Vous êtes sur la page 1sur 39

Rendez vous des finances locales

Quelles situations financières à fin 2017 et


quelles stratégies dans le cadre de la loi de
programmation 2018-2022 ?

Mardi 3 juillet 2018


Cabinet Michel Klopfer
Consultants en finances locales
4, rue Galilée 75016 Paris
Tél 01.43.06.08.10 Fax : 01.47.34.15.83
E-mail : cmk@cabinetmichelklopfer.fr Site ; www.cabinetmichelklopfer.fr
Présentation du Cabinet Michel Klopfer
Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil
indépendant dont le capital appartient à 100% à ses consultants et salariés.
Spécialisé en gestion financière des collectivités publiques, le cabinet a réalisé
près de 5.000 missions auprès de quelque 900 collectivités parmi lesquelles
-35 des 42 villes de plus de 100.000 habitants
- 89 des 102 départements
- 24 des 27 anciennes régions
-20 métropoles et communautés urbaines
-125 communautés d’agglomération et établissements publics territoriaux.
Ses consultants sont également intervenants et formateurs auprès de nombreux
organismes, dont le Sénat, le Ministère des Finances, le Ministère de l’Intérieur,
et la Cour des Comptes. Gestion financière des collectivités territoriales
Au terme d’un tiers de siècle de décentralisation (1982-2014), la gestion des villes, départements,
régions et groupements s’est profondément transformée. Des méthodes novatrices de
management et de financement se sont développées, mais elles se sont aussi accompagnées

Ils sont auteurs de “ Gestion


d’une montée des risques, dans les relations de la collectivité avec ses partenaires publics et
privés.
Cette sixième édition de Gestion financière des collectivités territoriales a été entièrement
réécrite pour tenir compte de l’actualité financière et fiscale la plus récente, avec en particulier la
création de trois chapitres supplémentaires relatifs à la péréquation. L’ouvrage s’est également
enrichi de nouveaux développements sur la stratégie décisionnelle des assemblées locales face à

Gestion financière

des collectivités territoriales


la raréfaction de la ressource et à l’effet de ciseau.

financière des collectivités locales ”


Sont développés, en des termes pédagogiques, les différents aspects méthodologiques et
pratiques de la gestion territoriale : analyse financière et fiscale rétrospective et prospective,
stratégie intercommunale et mutualisation des moyens, péréquation communale, départementale
et régionale, choix des investissements publics, communication financière, analyse et contrôle des

des collectivités
satellites, consolidation des comptes et des risques, évaluation des délégations de service public

Gestion financière
et des PPP, gestion de dette et de trésorerie avec les enjeux juridico-financiers des emprunts
« toxiques », gestion de la TVA, autorisations de programme et d’engagement, règlement
financier…

7ème édition novembre 2015 aux


Un chapitre consacré aux bases du calcul actuariel, un glossaire des termes budgétaires et
financiers et près de 200 graphiques, tableaux et diagrammes contribuent à faire de cet ouvrage

territoriales
l’instrument de référence en matière de gestion financière des collectivités territoriales.
Destiné aux élus, directeurs généraux, directeurs financiers et autres gestionnaires des
collectivités locales, il intéresse également leurs partenaires (prêteurs, délégataires, sociétés
d’économie mixte, associations…) ainsi que les fonctionnaires d’État (préfectures, trésoreries,
chambres régionales des comptes...).

Editions du Moniteur ainsi que Michel Klopfer, ingénieur de l’École Centrale de Paris et ancien
élu local et Christian Escallier, ingénieur INAPG, sont tous deux
Sommaire

Christian Escallier
formateurs auprès de la Cour des Comptes, et sont intervenus
Analyse financière et fiscale

Michel Klopfer
Partie I. Principes de base
auprès de plusieurs ministères dont ceux des Finances et de

d’articles dans différentes


l’Intérieur. Concepteurs entre autres du ratio de « capacité de Partie II. Analyse financière et fiscale des collectivités locales
désendettement », ils sont régulièrement auditionnés dans Partie III. Enjeux financiers et fiscaux de l’intercommunalité
Intercommunalité
des groupes de travail interministériels et parlementaires. Le
Cabinet Michel Klopfer, qu’ils ont fondé ensemble au début des
Partie IV. Péréquation Péréquation communale, départementale et régionale
Partie V. Gestions externes
années 1990, est devenu le premier conseil français en finances
Partie VI. Gestion de la dette
Gestions externes : SEM, SPL, associations, OPH, SDIS, délégataires...
locales ; il a réalisé quelque 4 000 missions auprès de plus de
800 collectivités différentes, parmi lesquelles 24 des 26 régions et Partie VII. Gestion de trésorerie Dette et trésorerie
84 des 100 départements. Partie VIII. Organisation budgétaire
Organisation budgétaire

publications dont “ Les Notes Bleues Michel Klopfer • Christian Escallier

É
7e

DITI
O
N

de Bercy ” et “ Gestion et finances ISSN 1255-1406


ISBN 978-2-281-xxxxx-x

É
A changer
Les ouvrages de la collection « Méthodes » proposent des outils

7e

DITI
et des solutions concrètes permettant de maîtriser la gestion

publiques »
d’une opération de construction en toute sécurité. Modèles de
documents, fiches opérationnelles, synthèses des méthodolo- ON
gies et recommandations pratiques font de ces manuels des
ouvrages de référence utilisables au quotidien par les profes-
sionnels de la construction.

