Vous êtes sur la page 1sur 28

ACTUALITÉ ACTUALITÉ MÉTIER CONGRÈS D’ÉTUDE

Continuons ensemble à défendre Rebondissement dans La normalisation au cœur Mener la contre-attaque,

le snesu p
un autre modèle de société ! l’affaire du prêtre président du référentiel métier Roubaix, 19-21 juin 2018

MENSUEL DU SYNDICAT NATIONAL DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N˚666 JUIN 2018

DOSSIER

Menace(s) sur les libertés


académiques
fi 2
É PHÉMÉRIDE SÉMINAIRE SNESUP-FSU
DERNIÈRES MINUTES
DERNIÈRES MINUTES

14 JUIN
Secteur Formation, secteur International. « Droit à la santé pour toutes et tous »
otre dernier congrès d’orientation a voté une motion demandant que le SNESUP-
18 ET 19
Cneser plénier.
JUIN N FSU organise une initiative, largement ouverte, sur les questions de santé. Tel était
le cas, jeudi 31 mai après-midi, où un séminaire a réuni des représentants syndicaux et
des acteurs du monde médical sur les enjeux fondamentaux d’organisation, de formation
19 AU 21 JUIN
et de recherche, dans les locaux de la faculté de médecine de l’université Paris-Descartes.
Colloque « Le SNESUP-FSU en 1968 ».
Un constat liminaire unanime a fait le lien entre les thèmes et les intervenants des deux
Congrès d’étude du SNESUP-FSU aux
tables rondes : l’essoufflement de notre modèle de santé publique issu des années 1950
Archives du monde du travail de Roubaix.
qui se traduit par la crise actuelle des hôpitaux dont tous les personnels sont en
Congrès extraordinaire du SNESUP-FSU.
souffrance. La transformation des hôpitaux en entreprises, couplée au mirage des
21 JUIN nouvelles technologies toutes-puissantes ont conduit non seulement à la déshumanisation
Audition parlementaire du SNESUP-FSU des soins, mais aussi à la mise en danger des patients tout autant que des soignants,
sur le financement public de la recherche soumis à des injonctions paradoxales incessantes. Même les autorités de tutelle constatent
dans les universités. les dégâts et les impasses de la gouvernance par les chiffres. Les réflexions pleines de
gravité des différents témoins, dont celle du professeur André Grimaldi, ont ainsi fait
26 JUIN écho à l’appel citoyen à des États généraux de la santé. Ce passionnant séminaire sera
Secrétariat national du SNESUP-FSU. mis en ligne sur notre site afin de poursuivre la réflexion et la mobilisation de toutes et
tous au service de notre bien le plus précieux : la vie. l
27 JUIN Isabelle de Mecquenem, membre de la Commission administrative
Secteur Service public.

28 JUIN PARCOURSUP
Secteur Communication.
Communiqué de l’UFR de philosophie
2 JUILLET
Bureau délibératif fédéral national (BDFN) FSU. de Paris-I à l’attention des lycéen.ne.s
« ous avez formulé un vœu d’admission en première année de licence de philosophie
3 JUILLET
Secrétariat national du SNESUP-FSU.
Và l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne. Vous n’avez actuellement pas encore de
réponse. Sachez que l’UFR de philosophie a souhaité à l’unanimité donner une réponse
4 JUILLET
favorable à tous les vœux exprimés, mais que sa proposition n’a pas été retenue. Le clas-
sement qui vous sera prochainement transmis ne sera pas réalisé par les enseignants de
Secteur Vie syndicale.
l’UFR mais par le recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités, par arrêté
Collectif FDE. ministériel. Nous espérons que vous recevrez bientôt un « oui », comme nous l’avions
5 JUILLET proposé. Quel que soit le rang que vous obtiendrez et que nous ne connaîtrons pas, vous
serez les bienvenu.e.s à l’UFR de philosophie. » l
Commission administrative (CA)
du SNESUP-FSU. La direction de l’UFR de philosophie (qui a transmis ce texte au SNESUP)

9 JUILLET LUTTE DES CHEMINOTS


Cneser plénier.
Soutien financier aux grévistes
le snesup

a lutte des cheminots est le pivot des mobilisations actuelles. Les retenues des
MENSUEL
DU SYNDICAT
NATIONAL DE
L journées de grève d’avril sur les payes de mai des grévistes sont importantes. Le
million de « la cagnotte » va être dépensé, dans les jours qui viennent, pour compenser,
L’ENSEIGNEMENT comme l’interfédérale cheminote le décide, le manque à gagner pour ceux qui ont
SUPÉRIEUR participé à la grève.
SNESUP-FSU Le soutien financier a besoin d’être relancé maintenant car les retenues des jours de
78, rue du Faubourg-Saint-Denis,
75010 Paris - Tél. : 01 44 79 96 10 grève de mai seront imputées sur les fiches de paye de juin. Les grévistes doivent sentir
Internet : www.snesup.fr que le soutien se maintient pour décider en conscience de la poursuite de la grève.
Directeur de la publication : Hervé Christofol • Caisse de grève CGT, adresser les dons à : CGT, « Solidarité CGT luttes 2018 »,
Coordination des publications : Pascal Maillard Service comptabilité, 263, rue de Paris, 93100 Montreuil.
Rédaction exécutive : • Caisse de grève SUD-Rail : www.lepotcommun.fr/pot/qwgkeart.
Laurence Favier, Claudine Kahane, Michel Maric,
Isabelle de Mecquenem, Marc Neveu, • Cagnotte Solidarité avec les cheminots grévistes : www.leetchi.com/fr/Cagnotte/
Christophe Pébarthe, Christophe Voilliot 31978353/a8a95db7. l
Secrétariat de rédaction :
Catherine Maupu
Tél. : 01 44 79 96 24 ERRATUM
CPPAP : 0121 S 07698
ISSN : 0245 9663
Conception et réalisation : C.A.G., Paris
Information de la rédaction sur un article
e numéro 664 d’avril 2018 du mensuel comportait en page 26 une recension de
Impression :
R.A.S., 6, av. de Tissonvilliers, 95400 Villiers-le-Bel
Régie publicitaire :
L l’ouvrage de Marie Peltier intitulé L’Ère du complotisme. La commande de cet article
avait été passée à un membre extérieur au SNESUP, sur la base de la confiance que
Com d’habitude publicité, nous lui accordions. Cet auteur a rendu un article qui constituait pour l’essentiel la
Clotilde Poitevin. Tél. : 05 55 24 14 03
contact@comdhabitude.fr reprise d’une publication antérieure dont nous nous devons de signaler les références :
Prix au numéro : 3,50 € • Abonnement : 33 €/an Eymeric Manzinali, « Le complotisme post-11 septembre : symptôme d’une société en
Photo de couverture : © Shutterstock
mal de confiance ? », publication du 21 novembre 2017, sur le site Spokus. L’URL est la
suivante : spokus.eu/complotisme-post-11-septembre. l

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi3

Dix universités sont gelées !

ÉDITORIAL
ÉDITORIAL
Exigeons un plan d’urgence pour 2018 et au-delà
Qu’a répondu Parcoursup, le 22 mai 2018, aux recherche (ESR), 19 300 postes sont gelés. C’est le
vœux de plus de la moitié des lycéens inscrits ? nombre d’agents correspondant à dix universités !
« Vous n’êtes pas les bienvenus dans l’enseignement Et, alors que nous accueillerons 65 000 étudiants
supérieur (ES). D’autres que vous sont prioritaires de plus à la rentrée 2018 – les usagers de deux à
et vous n’y accéderez que s’ils se désistent pour trois nouvelles universités –, faute de moyens, cette
vous laisser une place. » C’est une véritable entre- année correspond au plus bas nombre de recrute-
prise de soumission sociale ! Avec la loi ORE et Par- ments d’enseignants et d’enseignants-chercheurs
coursup, ce gouvernement retourne sa responsa- depuis plus de dix ans !
bilité contre les lycéens et les personnels ! Alors qu’il Des alternatives existent face à la sélection et
a pour mission d’assurer l’accès et la réussite des au développement de la précarité, il faut pour cela
bacheliers dans l’ES, il faillit à cet engagement et ouvrir des places et investir à la hauteur des besoins.
impose un système d’affectation basé sur la sélection Hervé Christofol, Exigeons un plan d’urgence ! La création et le finan-
secrétaire général
afin de légitimer le refus d’y accueillir les enfants cement d’emplois titulaires, un système d’affectation
des classes populaires. Il confie cette sélection aux personnels qui prenne en compte la hiérarchisation des vœux des lycéens
et les charge de répondre aux lycéens que s’ils ne sont pas pris, et permette l’accès des bacheliers à la formation de leur choix,
ce n’est pas parce que l’État n’investit pas suffisamment, c’est dans leur secteur géographique ! Ce gouvernement doit aug-
parce qu’ils ne sont pas au niveau ! C’est une politique de la menter massivement les crédits de base de la Mires dans le
culpabilisation en vue de soumettre les individus et de légitimer cadre d’une programmation pluriannuelle de plus 15 milliards
les inégalités au bénéfice des plus dotés en capital culturel : d’euros sur cinq ans qui permette le recrutement de 30 000
aux premiers de cordée, le choix de leur vie, aux autres l’af- emplois sur cette période. C’est à la portée de notre pays.
fectation là où il reste de la place. Car la ministre n’a pas Ce mois de juin, s’ouvrent les élections des représentants des
promis de satisfaire les vœux préférentiels de chaque lycéen, personnels aux conseils scientifiques du CNRS et des instituts
elle a promis que chacun aurait UNE proposition, s’il le faut, de recherche. Les enseignants-chercheurs inscrits dans les UMR
faite par les recteurs en fonction des disponibilités… sont électeurs. Pour l’emploi scientifique, pour l’augmentation
La Cour des comptes dans son rapport sur l’exécution du des crédits de base et pour défendre la liberté de recherche, votez
budget 2017 relève que dans l’enseignement supérieur et la et faites voter pour les candidats SNCS-FSU et SNESUP-FSU.

A CTUALITÉ 4 D OSSIER 9 M ONDES UNIVERSITAIRES 18 fi

SOMMAIRE
Menace(s) sur les

SOMMAIRE
• Loi ORE et Parcoursup : • Protection sociale :
continuons ensemble libertés académiques que sont nos mutuelles
Défendre les libertés académiques au sein des universités
à défendre un autre et des établissements d’enseignement supérieur forme fina- devenues ?
lement la plus pertinente façon de résister à la marchandi-
modèle de société ! sation de l’enseignement supérieur lancée depuis le processus • Démographie : poursuite
de Bologne. En effet, il s’agit d’un bien immatériel par
• Parcoursup : après excellence et de la source même de la création et du renou- de la hausse des effectifs
la surprise, l’angoisse…
vellement des savoirs fondamentaux dont « la
société de la connaissance » dépend intrinsèquement, selon dans l’ESR : une chance
et ensuite ? ses propres doctrinaires.
Comme le rappelle notre dossier, ces libertés fondamentales
à saisir !
de recherche et d’enseignement, peu encadrées juridique-
• Question prioritaire ment, sont néanmoins fondées sur l’indépendance des
R ECHERCHE 20
de constitutionnalité enseignants-chercheurs garantie par la Constitution. Elles
transcendent donc de droit les chartes, règlements et réfé-
• Élections au Conseil
du SNESUP rentiels débilitants dans lesquels la bureaucratisation néo-
libérale à l’œuvre dans les universités voudrait les passer
scientifique et aux
• Sénégal : du non-paiement à la moulinette. Le cas du protocole du service de la com- Conseils scientifiques
munication de l’université de Strasbourg forme un bon
des bourses à la mort exemple d’autoritarisme soft et de défiance à peine mas- d’institut du CNRS (3/3)
quée. Mais à l’heure des mobilisations des étudiants et
d’un étudiant mobilisé des personnels contre la loi ORE et surtout des violences • Révision de la loi Allègre :
policières démesurées qui se sont multipliées sur les cam-
pus, c’est la question des franchises universitaires que du monde académique,
V OIX DES ÉTABLISSEMENTS 8 nous mettons en lumière à travers un article central qui de l’entreprise et du
fait le point sur l’état du droit en la matière. (…)
M ÉTIER 16 politique… une fusion
• Référentiel métier de des rôles ?
l’enseignant-chercheur R ETRAITES 22
• Effectifs des EC : des • Une réforme
recrutements en chute libre dangereuse en route
• PRAG-PRCE : bilan des C ONGRÈS D ’ ÉTUDE 23
© Shutterstock

promotions 2017 à la classe • ESR, mener


exceptionnelle (CEx) la contre-attaque

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi 4
L OI ORE ET P ARCOURSUP
ACTUALITÉ
ACTUALITÉ

Continuons ensemble à défendre


un autre modèle de société ! ➔ par Hervé Christofol , secrétaire général

Dans un contexte de dégradation de la fonction publique au bénéfice


des entreprises privées et de régression des droits sociaux des agents
de l’État, la mobilisation des enseignants, des chercheurs et des étudiants
se poursuit pour défendre une société plus juste et un avenir plus humain.

D ébut mai, sur ordre du gouverne-


ment, les président.e.s des univer-
sités, les recteurs ou rectrices, ont eu
quarante-huit heures, sans que les
parents des lycéen.ne.s ne soient pré-
venus, puis déférés devant un juge du
recours aux forces de l’ordre, pour tribunal de grande instance de Bobigny
débloquer les sites universitaires encore pour un rappel à la loi. Une telle répres-

