Vous êtes sur la page 1sur 22

SCIENCE

MERCREDI 11 OCTOBRE 2017


73EANNÉE– NO 22626
2,50 €– FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR―

& MÉDECINE
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

Pouvoir d’achat, effectifs : pourquoi


les fonctionnaires sont en colère
▶ Les 5,4 millions d’agents ▶ Les fonctionnaires ▶ Les syndicats restent
1 ÉDITORIAL
CLIMAT
publics étaient appelés à dénoncent le recul de leur désunis face à la refonte
faire grève et à manifester pouvoir d’achat et les sup- du code du travail. Seule la ATTENTION AUX FRONDES
mardi 10 octobre par pressions de postes pré- CGT appelle, pour l’heure, à
l’ensemble de leurs vues, ainsi que le rétablis- une nouvelle mobilisation TOUS AZIMUTS ! LA BOMBE
fédérations syndicales sement du jour de carence PAGE S 8 - 9 PAGE 2 2
À RETARDEMENT
DU PERMAFROST

JEAN Brexit
Les dissensions
ROCHEFORT britanniques
LA SORTIE freinent
D’UN ARTISTE les négociations
Dans une ambiance
▶ L’acteur est mort tendue, le gouvernement
dans la nuit du diman- conservateur affiche
che 8 au lundi 9 octobre, des désaccords de fond
à l’âge de 87 ans sur les concessions à faire
et à obtenir de leurs parte-
▶ Son père l’imaginait naires européens. Mais
comptable, il fut l’une Bruxelles est aussi divisé
des figures majeures sur l’attitude à tenir
du cinéma français dans les pourparlers
PAGE 2
des cinquante
dernières années
PAGE 1 8 Cinéma
« Detroit »
ou la chronique
d’une nuit
En 2015.
JULIEN FAURE/LEEMAGE de haine
Le film de Kathryn
Bigelow a pour cadre les
Argent Portrait Pollution Prix Liberia émeutes qui secouèrent
la ville de Detroit en 1967.
Les défis de Stéphane Bern, Airparif tire Le Nobel Les ambitions Il découpe au scalpel, à
l’assurance-vie, un M. Patrimoine un bilan mitigé d’économie présidentielles de travers le récit d’un triple
à l’approche de « républicain »… de la piétonni- au pionnier l’ex-star du football meurtre raciste,
la violence sans merci
la réforme fiscale et « monarchiste » sation des berges Richard Thaler George Weah du système américain
S U P P LÉM ENT PAGE 1 3 PAGE 6 CAHIER ÉCO – PAGE 4 PAGE 5 PAGE 1 5

LE REGARD DE PLANTU
© M. Heissat

LYDIE
SALVAYRE
Après Pas pleurer,
PRIX GONCOURT 2014

Algérie 220 DA, Allemagne 3,00 €, Andorre 3,00 €, Autriche 3,10 €, Belgique 2,70 €, Cameroun 2 100 F CFA, Canada 5,20 $, Chypre 2,70 €, Côte d'Ivoire 2 100 F CFA, Danemark 33 KRD, Espagne 2,90 €, Finlande 4,50 €, Gabon 2 100 F CFA, Grande-Bretagne 2,40 £, Grèce 3,00 €, Guadeloupe-Martinique 2,90 €, Guyane 3,00 €,
Hongrie 990 HUF, Irlande 2,90 €, Italie 2,90 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 2,70 €, Malte 2,70 €, Maroc 17 DH, Pays-Bas 3,00 €, Portugal cont. 2,90 €, La Réunion 2,90 €, Sénégal 2 100 F CFA, Slovénie 2,90 €, Saint-Martin 3,00 €, Suisse 3,90 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 3,10 DT, Afrique CFA autres 2 100 F CFA
2|
INTERNATIONAL
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Brexit : pourquoi les discussions piétinent


Les dissensions parmi les conservateurs retardent les négociations entre Londres et Bruxelles

londres - correspondant
bruxelles - bureau européen

U
n cinquième round
de négociations com-
mence aujourd’hui, je
suppose que vous le
savez ? », avance le correspon-
dant bruxellois d’un quotidien
britannique dans la salle de
presse de la Commission euro-
péenne, lundi 9 octobre. Marga-
ritis Schinas, le porte-parole en
chef de l’institution, lui répond
d’un sourire entendu. Il n’a évi-
demment pas oublié ce nouveau
cycle de discussions sur le Brexit
entre Londres et Bruxelles, et
tient prêts ses éléments de lan-
gage. Mais le reste de la salle s’in-
téresse surtout à la crise catalane
ou à la dernière apparition à
l’Eurogroupe, le jour même, du
ministre des finances allemand,
Wolfgang Schäuble.
Et pour cause : côté européen,
personne n’attend grand-chose
de ces nouvelles réunions entre
les équipes de Michel Barnier, le
pilote des négociations pour
l’Union européenne, et celles de
son alter ego britannique, David
Davis, qui n’a même pas fait le
déplacement à Bruxelles pour
l’occasion. En réalité, les conser-
vateurs britanniques semblent
bien trop occupés à négocier en-
tre eux pour pouvoir se concen-
trer sur des discussions bruxel-
loises qui s’enlisent.
La première ministre britanni-
que, Theresa May, a certes re-
trouvé sa voix : cinq jours après
son calamiteux discours au con-
grès du Parti conservateur, où
elle était secouée de quintes
de toux, lundi, jour de rentrée
parlementaire à Westminster,
elle s’est dite convaincue, devant
les députés, que les conces- Theresa May entrant au 10 Downing Street, lundi 9 octobre. TOBY MELVILLE/REUTERS
sions faites dans son discours
de Florence, le 22 septembre,
ont créé une « nouvelle dynami- un « plan d’urgence » pour le ré- par Londres, celle de la « relation nancier sont insuffisants. » Les in- raient quand même envoyer un
que » à Bruxelles. tablissement des contrôles doua- future » avec l’Union, paraît de
« Il est difficile formations des médias britanni- signal positif à l’occasion du
Elle a cédé un peu de terrain niers en cas de rupture brutale plus en plus hypothétique. Il fau- pour les tories ques continuant d’insister régu- conseil européen, afin de « main-
aux députés partisans d’une rup- avec l’UE. « Bien que je pense pro- drait « des miracles », a même lâ- lièrement sur les divisions entre tenir la dynamique de la discus-
ture douce avec l’UE, en recon- fondément qu’il est dans notre in- ché Jean-Claude Juncker, le prési-
d’avouer qu’il ne les Vingt-Sept seraient-elles dé- sion », précise une source proche
naissant que Londres continue- térêt à tous de réussir ces négocia- dent de la Commission, fin sep- peut y avoir de nuées de fondement ? des négociations.
rait à reconnaître les décisions tions, a-t-elle ajouté, il est aussi de tembre. Fort d’un mandat sans Pas complètement. Si les diri- Et éviter d’affaiblir une pre-
de la Cour de justice de l’Union notre responsabilité en tant que concession décidé en mars par
Brexit favorable geants se rejoignent sur la néces- mière ministre ayant montré sa
pendant la transition de deux gouvernement de nous préparer à les 27 capitales, Michel Barnier à leur peuple » sité du chèque britannique, il volonté d’avancer, et qui paraît,
ans (2019-2021) souhaitée par le toute éventualité. » continue à exiger au préalable existe entre eux des « nuances », depuis Bruxelles, plus raisonna-
JEAN-CLAUDE PIRIS
Royaume-Uni. Cette concession Jamais Londres n’a paru aussi des « progrès suffisants » dans les reconnaît une source bruxelloise, ble que certains de ceux qui sem-
ex-directeur juridique
équivaut à une déclaration de isolé depuis le vote du Brexit, en discussions du divorce. notamment sur la période de tran- blent rêver tout haut de la rem-
du Conseil européen
guerre à son ministre des affaires juin 2016. Le gouvernement de Les Européens estiment que sition réclamée par Londres. Lors placer ? « La Commission euro-
étrangères, Boris Johnson. Mme May s’affronte chaque jour à Londres n’offre toujours pas as- d’une réunion bruxelloise à vingt- péenne pourrait suggérer de lan-
propos des détails de cette « pé- sez de garanties aux citoyens de sept, vendredi, certaines capitales cer des études exploratoires sur
« Toute éventualité » riode de transition » dont l’UE n’a l’Union installés au Royaume- facture non officielle comprise ont insisté pour commencer à en les relations futures possibles
Mais pour calmer l’aile droite de même pas encore accepté le prin- Uni : eux et leurs familles doi- entre 60 et 100 milliards d’euros. parler tout de suite. avec Londres afin que les Vingt-
son parti, Mme May a relancé la cipe. Lui-même tout aussi flou vent pouvoir continuer à résider « Aucun dirigeant européen ne Sept soient prêts à négocier la
menace de claquer la porte des sur le Brexit, le leader travailliste sans entraves dans le pays. Ils at- veut passer à la phase deux au « Maintenir la dynamique » phase deux dès que les Britanni-
négociations si un « bon accord » Jeremy Corbyn a eu beau jeu, tendent aussi que Londres as- conseil d’octobre, assure un di- S’ils refusent pour l’instant cette ques auront suffisamment pro-
ne peut être obtenu avec les lundi, de dénoncer « un gouver- sume tous ses engagements plomate européen de haut rang, souplesse dans les discussions gressé », ajoute cette source. p
Vingt-Sept. Elle a fait publier nement qui a passé les quinze dans le budget de l’Union avant car, à ce stade, les engagements que Mme May réclame depuis des philippe bernard
lundi un document prévoyant mois écoulés depuis le référen- de partir – Bruxelles avance une britanniques sur le règlement fi- semaines, les Européens pour- et cécile ducourtieux
dum à se chamailler ».
Les Européens avaient salué le

LE CONTEXTE discours de Florence, appréciant


que Mme May réclame une transi-
Theresa May survit dans un climat délétère
tion au-delà des discussions du
Brexit (s’achevant en mars 2019), où les effets délétères du Brexit sur la ble avoir fait long feu. Non sans provo- Que Mme May s’abstienne de faire sauter

CONDITIONS jugée raisonnable au vu de l’am- vie politique britannique s’arrêteront-ils ? quer de gros dégâts : un parti en lam- quelques têtes, et l’on y verra une preuve
pleur de la tâche. Mais les dissen- Theresa May, donnée politiquement mori- beaux, une première ministre déstabili- supplémentaire de sa faiblesse. Qu’elle dé-
La cinquième session des négo- sions entre conservateurs ont re- bonde par les médias au lendemain de son sée à un moment crucial des discussions cide un remaniement, et le gouverne-
ciations entre le Royaume-Uni et pris de plus belle et les espoirs des discours toussotant du congrès conserva- avec les Vingt-Sept. Mais le jeu de massa- ment, déjà phagocyté par le Brexit, risque
l’UE a commencé le 9 octobre. Vingt-Sept d’accélérer le rythme teur, semblait remise en selle, lundi 9 oc- cre n’est pas terminé. d’être déstabilisé davantage, et elle avec.
Les discussions continuent des discussions ont été douchés. tobre, alors que débutait à Bruxelles la cin- L’hallali sur la première ministre à peine Seul signe de réconfort pour une première
d’achopper sur les préalables Jean-Claude Piris, ancien direc- quième session des négociations sur la calmé, la cible s’est déplacée sur les minis- ministre assiégée : près de 60 % des Britan-
fixés par l’Union avant d’entrer teur juridique du Conseil euro- sortie de l’UE. Entre-temps, certains élus et tres qu’elle devait renvoyer. « Boris John- niques souhaitent qu’elle reste au pouvoir
dans une deuxième phase de dis- péen, résume le sentiment sur le responsables tories avaient sonné la curée. son ! », réclamaient les pro-européens et jusqu’à la fin des négociations sur le
cussions : la situation des ressor- continent : « Que peut-on faire ? Après avoir pleurniché sur la toux et certains proches de Mme May, bien cons- Brexit, en mars 2019, selon un sondage du
tissants européens dans le On attend que les tories se met- autres malheurs vécus par Mme May à la cients du caractère dévastateur pour elle Telegraph. Sans doute certains ont-ils
Royaume et des Britanniques tent enfin d’accord. Il est plus que tribune de Manchester, ils ont spéculé sur des interventions de son incontrôlable Fo- conscience de la quasi-impossibilité de la
dans l’UE, la frontière entre Ir- probable qu’ils n’ont jamais eu sa durée de vie restante à Downing Street. reign Secretary. « Philip Hammond ! », rétor- tâche, a fortiori pour une dirigeante d’un
lande et Irlande du Nord et, sur- d’illusions sur les difficultés du Un jour ? Une semaine ? « Se débarrasser quaient les amis de M. Johnson, qui voient parti écartelé sur l’Europe.
tout, le montant de la facture du Brexit. Mais ils l’ont défendu d’elle, c’est comme aller chez le dentiste, a dans le ministre des finances, proche des Sans doute sentent-ils que la chute de
divorce. Bruxelles fixe entre 60 et pendant la campagne référen- dit un ministre anonyme au tabloïd The milieux d’affaires, un traître au Brexit sous l’actuelle occupante de Downing Street ag-
100 milliards d’euros le prix à daire en disant des mensonges et Sun. Vous ne cessez de repousser le rendez- prétexte qu’il veut conserver le maximum graverait la crise et provoquerait les troi-
payer par Londres pour respecter il est difficile pour eux d’avouer vous parce que c’est douloureux. Mais vous d’accès au marché unique européen. sièmes élections législatives en trois ans.
des engagements pris dans le ca- qu’il ne peut pas y avoir de Brexit finissez quand même par y aller. » Au point où en est le paysage politique bri-
dre du budget actuel de l’Union. favorable aux intérêts de leur Puis il est apparu que les députés rebel- Le « ras-le-bol » de Boris Johnson tannique, seule la flexibilité de l’UE dans
A Londres, le chiffre de 30 mil- pays et de leur peuple. » les qui voulaient déboulonner Mme May Dimanche, l’ambiance de cours de récré sai- les négociations sur le Brexit, en lui don-
liards est plutôt avancé. Le Brexit Dès lors, la perspective d’un feu n’étaient ni assez nombreux, ni d’accord gnante a atteint un tel degré de violence nant une bouffée d’oxygène, peut encore
doit intervenir en mars 2019, mais vert des Vingt-Sept, au conseil sur une solution de remplacement. Une que Boris Johnson a affirmé en avoir « ras- sauver le soldat May. A moins que les
la première ministre, Theresa européen des 19 et 20 octobre, fois de plus, l’offensive déclenchée par les le-bol » de ses propres amis et s’est désolida- Vingt-Sept préfèrent le leader travailliste,
May, prévoit une phase de transi- pour passer à la deuxième phase déclarations assassines de Boris Johnson, risé de leurs appels guerriers prétendu- Jeremy Corbyn, pour interlocuteur. p
tion de deux ans après cette date. des discussions tant réclamée le ministre des affaires étrangères, sem- ment lancés à son profit. ph. b. (londres, correspondant)
international | 3
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Face à la Catalogne, Rajoy ne veut rien céder


Le chef du gouvernement espagnol est critiqué pour sa gestion des revendications indépendantistes

barcelone - envoyée spéciale La possibilité que Mariano Rajoy


accepte de discuter avec l’exécutif
Mariano Rajoy mon. Si le PP acceptait une négo-
ciation sur le référendum, pour ces
« M. Rajoy apparaît à présent
comme le modéré du PP, analyse le LE CONTEXTE