8740_Methodes_KLOPFER_couv.indd 1 08/09/15 16:08

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 2


La LFI 2018 en section de fonctionnement et d’investissement
DEPENSES Md€ RECETTES
MOYENS GENERAUX (hors personnel) 51,3 RECETTES COURANTES NON FISCALES 12,8
DEPENSES DE PERSONNEL 130,0 IMPOTS ET TAXES 288,8
89,4 COURANTE
INTERVENTIONS ET AUTRES CHARGES DE GESTION PRODUITS FINANCIERS 0,4
F FRAIS FINANCIERS 41,2 SOLDE DES BUDGETS ANNEXES 1,4
O
N DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS 0,0
C
T
PRELEVEMENTS SUR RECETTES
I
O , UNION EUROPEENNE 20,2
N COLLECTIVITÉS LOCALES 34,7 DEFICIT DE FONCTIONNEMENT 63,4
N
E (hors FCTVA)
M
E
N
T TOTAL 366,8 TOTAL 366,8

DEFICIT DE FONCTIONNEMENT 63,4 CESSIONS 5,0


DEPENSES D'INVESTISSEMENT 18,2
(dont FCTVA 5,6) EMPRUNTS LEVES 195,0
I AUTRES DEPENSES 5,3
N
V PARTICIPATIONS EN CAPITAL 1,3 AUTRES RESSOURCES DE FINANCT 8,3
E REMBOURSEMENTS D'EMPRUNT 120,1
S
T
. TOTAL 208,3 TOTAL 208,3

DEFICIT PREVU 83

Pour que le budget de l’Etat soit en équilibre au sens que l’on donne à ce terme pour les
collectivités, il faudrait 178,5 Milliards d’euros d’impôts supplémentaires ce qui
reviendrait par exemple à multiplier par 3,5 l’impôt sur le revenu (72,7 Md€)
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 3
Les comptes publics 1996-2018
COMPOSANTES DU DEFICIT PUBLIC Collectivités locales
RAPPORTE AU PIB 1996-2018 Etat, Sécurité sociale et autres
administrations publiques
0,5%
0,0%
-0,5%
-1,0%
-1,5%
-2,0%
-2,5%
-3,0%
-3,5%
-4,0%
-4,5%
-5,0%
-5,5%
-6,0%
-6,5%
-7,0%
-7,5%
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 timé révu
es p
17 18

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 4


Déficits et équilibres budgétaires dans l’UE
Nombre d’années en procédure de déficit excessif (supérieur à 3%) entre 2002 et 2016
relativement au nombre d’années de présence dans l’UE au cours de ces 15 ans.
En bleu les 19 pays membres de la zone Euro, en blanc les 9 non-membres de la zone euro

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 5


La dette publique 2006-2017
120
Evolution de la dette publique (en % du PIB)
Collectivités territoriales Sécurité sociale Etat
100 95,4 96,2 96,6 97,0
92,4
89,6
85,2
81,7
79,0
80
67,2 68,1
64,2 65,7 64,4 64,4
59,7 61,1 61,0 60,2 58,7 58,2 60,1
60 55,8

40

20

0
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 6


PART DES INVESTISSEMENTS LOCAUX depuis 1950
100%
95% Poids des inves5ssements locaux
90% en pourcentage des inves5ssements publics
85%
80%
75%
70%
65%
60%
55%
50%
45%
40%
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2015

Le chiffre souvent cité de 70% au lieu de 55% sur le graphique en 2014 ne prend pas
en compte les investissements militaires de l’Etat
Les investissements publics totaux représentent 4% du PIB (2,4% pour les CL) et les
investissements privés autour de 16%
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 7
L’EVOLUTION DES RATIOS FINANCIERS EN 2017
50%
Evolu2on des taux d'épargne brute consolidés
45% (ra$o épargne brute / rece1es réelles de fonc$onnement)
Communes EPCI Départements Régions
40%

35%

30%

25%

20%

15%

10%

5%

0% 2017
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 8


L’EVOLUTION DES RATIOS FINANCIERS EN 2017
10

Evolu1on des capacités de désende<ement consolidées


9
(ra$o de)e / épargne brute exprimé en années)
8 Communes EPCI Départements Régions

1
2017
0
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 9


La situation des Régions de 2016 à 2017
16 SITUATION FINANCIERE DES REGIONS AU CA 2016 16
SITUATION FINANCIERE DES REGIONS AU CA 2017
C
A
P 14 14
A

Capacité de désendettement en années


C
I 12 12
T
E
D 10 10
E
D
E 8 8
S
E
N 6
D 6
E
T 4
T 4
E
M 2
E 2
N
T
0
0 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% 18% 20% 22% 24% 26% 28% 30%
0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% 18% 20% 22% 24% 26% 28% 30%
Taux d'épargne brute
TAUX D'EPARGNE BRUTE

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 10


La situation des Départements de 2016 à 2017
30
SITUATION FINANCIERE DES DEPARTEMENTS AU CA 2016
30 SITUATION FINANCIERE DES DEPARTEMENTS AU CA 2017

Capacité de désendettement en années


25 25
CAPACITE DE DESENDETTEMENT (en années)

20 20

15 15

10 10

5
5

0
0
0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% 18% 20% 22% 24% 26% 28% 30% 32% 34%
0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% 18% 20% 22% 24% 26% 28% 30% 32% 34%
TAUX D'EPARGNE BRUTE Taux d'épargne brute

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 11


La situation des villes de plus de 100.000 hab de 2016 à 2017

32 32 SITUATION FINANCIERE DES VILLES


SITUATION FINANCIERE DES VILLES 30
30
DE PLUS DE 100.000 HAB AU CA 2016 28 DE PLUS DE 100.000 HAB AU CA 2017
28

Capacité de désendettement en années


C 26 26
A
P 24
A 24
C
I 22
22
T
E 20 20
D
E 18 18
D
E 16
S 16
E
N 14
14
D
E 12
12
T
T 10
E 10
M 8
E 8
N
T 6
6
4
4
2
2
0
0
0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% 18% 20% 22% 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% 18% 20% 22%
TAUX D'EPARGNE BRUTE
Taux d'épargne brute

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 12


La situation des EPCI de plus de 200.000 hab de 2016 à 2017
26 SITUATION FINANCIERE DES EPCI 26
SITUATION FINANCIERE DES EPCI
24 DE PLUS DE 200.000 HAB AU CA 2016 24
DE PLUS DE 200.000 HAB AU CA 2017
22

Capacité de désendettement en années


22

20 20
C
A 18
P 18
A 16
C 16
I 14
T 14
E 12
D 12
E 10
10
D
E 8
8
S 6
E 6
N 4
D 4
E 2
T 2
T 0
E
M 0 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% 18% 20% 22% 24% 26% 28% 30% 32% 34% 36%
E 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% 18% 20% 22% 24% 26% 28% 30% 32% 34% 36%
Taux d'épargne brute
N TAUX D'EPARGNE BRUTE
T

