Vous êtes sur la page 1sur 45

I. Généralités et Concepts de base

Généralités

Définition

Un réseau est un ensemble de stations reliées entre elles par des nœuds de

communication(commutateurs ou routeurs)

et des liens de communication (supports)

Classifications des réseaux

Cas des réseaux filaires et en fonction de la distance

PAN (Personal Area Network)

s'étendent sur quelques mètres.

pour assurer la connectivité entre les PC, les

téléphones portables, les imprimantes ainsi que

d’autres terminaux…

Selon les réseaux et les versions de ces réseaux les

débits peuvent varier de quelques Mb/s (USB 1.0) à

quelques Gb/s (USB 3.0 FireWire 800)

Classifications des réseaux

Cas des réseaux filaires et en fonction de la distance

LAN (Local Area Network)

Utilisés pour relier des stations à des ressources

partagées matérielles (exemple imprimante) ou

logicielles (des données, des applications, etc)

Couverture géographique limitée: des stations séparées maximum de quelques Km

Taux de transmission de données très élevé (Aujourd’hui

de l’ordre du Gbps)

Opérateur: l’administrateur du réseau.

Pas de Facturation

Exemples: Ethernet, Token Ring

Classifications des réseaux

MAN (Metropolitan Area Network)

Peut couvrir une ville, pour interconnecter différents bâtiments d’une même institution, distants de quelques dizaines de Km

Mi chemin entre local et étendu

Débit de quelques centaines de Mbit/s

Transmet voix, images et/ou données

Peut être Public ou Privé

Facturation forfaitaire

Exemples: FDDI, ATM … remplacés par MANs basés sur Ethernet

Classifications des réseaux

WAN (Wide Area Network)

Couverture géographique très importante (Pays, continent, voire mondiale avec Internet)

Débit relativement faible de quelques Kbps à quelques dizaines de Mbits

Opérateur Réseau

Facturation sur le volume ou la durée

Connectivité utilisant: X.25, FR, SDH/SONET, ATM, RTC, RNIS, LS …

Classifications des réseaux

Cas des réseaux sans fils

Pourquoi le sans fils?

Faciles

à

installer et

maintenance

Eliminer le câblage

nécessitent

un

minimum de

Mobilité

Mise en place de réseaux dans des endroits difficiles à câbler

Réaliser

des

installations

temporaires

à

coût et en un temps très court

moindre

Répondre à des situations d’urgences

Opérations militaires, incendie de forêts, etc

les stands de foire, d’exposition ou les salles de conférence

Gain de productivité: Avoir accès à l’information en temps réel

Classifications des réseaux

Les WPAN (Wireless Personal Area Network)

Bas débit de quelques centaines de Kbps à quelques Mbps

Exemples : bluetooth, ZigBee, infrarouge …

Les WLAN (Wireless Local Area Network)

Débits allant jusqu’à 54Mbps

Exemples : Wi-Fi, Hyperlan

allant jusqu’à 54Mbps  Exemples : Wi-Fi, Hyperlan  Les WMAN (Wireless Metropolitan Area Network) 

Les WMAN (Wireless Metropolitan Area Network)

Débit de quelques dizaines de Mbps

Exemple : WIMAX

Les WWAN (Wireless Local Area Network)

Débit de quelques centaines de kbps à 2 Mbps

Exemple: GSM, GPRS, UMTS

Interconnexion de niveau 2

Agit au niveau liaison

Liaison

Phys.

de niveau 2  Agit au niveau liaison … Liaison Phys. … Liaison Phys. Liaison Liaison
… Liaison Phys.
Liaison
Phys.

Liaison

Liaison

Phys.

Phys.

