Vous êtes sur la page 1sur 14

U.F.

1-6 CHAÎNE GRAPHIQUE

OPG : pratiquer les techniques de


finition
VOLUME HORAIRE : 25 H

Séquence N°2 : la finition ou le


façonnage

Introduction
La finition, ou façonnage, est une étape importante de la chaîne graphique parfois mal
considérée et mal connue. Pourtant, la quasi-majorité des produits imprimés ont nécessité une
opération post-presse.
Plier, massicoter, agrafer, rogner, encarter, relier, coudre, assembler sont les opérations qui
permettent à l’ouvrage d’être achevé, proposé dans sa forme définitive au client qu’il faut
séduire.
En fin de chaîne graphique, ce secteur très mécanisé nécessite, de la part des opérateurs, des
compétences en électromécanique, mécanique, automatisme, mais aussi et surtout, une très
bonne connaissance du métier. Les problèmes techniques de dernière minute sont souvent
résolus à ce stade pour terminer (parfois sauver !) le travail dans les temps et dans les normes.

Les différentes opérations :


1- Le massicotage :
Dans l’imprimerie, il est très rare de réaliser directement un document dans son format final.
Par souci de productivité, on essaie de rouler plusieurs poses à la fois qui seront séparées en
fin de travail. On peut, aussi, avoir à massicoter le papier avant impression pour l’équerrer ou
le refendre (couper un format trop grand pour le ramener dans un format accepté par la
presse).
Le massicotage est une opération délicate qui peut remettre en cause toute une production.
Des règles de métier doivent donc être scrupuleusement respectées.
Les feuilles d’impression doivent également être bien équerrées pour un meilleur repérage et
un meilleur passage en machine.

Les phases d’équerrage avant impression d’une rame de papier :

• prendre un côté de référence (côté long de préférence) et l’amener en butée contre


l’équerre sans essayer de l’aligner contre les joues latérales ;
• couper le côté opposé à la dimension souhaitée. Cela donne deux côtés parallèles ;
• tourner le paquet de feuilles de façon à pouvoir couper un des deux côtés
perpendiculaires aux deux côtés de référence en prenant cette fois-ci, pour appui, une
des joues latérales et non l’équerre (côté long contre la joue) ;
• amener le paquet au fond vers l’équerre de façon à obtenir la côte voulue (en
maintenant le paquet en alignement contre la joue). Couper ce troisième côté ;
• ayant trois côtés perpendiculaires, couper le dernier côté à la dimension, en prenant
pour appui, l’équerre.

2- L’encartage piquage :
Cette opération consiste à relier des cahiers par agrafage sur la pliure
(fig. 4). La mécanisation de cette tâche se fait grâce à une encarteuse-
piqueuse (fig. 5) qui va mettre les différents cahiers les uns dans les
autres et poser une ou plusieurs agrafes suivant le nombre de têtes que
possède la machine. La brochure ainsi réalisée est ensuite recoupée
sur trois côtés avec un massicot tri-latéral généralement en ligne. La
majeure partie des revues est reliée de cette façon.

3- Le dos carré collé


Le dos carré collé est un encollage à chaud des feuillets mobiles ou des cahiers après les avoir
fraisés (grecquage) sur leur tranche ce qui crée des striures permettant de mieux faire adhérer
la colle. Une fois encollées, les feuilles sont pressées sur le dos de la couverture (fig. 6).
L’ouvrage est ensuite massicoté sur les trois autres cotés.
4- L’assemblage
Il s’agit de prendre des feuilles mobiles et de les poser
les unes sur les autres (fig. 7). Cela est nécessaire, par
exemple, pour réaliser des carnets de papier transfert
(factures, bons de commande ou de livraison…). Cette
opération fastidieuse à exécuter manuellement peut être
réalisée avec des assembleuses. Elles peuvent être
verticales ou horizontales, et généralement modulables
en fonction des besoins.

5- Rainage et découpe
Un papier de fort grammage ne peut être plié directement au risque de casser ses fibres sur le
pli. Il faut marquer le papier. Cette opération s’appelle le rainage.
Pour des effets marketing ou tout simplement pour fabriquer un document avec un contour
spécifique, comme une chemise par exemple (fig. 8), on utilise une forme de découpe qui se
comporte comme un emporte-pièce. Les formes de découpe les plus répandues sont
constituées d’une planche de bois dans laquelle on insère des profils métalliques. Ces profils
(ou filets) permettent, soit une découpe du papier, soit une perforation (coupe en pointillés),
soit un rainage (profil non coupant). Les formes sont montées sur des presses typographiques
où la feuille d’impression est soumise à une forte pression.
Fig. (8)

6- LE PLIAGE

Introduction
Le pliage est une opération de façonnage. Nombreux sont les documents qui nécessitent d’être
pliés, souvent pour des raisons pratiques d’utilisation (imaginez une carte routière livrée au
client déployée) mais aussi pour faciliter la production. En édition, par exemple, les pages
d’un livre ou d’une revue, ne sont pas réalisées une par une, mais imprimées les unes à côté
des autres, sur la même feuille d’impression. Cette feuille est ensuite pliée, formant un cahier
qui sera relié puis coupé sur trois de ses côtés.

