Vous êtes sur la page 1sur 15

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/269398478

Méthodologie de la recherche en sciences de gestion

Book · January 2012

CITATIONS READS

15 27,320

4 authors, including:

M.-L. Gavard-Perret Christophe Haon


Université Pierre Mendès France - Grenoble 2 Grenoble École de Management
36 PUBLICATIONS   275 CITATIONS    69 PUBLICATIONS   171 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Alain Jolibert
Inseec chambery
133 PUBLICATIONS   1,606 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

modele gravitaire View project

All content following this page was uploaded by Christophe Haon on 12 December 2014.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Méthodologie
de la recherche
en sciences de gestion
Réussir son mémoire ou sa thèse

2e édition
Ouvrage Ouvrage dirigé par
Marie-Laure Gavard-Perret, Université Pierre Mendès-France de Grenoble (IAE)
David Gotteland, Grenoble École de Management
Christophe Haon, Grenoble École de Management
Alain Jolibert, Université Pierre Mendès-France de Grenoble (IAE)

Avec
Benoît Aubert, Grenoble École de Management
Marie-José Avenier, Université Pierre Mendès-France de Grenoble
Raffi Duymedjian, Grenoble École de Management
Yvonne Giordano, Université de Nice Sophia-Antipolis
Agnès Helme-Guizon, Université Pierre Mendès-France de Grenoble (IAE)
Maud Herbert, Université de Lille 2
Benoît Journé, Université de Nantes (IEMN-IAE)
Catherine Ravix, ESC Chambéry
Daniel Ray, Grenoble École de Management
Olivier Trendel, Grenoble École de Management
Carolina Werle, Grenoble École de Management

7604-Methodologie.indb 1 17/09/12 18:57


Publié par Pearson France
Immeuble Terra Nova II
15, rue Henri Rol-Tanguy
93100 Montreuil

Mise en pages : TyPAO

ISBN : 978-2-7440-7604-6
Copyright © 2012 Pearson France

Tous droits réservés. Aucune représentation ou reproduction, même partielle, autre que celles prévues
à l’article L. 122-5 2° et 3° a) du Code de la propriété intellectuelle ne peut être faite sans l’autorisation
expresse de Pearson France ou, le cas échéant, sans le respect des modalités prévues à l’article L. 122-10
dudit code.

7604-Methodologie.indb 2 17/09/12 18:57


Table des matières

Les auteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

Introduction ......................................................................... 5
Le plan de l’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
La phase théorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
La phase empirique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Les ressources pédagogiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Dédicace et remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

Chapitre 1
Inscrire son projet de recherche dans un cadre épistémologique ..... 11
1. Qu’est-ce que l’épistémologie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.1. Le questionnement épistémologique comme partie intégrante de la recherche . . . . . . . 13
1.2. L’épistémologie au fil du temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2. Deux grands modèles de science contemporains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1. Le modèle des sciences de la nature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.2. Le modèle des sciences de l’artificiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3. Les paradigmes épistémologiques contemporains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
3.1. Le paradigme épistémologique positiviste logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.2. Les paradigmes épistémologiques post-positivistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.3. Le paradigme épistémologique constructiviste pragmatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.4. Le paradigme épistémologique interprétativiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.5. Le paradigme épistémologique constructiviste
conceptualisé par Guba et Lincoln (PECGL) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
4. La justification des connaissances dans différents paradigmes épistémologiques :
un premier aperçu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.1. Justification de la fiabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
4.2. Justification de la validité interne d’une recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4.3. Justification de la validité externe de connaissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
5. Les principales confusions sur le sujet de l’épistémologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

7604-Methodologie.indb 3 17/09/12 18:57


IV Méthodologie de la recherche en sciences de gestion

5.1. Réduire l’épistémologie à la méthodologie et déduire un positionnement


épistémologique à partir de considérations méthodologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.2. Confondre ontologie et épistémologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.3. Confondre statut visé et statut effectif de la connaissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.4. Confondre modèle de science et cadre épistémologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
6. Quelles implications pour les pratiques de recherche ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

