Vous êtes sur la page 1sur 39

REPUBIQUE DU SENEGAL

Un peuple -un but- une foi

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche

Ecole Supérieure de Commerce de Dakar

7, Avenue Faidherbe Tel : 33 849 69 19 Faxe : 33 821 50 Site web : www.supdeco.sn

BP : 213554_DAKAR_SENEGAL

MEMOIRE DE BACHELOR

LA PROBLEMATIQUE DE L’INSERTION DES JEUNES


DIPLOMES DANS LES ENTREPRISES SENEGALAISES
Suj

SOUS LA SUPERVISION DE DR .ISSA NGOM

PRESENTE par: Ngor TINE

Année Académique : 2014/2015


REPUBIQUE DU SENEGAL

Un peuple -un but- une foi

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche

Ecole Supérieur de Commerce de Dakar7, Avenue Faidherbe Tel : 33 849 69 19 Faxe : 33


821 50 74 Site web : www.supdeco.sn

BP : 213554_DAKAR_SENEGAL

MEMOIRE DE BACHELOR

LA PROBLE MATIQUE DE L’INSERTION DES JEUNES


DIPLOMES DANS LES ENTREPRISES SENEGALAISES
Suj

SOUS LA SUPERVISION DE DR .ISSA NGOM

Présenté par Ngor TINE

Année Académique : 2014/2015


Dédicace

Je dédie ce travail à :

Mes parents qui m’ont soutenu tout au long de ce cursus

Mes frères et sœurs

Mes oncles et tantes

Et tous ceux qui ont participé de près ou de loin à la réussite de ce travail


Remerciements

Aux termes de ce travail, je tiens à exprimer mes remerciements à :

L’ensemble du personnel de supdeco

A l’ensemble des professeurs, mes amies, mes parents qui m’ont toujours soutenu.

A tous les étudiants de la même promotion, à l’ensemble des professeurs de supdeco.


Liste des sigles et abréviations

ANEJ : Agence National de l’Emploi des Jeunes.

AJEB : Agence pour l’emploi des Jeunes En Banlieues.

ANIDA : Agence National d’Insertion et de Développement Agricole.

BIT : Bureau International du Travail.

CNES : Confédération National des Employeurs du Sénégal.

RH : Ressources Humaines.
Liste des tableaux et figures

TABLEAU 1 ..................................................................17

GRAPHIQUE 1………………………………………......17

TABLEAU 2 ...................................................................18

GRAPHIQUE 2…………………………………………….18

TABLEAU 3 .....................................................................19

GRAPHIQUE 3……………………………………..............19

TABLEAU 4 .......................................................................20

GRAPHIQUE 4………………………………………………20

TABLEAU 5 ........................................................................21

TABLEAU 6…………………………………………….........21
Résumé

Le Sénégal comme l’ensemble des pays subsahariens est confronté au problème de l’insertion
des jeunes diplômés sénégalais. Le statut ne concerne pas l’ensemble de la population des
diplômés des grandes écoles mais aussi ceux des universités publiques.

D’après le résultat obtenu en 2012, le taux d’emploi des jeunes diplômés était proche de
12%. D’année en année malgré la création de nouvelles universités, la multiplication des
écoles de formation et l’implantation des entreprises, des jeunes diplômés sont toujours à la
recherche de leurs emplois.
SOMMAIRE

Dédicaces

Remerciements

Résumé

Introduction

Première partie : cadre théorique

Chapitre I : problématique de la recherche

Chapitre II : revue critique de la littérature

Chapitre III : cadre de référence conceptuelle

Chapitre IV : objectifs de la recherche

Chapitre V : hypothèses de la recherche

Deuxième partie : cadre méthodologique

Chapitre I : cadre de l’étude

Chapitre II : délimitation du champ de l’étude

Chapitre III : techniques et outils de collecte des données

Chapitre IV : difficultés et limites de la recherche

Troisième partie : cadre analytique

Chapitre I : présentation et analyse des données

I. Présentation des données


II. Analyses des données

Chapitre II : vérification des hypothèses

Chapitre III : recommandations

Conclusion

Bibliographie

Table des matières


INTRODUCTION

Situé à l’extrême ouest du continent africain, le Sénégal fait partie des pays touché par le
phénomène de l’insertion des jeunes diplômés. Le Sénégal, selon sa politique de
développement économique et social travaille notamment à promouvoir l’insertion des jeunes
diplômés à s’insérer en entreprise. En effet, la majeure partie de la population Sénégalais est
composée de jeunes de 18 à 35 ans et c’est cette couche de population qui connait le plus haut
taux de chômage au pays. Depuis plusieurs années la situation n’a pas évoluée malgré les
actions des pouvoirs publiques.