© Jeanne Menjoulet/Flickr
occupés, avec la volonté claire d’inti- sion n’a pas d’équivalent au cours des
mider les étudiants mobilisés et de faire cinquante dernières années.
place nette pour la tenue des examens
mais également d’étouffer le mouve- ÉGALITÉ, JUSTICE SOCIALE ET SOLIDARITÉ
ment de contestation de la loi ORE et de Contre la casse Enfin, le 26 mai, le SNESUP-FSU et la
du service public...
la plate-forme Parcoursup. FSU appelaient, avec plus de soixante
Dans le même temps, le SNESUP-FSU, défendre leur pouvoir d’achat, leurs sta- associations, syndicats et partis poli-
avec d’autres organisations syndicales, tuts et demander des créations d’emplois tiques unis, à manifester, dans le cadre
appelait les collègues à se mobiliser alors que la mission CAP 2022 prévoit d’une « marée populaire » à l’initiative
durant tout le mois de mai, à se mettre de réduire de 120 000 le nombre de d’Attac et de la Fondation Copernic,
en grève et à manifester dans des cor- fonctionnaires. pour l’égalité, la justice sociale et la
tèges partout en France pour répondre Cette journée d’union syndicale, dans solidarité, mises à mal dans tous les
aux attaques violentes et incessantes, et le prolongement du 10 octobre et secteurs par la politique libérale du gou-
sur tous les fronts, du gouvernement. du 22 mars derniers, a rassemblé vernement d’Édouard Philippe et du
Le 16 mai, nous étions 10 000 à défiler 200 000 manifestants, dont 20 000 à Paris président de la République Emmanuel
partout en France et un millier à Paris à et à Toulouse, 7 000 Nantes, 5 000 à Macron (contre-réforme sociale du droit
l’appel de l’intersyndicale de l’ensei- Bordeaux, Brest, Lille, Marseille, Poitiers, du travail, réforme fiscale au bénéfice
gnement supérieur et de la recherche Lyon, Rennes et Rouen, des plus riches et au détri-
(CGT, FSU, Solidaire, UNEF, UNL, UNL- 4 000 à Caen, Montpellier, t ment des plus modestes,
SD, FIDL, ASES, SLU) pour rappeler l’ur- Nîmes, Le Puy, Toulon, « Créer, c’est transformation de la SNCF
gence d’un investissement permettant 3 000 à La Réunion et 2 000 en société anonyme et
résister. Résister,
de poursuivre la démocratisation de l’ac- à Angers, Annecy, Pau, etc. abandon du statut de che-
cès à l’enseignement supérieur, de finan- Les organisations de jeu- c’est créer. » minot, politiques d’austé-
cements pérennes pour la recherche nesse s’étaient jointes à l’ap- Stéphane Hessel rité dans les services
publique et d’un système d’affectation
dans le supérieur respectant les choix
pel de cette journée pour
dire leur refus de la géné-
s publics, intégration des
mesures de l’état d’urgence
des lycéens. À partir de mi-mai, bien ralisation de la sélection à l’entrée à dans le droit commun, loi asile et immi-
que les deux tiers des examens se soient l’université. Ce jour était symbolique gration, loi sur le secret des affaires, loi
déjà tenus, de nombreuses sessions ont puisque c’était celui retenu par la ORE…). Ces manifestations ont ras-
été perturbées, reportées ou annulées à ministre pour annoncer les premiers semblé près de 250 000 personnes par-
Nantes, Rennes-II, Sciences Po Rennes, résultats de Parcoursup. À grands ren- tout en France dont 80 000 à Paris, le
Paris Nanterre, Paris-VIII, Lyon-II, etc. forts de communication, elle s’est félici- tout dans un climat festif, sans violence
pour dénoncer les conséquences dra- tée de son fonctionnement alors que malgré quelques charges de CRS en tête
matiques de la loi ORE. pourtant 400 000 élèves restaient sans de manifestation.
réponse d’affectation. Durant le mois de mai, nous avons une
400 000 ÉLÈVES SANS AFFECTATION À l’issue de la manifestation, des étu- fois de plus été nombreux et nombreuses
Le 22 mai, dans un contexte de dégra- diant.e.s et des lycéen.ne.s se sont intro- à nous mobiliser pour défendre une
dation accélérée de la fonction publique duits dans le lycée Arago à Paris pour y société plus juste et un avenir plus
au bénéfice des entreprises privées et de tenir une AG et débuter une occupation. humain. La violence du gouvernement et
régression des droits sociaux des agents Ils et elles en ont été violemment son intransigeance ne nous découragent
de l’État, les fonctionnaires étaient invi- délogé.e.s à 20 heures par la police. pas. Nous poursuivrons la défense de
tés, à l’appel des neuf fédérations syn- Cent deux personnes, dont plus de qua- nos métiers, de nos missions, de nos
dicales de la fonction publique (CFDT, rante mineurs, ont été interpellés, enfer- conditions de travail et de nos valeurs tout
CFTC, CFE-CGC, CGT, FA, FO, FSU, més pendant quatre heures dans des en proposant des alternatives : « Créer,
Solidaires et UNSA), à manifester pour cars de police, mis en garde à vue durant c’est résister. Résister, c’est créer. » l

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018

5
P ARCOURSUP

ACTUALITÉ
ACTUALITÉ
Après la surprise, l’angoisse… et ensuite ?
➔ par Pierre Chantelot , secrétaire national
Loin d’être un simple outil de préinscription, Parcoursup remet en cause le rôle
émancipateur de l’Université, en instaurant un changement de paradigme où
prédomine une logique de concurrence entre les candidats et entre les formations.

L es premiers chiffres affichés sur


Parcoursup furent une bien mauvaise
surprise ! La Cour des comptes, dans son
assez vite, bloquant ainsi la « fluidité »
tant vantée par la ministre de l’ESRI…
Que dire de la violence psychologique
rapport d’octobre 2017(1), estimait, par ses exercée sur les lycéens quand elles/ils
simulations, à 148 000 sur 762 000 candi- découvrent leur classement situé très bas
dats (19,4 %) le nombre de candidats dans la liste de la formation de leurs
sans proposition à l’issue du premier tour rêves ? Comment dans ces conditions révi-

© Celette/Wikimedia Commons
dans le cas d’un algorithme d’apparie- ser sereinement pour le bac ? Comment
ment satisfaisant à la fois les préférences être confiant dans son avenir ? D’autant
des élèves et celles des filières, « algo- plus que les critères de classement sont
rithme (…) désormais courant dans beau- opaques et ont donc plus de chance d’être
coup de pays pour gérer des problèmes subjectifs. Parcoursup va-t-il se gripper ?
d’allocation dans la sphère publique »(1). Obliger les candidats à dire un « oui défi-
C’est ainsi qu’en 2017, APB avait proposé nitif » à une formation non désirée ? Si on Le nombre de postes gelés dans les établisse-
ments ne reflète pas la volonté du gouverne-
à 85,6 % des bacheliers, lors de la procé- avait voulu faire fuir des candidats de
ment d’accueillir « avec plus d’humain » les
dure normale, au moins une proposition, l’université publique vers les écoles pri- futurs étudiants (ici, la DGRH du MENESRI)…
et à 57,1 % d’entre eux une proposition vées, on ne s’y serait pas pris autrement…
correspondant à leur premier vœu(2). La ministre et le porte-parole du gouver- la base du nombre de candidats boursiers
Parcoursup réussit à déjouer les pronos- nement, Benjamin Griveaux, n’hésitent de lycée par rapport au nombre total de
tics des plus Cassandre d’entre nous ! Le plus à mettre la pression sur les candidats candidatures(3). Ces taux sont très variables
23 mai 2018, premier jour de publication pour qu’ils/elles acceptent définitivement entre formations et entre établissements.
des résultats de Parcoursup, 375 834 candi- leurs propositions, reportant ainsi sur leurs Par exemple, en droit, le taux de bour-
dats sur 812 058 (soit 46,3 %) n’avaient pas épaules, à la veille du bac, le poids d’une siers de lycée minimal est fixé à 16 % à
reçu de proposition ou étaient en attente responsabilité qu’eux-mêmes refusent d’as- Paris-VIII Saint-Denis contre 2 % seule-
de place ! Cette diminution du taux d’af- sumer. Le gouvernement reporte doréna- ment à Paris-I Panthéon-Sorbonne. Paris-I
fectation trouve son origine dans l’ab- vant la responsabilité de l’accès aux études a été ainsi moins demandé par les bour-
sence d’appariement dans Parcoursup, supérieures sur les établissements. Et pour- siers de lycée que Paris-VIII. On assiste
c’est-à-dire dans la suppression de la tant, c’est bien au gouvernement de per- donc à de l’autocensure sociale.
hiérarchisation des vœux. mettre à la jeunesse d’accéder au plus Le rôle d’émancipation de l’Université est
haut niveau de qualification et de garan- profondément remis en cause par le gou-
UN PIC À J+6 ET J+7 tir la mixité sociale dans l’enseignement vernement. Désormais, avec Parcoursup,
Au 31 mai, soit à J+9, 29,9 % des candidats supérieur. Cela ne peut se faire qu’en c’est une logique de mise en concurrence
n’avaient toujours pas reçu de proposition donnant les moyens humains et finan- entre les bacheliers et entre les forma-
ou étaient en attente de place. Et ils vont ciers nécessaires pour que les collègues tions qui prédomine. Avec la loi ORE,
attendre longtemps pour recevoir une exercent leur métier dans de bonnes les lycéens deviennent des « entrepre-
proposition car les élèves chanceux ont conditions. Le nombre de postes gelés neurs d’eux-mêmes ». Les CV et lettres
sept jours pour répondre à un « oui » ou dans les établissements d’enseignement de motivation deviennent des critères de
à un « oui si » parmi leurs propositions supérieur ne reflète pas la volonté du sélection auxquels sont attribuées des
d’admission tout en ayant la possibilité de gouvernement d’accueillir « avec plus d’hu- notes au même titre que les disciplines. Le
garder leurs propositions « en attente ». main » les futurs étudiants, alors même contrôle continu est détourné de sa fonc-
C’est ainsi qu’on observe un pic des que la Cour des comptes dénombre dix tion pédagogique initiale. Parcoursup n’est
acceptations définitives à J+6 (+29 567 établissements dont la situation financière pas seulement un outil technique de pré-
candidats par rapport à J+5) et J+7 est dégradée, voire très dégradée ! inscription. Il instaure bel et bien un chan-
(+32 820 par rapport à J+6). Depuis la gement de paradigme. l
fin de cette première phase de sept jours, AUTOCENSURE SOCIALE
le soufflé est retombé (J+7/J+8 : +16 416 ; Pour les filières sélectives et les filières (1) « Admission post-bac et accès à l’enseignement supé-
rieur. Un dispositif contesté à réformer » : www.ccomptes.fr/
J+8/J+9 : +10 880). Les candidats n’ayant universitaires où le nombre de candida-
fr/documents/40339.
toujours pas de proposition ou qui sont en tures excède les capacités d’accueil, les (2) www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid123318/
attente de place doivent donc encore établissements d’enseignement supérieur propositions-d-admission-dans-l-enseignement-superieur-
attendre que des places se libèrent pour sont tenus d’afficher désormais un taux et-reponse-des-candidats-pour-2017-2018.html.
(3) « Les pourcentages minimaux de boursiers de lycée dans
remonter dans les classements et espérer minimal de bénéficiaires d’une bourse
Parcoursup » : cache.media.eduscol.education.fr/file/flux_
recevoir une proposition d’admission. Le nationale de lycée à accepter dans la for- orientation/61/2/Fiche-16-Les-pourcentages_minimaux_
« système » ne semble pas se décanter mation, taux calculé par les rectorats sur de_boursiers_de_lycee_887612.pdf.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi 6
ACTUALITÉ
ACTUALITÉ R ECHERCHE
Le ministère reconnaît que les emplois
de chercheurs baissent ➔ par Alet Valero , coresponsable du secteur Recherche

Selon les derniers chiffres du ministère, les emplois scientifiques continuent à décroître.
Ainsi, dans les EPST effectuant des travaux de R&D, l’effectif s’est réduit de 6,3 % depuis 2010.

T enter d’appréhender l’évolution de


l’emploi scientifique dans les établis-
sements publics d’enseignement supé-
son évolution. Notamment la catégorie
des non-permanents qui passe de 100 à
200 de 1992 à 2004 et qui se maintient à
les administrations et représentent, en
2014, 61 % de l’ensemble des chercheurs ».
Du coup, les chiffres clés qu’elle donne ne
rieur sous tutelle du MESRI n’est pas une ce niveau depuis. concernent que les effectifs des cher-
mince affaire. Le plus « simple » est sans Toujours selon les mêmes sources, on cheurs en entreprises. Le comparatif entre-
doute de recourir aux publications du observe qu’entre 2011 et 2015 le nombre prise/public indique tout de même inci-
ministère et notamment à « L’état de l’en- d’enseignants passe de 97 900 en 2011 à demment : « La part des femmes parmi le
seignement supérieur et de la recherche 90 939 en 2014. La hausse (relative) de personnel de recherche s’élève à 30 % en
en France » publié annuellement. 2015 (92 200) est due à celle des non-per- 2014. Elle est plus faible parmi les cher-
Pour le dernier, publié en avril 2017, on manents, le nombre de PR, de MCF et cheurs (26 %) que parmi les personnels de
peut lire au chapitre 04 : « En 2015-16, d’enseignants du second degré restant soutien (38 %). Elle est également plus
92 200 enseignants sont en fonction dans stable. Par ailleurs, le nombre d’étudiants faible dans les entreprises (22 %) que dans
les établissements publics d’enseignement
Tableau 2. Enseignants exerçant dans des établissements publics d’enseignement supérieur
supérieur sous tutelle du MENESR. Les trois
Etudiants par
quarts de ces enseignants sont affectés Années Enseignants enseignant Et/ens. PR MCF 2nd degré dans Non
(Et./ens.) OCDE le supérieur permanents
dans les universités et 39 % des titulaires
2011-2012 97 900 15,8 – 20 018 36 439 13 284 28 121
sont des femmes. (…) On compte ainsi
2012-2013 91 300 15,5 15,6 20 245 36 370 13 084 21 569
17,3 étudiants par enseignant du supé- 2013-2014 91 800 15,6 14,4 20 353 36 555 13 069 21 793
rieur en France contre 15,8 en moyenne 2014-2015 90 939 Non renseigné – 20 348 36 555 13 129 20 907
dans les pays de l’OCDE. 61 % des ensei- 2015-2016 92 200 17,3 15,8 20 252 36 184 13 221 22 591
gnants en fonction dans l’enseignement Sources : « L’état de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESRI) années 2011-2016 », « Les personnels enseignants de l’enseignement supérieur
public sous tutelle du MESR », Marc Bideault.
supérieur appartiennent aux corps des
enseignants-chercheurs (et assimilés) titu- par enseignant augmente et passe de 15,8 les administrations (42 %). » Serait-ce que
laires. 24,5 % sont des enseignants non en 2011 à 17,3 en 2015 (voir tableau 2). l’entreprise n’a pas que des vertus ? Sans
permanents et 14 % des enseignants du On pourrait compléter ces tableaux par la doute par souci d’objectivité, il y est dit
second degré. » On y apprend également « Note Flash » de la SIES (n° 14, octobre également : « Dans les administrations,
que « [l]a catégorie des enseignants non 2017) qui constate qu’«[e]n 2016, les orga- plus de trois personnels de recherche sur
permanents réunit les doctorants contrac- nismes de recherche soutiennent l’emploi quatre sont titulaires de leur poste. Les
tuels effectuant un service d’enseignement des chercheurs, même si leur effectif total titulaires sont proportionnellement plus
(32 %), les attachés temporaires d’ensei- de R&D poursuit sa baisse. Fin 2016, les nombreux parmi les personnels de sou-
gnement et de recherche (20 %), les ensei- établissements publics à caractère scienti- Tableau 3. Les moyens humains de la R&D.
gnants non permanents des disciplines fique et technologique sous tutelle de l’État Part des titulaires parmi les personnels de R&D du
secteur public et des ISBL(*) en personnes physiques
hospitalo-universitaires (22 %), les ensei- (EPST) et effectuant des travaux de R&D
Années Chercheurs (%)
gnants associés (10 %), les enseignants emploient 56 720 personnes rémunérées 2010 Non renseigné
invités (8 %), les lecteurs et les maîtres de (tous statuts et contrats confondus). Cet
(*) Institutions sans but lucratif
2011 69,8
langues (4 %), ainsi que les professeurs effectif baisse de 1,3 % sur un an, après des 2012 69,2
contractuels sur emplois vacants du reculs de même ampleur en 2014 et 2015 2013 68,4
2014 67,9
second degré (4 %) ». (respectivement –1,4 % et –1,6 %) ; depuis 2015 Non paru
Déjà cela permet de mieux saisir le 2010, il s’est réduit de 6,3 % ». 2016 Non paru
tableau 1 repris ci-dessous. Si les États Si l’on considère les états dressés par Sources : « L’état de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESRI) »,
« Les moyens humains de la recherche et développement », Catherine David.
s’ingénient à mettre partout des nombres Catherine David concernant les moyens
en augmentation, les synthèses sont moins humains de la recherche et développe- tien (88 %) que parmi les chercheurs
triomphalistes. ment, elle souligne bien que « depuis (71 %), une partie de ces derniers étant des
En prenant l’année 1992 comme base 100, 2002, les chercheurs des entreprises sont doctorants. » Autant dire qu’au moins
on peut suivre la répartition par statut et plus nombreux que ceux travaillant dans 30 % des chercheurs ne sont pas titu-
Tableau 1. Évolution des effectifs enseignants en fonction dans l’enseignement supérieur entre 1992 et 2016 laires. Et comme il s’agit d’emplois publics,
1992 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 où est le non-dit ? Il est vrai qu’il est
Professeurs 100 130,9 132 133,1 133,9 134,1 135,1 136,2 137,1 137,9 139,1 139,8 139,8 139,1 injuste d’affirmer que rien n’est dit sur
Maître de 100 146,5 148,9 151,3 153,4 153,3 153 154,2 154,8 155,2 155,2 156 156 154,4 les moyens humains de R&D du secteur
conférences
2nd degré public car nous avons, en pourcentage, la
100 154,5 154,1 151,4 154,2 158 154,3 149,3 148,2 151,1 150,2 150,3 151 152,1
dans le sup. part des titulaires sur quatre ans. Et là
Enseignants 100 201,4 200,6 202,3 197,4 197,8 210,4 202,8 207,9 193,4 187,6 194,1 184,4 196,6 encore les états ministériels sont clairs :
non permanents
Sources : graphique 04.05a, publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/10/EESR10_ES_04-les_personnels_enseignants_de_l_enseignement_
elle baisse de 69,8 % en 2011 à 67,9 % en
superieur_public_sous_tutelle_du_menesr.php#ILL_EESR10_ES_04_05a ; publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/10/source-MENESR_DGRH.php. 2014 (voir tableau 3) ! l