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 13


LOIS DE PROGRAMMATION DES FINANCES PUBLIQUES
•  Conformément à la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008, l'Etat est tenu de présenter
des orientations pluriannuelles sur une durée de 4 à 5 ans. Cette technique s'apparente à
celle du DOB d'une assemblée locale.
•  La 1ère loi de programmation des finances publiques couvrant les années 2009-2012 a été
votée par le Parlement (loi du 9 février 2009, soit une semaine avant l’opération FCTVA)
•  La 2ème loi de programmation 2011-2014 a été votée par le Parlement le 28 décembre 2010
•  la 3ème loi de programmation 2012-2017 a été votée en décembre 2012, elle prévoyait un
retour à un déficit structurel inférieur à 0,5% du PIB en 2015. Pour les collectivités locales,
elle s’est traduite par une réduction des concours financiers de 750 M€ en 2014 et 750 M€
supplémentaires en 2015, soit au total 3% de l’enveloppe normée. Par rapport à ces
perspectives, le pacte de compétitivité (novembre 2012) a ajouté 1,5 Md€ et le pacte de
responsabilité (janvier 2014) a ajouté 9,5 Md€ (11 dont 1,5) soit au total 12,5 Md€ de
réduction entre 2014 et 2017
•  La 4ème loi de programmation 2014-2019 a été votée en décembre 2014, elle prévoit un
retour à un déficit structurel inférieur à 0,5% du PIB en 2019. Elle annonce l’instauration
d’un objectif national d’évolution de la dépense publique locale (ODEDEL).
•  La 5ème loi de programmation 2018-2022, a été votée en décembre 2017 et validée par le
Conseil Constitutionnel le 18 janvier 2018
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 14
LOIS DE PROGRAMMATION DES FINANCES PUBLIQUES
•  TRAJECTOIRES SUCCESSIVES DES FINANCES PUBLIQUES
Automne 2012-Automne 2017
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
0%
-4,80% -4,10% -4% -3,50% -3,40%

-1%

-2%
Déficit effecLf
LF 2013
-3%
LF 2014
LF 2015
LF 2016
-4%
LF 2017
PLF 2018

-5%

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 15


La prospective du déficit public dans la LPFP 2018-2022

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 16


La prospective de dette publique dans la LPFP 2018-2022

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 17


La LPFP 2018-2022 et les nouveaux objectifs 

d’évolution de la dépense et de la dette locale
Pour les collectivités locales, trois objectifs sont assignés
A)  une norme de progression des dépenses de fonctionnement à 1,2 % par an soit une
baisse en euros constants sur la période compte tenu des prévisions d’inflation qui sont
celles de la loi de programmation
2017 2018 2019 2020 2021 2022
Dépenses-de-fonctionnement-
100 101,2 102,4 103,6 104,9 106,2
base-100-en-2017

B) Une norme de désendettement, correspondant à une amélioration du besoin de


Dépenses de fonctionnement 101,2 102,4 103,6 104,9 106,2
financement de 2,6 Md € par an, le besoin de financement correspondant à la variation
IV. – L’objectif national d’évolution du besoin annuel de financement des collectivités territoriales
de l’encours de dette entre le 1er janvier et le 31 décembre.
et de leurs groupements à fiscalité propre, s’établit comme suit, en milliards d’euros courants :

(En milliards d’euros)


Collectivités territoriales 2018 2019 2020 2021 2022
et groupements à fiscalité propre
Réduction annuelle du besoin de financement -2,6 -2,6 -2,6 -2,6 -2,6
Réduction cumulée du besoin de financement -2,6 -5,2 -7,8 -10,4 -13

V. – (Supprimé)
C) Une surveillance du principal ratio de solvabilité, la capacité de désendettement, à un
(AN NL) Article 11 14
seuil qui ne doit pas dépasser 12 ans pour le bloc communal, 10 ans pour les départements
et 9 ans pour les régions.
Les dépenses de gestion administrative exécutées dans le cadre des conventions d’objectifs et
de gestion signées à compter du 1er janvier 2018 entre l’État et les régimes obligatoires de
sécurité sociale doivent diminuer globalement d’au moins 1,5 % en moyenne annuelle sur la
période 2018-2022, à périmètre constant. Les dépenses de gestion administrative exécutées par
l’établissement de retraite additionnelle de la fonction publique sont également soumises à cette
18
contrainte. Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018

Chapitre III
Le PLPFP 2018-2022 et les nouveaux objectifs 

d’évolution de la dépense et de la dette locale
Ainsi les 3,3 Md€ d’excédent des collectivités à fin 2017 deviendraient 16,3 Md€ en 2017 soit
un désendettement de 55 Md€ en stock sur la période représentant un peu plus de 30%.
Projec/on par la LPFP 2018-2022 du solde budgétaire des
administra/ons locales et de la deBe qui en résulte
200 50
171 -55 Mds € = -32% en 5 ans
180 165
157
160 146 40
140 132
120
116 30
Mds € 100 Mds €
80 20
60 16,3
13,7
40 11,1 10
8,5
20 5,9
3,3
0 0
2017 2018 2019 2020 2021 2022
De3e (éch. de gauche) Solde budgétaire (éch. de droite)

Et dans la mesure où la tombée annuelle d’encours, issue de la dette locale, est de l’ordre
de 16 Md€ par an , cela signifie qu’en remplacement de cet amortissement les
collectivités seraient « autorisées » à lever 10 Md€ de nouveaux flux en 2018, autour de 5
Md€ en 2020 et plus rien en 2022 !

