Vous êtes sur la page 1sur 4

Première année pharmacie Histologie : Tissus Osseux Najib Merye

SQUELETTE : la charpente du corps, il est constitué d’organes pluritissulaires (os, articulations). Les
tissus squelettiques (tissu osseux, tissu cartilagineux) sont d’origine mésenchymateuse, ils
possèdent une MEC rigide d’où la solidité du squelette.
1/Tissu cartilagineux : la variété tissulaire la moins répondue dans l’organisme. C’est un tissu
mésenchymateux, à MEC solide, non minéralisée et dépourvue de vascularisation. Il est solide,
souple, résistant à la pression et poli de la surface.
MEC : fibrillaire, on trouve les fibres de collagènes de type II (très fines) dans le cartilage
hyalin, dans le cartilage fibreux regroupés en faisceaux, et des fibres élastiques dans le cartilage
élastique.
Inrerfibrillaire, très complexe, contient des GAG dont les plus abondants sont sulfatés (60%
chondroïtine sulfate, 40% kératane sulfate), des protéoglycanes sulfatés qui donnent une
consistance solide au tissu, de l’acide hyaluronique, des protéines et de l’eau (70 à 80%) ce qui
hydrate fortement les GAG.
Cellules : les cellules du cartilage sont les chondrocytes. C’est une cellule sphérique ou
ovoïde qui envoie des prolongements fins et très courts dans la MEC avoisinante, elle a un noyau
volumineux et un cytoplasme basophile riche en RER, AG, glycogène et flaques de lipides, ce qui lui
permet d’élaborer les constituants de la MEC et contrôler sa composition. Ils sont enfermés dans
des chondroplastes (logettes sans parois propres). Les chondrocytes sont très proches du
fibroblaste, ils peuvent se différencier à partir des chondroblastes.

On peut classifier différents types de cartilages selon la nature des fibres et de la MEC. On
distingue :
Cartilage hyalin : le plus répondu, à MEC qui paraît homogène. On le trouve dans les
cartilages articulaires, les voies respiratoires, les côtes, le squelette fœtale et persiste au niveau
des cartilages de croissance.
Cartilage élastique : Sa MEC est constituée de faisceaux de fibres élastiques. On le localise
dans les ailes du nez, l’épiglotte et les pavillons de l’oreille.
Cartilage fibreux : renforcé par d’épais faisceaux orientés de fibres de collagène de type I. Ils
sont résistants et souples. On le localise dans les disques intervertébraux, les ménisques
articulaires, dans le tendon d’Achille.
2/Le tissu osseux : tissu mésenchymateux, avec une MEC imprégnée de sels minéraux cristallisés
(d’où sa rigidité et imperméabilité), d’eau et de lipides, elle intervient dans le métabolisme du
calcium et phosphates. C’est un tissu vivant et en perpétuel remaniement.
Fonction mécanique : composition de l’os, soutien de l’organisme, protection des organes,
locomotion.
Fonction métabolique : métabolisme phosphocalcique, réservoir d’ions minéraux.
NOTE : l’os est l’association fonctionnelle de différents tissus : le tissu osseux, la moelle, l’espace
conjonctivo-vasculaire, périoste, endoste, cartilage articulaire.
Le tissu osseux est constitué de :
Cellules osseuses : provenant de la lignée ostéoblastique, ils sont d’origine
mésenchymateuse (des moins au plus différenciés on cite : les cellules bordantes, les ostéoblastes,
les ostéocytes).
Cellules bordantes : cellules aplaties peu actives, formant une monocouche à la surface du tissu
osseux. Elles se différencient en ostéoblastes.
Ostéoblastes : jamais inclus dans le tissu osseux, forment une monocouche aux endroits où se fait
l’apposition osseuse à la surface d’une matrice organique préexistante (les facteurs induisant à
cette apposition et freinent la résorption sont l’œstrogènes et TGF -Beta -Transforming growth
factor et BMP -bone morphogenetic protein-, tandis que les facteurs stimulant la résorption et
freinant l’apposition sont PTH -hormone parathyroïdienne- et la vitamine D3). L’ostéoblaste a une
activité synthétique importante (RER important, AG développé …) : synthèse de l’ostéoïde
(composant organique de la MEC) et la minéralisation, donc il joue un rôle dans la construction
osseuse.
Il a aussi de nombreuses fonctions : régulation du remodelage osseux (directement par des
enzymes protéolytiques et indirectement par des facteurs agissants sur les ostéoclastes) comme il
possède de nombreux récepteurs d’hormones, de cytokines et de facteurs de croissance.
Les ostéoblastes se transforment en ostéocytes.
Ostéocytes : les plus différenciées, se regroupent dans des logettes (ostéoplaste) dans la matrice
minéralisée reliées par des canalicules. Ils ont une forme étoilée (fins prolongements
cytoplasmiques). Leurs RER et AG sont réduits, d’où leur capacité de synthèse réduite.
Ses fonctions : maintien de la matrice osseuse et de l’équilibre phosphocalcique, régulation du
remodelage osseux et des échanges ioniques.
Les ostéocytes ne se divisent pas.

