Vous êtes sur la page 1sur 11

Chapitre 1

Amplificateurs

Ce chapitre présente les notions fondamentales des amplificateurs. On s’intéresse ici à


présenter les principes de base applicables à tous les amplificateurs. Les circuits spécifiques
seront présentés dans les chapitres subséquents 1 .

1.1 Introduction

Un amplificateur doit fournir à sa sortie la tension, le courant et la puissance demandés


par la charge placée à sa sortie, afin d’assurer le fonctionnement normal. Un exemple
générique est montré à la figure 1.1.

ii io P

+ +
Charge
vi vo

− −

Figure 1.1 – Schéma général d’un amplificateur

On suppose que le signal d’entrée est insuffisant pour commander une charge à lui
seul, et a besoin d’être amplifié. Par exemple, la source peut être un microphone qui ne
génère que quelques millivolts et ne peut pas alimenter un haut parleur nécessitant 5 à
10 V, à une puissance allant jusqu’à quelques centaines de Watts. La charge peut être une
1. Basé sur les notes de cours de Mohsen Ghribi

1
CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

multitude de dispositifs : haut-parleur, moteur électrique, antenne, instrument, afficheur,


autres circuits électroniques.

Dans le concept d’amplification, l’amplificateur devrait reproduire le signal d’entrée


sous toutes ses variations, avec une plus grande tension et courant et avec fidélité (sans
distortion). Ex : le terme Hi-Fi (ou High Fidelity) désigne les systèmes ayant les sorties qui
ressemblent aux entrées (pour les systèmes audio).

La plupart des signaux électriques nécessitant de l’amplification sont de forme com-


plexe et possèdent différentes composantes fréquentielles. Exemple : le signal représentant
la parole ou la musique, obtenu à la sortie d’un microphone, possède la plage de fréquence
de 20Hz à 20kHz. Un tel signal peut être traité comme la somme d’un large nombre de
sinusoı̈des. Chaque sinusoı̈de possède sa propre fréquence, son amplitude et sa phase.
Théoriquement, on peut reconstruire n’importe quel forme de signal en faisant la somme
d’un nombre approprié de signaux sinusoı̈daux (séries de Fourier).

Dans l’étude des amplificateurs, il est souvent considéré que les signaux sont simples
(1 fréquence, sinusoı̈de) et non des signaux de forme complexe. On utilise le plus souvent
des amplificateurs linéaires, ce qui permet d’exploiter le principe de superposition : la
sortie d’un amplificateur est la somme des sorties obtenues par l’amplification de chacune
des composantes séparée et formant l’entrée.

Entrée Sortie
×2

= =
×2

+ +
×2

Figure 1.2 – Exemple de décomposition et amplification

Avec la décomposition, il est possible de prédire le comportement de l’amplificateur


fréquence à la fois. On peut donc décomposer le signal et analyser chaque composante de
façon individuelle pour obtenir le signal de sortie complet.

Gabriel Cormier 2 GELE4011


CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

1.2 Polarisation

Pour les amplificateurs à base de transistors, l’alimentation possède souvent une seule
polarité. Par contre, la tension d’entrée et de sortie doit souvent être positive ou négative.
Pour accommoder cette particularité, le signal CA devrait être superposé sur un signal
CC. C’est l’objectif de la polarisation :

v(t) = vdc + Vp sin(ωt) (1.1)

La figure 1.3 montre un exemple de tension CC ajoutée à un signal pour obtenir une
sortie qui est seulement positive.

vo (t)
vi (t) 5
1.1
1 ×20 3
0.9
1
t t
Figure 1.3 – Ajout d’une composante CC pour l’amplification

1.3 Circuits équivalents CC / CA

Lorsqu’on analyse un amplificateur ayant un signal composé d’une partie CC et d’un


signal CA, le circuit équivalent peut être différent selon l’analyse. Il y aura un circuit
équivalent CC et un circuit équivalent CA, qui ne sont pas nécessairement les mêmes. On
utilise le principe de superposition pour faire l’analyse :
– Si on considère le signal CC, la source CA est court-circuitée.
– Si on considère le signal CA, la source CC est court-circuitée.
L’analyse se fait donc en deux parties : une analyse CC, et une analyse CA.