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 19


Les paramètres de modulation maximale de l’objectif

Minoration AU PLUS de 0,15 pt par critère Majoration AU PLUS de 0,15 pt par critère

MIN = + 0,75 % MAX + 1,65 %

Δ moyenne annuelle 2013/2018 > de 0,75 pt à la
croissance moyenne nationale
Δ moyenne annuelle 2013/2018 < de 0,75 pt à
CRITERE 1 --> Seuil ≈ > 1,25 % /an
Δ moyenne annuelle nationale
Croissance démographique OU
--> Seuil ≈ < -0,25 % /an
Δ Moyenne annuelle de nouveaux logements
entre 2014 et 2016 > 2,5 % des logements 2014
Revenu par habitant < 20 % à la moyenne
nationale
CRITERE 2 Revenu par habitant > de 15 % à la moyenne
OU
Richesse de la population nationale
proportion de pop résidant en QPV > 25 %
(communes/EPCI seuls)
CRITERE 3
Δ moyenne annuelle 2014-2016 des DRF > Δ Δ moyenne annuelle 2014-2016 des DRF < Δ
Efforts passés en
moyenne de la catégorie + 1,5 pt moyenne de la catégorie - 1,5 pt
fonctionnement

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 20


Les paramètres de modulation maximale de l’objectif


Les bornes des trois critères
0,20%
Le champ des possibles en majoration et minoration pour un critère
Seuil&''>&'&0,15&%& Δ&moy.& Seuil&''>&+&0,15&%&
min 2013/2018 max 0,15%
tion

Population*municipale*(Dep.*Et*Reg.) '0,25%&/an 0,50%&/an 1,25%&/an cia
go

Population*totale*(com*et*EPCI) '0,27%&/an 0,48%&/an 1,23%&/an 0,10%

0,05%
Seuil&''>&'&0,15&%& Revenu&moyen& Seuil&''>&+&0,15&%&
min 2018 max Pas de modulation
Communes,*EPCI,*Dep,*Reg 16&463 14&316 11&453 0,00%

-0,05%
Seuil&''>&'&0,15&%& Δ&DRF&moy& Seuil&''>&+&0,15&%&

min 2014/2016 max tion
-0,10% cia
Communes 0,89%&/an '0,61%&/an '2,11%&/an go

EPCI 3,79%&/an 2,29%&/an 0,79%&/an
-0,15%
Départements* 1,94%&/an 0,44%&/an '1,06%&/an
Régions 2,58%&/an 1,08%&/an '0,42%&/an
-0,20%
Min Seuil - Seuil + Max
*"hors"retraitement"des"AIS"="1,03"%"/an

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 21


Le mode opératoire

•  Paramètres du contrat : •  Exécution du contrat


!  Bloc communal : obligation de !  Contrôle de la trajectoire effective des
contractualiser (seuil 60 M€) DRF
!  Critère de modulation de la trajectoire
contractuelle des DRF > 2017

DRF 2014 DRF 2016


DRF DRF DRF
DRF 2017
2018 2019 2020
•  Seuil des 60 M€
•  Ref. 1 pour le •  Ref. 2 pour le
•  Année « zéro » à •  Contrôle du respect du
critère de critère de
laquelle contrat par le Préfet.
modulation DRF. modulation DRF
s’applique le
taux d’évolution
•  « Repérimétrage •  « Repérimétrage
du contrat.
» par la DGFIP » par la DGFIP
• 
•  Déduction du
•  Non retraitée. •  Retraitements.
FCCT (MGP)

•  Pas d’autres retraitements…

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 22


Le PLPFP 2018-2022 et les nouveaux objectifs 

d’évolution de la dépense et de la dette locale



Reprise#75#%#N+1# Contrat# Trajectoire#2#

165,0# 3#
160,5%
160,0# 157,4%
2#
154,5%
155,0# 153,6% 157,3%
150,0% 155,5%
1#
150,0#
151,8% 149,9%
145,0# 0,0% 0#
??%en%
140,0# 2022%
!1#

135,0#
!1,4%
!2#
• 130,0# !2,0%
125,0# !3#
2017% 2018% 2019% 2020% 2021%

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 23


collectivité/EPCI

Aux termes de l’article 29 de la loi de programmation des finances publiques pour les années
Le PLPFP 2018-2022 et les nouveaux objectifs 

2018 à 2022, le niveau maximal des dépenses réelles de la section de fonctionnement du
budget principal de la collectivité … est calculé pour les années 2018, 2019 et 2020 par
d’évolution de la dépense et de la dette locale
application à la base 2017 du taux d’évolution annuel de [1,2 + D] % déterminé à l’article 2.4
ci-dessus. Ce niveau maximal est donné dans le tableau ci-après :
Solde budgétaire négatif Solde budgétaire positif
Besoin de financement Excédent de financement
Rappel de
la base 2018 2019 2020
2017

Montant des dépenses réelles
…€ …€ …€ …€
de fonctionnement Recettes
hors emprunts Dépenses
Dépenses hors emprunts
hors emprunts Recettes
hors emprunts

Si la collectivité souhaite fixer un objectif inférieur, elle peut si elle le souhaite en faire état
ici, étant observé que son engagement au regard de la loi porte sur le niveau maximal détaillé
dans le tableau ci-dessus.

La collectivité pourra, si elle le souhaite, indiquer une description et une déclinaison des
actions (de modernisation, de mutualisation,
Amortissement
Emprunts etc.) mises en œuvre pour atteindre l’objectif.
Amortissement
d'emprunt
ed'emprunt
Emprunts

Article 4 – Amélioration du besoin de financement de la collectivité sur la période


2018/2020

La collectivité/L’EPCI … se fixe pour objectif d’améliorer son besoin de financement, défini


comme les emprunts minorés des remboursements de dette, selon la trajectoire suivante :
• 
2017 2018 2019 2020
(rappel)
Besoin de financement initial (€)
Besoin de financement
contractualisé (€)

La collectivité pourra indiquer ici si elle le souhaite les moyens qu’elle souhaite engager pour
améliorer son besoin de financement ainsi que les soldes intermédiaires (par exemple 24 :
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018
affectation de l’épargne brute) permettant d’y parvenir.

Article 5 – Amélioration de la capacité de désendettement de la collectivité


1,35%
1,40%

0,75%
0,80%
0,85%
0,90%
0,95%
1,00%
1,05%
1,10%
1,15%
1,20%
1,25%
1,30%
1,45%
1,55%
1,60%
1,65%

1,50%
ILE-DE-FRANCE

• 
SAINT QUENTIN EN YVELINES
GRAND PARIS SEINE & OISE
CA ROISSY PAYS DE FRANCE
PARIS-VALLÉE DE LA MARNE
CA CERGY PONTOISE
CŒUR D' ESSONNE
CA COMMUNAUTE PARIS
CA GRAND PARIS SUD SEINE
PARIS
YVELINES
HAUTS-DE-SEINE
VAL-DE-MARNE
taux cible

