Vous êtes sur la page 1sur 75

PARIS, 2005

guide_fre.indd 1 24/03/05 10:08:12


Nous remercions les membres des organisations suivantes qui nous ont assisté
dans l’identification et dans la prise de contact avec certains des poètes participant dans
cette entreprise.

P.E.N. Club français (Fédération Internationale des PEN Clubs ; P.E.N. = Poètes,
2 Essayistes et Nouvellistes)
La « Mittelfest » Internationale annuelle (2000) de Cividale, Italie
Le Bureau Arabe d’Éducation des États du Golfe
L’Organisation Internationale de Baccalauréat
Le Festival International de Poésie de Medellín, 1999, Medellín (Colombie)
L’Institut d’Opéra et de Poésie de Vérone, Italie

Nous remercions spécialement Madame Kirsten De Motte Halperin pour sa


contribution à la conception de ce guide.

Une sincère note d’appréciation au Président du P.E.N. Club français, Monsieur


Alexandre Bloch, ainsi qu’à l’ancien Surintendant des Arènes de Vérone, Monsieur
Gianfranco de Bosio, pour leur spéciale participation dans ce projet.

guide_fre.indd 2 24/03/05 10:08:13


Ce livret est une collection de conseils de presque cinquante poètes importants
de 25 pays et de 5 continents, sur les meilleures façons de présenter la poésie aux élèves de
l’enseignement secondaire. Il a été élaboré principalement pour être utilisé dans les programmes
de formation des enseignants dans le but d’apporter aux méthodes d’enseignement de la poésie
deux dimensions importantes : aussi bien la perspective créatrice des poètes eux-mêmes que la
perspective de différentes cultures concernant la lecture et l’écriture de la poésie.

Il ne s’agit pas d’une méthodologie en soi. Habituellement, les manuels utilisés


par des professeurs pour concevoir le plan des leçons pour l’enseignement de la poésie
sont écrits par des pédagogues et sont en grande partie basés sur la recherche et les
expériences tirées de l’enseignement.

L’enrichissement de ces méthodes par la prise en compte des points de vues


des poètes les plus importants et vivants actuellement peut être de grande valeur dans
la formation des professeurs permettant de stimuler la pensée créatrice des élèves du
niveau secondaire. En fait, il est à espérer que les utilisateurs de ce guide inviteront
les poètes dans leurs salles de classe. En outre, le perfectionnement des méthodes de 3
formation des enseignants par des points de vue de différentes cultures devrait élargir
l’approche des professeurs dans les lycées mettant l’accent sur l’éducation multiculturelle
ou l’éducation à la paix.

Le texte propose des réponses aux questions sur l’enseignement de la poésie au niveau
de l’école secondaire. Ces réponses ont été reçues dans des différentes langues. Elles sont
toutes présentées dans trois publications séparées, en anglais, en français et en espagnol. Les
textes complets des trois publications, ainsi que les réponses dans d’autres langues que l’anglais,
le français ou l’espagnol, peuvent être consultées dans leur langue d’origine sur le site Web :
http://www.unesco.org/education/teachers/poetry

Chaque poète a aussi été invité à fournir au choix, des données biographiques :
certains l’ont fait, d’autres pas. Les renseignements fournis sont présentés.

Afin d’offrir une synthèse des contributions et de la pensée des différents poètes,
un résumé rédigé par le remarquable poète irlandais Paul Muldoon est présenté au début de
la version anglaise et une vue d’ensemble par la toute aussi remarquable poétesse libanaise
Vénus Khoury-Ghata au début de la version française. Cependant, le but de ce projet n’est
pas d’évaluer ou de comparer les idées présentées par tous ces poètes. Chaque utilisateur de
cette brochure dans chaque partie du monde aura des motifs différents pour juger de l’utilité
de différentes sections.

Nous souhaitons exprimer notre profonde gratitude à tous les poètes qui ont participé à
ce projet et qui ont fait don de leurs pensées à l’UNESCO et à tous les enseignants du monde.

Ce livret est distribué gratuitement.

guide_fre.indd 3 24/03/05 10:08:14


par Vénus KHOURY-GHATA

POURQUOI FAUT-IL INTÉGRER LA POÉSIE


DANS L’ENSEIGNEMENT SCOLAIRE ?

La poésie magnifie la vie, élève le langage, suscite une compréhension du


monde au-delà du quotidien, raffine l’écriture, sensibilise les jeunes, enraye l’angoisse
due à la course derrière le confort matériel, permet de capturer un instant réel, dit le
poète libanais Salah Stétié.

La poésie étant un langage universel au même titre que la musique et la peinture,


elle crée des liens entre les jeunes issus de pays différents, rapproche leurs sensibilités,
rend homogènes leurs réactions face à un poème, qu’il soit écrit en français, en anglais
ou en espagnol.

Aux jeunes qui résistent à ce langage inhabituel qu’est la poésie, il faut la 5


présenter sous une forme ludique, une sorte de jeu avec les mots et les images.

Nombreux les poètes interrogés qui mettent l’accent sur le pouvoir apaisant de la
poésie qui familiarise les jeunes avec tout ce qui échappe au langage quotidien, utilitaire,
renseigne sans en avoir l’air sur des faits historiques : Waterloo de Victor Hugo raconte
l’ultime défaite napoléonienne. Des poètes arabes de l’époque abbasside ou omayade
racontent les déchirements internes entre les tribus ennemies à l’orée de l’Islam.

Le poète pakistanais Ahmad Ishfaque met l’accent sur l’action positive de la


poésie dans son pays. Les poèmes chantés en chœur ou même présentés telles des joutes
entre élèves du même âge, récités devant des adultes qui notent leurs prestations, ont un
effet bénéfique sur ces adolescents qui se rappelleront leur poème toute leur vie.

COMMENT INCITER LES JEUNES A DEVENIR CRÉATIFS ?

Bien que la plupart des poètes déconseillent la mémorisation du poème comme


méthode valable pour inciter les jeunes à devenir créatifs, il faut comprendre que ces
poètes parlent de la mémorisation comme approche unique de la créativité. Donc la
mémorisation a de la valeur quand elle débouche sur de l’invention, quand elle devient
une base sur laquelle les jeunes peuvent se poser pour voler de leurs propres ailes.

guide_fre.indd 5 24/03/05 10:08:14


Comment inciter les jeunes à devenir créatifs ? En formant les enseignants pour
qu’ils donnent aux jeunes l’envie d’écrire de la poésie soit en paraphrasant un poète
connu, soit de décrire en poème une scène qu’ils ont vécue, conseille le poète irlandais
Eavan Boland, et en invitant des poètes en classe. Ou en créant des clubs de poésie,
où les jeunes liront leurs poèmes, compareront leurs textes, se critiqueront au besoin.
Poèmes et textes publiés dans un journal scolaire, dans une revue ou un journal, dit le
poète bulgare Lubomir Levtchev.

Aux jeunes attirés par l’image, on peut leur demander de raconter en vers une
toile de peinture célèbre telle « Le naufrage de la méduse » ou « L’enlèvement d’Europe »
ou « La mort d’Atala », toiles qui ne peuvent pas laisser indifférent.

Les poètes arabes favorisent la mémorisation du poème, méthode qui a donné


ses preuves en d’autres temps, mais qui n’est plus conseillée.

Les poètes africains conseillent d’inviter des conteurs et des griots en classe. De
les promener dans la nature et leur demander de la décrire. D’autres aimeraient trans-
porter les poèmes écrits par les jeunes sur disque compact.

Nombreux favorisent la manière narrative et la lecture du poème à voix haute.


6 Voire sa théâtralisation.

Le poète éthiopien Fékadé Azeze conseille de mettre le poème en musique, de


le croquer au crayon, de l’illustrer.

Tous les poètes interrogés mettent l’accent sur l’enseignant, son rôle est primordial.
C’est à lui, en faisant la différence entre un texte écrit en prose et un poème, de dire quelle
est la différence entre les deux genres.

La poétesse sud-américaine, Rocío Silva Santisteban, conseille au jeune de


tenir une sorte de journal dans lequel il copie des poèmes qu’il aime ou qu’il a écrit, des
pensées. Il pourra également copier des chansons qui lui plaisent.

Pratiquer la méthode du « cadavre exquis « chère aux surréalistes. Un élève


récite un vers, le suivant récite un autre vers qui commence par la dernière lettre de
celui qui l’a précédé. Il faut leur donner des thèmes faciles, à leur portée.

PEUT-ON INITIER LES JEUNES A D’AUTRES CULTURES ?

On peut sensibiliser les jeunes à la culture d’un autre pays mais après leur avoir
expliqué le contexte géographique de ce pays, son histoire, ses us et ses coutumes.
Connaissances qui faciliteraient la compréhension de sa littérature, même de sa poésie.
Pour ma part, je suggère une lecture de «Kalila oua doumna» traduit de l’arabe, et

guide_fre.indd 6 24/03/05 10:08:15


duquel s’était inspiré Esope pour écrire ses fables, ainsi que La Fontaine pour écrire les
siennes. Ces contes célèbres écrits en persan, et qui ont voyagé au cours des siècles dans
toutes les langues dont le grec et le français sont le meilleur exemple à donner sur la
sensibilisation des jeunes à d’autres cultures.

La poésie folklorique, le rap, les chansons peuvent également sensibiliser les


jeunes issus de pays différents.

Et pourquoi pas le cinéma. Les dialogues de Prévert sont imprégnés de poésie.


Plus près de nous de jeunes cinéastes font passer la poésie à travers l’image.

guide_fre.indd 7 24/03/05 10:08:17


Pays de Naissance/ Langage
NOM
de Résidence de la réponse

01. AIDOO Ama Ata Ghana Anglais

02. AL-BABTAIN Abdulaziz Koweït Arabe

03. AL-GOSAIBI Ghazi Arabie Saoudite Arabe

04. AL-HAZMI Mansour Bin Ibrahim Arabie Saoudite Arabe

05. AMOA Urbain Côte-d’Ivoire Français

06. ANOMA KANIE Léon-Maurice Côte-d’Ivoire Français

07. ARBELECHE Jorge Uruguay Espagnol

08. Asociación de Opiniones de Escritores Costa Rica Espagnol

09. AZEZE Fékadé Éthiopie Anglais

8 10. BLOT Jean France Français

Irlande/
11. BOLAND Eavan Anglais
Etats-Unis d’Amérique

12. BONI Tanella Côte-d’Ivoire Français

13. CADORESI Domenico Italie Italien

14. CAMARA Nangala Côte-d’Ivoire Français

15. CLANCIER Georges-Emmanuel France Français

16. DADIÉ Bernard Côte-d’Ivoire Français

17. DAVID Sandu Romania/Israël Anglais

18. DJELHI YAHOT Adamoh Côte-d’Ivoire Français

19. FORD-SMITH Honor Canada/Jamaïque Anglais

20. GEBEYEHU Berhanu Éthiopie Anglais

21. GENTILUOMO Paolo Italie Italien

22. GROBLI Zirignon Côte-d’Ivoire Français

23. GUEVARA MIRAVAL Jaime Pablo Pérou Espagnol

24. HELFT Claudine France Français

guide_fre.indd 8 24/03/05 10:08:17


Pays de Naissance/ Langage
NOM
de Résidence de la réponse

25. HELU-THAMAN Konai Tonga/Fidji Anglais

26. ISHFAQUE Ahmad Pakistan Anglais

27. JARAMILLO MUÑOZ Eduardo Hugo Équateur Espagnol

28. KASSAHUN Dagnachew Éthiopie Anglais

29. KHOURY-GHATA Vénus Liban Français

30. KISS Irén Hongrie Italien

31. KONAN Nokan Côte-d’Ivoire Français

32. LEVTCHEV Lubomir Bulgarie Russe

33. MIEZAN-BOGNINI Joseph Côte-d’Ivoire Français


9
34. MORANDINI Luciano Italie Italien

35. MOTION Andrew Royaume Uni Anglais

Irlande du Nord/
36. MULDOON Paul Anglais
Etats-Unis d’Amérique

37. SECK MBACKÉ Mame Sénégal/France Français

38. SILVA SANTISTEBAN Rocío Pérou Espagnol

39. STÉTIÉ Salah Liban/France Français

40. VILLALTA Gian Mario Italie Italien

41. WOLDE-EYESUS Haddis Éthiopie Anglais

42. WOLDE-SADIK Neway Éthiopie Anglais

43. WORKSHOP (Atelier de Medellín, 1999)


- DUTTON Paul Canada Anglais
- RAKEI Fatema Iran Anglais
- Anonyme Anglais
- Anonyme Pays Bas Anglais
- Anonyme Espagnol

44. YIMAM Baye Éthiopie Anglais

guide_fre.indd 9 24/03/05 10:08:17


1. Comment souhaiteriez-vous que la finalité de la poésie soit
présentée aux adolescents ?

2. Comment voudriez-vous que les enseignants différencient-


ils le langage de la poésie de celui de la prose ? Y a-t-il
des méthodes didactiques permettant d’inciter les adoles-
cents à utiliser la poésie pour exprimer ou comprendre des 11
sujets qui pour des raisons thématiques ou affectives, sont
difficiles ?

3. Comment les enseignants pourraient-ils contribuer à motiver


les jeunes à visualiser les images créées par les textes poéti-
ques et cultiver l’attention à l’utilisation des images dans
l’expression poétique ?

4. Comment les enseignants peuvent-ils aider les élèves du


secondaire à utiliser la poésie pour affiner leur compré-
hension de la différence entre perception subjective et
perception objective ?

5. Y a-t-il dans votre pays d’origine ou le pays où vous


résidez des méthodes qui vous semblent personnellement
efficaces pour enseigner la poésie aux élèves du secondaire
et qui pourraient être utilisées tout aussi bien dans d’autres
régions du monde ?

guide_fre.indd 11 24/03/05 10:08:18


13

guide_fre.indd 13 24/03/05 10:08:22


AIDOO Ama Ata (Ghana)

1. Comme tous les produits artistiques, la poésie nous distrait et nous détend en apai-
sant la tension due au travail ou à d’autres causes. Quand il s’agit de très bonne
poésie, elle renseigne sur les autres mondes, dont nous ne sommes pas conscients.
Quand elle donne le meilleur d’elle-même, la poésie peut nous inspirer à devenir
meilleurs en tant qu’êtres humains.

2. La poésie emploie moins de mots pour représenter l’idée la plus verbalement


expansive. Elle a, ou doit avoir, un rythme intérieur.

3. En les incitant à faire travailler leur imagination et à ressentir les dimensions multi-
ples des mots.

4. Pour commencer, en demandant aux élèves d’essayer d’être des poètes et de


ressentir les ambiances ou les évènements que les poètes transmettent.

5. Des représentations parallèles des idées.

14
AL-BABTAIN Abdulaziz Saoud (Koweït)

1. En présentant aux adolescents quelques exemples ou quelques modèles de poèmes


arabes classiques, afin qu’ils puissent découvrir tout ce que ces poèmes renferment
comme aspects suscitant leur curiosité, leur étonnement, les invitant à les lire, les
comprendre et les critiquer pour mieux saisir la singulière créativité de ces poèmes.

0. Ces modèles de poèmes classiques doivent avoir des thèmes ou des sujets corres-
pondant aux attentes des adolescents, à leurs inquiétudes, à leurs soucis. Ces sujets
doivent être traités dans ces poèmes avec beaucoup d’objectivité en proposant les
solutions appropriées à leurs problèmes ou du moins en les incitant à chercher les
solutions qui leur conviennent.

0. En variant les sujets ou les thèmes traités par ces poèmes sans négliger d’aborder
le côté moral ou social des choses, mais aussi le côté subjectif (les états d’âme, les
sentiments, les émotions) ou bien le côté patriotique engagé.

2. Je trouve la première partie de la question (« Comment voudriez-vous que les ensei-


gnants différencient-ils le langage de la poésie de celui de la prose ? ») assez étrange.
Les enseignants ne sont guère le bon groupe cible pour répondre à cette question !

0. La langue de la poésie se distingue de celle de la prose par la musicalité, le rythme,


les syllabes, les rimes.

guide_fre.indd 14 24/03/05 10:08:23


0. La meilleure méthode pédagogique pour faire aimer la poésie par les adolescents
c’est de leur apprendre à analyser les poèmes, à les démonter, les disséquer de sorte
qu’ils puissent apprécier le fond et la forme, le style, les métaphores de chaque
poème. Les inciter à les apprendre par cœur et leur communiquer l’amour ou la
passion de composer des poèmes et devenir des poètes.

3. En les encourageant à lire les principales sources de la langue arabe, à savoir le


Coran, la poésie antéislamique et surtout les grands ouvrages ou œuvres qui servent
de références en poésie.

4. Le terme arabe pour « poésie » (shi’r) vient du terme shu’ur qui veut dire « sentiment »
ou « conscience » soit, par définition, la perception subjective. Une fois que la jeune
personne ou l’élève s’est bien familiarisé avec les outils de la poésie à savoir la langue,
la musicalité, le vers et le rythme, ainsi qu’avec les règles de grammaire et l’inflexion,
et qu’il aura acquis une bonne connaissance de son héritage culturel comprenant la
richesse des synonymes de sa langue, ces divers facteurs aideront ses talents poéti-
ques innés à se manifester et à s’épanouir. En premier lieu, il ou elle apprendra à
exprimer ses sentiments et ses problèmes personnels, ce qui relève du domaine de la
perception subjective. Cette perception subjective précède nécessairement la percep-
tion objective qui, elle, est la sphère de tout ce qui ne relève pas du subjectif. Et de là
l’élève apprendra à faire la différence entre les deux sortes de perception. 15

5. A ce jour, je n’ai pas identifié une telle méthode. Cependant, il existe un élément
infrastructurel qui pourrait étayer des méthodes d’enseignement efficaces à la
condition qu’elles soient développées de façon adéquate. Je me réfère aux librairies
audio-visuelles de poésie arabe sous forme d’enregistrements sur vidéo-cassette dans
lesquels la poésie est déclamée par une voix attrayante avec une attention particulière
à la grammaire et à l’expression.

AL-GOSAIBI Ghazi (Arabie Saoudite)

1. Le meilleur moyen c’est de sélectionner des textes poétiques ne comportant pas


de choses étranges dans les mots, la terminologie, le vocabulaire, autrement dit de
sélectionner des textes classiques. C’est la première condition, et la deuxième réside
dans le thème de ces textes. Les thèmes doivent être faciles, à la portée des élèves
ou des étudiants comme par exemple un texte décrivant une chose passionnante ou
une relation humaine.

2. Le sujet ne concerne pas que la langue. La poésie diffère de la prose par sa musicalité
(rime), sa cadence (rythme), et par la transparence et le symbolisme de son langage.

2. Quant aux enseignants, il faut les équiper d’ouvrages et de recueils d’illustres


- -
poèmes en arabe, anciens et modernes. Deux magnifiques exemples sont le D’iwan

guide_fre.indd 15 24/03/05 10:08:24


al-shi’r al-‘arabi- (anthologie de poésie arabe), publié par Adonis, et l’ouvrage intitulé
- al-shi’r al-‘arabi- al-mu-asir
Kitab - (poésie arabe contemporaine), édité par Ibrahim
Al-Urayyid.

3. Un être humain qui ne possède rien, ne peut rien donner à un autre être humain : un
enseignant qui n’apprécie pas le langage imagé, ne sera pas capable de transmettre
une appréciation de ce langage à ses élèves. L’important c’est de s’éloigner de la
méthode qui consiste à coller au sens des mots au premier degré, mais plutôt il faut
enseigner aux élèves de regarder chaque vers comme un tableau, comme une pein-
ture à l’huile, et expliquer les recoins et les reliefs de ce tableau.

4. L’enseignant peut donner comme exemple des vers illustres pour inciter les élèves
à en composer eux-mêmes dans des situations analogues. Par exemple, lors de la
remise des diplômes il peut citer le vers composé par le grand poète arabe Al-
Mutanabbi qui dit :

« L’homme ne peut espérer atteindre tout ce qu’il désire,


les vents soufflent à leur gré et pas au gré des bateaux ».

ou alors les vers du grand poète égyptien, Chawki :


16
« Les choses désirées ne s’obtiennent pas que par l’espoir,
mais le monde peut être conquis par la lutte ».

5. Non.

AL-HAZMI Mansour Bin Ibrahim (Arabie Saoudite)

1. Je ne suis pas certain de ce que vous voulez dire par « la finalité de la poésie » ; c’est
peut-être une erreur de traduction. S’il s’agit de l’objectif final déterminé ou déve-
loppé par le poète tout au long de son poème, il faut reconnaître que ces objectifs
ont beaucoup évolué au fil des siècles. Je veux dire qu’un texte peut avoir plusieurs
lectures. Et je pense que la lecture des poèmes est devenue une mission difficile,
non seulement pour les jeunes mais aussi pour les gens très cultivés. Par conséquent,
dispenser une formation continue de la poésie moderne devient indispensable.

