Vous êtes sur la page 1sur 24

GE75-764R /A

Installation d’Extinction Automatique à Gaz GE75-764R /A


________________________________________

(IEAG) Guide
________________________________________

Statut Exécutoire

Objet Ce guide a pour objet de définir et regrouper les informations nécessaires à la mise en
place d’une installation d’extinction automatique à gaz (IEAG)

Champ d'application Les établissements industriels, de logistiques, d’ingénierie, d’essais et tertiaires du


groupe RENAULT

Emetteur 65934 - Energie & Hygiène Sécurité Environnement

Confidentialité Non confidentiel

Approuvé par Fonction Signature Date d'application

Jean-Claude DHIEUX Chef Dept Energie & hygiène 03/2016


Sécurité Environnement

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 1 / 24


GE75-764R /A
Version Mise à jour Objet des principales modifications Rédacteur

A 03/2016 Création RENAUD Daniel

Remplace

Mise à disposition En interne Renault, sur Intranet : http://gdxpegi.ava.tcr.renault.fr


En externe Renault, sur Internet : www.cnomo.com
E-mail : norminfo.moyens@renault.com

Documents cités Réglementation :


International :
Européen : 89/336 CEE.
Français : NF EN 12094, NF EN 54/7, NF S 61-940.
CNOMO :
Renault : GE75-731R.
Autres doc internes :
Autres doc externes : APSAD R13, NFPA 2001.

Codification ICS : 13.200

Classe E75

Mots-clés Protection incendie, Extinction automatique à gaz, Détection, Events

Langue Français

(1) Ont collaboré à la rédaction du document


Site Service Nom Site Service Nom
TCR 65934
TCR 65934
TCR 65934
TCR 65934
TCR 65934

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 2 / 24


GE75-764R /A
Sommaire
1 Domaine d’application............................................................................................................4
2 Philosophie du guide..............................................................................................................4
3 Référentiels .............................................................................................................................4
4 Rôle d’une Installation d’Extinction Automatique à Gaz......................................................4
5 Présentation du Système du Système d’Extinction Automatique à Gaz ............................5
5.1 Le Système de Détection Incendie (SDI) et l’Equipement de Contrôle et de Signalisation (ECS) ............ 7
5.2 Les dispositifs liés à l’extinction.................................................................................................................. 7
5.3 Alimentation électrique de sécurité (AES) .................................................................................................. 9
5.4 Cheminement et Câblage........................................................................................................................... 9
5.5 Stockage des agents extincteurs ............................................................................................................... 9
6 Type de gaz ...........................................................................................................................12
6.1 Les gaz inertes : ....................................................................................................................................... 12
6.2 Les gaz inhibiteurs : ................................................................................................................................. 12
7 Processus de réalisation d’une installation IEAG ..............................................................13
7.1 Acceptabilité de l’installation .................................................................................................................... 13
7.2 Réception de l’installation......................................................................................................................... 13
7.3 Vérification et maintenance ...................................................................................................................... 13
8 Dimensionnement de l’installation, des détecteurs et du gaz ...........................................14
8.1 Détection .................................................................................................................................................. 14
8.2 Choix des gaz ........................................................................................................................................... 14
8.3 Dimensionnement .................................................................................................................................... 14
9 Préconisations recommandées pour les installations industrielles du Groupe Renault 15
9.1 Activités à protéger ................................................................................................................................... 15
9.2 Schéma de principe de réalisation d’un IEAG.......................................................................................... 15
9.3 Les salles informatiques et les Data Center :........................................................................................... 16
10 Annexe 1................................................................................................................................17
10.1 Caractéristiques principales des gaz extincteurs ..................................................................................... 17
10.2 Sécurité des personnes et toxicité des gaz.............................................................................................. 18
10.3 Problématiques environnementales ........................................................................................................ 19
10.4 Effet de pressions et résistance des structures ....................................................................................... 19
11 Annexes 2 : Technologies préconisées ..............................................................................20
11.1 Déclencheurs manuels d’Extinction : ....................................................................................................... 20
11.2 Déclencheurs d’arrêt d’Urgence ............................................................................................................... 20
11.3 Détecteurs et câblages :........................................................................................................................... 20
11.4 Alimentation : ............................................................................................................................................ 21
11.5 ECS : ........................................................................................................................................................ 22
11.6 DECT : ...................................................................................................................................................... 23
12 Glossaire ...............................................................................................................................24
13 Liste des documents cités ...........................................................24Erreur ! Signet non défini.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 3 / 24


GE75-764R /A
Avant-propos
Cette règle a pour objet de définir et regrouper les informations nécessaires à la mise en place d’un système
d’Extinction Automatique à Gaz. (IEAG)

1 Domaine d’application
Les établissements industriels, de logistiques, d’ingénierie, d’essais et tertiaires du groupe RENAULT

Ce guide s’adresse en particulier aux responsables prévention des risques industriels et à la cellule technique qui
lui est rattachée, aux personnels d’intervention APSG ainsi qu’à toute personne impliquée dans les travaux de
conception d’IEAG

2 Philosophie du guide
Ce guide a pour but :
- d’informer sur les Systèmes d’Extinction Automatique à Gaz
- de capitaliser les bonnes pratiques et les réflexions des sites sur ce sujet
- de définir les systèmes retenus par Renault et standardiser les pratiques

Il regroupe des renseignements sur :


- les équipements utilisés
- le choix du type de matériels et leurs fonctionnalités
- les règles de l’art (dimensionnement, processus d’installation,…)

3 Référentiels
Les informations fournies dans ce guide sont issues des normes NF EN 12094 et toutes les normes citées dans
ces textes, de la règle APSAD R13.