Chapitre 2
Spécifier l’objet de la recherche ................................................ 63
1. Qu’appelle-t-on objet de recherche ou objet de la recherche ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
1.1. Objet, problématique, question de recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
1.2. Comment formuler l’objet de sa recherche ? Quelles questions doit-on se poser ? . . . . . 69
2. Comment construire l’objet de la recherche dans une perspective post-positiviste ? . . . . . . . . 72
2.1. Terminologie utilisée dans l’approche post-positiviste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
2.2. L’élaboration de l’objet à partir des concepts, théories et modèles théoriques . . . . . . . . . 79
2.3. La démarche scientifique classique dans une perspective post-positiviste
fondée sur une approche hypothético-déductive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
3. Comment spécifier l’objet de recherche dans les perspectives constructivistes ? . . . . . . . . . . . . 86
3.1. La production de connaissances : entre paradigmes épistémologiques constructivistes
et théories de la construction du social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
3.2. Objet de recherche construit et posture post-positiviste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
3.3. Objet de recherche construit et posture interprétative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
3.4. Objet de recherche construit et posture transformative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
3.5. Les critères de légitimation de la recherche dans les paradigmes constructivistes . . . . . . 96
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

Chapitre 3
Collecter les données par l’enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
1. Introduction à l’enquête par méthode qualitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
2. L’entretien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
2.1. L’entretien individuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
2.2. L’entretien de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
2.3. Complémentarité possible des formes d’entretiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
3. Les techniques projectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
3.1. Principes communs aux techniques projectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
3.2. Une variété de techniques projectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
3.3. Avantages et inconvénients des techniques projectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

7604-Methodologie.indb 4 17/09/12 18:57


Table des matières V

3.4. Limites de l’utilisation des techniques projectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130


4. Le questionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
4.1. La rédaction du questionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
4.2. L’organisation du questionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
4.3. L’administration du questionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
4.4. La construction d’un instrument de mesure fiable et valide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

Chapitre 4
Collecter les données par l’observation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
1. Qu’est-ce que l’observation ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
1.1. L’observation comme technique : voir et entendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
1.2. L’observation comme exercice d’attention vigilante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
1.3. L’observation comme mode d’interaction entre l’observateur et l’observé . . . . . . . . . . . . . 169
2. Pourquoi observer ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
2.1. Observer pour tester des hypothèses de recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
2.2. Observer pour produire de nouvelles hypothèses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
2.3. Observer pour enrichir la collecte de données primaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
2.4. Observer pour décrire et comprendre ce qui est mal connu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
3. Comment observer : modalités concrètes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
3.1. Construire le statut de l’observateur et gérer ses relations avec les observés . . . . . . . . . . . 185
3.2. Construire des dispositifs d’observation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
3.3. Grille d’observation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
3.4. Système d’observation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
3.5. Outiller l’observation : prises de notes, enregistrements audio et vidéo . . . . . . . . . . . . . . . 195
4. Questions d’éthique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

Chapitre 5
Collecter les données par l’expérimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
1. Introduction à la recherche expérimentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
1.1. Recherche corrélationnelle vs recherche expérimentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
1.2. L’expérimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208
2. La validité des expériences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
2.1. La validité interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
2.2. La validité externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
2.3. Biais affectant la validité interne et externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218

7604-Methodologie.indb 5 17/09/12 18:57


VI Méthodologie de la recherche en sciences de gestion

2.4. Procédures pour augmenter la validité d’une expérience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219


3. Les différents plans d’expérience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
3.1. Les plans expérimentaux classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
3.2. Les plans quasi expérimentaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
3.3. Les plans expérimentaux statistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
3.4. Comment choisir un plan d’expérience ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241

Chapitre 6
Choisir parmi les méthodes exploratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
1. L’analyse factorielle en composantes principales (ACP) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
1.1. Objectifs et concepts de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
1.2. Démarche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
2. L’analyse factorielle des correspondances (AFC) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
2.1. Objectifs et concepts de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
2.2. Démarche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
3. L’analyse typologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
3.1. La préparation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
3.2. Choix d’une mesure de proximité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
3.3. Choisir une méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
3.4. Détermination du nombre de groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260
3.5. Interprétation des groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262
4. Analyse des similarités et des préférences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264
4.1. Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264
4.2. Démarche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270