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
Q UESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITÉ DU SNESUP

7

ACTUALITÉ
ACTUALITÉ
Rebondissement dans l’affaire du prêtre
président de l’Unistra ➔ par les secteurs
et Situation
Droits & Libertés , Service public
du personnel
Dans un jugement du 6 avril, la cour administrative d’appel de Nancy a jugé recevable la
QPC du SNESUP et l’a transmise au Conseil d’État, qui décidera de la soumettre ou non au
Conseil constitutionnel.
décision du TA de Strasbourg, la revue

D ans notre numéro 663 (mars 2018,


p. 7), nous vous informions que le
Actualité juridique - Fonctions publiques(*)
souligne que le TA de Strasbourg a évité de

© Mbzt/César/Wikimedia Commons
SNESUP, à la suite du rejet par le tribunal répondre à la question de la compatibilité
administratif (TA) de Strasbourg d’un entre les fonctions de président d’université
recours contre l’élection de Michel et la qualité de prêtre, « cumul qui soulève
Deneken, avait décidé d’interjeter appel indéniablement des interrogations ». Et l’au-
devant la cour administrative d’appel de teur d’ajouter : « Si les spécificités du droit
Nouvelle étape pour la QPC du SNESUP qui pour-
Nancy et de poser une question prioritaire universitaire ne faisaient certes pas obs-
rait être soumise au Conseil constitutionnel.
de constitutionnalité (QPC). Cette voie tacle à ce qu’un prêtre devienne enseignant-
de recours a pour objet de faire apprécier au Conseil d’État, auquel il appartient chercheur, la compatibilité entre l’état ecclé-
par le Conseil constitutionnel la conformité désormais de décider de la soumettre ou siastique et les fonctions de président
de l’article L. 712-2 du Code de l’éducation non au Conseil constitutionnel. Cette étape d’université était en revanche discutable. »
– qui régit l’élection du président d’uni- est donc décisive. Le ministère a volé au Le SNESUP ira jusqu’au bout de ce
versité – à l’article 1er de la Constitution : secours de Michel Deneken, ancien pre- contentieux avec pour enjeu la clarifica-
« La France est une République indivi- mier vice-président et successeur d’Alain tion de la définition et l’étendue du prin-
sible, laïque, démocratique et sociale. » Beretz promu directeur général de la cipe de la laïcité dans l’enseignement
Dans son jugement du 6 avril, la cour recherche et de l’innovation, en dépo- supérieur public. l
administrative d’appel de Nancy a estimé sant un mémoire en défense.
que la QPC était « sérieuse » et l’a transmise Il est à noter que, dans son analyse de la (*) AJFP, Dalloz, mai-juin 2018, p. 168-171.

S ÉNÉGAL
Du non-paiement des bourses ➔ par Pierre Chantelot , secrétaire national

à la mort d’un étudiant mobilisé


Le retard de paiement des bourses universitaires au Sénégal a une nouvelle fois été à l’origine
d’un mouvement de protestation, dont la répression par le recteur de l’université Gaston-
Berger (UGB) de Saint-Louis a abouti à la mort par balles d’un étudiant.

C omme d’habitude, hélas, le paiement


des bourses étudiantes au Sénégal a
connu un retard (de même que les salaires
de la bourse des étudiants concernés.
Le recteur de l’université s’y est opposé. Il
a d’abord menacé les étudiants par une
versitaires à une jeunesse dont la propor-
tion qui accède au bac, premier diplôme
universitaire, ne cesse de croître. En 2012,
des collègues). Il faut savoir que les note d’information, avant de requérir la l’effectif des élèves de terminale était de
bourses permettent de payer le loyer des gendarmerie pour le lendemain. Lors d’af- 78 000, si le rythme d’augmentation des
chambres étudiantes souvent surpeuplées. frontements entre les gendarmes et les années antérieures se maintenait, il devrait
Il est courant de voir quatre jeunes étudiants, l’étudiant Mouhamadou Fallou atteindre 174 000 en 2022(*). Par exemple,
partager 10 m2 pour réviser, faire la cuisine Sène est mort par balles. À la suite de ces l’université Cheikh-Anta-Diop (UCAD), qui
avec un seul robinet d’eau, souvent à événements tragiques, le recteur a été emploie 1 329 enseignants-chercheurs, a
sec, par étage. Un retard de paiement de démis de ses fonctions tout comme le une capacité d’accueil réelle de
bourse a des conséquences immédiates directeur du Crous. 23 253 places mais avait un effectif de
sur la vie de l’étudiant. Le président de la République, Macky Sall, 75 188 étudiants en 2012. Même si la France
Le 15 mai, les étudiants de l’université après avoir rencontré les étudiants de fait moins rêver les étudiants sénégalais, ils
Gaston-Berger (UGB) de Saint-Louis l’UGB pour leur présenter ses condo- sont encore près de 7 460 à y poursuivre
avaient décidé de se rendre au restaurant léances, a reçu le lundi 28 mai les repré- leurs études, espérant de meilleures condi-
universitaire, qui est de statut privé, sans sentants des étudiants des cinq universités tions de travail. La coopération scientifique
payer parce que l’État ne leur avait tou- du pays. Ces derniers ont alors obtenu du et fraternelle, plutôt que la captation des
jours pas versé leurs bourses. Habitués à chef de l’État une revalorisation de 10 % « cerveaux », doit demeurer la base des
gérer la pénurie avec beaucoup d’ima- des bourses et une baisse de 50 % des relations entre nos deux pays. l
gination, les étudiants s’étaient engagés tarifs de restaurant.
à ce que les sommes avancées par le res- Plus généralement, le Sénégal a bien du (*) ifgu.auf.org/media/document/Plan_de_developpement_
taurateur privé puissent être défalquées mal à offrir une perspective d’études uni- de_lenseignement_superi_eur_et_de_la_recherche_PDESR.pdf.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi 8
ÉTABLISSEMENTS
son accord de principe sur la publication des algorithmes locaux
VOIX DES ÉTABLISSEMENTS

pour toutes les formations, ainsi que des arrêtés de composition


Staps Nanterre : un classement des commissions des vœux sur le site Internet de l’université.
occulte et autoritaire Mi-juin, les comités de mobilisation discuteront des formes que
la mobilisation prendra en septembre pour contrer les méfaits
de Parcoursup. À suivre donc… l
Le bureau de la section SNESUP d’Aix-Marseille Université

Mobilisation inégale contre


A lors que les lycéens et leurs familles reçoivent depuis le
22 mai les réponses aux vœux exprimés sur Parcoursup, il
la loi ORE et Parcoursup
semble important de rendre publiques quelques réalités sur les
conditions d’élaboration de certains de ces classements.
L
a mobilisation contre la
loi ORE et Parcoursup a
été inégale : de forte en SHS
À l’UFR Staps de l’université Paris Nanterre, des enseignants-
à presque inexistante en
chercheurs inquiets quant aux conséquences de la loi ORE ont
S&T. Face à un président
manifesté le 5 avril dernier, par un vote à bulletin secret (79 %
d’université faisant systéma-
du personnel s’est exprimé : 30 pour, 19 contre, 3 abstentions),
tiquement appel aux forces
leur volonté de ne pas participer à une forme de sélection à
de police pour s’opposer
l’entrée de l’université, en demandant la dissolution de la com-
aux blocages de bâtiments,
mission chargée de classer les candidatures. La question des
déversant massivement dans les médias locaux des messages
blocages étudiants et les débats sur les conditions de passage
usant d’exagérations, d’amalgames, voire de contre-vérités, tout
des examens ont monopolisé le débat public et la présidence
en éludant toute discussion de fond avec les personnels, les
de l’université pendant de longues semaines. Ce n’est que le
étudiants et les instances, les syndicats de la FSU dont le SNESUP
11 mai que nous avons appris qu’une nouvelle commission
et le SNEP en première ligne, se sont efforcés de rétablir les
allait être nommée. Lors d’un conseil d’UFR le 17 mai, nous
faits, d’informer et de mobiliser les personnels, et d’organiser
avons finalement été informés que, deux jours auparavant, deux
le contournement des dispositifs Parcoursup.
collègues avaient été « réquisitionnés » (chose surprenante car il
Dans ce contexte difficile et tendu, l’interpellation de la direction
n’y avait à notre connaissance qu’un seul gréviste parmi tout le
de l’université, notamment pour aligner les données d’appel
personnel) pour signer un classement déjà effectué selon des
sur le nombre de vœux, a été suivie d’effet dans la plupart des
modalités non divulguées à ce jour. Ni les candidats, ni les per-
filières SHS. En revanche, cette mesure n’a pas été mise en
sonnels de l’UFR Staps ne connaissent la méthode de classement,
œuvre en S&T au point que nous craignons désormais que
le procédé pour départager les ex aequo, le nombre de « oui si »
certaines licences se retrouvent en sous-effectifs à la rentrée. l
et les moyens de leur accompagnement…
La section SNESUP de Grenoble
En signe de protestation contre la brutalité et l’opacité de ce
mode de gouvernance, incompatible avec les usages et valeurs
démocratiques en vigueur au sein de la communauté universitaire,
un grand nombre de responsables de diplôme ont décidé de
mettre un terme à leurs responsabilités (quasi bénévoles) de
pilotage des diplômes à compter de la rentrée 2018.
Cette réalité, également observée dans d’autres UFR, contraste
singulièrement avec celle décrite par un article du Monde (« Par-
coursup : un classement des candidats au millimètre en Staps »,
21 mai 2018) et les déclarations de la ministre, Madame Vidal. l
DES

Le comité de mobilisation de l’UFR Staps Nanterre


VOIX

Mise en place d’un comité


de mobilisation des personnels
D ès l’automne 2017, l’intersyndicale (FSU, CGT, SUD) a orga-
nisé des assemblées générales (AG) pour présenter les
logiques de la loi ORE et aborder les conditions de travail,
dégradées notamment par l’insuffisance récurrente de moyens.
Ce constat et les inquiétudes engendrées par Parcoursup ont
dépassé le cadre de l’intersyndicale, élargie en comité de mobi-
lisation des personnels. AG, manifestations, films, débats, etc.
ont rythmé ces derniers mois. Plusieurs centaines de collègues
ont soutenu la mobilisation, principalement dans les secteurs
ALLSH et sciences, deux UFR qui ont connu une mobilisation
étudiante.
Même si le président de l’université la réduit aux graffitis étu-
diants des derniers jours, la mobilisation a permis d’obtenir

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi9

DOSSIER
DOSSIER
© Shutterstock

Menace(s) sur les libertés académiques


‘ Dossier coordonné par Isabelle de Mecquenem
et Christophe Voilliot

Défendre les libertés académiques au sein des universités et des établissements d’enseignement
supérieur forme finalement la plus pertinente façon de résister à la marchandisation de l’enseignement
supérieur lancée depuis le processus de Bologne. En effet, il s’agit d’un bien immatériel par excellence
et de la source même de la création et du renouvellement des savoirs fondamentaux dont « la
société de la connaissance » dépend intrinsèquement, selon ses propres doctrinaires.
Comme le rappelle notre dossier, ces libertés fondamentales de recherche et d’enseignement, peu
encadrées juridiquement, sont néanmoins fondées sur l’indépendance des enseignants-chercheurs
garantie par la Constitution. Elles transcendent donc de droit les chartes, règlements et référentiels
débilitants dans lesquels la bureaucratisation néolibérale à l’œuvre dans les universités voudrait les
passer à la moulinette. Le cas du protocole du service de la communication de l’université de
Strasbourg forme un bon exemple d’autoritarisme soft et de défiance à peine masquée. Mais à l’heure
des mobilisations des étudiants et des personnels contre la loi ORE et surtout des violences policières
démesurées qui se sont multipliées sur les campus, c’est la question des franchises universitaires que
nous mettons en lumière à travers un article central qui fait le point sur l’état du droit en la matière. Si
les universités ont pu commémorer le cinquantenaire de Mai 68, notre dossier invite aussi à garder
vivante la mémoire de la fondation médiévale des universités européennes qui résonne dans leur
extraterritorialité vivace contre le désordre établi par des politiques injustes, brutales ou absurdes.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi 10
Un choix de recherche qui mène à l’exclusion
DOSSIER
DOSSIER

professionnelle ‘ par Gilles Raveaud , maître de conférences en


économie à l’université Paris-VIII Saint-Denis

À cause de l’alignement de l’économie sur les standards américains, la tradition


hétérodoxe est en train de s’éteindre. Témoignage amer d’un économiste atterré.