Gabriel Cormier 3 GELE4011


CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

Exemple 1

Calculer la sortie du circuit suivant :

14Vdc

3kΩ
12kΩ

+
2.8 sin(ωt) 6kΩ vo (t)

Puisqu’il y a une source CC et une source CA, on peut diviser l’analyse en deux parties.
Le circuit CA est :

3kΩ
12kΩ 12kΩ

+ +
2.8 sin(ωt) 6kΩ vo (t) 2.8 sin(ωt) 2kΩ vo (t)
− −

La résistance de 6kΩ est en parallèle avec la résistance de 3kΩ. On a donc un diviseur


de tension :
2
vo,ca = (2.8) = 0.8 sin ωt
2 + 12

On fait le même genre d’analyse avec le circuit CC, ce qui donne


4
vo,cc = (14) = 8 V
4+3
La réponse totale est la somme :

vo (t) = 8 + 0.8 sin(ωt) V

Gabriel Cormier 4 GELE4011


CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

14Vdc 14Vdc

3kΩ 3kΩ
12kΩ

+ +

6kΩ vo (t) 4kΩ vo (t)


− −

1.4 Gain en tension

Plusieurs gains peuvent être définis pour un amplificateur : gain en tension, gain en
courant, gain en puissance. Le plus commun est le gain en tension. Le gain en tension est
le rapport entre la tension CA de la sortie et la tension CA à l’entrée :

vo (rms) vo (pk) vo (pk-pk)
Av = = = (1.2)
vi (rms) vi (pk) vi (pk-pk)
Il faut s’assurer d’exclure le niveau CC des composantes mesurées.

Les résistances d’entrée et de sortie peuvent affecter les gains. Le diagramme général
d’un amplificateur pratique est donné à la figure 1.4.

Ro

rin

Figure 1.4 – Schéma interne d’un amplificateur

La résistance d’entrée n’est pas nécessairement la même en CC qu’en CA. On a :


v
rin = in (CA) (1.3)
iin
V
Rin = dc (CC) (1.4)
Idc

Gabriel Cormier 5 GELE4011


CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

Impact de la résistance de la source

La résistance (interne) de la source peut affecter le gain total de l’amplificateur, en


réduisant la tension d’entrée. Soit le schéma de la figure 1.5, comprenant une source de
tension vs ayant une résistance d’entrée rs , branchée à un amplificateur.

rs

+
rin
vs vin

Figure 1.5 – Impact de la résistance de la source

La tension à l’entrée de l’amplificateur est donc :


!
rin
vin = v (1.5)
rs + rin s

ou, d’une autre façon, le gain de la source à l’entrée de l’amplificateur est :


vin rin
= (1.6)
vs rs + rin

Selon l’équation 1.5, pour maximiser la tension à l’entrée de l’amplificateur, il faut que
la résistance d’entrée soit la plus grande possible.

Impact de la résistance de sortie

On peut faire une analyse semblable pour la résistance de sortie de l’amplificateur,


pour voir comment elle affecte le gain total du système. Soit le circuit de la figure 1.6, qui
comprend un amplificateur ayant une résistance de sortie ro , branché à une charge RL .

La tension à la charge est : !


RL
vL = v (1.7)
ro + RL o
ou, d’une autre façon, le gain de la source à l’entrée de l’amplificateur est :

vL RL
= (1.8)
vo ro + RL

Gabriel Cormier 6 GELE4011


CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

ro

+
vo vL RL

Figure 1.6 – Impact de la résistance de sortie

Selon l’équation 1.7, pour maximiser la tension à la charge, il faut que la résistance de
sortie soit la plus faible possible.

Si on combine les équations 1.5 et 1.7, on peut calculer le gain de la source à la charge :
! !
vL rin RL
= A (1.9)
vs rs + rin RL + ro v

Inversion

Les gains des amplificateurs sont parfois négatifs. Ceci correspond à un déphasage de
180◦ à la sortie, comme à la figure 1.7.

vi (t) vo (t)

0 −|Av | 0

Figure 1.7 – Déphasage du signal de sortie

1.5 Gain en courant

On peut aussi calculer le gain en courant d’un amplificateur. Par définition,


io
Ai = (1.10)
iin

Gabriel Cormier 7 GELE4011


CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

ou,
Io (rms) Io (pk) Io (pk-pk)
|Ai | = = = (1.11)
Ii (rms) Ii (pk) Ii (pk-pk)
où le courant est définit selon
vin vo
iin = et io = (1.12)
rin ro

Le courant de sortie de l’amplificateur est obtenu en faisant une transformation de


source avec le modèle de tension de l’amplificateur. On obtient alors le circuit de la figure
1.8

io ro
rin

Figure 1.8 – Schéma interne d’un amplificateur avec modèle de courant

Le gain en courant est :


io v /r r
Ai = = o o = Av in (1.13)
iin vin /rin ro

Le circuit total, comprenant la source de courant, l’amplificateur de courant, et la


charge, est montré à la figure 1.9.

