Vous êtes sur la page 1sur 14

R OYAUME DU M AROC

Ministère de l’Éducation Nationale


et de la Formation Professionnelle

Concours d’Entrée en Première Année du Cycle de Préparation


Á l’Agrégation de Sciences Physiques
Option : Physique
Session : Juillet- 2014

É PREUVE DE P HYSIQUE I

Durée : 4 heures

Cette épreuve comporte 13 pages au format A4, en plus de cette page de garde
L’usage de la calculatrice est autorisé
Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)
L’énoncé de cette épreuve comporte 13 pages. Il est rédigé sous forme d’un questionnaire à
choix multiples (QCM) et constitué de huit parties totalement indépendantes.
L’usage de la calculatrice non programmable est autorisé.

Si, au cours de l’épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d’énoncé, il est invité à le
signaler sur sa copie et à poursuivre sa composition en expliquant les raisons des initiatives qu’il est amené à
prendre.

1ère partie
Étude d’un mouvement relatif

Au référentiel terrestre, on associe le repère d’espace RT (O, − →u x, −



u y, −

u z ) , où −

u z est dirigé selon


la verticale ascendante. Le champ de pesanteur uniforme vaut g = −g u z . →

Un mobile, assimilé à un point matériel M de masse m, est astreint à se déplacer sur un support
solide (C), circulaire, de centre A, de rayon a. L’axe de symétrie de (C) passant par les deux points
O et A, est immobile et un dispositif moteur impose à (C), par rapport au référentiel terrestre, une
rotation uniforme autour de l’axe fixe (O, − →
u z ) à la vitesse angulaire ω.

Figure 1:

La position de (C) coı̈ncide avec le plan (O, −



u ,−
→u z ). Elle est repérée par l’angle ϕ = ωt.

→ →

Pour positionner le point M sur (C), on utilise le repère (A, −→u r, −

u θ , k ), où θ est orienté par k et
−→
\ −−→
représente l’angle (AO, AM ).

1.1. Le référentiel lié à (C) noté RC est-il Galiléen ?


Oui, car l’axe (O,A) est fixe.
Oui, car la rotation est uniforme.
Non, car il n’est pas en translation rectiligne
Non, car il est en rotation. et uniforme.

1.2. Donner le vecteur rotation de RC par rapport à RT




−ω −→
uz θ̈ k


ϕ̇→

uz −θ̇ k

1.3. La liaison entre M et (C) est bilatérale et idéale alors

Épreuve de Physique I 1 / 13 Tournez la page S.V.P.


Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)


− →
− →

R = Rr −

u r + Rθ −

uθ R = Rr −

u r + Rk k

− →
− →

R = Rr −

ur R = Rθ −

u θ + Rk k

1.4. Déterminer l’accélération d’entraı̂nement




−→a ie = −aθ̇ 2 sin θ −

ur −

a ie = −aω 2 cos ϕ k



a ie = aθ̇ 2 sin θ −

u −

a ie = −aω 2 sin θ −

u

1.5. Déterminer l’accélération de Coriolis




−→a iC = −2aω θ̇ cos θ k −

a iC = aω θ̇ sin θ −

u


−→a iC = −2aθ̇ 2 cos θ k −

a iC = −2aω 2 sin θ −

u

1.6. Déterminer l’équation du mouvement


θ̈ = − ga sin θ + ω 2 sin θ cos θ θ̈ = − ga cos θ − ω 2 sin θ cos θ
g
θ̈ = a sin θ + ω 2 sin θ cos θ θ̈ = − ga sin θ − ω 2 sin θ cos θ
q
g
1.7. Que représente ω0 = a ?
la pulsation des petites oscillations quand le
la pulsation propre moteur ne tourne plus

la pulsation des petites oscillations la pulsation des oscillations autour de θ = 0

A l’instant t = 0, on note θ(0) = θ0 et θ̇(0) = θ̇0 .

