Vous êtes sur la page 1sur 4

Fonctions : limites et continuité Terminale S

Exercices d’entrainement pour le chapitre 03 (limites et continuité)

0.1 Énoncés

Exercice 5. Démontrer que, dans chacun des cas suivants, la courbe Cf admet une asymptote parallèle
à l’axe des abscisses :

3x2 − 2 2 − 3x
1. f : x 7−→ sur R 2. f : x 7−→ sur R
x2 + 1 x2+x+1

Exercice 6. Soit f la fonction définie sur R∗ par :

x2 + 3x + 2
f (x) =
x

Démontrer que la droite D d’équation y = x + 3 est une asymptote à la courbe Cf en +∞ et en −∞

1 + 2 sin x
Exercice 9. Soit f (x) = √ sur ]0; +∞[
1+ x
1 3
1. Démontrer que, si x > 0 alors − √ ≤ f (x) ≤ √
1+ x 1+ x
2. En déduire que f admet une limite en +∞ dont on précisera la valeur.

Exercice 11. Soit f une fonction décroissante sur ]0; +∞[ telle que : lim f (x) = 0.
x→+∞
Démontrer que, pour tout x ∈ R+ on a f (x) ≥ 0.

Exercice 19. Déterminer le nombre de solutions non nulles de chacune des équations suivantes et en
donner un encadrement d’amplitude 10−2 .

2. x2 = sin x

Exercice 21. Soit f une fonction continue et définie sur l’intervalle [0; 1] et à valeurs dans l’intervalle
[0; 1]. Démontrer que f admet (au moins) un point fixe dans [0; 1] ie ∃c ∈ [0; 1] tel que f (c) = c
(Indication : on pourra utiliser une fonction annexe crée à partir de f ).

Roussot 1 2011 / 2012


Fonctions : limites et continuité Terminale S

0.2 Solutions rédigées

Exercice 5.  
2 2
x2 3− 2 3− 2
3x2 − 2 x x
1. Pour x 6= 0 : 2 = =
1

x +1 1
2
x 1+ 2 1+ 2
x x
1 2
Or lim 2 = 0 = lim 2 .
x→±∞ x x→±∞ x
3
Donc lim f (x) = = 3 : ainsi Cf admet la droite y = 3 comme asymptote horizontale en +∞
x→±∞ 1
et en −∞.
   
2 2
x −3 1 −3
2 − 3x x x
2. Pour x 6= 0 : 2 =  =  
x +x+1 x 1 1 1
x2 1 + 2 + 2 x 1+ + 2
x x x x
2 1 1
Or lim = 0 = lim = lim 2 .
x→±∞ x x→±∞ x x→±∞ x
−3
Donc lim f (x) = 0 × = 0 : ainsi Cf admet la droite y = 0 comme asymptote horizontale
x→±∞ 1
en +∞ et en −∞.

Exercice 6. Soit f la fonction définie sur R∗ par :

x2 + 3x + 2
f (x) =
x

Étudions les limites en +∞ et en −∞ de f (x) − (x + 3).


Pour x ∈ R∗ :
x2 + 3x + 2 x2 + 3x + 2 − x(x + 3) x2 + 3x + 2 − x2 − 3x 2
f (x) − (x + 3) = − (x + 3) = = =
x x x x
2 2
Donc lim (f (x) − (x + 3)) = lim = 0 et lim (f (x) − (x + 3)) = lim = 0.
x→+∞ x→+∞ x x→−∞ x→−∞ x
Conclusion : la droite D d’équation y = x + 3 est une asymptote à la courbe Cf en +∞ et en −∞.

1 + 2 sin x
Exercice 9. Soit f (x) = √ sur ]0; +∞[
1+ x
1. Soit x ∈]0; +∞[, on a : −1 ≤ sin(x) ≤ 1 =⇒ −2 ≤ 2 sin(x) ≤ 2 =⇒ −1 ≤ 1 + 2 sin(x) ≤ 3
−1 1 + 2 sin x 3 √
=⇒ √ ≤ √ ≤ √ (car 1 + x > 0) 
1+ x 1+ x 1+ x
 −1
√ √   lim
 √ =0
x→+∞ 1 + x
2. On a : lim x = +∞ =⇒ lim 1 + x = +∞ =⇒ 3
x→+∞ x→+∞  lim
 √ =0
x→+∞ 1 + x
Ainsi, d’après le théorème des gendarmes, lim f (x) = 0.
x→+∞

Exercice 11. On va montrer par l’absurde que ∀x ∈ R+ on a f (x) ≥ 0 : ainsi on suppose qu’il existe
a ∈ R+ tel que f (a) < 0.
Comme f est décroissante sur ]0; +∞[ donc aussi sur ]a; +∞[, ainsi pour tout x ≥ a, f (x) ≤ f (a) < 0.
De plus lim f (x) = 0, donc pour tout ε > 0, il existe B ∈ R, ∀x ∈ Df , x > B =⇒ f (x) ∈] − ε; ε[.
x→+∞

Roussot 2 2011 / 2012


Fonctions : limites et continuité Terminale S
 
−f (a) −f (a) −f (a) f (a) −f (a)
On choisit ε = . Ainsi pour x > B, f (x) ∈ − ; ie < f (x) < .
2 2 2 2 2
f (a) f (a)
Par conséquent, pour x > max(a; B) : < f (x) ≤ f (a) =⇒ 0 < =⇒ 0 < f (a) : absurde.
2 2
Conclusion : ∀x ∈ R+ on a f (x) ≥ 0.