VAL-D'OISE
SEINE-ST-DENIS
Taux minimal

Taux maximal

SEINE-ET-MARNE
ESSONNE
COURBEVOIE
SARCELLES
PARIS
NEUILLY-SUR-SEINE
RUEIL-MALMAISON
VERSAILLES
BONDY
ANTONY
COLOMBES
LEVALLOIS-PERRET
SAINT-MAUR-DES-FOSSES
MONTROUGE
MELUN
CRETEIL
PUTEAUX
CHAMPIGNY-SUR-MARNE
SEVRAN
FONTENAY-SOUS-BOIS
AULNAY-SOUS-BOIS
PANTIN
VINCENNES
VILLEJUIF
TREMBLAY-EN-FRANCE
SAINT-OUEN
CLICHY
IVRY-SUR-SEINE
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 EVRY
BOULOGNE-BILLANCOURT
MONTREUIL
SAINT-DENIS
SURESNES
DRANCY
NOISY-LE-GRAND
ASNIERES-SUR-SEINE
NANTERRE
BAGNOLET
MEAUX
ARGENTEUIL
CHOISY-LE-ROI
ISSY-LES-MOULINEAUX
GENNEVILLIERS
BLANC-MESNIL (LE )
VITRY-SUR-SEINE
La situation de la contractualisation en Ile deFrance

ROSNY-SOUS-BOIS
BOBIGNY
25

AUBERVILLIERS
des 66 collectivités d'Ile-de-France

CERGY
Les données de contractualisation

MASSY
CORBEIL-ESSONNES


NO
CA UV



P ELL


GR A E
CA U B -AQ
E

0,75%
0,80%
0,85%
0,90%
0,95%
1,00%
1,05%
1,10%
1,15%
1,20%
1,25%
1,30%
1,35%
1,40%
1,45%
1,50%
1,55%
1,60%
1,65%
AN

• 
D LI AR UIT
PO AG MO N P AIN
IT G
IE GLO ES YRE E
RS M NE
C ME
OM RA ETR ES
M TIO OPO
UN N LE
A D
CA UT 'AG
BO DU U EN E
RD PA RBA
EA YS IN
UX BA E
M SQ
ÉT U
RO E
PO
L
CR E
EU
S
HA COR E
UT RE
E- Z
VI E
DO ENN
RD E
O
LO CH GNE
T- A
ET RE
-G NT
A E
DE RO
UX N N
PY -S E
RE
NE E VR
ES ES
CH -A VIE
AR T L N
EN ANT NE
TE I
-M QUE
AR S
IT
IM
LA E
ND
GI ES
RO
EN NOUVELLE AQUITAINE

ND
E
BR P
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 IV
E- L AU
LA IMO
-G GE
AI
LL S
AR
PO DE
LA ITI
R E
OC RS
LES 29 COLLECTIVITES APPELEES A CONTRACTUALISER

AN HE
GO LLE
UL
EM
E
NI
BO O R
RD T
EA
M
ER UX
IG
N
BA AC
26

YO
La situation de la contractualsation en Nouvelle Aquitaine

NN
E
L’article 16 de la LPFP 2018-2022 et le plafonnement des concours
de l’Etat aux collectivités territoriales

L’article 16 de la LPFP vise à plafonner sur 5 années l’ensemble des concours apportés par
l’Etat aux collectivités territoriales, hors dégrèvements, subventions des ministères
autres que l’Intérieur, TVA des régions et FCTVA. Cette nouvelle enveloppe normée qui
représente, en 2018, 38,37 Md€ (sur les quelque 67 Md€ que l’Etat verse au total au
secteur public local) est prévue baisser en moyenne de 0,18% par an entre 2018 et 2022 ce
qui signifie, suivant les années, une évolution négative de l’ordre de 1 à 2%
par an en monnaie constante et ce compte tenu des revalorisations de prévisions
d’inflation sur toute la période.

Cette norme a subi une évolution dans le cours de la discussion parlementaire puisque la
version initiale du texte portait sur une assiette plus large de 48,11 Md€ comprenant elle
la TVA des régions (4,12 Md€) et le FCTVA (5,61 Md€) ce qui pouvait donner à penser que
le bloc communal et les départements seraient mis à contribution pour financer la
croissance naturelle de la TVA des régions, à l’intérieur d’une enveloppe globale qui à
l’époque progressait (et non régressait…) de 0,2% par an.

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 27


Relations avec les collectivités territoriales 3,44 3,35 3,66 3,51 3,54
Outre-mer 2,02 2,02 2,02 2,03 2,03
Santé 1,27 1,24 1,42 1,48 1,54
L’article 16 (ex 13) de la LPFP 2018-2022 et le plafonnement
Pouvoirs publics 0,99
0,99 0,99
des 0,99 0,99

Sécurités 13,1026,69 13,09 26,69 13,30 13,49 13,58


concours de l’Etat
Recherche et enseignement supérieur
aux collectivités territoriales
27,40 27,87 28,00

Solidarité,sociaux
Régimes insertionetetdeégalité des chances Article
retraite 17,646,31 17,67 6,31 19,20 20,91
6,33 21,54
6,27 6,30
TEXTE INITIAL
13

L’ensemble des concours financiers de l’Etat aux collectivités territoriales ne peut, à périmètre

sept. 2017
Relations
Sport,
avec les collectivités territoriales
jeunesse et vie associative
3,44
constant, excéder les montants 3,35
suivants, exprimés en
0,73
3,66 courants
milliards d’euros 3,51
0,80
3,54
:
0,89 1,01 0,97
2018 2019 2020 2021 2022
Santé 1,27 1,24 1,42 1,48 1,54
48,11 48,09 48,43 48,49
Travail et emploi 15,27 16,68 15,18 48,49
12,89 12,58

TEXTE VOTE
Sécurités 13,10
Cet ensemble est constitué par : Article 13
13,09 13,30 13,49 13,58

I. AN 24 oct
Solidarité, insertion et égalité des chances 17,64 17,67 19,20 20,91 21,54
1° Les prélèvements sur recettes de l’Etat établis au profit des collectivités locales ;
- L'ensemble des concours financiers de l'État aux collectivités territoriales, exprimés en milliards d'euros courants, est évalué comme suit, à périmètre constant :
et 21 déc.
Sport, jeunesse et vie associative
2° Les
territoriales » ;
crédits du budget
0,73
général relevant
0,80
de la
0,89
mission
1,01
«
0,97
Relations avec les collectivités

