Vous êtes sur la page 1sur 1

vendredi 6 juillet 2018 LE FIGARO

16 CHAMPS LIBRES
DÉBATS

« La masculinité est passée de l’évidence


à une mise en doute systématique »
nelle, s’est profondément transformé La domination masculine était en effet genre de chose qui ne se fait pas en un
PROPOS RECUEILLIS PAR

ENTRETIEN EUGÉNIE BASTIÉ £@EugenieBastie pour les jeunes garçons. La sexualité


s’est complètement dissociée de la
procréation. Pour les femmes, la
partie prenante de l’organisation reli-
gieuse des sociétés. La fonction sociale
des religions était de produire cette di-
jour par décret. Il y faut un travail des
sociétés, dont il me semble, cela dit,
qu’il est déjà à l’œuvre.
MARCEL LE FIGARO. - Pourquoi avoir consacré conquête des rôles classiquement mension constitutive des sociétés
un dossier de la revue Le Débat sur « le masculins est un horizon naturel, mais qu’est leur perpétuation dans le temps Vous parlez de « discordance des
GAUCHET masculin en révolution » ? pour les hommes, auxquels ils s’impo- au-delà du renouvellement incessant sexes »… La cohabitation entre
La revue « Le Débat » Marcel GAUCHET. - On ne peut être saient de manière très contraignante, de leurs membres, qui naissent et hommes et femmes est-elle
consacre son indifférent au changement anthropo- ils ont largement perdu leur significa- meurent. À partir du moment où le aujourd’hui plus difficile ?
numéro 200 au logique en train de se jouer sous nos tion. Dans cette espèce de suspens fondement de l’ordre collectif est posé Elle n’est pas plus difficile en soi, mais
« masculin en yeux : la nouvelle place des hommes, qu’est devenue la jeunesse longue, il comme surnaturel et immuable, elle est beaucoup plus exigeante. Il n’y
dans un monde où la séparation des s’est formé un mode de vie inédit, avec l’obéissance aux règles qui en décou- a plus de règle du jeu bien établie. Pla-
révolution ». L’occasion sexes ne fonctionne plus. L’attention ses codes propres et ses micromilieux. lent assure cette permanence du cadre ce à la négociation. Nous nous repo-
d’interroger l’historien publique se concentre très normale- L’un des plus curieux est le petit uni- culturel, indépendamment de la vie et sions jusqu’à il y a peu dans une fiction
et sociologue sur les ment sur la montée en puissance des vers de la technologie numérique, de la mort des acteurs. Mais elle ne fondamentale, celle de l’harmonie dé-
enjeux contemporains femmes à tous les niveaux ou sur les presque exclusivement masculin. Mais suffit évidemment pas ! Encore faut-il terminée par la nature instructrice.
du féminisme, à l’heure inégalités persistantes dont elles sont cet entre-soi n’a plus rien à voir avec qu’il y ait des acteurs. La production Les deux sexes étaient supposés faits
victimes. Mais comment cette « révo- la virilité classique. de la durée collective suppose pour pour s’entendre, puisque la vie le vou-
de la révolution
lution du féminin » pourrait-elle ne pas commencer la repro- lait ainsi. Ajoutez-y une solide hiérar-
#MeToo. Pour Marcel
«
affecter l’autre sexe ? La mutation n’est duction biologique. chie des places et des rôles, et officiel-
Gauchet, la domination pas moindre de ce côté-là. La masculi- Il y a en effet une nouvelle culture Or ce sont les femmes lement il n’y avait pas de problème.
masculine n’existe plus, nité est passée d’un système d’éviden- de l’immaturité masculine. L’horizon qui font les enfants, Quand on a affaire à des personnes
et les inégalités qui ces à une mise en doute systématique. même si les hommes égales, que seules leurs affinités électi-
La division de l’humanité en deux masculin par excellence, pour les jeunes, y sont pour quelque ves rapprochent, la relation est moins
subsistent encore
ne sont que le reliquat
sexes était quelque chose qui allait de était celui de la responsabilisation adulte, chose. C’est là que se simple. Il ne va plus de soi que les at-
soi, c’est devenu une question qui tra- via la prise en charge d’une famille. joue leur assujettisse- tentes des hommes et celles des fem-