Exercice 19. Déterminer le nombre de solutions non nulles de chacune des équations suivantes et en
donner un encadrement d’amplitude 10−2 .

2. x2 = sin x

Soit f la fonction définie sur R par f (x) = x2 − sin(x).


On cherche le nombre de solutions non nulles à l’équation f (x) = 0 dans R.
On remarque que f (0) = 02 − sin(0) = 0 − 0 = 0 : 0 est donc une solution de f (x) = 0.
f est dérivable sur R, et ∀x ∈ R, f 0 (x) = 2x − cos(x).
On cherche à déterminer le signe de f 0 (x) suivant les valeurs de x :
−1 ≤ cos(x) ≤ 1 =⇒ 1 ≥ − cos(x) ≥ −1 =⇒ 2x + 1≥ 2x −cos(x) ≥ 2x − 1 ie 2x + 1 ≥ f 0 (x) ≥ 2x − 1.
1 1
Or x > =⇒ 2x − 1 > 0 =⇒ f 0 (x) > 0 : ainsi sur ; +∞ , f est strictement croissante.
2 2 
−1 −1
Et x < =⇒ 0 > 2x + 1 =⇒ 0 > f 0 (x) : ainsi sur −∞; , f est strictement décroissante.
2 2  
−1 1
La question maintenant, moins facile, est de savoir ce qu’il se passe sur ; ; pour répondre à
2 2
cette question on va étudier les variations de la fonction dérivée sur cette intervalle (au même titre que
les variations d’une fonction affine peuvent nous renseigner sur son signe).
f 0 est une fonction dérivable sur R, et ∀x ∈ R, f 00 (x) = 2 + sin(x).
Or, pour tout x ∈ R, −1 ≤ sin(x) ≤ 1 =⇒ 1 ≤ 2 + sin(x) ≤ 3 =⇒ 0 < f 00 (x). Donc f 0 est strictement
croissante sur R.
π 
De plus f 0 (0) = −1 < 0 et f 0 = π > 0.
2 h πi
Ainsi f 0 étant continue et strictement croissante sur 0; , d’après le théorème des valeurs intermé-
i πh 2
diaires (le théorème de bijection en fait), ∃!α ∈ 0; tel que f 0 (α) = 0.
2
On obtient alors :
−π π
x 0 α
2 2
f 00 (x) + + +

π
f0 0
−1
−π

f 0 (x) (−π) − (−1) − 0 + (π)


π2
−1
f 0 4
f (α)

Sur [0; α], f est strictement décroissante, ainsi f (0) > f (α) ie 0 > f (α).
Roussot 3 2011 / 2012
Fonctions : limites et continuité Terminale S

π2 π2 π2
π   
f = −1>0 2
car π > 2(≤ 0) =⇒ π > 4 =⇒ > 1 =⇒ −1>0 .
2 4 h 4πi 4
Ainsi f étant continue et strictement croissante sur α; , d’après le théorème des valeurs intermé-
i πh 2
diaires (le théorème de bijection en fait), ∃!β ∈ α; tel que f (β) = 0.
    2
−1 1 −π π
Sachant que ; ⊂ ; , on obtient alors :
2 2 2 2

x −∞ 0 α β +∞

f 0 (x) − − 0 + +

(−∞) (+∞)
f 0 0
f (α) < 0

Dans [0; β], f (x) = 0 a exactement 2 solutions 0 et β.


Sur ] − ∞; 0], f est strictement décroissante, donc si x ∈] − ∞; 0], f (x) > f (0) ie f (x) > 0. Donc
f (x) = 0 n’a pas de solution dans ] − ∞; 0].
Dans [β; +∞[, f est strictement croissante, donc si x ∈ [0; +∞[, f (0) < f (x) ie 0 < f (x). Donc
f (x) = 0 n’a pas de solution dans [0; +∞[.
i πh i πh
Il y a donc une seule solution non nulle à l’équation x2 = sin(x) dans R, qui est β ∈ α; ⊂ 0; .
2 2
À l’aide du tableau de valeurs de la calculatrice pour la fonction f , on obtient :

• avec un pas de 0, 5 : f (0, 5) ' −0, 23 et f (1) ' 0, 16 donc 0, 5 < β < 1 ;

• avec un pas de 0, 1 : f (0, 8) ' −0, 08 et f (0, 9) ' 0, 03 donc 0, 8 < β < 0, 9 ;

• avec un pas de 0, 01 : f (0, 87) ' −0, 007 et f (0, 88) ' 0, 004 donc 0, 87 < β < 0, 88 (on peut se
contenter de cette dernière ligne).

Exercice 21. Soit g la fonction définie sur [0; 1] par g(x) = f (x) − x.
g est continue sur [0; 1] (comme somme de fonctions continues : f et x 7−→ −x).
Comme f est à valeurs dans l’intervalle [0; 1], g(0) = f (0) ∈ [0; 1], et g(1) = f (1) − 1 ∈ [−1; 0] car
f (1) ∈ [0; 1].
On a 3 cas possibles :

Cas 1 où f (0) = 0 : c’est fini (c = 0 convient).

Cas 2 où f (1) = 1 : c’est fini (c = 1 convient).

Cas 3 où f (0) 6= 0 et f (1) 6= 1 : alors g(0) > 0 et g(1) < 0.


Ainsi d’après le théorème des valeurs intermédiaires, g étant continue sur [0; 1], il existe (au
moins) un réel c ∈ [0; 1] (et dans ce cas on peut même préciser que c ∈]0; 1[) tel que g(c) = 0
ie f (c) − c = 0 ie f (c) = c.

Roussot 4 2011 / 2012