E n France, nous disposons d’une tradition Un recrutement local… injuste ?


de recherche en économie politique
d’une extraordinaire qualité. Pour ne citer
J’ai malgré tout réussi à me faire recruter par
l’université Paris-VIII, plus précisément par
La honte à la cantine
Mais les « vrais » économistes ne se livrent
pas à ce genre d’échappée réflexive et encore
qu’eux, Michel Aglietta, Robert Boyer ou son Institut d’études européennes (IEE), petit moins, ne concèdent à la vulgarisation. Ils
André Orléan ont déployé une analyse du îlot pluridisciplinaire à l’époque (2008) très creusent leur sillon sur des sujets toujours
capitalisme d’une telle portée qu’elle ferait à gauche puisque, outre Bernard Maris, on plus étroits, qui n’intéressent pas même leur
d’eux des stars mondiales de la discipline y trouvait Jacques Nikonoff, opposé à l’euro, propre collègue de bureau, mais qui leur
s’ils étaient américains. ou le sociologue Pierre Cours-Salies, proche garantissent des publications dans des
Malheureusement, il s’agit là de retraités. de la gauche radicale européenne. « revues internationales à comité de lecture »,
Certes, Frédéric Lordon, Bruno Amable ou J’avais terminé ma thèse à l’IEE, où l’on était ce Graal qui obsède les économistes, désor-
Florence Jany-Catrice sont plus jeunes, mais satisfait de moi comme enseignant, dans ce mais dès leur master.

t
le constat est net : la tra- lieu qui avait la lucidité de Et donc, je sais que ma carrière ne progressera
dition hétérodoxe en éco- ne pas souhaiter former de pas. Je resterai « maître de conférences », et
nomie en France, qui fai- Il est devenu futurs « chercheurs », je ne passerai pas « professeur des universi-
sait venir à Paris des à peu près impossible de comme le font tant de tés », parce que mon dossier scientifique est
doctorants venus du Brésil départements universitaires vide, ou à peu près. Pourtant, j’ai également
rédiger une thèse marxiste,
ou du Japon, est en train paresseux, mais de prépa- publié des dizaines d’articles dans Alternatives
de s’éteindre. ou même keynésienne. rer nos étudiants au monde économiques (en plus du blog). Mais cela
Comment en est-on arrivé Ou alors, si on le fait, c’est du travail, à la vraie vie. non plus ne compte pas.
là ? Par la normalisation de Bref, je fus recruté « à l’an-
le chômage assuré.
notre discipline et son ali- cienne », c’est-à-dire de Confort professionnel
gnement sur les standards s façon « locale », parce et désespoir démocratique
américains, qui ont fait de la formalisation qu’on me connaissait et que l’on n’avait pas Il n’est dès lors pas difficile de comprendre
mathématique, de l’individualisme métho- de raison de ne pas me garder. Autant dire le conformisme de la majorité de mes
dologique, et de la sanctification des marchés que les candidats extérieurs n’avaient aucune collègues, quelles que soient leurs orienta-
les piliers de la science économique mon- chance, ce qui était plus que problématique, tions politiques (certains sont très à gauche,
diale. Aujourd’hui, il est devenu à peu près mais fit néanmoins mon bonheur. mais il est impossible de le deviner en lisant
impossible de rédiger une thèse d’inspiration leurs publications).
marxiste, ou même keynésienne. Ou alors, Faire la pédagogie de l’économie Et c’est ainsi que meurent les plus belles
si on le fait, c’est le chômage assuré. Aujourd’hui, j’ai la chance de disposer d’un idées, celles qui défendent une société plus
emploi de fonctionnaire, j’en profite donc solidaire, plus efficace (quel pire gâchis que
Déconstruire le discours économique pour me livrer à ma passion, qui est la péda- les millions de chômeurs ?), et qui soit sou-
J’en ai fait moi-même l’expérience. Alors gogie de l’économie. Je le fais grâce à mon tenable. Et pourtant on peut tout à fait
que j’avais été reçu premier au concours blog hébergé par l’équipe d’Alternatives éco- défendre ces idées, sociales-démocrates au
d’entrée dans la section économie-gestion nomiques, qui est sans doute le dernier bas- sens fort du terme, même malgré les poli-
de l’École normale supérieure de Cachan, tion d’une presse économique progressiste tiques de l’Union européenne, même dans
j’avais dès ce moment-là (1994) intégré le et écologique en France, et auquel il faut la mondialisation. C’est ce que je propose
fait que les idées – keynésiennes, à absolument s’abonner ! Je le fais aussi avec de faire dans mon prochain ouvrage, intitulé
l’époque – que je défendais compromettaient mes ouvrages. Le premier présentait les quatre Économie : on n’a pas tout essayé ! (Le Seuil).
mon avenir professionnel. grandes traditions économiques, libérale, key- Mais ces idées sont désormais évacuées des
J’ai tout de même rédigé une thèse critique nésienne, marxiste, écologique (La Dispute facultés d’économie. Non pas seulement parce
sur les politiques d’emploi recommandées des économistes, Le Bord de l’eau, 2013). Puis qu’elles sont critiquées par les économistes
par l’Union européenne (UE), et même… j’ai rédigé mon premier manuel, pour expli- libéraux, mais, encore plus fortement, parce
sans maths ! Je dénonçais le discours déve- quer le fonctionnement du circuit écono- qu’elles ne sont plus discutées, évacuées des
loppé par l’UE car je pensais, comme le mique, et les solutions à apporter au chô- programmes de cours et des manuels parce
regretté Bernard Maris, que l’économie était mage, à la dette et à la transition écologique que jugées pas assez « scientifiques », trop
avant tout un discours, et souvent un dis- (J’ai jamais rien compris à l’économie mais « politiques » pour être dignes d’une discussion
cours imposé. ça je comprends, Tana, 2015). J’ai ensuite « universitaire ».
À la suite de cette thèse, malgré mon pedi- consacré un livre à la pensée de Bernard Et c’est ainsi que, à leur petite échelle, les
gree de normalien agrégé de sciences Maris, dont l’assassinat le 7 janvier 2015 économistes universitaires, dans leur grande
sociales, et deux ans passés à Harvard après dans les locaux de Charlie Hebdo m’a majorité, alimentent le grand désespoir
ma thèse, je n’ai intéressé aucune université. bouleversé (Bernard Maris expliqué à ceux démocratique de notre pays, chaque jour
Trop hétérodoxe, pas assez de publications, qui ne comprennent rien à l’économie, Les plus évident, en ne permettant pas aux étu-
trop vieux (34 ans déjà), les « bonnes raisons » Échappés, 2017). En écrivant, je deviens un diant.e.s de trouver des solutions aux pro-
ne manquaient pas. meilleur économiste. blèmes de leur temps. l

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018

11
Des services communication de plus en plus

DOSSIER
DOSSIER
politiques : retour sur la « procédure presse »
de l’université de Strasbourg
‘ par Pascal Maillard , secrétaire académique, avec le secrétariat de la section
Depuis la loi d’autonomie de 2007, et plus encore depuis la vague massive des fusions
et regroupements d’établissements, les services communication des universités
disposent de moyens conséquents et jouent un rôle de plus en plus politique. Celui
de l’université de Strasbourg s’est distingué en 2017 par une tentative, heureusement
avortée, d’encadrer la liberté d’expression des enseignants-chercheurs.
Un colosse aux pieds d’argile
Le service communication de l’université de
Strasbourg comporte une vingtaine d’emplois,
mais avec son réseau de correspondants dans
les services et composantes, c’est au moins
trois fois plus de personnels qui se consacrent
© Dsmntl/Wikimedia Commons

à des missions de communication. Les crédits


engagés annuellement dépassent les 4 millions
d’euros. Après le licenciement d’un directeur
essentiellement compétent dans le domaine Les bâtiments de l’UFR de
mathématiques et d’informatique
de la publicité, une ancienne directrice de la
de l’université de Strasbourg.
communication externe d’un Conseil général
préside depuis 2012 à la destinée de ce service peu aux élus d’opposition, après un combat constitutionnelle « d’indépendance et d’entière
stratégique. Malgré des moyens conséquents d’une année. Mais cette petite concession à liberté d’expression » dont jouissent les ensei-
et un gros travail sur de nouveaux outils, le la démocratie n’a-t-elle pas été consentie pour gnants-chercheurs, enseignants et chercheurs
dernier rapport du HCERES(1) pointe une faire oublier une affaire qui défraya la chro- dans l’exercice de leurs fonctions d’enseigne-
« communication externe peu structurée » et nique l’automne dernier ? ment et de recherche (article L. 952-2 du Code
recommande de « mettre en place un plan de de l’éducation). Après de multiples articles et
communication commun à l’ensemble de La tentation du bâillon prises de position nationales sur cette tentative
l’université ». Le paradoxe est que, du côté Dans un message électronique du 5 octobre de contrôler l’expression des personnels, le
des personnels et de leurs représentants, on 2017(2), le président de l’université informait président décidait, dès le 11 octobre, de sus-
déplore aussi un manque de structuration et tous les élus et les directions de composantes pendre ladite « procédure presse ».
d’efficacité de la communication interne, avec de l’existence d’une « Nouvelle Si cette tentative n’est certai-
ce reproche récurrent : « La com’ n’est pas procédure pour les relations t nement pas la dernière, elle
assez à notre service. » avec la presse de l’Université La communication n’est pas non plus la première.
de Strasbourg »(3) et de « la Il est significatif de se remettre
institutionnelle prend
Un service très politique nécessité » pour tous les per- en mémoire qu’en 2012, peu
C’est que les missions de la communication, sonnels « de la mettre en une place centrale après son élection à la prési-
à Strasbourg comme dans bien d’autres uni- œuvre ». Cette procédure faisait et sert avant tout le dence de Paris-Nanterre, Jean-
versités dites « d’excellence », sont essentiel- obligation à tous les personnels
rayonnement national François Balaudé, qui s’est
lement au service d’une politique, et priori- de l’université – « personnels récemment illustré par une
tairement au service de la présidence. La administratifs » comme « ensei- et international demande d’intervention poli-
communication institutionnelle prend une gnants-chercheurs » – de sou- de l’université. cière particulièrement musclée,
place centrale et sert avant tout le rayonne-
ment national et international de l’université.
mettre tout projet de commu-
nication à la presse au service
s avait fait mettre à l’ordre du
jour du CA du 22 octobre une
Les liens très étroits établis de longue date communication, dans un délai de dix jours note relative aux relations à la presse, assez
avec les grands médias régionaux – les DNA au moins avant l’événement, et de ne com- proche de celle de Strasbourg. Un élu du
et L’Alsace ont « fusionné » et ont intégré le muniquer aux médias qu’après « accord du SNESUP avait demandé qu’elle soit retirée. Il
pôle presse du Crédit mutuel – permettent service de la communication ». s’est ensuivi la démission du vice-président
de soigner l’image du président et de faire La section du SNESUP-FSU a immédiatement communication. l
passer systématiquement la « bonne parole ». dénoncé la transformation du service commu-
Au point que la section locale du SNESUP nication en organe de centralisation, de contrôle
(1) Campagne d’évaluation 2016-2017 (vague C),
s’est indignée à plusieurs reprises du manque et de possible censure de l’expression des per- rapport du 19 mars 2018.
d’indépendance des DNA, qui a bien sûr son sonnels et des enseignants-chercheurs. Par le (2) fsusupalsace.files.wordpress.com/2017/10/mail_
corollaire dans les orientations très politiques caractère obligatoire qu’elle comportait, cette procc3a9dure_presse.pdf.
du journal électronique de l’université, dont procédure s’apparentait à une note de service (3) fsusupalsace.files.wordpress.com/2017/10/unistra_
les colonnes ne sont ouvertes que depuis et constituait une entorse au principe à valeur procedure_presse.pdf.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi 12
Éloge de la biodiversité des savoirs
DOSSIER
DOSSIER

et des paradigmes ‘ par Roland Gori , psychanalyste et professeur émérite de psychologie et


de psychopathologie clinique à l’université Aix-Marseille

Initiateur de l’Appel des appels lancé en 2009 « pour résister à la destruction volontaire
et systématique de tout ce qui tisse le lien social », Roland Gori défend un modèle
reposant sur la biodiversité des savoirs, qui va à l’encontre de l’orientation scientiste
du ministre actuel de l’Éducation nationale.

L e ministre actuel de l’Éducation nationale,


en charge des petits Français, est un uni-
versitaire brillant, au parcours exemplaire,
désireux d’apparaître comme un des nou-
veaux héritiers de la tradition des érudits
humanistes(1) dont la France s’est montrée
éplorée et orpheline. Il déclare se référer à
« l’esprit Montessori », en appelle à « la créa-
tivité, la diversité des expériences(2) », et « en
même temps » nomme un Conseil scientifique
de l’Éducation nationale « endogamique »,
désireux d’éclairer les managers des écoles
maternelles et primaires par la science posi-
tive. Le ministre, « en même temps » qu’il
prononce un discours rassurant, humaniste
et pluraliste, nomme un Conseil scientifique
de l’Éducation nationale à la tête duquel il
place Stanislas Dehaene, éminent professeur
de psychologie cognitive expérimentale au
Collège de France, entouré de cognitivistes
et de positivistes assumés.
La démocratie et la science sont coextensives,
elles exigent la diversité des points de vue
© Shutterstock

et la confrontation des arguments. Elles sont


« invention » et laissent une place à l’« indé- Les neurosciences ne sauraient expliquer à elles
termination » (Claude Lefort). C’est leur gran- seules le fonctionnement global du cerveau.
deur d’être projet avant que d’être pro- au premier rang desquels les enseignants.
gramme, partage et discussion, avant que Dont acte. Mais, les connaissances demeurent radicalement la « rationalité » scientifique
d’être instrumentation et application. Où sont extrêmement limitées quant au fonctionne- de son « idéologie », résidu d’un « savoir
la diversité et le pluralisme dans la compo- ment global du cerveau, et on ne saurait paresseux » qui procède par extension hyper-
sition de ce Conseil ? Point de professionnels prétendre, sauf idéologie, que la visualisation bolique de résultats toujours partiels
de terrain, de cliniciens, de sociologues cri- de signaux électriques ou de réactions chi- et locaux. Les psychanalystes, hélas,
tiques, d’historiens de l’éducation, de cher- miques puisse, à elle seule, n’ayant pas pour leur part évité
cheurs critiques en sciences de l’éducation… rendre compte des comporte- t cette dérive. La promotion,
Non, que des « partisans » de la connaissance ments individuels et singuliers. aujourd’hui, de neuro-mana-
Que deviennent
objective, neutre, prompte à la mesure et à Que deviennent les facteurs gement, de neuro-leadership,
l’imagerie fonctionnelle du cerveau feignant sociaux et culturels d’appren- les facteurs de neuro-amitié, de « coaching
d’oublier que parfois « les experts se trompent tissage dans ce type de modé- sociaux et culturels individuel » des « cerveaux »,
plus que les chimpanzés(3) ». lisation ? Que devient Autrui d’apprentissage réduisant l’engagement, la
dans ce type de modèle, non- confiance, la coopération, l’al-
« J’aime trop la science obstant les fameux « neurones
dans ce type de truisme et le bien-être des sala-
pour être scientiste » miroirs » dont on nous rebat modélisation ? riés au fonctionnement céré-
J’ai été enseignant dans l’enseignement pri-
maire, dans le secondaire et dans le supé-
les oreilles ?
Je suis favorable à la biodiver-
s bral, me semble davantage
relever de la propagande et du
rieur, et je suis un partisan farouche des sité des savoirs, et je ne vois pas sans plaisir commerce que de la science. Ce type d’idéo-
Lumières et de la science. Je dirai, à la émerger des paradigmes scientifiques qui logie et de pratiques emprunte à la science
manière dont Camus s’exprimait à propos rappellent à tout un chacun l’ancrage cor- son vocabulaire déconnecté des exigences
de la Nation, « j’aime trop la science pour porel des pensées, la dépendance des com- de la méthode, trouve dans l’abus des méta-
être scientiste ». Les neurosciences, fortes portements à la matière vivante. Mais, fort phores, et parfois dans la passion partisane
des progrès techniques et scientifiques, sont des travaux de Georges Canguilhem sur les- des scientifiques eux-mêmes, l’appui stra-
indispensables à la formation des citoyens, quels je me suis toujours appuyé, je distingue tégique dont il a besoin.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018

13

DOSSIER
DOSSIER
Il n’y a « que le néant qui soit neutre » exercice hyperbolique de la rigueur métho-
(1) Jean-Michel Blanquer, Les Matins de France
Et, maladroitement, Stanislas Dehaene, à dologique à propos d’objets qui n’ont pas fait
Culture, 27 juillet 2017.
peine intronisé, n’a pas manqué une occasion l’objet d’une critique rigoureuse »(4) ? (2) Jean-Michel Blanquer, Les Matins de France
de rejeter « l’idéologie » au nom de la science Fort de mon expérience d’instituteur et de Culture, 27 juillet 2017.
ou de l’objectivité, en revendiquant la « neu- professeur, je me demande comment des (3) Un chercheur américain, Philip Tetlock, a mon-
tralité » de la science pour plus d’efficacité. décisions pédagogiques vont « être éclairées » tré expérimentalement sur 150 000 prédictions
Ce n’est pas tenable, ni épistémologiquement, par des expérimentations « scientifiques », que les « experts » se trompent plus que des chim-
ni moralement, ni politiquement. Face à ce des « plans expérimentaux ». Comment trou- panzés (lançant des fléchettes au hasard sur des
que Johann Droysen nommait une « neutra- ver de « bonnes solutions » pédagogiques à cibles représentant des chiffres) lorsqu’il s’agit de
faire des prévisions sur plusieurs indicateurs (PIB,
lité d’eunuque », il nous faut rappeler avec des questions dont les objets auront été gros-
inflation...) pendant des années !
Jaurès qu’il n’y a « que le néant qui soit sièrement définis par « une panoplie de
(4) Pierre Bourdieu, cours au Collège de France
neutre ». Que devient, par exemple, l’œuvre machines qui observent le cerveau(5) » ? Il (1998-2000), Manet. Une révolution symbolique,
de Paul Ricœur dans cette galère positiviste faut vraiment avoir peu d’expérience du soin Seuil, « Raisons d’agir », Paris, 2013, p. 98.
qui, comme le disait Pierre Bourdieu (aïe, ou de l’enseignement dans des quartiers dif- (5) Stanislas Dehaene, L’Invité-actu par
un sociologue critique !), procède d’« un ficiles pour oser une telle assertion ! l Caroline Broué, France Culture, le 13 janvier 2018.

