Vous êtes sur la page 1sur 4

24 Technologie

Défaillance des engrenages

La comprendre pour
mieux l’éviter
« Une pièce est défaillante à partir du moment où elle ne
remplit plus sa fonction », définit Patrice Huver, responsable
du département Analyse et Expertise des Défaillances (ADE)
du Cetim. Quelles sont les différentes défaillances observées
sur les engrenages ? Quelles sont leurs causes ? A quoi les
reconnaît-on ? Quelles conséquences sont à prévoir ? La
conférence itinérante « Les transmissions par
engrenages : défaillances et lubrification » orga-
nisée par le Cetim a passé en revue tous les cas
de figures. Leur connaissance approfondie pourrait aboutir,
pour la profession, à une « bonne pratique de l’engrenage »,
Cetim

tant lors de son élaboration que dans son utilisation.


Endommagements combinés

◗ Destinée à un bataillon d’experts d’une défaillance technique quand l’auditoire nombreux montre que
en tous genres, la conférence elle s’avère désastreuse ! les experts ne chôment pas !
itinérante « Les transmissions Cette conférence fait également « L’évolution de l’aspect des flancs
par engrenages : défaillances
et lubrification », prononcée par
figure de mine de renseignements
pour qui veut éviter la casse de
« L’évolution va dépendre de la conception
de l’engrenage, des matériaux
Christophe Le Flèche, Expert en son matériel. Soigner l’usinage, utilisés, de la méthode de taillage
ADE du Pôle Machines et Com- éviter les surcharges, vérifier régu- des flancs va employée, de la lubrification, des
mandes du Cetim, avait tout du lièrement la bonne lubrification des conditions de montage et des
cours magistral : la majorité de son engrenages, filtrer le lubrifiant : on dépendre de la conditions de fonctionnement »,
public est appelée à enquêter et pourrait croire que ce sont des énonce Christophe Le Flèche. «
décider du ou des responsables réflexes de base ! Et pourtant, conception de De bonnes conditions de fonc-
tionnement se traduisent par
l’engrenage, une usure faible ou normale des
Cetim

flancs actifs des dents. Des condi-


des matériaux, tions dégradées ou anormales
conduisent à une dégradation des
de la méthode dentures. »

de taillage, de la Distribution
des contraintes
lubrification, des Dans un engrenage, les mouve-
ments relatifs des surfaces des
conditions de dents en contact sont de deux
types : roulement et glissement. La
montage et de distribution des contraintes entre
deux flancs en action s’avérera
fonctionnement » primordiale à l’usage, d’où une
réflexion nécessaire lors du choix
du profil de la dent d’engrenage.
En plus du cisaillement principal
Ensemble spiro-conique sain produit par le contact d’engrè-

FLUIDES & transmissions N°99 - AVRIL 2007


25

Cetim
Des défaillances bien définies
● Usure : phénomène local caractérisé par un enlèvement de matière
dû au glissement relatif de deux surfaces l’une sur l’autre.

● Usure par adhésion : apparaît lorsque la pression de contact


entre les deux surfaces « frottant » l’une sur l’autre est suffisante pour
provoquer des déformations plastiques, des microsoudures ou des
adhésions locales.

● Grippage : résulte de la rupture du film lubrifiant sous l’action


d’une surchauffe ou d’une pression excessive en fonctionnement,
provoquant un contact métal/métal entre les surfaces, soudure puis
arrachement.