1.8. Appliquer le théorème de l’énergie cinétique à M, dans le référentiel RC .

2g
θ̇ 2 = θ̇02 + a (cos θ − cos θ0 ) + ω 2 (sin2 θ − sin2 θ0 )

2g
θ̇ 2 = θ̇02 − a (cos θ − cos θ0 ) + ω 2 (sin2 θ − sin2 θ0 )

2g
θ̇ 2 = θ̇02 − a (sin θ − sin θ0 ) − ω 2 (sin2 θ − sin2 θ0 )

2g
θ̇ 2 = θ̇02 + a (cos θ − cos θ0 ) − ω 2 (sin2 θ − sin2 θ0 )

1.9. Déterminer la (ou les) position(s) d’équilibre θe .


θe = 0, arccos aωg 2 θe = 0, π, ± arccos g
aω 2
2g 2g
θe = 0, ± arccos aω 2 θe = arccos aω 2

1.10. Si le paramètre β = ω02 /ω 2 < 1 , alors la stabilité des positions d’équilibre sera
0 stable, arccos aωg 2 n’existe pas 0 et π instables, ± arccos aωg 2 stables.
2g 2g
0 instable, ± arccos aω 2 stables arccos aω 2 stable.

1.11. La période T des petites oscillations autour de la position d’équilibre stable sera
T = 2π T = √2π 2
ω0 ω0 1−β

T = √2π T= 2π
ω
ω 1−β 2

Épreuve de Physique I 2 / 13 −→
Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

2ème partie
Étude du mouvement d’une moto
Ce problème étudie les performances en accélération d’une moto se déplaçant en ligne droite.
→ −
− → − →
On considère le référentiel terrestre Rt (O, i , j , k ) galiléen. On considère que la moto (figure 2) est
composée de 3 systèmes notés (S1 ), (S2 ), (S).

Figure 2:

On appelle R∗ le référentiel du centre de masse de la moto. Le système (S1 ), masse m1 , centre


d’inertie G1 , rayon a, est la roue avant de la moto. On note J1 son moment d’inertie par rapport
à l’axe G1y . Le système (S2 ), masse m2 , rayon a , centre d’inertie G2 est la roue arrière de la moto.
On note J2 son moment d’inertie par rapport à l’axe G2y . Cette roue est motrice et donc soumise
pendant la phase d’accélération à un couple de forces dont le moment résultant en G2 est assimilable

− →

à Γ = Γ j avec Γ > 0.
On considère que la résultante des actions de contact du sol sur (S1 ) est représentée par :

→ →
− →

F 1 = T1 i + N1 k

s’exerçant en I1 . On appelle R∗1 le référentiel du centre de masse de (S1 ). (S1 ) est animé dans R∗1
d’un mouvement de rotation autour de G1y à la vitesse angulaire ω.
On considère que la résultante des actions de contact du sol sur (S2 ) est représentée par :

→ →
− →

F 2 = T2 i + N2 k

s’exerçant en I2 . On appelle R∗2 le référentiel du centre de masse de (S2 ). (S2 ) est animé dans R∗2
d’un mouvement de rotation autour de G2y à la vitesse angulaire ω.
Le système (S), masse M, est constitué du reste de la moto. Le centre d’inertie G de l’ensemble
de la moto se trouve à une hauteur h du sol, une distance ℓ1 de G1 et une distance ℓ2 de G2 suivant
l’axe Ox. Le coefficient de frottement de glissement, noté f, entre une roue et le sol est identique
pour les deux roues. On considère que les forces de frottement de l’air sur la moto sont équivalentes


à une force unique appliquée en G : F = −k − →v G avec k = 3, 0N.s/m. On note :
−−→ →

OG = x(t) i

Données numériques : ℓ1 = 0, 8m ; ℓ2 = 0, 6m ; h = 0, 8m ; a = 0, 3m ; M = 137kg et


g = 9, 81ms−2 .

2.1. Le théorème du centre d’inertie dans Rt pour la moto donne :

(M + m1 + m2 )ẍ(t) = N1 − N2 − kẋ(t) et 0 = T1 + T2 − (M + m1 + m2 )g

Épreuve de Physique I 3 / 13 Tournez la page S.V.P.


Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

(M + m1 + m2 )ẍ(t) = N1 + N2 − kẋ(t) et 0 = T1 + T2 − (M + m1 + m2 )g

(M + m1 + m2 )ẍ(t) = T1 − T2 + Γ − kẋ(t) et 0 = N1 + N2 + (M + m1 + m2 )g

(M + m1 + m2 )ẍ(t) = T1 + T2 − kẋ(t) et 0 = N1 + N2 − (M + m1 + m2 )g

2.2. Écrire le théorème du moment cinétique en G pour la moto dans R∗ .


2
(J1 + J2 )ω̇ = ℓ2 N2 − ℓ1 N1 − h(T1 + T2 ) (J1 + J2 ) ω2 = ℓ2 T2 − ℓ1 T1 − h(N1 + N2 )

(J1 + J2 )ω̈ = ℓ2 N2 − ℓ1 N1 − hT1 + hT2 (J1 + J2 )ω̇ = ℓ2 T2 − ℓ1 T1 − hN1 + hN2

2.3.

2.3.1. Écrire le théorème du moment cinétique en G1 pour le système (S1 ) dans R∗1 .
J1 ω̈ = −aT1 + Γ J1 ω̇ = aT1

J1 ω̇ = −aT1 J1 ω̇ = aT1 + Γ

2.3.2. Écrire, de même le théorème du moment cinétique en G2 pour le système (S2 ), dans R∗2 .
J2 ω̈ = aT2 J2 ω̇ = aT2 + Γ

J2 ω̇ = −aT2 + Γ J2 ω̇ = −aT2

2.4.
2.4.1. Écrire la relation de non glissement des roues liant la vitesse linéaire v(t) de la moto et la
vitesse angulaire ω des roues.
v(t) = aω v(t) = −aω
ω
v(t) = a v(t) = − ωa

2.4.2. Donner alors l’équation différentielle du mouvement relative à x(t).


(M + m1 + m2 )ẍ(t) = −kẋ(t) (M + m1 + m2 + J1a+J 2
2
)ẍ(t) = −kẋ(t) + aΓ
J1 +J2 Γ Γ
(M + m1 + m2 + a2
)ẍ(t) = −kẋ(t) + a (M + 2m1 + 2m2 )ẍ(t) = −kẋ(t) + a

On ne fait aucune supposition sur la nature du mouvement des roues dans les questions
suivantes et on considère pour la suite du problème que la masse de (S1 ) et celle de (S2 ) sont très
petites devant celle de (S), ce qui revient à poser m1 = m2 = 0 et J1 = J2 = 0

2.5.

2.5.1. Donner alors l’expression de N1 et N2 .


N1 = Mg
2 N2 = Mg
2

N1 = ℓ1 Mg
h N2 = ℓ2 Mg
h
Mgℓ2 a−hΓ Mgℓ1 a+hΓ
N1 = a(ℓ1 +ℓ2 ) N2 = a(ℓ1 +ℓ2 )

Mgℓ2 a+hΓ Mgℓ1 a−hΓ


N1 = aℓ1 N2 = aℓ2

2.5.2. Pour f = 0.7 (pneus en bon état et route sèche), déterminer la valeur maximale de Γ,
notée Γmax qui assure un roulement sans glissement des roues de la moto.
Γmax = 40 N.m Γmax = 254 N.m

Γmax = 269 N.m Γmax = 66 N.m

Épreuve de Physique I 4 / 13 −→
Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

2.5.3. Pour Γ < Γmax


La roue avant peut décoller La roue arrière peut décoller

2.6. Le fonctionnement à la limite du roulement sans glissement n’étant jamais atteint en raison
d’une puissance moteur insuffisante, on considère une valeur de Γ inférieure à Γ0 = 30N.m

2.6.1. Donner l’expression de la vitesse limite , notée vlim atteinte par la moto ainsi que sa
valeur numérique pour Γ = Γ0 .
Γ
vlim = ak = 120 km/h vlim = aΓ k = 11 km/h
ak k
vlim = Γ = 0.1 km/h vlim = aΓ = 1.2 km/h

2.6.2. Intégrer l’équation du mouvement en v(t) en fonction de vlim , en considérant v(0) = 0.


Γ
On posera α = aMv lim
.
v(t) = vlim (1 + e−αt ) v(t) = vlim (1 − e−αt )

v(t) = vlim e−αt v(t) = vlim eαt

3ème partie
Particule incidente sur une marche de potentiel

On considère une particule de masse m soumise à la marche de potentiel V(x) = V0 > 0 si x > 0
et nul par ailleurs.