L
a guerre des nerfs entre catalan est pour le moment ne peut exclure gens qui s’inquiètent de l’unité de politologue Fernando Vallespin,
Madrid et Barcelone de- « nulle », résume le politologue Pa- l’Espagne, ce serait une abdica- professeur à l’Université auto-
l’hypothèse d’une
SESSION DÉCISIVE
vait atteindre un nouveau blo Simon. « Le gouvernement peut tion. » Partout dans le pays, des nome de Madrid. Et une fois que la
sommet, le 10 octobre. négocier presque tout pour parve- rébellion interne drapeaux espagnols ont été ac- légalité sera rétablie en Catalogne,
D’un côté, le président de la Géné- nir à un accord, comme le mon- crochés aux fenêtres ces derniè- il devra répondre à un défi : con- Mardi 10 octobre, à 18 heures, le
ralité de Catalogne, Carles Puigde- trent les concessions faites récem-
au sein du Parti res semaines pour manifester vaincre la droite sociologique es- président catalan, Carles Pui-
mont, était sur le point de déclarer ment au Parti nationaliste basque populaire l’inquiétude face à une possible pagnole que la Catalogne doit vo- gdemont, devait s’exprimer de-
l’indépendance de la région dans [PNV, droite nationaliste modé- indépendance de la Catalogne. ter, non pas pour ou contre l’indé- vant le Parlement de la commu-
la soirée. Seule une chose pouvait rée], poursuit ce professeur à l’uni- Dans les conversations à Madrid, pendance, mais sur un statut nauté autonome, afin
le faire flancher dans cette initia- versité Carlos-III de Madrid. Mais critiqué son « inaction » et lui a beaucoup demandent de suppri- d’autonomie rénové qui permette d’annoncer les résultats du réfé-
tive aux conséquences imprévisi- dès lors que la Généralité [l’exécutif enjoint le 4 octobre d’« agir » face mer les compétences en matière de la conserver dans l’Espagne. » rendum d’indépendance du
bles : que Madrid négocie, en pré- catalan] agit en dehors de la léga- à « la magnitude de la menace » de police et d’éducation données Mais pour le moment, l’ur- 1er octobre, interdit par le Tribu-
sence de médiateurs internatio- lité, le cadre de dialogue proposé ou, s’il en est « incapable », de con- à la région. Dans les rassemble- gence est autre. Après avoir nié nal constitutionnel espagnol,
naux, l’organisation d’un référen- n’est plus un cadre de négociation voquer des élections. ments « unionistes », les manifes- pendant ces cinq dernières an- pour ensuite déclarer de ma-
dum d’autodétermination sur le mais un cadre de chantage : “Ou tu Cette gestion contestée de la tants crient « Puigdemont en pri- nées le conflit politique catalan, nière unilatérale l’indépen-
modèle écossais. acceptes ou je pars.” Le gouverne- crise institutionnelle pourrait son ! ». Et des groupes fascistes, M. Rajoy doit décider comment dance de la Catalogne. Autour
De l’autre, le chef du gouverne- ment ne peut pas le tolérer, coûter cher au PP. En cas de scrutin bien qu’ultra-minoritaires, en ont mettre au pas un territoire qui ne du Parlement, la puissante as-
ment espagnol, Mariano Rajoy, d’autant qu’il subit les pressions des anticipé, selon le sondage d’opi- profité pour déployer des dra- reconnaît plus l’autorité de l’Etat. sociation indépendantiste As-
examine l’arsenal législatif dont il grands pouvoirs – police, justice, ar- nions GAD3 pour le quotidien peaux franquistes et effectuer des « La Constitution donne à l’Etat semblée nationale de Catalo-
dispose afin de répondre au défi mée – et de son aile droite, qui lui conservateur ABC paru le 9 octo- saluts nazis. les instruments suffisants pour gne a convoqué un
séparatiste de la manière la plus demandent d’être plus ferme. » bre, de nombreux électeurs du PP Pour M. Rajoy, la crise catalane que les choses reprennent leur rassemblement pour suivre la
« proportionnelle, ferme et se- reporteraient leur voix sur Ciuda- représente non seulement une cours normal, mais celui qui doit session sur des écrans géants.
reine », comme il le répète sans « Magnitude de la menace » danos, parti libéral et antinationa- crise d’Etat mais aussi une menace prendre la décision doit le faire Le parti d’extrême gauche anti-
cesse : état d’urgence, suspension Malgré l’intransigeance du chef liste qui réclame depuis des se- pour sa formation. Celle-ci a in- avec prudence et en étant cons- capitaliste Candidature d’unité
de l’autonomie régionale, prise de du gouvernement espagnol sur la maines que soit appliqué au plus carné un nationalisme espagnol cient des conséquences », a dé- populaire a, quant à lui, appelé
contrôle de l’administration par question du référendum, celui-ci vite l’article 155 de la Constitution policé depuis le retour de la démo- claré M. Rajoy à El Pais. à « défendre le Parlement ». Pa-
décret. Pour lui, comme pour tous est en effet perçu comme « fai- qui permet de mettre au pas les ré- cratie, autour de deux grands prin- Cette décision pourrait être rallèlement, la fuite des entre-
les partis « constitutionnalistes » – ble » par une partie de ses élec- gions autonomes rebelles. Avec cipes : l’unité du royaume et la sta- communiquée au Parlement es- prises continue. Six des sept
socialistes, conservateurs et cen- teurs et l’aile la plus dure de sa une hausse de 6,4 points par rap- bilité des institutions. pagnol mercredi 11 octobre, date à compagnies catalanes de
tristes –, pas question de tolérer formation. Cette dernière lui re- port aux élections de juin 2016, laquelle M. Rajoy a demandé à ex- l’Ibex35, l’indice boursier espa-
un référendum d’autodétermina- proche d’avoir laissé le bloc indé- soit 19,5 % des intentions de vote, « Le modéré du PP » poser ses vues sur la crise cata- gnol, ont déjà annoncé qu’elles
tion en Catalogne. « Nous n’avons pendantiste braver la loi sans réa- Ciudadanos deviendrait le troi- Le risque qu’apparaisse un parti à lane. Le 12 octobre, jour de la fête déménagent leur siège social
pas besoin de médiateurs : ce dont gir, en espérant en vain que les sième parti d’Espagne, devant la la droite du PP, alors que ce dernier nationale espagnole, le chef du hors de Barcelone.
nous avons besoin, c’est que celui contradictions du bloc indépen- formation de la gauche radicale est parvenu à empêcher l’éclosion gouvernement assistera à Madrid
qui se situe au-dessus de la loi recti- dantiste le fassent exploser de Podemos (– 3,2 points, 17,9 %) et ta- d’une extrême droite en rassem- au traditionnel défilé militaire au
fie sa position, a-t-il déclaré au lui-même et désamorcent la lonnerait le Parti socialiste blant tant bien que mal tous les côté du roi. « Il ne peut pas le faire
quotidien El Pais lors d’un entre- crise. La Fondation pour l’analyse ouvrier espagnol (PSOE), qui per- courants en son sein, est encore sans avoir auparavant donné une
tien publié dimanche. On parle de et les études sociales (FAES), think drait 0,9 point (21,8 %). Le PP per- minime, selon les analystes. Mais réponse ferme au gouvernement
négocier, mais l’unité de l’Espagne tank conservateur présidé par drait 3,2 points (29,8 % des voix). M. Rajoy ne peut pas exclure une catalan », avance le chroniqueur
ne se négocie pas. Et on ne peut pas l’ancien premier ministre José « Les bases du Parti populaire rébellion interne ou des pressions Miguel Angel Aguilar, un ancien
négocier sous la menace de rom- Maria Aznar, issu lui aussi du sont beaucoup moins centristes pour l’obliger à effectuer un virage journaliste d’El Pais. p
pre l’unité de l’Espagne. » Parti populaire (PP, droite), a ainsi que ses chefs de file, analyse M. Si- idéologique à droite. sandrine morel

Pays-Bas: Rutte parvient à former une


coalition, sept mois après les législatives
Le programme du gouvernement, majoritaire d’une voix,
UN LIVRE QUI VA FAIRE DATE. François Busnel

MONUMENTAL.
devrait comporter un important volet sécuritaire

bruxelles - correspondant la victoire du Parti libéral sur le où étaient évoquées les carences
Parti pour la liberté du député d’équipement des soldats néer-

A ucun des quatre partis d’extrême droite Geert Wilders, landais en mission.
John le Carré

Plus fort qu’un roman.


concernés n’a rêvé de mais aussi par un éparpillement Selon des sources proches des
cette formule mais elle de l’électorat qui a rendu très com- négociateurs, le programme du
était, finalement, la seule possible plexe la confection d’une majo- nouveau gouvernement devrait
aux Pays-Bas. Le Parti populaire li- rité. D’autant que personne n’en- comporter un important volet sé-
béral et démocrate (VVD) du pre- tendait négocier avec la gauche ra- curitaire avec des moyens supplé-
mier ministre sortant Mark Rutte, dicale et que le Parti social-démo- mentaires pour la police, les par-
l’Appel chrétien-démocrate (CDA), crate, sévèrement battu, avait quets et l’armée. Les libérations Anthony Beevor
les centristes réformateurs de D66 opté pour une cure d’opposition. anticipées des délinquants se-
et la petite formation protestante Les premières discussions ont raient limitées, la lutte contre la
ChristenUnie (CU) ont annoncé, donc impliqué le parti écologiste cybercriminalité et le trafic de
lundi 9 octobre, qu’ils avaient con- GroenLinks, du jeune député drogue, renforcée. En parallèle se-
clu un accord de gouvernement. Jesse Klaver, passé de 4 sièges à 14. rait lancée une expérience de cul-
Les discussions auront duré Elles ont échoué sur les questions ture de cannabis sous le contrôle
208 jours, égalant le record natio- d’immigration. Les centristes de de l’Etat. Dans le domaine éthi-
nal de la plus longue formation D66, partisans d’une alliance de que, la recherche sur les em-
qui avait été établi en 1977 – loin centre gauche, ont dès lors dû se bryons serait élargie mais aucune
toutefois de la « performance » résoudre à accepter la présence de extension de la loi sur l’euthana-
belge de 541 jours, en juin 2011. ChristenUnie à la table, malgré sie ne serait envisagée.
Dans la soirée, les groupes par- des désaccords flagrants sur les L’un des axes importants de la
lementaires des quatre forma- droits des homosexuels, l’exten- politique de « Rutte III » devrait
tions ont approuvé un pro- sion éventuelle de la loi sur être la fiscalité, avec l’instauration
gramme qui devait être dévoilé l’euthanasie ou la politique en de deux taux d’imposition seule-
mardi. Il est intitulé « Confiance matière de drogue. « Négocier ment (36,9 % et 49,5 % en fonction
dans l’avenir », ce qui fait peut- avec CU était ma cinquième op- du niveau de revenus, supérieur
être aussi référence à l’apparente tion, je dis bien la cinquième », in- ou non à 69 000 euros brut). L’im-
fragilité de cette coalition à qua- sistait lundi Alexander Pechthold, pôt sur les dividendes serait sup-
tre, qui ne disposera que d’une le dirigeant de D66, tout en évo- primé pour attirer davantage
voix de majorité à la Deuxième quant un accord « équilibré et du- d’entreprises étrangères tandis
chambre (76 députés sur 150). rable ». M. Pechtold a indiqué en que l’impôt sur les sociétés serait
« Très, très heureux », M. Rutte va tout cas qu’il ne briguait pas de réduit de plusieurs points.
désormais pouvoir s’atteler à la portefeuille ministériel. Dans le domaine de la migra-
formation de son troisième gou- tion, les aides financières accor-
vernement, qui devrait être pré- Moins d’aides aux réfugiés dées aux réfugiés seraient rédui-
senté dans une quinzaine de Malgré leurs réticences, les quatre tes et huit centres de rétention
jours. Il a d’abord dû vaincre les partis ont, à chaque fois, été rame- pour migrants illégaux créés. Les
questions et les réticences de son nés à la réalité des chiffres : soit ils enfants de clandestins ne bénéfi-
groupe parlementaire, qui ne lui a finissaient par s’entendre, soit il cieraient plus de mesures de clé-


donné son blanc-seing qu’après fallait convoquer de nouvelles mence. Enfin, le marché du travail
plusieurs heures de discussion, élections qui auraient pu rouvrir devrait être rendu plus « flexi-
peu avant minuit. Les députés li- la voie à M. Wilders, voire à ble », avec un assouplissement du
béraux du VVD s’inquiètent no- d’autres formations populistes, droit de licenciement et la possi-
tamment d’un projet de taxation comme celle du juriste Thierry bilité, pour les employeurs, de
des propriétaires. Baudet, figure d’une nouvelle multiplier jusqu’à trois années les
Beaucoup d’autres points ont « droite alternative ». M. Baudet contrats temporaires, ainsi que de
été longuement débattus au fil s’est illustré au Parlement la se- limiter à un an le versement du
des semaines qui ont suivi les maine dernière en arborant une salaire à un employé malade. p
élections de mars, marquées par tenue de combat lors d’un débat jean-pierre stroobants
4 | international 0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Au Congrès, l’activisme confus Le dirigeant nord-coréen


Kim Jong-un promeut
de Donald Trump sa sœur cadette
Le président américain s’en prend à des élus républicains, tout en Kim Yo-jong a été nommée le 7 octobre
au bureau politique du Parti du travail
mettant en danger sa stratégie de compromis avec le camp démocrate
tokyo - correspondance Selon la presse sud-coréenne ci-
washington - correspondant par l’octroi du statut de résidents rige la commission des affaires tant les renseignements chinois,
« Dommage

L
e directeur de l’Agence de
protection de l’environ-
nement des Etats-Unis,
Scott Pruitt, a annoncé,
que la Maison
Blanche soit
devenue une
permanents (cartes vertes) par
une immigration « au mérite ».
Ce durcissement de la Maison
Blanche a d’autant plus surpris
que M. Trump avait confirmé sa-
étrangères. Visiblement mécon-
tent de commentaires critiques
de ce dernier, qui a annoncé par
ailleurs son prochain retrait de la
politique à l’occasion des élec-
A lors que les tensions res-
tent vives avec les Etats-
Unis après les tirs de mis-
siles balistiques et un sixième es-
sai nucléaire en septembre suivis
elle serait mariée au plus jeune fils
d’un personnage important de la
dictature nord-coréenne, Choe
Ryong-hae. Son époux travaille-
rait au service des finances et de la
lundi 9 octobre, l’abrogation medi, sur son compte Twitter, tions de mi-mandat, en 2018, de nouvelles sanctions onusien- comptabilité du parti et aurait des
d’un plan de réduction des émis-
halte-garderie s’être entretenu au téléphone la M. Trump a assuré sur son nes, la Corée du Nord a célébré, liens avec la Division 39, créée
sions de gaz à effet de serre légué pour adultes » veille avec le chef de la minorité compte Twitter qu’il n’avait « pas mardi 10 octobre, le 72e anniver- dans les années 1970 pour gérer les
par Barack Obama, le prédéces- démocrate au Sénat, Chuck Schu- les tripes » pour se représenter. Il a saire d’un Parti du travail à la direc- avoirs de la famille Kim. Après
BOB CORKER
seur démocrate du président Do- mer (New York), « pour voir si les ajouté que le sénateur avait « men- tion quelque peu remaniée. avoir connu une période de dis-
sénateur républicain
nald Trump. Cette mesure, appe- démocrates sont prêts pour une dié » un soutien qu’il lui avait re- Kim Yo-jong, sœur cadette du di- grâce en 2015, Choe Ryong-hae,
lée le Clean Power Plan, bloquée grande loi santé ». « Qui sait ? », fusé, une version contestée publi- rigeant Kim Jong-un, a ainsi été 67 ans, est de nouveau une figure
par des procédures judiciaires in- avait-il ajouté, semblant renouer quement, ce qui est inhabituel, promue au bureau politique du majeure du régime. Il aurait, lui
tentées par des Etats majoritaire- ces de la Maison Blanche compli- avec sa conviction exprimée un par le chef de cabinet de M. Corker. parti unique. La décision a été aussi, bénéficié d’une promotion
ment républicains, avait pour ob- quent également la situation. mois plutôt selon laquelle « si Ce dernier a répliqué vertement à prise le 7 octobre lors de la lors de la session du 7 octobre. Déjà
jectif la fermeture de nombreu- Le sort réservé aux sans-papiers nous pouvons faire des choses de M. Trump en jugeant sur son pro- deuxième session plénière du vice-président du parti et membre
ses centrales à charbon, les plus arrivés enfants aux Etats-Unis, façon bipartisane, ce sera génial ». pre compte Twitter, « dommage 7e congrès, une rencontre annuelle du comité permanent du bureau
anciennes et les plus polluantes également connus sous le nom de « Si vous regardez les plus grandes que la Maison Blanche soit deve- des plus proches conseillers du di- politique, il est désormais, selon
du pays. « Dreamers », vient d’en fournir lois adoptées, cela a été fait de fa- nue une halte-garderie pour adul- rigeant. Si Kim Yo-jong n’est pas l’agence officielle KCNA, membre
Trois jours plus tôt, la Maison une illustration. Après avoir çon bipartisane », avait poursuivi tes ». « Quelqu’un a manifestement membre à part entière du bureau de la puissante commission mili-
Blanche s’était attaquée, au nom abrogé le décret pris par le président. M. Trump avait passé manqué son tour de garde ce ma- et ne dispose pas d’un droit de taire centrale.
du respect des croyances religieu- M. Obama leur accordant un sta- un premier marché avec son op- tin », a ajouté le sénateur. vote, elle peut néanmoins partici-
ses, à une autre mesure de l’admi- tut provisoire, Donald Trump position qui avait permis de diffé- per aux réunions les plus impor- « Concentrer le pouvoir »
nistration précédente. Elle a en ef- avait esquissé, le 13 septembre, rer le relèvement du plafond de la « Ligne rouge » tantes. Mme Kim occupait la direc- Ces nominations ont été connues
fet étendu la possibilité, pour un une ouverture en direction des dette américaine et de donner à Cette algarade publique risque de tion adjointe du département le 8 octobre lors des célébrations
employeur, de mettre en avant sa responsables démocrates du Con- l’Etat fédéral les moyens de fonc- ne pas être sans conséquences à d’agitation et de propagande au du 20e anniversaire de l’élection de
foi pour retirer le rembourse- grès, en se disant prêt à soutenir tionner jusqu’à la fin de l’année. la veille d’une décision lourde de sein du parti. Elle siège également Kim Jong-il au poste de secrétaire
ment des moyens contraceptifs et un dispositif permanent. Diman- Le traitement réservé par sens sur l’accord conclu en 2015 et au comité central. général du parti. Le positionne-
du recours à l’avortement des che, des conseillers de Donald M. Trump à certains élus du Parti qui a bloqué le programme nu- Née en septembre 1987, Kim Yo- ment au « Juseokdan », la partie de
contrats d’assurance-santé dont Trump ont cependant avancé, en républicain alimente également cléaire de l’Iran. La commission jong est le troisième enfant du dé- la tribune officielle réservée aux
bénéficient ses employés, un dis- contrepartie, une liste d’exigen- les interrogations, notamment des affaires étrangères du Sénat a funt leader Kim Jong-il (1941-2011) proches de Kim Jong-un, a été mo-
positif qui concerne la majorité ces jugée inacceptables par ces au Sénat, où sa majorité ne tient en effet son mot à dire sur la di- et de Kim Yong-hui (1952-2004). difié au profit de Choe Ryong-hae
des Américains. mêmes démocrates. pour l’instant qu’à deux voix. plomatie des Etats-Unis, notam- D’abord élevée à Pyongyang par sa et du premier ministre Pak
Cet activisme réglementaire M. Trump souhaite en effet ins- Après avoir vivement critiqué le ment en se prononçant sur les mère avec ses deux aînés Jong- Pong-ju. Pour Kim Yong-hyun, de
tranche cependant avec un quasi- crire ce dispositif dans le cadre président de la commission des nominations du président. chol – né en 1981 mais sans fonc- l’université sud-coréenne Dong-
immobilisme législatif, illustré d’une révision globale de la politi- forces armées, John McCain (Ari- M. Trump risque également tion officielle connue – et Jong-un guk, le premier représente le parti
par des échecs à répétition pour que d’immigration américaine zona), pour son vote négatif déci- d’avoir cruellement besoin de actuellement au pouvoir, elle et le second l’économie. Leur pro-
abroger un legs majeur de dans un sens très restrictif. Outre sif lors de la première tentative M. Corker pour faire adopter une aurait rejoint en 1996 ses frères à motion confirmerait la volonté de
M. Obama : la couverture santé la construction d’un « mur » sur la d’abrogation de l’Obamacare, en importante réforme des impôts. Berne (Suisse), où ils étaient scola- « concentrer le pouvoir au sein du
qui bénéficie à une vingtaine de frontière avec le Mexique, que le juillet, le président s’en est pris Conservateur fiscal déterminé, le risés. Elle aurait par la suite étudié parti et de donner plus d’impor-
millions d’Américains. Un para- président avait pourtant publi- au chef de la majorité, Mitch Mc- sénateur du Tennessee se montre dans une université européenne tance à l’économie ».
doxe d’autant plus surprenant quement disjointe de la recherche Connell (Kentucky), pour le déjà sceptique par rapport à un avant de retourner en République Pendant la session plénière, Kim
que le Parti républicain dispose d’un compromis sur les « Drea- même échec, alors que ce dernier projet qui risque de creuser le dé- populaire démocratique de Corée Jong-un a confirmé la poursuite de
du contrôle du Sénat et de la mers », et l’augmentation du décide de l’ordre du jour de la ficit budgétaire, une ancienne (RPDC), où elle aurait suivi des la politique caractérisée par le
Chambre des représentants. Les nombre de juges et des effectifs de Haute Assemblée. « ligne rouge » républicaine que le cours à l’université Kim-Il-Sung. byungjin noson, une « ligne du pa-
divisions internes au Grand Old la police chargée de l’immigra- Dimanche, M. Trump s’est atta- président semble prêt à fouler Promue en 2007 au sein du Parti rallélisme » qui accorde la même
Party expliquent en partie cette tion, M. Trump désire remplacer qué à une autre figure républi- aux pieds. p du travail, elle sert son père et sa importance au développement
impuissance, mais les incohéren- le regroupement familial permis caine du Sénat, Bob Corker, qui di- gilles paris tante Kim Kyong-hui. Quand Kim économique et au renforcement
Jong-il subit une attaque cérébrale de la défense, le nucléaire notam-
en 2008, elle est au côté de Kim ment. Dans le discours prononcé
Jong-un à son chevet. Intégrée à la au cours de la session, il a critiqué

