Vous êtes sur la page 1sur 18

CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

V. Etude de l’ascenseur

V.1- Définition :
Un ascenseur est un dispositif mobile assurant le déplacement des personnes (et des objets) en
hauteur sur des niveaux définis d’une construction.
Les dimensions, la construction et le contrôle en temps réel pendant l’usage des ascenseurs
permettent l’accès sécurisé des personnes.
Cet appareil élévateur est installé la plus part du temps dans une cage d’ascenseur (une trémie
verticale fermée en générale à l’intérieur de l’édifice), composée de trois constituants
principaux :
Cabine : organe destiné à recevoir les personnes ou les charges à transporter ;
Treuil de levage de la poulie et
Le contre poids.
V.2- Etude de l'ascenseur :
D’après la norme française NF-P82-209 qui répartit les ascenseurs en cinq classes dont la
classe I contient les ascenseurs destinés principalement au transport des personnes, que l’on
désignait auparavant sous le terme simple d'ascenseur, les Dimensions de la cabine (voir
constitution des ascenseurs et monte charge P58/59).
C’est ainsi que la norme NF-P82-208 a adopté plusieurs types de cabine selon la charge à
transporter, et pour un immeuble à usage d'habitation; On a opté pour un ascenseur de 08
personnes dont la charge maximale est d'environ 600 daN, donc; les dimensions sont :
-Largeur de la cabine : Lc = 1.10m
-Profondeur de la cabine : Pc = 1.40m
-Largeur de la gaine : LG = 1.50m
-Profondeur de la gaine : PG = 1.70m
-Hauteur de la cabine : Hc = 2.20m
-Largeur du passage libre : Lp = 0.80m
-Hauteur du passage libre : Hp = 2.00m
-Epaisseur de voile : e = 15cm
-Hauteur de course : C = 31.56 m

Fig V.1 : Dimensions de l’ascenseur

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 116


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

* Remarque :

Les dimensions de l’ascenseur sont prises en assurant la protection contre le feu et le bruit,
pour cela on prend l’épaisseur de la dalle machine égale à 15cm ; et une gaine d’ascenseur de
vitesse supérieure à 1 m/s.

Fig V.2 : Ascenseur électrique

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 117


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

V.3- Descente de charges :

a. Surcharge d'exploitation :
Q = 600 daN (08 personnes)

b. Charges permanentes :
1. Masse de la cabine : est composé de la somme des masses suivantes :
 Masse des côtés :
La masse de la surface des cotés, augmentée de 10% à raison de 11.5 daN/m2 :
S1  (L C  2  PC )  H C  (1.10  2  1.40)  2.20  8.58 m 2

M1  (11.5  0.111.5)  8.58  108.54 daN

 Masse du plancher :
La masse du plancher à raison de 70 daN/m² pour appareils de 300 à 600daN de charge :
S 2  L C  PC  1.10  1.40  1.54 m 2

M 2  70  1.54  107.8 daN

 Masse du toit :
La masse du toit a raison de 20 daN/m² :
S3  L C  PC  1.10  1.40  1.54 m 2

M 3  20  1.54  30.8 daN

 Masse de l'arcade :
La masse de l’arcade à raison de partie fixe de 60 daN plus 60 daN/m de largeur de cabine
de 300 daN à 600 daN de charge :
M 4  60  (60 1.10)  126 daN

 Masse de La porte de la cabine :


Partie fixe de 80 daN plus 25 daN/m² de surface de porte
M 5  80  (25  0.8  2)  120 daN

 Masse du parachute :
Parachute à prise amortie  M 6  100 daN
 Masse des accessoires :
M 7  80 daN

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 118


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

 Masse des poulies de mouflage :


Deux poulies supplémentaires  M 8  30  2  60 daN

Donc le poids mort est égal à :


PT   Mi  108.54  107.80  30.8  126  120  100  80  60  733.14 daN

2. Masse du contre poids :


Q 600
M p  PT   733.14   1033.14 daN
2 2
3. Masse du câble :
Détermination du diamètre du câble, d’après la norme NF 82-210 Cs doit être pour cet
appareil au minimum égal à 12 et le rapport D/d au minimum égal à 40 et aussi selon
abaque de détermination de suspentes.

D/d = 40  d = D/40 = 500/40  d = 12.5mm.


Cs = 13

Cs Ascenseur pour locaux recevant du public

Ascenseur privé et de charge groupe I

Monte-charge groupe II-III


13

40 D/d

Fig V.3 : Abaque de détermination de suspentes.

