atténuation ou compensation. Le classement des impacts se fait en fonction
de leur importance (ampleur, intensité) et de leur perception par la population concernée.

88
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Exemples de critères utilisés pour le classement des impacts:

• Conformité avec les lois, règlements et normes.

• Présence de parcs naturels, d’espaces protégées.

• Compatibilité avec les politiques, stratégies et programmes environnementaux ainsi qu'avec les conventions et
accords internationaux ratifies par le gouvernement marocain.

• Degré de préoccupation du public.

• Preuves scientifiques et avis des professionnels.

• Degré de perturbation des écosystèmes et des milieux récepteurs (risque de disparition de certaines espèces).

• Intensité (concentration en polluants, niveau du bruit, lumières, etc.) par rapport aux normes.

• Ampleur de l’impact (portée locale, régionale, transfrontalière).

• Durée (impact continu, temporaire, etc.).


• Impacts sociaux (cadre de vie, perte de revenu).
89
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

90
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Mesures d'atténuation et de compensation

Les impacts de la période de


Les impacts des mesures
construction : peuvent être évités ou
d’atténuation : certaines mesures
atténués en modifiant le calendrier et
d’atténuation peuvent générer des
les lieux d’exécution de certains
impacts négatifs qu’il faut identifier,
travaux et en utilisant d’autres
analyser et atténuer (exemple :
équipements et modes de
impact des boues des stations
construction moins bruyants ou
d’épuration, odeurs, moustiques…).
dégageant peu de poussières.

Les impacts de la période


d’exploitation: ne peuvent être
Les impacts résiduels : les impacts
atténués ou évités qu’en agissant sur
résiduels qui ne peuvent plus être
la conception du projet (adoption de
atténués doivent être justifiés et faire
technologie propre par exemple) ou
l’objet de mesures de compensation
en installant des équipements de
ou restés acceptables.
traitement des déchets, des rejets
liquides, des émissions gazeuses, etc.

91
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

92
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

La surveillance et le suivi

A. Un plan d’atténuation B. Un plan de surveillance de C. Un plan de suivi des impacts du


comprenant : l’efficacité des mesures projet (suivi de l’évolution de
d’atténuation et de mise en l’état du milieu récepteur)
œuvre de mesures correctives comprenant :
• un résumé de tous les en cas de besoin comprenant : • une description technique des
impacts négatifs significatifs opérations de suivi (composantes
de l’environnement objet du suivi ,
• une description technique des paramètres à mesurer, fréquence
• une description de chaque opérations de surveillance des mesures, les seuils nécessitant
mesure d’atténuation, (paramètres à mesurer, des mesures correctives…)
accompagnée de plans, de fréquence des mesures, les
• les procédures de suivi, les
spécifications techniques, de seuils nécessitant des mesures rapports fournissant les
correctives…) informations sur l’évolution de
coûts…
• les procédures de l’état et de la qualité des
surveillance, les rapports composantes environnementales
• une évaluation des impacts fournissant les informations et susceptibles d’être affectées par le
les résultats de surveillance. projet.
générés par ces mesures

93
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

F. Un planning de
E. Un programme de réalisation et d'estimation
D. Un plan de gestion des
renforcement des des coûts des différents
risques d’accident (pour
capacités, requis pour la programmes sus indiqués à
certains projets), comme
mise en œuvre des mettre en œuvre en tant
les accidents
mesures d’atténuation, de que composantes du projet
technologiques, la rupture
surveillance et de suivi (programme à intégrer
de barrage…, nécessitant la
(formation, équipements, dans la conception, le
mise en œuvre de plans
arrangements planning de réalisation, les
d’urgence, des mesures de
institutionnels, sources de procédures de gestion et
sécurité…
financement…). les coûts d’investissement
et d’exploitation du projet).

94
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Plan d’atténuation
Exemple d’un Plan d’atténuation simplifié d’un projet de décharge pour déchets ménagers:

95
Etapes et méthodologie de l’évaluation environnementale:

Plan de Suivi

96