L’administration américaine abroge le plan commission de la défense natio-


nale et au secrétariat de son père,
elle se montre très active dans la
« l’ultime tentative » des « impéria-
listes américains » pour « étouffer
la souveraineté de la RPDC en tripa-

de Barack Obama contre le charbon


préparation de la succession au touillant des résolutions au Conseil
profit de son aîné. de sécurité avec la mobilisation des
Depuis l’arrivée au pouvoir de forces vassales ». Et Kim Jong-un de
Kim Jong-un en 2011, Kim Yo-jong souligner l’importance de l’arse-
Le Clean Power Plan était une mesure phare pour lutter contre le réchauffement climatique occupe une place cruciale à ses cô- nal nucléaire, « un puissant outil de
tés, s’occupant de ses déplace- dissuasion protégeant la paix et la
ments, l’accompagnant dans ses sécurité dans la péninsule coréenne
« visites sur le terrain pour donner et en Asie du Nord-Est ». p

S’ il est un sujet sur lequel


Donald Trump fait
preuve d’une certaine
suite dans les idées, c’est bien ce-
lui du climat. Après la signature
protection de l’environnement
(EPA) – bras armé de la Maison
Blanche en matière de politique
énergétique et environnemen-
tale – devait signer le décret
s’est justifié le chef de l’EPA, lundi,
dans un discours dans le Ken-
tucky, l’une des terres minières
des Etats-Unis. Le Clean Power
Plan, qui prévoit la fermeture des
conjugués de la mécanisation, de
la concurrence d’énergies plus
rentables (pétrole, gaz de schiste),
du ralentissement de la demande
mondiale et d’une réglementa-
des instructions ». philippe mesmer

fin mars d’un décret sur l’indé- d’abrogation du plan pour une centrales à charbon les plus vétus- tion environnementale plus sou- AUST RALI E COLOMBI E
pendance énergétique qui énergie propre (Clean Power Plan) tes et les plus polluantes, est blo- cieuse de la santé publique. L’abro- L’imbroglio de la double Le parti de l’ex-guérilla
ouvrait la voie à un réexamen de engagé en 2015. L’administration qué depuis février 2016 par la gation du plan d’Obama constitue nationalité de politiques inscrit pour « le combat
la politique climatique de Barack Obama choisissait alors d’orien- Cour suprême, saisie par une « l’une des plus grosses attaques devant la justice politique »
Obama, puis la décision, le 1er juin, ter le pays vers une réduction de trentaine d’Etats américains. contre la santé publique, notre cli- La Haute Cour d’Australie a L’ex-guérilla des Forces ar-
de retirer les Etats-Unis de l’ac- 32 % des émissions liées à la pro- mat et la sécurité de chaque com- commencé à examiner, mées révolutionnaires de Co-
cord de Paris, le président républi- duction d’électricité d’ici à 2030 « La guerre est finie » munauté aux Etats-Unis », alerte mardi 10 octobre, l’imbroglio lombie (FARC) a inscrit, lundi
cain s’oppose, une fois de plus, par rapport à 2005. « La guerre contre le charbon est fi- Michael Brune du Sierra Club. de la double nationalité de 9 octobre, son parti – Force
aux engagements de réduction « La précédente administration nie », claironnait lundi 9 octobre La plus grande ONG américaine sept parlementaires, une alternative révolutionnaire
des gaz à effet de serre pris par son utilisait tout son pouvoir et son M. Pruitt, usant des mêmes mots de protection de l’environnement étrange affaire qui pourrait commune – auprès des auto-
prédécesseur pour endiguer le ré- autorité pour faire que l’EPA dési- que ceux de Donald Trump lors mène campagne depuis 2011 con- remettre en cause la majorité rités électorales, une nou-
chauffement climatique. gne les vainqueurs et les perdants d’un discours, fin juin, sur le déve- tre le charbon. La réduction des d’un siège du gouvernement velle étape sur le « chemin
Mardi 10 octobre, Scott Pruitt, le et la façon dont on fabrique de loppement du secteur énergéti- particules fines consécutive au re- conservateur à la Chambre vers le combat politique », dit-
patron de l’Agence américaine de l’énergie dans ce pays. C’est mal », que. Mais ce message en direction cul de l’activité minière a permis des représentants. La coali- elle. Elle a appelé le gouver-
de l’opinion fait fi de la réalité éco- de faire baisser de moitié aux tion conservatrice du pre- nement à respecter l’accord
nomique américaine. Etats-Unis le nombre de décès pré- mier ministre, Malcolm Tur- de paix signé en 2016.
Le deuxième plus gros pollueur maturés liées aux maladies respi- nbull, ne détient qu’un siège Six dirigeants des FARC ont
mondial, derrière la Chine, comp- ratoires provoquées par la pollu- de majorité à la Chambre déclaré avoir remis au con-
PUBLICATIONS JUDICIAIRES tait 523 centrales à charbon tion de l’air, estime Sierra Club : basse du Parlement. Sept par- seil national électoral toute la
en 2010. Il en recensait 287 le 7 500 morts aujourd’hui, contre lementaires issus de plu- documentation requise, no-
01.49.04.01.85 - annonces@osp.fr 1er juillet. Moins de 80 000 salariés 13 000 au début des années 2010. sieurs partis se sont retrou- tamment le certificat du dé-
travaillaient en 2016 dans ce sec- La décision du 10 octobre com- vés piégés par une clause pôt des armes qui s’est
CONDAMNATION DE PHILIPPE SIOU ET DES EDITIONS teur pourvoyeur de plus de plète une longue série de mesures obscure de la Constitution achevé le 15 août, afin de par-
LEO SCHEER POUR ATTEINTE A LA VIE PRIVEE 800 000 emplois dans les années en faveur des énergies fossiles. qui interdit aux titulaires ticiper aux élections généra-
ET VIOLATION DU SECRET MEDICAL 1920, rappelle un récent docu- L’administration Trump avait d’une double nationalité de les de 2018.
A LA REQUETE DE MOHAMED AL FAYED ET DE L’HOTEL RITZ mentaire, From the Ashes, réalisé donné son feu vert, le 24 mars, à la siéger. La clause sur la double L’ex-guérilla travaille à l’éla-
Par jugement en date du 17 février 2016, la 17e chambre du Tribunal de avec le soutien financier de construction de l’oléoduc Keys- nationalité a été introduite boration de ses listes pour les
Grande Instance de Paris (chambre de la presse – civile) a condamné Bloomberg Philanthropies, la fon- tone XL, gelé par Barack Obama, et dans la Constitution de 1901 élections législatives, et étu-
Philippe SIOU et les EDITIONS LEO SCHEER pour avoir dans dation de Michael Bloomberg, très accéléré le processus des permis afin d’assurer que les parle- die la possibilité de présenter
l’ouvrage Propofol, porté atteinte à la vie privée de Mohamed AL impliqué dans la mobilisation des de construction d’infrastructures mentaires n’aient « aucune un candidat à la présiden-
FAYED et, à son préjudice comme à celui de la société exploitant villes face au changement climati- liées aux oléoducs. Un mois plus adhésion à une puissance tielle, ce qu’elle avait écarté
que et très critique sur les choix tard, un autre décret ouvrait la étrangère ». L’audience doit jusque-là en se disant plutôt
l’hôtel RITZ, violé le secret médical et a ordonné la publication de ce
énergétiques de Trump. voie à l’exploitation des ressour- durer trois jours. On ignore disposée à soutenir un candi-
communiqué pour rétablir les intéressés dans leurs droits.
Les effectifs de l’industrie char- ces de l’Arctique. p quand la Haute Cour pourrait dat assurant l’application de
bonnière ont fondu sous les effets simon roger rendre son arrêt. – (AFP.) l’accord de paix. – (AFP.)
international | 5
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Au Liberia, George Weah, candidat des défavorisés


L’ancienne gloire mondiale du football se présente pour la troisième fois à la présidentielle

REPORTAGE GUINÉE
nationale et de la population qui
l’a crue à même de consolider une
font mouche. Ils sont nombreux à
ne plus accepter l’injustice patente
« On ne sait santé moribond achevé par l’épi-
démie du virus Ebola (2014-2015).
monrovia (liberia) - envoyé spécial SIERRA
paix fragile après quatorze années de leur état de survie comparé aux pas avec quel En revanche, il est l’un des rares à

S
LEONE
i le sort de la présidentielle de guerre civile (environ 200 000 20 000 dollars libériens (145 euros) avoir brisé le tabou de l’immunité
au Liberia se jouait dans morts pour une population de touchés mensuellement par un
financement, des anciens criminels de guerre en
les stades les jours de mee-
Monrovia
CÔTE 4 millions d’habitants dont la moi- député libérien. Et à ne plus sup- mais il a quadrillé ne se montrant pas opposé à la
tings électoraux, George D'IVOIRE tié fut déplacée par les combats). porter que la corruption et le clien- création d’un tribunal libérien
Weah, 51 ans, ancienne gloire télisme permettent de devenir ri-
le pays » pour juger les anciens responsa-
mondiale du football des an- OCÉAN LIBERIA Sombre tableau social che du jour au lendemain à condi- LAWRENCE YEALUE bles d’innombrables atrocités.
nées 2000 reconvertie dans la po- ATLANTIQUE Elle semblait apporter les garan- tion d’être du sérail. directeur pour le Liberia Les réalités socio-économiques
litique, gagnerait haut la main face ties pour gérer les centaines de Un rapport de la Banque afri- de l’ONG Accountability Lab rabaisseront probablement ses
aux dix-neuf autres prétendants. millions de dollars d’aide interna- caine de développement dresse promesses. D’autant que, s’il passe
Mardi 10 octobre, pourtant, il de- tionale qui allaient se déverser sur un tableau apocalyptique de la si- le premier tour, George Weah de-
vra passer par le vote des électeurs le pays. Douze ans plus tard, le bi- tuation sociale du pays : 64 % de la [Weah], l’école sera gratuite. Je vra nouer des alliances avec les
150 km
lors du premier tour de scrutin, lan de la première femme élue pré- population vit sous le seuil de pau- pourrai y aller. Il va créer des em- perdants qui vendront cher un
pour sa troisième tentative. sidente en Afrique est mitigé, à vreté, 78 % de la main-d’œuvre tra- plois et virer le gouvernement. » électorat souvent fidèle au candi-
La plupart des observateurs le l’exception – comment le négli- vaille sans salaire garanti, 62 % des Comment s’y prendra-t-il ? Le dat de sa propre communauté eth-
voient franchir cette étape. Mais didat portés par des jeunes ger ? – d’une paix durable. 15-24 ans n’ont pas achevé leurs candidat ne s’est pas arrêté sur les nique. Le Liberia en compte seize.
rien ne dit que sa popularité parmi – n’ayant parfois pas l’âge de vo- Cet échec – couplé au fait que la études primaires, 31 % des Libé- détails. « Il est sénateur depuis Dans cette optique, George Weah a
les classes les plus défavorisées de ter – se déhanchant sous les sonos présidente sortante ne se repré- riens souffrent de sous-nutrition, douze ans, il saura s’entourer de d’ailleurs choisi comme colistière
Monrovia – soit l’essentiel de la po- hurlantes est un pari risqué. Sur- sente pas au terme de ses deux 5,1 % des ménages des zones urbai- gens compétents et aura le soutien Jewel Howard-Taylor, une ex-
pulation souvent entassée dans tout dans un pays où les réunions mandats et que l’honnêteté recon- nes avaient accès, en 2010, à l’élec- de la population », espère Oliver G. femme de l’ancien président libé-
les bidonvilles de la capitale – sera électorales sont aussi l’occasion de nue du candidat du pouvoir n’atté- tricité… Samson George, 30 ans, Kipogpa, un petit entrepreneur. rien Charles Taylor, condamné,
convertie en victoire au soir d’un briser la routine miséreuse d’une nue guère son manque de cha- chauffeur de moto-taxi depuis Comme les autres, George Weah en 2012, à cinquante ans de prison
second tour qui devrait se tenir au vie à deux dollars par jour en re- risme – n’est pas étranger au suc- douze ans, est l’un d’entre eux. La promet le « changement ». Il dit pour crimes de guerre et crimes
plus tard le 7 novembre. nouvelant sa garde-robe. cès de George Weah. Sa réussite guerre (1989-2003) lui a volé ses vouloir éradiquer la corruption, contre l’humanité commis dans la
Vendredi, il fallait cependant les Lawrence Yealue, directeur pour grâce à son talent, son discours en années d’école. « Je n’ai rien fait de développer les infrastructures, Sierra Leone voisine. p
voir ces milliers de supporteurs le Liberia d’Accountability Lab, une direction des plus défavorisés, ma vie jusqu’à présent. Avec George l’éducation, relever un système de christophe châtelot
– 20 000 ? 30 000 ? – marchant des ONG prônant la bonne gouver-
heures durant, parfois dès l’au- nance, note toutefois que le « can-
rore, depuis les quatre coins de la didat Weah a davantage travaillé
capitale sous une pluie intermit- sa campagne que lors de ses précé-
tente mais diluvienne quand elle dentes tentatives ». « On ne sait pas
crevait les cieux. Chantant, dan- avec quel financement, mais il a
sant pour leur héros, convergeant quadrillé le pays », ajoute-t-il.
vers le stade où l’ancien footbal- En 2005, soit deux ans avant sa
leur leur avait donné rendez-vous. retraite internationale de footbal-
Il leur fallut aussi beaucoup de leur, George Weah avait été battu
patience. Après quatre heures de par Ellen Johnson Sirleaf (60 %
retard et une arrivée en hélicop- contre 40 %). En 2011, il avait subi le
tère, l’ancien buteur fulgurant fit même sort alors qu’il postulait
enfin son apparition dans la tri- pour le poste de vice-président sur
bune principale pour prononcer le ticket électoral de l’opposition.
un court discours que personne Economiste formée aux Etats-
ne put entendre dans le brouhaha. Unis, ancienne de la Banque mon-
Mesurer les intentions de vote diale et de la Citibank, Ellen John-
au nombre de tee-shirts ou de cas- son Sirleaf (78 ans) bénéficiait du
quettes gratuites à l’effigie du can- soutien de la communauté inter-

Le CICR réduit ses


activités en Afghanistan
Signe d’une instabilité accrue, l’organisation
a subi trois attaques majeures en neuf mois