En toute franchise ‘ par Christophe Voilliot , secrétaire national

La multiplication des interventions policières sur les campus universitaires ces dernières
semaines a mis en lumière la notion de franchise universitaire. Cet article vise à en
préciser le contenu et, incidemment, conduit à s’interroger sur la facilité avec laquelle
elle semble contournée aujourd’hui par celles et ceux qui nous gouvernent.

Une notion chargée d’histoire


Dans son énumération des compétences
exercées par le président d’université, l’article
L. 712-2 du Code de l’éducation précise qu’« il
est responsable du maintien de l’ordre et peut
faire appel à la force publique dans des condi-
tions fixées par décret en Conseil d’État ». Cet
article est la traduction assez restrictive d’un
statut d’exception dont les origines remontent
à l’Université médiévale(1). En 1229, la répres-
sion brutale d’une révolte étudiante par la
garde de Paris avait fait plusieurs morts ; à
l’issue d’une grève de deux ans, une bulle
pontificale du pape Grégoire IX intitulée
Parens scientiarum universitas, datée du
13 avril 1231, consacra l’indépendance juri-
dique de l’Université(2). Ce n’était plus le
pouvoir royal mais l’autorité religieuse qui
© Jill/Flickr

pouvait désormais décider d’une éventuelle


intervention des forces de l’ordre, ou de Contre les violences policières,
l’emprisonnement d’étudiants ayant commis à l’université Paris-VIII.
des délits. On retrouve ce statut particulier
dans le décret du 15 novembre 1811 portant t de décider seuls de l’opportunité d’une inter-
régime de l’Université impériale. Son article L’université est un lieu vention de la police sur le territoire de l’uni-
157 énonce que « hors les cas de flagrant d’éducation à la citoyenneté qui versité sont les cas de flagrants délits ou de
délit, d’incendie ou de secours réclamés de catastrophes ou lorsque cette intervention
l’intérieur, (…) aucun officiel de police ne
repose sur la libre confrontation résulte d’une réquisition du parquet. Par
pourra s’y introduire s’il n’en a l’autorisation des idées et des opinions. ailleurs, si la franchise universitaire ne s’étend
spéciale de nos procureurs ». Ce décret consa-
crait ainsi dans le droit public un principe
s pas nécessairement à l’ensemble des lieux
et bâtiments qui sont parties intégrantes des
du droit canon visant à garantir la liberté Quels sont les contours de ce pouvoir de campus, elle concerne des périmètres assez
d’opinion et l’indépendance des facultés. police spéciale qui s’insère de facto dans larges. L’article R. 712-1 du Code de l’édu-
C’est pourquoi, aujourd’hui encore, le terri- une mission de police générale et dans un cation précise que la responsabilité du pré-
toire des universités n’est pas considéré monopole d’État ? Les seules exceptions sident de l’université concerne « les enceintes
comme relevant du domaine public. admises à ce droit des présidents d’université et locaux affectés à titre principal à l’établis- 왘왘

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi 14
DOSSIER
DOSSIER
왘왘 sement dont il a la charge » et « s’étend aux le plan Vigipirate a fait l’objet d’une appli- de « s’immiscer, à quelque moment et sous
locaux mis à la disposition des usagers en cation à l’ensemble des bâtiments et espaces quelque forme que ce soit, dans le déroule-
application de l’article L. 811-1 et à ceux qui publics, universités comprises. Tout cela a ment d’un conflit du travail ou d’événements
sont mis à la disposition des personnels, laissé des traces quant à l’acceptabilité de la s’y rapportant ». Il leur est également interdit
conformément à l’article 3 du décret n° 82- présence au quotidien des forces de l’ordre. de « se livrer à une surveillance relative aux
447 du 28 mai 1982 relatif à l’exercice du Dans une récente dépêche d’agence(4), Ber- opinions politiques, philosophiques ou reli-
droit syndical dans la fonction publique », nard Toulemonde, IGEN honoraire, en déduit gieuses ou aux appartenances syndicales des
ainsi qu’à l’égard « de tous les services et orga- que « les établissements universitaires sont personnes ». Certes, les occupations ou pro-
nismes publics ou privés installés dans les en réalité soumis au droit commun en testations qui se déroulent sur les campus
enceintes et locaux précités ». Pour connaître matière de police ». Lorsque le droit commun ne sont pas toujours des « conflits du travail »
avec précision le périmètre et l’autorité remet en cause les libertés publiques, les stricto sensu mais la formule plus large
concernés, en particulier dans le cas où des franchises universitaires sont ainsi systéma- « d’événements s’y rapportant » nous incite à
locaux sont partagés par plusieurs établis- tiquement contournées par les pressions poli- considérer que cette disposition législative
sements, il est donc nécessaire de se référer tiques exercées sur les présidents d’université. peut s’appliquer aux situations que nous
aux arrêtés pris par le recteur, chancelier À ces considérations générales s’ajoute un connaissons actuellement. La loi qui est à
des universités. point de droit qu’il est important de l’origine de ces interdictions(8) entendait
connaître : la Cour de cassation ne considère d’ailleurs clairement limiter l’action de ce
Vers un contournement systématique ? pas l’occupation de locaux univer- que Georges Sarre qualifia lors du
Pour quelles raisons les présidents d’univer- sitaires comme une infraction t débat à l’Assemblée nationale de
sité font-ils aujourd’hui quasi systématique- punie par le Code pénal(5). Il n’est « polices parallèles »(9).
ment appel aux forces de l’ordre lorsque donc pas étonnant dans ces condi-
La franchise L’attachement des organisations
s’ébauche un mouvement de protestation tions que les présidents soient ins- universitaire syndicales et de jeunesse à la
étudiant ? Le guide de la CPU propose un tamment sollicités par les pouvoirs est une liberté notion de franchise universitaire
premier élément d’explication(3). Il y est pré- publics pour autoriser l’intervention
académique s’explique aisément car elles consi-
cisé au chapitre III intitulé « La Police au des forces de police en cas de blo- dèrent que l’université est un lieu
sein de l’université » et à propos de l’appel cages intentionnels. Les éventuelles à défendre. d’éducation à la citoyenneté qui
à la force publique qu’une telle décision « se poursuites judiciaires ne concer- s repose sur la libre confrontation
prend en liaison directe avec les services de neront pas alors le blocage lui- des idées et des opinions. La fran-
la préfecture du département concerné et le même mais la résistance à l’intervention des chise universitaire est donc une liberté aca-
cabinet du Recteur ». Qui du préfet ou du forces de police… démique à défendre. Cet attachement n’est
président est le premier à se saisir de son pas nécessairement partagé par tous, en par-
téléphone ? La réponse varie vraisemblable- Une police peut en cacher une autre ticulier par le personnel politique et gou-
ment en fonction des circonstances ; ce sont Les autorités policières ont toujours considéré vernemental « en marche », très réticent vis-
donc ces dernières qu’il faut prendre en avec méfiance les franchises universitaires à-vis de l’émancipation de la jeunesse, mais
considération. Dans certains cas, à Paris (Tol- et le contrôle exercé par le juge administratif qui n’a pas forcément les mêmes scrupules
biac) comme à Toulouse (Le Mirail), les pré- sur l’emploi de la force publique. En effet, lorsqu’il s’agit de distribuer les coups de
fets de police ont pu retarder une interven- ce contrôle porte non seulement sur l’exac- matraque. l
tion qu’ils estimaient complexe. Il n’en titude matérielle et la qualification juridique
demeure pas moins que la France a vécu des faits, mais aussi sur l’adéquation des (1) Camille Fernandès, Des libertés universitaires
durant plusieurs mois sous le régime d’ex- moyens aux fins. Ce principe de proportion- en France, thèse de doctorat en droit public, uni-
ception de l’état d’urgence. Dans ce cadre, nalité est au fondement d’une jurisprudence versité de Besançon, 2017.
qui considère également que les activités (2) sourcebooks.fordham.edu/french/bul.asp.
(3) www.cpu.fr/wp-content/uploads/2016/09/
qui concernent des libertés garanties par la
guide-President-web-.pdf.
Constitution , comme par exemple l’égalité
(6)
(4) Dépêche AEF n° 584175 du 17 avril 2018.
devant la loi, bénéficient d’une présomption
(5) Charles Prats, « Blocages des universités et
de conformité à l’ordre public. On comprend code pénal : remplir le vide pour résoudre l’im-
mieux pourquoi les franchises universitaires possible ? », Dalloz actualité, 13 avril 2018.
sont peu appréciées par ceux qui ont une (6) Stéphanie Hennette-Vauchez, « “… les droits
conception extensive du maintien de l’ordre et libertés que la constitution garantit” : quipro-
public. En mai 1980, à l’issue d’une inter- quo sur la QPC ? », La Revue des droits de l’homme,
vention dramatique sur le campus de Jussieu, n° 10, 2016, journals.openedition.org/revdh/2481.
le préfet de police de l’époque, Pierre Som- (7) www.lemonde.fr/archives/article/1980/05/21/il-
veille, déclarait déjà qu’il s’agissait d’une n-y-a-pus-de-franchise-universitaire-declare-le-
prefet-de-police-de-paris_2821277_1819218.html.
notion « archaïque » ne reposant sur « aucun
(8) Loi n° 83-629 du 12 juillet 1983 réglementant
fondement juridique » . (7)
les activités privées de sécurité. Voir Cédric Paulin,
© Nadia Vadori-Gauthier/Vimeo

Aujourd’hui, la situation est toutefois quelque


« Il y a plus de trente ans était votée la loi du
peu différente : en plus de la présence poli- 12 juillet 1983 », Sécurité et Stratégie, n° 15, 2013,
cière, on relève de plus en plus fréquemment p. 41-51.
des interventions qui sont le fait de sociétés (9) Assemblée nationale, « Activités privées de
privées de surveillance et de gardiennage. surveillance et de gardiennage et de transport de
Université Paris-I, la « Commune libre Or, l’article L. 613-2 du Code de la sécurité fonds. Discussion des conclusions d’un rapport »,
de Tolbiac » contre la loi ORE.
intérieure interdit aux agents de ces sociétés 2e séance du 12 avril 1983, p. 263.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018

15

DOSSIER
DOSSIER
C OMITÉ D ’ ÉTHIQUE DU CNRS : UN TEXTE SALUTAIRE

Vive la liberté de chercher !


‘ par Isabelle de Mecquenem , membre de la Commission administrative
À rebours de discours dominants, un récent avis du comité d’éthique du CNRS (Comets)
souligne l’importance stratégique de la recherche fondamentale et rappelle le principe
foncier du libre choix des sujets de recherche par les chercheurs eux-mêmes.

H éritage de la franchise universitaire médié-


vale qui conférait une indépendance à
l’Université à l’égard des pouvoirs institués,
la liberté de recherche et d’enseignement a
été explicitement entérinée par le Code de
l’éducation (article L. 952-2). Principe fonda-
teur que les enseignants-chercheurs peinent
cependant de plus en plus à invoquer dans
un environnement faisant prévaloir des impé-
ratifs extrinsèques de rentabilité, si ce n’est
pour tenter de résister pied à pied aux mul-
tiples injonctions qui dénaturent leurs mis-
sions et les émiettent en tâches de plus en
plus étriquées. L’ère des référentiels débilitants
veut sonner le glas d’une liberté statutaire et
Une question cruciale :
d’une indépendance constitutionnelle litté- la publication et la diffusion
ralement insupportables à toutes les formes des résultats de recherche.
© DR

de pouvoir. En effet, l’obsession de contrôle


et le règne du non-sens caractérisent la trouvent au cœur du propos et sont conçues de recherche » et rappelle le rôle clé de la
bureaucratisation néolibérale des métiers de comme la plus solide source de découvertes recherche fondamentale, « moteur principal
la recherche et de l’enseignement. et de progrès scientifiques qui déterminent du progrès de la connaissance, mais aussi
le développement économique. C’est à ceux porteuse de découvertes à très fort poten-
Répondre aux nouveaux défis planétaires qui ne raisonnent qu’en termes d’innovation tiel d’application ». Un rééquilibrage entre les
De ce point de vue, le récent avis du comité disruptive de le comprendre, puisqu’ils lor- dotations récurrentes et structurantes doit
d’éthique du CNRS intitulé « Libertés et res- gnent constamment sur de nouveaux brevets. être ainsi effectué par rapport aux contrats,
ponsabilités dans la recherche académique »(*) Les rapporteurs rappellent bien sûr que le et il s’agit évidemment d’un choix poli-
redonne toute sa plénitude au principe de la « contexte de l’exercice de la recherche s’est tique. La qualité de la recherche dépend du
liberté académique, au point que ce texte profondément modifié sur les plans politique, soutien à des équipes de bon niveau, même
mériterait d’être affiché en gros caractères économique et sociologique » au cours des et surtout quand les objectifs de recherche
dans toutes les zones à risques et à tous les dernières décennies, mais que ces mutations ne correspondent pas aux demandes des
check points de la soumission volontaire sta- ne doivent pas devenir pour autant des argu- appels à projets.
tufiée. Au demeurant, le Comets a ments d’aliénation et d’asservisse- La question cruciale de la publication et de
voulu aussi apporter une contribu- t ment. Sont ainsi pointées les poli- la diffusion des résultats de recherche est
tion et un éclairage en vue de l’ac- Ce texte tiques contractuelles et les aussi abordée, au sein des communautés de
tualisation d’une recommandation nouvelles règles découlant des recherche mais aussi auprès du public, en
de l’Unesco portant sur la science salutaire et financements internationaux qui rappelant qu’il s’agit d’une responsabilité
et les chercheurs scientifiques datant rafraîchissant ont créé des contraintes si fortes des chercheurs et non d’une vulgarisation
de 1974. L’instance internationale a remet que le chercheur a pu renoncer à condescendante. Les restrictions politiques
lancé ce processus sous forme d’une ses propres exigences. Les dérives à la liberté de diffusion des idées, des hypo-
large consultation commencée en
les pendules managériales qui pèsent désormais thèses et des résultats scientifiques forment
2016, en voulant corréler la liberté à l’heure. sur la recherche sont clairement la principale interrogation du comité
à la responsabilité écologique et s désignées comme le facteur le plus d’éthique, qui s’inquiète également d’un nou-
sociétale de la recherche afin de délétère, et doivent être mises sur veau genre de négationnisme scientifique et
répondre aux nouveaux défis planétaires. le même plan que la censure de la recherche de doctrines scientifiques officielles, comme
Loin de décliner des énoncés tautologiques, scientifique au sein de dictatures à fonde- le créationnisme, de la part d’États qui pré-
l’avis du Comets remet à l’ordre du jour les ments théologico-politiques. fèrent les régressions et l’obscurantisme à la
fondements de la recherche scientifique qui vérité toujours provisoire selon des sciences
ont tendance à être complètement bafoués Rôle clé de la recherche fondamentale ouvertes à la critique rationnelle. l
par des choix politiques obtus. La liberté intel- Ce texte salutaire et rafraîchissant remet les
lectuelle du chercheur académique et les pendules à l’heure quand il opère la « défense (*) Avis n° 2018-35 approuvé en séance plénière
conditions matérielles de cette autonomie se du libre choix, par le chercheur, de ses sujets du Comets le 1er février 2018.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi 16
R ÉFÉRENTIEL MÉTIER DE L ’ ENSEIGNANT - CHERCHEUR
MÉTIER
MÉTIER