Lorsqu’une feuille de papier est pliée en deux, on parle d’un pli simple. Les deux parties de la
feuille ainsi constituée s’appellent des volets.
Les différents plis
Il existe des dizaines de manières de plier une feuille de papier. Cependant, en industries
graphiques, on n’utilise que quelques plis de base, ce qui est largement suffisant pour les
réalisations courantes.
On peut distinguer deux grandes catégories de plis : les plis parallèles et les plis croisés.

A- Les plis parallèles :

Le pli accordéon :
La feuille est pliée sous forme d’accordéon en plis parallèles
alternativement au recto et au verso, à la même distance ou à
distance variable.

Le pli roulé :
La feuille est roulée sur elle même avec deux ou plusieurs plis parallèles. Les
volets intérieurs auront une largeur qui diminuera progressivement.

Le pli économique :

La feuille est pliée toujours en moitié, chaque pli étant parallèle


au précédent.

Le pli portefeuille :
Les deux volets extérieurs sont rabattus vers l’intérieur,
enveloppés par les deux volets centraux. Irréalisable sur une
plieuse ordinaire, ce pli ne peut être effectué qu’avec un dispositif
spécial.

Le pli fenêtre :
Les deux volets extérieurs, d’un quart de feuille chacun, sont ramenés sur la partie centrale du
document.

B- Les plis croisés :


Croiser les plis signifie réaliser, alternativement, des plis perpendiculaires entre eux.

Pliage international ou manuel :


Principalement utilisé en édition, le pliage international permet une standardisation du pliage
des cahiers. Pour réaliser un pliage international, il faut placer la feuille à plat, un des grands
côté vers soi. Ensuite, rabattre le côté droit vers le côté gauche, puis faire pivoter la feuille
d’un quart de tour dans le sens des aiguilles d’une montre. Le pli doit donc se trouver vers soi.
Continuer en rabattant de nouveau le côté de droite de la feuille pliée sur le côté gauche, faire
pivoter d’un quart de tour dans le sens horaire et ainsi de suite jusqu’au nombre de plis voulus
(fig. 2).

Autres pliages
D’autres plis croisés existent tel que le pliage à l’allemande et le pli à l’anglaise, cependant ils
ne sont guère utilisés au profit du pliage international.

Combinaisons de plis
Les plis parallèles peuvent être combinés avec des plis croisés. Par exemple, pour réaliser un
16 pages à l’italienne, on peut d’abord faire un pli économique (3 plis – 4 volets), puis un pli
croisé (fig. 3). Un 12 pages se fera avec un pli accordéon (2 plis -3 volets), suivi d’un pli
croisé (fig. 4).

Les différents types de plieuses :


Les plieuses à poches :
Elles sont composées de cylindres montés en cascade et de poches situées
à environ 45° au dessus et au dessous de la machine (fig. 5). Les poches
situées au dessus de la machine sont appelées supérieures (numéros
impairs) et inférieures (numéros pairs) pour celles situées en dessous de la
machine. Il en découle que les plis effectués dans les poches supérieures
sont appelés plis supérieurs (en V) et que ceux effectués dans les poches
inférieures, plis inférieurs (V inversé).
La feuille d’impression est introduite dans la poche, entraînée par les cylindres d’entrée puis
vient en appui sur la butée de la poche. Les cylindres continuent à pousser la feuille créant
une protubérance qui s’engage entre les rouleaux inférieurs, ce qui réalise le pli. La feuille
pliée est ensuite dirigée vers une autre poche pour effectuer un autre pli, suivant le même
principe, ou bien vers la sortie de la plieuse si les autres poches sont fermées par leur
déflecteur (fig. 6).

Les plieuses à couteaux


Une lame, appelée couteau, se déplace verticalement et engage la feuille entre deux cylindres
qui entraînent la feuille et forment le pli (fig. 7). D’un principe simple et robuste, les couteaux
sont surtout utilisés en sortie de plieuse à poche de part leur capacité à plier du papier de fort
grammage ou les superpositions de papier dues à un précédent pliage.

Généralement, les plieuses à couteaux ne réalisent qu’un seul pli à la fois et sont utilisées pour
les plis croisés en disposant les lames à 90°, l’une par rapport à l’autre. Cependant, on peut y
adjoindre une poche ce qui permet de faire un pli économique (3 plis -4 volets). On parle alors
de retour en poche (fig. 8).
Les plieuses mixtes
Les plieuses mixtes sont composées de poches et de couteaux. A la sortie des poches, la
feuille peut être pliée perpendiculairement au travail déjà effectué, grâce à un couteau centré
dans la largeur de la machine comme sur la figure 9.