● Usure à trois corps : causée par la présence d’un troisième corps


(en général abrasif) « véhiculé » entre les deux surfaces en contact
par le lubrifiant.
Grippage à froid

● Usure par interférence :


nement (roulement sous charge voisinage de discontinuités de
Produite en début ou en fin d’en-
et glissement conjugués) en structures. Les fissures initiales ou
grènement par les interférences
sous-couche à la profondeur de d’origine thermique surviennent
de fonctionnement entre les dents
la contrainte maximale, la rugosité en général au moment de l’éla-
conjuguées (mauvaise conception
des surfaces initie également de boration des roues d’engrenage :
géométrique, flexion exagérée des
nombreux maximums secondai- forge, trempe, rectification sont
dents en service).
Usure par interférence en pied res de contraintes de cisaillement autant d’étapes critiques pour la
réparties sous la surface. durée de vie de l’engrenage. Les
● Corrosion : attaque chimique ou électrochimique du matériau.
Les phénomènes de détérioration fissures par fatigue apparaissent
superficielle dépendent en outre quant à elles après un certain
● Etincelage : piqûres provoquées par le passage de courants
des conditions de fonctionnement, temps de fonctionnement. « Il n’y
« vagabonds » qui amorcent des arcs électriques entre les surfaces
de la température du contact, de a aucun remède à une fissuration
métalliques.
la lubrification, de la dureté et de de denture », précise Christophe
l’état des surfaces, de la compa- Le Flèche.
● Fatigue de contact : détérioration des surfaces de contact due aux
tibilité et de la nature des métaux Toutes ces dégradations condui-
contraintes répétées à la surface ou en sous-couche dont les valeurs
en présence. « Ce sont donc des sent de toute façon à l’avarie, à
dépassent les limites d’endurance à la pression des matériaux.
phénomènes très complexes, qui plus ou moins long terme selon le
aboutissent aux dégradations degré de progression des phéno-
● Piqûres :
sous leurs différentes formes : mènes constatés et les impératifs
endomma-
usure abrasive ou adhésive, brû- de durée de vie du système. « On
gements de
lures, fatigue de contact, ... », décide de remplacer l’engrenage
surface dus à
explique Christophe Le Flèche. ou de l’examiner périodiquement,
la fatigue de
prises de clichés ou d’empreintes
Piqûres contact, se
Altérations à l’appui ».
présentant sous la forme de cavités de différentes tailles qui se
Par ailleurs, des fissures vont se Pour une utilisation sans soucis
développent à partir de la surface des dents d’engrenages traités à
développer à partir d’altérations des systèmes à engrenages, la
cœur.
locales de surface ou d’augmen- première précaution à prendre est
tations locales des contraintes au de ne pas négliger la période de
● Ecaillage : endom-
magements profonds
Cetim

initiés en sous-couche
des dents d’engrenages
traités superficiellement,
à la profondeur de la
contrainte de cisaillement
Ecaillage maximum.

● Empreintes : petites cavités ou dépressions à bords arrondis


causées par le passage dans l’engrènement d’un corps étranger.

● Broutage : petites rides ondulées disposées sur les flancs perpen-


diculairement à la direction du glissement.

● Déformation plastique par roulement : déformation perma-


nente de la surface due au dépassement de la limite élastique du
matériau dans la zone de contact, sous l’effet de la pression et du
glissement.
Grippage à chaud