Le présent guide est une sélection de pratiques issues de ces référentiels.


Il conviendra d’adopter les exigences réglementaires locales si celles-ci sont plus exigeantes.

Concernant la France, les systèmes de sécurité incendie sont obligatoires dans certaines catégories d’Installations
Classées Pour l’Environnement et dans certains Etablissement Recevant du Public (ERP) en particulier.
Des arrêtés peuvent les imposer au cas par cas dans d’autres locaux.

4 Rôle d’une Installation d’Extinction Automatique à Gaz


Une installation d’extinction automatique à gaz a pour rôle d’éteindre un incendie.

Les installations d’extinction automatiques à gaz sont recommandées pour la protection de certains locaux
notamment ceux renfermant des équipements coûteux ou lorsque l’eau ne peut être utilisée.

Une Installation d’Extinction Automatique à Gaz réceptionnée conforme le demeurera dans le temps si elle est
correctement entretenue et si les risques à protéger ne sont pas modifiés ainsi que l’intégrité du local.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 4 / 24


GE75-764R /A

5 Présentation du Système du Système d’Extinction Automatique à Gaz


Une installation d’extinction automatique à gaz est composée de l’ensemble des équipements permettant de
collecter les informations, de transmettre les ordres, et d’effectuer les commandes nécessaires au lâcher de l’agent
extincteur nécessaire pendant une durée suffisante.

Elle est constituée :


- d’un Système de Détection Incendie (SDI et ECS)
- d’un Dispositif Electrique de Commande et de Temporisation (DECT)
- d’un système d’Extinction (bouteilles et système de diffusion)

Illustration schématique d’une Installation d’Extinction Automatique à Gaz (IEAG)

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 5 / 24


GE75-764R /A
Le logigramme de déclenchement d’une extinction automatique à gaz est le suivant :

Détection 1ère Alarme 1er Appui sur DME


DI DME à double action
Détection 2ème Alarme 2eme Appui sur DME

Déclenchement de
l’alarme sonore et des
alarmes visuelles

Déclenchement de la
temporisation de 30 s

Emission du gaz
pendant 30 s

Temps d’imprégnation
standard de 10 mn

DME
Double NF-EN 12094-1 (Norme produit)
action DPC Directive Produit Construction
1116

D.E.C.T
Commande
d’extinction 1 ligne de DI pour détection
30 s d’alarme
D.I
E.C.S
1 ligne de DI pour confirmation
Alarme d’alarme
Evacuation

Emission
DAU

Emission Extinction Imprégnation

Représentation schématique d’une Installation d’Extinction Automatique à Gaz (IEAG)

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 6 / 24


GE75-764R /A
5.1 Le Système de Détection Incendie (SDI) et l’Equipement de Contrôle et de
Signalisation (ECS)
Voir Guide GE75-731R Système de Sécurité Incendie

5.2 Les dispositifs liés à l’extinction


5.2.1 Le Dispositif Electrique de Commande et de Temporisation (DECT)
Le Dispositif Electrique de Commande et de Temporisation dit DECT est utilisé en tant qu’interface principale entre
l’ECS d’où proviennent les informations de feu jusqu’à la commande des vannes qui assure l’ouverture des
réservoirs d’agent extincteur.
Il assure la surveillance des liaisons électrique.

Exemple de DECT

Le DECT est un dispositif qui permet pour chaque zone à protéger :


- de recevoir les informations d’alarme feu de l’ECS
- de confirmer l’alarme selon le principe de la double détection
- de recevoir les informations d’alarme des Déclencheurs Manuel d’Extinction (DME)
- de temporiser le déclenchement de l’ordre d’ouverture des vannes des bouteilles
- de commander et alimenter les dispositifs sonores et visuels d’évacuation, d’émission et d’ouverture des
vannes.
- de commander les DAS

Le DECT dispose en option des dispositifs de sécurité suivants :


- Mise en « mode manuel seul » qui inhibe l’ordre éventuel d’un processus d’extinction si la commande
provient du système de détection automatique. Le déclenchement ne peut être effectué que par le DME Cet
état est signalé sur l’équipement.
- Le Dispositif d’Arrêt d’Urgence (Boitier de couleur bleue) dit DAU qui permet de ne pas activer la commande
d’extinction tant qu’il est actionné de manière continue. La temporisation d’évacuation est réinitialisée
chaque fois que le dispositif d’arrêt d’urgence est actionné et un signal sonore différent est transmis aux
dispositifs d’alarme.
- Le dispositif d’Abandon d’Urgence. qui arrête complétement le cycle d’extinction. L’émission du gaz n’est
pas activée Pour obtenir une reprise du cycle d’extinction il est nécessaire de réarmer la détection incendie
et le DECT. Ce dispositif ne s’applique qu’au cas du CO2.

5.2.2 Le Tableau Répétiteur d’Exploitation (TRE)


C’est un équipement situé à distance qui reçoit les informations fournies par l’ECS ou le DECT.

Exemple de TRE

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 7 / 24


GE75-764R /A

5.2.3 Le Déclencheur Manuel d’Extinction (DME)

Le déclencheur manuel d’extinction permet à quiconque de déclencher le cycle


d’extinction de l’installation que l’installation soit en mode automatique ou en mode
manuel.
Ce déclencheur est
- à double action,
- de couleur jaune,
- placé de façon à être accessible à tous (hauteur de 1,30m),
- raccordé au DECT

5.2.4 Le Dispositif d’Arrêt d’Urgence (DAU)

Le dispositif d’Arrêt d’Urgence permet de ne pas activer la commande d’extinction tant


qu’il est actionné de manière continue. Chaque fois que le dispositif d’arrêt d’urgence
est activé la temporisation d’évacuation est réinitialisée.