Les cellules osseuses proviennent aussi de la lignée ostéoclastique. Les ostéoclastes sont des
cellules à plusieurs mitochondries, et plusieurs AG, mais peu de RE. Elles contiennent aussi des
vésicules de pinocytoses et des vésicules lysosomales. Ces organites sont indispensables à leur
fonction de résorption du tissu osseux (avec l’intermédiaire d’enzymes : collagénase et enzyme
protéolytique).
MEC organique : contient des ostéoïdes, des fibres et la substance fondamentale). Elle est
fibrillaire (fibres de collagène I à 80%, constituant des fibrilles ou faisceaux d’orientation de
dispositions variables) et interfibrillaire (protéoglycanes).
Substance fondamentale : contient des protéoglycanes comme la fibromoduline, le biglycan et la
décorine. Des protéines comme l’ostéonectine et l’ostéocalcine qui ont un rôle dans la
minéralisation, l’ostéopontine qui relie les ostéoclastes à la matrice osseuse, des enzymes, des
molécules de signalisation et des facteurs de croissance.
MEC minérale : contient du calcium, phosphate, sodium, potassium, magnésium, des
cristaux d’hydroxyapatite (phosphate de calcium) orientés par des fibres de collagène.

On peut déterminer deux types de tissus osseux en fonction de l’organisation du collagène au sein
de la matrice osseuse :
Tissu osseux réticulaire ou non lamellaire : tissu primaire (provisoire), faiblement minéralisé,
avec des trames collagéniques orientées dans toutes les directions (mécanisme fragile). Chez le
fœtus, il constitue les ébauches osseuses. Chez l’adulte, les osselets, les alvéoles dentaires.
Tissu osseux lamellaire : tissu osseux secondaire, formé à partir du tissu primaire, contient
des fibres de collagène parallèles formant des lamelles (mécanisme solide). On distingue deux
types :
Tissu osseux lamellaire haversien ou compact : constitué d’ostéones (ostéocytes communiquant
par des jonctions gap), bordés par des lignes cémentantes, son canal central est le canal de Havers.
Il contient un capillaire sanguin et une fibre nerveuse. Ces ostéones sont séparés par des systèmes
interstitiels (lamelles anciens détruits pendant la croissance et le remodelage).
Dans les lamelles, on trouve des fibres
de collagènes parallèles (solidité
optimale et flexibilité). Les ostéoplastes
sont disposés entre les lamelles. En
périphérie de ces lamelles, on trouve le
système fondamental externe, dans le
côté interne, on trouve un système
fondamental interne.
Les canaux de Volkmann ont quant à
eux, un diamètre plus grand que celui
des canaux d’Havers. Ils ne sont pas
entourés de lamelles concentriques. Ils
sont tapissés par des cellules bordantes.
Tissu osseux lamellaire non haversien ou spongieux : réseau tridimensionnel (lacis) de spicules
(trabécules) de tissu osseux lamellaire ramifiés et anastomosés. Ses lamelles sont orientées selon
le grand axe de la travée, les ostéocytes se situent dans les ostéoplastes. On note la présence de
cellules bordantes dans la surface. Les espaces inter communicants sont occupés par la moelle
osseuse et des vaisseaux. Présence de niches (environnement de production des éléments figurés
du sang).
Ils coexistent dans les os :
Longs : TO compact (diaphyse, délimite la pièce osseuse), TO spongieux se localise au centre
(épiphyse et métaphyse).
Courts et plats : même organisation mais prédominance du TO spongieux (forme le diploé), tandis
que le TO compact forme les tables internes et externes.
EN RESUME : TO réticulaire non lamellaire : primaire, faiblement minéralisé, à fibres de collagène
sans orientation (os tissé), mécaniquement fragile et provisoire. TO lamellaire : secondaire, à F. de
collagène parallèles formant des lamelles, mécaniquement solide, on distingue deux types :
haversien ou compact (cortical des pièces osseuses), spongieux (épiphyse, métaphyse, diploé).
OSTEOGENESE : formation du
tissu osseux, il se fait dans un
milieu conjonctif et dans un
milieu cartilagineux. Cette
formation aboutit à
l’ossification primaire (os non
lamellaire immature), qui est
suivie par l’ossification
secondaire (tissu osseux
lamellaire). Puis, avec l’arrivée
de la vascularisation, le
cartilage s’entoure d’os (virole
péri ostique). Une zone
d’ossification primaire endochondrale diaphysaire apparait, et s’étend vers les métaphyses (avec la
constitution des points d’ossification épiphysiaire). L’os compact diaphysaire est d’origine péri
ostique, il se met en contact avec les vaisseaux sanguins qui amènent les ostéoclastes.

GOOD LUCK
Najib Meryem