C’ est un signe fort et in-


contesté de la dégrada-
tion sécuritaire en
Afghanistan. Présent dans ce pays
depuis trente ans, le Comité inter-
a été enlevé en décembre 2016 et
détenu quatre semaines à Kun-
duz ; en février, six employés ont
été tués dans une embuscade à
Jowzjan [nord] et deux autres enle-
national de la Croix-Rouge (CICR) vés pendant sept mois avant d’être
a annoncé, lundi 9 octobre, l’éva- relâchés en septembre. »
cuation de toutes ses activités si-
tuées dans le nord et la réduction Pire incident en seize ans
de celles qu’il maintient dans le Pour l’organisation internatio-
reste de l’Afghanistan. Cette déci- nale, l’incident de Jowzjan était le
sion est le fruit de longues discus- pire intervenu depuis seize ans en
sions entre l’organisation et les Afghanistan. La commission
différentes autorités qui se parta- santé du mouvement taliban
gent le contrôle du territoire, le afghan, sorte de ministère de la
gouvernement afghan, la coali- santé bis, avait fait part de ses
tion internationale menée par les condoléances sur le site officiel
Etats-Unis et même les talibans. du groupe insurgé, et souhaité
Après avoir subi en neuf mois que le CICR reprenne au plus vite
trois attaques majeures qui ont ses activités en assurant que
fait sept morts dans les rangs du « toutes les mesures seraient prises
CICR, Monica Zanarelli, chef expé- pour assurer sa sécurité dans les
rimentée de la délégation de l’or- zones contrôlées par le mouve-
ganisation en Afghanistan, a ex- ment ». Le porte-parole des tali-
pliqué, lundi, ce choix devant la bans, Zabihullah Mujahid, avait
presse, à Kaboul. « Après discus- promis que son groupe « ferait
sions en interne au plus haut ni- tout pour retrouver les auteurs »
veau, il est apparu que nous de l’attaque. En vain.
n’avons pas d’autre choix », a-t-elle Depuis, en dépit de la libération
assuré. Les centres de Maimana, des deux membres du CICR en
dans la province de Faryab (nord- septembre, les circonstances de
ouest), et Kunduz (nord-est) se- l’attaque de Jowzjan, pourtant
ront fermés d’ici à la fin de l’année survenue en zone talibane, de-
et celui de Mazar-e-Charif (nord) meurent troubles. L’incapacité
très sérieusement réduit. du principal groupe insurgé
Le CICR a, en effet, dû faire face à afghan, dont l’emprise ne cesse
une succession d’événements tra- pourtant de croître sur le pays, à
giques. Le dernier remonte au garantir la sécurité dans cette
11 septembre, à Mazar-e-Sharif, zone, a sans doute fini de con-
quand une kinésithérapeute es- vaincre le CICR que l’Afghanistan
pagnole a été tuée en plein travail entrait dans une nouvelle ère de
dans le centre de soins par un pa- profonde instabilité de moins en
tient atteint de polio. « Avant l’at- moins compatible avec une acti-
taque de Mazar-e-Charif, a ajouté vité humanitaire. p
Mme Zanarelli, un de nos employés jacques follorou
6 | planète 0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Paris : effet limité de la piétonnisation des berges


Airparif conclut à une amélioration de la qualité de l’air sur les quais au détriment de l’Est parisien

L
e rapport était très at-
tendu. Et ses conclu- La pollution en Ile-de-France « C’est la double
sions ne devraient pas peine.
mettre un terme à la VARIATION DU DIOXYDE D’AZOTE
querelle entre ceux qui soutien- ENTRE 2016* ET 2017* À L’HEURE
On constate
nent la politique de la Ville de Pa- DE POINTE DU MATIN, EN % ce que l’on
ris de réduction de la place de la
voiture au nom des intérêts de
Supérieur à 20 % craignait : plus de
De 15 % à 20 %
santé publique et ses détracteurs De 10 % à 15 % pollution et plus
qui critiquent la « méthode auto-
ritaire » de la maire, Anne Hi-
De 5 % à 10 % de bouchons »
De 1 % à 5 %
dalgo, accusée de mener une OTHMAN NASROU
De – 1 % à 1 %
guerre sans merci aux automo- De – 5 % à – 1 %
président du groupe LR
bilistes. au conseil d’Ile-de-France
De – 10 % à – 5 %
Airparif, l’organisme indépen-
De – 15 % à – 10 %
dant chargé de surveiller la qua-
De – 20 % à – 15 %
lité de l’air en Ile-de-France doit en 2016. Mais l’organisme note
Inférieur à – 20 %
publier, mercredi 11 octobre, le que les concentration de NO2 et
* Campagnes de mesures du 15 novembre
rapport définitif de sa campagne au 13 décembre 2016 et du 30 mai au 27 juin 2017 de particules fines (PM10) res-
de suivi du projet le plus symboli- tent « problématiques », avec
que (et le plus critiqué) de la mu-
nicipalité : la fermeture de la voie
sur berge Georges-Pompidou,
1 400 000 « des dépassements importants
des valeurs limites ». Ainsi, pour
le NO2, plus de 1,4 million de
e

C’est le nombre de Franciliens


in
Se

longue de 3,3 kilomètres sur la Franciliens (contre 1,6 million


exposés en 2016 à des niveaux La a
rive droite de la Seine. Et chaque en 2015) et près d’un Parisien sur

L
Se
de NO2 qui ne respectent in e
camp trouvera dans l’étude, à la- pas les normes européennes 2 km deux sont toujours exposés à des
quelle Le Monde a eu accès, des ar- niveaux qui ne respectent pas les
guments en sa faveur. normes européennes (40 micro-
Ses résultats mettent en évi- MOYENNE ANNUELLE DE POLLUTION AU DIOXYDE D’AZOTE EN 2016, en µg/m3 grammes/m3 en moyenne an-
dence « un impact sur les niveaux nuelle). A proximité du trafic, sur
de dioxyde d’azote (NO2) qui reste ÎLE-DE-FRANCE 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 les axes les plus chargés, les
limité aux abords des axes rou- VALEUR LIMITE FIXÉE PAR LES NORMES EUROPÉENNES moyennes sont mêmes deux fois
tiers ». Le NO2 est un gaz particu- PETITE COURONNE supérieures à la limite fixée par
lièrement toxique qui appartient Bruxelles.
à la famille des NOx (oxydes Airparif fait le même constat
d’azote), rendus célèbres par le pour les PM10 : les dépassements
« dieselgate ». En Ile-de-France, de la valeur limite journalière
60 % des émissions de NOx pro- (trente-cinq jours supérieurs à
viennent du trafic routier et prin- 50 µg/m3 autorisés) concernent
cipalement des véhicules à mo- plus de 200 000 habitants de
teur diesel. l’agglomération (contre 300 000
en 2015).
Pas d’effet « catastrophique » Une légère amélioration qui de-
Deux tendances contradictoires vrait conforter Anne Hidalgo
se dégagent du rapport. La pre- dans ses choix, d’autant qu’Airpa-
mière est une « amélioration glo- rif estime que l’extension de la
bale de la qualité de l’air le long zone à circulation restreinte
des quais » (jusqu’à – 25 %). La (ZCR) à d’autres véhicules dans la
suppression totale de deux voies capitale, sur la base de la désor-
de circulation sur les quais bas mais fameuse vignette Crit’Air,
compense les augmentations de devrait logiquement renforcer ce
trafic des quais hauts, dont le mouvement.
nombre de voies est resté identi- Depuis le 1er juillet, en plus des
SOURCE : AIRPARIF
que. Ainsi, Airparif estime que la véhicules (essence et diesel) de
baisse de la pollution (de – 1 % à plus de 20 ans, ceux qui affichent
– 5 %) observée dans le centre de de la vignette Crit’Air 5 (les voitu-
Paris et sur les quais de Seine, a néraires de report comme le bou- siens d’améliorer leur cadre de vie rapport valide notre stratégie et La région reproche à la munici- res diesel immatriculés avant
« un lien avéré avec la piétonnisa- levard Saint-Germain. en reconquérant un espace qui conforte notre volonté de réduire palité une « écologie punitive » et 2001) n’ont plus le droit de circu-
tion des voies sur berge ». Toute- Au final, conclut sans surprise le n’était jusqu’alors qu’une auto- la circulation automobile à « l’absence de mesures compensa- ler dans la capitale les jours de se-
fois, note l’organisme, qui a mené rapport, la piétonnisation de la route urbaine ». l’échelle de Paris car s’il y a un en- toires ». Le maire adjoint au trans- maine entre 8 heures et 20 heu-
deux campagnes de mesures voie Georges-Pompidou (qui ne seignement à tirer, c’est bien que la port répond que la majorité pari- res. Selon une étude prospective
(une hivernale et une printa- représente que 0,16 % du kilomé- « Méthode brutale » pollution dépend du volume glo- sienne renouvelle « sa proposi- de l’organisme, cette restriction,
nière), « malgré cette améliora- trage francilien) n’a pas d’inci- A la région Ile-de-France, on fait bal du trafic. » tion de créer un bus à haut niveau qui concerne désormais environ
tion, les niveaux sont toujours su- dence sur la pollution de fond : une analyse diamétralement op- Aussi, selon l’élu écologiste, la de service sur les quais hauts ». 3 % du parc automobile franci-
périeurs aux valeurs réglementai- « Aucun impact significatif sur posée du même rapport. « C’est la prochaine zone de piétonnisa- « Paris est prête à conduire les lien, va contribuer à baisser
res », tout comme pour la ma- l’exposition des populations n’a double peine, réagit Othman tion pourrait concerner le quar- aménagements de voirie nécessai- de 15 % les émissions d’oxydes
jeure partie des axes de Paris et été mis en évidence à la hausse ou Nasrou, le président du groupe LR tier du Marais dans le centre de la res, mais Valérie Pécresse et le Con- d’azote de Paris et du boulevard
de la petite couronne. à la baisse. » au conseil d’Ile-de-France. On capitale. Il cite également l’ex- seil régional, chargé des trans- périphérique issues du trafic
La deuxième tendance est une Ce qui fait dire à Christophe Na- constate ce que l’on craignait : plus tension du plan vélo avec des ports en commun, doivent confir- routier et de 8 % pour les PM10.
« dégradation de la qualité de l’air jdovski, maire adjoint de Paris de pollution et plus de bouchons. » couloirs réservés aux cyclistes mer qu’ils prendront bien leur part Une tendance qui devrait s’am-
marquée dans l’Est parisien », en chargé des transports, qu’« il n’y a Et Othman Nasrou de préciser : rue de Rivoli (qui suscitent des dans ce projet », poursuit Christo- plifier avec la prochaine interdic-
sortie de la zone piétonne (jus- pas eu l’effet catastrophique que « Nous ne sommes pas contre le critiques depuis la rentrée) puis phe Najdovski. tion des Crit’Air 4, à savoir les voi-
qu’à + 15 %) : au niveau du quai certaines cassandres dénonçaient principe de piétonnisation mais sur les Champs-Elysées à partir S’il y a un rapport qui devrait tures diesel immatriculées avant
Henri-IV et le long du quai de par avance » et qu’« à l’échelle de contre la méthode brutale d’Anne de 2018, et le prolongement de mettre tout le monde d’accord, 2006. Selon le maire adjoint
Bercy. Cette dégradation est plus Paris ou de l’Ile-de-France, la pié- Hidalgo pour qui il est encore l’expérience menée cet été tou- c’est le dernier bilan annuel chargé des transports, celle-ci
limitée (de + 1 % à + 5 %) aux carre- tonnisation des berges est un non- temps de revoir sa copie. » jours voie Pompidou mais côté d’Airparif. Il relève une « légère pourrait intervenir à partir du
fours des quais hauts dont la con- sujet du point de vue de la pollu- Pour Christophe Najdovski, pas ouest, entre Boulogne et le pont baisse des niveaux de pollution 1er janvier 2019. p
gestion s’est accrue, et sur les iti- tion mais qui a permis aux Pari- question de changer de cap : « Ce du Garigliano. chronique » en Ile-de-France stéphane mandard

Un ouragan de flammes piège la vallée viticole de Californie


Etalé sur quatorze foyers, l’incendie est le plus dévastateur dans la région depuis un quart de siècle. L’état d’urgence a été décrété

san francisco - correspondante L’ouragan de flammes, qui est Brown, le gouverneur de l’Etat, a il s’est accentué dans la nuit. Pris (Napa Valley Vintners Associa- mois par CalFire, le service de
passé sur les comtés de Napa et décrété l’état d’urgence et appelé de court, les pompiers n’ont pas tion), les ouvriers agricoles lutte contre les incendies, était en

L es habitants de Santa Rosa,


une localité touristique à
90 km de San Francisco (Ca-
lifornie), ont été réveillés vers
2 heures du matin par une persis-
Sonoma dans la nuit du 8 au
9 octobre, a laissé un bilan très
lourd : dix morts (sept à Sonoma,
deux à Napa et un à Mendocino),
une centaine de blessés, dont
à l’aide le gouvernement fédéral.
« C’est grave, a-t-il mis en garde.
La chaleur, le manque d’humidité
et les vents aggravent une situa-
tion déjà dangereuse. » Mardi
réussi à protéger les résidences.
Quelque 1 500 maisons et com-
merces ont été détruits, ainsi
qu’une école pour enfants autis-
tes, un foyer de personnes âgées
avaient pratiquement terminé les
vendanges, mais le raisin atten-
dait encore sur les pieds de caber-
net sauvignon et de merlot.
Une trentaine d’ouvriers qui tra-
opération. Il peut déverser jus-
qu’à 230 000 litres de liquide à
chaque survol.
Des feux faisaient rage égale-
ment en Californie du Sud, à Ana-
tante odeur de fumée. Ils n’ont eu plusieurs gravement brûlés, une 10 octobre au matin, aucun des et un parc de caravanes où vivent vaillaient jusqu’à la dernière mi- heim, dans la banlieue de Los An-
que quelques minutes pour éva- cinquantaine de disparus, vingt foyers recensés dans la zone des migrants. nute, dimanche soir, sur l’Atlas geles, alimentés par des vents vio-
cuer. Les flammes étaient déjà au- mille personnes évacuées dans la n’était encore contenu. L’air était Plusieurs établissements re- Peak, ont été sauvés des flammes lents. Plus de mille personnes
dessus de leurs maisons. Quel- panique ainsi que les pensionnai- obscurci par la fumée jusqu’à San nommés ont également été rava- par les hélicoptères. La Californie avaient dû être évacuées, tandis
ques heures plus tard, un quartier res de l’hôpital de Santa Rosa. Francisco, où les autorités ont re- gés comme l’auberge de luxe produit 85 % du vin américain et qu’un nuage de fumée grise enve-
entier de cette ville, qui marque commandé d’éviter l’exercice en Fountaingrove Inn ou encore les les vallées de Napa et Sonoma loppait la mégalopole. La Califor-
l’entrée vers les vallées viticoles Extrême rapidité de propagation plein air. vignobles Signorello Estate et sont fameuses pour leurs crus. nie craint particulièrement la sai-
renommées de Napa et de So- Etalé sur quatorze foyers dans Dans un Etat que la sécheresse a William Hill Estate à Napa. Lundi, L’origine des incendies n’avait son d’automne, quand les vents
noma, était réduit en cendres : vil- huit comtés, il s’agit de l’un des accoutumé aux incendies de fo- l’hôtel Hilton Sonoma Wine pas été encore déterminée mardi du nord dits « diablo winds » ag-
las avec piscine ramenées à quel- incendies les plus destructeurs rêt, le feu a surpris par son ex- Country à Santa Rosa n’avait plus matin. Des renforts de pompiers gravent les feux alimentés par la
ques poutres, arbres transformés de l’histoire de la Californie de- trême rapidité de propagation. Le que quelques murs. Selon l’asso- étaient sur place. Le supertanker sécheresse. p
en squelettes, véhicules calcinés. puis un quart de siècle. Jerry vent était d’environ 80 km/h mais ciation des vignerons de la Napa Boeing 747 loué il y a quelques corine lesnes
8|
FRANCE
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

CONFLIT SOCIAL

Fonction publique :
les raisons du malaise
Neuf fédérations de fonctionnaires
appellent à la grève, mardi, pour le pouvoir
d’achat et contre les réductions d’effectifs