Le taux net d’emploi des jeunes diplômés reste faible. Ils sont dans des difficultés à trouver
leur premier emploi. La globalisation apporte des changements particuliers dans ce monde
plus précisément au niveau de l’emploi des jeunes diplômés.

Ce phénomène du non insertion des jeunes diplômés provoque des conséquences


négatives sur le plan éducatif. En effet malgré sa forte population, la moitié des jeunes
diplômés sénégalais vive dans le chômage. Le Sénégal n’échappe pas à cette situation en dépit
d’un certain nombre d’années. La plupart des jeunes diplômés éprouvent des difficultés à
mettre leurs premiers pas dans le monde de l’entreprise ni de trouver des stages. La formation
proposée par les grandes écoles pour faciliter l’insertion des jeunes diplômes devient de nos
jours inutiles. Leurs objectifs est d’apprendre aux jeunes l’esprit d’entreprise. Elle doit
assister à une amélioration des politiques de recrutement des jeunes dans les entreprises.

En somme le taux de satisfaction de l’emploi exercé par nos diplômés et les relations
que nos écoles entretiennent avec le monde du travail demeure la meilleure assurance d’une
bonne insertion professionnelle. Dans ce contexte, les entreprises doivent insérer les jeunes
diplômés selon leurs niveaux de compétences. Toutefois nous devons rester vigilant et
innovant dans un environnement toujours plus difficile. Ainsi, cette étude qui consiste à
appréhender la problématique de l’insertion des jeunes diplômés dans les entreprises
sénégalaises est essentiellement constituée de trois parties :

D’abord dans la première partie, nous allons élaborer un cadre théorique et en ressortir la
problématique liée à notre étude, puis établir le cadre de référence conceptuelle, les objectifs
de la recherche et les hypothèses de recherche.

Ensuite dans la deuxième partie, nous allons constituer un cadre méthodologique, nous
décrirons le cadre générale de notre étude, puis la délimitation du champ de l’étude, les
techniques et outils de collecte de données, et pour terminer la partie nous vous parlerons des
difficultés et limites de notre recherche.

Enfin dans la troisième partie, qui constitue notre cadre analytique, nous allons vous présenter
et analyser nos données puis énuméré des recommandations
*

PREMIERE PARTIE : CADRE


THEORIQUE
CHAPITRE I : Problématique de la recherche

Malgré le contexte économique toujours tendu, l’ensemble des indicateurs


professionnels restent marqués par une faible amélioration. Le taux d’emploi des jeunes
diplômés est toujours à la baisse.

C’est ce qui pousse les spécialistes à s’intéresser à la question de la problématique de


l’insertion des jeunes diplômés dans les entreprises sénégalaises.

Alors, au Sénégal les jeunes diplômés rencontrent des difficultés dans le monde du
travail. Ces problèmes peuvent être dus d’une part à l’exigence des compétences pratiques de
nos entreprises pour être recruter. Les entreprises restent animées par un souci de compétence
de performance et de qualités. D’autre part ces difficultés peuvent être liées au manque de
compétences de nos jeunes diplômés. La plus part sont des sortants de nos université et de
certains écoles de formations professionnelles.

Les sortants des écoles de formations sont beaucoup plus outillés sur le plan théorique car
ayant étudié toutes les grandes théories relatives à leurs domaines de formation. N’ayant pas
effectué de stage la plupart de ces jeunes diplômés sont incapable de réaliser des taches
pratiques.