D : diamètre de la poulie de mouflage pris entre 400 et 800 mm


d : diamètre du câble
Cs : coefficient de sécurité (abaque de détermination des suspentes)

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 119


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

Cr
Cs   C r  Cs  M
M
M : égal à la somme de la charge utile Q, poids mort P et la masse des câbles qui est
considérée comme négligeable par rapport aux deux autres.
 Cr : charge de rupture effective.
Cr = Cs.M  Cr = 13×(600+733.14)  Cr = 17330.82 daN

Pour obtenir la charge de rupture minimale nécessaire C rn , il convient de faire intervenir le


coefficient de câblage qui est égal à 0.85 donc:
Cr 17330.82
C rn   C rn   20389.20 daN
0.85 0.85
C rn égal aussi :

Crn  Cr cable   n  m

Avec :
m : type de mouflage ;
n : nombre de câble et
Cr (câble) : charge de rupture par câble en fonction du diamètre.
d  12.5 mm  Cr cable  = 8152 daN (voir tableau suivant) :

Tableau V.1 : caractéristiques des câbles


Diamètre des Diamètres des Masse linéaire Charge
câbles fils Section ML admissible totale
[mm] [mm] [mm2] [daN/m] Cr [daN]

7.87 0.5 21.05 0.203 3223

9.48 0.6 30.26 0.293 4650

11.00 0.7 41.27 0.396 6232

12.6 0.8 53.34 0.515 8152

14.2 0.9 67.98 0.656 10805

15.5 1.0 83.84 0.810 12830

20389.2
n  n  1.25 On prend : n = 2 câbles.
2  8152

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 120


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

Masse totale des câbles Mc :


Mc = ML.n.C
Avec :
ML : masse linéaire du diamètre d’un seul câble d = 12.5mm tableau
ML = 0.515 daN/mL et
C : course du câble (hauteur du course)  C = 31.56m.

Mc = 0.515×2×31.56= 32.5 daN.


4. Masse du treuil :
M g  1200 daN

 Résumé :
 Poids mort = 733.14 daN
 Masse du câble = 32.5 daN
 Masse du contre poids = 1033.14 daN
 Treuil en haut + moteur = 1200 daN
 G = 2998.78daN
 Combinaisons fondamentales :
 Etat limite ultime :
qu = 1.35G + 1.5Q = 1.35×2998.78 + 1.5×600 = 4948.35 daN.
 Etat limite de service :
qser = G + Q = 2998.78 + 600 = 3598.78 daN.

 Etude du plancher :
a. Vérification de poinçonnement :
Pour chacun des quatre appuis :
qu
q au   q au  1236.73daN
4
q
q ser
a  ser  q ser
a
 899.43daN
4

D’après l’article A.5.2.4 du B.A.E.L.91:

0.045  Uc  f c 28  h
Si : q au ≤  : les armatures transversales ne sont pas nécessaire
b

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 121


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

Avec : qu

𝒒𝒖𝒂 : charge ultime pour chaque appui;

Uc : périmètre du contour au niveau du feuillet moyen;

h : épaisseur de la dalle égal a 15cm;


45◦ h/2
U,V : représentent les cotes du rectangle(U//Lx et V//Ly)
h/2
sur lequel la charge Qu s’applique, compte tenu de la diffusion

à 45degré dans le béton.

La surface impact (a  b) est de (10  10) cm² Uc


b V
h 15
U = a + 2. = 10 + 2×  U = 25cm.
2 2 a
h 15
V = b + 2. = 10 + 2x  V = 25cm. U
2 2
Donc : Fig V.4 : Schéma de la surface d'impact

Uc = 2  [U+V]  Uc = 100cm.

0.045  1000  20  150


q au =12367.3N < = 90000N……….Condition vérifiée
1.5
 Conclusion: La dalle résiste au poinçonnement.

b. Calcul des sollicitations :


L’étude des dalles soumises à des charges localisées sera fait à l’aide des abaques de
PIGEAUT et en plaçant les charges au centre ; leur moments seront par mètre linéaire.
Mx = q a  ( M1 + .M2) et

My = q a  ( M2 + .M1).

