Vous êtes sur la page 1sur 2

Vol.

13, no 2, août 2008

L’interprétation des données du pénétromètre dynamique

CONTEXTE Les valeurs de résistance au cisaillement peuvent servir à des


Le pénétromètre dynamique (Dynamic cone penetrometer ou études de tassement ou de stabilité des remblais routiers.
DCP) automatisé est utilisé par le ministère des Transports du
Québec (MTQ) depuis 2003. Cet équipement sert principalement
à la détermination des propriétés mécaniques des sols fins
contenant peu de graviers ou de cailloux. Le DCP peut être
utilisé lors d’études du comportement des chaussées en
complémentarité à un programme de sondage ou de carottage.
Cet appareil présente l’avantage d’effectuer des essais dits non
destructifs et d’éviter la réalisation d’excavations ou de puits
d’observations. Une description de l’équipement est fournie dans
le bulletin technique Info DLC, vol. 9, no10, octobre 2004.
DOMAINE D’UTILISATION
Le DCP peut être utilisé pour l’évaluation structurale de la
chaussée et pour une étude de reconnaissance de sol. Il permet
de dresser un profil de rigidité du sol, et d’estimer l’épaisseur et
la profondeur des couches permettant d’en déduire les propriétés
mécaniques in situ des matériaux et des sols supports. Il peut
aussi être utile pour déterminer la profondeur du socle rocheux
lorsque celui-ci est près de la surface. Figure 1 : Exemple d’analyse du profil d’indice de
ÉTUDES SUR L’INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS pénétration
Les enregistrements issus du DCP permettent de tracer un profil
de l’indice de pénétration (IP) en fonction de la profondeur, RELATIONS MODULE DE RIGIDITÉ vs IP
lequel permet d’apprécier la variation de rigidité des sols. Le Les modules (de rigidité ou de déformation) des couches de sols
MTQ a développé un utilitaire informatique précisément pour et matériaux peuvent être déduits à partir des relations illustrées
l’analyse des données résultant des essais DCP permettant entres à la figure 3. Des relations différentes ont été trouvées pour les
autres l’analyse de l’IP par couches et le recoupement des IP sols cohérents et les sols pulvérulents, traduisant la différence de
avec des résultats de sondages (figure 1). Les propriétés comportement face à une sollicitation dynamique. Une relation
mécaniques des différentes couches peuvent être déterminées par générale recommandée lorsque la classification des sols n’est pas
corrélation entre IP et l’indice CBR ou le module de déformation connue y est également présentée. D’autres relations tenant
E, paramètres utilisés en conception de chaussée. Un programme compte des caractéristiques des sols (teneur en eau, densité et
d’étude mené par le MTQ et un projet de recherche dirigé par limites de consistance) ont aussi été développées (1).
l’Université Laval (1) ont été réalisés afin d’élaborer des
corrélations adaptées pour l’interprétation des données. Plus CONCLUSION
précisément, l’objectif visé était de développer des modèles Le MTQ possède un équipement fiable pour caractériser les
mathématiques qui mettent en relation les propriétés de résistance propriétés mécaniques des sols fins ou de faible consistance. Des
des sols (résistance au cisaillement non drainé) d’une part, et les outils ont été élaborés afin de mieux analyser et interpréter les
propriétés résilientes (modules rétrocalculés à partir d’essais de valeurs obtenues du pénétromètre dynamique. Les travaux de
déflexion) d’autre part, avec les valeurs d’indice de pénétration. recherche effectués récemment ont permis de développer des
RELATION RÉSISTANCE AU CISAILLEMENT vs IP relations qui peuvent être utilisées afin d’obtenir des valeurs de
référence en ce qui concerne la résistance au cisaillement ainsi
La relation proposée entre l’IP et la résistance au cisaillement
que pour établir des modules de rigidité utiles pour la conception
pour différentes consistances de l’argile que l’on retrouve
des chaussées.
typiquement au Québec est présentée à la figure 2.

ISSN 1916-3975
RÉFÉRENCE RESPONSABLE : Martin Lavoie, ing., M. Sc.
(1) Rapport d’étude “Développement de modèles mathématiques pour Service des chaussées
l’interprétation des données obtenues avec le pénétromètre
dynamique”, GRINCH, Université Laval, mars 2007. DIRECTEUR :

Claude Tremblay, ing.

290
280
270
260 y = 1650,4x
-0,9876

250 2
R = 0,748
240 Consistance
230
220
Résistance au cisaillement - Cu

210 8,5 17 Dure


200
190
180
170
160
150 Très raide
140
130
120
110 35
100
90
80
70 Raide
60 70
50
40 Moyenne
30 150
20 Molle
10
0 Très molle
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200
IP (mm/coup)

Figure 2 : Relation entre l’indice de pénétration et la résistance au cisaillement de l’argile

1000
Général - Lavoie (2005)

Sols cohérents - GRINCH (2007)

Sols pulvérulents - GRINCH (2007)


Sols cohérents
-0,45
E=331 (IP)
100
Module (MPa)

Général
-0,54
Sols pulvérulents E=346 (IP)
E=363 (IP)-0,62

10

1
1 10 100 1000
IP (mm/coup)

Figure 3 : Relations entre l’indice de pénétration et le module de rigidité des sols