2. Il n’existe pas de limites précises séparant la prose de la poésie, mais les anciens
ont rattaché la poésie aux sentiments et à la rêverie et la prose, elle, a été rattachée
à la pensée. Toutefois, les questions littéraires ne sont jamais aussi définitives ou
catégoriques comme c’est le cas pour les questions scientifiques. Dans tous les cas,
nous assistons ces derniers temps à la naissance d’un genre nouveau : le poème en
prose; il se peut qu’il y ait un mélange des genres qui rend difficile actuellement
toute différenciation entre prose et poésie comme c’était le cas par le passé dans la
période classique.

guide_fre.indd 16 24/03/05 10:08:26


3. A mon avis, l’esprit des jeunes peut s’imprégner davantage de ces images poétiques
à travers une lecture approfondie et une formation portant sur la compréhension et
l’appréciation de la poésie, permettant ainsi à leur imagination d’intégrer ces images
comme ils l’entendent. De nos jours, il serait peut-être judicieux de recourir aux
nouveaux outils ou aux nouvelles technologies pour promouvoir la compréhension
de figures de style complexes : par des moyens télévisuels ou cinématographiques.

4. Je crois qu’en général les enseignants eux-mêmes ont besoin d’une formation
spéciale pour accomplir cette tâche avec succès. En même temps, il serait essentiel
de créer ou de reproduire l’atmosphère qui convient en vue de stimuler l’interaction
entre l’enseignant et l’élève. Il faut aussi recourir aux activités extra scolaires afin
que la poésie devienne un hobby, une passion, et non pas une simple composante
du programme.

5. Malheureusement non, ces méthodes n’existent pas. À mon avis, la compréhension


et l’appréciation de la littérature sont devenues des thèmes tellement abstraits pour
les étudiants d’aujourd’hui, qu’il n’est pas possible de faire une comparaison entre
ces derniers et leurs prédécesseurs des générations antérieures. Il se peut que ce
problème soit un problème d’ordre général et non pas particulier à un pays donné.

17

AMOA Urbain (Côte d’Ivoire)

1. L’expérience que nous avons faite avec nos étudiants (Section Musique de l’ENS)
nous autorise à affirmer comme indiqué dans notre Thèse de Doctorat d’État inti-
tulé : « Textanalyse du discours poétique. Le cas du langage tambouriné », que le
maître doit :
1) dire pour faire sentir le texte poétique
2) faire sentir pour mettre en musique et/ou réécrire théâtralement pour faire jouer.

2. Qu’ils aient une initiation approfondie sur le langage poétique, sur la poétique du
texte en prose et sur la poétique du texte poétique.

Principe de base : comprendre le texte et savoir en apprécier le fonctionnement.


Pour les méthodes et stratégies notre thèse qui peut être mise à disposition en fait
un objet essentiel.

3. Le cours de poésie, ainsi que nous l’avons pratiqué dans nombre de lycées
et à travers les sessions que nous avons animées pour le compte de l’Agence
Intergouvernementale de la Francophonie est une fête : fête de réécriture – fête de
théâtralisation – fête de la musique (à deux niveaux : la quête de la musicalité du
texte, prélude à la musicalisation). Le cours de poésie doit être un prélude à un
récital de poésie.

guide_fre.indd 17 24/03/05 10:08:27


4. Au nombre des approches souhaitées pourrait figurer celle qui consiste dans
l’appréciation de la poésie en tant que création et art. D’où la nécessité pour
l’enseignant de :
1) comprendre le texte et savoir interpréter l’inconscient de ce texte ;
2) sentir ;
3) faire sentir et comprendre (sentir → subjectivité / comprendre → objectivité).

5. Il peut être retenu, entre autres :


• Dire à haute voix en mimant le récit
• Dire à haute voix en mettant en situation des personnages
• Ponctuer le récit de chants et de participation collective
• Faire apprendre le texte en le jouant comme une pièce de théâtre
• Produire des cassettes didactiques.

ANOMA-KANIE Léon-Maurice (Côte-d’Ivoire)

18 1. Nous considérons la Poésie comme le fondement et la synthèse de tous les genres


littéraires à partir desquels l’essentiel de la culture est compris et approfondi. Un
poète par conséquent peut être facilement romancier, dramaturge, conteur, auteur
de chansons, de chants, etc. C’est pourquoi son importance doit être soulignée dans
les enseignements. D’où l’erreur de sa suppression dans les programmes scolaires.
Il faut absolument étudier et enseigner la Poésie qui est un tout. Savoir qu’on naît
poète, on le devient quelquefois par l’étude, la culture et le travail. La poésie peut
aboutir à la philosophie et à la science.

2. Pour initier les jeunes au langage poétique, différent de la prose, les habituer à
humaniser les êtres et les choses (objets inanimés avez-vous une âme..., etc.).
Faire parler les choses inanimées comme si elles étaient des hommes, comme des
personnes et surtout, faire imaginer ce qu’on veut exprimer et ne pas le dire franche-
ment, directement.

Exemple : Le jour se lève, non, prose. Il faut dire par exemple : La nuit s’achève et
éclaire le jour, poésie !

3. Pour réussir, les enseignants doivent être eux-mêmes poètes d’abord pour aimer et
faire aimer la poésie et l’enseigner. L’idéal serait d’utiliser les bons poètes pour ensei-
gner leur art. C’est une condition de réussite. Cette ignorance aboutit à l’impasse
que nous connaissons actuellement.

4. Il faut que l’enseignant soit d’abord, non seulement instruit mais cultivé, résultat de
beaucoup de lecture, de culture et d’observations personnelles, car on peut être
instruit et non cultivé, éclairé.

guide_fre.indd 18 24/03/05 10:08:28


5. Les contes – les proverbes, les aphorismes africains –. Ne pas hésiter à aller dans
les villages, les campements et écouter les habitants, les chefs traditionnels, leurs
langages aux multiples saveurs.

ARBELECHE Jorge (Uruguay)

1. La poésie est un reflet du monde et de l’homme exprimé par le moyen du langage


et qui s’appuie à la fois sur la sensibilité et sur l’intellect.

2. Le moyen le plus efficace d’atteindre les adolescents passe par le biais de la sensi-
bilité dans une première étape. La différence entre la langue poétique et la prose
doit être subtile car le discours poétique n’a pas à être nécessairement littéraire et
pompeux.

3. La visualisation d’une image poétique pourra s’appuyer sur d’autres formes d’expres-
sion comme la plastique, la musique et l’informatique.

4. Ils peuvent les aider à acquérir le sens des nuances et s’efforcer de promouvoir et
orienter la création personnelle des adolescents afin qu’ils ressentent la nécessité de 19
l’expression artistique.

5. Il n’existe pas de méthode. En général, ici comme ailleurs, il existe un préjugé vis-à-
vis de la poésie dont on estime que c’est la chose la plus difficile à enseigner.

Asocio de Opiniones de escritores (Costa Rica)

1. La poésie répond au besoin d’exprimer les sentiments de votre être intime qui résu-
ment l’analyse d’une situation particulière ou de l’existence en général.

2. Le langage poétique diffère de la prose. Celle-ci est directe et concise et définit


exactement la situation ou un aspect de la situation. La langue poétique atteint
d’emblée à l’essence des choses. C’est comme un concentré de l’essence des choses
et des situations qui autorise de multiples interprétations.

3. Il faut lire et analyser de nombreux textes. La poésie n’appartient pas seulement


à celui qui la crée. La beauté qui s’en dégage a besoin d’être partagée. Privé de
lecteurs capables de vivre le texte poétique et d’en ressentir l’impact, celui-ci
n’existe pas. La beauté n’est pas quelque chose que je suis seul à pouvoir sentir, il
faut que tous ou le plus grand nombre vibrent en sa présence.
La poésie est synthèse, vérité et beauté. Avant tout, beauté de la parole, pas seule-
ment du point de vue de la forme mais surtout du contenu.

guide_fre.indd 19 24/03/05 10:08:29


4. La poésie comme toute forme d’expression qui passe par le langage doit être intelli-
gible, non par la raison mais par le sentiment.

Elle doit être lue et perçue comme le sentiment formé ici par le biais de la parole et
qui émane par soi seule pour parvenir jusqu’au for intérieur de l’adulte ou de celui
qui écoute. Ce n’est pas seulement l’exactitude de la langue. C’est la combinaison
de paroles et d’idées transcendées par la beauté, dont le contenu va au-delà du
langage sans cesser pour autant d’être harmonieux. Il faut pétrir la langue jusqu’à ce
qu’elle rende exactement le sentiment poétique.

Il faut éviter d’utiliser une langue confuse et incompréhensible, impropre à trans-


mettre les idées et les émotions. C’est pourquoi la justesse d’expression est le moyen
le plus approprié pour transcrire la beauté inhérente à la poésie.

5. Pas spécialement, mais la méthode la plus indiquée est la lecture des textes et la
pratique de la poésie.

Il faut permettre aux élèves d’exprimer leurs sentiments en évoquant et en concré-


tisant des situations chargées d’affection : un paysage, une nuit de pleine lune, un
coucher de soleil, une matinée ensoleillée, une belle chanson, une action exaltante,
20 etc., autant de situations auxquelles il convient de confronter les jeunes pour éveiller
en eux ce monde poétique qui existe en chacun de nous, même si certains sont plus
aptes à l’exprimer. Sitôt terminée la rédaction du poème ou du texte poétique, il
faut inviter l’auteur à se relire une ou plusieurs fois pour épurer sa langue. Supprimer
les mots inutiles et éviter de répéter gratuitement les mêmes idées ou les mêmes
sentiments.

AZEZE Fekade (Éthiopie)

1. Je pense que, d’une manière générale, la littérature peut être l’un des instruments
servant à construire la défense de la paix « dans les esprits des hommes ». Je voudrais
penser que l’enseignement de beaux poèmes courts, écrits dans un langage simple
mais traitant de divers sujets et questions très importants pour l’humanité, contri-
buera dans une large mesure à façonner la personnalité des jeunes gens partout
dans le monde. Le fait de faire revenir la poésie (ou la littérature en général) dans les
écoles secondaires, les universités et autres établissements supérieurs à des doses
raisonnables ouvrira, j’espère, la voie au bon sens et la fermera à Rambo, au kung-fu
et à la violence dans les têtes des jeunes.

2. Il n’y a pas d’autre moyen qui me vienne à l’esprit, à part l’utilisation de textes
illustrés pour les deux formes. Bien sûr, l’idéal serait de commencer avec des textes
simples et de passer progressivement à des textes plus complexes. Mais c’est plus
facile à dire qu’à faire.

guide_fre.indd 20 24/03/05 10:08:30


« Inciter les adolescents à utiliser la poésie pour exprimer ou comprendre des sujets
qui pour des raisons thématiques ou affectives sont difficiles » : 1) choisir les poètes
qui emploient des images et des mots simples pris dans le quotidien des gens plutôt
que des poètes qui font appel à des images intellectuelles (légendes et mythes
grecs, romains, bibliques, etc.), 2) débattre du poème, en commençant par le titre,
avant de le lire, 3) que l’enseignant explique le thème du poème ou le sujet avant
d’aborder le poème en classe. J’ai trouvé que cette méthode portait ses fruits quand
j’ai enseigné des poèmes en amharique.

3. Une foule d’images est employée dans les conversations de tous les jours. Ce qu’on
considère comme prose ne l’est pas toujours exactement. Beaucoup d’images et
de métaphores sont employées dans la langue de tous les jours. Les enseignants
doivent, à mon avis, leur prêter davantage d’attention qu’ils ne l’ont fait jusqu’à
présent. Les rassembler et les citer comme autant d’exemples illustrant l’emploi
d’images dans la routine quotidienne serait un bon début.

Une autre manière de motiver les jeunes est de les encourager à mémoriser des
poèmes courts, simples, beaux et profonds. Ceci les aide à développer leur sens du
rythme et leur goût de la poésie.

En outre, on devrait envisager l’enseignement de la poésie comme l’enseignement de 21


la vie : beauté, laideur, mort, valeurs, guerre, sécheresse, etc. Si on en fait quelque
chose d’aride et d’excessivement scolaire (en abordant des questions de métrique,
etc.), on dissuade généralement les jeunes élèves. Il serait plus enrichissant si ensei-
gner la poésie voulait dire enseigner à ressentir, à comprendre la manière dont les
autres ressentent et vivent et comment parvenir à un équilibre entre la multitude de
sentiments qui affluent à nous.

4. C’est une bonne question. Le problème sévit fortement parmi nos étudiants, généra-
lement indépendamment de leur champ de spécialisation. Il faut donc s’y attaquer
comme au problème général de perception qu’il est.

La poésie peut, d’une certaine manière, contribuer à atténuer ce problème. La solu-


tion clé réside dans la compétence de l’enseignant qui choisit, présente et explique
des textes appropriés qui servent à illustrer un thème donné. Bien sûr, l’élaboration
de manuels scolaires peut être envisagée par l’UNESCO et ses experts.

5. Je crois que chaque enseignant a ses propres méthodes. Que je me rappelle, nous
n’avons jamais parlé de cette question en public.

guide_fre.indd 21 24/03/05 10:08:32


BLOT Jean (France)

1. Comme l’expression de la vie même, le bond spontané du langage. Le moyen de


dire ce qui échappe aux mots. L’univers de leur cœur secret. Comme ce qui reste de
l’enfance aux adultes.

2. Comme le contraire de l’Ordre syntaxique.


De la Dictature du langage officiel.
Comme un jeu – une libération. Écrivez n’importe quoi, n’importe comment!

3. La Vidéo : montrez un film sur l’Albatros.


Lisez : le poème. La cigale et la fourmi...
Dites-leur de bien regarder un arbre, un nuage.
Demandez-leur de dessiner ce qu’ils ont vu dans un poème. Insistez sur la surprise
naturelle de la métaphore juste.

4. Les animaux décrits par les dictionnaires. Les mêmes dans les fables (ou T.S. Eliot).
Un film sur la rose, la montagne, le lac..., les mêmes dans des citations des poètes
– (Lamartine, Hugo, Baudelaire etc.). Le vin etc.

22 5. Non.

BOLAND Eavan (Irlande/Etats-Unis d’Amérique)

1. Le principe premier de l’enseignement de la poésie est la participation. La poésie


ne peut être enseignée aux adolescents, ni aux adultes ni à quiconque, que s’ils ne
participent pas à ce qu’ils lisent et entendent. Ceci induit que la poésie doit être
profondément ancrée dans leur culture, leur milieu, leur histoire ou anti-histoire.
Elle ne doit pas être enseignée comme un ensemble académique et oppressif de
déclarations solennelles, mais comme quelque chose à laquelle ils peuvent adhérer
et qu’ils peuvent s’en approprier.

2. La manière de différencier langage prosaïque et langage poétique est encore une fois
affaire de débat, d’engagement, loin de tout principe absolu. Le fait est qu’un chant
de guerre zoulou (comme celui entendu lors de l’investiture de Nelson Mandela) est
fort différent d’un poème de Wallace Stevens. Mais les différences sont complexes,
pas simples. Chaque société produit une idée légèrement différente de ce qui est
prosaïque et de ce qui est poétique. L’important, en termes d’éducation, est d’ouvrir
le débat et de ne pas l’étouffer par des conclusions.

3. Une méthode consiste à construire des modèles et des emblèmes sur la manière
dont est fait un poème. Prenez une image d’un poème de la guerre de 1914-1918 et
demandez aux élèves de la classe d’écrire cette image comme s’ils étaient des soldats
pendant la guerre civile des États-Unis (ou une autre, selon le contexte), ou un poème

guide_fre.indd 22 24/03/05 10:08:33


d’Anne Bradstreet sur l’incendie de sa maison et demandez-leur de refaire cette image
en la situant dans le contexte d’un incendie criminel en ville à l’époque actuelle. Une
fois qu’ils participent – toujours le même principe –, ils visualisent l’image dans le
contexte dont elle provenait d’abord, c’est-à-dire l’expérience humaine. Extraire des
images de ce contexte ne mène généralement à rien avec de jeunes élèves.

4. Je ne le vois absolument pas comme une fonction de la poésie, laquelle aurait plutôt
une fonction inverse. L’enseignement devrait établir des passerelles entre les deux,
plutôt que les opposer. La difficulté est de faire en sorte que les élèves fassent
confiance à des appréciations subjectives.

5. Il existe tant de manières différentes d’enseigner la poésie qu’aucune d’entre elles


n’est parfaite. L’Irlande a beaucoup misé sur le travail mnémonique et pas toujours
avec de bons résultats. Mais il n’y a pas de doute sur le fait que le travail de groupe
– le regroupement d’élèves en petites équipes où chacun lit aux autres et où on
écrit ensemble – renvoie à l’aspect communal de la poésie d’autrefois et il est très
efficace pour contrarier la crainte que l’élève qui aime la poésie soit montré du doigt
comme un « ringard » ou un asocial.

23
BONI Tanella (Côte-d’Ivoire)

1. La poésie c’est d’abord la parole primordiale. Et la parole s’exprime et se condense


dans le mot, le rythme et l’image.

2. Il s’agit d’insister sur la spécificité du mot poétique en tant que porteuse d’image et
de sens.

En outre un seul mot ne fait pas un poème.


La poésie se trouve dans la liaison, l’agencement des mots.

3. La poésie c’est aussi la voix et pas, comme on l’enseigne souvent, la récitation.


Motiver les jeunes pour qu’ils écrivent eux-mêmes des poèmes : poèmes collectifs
(à propos d’un événement ou d’une situation donnée). Poèmes individuels à partir
d’un vocabulaire trouvé ensemble, etc.

Insister sur l’aspect jeu et fête des mots pour donner le goût de la poésie. Il s’agit
avant tout de libérer le langage.

4. Insister sur le fait que la poésie est d’abord une affaire de sensibilité, de percep-
tion du sujet, de visualisation et surtout d’émotion. La perception objective est une
affaire de vérité et de démonstration.

5. La recherche en commun d’un vocabulaire et l’écriture de textes poétiques soit en


commun, soit individuellement.

guide_fre.indd 23 24/03/05 10:08:34


CADORESI Domenico (Italie)

1. Même si je ne crois pas qu’il y ait un consensus sur les « finalités » de la poésie,
puisque ces « finalités » dépendent des « conceptions du monde et de la vie »
personnelles, j’estime pouvoir affirmer que mon souhait est de voir un jour la poésie
proposée dans les programmes éducatifs comme une discipline à part entière,
libérée de l’immense champ de la littérature, mais qui se réduit pour l’instant
presque toujours à un répertoire de noms et de titres.

Et ce ne serait pas là un traitement de faveur, étant donné que jouissent déjà d’un
tel statut, par exemple, les beaux-arts et la musique (même si c’est presque toujours
seulement de manière superficielle, ce qui donne lieu en l’occurrence à cécité et
surdité !).

Par ailleurs, je ne voudrais pas être pris pour un idéaliste qui invoque l’usage
abstraitement spirituel d’une poésie censée être la dépositaire de ce que d’aucuns
appellent la « voix des muses ».

À mon avis, la poésie est au contraire un moyen de communication parfaite-


ment technico-expressif, absolument « a-technologique », qui peut être décodé et
24 recomposé pour qu’on puisse en appréhender la valeur et en avoir une véritable
information.

D’où la nécessité de la traiter d’une manière autonome, même si ce doit être sur des
plans différents.

Du reste, ce serait nécessaire avec tous les arts.

2. Il existe une discipline qui s’appelle « narratologie », donc la différenciation « existe ».


Il suffirait que les enseignants le sachent et qu’ils aient la possibilité d’y travailler
objectivement en ayant bien conscience des motifs pour lesquels ils le font.

La « différenciation » est en réalité un fait spécifique et technique et elle est néces-


saire si l’on ne veut pas retomber dans la généricité confuse propre à Benedetto
Croce et à son école.

S’agissant de mettre en évidence la « différenciation » qui nous intéresse ici, nous


pourrions noircir bien des pages... ce qui est ici impossible. Toutefois, on peut du
moins dire une chose très importante : il faut « avoir toujours bien présente à l’es-
prit la distinction entre prose et poésie ». Mais il faudrait encore préciser de quelle
« prose » il est question. Je veux, quant à moi, évidemment parler de la « prose narra-
tive » qui a des finalités artistiques. Mais est également prose la « liste des courses »,
qui a l’unique fonction d’informer objectivement celui qui la lit, sans lui demander
de “participer.”

guide_fre.indd 24 24/03/05 10:08:36


À propos des « méthodes didactiques » visant à l’usage généralisé de la poésie
pour exprimer et comprendre des idées difficiles, pour des raisons thématiques ou
affectives, je ne suis pas vraiment d’accord. Cela me semble être un genre de projet
éducatif qui instrumentalise la poésie d’une manière inacceptable.

3. En leur faisant comprendre, éventuellement par des agencements de mots construits


expressément, l’avantage d’une connaissance imaginative qui est une « chose » diffé-
rente de la connaissance objective et conventionnelle.

4. La « perception subjective » n’est pas plus importante que la perception « imaginative »,


qui peut être commune à beaucoup de gens. C’est-à-dire les synthèses expressivo-
linguistiques qui peuvent être rapprochées des synthèses « expressivo-chromatiques »,
« symboliques », « métaphoriques » ou relevant du signe qui sont présentes dans la
peinture et la musique.

D’autre part, il faut beaucoup de temps et beaucoup de professionnalisme spécialisé


pour obtenir des résultats avec des personnes « non douées » et donc étrangères à
un type donné de connaissances.

5. Je dirais qu’on peut les trouver surtout dans la culture populaire (cantilènes, comp-
tines, proverbes, chants de chœurs, chants spontanés de travail, etc.), on peut en
exploiter les significations et les valeurs minimales pour gravir ensuite sur des plans 25
supérieurs qui conduisent peu à peu à l’expression artistique.

CAMARA Nangala (Côte-d’Ivoire)

1. La poésie est d’abord et avant tout, affaire d’émotion. Sa finalité est de célébrer le
beau par musicalité des sons. Il faut montrer aux adolescents qu’outre la versifica-
tion, les allitérations sont aussi porteuses de rythme.

