Vous êtes sur la page 1sur 6

Méré Aurélien

FIIFO1

RAPPORT DE STAGE
Avril 2001
Préambule
J’ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l’entreprise
E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport
détaillera les activités de l’entreprise, son évolution, mon rôle au sein
de celle-ci, et les impressions qui se sont dégagées après la réalisation
de ce stage.

Présentation de l’entreprise
L’entreprise E.C.E.L.I. a été fondée en septembre 1984 par
M.Brément. Il s’agit d’une entreprise personnelle, dont l’effectif est
constitué d’un salarié, en plus du propriétaire. De nombreux stagiaires
sont embauchés en cours d’année, parfois en contrat de qualification, ce
qui offre une main d’œuvre compétente à prix réduit. La première
année, l’entreprise affichait un chiffre d’affaires de 485.000 Francs HT,
et au 30/06/2000, celle-ci présentait un chiffre d’affaires de 1.650.000
Francs HT, ce qui représente une progression non négligeable.

Activité de l’entreprise
Les initiales E.C.E.L.I. signifient Equipements et Composants
Electroniques pour le Loisir et l’Industrie. Cette entreprise a donc été
créée à la base pour la vente de composants et de matériel
électronique. Elle a été implantée initialement dans le centre ville de
Chartres. Les locaux ont été transférés en 1994 dans l’agglomération
chartraine, à Luisant. Le magasin s’étale sur une surface beaucoup plus
importante, sur un total de plus de 400 m². On pouvait donc initialement
y trouver tout type de composants électroniques, qu’il s’agisse de
transistors, résistances, condensateurs, puces, etc…
L’entreprise a élargi son champ d’activité en 1986 avec le
développement d’une partie « son hi-fi / sono » avec la vente de
matériel sonore. La boutique propose alors tout un équipement sonore
(haut-parleurs, basses) mais également un ensemble de jeux de lumière
(projecteurs, stroboscopes) pour animer les fêtes. L’équipement sonore
des voitures a également été mis en place, permettant à l’entreprise
d’accroître son activité et de bénéficier d’une position dominante sur ce
domaine dans la région. Des démonstrations des différents produits sont
d’ailleurs proposées aux clients, avec l’aide notamment d’une salle
obscure, ceci garantissant aux clients l’assurance de ce qu’ils désirent.

E.C.E.L.I. a de nouveau ouvert son champ d’action en 1992, en


développant une partie informatique. Effectivement, il s’agit d’une
période où l’informatique s’est particulièrement développée aussi bien
dans les entreprises que chez les particuliers, et où il était
particulièrement intéressant de proposer des services. Son activité dans
ce domaine est essentiellement la maintenance, mais l’entreprise
propose également la vente de périphériques, d’ordinateurs complets et
éventuellement d’ordinateurs d’occasion. Dans les entreprises, des
services d’installation et de mise en réseau sont proposés. La
maintenance et l’installation sont privilégiés sur la vente car le revenu
est beaucoup plus important. Effectivement, la maintenance peut
atteindre des facturations allant jusqu’à 400 Francs de l’heure, ce qui
est beaucoup plus rentable que le montage d’un ordinateur, où d’une
part le gain sur les pièces est très faible et où d’autre part la main
d’œuvre ne peut être facturée, afin de garder un prix compétitif.

La clientèle
Comme je l’ai précisé précédemment, la clientèle est particulièrement
variée. Les particuliers représentent la plus grande partie de la clientèle,
mais pas forcément la plus rentable.
Effectivement, le gain réalisé sur la revente de matériel, aussi bien
électronique qu’informatique, est faible : les marges sur les produits sont
très réduites, pour des problèmes de compétitivité notamment.

En revanche, les installations matérielles dans les entreprises prennent


beaucoup de temps et la facturation en est donc beaucoup plus lourde. C’est
pour cette raison que les entreprises représentent le marché le plus
intéressant dans le domaine informatique.

Néanmoins, un client satisfait est un client fidèle ; et la plupart des


particuliers qui se rendent dans cette boutique sont des personnes qui
connaissent l’entreprise depuis longtemps et qui se plaisent à y venir et à
discuter. De plus, la promotion qu’ils sont susceptibles de faire ne peut
qu’être profitable à l’entreprise.