Chapitre 7
Choisir parmi les techniques spécifiques d’analyse qualitative . . . . . . . . 273
1. L’analyse de données qualitatives : principes et spécificités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
2. L’analyse de contenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278
2.1. Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279
2.2. Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279
2.3. Préparation du corpus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
2.4. Démarche générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281
2.5. Catégorisation/codage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
2.6. Illustration par les verbatim . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286

7604-Methodologie.indb 6 17/09/12 18:57


Table des matières VII

3. Autres formes principales d’analyses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287


3.1. Le résumé/synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
3.2. L’analyse thématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
3.3. Quelques autres formes particulières d’analyses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289
4. L’analyse de données qualitatives à l’aide d’un logiciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290
4.1. Les principes généraux de l’analyse textuelle automatisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
4.2. De nombreux logiciels d’analyse automatisée de données textuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
4.3. Mener une analyse à l’aide d’un logiciel d’ADT : l’exemple de Sphinx Lexica . . . . . . . . . . . 293
5. La qualité d’une analyse de données qualitatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304

Chapitre 8
Choisir parmi les méthodes quantitatives explicatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307
1. Les tests non paramétriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307
1.1. Les tests non paramétriques pour variables nominales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308
1.2. Les tests non paramétriques pour variables ordinales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309
1.3. Les tests non paramétriques dans le cas de k échantillons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
2. L’analyse de variance univariée (ANOVA) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
2.1. Vérification des conditions d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
2.2. Décomposition de la variance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
2.3. Présentation des résultats et interprétation statistique (test de Fisher) . . . . . . . . . . . . . . . . 311
2.4. Interprétation pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312
2.5. L’ANOVA à plusieurs facteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312
3. L’analyse de variance multivariée (MANOVA) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
3.1. Vérification des conditions d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314
3.2. Interprétation statistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314
3.3. Interprétation pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315
4. La régression linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316
4.1. Vérification des conditions d’utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317
4.2. Interprétation statistique du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318
4.3. Interprétation statistique des coefficients . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318
4.4. Interprétation pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318
5. La régression logistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
5.1. Vérification des conditions d’utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
5.2. Interprétation statistique du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
5.3. Interprétation statistique des coefficients . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
5.4. Interprétation pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324
6. L’analyse discriminante linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325
6.1. Vérification des conditions d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325

7604-Methodologie.indb 7 17/09/12 18:57


VIII Méthodologie de la recherche en sciences de gestion

6.2. Fonctions discriminantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326


6.3. Interprétation statistique des fonctions discriminantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
6.4. Poids des variables explicatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
6.5. Interprétation pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
7. L’analyse canonique linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328
7.1. Vérification des conditions d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328
7.2. Les paires de fonctions canoniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328
7.3. Interprétation statistique des fonctions canoniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329
7.4. Poids des variables explicatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329
7.5. Interprétation pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329
8. Les équations structurelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 330
8.1. Spécification du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331
8.2. Conditions d’application et estimation du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
8.3. Interprétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340

Chapitre 9
Structurer et communiquer les résultats de sa recherche . . . . . . . . . . . . . . . 343
1. La préparation du travail de rédaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 344
1.1. Une nécessaire réflexion éthique et déontologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 344
1.2. Les contraintes de rédaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 347
2. La structuration et l’écriture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 351
2.1. La structuration du contenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 352
2.2. La qualité de rédaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358
2.3. La mise en valeur graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 360
3. La présentation orale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367
3.1. La préparation de la présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367
3.2. La gestion de la présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370
3.3. La création des supports de présentation efficaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 378
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379
Notes et références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383

Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405

7604-Methodologie.indb 8 17/09/12 18:57


Table des encadrés

1.1 Le questionnement épistémologique : exemples de questions à se poser . . . . . . . . . . . . 14


1.2 Herbert Alexander Simon et les sciences de l’artificiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1.3 Les organisations : des artefacts humains et sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.4 Exemple d’une recherche explicitement conduite dans le modèle
des sciences de l’artificiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.1 Du mémoire de recherche de master 2 à la thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.2 À propos de la naissance de l’objet de recherche : une chrysalide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
2.3 Questions de recherche : des exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
2.4 Qu’est ce qu’une méta-analyse ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2.5 L’objet de recherche : des ambiguïtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
2.6 Le cycle de réflexion dans une démarche d’exploration hybride . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
2.7 Histoire d’un itinéraire de recherche interprétatif par Diné (2007) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
3.1 Exemple de recherche utilisant l’entretien non directif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
3.2 Exemple de recherche utilisant l’entretien semi-directif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
3.3 L’entretien phénoménologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
3.4 Relances et reformulations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
3.5 Les questions à se poser lors de l’utilisation de la technique de l’entretien
dans une recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
3.6 Quatre écrans psychologiques derrière lesquels les individus
3.7 voilent leur comportement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
Exemple de recherche utilisant des techniques projectives non verbales . . . . . . . . . . . . . 125
3.8 Déterminer la taille de l’échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
4.1 La métaphore filmique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
4.2 Quelques biais d’observation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
4.3 Exemple d’observation expérimentale en marketing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
4.4 Exemple d’observation expérimentale en management
et gestion des ressources humaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
4.5 Exemple d’observation exploratoire en marketing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
4.6 Exemple de production de nouvelles hypothèses
et de conceptualisation théorique issues d’observations de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
4.7 Le biais de reconstitution a posteriori . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
4.8 L’indexicalité des activités observées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
4.9 L’étude de cas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

7604-Methodologie.indb 9 17/09/12 18:57


X Méthodologie de la recherche en sciences de gestion

4.10 Observation et ethnométhodologie : Garfinkel (1967) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182


4.11 Exemple d’observation et description ethnographique d’un phénomène mal connu
en management stratégique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
4.12 Exemple de table ronde dans une grande entreprise de services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
4.13 Que faut-il observer ? La question du périmètre de l’observation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
4.14 Exemple de mise en récit d’observations issues de la stratégie du lampadaire (extrait) 190
4.15 Exemple de mise en récit de la stratégie du flash (extrait) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
4.16 Deux usages de l’image en marketing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
5.1 Exemple de manipulation par scénario dans une recherche sur l’entreprenariat . . . . . . 212
5.2 Expérience en laboratoire ou expérience sur le terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
5.3 Les tests d’efficacité des publicités TV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
5.4 Expérimentation et éthique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
6.1 Exemple d’ACP et déterminants de la stratégie de capitalisation des frais de R&D . . . . . 249
6.2 Exemple d’analyse des correspondances entre relations sociales dans l’entreprise
et stratégies de l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
6.3 Exemple de typologie des critères d’évaluation des innovations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262
6.4 Exemple d’analyse des similarités et des préférences des valeurs individuelles . . . . . . . . 266
7.1 Spécificités et caractéristiques de l’analyse qualitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275
7.2 Principes fondamentaux de l’analyse qualitative de documents iconiquesa . . . . . . . . . . . 277
7.3 Exemple d’utilisation des verbatim . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287
7.4 Analyse conceptuelle vs analyse relationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287
7.5 Analyse verticale et analyse horizontale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289
7.6 Liste de questions proposées par Pratt (2008) 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
8.1 Exemple de mise en œuvre du test U de Mann-Whitney . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309
8.2 Exemple d’analyse de variance à plusieurs facteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
8.3 Exemple d’analyse de variance multivariée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315
8.4 Exemple de mise en œuvre d’une régression linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
8.5 Recherche de médiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
8.6 Les modèles d’équations simultanées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320
8.7 Recherche de modération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321
8.8 Exemple de recherche de modération par régression linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322
8.9 Exemple de régression logistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324
8.10 Exemple d’analyse discriminante linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327
8.11 Exemple d’analyse canonique linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329
8.12 Exemple de mise en œuvre des équations structurelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334
8.13 Analyse factorielle confirmatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335
8.14 Recherche de médiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337
8.15 Recherche de modération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337
9.1 La structure type et les éléments d’une thèse de doctorat ou d’un mémoire . . . . . . . . . . 348
9.2 Exemples d’information de positionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350
9.3 La formule de lisibilité de Flesch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 359
9.4 Exemples et applications de schémas de repérage et de schémas de modélisation . . . 364
9.5 L’utilité des logiciels bureautiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366