Figure 3:

On se donne un état stationnaire de cette particule d’énergie propre E > V0 décrit par la fonction
d’onde, ϕ(x) = hx|ϕi.


3.1. x et P = −i~ ∂x étant les observables respectivement associées à la position et à l’impulsion
de la particule.

3.1.1. Rappeler l’équation de Schrödinger dépendante du temps à une dimension cartésienne.


Hϕ(x) = Eϕ(x)
2 2 ψ(x,t) 2 2 ψ(x,t)
~ ∂ ~ ∂
i~ ∂ψ
∂t = − 2m ∂t2
+ V.ψ(x, t) i~ ∂ψ
∂t = − 2m ∂x2 + V.ψ(x, t)
P2
H= 2m +V i~ d|ψi
dt = H|ψi

3.1.2. Déduire l’équation de Schrödinger indépendante du temps


~ 2
Hϕ(x) = Eϕ(x) − 2m ϕ̈ + V0 ϕ = Eϕ(x)
P2 ~ 2
H= 2m +V − 2m ϕ̈(x) + V(x)ϕ(x) = Eϕ(x)

Épreuve de Physique I 5 / 13 Tournez la page S.V.P.


Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

3.2. La particule se déplaçant dans le sens de x croissant, résoudre cette équation dans q
chacune
2mE
des régions de l’espace I et II respectivement définies par x < 0 et x > 0. On posera α = ~2
et
q
β = 2m(E−V ~2
0)

ϕI = Aeαx + Beαx ϕII = A′ eαx + B′ eαx

ϕI = Aeiβx + Be−iβx ϕII = A′ eiβx + B′ e−iβx

ϕI = Aeβx + Beβx ϕII = A′ eβx + B′ eβx

ϕI = Aeiαx + Be−iαx ϕII = A′ eiαx + B′ e−iαx

3.3. En identifiant chacun des termes de la solution et en écrivant les conditions de raccorde-
ment au point de discontinuité du potentiel, évaluer les amplitudes des différentes ondes planes
monochromatiques associées à la particule en fonction de l’amplitude de l’onde incidente.
β−α αx 2Aα iβx
ϕI = A[eαx + α+β e ] ϕII = α+β e
2Aβ βx
ϕI = A[eiβx + αβ e−iβx ] ϕII = α+β e

2Aα βx
ϕI = A[eβx + αβ e−βx ] ϕII = α+β e
α−β −iαx
ϕI = A[eiαx + α+β e ] ϕII = Aeiαx

3.4. Calculer les coefficients de réflexion R et de transmission T .


R=0 T=1
4αβ 4αβ
R= (α+β)2 T= (α+β)2

α−β 2
R = ( α+β ) T = ( α−β
α+β )
2

R = ( αβ )2 T = 1 − ( αβ )2

4ème partie
Étude d’un compresseur à piston
Pour remplir une bouteille indéformable, de volume Vb = 5 L , on utilise un compresseur
constitué d’un cylindre, de deux soupapes S et S′ et d’un piston, mobile sans frottement entre les
positions extrêmes AA′ et BB′ .
Lors de l’aller, la soupape S est ouverte alors que S′ est fermée ; on a alors admission de l’air
atmosphérique dans le cylindre.
Lors du retour, l’air dans le cylindre est comprimé ; la soupape S est fermée alors que la soupape
S′ s’ouvre dès que la pression dans le cylindre devient supérieure à celle dans la bouteille Pb .
Quand le piston est en AA′ , le volume limité par le piston et la section CC′ est Vm = 0.02 L ;
quand le piston est en BB′ , ce volume est égal à VM = 2 L. Les transformations de l’air, considéré
comme un gaz parfait, sont isothermes à la température Ta = 293 K et quasi-statiques.
On donne :
• la constante des gaz parfaits R = 8.31 J.mol−1 .K−1

• la capacité calorifique molaire, à volume constant, de l’air cv = 20.8 J.mol−1 .K−1

4.1. Le compresseur est-il un système ?


fermé isolé

ouvert adiabatique

Épreuve de Physique I 6 / 13 −→
Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

Figure 4:

L’état initial du système est le suivant :

• Pour la bouteille : pression Pb = 1 bar.