Malgré l’introduction du schéma LMD (Licence, Master, Doctorat) qui est un système
professionnalisant au sein de nos universités, ses jeunes sortants des institutions universitaires
de formation ont très peu de savoirs faire pratique. A cela s’ajoute la présence massive des
filières de gestion dans l’offre de formation. Cette situation pose le problème de l’insertion
dans les entreprises des jeunes diplômés issus des universités et des écoles de formations
professionnelles. Les chercheurs d’emplois de même que les recruteurs sont heurtés à des
difficultés sur le marché de l’offre et de la demande ; les premiers pour répondre aux besoins
des entreprises et les seconds pour trouver un bon profil. Ainsi, la question de notre recherche
est la suivante : Pourquoi nos jeunes diplômés sont ils confrontés à des problèmes
d’insertion ?
Chapitre II : Revue critique de la littérature

Cette revue porte sur les travaux relatifs à l’insertion des jeunes diplômés dans les entreprises
sénégalaises. Elle peut être illustrée par ces ouvrages :

Ouvrage 1 : MAITRISER SES RECRUTEMENTS, Hélène DE FALCO, 170pages, Paris


2002

On peut diviser ce livre en quatre parties. Au niveau de la première partie, on évoque le


processus de recrutement. Comment doit se passer le recrutement ?

Il est le résultat de l’insertion pour un poste bien défini. Tout candidat qui effectue un
entretien d’embauche voudrait obtenir son emploi. Durant cet entretien, le candidat est appelé
à répondre aux questions posées par le recruteur. Le candidat doit aussi précéder le jury sur le
lieu. Il doit être bien habillé. Lorsqu’il est en face de plusieurs recruteurs, il doit balayer son
regard et ne pas le fixer sur un seul recruteur. Il ne doit pas aussi montrer un signe de fatigue
devant son recruteur et se munir d’un bloc notes pour prendre des informations importantes.

Au niveau de la deuxième partie, on évoque ce que le recruteur cherche chez son


candidat. Il doit avoir les attitudes recherchées par son recruteur : compétence pour le poste
demandé, des expériences et des qualifications. Ces éléments sont les plus souvent recherchés
par les recruteurs pour postuler un emploi.

Au niveau de la troisième partie, on évoque l’entretien.


A ce stade où le recruteur cherche à tester le candidat, ses compétences par rapport au poste,
si le candidat a fourni un cv, le recruteur essaiera de vérifier si est-ce-que le candidat n’est pas
en contradiction avec son cv pour postuler à cet emploi. Au niveau de la quatrième partie, on
parle de l’embauche définitive. Après l’entretien, si le candidat détient les compétences, les
expériences et les qualifications recherchées, il passera à l’embauche définitive pour occuper
le poste mis en compétition.

Ouvrage 2 : guide prévisionnel des emplois et des compétences, François KERLAN


236pages, Paris 2006

Cet ouvrage pourrait être divisé en quatre parties.

Au niveau de la première partie, on évoque la problématique liée à la G.R.H. il commence


d’abord par voir le fonctionnement dans la G.R.H, comment elle est gérée. Ensuite voir la
division dans son travail, son articulation. La G.R.H travaille aussi pour la formation des
jeunes diplômés. Elle les accompagne dans leur projet de formation. Au niveau de cet
ouvrage, on évoque aussi des approches méthodiques pour permettre aux jeunes d’intégrer les
entreprises telles que le recrutement. Il évoque aussi le développement de l’emploi des jeunes
diplômés en mettant en place plusieurs moyens tels que :

- Construction de projet professionnel ;

- Mise en place des nouvelles formations d’organisation.

En somme, le management par les compétences évoque les conditions de réussite et les
pratiques d’entreprises.

Ouvrage 3 : Ressources humaines, DIMITRI, 395 pages

On peut diviser cet ouvrage en deux parties.

D’abord, on évoque les compétences requises.

C’est le savoir faire que le candidat doit avoir pour postuler à certains emplois.

On évoque ensuite comment le candidat doit effectuer ses démarches et les dossiers pour
demander un poste, qui est mis en compétition pour plusieurs candidats.
Chapitre III : Cadre de référence conceptuel

Problématique : est la présentation d'un problème sous différents aspects, Dans un mémoire
de fin d'étude, la problématique est la question à laquelle l'étudiant va tâcher de répondre. Une
problématique mal posée est un hors-sujet.