S
tigmatisés », « délais- jour. Créé en 2012, il avait été sup-
sés », « piégés »… Si l’on SUPPRIMÉ EN 2014, primé en 2014 par la gauche. « Il
en croit leurs syndi-
cats, c’est dans un cli-
LE JOUR DE CARENCE, permet de lutter contre le micro-
absentéisme qui désorganise les
mat particulièrement SERA RÉTABLI : services, alourdit la charge de tra-
lourd que les fonc- vail des collègues en poste et
tionnaires se mobilisent, mardi EN CAS D’ABSENCE POUR coûte environ 170 millions d’euros
10 octobre. « Depuis quelques
années, les agents ne savent plus
MALADIE, L’INDEMNITÉ NE par an », a justifié M. Darmanin,
en juillet. La mesure est « in-
très bien où ils en sont », soupire SERA PERÇUE QU’APRÈS juste » pour les syndicats. « Dans
Jean-Marc Canon, secrétaire géné- le privé, rappelle M. Canon, la ca-
ral de l’Union des fédérations de LE PREMIER JOUR rence est prise en charge dans
fonctionnaires CGT. 80 % des cas par les mutuelles et
« Depuis le début du quinquen- parfois même par le patron. »
nat, nous subissons une succession Jean-Marc Canon. Cette époque Au centre des impôts
de mesures négatives », déplore est révolue. Le point a été gelé de Suppressions de postes Enfin, et de Lannemezan
Mylène Jacquot, secrétaire géné- 2011 à 2015. Il le sera également ce n’est pas la moindre de leurs in- (Hautes-Pyrénées), le 9 octobre.
rale de la CFDT-Fonctions publi- en 2018. Le pouvoir d’achat des quiétudes, les agents appréhen- MATHIEU RONDEL/HANS LUCAS POUR « LE MONDE »
ques. Et la liste ne se limite pas fonctionnaires a baissé de 14,5 % dent les suppressions de postes
aux premières décisions du gou- (hors tabac) depuis 2000, indique qu’a promises Emmanuel Ma-
vernement d’Edouard Philippe. le responsable de la CGT. cron : 120 000 sur le quinquennat.
Cela fait des années que les fonc- De son côté, le gouvernement Sous Nicolas Sarkozy, 150 000
tionnaires dénoncent la dégrada- assure que la rémunération avaient disparu dans la fonction
tion de leurs conditions de tra- moyenne des agents augmen- publique d’Etat. « Le service public
vail, les suppressions de postes et
la baisse de leur pouvoir d’achat.
Les syndicats anticipent donc
tera de 4 % en 2017 et de 2 %
en 2018. « Ces chiffres prennent
tout en compte, comme les pro-
est réduit à l’os », assure M. Canon.
Le gouvernement se défend d’être
dans « une approche comptable ».
Les centrales restent désunies
face à la refonte du code du travail
une forte mobilisation, peut-être motions individuelles ou l’ancien- Pour preuve, l’entourage de
analogue à celle de janvier 2005. neté, et ce n’est pas justifié », M. Darmanin rappelle que seuls
Lundi, le SNUipp-FSU prédisait corrige Mme Jacquot. Les chif- 1 600 postes seront supprimés
que « près d’un professeur des éco- fre du gouvernement intègrent en 2018. L’idée est de lancer une
les sur deux » serait gréviste mardi. également les effets du proto- vaste réflexion sur les missions du La CGT a appelé à une nouvelle mobilisation le 19 octobre
En 2005, ils furent entre 40 % et cole sur les Parcours profession- service public, avant d’en tirer des
50 % dans l’éducation nationale nels, carrières et rémunérations conclusions en termes d’effectif.
et 25 % dans toute la fonction (PPCR) et des mesures catégoriel- Mais ce n’est pas pour rassurer
publique d’Etat. De 210 000 à
330 000 personnes avaient mani-
festé dans toute la France. « En
tout cas, ce sera un coup de se-
les décidées durant le quinquen-
nat Hollande. Or, les syndicats
s’inquiètent justement de la mise
en œuvre du PPCR. Ils craignent
les syndicats, qui se sentent « pié-
gés ». Ils seront partie prenante
du Grand forum de l’action publi-
que. Mais, dans la circulaire que le
L’ union des syndicats conti-
nue d’être un combat.
Alors qu’ils devaient tous
être dans la rue, mardi 10 octobre,
« ÇA SE JOUE DANS
L’ÉCRITURE DES DÉCRETS
dette Groison, secrétaire générale
de la FSU. Mais l’idée d’une conver-
gence public-privé reste d’actua-
lité. » Quant à la CFE-CGC, très re-
monce, prévient M. Canon. Les que le gouvernement ne soit chef du gouvernement a envoyée pour défendre les fonctionnaires, AUJOURD’HUI, montée contre les ordonnances,
fonctionnaires en ont marre. » tenté de le décaler d’une année. à ses ministres, le 26 septembre, les leaders des confédérations de elle est partante pour monter au
Mais de tout cela, ils discuteront Edouard Philippe annonce la salariés n’ont pas réussi à s’accor- ÇA NE SE JOUE PAS front, à condition qu’un cadre uni-
Contribution sociale générali-
sée (CSG) C’est un peu la goutte
le 16 octobre : le gouvernement
leur a fixé « un rendez-vous sala-
création d’un Comité action pu-
blique 2022. Lequel devra propo-
der sur une riposte commune face
à la réforme du code du travail, ni à
PRINCIPALEMENT taire soit trouvé. Ce qui n’est pas
tout à fait le cas, à ce stade…
d’eau qui a fait déborder le vase rial ». Nul doute qu’il sera animé. ser « réformes structurelles » et esquisser une « convergence des DANS LA RUE » Les parties en présence sont ce-
– et a achevé d’énerver les fonc- « économies significatives et dura- luttes », dans le public et dans le pendant convenues de se retrou-
tionnaires : contrairement aux Jour de carenceEmmanuel Ma- bles ». Des « transferts » entre col- privé. Un constat d’échec – guère LAURENT BERGER ver le 24 octobre pour rediscuter
salariés du privé, la hausse de cron l’avait promis. Le jour de ca- lectivités, « au secteur privé, voire surprenant – dressé à l’issue de la secrétaire général de la CFDT d’une date de mobilisation mi-no-
1,7 point de la CSG ne se traduira, rence sera rétabli pour les fonc- des abandons de missions » seront réunion qui s’est tenue, en fin vembre. « On se revoit après les ren-
pour eux, par aucun gain de pou- tionnaires : en cas d’absence étudiés. De quoi inquiéter des d’après-midi, lundi, au siège de la contres avec le président de la Répu-
voir d’achat ; elle sera juste com- pour maladie, l’indemnité ne agents publics déjà fébriles. p CGT à Montreuil (Seine-Saint-De- du gouvernement, Laurent Ber- blique et le premier ministre pour
pensée. Or, rappellent les fonc- sera perçue qu’après le premier benoît floc’h nis). Autour de la table, la CFE-CGC, ger, le numéro un de la CFDT, a re- parler des réformes de l’apprentis-
tionnaires, pendant la campagne la CFDT, la CFTC, la CGT, FO, la FSU, dit, lundi matin, qu’il n’entendait sage, de la formation profession-
présidentielle, Macron s’était Solidaires, l’UNSA ainsi que trois toujours pas chausser ses baskets nelle et de l’assurance-chômage »,
pourtant bien engagé à leur faire ÉVOLUTION DES EFFECTIFS DANS LA FONCTION PUBLIQUE organisations de jeunesse (FIDL, pour s’opposer aux ordonnances, précise Véronique Descacq, secré-
bénéficier du même avantage (BASE 100 AU 31 DÉCEMBRE 2004) UNEF, UNL). Une configuration malgré les demandes d’une partie taire générale adjointe de la CFDT,
que les autres. « J’augmenterai vo- plutôt rare, sur la période récente. de sa base. « Ça se joue dans l’écri- qui représentait son organisation.
Fonction publique d’Etat ensemble
tre pouvoir d’achat, comme celui Pour la « puissance recevante », il ture des décrets aujourd’hui, ça ne Les partenaires sociaux doivent,
territoriale
des salariés des entreprises : vous s’agissait d’échanger sur l’oppor- se joue pas principalement dans la en effet, être reçus par Emmanuel
hospitalière
paierez moins de cotisations et tunité d’organiser une « grande rue », a-t-il souligné, estimant que Macron, jeudi 12 et vendredi 13 oc-
votre salaire net sera augmenté journée unitaire » afin de fédérer « le baroud d’honneur, c’est drama- tobre, puis par Edouard Philippe,
d’autant », écrivait le candidat les « mécontentements ». Si les pro- tique pour le syndicalisme ». « Les la semaine prochaine pour discu-
d’En marche ! en avril. 130 tagonistes partagent certaines cri- ordonnances sont derrière nous », ter de ces dossiers, dont certains
Le mécanisme de compensation 120 tiques à propos de la réécriture du renchérit Bernard Sagez, secré- pourraient crisper les syndicats –
n’est pas encore fixé dans les dé- code du travail, la stratégie à adop- taire général de la CFTC, présent à l’indemnisation des demandeurs
tails, mais il devrait s’agir, indique 110 ter continue de diviser. La CGT la réunion de lundi soir. d’emploi, en particulier.
l’entourage du ministre de l’action s’est donc retrouvée seule pour D’autres centrales sont prêtes à « Les ordonnances ne sont qu’un
100 Emploi total
et des comptes publics, Gérald appeler à une nouvelle mobilisa- défiler. Mais pas à la date proposée petit bout du programme, souligne
Darmanin, « d’une prime associée 90 tion, le 19 octobre – après celles par la CGT. « Le 19 octobre, c’est trop Gilles Lecuelle, de la CFE-CGC. On
à une baisse des cotisations pour des 12 et 21 septembre. tôt pour nous, confie Pascal Pava- peut être déçus de ne pas avoir
ceux qui en payent ». Les syndicats 80 geau, le numéro deux de Force trouvé de format unitaire [lundi
en contestent les modalités, telles 2004 05 06 07 08 09 10 11 12 13 2014 Hostilité croissante ouvrière, qui avait été dépêché par soir] mais il était important de
que le gouvernement les leur a L’organisation de Philippe Marti- son secrétaire général, Jean- maintenir une unité de discussion
présentées : en l’état, la compensa- nez estime avoir l’opinion pour Claude Mailly. Nous avons un et d’analyse. » La donne peut évo-
tion ne concernerait pas tous ÉVOLUTION DU POINT D’INDICE elle. « On est loin d’être isolés », as- mandat de notre comité confédéral luer « en fonction du contenu » des
les fonctionnaires. « Il est hors de DU SALAIRE DES FONCTIONNAIRES, EN % sure Fabrice Angei, membre du national pour lancer une mobilisa- réformes à venir, abonde M. Pava-
question que le gouvernement bureau confédéral, qui met en tion avant la ratification des or- geau. « Les inquiétudes et les préoc-
fasse comme si c’était derrière + 0,8 + 0,8 avant un sondage Harris Interac- donnances – c’est-à-dire en novem- cupations sont communes [sur ces
nous », insiste Bernadette Groi- 1er juil. 1er fév. tive publié lundi : six personnes bre. Nous nous y tiendrons. » Con- sujets] », affirme Mme Groison.
son, secrétaire générale de la FSU. + 0,6 + 0,6 sur dix disent soutenir les grèves traint par ses cadres intermédiai- M. Sagez doute, cependant, qu’il y
+ 0,5 et manifestations contre les or- res de hausser le ton contre le ait une journée d’action organisée
Gel du point d’indice Au-delà de donnances et près de 70 % d’entre projet gouvernemental, M. Mailly par toutes les organisations syndi-
la hausse de la CSG, les fonction- elles font part d’une hostilité s’était dit « prêt à défiler avec tout le cales, à court terme. Mais elles
naires sont particulièrement re- croissante à l’égard de ces textes. monde » à condition « qu’on soit peuvent, en revanche, parvenir à
montés contre le gel du point d’in- 0 0 0 0 0 Mais l’argument ne convainc pas d’accord sur les objectifs ». une « expression commune sur les
dice. « Jusqu’en 2011, nous n’avions 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 les organisations dites « réformis- « Nous ne sommes pas mandatés lignes rouges à ne pas franchir ». p
eu que deux années de gel depuis tes ». Tout en élevant la voix contre pour dire oui à la date du 19 octo- raphaëlle besse desmoulières
SOURCES : MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE, COUR DES COMPTES - INFOGRAPHIE LE MONDE
1948 : 1996 et 2000 », rappelle la politique économique et sociale bre, explique, de son côté, Berna- et bertrand bissuel
france | 9
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Wauquiez fait patte de velours


avec les élus Les Républicains
Le candidat à la présidence du parti multiplie les gestes
pour lever les préventions suscitées par son image clivante

LES CHIFFRES

5,4 MILLIONS
L es militants du Mouve-
ment initiative et liberté
(MIL), un avatar du gaul-
lisme, tendance droite dure et
musclée, montent la garde à l’en-
l’inciter à rencontrer le postulant
et à sonder ses intentions. « Je
voulais avoir des assurances sur sa
gouvernance, pas ses idées. Je vou-
lais savoir s’il avait intégré l’objec-
Ouverture et
rassemblement :
voilà les deux
C’est le nombre de fonction- trée du parc des expositions de tif d’une gouvernance ouverte », obsessions
naires en France en 2014, Mantes-la-Jolie (Yvelines), lundi explique l’élu, visiblement ras-
selon le dernier rapport 9 octobre. A l’intérieur, les jeunes suré, puisqu’il ne lésine pas sur
de Laurent
de la fonction publique publié de l’UNI, le syndicat de la droite les compliments à l’égard du can- Wauquiez
en 2016. Cela représente 20 % étudiante, tendance musclée et didat une fois monté à la tribune.
de l’emploi total du pays. dure, font pour leur part de la re- Ouverture et rassemblement :
Leur âge moyen est de 43 ans tape auprès des adhérents du voilà les deux obsessions que le fa- pommade », moque Julien
(contre 41 ans dans le privé). parti Les Républicains (LR) pour vori du scrutin des 10 et 17 décem- Aubert, député LR du Vaucluse. « Il
qu’ils signent un formulaire de bre s’efforce de porter en étendard a une aura charismatique, mais il
2,4 MILLIONS parrainage en faveur de Laurent
Wauquiez.
pendant cette campagne. Raccro-
cher les élus à son train, un par un,
est clivant, il a du mal à fédérer,
souligne celui qui est aussi candi-
appartiennent à la fonction Le président de la région Auver- et parfois essayer de « lever des dat à la tête du parti. Vous pouvez
publique d’Etat. gne - Rhône-Alpes, candidat à la doutes », comme le reconnaît vo- être craint, mais quand vous n’êtes
présidence du parti, est venu te- lontiers son entourage. L’affaire que craint, attention… » « On verra
1,9 MILLION nir une réunion publique devant
près de 200 personnes. Une de
n’est pas naturelle, l’homme jouis-
sant d’une cote d’amour plus forte
à la publication de la liste des par-
lementaires qui le soutiennent s’il
d’agents relèvent de la fonction plus dans son entreprise de con- auprès des militants que des élus. y a une difficulté à rassembler »,
publique territoriale. quête de LR, à la veille du dépôt L’ambitieux quadragénaire, hé- lance en réponse un proche de
des parrainages de parlementai- raut d’une droite supposément M. Wauquiez.
1,1 MILLION res et de militants que les candi-
dats à la présidence du parti doi-
dure et clivante, personnage décrit
par certains comme incapable de
De fait, l’ancien maire du Puy-
en-Velay peut se targuer pour
font partie de la fonction vent apporter au siège de la rue de susciter des amitiés politiques ou l’instant d’avoir réuni sur son
publique hospitalière. Vaugirard, mercredi 11 octobre, des fidélités, part de loin dans son nom des profils centristes, ou
pour pouvoir se présenter sur la travail de séduction. supposément centristes, comme
ligne de départ, le 10 décembre. Virginie Calmels ou Damien
Sur scène, l’ancien ministre de « Sois ouvert » Abad, alors que des risques de
Nicolas Sarkozy commence par « Laurent est d’un bloc. Il a une scission sont parfois brandis.
un numéro qu’il a souvent répété autorité qui peut déplaire, souli- Mais arrimer définitivement ces
ces dernières semaines : la câlino- gne dans un euphémisme le dé- ralliés ne sera pas une mince af-
thérapie des élus ou ex-élus pré- puté de l’Oise Eric Woerth, qui le faire, d’autant que le candidat
sents. Tout le monde a droit à un soutient. Il doit casser la carica- l’affirme : « Rassembler, ce n’est
mot gentil, y compris l’ancien dé- ture qui est la sienne. » Celle d’un pas se renier. » « Est-ce qu’on croit
puté Jacques Myard, assis au pre- homme qui passerait son temps, vraiment que le rassemblement se
mier rang. La sénatrice Sophie selon ses détracteurs, « à mena- fait sur le filet d’eau tiède ? », a in-
Primas, élue depuis peu à la prési- cer, à faire chanter ». « Wauquiez a terrogé Laurent Wauquiez à Man-
dence de la commission des affai- besoin de se faire aimer. Tout le tes-la-Jolie.