»
d’un héritage historique vaille la société de manière généralisée, ment, sous la forme mes soient concordantes. Les deux
qui a perdu ses bases. dès lors qu’il n’y a plus de destin déter- Cette perspective s’est évaporée d’une appropriation sexes vont devoir apprendre à se
Il analyse la « nouvelle miné par le sexe. Que devient la spéci- sociale de cette puis- connaître pour de bon.
immaturité masculine » ficité masculine dans ce contexte ? Vous écrivez un article sur « la fin de la sance de fécondité et de sa subordina-
Cette redéfinition obligée amène avec domination masculine ». N’est-ce pas tion à la reproduction culturelle, ré- Vous évoquez aussi la « montée
qui résulte de
elle une série de nouveaux problèmes contre-intuitif à l’heure de #MeeToo et servée aux hommes. Ce qui a permis de l’autorité maternelle »…
l’avènement de cette sociologiques et psychologiques qui de la dénonciation d’un harcèlement l’émancipation féminine, dans l’autre Le modèle patriarcal de l’autorité s’est
société égalitaire où la touchent la sexualité, la vie de couple, sexuel encore massif ? sens, c’est l’invention d’une autre ma- évaporé. Il avait pour propriété de se
différence des sexes le rapport à la paternité. Le plus en re- Je crois qu’on a affaire à ce phénomène nière pour les sociétés d’assurer leur réclamer de la règle générale imper-
est brouillée. La montée lief est sans doute l’effondrement sco- bien répertorié qu’on peut appeler continuité dans le temps, qui est un as- sonnelle, en refoulant la dimension in-
de l’autorité maternelle laire des jeunes garçons et leur désin- l’« effet Tocqueville » : c’est au mo- pect essentiel de la sortie de la religion. dividuelle, affective, subjective.
vestissement des études. ment où l’inégalité s’affaiblit qu’on La procréation a cessé d’être une affai- Aujourd’hui, pour que l’autorité soit
et la féminisation proteste contre elle. Tocqueville mon- re publique, si j’ose dire, pour se voir efficace, elle doit être empathique,
des métiers Qu’est-ce que cette « immaturité tre bien, à propos de la Révolution remise à la liberté privée des person- prendre en compte la singularité des
de la transmission masculine » que vous évoquez ? française, que la distance entre les or- nes. Avec pour effet la chute du taux personnes tout en étant l’exercice
ont pour revers Il y a en effet une nouvelle culture de dres sociaux est devenue insupporta- de natalité. Ce n’est pas un hasard si d’une responsabilité. Ce dont l’autorité
un alignement l’immaturité masculine. L’horizon mas- ble au moment où elle était en train de l’Europe, où la sortie de la religion a sa maternelle offre le modèle. Elle fusion-
de la sexualité sur culin par excellence, pour les jeunes, se réduire. C’est la même chose entre pointe avancée, a un problème de re- ne idéalement l’empathie affective et
était celui de la responsabilisation adul- les sexes. Il reste des inégalités impor- production de sa population. Il va fal- la prise en charge de l’intérêt supérieur
les critères masculins, te, via la prise en charge d’une famille. tantes, qui songerait à le nier ? Mais el- loir, là aussi, vouloir en conscience ce des personnes. Elle réunit deux choses
dont la pornographie Cette perspective s’est évaporée. Du les sont le reliquat d’un héritage histo- que nous pensions, à tort, aller de soi. que l’autorité paternelle dissociait.
est l’expression coup, le sens même de la jeunesse, les rique, qui a perdu ses bases, ce qui les
extrême. Face à ces conditions de l’entrée dans la vie et de la rend inacceptables. Ce qui faisait l’âme Peut-on dès lors parler