• Pour le cylindre : pression Pa = 1 bar, position du piston AA′ .

Le piston fait un aller et un retour.

4.2. Déterminer la pression Pb à l’intérieur de la bouteille à la fin de cette transformation.


Pb = Pa VVm
M
Pb = Pa VmV+V M
b

Pb = Pa V M +Vb
Vm +Vb Pb = Pa VmV+V
b
b

4.3. En déduire, la variation ∆n du nombre de moles contenues dans la bouteille.


∆n = PRT a Vb VM −Vm
a Vm +Vb
∆n = PRTa Vb VM −Vm
V a m

Pa (VM −Vm ) Pa V b V M
∆n = RTa ∆n = RTa Vm

4.4. Calculer le travail Wop fourni par un opérateur au piston pendant ce premier aller-retour.
Pa (VM − Vm ) Pa (VM + Vb ) ln V M +Vb
Vm +Vb − Pa (VM − Vm )

Pa (VM + Vb ) ln V
Vm
M
2Pa (VM − Vb )

4.5. Le compresseur ayant fonctionné, on considère qu’à un instant t donné, la soupape S est
ouverte alors que la soupape S′ est fermée ; l’état du système est alors le suivant :

• Bouteille : pression Pb = 20 bar.

• Cylindre : pression Pa = 1 bar, position du piston AA′ .

• Le piston fait un aller-retour ; déterminer le volume d’air V′ dans le cylindre lorsque la


soupape S′ s’ouvre.

V′ = VM P
Pa
b
V′ = VM − Vm
Pa Pa
V′ = VM P b
V′ = Vm P b

4.6. Puis la pression P′b dans la bouteille à la fin de cette opération.


P′b = Pb VVmb P′b = Pa V M +Pb Vb
Vb +Vm

P′b = Pa VbV+V
M
M
P′b = Pb VbV+V
b
m

Épreuve de Physique I 7 / 13 Tournez la page S.V.P.


Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

4.7. En déduire, la variation ∆P de la pression à l’intérieur de la bouteille.


∆P = 0.32 bar ∆P = 0.1 bar

∆P = 1 bar ∆P = 15.2 bar

4.8. Déterminer la pression maximale PM que l’on peut obtenir par ce procédé.
PM = 21 bar PM = 100 bar

PM = 1020 bar PM = 68.7 bar

5ème partie
Résistance chauffante

Une boite à parois isolantes est partagée en deux compartiments par un piston adiabatique,
mobile sans frottement.
A l’état initial les deux compartiments sont remplis chacun par n = 0.2 mole d’un gaz parfait
monoatomique. On a donc dans chaque compartiment un volume V0 , à la température T0 = 300 K,
sous la pression P0 = 1 bar.
Une résistance électrique r = 1.87 Ω parcourue par un courant i = 2 A chauffe le compartiment
A pendant une durée ∆t = 200 s.

Figure 5:

5.1. Quelle quantité de chaleur Q fournie au compartiment A au bout de ∆t.


Q = 1500 J Q = 500 J

Q = 430 J Q = 214 J

5.2. Exprimer la variation d’énergie interne totale ∆Ut de l’ensemble (A+B)


∆Ut = ncv (TA + TB − 2T0 ) ∆Ut = ncv (TB − TA )

∆Ut = −ncv (TA + TB − T0 ) ∆Ut = 2ncv (TA − T0 )

5.3. Calculer la pression finale P


P = 1 bar P = 2 bar

P = 10 bar P = 5 bar

5.4. Le piston étant déplacé lentement, calculer TB


TB = 1030 K TB = 600 K

TB = 300 K TB = 396 K

5.5. Puis calculer TA

Épreuve de Physique I 8 / 13 −→
Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

