Vous êtes sur la page 1sur 12

Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 1 sur 12

DOSSIER I : CONSOLIDATION

CAS N° 1 : GROUPE METALLEC

1. Consolidation directe du groupe METALLEC

» Organigramme

METALLEC

90 %

ARTEC
10 %

20 %

BOLENE

» Calcul des pourcentages et méthode applicable

% contrôle % intérêts Méthode


Société METALLEC Société mère 100 %
Société ARTEC 90 % 90 % IG
Société BOLENE 20 % + 10 % = 30 % (90 % × 20 %) + 10 % = 28 % ME

» Elimination des titres et partage des capitaux propres

Il n’y a pas d’écart d’acquisition et d’écart d’évaluation à constater car les titres ont été souscrit à
l’origine.

Montants Part du groupe M 90 % Int. minoritaires 10 %


Capital A 500
Réserves A 750

TOTAL 1 250 1 125 125


Titres A <450> <450>

Réserves conso 675


Résultat A 100 90 10

1
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 2 sur 12

Montants Intérêts consolidés 30 % Int. minoritaires 10 %


retraites Part du groupe Intérêts
M = 28 % Muno = 2 %

Capital B 250
Réserves B 600 PM
(Calcul inutile)
TOTAL 850 238 17

Titres B
* détenus M <22,5> <22,5>
* détenus A <50> <50> × 90 % <50> × 10 %
= <45> <5>

Réserves conso 170,5 12

Résultat B 25 7 0,5

d’où les écritures suivantes :

Titres de participation B 262,5


mis en équivalence

Titres de participation B 72,5


Réserves consolidées 170,5
Résultat consolidé 7
Intérêts minoritaires 12,5

Capital A 500
Réserves A 750
Résultat A 100

Titres de participation A 450


Réserves consolidées 675
Résultat consolidé 90
Intérêts minoritaires 135

2
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 3 sur 12

» Etablissement du bilan consolidé

Bilan consolidé du groupe M


(en K€)

Immob. nettes 2 227,50 Capital 1 000


1 027,5 + 1 200 Réserves consolidées 2 220,50
Titres mis en équivalence 262,50 170,5 + 675 + 1 375
Actif circulant Résultat consolidé 222
3 000 + 1 250 4 250 7 + 90 + 125
Capitaux propres 3 442,50
(part du groupe)
Intérêts minoritaires 147,50
12,5 + 135
Dettes 3 150
2 000 + 1 150
6 740 6 740

2. Intérêts minoritaires

Les intérêts minoritaires représentent les droits des associés autres que la société mère du groupe dans
l’actif net consolidé. Que la structure du groupe soit simple ou complexe, le poste « Intérêts minoritaires »
inclut toujours les droits des associés des filiales, c’est-à-dire des sociétés sous contrôle exclusif. De plus,
lorsqu’il existe des liens de participation indirects, le poste « Intérêts minoritaires » peut comprendre
également les droits des associés de sociétés sous contrôle conjoint ou mises en équivalence.

En général, dans une entité consolidée, le pourcentage des intérêts minoritaires est plus faible que celui de
la société consolidante. Mais il y a des cas particuliers dans lesquels ces « intérêts minoritaires » sont en
fait majoritaires (le terme générique « Intérêts minoritaires » reste employé dans tous les cas).

Le détail du calcul des intérêts minoritaires est donné dans la question précédente.

3. Comparaison – Méthode de consolidation directe et méthode indirecte

Selon le règlement n° 99-02 du CRC, la consolidation est réalisée soit directement par l’entreprise
consolidante du groupe (la société M), soit par paliers (ici un seul palier au niveau de la filiale A). La
consolidation par paliers consiste à consolider successivement des sous-ensembles consolidés dans des
ensembles plus grands.

Les capitaux propres consolidés, les intérêts minoritaires et le résultat déterminés dans le cadre d’une
consolidation directe doivent être les mêmes que ceux qui seraient obtenus si la consolidation était
réalisée par paliers.

3
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 4 sur 12

DOSSIER II : EVALUATION / FUSION

1. Organigramme et modalités de l’opération

Organigramme

SARMA
100 000 actions de 100 €
6 000 actions
40 % 4 000 actions
3 000 actions = 50 %
60 % 200 actions
40 %
SATMB CRAC STAF
15 000 actions de 120 € 5 000 actions de 100 € 8 000 actions de 150 €

160 actions
2%

Calcul de la valeur de l’action (en milliers)

» SATMB

Capitaux propres 2 850

Subvention d’investissement <300>

Plus-values
Š s/ terrain 300
Š s/ constructions 2 800
Š s/ installations techniques et autres 500
Š s/ fonds commercial 1 000

IS s/ PV
Š s/ constructions <1 665>
Š s/ installations techniques et autres <225>