2. La poésie se distingue de la prose par un rythme ou une cadence voulu(e) qui l’in-
nerve et par les métaphores. Il est souhaitable d’initier des ateliers au cours desquels
seraient dits des poèmes. On pourrait aussi initier des clubs de poésie dans les
établissements scolaires pour inciter les adolescents à écrire des poèmes. Ces clubs
pourraient inviter des poètes, des conteurs.

3. La difficulté rencontrée par les adolescents est comment placer le poème dans
son contexte. Pour faciliter la visualisation des images, il est souhaitable que les
adolescents soient confrontés à des images relevant de leur environnement immé-
diat. L’adolescent placé devant des poèmes extérieurs à son expérience quotidienne
voit dans la poésie une discipline redoutable. L’initiation doit se faire au moyen de
poèmes qui touchent immédiatement l’enfant. Des textes de griots, de conteurs ou
de cérémonies traditionnelles peuvent être utilisés à cet effet. Dans mon livre « Le
printemps de la liberté », j’ai mêlé poésie et prose afin de familiariser le lecteur avec
la poésie. L’avenir dira si cette expérience est concluante.

guide_fre.indd 25 24/03/05 10:08:37


4. La pratique de la poésie fait grandement défaut dans les établissements scolaires
secondaires. Comment utiliser une arme qu’on ne maîtrise pas ? L’idée des clubs de
poésie, de concours de poésie, de rencontres avec des poètes, des conteurs... est
une piste. L’organisation de visites guidées de certains sites peut également déclen-
cher l’impulsion.

5. -

CLANCIER Georges-Emmanuel (France)

1. Des lectures de poèmes – aussi bien d’aujourd’hui que d’hier et des siècles passés
– lectures faites avec cœur et compétence, et n’oubliant pas le côté ludique ni
l’humour de certaines oeuvres, des rencontres, des entretiens avec des poètes, voilà
qui donnerait aux enfants et aux adolescents le sentiment que la poésie magnifie
la vie, leur offre un temps, un espace plus vaste, plus profond. De même la lecture
des « arts poétiques » des grands poètes s’exprimant dans leurs livres ou dans leur
correspondance ferait sentir aux élèves l’exigence existentielle qu’implique toute
création poétique authentique (par exemple de Rilke, Lettres à un jeune poète).
26
2. A mon sens, plutôt que de différencier aux yeux des adolescents le langage de la
poésie de celui de la prose, il convient de leur faire sentir la différence qualitative
entre langage utilitaire de la communication et langage de la création poétique, que
celle-ci fasse appel au vers ou choisisse la prose.

Il faut, par maints exemples, faire apparaître que la poésie peut rayonner au-delà
du poème, dans le « poème en prose » bien sûr, mais encore dans des romans, des
récits, des œuvres théâtrales, des films.

3. Maints poèmes sont en « correspondance » – au sens baudelairien du terme – avec


des œuvres picturales, voire avec des images de films. Les enseignants pourraient
donner à voir ces images et lire ou faire lire par les élèves eux-mêmes les poèmes
« correspondants ».

Cf. par exemple : Baudelaire et les peintres, Hugo et ses propres dessins, Apollinaire
et Picasso et les arts africains, Cocteau, Prévert et leurs films, poètes et peintres
surréalistes, etc.

Senghor, Césaire, Depestre, et des « images » de leurs terres natales. Edouard


Glissant, etc.

4. Il y aurait surtout intérêt à faire percevoir aux adolescents, par exemple grâce à des
entretiens réunissant des poètes et des scientifiques (biologistes, astrophysiciens,
astronomes, bio-chimistes), les analogies entre la perception poétique et la percep-
tion scientifique des infinies complexités et des prodigieuses énigmes des êtres
vivants de notre planète et de l’univers.

guide_fre.indd 26 24/03/05 10:08:38


5. Redécouvrir la valeur des poèmes appris et récités par cœur, poèmes choisis par les
élèves eux-mêmes dans des œuvres d’une qualité certaine. Généraliser la pratique
des ateliers d’écriture de poésie, non point avec le dessein de « former » de nouveaux
poètes, mais afin de permettre aux élèves, par le jeu des exercices d’écriture, de
mieux percevoir et comprendre les itinéraires intérieurs et le travail langagier de la
création poétique, et, en conséquence, de s’orienter vers une meilleure lecture, plus
sensible, plus riche et plus profonde de la poésie ancienne et moderne.

DADIÉ Bernard (Côte-d’Ivoire)

1. Il n’y a pas de finalité en poésie.


C’est une liberté totale.
C’est un langage essentiel – unité de souffle.

2. Définir un lexique de base pour chaque poète.


Gestuelles.
Avoir une grande sensibilité des mots, avoir une envie d’aller au dictionnaire.

27
3. –

4. –

5. Le conte – unité de souffle.

DAVID Sandu (Roumanie/Israël)

1. En développant et en révélant des parties cachées de l’âme, en particulier de l’âme


de l’adolescent, ce qui ouvre de nouveaux horizons pour comprendre l’expression
abstraite et la relation existant entre les mots. Pour susciter une compréhension du
monde au-delà de la réalité quotidienne, encourager une connexion entre ce qui
est écrit dans le poème et sa réflexion dans l’âme du lecteur. Pas pour imposer des
interprétations autoritaires mais pour développer des voies individuelles et indépen-
dantes et une réaction authentique et directe. L’enseignant est le guide. Le lecteur,
comme dans l’histoire de Roshoman, apporte sa propre version, différente de celle
qui est écrite.

2. En lisant abondamment de la poésie et en la comparant avec la prose, par


une étude théorique de la prosodie et des concepts en poésie tels qu’image,
métaphore, etc.

guide_fre.indd 27 24/03/05 10:08:40


3. En sensibilisant sur la littérature. L’enseignement doit être en prise avec la vie de
tous les jours et le monde des élèves. En sensibilisant sur le contexte linguistique des
images et par de riches exemples ; en comparant avec la prose pour en souligner les
différences.

4. L’acquisition du savoir poétique donne aux élèves une conception objective de la


poésie. La connaissance subjective de la poésie dépend de l’esprit ou mentalité de
l’élève et de son affinité affective vis-à-vis d’un poète et de son écriture. En effet,
la véritable compréhension de la poésie passe par la coopération entre le poète et
son lecteur.

5. En Israël, la poésie est enseignée dans le cadre de la littérature en général.


L’acquisition, l’amour et la connaissance en matière de poésie dépendent dans une
large mesure du degré d’ouverture de l’enseignant vis-à-vis de la poésie et de son
aptitude pédagogique. Ce qui peut contribuer à amener l’élève à la poésie et l’en
rapprocher est la possibilité d’étudier la poésie contemporaine près du monde de
l’élève, plutôt que la poésie classique.

28
DJELHI YAHOT Adamoh (Côte-d’Ivoire)

1. • Un genre de langage, d’écriture qui présente une moralité à tirer.


• Permet d’intérioriser les concepts et idées véhiculés.
• Permet une amélioration de la diction, une maîtrise de la langue, car contrairement
aux autres formes d’écriture, la poésie peut s’apprendre par cœur.
• C’est une manière insolite de dire.

2. Les enseignants pourraient différencier le langage de la poésie de celui de la prose


par: la structure, les images et les symboles.

Les méthodes didactiques pourraient être des supports imagés, l’usage des paraboles
(familier aux Africains) et le sens de la rhétorique.

3. Les enseignants pourraient demander aux jeunes de représenter, à partir de dessins,


l’histoire ou le récit racontés à partir du texte poétique. Ils pourraient également
inclure dans les programmes davantage de textes poétiques, mais non hermétiques,
car les textes poétiques très difficiles n’incitent pas les enfants à y prendre goût. Ils
pourraient également faire étudier des textes poétiques qui traitent des problèmes,
des sujets en rapport avec leur milieu, l’actualité, etc.

4. –

5. –

guide_fre.indd 28 24/03/05 10:08:40


FORD-SMITH Honor (Canada/Jamaïque)

1. La poésie est une puissante réflexion sur la diversité et le pouvoir de la voix.

Je crois que les élèves peuvent tirer profit de différentes manières de l’exposition
de la poésie qui leur est faite. L’exposition à la poésie qui est lyrique (c’est-à-dire
qui exprime un sentiment). La poésie qui incite, la poésie dramatique ou encore
celle qui raconte une histoire, toutes sont autant de reflets des différentes voix des
peuples du monde.

2. Pour les adolescents, une approche évidente passe par le travail basé sur la chanson
populaire, le rap, les salles de danse, etc., tous moyens conduisant au cœur de
la poésie. Les improvisations et les jeux interactifs qui encouragent l’acquisition
d’aptitudes orales et d’une sensibilité mnémonique sont autant d’autres moyens.
Ils peuvent être équilibrés par l’emploi de compositions de natures mortes, sur
lesquelles les élèves peuvent écrire pour eux et de manière réfléchie.

3. Une fois encore, je commencerais par des images appartenant au domaine popu-
laire – et demanderais aux élèves d’en expliquer la signification. J’aurais recours à la
publicité commerciale, au dub, à la poésie folklorique et rap en même temps qu’aux 29
ballades – par exemple d’Oscar Wilde – et je leur demanderais de réfléchir sur des
images et de les traduire en se servant de journaux, de la photographie, du théâtre
et d’improvisations intertextuelles.

4. Je ne suis pas d’accord avec cette notion de la différence. Tout travail est dans une
certaine mesure subjectif. Je crois que les élèves ont besoin de travailler à cerner
leurs investissements dans un lieu social ou personnel donné, en cultivant une
conscience de la voix et de la mesure dans laquelle la raison pour laquelle ils sont
détermine ce qu’ils voient.

5. Je ne pense pas que les techniques poétiques s’appliquent universellement et en


tout temps, mais la Poésie peut être un chemin vers la compréhension de la diffé-
rence. Un chemin pour comprendre que chaque personne est différente de vous.
C’est important pour que chacun maîtrise sa destinée et pour la société civile, mais
c’est également important pour acquérir une faculté d’écoute et d’observation. J’ai
recours à des exercices de jeu rythmique inspirés par les cultures des Caraïbes avec
mes élèves, que j’alterne avec des exercices privés d’écriture sur les réactions à des
poèmes et à des compositions de natures mortes, que j’élabore à partir du tissu
social qui m’entoure à l’aide d’objets trouvés. J’assemble ces objets dans un environ-
nement et je développe des improvisations écrites autour d’eux.

guide_fre.indd 29 24/03/05 10:08:42


GEBEYEHU Berhanu (Éthiopie)

1. Si mon jugement n’est pas prématuré, le retour de la poésie dans les programmes
scolaires constitue un pas vers le passage d’une culture de guerre à une culture
de paix.

La poésie a une importance notable dans la mise en place de la notion de culture


de la paix et dans sa pratique auprès de nos enfants. Elle permet, à mon sens, aux
jeunes de donner un sens à leur vie. Elle leur enseigne également les valeurs, les
attitudes, les comportements et les manières d’être qui renforcent la coexistence
pacifique et le respect des libertés et des droits fondamentaux de chacun.

2. Le langage poétique est bien sûr quelque peu inhabituel. Il peut être identifié au plus
haut degré de déviation de la normale et de l’habituel. Je ne crois pas qu’il existe
une méthode spécifique pour enseigner la poésie. Cependant, mon expérience
personnelle m’a appris qu’on peut élaborer une approche qui y aide :

• En soumettant aux élèves des extraits mêlant des registres divers et comportant
différentes formes du langage, ainsi des archaïsmes, mots dialectaux, néolo-
gismes, etc.
30
• En leur apprenant à être attentifs à l’intention ou aux intentions du poète quand
celui-ci emploie un mot ou une expression particulière.
• En fournissant aux élèves le cadre historique et en situant un texte dans son
contexte.

3. Je crois que les enseignants peuvent aider les jeunes à visualiser ces images de
diverses manières :

• En faisant travailler à l’élève sa capacité de se concentrer sur un mot donné, de


cerner le contenu sensoriel qu’il enferme : la couleur, les dimensions, le goût, le
mouvement, la sonorité qu’il évoque, etc.
• En formant les élèves à examiner la relation que ces mots sous-entendent hori-
zontalement et verticalement.
• En exposant aux élèves diverses méthodes pour appréhender le sens et en les
formant à ces méthodes.

4. En exposant aux élèves différentes méthodes d’envisager les diverses propriétés tech-
niques et physiques, on peut les aider à assimiler l’habitude de réagir objectivement.

Ceci peut être soutenu par l’apport aux élèves de descriptions de modèles
appropriées.

Les descriptions démontrant l’approche objective devront commencer, je crois,


par présenter l’information la plus élémentaire qui soit pour ensuite passer à des
paliers plus complexes. Cependant, à ce stade, les descriptions tant linguistiques

guide_fre.indd 30 24/03/05 10:08:43


que techniques devront être adaptées pour établir les significations fondamentales
et explorer celles qui sont moins évidentes.

5. Non.

Toutefois, je crois que l’efficacité de toute méthode d’enseignement de la poésie


dépend du talent personnel de chaque enseignant. Chaque poème appelle une
approche différente. Cependant, certaines approches sont plus utiles que d’autres,
dont les suivantes :

• Présenter un poème dans son contexte,


• Encourager les élèves à faire appel à leur intuition et à leur imagination,
• Les encourager et leur apprendre à décrire un poème entièrement et, bien
entendu, les doter des instruments et des modèles nécessaires.

GENTILUOMO Paolo (Italie)

1. La Poésie n’existe pas, pas plus que n’existe la Musique. Ce qui existe, ce sont les
genres, les modes et les goûts. Les adolescents doivent percevoir la liberté de choix de 31
langage que la poésie leur autorise, qu’il s’agisse pour eux de s’exprimer ou simplement
d’y goûter. La finalité de la poésie est donc de communiquer quelque chose à quel-
qu’un d’une manière donnée. Si on fait passer cette idée, ce sera au jeune de décider,
selon sa sensibilité, comment aborder la poésie, le langage de la poésie, sans forcer.
La force de l’exemplification dans cette approche me semble fondamentale : au-delà
même d’un programme scolaire quel qu’il soit, il conviendrait de lire des textes (sans
forcément donner une explication conventionnelle) qui disent tout et le contraire de
tout : poésies ludiques ou comiques, poésies qui font un abondant usage de mots gros-
siers, poésies sur la sexualité, bref, tout un répertoire qui, par tradition, ne fait guère bon
ménage avec l’idée de la poésie telle qu’on la transmet à l’école. Une fois le mur de
la méfiance envers la poésie abattu, la conscience de l’adolescent sera libérée de ses
préjugés, de sorte que celui-ci acceptera également le répertoire traditionnel.

2. La meilleure méthode, à mon avis, c’est la lecture à voix haute : temps et rythme feront
immédiatement émerger la différence. Les enseignants devraient apprendre à lire les
textes à voix haute, mais pas comme des acteurs (trop souvent, la diction des acteurs
est pompeuse et elle colle d’une manière fausse à la lettre du texte même). Ils doivent
au contraire être disposés à suivre et à servir les indications d’exécution implicites dans
le texte : Ungaretti sera aussi lent que sera rapide son contemporain Marinetti parce
que les pauses et les accélérations sont déjà enfermées dans leurs vers. Seule la voix
nous permet déjà de rendre le ton pétaradant de Palazzeschi, ou encore la cadence
pleine d’ironie de Gozzano, etc., très simplement mais très efficacement, et d’aider
ainsi les jeunes à comprendre ne serait-ce qu’à l’oreille, avant même de comprendre
visuellement. Une fois encore, j’insiste sur la lecture à voix haute.

guide_fre.indd 31 24/03/05 10:08:44


3. Avec la traduction sous d’autres formes d’art et vice-versa, avec la contamination
des diverses formes d’expression entre elles. Musiquer les textes, les transformer en
bandes dessinées, les théâtraliser, les dessiner comme s’ils étaient des affiches publi-
citaires de films, bref, créer toute une série de courts-circuits visuels à partir du sens
du texte qui, en l’espèce, ne peut être éludé ni collé de près mais seulement compris
pour être, pourquoi pas, éventuellement vulgarisé, mais inévitablement intériorisé. Si
le court-circuit fonctionne, la visionnarité poétique est bientôt assimilée et utilisée.

4. Cette question me paraît être bien trop précise si on n’entre pas dans un plan
didactique élaboré. En restant sur une perspective d’opinion, je crois que le moyen
approprié est la comparaison systématique entre deux manières de voir la même
chose, de pair avec un discours sur les sources d’information (lequel comprend
cependant tout ce qui montre quelque chose d’une certaine manière). Bien sûr,
la lecture des poésies sur la guerre d’Ungaretti et les textes sur le même sujet de
Marinetti (pour reprendre encore l’exemple de ces deux pôles contraires !) nous
fait apparaître de manière banale mais évidente une perception subjective. Le fait
d’ajouter à ces lectures les données relatives au nombre de morts dues à la première
guerre mondiale peut aider à faire la transition vers une perception objective. La
poésie sera toujours un point de vue et, à ce titre, elle doit être confrontée avec des
faits extérieurs, parmi d’autres. Inciter les élèves à reproduire mentalement l’expé-
32 rience de gravir un coteau et de s’arrêter derrière une haie : cela plaira à certains,
tandis que cela ne dira rien à d’autres. Qu’on lise ensuite L’infinito de Leopardi, et on
comprendra alors bien mieux la valeur affective de cet incipit « Sempre caro mi fu... »
(« Toujours cher me fut... ») sans lequel une expérience semblable ne nous conduit
pas aux mêmes résultats. Pour résumer, il s’agit de donner lieu à une confrontation
systématique.

5. La méthode consiste à entrer directement dans la langue de la poésie, dans l’unité


minimale de celle-ci, c’est-à-dire le mot. Une première phase d’approche joueuse et
riche d’énigmes, qui à la fois désacralise et divertit, peut être une bonne approche,
mais, honnêtement, à ma – coupable – ignorance, je ne suis pas sûr qu’un pareil
système puisse faire l’affaire n’importe où. J’estime que le raisonnement sur la langue
est toujours valable, mais, d’après ce que je connais, cette manière d’approcher
la poésie (que j’emploie moi-même pour les enfants entre sept et treize ans, mais
qu’on peut adapter pour des élèves plus âgés) peut porter ses fruits en Europe. Je ne
saurais, hélas, en dire davantage.

GROBLI Zirignon (Côte d’Ivoire)

1. Favoriser la sublimation des pulsions et l’entrée dans le chant du langage et du désir.

2. L’approche poétique au contraire de l’approche prosaïque fera appel à l’ouverture


sur l’intériorité, sur les sentiments, sur la méditation, sur l’oraison.

guide_fre.indd 32 24/03/05 10:08:46


3. Il est possible de combiner l’expression plastique avec l’expression poétique, ce qui
se fait déjà dans le cas des illustrations des textes pour la jeunesse.

4. La poésie étant un dialogue avec un interlocuteur invisible elle ressortit davantage à


la méditation, au recueillement que le discours objectif.

5. –

GUEVARA MIRAVAL Jaime Pablo (Pérou)

1. Comme un jeu qui puisse être aussi un jeu libérateur car il est nécessaire pour le
cultiver de réussir un certain équilibre constant d’alternatives qui donne de la sécu-
rité affective sans essayer de donner ou de retrancher du pouvoir ou de leur enlever
quoi que ce soit qui leur appartienne ou qu’ils désirent. Il s’agit simplement de
donner du plaisir et du savoir en instruisant grossièrement et en raffinant ce qui est
déjà affiné en aiguisant la vue et l’ouïe grâce à l’écoute.

Par exemple, cela devient presque une philosophie de vie quand on l’applique de
pair avec l’éducation et la culture pour faire des jeunes des êtres plus complets. 33
Cela leur apprend à être toujours plus libres et à pouvoir louer ce qui est louable
sans restrictions ni retenues mesquines, ainsi que critiquer sans crainte ce qui est
critiquable ou intolérable. Un homme bien élevé et raffiné par la poésie ne sera
jamais un homme répressif ni intolérant. Bien au contraire, il connaîtra mieux que
les autres l’âme humaine et il n’en sera que davantage sensé et tolérant.

L’idée, dans l’Antiquité, d’associer poésie et folie est une belle et brillante conception
héritée du passé grec et de ses religions. Elle vient de ce que les possédés étaient
dans leurs emportements comme des malades atteints d’une maladie sacrée, mais
elle est sans doute aussi révélatrice de ce que l’exercice de la poésie peut être comme
une passion exclusive et irrépressible. En revanche, il n’est pas dans sa nature intrin-
sèque d’être autodestructrice ou destructrice, ni de mener au déséquilibre des sens
comme l’a proclamé Rimbaud au XIXe siècle. Sans la poésie, beaucoup de choses
nobles ne seraient pas de ce monde, y compris l’amour passionné qui peut être cana-
lisé par l’honnêteté et la vérité, ainsi que l’amour envers la justice. La poésie s’y est
toujours attachée quand elle a eu l’occasion de le faire depuis l’Antiquité, en passant
par Eschyle, Dante, Shakespeare, Dostoïevski, Brecht ou Vallejo, parmi tant d’autres.