2018 2019 2020 2021 2022


Par ailleurs, le plafond comprend le produit de l’affectation de la taxe à la valeur ajoutée aux
Travail et emploi régions, au Département de15,27 16,68
Mayotte et aux collectivités 15,18 de
territoriales 12,89 12,58 de Martinique et de
Corse,
Guyane prévue à l’article 149 de la loi de finances n°2016-1917 pour 2017.
Total des concours financiers de l'État aux collectivités territoriales 48,11 48,09 48,43 48,49 48,49
Article 13
I. - L'ensemble des concours financiers deArticle
l'État aux
14collectivités territoriales, exprimés en milliards d'euros courants, est évalué comme suit, à périmètre constant :
Fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée 5,61 5,71 5,95 5,88 5,74
Le montant de restes à payer, tel que retracé annuellement dans le compte général de l’État
2018 2019
annexé au projet de loi de règlement, hors2020 2021
impact des 2022
changements de règles de comptabilisation des
Taxe sur la valeur ajoutée affectée aux régions
engagements, 4,12 pour
ne peut excéder, 4,23 chacune
4,36 4,50 4,66
des années 2018 à 2022, le niveau atteint à fin 2017.

Total des concours financiers de l'État aux collectivités territoriales 48,11 48,09 48,43 48,49 48,49

Autres concours Article 15 38,37 38,14 38,12 38,10 38,10


Fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée 5,61 5,71 5,95 5,88 5,74
I. - A compter du 1er janvier 2018, l’affectation d’une imposition de toutes natures à des tiers
autres que les collectivités territoriales, les établissements publics de coopération intercommunale et les
II.Taxe
- Cetsur
ensemble est constitué par :
la valeur ajoutée affectée aux régionsde sécurité sociale 4,12
organismes 4,23
ne peut être4,36 4,50 ou4,66
instituée maintenue que si elle répond à l’un des critères
suivants :
1° Les prélèvements sur recettes de l'État établis au profit des collectivités territoriales ;
Autres concours 1° La ressource résulte d’un38,14
38,37 service rendu
38,12 38,10par l’affectataire à un usager et son montant doit
38,10
2° Les crédits du budget général pouvoir
relevant des’apprécier
la mission « Relations
sur des avecbases
les collectivités
objectivesterritoriales
; »;
3° -(nouveau)
II. Le produit
Cet ensemble de l'affectation
est constitué par : de 2°
la taxe
La sur la valeur ajoutée
ressource aux régions,
finance, au sein au Département
d’un secteurde Mayotte et auxou
d’activité collectivités territoriales dedes
d’une profession, Corse,actions
de Martinique et de
d’intérêt
commun ;
Guyane
1° prévue à l'article
Les prélèvements sur149 de la de
recettes loi l'État
n° 2016-1917 duprofit
établis au 29 décembre 2016 de finances
des collectivités pour 2017.
territoriales ;
3° La ressource finance des fonds nécessitant la constitution régulière de réserves financières.
III Les
2° (nouveau).
crédits -du
Pour la durée
budget de larelevant
général programmation, l'ensemble
de la mission des concours
« Relations financiers
avec les autresterritoriales
collectivités que le Fonds» de
; compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée prévu à l'article
L. (nouveau)
1615-1 du Le codeproduit
généraldedes La doctrine de recours aux affectations d’imposition de toutes natures est détaillée en annexe du
collectivités
3° l'affectation de territoriales
la taxe sur et
la que le produit
valeur
rapport annexé à la présente loi.
ajoutée deauxl'affectation
régions, audeDépartement
la taxe sur ladevaleur ajoutée
Mayotte auxcollectivités
et aux régions, au Département de Corse,
territoriales de MayottedeetMartinique
aux et de
collectivités
Guyane territoriales
prévue de149
à l'article Corse,
de de Martinique
la loi et de Guyane
n° 2016-1917 prévue à l'article
du 29 décembre 2016 de 149finances
de la loipour
n° 2016-1917
2017. du 29 décembre 2016 précitée est plafonné, à périmètre constant, aux
montants du tableau du I du présent article. II. - Les impositions de toutes natures affectées à des tiers autres que les collectivités
III (nouveau). - Pour la durée territoriales,
de la programmation, l'ensemble des concours
les établissements publicsfinanciers autres que le Fonds
de coopération de compensationetpour
intercommunale leslaorganismes
taxe sur la valeur
deajoutée prévu à l'article
sécurité
L. 1615-1 du code général des collectivités territoriales et que
sociale font l’objet d’un plafonnement le produit de l'affectation
Article 14
conformément de la taxe sur la valeur ajoutée aux régions,
au mécanisme prévu par l’article 46 de 28 au Département de Mayotte
la loi n° et aux
collectivités territoriales de Corse, de Martinique
2011-1977 du et
28 Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018
dedécembre
Guyane prévue à l'article
2011 149 de la loi
de finances n° 2016-1917
pour 2012. Les du 29 décembre 2016
affectations précitée estàplafonné,
dérogeant à périmètre constant, aux
cette disposition
montants
Le montant dude
tableau
restes du I du présent
à payer, que article.
telsont retracé annuellement
justifiées dans lementionnée
à l’annexe compte généralau de IV
l'État
de annexé au projet
ce même de loi de règlement, hors impact des changements de règles de
article.
comptabilisation des engagements, ne peut excéder, pour chacune des années 2018 à 2022,Article
le niveau
14 atteint fin 2017.
Le montant de restes à payer, tel que retracé annuellement dans le compte général de l'État annexé au projet de loi de règlement, hors impact des changements de règles de
L’article 16 de la LPFP 2018-2022 et le plafonnement des concours
de l’Etat aux collectivités territoriales
55
En apparence, le texte Les concours encadrés
amendé en première lecture 50 48,11 48,09 48,43 48,49 48,49 de l'ar:cle 13
par l’Assemblée Nationale 5,95 5,88 5,74
du PLPFP 2018-2022
45 5,61 5,71
est plus favorable aux
collectivités puisqu’il exclut 40 4,12 4,23 4,36 4,50 4,66
la TVA des régions et le
35
FCTVA de la nouvelle FCTVA
enveloppe normée, appelée 30
ici « concours encadrés . TVA affectée aux régions
25
Cependant le total reste le
20
même sachant que la 38,37 38,14 38,12 38,10 38,10 Concours encadrés (AN
1ère lecture)
progression de la TVA des 15
régions a été largement TOTAL des concours
10
comptée à 3.13%/an sur la encadrés en version
ini:ale
période 2018-2022, alors que 5
le réalisé est de 2,46% par an
0
sur 2013-2016 2018 2019 2020 2021 2022