Ce déclencheur est
- de couleur bleue,
- placé de façon à être accessible à tous (hauteur de 1,30m),
- lorsqu’il est requis doit être installé à côté du DME,
- raccordé au DECT

Son action est indiquée par un changement du signal transmis aux dispositifs d’alarme
sonore dans la zone de noyage.

5.2.5 Dispositifs commandés terminaux et dispositifs actionnés de sécurité (DAS)

Les DAS sont l’ensemble des équipements commandés.


Ils comprennent aussi les asservissements (coupure des énergies, arrêt climatisation,…)
Les DAS sont des équipements permettant de simplifier et d’améliorer les procédures d’évacuation des locaux.
La plupart des DAS sont à sécurité positive : du courant les maintient en position d’attente et en cas de rupture de
courant, ils se mettent en position de sécurité.
Il faut cependant prévoir des alimentations de secours pour les équipements fonctionnant à l’électricité (alarmes
visuelles et sonores en particulier)

Diffuseur sonore

Alarmes visuelles

- Obligation : dans la langue du pays

A l’extérieur du local Intérieur du local


Un panneau doit être mis au-dessus de la porte ou des Un ou plusieurs panneaux ne doit(vent) pas être mis
portes d’accès systématiquement au-dessus des portes mais doit être
visible(s) de tous points de la salle

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 8 / 24


GE75-764R /A
5.2.6 L’associativité
L’associativité a pour but de s’assurer que tous les éléments interconnectés garantissent l’efficacité, la fiabilité et la
sécurité.

La vérification de cette association d’équipements est effectuée en laboratoire et fait l’objet d’un rapport
d’associativité propre à chaque matériel.

Les ECS et DECT doivent être constitués d’éléments associables, c'est-à-dire capables de fonctionner ensembles.
Il s’agira donc d’équipements d’une seule marque, ce qui interdit d’utiliser un « panachage » de détecteurs,
déclencheurs etc. de différentes.

5.2.7 Le report des alarme au poste central de sécurité (PCS)


Voir Guide GE75-731R Système de Sécurité Incendie

5.2.8 Supervision
Voir Guide GE75-731R Système de Sécurité Incendie

5.3 Alimentation électrique de sécurité (AES)


Voir Guide GE75-731R Système de Sécurité Incendie

5.4 Cheminement et Câblage


Voir Guide GE75-731R Système de Sécurité Incendie

L’IEAG doit être alimentée par un câble de qualité CR1 raccordé en aval du disjoncteur général et doit comporter
son propre disjoncteur différentiel.

Le câblage doit assurer la continuité d’un élément à un autre sans raccordement intermédiaire.
Chaque câble ne peut assurer qu’une seule liaison entre deux dispositifs.
Le cheminement doit être distinct de tout autre circuit.
La nature et le type des câbles doivent être conformes aux spécifications du constructeur figurant au dossier
technique.
Les câbles réalisés de façon provisoire sont interdits.

5.5 Stockage des agents extincteurs


Les quantités de gaz nécessaire à l’extinction sont stockées dans des réservoirs sous haute pression (HP), à
l’exception du CO2 qui peut être stocké dans des réservoirs basse pression.

Pour les réservoirs HP une seule taille de conteneur et un seul taux de remplissage doivent être utilisés dans une
installation.
La quantité d’agent extincteurs dans les bouteilles doit être surveillé soit en mesurant la pression dans les
bouteilles soit en les pesant pour le CO2.
Toute anomalie doit être envoyée vers le DECT.
Toute perte de pression de plus de 10% doit être indiquée au moyen d’une information visuelle.

Dans les systèmes basse pression un groupe frigorifique automatique doit être utilisé pour maintenir le CO2 à une
pression absolue comprise entre 19 et 21 bars. Une augmentation au-dessus de 22 bars doit signalée comme
dérangement.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 9 / 24


GE75-764R /A

5.5.1 Stockage CO2 BP

Cette solution est choisie pour remplacer un nombre trop important de bouteilles.

5.5.2 Stockage CO2 HP

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 10 / 24


GE75-764R /A

5.5.3 Stockage Gaz Inerte

5.5.4 Stockage Gaz Inhibiteur

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 11 / 24


GE75-764R /A
6 Type de gaz
Les agents extincteurs agissent sur le feu de plusieurs façons par.

 Refroidissement : absorption de l’énergie calorifique émise par le foyer


 Etouffement : abaissement la teneur en oxygène aux alentours du foyer afin de rendre la combustion
impropre à la combustion.
 Isolement : séparation physique des gaz de pyrolyse émis par les combustibles et de l’air (voisin de
l’étouffement).

Il existe 2 types d’agents extincteurs :


- Les gaz inertes (CO2, Azote, Argon)
- Les gaz inhibiteurs (FM200, Novec…)

6.1 Les gaz inertes :


Les gaz inertes agissent essentiellement par étouffement. Il existe 2 catégories :

 Les Gaz inertes par réduction du taux d’oxygène. Ils abaissent la concentration en oxygène qui passe de
21% aux environs de 12 à 13%.
A ces concentrations l’atmosphère est respirable pour l’homme pendant au moins une dizaine de minutes.
Ces gaz n’agissent pas sur des feux de braises profondes.