On n’est plus jamais, après la poésie, comme avant. On devient au contraire un


être moderne de la libération. Mais de quoi se libère-t-on donc à un âge aussi
précoce ? À l’âge si tendre de douze ans c’est la libération des émotions aveu-
gles et des errances de la violence pour la violence, car, en enseignant leurs
noms (ceux des émotions), au lieu de les ignorer, on les canalise et on cultive
les résistances pour ne pas les prendre sans savoir auparavant ce qu’elles sont et

guide_fre.indd 33 24/03/05 10:08:47


ce qu’elles ne sont pas dans les diverses circonstances, et on peut commencer à
apprendre des émotions nouvelles et à apprendre les gestes pour les dominer. Ces
émotions sont parfois à fleur de peau ou elles menacent de jaillir comme autant
d’éruptions ou d’acné ou de surgir confusément et précipitamment, presque
comme une hémorragie, au moindre signe – rougir par exemple – ou encore
la transpiration des mains ou des pieds ou l’anxiété permanente de ne pouvoir
trouver la sérénité, elles sont autant de symptômes d’insécurité ou de désorienta-
tion ou déracinement ou désintelligence émotive, etc. La poésie est alors quelque
chose d’extrêmement utile aux adolescents maintenant et jusqu’à ce qu’ils arri-
vent à la vieillesse, car la poésie ne connaît pas de limites d’âge ni de durée
d’apprentissage, ni d’époques limitées de culture, de souffrance, ni d’extinction
sûre, comme ces produits périssables qu’on achète sur les marchés ou ceux qui
sont conditionnés et qui ont une date limite de consommation.

Après la poésie, on est comme libéré du poids énorme de la charge humaine que
donne la vie animale. Si elle n’est pas accompagnée fréquemment de poésie, l’on
devient toujours plus vulnérable et sans défense face aux émotions négatives et il
ne sera désormais plus facile de revenir à l’être enthousiaste qu’on a souvent été
pendant la jeunesse. Cet être a fait place à un être timoré et sans défense, qui n’est
plus préoccupé que de sa survie. C’est pour cela que, pour l’éducation et la culture,
34 la poésie est l’un des meilleurs stimulants en même temps qu’elle est l’un des plus
puissants antidotes contre les démons du pouvoir et les tentations d’autoritarisme
inhumain... Dès lors, être attentif à apprendre davantage pour mieux comprendre
les êtres humains est une obligation humaine... – rougir serait tout au plus un symp-
tôme mineur qui passe parfois inaperçu, un peu comme la transpiration des mains
ou des pieds, ou un état d’intranquillité permanente, celle-là même de l’anxiété déjà
évoquée, parce que ce sont les premiers symptômes de quelque chose qui pourrait
être beaucoup plus important, etc.

2. C’est comme pour les jeux de la vérité et du mensonge. La prose semblerait relever
du mensonge et la poésie de la vérité. Mais ce n’est qu’un mirage ou une fata
Morgana du désert. Les deux font forcément partie d’un même besoin d’expres-
sivité, la différence étant que la prose artistique, qui doit évidemment rendre
compte, fait davantage appel à la communication que la poésie, même si toutes
deux peuvent être naturellement inventives et fantastiques. Cependant, la nature
de l’expansion en progrès propre à tout récit ou description ou forme romancée
d’évènements la rend moins intense à beaucoup d’égards, tandis que la poésie,
au contraire, a toujours besoin d’être essentiellement expressive, étant donné que
les émotions sont sa matière première et que celle-ci doit être plus intense, ou,
si on veut, synthétique, pour pouvoir les véhiculer et/ou les transporter (c’est-à-
dire transporter ces émotions presque sur les épaules ou presque en couchette
ou en wagon-lit). C’est pour cela qu’on dirait qu’elle doit être toujours plus près
de la vérité étant donné que les émotions sont moins maniables, moins flexibles
et moins corruptibles que les descriptions. Il y a du vrai dans tout cela, mais cela
n’est pas suffisant.

guide_fre.indd 34 24/03/05 10:08:49


L’intensité et la hauteur qui semblent être à première vue l’un des plus grands
problèmes contradictoires typiques de la comparaison entre la prose et la poésie
pourraient bien être une idée réductrice d’un axiome presque toujours accepté
comme étant absolue : « Plus long est le poème, moins intense il l’est ; plus court
est le poème, plus intense il l’est ». Cela semble plutôt normal, mais cela ne se
produit pas aussi simplement que cela en littérature car il reste une troisième voie
possible, une sorte de « voie royale » qui permet de comprendre mieux le malen-
tendu et, peut-être, faux dilemme. Toutes deux, loin d’être contradictoires ou
antinomiques, sont plutôt complémentaires et entre-tissées et toutes deux main-
tiennent des relations des plus complexes avec les signifiants et les signifiés, une
sorte de relation de dépendance-indépendance que le langage de l’écriture a avec
ses signifiants et signifiés.

L’intensité et la hauteur servent dans les deux cas à fixer et à définir mieux les alter-
natives suffisantes pour les émotions présentes à des époques et dans des espaces
divers selon qu’elles sont les clés ou les codes ou les clés chiffrées permettant
d’entrer et sortir ou d’évoluer dans ces mondes complexes (poèmes ou romans
qui sont comme des voûtes, comme des labyrinthes, comme des coffres-forts de
qu’on ce qu’on appelle les émotions-actions, devenues valeurs suprêmes) et où les
sensations et les sentiments servent de surcroît à véhiculer les états d’âmes propres
à chaque évènement littéraire. La poésie cherche à transformer, en le métamorpho- 35
sant le lecteur en un être différent de celui qu’il était quand il a commencé à lire
ou à prendre goût à lire de la poésie. Cette relation sera intensément active et non
passive, comme c’est souvent le cas de la prose romancée, qui demande un lecteur-
récepteur complètement acquis à disparaître de son milieu temporel et spatial et
à entrer en interaction, chose que la poésie lui demande ou lui exige bien, sorte
de spirale sans fin où la même chose peut apparaître comme diversité de voix, de
diverses manières, sur divers plans et niveaux totalement étrangers aux hiérarchies
mais en revanche d’imaginaires développés au maximum.

La poésie est alors – on pourrait dire au sens figuré par rapport au langage – comme
une sorte de sas de transport ou de transfert qui sert à dématérialiser l’être et à le
libérer de sa lourde charge de concrétion aveugle ou obscure qui le rend si vulné-
rable en même temps qu’elle sert à le situer dans une concrétion différente meilleure
ou plus grande, plus transparente ou plus intense et fulgurante de matérialité distincte
dans un lieu distinct de celui où le lecteur doit entrer et demeure ; dans ce cas cela
signifie entrer ainsi dans le livre, de même que, dans d’autres cas, cela revient à entrer
dans une salle de cinéma et c’est ainsi que se forge la libération.

Quand les émotions entrent en jeu dans les oeuvres des grands poètes et roman-
ciers, personne ne pense plus à la vérité ni au mensonge de la communication ou
de l’incommunication, dans la vraisemblance ou invraisemblance, notions qui n’ont
plus cours, personne ne se demande pourquoi aussi bien ces actes, nouvelles ou
poésies sont semblables ou non, aux époques au cours desquelles ils ont vécu.
Maintenant, l’œuvre est transportée par un créateur démiurge qui a dans ses mains
un matérialiseur-dématérialiseur, elle se laisse simplement porter ou transporter

guide_fre.indd 35 24/03/05 10:08:50


à travers les espaces des émotions qui se manifestent presque toujours sous des
formes d’action en autant de vaisseaux ou de véhicules qu’en a décidé le créateur.
C’était ainsi autrefois, du temps de Jules Verne. Pourquoi n’en serait-il plus de même
avec chacun de nous ?

Dans la Poésie, le langage est alors un ensemble d’invariables pleines de variables


et de variantes et de variétés qui servent à ce que les êtres humains voyagent sans
cesse d’un lieu à un autre – c’est précisément ce qui fait que la prose et la poésie
sont artistiques, même si ce que cherche la poésie, c’est à transformer le lecteur
en le métamorphosant en un être différent de ce qu’il était quand il a commencé
sa lecture ou quand a commencé sa passion pour la lecture de poésies – par le
biais de médiations, successions, intermédiations, conjonctions, corrélations ou
correspondances, disponibilités, portations ou transportations qui sont générale-
ment actives et non chimériques, comme dans les romans qui essayent d’arracher
le lecteur aux temps et aux espaces des milieux qui l’environnent et de l’entraîner,
captif, sans laisser de passif, tandis que LA POÉSIE CHERCHE CONSTAMMENT
À CE QUE LE LECTEUR GAGNE UN SUPPLÉMENT D’ÊTRE À CHAQUE FOIS, À
BRÈVE ÉCHÉANCE OU À LA LONGUE, ET À CE QU’IL SOIT MEILLEUR QU’IL
N’ÉTAIT AU DÉBUT DE SA QUÊTE DE MÉTAMORPHOSE, parce que la poésie ne
cherche pas à ce que ses lecteurs remplacent les personnages ou les situations ou
36 atmosphères si elles ne sont pas convenablement dramatisées en tant que telles ou
si elles ne touchent pas, dans leurs affinités électives, aux imaginaires qui leur sont
proposés par le langage.

3. a) Que le professeur fasse éprouver en priorité les sensations-perceptions en


choisissant des textes de valeur mais appropriés aux âges perceptifs des élèves,
même s’il ne faut pas pour autant chercher des textes qui soient trop ordinaires
ou faciles.

b) Que le professeur commente toutes les sensations possibles des divers textes
d’un même auteur pour que les élèves puissent apprécier comment ceux-ci évoluent
aussi sensoriellement dans les divers espaces et temps de leurs livres et de leurs
vies.

c) Que le professeur amasse un certain capital accumulé de sensations de divers


auteurs, si possible avec des annotations dans les cahiers des élèves qui fassent
office d’aide-mémoire pour toute la classe, ensemble d’élèves qui sont autant d’in-
dividus en même temps qu’ils forment un collectif de travail.

d) Que le professeur entreprenne de polémiquer de manière constructive sur les


analyses à l’heure des émotions liées aux sensations diverses trouvées chez les
auteurs pour commencer à organiser des batteries d’inquiétudes chez les élèves où
le connu et ce qui est considéré comme étant déjà connu soit à présent réactivé à
un autre niveau nouveau et éventuellement à l’aide d’analyses plus poussées (à ce
stade, des choses parfois inimaginables qui paraissaient avoir été enfouies dans les
textes peuvent émerger au grand jour).

guide_fre.indd 36 24/03/05 10:08:52


e) Que le professeur, suite à des lectures successives de sensations avec des
émotions établisse, des comparaisons (et ne cherche pas toujours des textes
sensationnels et/ou des textes trop rabâchés et expliqués). Porter alors à la consi-
dération des élèves les sentiments-émotions-sensations exposés dans les poèmes
et établir les commentaires participatifs correspondants, qui sont d’ordinaire
contradictoires. Chercher ensuite les éléments complémentaires et entre-tissés,
pour ensuite les éclaircir progressivement (les plus dissimulés ou cachés se
présentent comme des énigmes ou des mystères – Mallarmé est à ce propos un
bon exemple très motivant).

f) C’est ici que le professeur doit faire appel à tous ses ressources pour démêler les
différentes opérations des processus des écritures qui mènent leurs plans opération-
nels de pair avec des actions de jonction disjonction, connectives, co-adjuvantes,
tensives, réflexives, etc., que les auteurs réalisent avec les imaginaires qui sont les
leurs. Tout au long du processus a, b, c, le professeur doit être un guide de hauteurs,
disons au sens figuré comme un guide de montagne, attentif aux divers sentiers à
suivre et au fait que de dangereuses crevasses sombres à peine recouvertes d’une
fragile couche de glace sont toujours prêtes à dévorer les imprudents, en plus de
devoir savoir distribuer et partager les rations correspondantes entre ses élèves de
manière équitable.
37
g) Une fois atteint ou couronné un sommet, il sera impératif de prononcer quel-
ques mots d’éloge pour récompenser les efforts des montagnards face aux difficultés
parce que la poésie est très difficile, elle est beaucoup plus difficile que la prose et le
seul fait de s’y consacrer pour la vie est un sacrifice digne de tous les éloges.

h) Tout ceci oblige à avoir des programmes scolaires modernes pour former et sensi-
biliser les enseignants ad hoc, et les doter d’une sorte de manuel scolaire exemplifié,
comptant de préférence avec le concours de poètes qui développent ce qui n’a
ici été qu’esquissé sommairement. Des savoir-faire continentaux et internationaux,
parce que les poètes du vingtième siècle ont été prolifiques, autant sinon davantage
que ceux du dix-neuvième siècle. Ainsi, un cours de poésie n’est qu’une partie d’un
processus qui doit s’étaler sur les cinq années du cycle secondaire pour pouvoir
englober les poètes locaux, régionaux et nationaux du pays où est dicté le cours en
question.

i) Pour résumer, le professeur doit, sans peur aucune, faire ressentir les émotions
des poèmes, les sensations les plus enfouies ou secrètes (quelque chose qui soit un
défi ou une énigme à base de lettres et de mots et qui devra être aussi passionnant
pour les jeunes élèves que les images des médias qu’ils aiment tant regarder à la
télévision). Une bonne finalité, et il faut insister là-dessus, dans ces étapes initiati-
ques est de souligner le caractère ludique et le jeu mental constant (presque autant
que dans le jeu d’échecs) d’interactions qui existent entre les auteurs et les lecteurs
presque toujours avec des ouvertures ou des entrées provocatrices porteuses de
défis et hautement sensorielles et si souvent énigmatiques que toute poésie possède
quand c’est de la bonne poésie.

guide_fre.indd 37 24/03/05 10:08:53


j) Parce que, évidemment, est Poésie tout ce qui est inventif ou création et, bien
entendu, a fortiori à douze ans, âge des découvertes et des révélations parfois
surprenantes et incroyables, parfois très brutales, ponctuées de poussées adultes et
tellement définitives pour qui se refuse encore à sortir de l’enfance et de la puberté
où le monde se présente à eux comme un véritable imbroglio plein de pressantes
responsabilités... La poésie est un bon moyen pour apprendre à connaître et à
manier les émotions de ce qui est et de ce qui a été et de nouvelles possessions qui
s’ajoutent à des besoins réels de construction de choses et qui ne sont autres que les
choses du changement.

4. –

5. –

HELFT Claudine (France)

1. A la manière de l’ART... sans Finalité ! Mais comme une des manifestations de l’être
à la vie. Le Poème est une manière de pénétrer l’âme du monde lui aussi ; mais à
38 l’identique de l’ART il est aussi construction et artisan : apprendre à déceler l’inspira-
tion du travail, puis à bâtir le poème « autrement » toujours « autrement ».

2. En comparant ! Dès l’étude de textes visant à exploiter le pouvoir suggestif du poème,


qui dit autre chose que les mots et se situe dans un domaine à part qui n’est pas
philosophie ; mais idée de philosophe, non pas chanson mais rythme intérieur : le
poème est SOUFFLE autant qu’écriture ! CHERCHER... le SOUFFLE.

3. Par tous les moyens modernes d’expression :

• Montages cinématographiques ou photographiques.


• Peintures ou dessins.
• Musique qui rejoint le poème dans l’indicible.
• Réapprendre le SILENCE dans le dire du poème.
• Et l’intelligence de l’INTUITIF.
• Retrouver le « jeu naturel » de la petite enfance.

4. Voir réponses précédentes.

Apprendre à désorganiser la phrase et à réinterpréter le MOT. Revaloriser le pouvoir


suggestif du mot ; ouvrir le chemin de l’imaginaire : ex : ce « TOIT » où marchent les
colombes... quel « TOIT » Le Poète à l’Ecole.

5. Le meilleur exemple est celui d’un excellent poète enseignant à Epinal, Richard
Rognet, dont les archives éloquentes devraient servir de guide à l’enseignement
du Poème.

guide_fre.indd 38 24/03/05 10:08:55


HELU-THAMAN Konai (Tonga/Fidji)

1. De façon telle qu’ils découvrent qu’elle a à voir avec leur vie et leur cadre de vie.

2. a) Le langage poétique contient symbolisme, images et rythme et il est écono-


mique.
b) Encourager les adolescents à écrire de la poésie... à créer les effets décrits
en (a).

3. Les enseignants doivent comprendre les cultures des jeunes et les images qui
sont les leurs, et les encourager à faire usage de ces images pour créer de la
poésie... C’est comme cela qu’ils pourront mieux apprécier les images que
créent les poètes.

4. ( J’ai du mal avec cette question parce que les notions de perception subjective et de
perception objective sont culturellement marquées. Dans ma culture, par exemple,
il n’y a pas de différence.)

5. J’ai personnellement enseigné la poésie d’une manière telle, que les élèves ont fini
par aimer lire et écrire de la poésie.
39

ISHFAQUE Ahmad (Pakistan)

1. Pendant des siècles, la poésie dans la partie du monde qui est la mienne (le
Pakistan) a été un enseignement de valeurs humaines fondamentales et une source
d’inspiration. Depuis que la poésie ourdou s’écrit suivant des règles strictes –
chaque distique (deux vers) d’un ghazal a une longueur fixe et enferme une pensée
entière –, il est facile de mémoriser des centaines de distiques et naturellement
d’assimiler leur contenu. Ce n’est pas étonnant que les distiques soient cités dans
les discours, les écrits et même dans les conversations ordinaires. Cela pourrait
être un exemple à suivre pour les adolescents d’autres pays.

2. Cela arrive tout le temps dans mon pays ! Tout le monde, et pas seulement les
adolescents, fait usage de la poésie « pour exprimer ou comprendre des sujets
qui pour des raisons thématiques ou affectives sont difficiles ». Comment l’en-
seignez-vous ? Cela demande des efforts concertés, et parfois un siècle ou deux,
au moins !

3. C’est tout simplement le rôle du poète. L’enseignant ne peut aider que si le poète a
déjà fait son travail correctement.

4. Même réponse que pour la question n° 3.

guide_fre.indd 39 24/03/05 10:08:56


5. Plusieurs méthodes sont utilisées dans mon pays (le Pakistan). On peut aussi les
employer dans d’autres pays. Il s’agit des suivantes :

La publication de poèmes
Les revues universitaires, les revues d’intérêt général, et même les journaux qui
publient de la poésie, offrent de nombreux débouchés aux jeunes poètes. On arrive
généralement à faire publier toute création qui soit d’une qualité honnête. Cette
circonstance offre une couverture, et ouvre la reconnaissance, à tout poète qui le
souhaiterait. D’autre part, les poètes confirmés orientent et aident les poètes en
herbe ; c’est une vieille tradition dans notre société.

L’intégration dans les manuels scolaires


Les manuels ourdous, quel que soit le niveau scolaire, contiennent tous des passages
de la grande poésie adaptés aux élèves de chaque groupe d’âge. Les passages,
soigneusement choisis, sont toujours de bons exemples et ont une incidence posi-
tive sur les élèves. Ceux-ci sont nombreux à se souvenir de certains ou de la totalité
de ces poèmes toute leur vie durant.

La poésie chantée en chœur


40
Depuis très longtemps, une pratique courante dans les écoles secondaires au
Pakistan consiste à chanter en chœur un extrait d’un poème édifiant le matin avant
le début des cours. Un ou deux élèves conduisent tandis que le reste des élèves,
rassemblés dehors, suivent en chœur.

Un des morceaux préférés est une prière d’enfant, écrite par le poète pakistanais
Muhammad Iqbal (familièrement appelé Allama Iqbal) au début du XXe siècle. Il
commence ainsi : « Lab pe aati hai dua ke tamanna meri » (Mon souhait vient à
mes lèvres comme une prière). Ce poème a inspiré des millions de Pakistanais au
fil des décennies.

« Bait bazi »
Les élèves des écoles secondaires (et aussi des établissements d’enseignement supé-
rieur) participent à des compétitions au cours desquelles deux camps s’opposent à
coups de vers qu’ils ont mémorisés au fil du temps. Un membre de l’équipe A récite
un distique. Un concurrent de l’équipe B doit alors réciter un distique commençant
par la dernière lettre du distique récité par l’équipe A. C’est ensuite au tour de la
première équipe de réciter un distique commençant par la dernière lettre de ce
distique. Et ainsi de suite jusqu’à ce que l’une des deux équipes ne parvienne pas à
trouver un distique idoine dans le temps imparti.

Si les livres recèlent des distiques qui ont un contenu conforme, les élèves peuvent
assimiler de bonnes valeurs tout en se livrant à une compétition grisante.

guide_fre.indd 40 24/03/05 10:08:57


Les mushai’ra
De nombreux élèves commencent à écrire des vers quand ils arrivent à l’adoles-
cence. Ils participent à des séances poétiques appelées mushai’ra en ourdou, la
langue nationale du Pakistan. Le poète le plus important dans l’assistance préside
tandis que les autres récitent leurs dernières créations. C’est le plus jeune qui
commence. Les mushai’ra font accéder les élèves à la grande poésie. Les poètes en
herbe se voient considérablement encouragés quand leurs meilleurs distiques sont
loués par leurs aînés en tribune.

Ceux qui ne siègent pas à la tribune sont présents en grand nombre parmi le public.
Leur carnet à la main, ils notent ceux des distiques récités par les jeunes poètes
qu’ils préfèrent. Pendant leurs heures de loisir, nombreux sont les élèves qui lisent
les oeuvres des plus grands poètes classiques et modernes.

JARAMILLO MUÑOZ Eduardo Hugo (Équateur)

1. Comme une possibilité de communication et de réalisation personnelle, en ceci


qu’elle est un langage qui permet de toucher les autres grâce à ses potentialités
41
sensibles et intelligentes à la fois et, d’autre part, la poésie est un reflet de la créati-
vité et de l’imagination.