7604-Methodologie.indb 10 17/09/12 18:57


Les auteurs

C et ouvrage a été codirigé par Marie-Laure Gavard-Perret, David Gotteland, Christophe


Haon et Alain Jolibert. De nombreux auteurs ont été associés à sa rédaction, dans un
objectif d’ouverture disciplinaire et institutionnelle : Benoît Aubert, Marie-José Avenier,
Raffi Duymedjian, Yvonne Giordano, Agnès Helme-Guizon, Maud Herbert, Benoît Journé,
Catherine Ravix, Daniel Ray, Olivier Trendel et Carolina Werle.
Marie-Laure Gavard-Perret, agrégée des universités et docteur en sciences de gestion, est
professeur à l’université Pierre Mendès-France de Grenoble (UPMF-IAE). Elle est actuel-
lement directrice du master marketing de l’UPMF de Grenoble et anime également l’équipe
de recherche en marketing au sein du laboratoire CERAG (Centre d’études et de recherches
appliquées à la gestion, unité mixte de recherche du CNRS). Elle fait partie du comité de
lecture de la revue Recherche et Applications en marketing (RAM) et de celui de la revue
Décisions marketing (DM) et est aujourd’hui membre du conseil d’administration et du
bureau de l’Association française du marketing (AFM). Auteur de plusieurs articles, en
particulier dans les revues Recherche et Applications en marketing et Décisions marketing,
elle compte aussi diverses contributions à des ouvrages collectifs ainsi que la direction d’un
ouvrage en marketing.
David Gotteland, diplômé de l’EM Lyon et docteur en sciences de gestion, HDR, a été
visiting scholar à l’INSEAD, et est professeur de marketing à Grenoble École de Management
et membre de l’Institut du capital client. Ses travaux de recherche portent sur l’innovation et
le développement de nouveaux produits. Il est l’auteur de deux ouvrages relatifs à ces thèmes.
Ses recherches ont été publiées dans Décisions marketing, Finance Contrôle Stratégie, Inter-
national Journal of Research in Marketing, M@n@gement, Marketing Letters, et Recherche et
Applications en marketing.
Christophe Haon, docteur en sciences de gestion, HDR, est professeur de marketing à
Grenoble École de Management et membre de l’Institut du capital client. Ses recherches
portent sur le développement de nouveaux produits, notamment la composition et le
fonctionnement des équipes de développement, l’orientation marché et la satisfaction. Il est
l’auteur avec David Gotteland de Développer un nouveau produit : méthodes et outils (Pearson
Education, 2005). Il est également auteur de plusieurs articles de recherche, publiés dans les
revues Marketing Letters, Recherche et Applications en marketing, M@n@gement, Systèmes
d’information et Management, Décisions marketing et Finance Contrôle Stratégie.

7604-Methodologie.indb 1 17/09/12 18:57


2 Méthodologie de la recherche en sciences de gestion

Docteur d’État et agrégé en sciences de gestion, Ph.D. en business administration de l’uni-