Provision devenue sans objet 800


IS s/ provision devenue sans objet <360>

5 700

d’où valeur de l’action

5 700 12 €
= 380 €
15 000

4
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 5 sur 12

» STAF

Capitaux propres 2 540

Plus-values
Š s/ terrain destiné à être cédé 124
Š s/ terrain exploitation 125
Š s/ constructions 250
Š s/ ITMOI 20
Š s/ autres immobilisations corporelles 400
Š s/ autres titres 2 240
Š s/ fonds commercial 400

IS s/ PV
Š s/ terrain destiné à être cédé <31>
Š s/ constructions <112>
Š s/ ITMOI <9>
Š s/ autres immobilisations corporelles <180>

5 767

Plus-value sur les titres CRAC 0,2 y – 20


5 747 + 0,2 y

» CRAC

Capitaux propres 2 500

Plus-values sur autres titres 3 260

Moins-values sur stocks et clients <600>


(380 + 2 970 + 2 650) × 10 %

IS sur MV sur stocks et clients 270

IS à payer suite à contrôle fiscal <400>

Dette fournisseur à solder 300

IS sur dette fournisseur <135>

Distribution de dividendes <500>

4 695

Plus-value sur les titres STAF 0,16 x – 24


4 671 + 0,16 x

x = valeur de l’action STAF


y = valeur de l’action CRAC

5
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 6 sur 12

D’où l’équation

⎧5 y = 4 695 + 0,16 x - 24

⎩8 x = 5 767 + 0,2 y - 20

⎧x = 742,32
et valeur de ⎨
⎩ y = 957,95

d’où valeur de la société CRAC = 4 789 750


et la valeur de la société STAF = 5 938 560

» SARMA

Capitaux propres 13 500

Plus-values sur actions :


Š SATMB 6 000 × (380 – 280) 600
Š CRAC 3 000 × (957,95 – 100) 2 573,85
Š STAF 4 000 × (742,32 – 150) 2 369,28

19 043,13

d’où valeur de l’action

19 043,13 K€
= 190,43 %
100 000

Calcul des parités

SARMA 190,43
= soit 1 SATMB pour 2 SARMA
SATMB 380

SARMA 190,43
= soit 1 CRAC pour 5 SARMA
CRAC 957,95

SARMA 190,43
= soit 1 STAF pour 4 SARMA
STAF 742,32

6
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 7 sur 12

2. Détermination du montant des capitaux propres

Absorption de SATMB

SARMA détenant 40 % de SATMB la participation est donc sous contrôle distinct, cette opération
est à traiter en valeur réelle.

en 12 €

Valeur des apports 5 700


(cf calcul question ci-avant)

Augmentation du capital :

- nombre d’actions à créer (sous déduction des actions déjà détenues – fusion renonciation)
(15 000 – 6 000) × 2 = 18 000 actions

- augmentation de capital
18 000 × 100 € < 1 800>

- Titres détenus à annuler <1 680>

- Prime de fusion 2 220

Se ventilant en :

Š Boni de fusion
(5 700 × 40 %) – 1 680 600

Š Prime d’émission
(5 700 × 60 %) – 1 800 1 620

Absorption de CRAC

La société CRAC étant détenue à 60 % par SARMA, elle est sous contrôle exclusif ; cette opération
sera donc à traiter en valeur comptable :

en 12 €

Valeur des apports 2 500

Augmentation du capital :

- nombre d’actions à créer (sous déduction des actions déjà détenues – fusion renonciation)
(5 000 – 3 000) × 5 = 10 000 actions

- augmentation de capital
10 000 × 100 € < 1 000>

- Titres détenus à annuler <300>

- Prime de fusion 1 200

7
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 8 sur 12

Se ventilant en :

Š Boni de fusion
2 500 × 60 %) – 300 1 200

Š Prime d’émission
2 500 × 40 % – 1 000 0

Le boni de fusion est comptabilisé dans le résultat financier à hauteur de la quote-part des résultats
accumulés par la société absorbée depuis l’acquisition et non distribués et en capitaux propres pour
le montant résiduel ou si les résultats accumulés ne peuvent être déterminés de façon fiable
(solution retenue ici faute d’information sur le montant des résultats accumulés depuis
l’acquisition).