Phys. … Liaison Phys. Liaison Liaison Phys. Phys.  Permet d’interconnecter différents protocoles de

Permet d’interconnecter différents protocoles de niveau 2

particulièrement différents réseaux Ethernet (10/100/1000 Mb/s)

Sépare les domaines de collision (de contention)

Subdivise le trafic améliore les performances du réseau

Réalise une fonction de filtrage

Moyennant des ponts (bridges) / commutateurs (switchs)

Les ponts risque d’augmenter les délais (10 à 30%)

Les commutateurs relayent plus rapidement les trames que les ponts

Les nœuds connectés aux mêmes ponts/commutateurs restent dans un même domaine de diffusion

joignables par l’adresse FF-FF-FF- FF-FF-FF

Interconnexion de niveau 2

Théoriquement, le nombre de ponts/commutateurs traversés par une trame n’est pas limité

Utilisation de ponts/commutateurs transparents (IEEE 802.1D)

Aiguillent les trames sur les segments interconnectés

En fonction des adresses MAC

par auto apprentissage

En cas de boucle (cycle), il est nécessaire d’activer le «Spanning Tree»

Mise en place de chemins redondants

Problème : copies de trames qui circulent indéfiniment

Interconnexion de niveau 2

@D=08-00-20-11-22-11 @S=00-00-0C-11-00-11 1 1 @D=08-00-20-11-22-11
@D=08-00-20-11-22-11
@S=00-00-0C-11-00-11
1
1
@D=08-00-20-11-22-11
@S=00-00-0C-11-00-11 1 1 @D=08-00-20-11-22-11 @D=08-00-20-11-22-11 @S=00-00-0C-11-00-11
@D=08-00-20-11-22-11 @S=00-00-0C-11-00-11 08-00-2B-22-12-23 @D=08-00-20-11-22-11 @S=00-00-0C-11-00-11
@D=08-00-20-11-22-11
@S=00-00-0C-11-00-11
08-00-2B-22-12-23
@D=08-00-20-11-22-11
@S=00-00-0C-11-00-11
@D=08-00-20-11-22-11
@S=00-00-0C-
11-00-11

08-00-5A-22-33-22

00-00-0C-11-00-11

@S=00-00-0C- 11-00-11 08-00-5A-22-33-22 00-00-0C-11-00-11 @S=00-00-0C-11-00-11 3 @D=00-00-0C-11-00-11
@S=00-00-0C-11-00-11 3 @D=00-00-0C-11-00-11 @S=08-00-20-11-22-11 @D=00-00-0C-11-00-11 @S=08-00-20-11-22-11
@S=00-00-0C-11-00-11
3
@D=00-00-0C-11-00-11
@S=08-00-20-11-22-11
@D=00-00-0C-11-00-11
@S=08-00-20-11-22-11
@D=00-00-0C-11-00-11 @S=08-00-20-11-22-11 08-00-5A-11-11-11 Port Port Adresse Adresse MAC MAC 1

08-00-5A-11-11-11

@D=00-00-0C-11-00-11 @S=08-00-20-11-22-11 08-00-5A-11-11-11 Port Port Adresse Adresse MAC MAC 1 1

Port Port

Adresse Adresse MAC MAC

1 1

00-00-0C-11-00-11 00-00-0C-11-00-11

3

08-00-20-11-22-11

08-00-20-11-22-11

Interconnexion de niveau 2

@D= xx-xx-xx-xx-xx-xx @S=00-00-0C-11-00-11 2 1 1 3 00-00-0C-11-00-11 2
@D= xx-xx-xx-xx-xx-xx
@S=00-00-0C-11-00-11
2
1
1
3
00-00-0C-11-00-11
2

Port

Port

Port

Adresse MAC

Adresse MAC

Adresse MAC

1

3

00-00-0C-11-00-11 00-00-0C-11-00-11

Port

Port

Port

Adresse MAC

Adresse MAC

Adresse MAC

2 1

00-00-OC-11-00-11 00-00-0C-11-00-11

Interconnexion de niveau 2

Propriétés d’un port

Modes: Full-Duplex (FD), Half-Duplex (HD)

Débit : 10,100,1000 Mb/s

Auto-négociation du mode / débit

Optionnelle pour 10Base-T, 100Base-TX

Négociation du mode (uniquement) obligatoire pour 1000Base-T

Compatible avec cartes réseau sans auto-négociation

Problème du "Duplex mismatch" ( pour 10/100 Mb/s)

Une interf. configurée manuel. à x Mb/s, FD (pas auto)

L’autre interf. détecte le débit ("Parallel Detection Function") mais va se mettre en HD (elle ne peut pas détecter le mode !)