2. Le langage de la prose est plutôt familier et quotidien, alors que le langage poétique
exige un maniement plus poussé des images et des figures.

Le premier est plus descriptif et narratif, donc plus explicite, ce qui lui permet de
rendre compte de la réalité immédiate. La poésie suggère et émeut, elle nous ouvre
donc l’accès aux domaines de la fabulation et de la matérialité. Le narratif enrichit
le développement de la pensée logique, tandis que le langage poétique favorise la
pensée analogique.

3. Il est important de mener des activités qui se soutiennent dans le langage audio-
visuel, afin d’élargir l’univers des images (auditives, visuelles, tactiles, etc.) pour
enrichir la sensibilité face au langage poétique, et la capacité analogique, qui permet
d’établir des relations entre la réalité et le magique.

4. En stimulant la création d’images et de procédés stylistiques qui correspondent à


leurs idées, à leurs rêves, à leurs aspirations et qui pourront être utilisés pour struc-
turer des textes poétiques, narratifs ou dramatiques.

5. Au collège militaire « Eloy Alfaro », ils favorisent un travail de création qui va de la


lecture critique à la rédaction de textes et à l’élaboration de scénarios jusqu’à l’édi-
tion vidéographique qui encourage la créativité et la participation collective.

guide_fre.indd 41 24/03/05 10:08:58


KASSAHUN Dagnachew (Éthiopie)

1. Je crois personnellement en l’importance qu’il y a à présenter la poésie aux adoles-


cents en suivant les points suivants : Premièrement, la nécessité de changer les
activités et les comportements humains exige l’usage de techniques et procédures
efficaces qui aident à l’épanouissement personnel. Deuxièmement, la compré-
hension de nous-mêmes et de notre milieu joue-t-elle aussi sur la part de notre
contribution au monde qui nous entoure. Troisièmement, être productif et cons-
cient peut découler de nos connaissances. Ces points peuvent être réalisés grâce
à la poésie.

2. Pour commencer, la poésie étant un moyen par lequel nous pouvons représenter
et décrire les actions passées, présentes et futures de la vie réelle sous forme
d’expressions concises et intenses, les enseignants qui ne sont guère familiarisés
avec ses éléments doivent être dotés d’un bon bagage en matière de genres litté-
raires. Cette conscience peut aider les enseignants à cerner les différences. Les
mots condensés (expressions), les techniques d’écriture et les émotions suscitées
font partie de ces moyens. Bien que je ne puisse proposer de règle absolue en
matière de méthodes d’enseignement, il est indiqué d’être flexible et d’user de
diverses approches qui prennent en compte les besoins, les intérêts et les niveaux
42 des adolescents.

3. En général, les enseignants peuvent motiver leurs jeunes élèves par la manière
dont ils présentent les choses, c’est-à-dire le séquençage et le niveau de difficulté
des documents ainsi que les techniques de présentation. Comme on le considère
souvent, les enseignants devraient commencer avec des textes simples (élémen-
taires) et passer ensuite à des textes plus difficiles (complexes). Quelle que soit
la nature de ce que présente l’enseignant, il doit tenir compte des connaissances
des élèves. En outre, les enseignants doivent présenter à leurs élèves de nouvelles
valeurs, normes, pratiques et cultures venant d’autres pays. En s’appliquant à mettre
les leurs en contact avec celles des autres, les élèves peuvent en effet développer
leur faculté de réflexion.

4. Ceci est possible si les enseignants sont en mesure de lire dans les pensées et les
vies de leurs élèves. Par conséquent, ils peuvent choisir des textes qui peuvent être
identifiés à l’intérieur d’une certaine limite. Qui plus est, pour aiguiser leur compré-
hension de la différence, les enseignants devraient expliquer les différences en
employant certains modèles, en les classant en catégories. Enfin, je voudrais souli-
gner l’importance de mettre l’accent sur le language employée.

5. Non.

guide_fre.indd 42 24/03/05 10:09:00


KHOURY-GHATA Vénus (Liban)

1. Par des lectures de poèmes aux jeunes en leur expliquant le sujet du poème et dans
quelles circonstances il a été écrit.

2. Il y a de la Prose poétique, et de la Poésie écrite en vers (je ne peux l’expliquer en cet


espace restreint). C’était le sujet de ma conférence hier au Lycée Franco-Irlandais à
Dublin, où l’Alliance française m’a organisé une tournée dans divers établissements.

3. En leur faisant écrire des Poèmes à la manière de...

Je vous envoie un extrait du journal « Télégramme de Brest » qui explique la


méthode employée par un professeur de français du collège Kervihan de Fouesnant,
en Bretagne.

[Note de l’éditeur : Nous citons ci-après l’article sur l’expérience insolite, voire
surréaliste pour les élèves, paru dans ledit journal : « Nous avons découvert et
exploré l’œuvre poétique de Vénus Khoury-Ghata en classe de français avec notre
professeur, M. Aurégan. A notre tour, nous avons créé des poèmes et des collages
(images découpées et assemblées bizarrement) à la manière de l’auteur à partir de
portraits ou d’un désordre du monde. Nous lui avons présenté lors de sa visite les 43
textes mis en scène grâce aux talents du comédien Bruno Vivancos. Chaque classe
jouait ses textes, tandis que M. Evennou, professeur de technologie, projetait textes
et illustrations de l’avant-projet d’un livre électronique et d’un CD Rom sur un
immense support mural. [….] Un entretien avec Vénus Khoury-Ghata et des lectures
émouvantes de ses œuvres ont terminé chaque séance. ‘Aujourd’hui, j’ai le sentiment
d’avoir enfanté: je ne sais plus si c’est moi qui vous ai copiés ou le contraire‘, a-t-elle
déclaré après les spectacles, très émue. ET NOUS DONC ! Ainsi, nous avons pu faire
la démonstration que poésie et technologie pouvaient servir la culture. »]

Ces poèmes faits à la manière de Vénus Khoury-Ghata sont actuellement sur


Internet.

4. L’enseignant doit être assisté par un poète, et pas n’importe lequel. Certains poètes
savent sensibiliser les jeunes à la Poésie. C’est ma passion. Je fais toujours suivre mes
conférences dans les centres culturels français à l’étranger par des tournées dans les
lycées et collèges.

5. Leur donner des lectures de poésie.

Les inciter à en écrire.

guide_fre.indd 43 24/03/05 10:09:01


KISS Irén (Hongrie)

1. Je ne crois pas qu’il existe une finalité générale de la poésie autre que l’auto-expres-
sion de chaque poète. Toutefois, il y a des thèmes généraux « pérennes », comme
l’amour et la mort, qui inspirent les poètes de toutes les époques. Il est d’autre part
évident que, parmi tous les genres littéraires, la poésie est celui qui rend possible
l’expression la plus libre de soi-même. Je dirais même que, plus un poète est souve-
rain dans son expression, meilleure sera (en puissance) la poésie qu’il produit.

2. Je crois que, dans ce domaine, la méthode comparative aide beaucoup : un ensei-


gnant peut faire valoir à ses élèves, par exemple, comment un thème (p. ex : l’amour
de la patrie) peut être développé par des moyens poétiques et par ceux de la prose.
De la même manière, on peut aussi illustrer que la méthode intuitive d’un poète
peut conduire aux mêmes découvertes que les cheminements spéculatifs de la
méthode scientifique.

3. Je crois que, plutôt que de parler d’images, il nous faudrait parler de symboles. Quel
que soit le symbole, on peut remonter à sa naissance et à sa diffusion : son message et la
nécessité spirituelle, idéale ou intellectuelle, pour laquelle il a commencé à poindre.
44
En ce qui concerne les genres, en revanche, il est intéressant de chercher à
comprendre la raison pour laquelle les mêmes images, symboles ou motifs appa-
raissent simultanément aussi bien dans la littérature que dans la peinture et dans la
musique (par exemple la vision « gothique » du romanticisme ou le Saint Graal).

4. Je crois que la perception est toujours subjective, ne serait-ce que parce que même
la matière de l’univers se comporte subjectivement : il suffit de penser à la structure
des atomes ou aux lois de la cosmologie. Le cas échéant, on peut distinguer entre
subjectivité latente (sciences) et subjectivité évidente (poésie, arts).

5. Quand j’analyse des poésies avec mes élèves, j’utilise souvent les méthodes de
l’histoire des idées et de la théorie de la culture, en puisant particulièrement dans
l’histoire comparative des motifs. Généralement, la méthode comparative, que ce
soit avec d’autres auteurs ou avec d’autres genres, se révèle très payante pour moi.

KONAN Nokan (Côte-d’Ivoire)

1. Il est difficile de répondre à cette question. Mais en récitant des poèmes à des
jeunes, on peut susciter en eux une envie de créer eux-mêmes. Donc la pratique
orale me semble être la manière de communiquer la poésie qui est liberté. On doit
laisser l’adolescent l’appréhender et lui permettre de cultiver cette liberté.

guide_fre.indd 44 24/03/05 10:09:02


2. La poésie est le langage essentiel, et l’enseignant doit montrer cette essentialité, qui
la diffère de la prose – ce n’est une différence fondamentale, étant entendu que de
la prose peut émaner une forme de poésie. (Le conte africain est à la fois poésie et
prose) les deux sont donc indissociables dans la conception africaine du conte.

La méthode est d’amener l’enfant à aimer la poésie, et l’aimant, il deviendra lui-


même « producteur » de texte poétique.

3. Amener les adolescents à aimer la poésie, à y adhérer profondément, faire sien le


langage imagé et rythmique. A partir de cette situation, ils pourront alors devenir
auteurs.

4. Il faut amener la personne à se connaître, en traduisant ses sentiments par la voie de


la poésie. Ainsi, elle pourra traduire ses pensées à partir d’une approche beaucoup
plus scientifique.

5. Chez nous il existe l’oralité, la palabre, les méthodes audio-visuelles (écoute, et


diction). La télévision facilite la compréhension, le dire du poème, la chanson.
Enregistrement de poèmes pour en faire une écoute.

45

LEVTCHEV Lubomir (Bulgarie)

1. Comme un jeu. Comme ce qu’il y a de plus immatériel et de plus élevé. Comme la


possibilité de manifester l’élégance de sa nature. Comme une pensée métaphorique
où les mots désignent plus qu’eux-mêmes (ou comme la possibilité de dire plus avec
moins de mots).

2. Les enseignants doivent connaître et faire connaître aux élèves l’idée de Valéry selon
laquelle « la poésie s’étudie mais ne s’enseigne pas ». Il faut présenter la poésie en relation
avec la musique et les arts plastiques. Il faut donner aux enfants la possibilité d’entrer eux-
mêmes en contact avec la poésie et de faire leurs propres choix. On ne saurait choisir,
pour thème de réflexion avec des adolescents, la différence entre la langue poétique et
la prose, dans la mesure où la poésie est le résultat d’un thème tandis que la littérature a
un sujet. La différence n’est pas dans la langue mais dans le ton de la pensée.

3. En donnant aux adolescents la possibilité de mettre eux-mêmes à l’épreuve leurs capa-


cités créatrices. De la sorte, ils comprendront eux-mêmes la différence qu’il y a entre
une pensée exacte et scientifique et une pensée métaphorique (non exacte, artistique).

4. Cela doit aussi se faire indirectement. La poésie n’a pas de pire ennemi que l’expli-
cation. Il est très utile d’organiser des concours de poésie où les prix sont décernés
par les élèves eux-mêmes. L’introduction de la création poétique dans les jeux élec-
troniques peut produire des résultats inattendus.

guide_fre.indd 45 24/03/05 10:09:03


5. Les clubs littéraires scolaires, les revues et journaux littéraires scolaires sont dans
notre pays une tradition ancienne et ont donné de bons résultats. Je ne pense
pas qu’il y ait là quoi que ce soit d’original mais ces activités continuent d’être
attrayantes. Le rassemblement international d’enfants intitulé « l’Étendard de la
paix », organisé dans le cadre d’un système de prospection, de perfectionnement et
de mise en œuvre de talents, a donné d’excellents résultats, mais c’est une activité
qui a cessé.

MIEZAN-BOGNINI Joseph (Côte-d’Ivoire)

1. La poésie constitue un puissant mouvement de création. Elle fustige le labeur


des hommes, l’élan fougueux de leur vie, l’incertitude de la non-conformité de
la perception de cette vie sous un angle persuasif, traduisant leurs joies et leurs
peines. Ce sont de puissants éléments qui permettent à l’artiste en général et au
poète en particulier, d’établir un échange entre la nature et l’homme. C’est cela la
finalité de la poésie qui donnera aux adolescents un sentiment d’équilibre, de foi
en l’avenir, une force et une volonté de vivre leurs vies qu’ils pourront bâtir sur des
socles bien solides.
46
2. 1) Ils doivent leur faire comprendre que la poésie est un code imaginaire qui exprime
la tension de l’artiste au moment où il est envahi par une pulsion légitime parfois
vive ou faible, tandis que la prose permet à l’artiste d’exprimer tous ses sentiments
de manière étalée pour mieux se faire comprendre.

2) A mon humble avis, il n’y a aucune méthode didactique qui puisse indiquer la
voie d’une compréhension possible des écrits d’un artiste. Car les raisons thémati-
ques ou affectives relèvent de la sensibilité qui apparaîtra dans le subconscient de
chacun d’eux lorsqu’ils seront en face de ces textes.

3. 1) Ils doivent leur communiquer le puissant désir de lecture et ce d’une manière


assidue. Leur donner le temps de méditer et d’analyser ces images au plus profond
de leur être, afin de vivre les mêmes sentiments éprouvés par le poète.

2) Ils doivent se prêter à leur inculquer la raison persuasive d’utiliser ces images,
en imaginant d’autres expressions poétiques susceptibles de les amener à s’ouvrir à
eux-mêmes et au monde, dans une vision poétique forte et universelle.

4. Tout œuvre poétique accompagne une force subjective en lui conférant le support
d’une animation encline à une perception objective, qui n’est autre que la vie elle-
même ciblée à travers les sentiments et surtout les besoins ressentis et exprimés
par le poète. La perception subjective est une manifestation de l’Universelle,
tandis que la perception objective constitue la voie royale du dévoilement inté-
rieur qui donne corps à la susceptibilité du poète qui désire toujours impliquer son

guide_fre.indd 46 24/03/05 10:09:05


entourage à la joie ou à l’amertume qu’il vit tous les jours. Les enseignants doivent
les aider à la compréhension de ces besoins ressentis qui leur permettra de mieux
capter la pensée de l’auteur.

5. C’est d’abord prendre contact avec l’œuvre. La parcourir d’une manière globale, car
la poésie est matière et diversité. Ils doivent se faire plaisir en la lisant et en la décou-
vrant avec tout leur cœur, toute leur intelligence et toute leur sensibilité à mieux la
percevoir dans son infinité.

MORANDINI Luciano (Italie)

1. D’une manière anti-livresque, anti-scolaire, inventive, en décrivant la poésie comme


un univers de sentiments et de pensées qui se transforment en images au contact
entre le monde de la réalité que nous voyons, touchons, entendons dans toutes ses
aspérités et cet autre, que chacun porte en soi, en le rendant tel qu’il est : un sujet
qui voit et écoute, touche, sent et imagine, qui va bien au delà des évènements qu’il
perçoit, dans la réalité de l’imaginaire, en vertu d’une sorte de « magie » du mot
rythmé, conquis dans sa valeur particulière de haute communication expressive.
47

2. En faisant comprendre – exemples en main – la différence qu’il y a entre le langage


de la communication quotidienne, qui transmet des messages simples et plats, qui
ont une utilité immédiate, et le langage qui élève la langue au rang d’essence du
récit, de communication complexe qui grandit sur elle-même, pour devenir, par
exemple, un « roman », dans lequel se trouvent des descriptions d’extérieurs et d’in-
térieurs, des représentations d’époques historiques, des descriptions de personnages
et de psychologies, d’entrelacements de destins et de situations, de confrontations
dialogiques dans un tout qui obéit à des manières particulières de voir des situations
humaines et un monde exprimés d’une manière qui se définit comme style.

En ce qui concerne la communication poétique – toujours avec les textes en main –


démontrer qu’elle se distingue du genre narratif parce qu’elle exprime les « récits »
mêmes en synthèses d’images scandées rythmiquement et cachant bien davantage
dans celles-ci – même dans celles qui sont apparemment les plus simples – les
diverses significations.

Les seules méthodes existantes qui permettent aux adolescents d’explorer le langage
de la poésie et d’en faire éventuellement usage appartiennent à la préparation, à l’ex-
périence, à la passion et l’imagination des enseignants, du moins de ceux habitués
à travailler concrètement sur des textes plutôt que de manière abstraite en suivant
des manuels plus ou moins en vogue. L’illustration et la démonstration pratique
des nombreuses méthodes d’approche critique, tant de la poésie que du roman,
devraient venir dans un deuxième temps, après la compréhension et l’assimilation
des rudiments indiqués plus haut.

guide_fre.indd 47 24/03/05 10:09:06


3. À ce sujet aussi, je peux affirmer, pour en avoir fait l’expérience directement, qu’une
telle recherche – qui est presque un jeu de chasse au trésor – peut intéresser les
jeunes et aiguiser chez eux une curiosité qui donnera ensuite lieu au désir de se
mettre individuellement à l’épreuve.

Je voudrais évoquer seulement un exemple, né d’une analyse faite en classe de


L’infinito (l’Infini) de Leopardi adaptée à l’âge des élèves de troisième d’une école
publique professionnelle de commerce.

Après avoir défini le sens du mot idillio (idylle), qui vient du grec (eidýllion, diminutif
de eídos : vision, cadre), et avoir informé les jeunes sur son évolution historique
jusqu’à Leopardi, qui utilisait le terme « Idylles » pour certaines de ses œuvres, dans
lesquels l’émotion lyrique jaillit de la contemplation d’un paysage, nous avons,
ensemble, tiré du texte poétique les éléments du paysage, constitué essentielle-
ment d’un coteau appelé populairement Mont Tabor, alors très boisé et hérissé de
haies. Nous nous sommes ensuite mis en situation, nous avons imaginé que nous
étions là-haut, loin du bruit, de l’agitation d’une ville ou d’un village, plongés dans
le silence. Chacun a alors cherché à s’exprimer, en imaginant les sensations qu’il
ressentirait : bien-être, mélancolie, repos, solitude, peur, béatitude. Au paysage
appréhendé depuis son intérieur, nous avons ensuite ajouté autre chose : la couleur
48
du ciel, un bleu vu au-dessus des arbres et des haies, une étendue impalpable sans
confins. Donc quelque chose de non fini, de non délimité. En tendant l’oreille,
nous avons cherché à entendre, unique voix de vie, un bruissement de feuille.
Chaque jeune s’est ensuite efforcé de porter à la surface de sa conscience, à
travers la mémoire, des sensations, des pensées, des sentiments éprouvés au cours
de promenades à la campagne et auxquels il n’avait prêté jusque là ni oreille ni
attention. Les jeunes étaient maintenant prêts à comprendre les significations de
« l’Idylle », le cheminement de Leopardi à travers ce paysage, à imaginer l’infini
et l’éternel, l’appréhension qu’ils peuvent inspirer, accompagnée toutefois d’une
certaine joie insolite, et à comprendre comment, au milieu de tant de silence et
d’espace sans fin, un simple bruissement de feuilles peut vous entraîner dans la
réalité de la nature, de la vie quotidienne, dans la réflexion sur l’histoire, la vie
terrestre, sa finitude douloureuse, et pourquoi Leopardi désirait en cet instant-là
« se noyer dans l’immense mer de l’infini et de l’éternel ».

En définitive, les élèves, une fois compris le noyau de signification du texte, étaient
placés en condition – chacun selon ses propres possibilités – d’apprécier la limpi-
dité de la poésie, le raffinement avec lequel les pensées et les sentiments étaient
exprimés. Ainsi s’était ouvert un passage aussi à une analyse formelle de « l’Infini »,
tant du point de vue de sa structure que de celui linguistique et métrique.

4. Une poésie qu’on a fait lire et comprendre ne peut pas ne pas pousser à envisager
une telle question.

Précisément à ce propos, je recommence l’exercice d’analyse précédent exécuté par


les élèves et par moi-même.

guide_fre.indd 48 24/03/05 10:09:07


Avant tout, nous nous sommes penchés sur les éléments physiques, objectifs,
présents dans « L’infinito », en cherchant à les définir au mieux en recourant au
dictionnaire : coteau = relief géophysique à mi-chemin entre hauteur et colline ; haie
= abri constitué d’une disposition plus ou moins ordonnée de plantes arbustives ;
plante = organisme vivant végétal ; vent = mouvement plus ou moins régulier ou
violent de masses d’air atmosphériques provoqué par des différences de pression
entre des points situés sur un même niveau et subissant la même gravité. Les jeunes
ont tout de suite compris que chacune de ces choses est en soi réalité, un objet
qui est hors de nous, scientifiquement, froidement descriptible. D’ailleurs, il n’a
pas été du tout difficile de faire comprendre aux élèves ce qui change au moment
où les objets externes entrent en contact avec notre œil, non plus comme vision
extérieure, scientifiquement, objectivement définissable, mais comme cause de
sensation profonde, détonateur de remous de mémoire, pensée, sentiment, vision
intérieure de soi et du monde, c’est-à-dire de connaissance personnelle, subjective,
pour laquelle un arbre, par exemple, d’organisme purement naturel qu’il est, devient
un objet impliqué, pour une raison personnelle, dans notre imaginaire affectif.