Les Gaz inerte par étouffement massif : Il s’agit du CO2 qui agit par étouffement massif provoquent une
diminution de la concentration d’oxygène de l’air qui est dangereuse pour l’homme.
Le CO2 est utilisé pour étouffer le feu sans tenir compte du critère de respirabilité de l’air.
A forte concentration en noyage total le CO2 peut éteindre les braises après un temps d’imprégnation
variant de 10 à 20 minutes.

6.2 Les gaz inhibiteurs :


Les gaz inhibiteurs agissent principalement en stoppant les mécanismes de combustion directement dans les
flammes par substitution partielle des atomes d’oxygène dans la réaction de combustion par des molécules de
l’agent extincteur.

Ces gaz inhibiteurs ne sont pas intrinsèquement toxiques aux concentrations d’utilisation normales. Cependant ces
molécules inhibitrices se décomposent au-delà d’une certaine température en libérant des produits toxiques et
corrosifs notamment de l’acide fluorhydrique.

Afin de réduire la température d’exposition d’un gaz inhibiteur et diminuer la décomposition en sous-produits
dangereux, il faut respecter les contraintes suivantes :
- Disposer d’une détection précoce
- Réduire au minimum le temps d’émission pour obtenir au plus vite la concentration nominale d’extinction
- S’assurer de la bonne étanchéité du local à protéger.

Les gaz inhibiteurs ne doivent pas être utilisés sur des feux impliquant :
- Les produits chimiques fortement oxydés
- Les métaux réactifs qui peuvent réagir violemment au contact des agents gazeux.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 12 / 24


GE75-764R /A

7 Processus de réalisation d’une installation IEAG


L’installation d’extinction à gaz doit être faite suivant l’APSAD R13.et s’il n’y a pas de fournisseur spécialisé
APSAD R13, l’installation peut être faite suivant des normes reconnues par nos assureurs avec notes de calcul,
plans d’installation :
 NFPA 2001
 VDS (Allemagne et pays de l’Est),
 UNI (Italie),
 BS (Uk),
 EN (EU)

7.1 Acceptabilité de l’installation

Avant le début de la réalisation des travaux, l’installateur doit :


 réaliser un test d’infiltrométrie pour s’assurer de l’étanchéité de la salle. Si la salle présente un taux de fuites
trop important il conviendra de la rendre étanche.
 fournir les documents suivants :
− Les plans des implantations des réseaux et des protections,
− La liste du matériel qui va être installé (caractéristique et la marque des câblages, des
détecteurs,…)
− Les plans et notes de calcul sont validés par l'assureur désigné

7.2 Réception de l’installation


Lorsque l’extinction gaz remplace de la protection sprinkler les installations doivent être validées et réceptionnées
par les assureurs sur la base des plans et des notes de calcul validés.
L’installation doit être réceptionnée suivant le référentiel utilisé avec un procès-verbal de réception conforme au
standard.
Un test d’infiltrométrie (Ventitest) sera réalisé afin de s’assurer de la non dégradation de l’étanchéité initiale de la
salle et le compte-rendu du test doivent être conservés ainsi que le plan de traitement s’il y en a eu un.
Si ces exigences n’ont pu être suivies, il faut procéder à un lâcher réel avec mesure et procès-verbal de réception
suivant le référentiel

L’ensemble de la documentation concernant les équipements du SDI (les ECS, les détecteurs,…) et du DECT doit
être fournie. Son exhaustivité doit être contrôlée par le responsable prévention lors de la réception.

7.3 Vérification et maintenance


Les obligations de maintenance et de vérification doivent être réalisées conformément aux normes en vigueur (par
ex APSAD R13 Partie 1 Chapitre 6)

Pour ces installations il faut réaliser contrôler au minimum un:


- Contrôle des bouteilles tous les 10 ans
- Contrôle des déclencheurs pyrotechniques tous les 3 ans
- Contrôle des détecteurs tous les ans
- Réaliser un contrôle d’étanchéité des salles protégées après chaque travaux modifiant l’étanchéité.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 13 / 24


GE75-764R /A

8 Dimensionnement de l’installation, des détecteurs et du gaz


8.1 Détection
Voir Guide GE75-731R Système de Sécurité Incendie.

En complément du chapitre détection, l’installation doit comporter au moins deux boucles de détection sur
lesquelles sont raccordées les détecteurs dont les types doivent répondre aux impératifs de surveillance et de
protection des risques.
Tous les détecteurs sur une même boucle doivent être identiques.

Toutefois deux détecteurs ayant un mode de détection identique peuvent être utilisés en confirmation d’alarme si
chacun satisfait aux exigences suivantes :
- Marquage CE conformément à la directive 89/336 CEE
- Certification suivant NF EN 54/7
- Posséder une attestation d’aptitude

8.2 Choix des gaz

Le choix du gaz d’extinction s’effectue en fonction :


- Le type de feu possible
- La toxicité
- La caractéristique des locaux à protéger
- La possibilité d’inertage complet d’une salle ou ponctuel d’une installation…

Le CO2 sera employé dans les conditions ne permettant pas d’obtenir une étanchéité parfaite des salles à
protéger, (ex : bancs d’essais, etc…).

L’emploi des gaz inhibiteurs (gaz HFC et FC) doit être limité compte tenu de leur impact sur l’environnement (ODP
et GWP cf annexe 1) :
- Le CEA 410 n’est aujourd’hui plus commercialisé
- Les gaz FM200 et FE 13 ne seront pas employés comme gaz inhibiteur pour les nouvelles installations sauf
cas particulier ne pouvant se résoudre autrement.
- Le gaz Novec 1230 reste utilisable.