nouveaux défis, il nous
faut réinventer
préparation à une carrière profession- de la domination masculine, à savoir
l’articulation des sexes sous le signe de
leur complémentarité et de la préémi-
« Il y a une féminisation des métiers
de la transmission et de l’autorité.
d’une « féminisation
de la société » ?
Non. Il y a une fémini-
le commerce nence d’un sexe sur l’autre, est mort et Mais il y a aussi une sexualisation sation des métiers de la
entre les sexes. bien mort. Ce qui subsiste par inertie de la vie sociale typiquement masculine. transmission et de
sociologique des traces de ce phéno- l’autorité. Mais il y a
mène archimillénaire apparaît L’ambiance collective est placée sous aussi une sexualisation
d’autant plus intolérable. On peut si- le signe d’une sexualité obsessionnelle de la vie sociale typi-
tuer la rupture dans les années 1970, dont l’esprit masculin ne fait pas quement masculine.
avec la grande vague d’individualisa-
tion qui a achevé d’abolir le principe
de hiérarchie dans l’ensemble de la vie
de doute » L’ambiance collective
est placée sous le signe
d’une sexualité obses-
sociale, et en particulier dans le der- Dans ce cadre, #MeToo est-il la queue sionnelle dont l’esprit masculin ne fait
nier bastion où cette hiérarchie de la comète de la révolution sexuelle pas de doute. La pornographie en est
conservait un sens, qui était la famille. ou bien une nouvelle révolution ? l’expression extrême, mais elle imbibe
C’est une petite révolution qui ne fait la culture hédoniste ambiante sous des
Dans votre article, vous faites que répercuter, prolonger et mener formes soft, à commencer par la sphè-
un lien entre le mouvement vers son terme la grande révolution. re publicitaire. Comme s’il s’était pro-
de désenchantement du monde Tout ce qui perdure de poches de ré- duit une inversion : les femmes étaient
et la fin de la domination sistance, du fait de conditions favora- du côté de l’intime, du privé, affectif,
masculine. Quel est leur bles, je pense en particulier à la vie sentimental, et les hommes du côté
lien ? professionnelle avec ses rapports hié- des rôles sérieux. Aujourd’hui, les
rarchiques au sens fonctionnel du ter- choses sérieuses, la culture, le sens du
me, est voué à disparaître. Rien ne collectif, tendent à passer du côté des
peut résister au mouvement engagé. femmes tandis que les hommes ten-
dent à basculer vers le désir et le plaisir
L’égalité parfaite entre les sexes sous tous leurs aspects, le sexe, le
est-elle donc un horizon possible ? sport, le jeu, mais aussi plus largement
Entendons-nous sur ce qu’il faut met- la performance, la compétition, la
tre sous la notion d’« égalité parfaite ». concurrence. La recomposition n’en
Si l’on parle d’une parfaite symétrie ou est qu’à ses débuts, mais elle est d’ores
indistinction des comportements, je et déjà impressionnante. ■
ne crois pas qu’elle soit au programme.
La question civilisationnelle qui est
devant nous est plutôt celle de la rené-
gociation du contrat entre les sexes,
sur la base de ce qui subsistera de dif-
férences au milieu de l’égalité. Nous
sommes à cet égard dans un mo- ■ Le Débat,
DESSIN CLAIRFOND

ment de creux historique. Il reste à n° 200


inventer une culture égalitaire « Le masculin
respectueuse de la différence entre en révolution »
hommes et femmes, avec ses codes MAI-AOÛT 2018,
et ses règles de civilité, quelque 21 EUROS.

chose d’inédit dans l’histoire. C’est le

ier
élie Perr
k-end
le 6/9 du wee
Retrouvez tous les samedis
di à 8h45 «la
l TTribune
ib des critiques»
d ii avec un journaliste du quotidien
A