Et la poésie, à cet égard, est l’exemple sans doute le meilleur pour ne plus faire
oublier la distinction entre perception objective, c’est-à-dire avertissement de la
réalité extérieure, et perception subjective ou avertissement d’ordre gnostique lié
aux manières d’être inhérentes à chaque être humain. 49

5. La poésie, plutôt que d’être « enseignée », doit se sentir, se comprendre, s’aimer


comme signe créatif de la plus haute conscience de l’homme, dévoilant l’in-
commensurable richesse, aussi bien qu’artistico-culturelle, formatrice, symbole
même de la diversité de la manière de se poser face au monde. Et ceci dans les
écoles de partout dans le monde, puisque, en chaque lieu du monde, il existe des
poètes, c’est chez eux que les écoles, souvent, devraient puiser une aide – sans
rien retrancher au précieux travail des enseignants – en leur faisant rencontrer
les jeunes, pour faire sentir la poésie telle qu’elle est, de la vive voix de celui
qui la fréquente au quotidien. C’est peut-être là que réside la méthode la plus
efficace pour faire converser les consciences des jeunes avec toutes les valeurs
humaines, historiques, civiles, sociales et existentielles que la poésie incarne et
exprime dans leur diversité.

MOTION Andrew (Royaume-Uni)

1. Comme quelque chose qui est essentiel à leur vie affective.

2. Concentration, énergie, surprise, compétence formelle et libération.

3. En réfléchissant par rapport au sujet.

guide_fre.indd 49 24/03/05 10:09:09


4. La question est trop compliquée pour qu’on puisse y répondre brièvement !

5. Oui, beaucoup. La plupart d’entre elles sont très bien décrites par la Poetry Society
(Société de poésie) ici à Londres.

MULDOON Paul (Irlande du Nord/Etats-Unis d’Amérique)

1. Comme une manière de donner un sens au monde, qui ne diffère guère de la


biologie en tant que système de révélation.

2. Ils devraient écrire en langage « prosaïque » et non « poétique ». Ils devraient être
encouragés à écrire non pas à propos de ce qu’ils savent, mais à propos de ce qu’ils
ne savent pas.

3. La chose la plus difficile à enseigner est ce que Keats appelait la « capacité néga-
tive », une sorte d’ignorance sage. Les enseignants n’admettent pas de bonne grâce
leur ignorance.

50 4. Je ne connais pas cette distinction.

5. Apprendre à écrire en prenant exemple sur d’autres textes. Écrire et lire font partie
de la même activité.

SECK MBACKÉ Mame (Sénégal)

1. Comme un apport enrichissant la vie quotidienne mais surtout comme soupape


spirituelle susceptible de les aider à enrayer l’angoisse des temps présents occa-
sionnée par la quête frénétique du confort matériel.

Quand la poésie dit que le bois vit, elle peut expliquer, faire comprendre de manière
agréable que ce même bois loue la grandeur du Seigneur.

2. En retournant aux sources pures de l’Afrique en général et du Sénégal en parti-


culier pour recourir à la poésie appelée woi, à la différence de la prose appelée
wêssar. Comme notre tradition orale est très poétique, il n’y a qu’une transposition
à faire de l’oralité à l’écriture. Le Cheick Ahmadou Bamba Mbacké l’a bien illustré
en utilisant les caractères arabes pour en faire des poèmes en wolof, poèmes d’un
souffle extraordinaire et d’une très grande popularité.

3. En leur proposant la poésie, non pas comme un cours dogmatique où la rigueur


est de rigueur mais comme des instants privilégiés de loisirs au point que les élèves
l’attendent avec fièvre pour ensuite vivre dans la fièvre du moment, en pleine

guide_fre.indd 50 24/03/05 10:09:10


délectation et dans la fièvre d’une autre attente. Il va sans dire qu’il faut motiver l’en-
seignant au point de vouloir vivre la poésie pour ensuite pouvoir la communiquer.

4. En les amenant à se regarder de l’intérieur d’abord puis regarder l’environnement


et son charme et après cette perception superficielle d’abord pénétrer l’intérieur
des choses qui nous entourent en progressant dans la profondeur des sentiments et
sensations à la manière d’un zoom.

5. Oui au Sénégal : c’est la mémorisation pour la poésie des langues nationales écrites
en caractères arabes. La meilleure méthode est de la dire à haute voix puis de la
chanter. Ainsi beaucoup l’apprennent et la chantent pendant qu’elle est dite.

SILVA SANTISTEBAN Rocío (Pérou)

1. La poésie n’est pas un instrument, elle n’est pas un mécanisme intermédiaire


permettant de parvenir à quelque chose ; la poésie est une fin en soi. C’est pour
cela que parler de finalité est problématique. À quoi sert la poésie ? Seulement
à stimuler ce que les adolescents, les jeunes et les adultes, surtout dans le tiers
monde, ont mis en sommeil : le plaisir esthétique et la capacité de s’étonner devant 51
le langage.

2. C’est difficile, mais le plus important serait d’insister sur le fait que la poésie cherche
le plaisir du langage même, dans une nécessité intense d’élaborer des images, alors
que la prose cherche la communication d’idées, de faits, de peurs, de surprises.

S’il existe des méthodes développées, je ne les connais pas. Je ne suis pas péda-
gogue mais poétesse. Ce que je crois, c’est que, par la fonction émotive du langage,
on peut arriver à sensibiliser un adolescent à des thèmes qui lui sont étrangers.
Et, justement, la poésie met l’accent sur les émotions et la forme par laquelle ces
émotions sont transmises avec les mots.

3. En premier lieu, ne pas apprendre par cœur les poèmes. Ce qui fait l’émotion dans
la poésie, c’est justement le fait que, quand le lecteur « revient » sur le texte, il le
« reconnaît » avec chaque fois davantage d’intensité. En apprenant par cœur, nous
perdons cette capacité de refaire une rencontre avec notre lecture précédente qui
va toujours être différente de la lecture présente. Apprendre par cœur un poème par
devoir peut être – mais ne l’est pas toujours forcément – contre-productif.

En second lieu, il s’agit de stimuler chez le lecteur (enfant ou adolescent) la cons-


truction de quelque chose de différent dans sa lecture du texte. C’est-à-dire que son
« interprétation » ne se limitera pas à trouver les figures rhétoriques ou « le message »
du texte, mais que le lecteur créera au contraire quelque chose à partir de ce texte
(dessins, histoire racontée, pâte à modeler, etc.) et, de cette manière, il envisagera
ses propres images.

guide_fre.indd 51 24/03/05 10:09:12


4. La poésie est justement un espace où on peut travailler ces différences pour
souligner la manière dont nous, les êtres humains « construisons » des modèles
d’interprétation de la réalité que nous croyons apparemment être objectifs, mais qui
sont en réalité absolument subjectifs et porteurs d’énoncés de pouvoirs qui cachent
des « biais », des « marques ». À cet égard, on a pu, par exemple, travailler avec la
poésie orale ou aborigène (ce terme me met mal à l’aise mais je n’en trouve pas
d’autre) et tester comment dans les différentes cultures existent des conceptions
du monde totalement différentes et « riches de leurs différences » qui soulignent
comment, l’arbre qui a, pour certains, une signification, aura dans une autre culture
une signification différente.

5. Au Pérou, les enfants de sept ou huit ans sont extrêmement attirés par la poésie,
essentiellement parce que les éléments prosodiques de celle-ci leur font découvrir
le caractère ludique des mots et le jeu absolument libre que permettent les mots (les
rondes et comptines enfantines ne sont-elles pas justement des jeux de mots, des
devinettes ?), mais l’école, par un processus laborieux, constant et long, les exclut de
cette forme de se rapporter au langage par ses méthodes carrées, cartésiennes, et
cet empressement insupportable à tout rationaliser.

Parmi les méthodes sur lesquelles on pourrait travailler avec les jeunes de cycle
52 secondaire, on peut citer les suivantes :

a) Qu’ils aient un « cahier de pensées » sur lequel ils inscriront tout ce qui leur
vient à l’esprit, ils copieront des chansons, des poèmes, des phrases spirituelles, des
plaisanteries et ils écriront ce qu’ils veulent, qu’ils dessinent, qu’ils interprètent. Ce
cahier peut faire l’objet d’un bilan en fin d’année (une telle évaluation devra, bien
entendu, être hétérodoxe).

b) Pratiquer la méthode surréaliste du « cadavre exquis » : un élève commence un


poème et un autre poursuit (sans lire la phrase précédente) et ainsi de suite jusqu’à
ce que le texte atteigne une quinzaine de lignes. On peut travailler en groupes de
quatre ou cinq.

c) Composer des poèmes parodiques et satiriques. Imiter les classiques, rompre


avec l’idée qu’il ne faut pas toucher à ce qui est canonique et classique. Écrire des
sonnets irrévérencieux. Lire les auteurs « interdits ».

d) Travailler avec des paroles de chansons récentes (le rap est une manière de
mettre en langage rythmique les problèmes de beaucoup de jeunes d’aujourd’hui,
même si les paroles sont souvent violentes et banales, ce pourrait être une manière
« d’entrer » dans les intérêts des jeunes).

e) Travailler avec de multiples auteurs contemporains, des jeunes, qui d’une manière
ou d’une autre posent un regard littéraire proche de l’univers des adolescents, pour
ensuite passer aux classiques.

guide_fre.indd 52 24/03/05 10:09:13


STÉTIÉ Salah (Liban/France)

1. La poésie n’explique pas la vie. Elle donne la vie à sentir et à voir . Le poème, avec les
mots de la langue, tente de donner une équivalence à une situation donnée, vécue
ou rêvée et la finalité de toute poésie est de permettre une capture d’un instant du
réel dans ce qu’il est et dans ses prolongements imaginaires et/ou spirituels.

2. La prose donne les instruments qu’il faut pour analyser, enchaîner les effets et les
causes, comprendre intellectuellement les motifs et les ressorts, le pourquoi et le
comment des êtres et des choses. La poésie se contente de montrer violemment les
êtres et les choses dans leur lumière sans donner ni le comment ni le pourquoi. « La
rose est sans pourquoi » dit Angelus Silesius. Les enseignants se doivent d’expliquer
que le mystère du poème est parallèle à l’énigme d’exister. Il faut qu’ils agissent
non point didactiquement, mais subtilement, intuitivement, en jouant sur le clavier
sensible : œil, oreille, cœur, etc.

3. Les enseignants peuvent et doivent montrer comment une image poétique est une
« condensation » du réel, obtenue par l’expérience du poète qui sait, à la manière
de la vie, mettre en vis-à-vis les contraires et faire en sorte que, de cet affronte-
ment, jaillisse une étincelle éclairante. Les images aident à synthétiser et à décanter
la réalité vécue tout en montrant qu’elle se prolonge au-delà de « nous » dans une 53
vaste zone d’échos et de résonances. L’image permet de voir et d’éclairer ce qui est
caché ou ce qui est non aperçu.

4. La perception objective et la perception subjective sont des notions dépassées.


Certes, on peut estimer que l’objet qui a une existence en soi doit être palpé,
mesuré, compris, situé en tant que tel dans l’économie de l’univers. Mais le propre
de la poésie (celle d’un Rilke par exemple) est de montrer que tout objet du monde
« extérieur » a une présence dans l’homme et au sein de son intériorité : la poésie
est une saisie du monde par la réfraction de celui-ci dans la langue qui est l’iden-
tité de l’homme.

5. La pratique populaire de la poésie est encore vivace au Liban et dans l’ensemble du


monde arabe. Il y a là un terreau fécond pour que naisse, par une heureuse « conta-
mination », l’accès à une poésie plus ambitieuse et plus élaborée.

VILLALTA Gian Mario (Italie)

1. Je souhaite que la poésie soit présentée aux adolescents depuis l’intérieur d’une
expérience vécue par des lecteurs et des passionnés, comme quelque chose qui
mérite avant tout attention et écoute (afin d’éduquer l’écoute et l’attention envers
l’expression humaine dans un de ses moments les plus sublimes et synthétiques –
mais il ne convient pas d’employer ces grands mots avec les adolescents).

guide_fre.indd 53 24/03/05 10:09:14


Il faudrait se demander avant tout pourquoi la poésie ne soulève pas l’intérêt des
enseignants, qui en savent généralement bien peu, et qui, s’ils en savent davantage,
l’ont appris en étudiant de manière abstraite et « par échantillons ».

Les adolescents ont beaucoup plus de mal que les enfants et les adultes à approcher
la poésie lyrique, leur monde intérieur étant centripète, fixé sur les rares thèmes
qui sont les leurs et s’ouvrant à grand-peine sur les sentiments d’autrui. Je le dis par
expérience : la poésie narrative ou comique est plus facile à proposer. Ou alors, il
faut faire en sorte qu’ils présélectionnent les sujets et qu’ensuite l’enseignant trouve
des passages adaptés pouvant cadrer avec les exigences manifestées.

2. La poésie a une nature différente de celle de la prose et pas seulement une forme
différente. De fait, la poésie précède la prose, qui comporte l’assimilation de l’écri-
ture et de son processus de rationalisation.

Nous avons tous au fond de nous en revanche une compréhension profonde


et intuitive du geste-parole. Dans la poésie, la trace corporelle de l’expression
verbale reste à plus d’un égard présente. Je dirais même plus : le lien moteur qui lie
perception et expression devrait ressortir – si nous voulons, même si en Italie cela
se comprend peu, puisque nous sommes plus proches de la parole théâtrale. Du
54 théâtre, si possible, apprendre une didactique du mot vivant.

Structuralisme, formalisme et écoles sémiotiques d’analyse textuelle sont trop


souvent la didactique du mot embaumé. Et elles se marient à la perfection avec un
savoir privé d’expérience.

3. Si l’on insiste sur le fait que les enseignants devraient être choisis parmi ceux qui
effectivement ont de l’expérience en matière de poésie, la logique profonde des
images ne se modifie pas en passant de la parole à la représentation graphique ou
à la séquence vidéo. Différent est le rôle du moyen, de même qu’est différent le
niveau sur lequel se situe l’accroche interprétative : les possibilités d’une « traduc-
tion » sont cependant très ouvertes. À ce propos, observons par exemple que le
« ton » expressif des mots vaut autant que le fond à partir duquel l’image attire l’at-
tention, ou que le « rythme » a à voir avec la vitesse du montage. Je crois que les
rapports entre le cinéma et la poésie sont bien plus féconds que ceux qui existent
entre la poésie et le roman, et que les deux langages techniques peuvent se rencon-
trer à l’occasion.

4. Je préférerais distinguer entre référentiel (effort vers une correspondance avec


l’objectivité) et expressif (effort vers une correspondance avec la subjectivité) : une
des premières découvertes qu’on fait en didactique de la poésie est que non seule-
ment, comme chacun peut s’y attendre, un certain engagement est nécessaire pour
atteindre un degré acceptable de « référentialité », mais – et les adolescents ont du
mal à le croire – qu’il faut un effort tout aussi grand pour trouver un niveau à peine
plus profond de vraie expressivité.

guide_fre.indd 54 24/03/05 10:09:16


Ce que je suggère, c’est de faire usage de langages techniques et de les mettre en
regard avec des passages judicieusement choisis de poésie : la maison, l’automobile,
un champ, un pont, le corps humain – approfondir l’aspect d’efficacité référentielle
(pour découvrir « l’étrangeté » d’un discours technique, c’est-à-dire les descriptions des
géomètres, ingénieurs, arpenteurs, anatomistes). Ensuite, même thème, autres discours
« techniques » : publicité, production industrielle, etc. Enfin, qu’on les mesure avec le
discours « commun », son efficacité référentielle non spécialisée mais, par le biais du
processus poétique, ô combien spéciale. Qu’on les confronte avec la poésie.

5. Non, ces méthodes n’existent pas. On a beaucoup fait pour les enfants (et pas
toujours de manière heureuse) des classes maternelles et de l’école de l’obligatoire.
Pour les cycles secondaires, on propose, en substance, les déchets de l’apprentis-
sage universitaire des enseignants.

WOLDE-EYESUS Haddis (Éthiopie)

1. • Comme un moyen de communication qui traduit les sentiments et les émotions


sans être verbeux.
• Comme une nouvelle forme d’expression qui décrit la nature d’une manière 55
concise mais concrète.
• Comme une expression qui nourrit l’esprit et qui développe l’imagination.
• Comme un moyen d’aider à imprimer des idées dans l’esprit des personnes.

2. Le langage poétique émeut et suscite des sentiments tendres. Il exprime les choses
sur un mode bref mais puissant. Le langage prosaïque est quant à lui plus long et
monotone.

Les méthodes que je suggère sont les suivantes :

a) Lire des poèmes (sur certains sujets) régulièrement pour susciter l’intérêt des adoles-
cents (à l’aide d’enregistrements sur bande magnétique, disques compacts, etc.).
b) Demander aux adolescents de recueillir des poèmes à partir de livres ou en
demandant aux gens autour d’eux.
c) Les encourager à écrire des poèmes eux-mêmes (pas pour les noter mais pour le
plaisir qu’ils peuvent en tirer).
d) Rassembler leurs poèmes dans un fascicule.

3. 1) Lire un poème à un groupe de jeunes. Demander à chacun ce qu’il ou elle ressent


et pense. Chacun pense différemment. Ne pas s’attendre, donc, à une réponse unique.
Inviter les jeunes à en discuter.
2) Montrer des films, visiter des lieux d’art, voir des paysages.
3) Demander aux jeunes de dessiner ce que leur inspirent les textes poétiques.

guide_fre.indd 55 24/03/05 10:09:17


4. En mettant à profit les idées suggérées en réponse à la question n° 3.

5. Les enfants commencent par écouter des poèmes dans les églises et chez eux. Ainsi,
la poésie leur devient familière depuis leur plus jeune âge. Elle fait partie de leur vie
et ils savent l’apprécier. La poésie est présente dans les programmes scolaires. Il y a
des clubs de poésie, des soirées de poésie et des concours de poésie dans les écoles
et dans des lieux publics. Les meilleurs sont toujours récompensés.

Les parents demandent aux enfants d’écrire des poèmes à Noël et à l’occasion
d’autres vacances.

WOLDE-SADIK Neway (Éthiopie)

1. Il est très important de faire attention et de penser au sujet, poésie ou poème, en


particulier s’agissant d’adolescents. Je dirais même, que le moment est opportun.

C’est très bien de penser de la sorte et le partager comme un point de vue ou propos
56 universel. Ce sont les adolescents qui, à leur âge, réfléchissent sur les poèmes ou
sur la poésie et s’en servent pour exprimer leur amour et affection envers ceux qu’ils
aiment, ceux qu’on appelle les petit(e)s ami(e)s.

2. Il est nécessaire, pour avoir une bonne connaissance de la littérature, d’avoir


des bases de grammaire. La maîtrise des huit parties du langage est importante,
de même que la connaissance du maniement du contexte, de la syntaxe et de la
sémantique. Le choix et l’emploi de la langue pour la poésie et la prose sera facile et
peut s’opérer avec sagesse, notamment si l’on a une solide connaissance de la gram-
maire. La méthode et les documents sont essentiels pour enseigner la poésie. On
peut recourir aux analogies et aux comparaisons, par exemple « courageux comme
un lion », « tendre comme... », « beau comme un papillon », etc. (On peut développer
une réflexion sur l’analogie entre brave et lion, etc. Le papillon est beau grâce à
toutes ses couleurs, etc.).

3. En utilisant de bons exemples tirés de livres ou de son imagination. Montrer ou expli-


quer un passage tiré d’œuvres classiques, par exemple du Jules César de Shakespeare,
le discours ou l’appel de Marc Antoine, « Compatriotes, prêtez-moi vos oreilles ! Je
suis venu enterrer César... » (Comment peut-on « prêter ses oreilles » à d’autres ? En
débattre en vue d’une explication et une compréhension plus poussées. Ceci peut
aider à inspirer le sentiment de l’expression poétique des mots « prêtez-moi vos
oreilles » dans l’esprit de l’élève).

4. Pour la perception subjective, demander aux élèves d’écrire sur leurs propres senti-
ments. Pour la perception objective, leur donner un objet réel et leur demander

guide_fre.indd 56 24/03/05 10:09:19


d’écrire dessus (de le décrire) brièvement. Les poèmes ou la poésie sont souvent
trop concis et précis (exacts). C’est à l’enseignant de leur donner une indication, car
certains mots tendent souvent à être subjectifs dans leur sens ou dans leur usage,
plutôt qu’objectifs.
Par exemple :
penser = subjectif
dire = objectif
Je pense est indéfini, donc subjectif : Je pense que vous avez tort.
Je dis est défini : Je dis que vous avez tort.

5. Le temps et les événements sont de bons facteurs pour enseigner méthodiquement.


En temps de guerre – sur l’héroïsme et le sentiment national.
En temps de catastrophe, naturelle ou provoquée par l’homme, on peut apprendre
[les élèves] sur les sentiments de compassion ou combien est dur, douloureux et
laborieux l’évènement, c’est-à-dire quand on l’associe avec les pertes ou les coûts
humains et matériels.

57

WORKSHOP (Atelier de Medellín 1999) :


DUTTON Paul (Canada)

1. En les invitant à se lire les uns aux autres les plus grands poèmes de leur littérature,
et même ceux qui sont moins « grands ».