8.3 Dimensionnement
Le dimensionnement sera réalisé par le fournisseur pour les items suivants :
- Quantité de gaz et nombre de bouteilles
- Etanchéité des salles (faux plancher, faux plafond…)
- Calcul des évents

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 14 / 24


GE75-764R /A
9 Préconisations recommandées pour les installations industrielles du
Groupe Renault
9.1 Activités à protéger
L’extinction automatique à gaz sera en particulier employée dans :
- les installations de télécommunication,
- les installations électriques,
- les salles informatiques,
- les bancs moteurs
- les locaux de stockage d’hydrocarbure ou liquides inflammables.
- Les locaux dédiés aux groupes hydrauliques.

9.2 Schéma de principe de réalisation d’une IEAG

Alimentation 230V CA
Type C2 3 conducteurs
ECS
<= 1,5mm
AES

TRE

Armoires

Détecteur
de fumée

Armoires

Détecteur
de chaleur
Détecteur
de flamme

Salle à Sirène
protéger Pneumatique

Cas d’un Data center

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 15 / 24


GE75-764R /A
9.3 Les salles informatiques et les Data Center :
Les préconisations habituelles sont à mettre en œuvre mais des attentions particulières sont à prendre en compte
dans ce cas particulier à savoir :
- Mise en place de buses silencieuse (< 130db). Les buses standards peuvent provoquer une destruction des
disques durs du au bruit généré par l’éjection du gaz dans ces buses.
- Maintien en marche des climatisations si celles-ci sont en circuit fermées.
- Une étanchéité des salles particulièrement nécessaire.
- Lors des travaux indiqués que ceux-ci doivent se dérouler dans une atmosphère sans poussière.

Lors de la construction de nouveaux CIP (Centre Informatique de Proximité) ceux-ci seront protégés avec une
extinction à gaz. Le sprinkler n’est pas requis.
Si le CIP principal est redondé avec un CIP de repli, éloigné de 300m avec un temps de mise en place des
activités liées à la production alors un système de détection multiponctuel est suffisant pour le CIP de repli.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 16 / 24


GE75-764R /A

10 Annexe 1
10.1 Caractéristiques principales des gaz extincteurs
HFC
Nom de l’agent 227ea
HFC 23 KF 5-1-12 IG 541 IG 55 IG 01 IG 100 CO2
extincteur

Azote (52%)
Dénomination Heptafluoro- Trifluoro- Dodeca fluoro Azote (55%) Dioxyde de
Argon (40%) Argon Azote
chimique propane méthane 2-méthylpentane Argon (50%) carbone
CO2 (8%)

CF3
Formule
CF3CHFCF3 CHF3 CF2C(0) N2, AR,CO2 N2, AR AR N2 CO2
chimique
CF(CF3)

Dénomination ARGONITE AZOTE ou


FM200 FE 13 Novec 1230 INERGEN ARGON CO2
commerciale ou ARGO 55 CEREXEN

Inerte/
Type d’agent Inhibiteur Inhibiteur
Inhibiteur Inerte Inerte Inerte Inerte etouffement
extincteur Type HFC Type HFC
massif

Masse molaire
170 70 316 34 34 40 28 44
(g/mol)

Temp. d’ébulition
à la pression -16,4 -82 49,2 -196 -196 -185,9 -195,8 -78,5
atmosphérique

Tension de
3,91 41,83 0,3260 SO SO SO SO 58,6
vapeur à 20°C

Liquide sous Liquide sous Liquide sous Liquide hte


Stockage Gazeux Gazeux Gazeux Gazeux
pression pression pression pression

Pression de 200 et 21 BP et 60
25 et 42 70 42 200 et 300 200 et 300 200 et 300
stockage (bar) 300 HP

Nota :
Le FC 3110 n’existe plus
Le FM200 ainsi que le FE13 ne sont plus autorisés chez Renault.
Ces gaz ne sont plus autorisés du fait de leur impact sur l’environnement

Concentration d’extinction
La concentration nominale d’extinction est une caractéristique propre à chaque agent extincteur. Cette valeur est
déterminée à partir de la valeur de la concentration d’extinction mesurée en laboratoire.
On majore la concentration mesurée en laboratoire de 30% pour assurer une marge de sécurité. Cette nouvelle
valeur s’appelle lors de concentration nominale d’extinction.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 17 / 24


GE75-764R /A

10.2 Sécurité des personnes et toxicité des gaz


La toxicité du gaz extincteur est un paramètre important qui conditionne la sécurité des personnes qui seraient
amenées à être exposées accidentellement au gaz.

Les gaz inertes de par leur mode d’extinction abaissent le taux d’oxygène à une concentration aux alentours de 12
à 13%. En cas d’exposition brève celle-ci est toutefois acceptable pour l’organisme.

Le dioxyde de carbone présente un risque physiologique même avant que l’effet asphyxiant ne se manifeste. Le
CO2 provoque des perturbations des fonctions respiratoire et circulatoire.
Au-dessus de 25% de concentration on peut observer une dépression du système nerveux central avec coma
parfois convulsif et mort par la suite. Ces troubles peuvent apparaitre de façon très brutale si la transition avec l’air
pollué est rapide. L’anoxie (interruption de l’apport d’oxygène aux différents tissus de l’organisme) créée, associé à
l’hypercapnie (augmentation de la teneur du sang en gaz carbonique) entraine une sidération brutale des centres
nerveux, avec syncope réflexe et arrêt cardio-respiratoire immédiat.