Source Amplificateur Charge


iin iL

vs
rs rin io ro RL
rs

Figure 1.9 – Schéma complet d’un circuit amplificateur de courant

Gabriel Cormier 8 GELE4011


CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

Pour calculer le gain de la source à la charge, on calcule en premier le gain de la source


à l’entrée de l’amplificateur : !
rs
iin = i (1.14)
rs + rin s
puis le gain de la sortie de l’amplificateur à la charge,
!
ro
iL = i (1.15)
ro + RL o

Si on combine ces équations, le gain de la source à la charge est :


! !
iL rs ro
= A (1.16)
is rs + rin i ro + RL
ou, ! !
IL rs ro
= |Ai | (1.17)
Is rs + rin ro + RL

En analysant l’équation 1.17 de plus près, on remarque qu’il faut que la résistance
d’entrée de l’amplificateur soit la plus faible possible (idéalement zéro), et que la résistance
de sortie soit la plus grande possible (idéalement infinie), pour maximiser le gain. Ce sont
des caractéristiques complètement opposées à celles de l’amplificateur de tension.

1.6 Gain en puissance

On peut calculer le gain en puissance de l’amplificateur. La puissance d’une charge


est :
Vpk Ipk
P = Vrms Irms = (1.18)
2
Le gain en puissance est :
P V I
Ap = o = o o = |Av ||Ai | (1.19)
Pin Vin Iin
en substituant l’équation 1.13, on obtient
rin r
Ap = |Av ||Av | = |Av |2 in (1.20)
ro ro
ou
|Ai | r
Ap = |Ai | = |Ai |2 o (1.21)
rin /ro rin

Le gain d’un amplificateur est souvent noté en décibels, avec la relation :


Gain = 10 log |Ap | [dB] (1.22)

Gabriel Cormier 9 GELE4011


CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

L’utilisation des décibels permet souvent de simplifier les expressions et de rapidement


comprendre le comportement d’une amplificateur. Un gain (en dB) positif veut dire que
le signal est amplifié, tandis qu’un gain négatif (en dB) veut dire que le signal est atténué.

Transfert maximal de puissance

D’après le théorème du transfert maximal de puissance, la puissance maximale est


obtenue à la charge lorsque

rin = rs entrée
RL = ro sortie

On dit alors que les impédances sont adaptées.

Cependant, il faut faire attention à l’interprétation de telle manière que si on a le choix,


on impose rs = 0 pour une source de tension et rs = ∞ pour une source de courant. Dans
tel cas, toute la puissance fournie par la source est transférée à l’entrée de l’amplificateur.
Une analyse semblable peut être faite pour la sortie.

1.6.1 Rendement

Le rendement d’un amplificateur est une caractéristique importante, surtout pour les
amplificateurs qui fournissent des puissances élevées à une charge (ex : amplificateur
stéréo). Le rendement est défini comme :

PL
η= × 100 (1.23)
Pcc

où PL est la puissance dissipée dans la charge, et Pcc est la puissance totale fournie par
l’alimentation de l’amplificateur. Certains amplificateurs nécessitent deux alimentations
(une positive et une négative), et donc la puissance Pcc est la somme de ces puissances.

1.7 Couplage et niveau CC

Si un amplificateur est composé de plusieurs étages, il se peut que les étages n’aient
pas tous la même tension CC à l’entrée et à la sortie. Il faut donc utiliser des condensateurs
de couplage entre les étages. La figure 1.10 montre un exemple d’amplificateur à 2 étages.
Le niveau CC à la sortie de l’étage 1 n’est pas nécessairement le niveau CC voulu à l’entrée
de l’étage 2 pour produire le gain requis.

Gabriel Cormier 10 GELE4011


CHAPITRE 1. AMPLIFICATEURS

Vcc1 Vcc2
vcco

in1 out1 in2 out2


Étage 1 Étage 2

vcc2

v1 (t) = vcc1 + vca1

Figure 1.10 – Amplificateur à 2 étages

On ajoute alors des condensateurs de couplage entre les entrées et les sorties. La figure
1.11 montre un exemple du rôle des condensateurs de couplage.

rs +

+ Charge
vo
vi
− −

Figure 1.11 – Amplificateur avec condensateurs de couplage

Le choix des condensateurs doit respecter la tension maximale d’utilisation :


1. La tension max d’utilisation, DCWV > |V1 − V2 |,
2. Pour laisser passer le signal CA tout en bloquant le signal CC, la réactance du
condensateur doit être faible à la fréquence la plus faible du signal utilisé.

1 1
|Xc | = = (1.24)
ωC 2πf C

On peut aussi avoir du couplage direct entre les étages : dans ce cas, il faut que la
tension de sortie d’un étage soit égale à la tension d’entrée de l’étage suivant. C’est le cas
des ampli-ops.

Gabriel Cormier 11 GELE4011

Vous aimerez peut-être aussi