3. Ecritures comptables (opération SARMA/CRAC)

3.1. Ecritures chez absorbante (en K€)

Actionnaires, compte d’apport 2 500

Capital 1 000
Prime de fusion 1 200
Titres CRAC 300

ITMOI 3 596
Titres de participation 24
Autres titres immobilisés 1 240
Stocks matières premières 380
Stocks PI et PF 2 970
Clients 2 650

Emprunts 2 700
Dettes financières diverses 1 930
Acomptes reçus 500
Fournisseurs 1 385
Dettes fiscales et sociales 785
Dettes sur immobilisations 500
Amort. des ITMOI 560
Actionnaires, cpte apport 2 500

(Libération des apports à la valeur comptable)

Prime de fusion 800


Provision investissement 800

8
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 9 sur 12

3.2. Ecritures chez absorbée (en K€)

Amort. des ITMOI 560


ITMOI 560

SARMA, compte d’apport 2 500


Emprunt 2 700
Dettes financières diverses 1 930
Acomptes reçus 500
Fournisseurs 1 385
Dettes fiscales et sociales 785
Dettes sur immobilisations 500

ITMOI 3 036
Titres de participation 24
Autres titres immobilisés 1 240
Stocks 3 350
Clients 2 650

Capital 500
Réserve légale 50
Réserves autres 150
Report à nouveau 1 000
Résultat de fusion 800

Actionnaires SARMA 2 500

Actionnaires SARMA 2 500


SARMA, compte d’apport 2 500

9
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 10 sur 12

DOSSIER III : AUDIT

CAS N° 1

1. Analyse du contrôle interne et recommandations

Le contrôle interne présente les faiblesses suivantes :

- L’organisation de l’inventaire par le responsable achats de chaque site pose un problème de séparation
des fonctions dans la mesure où le responsable achat contrôle l’ensemble du cycle approvisionnement.

- Il n’existe aucune procédure écrite sur les conditions et modalités de l’organisation de l’inventaire.

- Un risque de fraude existe car les équipes de compteurs sont uniquement des magasiniers et ces
derniers ont accès aux locaux de stockage.

- Le traitement des fiches d’inventaire par le directeur des achats pose aussi un problème de séparation
des fonctions.

- Les fiches d’inventaire des pièces détachées indiquant la quantité reprise de l’inventaire permanent, il
existe un risque d’arrangement avec les quantités réelles.

- Les transferts de marchandises entre les deux sites ne sont pas matérialisés par des bons d’entrées et de
sorties.

Suite aux faiblesses et risques rencontrés, il convient de recommander :

- La rédaction d’une procédure d’inventaire indiquant les conditions et modalités de son organisation.

- L’envoi de cette procédure avant l’inventaire aux différents intervenants.

- L’organisation de l’inventaire avec l’assistance d’une personne étrangère au service achats pour
chaque site.

- Une mixité des équipes de comptage avec d’autres personnes de la société que les magasiniers.

- Le traitement par une personne étrangère au service achats des données issues de l’inventaire et
l’analyse des écarts : contrôleur de gestion par exemple.

- La signature des fiches d’inventaire par le compteur.

- L’établissement de fiches de sorties et d’entrées pour localiser physiquement les transferts de


marchandises d’un site à l’autre.

2. Analyse des fiches d’inventaire

La présence de références de l’exercice précédent lors de l’inventaire suivant doit amener le commissaire
aux comptes à s’interroger sur la pertinence de doter une provision pour dépréciation du stock concerné.

10
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 11 sur 12

CAS N° 2

1. Etude du projet de rapport de gestion et commentaires

L’analyse du rapport de gestion peut être présentée comme suit :

Mentions spécifiques aux SA ne Condition remplie Commentaires


faisant pas appel public à l’épargne
Situation de la société Oui

Evolution, perspective d’avenu Oui

Evénements postérieurs à la clôture Non Mention obligatoire même en


l’absence d’événements
Activité de recherche et Oui
développement

Changements de méthode comptable Oui

Activité des filiales et des sociétés Oui mais incomplet Le rapport de gestion n’indique que
contrôlées l’activité de la société RUN or cette
dernière contrôle aussi la société
LECHIEN et a pris le contrôle durant
l’exercice de la société LECHAT. Le
rapport doit donc indiquer :
- l’identité
- la part de capital détenue
- l’activité de ces 2 sociétés

Prises de contrôle et de participations Non Au cours de l’exercice la société RUN


a pris le contrôle de la société
LECHAT (34 %)

Aliénation d’actions dans le cadre des Oui Pas de cession au cours de l’exercice
participations réciproques d’où pas de mention dans le rapport de
gestion

Dividendes versés au cours des 3 Non Mention obligation même en


derniers exercices et montants l’absence de versement
éligibles à l’abattement de 40 %

Dépenses spontanées et frais généraux Oui


non déductibles

Liste de l’ensemble des mandats Non


exercés dans d’autres sociétés par les
mandataires sociaux

Etat de la participation des salaires au Non


capital

11
Proposition de corrigé UE 214 – COMPTABILITE ET AUDIT – Session 2008 - Page 12 sur 12

2. Impact sur le rôle du commissaire aux comptes de la non prise en compte des modifications
demandées

Les erreurs et/ ou omissions dans le rapport de gestion doivent être signalées au conseil d’administration
par le commissaire aux comptes. Ce dernier devra procéder aux modifications nécessaires, à défaut, le
commissaire aux comptes mentionnera les erreurs ou omissions révélées dans la troisième partie de son
rapport général.

12

Vous aimerez peut-être aussi