Vous êtes sur la page 1sur 2

Mon Cursus

C'est en écrivant un livre sur l'hypnose à vacation spot du grand public 1 , en discutant avec des journalistes ou blogueu.r.se.s qui évoquent souvent les sujets de la parentalité 2, , qu'une analogie a émergé entre hypnose et accouchement. On a remarqué que ces bébés nés sous hypnose gardent ce calme après leur naissance. http://www.autohypnose-mp3.fr/ , je ne peux pas vous garantir que vous ne sentirez pas de douleurs ou qu'il n'y aura pas de complication, mais les statistiques suggèrent que de 65-70 % des femmes qui utilisent l'accouchement par hypnose n'ont pas besoins de médicament pour soulager leurs douleurs. Un lâcher prise qui permet l'analgésie du corps lors de l'accouchement. J'ai essayé l'hypnose, en toute confiance, avec Lynda. La technique de respiration apprise est très intéressante et m'a permise pendant mon accouchement d'être bien présente et de faire le travail avec aisance.L'hypnose est une pratique qui met en jeu un état de conscience particulier (que l'on appelle souvent « transe ») en utilisant des strategies de communication dans le cadre d'une relation interpersonnelle. "Etant d'une nature plutôt curieuse et très anxieuse, j'ai décidé de découvrir la sophrologie en même temps que les cours de préparation à l'accouchement. Je viens t'apporter mes premières impressions au bout d'une semaine d'utilisation et j'espère que ces impressions ne changeront pas. Un mois après l'accouchement, j'avais envie de prendre le temps de vous écrire tout d'abord pour vous remercier sincèrement pour votre accompagnement, votre écoute et votre disponibilité durant ces 5 séances de préparation à HypnoNaissance.Mais une fois installé et maîtrisé c'est que du bonheur, à petite dose si je suis en période de crise, automotive moins réceptive et la détente n'est pas franchement là, mais je constate aussi que d'en prendre conscience, de savoir ce qui se passe dans ma vie au second une crise arrive me permet de relativiser et donc petit à petit de reprendre confiance en moi et aussi au bien être que me procure ce

bijou ! La seule chose dont j'avais très peur était la douleur (j'avais été totalement submergée par la douleur lors de mon 1er accouchement, au level de ne plus rien ressentir d'autre, de ne plus être capable de penser a autre selected), donc je me suis tournée vers la préparation par l'hypnose et l'auto-hypnose automobile cela me paraissait le meilleur moyen de lâcher prise et de me laisser aller pendant l'accouchement.L'hypnose agit ensuite sur la sensation de douleur. La victoire, c'est que bébé et toi arriviez en bonne santé : trop de femmes ressassent leurs accouchements considérés comme "ratés". Je n'ai malheureusement pas pu accoucher à la maison, et en plus j'ai eu une césarienne automotive le bébé était gros et mal positionné, mais j'ai bien vécu la césarienne alors que j'en avais très peur, les séances d'hypnoses m'ont bien aidé à me relaxer. Voilà donc comment je suis arrivée à l'hypnose :

dans le but d'apprendre à gérer la douleur le second venu puisque j'envisageais de me passer de péridurale.Et l'on trouvera alors de tout : depuis des pratiques complètement

« sauvages » d'accouchement seule à domicile et sans aucune assistance ni précaution

« parce que c'est naturel » jusqu'à l'autre bout du spectre des maternités hyperéquipées et

protocolisées où des obstétriciens considèrent comme totalement inconscientes ou comme des « emmerdeuses » (j'ai entendu le mot prononcé lors d'un de mes stages relaxation par auto-hypnose, donc je me permets) toutes les femmes qui expriment un souhait, qui veulent bénéficier de quelque chose qui sort du protocole habituel de l'établissement, ou un peu moins médicaliser l'affaire.Lors de l'accouchement, les sages-femmes étaient stupéfaites en

voyant les contractions sur le monitoring, qu'elles ont qualifiées elles-mêmes de « monstrueuses » !… Et moi qui était calme, attendant que le travail se fasse. La "séance yoga et hypnose, pour une naissance en conscience" d'une durée de 3h vous permettra d'utiliser à bon escient le yoga (souffle, postures et visualisations, hypnose et auto-hypnose), pour faire face au stress ou à la douleur de façon générale avec (ou sans!) http://mp3- hypnose.net/ .Comme le suggère le titre, c'est un guide pratique pour la préparation à l'accouchement. 3En three séances d'hypnose visant à enseigner l'auto-hypnose avant l'accouchement, la mère vit l'expérience de l'accouchement de façon significativement plus agréable. C'est sans doute pas réaction au rationalisme dans lequel j'ai toujours baigné que j'ai décidé de faire un voyage dans le temps sous hypnose avec un psychothérapeute réputé dans ma région. Les couples participent à deux aux cours, il s'agit plus d'une formation des parents que d'une thérapie, je le répète, il s'agit vraiment d'une prépa mentale, exemple => recadrages des peurs (histoires de naissances difficiles ou de douleurs racontées par les copines, la maman, les ami(e)s).Longtemps j'ai pensé que les accouchements de mes 2 premiers enfants s'étaient bien passés. Oui, j'ai réussi à m'approprier une partie du processus, à contrôler la peur et la douleur, à créer un environnement empreint de calme en moi et autour de moi malgré tout. "Certes, je ressentais la douleur, pourtant j'étais au-dessus d'elle, je la dépassais." Et quand la sage-femme a du s'absenter pour réaliser un autre accouchement, c'est son mari qui a pris le relais. Le fait d'accoucher à l'hôpital a permis également d'effacer l'une de mes craintes sur l'accouchement naturel, qui était de me sentir très seule après l'accouchement automobile il paraît que dans certaines maisons de naissance, on doit rentrer chez soi très vite.C'est très important de prévenir la maternité de son projet de naissance avec l'hypnonaissance par avance, car les sages femmes étaient prêtes à suivre mes souhaits pendant mon accouchement et à ne rien m'imposer, sauf en cas de complication. Elle est amenée à contacter des compétences et des capacités d'adaptation qu'elle ignorait parfois et qu'elle pourra transposer le jour de l'accouchement et dont elle bénéficie durant la grossesse et après l'évènement naissance. C'est donc ravie que j'ai découvert la possibilité d'accoucher sous-hypnose Après renseignement, j'ai pris rendez-vous dans un hôpital parisien qui proposait cette méthode, pour rencontrer la sage-femme qui m'accompagnerait jusqu'au jour-J.Nombre de nouvelles mamans ayant accouché en autohypnose sans que l'équipe médicale soit au courant me disent que les sages femmes étaient particulièrement surprises par leur "zenitude". Je me suis offert des moments pour moi d'harmonie avec mon bébé, des moments pour me connecter à lui, pour me nourrir de pensées positives qui m'ont, de toute évidence, permis de vivre sereinement mon 2ème accouchement. Puis au fil des séances, dans le courant de l'automne, j'ai travaillé sur ce qui me faisait le plus peur dans la grossesse et l'accouchement.