2. En réponse à la première partie de la question : Je veux qu’ils ne s’en soucient


pas. Ces distinctions ne sont pas absolues et il revient à chacun de percevoir cette
différenciation, s’il le souhaite.

En réponse à la deuxième partie de la question : Il y a beaucoup de livres sur ce


sujet mais je crois qu’il est largement plus important d’inciter les enfants à aimer les
mots et à valoriser leurs qualités sensuelles (sonores, visuelles). Que l’on apprenne
à aimer la langue pour ses propres qualités sensuelles et les idées et émotions
suivront d’elles-mêmes.

3. En leur lisant de la poésie que les enseignants eux-mêmes aiment passionnément.


Si un enseignant n’aime pas passionnément la poésie, il ne devrait pas être auto-
risé à « l’enseigner ». Les enseignants doivent EN PREMIER LIEU amener les élèves
à aimer les mots, la langue et la poésie. La visualisation et l’attention naîtront
alors naturellement. La poésie DOIT D’ABORD ÊTRE RESSENTIE (lue, entendue)
et non analysée.

guide_fre.indd 57 24/03/05 10:09:20


4. J’estime que ce n’est pas un objectif légitime pour l’étude de la poésie. C’est la
psychologie qui doit être « employée » à cet effet. La poésie ne doit pas être utilisée,
mais bien éprouvée - physiquement avec les yeux, les oreilles, la réaction du corps
au rythme et à la pulsation. La poésie n’est pas un instrument à usage pragmatique
mais un art, une nourriture de l’esprit.

5. Je ne sais pas.

WORKSHOP (Atelier de Medellín 1999) :


RAKEI Fatema (Iran)

1. On devrait les instruire sur ce qu’est la poésie et ce qui la distingue des autres formes
de littérature et ensuite leur soumettre quelques bons extraits de grande poésie clas-
sique et contemporaine.

2. Je pense qu’il faudrait élaborer des livres différents de ceux qu’on connaît et que
les enseignants eux-mêmes se familiarisent avec les méthodes en participant à
des ateliers et, enfin, qu’on leur demande à tous d’avoir des méthodes similaires
58 d’enseignement de la littérature et de différencier le langage poétique du langage
prosaïque, pour ne parler que de cela.

3. Comme je l’ai dit ci-dessus, ils devraient d’abord se familiariser avec des méthodes
adaptées à ces domaines et on devrait justifier à leurs yeux que les images sont
importantes en poésie.

4. Tout ceci exige une formation des enseignants dans ces domaines et aussi d’imprimer
des manuels scolaires qui insistent sur ces aspects en présentant des exemples les
illustrant clairement.

5. Dans mon pays natal (l’Iran), les enseignants et l’administration chargée de la culture
veillent à l’application de telles méthodes et certains comités ont été formés pour
réfléchir sur le sujet. Je suggère qu’on désigne un comité international chargé d’une
réflexion en la matière.

WORKSHOP (Atelier de Medellín 1999) : ANONYME 1

1. En leur faisant valoir que c’est amusant.

2. Les enseignants doivent être des poètes pour ressentir cette différence. La méthode
consiste à tomber juste en écriture, lecture, écoute de la poésie. Demander aux
élèves ce qui, à leur sens, est poétique.

guide_fre.indd 58 24/03/05 10:09:21


3. Les élèves doivent sentir qu’ils aiment l’émotion qu’une image peut donner. Ils
doivent apporter eux-mêmes des images : Qui es-tu ? – Je suis un oiseau fou. Qui
es-tu ? – Fuego negro.

4. En leur faisant s’essayer à la description objective, par opposition à la sensation


subjective, l’imagination. N’avez vous jamais eu une perception objective ?

5. En invitant des poètes intéressants que les élèves reconnaissent comme étant des
leurs.

WORKSHOP (Atelier de Medellín 1999) :


ANONYME 2 (Pays-Bas)

1. En lisant de la poésie avec eux. En leur demandant leur opinion. En les stimulant
quand ils veulent eux-mêmes écrire de la poésie.

2. Avant tout, l’enseignant lui-même doit être intéressé par la poésie. Il pourrait
comparer les langages poétique et prosaïque. En général, la poésie offre une
meilleure possibilité d’exprimer des sentiments et des émotions. 59

3. Cela dépend de l’enseignant et de la situation. En Hollande, beaucoup d’écoles


secondaires accueillent des enfants qui peuvent être parfois de plus de vingt origines
différentes. Des projets de traduction peuvent être très utiles et importants.

4. En les stimulant à écrire eux-mêmes de la poésie. On dit que dans chaque personne
se cache un poète. Essayer de rendre cette idée claire et compréhensible afin que
les élèves comprennent que la poésie fait partie de l’humain.

5. Les poètes qui vont lire dans les écoles. En Hollande, nous avons une fondation
d’écrivains et poètes qui s’appelle École et Société et qui est soutenue par le
Ministère de la Culture.

WORKSHOP (Atelier de Medellín 1999) : ANONYME 3

1. Je considère qu’il est absolument fondamental que le projet soit élargi sur tous les
plans pour contribuer à une formation créative et sensible.

2. Disons qu’il n’existe pas de méthodes formelles, mais que chaque incursion et
exploration de la poésie passe par la sensibilité et le désir. Des méthodes en mouve-
ment et changeantes.

guide_fre.indd 59 24/03/05 10:09:22


3. Plus que motiver, il faut parler d’inciter et de provoquer les jeunes en direction de
la poésie, qui est un moyen d’être dans le monde, d’aborder la réalité en tant qu’élément
transformateur.

4. L’enseignant devrait avoir à cœur la poésie et être absorbé par elle, sinon, c’est
inutile et banal. L’enseignant doit être habité par l’esprit poétique.

5. A l’université, je donne des cours de poésie. Nous y employons une méthode qui
consiste à inventer et à chercher le sens. Il ne faut pas penser. La poésie, c’est
l’imprévisible.

YIMAM Baye (Éthiopie)

1. Par « adolescents », j’entends les élèves de l’école secondaire. Je voudrais voir la


poésie dans tous ses aspects essentiels, tant esthétiques que pédagogiques, intégrée
dans la partie linguistique du programme scolaire. Elle peut aider à acquérir des apti-
tudes en communication et à apprécier les aspects esthétiques de l’écrit alors que
les élèves sont encore jeunes, donc flexibles.
60
2. En Éthiopie, la poésie est fondée sur un système de combinaisons de rimes. Il n’existe
pas de poésie de vers libres comme on peut la trouver dans d’autres langues. Il est
donc aisé pour les enseignants de distinguer ce qui est expression poétique de ce
qui ne l’est pas. Je ne suis pas sûr qu’il y ait des méthodes pédagogiques qui soient
uniquement applicables en Éthiopie ou qui ne fonctionnent qu’avec les élèves éthio-
piens. Les méthodes sont générales mais les problèmes peuvent être propres à un
lieu et se développer progressivement pour devenir universels.

3. À ce propos, les enseignants doivent être formés dans le travail poétique et dans
l’emploi et l’analyse du langage poétique. Ils doivent être à la fois de bons versifica-
teurs et de fins analystes de la poésie.

4. Ils peuvent aider les élèves à discerner différents types de perception grâce au
recours aux images, au symbolisme et à un usage allégorique du langage. Cela les
aidera à voir les choses sous un angle à la fois objectif et subjectif.

5. Je ne crois pas qu’il y ait des méthodes efficaces d’enseigner la poésie qui soient
spécifiques en Éthiopie ou aux élèves éthiopiens. De telles méthodes, qu’elles soient
efficaces ou non, sont générales mais les questions traitées doivent être locales dans
un premier temps, pour ensuite se développer et devenir universelles, à mesure que
les élèves deviennent plus mûrs dans l’art et le travail du langage.

guide_fre.indd 60 24/03/05 10:09:23


61

guide_fre.indd 61 24/03/05 10:09:24


Nom et pays de résidence : Ama Ata AIDOO, Ghana
Pays de naissance : Ghana
Langue(s) de travail : anglais, akan

■ Publications :
Collection de poèmes :
- Someone Talking to Sometime
- An Angry Letter in January
- et d’autres poèmes.
Romans :
- Our Sister Killjoy
- Changes
Nouvelles :
- No Sweetness Here
- The Girl Who Can
■ Autres activités professionnelles :
Professeur d’université ; Consultant en question de genre et éducation.
■ Prix / Distinctions :
- 1987 : Prix de poésie « Nelson Mandela ».
- 1982 : Premier prix international du « Pen Women’s Travel ».
- 1982 : « The Commonwealth Writers’ for Africa » (pour le roman Changes), etc.

62
Nom et pays de résidence : Abdulaziz Saud AL-BABTAIN, Koweït
Pays de naissance : Koweït
Langue(s) de travail : arabe et anglais

■ Publications :
- al-bawadi
Premier volume de poèmes, Buh - - (L’étendue des déserts) publié en 1995

■ Autres activités professionnelles :


- Important homme d’affaires koweïtien, avec de considérables intérêts commerciaux et
industriels dans les secteurs pétrochimique et agroalimentaire en Europe, aux États-Unis,
en Chine et au Moyen Orient, et des investissements dans plusieurs pays arabes.
- Membre de la Ligue d’écrivains de Koweït.
- Membre du Conseil de la Faculté de Littérature, Université de Koweït.
- Membre du Conseil du Fonds Charitable pour la Culture de Koweït.
- Il a consacré beaucoup de temps, argent et efforts à des actions charitables.
Voici un résumé :

I. Dans le domaine de l’éducation et la culture :


Il a fondé plusieurs prix et établi divers fondations, écoles et collèges, tels que :
- Un prix annuel de US$ 100,000 connu comme le Prix Abd al-Aziz Saud Al-Babtain /
Descendants de l’Imam Al-Bukhari; l’objet du prix c’est la promotion de la restauration des
anciens liens culturels entre le Koweït et les États islamiques nouvellement indépendants ;
- La bourse de la fondation koweïtienne Saud Al-Babtain Kuwaiti; depuis 1991, la
Fondation octroi 100 bourses par an aux étudiants venus des pays islamiques des répu-
bliques d’Asie Centrale, pour leur permettre d’étudier à l’Université Al-Azhar au Caire ;
par ailleurs, la fondation décerne cinq bourses par an aux étudiants du Maroc, cinq aux
étudiants du Niger, et cinq aux étudiants d’Ouganda et Mali ; La Fondation couvre les
coûts de logement, scolarité, voyage par avion, visas, nourriture, habillement, livres, frais
divers et dépenses de santé pendant leur séjour au Caire ; jusqu’à présent, un total de 522
étudiants a bénéficié de ces bourses ;
- L’école secondaire « Président Hosni Mubarak », l’école secondaire « King Fahd », l’école
secondaire « Sheikh Jaber al-Ahmad al-Sabbah » en Égypte en octobre 1990, et l’école
« Dranga » au sud du Caire ;

guide_fre.indd 62 24/03/05 10:09:26


- Deux écoles, toutes les deux appelées « Kuwait School », à Qana au Liban[...]
- The Kuwait-Morocco Friendship School (l’Ecole de l’Amitié Koweït-Maroc) dans la ville
de Marrakech au Maroc ;
- The Kuwait-Morocco Solidarity Secondary School (l’Ecole de la Solidarité Koweït-Maroc)
dans la ville de Guelmin au Maroc ;
- L’École secondaire « Sheikh Muhammad Min al-Shanqiti » à Basra en Irak ;
- Le Collège d’études islamiques « Abd al-Rahman Al-Babtain Kuwaiti » à Almaty,
Kazakhstan ;
- L’Ecole koweïtienne au Kirghizstan ;
- L’Ecole « Ahmad ibn Abd al-Aziz » et l’école Kuwait dans la République du Mali en Afrique ;
- Le Collège de littérature « Saud Al-Babtain Kuwaiti » à l’Université musulmane Aligarh
en Inde ;
- L’École koweïtienne dans la ville de Quetta au Pakistan.

II. Projets humanitaires :


- A fondé le Centre de grands brûlés et chirurgie réparatrice « Saud Abd al-Aziz Al-Babtain »
au Koweït. Ceci est le premier hôpital de ce type au Moyen Orient.
- A fourni des fonds pour l’établissement du « Kuwaiti Medical Centre » dans la région
d’Arabistan de la République islamique d’Iran.
- A fondé le « Saud Al-Babtain Festival Hall » (entrée gratuite) à Riyad. C’est le premier
établissement de ce type en Arabie Saoudite.
- A commencé l’établissement du « Centre de Cardiologie Saud Al-Babtain » dans la
Province Orientale du Royaume d’Arabie Saoudite.

■ Prix / Distinctions :
- Docteur Honoris Causa de l’Université de Tachkent pour ses contributions à l’enrichisse-
ment de la culture islamique.
- L’Ordre du Mérite Culturel, Première Classe, par le Président de République de Tunisie. 63

Nom et pays de résidence : Ghazi AL-GOSAIBI, Arabie Saoudite


Pays de naissance : Arabie Saoudite
Langue(s) de travail : arabe et anglais

■ Publications :
- 13 volumes de poésie et 30 de prose.
■ Autres activités professionnelles : -
■ Prix / Distinctions : -

Nom et pays de résidence : Mansour Bin Ibrahim AL-HAZMI, Arabie Saoudite


Pays de naissance : Arabie Saoudite
Langue(s) de travail : arabe

■ Publications :
- Muhammad Farid - Abu- Hadid,- katib
- al-riwayah
- (« Muhammad Farid Abu Hadid, romancier »).
- Mu’jam al-masadir - -
al-suhufiyyah -
li-diràsat al-adab wa’l-fikr fi’l-mamlakah -
al-‘arabiyyah
- -
al-su’udiyyah (« Répertoire de Sources Journalistiques pour l’étude de la littérature et la
pensée dans le Royaume d’Arabie Saoudite »).
-
- Fi’l-qissah -
fi’l-adab - - al-hadith
al-su’udi - (« Sur la nouvelle dans littérature saoudienne
moderne »).
- naqdiyyah
- Mawaqif - (« Positions critiques »).
-
- Fi’l-bahth - (« A la recherche de la réalité »).
‘an al-waqi’
- -
- Salif al-awan (« Dans d’autres temps »).
- Ashwaq - wa-hikayat - - (« Désires et histoires ») – volume de poésies.

guide_fre.indd 63 24/03/05 10:09:27


■ Autres activités professionnelles : -
■ Prix / Distinctions :
- Médaille Royale du Mérite, première classe.
- Grande Médaille d’Or de l’Organisation pour l’Éducation, la Culture et la Science de la
Ligue arabe.
- Prix d’honneur des dirigeants du Conseil de Coopération du Golfe.

Nom et pays de résidence : Urbain AMOA, Côte d’Ivoire


Pays de naissance : Côte d’Ivoire
Langue(s) de travail : français

■ Publications :
- Les bruits du silence suivi de Les chaînes de la liberté, CEDA, Abidjan.
- Les braises de la lagune, Edilag, Abidjan.
- Un bouquet de rêves pour Madagascar (inédit).
- Les fonds du Paradis, théâtre, Ed. Passerelles.
■ Autres activités professionnelles :
- Enseignant-Chercheur à l’École Normale Supérieure d’Abidjan.
- Directeur de la Planification et de l’Evaluation, Ministère de l’Enseignement Supérieur et
de la Recherche Scientifique.
■ Prix / Distinctions :
- Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française.

64
Nom et pays de résidence : Léon Maurice ANOMA KANIE, Côte d’Ivoire
Pays de naissance : Côte d’Ivoire
Langue(s) de travail : français

■ Publications :
- Poésies, romans, nouvelles, pièces de théâtre, contes, chansons.
■ Autres activités professionnelles :
- Ambassadeur de Côte d’Ivoire, conférencier, journaliste, attaché de presse du Président
Houphouët-Boigny.
■ Prix / Distinctions :
- Prix de Poésie « Le jasmin d’argent » – Prix de littérature et de poésie, Paris.
- Officier des ordres nationaux : Côte d’Ivoire, Haute Volta, Madagascar.
- Grand officier de l’ordre équatorial (Gabon).
- Grand officier de l’ordre de Rio Branco (Brésil).
- Conseil Magistral de la Chaîne des Rôtisseurs.
- Membre de l’Organisation Mondiale des Poètes (crée par S.S. Senghor).

Nom et pays de résidence : Jorge ARBELECHE, Uruguay


Pays de naissance : Uruguay
Langue(s) de travail : espagnol

■ Publications :
Poésie :
- Ágape.
- Alfa y Omega.
- El hilo de la lumbre.
- A Federico.
- La casa de la piedra negra.
- Alta noche.
- Sangre de la luz, etc.

guide_fre.indd 64 24/03/05 10:09:29


Essais :
- Responsabilidad de la poesía.
- El amor y la muerte en la poesía Española, etc.
■ Autres activités professionnelles :
- Ancien Inspecteur de Littérature dans l’enseignement secondaire.
- A présent, Directeur du Département de Littérature du Ministère de l’Éducation et de la
Culture.
■ Prix / Distinctions : -

Nom et pays de résidence : Asocio de Opiniones de Escritores, Costa Rica


Langue(s) de travail : espagnol

■ Publications :
- Variées.
■ Autres activités professionnelles :
- Professeurs d’espagnol, de philosophie et de linguistique.
■ Prix / Distinctions :
- Tous sont de poètes reconnus au Costa Rica.

Nom et pays de résidence : Fékadé AZEZE, Éthiopie


Pays de naissance : Éthiopie 65
Langue(s) de travail : anglais, amharique

■ Publications :
- Chuhät (Cris) – une collection de poèmes en amharique, mai 1993.
- Eyyähedku Alhédem (Je marche sans faire des pas) – poèmes en amharique, 1997, réédités
en 1999.
- Ayya Goshemé (Père Goshemé) – poèmes en amharique, 1997.
- Unheard Voices : Drought, Famine and God in Ethiopian Oral Poetry. Addis Ababa
University Press, 1998 (en anglais).
- An Introduction to Oral Literature, Alpha printers, 1999 (en amharique).
■ Autres activités professionnelles :
- Recherche sur la littérature éthiopienne.
- Recherche sur la littérature orale éthiopienne.
- Recherche sur la littérature orale africaine.
- « Scientifique Invité » – Université de Trondheim, Norvège. Parrainé par l’Université
d’Addis-Ababa et le Centre pour l’Environnement et Développement, Université de
Trondheim, 1992.
(Membre de divers associations professionnelles.)
■ Prix / Distinctions :
- DAAD – 1996

Nom et pays de résidence : Jean BLOT, France


Pays de naissance : France
Langue(s) de travail : français
■ Publications :
Poésie :
- Là où tu iras.
- Vue du train, etc.

guide_fre.indd 65 24/03/05 10:09:30


Essais :
- Mandelstam.
- Gontcharov.
- Moïse, etc.
Romans :
- Les cosmopolites.
- Tout l’été, etc.
■ Autres activités professionnelles :
- U.N., UNESCO, PEN Club.
■ Prix / Distinctions :
- de l’Académie, des critiques, Valery Lucebanel, etc.

Nom et pays de résidence : Tanella BONI, Côte d’Ivoire


Pays de naissance : Côte d’Ivoire
Langue(s) de travail : français
■ Publications :
- Labyrinthe (1984, poèmes).
- Une vie de Case (1990, roman).
- De l’autre cote du soleil (1991, jeunesse).
- La fugue d’Ozone (1992).
- Grains de sable (1993, poèmes).
66 - Les baigneurs du Lac Rose (1995, roman).
- Il n’y a pas de parole heureuse (1997, poèmes).
- + inédits (à paraître).
■ Autres activités professionnelles :
- Professeur titulaire au Département de Philosophie, Université de Cocody, Abidjan.
- Critique. Collabore à des revues culturelles (Agricultures, Mots Pluriels- revue électro-
nique, etc.)
■ Prix / Distinctions :
- Chevalier de l’Ordre du Mérite Culturel de Côte d’Ivoire.

Nom et pays de résidence : Domenico CADORESI, Italie


Pays de naissance : Italie
Lange(s) de travail : italien et friulien

■ Publications :
- Huit collections de poésie, deux de fiction, une anthologie pour les écoles.
- Encyclopédie de 13 volumes sur Friuli-Venezia Giulia.
■ Autres activités professionnelles :
- Trente-huit ans enseignant l’histoire et la philosophie.
- Organisateur d’évènements culturels. A fondé trois prix littéraires ; le prix national de
poésie « Dino Menichini » octroyé le 23 octobre.
■ Prix / Distinctions :
- Ceux-ci ne l’intéressent pas.

guide_fre.indd 66 24/03/05 10:09:31


Nom et pays de résidence : Nangala CAMARA, Côte d’Ivoire
Pays de naissance : Côte d’Ivoire
Langue(s) de travail : français

■ Publications :
Poésie :
- Mélancolie.
- Monotonie.
- Chants incantatoires.
- Amarres rompues.
Nouvelles :
- Révélation.
Roman :
- Le printemps de la liberté.
■ Autres activités professionnelles :
- Professeur de mathématiques et de physique.
■ Prix / Distinctions :
- Lauréat du concours des CEDA (Centre d’Editions et Diffusions Africaines) « Racontes-moi
une histoire », 1989.
- Lauréat du concours des CEDA (Centre d’Editions et Diffusions Africaines) « Une histoire
pour l’an 2000 », 1999.