Communication possible mais beaucoup de collisions

Solutions : utiliser l’auto-négociation ou configurer même mode

Composantes et câblage

Concentrateur

Hub

Commutateur (switch)

Format d’équipement concentrateur

"Stand alone"

Entrée de gamme

Nombre limité de ports (8, 16, 24 ou 32)

de gamme  Nombre limité de ports (8, 16, 24 ou 32)  Empilable “Stackable” 

Empilable “Stackable”

Possibilité de les chaîner via des câbles propriétaires

Le tout représente une seule unité logique

Équipements d’un même constructeur (5-8) !

Lorsque le nombre de postes est

logique  Équipements d’un même constructeur ( 5-8) !  Lorsque le nombre de postes est

inférieur à 100

Composantes et câblage

Chassis

Possibilité d’insérer différentes cartes (hub/switch) Ethernet

(ou autre Token-Ring, FDDI, ATM …) fonctionnant à différents débits sur des segments séparés

Nombre de cartes limité par le nombre de slots

Bus du fond de panier peut supporter jusqu’à plusieurs Gb/s

Permet la mise en place de segments indépendants de

différents débits

Lorsque le nombre de postes est supérieur à 100

Plus chers

de segments indépendants de différents débits  Lorsque le nombre de postes est supérieur à 100

Composantes et câblage

Principales caractéristiques d’un concentrateur

Type : Hub, Switch

"Stand alone", Rackable, modulaire

Interfaces/Ports

Nombre et type (Ethernet 100/1000 BASE Tx/Fx, console …)

Existence de différents types de ports (adaptation de médias)

Auto-négociation, auto MDI/MDI-X

Pour les Switchs

Taille de la table des @MAC, taille mémoire (RAM, Flash) Type de commutation, débit de "forwarding"

Agrégation de ports (IEEE 802.3ad)

Niveau 2 ou 3 (routeur)

Protocoles (IEEE 802.1D, IEEE 802.1p, IEEE 802.1Q, IEEE802.3x …)

Administrable à distance SNMP (1, 2c, 3), telnet, ssh

MIBs (RFC 1155,1213, propriétaires …) , RMON (1, 3, 9)

Composantes et câblage

Répéteurs

BNC/BNC
BNC/BNC

Pont (Bridge)

AUI/AUI
AUI/AUI
Wi-Fi
Wi-Fi

Plutôt, recours à des commutateurs

Notamment entre réseaux Wi-Fi et Ethernet

Un Pont Wi-Fi peut généralement aussi fonctionner comme point d’accès ou repéteur

Power over Ethernet (PoE)

aussi fonctionner comme point d’accès ou repéteur  Power over Ethernet (PoE) Wi-Fi/Wi-Fi Wi-Fi/Ethernet 17

Wi-Fi/Wi-Fi

aussi fonctionner comme point d’accès ou repéteur  Power over Ethernet (PoE) Wi-Fi/Wi-Fi Wi-Fi/Ethernet 17

Wi-Fi/Ethernet

Composantes et câblage

Transceivers et convertisseurs de média

et câblage  Transceivers et convertisseurs de média Transceiver 1 0 B A S E 5

Transceiver

10BASE 5

convertisseurs de média Transceiver 1 0 B A S E 5 USB 2.0 Fast Ethernet Adapter

USB 2.0 Fast Ethernet Adapter

10BASE FL (SC)
10BASE FL (SC)

Transceiver

Transceiver

10/100BASE T

Adapter 10BASE FL (SC) Transceiver Transceiver 10/100BASE T Transceiver 10BASE 2 GBIC (GigaBit Interface Converter) Mini

Transceiver

10BASE 2

Transceiver Transceiver 10/100BASE T Transceiver 10BASE 2 GBIC (GigaBit Interface Converter) Mini GBIC ( SFP Small

GBIC (GigaBit Interface Converter)

Mini GBIC

(SFP Small

Form-Factor

Pluggable)

Converter) Mini GBIC ( SFP Small Form-Factor Pluggable ) USB Wi-Fi A d a p t

USB Wi-Fi

Adapter

Converter) Mini GBIC ( SFP Small Form-Factor Pluggable ) USB Wi-Fi A d a p t

SFP Ethernet Media Converter

Composantes et câblage

Cartes réseaux

Type(s) de port(s) (Ethernet 10/100/1000 BASE Tx/Fx …)