Normalisation et marchandisation
‘ par Philippe Aubry, Marie-Jo Bellosta, Françoise Papa, secteur Situation du personnel
Le projet de référentiel métier de l’enseignant-chercheur transmis par
le ministère, dont le SNESUP récuse le caractère normatif, porte une vision
fondamentalement contraire aux principes de liberté et d’indépendance
des enseignants-chercheurs dans l’accomplissement de leurs missions.
e 9 février, une consulta- marche d’élaboration du do- soit sous forme initiale (nou- entrepreneuriale en vogue du
Ldetion sur le référentiel métier
l’enseignant-chercheur
cument et son contenu.
Le projet de référentiel métier
veaux recrutés) ou continue.
Il serait, toujours selon le mi-
NPM (new public manage-
ment) dont il reprend la nov-
(EC) s’est tenue au ministère de l’enseignant-chercheur nistère, un outil au service langue, le projet de référentiel
avec les organisations repré- transmis par le ministère dans du renforcement de l’attracti- ne vise rien d’autre qu’à nor-
sentées au Comité technique la perspective de la réunion vité du métier d’EC, voire de mer l’exercice de notre pro-
des personnels de statut uni- prévue début juin 2018 re- valorisation des compétences fession, et à substituer à la
versitaire (CTU). À cette oc- prend, à quelques modifica- des EC. logique de mission de service
casion, les organisations syn- public une perspective de

t
dicales (OS) ont découvert gouvernance privée, c’est-à-
qu’un groupe de travail s’était dire de gestion et de quanti-
réuni régulièrement sur cette L’EC devient une marchandise dont il faut fication de la performance des
question depuis la clôture de agents en vue de l’évaluation
l’agenda social en juin 2016. faciliter l’identification et la mesure de valeur de leurs activités et de leur
Ce groupe était composé des mise en concurrence(1). Il sert
représentants des services du dans le cadre d’un grand marché de l’ESR ! enfin de guide potentiel pour
ministère de l’Enseignement le recrutement massif à venir
supérieur, de la Recherche et s de contractuels en lieu et pla-
de l’Innovation (Dgesip, ce des EC titulaires dont on
DGRI, DGRH, IGAENR), de tions mineures près, le texte Cependant, ce texte porte une peut craindre la disparition
la Commission permanente initialement porté à notre vision fondamentalement à terme (cf. France Télé-
du Conseil national des uni- connaissance lors de la ré- contraire aux principes de li- com, La Poste, la SNCF)
versités (CP-CNU), de la union du 9 février, compre- berté et d’indépendance des avec in fine celle du statut
Conférence des présidents nant trois parties : une pré- EC dans l’accomplissement des enseignants-chercheurs.
d’université (CPU), de la sentation liminaire précisant de leurs missions. Les Le SNESUP dénonce le ca-
Conférence des directeurs des le statut du texte, ses objectifs exemples de parcours d’en- ractère normatif de ce texte.
écoles françaises d’ingénieurs et les modalités de son éla- seignants-chercheurs tradui- Cette pression normative se
(CDEFI), de l’Association des boration ainsi que le contex- sent une vision très hiérar- retrouve dans le logiciel ré-
vice-présidents d’université en te plus général dans lequel chisée des relations et des férencé ci-dessous(2) où l’EC
charge des ressources hu- s’inscrit son élaboration, une carrières, avec des responsa- devient une marchandise
maines, du réseau des vice- présentation des « activités » bilités d’encadrement s’élar- dont il faut faciliter l’identifi-
présidents formation et vie de l’enseignant-chercheur et gissant progressivement, à la cation et la mesure de valeur
universitaire (CFVU), du ré- le référentiel de compétences manière de carrières admi- dans le cadre d’un grand
seau des ÉSPÉ, ainsi que de proprement dit. nistratives, qui bannit impli- marché de l’enseignement su-
réseaux associatifs ou profes- Le référentiel, qui, selon les citement les responsabilités périeur et de la recherche !
sionnels dédiés principale- termes du ministère, « n’a ni électives. Par les injonctions Ce document, par sa portée
ment à la pédagogie (Réseau vocation normative ni valeur relatives à la personnalité des générale, excède largement
des services universitaires de réglementaire », se veut une individus, aux activités qu’ils le cadre de la discussion sur
pédagogie, Anstia, AIPU sec- déclinaison des missions sta- ont à conduire et aux modes la formation initiale à l’ensei-
tion France, réseau Pensera, tutaires sous forme d’activités opératoires à adopter, direc- gnement. Celle-ci se met en
association Promosciences). et contient des éléments sur tement tirées de la vulgate place dans les établissements
Devant un tel passage en for- ce que devrait être la forma- pour la rentrée prochaine
ce, la majorité des OS dont le tion à l’enseignement des en- sans que le ministère ait com-
L’enseignant-
SNESUP avait récusé la dé- seignants-chercheurs, que ce mencé à rédiger le cahier des
chercheur devient
charges prévu par les conclu-
une marchandise.
sions de l’agenda social. En
conséquence, les discussions
doivent se recentrer sur le vo-
let formation des enseignants
et s’engager sur une tout autre
base que ce texte.
Le SNESUP ne participera aux
réunions sur le référentiel EC
que si celles-ci se concentrent
sur le volet formation des en-
seignants et abandonnent ce
premier document. l

(1) Un des objectifs du référen-


tiel n’est-il pas de constituer une
référence pour les enseignants-
chercheurs en poste soucieux
de valoriser les compétences
qu’ils développent dans leurs
© Wikimedia CC

activités ?
(2) Extrait de la lettre d’avril du
groupe logiciel du MESR,
groupelogiciel.cnlesr.fr.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018

17
E FFECTIFS DES ENSEIGNANTS - CHERCHEURS

MÉTIER
MÉTIER
Des recrutements en chute libre
‘ par Marie-Jo Bellosta, Pierre Chantelot, Nathalie Lebrun , secrétaires nationaux
Selon les prévisions de la SIES * , à la rentrée 2018, le nombre total
( )

d’étudiants devrait s’accroître de 65 000 par rapport à 2017. À lui seul,


le cursus licence absorberait près de 40 % de la hausse des effectifs.
ntre 2012 et 2018, alors que qui explique la chute du ment au niveau d’une univer- contractuel au détriment du re-
El’ensemble
les effectifs d’étudiants dans
de l’ESR progres-
nombre de postes autorisé dans
les six dernières années.
sité, laissant à cette dernière le
soin de décider de la concor-
crutement de titulaires.
La FSU et le SNESUP défen-
saient de près de 300 000, La FSU et le SNESUP militent dance du profil d’un candidat dent le statut de fonctionnaire
les autorisations d’ouvertures pour un accueil des étudiants avec le profil du poste ou de d’État, le principe d’évaluation
de postes d’enseignants-cher- de la génération 2000 dans l’adéquation avec sa stratégie, par les pairs et une procédure
cheurs (EC) ont chuté de 44 %, des conditions dignes du ser- ce qui explique que le taux de de mutation prioritaire cadrée
passant de 3 561 autorisations vice public et pour une aug- mutations est le plus faible de nationalement pour tous les
(2 099 MCF et 1 462 PU) à 1 986 mentation de postes d’ensei- la fonction publique. Une autre enseignants-chercheurs. Ils re-
autorisations (1 266 MCF et gnants-chercheurs titulaires. attaque du statut fut la derniè- vendiqueront la titularisation
720 PR). Par ailleurs, le nombre Depuis 2009, l’évolution du dé- re modification du décret du des personnels enseignants
de postes ouverts à concours, cret statuaire des EC en paral- Conseil national des universités contractuels. l
inférieur par nature à celui des lèle du Code de l’éducation (CNU) qui permet au person-
postes autorisés à ouverture, ne entraîne progressivement un nel du secteur privé d’être élec- (*) Sous-direction des systèmes
cesse de baisser (- 33 % entre abandon du cadrage national teur et éligible en tant que d’information et des études sta-
2012 et 2017). Avec le transfert au bénéfice d’une gestion lo- membre de ce conseil, mettant tistiques : www.enseignement-
des responsabilités et compé- calisée au niveau de l’établis- à mal le principe d’évaluation sup-recherche.gouv.fr/cid129643
/projections-des-effectifs-dans-l-
tences élargies et des budgets sement. La procédure de des EC par leurs pairs. Enfin, enseignement-superieur-pour-les-
notoirement insuffisants, les uni- mutation prioritaire pour rap- les universités cibles mettent rentrees-de-2017-a-2026.html.
versités ont gelé des postes et prochement de conjoint ou au cœur de leur politique de Retrouvez l’article complet :
les ont transformés en emplois pour les collègues présentant ressources humaines la préca- www.snesup.fr/article/effectif-
contractuels et vacataires, ce un handicap est gérée unique- rité d’EC via le recrutement des-enseignants-chercheurs.

PRAG-PRCE
Bilan des promotions 2017 à ‘ par Gérard Tollet , secteur Second Degré
la classe exceptionnelle (CEx)
La campagne rétroactive 2017 d’accès des certifiés et des agrégés à
la classe exceptionnelle (CEx) est terminée. Un premier bilan peut être dressé.
appelons que pour les SNESUP, ce second critère est ger pour ces promotions que contingentement de cette CEx,
Raccessible
PRAG-PRCE, cette CEx est
aux collègues hors
sous-estimé et nous deman-
dons son rehaussement.
les représentants du person-
nel des classes de départ et
ce choix aboutit à faire perdre,
pendant plus de vingt ans par-
classe (HC) à travers deux vi- Cette campagne a permis de d’arrivée, en excluant les pro- fois, des promotions ! Le SNE-
viers : le premier concernant promouvoir 2,5 % des effectifs mouvables. En conséquence, SUP préconise, en privilégiant
les collègues ayant au moins de chaque corps, sachant que les élus se sont souvent re- l’expérience et la promotion
huit ans d’enseignement dans la CEx sera à terme contin- trouvés à moins de deux, quel- de collègues plutôt en fin de
le supérieur, le second gentée à 10 %, le remplissage quefois trois, pour vérifier et carrière, une rotation des pro-
concernant les collègues en se faisant en quatre à cinq étudier les nombreuses pro- motions pour un bénéfice glo-
fin de HC (+ 3 ans pour les étapes annuelles : soit 540 pro- positions de l’administration, bal plus important, notam-
PRAG). Un barème indicatif motions pour les PRAG (le bi- ce qui n’était pas l’idéal... ment pour la retraite des
est utilisé pour établir les ta- lan académique des certifiés Mais surtout, contrairement collègues. L’intérêt collectif
bleaux de promotions, qui n’est pas encore définitif). aux consignes ministérielles, doit prédominer !
prend en compte essentielle- Lors de la tenue des CAP, le certains rectorats n’ont pas hé- Pour la campagne 2018, nos
ment l’avis rectoral (jusqu’à paritarisme a été malmené par sité à promouvoir (ou propo- commissaires paritaires devront
140 points) et, dans une une application très stricte par ser au ministère pour les agré- intervenir fermement afin que
moindre mesure, l’expérien- l’administration des règles gé- gés) de trop jeunes collègues, ces dérives ne se renouvellent
ce professionnelle (ancienne- nérales de la fonction pu- d’une quarantaine d’années pas et pour faire respecter la
té, jusqu’à 48 points). Pour le blique. Ne pouvaient ainsi sié- parfois. Or, compte tenu du note de service ministérielle. l

Échelon de reclassement à la classe exceptionnelle selon votre corps, votre échelon d’origine et votre ancienneté
CERTIFIÉS AGRÉGÉS
Échelon HC et ancienneté Ancienneté Échelon HC et ancienneté Ancienneté
dans l’échelon d’origine Échelon CEx conservée dans l’échelon d’origine Échelon CEx conservée
3e - de 2 ans 1 Oui 2e Indifférente 1 Non
3e + de 2 ans 2 Non 3e - de 2 ans 6 mois 1 Oui
4e - de 2 ans 2 Oui 3e + de 2 ans 6 mois 2 Non
4e + de 2 ans 3 Non 4e - de 3 ans 2 Oui
5e - de 2 ans 6 mois 3 Oui 4e + de 3 ans 3 Chevron B2
5e + de 2 ans 6 mois 4 Non
6e Indifférente 4 Oui

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi 18 P ROTECTION SOCIALE

Que sont nos mutuelles devenues ?


UNIVERSITAIRES
MONDES UNIVERSITAIRES

‘ par Jean-Marie Canu , coresponsable du secteur Retraité.e.s


Un mouvement tectonique est en cours qui a déjà impacté le monde de
la mutualité, en partie de son propre fait. Il augure mal de l’avenir de notre
système de protection sociale basé jusque-là sur la solidarité collective.