TA = 1030 K TA = 600 K

TA = 804 K TA = 696 K

5.6. Déduire VA
VA = 8.1 L VA = 3.3 L

VA = 1.2 L VA = 6.7 L

5.7. Calculer la variation d’entropie ∆SA du gaz A


∆SA = nR ln VVA0 − n γ−1R
ln TTA0 ∆SA = nR ln VVA0 + n γ−1
R
ln TTA0
γR
∆SA = −nR ln VVA0 − n γ−1
R
ln TTA0 ∆SA = −nR ln VVA0 + n γ−1 ln TTA0

5.8. A.N : en J.K−1


∆SA = 1.96 ∆SA = 2.93

∆SA = −2.93 ∆SA = 3.6

5.9. Calculer le travail WB qu’exerce le piston sur le gaz B.


WB = P(VB − V0 ) WB = ncv (TB − TA )

WB = ncv ln TTB0 WB = ncv (TB − T0 )

6ème partie
Étude d’un régime transitoire

L’interrupteur K étant ouvert, les intensités i1 et i2 sont nulles et le condensateur est déchargé.

Figure 6:

On ferme l’interrupteur K. Déterminer, les valeurs de i1 , i2 , i et u :

6.1. Juste après la fermeture de K.


i1 (0+ ) = 0 i2 (0+ ) = 0

i1 (0+ ) = −E/R i2 (0+ ) = −E/R

i1 (0+ ) = E/2R i2 (0+ ) = E/2R

i1 (0+ ) = E/R i2 (0+ ) = E/R

Épreuve de Physique I 9 / 13 Tournez la page S.V.P.


Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

i(0+ ) = 0 u(0+ ) = 0

i(0+ ) = −E/R u(0+ ) = E/2

i(0+ ) = E/2R u(0+ ) = E

i(0+ ) = E/R u(0+ ) = −E

6.2. Au bout d’un temps suffisamment long, le régime permanent étant établi.
i1 (+∞) = 0 i2 (+∞) = 0

i1 (+∞) = −E/R i2 (+∞) = −E/R

i1 (+∞) = E/2R i2 (+∞) = E/2R

i1 (+∞) = E/R i2 (+∞) = E/R


i(+∞) = 0 u(+∞) = 0

i(+∞) = −E/R u(+∞) = E/2

i(+∞) = E/2R u(+∞) = E

i(+∞) = E/R u(+∞) = −E

6.3. Montrer que l’équation différentielle vérifiée par la tension u(t) est de la forme :
1 1 2E 1
ü(t) + RC u̇(t) + LC u(t) = LC ü(t) + ( RC +R 2
L )u̇(t) + LC u(t) =
E
LC
R 2 E 1 R 1 2E
ü(t) + L u̇(t) + LC u(t) = LC ü(t) + ( RC + L )u̇(t) + LC u(t) = LC

6.4. On prend C = 900 nF, R = 100 Ω, L = 9 mH et E = 5 V, résoudre l’équation de u(t) (t en ms


et u(t) en V)

u(t) = e−11.1t (2.5 cos(45.8t) + 0.61 sin(45.8t))

u(t) = 2.5 − e11.1t (2.5 cos(45.8t) + 0.61 sin(45.8t))

u(t) = 2.5 − 2.5e−11.1t cos(45.8t)

u(t) = 2.5 − e−11.1t (2.5 cos(45.8t) + 0.61 sin(45.8t))

7ème partie
Étude d’un régime sinusoı̈dal forcé

On considère le circuit de la figure alimenté par un générateur de tension supposé parfait


délivrant une tension sinusoı̈dale basse fréquence :

u(t) = U 2 cos(ωt)


7.1. Déterminer l’expression de la valeur efficace I1 de l’intensité i1 (t) = I1 2 cos(ωt − ϕ1 ), ainsi
que le déphasage ϕ1 de i1 (t) par rapport à u(t).