Seuils de toxicité pour l’homme en % Concentration

HFC
Nom de l’agent 227ea KF 5-1-
HFC 23 IG 541 IG 55 IG 01 IG 100 CO2
extincteur 12

Dénomination Novec ARGONITE AZOTE ou


FM200 FE 13 INERGEN ARGON CO2
commerciale 1230 ou ARGO 55 CEREXEN

Inerte/
Type d’agent
Inhibiteur Inhibiteur Inhibiteur Inerte Inerte Inerte Inerte etouffement
extincteur
massif

NOAEL (%) 9 30 10 43 43 43 43 5

LOAEL (%) 10,5 >30 >10 52 52 52 52 7,5

NOAEL Non Observable Adverse Effect Level: niveau (dose) d'exposition maximale sans effet toxique observable,
c'est-à-dire la dose la plus élevée d’une substance pour laquelle aucun effet toxique n’est observé

LOAEL Lowest Observed adverse Effect Level : niveau (dose) d'exposition le plus bas, dans une expérience,
produisant un effet néfaste observé.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 18 / 24


GE75-764R /A

10.3 Problématiques environnementales


Dans le cadre du choix d’un gaz extincteur les problématiques environnementales doivent être considérées.
- Un indice caractéristique représentant les effets destructeurs potentiels sur la couche d’ozone il s’agit de
l’ODP (Ozone Depletion Potential).
- Un indice caractéristique représentant l’incidence d’un gaz extincteur sur l’effet de serre il s’agit de GWP
(Global Warming Potential).

Effet sur l’environnement– Concentration (%)


Nom de HFC
KF 5-1-
l’agent 227ea HFC 23 IG 541 IG 55 IG 01 IG 100 CO2
12
extincteur

ARGONITE
Dénomination Novec AZOTE ou
FM200 FE 13 INERGEN ou ARGO ARGON CO2
commerciale 1230 CEREXEN
55

Inerte/
Type d’agent
Inhibiteur Inhibiteur Inhibiteur Inerte Inerte Inerte Inerte etouffement
extincteur
massif

ODP 0 0 0 0 0 0 0 0

GWP 3500 12000 1 0 0 0 0 1

10.4 Effet de pressions et résistance des structures


Les IEAG doivent être conçues pour émettre le gaz extincteur à la concentration appropriée au débit suffisant au
plus tôt pendant un temps d’émission et d’application défini dans les règles et compatible avec la sécurité des
personnes.

L’étanchéité des locaux est un élément primordial de l’installation conditionnant le succès de l’extinction.
Si les installations de ventilation, chauffage ne sont pas en circuit fermé, elles doivent être arrêtées et de plus tous
les clapets coupe-feu doivent être également fermés.

Il est donc indispensable de prévoir des évents de surpression afin de limiter la cette trop rapide augmentation
de pression pouvant entrainer la rupture de cloisons, vitrage etc.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 19 / 24


GE75-764R /A

11 Annexes 2 : Technologies préconisées


En France : Le code du travail français n’impose pas de conformité aux normes.
L’absence de norme obligatoire pour le code du travail permet de déployer des solutions nouvelles.

Si la réglementation locale impose le respect d’une norme, celle-ci sera alors obligatoire.

On privilégiera tout de même les modèles ayant obtenu des certifications parmi lesquelles :
- NF : norme française (obtention au CNPP)
- VdS : équivalent allemand du CNPP, délivrance de la norme allemande
- UL : Underwriter Laboratories
- FM : Factory Mutual

11.1 Déclencheurs manuels d’Extinction :


Les déclencheurs Manuels d’Extinction (DME) sont à double action afin d’éviter le déclenchement de l’extinction
automatique accidentellement.

La technologie adressable sera retenue en priorité.

Ils devront être facilement accessibles et placés à une hauteur de 1,30 m au-dessus du sol (accessibilité
handicapés).

Les déclencheurs manuels seront semi encastrés dans les parois de manière à ne pas dépasser en saillie de plus
de 3 cm. L’entrepreneur devra toutes les prestations d’incorporation de ces matériels au moment des travaux
(préparation des incorporations et fourreaux de passage câbles).

Ils se présenteront sous la forme d’un boîtier en matière thermoplastique de couleur jaune à membrane déformable
à double action et disposeront d’un système de test et d’un voyant LED indiquant leur activation. Ils porteront la
mention « Commande manuelle – système d’extinction à gaz »

Ils seront fournis avec une clé de maintenance pour les tests et réarmements.

11.2 Déclencheurs d’arrêt d’Urgence


Idem que pour les DME. Cependant ils seront de couleur bleue.

11.3 Détecteurs et câblages :


Les détecteurs employés seront de type adressable en priorité.
Le choix et le nombre des détecteurs sera fait en fonction de l’analyse des risques.
Dans les cas de feux présentant plusieurs types de combustibles (différents foyers types, TF1à TF6, norme NF
EN 54/7) des détecteurs multi-capteurs, intelligents (à algorithme) ou à confirmation d’alarme seront employés
pour réduire le risque de fausse alerte. Ils pourront s’autotester et tester leur ligne pour assurer leur maintenance.

Les deux lignes de détection (détection et confirmation d’alarme) connectées à l’ECS seront bouclées. Dans la
mesure du possible, les lignes en étoile ou en dérivation seront à éviter.

Compte tenu des nouvelles technologies utilisées par les capteurs on choisira ceux équipés d’isolation de court-
circuit permettant de garantir la continuité de la ligne bouclée. Cependant si les capteurs utilisés ne possèdent pas
ces caractéristiques on équipera la ligne de séparateurs de court-circuit (ICC) afin d’isoler la partie concernée.
Le nombre de capteur maximum entre deux ICC sera limité à 32 capteurs.

