Vous êtes sur la page 1sur 1

CRYPT (n° 85 A) Durée : 7’30’’.

pour orchestre à cordes (extension du 4° mouvement « Faran-Ngô » du


Deuxième quatuor à cordes – n° 85).
" Effectif : cordes 6.6.4.4.2.
! Éditeur : Jobert.

IV. MUSIQUE VOCALE

Voix soliste (accompagnée, ou avec ensemble instrumental ou orchestre)

TOMBEAU DE CLAUDE DEBUSSY (n° 52) Durée : 31’ environ.


pour voix et orchestre
7 parties : I. Hommage ; II. Soleils ; III. Ballade de la Grande Guerre ; IV. Autres
soleils ; V. Miroir endormi ; VI. Rose des vents et de la pluie ; VII. Envoi.
" Effectif : soprano soliste (vocalise) – pour les parties 1,4,5,7 - et orchestre
1.1.1.1./1.1.0.0./percussion (6 exécutants)/ cithare en 1/3 de ton/ célesta/
piano (avec 3ème pédale)/ cordes 4.4.3.2.1. – pouvant être augmentées au
maximum à 6.6.4.4.2.
Détail du matériel de percussion : xylophone, marimba, glockenspiel, vibraphone,
célesta, 8 toms (accordés la, si, do, ré, mi, fa, la bémol, si bémol), 2 caisses
claires (timbrée et détimbrée), tambour piccolo, tambour de basque, 1 mambo,
grosse caisse, râpe, tam-tam, grande cymbale et petite cymbale suspendues,
maracas, triangle, crotale, 2 temple blocks.
! Éditeur : Amphion, 1967, repris par Universal.
« Avec le Tombeau de Claude Debussy, j’ai repris contact avec le piano. Et pour
la première fois, je me suis hasardé à écrire une cadence assez longue. C’est
Henri Dutilleux qui m’a commandé cette oeuvre pour la RTF, à l’occasion du
centième anniversaire de la naissance de Claude Debussy. Elle est écrite à partir
de petits fragments pris dans Pelléas, dans les Etudes, dans En blanc et noir, dans
des pièces de Debussy que je connais bien, bien sûr, qui agissent un peu comme
un levain qui donne naissance à l’oeuvre. J’y ai utilisé une cithare en tiers de ton,
parce que dans la musique de Debussy, surtout dans sa gamme par tons entiers, il
y a implicitement pour moi une partition du son qui est autre que la gamme
chromatique. J’y entends autre chose que la gamme chromatique habituelle... qui
est fausse, puisqu’il y a quatre commas d’un côté et cinq de l’autre. »
« Je ne m’intéresse qu’à quelques-unes de mes oeuvres et par périodes. Ma seule
fidélité va je crois au Tombeau de Claude Debussy, surtout à la partie intitulée
« Rose des vents et de la pluie » qui est peut-être ce que j’ai écrit de plus
personnel et avec une grande économie de moyens. »

SIBYLLE (n° 66) Durée : 17’ environ.


pour voix de soprano (vocalisée), percussion (1 exécutant) et bande magnétique.
Détail du matériel de percussion : vibraphone, jeu de crotales chromatiques, 3
wood-blocks, 3 temple blocks (aigu-moyen-grave), 1 log drum, 1 paire de claves,
2 paires de maracas (aiguë-grave), 1 râpe « guëro », wood chimes (bambou),
tambour de basque, caisse claire, tom grave, 4 tambours sahariens, 2 cymbales
chinoises et 2 cymbales ordinaires (moyenne-grave) posées sur feutre, 2
- 27 -