Épreuve de Physique I 10 / 13 −→
Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

Figure 7:

U
I1 = q
1 2 1
R2 +(Lω− Cω ) Lω− Cω
ϕ1 = arctan R
U
I1 = √ ϕ1 = arctan Lω
R2 +(Lω)2 R

I1 = U 2 ϕ1 = 0
R
1
U
I1 = q
1
ϕ1 = − arctan Cω
R
R2 +
C2 ω 2


7.2. Déterminer de même la valeur efficace I2 de l’intensité i2 (t) = I2 2 cos(ωt − ϕ2 ), ainsi que le
déphasage ϕ2 de i2 (t) par rapport à u(t).
U
I2 = q
1 2 1
R2 +(Lω− Cω ) Lω− Cω
ϕ2 = arctan R
U
I2 = √ ϕ2 = arctan Lω
R2 +(Lω)2 R

I2 = U 2 ϕ2 = 0
R
1
U
I2 = q
1
ϕ2 = − arctan Cω
R
R2 +
C2 ω 2

7.3. Quelle condition doivent satisfaire L, C et ω pour que les déphasages ϕ1 et ϕ2 soient opposés
ϕ1 = −ϕ2 ?
1 1
(Lω − Cω ) = Lω (Lω − Cω ) = −Lω
1 1 1 1
(Lω − Cω ) = − Cω (Lω − Cω ) = Cω

7.4. Quelles conditions doivent satisfaire R, L, C et ω pour que le déphasage de i1 (t) par rapport
à i2 (t) soit égal à π2 ?
1 1 1
(Lω − Cω ) Cω = −R2 (Lω − Cω )Lω = −R2
1
Lω − Cω =R LCω 2 = 1

7.5. Les conditions établies en 3. et 4. sont remplies simultanément. Déterminer I1 et I2 .

Épreuve de Physique I 11 / 13 Tournez la page S.V.P.


Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

U U
I1 = 2R I2 = 2R
U U
I1 = R I2 = R
√ √
2U 2U
I1 = R I2 = R

I1 = √U I2 = √U
2R 2R

ω
7.6. Calculer I1 , L et C. Pour cela, on prendra U = 2 V, R = 20Ω, f = 2π = 10kHz.
I1 = 0.07 A L = 0.32 mH

I1 = 0.1 A L = 3.2 mH

I1 = 0.2 A L = 32 mH

I1 = 0.05 A L = 32 H

C = 39.8 nF C = 398 nF

C = 398 pF C = 3.98 nF

8ème partie
Étude d’un filtre en T ponté

Soit le circuit de la figure, constitué de deux résistances R = 1 kΩ et deux condensateurs


C = 100 nF.

Figure 8:

La source de tension sinusoı̈dale délivre une tension e(t) = E cos(ωt).

8.1. Déterminer par une analyse asymptotique la nature du filtre.


passe-bas passe-bande

passe-haut coupe-bande

8.2. Appliquer le théorème de Millman au point D.


jRCω(us −ue ) jRCωus +ue
uD = 1+jRCω uD = 1+2jRCω

jRCω(us +ue ) us +ue


uD = 1+j2RCω uD = 2

8.3. Appliquer le théorème de Millman au point B

Épreuve de Physique I 12 / 13 −→
Concours d’entrée en première année du cycle de préparation à l’agrégation de sciences physiques
(option : physique)

jRCωuD +ue jRCωuD +ue


us = 1+jRCω us = 1+2jRCω

jRCωue +uD uD +ue


us = 1+jRCω us = 2

us
8.4. En déduire la fonction de transfert harmonique du filtre H(jω) = ue . On posera x = RCω.
1
H= 1 H= 1+j(x− x1 )
1+jx

1 1
H= jx H= (1+jx)2
1+
(1+jx)2

8.5. Quel est l’ordre de ce filtre ?


premier ordre second ordre

8.6. Vu de la sortie, entre les points B et M, le circuit est équivalent à un générateur de Thevenin
d’impédance équivalente Zth
Z1th = R1 + 2Z1C Z1th = Z1C + 2R 1

1 1 1 1 1 1
Zth = R + RZ Zth = ZC + RZ
ZC + R+ZC R+ R+ZC
C C

Fin

Épreuve de Physique I 13 / 13 F IN

Vous aimerez peut-être aussi