Auto-négociation

Pilotes pour OS (Windows, Linux …)

Connecteur (PCI 32/64 bits, ISA, CardBus/Card PCMCIA)

WOL (Wake-On-LAN) : l’ordinateur peut être mis ON/OFF à

distance (IEEE802.3x)

Administrable SNMP (Simple Network Management Protocol), DMI (Desktop Management Interface)

IEEE 802.3ad
IEEE 802.3ad

Agrégation de liens (IEEE 802.3ad) …

Management Protocol), DMI (Desktop Management Interface) IEEE 802.3ad  Agrégation de liens (IEEE 802.3 ad) …

Composantes et câblage

Les paires torsadées

Les catégories 1/2/3/4 sont obsolètes prévues pour téléphonie analogique(A)/numérique(B)/Ethernet(C)/Token-Ring(C)

Catég.

Classe

Fréq.

Utilisation typique

5

UTP/FTP

C, D

100

Mhz

Fast Ethernet

5e UTP/FTP

C, D, E

100

Mhz

Fast/Gigabit Ethernet

6

U/F/SFTP

C, D, E

250

Mhz

Giga/10 Giga à 55m

6a

500

Mhz

10 Giga à 100m

7

SSTP

C, D, E

600

Mhz

Giga/ 10 Giga

   

Ethernet

SSTP
SSTP
UTP
UTP
FTP
FTP
SFTP
SFTP

Composantes et câblage

Composantes et câblage Pince à sertir Nom NCI 1 NCI 2 Nom TX+ (BI_DA+) 1 3
Composantes et câblage Pince à sertir Nom NCI 1 NCI 2 Nom TX+ (BI_DA+) 1 3

Pince à

sertir

Composantes et câblage Pince à sertir Nom NCI 1 NCI 2 Nom TX+ (BI_DA+) 1 3

Nom

NCI 1

NCI 2

Nom

TX+ (BI_DA+)

1

3

RX+ (BI_DB+)

TX- (BI_DA-)

2

6

RX- (BI_DB-)

RX+ (BI_DB+)

3

1

TX+ (BI_DA+)

-

(BI_DC+)

4

7

-

(BI_DD+)

- (BI_DC-)

5

8

- (BI_DD-)

RX- (BI_DB-)

6

2

TX- (BI_DA-)

- (BI_DD+)

7

4

- (BI_DC+)

- (BI_DD-)

8

5

- (BI_DC-)

Câble droit et câble croisé 10/100/1000 Mbit/s (entre parenthèses les désignations utilisées pour 1000 BASE T)

Composantes et câblage

Les fibres optiques

Multimode à gradient d’indice : la plus couramment utilisée

Rayon de courbure min. 20 à 30 fois le extérieur

Utilisation d’un câble à armature métallique ou pose

sous tube

Bien placer les capuchons anti-poussière sur les connecteurs inutilisés

Bien placer les capuchons anti-poussière sur les connecteurs inutilisés SC ST LC (utilisé par Cisco sur
Bien placer les capuchons anti-poussière sur les connecteurs inutilisés SC ST LC (utilisé par Cisco sur
SC
SC
ST
ST
Bien placer les capuchons anti-poussière sur les connecteurs inutilisés SC ST LC (utilisé par Cisco sur

LC (utilisé par Cisco sur mini-GBIC)

Composantes et câblage

Longueur Canal (Channel) ISO 11801

L1

Fixes (Permanent link) L1+L3  10 m L2 L3
Fixes (Permanent link)
L1+L3  10 m
L2
L3

L2 9 0m

Introduction

but : interconnexion de réseaux sur une base planétaire

Technologie issue des années 1970, de projets DARPA

Aujourd’hui : 100000 réseaux interconnectés, plusieurs millions de machines, plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs de "l'lnternet".

Interconnecte divers réseaux : Ethernet, TR, X25, FR, FDDI, …

La technologie est constituée de protocoles de base (suite

TCP/IP) qui offrent les services de base :

transport de datagrammes : service élémentaire de la commutation de paquets.

transport de messages sécurisés : service orienté connexion permettant d'acheminer des données en garantissant leur intégrité

Adaptation de la technologie TCP / IP à la plupart des interfaces matérielles.