versité du Texas à Austin (États-Unis) et diplômé de l’ESCP, Alain Jolibert est professeur
émérite à l’université Pierre Mendès-France de Grenoble (IAE). Il est chercheur au CERAG,
unité mixte de recherche du CNRS. Il a été rédacteur en chef de la revue Recherche et
Applications en marketing (1992-1998) et président de l’Association française du marketing
(1987-1989). Il est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages et d’une cinquantaine d’articles publiés
dans des revues françaises (Recherche et Applications en marketing, Décisions marketing) ou
étrangères (Journal of Marketing, Journal of Consumer Research, Journal of International
Business Studies, Psychology and Marketing, Journal of the Academy of Marketing Science,
International Journal of Research in Marketing). Ses recherches portent principalement sur
le comportement du consommateur et les méthodes de recherche en marketing.
Benoît Aubert est professeur de marketing à Grenoble École de Management. Il est par
ailleurs responsable des programmes de DBA (Doctorate of Business Administration)
dispensés auprès d’un public de cadres d’entreprises internationaux dans différents pays,
notamment aux États-Unis, au Liban et en Suisse. Ses travaux de recherche portent princi-
palement sur la formation des consommateurs à l’usage des produits.
Docteur d’État en sciences économiques, MA en économie et Ph.D. en mathématiques
appliquées de l’université de Californie à Berkeley, ancienne élève de l’ENS Fontenay,
Marie-José Avenier est directeur de recherche CNRS au CERAG (UMR 5820 du CNRS et
de l’université Pierre Mendès-France de Grenoble), où elle est responsable des séminaires
transversaux. Ses travaux de recherche s’articulent autour de deux axes s’entrelaçant : le
management stratégique des organisations considérées comme des systèmes complexes, et
l’épistémologie et la méthodologie de la recherche en management des organisations. Vice-
présidente de l’Association du programme européen Modélisation de la complexité (MCX),
elle est l’auteur de nombreux articles dans des revues françaises (Revue française de gestion,
Gestion 2000, Science de gestion, Management & Avenir) ou étrangères (Organization Studies,
IEEE Transactions on Systems, Man and Cybernetics, Design Issues), et a dirigé plusieurs
ouvrages en management stratégique et en épistémologie et méthodologie de la recherche
en sciences de gestion.
Raffi Duymedjian est professeur associé à Grenoble École de Management, responsable
du département de formation et de recherche en management et comportements. Titulaire
d’un diplôme d’études supérieures commerciales, administratives et financières de l’ESC
Grenoble et d’un DEA en génie industriel de l’École nationale supérieure de génie industriel,
ses enseignements portent principalement sur le knowledge management d’une part et sur la
méthodologie du raisonnement d’autre part. Ses recherches se focalisent sur le « bricolage »
comme modalité d’innovation incrémentale, décliné suivant différentes dimensions :
théorie du bricolage, bricolage managérial, bricolage dans les industries culturelles. Ses
recherches ont notamment été publiées dans la Revue d’économie industrielle, Organization
Studies, et sous forme de chapitres d’ouvrages (Rediscovering Schumpeter).
Yvonne Giordano est docteur en économie et docteur en sciences de gestion. Professeur
agrégé des universités en sciences de gestion, elle enseigne à l’université de Nice Sophia-
Antipolis. Elle est rattachée au laboratoire GREDEG, UMR 7321 CNRS-UNS, au sein duquel
elle a dirigé pendant quatre ans l’équipe de gestion. Plus particulièrement de nature quali-
tative, ses recherches actuelles portent sur les équipes distantes constituées d’experts en