L e 23 mars 2018, le journal Les Échos


écrivait : « Les lignes bougent à une
vitesse folle dans le monde de l’assurance
et de la protection sociale. » Après tout,
pourquoi ne pas aller vite tant il est vrai
qu’en matière de protection sociale les
choses vont de mal en pis ? Mais ce qui
est à l’ordre du jour, pour le gouverne-
ment comme pour les grands groupes
financiers, c’est le rapprochement du
monde de la solidarité (la protection
sociale) et celui de la finance.
Côté mutualité, on assiste à un processus
de concentration capitalistique sur le mar-
© Shutterstock

ché des complémentaires santé. En juin


2016, Intériale franchit le Rubicon en s’al- Mise à mal de la retraite
liant avec Axa. Quelques mois plus tard par répartition…
la MGEN, Harmonie et Istya créent le concurrence des assurances privées qui,
groupe Vyv dans le but de « gagner des assises sur leurs énormes moyens finan- prises en la rendant « moins contrai-
parts de marché sur tous les segments » à ciers, vont par des tarifs d’appel attractifs gnante » (en faisant sauter l’interdiction
travers « une extension de nos offres », y attirer puis monopoliser les « clients » les de la liquidation en capital de cette
compris « à l’international où existent plus rentables. Coincées entre la politique épargne jusque-là versée sous forme de
des opportunités en cours d’étude en néolibérale du gouvernement et l’appétit rente) et donc plus attractive. Plus attrac-
Chine, Afrique et Moyen-Orient ». des capitalistes cherchant à privatiser tive pour les épargnants (aisés), peut-
Côté privé assurantiel, Malakoff et Huma- l’épargne déposée dans les caisses être, mais surtout pour les fonds de pen-
nis (2e et 5e groupes de pro- publiques, les équipes diri- sion, qui n’ont jamais trouvé le moindre
tection sociale français) envi- t geantes des mutuelles de la intérêt à l’épargne rentière.
sagent un rapprochement de Un processus fonction publique ont cru trou- Au-delà de cette première étape
leurs activités de retraite com- de concentration ver la solution en jouant le jeu (300 milliards d’euros à la fin du quin-
MONDES

plémentaire et d’assurance de de la concurrence libre et non quennat), un coin va être enfoncé dans
capitalistique
personnes « afin de faire face faussée. Tout au contraire, au- notre système de retraite par répartition
aux exigences d’efficience ren- sur le marché des delà de la bataille pour sauver et il y a fort à craindre que gouverne-
forcées en matière de gestion ». complémentaires un référencement (qui ne ser- ment et détenteurs de capitaux inves-
Plus prosaïquement, la santé. vait qu’à préserver le pré carré tissent ensuite le domaine de l’épargne
concurrence s’est accrue avec des mutuelles), c’est une action complémentaire obligatoire.
la généralisation (depuis le s concertée avec les organisa- Raison de plus, s’il en était besoin, pour
1er janvier 2016) des contrats d’entreprise tions syndicales de salariés pour un 100 % s’investir dans la bataille pour la défense
en santé et la remise en cause du mono- Sécurité sociale qu’il aurait fallu mener. de notre retraite par répartition. l
pole du référencement(1) en faveur des Il n’est pas surprenant dans ces conditions
mutuelles de la fonction publique. que gouvernement et capitalistes s’en- (1) Un décret interministériel (1962) réservait le
Dans un tel maelström, comment croire gouffrent dans cette brèche et préparent soutien financier des administrations aux seules
le président de la MGEN (groupe Vyv) l’étape terminale du démantèlement de mutuelles de fonctionnaires créées après-guerre.
quand il affirme que « l’esprit MGEN (soli- notre système de protection sociale par Jugée en 2005 par le Conseil d’État incompatible
avec le traité européen, cette mesure est rem-
darité/proximité/démocratie) sera préservé répartition. Au travers d’une mesure dis-
placée en 2007 par une nouvelle procédure
dans Vyv ». Le fait que ce groupe reste crètement noyée dans le projet de loi euro-compatible dite « du référencement » : seules
(pour l’instant) à but non lucratif ne le relatif à la croissance et à la transformation bénéficieront des aides des administrations les
(nous) protégera pas des charges crois- des entreprises (Pacte), le gouvernement mutuelles de la fonction publique remplissant
santes qui vont s’abattre sur lui. En effet, va ouvrir la porte aux sociétés de gestion un cahier des charges précis.
le groupe devra supporter des transferts de fonds de pension anglo-saxons. Certes, (2) Le 5 décembre 2017, le président de la Mutua-
lité française, Thierry Beaudet, annonçait une
de charges remboursées jusque-là par la il ne s’agit pour l’instant que d’une petite
augmentation de 2 à 4 % des cotisations de
Sécurité sociale que le gouvernement porte : seule l’épargne des régimes de
mutuelle en janvier, rendue nécessaire du fait
entend transférer aux mutuelles(2). De plus, retraite supplémentaire est visée. Offi- de « remboursements supplémentaires portés à
Vyv, comme les autres groupes mutualistes ciellement, l’objectif est de flécher cette la charge des mutuelles et autres complémentaires
de la fonction publique, va affronter la épargne vers le financement des entre- dans le budget de la Sécurité sociale pour 2018 ».

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
D ÉMOGRAPHIE

19

UNIVERSITAIRES
Poursuite de la hausse des effectifs dans l’ESR :

MONDES UNIVERSITAIRES
une chance à saisir ! ‘ par Pierre Chantelot , secrétaire national

L‘enseignement supérieur sera-t-il à même de faire face à la hausse du nombre d’étudiants


dans des conditions dignes d’un service public d’enseignement supérieur ? Le nombre
grandissant de jeunes désirant accéder à des études supérieures est une chance pour
le pays. Encore faut-il que les pouvoirs publics acceptent d’en payer le prix et non de le
faire supporter aux personnels, en alourdissant toujours plus leur charge de travail.

L a note d’information(*) d’avril 2018 de


la SIES (Sous-direction des systèmes
d’information et des études statistiques
dicales et sociales, facultés privées et autres
écoles) devrait être de nouveau en forte
hausse, avec environ 12 300 étudiants sup-
En dix ans, l’âge moyen de recrutement
d’un PR a augmenté de deux ans et deux
mois ! Sans politique volontariste nationale
du MESRI) affirme qu’en 2026 : plémentaires. Entre l’effet « démogra- de recrutement statutaire, l’entrée dans
• 327 000 étudiants supplémentaires phique » et Parcoursup, l’enseignement le métier se fait de plus en plus tard et la
auront intégré l’enseignement supérieur privé a tout à gagner en ce moment ! formation doctorale est délaissée ! Dans
par rapport à 2016 (+12,7 %), soit l’équi- ces conditions, comment préparer le futur
valent de onze universités de taille MIEUX ENCADRER ? des formations et de la recherche ?
moyenne en plus ; Entre 2018 et 2012, alors que les effectifs
d’étudiants dans l’ensemble de l’ESR pro-
• 2 937 000 inscriptions d’étudiants sont MIEUX ORIENTER VERS
gressaient de près de 300 000, les auto-
alors recensées dans l’enseignement supé- L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ?
rieur. risations d’ouvertures de postes chutaient Alors que le Plan étudiants et la loi orien-
de 44 % pour s’établir à 1 986 autorisa-
Pour ce qui est du présent, c’est-à-dire tation et réussite des étudiants (ORE) font
tions (1 266 MCF et 720 PR). Sachant que
dans trois mois, à la rentrée 2018, un de l’orientation un instrument essentiel
le nombre de postes ouverts à concours
accroissement de 34 000 inscriptions d’étu- de la lutte contre l’échec des étudiants,
diants supplémentaires à l’universitépar les établissements est d’une part infé- il n’est pas acceptable que l’article 10 de
rieur au nombre de ceux autorisés à
(+2,2 % par rapport à 2017) devrait être l’avant-projet de loi « Pour la liberté de
ouverture puisqu’il est totalement sous
observé. En particulier, les effectifs en choisir son avenir professionnel » transfère
licence, absorbant près de 40 % de lacontrainte du budget des universités aux régions les missions d’information
hausse, devraient augmenter de 25 200depuis la loi relative aux libertés et res- sur les formations et les métiers des délé-
ponsabilités des universités (loi LRU), qui
étudiants (+3 %), ceux en master de 10 100 gations régionales de l’Onisep (Dronisep)
dote les universités passées aux respon-
étudiants (+1,7 %) tandis qu’en doctorat, ainsi que leurs personnels ! C’est pour-
sabilités et compétences élargies (RCE)
les effectifs diminueraient cette fois d’en- quoi, à la suite d’une proposition du
d’une autonomie budgétaire renforcée
viron 1 000 (–2,2 %). La hausse serait de SNESUP-FSU, le Cneser s’est prononcé
et, d’autre part, ne cesse de baisser
48 200 au total sur les quatre principales pour défendre le réseau des délégations
(–33 % entre 2017 et 2012), comment
filières que sont l’Université, les IUT, les régionales de l’Onisep, son maintien dans

MONDES
l’ESR peut-il accueillir dans des conditions
STS et les CPGE et de 65 000 sur l’ensem- le cadre du service public national d’in-
dignes du service public la génération
ble de l’enseignement supérieur. L’ensem- formation sur les formations et les métiers
2000 et les suivantes ? Cette contradiction
ble des autres formations du supérieur sous tutelle de l’Éducation nationale et
est-elle vraiment insoluble ?
(écoles d’ingénieurs, de commerce, d’art, de l’Enseignement supérieur, de la
La réponse, les collègues la connaissent,
d’architecture, de notariat, écoles paramé- Recherche et de l’Innovation.
hélas : augmentation conti- La préconisation 9 de l’avis sur l’orienta-
Évolution du nombre d’étudiant.e.s nue des effectifs étudiants, tion du Conseil économique, social et
CM surchargés, multiplica- environnemental (CESE) rendu le 11 avril
Prévisionnel
tion des groupes de TD, dernier insiste aussi sur l’importance du
heures complémentaires rôle de l’Onisep pour rendre lisible et
imposées ou chantage à la disponible une offre d’information natio-
modulation de service, pré- nale sur les métiers et les formations.
carité des collègues, gel des La hausse démographique des jeunes en
postes, augmentation des âge de rejoindre l’ESR est une chance
tâches administratives chro- pour notre pays, tout comme leur appé-
nophages au détriment de tence pour les formations et les diplômes
la transmission des nationaux. Répondons à cette juste
connaissances et de la demande sociale par une proposition
recherche, appels à projets digne du service public et à la hauteur
incessants… La situation de l’espoir qu’elle porte. l
actuelle n’est plus tenable :
elle ne cesse d’engendrer
(*) www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/
des souffrances au travail cid129643/projections-des-effectifs-dans-l- ensei-
par la dégradation des gnement-superieur-pour-les-rentrees-de-2017-a-
conditions de travail. 2026.html.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
fi 20 ÉLECTIONS AU CONSEIL SCIENTIFIQUE ET AUX CONSEILS SCIENTIFIQUES D’INSTITUT DU CNRS (3/3)
Pour un CNRS fort, ambitieux et démocratique
RECHERCHE
RECHERCHE

➔ par le secteur Recherche


Avec 2,217 % du produit intérieur brut consacré à la recherche et au
développement, la France reste très en deçà de l’objectif de 3 % défini par la
stratégie européenne. Sous prétexte d’innovation, la politique des gouvernements
successifs depuis 2002 a inféodé la recherche publique aux intérêts du secteur
privé. Il est donc nécessaire de lutter pour maintenir la position du CNRS.

L e mandat à venir s’annonce difficile,


avec un risque encore accru de dimi-
nution des postes statutaires. Il requiert
recherche et à une détérioration drama-
tique des conditions de travail, synonyme
pour beaucoup de souffrance.
tous les personnels des organismes de
recherche et des universités ;
• du soutien prioritaire à une recherche
donc des élu.e.s prêt.e.s au combat. La Pour s’opposer résolument à la réduc- publique qui ne soit pilotée par aucun
situation confuse à l’Université, où le tion du CNRS au statut d’agence de pouvoir politique, industriel ou financier,
besoin d’enseignants-chercheurs n’est pas moyens sans politique scientifique, confi- pour que les relations entre la recherche
pourvu, rend difficile le travail dans les née à la gestion administrative de « res- privée et la recherche publique se déve-
UMR. Pour les universitaires et pour les sources humaines », mais aussi pour loppent sur une base saine.
chercheurs, il est plus nécessaire encore contrer le développement d’une techno-
de lutter pour maintenir la position du cratie scientifique qui trouve son expres- POUR UNE AUTRE POLITIQUE DE
CNRS, pôle de stabilité. sion dans les fusions et regroupements LA RECHERCHE PUBLIQUE
Les candidates et les candidats présenté.e.s d’organismes et d’universités, l’existence • Une loi de programmation de l’en-
par le SNESUP-FSU et le SNCS-FSU s’en- d’instances représentatives comme le seignement supérieur et de la
gagent à œuvrer au développement des Conseil scientifique (CS) et les Conseils recherche (ESR), avec un budget en aug-
forces du système de recherche français, scientifiques d’institut (CSI) du CNRS est mentation de 3 milliards d’euros par an
à commencer par le succès du CNRS, et à plus précieuse que jamais. pendant dix ans, pour atteindre 1 % du
combattre toute politique contraire aux La voix de l’ensemble de la communauté PIB pour la recherche publique, 2 % du
intérêts de la science et de la société. scientifique peut et doit s’y faire entendre. PIB pour le service public de l’enseigne-
ment supérieur et 3 % pour la dépense
UNE SITUATION CATASTROPHIQUE QUE VOULONS-NOUS ? totale en matière de R&D. Il faut mettre fin
POUR LA RECHERCHE Un CNRS fort, volontaire et démocra- au scandale du crédit d’impôt recherche
L’effort de recherche de la France a décro- tique ! Une recherche universitaire et reverser le montant ainsi dégagé (plus
ché par rapport à ses principaux parte- reconnue. Un CNRS fort et volontaire de 5 milliards d’euros par an) aux labo-
naires. Avec 2,217 % du produit intérieur dans lequel Comité national, CSI et CS, ratoires, aux organismes de recherche et
brut (PIB) consacré à la recherche et au seront force de proposition pour la stra- aux universités.
développement (R&D), la France reste tégie nationale en matière de recherche en • Un plan pluriannuel de l’emploi
très en deçà de l’objectif de 3 % défini en rehaussant le potentiel français de scientifique comportant la création de
2002 par la stratégie européenne. recherche de 50 %, tant en financements 5 000 emplois statutaires par an pendant
Tous les gouvernements, depuis quinze qu’en emplois. dix ans. Le recrutement des jeunes scien-
ans, ont piloté la recherche sur des objec- Le CNRS et ses partenaires tutelles des tifiques, au plus près de la thèse, doit
tifs à court terme différents de ceux de la unités mixtes de recherche (UMR) sont redevenir possible.
communauté scientifique. Sous prétexte capables de relever ce défi de formation et • Une revalorisation des salaires et
d’innovation, leur politique a inféodé la d’organisation, en accroissant leur pré- des carrières de tous les personnels de
recherche publique aux intérêts d’une sence sur l’ensemble du territoire, et pas la recherche pour garantir l’attractivité de
industrie privée déjà soutenue, au-delà seulement dans les dix universités « de nos métiers dans notre pays et sur la
de toute mesure, par un crédit d’impôt rang mondial » que le gouvernement aspire scène internationale.
recherche (CIR) qui coûte désormais, à créer. Un CNRS et des UMR au fonc- • Un financement de base des labo-
chaque année, plus de deux fois la sub- tionnement plus démocratique, qui per- ratoires suffisant pour assurer l’indé-
vention d’État du CNRS. Parallèlement, la mette à la communauté scientifique de pendance de la recherche et le dévelop-
recherche publique a vu son budget dimi- se réapproprier l’exercice de son métier, de pement du front continu des
nuer de 7,5 %, en euros constants, entre retrouver la maîtrise de son travail de connaissances.
2009 et 2016. Elle est désormais dans l’in- recherche : voilà ce que nous voulons. • La fin de la gestion managériale, du
capacité d’honorer correctement sa mis- Ces objectifs doivent s’accompagner : clientélisme et de l’opacité financière
sion principale : le développement des • du respect des libertés de recherche créés par les structures de type Idex, Labex,
connaissances. La politique des appels à et des libertés académiques, d’un soutien de IHU, IRT, Satt, EUR, SUeR et autres Ex.
projets, appuyée sur l’ANR et les PIA (Pro- base suffisant et de l’évaluation par des pairs C’est pour cette tout autre ambition pour
grammes d’investissements d’avenir), n’a en majorité élus, sur le modèle du Comité le CNRS, pour la défense de nos métiers
en rien augmenté le budget de la national de la recherche scientifique ; et pour redonner à la recherche publique
recherche publique, elle a mis en concur- • du développement des connaissances tout son rôle dans le progrès social, que
rence les sites, les laboratoires, les équipes au bénéfice de l’ensemble de la société, ce les candidates et candidats SNESUP-FSU et
et les individus ; elle a conduit à la stéri- qui implique un service public de la SNCS-FSU aux CS et CSI du CNRS s’en-
lisation d’une partie du temps de recherche et un statut de titulaire pour gagent. Votez pour elles et pour eux ! l

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
R ÉVISION DE LA LOI A LLÈGRE
fi 21

Du monde académique, de l’entreprise et

RECHERCHE
RECHERCHE
du politique… une fusion des rôles ?
➔ par Raphaëlle Krummeich , ingénieure de recherche, élue Biatss au Cneser, SNASUB-FSU
Le projet de révision de la loi Allègre(1) s’inscrit dans le cadre de la loi Pacte(2),
objet de débats parlementaires au printemps et d’éventuelles ordonnances avant
l’été, qui transformeront en profondeur l’enseignement supérieur et
la recherche en adéquation avec l’idéologie néolibérale du processus de Bologne.