Ces services de base sont indépendants du support de

transmission : toute sorte de media depuis les réseaux locaux

jusqu'aux réseaux longue distance.

Concepts de l’interconnexion

Le concept d'interconnexion ou d'internet repose

sur la mise en oeuvre d'une couche réseau

masquant les détails de la communication physique

du réseau et détachant les applications des

problèmes de routage.

L'interconnexion : faire transiter des informations depuis un réseau vers un autre réseau par des

noeuds spécialisés appelés passerelles (gateway) ou

routeurs (router)

Concepts de l’interconnexion (suite)

Les routeurs possèdent une connexion sur chacun

des réseaux:

Reseau A P Reseau B
Reseau A
P
Reseau B

La passerelle P interconnecte les réseaux A et B.

Le rôle de la paserelle P est de transférer sur le

réseau B, les paquets circulant sur le réseau A et destinés au réseau B et inversement.

Concepts de l’interconnexion (suite) Reseau A P1 Reseau B P2 Reseau C
Concepts de l’interconnexion (suite)
Reseau A
P1
Reseau B
P2
Reseau C

P1 transfère sur le réseau B, les paquets circulant sur le réseau A et destinés aux réseaux B et C

P1 doit avoir connaissance de la topologie du réseau; à savoir que C est accessible depuis le réseau B.

Le routage n'est pas effectué sur la base de la machine destinataire mais sur la base du réseau destinataire

Concepts de l’interconnexion (suite)

A l'intérieur de chaque réseau, les noeuds utilisent la technologie spécifique de leur réseau (Ethernet, X25, etc)

Le logiciel d'interconnexion (couche réseau) encapsule ces

spécificités et offre un service commun à tous les

applicatifs, faisant apparaître l'ensemble de ces réseaux

disparates comme un

seul et unique réseau.

de ces réseaux disparates comme un seul et unique réseau. V u e u t i
de ces réseaux disparates comme un seul et unique réseau. V u e u t i
de ces réseaux disparates comme un seul et unique réseau. V u e u t i

Vue utilisateur

Vue réelle du réseau

IP : Internet Protocol

Interface unique masquant les spécificités de la topologie de l’internet et des réseaux traversés

Assure :

le transfert des données en mode datagramme

le routage

la ségmentation

un contrôle de flux rudimentaire

Le service offert par le protocole IP est dit non fiable :

remise de paquets non garantie,

sans connexion (paquets traités indépendamment les uns des autres),

pour le mieux (best effort, les paquets ne sont pas éliminés sans raison).

IP : Internet Protocol (le

datagramme)

Le datagramme IP L'unité de transfert de base dans un réseau internet est le datagramme qui est constituée d'un en-tête et d'un champ de données:

0

4

8

16

19

24

31

VERS

HLEN

Type de service

Longueur totale

Identification

Flags

Offset fragment

Durée de vie

Protocole

Somme de contrôle Header

Adresse IP Source

Adresse IP Destination

Options IP (eventuellement)

Padding

Données

.

.

.

L’adressage Internet

But

Fournir un service de communication universelle Pour communiquer avec une autre machine de l’interconnexion

Solution

Identification d’une machine : (1 nom, 1 adresse)

Nom = mnémotechnique pour les utilisateurs

Adresse binaire dite "Internet address" ou adresse IP

Maintien de la correspondance : hosts, DNS

L’adressage Internet

Adresse "Internet address" ou "IP address"

Assure un routage codée sur 32 bits : couple (netid, hostid)

netid identifie le réseau

hostid identifie la machine sur ce réseau

Utilisation de classes d’adressage

(netid, hostid) structurée de manière à définir cinq

classes d'adresse

L’adressage Internet (suite)

Classe A

0.1.0.0 à 126.0.0

Classe B

0

8

16

24

31

0

 

Net-id

 

Host-id

1

0

 

Net-id

Host-id

 