125 TVA des régions es,mée


(3,13%/an)
120
TVA réalisé et droite de
115 tendance (2,46%/an)

110

105

100
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
es,mé prévu

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 29


Le poids des collectivités locales dans le budget de l’Etat: 66,7 Md€
MILLIARDS D'EUROS Recettes Dépenses solde
Total brut recettes / dépenses 417,2 325,8
Dont recettes fiscales 404,0
Dont recettes non fiscales 13,2

Dégrèvements aux contribuables -100,2

Dont dégrèvements impôts aux CL - 15


Total net recettes / dépenses 302,0

Prélèvements pour Union Européenne -20,2 325,8

Prélèvements pour CL hors FCTVA -34.7 66,7

Prélèvements pour CL : FCTVA -5.6

Dont concours RCT 3,8

Dont autres dotations budgétaires 7,6

Solde du budget général 241,5 325,8 - 84,3

Budgets annexes & Comptes spéciaux 1,4


Solde général LFI 2018 - 82,9

Les collectivités représentent en 2018 15,9 % des recettes brutes de l’Etat contre 15,2% en
2017 (effet du nouveau dégrèvement TH) et près de 20% il y a 10 ans
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 30
Concours de l’Etat et « transferts financiers aux CL » en LF 2018
105 000 PRESENTATION PAR L'ETAT DES TRANSFERTS FINANCIERS 2018 AUX CL (104.629 M€)
3093
959
100 000
1 234
95 000 7 397
Financement budgétaire de la
90 000 6 832 formation professionnelle

85 000 Financement des AIS Départements


5861
80 000 Autres dont TSCA SDIS
75 000
12507 Suppression TP : TSCA,
70 000
TASCOM,DMTO
65 000 Acte II : TICPE, TSCA
60 000 15 026
RMI-RSA : TICPE
55 000
50 000 Acte I : DMTO, Cartes grises
7 594
45 000
DEGREVEMENTS
40 000 3 781

35 000 AUTRES DOTATIONS BUDGETAIRES ET


TVA REGIONS
30 000
MISSION RCT (dans concours
25 000 encadrés)
34 734
20 000 PRELEVEMENTS SUR RECETTES (dans
concours encadrés)
15 000
PRELEVEMENTS SUR RECETTES (hors
10 000 concours encadrés)
5 000
5 612
0

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 31


ACHITECTURE DES 66,7 Md€ DE CONCOURS DE L’ETAT EN 2018
Prélèvement sur recettes 40,3 Md€ Mission RCT : 3,8 Md€
Dotations budgétaires 7,6 Md€ Dégrèvements 15 Md€


A

n DGD 1,5
c

I DGF 27,1 Dégrèvements 15
e
n
DGE DÉP 0,2
n DETR + DPV+ autres
e 1,5
DSI (Instituteurs) +
0,1
E DEL (élus locaux) Soutien invest 0,6

n
DRES / DDEC 1,0
v TVA des régions 4,1
e
l FMDI 0,5 Subventions
o 3 BILAN GLOBAL : +2.9 Md€
ANCIENNES VARIABLES des ministères
p 0,5 Dont nouveau dégrèvement TH : +3 Md€

D'AJUSTEMENT
p 0,5 Dont évol autres dégrèv :+ 0,8 Md€
VARIABLES PARTIELLEMENT
2 Amendes de police
e AJUSTEES ( TH) dont DGF et DGD Corse : -3,9 Md€

Autres 0,3 dont TVA régions : 4,1 Md€
Dont FCTVA :+ 0,1 Md€
DCRTP 2,9 CONCOURS Dont subventions ministères : -0,3 Md€
Dont fonds régions : -0,45 Md€
ENCADRES

Garantie des FDPTP 0,3 Dont Variables ajustement : -0,35 Md€
à -0,18%/an Dont amendes de police : -0,1 Md€
FCTVA 5,6 jusqu’en 2022
32
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018
COMPARAISON DE L’EVOLUTION 2018 PAR RAPPORT A L’HISTORIQUE 2013-2017

Au cours des 4 exercices 2014 à 450 L'EVOLUTION DES DEPENSES DE L'ETAT ENTRE 2013 ET 2017 (Md€)
2017, la DGF avait baissé de 11,5
Md€ (12,5 Md€ prévus initialement 395,2
400 388,3
moins 1 Md€ de « remise de peine »
aux seuls communes et EPCI).
350
Parallèlement les autres concours
d’Etat aux collectivités ont progressé
de 2,1 Md€ ramenant la perte nette 300
à 9,4 M€ entre 2013 et 2017. (9,7
Md€ prévus au PLF 2017 moins un 250
abondement de 250 M€ octroyés en 322,5 Autres dépenses de l'Etat
325,0
cours de discussion parlementaire. 200 Concours financiers aux CL
Cette baisse nette des concours
d’Etat de 9,4 Md€ avait plus que Total
compensé la hausse de 6,9 Md€ des 150
autres dépenses de l’Etat
100
Pour 2018, la DGF ne baisse pas et
hors effet du dégrèvement de TH 50
(3040 M€), la somme des concours 72,7 63,3
fléchit de 97 M€ (-0,15%)
0
2013 2017

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 33


PROLONGATION DU DISPOSITIF COMMUNES NOUVELLES

De 36.681 communes en 2014 à 35.416 en 2017 : passage du ratio à 1890 hab/commune


Royaume Uni
Chypre
Danemark
Irlande
Lituanie
Pays Bas 37 667
Portugal 34 872
Grèce 34 785
Suède 32 338
Bulgarie 28 587
Belgique 18 260
Finlande 16 759
Pologne 15 531
CroaMe 10 397
Slovénie 9 711
Roumanie 7 979
Italie 7 473
Allemagne 7 301
Malte 6 088
Estonie 5 903
Espagne 5 682
LeGonie 4 407 Popula1on moyenne d'une commune de l'UE (2014)
Luxembourg 4 297
Autriche 3 553