Avec :
 : Coefficient de poisson.
M1, M2 : sans dimensions, sont donnés à partir des rapports U/Lx et V/Ly dans les abaques
L
suivants   x
Ly
 Etat limite ultime (E.L.U.) :
M ux  q au  M 1

M uy  q au  M 2

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 122


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

 Etat limite ultime de service :

x  q a  M 1  0.2  M 2 
M ser ser

y  q a  M 2  0.2  M 1 
M ser ser

La charge au m² sera :
q au 1236.73
Q au =   19787.68 daN/m² et
VU 0.25²
q ser 899.43
Q ser
a = a
  14390.88 daN/m².
VU 0.25²

c. Calcul des moments dus aux charges concentrées :


Lorsque la charge n’est pas concentrique, on procède de la façon suivante :
Soit pour fig.V.5 une dalle de dimension (Lx ×Ly) soumise à une charge concentrique (A)
répartie sur un rectangle (U×V).
On divise la dalle en rectangles fictifs donnant les charges symétriques :

04 rectangles symétriques A ; 02 rectangles symétriques B ; 02 rectangles symétriques C et


01 rectangle au centre D.

Lx
U

40

V A B A 25

Ly 40 200
C D C

A B A 25

40

15 30 25 40 25 30 15

150

Fig.V.5 : Schéma de la dalle pleine d’ascenseur.

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 123


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

On divise la dalle en rectangle fictif donnant des charges symétriques comme suite :

(I) (II)

(fig .a) (fig .b)

(III) (IV)

(fig .c) (fig .d)


Chargement de panneau

On cherche les moments produits par les rectangles :

I=4A+2B+2C+D (fig a)

II=2B+D (fig b)

III=2C+D (fig c)

IV=D (fig d)

Il est évident que les moments produits par la charge non concentrique A seront donnés par :
I  II  III  IV
A
4
Lx 1.80
   0.90  0.4 La dalle porte dans les deux sens.
Ly 2.0
Donc :

MxC = (MxI – MxII – MxIII + MxIV)/4

MyC = (MyI - MyII – MyIII + MyIV)/4

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 124


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

Avec : Mx = (M1 + υ M2)  qu = (M1 + υ M2)  (4  Qa)  Mx / 4 = (M1 + υ M2)  Qa

My = (M2 + υ M1)  qu = (M2 + υ M1)  (4  Qa)  My / 4 = (M2 + υ M1)  Qa


Q'a= Qa  S S = U V
 TableauV.2 : Tableau récapitulatif des résultats

I II III IV

U en [m] 0.90 0.9 0.40 0.40

V en [m] 0.90 0.40 0.90 0.40


S
en [m2] 0.81 0.36 0.36 0.16

U/Lx 0.60 0.60 0.27 0.27

V/Ly 0.53 0.23 0.53 0.23

M1 0.087 0.099 0.135 0.160

M2 0.071 0.096 0.100 0.140


Q  Q  S en [ N]
/u
a
u
a
160280.21 71235.65 71235.65 31660.29
Q a/ ser  Q ser
a  S en [ N ]
116566.13 51807.17 51807.17 23025.41
M XU en [N.m]
13944.38 7052.33 9616.81 5065.69
M YU en [N.m]
11379.89 6838.62 7123.56 4432.44
ser
M X en [N.m]
11796.50 6123.61 8030.11 4328.78
ser
M y en [N.m]
10304.44 5999.27 6579.51 3960.37
U
M XC en [N.m]
2340.90
U
M YC en [N.m]
1850.15
ser
M XC en [N.m]
1971.56
ser
M YC en [N.m]
1686.03

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 125


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

d. Descente des charges :


Dalle machine : (ep = 15cm)  G  0.15  2500  375 daN m 2

La dalle n’est pas accessible, alors la surcharge d’exploitation Q = 100 daN/m2

 Combinaison fondamentale : 1.80


0.5
 Etat limite ultime (E.L.U.) :
q u = 1.35G + 1.5Q
2.00
q u = 1.35  375 + 1.5  100 = 656.25 daN/m2. 0.75

Pour une bande de 1m de largeur :

q u  q u  1.00  656.25 daN/mL. 0.5

 Etat limite de service (E.L.S.): 0.5 0.5


0.75
q ser = G + Q
Fig.V.6: dimensions de panneau de dalle d'ascenseur
2
q ser = 375 +100 = 475 daN/m .

Pour une bande de 1m de largeur

q s  q s  1.00  475 daN/mL.

e. Calcul des sollicitations :


 Etat limite ultime (E.L.U.) :

M ux   ux  q u  L2x Suivant la direction Lx ;


M uy   uy  M ux Suivant la direction Ly.
 Etat limite de service (E.L.S.) :

x   x  q ser  L x
M ser ser 2
Suivant la direction Lx ;
y  y  Mx
M ser ser ser
Suivant la direction Ly.
Avec :  x et  y  f (, )
 Coefficient de poisson :
  0  Etats limites ultimes (béton fissuré) et
  0.2  Etats limites de service (béton non fissuré).