P résentée devant l’assemblée du Cne-


ser le 20 mars dernier en point d’in-
formation, la nouvelle forme de la loi
gnement des chercheurs à la valorisa-
tion de leurs travaux de recherche. Ce
dispositif conduit à affaiblir les capaci-
rapporteur, lui, insiste : « Il est important
que les règles de déontologie et le droit
pénal soient bien compris. »
de 1999 sur l’innovation et la recherche tés d’expertise et de contrôle par les Dans tous les cas, un régime de
modifie profondément le rôle du cher- universités et organismes de recherche. contrôle a posteriori affaibli et de sanc-
cheur en même temps que les capaci- tion pénale forte mais peu ou pas mobi-
tés des universités et organismes de PERMÉABILITÉ ENTRE SERVICE PUBLIC ET lisée(15) ne donne que peu de moyens
recherche à évaluer, prévenir voire ACTIVITÉ COMMERCIALE PRIVÉE au service public de recherche de pré-
sanctionner les possibles conflits d’in- Centrées sur l’individu chercheur, la server l’intérêt général, voire de
térêts. Plus avant, ces mesures partielles confiance qui lui est due ou l’expertise conseiller pour protéger ses agents. Le
contribuent à dévoiler une transforma- qui lui est prêtée(6), les mesures pré- chercheur, noyé au sein d’injonctions
tion bien plus profonde de l’enseigne- sentées garantissent une forme de per- contradictoires aux temporalités incom-
ment supérieur et de la recherche méabilité sans précédent entre le service patibles, portera seul la charge de la
publics en cohérence avec l’idéologie public et l’activité commerciale privée. déontologie et de l’éthique. À l’heure où
néolibérale du processus de Bologne. En effet, deux mesures de la révision de des philosophes(16) s’interrogent sur la
La loi sur l’innovation et la recherche du la loi de 1999 suppriment, l’une(7), la sai- complexité des imbrications entre la
12 juillet 1999 s’inscrit dans la continuité sine préalable obligatoire de la com- technique et la vie, on peut s’interroger
de réformes(3) impulsées par les États- mission de déontologie, et l’autre(8), sur le projet que la révision de la loi
Unis dans les années 1980, assignant au l’obligation de compatibilité entre acti- Allègre entend réaliser : s’agirait-il
monde académique un rôle de relais de vités dans le service public et celles d’ajouter au second rôle d’entrepreneur
croissance fondée sur les technologies dédiées au privé. À l’encontre de la techno-économique du chercheur celui,
de l’information et de la communication jurisprudence développée par la com- premier, d’entrepreneur politique(17) ? l
et les biotechnologies. En rupture avec mission de déontologie, le projet de
les principes pour le fonctionnaire de loi déconstruit le régime d’autorisation (1) Loi n° 99-587 du 12 juillet 1999 sur l’innovation et
séparation entre le service public de préalable qui interdisait le cumul des la recherche, JORF n° 160 du 13 juillet 1999, p. 10396,
recherche et l’exploitation commerciale deux activités. Il introduit la notion de www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORF-
TEXT000000759583.
des inventions, la réforme proposée temps incomplet(9) qui dispose que le
(2) Article 43 de la loi relative au Plan d’action pour la
alors par le ministre climato-sceptique chercheur – tout en restant dans son croissance et la transformation des entreprises (Pacte),
du gouvernement Jospin incite le cher- laboratoire – peut exercer simultané- www.economie.gouv.fr/plan-entreprises-pacte.
cheur à contribuer à des activités com- ment la fonction de créateur d’entre- (3) Voir par exemple, P. Malissard, Y. Gingras,
merciales selon trois modalités : la créa- prise ou de concours scientifique. Dans B. Gemme, « La commercialisation de la recherche »,
in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 148,
tion d’entreprise, le concours ce dernier cas, il peut exercer une fonc-
juin 2003, « Entreprises académiques », p. 57-67 ou
scientifique ou la prise de participation tion exécutive ou même être placé sous www.gpo.gov/fdsys/pkg/CHRG-110hhrg36592
au capital de sociétés commerciales. une autorité hiérarchique(10) au sein de /pdf/CHRG-110hhrg36592.pdf.
Elle introduit notamment l’obligation l’entreprise conseillée ! La saisine de la (4) fr.wikipedia.org/wiki/Droit_du_secret_des_affaires.
pour tout chercheur de déclarer auprès commission de déontologie, elle, n’est (5) Le dispositif coûteux des Satt tel qu’il a été conçu
initialement est aujourd’hui en échec : www.senat.fr/
de ses tutelles les travaux susceptibles plus obligatoire tant au moment de la
rap/r16-683/r16-683.html.
d’activités industrielles en préalable à prise d’intérêt privé que pour le suivi du (6) Voir R. Krummeich, J.-L. Le Goff, « Entre excep-
toute publication. En parallèle, la légis- dossier, le chercheur pouvant conserver tionnalité et banalité : penser la production et la cir-
lation et les pratiques associées à l’ap- le bénéfice des capitaux acquis(11), voire culation des savoirs scientifiques ». « Pratique(s) de
propriation des résultats de recherche « pantoufler »(12) au sein de l’entreprise recherche et accompagnement des inventeurs aca-
démiques : une banalisation de l’imaginaire scienti-
au moyen de dépôt de brevet étendent bénéficiaire. Les mesures et délais de
fique ? » 7e Journée d’étude de l’Association des jeunes
le champ de la privatisation des savoirs, coercition susceptibles d’être exercés politistes de Bordeaux, 16 avril 2015, Institut politique
voire leur non-divulgation grâce notam- par les tutelles sont, quant à eux, tout de Bordeaux, hal-01787369, v. 1.
ment au secret des affaires(4). Enfin, en simplement supprimés(13). Interrogé en (7) Pacte, article 43, alinéa 2 modifiant l’article 531-
2010 en France, la création des sociétés séance, le représentant du ministère 3 et alinéas 4, 9 et 15 supprimant respectivement les
articles 531-5, 10 et 13 du Code de la recherche.
d’accélération de transfert de techno- affirme, en contradiction avec les faits(14),
(8) Pacte, article 43, alinéa 7b modifiant l’article 531-
logie(5) dans le cadre du Programme que « les chercheurs ont largement inté- 8 du Code de la recherche.
d’investissements d’avenir (PIA) pro- riorisé le fonctionnement de la com- (9) Allant jusqu’au mi-temps, Pacte, article 43, alinéa
cède à l’externalisation de l’accompa- mission de déontologie », alors que le 3c modifiant l’article 531-4 du Code de la recherche. 왘왘

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018
왘왘 (10) Pacte, article 43, alinéa 8b modifiant l’article (14) Rapport d’information n° 611, 31 janvier 2018, (16) X. Guchet, « Objet versus artefact. Pour une phi-
531-9 et alinéa 6 modifiant l’article 531-7 du Code de en conclusion des travaux d’une mission d’infor- losophie des techniques orientée-objet », 4 avril 2017,
la recherche. mation sur la déontologie des fonctionnaires et Cahiers COSTECH #1, www.costech.utc.fr/Cahiers-
(11) Pacte, article 43, alinéa 16b modifiant l’article 531- l’encadrement des conflits d’intérêts et pré - COSTECH/spip.php? article17.
14 renuméroté 531-13 du Code de la recherche. senté par MM. Fabien Matras et Olivier Marleix, (17) B. Valiorgue, X. Hollandts, « Loi Pacte : favori-
(12) Voir « Un encadrement du “pantouflage” députés, www.assemblee-nationale.fr/15/rap- ser les entrepreneurs politiques, pour le meilleur et
inabouti », note 14 infra, www.assemblee-nationale.fr/ info/i0611.asp. pour le pire », 7 mars 2018, The Conversation France,
15/rap-info/i0611.asp#P264_ 53339. (15) Voir « Une sanction pénale forte mais peu utilisée », theconversation.com/loi-pacte-favoriser-les-
(13) Pacte, article 43, alinéa 5a modifiant l’article note 14 supra, www.assemblee-nationale.fr/15/rap- entrepreneurs-politiques-pour-le-meilleur-et-
531-6 du Code de la recherche. info/i0611.asp#P175_32424. pour-le-pire-92988.

fi Une réforme dangereuse en route


22
R ETRAITES
➔ par Michelle Lauton ,
coresponsable du secteur Retraité.e.s

Le gouvernement intensifie la concertation sur la future réforme des retraites.


RETRAITES
RETRAITES

Une « consultation citoyenne » a été ouverte en ligne le 1er juin... Alors que
le vote de la loi est prévu à l’été 2019(1), les projets sont sans doute bien avancés.

L a réforme systémique des retraites parti-


cipe d’un projet de société. La part du
produit intérieur brut (PIB) pour financer
la génération est un des éléments du cal-
cul de la pension. Tout impératif en
matière de taux de remplacement et de
tion de retraite par capitalisation est envi-
sagée pour les très grosses retraites
(120 000 euros de revenus ou plus), ce
la retraite ne doit pas croître, malgré l’aug- niveau de vie des retraité.e.s serait sup- qui serait un cheval de Troie.
mentation démographique et le vieillis- primé, chacun étant renvoyé à sa res- En l’absence de financement supplé-
sement de la population. Cependant, ponsabilité individuelle pour construire sa mentaire, cette réforme entraînerait aussi
selon Jean-Paul Delevoye(2) (Le Parisien, 31 retraite (âge de départ, assurance…). la baisse des pensions des retraité.e.s
mai 2018) : « Toutes celles conduites depuis Le nouveau système s’inscrirait dans une actuel.le.s et futur.e.s. Et cela pourrait
30 ans avaient pour but de réduire un logique contributive (proportionnalité fragiliser les mécanismes de solidarité et
déficit colossal. Aujourd’hui, nous n’avons entre cotisations versées et pensions ver- remettre en cause le Code des pensions,
pas le couteau sous la gorge. » sées). J.-P. Delevoye affirme qu’il « main- élément du statut de la fonction publique.
tiendra et consolidera les solidarités qui
LE CONSTAT SUR LE SYSTÈME DE RETRAITE seront l’un des piliers du nouveau sys- UNE « CONSULTATION CITOYENNE » ?
Pour le haut-commissariat, le système est tème : cela concerne les droits familiaux, Après avoir engagé des discussions avec
peu lisible, complexe, injuste : quarante- la majoration pour enfants, les périodes les syndicats, le haut-commissariat vient
deux régimes de retraite (plus de trois en d’invalidité, les séquences de chômage, d’ouvrir une « consultation citoyenne »
moyenne par assuré), mais aussi trente-trois les minima de pension et la pension de (participez.reforme-retraite.gouv.fr) sur
façons de calculer un trimestre, treize règles réversion ». Mais, selon lui, il faudra « cla- une réforme dont les projets de textes ne
différentes pour la réversion… Sont poin- rifier et définir des financements », ce qui sont pas connus. Pourtant les questions
tées les inégalités que crée le système signifierait une prise en charge par la posées sont précises et les votes sont
actuel, et les « rigidités » comme les régimes Sécurité sociale, l’impôt… comptabilisés directement en ligne. Ainsi
différents ne favorisant pas les mobilités. Il n’y aurait plus de durée d’assurance, le 2 juin déjà, plus de 2 000 personnes sur
La FSU partage certains constats. Mais sauf pour les minima de pension et les 2 500 réponses avaient coché la case
les inégalités ont souvent été créées par dispositifs du type carrières longues. Res- « d’accord » avec la proposition du haut-
les précédentes réformes. C’est le cas du terait l’âge plancher actuel de 62 ans commissaire « À revenus identiques, ins-
calcul sur les vingt-cinq meilleures années (c’est-à-dire un âge d’ouverture des taurer le même niveau de cotisations et
au lieu des dix au régime général. Dès droits). Dans la logique d’un système par les mêmes droits à retraites ». Cette
lors, comment penser que la prise en points, il n’y a pas de limite d’âge, celle- consultation devrait se poursuivre par
compte de l’ensemble des années dans ci n’existant d’ailleurs pas aujourd’hui huit « ateliers » dans certaines villes d’ici
un nouveau système ne va pas aggraver dans le régime général. à octobre. Si les résultats de ces consul-
cette situation ? Lors d’une réunion spécifique sur les tations sont pris en compte comme l’ont
droits non contributifs, la FSU a insisté sur été ceux sur la loi travail ou sur la loi
LES TERMES DU PROJET la prise en compte des années d’études ORE, on ne peut que s’inquiéter. Mais ne
Pour le haut-commissariat, il s’agit de supérieures, les périodes de formation, faut-il pas formuler notre opinion sur ce
passer d’un régime par annuités à un stages, services civiques et de chômage site ? C’est un premier moyen d’exprimer
régime par points. Le nombre de points entre la fin de la formation et la vie pro- nos exigences. Et faire connaître les pro-
serait calculé sur l’ensemble de la carrière, fessionnelle. À cela s’ajoutent, pour les jets gouvernementaux aux collègues dès
avec des règles identiques pour tous, en personnels de l’ESR, les périodes de doc- maintenant permettra de préparer les
intégrant les primes pour les fonction- torat et de travail à l’étranger, qui sont mobilisations futures. l
naires(3). Ce système assurerait une por- aujourd’hui très mal prises en compte
(1) Pour une mise en application en 2025.
tabilité des droits quels que soient le type (pays hors UE).
(2) Jean-Paul Delevoye est haut-commissaire à la
d’employeur et le secteur. Dans un sys- Le niveau de pension et leur indexation, réforme des retraites.
tème par points, le montant de la retraite ce qui concerne actuel.le.s et futur.e.s (3) Ces primes étant très différentes d’un secteur
n’est pas défini, car l’espérance de vie de retraité.e.s, n’a pas été discuté. La ques- à l’autre, les personnels de l’ESR seraient lésés.

MENSUEL D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL le snesup DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - N ˚ 666 JUIN 2018