67
Nom et pays de résidence : Georges-Emmanuel CLANCIER, France
Pays de naissance : France
Langue(s) de travail : français

■ Publications :
Poésie :
- Le paysan céleste (Collection Poésie, Gallimard).
- Peut-être une demeure (Gallimard).
- Oscillante parole (Gallimard).
- Le poème hanté (Gallimard).
- Passagers du temps (Gallimard).
Sur la poésie :
- La poésie et ses environs (Gallimard).
- Dans l’aventure du langage (P.U.F.).
- Panorama érotique de la poésie française : 1 er Tome : de Chénier a Baudelaire ;
2 ème Tome : de Rimbaud au Surréalisme (Éditions Seghers).
■ Autres activités professionnelles :
- Ancien Vice-président de la Commission française pour l’UNESCO.
- Ancien Directeur adjoint à l’O.R.T.F. (Office de Radio-télévision française).
- Membre de l’Académie Mallarmé.
- Vice-président International du PEN Club.
■ Prix / Distinctions :
- Grand Prix de Littérature de l’Académie française.
- Grand Prix de Littérature de la Société des Gens de Lettres.
- Président du jury du Prix Apollinaire.

guide_fre.indd 67 24/03/05 10:09:32


Nom et pays de résidence : Bernard DADIÉ, Côte d’Ivoire
Pays de naissance : Côte d’Ivoire
Langue(s) de travail : français

■ Publications :
Poèmes :
- Afrique Debout (1951).
- La Ronde des jours.
- Homme de tous les continents.
■ Autres activités professionnelles : -
■ Prix / Distinctions : -

Nom et pays de résidence : Sandu DAVID, Israël


Pays de naissance : Roumanie
Langue(s) de travail : hébreu

■ Publications :
- Sept collections de poèmes (traduits dans 12 langues).
- Deux anthologies de traductions du roumain vers l’hébreu.
■ Autres activités professionnelles :
- Agriculture (vergers de citronniers) et autres activités économiques apparentées.
- Président du Centre PEN d’Israël.
68 ■ Prix / Distinctions :
- Prix ACUM, 1985.
- Prix du Ministère de la culture roumain pour des traductions du roumain, 1996.

Nom et pays de résidence : Honor FORD-SMITH, Canada/Jamaïque


Pays de naissance : Canada
Langue(s) de travail : anglais, créole jamaïquain

■ Publications :
- My Mother’s Last Dance (1997), Sister Vision Press, Toronto.
- Lionheart Gal (1986), Women’s Press, Londres.
■ Autres activités professionnelles :
Conférences :
- Cultural Pluralism and the Arts, Université de Toronto à Scarborough [Dept: Visual &
Performing Arts & Arts Management].
■ Prix / Distinctions :
- Médaille « Musgrave », Institute of Jamaica.

Nom et pays de résidence : Berhanu GEBEYEHU, Éthiopie


Pays de naissance : Éthiopie
Langue(s) de travail : amharique

■ Publications :
- Introduction à la poésie amharique (matériel didactique soumis à une maison d’éditions locale).
- Un nombre d’articles, essais et critiques sur la poésie (en amharique).
■ Autres activités professionnelles :
- Conférencier sur la poésie (amharique) et traditions orales, Département des Langues et
Littérature Éthiopiennes, Université d’Addis-Ababa, Éthiopie.
■ Prix / Distinctions : -

guide_fre.indd 68 24/03/05 10:09:32


Nom et pays de résidence : Paolo GENTILUOMO, Italie
Pays de naissance : Italie
Langue(s) de travail : italien

■ Publications :
- Novene irresistibili, Periferia, Cosenza, 1995.
- Catalogo, Zona, Lavagna, 1998.
- et des publications dans des revues, catalogues, anthologies.
■ Autres activités professionnelles :
- Organisateur d’événements théâtraux ; superviseur de cours de poésie dans des écoles
primaires et secondaires.
■ Prix / Distinctions : -

Nom et pays de résidence : Zirignon GROBLI, Côte d’Ivoire


Pays de naissance : Côte d’Ivoire
Langue(s) de travail : français

■ Publications :
- Épaves, 1981.
- Dispersions, Silex, 1982.
- Point de Suture, Silex, 1989.
■ Autres activités professionnelles :
- Psychothérapeute.
■ Prix / Distinctions : - 69

Nom et pays de résidence : Jaime Pablo GUEVARA MIRAVAL, Pérou


Pays de naissance : Pérou
Langue(s) de travail : espagnol

■ Publications :
- Retorno a la creatura (Madrid, Cooperación Intelectual) 1957.
- Los habitantes (Lima, La Rama Florida) 1963.
- Crónica contra los bribones (Lima, Milla Batres) 1965.
- Hotel del Cusco (Lima, Institut National de la Culture) 1971.
- Un iceberg llamado poesía (Lima, Copé) 1997.
- La colisión (Lima, Copé), 1999, contient cinq livres.
En el bosque de hielos.
A los ataúdes, a los ataúdes.
Cariátides.
Quadernos, Quadernos, Quadernos.
■ Autres activités professionnelles :
- Essayiste
- Universitaire
- Cinéaste
- Critique de films et de livres dans de magazines et journaux
■ Prix / Distinctions :
Poésie :
- Prix National de Poésie 1954, Lima, pour Retorno a la creatura.
- Prix « Copé de Oro » 1997, Lima, pour Un iceberg llamado poesía.
Essais :
- Prix International « Ciclo de Ensayo » 1987, pour Vallejo, Hominización.
Films :
- Prix « Knopa de oro » de l’Institut National de Culture, 1967, Lima, pour le court-métrage
Semilla – urin muju.
- Prix « Cetuc » de l’Université Catholique, 1983, Lima, pour le court-métrage Periódico de ayer.

guide_fre.indd 69 24/03/05 10:09:34


Nom et pays de résidence : Claudine HELFT, France
Pays de naissance : France
Langue(s) de travail : français (parle l’anglais et l’espagnol)

■ Publications :
Recueils de poèmes publiés depuis 1975 :
- L’Entredeux.
- Un risque d’Absolu.
- Parhélies, Métamorphoses de l’Ouche.
- Infinitif du bleu.
- Le Monopole de Dieu (1996).
et à paraître en 2000 L’Étranger et la Rose.
Critique :
- articles dans différents journaux.
■ Autres activités professionnelles :
- Tient des salons de poètes tels : I. Kadari, L. Ray, M. Dib, Ch. Dobinsky, Sarfati...
- Organise des soirées au Centre Rachi, Théâtre Molière (Maison de la Poésie) à Paris.
- Participe à de nombreux colloques (revient de Guadeloupe) tels que Cerisy-la-Salle.
- Membre fondateur du « Rendez-vous des Poètes » et « Aujourd’hui poèmes », entre autres.
- Articles dans différents journaux.
■ Prix / Distinctions :
- Membre de l’Académie Mallarmé.
- Membre du Jury Louise Labé – Présidente.
- Membre du Jury Association des Amis d’Alain Bosquet.
70 - Médaille de Vermeil de la Ville de Paris pour l’œuvre et son action au service de la poésie.

Nom et pays de résidence : Konai HELU-THAMAN, Fiji


Pays de naissance : Tonga
Langue(s) de travail : tongan et anglais

■ Publications :
- Poésie - Éducation.
■ Autres activités professionnelles :
- Professeur et enseignant.
■ Prix / Distinctions :
- Chaire de l’UNESCO.

Nom et pays de résidence : Ahmad ISHFAQUE, Pakistan


Pays de naissance : Pakistan
Langue(s) de travail : urdu

■ Publications :
- Plusieurs pièces de théâtre, romans et nouvelles.
■ Autres activités professionnelles :
- Plusieurs.
■ Prix / Distinctions :
- Plusieurs prix nationaux, officiels et non-officiels.

guide_fre.indd 70 24/03/05 10:09:35


Nom et pays de résidence : Eduardo Hugo JARAMILLO MUÑOZ, Équateur
Pays de naissance : Équateur
Langue(s) de travail : espagnol

■ Publications :
Poésie :
- A vuelo de pájaro.
- Contrapunto.
- Alfabetario.
- Palabra Loco Timonel.
- De puño y letra.
- Palabras en el Laberinto.
- En defensa propia.
Roman :
- Antes del fuego.
■ Autres activités professionnelles : -
■ Prix / Distinctions :
- Troisième prix dans la Compétition Nationale de Poésie, Université Technique d’Ambato
(Pérou).
- Mention Spéciale aux Jeux Floraux, Ambato, 1981.
- Mention dans la Compétition Nationale de LA SEDE-QUITO, 1991.
- Premier prix dans la Compétition Nationale de poésie et nouvelles tenu par l’Association
d’employés de la Maison de la Culture de Quito, 1992.

71
Nom et pays de résidence : Dagnachew KASSAHUN, Éthiopie
Pays de naissance : Éthiopie
Langue(s) de travail : amharique

■ Publications :
- Deux livres en amharique, des journaux et papiers religieux.
■ Autres activités professionnelles : -
■ Prix / Distinctions : -

Nom et pays de résidence : Irén KISS, Hongrie


Pays de naissance : Hongrie
Langue(s) de travail : hongrois, anglais, italien

■ Publications :
- Huit volumes de poésie, prose et pièces de théâtre, comprenant un volume publié en
Italie (Le cinque vie, Bergamo, 1987).
■ Autres activités professionnelles :
- Professeur à la Faculté de Littérature Comparée de l’Université de Budapest.
■ Prix / Distinctions :
- Médaille d’or au Festival International de la Poésie à Brianza.
- « Award of Merit » de l’International Yeats Club.

guide_fre.indd 71 24/03/05 10:09:36


Nom et pays de résidence : Nokan KONAN, Côte d’Ivoire
Pays de naissance : Côte d’Ivoire
Langue(s) de travail : français

■ Publications :
- Le soleil noir point (récit).
- Violent était le vent (roman).
- Cris rouges (recueil de poèmes).
- Ablaha Pokou (théâtre).
- Traversée de la nuit dense (théâtre).
■ Autres activités professionnelles :
- Enseignement de sociologie.
■ Prix / Distinctions : -

Nom et pays de résidence : Lubomir LEVTCHEV, Bulgarie


Pays de naissance : Bulgarie
Langue(s) de travail : bulgare, russe

■ Publications :
- A publié depuis 1950, plus de 50 livres en bulgare et plus de 60 traductions partout dans le
monde. Parmi ceux-ci :
- The Mysterious Man, traduit par Vladimir Philipov, Chicago, Ohio Univ. Press, 1980
- The Left-Handed One, traduit par John Robert Colombo et Nicola Roussanoff, Toronto,
Hounslow Press, 1977.
72 - Stolen Fire, traduit par Ewald Osers, London-Boston, Forest Books-UNESCO, 1986.
- La route des étoiles, traduction de Pierre Seghers, adapté du bulgare et présenté par
Jacques Gaucheron, avant-propos de Voznesenski, Paris, Ed. Fr. Reunis, 1975.
- Poémes choisis, adaptation de Alain Bosquet, Paris, Ed. Saint-Germain-des-Près, 1982.
- Le Chevalier, la mort, le diable, traduit du bulgare par Yordanka Bossolova, adapté par J.
Gaucheron et Pierre Seghers, Paris, Seghers, 1975.
- Lapidarium, traduit par Rossitza Kouzmanova, adaptation de Par Pierre Sethers et Bernard
Delvaille, Paris, Seghers, 1977.
- O caminho das estrelas, traduction d’Attilio Cancian, Sa o ̃ Paulo, Montanha Ed., 1976
- Antología poética, traduction, avant-propos et notes par Alfredo Varela, Caracas, Central
University, Venezuela, 1980.
- Passions, traduit du bulgare par I. Savelyev, G. Serebriakov et V. Firsov, avant-propos par
A. Voznesenski, Moscow, Progress Ed., 1977.
- Seufzer in Bronze, Hrsg. U. Nachd. Von Wolfgang Koppe, Berlin, Aufbau-Verlag, 1981.
- Sentiero di stele, Poema dai molti richiami, traduit du bulgare par Lavinia Borriero, Rome,
Bulzoni Ed., 1976.
- Del más allá, traduit par Kleopatra Filipova, Madrid, Fundación Fernando Rielo, 1995
- Saludo al fuego, adapté et traduit du bulgare par Nelli Konstantinova, Bogotá, Fund. Univ.
Central, 1981.
- Poesia, adapté et traduit du bulgare par Desiderio Navarro, avant-propos de Tatiana
Gorstko, La Habana, Ed. Arte y lit., 1980.
- Diario para quemar, traduit par Metodi Dinkov, version poétique par Arturo Corcuera,
Lima, Arte Reda, 1975.
- Position, Inl. Och Tolkn av Poger Gyllin, Malmo, Wahlstrom-Widstrand, 1982.
- Sky Break, traduit par Chtiliana Halatcheva-Rousseva, adapté par Pamela et Niles Bond,
Pueblo, Colorado, Passeggiata Press, 1997, etc.
■ Autres activités professionnelles : -
■ Prix / Distinctions :
- Médaille d’or de poésie de l’Académie française et titre honoraire de Chevalier de la
Poésie, 1985.
- Prix « Mate Zalka » et « Boris Polevoy », Fédération de la Russie, 1986.
- Le Grand Prix de de l’Institut « Al. Puchkin » et Sorbonne, Paris, 1993.
- Prix mondial de Poésie Mystique « Fernando Rielo », 1993, etc.

guide_fre.indd 72 24/03/05 10:09:37


Nom et pays de résidence : Joseph MIEZAN-BOGNINI, Côte d’Ivoire
Pays de naissance : Côte d’Ivoire
Langue(s) de travail : français

■ Publications :
- Ce dur appel de l’espoir (poèmes), Présence Africaine.
- Herve féconde (poèmes), Ed. Pierre-Jean Osvald, Paris.
■ Autres activités professionnelles :
- Directeur-Général des Éditions Bognini.
- Directeur-Fondateur du groupe « Institution les Prémices » (École Primaire Privée).
■ Prix / Distinctions :
- Chevalier du Mérite Agricole (Académie Royale de Bénin – 1965 – Paris).

Nom et pays de résidence : Luciano MORANDINI, Italie


Pays de naissance : Italie
Langue(s) de travail : italien

■ Publications :
- Nombreux livres de poésie et de fiction. Son dernier volume de poésie Fabula notturna, a
représenté la poésie italienne contemporaine dans le Mittelfest de 1997, avec une lecture
dramatique organisée par le directeur Giuseppe Rocca.
■ Autres activités professionnelles :
- Journaliste free-lance dans la Région de Friuli-Venezia Giulia.
■ Prix / Distinctions : 73
- Très bonnes critiques mais ne recherche pas les prix littéraires.

Nom et pays de résidence : Paul MULDOON, USA


Pays de naissance : Irlande du Nord
Langue(s) de travail : anglais

■ Publications :
- Nombreuses collections de poèmes.
■ Autres activités professionnelles :
- Professeur à l’Université de Princeton (Etats-Unis d’Amérique).
- Professeur de poésie à l’Université d’Oxford (Royaume-Uni).
■ Prix / Distinctions : -

Nom et pays de résidence : Mame SECK MBACKÉ, France


Pays de naissance : Sénégal
Langue(s) de travail : français

■ Publications :
- Coopération franco-sénégalaise sur la Circulation des Personnes, IHEI Paris 1978.
- Aspects médico-sociaux de la Petite Enfance au Sénégal, IEDES Paris, 1976.
- Le Froid et le Piment (roman), N.E.A. 1983. Réédition par l’Harmattan, 2000.
Recueils de Poésies :
- Le Chant des Séanes, Orcocesa, Caracas, 1987.
- Poèmes en étincelles, Dakar, 1999.
- Pluie-poèsie : Les pieds sur la Mer, l’Harmattan, 2000.
Théâtre :
- Qui est ma femme ? l’Harmattan, 2000.

guide_fre.indd 73 24/03/05 10:09:38


■ Autres activités professionnelles :
- Diplomate chargée des Affaires sociales au Consulat du Sénégal en France : 1974-1981.
- Diplomate chargée de Presse au Royaume du Maroc : 1981-1982.
- Chargée de mission au Cours Sainte-Marie de Hann (Sénégal) : 1994-1998.
- Projets culturels en littérature, cinéma, musique, à Paris : 2000.
■ Prix / Distinctions :
- Premier Prix de Poésie délivré par le Ministère de la Culture et remis par le Président de
la République du Sénégal, 1999.
- Citoyenne d’honneur de la ville de Joal-Fadiouth, ville natale du poète Léopold Sédar
SENGHOR.

Nom et pays de résidence : Rocío SILVA SANTISTEBAN, Pérou


Pays de naissance : Pérou
Langue(s) de travail : espagnol

■ Publications :
Poésie :
- Asuntos Circunstanciales, Lluvia Editores, Lima, 1984 ; 2ème édition, la Edición, Lima, 1986.
- Ese oficio no me gusta, Ediciones Copé, PETRO PERU, 1987.
- Mariposa Negra, Jaime Campodónico Editores, la Edición, Lima, 1983 ; 2ème édition, la
Edición, Lima, 1996.
- Condenado Amor, El Santo Oficio Editores, Lima, 1996.
Récits :
- Me Perturbas, El Santo Oficio Editores, Lima, 1995 ; 2ème édition, la Edición, Lima, 1996.
74 Éditeur :
- El combate de los ángeles. Literatura Género Diferencia. Programme d’études de genre,
PUC, 1999.
■ Autres activités professionnelles :
- Journaliste pour le journal « El Comercio »
- Professeur de littérature grecque à l’École de philosophie « Antonio Ruiz de Montoya ».
- Chercheuse adjointe de l’équipe de Communication et Équité de DEMUS (Bureau de
défense des droits des femmes).
■ Prix / Distinctions : -

Nom et pays de résidence : Salah STÉTIÉ, Liban/France


Pays de naissance : Liban
Langue(s) de travail : le français pour l’essentiel, l’arabe et l’anglais

■ Publications :
- Les Porteurs de feu, Gallimard, 1972.
- L’Eau froide gardée, Gallimard, 1973.
- Fragments (poème), Gallimard, 1978.
- La Unième nuit, Stock, 1980.
- L’Être poupée, Gallimard, 1983.
- Le Nibbio, José Corti, 1993.
- L’Autre côté brûlé du très pur , Gallimard, 1993.
- Hermès défénestré, José Corti, 1997.
- Fièvre et guérison de l’icône, UNESCO, Imprimerie Nationale, 1998.
■ Autres activités professionnelles :
- Ancien Ambassadeur du Liban auprès de l’UNESCO, en Hollande et au Maroc.
- Professeur à l’Université de Naples (Italie).
■ Prix / Distinctions :
- Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française, 1995.
- Prix « Max Jacob » pour Inversion de l’arbre et du silence, 1981.
- Prix de l’Amitié franco-arabe pour les Porteurs de feu, 1972.

guide_fre.indd 74 24/03/05 10:09:39


Nom et pays de résidence : Haddis WOLDE-EYESUS, Éthiopie
Pays de naissance : Éthiopie
Langue(s) de travail : amharique et anglais

■ Publications :
- Brochure : Comment utiliser un fertilisant et son application.
■ Autres activités professionnelles :
- Journalisme Agricole.
- Émissions radio pour agriculteurs.
- Langage ecclésiastique Geez et poème (Kine).
- Musique d’église (Messes).
■ Prix / Distinctions :
- Médaille du Gouvernement éthiopien pour 25 ans de service.
- « Ethiopia’s Honour Star Medal » [Médaille d’honneur] accordée par sa Majesté Impériale
Haile Selassie I, Empereur d’Éthiopie, pour de longs et méritoires services pour le
Gouvernement éthiopien.

Nom et pays de résidence : Neway WOLDE-SADIK, Éthiopie


Pays de naissance : Éthiopie
Langue(s) de travail : amharique, anglais

■ Publications :
- Brochure intitulée : That All Will Learn [Que tous apprennent] (1968-1970).
- L’éducation hors l’école : Some New Ideas for the Final Draft of Task Force in Adult
Education. 75
- Des efforts nationaux dans l’éducation non-formelle en Éthiopie, 1974.
- Campagne nationale de littérature se référant à l’expérience de l’Éthiopie, un exposé pour
le Séminaire international « Share Ideas and Experiences », janvier 1985 à Kitwe, Zambie.
■ Autres activités professionnelles :
- Stratégies alternatives pour l’éducation à Lesotho, Afrique du Sud – membre d’une équipe
de quatre personnes pour UNESCO/ILO Experts sur une politique éducative, juillet-
septembre, 1973.
- A assisté à la Conférence internationale et à l’atelier sur l’éducation non-formelle « Nouvelles
stratégies pour développer d’anciennes ressources », à Michigan State University, Kellog
Center, USA, avril-mai 1974.
■ Prix / Distinctions :
- Médaille du Ministère de l’Éducation éthiopien pour 25 ans de service.
- « Ethiopia’s Honour Star Medal » (Médaille d’honneur) accordée par sa Majesté Impériale Haile
Selassie I, Empereur d’Éthiopie, pour de longs et méritoires services pour le Gouvernement
éthiopien, mai 1970.

Nom et pays de résidence : Baye YIMAN, Éthiopie


Pays de naissance : Éthiopie
Langue(s) de travail : anglais et amharique

■ Publications:
- Environ 80 articles publiés et un livre.
■ Autres activités professionnelles :
- Éditeur de journaux (académiques).
- Président d’Association professionnelle.
- Chef d’Institut de recherche.
■ Prix / Distinctions :
- DAAD (Échange académique allemand).
- Prix de la Fondation nationale néerlandaise de science.

guide_fre.indd 75 24/03/05 10:09:41