Parcours de l’entreprise
Au cours des années, l’entreprise a énormément évolué, en offrant
chaque jour davantage de services. Mais les idées de son fondateur ont
également évoluées. Effectivement, E.C.E.L.I. a acquis aujourd’hui une
excellente réputation sur ses services dans le domaine de l’informatique, et
son créateur envisage de changer définitivement son domaine d’activité,
celui-ci étant toujours l’électronique à ce jour.

Au niveau de l’informatique, il est aujourd’hui impératif d’être mobile.


En effet, la maintenance dans les entreprises, et même chez certains
particuliers, oblige à se rendre directement sur place pour effectuer des
tests, identifier le problème et si possible y remédier. Comme la
maintenance est la plus grosse partie du chiffre d’affaires, le propriétaire
envisage de « fermer la boutique » afin de ne proposer que des services de
maintenance, ceux-ci étant les plus profitables.
Mon rôle dans l’entreprise
Mon rôle dans l’entreprise a été en grande partie la maintenance
d’ordinateurs. Un nombre à peine imaginable d’ordinateurs tombe en panne
en raison de matériel défectueux et il est nécessaire de réaliser un nombre
important de tests afin de déterminer l’élément défectueux et le remplacer
si cela est possible.
Suivant ceci, le montage d’ordinateurs a également pris une grande
partie de mon temps, à raison de deux ordinateurs montés par jour de
travail, approximativement.
Enfin, nous avons monté, pour préparer des installations à venir de
réseaux d’entreprises, un réseau dans nos locaux. Il a donc fallu monter les
ordinateurs, les relier en réseau, installer les logiciels d’administration de
réseau dans le but de les maîtriser. Mon rôle dans ce domaine a été centré
sur un échange de connaissances avec mon maître de stage, car j’avais déjà
expérimenté le montage de serveurs sous le système Microsoft Windows
2000 Server. Afin d’approfondir nos connaissances, j’ai moi-même amené
un ordinateur supplémentaire dans le but de tester la cohabitation entre
deux serveurs sous ce système.
Nous avons préféré mettre de côté toute la partie « vente » car il aurait
fallu plusieurs mois avant de connaître l’intégralité des produits proposés,
ce qui n’aurait pas été particulièrement intéressant.

Mes impressions sur ce stage


Je garderais un excellent souvenir de ce stage car il m’a permis de
découvrir le monde du travail sous un jour particulièrement agréable. Le
travail dans une petite entreprise nous permet de connaître rapidement tout
le personnel et donc d’être immédiatement intégré. Dans ce genre
d’entreprise, il y a une réelle conscience professionnelle et peu d’ambition.
Le but est de passer la journée le plus agréablement possible, en découvrant
toujours de plus en plus de choses.
Le contact avec la clientèle est également quelque chose de très
agréable. Le fait de se savoir utile pour les autres est quelque chose de très
important ; et aider les clients, même s’il s’agit de notre travail, est
toujours quelque chose de glorifiant. J’ai notamment insisté précédemment
sur la convivialité régnant dans l’entreprise : je noterais par exemple qu’un
matin, un client est arrivé avec une dizaine de croissants, de quoi
commencer la journée de très bonne humeur.

Dans ce type d’entreprise, tout le monde porte une grande


considération pour son prochain, ce qui est une très bonne preuve du
respect que l’on a pour les autres. Les gens avec qui nous travaillons ne sont
plus que de simples collègues : ce sont également des amis.
Je pense qu’il serait intéressant d’effectuer un stage dans une grande
entreprise, dans le but de comparer la manière dont se déroule les relations
entre le personnel. Je crois qu’il est essentiel d’être parfaitement intégré
dans un groupe pour effectuer le meilleur travail possible, et je crains d’être
déçu par les grandes entreprises.

Il était très intéressant de comparer les méthodes de travail d’un


technicien avec celui-ci d’un futur ingénieur. Alors qu’un technicien se
contente de faire un « check-up » avec une liste définie, l’ingénieur va
rechercher plus en profondeur le problème, afin de comprendre sa source et
la manière d’éviter que le phénomène se reproduise dans l’avenir.

En conclusion, je n’ai passé que des bons moments durant ce stage et


j’espère que ceci se reproduira les années à venir. J’ai appris énormément
de choses, d’une part sur la manière de travailler, mais également sur le
contenu du travail, grâce à mon maître de stage, que je me permets de
remercier ici pour tout la confiance qu’il a pu avoir en moi.