Hongrie 3 151
Slovaquie 2 193
France 1 767
Rép. Tchéque 1 688
- 5 000 10 000 15 000 20 000 25 000 30 000 35 000 40 000 45 000 50 000

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 34


LA DGF DU BLOC COMMUNAL :LES EVOLUTIONS 2018

Effet population communes 36,7M€


Effet communes nouvelles 0,6 M€
ECRETEMENTS
Forfaitaire des communes
Max 1% des RRF
60% 149,6 M€
soit 2%
DGF DES
COMMUNES ET EPCI
Dotation de compensation EPCI 18309 M€ Effet population et
40% 99,8 M€ sans majoration transformation EPCI
soit 2 % = 18.309 M€ 12,1 M€

Dosage entre les deux écrêtements et possibilité


Péréquation 200 M€
de majorer la péréquation : choix fait par le
DSU 110 M€
Comité des Finances le 6 février 2018 DSR 90 M€

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 35


DEGREVEMENT DE 80% DES CONTRIBUABLES A LA TH
QUELQUES DONNEES SUR LA TAXE D’HABITATION

21 576 21 634 22 175


22000 20 145 20 452 100
103 100
19 525
20000 103 104
98
6 813
18000 6 960 6 647
6 360 6 588
16000
6 024

14000
Syndicats
12000 Groupements

10000
Communes

8000
14987 15 362
14616
13403 13785 13864
6000

4000

LA TAXE D'HABITATION PERCUE PAR LES COLLECTIVITES EN M€


2000

0
2012 2013 2014 2015 2016 2017

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 36


DEGREVEMENT DE 80% DES CONTRIBUABLES A LA TH
QUELQUES DONNEES SUR LA TAXE D’HABITATION

8 500
8 000
7 500 DEGREVEMENT
7 000 COMPENSATION
6 500
6 000
5 500
5 000 6864
4 500
4 000
3 500 3703
3 780
3 487 3978
3 000 3 387 3 377 3 495
2 500
2 000
1 500 1 647 1 612
1 454
1 000 1 237 1 281 1 259 1 276 1 170
500

-
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 37


DEGREVEMENT DE 80% DES CONTRIBUABLES A LA TH
QUELQUES DONNEES SUR LA TAXE D’HABITATION
25%
La part de la taxe d'habitation prise en charge par l'Etat
22,7% 22,6% 22,5%
21,7% 21,9%
20,8%
20%

18,4%
17,3% 17,3% 17,5%
17,0% 16,7%
15%

10%

Dégrèvements/produit de TH
5%
(Dégrèvements+compensations)/
Produit de TH + compensations

0%
2 012 2 013 2 014 2 015 2 016 2 017
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 38




0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%


MARNES LA COQUETTE
NEUILLY SUR SEINE
VAUCRESSON
VILLE D'AVRAY
SAINT CLOUD
SCEAUX
MAROLLES
GARCHES
BOULOGNE BILLANCOURT
SANTENY
SAINT MANDE
BOURG LA REINE
SEVRES
VINCENNES
ISSY LES MOULINEAUX
LEVALLOIS-PERRET
NOGENT SUR MARNE
RUEIL MALMAISON
COURBEVOIE
BRY SUR MARNE
LA GARENNE COLOMBES
ANTONY
RUNGIS
CHAVILLE
SAINT MAUR DES FOSSES
% futurs exonérés

SURESNES
% actuel exonérés

MEUDON
GOURNAY SUR MARNE
CHATILLON
BOIS-COLOMBES
LE PERREUX SUR MARNE
PERIGNY SUR YERRES
CHARENTON LE PONT
PUTEAUX
LE PLESSIS ROBINSON
MONTROUGE
VANVES
PARIS
ORMESSON SUR MARNE
LE RAINCY
MANDRES LES ROSES
SUCY EN BRIE
SAINT MAURICE
NOISEAU
CLAMART
VILLECRESNES
FONTENAY AUX ROSES
ASNIERES
JOINVILLE LE PONT
COUBRON
CHATENAY MALABRY
MAISONS ALFORT
CACHAN
LE PLESSIS TREVISE
NEUILLY PLAISANCE
L'HAY LES ROSES
FONTENAY SOUS BOIS
LES LILAS
MALAKOFF
LA QUEUE EN BRIE
THIAIS
COLOMBES
LE KREMLIN BICETRE
FRESNES
VILLEMOMBLE
VILLIERS SUR MARNE
CHENNEVIERES SUR MARNE
ABLON SUR SEINE
GAGNY
ARCUEIL
NOISY LE GRAND
VAUJOURS
CHEVILLY LARUE
CLICHY
NANTERRE
ALFORTVILLE
LES PAVILLONS SOUS BOIS
MONTREUIL SOUS BOIS
ROSNY SOUS BOIS
VILLEJUIF
GENTILLY
Cabinet Michel Klopfer La Gazette 3 juillet 2018 LIMEIL BREVANNES
LIVRY GARGAN
BOISSY ST LEGER
CHAMPIGNY SUR MARNE
CRETEIL
VILLENEUVE LE ROI
LE PRE SAINT GERVAIS
CHOISY LE ROI
BAGNEUX
MONTFERMEIL
IMPACT DE L'EXONERATION DE LA TH EN 2020
SUR LES 124 COMMUNES DE PETITE COURONNE

IVRY SUR SEINE


TREMBLAY EN FRANCE
NEUILLY SUR MARNE
SAINT OUEN
VITRY SUR SEINE
PANTIN
AULNAY SOUS BOIS
BAGNOLET
ROMAINVILLE
VILLEPINTE
REFORME TH : LES IMPACTS EN PETITE COURONNE

LE BOURGET
NOISY LE SEC
BONNEUIL SUR MARNE
ORLY
L ILE SAINT DENIS
BONDY
DRANCY
VILLENEUVE LA GARENNE
EPINAY SUR SEINE
GENNEVILLIERS
SEVRAN
LE BLANC MESNIL
SAINT DENIS
VALENTON
VILLENEUVE SAINT GEORGES
39

PIERREFITTE SUR SEINE


DUGNY
AUBERVILLIERS
CLICHY SOUS BOIS
BOBIGNY
STAINS
VILLETANEUSE
LA COURNEUVE