7604-Methodologie.indb 2 17/09/12 18:57


Les auteurs 3

relation avec le contexte de la haute montagne. Ses derniers travaux ont été publiés dans la
Revue française de gestion, M@n@gement ainsi que dans des chapitres d’ouvrages.
Agnès Helme-Guizon, diplômée de l’EDHEC et docteur en sciences de gestion, est maître
de conférences HDR à l’IAE de Grenoble et membre du CERAG (UMR CNRS 5820). Depuis
2006, elle est responsable du M2 Le Quanti : métiers des études marketing. Elle fait partie du
comité de lecture de la revue Recherche et Applications en marketing (RAM) et est relectrice
pour de nombreuses revues françaises et anglo-saxonnes. Ses principaux axes de recherche
portent sur l’imagerie mentale, le comportement du consommateur en ligne, l’engagement
psychosocial, le tempérament, l’immersion dans une expérience de consommation, la
communication préventive en santé ainsi que les médias sociaux. L’étude de concepts
complexes l’a conduite à utiliser une variété de méthodes qualitatives. Ses recherches ont
été notamment publiées dans Recherche et Applications en marketing et Décisions marketing.
Docteur en sciences de gestion, Maud Herbert est maître de conférences à l’université
de Lille 2, chercheuse au laboratoire de recherche marketing GERME ainsi que membre de
l’équipe ANR Jeunes Chercheurs programme Ethnos. Une partie de ses travaux de recherche
porte sur les problématiques méthodologiques et épistémologiques, en particulier sur la
qualité des mesures (études des biais et erreurs de mesures) et les innovations méthodolo-
giques. Ses recherches ont fait l’objet de publications et son travail sur le comportement de
réponse de l’individu en situation de questionnement a reçu la médaille de l’Académie des
sciences commerciales 2006.
Benoît Journé est professeur des universités à l’IEMN-IAE de l’université de Nantes où il
dirige le master de management de projets en systèmes d’information et de communication.
Ses travaux de recherche, conduits au sein du laboratoire LEMNA, portent sur l’analyse des
processus cognitifs et des activités managériales qui contribuent à la performance de l’orga-
nisation et à l’élaboration de sa stratégie – en particulier dans les domaines de la fiabilité
organisationnelle (management de la sûreté nucléaire) et des outils de gestion (démarches
compétence). Il mobilise des méthodes de recherche qualitatives pour la plupart fondées sur
l’observation. Les principaux résultats ont été publiés dans des revues académiques comme
la Revue française de gestion, Gérer et Comprendre, Finance Contrôle Stratégie, ou encore
M@n@gement.
Catherine Ravix est professeur de marketing, et responsable de programme au sein du
Groupe ESC Chambéry. Diplômée de l’Institut commercial de Nancy, titulaire d’un mastère
spécialisé en management des entreprises de service de l’EM Lyon et d’un DEA en sciences
de gestion de l’université Lyon III, elle est actuellement doctorante à l’université Pierre
Mendès-France de Grenoble, son sujet de thèse portant sur l’orientation marché. Ses ensei-
gnements portent principalement sur le marketing des services et la politique commerciale.
Ses terrains d’application de prédilection sont le tourisme de montagne et la culture.
Daniel Ray, docteur en sciences de gestion, est professeur de marketing à Grenoble École de
Management et directeur de l’Institut du capital client au sein de cette école. Ses recherches
portent principalement sur les problématiques de satisfaction, de réclamation et de fidélité
des clients, thèmes sur lesquels il a publié dans des revues telles que Recherche et Applica-
tions en marketing, Advances in Consumer Research, Finance Contrôle Stratégie et Décisions
marketing. Il est l’auteur d’un ouvrage de vulgarisation (Mesurer et Développer la satisfaction

7604-Methodologie.indb 3 17/09/12 18:57


4 Méthodologie de la recherche en sciences de gestion

clients, Éditions d’Organisation, 2001) récompensé par deux prix, ainsi que de différents
chapitres dans des ouvrages collectifs.
Olivier Trendel, ingénieur INPG-EFPG, diplômé d’un Master of Science en marketing de
l’université de Washington, docteur en sciences de gestion, est professeur de marketing
à Grenoble École de Management et membre de l’Institut du capital client. Ses travaux
de recherche portent sur l’efficacité du parrainage, sur les processus d’apprentissage des
associations aux marques (par exemple, par conditionnement) et sur l’utilisation et le
développement de mesures implicites de croyances et de satisfaction. Ses recherches ont
été publiées dans Food Quality and Preference, Recherche et Applications en marketing et
Advances in Consumer Research.
Carolina Werle est professeur de marketing à Grenoble École de Management et membre du
CERAG, unité mixte de recherche du CNRS. Elle a été professeur visitant à l’université de
Cornell et à l’université de Californie (Irvine, États-Unis). Ses travaux de recherche utilisent
la méthode expérimentale et portent sur le marketing social, l’adoption des comportements
de santé préventifs, la consommation alimentaire et l’autocontrôle du consommateur. Ses
recherches ont été publiées dans Marketing Letters, Appetite, Food Quality & Preference,
Obesity et Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine.

7604-Methodologie.indb
View publication stats 4 17/09/12 18:57