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 126


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

f. Calcul des moments dus aux charges réparties :


 Etat limite ultime (E.L.U.) :
Lx 1.80
   0.90 μxu = 0.0456 et μyu = 0.7834
Ly 2.00
M ux   ux  q u  L2x  0.0456  656.25  1.80 2  96.96 daN. m

M uy   uy  M ux  0.7834  96.96  75.96 daN. m

 Etat limite de service :


Lx 1.80
   0.90 μxser = 0.0528 et μyser = 0.8502
Ly 2.00

x   x  q ser  L x  0.0528  475  1.8  81.26 daN. m


M ser ser 2 2

y   y  M x  81.26  0.8502  69.09 daN. m


Mser ser ser

g. Moments totaux sollicitant la dalle machine :


Ce sont les moments dus aux charges concentrées et les moments dus aux charges réparties :
 Etat limite ultime (E.L.U.) :
 
M uxt  M uxc  M ux  2340.90  969.6  M uxt  3309.6 N

M uyt  M u
yc  M uy   1850.15  759.6  M u
yt  2609.75 N

 Etat limite de service (E.L.S.) :


M ser 
xt  M xc  M x
ser ser

 1971.56  812.6  M ser
xt  2784.16 N

Mser
yt  M ser
yc  Mser
y   1686.03  690.9  M s
yt  2376.93 N

 Moment max en travée : Mt = 0.75  Mxt et


 Moment max en appuis : Ma = -0.5  Mxt

TableauV.3 : Tableau récapitulatif des sollicitations maximales


Moments M utx M ser
tx M axu M ser
ax M uty M ser
ty
u
M ay M ser
ay

[daN.m] [daN.m] [daN.m] [daN.m] [daN.m] [daN.m] [daN.m] [daN.m]


panneau

(1) 248.22 208.81 -165.48 -139.2 195.73 178.27 -130.49 -118.85

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 127


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

V.4- Calcul du ferraillage de la dalle pleine

 Sens X-X :

a) En travées :
 E.L.U :

M utx  248.22 daN.m

 Vérification de l’existence des armatures comprimées :


M utx 2482.2
   0.012
b  b  d x
2
11.33  100  (13.5) 2 15 A 13.5

  0.012   AB  0.186  A  n’existe pas.


100
f 400
1000  s  1000  l   s  e   348 MPa Fig V.7 : Section de calcul en travée (x-x)
 s 1.15


   1.25  1  1  2  0.151 
  1  0.4  0.939
 Détermination des armatures :
M utx 2482.2
A  u
  0.56 cm 2 / m L
 s    d x 348  0.939  13.5
tx

 Condition de non fragilité : [CBA91/A4.2.1]

A min  0.0008  b  h  0.0008  100  15  1.2 cm 2 / m L


A t  max A t ; A min   A t  1.2 cm 2 / m L

 Choix des armatures :


4T10/mL A = 3.14cm2.
(T10 e = 25cm).
 E.L.S :
ser
M tx = 208.81 daN.m
- Flexion simple
?  1 f c 28
- Section rectangulaire sans A      b   b  0.6  f c 28  12 MPa
2 100
- Acier FeE400
M utx 248.22
Avec :   ser   1.19
M tx 208.81

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 128


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

1.19  1 20
  0.295    0.151
2 100
 Conclusion :
  b   b = 12MPa
 Fissuration peu nuisible  les armatures calculées à E.L.U. seront maintenues.
(Aucune vérification pour (𝜎𝑠 )

b) En appuis :
 E.L.U. :
u
M ax = -165.48 daN.m
 Vérification de l’existence des armatures comprimées :
u
M ax 1654.8
   0.008
 b .b.d x
2
11.33  100  (13.5) 2
15 A 13.5
  0.008   AB  0.186  A  n’existe pas.
100
f 400
1000  s  1000  l   s  e   348MPa
 s 1.15

   1.25  1  1  2  0.010 
  1  0.4  0.996

 Détermination des armatures :


u
M ax 6248.8
A u
   1.36 cm 2 / m L
 s    d x 348  0.996  13.5
ax

 Condition de non fragilité : [CBA91/A4.2.1]


A min  0.0008  b  h  0.0008  100  15  1.2 cm 2 / m L
A t  max A t ; A min   A t  1.36 cm 2 / m L

 Choix des armatures :


4T10/mL A = 3.14cm2.
(T10 e = 25cm).

 E.L.S :
ser
M ax = -139.2 daN.m

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 129


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

- Flexion simple
?  1 f c 28
- Section rectangulaire sans A       b   b  0,6  f c 28  12 MPa
2 100
- Acier FeE400
u
M ax 165.48
Avec :   ser
  1.19
M ax 139.2

1.19  1 20
  0.295    0.010
2 100
 Conclusion :
  b   b = 12MPa
 Fissuration peu nuisible  les armatures calculées à E.L.U seront maintenues.