L'insertion : est un concept qui peut renfermer deux grandes dimensions: une dimension
économique et une dimension sociale. Du point de vue économique, J'insertion consiste à
s'investir dans une activité rentable et plus ou moins durable et viable dans le but d'assurer son
épanouissement. En d'autres termes, il s'agit pour l'acteur c'est-à-dire pour le diplômé
d'entreprendre une vie professionnelle compte tenu de ses connaissances, ses aptitudes, ses
intérêts et les réalités du marché de l'emploi.

Quant à l'insertion sociale, qui est observable, on la vit. Elle suppose l'intervention dans un
groupe, dans une classe ou dans une fraction de classe sociale ou une catégorie
socioprofessionnelle bien donnée. En d'autres termes, elle suppose l'acceptation, la tolérance
par cette catégorie de classe. Elle se manifeste entre autres par la participation de l'acteur, de
l'individu à la vie de sa communauté, son implication en amont et en aval par sa contribution
plus ou moins effective à la vie de la communauté.

Gestion des ressources humaines : c’est le recrutement des salariés afin de faire concorder
les besoins en compétences dans l’entreprise avec les talents individuels et les ressources
humaines.
Gestion des carrières : c’est l’ensemble des règles de gestions permettant d’organiser la
progression verticale et horizontale.
Chômeur : l’ensemble des diplômés ou des non diplômés qui sont à recherche d’emploi
Taux de chômage : le taux de chômage c’est le pourcentage des personnes faisant partie de la
population active qui sont au chômage
Chapitre IV : objectifs de la recherche

Objectif général : analyser la mise en place d’un réseau pour l’insertion des jeunes
diplômés.
Objectifs specifique1 : identifier les structures dont les activités sont liées à l’insertion des
jeunes diplômés.
Objectifs specifique2 : procéder à l’analyse des modes de fonctionnement de ces
structures et des stratégies déployées en matière d’insertion des jeunes diplômés.
Objectifs specifique3 : proposer un modèle de réseau pertinent en vue de favoriser
l’insertion des jeunes diplômés.
Chapitre v : Hypothèse de recherches

Hypothèse1 : les structures identifiées présentent des profits de compétence et de potentialité


utilisables pour l’amélioration des conditions d’insertion des jeunes diplômés.

Hypothèse2 : les structures identifiées sont disponibles pour exécuter des actions liées au
financement, à la formation, à l’appui (Conseil à l’encadrement et à l’orientation et d’insertion
des jeunes diplômés).

Hypothèse3 : la mise en place d’un réseau constitue un moyen pertinent pour voir les effets
des structures en faveur de l’insertion des jeunes diplômés.
DEUXIEME PARTIE : CADRE
METHODOLOGIQUE
Chapitre I : Cadre de l’étude

Le cas ciblé se situe au Sénégal, un pays de l’Afrique de l’ouest qui est en


voie de développement. Il est touché par le phénomène de l’insertion des jeunes diplômés.

La problématique de l’insertion des jeunes diplômés nécessite une question majeure pour les
diplômés et les acteurs étatiques. L’insertion des jeunes diplômés dans les entreprises serait
ainsi le meilleur moyen de lutter contre le chômage au Sénégal et réduire le nombre de
diplômés qui ne parviennent pas à obtenir leur premier emploi. Le Sénégal peut se dire avoir
des étudiants, des diplômés qui ont des compétences et des savoirs faire de bonne qualité. Ils
sont reconnus partout, ce qui nous permet de d’échanger des idées avec des étudiants des
écoles de formation et des universités publiques. Sa population très jeune dont la moitié est à
la recherche de l’emploi. Les demandeurs de formation sont très nombreux. Ainsi on se pose
la question de savoir est-ce-que la formation dispensée par les écoles de formation et les
universités est de bonne qualité où le monde de l’entreprise détient des problèmes pour
accueillir les jeunes diplômés.
Chapitre II : Délimitation du champ de l’étude

Analyser le système éducatif Sénégalais, les compétences des jeunes


diplômés, leurs savoirs faire et leurs expériences professionnelles serait une étude importante.