A Lannemezan, au centre des res économiques de Palais du


Luxembourg, a même droit à du
« présidente ». « J’ai été un des tout
monde dit qu’il est méchant et
dur », remarque un autre de ses
soutiens.
Et le candidat de s’en prendre à
ceux qui, justement, l’accusent de
diviser. « Je vois bien les réflexes de
impôts, « on n’est que des pions » premiers en dehors du Sénat à te
mettre un petit message », lui rap-
Nicolas Sarkozy, rapporte un
proche de l’ancien chef de l’Etat,
certains, qui, plutôt que de cher-
cher à s’investir à l’intérieur de la
pelle Laurent Wauquiez. aurait glissé à l’énarque lors d’un famille politique, veulent à nou-
Dans les Hautes-Pyrénées, des agents ont le sentiment En aparté, le président du con- déjeuner, il y a quelques semai- veau faire une petite chapelle en
seil départemental Pierre Bédier nes : « Rassemble, sois ouvert, ne dehors de la cathédrale. Avec leurs
d’être peu considérés raconte avoir été approché par un rebute personne. » Depuis la ren- petites boutiques de côté, pour as-
intermédiaire, pendant l’été, pour trée, on voit donc beaucoup Lau- surer un avenir à leurs ambitions
rent Wauquiez multiplier les en- personnelles, a-t-il lancé dans une
lannemezan (hautes-pyrénées) - envoyée spéciale coup démenés pour éviter leur délocalisation. tretiens au Bourbon, le café qui allusion claire à Valérie Pécresse,
Ils se disent forts du soutien des élus de la ville, jouxte l’Assemblée nationale, où, qui a lancé son propre mouve-

C’ est l’heure de la pause méridienne,


et les agents sont remontés comme
des pendules, lundi 9 octobre, veille
de grève nationale des fonctionnaires. Sur le
parking du centre des impôts de Lannemezan
du département, de la région, des députés et sé-
nateurs. Du Parti radical de gauche au Parti so-
cialiste, en passant par le Parti communiste et
même La République en marche, toutes les for-
ces politiques ont affiché leur encouragement.
« Laurent est d’un
bloc. Il a une
autorité qui peut
en général, l’on ne s’attable pas
afin de passer inaperçu. Le 3 octo-
bre, il a reçu une brassée de parle-
mentaires à son nouveau siège de
campagne, non loin de là, au troi-
ment, Libres ! Votre place, elle est
dans la famille, elle est dans la
maison commune. Je ne veux plus
de toutes ces petites écuries, je ne
veux plus de toutes ces petites cha-
(Hautes-Pyrénées), un bâtiment gris tout en « Les signes que les services publics désertent nos
déplaire. sième étage du 93, rue de l’Univer- pelles. Nous n’accepterons plus les
long à l’entrée de la ville, les discussions tour- territoires sont devenus insupportables », af- Il doit casser sité. Il a même prévu de convier diviseurs, parce que les diviseurs
nent autour de l’avenir des « neuf ». firme Bernard Plano, maire PS de Lannemezan. bientôt dans ces locaux l’ensem- fragilisent et affaiblissent notre fa-
Neuf, c’est le nombre de fonctionnaires du
la caricature » ble des anciens députés LR qui ont mille politique. » La partie de ping-
service des impôts des entreprises qui doivent « Rentable » ÉRIC WOERTH été battus aux élections législati- pong ne fait que commencer. p
à terme partir à Tarbes, laissant sur place la di- Mais, derrière cette mobilisation, leurs inter- député LR de l’Oise ves, en juin. Des « opérations olivier faye
vision pour les particuliers. Une suppression rogations sur le sens de leur travail, on sent
de service qui vient s’ajouter à une longue sé- poindre le sentiment de ne plus guère compter
rie de restrictions et alimente le malaise. pour Paris. « Ça fait quinze ans qu’on nous sup-
L’annonce a été faite au cœur de l’été par la di- prime des postes chaque année sur le départe-
rection départementale des finances publi-
ques au nom du développement nécessaire de
ment. En exigeant de ne faire que ce qui est ren-
table, on nous demande de faire moins bien no- CORRESPONDANCE BU D GET
Manuel Valls défend les
l’e-administration. Pas de menace directe sur tre travail », dit agacé Philippe Peres, agent de choix du gouvernement
le personnel, dont une part pourra rester, mais catégorie C. La rancœur s’est nourrie de mille Une lettre de Par ailleurs, contrairement à ce Manuel Valls a affirmé, lundi
un service qui disparaît. Trois mois plus tard, signes en plus des restrictions budgétaires : le Thomas Guénolé que vous indiquez, ma méthode 9 octobre sur CNews, qu’il « ne
l’incrédulité est encore palpable. « Ç’a été très point d’indice de nouveau gelé, la hausse de la de détection d’une bulle média- croi[t] pas » que les choix bud-
abrupt, témoigne Nadine Barreau, contrôleuse contribution sociale généralisée (CSG), qui va A la suite de l’article « Ce “42 avril” tique et les techniques prédicti- gétaires de l’exécutif soient in-
principale. Les contribuables qu’on reçoit sont peser sur des salaires qui stagnent, la réforme qui percute le “système” » ves de la société Filteris sont dif- justes : « Ce n’est pas parce que
très en colère car aller déclarer sa TVA ou faire des retraites annoncée et vécue comme un (« Le Monde » daté du 25 avril), férentes : Filteris essaie de vous supprimez une partie de
calculer son impôt à des agents qu’on ne con- énième mauvais coup… Thomas Guénolé nous a fait prédire des résultats électoraux l’ISF que ça caractérise votre
naît pas, c’est pas évident pour des agriculteurs « J’ai choisi d’être fonctionnaire après avoir été parvenir le courrier suivant : à partir de l’intérêt manifesté politique. » L’ancien premier
ou de tout petits artisans. Ils sont perdus. » dans le privé. Mais voir que c’est toujours les pe- sur les réseaux sociaux ; pour ministre, désormais député
tits emplois qui trinquent alors qu’à Paris, dans « J’entends procéder à différentes ma part, j’ai comparé l’exposi- apparenté LRM, répondait au
« J’ai peur que cela se perde » les directions, il y a du monde et qu’on ne sup- rectifications suite à ma mise en tion médiatique à l’intérêt mani- socialiste Michel Sapin, qui
Dans un climat politique où il semble de bon prime pas de postes… On n’est que des pions », cause dans votre article “Ce ‘42 festé sur les réseaux sociaux, s’était inquiété d’une « musi-
ton d’attaquer les fonctionnaires, ces agents ont déplore Gabriel Chantelot, agent au service avril’ qui percute le ‘système’”, pour détecter une bulle de que qui est jouée » avec ce pre-
l’impression que l’Etat les abandonne. Le minis- comptabilité. publié dans votre édition papier surexposition médiatique. mier budget du quinquennat
tère pousse à la numérisation d’un nombre de La grève et la manifestation de mardi 10 octo- datée du mardi 25 avril 2017. En outre, la bulle médiatique qu’il estimait « injuste ».
plus en plus grand de services au public mais, bre sont une évidence pour beaucoup. Même En effet, vous mentionnez ma Macron que j’avais déclaré avoir
pour ces agents, les usagers ne pourront pas sui- pour les collègues de la trésorerie voisine, non qualité de politologue en y met- constaté portait strictement sur LES R ÉPU BLI C AI N S
vre : « Ceux qui ont besoin de nous, ce sont ceux concernés par la restructuration. Dans cette tant des guillemets qui n’ont pas six mois de l’année 2016. Je l’avais Une candidate en moins
qui viennent des villages, qui ne s’en sortent pas. commune de 6 500 habitants, les agents sont lieu d’être. Je suis docteur en expliqué très clairement, notam- pour la présidence
Ils nous racontent leurs malheurs et nous, on es- souvent fils d’un ouvrier de feu l’arsenal ou fille sciences politiques (Sciences Po ment dans un article publié par le Laurence Sailliet, qui faisait
saie de trouver une solution. J’ai peur que cela se d’un ancien d’Alstom, et la culture ouvrière y est Paris, Cevipof), titre obtenu sous site de Marianne le 13 février 2017 jusqu’à présent figure de
perde », lâche, dépitée, Marie-José, contrôleuse encore forte. Au centre de Lannemezan, un la direction de Pascal Perrineau, et dans une interview à L’Obs le sixième candidate, s’est retirée
qui ne souhaite pas donner son nom. fonctionnaire sur deux est syndiqué. autorité incontestée dans cette 20 février 2017. Dès lors, présenter de la course à la présidence du
Au-delà, de l’éloignement de 40 kilomètres « Les agents n’en peuvent plus d’entendre discipline, ce qui m’autorise à mon affirmation d’une surexposi- parti Les Républicains. La can-
de leur poste de travail, c’est aussi un esprit de qu’ils sont une charge pour la collectivité. On va utiliser cette qualité. Vous indi- tion médiatique d’Emmanuel Ma- didate proche de Xavier Ber-
proximité qu’ils veulent défendre. « C’est pour avoir du monde mardi », assure José Navarro, quez en outre que mes travaux cron en 2016 comme un trand ne pouvait rassembler à
ce contact avec les gens que je me bats. C’est es- délégué départemental de la CGT des finances de recherche seraient insuffi- pronostic d’échec d’Emmanuel temps le nombre de parraina-
sentiel dans un service en milieu rural. C’est publiques. Philippe Villedieu, son alter ego de sants comparés à mes interven- Macron en 2017 est, à mon sens, ges requis. « Compte tenu de la
comme ça que je me sens utile », insiste Leïla Ba- Solidaires, veut aussi croire que le mouvement tions médiatiques. Or, mes tra- factuellement erroné. Je vous pré- proximité de l’échéance, cela ne
zerque, contrôleuse. sera plus suivi que lors des dernières journées vaux sont multiples et je vous cise enfin, par parenthèse, que me permettra pas, en toute
Pétitions, rassemblement devant le centre de d’action : « Les agents en ont marre d’être les renvoie notamment à mon ré- mon cabinet de conseil Vox Poli- clairvoyance, d’être qualifiée »,
Tarbes, interpellation des élus avec l’intersyndi- boucs émissaires de la crise », dit-il. p cent livre, La Mondialisation tica cité dans l’article a cessé ses dit-elle dans L’Opinion, lundi
cale, les agents de Lannemezan se sont beau- sylvia zappi malheureuse (First, 2016). activités le 1er décembre 2016. » 9 octobre. – (Reuters.)
10 | france 0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

L’« enterrement » redouté de la politique de la ville


Maires et associations s’inquiètent alors que le gouvernement célèbre les 40 ans d’actions en faveur des quartiers

C’ LES DATES
est une manifesta-
tion comme il y en a
beaucoup ce mois-ci.
« Nous ne voulons

1977
pas être un quartier en réanima-
tion ! », « Baisse des subventions
= projets et habitants des quartiers Premières opérations « Habitat
sacrifiés »… Mercredi 4 octobre, et vie sociale » pour réhabiliter
200 personnes se sont rassem- de grands ensembles dégradés.
blées à l’appel des associations de
la cité du Franc-Moisin, à Saint-
Denis (Seine-Saint-Denis), pour 1990
protester contre les coupes dans Création du ministère de la ville.
le budget de la politique de la
ville et le gel des contrats aidés.
Deux décisions qui risquent de
1996
condamner nombre d’entre elles. « Pacte de relance pour la ville »
Ainsi, sur les six salariés de l’as- ou « plan Marshall » de l’Etat pour
sociation des femmes du quartier, les banlieues, avec la création des
l’AFFM (apprentissage linguisti- zones urbaines sensible, des zo-
que, garderie, activités culturel- nes franches urbaines et des zo-
les…), cinq sont des emplois aidés. nes de redynamisation urbaine.
Deux d’entre eux ne sont déjà pas
renouvelés. Deux autres sont en
passe de ne pas l’être. « Si rien ne 2003
bouge, en décembre, on met la clé Loi Borloo pour la rénovation
sous la porte, s’époumone Adjera urbaine. 46 milliards d’euros
Lakehal-Brafman, la directrice. Si ont été jusqu’à présent investis.
c’est la mort des associations que le
gouvernement veut, il faut qu’il
l’assume ! » Alors que le ministère 2008
de la cohésion des territoires fête Plan « Espoir banlieue »
le 40e anniversaire de la politique pour lutter contre le chômage.
de la ville, élus et associatifs dé-
noncent un « enterrement de pre-
mière classe », selon la formule du 2014
président (PS) du conseil départe- Loi Lamy de programmation pour
mental de Seine-Saint-Denis, Sté- la ville et la cohésion urbaine.
phane Troussel.

« Décisions brutales »
Deux jours après le rassemble- interministériel des villes, qui de-
ment au Franc-Moisin, Adjera La- vrait se réunir d’ici à la fin 2017.
kehal-Brafman était également « Bref, les valises sont vides, peste
présente, avec ses pancartes, en- un associatif, présent aux 40 ans.
tourée d’une vingtaine de mili- Ils n’ont pas pensé la question en
tants, à l’entrée des Docks de Paris, amont et n’ont donc pas d’idées. »
à Aubervilliers (Seine-Saint-De- sion des territoires. « Une somme deuxième phase du programme. que de la ville, vendredi, Jacques Avec le soutien de Jean-Louis Bor-
nis). C’est ici qu’a eu lieu, le 6 octo- de décisions brutales nous est
« Nous ressentons L’actuel gouvernement va tenir la Mézard, ministre de la cohésion loo, élus et associations organi-
bre, la manifestation inaugurale tombée sur la tête, et, à part cela, une grave promesse faite par l’ancien : l’Etat des territoires, qui a par ailleurs sent des Etats généraux de la poli-
célébrant quatre décennies de po- on ne nous dit rien », déplore Oli- va contribuer à hauteur d’un mil- promis qu’il écrirait dans les pro- tique de la ville, lundi 16 octobre, à
litique en faveur des quartiers po- vier Klein, maire (PS) de Clichy-
méconnaissance liard d’euros. Mais personne ne chains jours aux préfets « pour Grigny (Essonne). Un événement
pulaires. Un anniversaire vécu par sous-Bois (Seine-Saint-Denis), du terrain sait comment sera financé le rappeler que les quartiers prioritai- inédit. « Ce sera l’occasion d’aider le
beaucoup comme une ultime pro- qui a vu son budget amputé de reste. D’autant que les relations res sont une priorité dans l’attribu- gouvernement à se forger une idée
vocation de la part d’un pouvoir 150 000 euros. « Peut-être pour-
et des enjeux avec les bailleurs sociaux, censés tion des contrats aidés dès 2017 ». des urgences, et de faire une di-
exécutif qu’ils jugent « méprisant » rions-nous comprendre les orien- de la banlieue » être mis à contribution, ne cessent zaine de propositions concrètes »,
et « cynique » envers la France péri- tations du ministère s’il nous les de se dégrader avec la baisse des « Approche comptable » explique Olivier Klein. « Et d’es-
STÉPHANE GATIGNON
phérique, où le taux de chômage exposait, avance Hélène Geof- aides personnalisées au logement De son côté, Julien Denormandie sayer de remettre tout le monde en
maire de Sevran
est 2,5 fois supérieur à la moyenne froy, ex-secrétaire d’Etat à la poli- (APL). Quant à la création d’une a annoncé un « changement de mouvement », ajoute Stéphane
(Seine-Saint-Denis)
nationale, et le taux de pauvreté tique de la ville dans le gouverne- agence nationale de la cohésion méthode » : « Il ne s’agit pas de vous Gatignon, qui songe à s’enchaîner
deux à trois fois plus élevé. ment Valls et maire (PS) de Vaulx- des territoires, annoncée par Em- promettre un énième “plan Mars- aux grilles de l’Assemblée natio-
« Il ne s’agit pas seulement de en-Velin (Rhône). Sauf que, pour manuel Macron cet été et destinée hall” pour les banlieues » mais de nale si rien ne se dessine.
flou, nous ressentons une vérita- l’instant, rien n’a été proposé. » décisions depuis longtemps, es- à « lutter contre les fractures terri- « mettre en avant ceux qui agissent Ils sont nombreux à le craindre.
ble incompréhension et une grave Si ce n’est la sanctuarisation du time Stéphane Gatignon. Mais elle toriales », aucune information n’a sur le terrain et que les pouvoirs pu- « C’est Bercy qui a la main », com-
méconnaissance du terrain et des budget pour 2018 (ainsi que pour pèse lourd sur nos budgets, nous filtré, ni sur sa mission ni sur les blics doivent accompagner ». En mente un observateur, qui dé-
enjeux de la banlieue, juge le l’ensemble du quinquennat) et le sommes exsangues. » moyens qui lui seraient attribués. clair, il veut sortir de la logique nonce « l’approche comptable » du
maire écologiste de Sevran (Sei- dédoublement des classes de CP Les autres mesures annoncées « Nous n’arrivons pas à lire le projet d’appel à projets décidés d’en haut gouvernement. « A l’évidence, c’est
ne-Saint-Denis), Stéphane Gati- en zones d’éducation prioritaire n’ont été suivies d’aucune explica- global », commente Olivier Klein. pour soutenir et dupliquer des ex- Macron le taulier, conclut le maire
gnon, qui a été reçu, le 26 septem- renforcée. Mesure phare du candi- tion. Ainsi, les 10 milliards d’euros Et pour cause, il n’est pas encore périences issues du bas qui ont de Sevran. Soit il décide de faire de
bre, avec d’autres élus, par Julien dat Macron, elle a été plutôt bien dont doit être dotée l’Agence na- ficelé. « Nous avons une feuille de déjà fait la preuve de leur effica- la banlieue un enjeu, soit il ne se
Denormandie, secrétaire d’Etat accueillie par les maires. « C’est tionale pour la rénovation ur- route à tracer ensemble », a dé- cité. Les sélectionner sera – appa- passera rien. » p
auprès du ministre de la cohé- probablement l’une des meilleures baine (ANRU) afin de réaliser la claré, lors des 40 ans de la politi- remment – le rôle du futur comité louise couvelaire

Vers un « parcours d’intégration » pour les réfugiés ?