FLUIDES & transmissions N°99 - Avril 2007


26 Technologie
Il s’agit également pour l’utilisa- d’un mode, d’un système de grais-
Cetim

teur « d’écouter » le système : les sage (étanché, filtré, régulé) et d’un


dysfonctionnements se signalent lubrifiant adaptés (base, additifs
souvent par des vibrations intem- et viscosité). Dans un engrenage,
pestives, des à-coups, des bruits beaucoup de dégradations sont
divers et variés qui ne ressemblent d’ailleurs ralenties ou contrecarrées
en aucun cas au ronronnement par la seule augmentation de cette
régulier de la mécanique en bonne dernière ! Usure sous toutes ses
santé ! Cela permettra en particulier formes, piqûres et micro-piqûres,
de détecter les phénomènes d’usu- déformation plastique des flancs
re marqués (abrasive, adhésive ou par roulement, sont autant de phé-
par interférence), ainsi que l’appari- nomènes auxquels il est bon de
tion de piqûres ou d’écaillages sur « passer la pommade » !
les flancs.
Par ailleurs, il faut absolument éviter Fissure qui file
les surcharges, même ponctuelles ! A l’utilisateur, donc, de prendre soin
C’est tout bête, mais bon nombre de ses petites roues dentées, mais
Dislocation de couche traitée
de dégradations sont évitées rien aussi de choisir des composants
qu’en respectant les capacités de la qualité idoine. Matériau de
mécaniques de l’engrenage ! Grip- composition, traitement, profil des
page, brûlures, piqûres, écaillage, dents, soin apporté à l’usinage,
rodage. Il permet d’user tranquille- pour le travail qui lui sera demandé déformation des profils, fissura- tous ces paramètres entrent aussi
ment les surfaces de l’engrenage pour le restant de ses jours. « En tions et ruptures sont les enfants en ligne de compte de la défaillan-
neuf pour en améliorer la portance général, après un certain temps terribles de l’engrenage surchargé. ce. Ecarts géométriques des dents,
et le fonctionnement. de fonctionnement, les portées Ils terminent toujours leur sale be- défauts d’alignement, rectification
s’améliorent avec l’usure, plus sogne par la mise hors service du mal dosée, c’est l’interférence
Profil idéal intense dans les zones où la por- système. qui mène la danse, la fatigue qui
Le rodage « lisse » idéalement le tée est prépondérante », rappelle Enfin, il est indispensable de bien s’accélère, la fissure qui file dans la
profil des dents de l’engrenage Christophe Le Flèche. lubrifier l’engrenage, par le choix masse... aboutissant à la casse.

FLUIDES & transmissions N°99 - AVRIL 2007


27
L’ADE transforme la défaillance en atout

Cetim
La défaillance matérielle ou de production est le cauchemar de l’industriel.
Le département Analyse et Expertise des Défaillances (ADE) du Cetim
propose de savoir pourquoi elle s’est produite et comment faire face à
cet événement déplaisant.
Cette équipe de 50 personnes cherche ainsi à tirer parti de l’enseigne-
ment apporté par l’analyse de la défaillance déplorée - et, bien sûr, sa
résolution - pour améliorer le système pris en défaut. 30 ans d’expé-
rience répertoriés dans une banque de donnée comptant pas moins de
30 000 analyses de défaillance assurent un gain de temps non négli-
geable pour la livraison du résultat et ce dans des domaines très divers :
avaries mécaniques et métalliques, corrosion, défaillances plastiques et
composites, peintures, carburants, lubrifiants, transmissions mécaniques,
assemblages et soudage, étanchéité. Pour que devant une défaillance,
chaque industrie puisse sortir la carte « action de correction ».
Usure abrasive

La qualité du forgeage de la den- à la rupture de la dent ! », scande conditions de fonctionnement le tous les efforts du monde, la com-
ture, le suivi du protocole de trempe Christophe Le Flèche. permettent. plexité du problème est destinée
ou tout autre traitement thermique La géométrie de l’engrènement D’ailleurs, si la surface de l’engre- à réserver toujours des surprises
du matériau sont importants. Si et des profils sont à optimiser en nage est traitée, l’épaisseur de la - pour décider de réparer ou de
l’on ne prend pas garde, entre fonction des charges, tout en exi- couche durcie et ses propriétés remplacer un engrenage, il y a deux
autres, à la présence, au moment geant précision et qualité d’état de physiques par rapport au cœur questions à se poser. « Quelles sont
du forgeage, d’inclusions ou d’im- surface des dentures au taillage. de l’engrenage ne sont pas non la ou les causes ? » ; « L’engrenage
puretés non métalliques, la fissure Reste encore en dernier recourt la plus à négliger : si les contraintes est-il toujours apte à sa fonction ? ».
est assurée ! Or, « la fissuration possibilité, pourtant, de retoucher intrinsèques de la pièce favorisent Pour aider à y répondre, il y a
est dramatique pour la denture, les dents, si l’état de la denture, le défaut, on ne s’en sort plus ! l’équipe du département ADE, au
elle conduira systématiquement la profondeur du traitement et les Mais quoi qu’il arrive - même avec Cetim. ■ E.B.

FLUIDES & transmissions N°99 - Avril 2007