Les détecteurs de type débrochable facilitent l’interchangeabilité et la maintenance, à condition d’être équipé d’un
ICC pour éviter la coupure de la ligne.

L'état de défaut d'un détecteur ou son débrochage devra être transmis à la centrale par un signal différent de l'état
d'alarme.

Les types de détecteurs seront adaptés aux locaux à protéger.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 20 / 24


GE75-764R /A
Parmi les caractéristiques, on peut aussi citer :
- Tension de fonctionnement 24 Vcc,
- Compensation automatique d’encrassement,
- Diode indicative de détection, orientée vers la porte la plus proche, ou visible à 360°
- Paramétrages du niveau de sensibilité par détecteur, réalisable uniquement par du personnel qualifié
désigné.
- Température d’exploitation : -10 à + 50° C minimum,
- Humidité : fonctionnement certifié jusqu’à 92 % d’humidité relative,
- Immunité aux perturbations électromagnétiques.

La détection par un détecteur doit être confirmée par un deuxième détecteur ayant un mode de détection différent
du premier.
Cependant deux détecteurs ayant un mode de détection identique peuvent être utilisés en confirmation d’alarme si
chacun satisfait aux exigences suivantes :
- Marquage CE conformément à la directive 89/336 CEE
- Certification NF EN 54/7
- Posséder une attestation d’aptitude

Socles
Les détecteurs seront montés sur des socles encastrés pour les locaux comportant un faux plafond, socle saillie
dans les autres locaux.
Chaque socle devra comporter un voyant LED clignotant.
Pour les détecteurs situés à une grande hauteur ces voyants devront être adaptés afin d’être facilement visibles
depuis le sol.
Une pastille de repérage distincte sera apposée sur les socles des derniers détecteurs de boucle et sur les
détecteurs Maîtres, de même un marquage sur le faux plafond permettra de repérer les détecteurs montés dans le
plénum.

Cas particulier - Détection multi ponctuelle


Certains locaux (salle serveur, salle blanche,…) seront équipées en ambiance et faux plancher d’une détection
multi ponctuelle haute sensibilité à aspiration d’air si nécessaire.
- Grande plage de sensibilité programmable
- Alarme feu (feu 1) : de 0,005 à 2% d’obscurcissement par mètre
- Deux seuils complémentaires (pré alarme, feu) : de 0,005 à 20% d’obscurcissement par mètre
- Architecture modulaire
- Adaptation automatique des seuils d’alarme en fonction de l’environnement
- Gestion continue du débit d’air
- Surveillance permanente du filtre

11.4 Alimentation :
La puissance disponible pour l’alimentation et l’alimentation de secours sera vérifiée pour s’assurer de son
adaptation aux composants du réseau de détection.

L’ECS, les DECT disposeront chacun de leurs AES (la conformité à la Norme NF S 61-940 est un gage de
qualité).
Il sera prévu :
- AES 24 Vcc pour l’électronique des centrales
- Une (ou plusieurs) AES 48 Vcc nécessaire(s) à l'alimentation des DAS à émission et des asservissements.

Les batteries d'accumulateur seront de type étanche à électrolyte gélifié pour entretien réduit.

L’AES de l’ECS seront dimensionnée de façon à pouvoir assurer 12 heures de fonctionnement à l'état de veille
plus 10 minutes en alarme feu.

Les AES du DECT seront dimensionnées de façon à pouvoir assurer 12 heures de fonctionnement à l’état de veille
plus 1 heure de fonctionnement en état de mise en sécurité pour le scénario dont la consommation en énergie est
la plus importante.

Les batteries seront maintenues en tension de « floating » par des redresseurs / chargeurs capables également
d'assurer automatiquement une recharge accélérée en cas de tension batterie trop basse.

Les ensembles redresseur / chargeur / batterie seront installés dans les racks de l’ECS et du DECT. Les différents
circuits seront protégés sélectivement par disjoncteurs modulaires montés sur rail DIN à l'arrière du rack technique.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 21 / 24


GE75-764R /A
Ils seront auto surveillés soit par surveillance de tension, soit par un contact auxiliaire de position des disjoncteurs.
Les AES seront équipées de dispositifs permettant la surveillance de :
- Présence / absence de l'alimentation principale,
- Défaillance interne,
- Présence tension d'utilisation,
- Ouverture des différents circuits,
- Report des informations correspondantes sur une unité de signalisation spécifique de la centrale.

11.5 ECS :
L’ECS assurera :
- L’alimentation et l’acquisition des informations des boucles de détection automatique et manuelle et des
circuits d’autocontrôle correspondants.
- L’acquisition d’informations en provenance d’installations autres contribuant à la sécurité incendie (détection
de gaz ….)
- L’évaluation des signaux d’alarme et de dérangement, selon la nature et la fonction affectée aux différents
organes d’acquisition
- Le contrôle des AES associées

L’ECS gèrera pour chaque zone ou chaque point d’adresse les fonctions suivantes :
- Détection de l’état d’alarme (fonction prioritaire).
- Contrôle du bon fonctionnement (défaut ligne, présence détecteur).
- Mise en essai : les asservissements associés seront alors bloqués.
- Mise hors circuit.
Il aura la capacité de mémoriser les 100 derniers évènements

L’ECS comportera notamment :