C’est ainsi que nous délimitons notre champ d’étude sur la problématique de l’insertion des
jeunes diplômés dans les entreprises sénégalaises. En effet, c’est à partir de l’accès des jeunes
diplômés dans les entreprises que le taux de chômage au Sénégal va s’améliorer. De plus
l’insertion a des effets positifs sur un pays qui veut se développer.
Chapitre III : Les techniques et outils de collecte des données

Vue les difficultés des techniques et outils utilisés dans la collecte des
données pour notre recherche, nous avons utilisé les technique d’investigation suivantes :

1- La revue documentaire
Elle a pour rôle à travers une consultation d’ouvrages de nous permettre de maitriser de
nombreuses notions dont nous avons besoin dans notre étude. De ce fait, ces documents
auxquels nous avons fait recours nous ont permis de nous familiariser avec des notions
comme la gestion des carrières, l’insertion. Pour bien mener notre étude, nous avons consulté
des ouvrages de la bibliothèque de SUPDECO. Nous avons également eu à nous informer sur
internet qui est la plate forme technologique de convergence de tous les médias actuels
notamment GOOGLE.

2- Le téléphone
Nous avons eu à discuter en ligne avec plusieurs personnes sur la problématique de
l’insertion des jeunes diplômés. Ce dernier est devenu aujourd’hui un thème d’actualité
dans notre pays parce que nos jeunes ne parviennent toujours pas à trouver leur premier
emploi. Ces derniers avec lesquels nous avons eu à discuter sur ce sujet nous ont donné
des informations et des pistes à suivre pour lutter contre ce phénomène. Nous avons eu
aussi à s’informer au niveau des étudiants des écoles de formation pour voir leur position
et leur vision sur ce phénomène.
3- L’observation
Elle nous a permis de beaucoup comprendre le milieu le plus concerné. Une observation des
listes des concours affichés au niveau de la direction des examens et concours montre les
difficultés auxquelles les jeunes diplômés sont confrontés. Vue cette situation au Sénégal, la
moitié des jeunes diplômés vivent dans le chômage. Et cela peut nous servir comme preuve
pour justifier la situation des jeunes diplômés sénégalais. La plus part de ces jeunes sont âgés
entre 20 et 35ans. Chaque année plus de 100000 nouveaux demandeurs d’emploi sont sur le
terrain.

4- Les mémoires

Nous avons eu à consulter beaucoup de mémoires pour nous orienter et avoir d’autres
notions : celui de Serigne Abdoulahi Diakhaté NGOM qui porte sur « l’entreprenariat une
solution au chômage au Sénégal » (2O14). Celui d’Abdoulaye Ba qui porte sur « le
rendement de l’éducation sur le marché du travail au Sénégal » (2O14).
Chapitre IV : Difficultés et limites de la recherche

La rédaction d’un mémoire ne peut se faire sans difficultés. Nous avons été
confrontés à certaines difficultés. Nous avons eu des problèmes majeurs pour la collecte des
données, l’accès aux entreprises et aux institutions. Nous avons eu aussi des difficultés
financières parce que nous n’étions pas boursiers, nos emplois de temps étaient très serrés. De
ce fait, on a eu d’énormes difficultés pour progresser.

En effet, nous avions pris les initiatives de visité beaucoup d’entreprises et d’instituts et –elle
n’était pas le cas à cause d’un problème de temps
TROISIEME PARTIE : CADRE
ANALYTIQUE
Chapitre I : présentation et analyse des données

I. PRESENTATION DES DONNEES

A- LES JEUNES

a) Niveau d’instruction

Tableau 1 : pourcentage des jeunes diplômés selon le niveau d’instruction

NIVEAU D’INSTRUCTION POURCENTAGE

BFEM 5

BAC 15

LICENCE 25

MASTER 40

40
35
30
25
20
15
10
5
0
BFEM BAC LICENCE MASTER

Titre : diagramme en barre du pourcentage des jeunes diplômés selon le niveau d’instruction