128.0.0.0 à 191.255.0.0

Classe C

1

1

0

1 1 0 Net-id Host-id

Net-id

Host-id

192.0.0.0 à 223.255.255.0

Classe D

1 0 1 1 Multicast

1 0

1 1

1 0 1 1 Multicast

Multicast

Classe E

1 1 1 1 0 Réservé

1 1

1 1

1 1 1 1 0 Réservé

0

Réservé

L’adressage Internet (suite)

Notation décimale des adresses IP

Notation de 4entiers décimaux séparés par un point

1 entier représente un octet de l'adresse IP

Ex : 10000000 00001010 00000010 00011110 s’écrit 128.10.2.30

Adresses particulières

Adresse de boucle locale : 127.0.0.0

Réservée pour désigner la machine locale

- communication intra-machine

- netid =127 ne doit jamais être véhiculée sur un réseau et un routeur

Adresse de diffusion limitée : netid ne contient que des 1

Concerne uniquement le réseau physique associé

Adresse de diffusion dirigée : hostid ne contient que des 1

Concerne toutes les machines du réseau netid

Ne peut être attribuée à une machine réelle

Ex: 182.20.1.255 désigne toutes les machines du réseau 182.20.1.0

L’adressage Internet (suite)

Résumé

0

8

16

24

31

Tout à zéro

Tout à zéro

Host-id

Tout à un

Net-id

Tout à un

127

N’importe quoi (souvent 1)

désigne la machine

courante

machine Host-id sur le réseau courant

diffusion limitée sur le réseau courant

diffusion dirigée sur

le réseau Net-id

boucle locale

L’adressage Internet (suite)

Adresses et connexions

Une adresse IP => une interface physique => une connexion réseau.

S'applique particulièrement aux routeurs qui possèdent par définition

plusieurs connexions à des réseaux différents

A une machine, est associé un certain nombre N d'adresses IP. Si N > 0 la machine (ou passerelle) est multi-domiciliée.

193.49.60.43 193.49.60.1 192.100.1.2 192.100.1.1 192.100.1.7
193.49.60.43
193.49.60.1
192.100.1.2
192.100.1.1
192.100.1.7

193.49.60.41

La passerelle est multi-domiciliée:

interface 1 : Ethernet 193.49.60.1

interface 2 : Token Ring 192.100.1.1

Routage des datagrammes

permet à un datagramme d’être acheminé vers le destinataire

Le chemin parcouru est le résultat du processus de routage

qui effectue les choix nécessaires afin d’acheminer le

datagramme.

Les routeurs forment une structure coopérative

un datagramme transite de passerelle en passerelle jusqu’à ce

que l’une d’entre elles le délivre à son destinataire.

Machines et routeurs participent au routage :

les machines doivent déterminer si le datagramme doit être:

délivré sur le réseau physique sur lequel elles sont connectées (routage direct) acheminé vers une passerelle; dans ce cas (routage indirect), elle doit identifier la passerelle appropriée.

les routeurs effectuent le choix de routage vers d’autres passerelles afin d’acheminer le datagramme vers sa

destination finale.

Routage des datagrammes (suite)

P1
P1
P2
P2
Routage des datagrammes (suite) P1 P2 M M est mono- domiciliée et doit acheminer les datagrammes
Routage des datagrammes (suite) P1 P2 M M est mono- domiciliée et doit acheminer les datagrammes
Routage des datagrammes (suite) P1 P2 M M est mono- domiciliée et doit acheminer les datagrammes
Routage des datagrammes (suite) P1 P2 M M est mono- domiciliée et doit acheminer les datagrammes
Routage des datagrammes (suite) P1 P2 M M est mono- domiciliée et doit acheminer les datagrammes
Routage des datagrammes (suite) P1 P2 M M est mono- domiciliée et doit acheminer les datagrammes
Routage des datagrammes (suite) P1 P2 M M est mono- domiciliée et doit acheminer les datagrammes
Routage des datagrammes (suite) P1 P2 M M est mono- domiciliée et doit acheminer les datagrammes
M
M

M est mono-domiciliée et doit acheminer les datagrammes vers une des passerelles P1 ou P2; elle effectue donc le premier routage. Dans cette situation, aucune solution n’offre un meilleur choix.