- Un clavier d’exploitation; son accès sera verrouillé par clé ou mot de passe à plusieurs niveaux (pour
exploitation courante, tests, programmation)
- Les signalisations générales dont notamment:
o Présence tension principale
o Dérangement alimentation inclus surveillance des protections et AES
o Dérangement batterie
o Panne totale alimentation (3ème source)
o Signalisation générale dérangement
o Signalisation dérangement processeur et programme
o Signalisation d’alarme feu restreinte
o Signalisation zone de synthèse zone hors fonction
o Signalisation de synthèse centrale en test.
- Une unité d’affichage alphanumérique à cristaux liquides indiquant par un texte en clair:
o la désignation du lieu d’incendie ou du dérangement (Z.D.),
o le repère du détecteur,
o le numéro de la ligne incriminée,
Un écran tactile peut être utilisé. On prendra en compte les validations auxquelles on été soumises les
dispositifs.
- Touches de fonctions et commandes générales dont:
o Touches de navigation de l’afficheur
o Arrêt signal sonore
o Réarmement alarme
o Test lampes
o Essai centrale
o Etc.
- Signalisation sonore distinctive d’alarme et dérangement
- Imprimante à bande intégrée avec alimentation sauvegardée assurant l’édition au fil de l’eau des
informations affichées. Les messages seront horodatés et comporteront le numéro d’adresse du point et un
texte alphanumérique d’identification modifiable par l’exploitant.
- Les Interfaces de communication avec le CMSI et le coffret de relayage extinction automatique DECT
- Les cartes d’interface modbus/IP pour report à la supervision SSI du site

Le nombre de boucles de détection et les longueurs de câbles pouvant être atteintes seront déterminées par les
études d’implantation et de dangers.

Il peut en résulter la possibilité d’avoir plusieurs équipements à installer.

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 22 / 24


GE75-764R /A

11.6 DECT :
Le DECT gèrera à l’issue d’une temporisation l’envoi des ordres correspondants aux dispositifs périphériques
(dispositifs d’alarme, lumineux) ainsi que les dispositifs d’ouverture des vannes en fonction des informations en
provenance de l’installation délivrées par l’ECS.

Fonctions générales
Le DECT comportera les fonctions générales suivantes :
- Un accès hiérarchisé aux fonctions d’exploitation par clavier verrouillé par clé ou mot de passe suivant la
normalisation française,
- Un afficheur alphanumérique à cristaux liquides indiquant en clair les actions en cours et les défaillances du
système.
- Touches de fonctions et commandes générales dont :
o Touches de navigation de l’afficheur
o Arrêt signal sonore
o Réarmement
o Test lampes
o Une commande générale de test
- Une capacité de mémorisation des 100 derniers évènements
- Les signalisations de synthèse d'état général du DECT (alarme feu, synthèse dérangement, synthèse zone
consignée, défaut bus, défaut satellite, etc.),
- Les signalisations de surveillance des AES et alimentations auxiliaires
- Les cartes d’interface modbus/IP pour report à la supervision SSI du site

Surveillance et contrôle des lignes


Le DECT assurera en permanence la surveillance :
- Des AES et alimentations auxiliaires correspondantes
- Des liaisons entre SDI et DECT
- Des voies de transmission entre DECT et matériels déportés
- Des lignes de télécommande et de contrôle des DAS, via des modules déportés.

Alarmes
- Fonctions de réception des alarmes de la double détection
- Temporisation pour l’évacuation du personnel
- Activation des alarmes sonores
- Activations des alarmes visuelles
- Gestion des asservissements
- Déclenchement des vannes de réservoir
- Gestion des DME (Déclencheurs Manuels d’Extinction)
- Gestion des DAU (Dispositif d’Arrêt d’Urgence)

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 23 / 24


GE75-764R /A

12 Glossaire

Acronyme Terme
AES Alimentation électrique de secours
DAS Dispositif actionné de sécurité
DAU Dispositif d’Arrêt d’Urgence
DECT Dispositif électrique de commande et de temporisation
DME Déclencheur Manuel d’Extinction
ECS Equipement de contrôle et de signalisation
ERP Etablissement recevant du Public
(type d’établissement issu de la législation française)
ICPE Installation classée pour la protection de l'environnement
(type d’établissement issu de la législation française)
NF Norme française
PCS Poste Central de sécurité
SDI Système de détection Incendie
SMSI Système de mise en sécurité incendie
SSI Système de sécurité incendie
US Unité de signalisation
ZA Zone d'Alarme
ZC Zone de compartimentage
ZD Zone de détection
ZF Zone de désenfumage

13 Liste des documents cités


NF EN 12094 : Installations fixes de lutte contre l'incendie - Éléments constitutifs pour installations
d'extinction à gaz - Partie 1 : exigences et méthodes d'essai pour les dispositifs électriques automatiques
de commande et de temporisation
APSAD R13 : Extinction automatique à gaz
NFPA 2001 : Standard sur Clean Agent Systèmes d'extinction
NF EN 54/7 : Systèmes de détection et d'alarme incendie - Partie 7 : détecteurs de fumée -
Détecteurs ponctuels fonctionnant suivant le principe de la diffusion de la lumière, de la transmission de
la lumière ou de l'ionisation
89/336 CEE : Directive 89/336/CEE du Conseil du 3 mai 1989 concernant le rapprochement des
législations des États membres relatives à la compatibilité électromagnétique
GE75-731R : Système de Sécurité Incendie ( SSI )
NF S 61-940 : Systèmes de Sécurité Incendie (S.S.I.)Alimentations Électriques de Sécurité (A.E.S.)

© RENAULT 2016 Origine : PEGI - Renault Page : 24 / 24