Cependant, on trouve couramment un ou plusieurs couteaux, sur la même machine, monté à


90° les uns par rapport aux autres, ce qui permet de réaliser des plis croisés. Des modules à
couteaux peuvent être adjoints aux plieuses
modulaires et sont parfois réversibles pour réaliser des plis inférieurs ou supérieurs.

Dénomination des plieuses


La diversité des plieuses a conduit à les codifier pour en connaître les caractéristiques
facilement.
Par exemple, on parle de plieuses 4-4-2, 4KL, 4X, 6-4Z2, 4KTL, 4KLL, etc.
Les chiffres correspondent au nombre de poches, les lettres indiquent le nombre et la
disposition des couteaux. Le K veut dire plieuse mixte, le L deux couteaux perpendiculaires,
le Z trois couteaux disposés en croix, le T un couteau avec retour en poche, le X un seul
couteau.

Façonnage en sortie de plieuse


De nombreux dispositifs de façonnage peuvent être installés en
sortie de plieuse.
Les molettes de découpe autorisent la séparation des feuilles
pliées comprenant plusieurs poses. Il ne faut cependant pas
être exigeant quand à la précision mais cela permet tout de
même des gains de productivité importants.

Les molettes de rainage facilitent et précisent le pliage


notamment pour les papiers rigides. Sur plieuse à poches, le
rainage est toujours effectué pour les plis successifs
(croisés).

Les molettes de perforation réalisent des petites fentes espacées.


Outre le marquage du pli, la perforation offre surtout l’avantage
de laisser s’échapper l’air par ces petites fentes.
Angle de marge
A l’instar de l’angle de marge impression, l’angle de marge pliage est le coin de la feuille à
plier qui viendra en butée contre la glissière de rectification, côté pupitre de commande de la
plieuse (côté service) et la butée située dans la poche (fig. 12).
Sur le schéma d’imposition, il est symbolisé par un simple trait, ou à
double flèche à 45° (fig. 13). Il est toujours orienté vers la prise de
pince (f i g. 14) et sera en trait plein s’i l est directement visible (dessus
de la feuille d’impression) ou par un trait discontinu s’il se trouve de
l’autre côté de la feuille d’impression.
Déterminer l’angle de marge pliage n’est pas difficile. Il suffit de bien
comprendre le cheminement de la feuille d’impression dans la plieuse.
Il faut préalablement réaliser le pliage à la main (maquette en blanc)
puis imaginairement, faire passer la feuille dans la machine (se placer
du côté pupitre de la plieuse). Considérons le cas d’un cahier de 8
pages suivant le pliage international. L’usage veut que l’on plie en
poche n° 1 dans le premier groupe de poches puis en poche n° 1 dans le
groupe de poches suivant placé à 90° par rapport au premier.
Dans le cas de la figure 15a, le pli se trouve dans le mauvais sens, il
s’agit d’un pli inférieur. En effet, il faudrait envoyer la feuille pliée en
poche n° 2, dans le groupe suivant, au lieu de la poche n° 1. Il faut
donc retourner la feuille, ce qui permettra d’obtenir un pli supérieur
comme dans la figure 15b. L’angle de marge pliage se trouve donc être
en pied de page 3.

Les pliogrammes
Les pliogrammes sont des schémas permettant à l’opérateur de régler sa plieuse rapidement en
fonction du travail à réaliser. Ils peuvent être représentés de différentes manières mais la
méthode la plus explicite est sans doute la suivante.
On utilise :
• un trait plein pour une poche ouverte (utilisée) ;
• un trait discontinu pour une poche fermée par le déflecteur ;
• une ondulation pour un couteau utilisé ;
• rien pour un couteau non utilisé ;
• un trait plein et sa flèche pour un retour en poche utilisé ;
• rien pour un retour en poche non utilisé.

On représente le nombre exact de poches, quelles soient ouvertes ou fermées ainsi que les
couteaux utilisés.
Des flèches, droites ou coudées, indiquent l’entrée, la sortie, le sens
de passage du papier ainsi que la disposition des groupes
(orientation à 90°). Les numéros des poches suivent le sens de
passage (fig. 16) et il n’est pas nécessaire de les indiquer sur le
pliogrammes.

Des exemples de pliogrammes sont montrés ci-dessous (fig. 17a-b-c). Les pliages
correspondants sont également représentés mais ne sont ici que pour une meilleure
compréhension.
Il faut noter que si l’un des groupes n’est pas utilisé, on ne représente pas ce groupe sur le
pliogramme. La figure 17b convient également pour une plieuse deux poches plus deux
couteaux.

Vous aimerez peut-être aussi