Le député LRM Aurélien Taché, chargé d’une mission par Edouard Philippe, veut proposer de lier cours de français et formation professionnelle

M ission… intégration.
C’est au député LRM
de la 10e circonscrip-
tion du Val-d’Oise Aurélien Taché
que revient la charge d’inventer la
malistes pour ses cours de langue
aux migrants récents, et l’un des
rares qui n’a pas vraiment d’ins-
trument de reconnaissance des
compétences professionnelles ».
été décidé que la belle idée serait
mise en œuvre sur cinq ans pour
des raisons budgétaires. En même
temps, le problème des cours de
l’OFII ne se résume pas au nombre
plus global dont il reste à clarifier
les étapes, mais dans lequel beau-
coup de ministères auraient un
rôle à jouer. Cette idée de parcours,
avec tout ce qu’il implique de pro-
Pour y remédier, M. Taché sou-
haite aussi que le savoir-faire des
nouveaux venus soit pris en
compte. Il ambitionne notam-
ment de mettre sur la table le sujet
rait assez favorable à l’organisa-
tion d’une conférence sociale en
novembre pour que « les interve-
nants qu’[il] voi[t] en bilatéral pour
le moment puissent être réunis
politique publique d’intégration Pour jouer l’efficacité, M. Taché d’heures, puisque ces leçons doi- gression et d’étapes, a disparu des équivalences possibles dans le autour d’une table ».
qui manque à la France pour les tentera de faire d’une pierre deux vent résoudre l’équation impossi- en 2007 lorsque le contrat d’inté- cadre des professions de santé. Sans préjuger de ce que le gou-
nouveaux immigrés. Le jeune élu coups en proposant au premier ble de faire progresser simultané- gration républicaine a succédé au Epineux dossier qui n’avait pas été vernement retiendra, il ne s’inter-
de 33 ans, qui a reçu fin septembre ministre de lier apprentissage du ment un public analphabète dans contrat d’accueil et d’intégration. ouvert sous la mandature précé- dit pas de proposer que les deman-
sa lettre de mission signée du pre- français et formation profession- sa langue d’origine et des diplô- « L’obsession très française de dente et a laissé sur le carreau deurs d’asile – notamment lors-
mier ministre, Edouard Philippe, nelle. Un travail essentiel, puisque més de l’enseignement supérieur faire entrer tout le monde dans le nombre de médecins syriens. qu’ils sont issus des nationalités
dispose de trois mois et demi les 200 heures de langue offertes parlant déjà plusieurs langues. droit commun a été une erreur que auxquelles la France accorde à plus
pour en esquisser les traits. par l’Office français de l’immigra- Si M. Taché se dit d’ores et déjà nous payons », dit M. Taché, pour Carte de France des besoins de 50 % sa protection – puissent
Apprentissage du français et in- tion et de l’intégration (OFII) à opposé à l’idée de conditionner qui « il faut cesser de croire qu’il n’y A l’heure où il commence officiel- avoir le droit de travailler avant
tégration professionnelle seront 26 000 nouveaux venus en 2016 l’octroi du titre de séjour au niveau a pas de spécificité d’accès à l’em- lement son travail, le député rêve que leur dossier de demande ne
au cœur de son approche. Deux ne permettent pas à tous l’accès à de français acquis – comme l’a pro- ploi pour un public nouvellement d’élaborer une carte de France des soit étudié. Pragmatique, il s’ap-
des points sur lesquels le pays est un niveau suffisant pour com- posé le sénateur LR Roger Karout- arrivé ». Le résultat de cette ab- besoins en main-d’œuvre, bassin puie là encore sur les résultats des
à la traîne par rapport à ses voi- prendre des consignes simples chi en septembre dans un rap- sence de prise en compte est sim- par bassin, qui permettrait travaux de l’OCDE qui montrent
sins puisque, comme le résume données en milieu professionnel. port –, il n’exclut pas « l’idée d’offrir ple : « La France a un taux d’inser- d’orienter les réfugiés vers une qu’une intégration réussie est une
Jean-Christophe Dumont, res- un titre de plus longue durée à cel- tion plus faible que la Grèce, l’Italie zone plutôt qu’une autre. « L’idée intégration précoce.
ponsable du pôle migrations à Equation impossible les et à ceux qui auront accompli ou l’Espagne pour ses migrants ar- étant qu’il faut être capable d’offrir Reste à M. Taché à proposer une
l’Organisation de coopération et Dans son plan migration du un parcours remarquable, afin que rivés depuis moins de cinq ans », de concert un logement et un em- architecture pour mener à bien
de développement économiques 12 juillet, Edouard Philippe préco- cet apprentissage soit incitatif ». rappelle M. Dumont, ce qui fait ploi, avec une formation », insiste- cette nouvelle politique publique.
(OCDE), « la France a mis en œuvre nisait bien un doublement de ces Cet apprentissage s’intégrerait perdre au pays 0,6 % de produit in- t-il ; une sorte de sas qui n’existe Ce ne sera pas le plus simple. p
l’un des dispositifs les plus mini- 200 heures, mais, au fil de l’été, il a dans un « parcours d’intégration » térieur brut (PIB) chaque année. pas. Pour y parvenir, le député se- maryline baumard
france | 11
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Le consentement des son âge, avance Marc Goudarzian,


l’avocat du prévenu. Mon client
fait au contraire plus jeune. »
tion des juges, commente Muriel
Salmona. Nous estimons que sous
un certain âge le discernement, la
Dans le même temps, plusieurs
élus ont réagi. A l’Assemblée na-
tionale, Patrick Mignola (Mo-

mineurs à une relation


Le parquet n’a pas tenu compte maturité psychologique et affec- Dem) et Bérengère Poletti (LR) ont
de la différence d’âge entre eux, tive, la capacité à dire sa volonté déposé chacun une proposition
alors que le code pénal prévoit de- de façon éclairée ne sont pas suffi- de loi. Les sénatrices Laurence Co-
puis 2010 que « la contrainte mo- sants pour que le consentement hen (PCF) et Laurence Rossignol

sexuelle en débat
rale peut résulter de la différence puisse exister. » (PS) s’apprêtent à faire de même.
d’âge entre une victime mineure et « C’est une mesure de protection
l’auteur ». « Les enquêteurs sont Plusieurs pétitions de l’enfance », soutient cette der-
partis sur une fausse idée, qui était La psychiatre a signé l’appel nière, ancienne ministre de la fa-
qu’elle avait rencontré cet homme publié par Marianne le 6 octobre mille. « Nous avons une chance
Les appels à légiférer se multiplient, alors qu’un homme sur un site de rencontres et qu’ils
avaient affaire à un flirt qui a mal
en faveur de la fixation d’un seuil
d’âge sous lequel le défaut de
d’aboutir à un consensus », se ré-
jouit Mme Cohen. Tous s’appuient
est poursuivi pour atteinte sexuelle, et non pour viol tourné, argumente Carine Dur-
rieu-Diebolt. Pendant la première
consentement est présumé, tout
comme les anciennes ministres
sur les travaux menés par le Haut
Conseil à l’égalité (HCE) entre les
heure d’audition par la police, les Roselyne Bachelot et Aurélie femmes et les hommes, une ins-
questions n’ont porté que sur les Filippetti, la philosophe Elisabeth tance indépendante qui a publié

E
xiste-t-il un âge avant dée dans un square. Il la conduit réseaux sociaux. Elle n’a pas été Badinter, l’historienne Elisabeth en 2016 un rapport préconisant
lequel un enfant ou un
« Il est nécessaire dans un immeuble où ils ont entendue comme une enfant Roudinesco, l’ancien président d’instaurer un tel seuil, en vigueur
adolescent ne peut de fixer des deux relations sexuelles, l’une aurait dû l’être. » du tribunal pour enfants de Bobi- dans de nombreux pays dévelop-
consentir de façon éclai- dans la cage d’escalier, l’autre L’affaire, qui devait être jugée en gny Jean-Pierre Rosenczveig, l’hu- pés (Espagne, Italie, Etats-Unis…).
rée à un acte sexuel avec une per-
repères clairs dans un appartement. Le jeune septembre, a été renvoyée en fé- moriste Sophia Aram… Plusieurs « L’intérêt de la limite d’âge serait
sonne majeure ? Oui, répondent à destination homme n’a pas exercé de violen- vrier 2018. Les juges du tribunal pétitions ont été lancées. d’obtenir une égalité de traitement
des voix de plus en plus nom- ces, Sarah n’a pas résisté. correctionnel pourront juger le « Changeons la loi car un enfant sur l’ensemble du territoire, estime
breuses. Plusieurs pétitions et
des adultes » Mis au courant des faits par leur prévenu pour atteinte sexuelle, ou n’est jamais consentant », de- Ernestine Ronai, responsable de
pas moins de quatre propositions EDOUARD DURAND fille « désespérée », selon Media- se déclarer incompétents s’ils esti- mande celle de Madeline Da Silva, la commission violences du HCE.
de loi émanant d’élus de toutes ancien juge des enfants part, les parents portent plainte ment que les faits relèvent du viol maire adjointe (sans étiquette) C’est aussi pour la société un mes-
les tendances politiques récla- pour viol. Mais le parquet pour- et renvoyer l’affaire au procureur. des Lilas en Seine-Saint-Denis sage de prévention. » « Il est néces-
ment la création d’une présomp- suit pour « atteinte sexuelle », une Mais ce seul cas d’espèce a servi (280 000 signatures), tout saire de fixer des repères clairs, y
tion de non-consentement en cas infraction qui sanctionne des rap- de révélateur. Pour les partisans comme celle du Collectif national compris des interdits à destination
de relation sexuelle entre un ma- posé de façon implicite. Ceci sans ports sexuels consentis entre un d’une réforme, les débats autour pour les droits des femmes (près des adultes, renchérit l’ancien
jeur et un mineur âgé de moins considération de l’âge des prota- majeur et un mineur de moins de du consentement de Sarah n’ont de 40 000 signatures), ou du Col- juge des enfants Edouard Durand,
de 13 ou de 15 ans – les positions gonistes, et de l’emprise qu’un 15 ans, punie de cinq ans de prison. pas lieu d’être, en raison de son lectif féministe contre le viol également membre de cette ins-
varient sur ce point. adulte peut exercer sur un enfant. âge. « Le fait que la contrainte mo- (270 signatures). Une dernière ré- tance. La priorité doit être la pro-
En clair, il s’agirait alors auto- Aujourd’hui, seuls les enfants de Révélateur rale puisse se déduire de la diffé- clame « justice pour Sarah 11 ans tection du développement moral,
matiquement d’une agression moins de 5 ans sont automatique- Sarah a-t-elle effectivement rence d’âge est laissé à l’apprécia- violée » (94 000 soutiens). mental et physique des enfants. »
sexuelle ou d’un viol en cas de pé- ment considérés comme non consenti ? « Elle était en état de si- Cependant, le niveau du seuil ne
nétration, passible de vingt ans consentants par la jurisprudence. dération, répond l’avocate des pa- fait pas l’unanimité. Muriel
de réclusion criminelle. La garde Mais depuis une quinzaine de rents, Carine Durrieu-Diebolt. Les syndicats de magistrats partagés Salmona préconise de le fixer à
des sceaux, Nicole Belloubet, a jours a lieu une « prise de cons- Certaines victimes de viol restent 15 ans pour des raisons de matu-
lancé des consultations à ce sujet. cience brutale », résume la psy- tétanisées, figées comme des pan- L’Union syndicale des magistrats (majoritaire) n’est « pas opposée » rité physique et psychique. Pa-
« Des pistes d’évolutions [de la chiatre Muriel Salmona, prési- tins, et deviennent extérieures au à l’instauration d’un seuil sous lequel un rapport entre un majeur trick Mignola a fait de même pour
législation] me seront soumises dente de l’association Mémoire déroulement des faits. Ces méca- et un mineur serait présumé ne pas être consenti par ce dernier, des raisons « sécurité juridique »,
très prochainement », précise la traumatique et victimologie, in- nismes sont désormais bien con- selon Jacky Coulon, son secrétaire national. « La contrainte physi- car c’est le seuil déjà fixé pour l’at-
ministre de la justice. vestie de longue date en faveur nus et agissent a fortiori quand il que ou morale est toujours difficile à caractériser, précise-t-il. Un tel teinte sexuelle. Bérengère Poletti
Aujourd’hui, pour qu’une agres- d’une réforme. Depuis que, le s’agit d’une gamine qui se retrouve seuil aurait le mérite de clarifier les choses. » Le Syndicat de la a fixé la limite à 14 ans. « Je suis
sion sexuelle ou un viol soient ca- 25 septembre, Mediapart a relaté dans un ascenseur avec un homme magistrature (gauche) n’a pas encore arrêté de position, mais fait une ancienne sage-femme, expli-
ractérisés, il doit être démontré l’histoire de Sarah, 11 ans. qui commence à la tripoter. Elle part « d’interrogations » : « Il faut regarder la façon dont les faits se que l’élue. J’ai accouché des jeunes
que l’auteur a agi en utilisant la Les faits se déroulent le 24 avril. était complètement novice. Com- déroulent, le contexte, explique sa présidente, Clarisse Taron. Poser filles de 15 ans qui voulaient leur
contrainte, la violence, la menace Scolarisée en classe de 6e dans le ment peut-on imaginer que c’est ce une frontière tranchée est compliqué. Certains adolescents ont à enfant. » Le HCE préconise de
ou la surprise. Sinon, le consente- Val-d’Oise, Sarah accepte de suivre qu’elle voulait ? » « Elle fait plus 13 ou 14 ans une vie sentimentale et sexuelle. Des questions peu- retenir l’âge de 13 ans. p
ment des deux parties est sup- un homme de 28 ans qui l’a abor- âgée et précoce sexuellement que vent se poser si le mis en cause est un jeune majeur de 18 ans. » gaëlle dupont

Députés et sénateurs trouvent J UST IC E


Un ancien indicateur
condamné pour
Un projet d’attentat
un accord sur la loi antiterroriste
trafic d’armes
Claude Hermant, ancien indi-
cateur des douanes et des
fomenté en prison déjoué
gendarmes, a été condamné, Deux détenus en fin de peine ont été mis
L’obligation de déclarer ses identifiants numériques est supprimée lundi 9 octobre, à sept ans de
prison par le tribunal correc- en examen vendredi 6 octobre
tionnel de Lille pour trafic
d’armes en bande organisée.

L es députés de La Républi-
que en marche (LRM) ont
lâché du lest sur le projet de
loi antiterroriste, leur permettant
de trouver un accord avec les sé-
cation électronique. Mesure qui
visait les personnes assujetties au
dispositif se substituant aux assi-
gnations à résidence. Le Sénat,
par la voix de Gérard Larcher, son
l’ensemble des mesures inspi-
rées de l’état d’urgence.
La majorité à l’Assemblée se dé-
fend de tout « assouplissement »
d’une loi décriée notamment par
Cette figure de l’extrême
droite identitaire lilloise était
le principal mis en cause de
cette affaire portant sur près
de 500 armes, dont certaines
U n projet d’attentat fo-
menté depuis la prison
de Fresnes (Val-de-
Marne) vient d’être déjoué. Deux
détenus incarcérés pour des faits
ailleurs en relation téléphonique
avec d’autres détenus radicalisés.
Charles-Henri M., décrit comme
un meneur influent en prison,
était lui-même en contact avec un
nateurs lors de la commission président, en avait fait l’une de ses les associations de défense des ont équipé Amedy Coulibaly, de droit commun ont été placés djihadiste présent dans la région
mixte paritaire qui s’est tenue lignes rouges, rappelant son ris- droits de l’homme. « Nous étions auteur de l’attentat de l’Hy- en garde à vue, lundi 2 octobre et irako-syrienne. Selon LCI, il aurait
lundi 9 octobre. Les négociations que d’inconstitutionnalité. Elle d’accord pour renforcer les garan- per Cacher. – (AFP.) mis en examen vendredi 6 pour reconnu en garde à vue un projet
entre les représentants des deux ne figure plus dans le texte. ties, mais dans un souci de garder association de malfaiteurs terro- d’attentat, sans en dévoiler les
Assemblées ont débouché sur un le caractère opérationnel du BAN LIEU E riste criminelle, a déclaré au contours. « Leur radicalisation ne
texte de compromis, ouvrant la « Clause d’autodestruction » texte », précise M. Gauvain. Pour Information judiciaire Monde une source judiciaire, con- fait aucun doute, ni leur volonté de
voie à son adoption définitive à De même, les parlementaires se cette raison, les députés ont re- ouverte sur la mort d’un firmant une information de LCI. passer à l’acte, mais ils en étaient
l’Assemblée nationale, mer- sont mis d’accord pour réduire le jeté la demande des sénateurs, jeune à Aulnay-sous-Bois Charles-Henri M., un Camerou- encore au stade du financement »,
credi 11, et au Sénat, le 18 octobre. périmètre dans lequel des con- qui souhaitaient que le juge des Le parquet de Bobigny a nais de 28 ans, et Maxime O., un confie une source pénitentiaire.
La loi, défendue par le ministre trôles d’identité pouvaient être libertés et de la détention donne ouvert une information judi- Français de 22 ans, tous deux con-
de l’intérieur, Gérard Collomb, a autorisés dans les zones fronta- son accord pour la retenue sur ciaire pour « homicide volon- damnés pour des faits de vols et A marche forcée
vocation à rendre possible la sor- lières. Dans le texte initial, il était place des personnes dont le do- taire » à la suite de la mort de violences, devaient être libérés Ce n’est pas la première fois qu’un
tie de l’état d’urgence prévue le de 20 kilomètres autour des micile est perquisitionné. d’un jeune homme de 24 ans, d’ici à la mi-octobre. Mais une en- attentat est élaboré derrière les
1er novembre, en inscrivant dans points de passage, y compris les « Nous avons abouti à un texte le 14 septembre, dans une quête ouverte par le parquet de barreaux. Le 4 septembre 2016, Bi-
le droit commun une version aéroports et les gares, ce qui avait équilibré, que nous avons tiré cave d’Aulnay-sous-Bois Paris en décembre 2016 a révélé lal T., 24 ans, condamné à cinq ans
aménagée de certaines préroga- pour conséquence d’englober la dans le sens de la protection des (Seine-Saint-Denis) avec un qu’ils ourdissaient depuis leurs de prison pour un projet de départ
tives de cet état d’exception en plupart des agglomérations libertés », se félicite Philippe Bas, fort taux de cocaïne dans le cellules un projet d’attentat hors en Syrie, avait tenté d’assassiner
vigueur depuis le soir des atten- métropolitaines. Ce périmètre président de la commission des sang. Sa famille, qui ne les murs. Les deux hommes, ex- un surveillant à l’aide d’une lame
tats du 13 novembre 2015. Est sera finalement de 10 kilomètres lois au Sénat. « Sur un texte croyait pas à la version offi- traits de prison pour être enten- confectionnée en cellule. Cette at-
concernée la possibilité pour au maximum. « L’arrêté pourra comme celui-ci, il était important cielle d’une mort accidentelle dus lundi, ont été réincarcérés taque au sein de l’unité de préven-
l’autorité administrative de déci- même préciser une distance infé- qu’il y ait un accord entre les par overdose, avait déposé vendredi après leur mise en exa- tion de la radicalisation de la pri-
der de l’instauration d’un péri- rieure », insiste Raphaël Gauvain, deux Assemblées », explique tou- une plainte contre X pour men de façon opportune, à quel- son d’Osny (Val-d’Oise) avait
mètre de sécurité, de la ferme- rapporteur du texte à l’Assem- jours M. Gauvain. LRM a pour homicide et réclamé une ques jours de la date prévue de sonné le glas de cette expérimen-
ture de lieux de culte, de perqui- blée nationale. cela bénéficié de l’ouverture de la contre-autopsie. – (AFP.) leur libération. tation un mois plus tard. Selon
sitions administratives et d’assi- Les sénateurs avaient par majorité de droite au Sénat, qui a C’est un renseignement obtenu une source pénitentiaire, d’autres
gnations à résidence. ailleurs introduit une « clause joué le rôle de balancier pour ÉCOLE à l’extérieur de la prison fin 2016 renseignements faisant état de
Lors de l’examen du texte en d’autodestruction », rendant ca- l’équilibre du texte. L’Etat obligé par par la direction générale de la sé- « projets d’action embryonnaires »
première lecture, les sénateurs ducs les articles sur les perquisi- Une position diamétralement la justice de scolariser curité intérieure (DGSI) qui a per- ont déjà été remontés au parquet
avaient largement réécrit une tions et les assignations au bout opposée à celle de la droite à l’As- un enfant autiste mis de déjouer ce projet d’attentat. de Paris par le passé.
partie de ses dispositions, dans le de quatre ans. Les députés semblée nationale qui, contes- Le rectorat de Créteil a ré- Des fouilles diligentées dans les L’administration pénitentiaire
but d’alléger une loi élargissant avaient réduit ce délai à trois ans, tant un texte de « désarme- cemment été condamné par cellules des deux suspects, connus est engagée depuis plusieurs mois
les pouvoirs de l’autorité admi- et la commission mixte paritaire ment », avait voté contre celui-ci. la justice à trouver une place pour leurs accointances islamis- dans la mise en place d’un vérita-
nistrative au détriment du pou- est allée encore plus loin, élargis- A l’issue des négociations de adaptée à un enfant autiste, tes, ont permis d’exploiter leurs té- ble service interne de renseigne-
voir judiciaire. Lors de son exa- sant ce dispositif expérimental à lundi soir, cette ligne, défendue dont la décision de scolarisa- léphones portables et de mettre ment à marche forcée. Tous les re-
men à l’Assemblée nationale, les par la droite dure, a été mise en tion en unité spécialisée au jour des conversations évo- crutements ne sont pas encore ef-
députés avaient rétabli en minorité, quand bien même n’avait pas été honorée. quant différents projets d’action à fectués malgré les promesses fai-
grande partie la version du M. Bas insiste aujourd’hui sur ses Le tribunal administratif de l’extérieur de la prison. Aucune ci- tes en début d’année par Jean-
gouvernement, obligeant les La majorité à réserves quant à la décision de Melun a estimé que ne pas ble n’était précisément désignée, Jacques Urvoas, l’ancien garde des
parlementaires à s’accorder sur sortir de l’état d’urgence. Ma- scolariser l’enfant, malgré mais des policiers, des surveillants sceaux. Mais les échanges d’infor-
un texte commun.
l’Assemblée s’est nière d’accorder les violons avec une injonction de le faire, de prison ou encore un braquage mation avec les autres services, en
Principal point de désaccord, défendue de tout ses homologues de l’Assemblée, représentait « une atteinte de bijouterie devant financer particulier la DGSI, deviennent
l’obligation de déclarer tous ses même si les sénateurs voteront grave et manifestement illé- l’achat d’armes étaient évoqués, plus fluides. p
numéros d’abonnement et iden-
assouplissement pour le texte. p gale (…) à une liberté fonda- précise une source proche du dos- jean-baptiste jacquin
tifiants de moyens de communi- d’une loi décriée manon rescan mentale ». – (AFP.) sier. Les suspects étaient par et soren seelow
12 | disparitions & carnet MERCREDI 11 OCTOBRE 2017
0123