Le routage indirect repose sur une table de routage IP, présente sur toute machine et passerelle, indiquant la manière d’atteindre un ensemble de destinations.

Routage des datagrammes (suite)

Les tables de routage IP, pour des raisons

évidentes d’encombrement, renseignent

seulement les adresses réseaux

une table de routage contient des couples (R,

P)

R est l’adresse IP d’un réseau destination

P est l’adresse IP de la passerelle correspondant au prochain saut dans le cheminement vers le réseau destinataire.

La passerelle ne connaît pas le chemin

complet pour atteindre la destination.

une table de routage d’une machine M contenant des couples (R, P) ; P et M sont connectés sur le même réseau

Routage des datagrammes (suite)

20.0.0.1 30.0.0.5 40.0.0.1 Reseau Reseau Reseau Reseau F G H 10.0.0.0 20.0.0.0 30.0.0.0 40.0.0.0 10.0.0.1
20.0.0.1
30.0.0.5
40.0.0.1
Reseau
Reseau
Reseau
Reseau
F
G
H
10.0.0.0
20.0.0.0
30.0.0.0
40.0.0.0
10.0.0.1
20.0.0.2
30.0.0.1

Pour atteindre les

       

machines du réseau

10.0.0.0

20.0.0.0

30.0.0.0

40.0.0.0

Router vers

20.0.0.1

direct

direct

30.0.0.1

Table de routage de G

Routage des datagrammes (suite)

Mise à jour de la table de routage :

Manuelle = Routage statique

commandes "route" des station unix

language de commande des routeurs (ip route

)

Automatique = Routage dynamique

Processus sur les stations et les routeurs

Echanges d'informations de routage : protocoles

de routage: RIP

Mixte : Routage statique et dynamique

ROUTAGE DYNAMIQUE

Deux types de protocoles de routage

Interne : Interior Protocol

au sein d'un même Autonomous System

ex.: RIP, OSPF, IGRP

Détermine dynamiquement la meilleure route vers chaque réseau ou sous-réseau.

Externe : Exterior Protocol Utilisé pour interconnecter les grands réseaux entre 2 Autonomous Systems (ou plus)

ex.: EGP, BGP

"Interdomain routing protocols"

On peut utiliser n’importe quel protocole, mais

Le sous-adressage

Croissance du nombre de réseaux de l’Internet, limiter la consommation d’adresses IP:

la gestion administrative des adresses IP,

la taille des tables de routage des passerelles,

la taille des informations de routage,

le traitement effectué au niveau des passerelles.

Principes

A l’intérieur d’une entité associée à une adresse IP de classe A, B ou C, plusieurs réseaux physiques partagent cette adresse IP.

On dit alors que ces réseaux physiques sont des sous-réseaux (subnet) du réseau d’adresse IP.

Le sous-adressage (suite)

Les sous-réseaux 128.10.1.0 et 128.10.2.0 sont notés seulement avec le NetId, les machines seulement avec le Hostid ; exemple IP(F) = 128.10.2.9

128.10.1

.1 .2 .3 .4 Internet P A B C .1 128.10.2 .6 .2 .9 128.10.0.0
.1
.2
.3
.4
Internet
P
A
B
C
.1
128.10.2
.6
.2
.9
128.10.0.0
D
E
F

Un site avec deux réseaux physiques utilisant le sous-adressage de manière à ce que ses deux sous-réseaux soient couverts par une seule adresse IP de classe B. La passerelle P accepte tout le trafic destiné au réseau 128.10.0.0 et sélectionne le sous-réseau en fonction du troisième octet de l’adresse destination.

Le sous-adressage (suite)

Le choix du découpage dépend des perspectives

d’évolution du site:

Exemple Classe B :

8 bits pour les parties réseau et machine :

256 sous-réseaux et 254 machines par sous-réseau

3 bits pour la partie réseau et 13 bits pour le champ machine:

8 réseaux de 8190 machines par sous-réseau.

Exemple Classe C :

4 bits pour la partie réseau et 4 bits pour le champ machine:

16 réseaux de 14 machines par sous-réseau.

toutes les machines du réseau doivent s’y conformer sous peine de dysfonctionnement du routage ==> configuration rigoureuse.