Source : NM= nous même


b) Niveau d’instruction selon le sexe

Tableau 2 : niveau d’instruction selon le sexe

Niveau d’instruction selon HOMMES FEMMES


le sexe

BFEM 10 20

BAC 20 40

LICENCE 50 30

MASTER 40 10

60

50

40
HOMMES
30
FEMMES
20

10

0
BFEM BAC LICENCE MASTER

Titre : Histogramme du niveau d’instruction selon le sexe

Source : NM

c) Niveau d’instruction selon la situation familiale

Tableau 3 : niveau d’instruction selon la situation familiale


Nombre de BFEM BAC LICENCE MASTER
personne

Célibataires 10 20 40 30

Mariés 5 10 20 50

Source : NM

50
45
40
35
30
25 Célibataires
20 Mariés
15
10
5
0
BFEM BAC LICENCE MASTER

Titre : histogramme du niveau d’instruction selon la situation familiale

Source : NM

d) L’emploi

Tableau 4 : taux de chômage selon le niveau d’instruction


Niveau d’instruction Emploi Sans emploi

BFEM 5 10

BAC 10 25

LICENCE 15 30

MASTER 25 40

Source : NM

40
35
30
25
20
15
10
5
0
BFEM BAC LICENCE MASTER

EMPOI SANS EMPLOI

Titre : histogramme du taux de chômage des jeunes selon le niveau d’instruction

B- LES ENTREPRISES

a) APPEL A CANDIDATURE

Tableau 5 : Méthode d’appel


POSITION 1 2 3 4

METHODE Relationnel Dépôt de CV Correspondance Internet

SOURCE : SITE INTERNET

b) CRITERE DE RECRUTEMENT

Tableau 6 : CRITERE DE RECRUTEMENT

POSITION 1 2 3 4

CRITERE Expérience Compétence Formation Qualification

SOURCE : SITE INTERNET

II. ANALYSE DES DONNEES

A- LES JEUNES

a) Niveau d’instruction

Tableau 1 : pourcentage des jeunes diplômés selon le niveau d’instruction

40
35
30
25
20
15
10
5
0
BFEM BAC LICENCE MASTER
SOURCE : NM

Titre : diagramme en barre du pourcentage des jeunes diplômés selon le niveau d’instruction.

Ce diagramme montre qu’il y a une proportion élevée des jeunes qui font les études
supérieures. La plus part de ses étudiants sont en licence et en master. Le niveau BAC occupe
une place aussi dans ce graphique parce que beaucoup de jeunes ont obtenus le baccalauréat et
n’avaient pas la possibilité de continuer leurs études supérieures. Cela pourrait être expliqué
avec différentes raisons.

b) Niveau d’instruction selon le sexe

Tableau 2 : niveau d’instruction selon le sexe

60

50

40
HOMMES
30
FEMMES
20

10

0
BFEM BAC LICENCE MASTER

SOURCE : NM

Titre : Histogramme du niveau d’instruction selon le sexe

L’histogramme relève que les femmes ont tendances à être plus nombreuses dans les
établissements de la troisième à la terminale. Après le baccalauréat on constate à l’opposé que
les hommes sont devenus plus nombreux au niveau des études supérieures. Et cela est à
l’origine de plusieurs causes bien énumérés : les mariages très tôt qui attardent les jeunes
filles ; certains veulent en même temps occuper le foyer et les études. La plus part des
hommes préfèrent prendre une femme scolarisée même si d’autre ne l’aime pas de plus
l’étudiante qui décide de se marier aura toute les peines à poursuivre ses études, la
responsabilité familiale étant très lourde.

c) Niveau d’instruction selon la situation familiale

Tableau 3 : niveau d’instruction selon la situation familiale

50
45
40
35
30
25 Célibataires
20 Mariés
15
10
5
0
BFEM BAC LICENCE MASTER

Titre : histogramme du niveau d’instruction selon la situation familiale

Ce graphique montre une certaine corrélation entre le fait d’être célibataire ou marié. D’après
le graphique on constate que de la troisième à la licence il y a plus de célibataires que de
mariés. A partir de master on constate qu’il y a plus de mariés que de célibataires. Bref, il est
plus aisé de faire des études dans la situation célibataire.

d) L’emploi

Tableau 4 : taux de chômage selon le niveau d’instruction


40
35
30
25
20
15
10
5
0
BFEM BAC LICENCE MASTER

EMPOI SANS EMPLOI

SOURCE : NM

Titre : histogramme du taux de chômage des jeunes selon le niveau d’instruction

Ce graphique montre une différence des niveaux. On constate a partir de ce graphique de la


troisième jusqu’à la licence les jeunes diplômés détenant d’emploi sont inférieurs à ceux qui
sont sans emploi. Et cela peut être expliqué différemment : ces derniers veulent continués
leurs études et avoir plus d’expérience, des compétences et des qualifications pour postulé des
emplois. Il est plus facile de trouvé un emploi avec le master pare ce que à ce stade tu as eu
beaucoup d’expériences et de compétences et assez fait de stages dans des entreprises. Ces
derniers privilégient l’expérience comme critère d’embauche.