(Aucune vérification pour (𝜎𝑠 )


 Sens Y-Y :

a) En travées :

 E.L.U :

M uty  195.73 daN.m

 Vérification de l’existence des armatures comprimées :


M uty 1957.3
   0.011
b  b  d y
2
11.33  100  (12.5) 2 15 A 12.5

  0.011   AB  0.186  A  n’existe pas.


100
f 400
1000  s  1000  l   s  e   348 MPa Fig V.10 : Section de calcul en travée (x-x)
 s 1.15


   1.25  1  1  2  0.014 
  1  0.4  0,994

 Détermination des armatures :


M uty 1957.3
A 
u
  0.45 cm 2 / m L
s    d y 348  0.994  12.5
tx

 Condition de non fragilité : [CBA91/A4.2.1]


A min  0.0008  b  h  0,0008  100  15  1.2 cm 2 / m L
A t  max A t ; A min   A t  1.2 cm 2 / m L

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 130


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

 Choix des armatures :


4T10/mL A = 3.14cm2.
(T10 e = 25cm).

 E.L.S :
M ser
ty = 178.27 daN.m

- Flexion simple
?  1 f c 28
- Section rectangulaire sans A      b   b  0.6  f c 28  12 MPa
2 100
- Acier FeE400
M uty 195.73
Avec :   ser
  1.09
M ty 178.27

1.09  1 20
  0,245    0.014
2 100
 Conclusion :
  b   b = 12MPa
 Fissuration peu nuisible  les armatures calculées à E.L.U seront maintenues.

(Aucune vérification pour (𝜎𝑠 )

b) En appuis :

 E.L.U :
u
M ay = -130.49 daN.m
Vérification de l’existence des armatures comprimées :
u
M ay 1304.9
   0.007
 b .b.d y
2
11.33  100  (12.5) 2 15 A 12.5
  0.007   AB  0.186  A  n’existe pas.
100
f 400
1000  s  1000  L   s  e   348MPa Fig.V.11 : Section de calcul en appui (y-y)
 s 1.15

   1.25  1  1  2  0.009 
  1  0.4  0,996

 Détermination des armatures :


u
M ay 1304.9
A u
   0.30 cm 2 / m L
s    d y 348  0.996  12.5
ay

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 131


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

 Condition de non fragilité : [CBA91/A4.2.1]


A min  0.0008  b  h  0,0008  100  15  1.2 cm 2 / m L
A t  max A t ; A min   A t  1.2 cm 2 / m L

 Choix des armatures :


4T10/mL A = 3.14cm2.
(T10 e = 25cm).

 E.L.S :
M ser
ay = - 118.85 daN.m

- Flexion simple
?  1 f c 28
- Section rectangulaire sans A      b   b  0.6  f c 28  12MPa
2 100
- Acier FeE400
u
M ay 130.49
Avec :   ser
  1.09
M ay 118.85

1.09  1 20
  0,245    0.009
2 100
 Conclusion :
  b   b = 12MPa
 Fissuration peu nuisible  les armatures calculées à E.L.U seront maintenues.

(Aucune vérification pour (𝜎𝑠 )

V.6- Vérification des contraintes de cisaillement :


 Tu max :
Lx
Txu  q au  q u 
2
1.80
Txu  1236 . 73  656 . 25   1827 .35 daN
2
 Calcul  u :
Tumax 1827.35  10
u    0.13 MPa
bd 100  13.5  100
 u  0.05  f c 28  1.00 MPa

  u  0.13 MPa   u  1 MPa


 Les armatures transversales ne sont pas nécessaires
 Il n’y a pas de reprise de bétonnage

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 132


CHAPITRE V Etude de l’ascenseur

V.7- Vérification de la flèche :


Condition de la flèche : [BAEL 91 / B.7.5]
hd M ser
  tx

Lx 20 M serx
A 2
= 
 b  dx fe

Vérification si la flèche est nécessaire:


hd M ser h 15 208.81
 tx
 d   0.083   0.035 ……..condition vérifiée
ser
L x 20M xt L x 180 20  303.09
A 2 3.14 2
    0,0023   0.005 …… condition vérifiée ; f e en (MPa)
b  dx fe 100  13.5 400

 Conclusion : les 02 conditions sont vérifiées, alors le calcul de la flèche n’est pas
nécessaire.

Etude d’un bâtiment (RDC + 8 étages) Page 133