B- LES ENTREPRISES

a) APPEL A CANDIDATURE

Tableau 5 : Méthode d’appel

POSITION 1 2 3 4
METHODE Relationnel Dépôt de CV Correspondance Internet

SOURCE : SITE INTERNET

D’après nos recherches, nos communications avec les acteurs concernés en se référant sur
notre tableau on peut conclure : les plus part des entreprises au Sénégal font leur appel à
candidature par le relationnel et suivent les autres éléments cités dans le tableau. Et la plus
part des entreprises sont directement approchés par les jeunes.

b) CRITERE DE RECRUTEMENT

Tableau 6 : CRITERE DE RECRUTEMENT§

POSITION 1 2 3 4

CRITERE Expérience Compétence Formation Qualification

SOURCE : SITE INTERNET

En se basant aussi sur nos recherches, avoir entendu, écouter les acteurs concernés et en se
référant à notre tableau on peut tirer conclusion que la plus part des entreprises sénégalaises
privilégient comme critère de recrutement l’expérience ensuite suivre les autres critères cités
dans le tableau. L’expérience est un élément de base dans le cadre d’un travail.
CHAPITRE II : VERIFICATION DES HYPOTHESES

Hypothèse1 : les structures identifiées présentent des profits de compétence et de potentialité


utilisables pour l’amélioration des conditions d’insertion des jeunes diplômés.

La structure identifiée présente des profils, des compétences et des potentialités utilisables
pour améliorer les conditions d’insertion des jeunes diplômés. En s’appuyant sur
l’information des données d’une institution parmi tant d’autre on constate que ce dernier a mis
en place différentes méthodes pour faciliter l’insertion des jeunes diplômés : renforcé la
formation au niveau des universités en mettant l’accent sur l’adéquation entre la formation et
l’emploi, collaborer la formation : production et renforcement des capacités. Ils ont mis en
place la création de structure d’harmonisation et le haut conseil pour que l’emploi soit
opérationnel. Ils ont octroyés d’avantage moyen pour le financement des projets. En effet, ils
ont décentralisé, mettre en place les cadres d’informations et d’orientations vers les jeunes
diplômés. Elaboration des projets, après consultation des jeunes diplômés sur le terrain.
Amélioration de l’insertion pour la promotion d’entreprenariat : hypothèse 1 vérifiée.

Hypothèse2 : les structures identifiées sont disponibles pour exécuter des actions liées au
financement, à la formation, à l’appui (Conseil à l’encadrement et à l’orientation des jeunes
diplômés).

Toujours sur l’analyse des structures liées à l’insertion des jeunes diplômés dans les
entreprises sénégalaises, ces dernières mettent l’accent sur plusieurs points : Au niveau
éducatif, pour certaines institutions la réussite de cette politique c’est la création des écoles de
formations et des universités pour faciliter l’accès aux études supérieures. Il faut aussi mettre
en place la création d’entreprises et d’auto emploi. Le développement de l’agriculture pourrait
être un moyen de lutte contre le chômage, idem pour la création d’école d’agriculture. Cette
politique s’appuierait sur plusieurs projets : Hypothèse2 : vérifiée

Hypothèses 3 : La mise en place d’un réseau constitue un moyen pertinent pour voir les
effets des structures en faveur de l’insertion des diplômés.

En retournant voir notre problématique de notre recherche, nous avons pu voir que
l’inadéquation de la qualification des jeunes diplômés, de la formation, de l’expérience des
diplômés. Le manque de lien avec le monde de l’entreprise mais aussi des réseaux
d’orientations participent à l’échec de cette politique. Hypothèse 3 vérifiée
CHAPITRE III : RECOMMANDATION

Pour mettre fin à ce phénomène d’insertion, divers recommandations peuvent être prises :

RENFORCER LA FORMATION DES JEUNES

-Former les jeunes par rapport au besoin.

-Mettre l’accent sur la formation professionnelle.

ASSOIR DES POLITIQUES POUR FACILITER L’INSERTION DES JEUNES


DIPLOMES.

-Recruter les jeunes diplômés en fonction de leurs compétences et de leurs qualifications


professionnelles.

-Décentraliser les structures.

-Mettre en place des cadres d’informations et d’orientations pour faciliter l’insertion des
jeunes diplômés.

-Faciliter l’accès au financement.

-Sensibiliser les jeunes sur le mode de vie en entreprise.

REDYNAMISER LE SECTEUR AGRICOLE.

-Faciliter l’accès à l’eau et des matières agricoles.

Diversifier l’agriculture.

-Former des ingénieurs agronomes.

-Mettre en place des usines de transformation des produits agricoles.


Conclusion

Le Sénégal a l’instar des pays du tiers monde, rencontre d’énormes problèmes liés à
l’insertion des jeunes diplômés dans les entreprises sénégalaises. Les causes de cette situation
sont nombreuses au Sénégal. D’abord ces causes peuvent être liées par les entreprises qui
recrutent selon les compétences. Ensuite les diplômés sont sur le champ de l’emploi ou par
leurs manques de compétences. Enfin les institutions sont aussi responsables parce qu’elles
ont des difficultés à répondre aux besoins des jeunes diplômés et des entreprises. Ce sujet qui
traite d’un problème d’actualité au Sénégal relève des tendances exprimant les domaines de
l’insertion des jeunes diplômés au Sénégal. Et pour apporter des solutions à ce problème il
faut travailler pour la réussite de nos recommandations.
BIBLIOGRAPHIE

 Les ouvrages
- Hélène DE FALCO, Maitriser ses recrutements, 170 pages, Paris 2002
- François KERLAN, Guide prévisionnel des emplois et des compétences, 236 pages,
Paris 2006
- Dimitri, Ressources humaines, 395 pages
 Les mémoires
- Serigne Abdoulahi diakhate NGOM, L’entreprenariat une solution au chômage au
Sénégal, 2004
- Abdoulaye BA, Le rendement de l’éducation sur le marché du travail au Sénégal,
2014
 Les sites internet
- www.google.sn
- www.problématique.sn
- www.seneweb.com
 Les institutions

CAOSP (centre académique de l’orientation scolaire et professionnel), Rue 14 Avenue


Bourguiba Castor BP 35710 Dakar Colobane Tel 33 824 76 45 e-mail caospdakar@yahoo.fr
Table des matières

Introduction......................................................................................1

Première partie : cadre théorique.......................................................3

Chapitre I : Problématique……………………………………………………4

Chapitre II : Revue critique de la littérature..............................................5

Chapitre III : Cadre de référence conceptuel..............................................7

Chapitre IV : Les objectifs ........................................................................8

Chapitre V : Les hypothèses.......................................................................9

Deuxième partie : Cadre méthodologique...................................................10

Chapitre I : Cadre de l’étude……………………………………………………11

Chapitre II : Délimitation du champ de l’étude………………………………..12

Chapitre III : Techniques et outils de collecte des données……………………13

Chapitre IV : Difficultés et limites de la recherche…………………………….15

Troisième partie : Cadre analytique…………………………………………...16

Chapitre I : Présentation et analyse des données………………………………..17

I- Présentation des données………………………………………………17


A- Les jeunes diplômés……………………………………………….17
a- Niveau d’instruction…………………………………………...17
b- Niveau d’instruction selon le sexe…………………………….18
c- Niveau d’instruction selon la situation familiale……………..18
d- L’emploi………………………………………………………..19
B- Les entreprises…………………………………………..…………20
a- Appel à candidature…………………………………………….20
b- Critères de recrutement…………………………………………21
II- Analyse des données……………………………………………………..21
A- Les jeunes diplômés………………………………………………..21
a- Niveau d’instruction…………………………………………….21
b- Niveau d’instruction selon le sexe……………………………..22
c- Niveau d’instruction selon la situation familiale………………22
d- L’emploi………………………………………………………….23
B- Les entreprises……………………………………………………….24
a- Appel à candidature……………………………………………..24
b- Critères de recrutement………………………………………….25

Chapitre II : vérification des hypothèses…………………………………………….25

Chapitre III : Recommandations………………………………………………………26

Conclusion………………………………………………………………………………28

Bibliographie……………………………………………………………………………..29

Table des matières…………………………………………………………………………29