Joëlle et Daniel Delattre, Annick Allaigre,

Jean-Claude /H &DUQHW
Marc et Yven Biencourt,
Annie et Philippe Herbet,
ses enfants,
Ses douze petits-enfants,
Ses vingt et un arrière-petits-enfants,
présidente de l’université Paris 8
Vincennes - Saint-Denis
Et l’ensemble
de la communauté universitaire, en vente
9RV JUDQGV pYpQHPHQWV
Declercq 1DLVVDQFHV EDSWrPHV
ILDQoDLOOHV PDULDJHV
dont Mérette était si ière,
Toute la famille,
Francoise Richirt,
son amie
Et ses amies de Lille et de Gentilly,
ont la tristesse de faire part du décès de

Jean MÉHAT,
K En kiosque
actuellement

Collaborateur DQQLYHUVDLUHV GH QDLVVDQFH


DQQLYHUVDLUHV GH PDULDJH
font part du décès de

M Paule BIENCOURT,
me
enseignant en informatique
et chercheur en intelligence artiicielle,



 


du « Monde »


 
 
 


$YLV GH GpFqV
 
   



 

le 6 octobre 2017, survenu le 3 octobre 2017.




UHPHUFLHPHQWV PHVVHV
 
   

à l’âge de quatre-vingt-treize ans,




  


   





FRQGROpDQFHV rejoignant après cinq années son époux, Nous exprimons notre peine et notre



 

 






KRPPDJHV sympathie à sa famille et à ses proches.


Louis BIENCOURT.
DQQLYHUVDLUHV GH GpFqV   
  
La bénédiction religieuse aura lieu jeudi On nous prie d’annoncer le décès de
VRXYHQLUV 12 octobre, à 11 heures, en l’église Saint-

   
André de Lille. Catherine PRÉVERT,
&ROORTXHV FRQIpUHQFHV épouse VOGEL, Hors-série
Résidence Les Hespérides,
VpPLQDLUHV WDEOHVURQGHV 92, rue Royale,
59800 Lille. survenu le 7 octobre 2017,
SRUWHVRXYHUWHV IRUXPV jdelattre@nordnet.fr après une très longue lutte contre 0123
le cancer.
horS-SérIe

MRXUQpHV G·pWXGHV FRQJUqV


SURMHFWLRQVGpEDWV Sa famille,
Ses proches, L’inhumation aura lieu prochainement
QRPLQDWLRQV au cimetière de Joinville-le-Pont, où
DVVHPEOpHV JpQpUDOHV ont la tristesse de faire part du décès de reposent ses parents,

6RXWHQDQFHV GH PpPRLUH
François GAULT, Gisèle et Pierre PRÉVERT. 1917
journaliste à Témoignage Chrétien, La révoLution
WKqVHV +'5 France Soir, La Une, Antenne 2,
vogel.cp@orange.fr
russe Le récit de L’historien
marc ferro
L’Express, Le Point, La Cinq,
GLVWLQFWLRQV IpOLFLWDWLRQV Ouest France, France Info,
correspondant à Varsovie Pierre, Hors-série
([SRVLWLRQV YHUQLVVDJHV de 1980 à 1982, pour La Une
son frère,
correspondant à Tokyo, de 1983 à 1992,
VLJQDWXUHV GpGLFDFHV pour La Une, La Cinq et Ouest France, Léa,
OHFWXUHV correspondant à Varsovie sa nièce
FRPPXQLFDWLRQV GLYHUVHV depuis 1993 pour Radio France, Et ses amis,
chevalier de la Légion d’honneur
de la République française, font part de la bénédiction en hommage à
3RXU WRXWH LQIRUPDWLRQ &DUQHW  chevalier de l’ordre du Mérite
de la République de Pologne,
     Anne WIAZEMSKY,
     survenu le 6 octobre 2017.
FDUQHW#PSXEOLFLWHIU qui aura lieu en la basilique Sainte-
L’inhumation aura lieu le vendredi Clothilde, 23 bis, rue Las-Cases, Paris 7e,
13 octobre, au cimetière de Palais (Belle- le mercredi 11 octobre 2017, à 10 h 30.
AU CARNET DU «MONDE» île-en-Mer), à 15 heures.
L’inhumation se déroulera au cimetière
DR
Agnès et Alain Rouveret, du Montparnasse, Paris 14e. Mensuel
Naissances Catherine et Jean-Paul Depretto,
9 AOÛT 1965 Naissance Anne et Kris Defoor,
Collections
J
ean-Claude Declercq, 52 ans, à Unterseen (Suisse) Paris. Mexico. Saltillo. ses illes et ses gendres, Remerciements
collaborateur du « Monde » 1987 Entrée au « Monde » Le docteur Hélène Romagny
Pierre et Françoise DESVERGNES Sophie et Vincent,
depuis trente ans, nous a bru- 2 SEPTEMBRE 2017 Mort Vincent et Virginie, Laure et Thomas,
talement quittés le 2 septem- à Bruxelles Et toute la famille, Guillaume, Sarah, a été très touchée et vous remercie
bre à Bruxelles, alors qu’il ses petits-enfants et leurs conjoints, de votre présence amicale lors de
sont très heureux d’annoncer la naissance l’enterrement de son mari,
assistait au Salon de la bande Alice, Aurélien,
de
Le musée idéal

dessinée, une de ses passions. Louka, Eva, Hippolyte, Esther,


ses arrière-petits-enfants, Claude ROMAGNY,
Né le 9 août 1965 à Unterseen, en
Manoel,
Suisse, Jean-Claude est le cadet de le journal se situait rue des Ita- ont l’immense douleur de faire part qui a eu lieu lundi 2 octobre 2017, au
cette famille de trois enfants, il a liens, à Paris, Jean-Claude entre du décès de cimetière du Père-Lachaise, Paris 20e.
le 15 août 2017, à Mexico,
une sœur et un frère dont il est dans l’entreprise en 1987 comme
Jacqueline GENTY,
très proche. Adolescent, il se pas- employé à l’imprimerie de Saint-
chez née LANNOU, Anniversaire de décès
sionne pour les jeux de stratégie. Denis (Seine-Saint-Denis). Titu- ancienne élève de l’ENSET (1944), GAUGUIN
Soia, Julien, Alexandre et Ana Julia. professeur de Lettres, Toulouse.
L’alchimie de l’ailleurs
Avec son frère, ils sont membres laire d’un DUT de logistique, il in-
d’un club de wargames où ils par- tègre naturellement le service lo- survenu le 6 octobre 2017,
Chantal et Gilles GALLO, M. Jean-Claude DAVILA, Dès jeudi 12 octobre,
ticipent à des reconstitutions gistique en tant que cadre et dans sa quatre-vingt-treizième année.
Hélène et Michel MOGGIO, le volume n° 2
historiques de batailles avec des veille, entre autres, au bon ache- dont le décès est survenu le 10 octobre
Un service religieux sera célébré GAUGUIN
figurines en plomb. minement du quotidien vers les sont heureux d’annoncer la venue en l’église Saint-Nicolas, à Saint-Maur- 2007, à l’âge de quarante-deux ans
Il commence très jeune sa collec- points de vente. au monde de des-Fossés, le jeudi 12 octobre, à 14 h 30.
Dix ans, Jean-Claude, que tu as décidé
tion de BD. Ses premiers albums
sont des Strange et des Titans. Au Dévouement Romane,
47, avenue Gabriel-Péri,
94100 Saint-Maur-des-Fossés.
de nous quitter avec fracas. Continue !<2$$
fil du temps, cette passion l’amè- Son intérêt pour les autres le con- à reposer dans la paix que tu convoquas.
nera à posséder jusqu’à 5 500 ban- duit à adhérer au syndicat des ca- le 4 octobre 2017, à Paris, Le Pavé. Saint-Lager. « L’homme a des endroits de son pauvre
des dessinées. A 17 ans, Jean- dres CGT et à s’y investir, d’abord Dar Brac. El Biar. cœur qui n’existent pas encore,
 
  

Claude rencontre sa future femme comme délégué du personnel chez et où la douleur entre ain qu’ils soient.»
M Michel Brac de la Perrière,
me
sur les bancs du lycée. A cette épo- puis, dernièrement, comme délé- Sophia et Jean-Baptiste. née Corinne Chevallier, Léon Bloy.
que, il est toujours habillé en « cos- gué syndical et comme élu au CE son épouse,
tard-cravate », si bien qu’on le du journal. Virginie, Robert Ali, Caroline, Ton frère.
Décès Jacques-Joseph, Etienne, Eloïse, Corinne,
prend souvent pour un profes- Très actif et veillant toujours à ses enfants
seur. A 18 ans, pour inviter au res- maintenir et conforter le dialogue Mme Michèle Akierman, et leurs conjoints, Séminaire
sa ille, Aladin, Maya, Axel, Salsa, Balkis,
  

taurant à celle qui deviendra son social avec la direction, son dé-
Louise et Jean Chillon, Swann, Zoé, Gabriel, Loup, Oscar, Le séminaire mensuel du Pôle
épouse, il revend le premier al- vouement auprès de ses collègues
Pacôme, Salomé, Moïra, de recherche « Santé connectée, Dès mercredi 11 octobre,
sa ille et son gendre, le volume n° 8 APOLLON
bum de Strange, le seul qui man- était largement reconnu. Au-delà, ses petits-enfants, Humain augmenté » reprend ses activités
Max, Laurent, Adrien, Anouk, Julien,
que aujourd’hui à sa collection. son humour et sa joie de vivre à l’Institut des Sciences L’ÉBLOUISSANT
Autre passion de Jean-Claude : le égayaient souvent des réunions de ses petits-enfants, ont la grande tristesse de faire part de la Communication du CNRS (ISCC),
du décès de
cinéma. Celle-ci a commencé très négociation qui, sans lui, auraient 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13e.
ont la tristesse d’annoncer le décès de Michel La première séance aura lieu
jeune également. Avec ses parents, été plus formelles et moins hu-
il fréquente alors les salles obscu- maines. Journalistes, cadres, em- BRAC de LA PERRIÈRE, vendredi 13 octobre 2017,
M Isidore AKIERMAN,
me de 10 heures à 12 h 30 et accueillera
res au moins une fois par semaine. ployés, ouvriers, il avait ainsi
née Marcelle BLOCH, au Pavé, le 7 octobre 2017. une conférence de Paul-Laurent Assoun,
Ses goûts sont très éclectiques. Il réussi à tisser des liens étroits avec philosophe et psychanalyste, intitulée :
est toujours enthousiaste pour les élu(e)s représentant toutes les A Dieu nous appartenons, Médecine de l’avenir
le lundi 9 octobre 2017, à Lui nous retournons.
partager ses coups de cœur. Pas- catégories de personnels. et Avenir de la psychanalyste :
dans sa quatre-vingt-onzième année.
sionné d’histoire, il aime visiter les Son look, longs cheveux au vent la prophétie de Jacques Lacan.
Christine, L’entrée est libre.
châteaux, les églises et les musées. et santiags aux pieds, ne passait Les obsèques auront lieu le vendredi son épouse, Pour tous renseignements,
Mais sa plus grande passion, pas inaperçu au journal. Il va 13 octobre, à 11 heures. Karine, contacter Jean-Michel Besnier
sa ille
c’est sa famille, sa femme, Natha- nous manquer. p
Et toute sa famille, ou Cristina Lindenmeyer à l’ISCC :
lie, et ses 3 enfants, Adeline, maurice hadida Nous nous réunirons à la porte 01 58 52 17 17.
26 ans, Guillaume, 23 ans, et Syl- principale du cimetière parisien de ont la tristesse de faire part du décès de
vain, 17 ans. Il est un mari et un [Par son engagement dans le dialogue so- Bagneux, 45, avenue Dormoy, à Bagneux Communication diverse
cial, Jean-Claude Declercq était l’une des M. Yvon LEGRAND,
père aimant et attentif. (Hauts-de-Seine).
Fils d’un typographe qui avait
figures qui font la force et l’originalité de
survenu le 6 octobre 2017, Le Cercle Condorcet de Paris Dès jeudi 12 octobre,
notre collectivité. « Le Monde » présente
travaillé au Monde à l’époque où à sa famille ses sincères condoléances.] Cet avis tient lieu de faire-part. à l’âge de soixante-sept ans. fête ses trente ans ! le CD n° 5
AFTERMATH
Ses obsèques civiles auront lieu le vendredi 13 octobre 2017,
lou.chillon@gmail.com le mercredi 11 octobre, à 14 heures,
michele.akierman@wanadoo.fr au crématorium d’Orange (Vaucluse).
Le Carreau du Temple, Nos services
2, rue Perrée, Paris 3e.
Société éditrice du « Monde » SA
Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
A cette occasion, il vous invite
à un séminaire-débat
Lecteurs
Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
Directeur de la rédaction Luc Bronner
« L’Europe est-elle encore K Abonnements
Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo l’horizon de nos nations ? »
Directeur de l’innovation éditoriale Nabil Wakim de 17 heures à 19 heures.
Directeurs adjoints de la rédaction Philippe Broussard, Benoît Hopquin, Marie-Pierre Lannelongue,
Virginie Malingre, Cécile Prieur Avec Denis Macshane,
Direction éditoriale Gérard Courtois, Alain Frachon, Sylvie Kauffmann Jean Michel Ducomte, www.lemonde.fr/abojournal
Rédaction en chef numérique Philippe Lecœur, Michael Szadkowski
Guillaume Duval,
Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol
Jean Quatremer.
K Boutique du Monde
Directeur délégué au développement du groupe Gilles van Kote
Directeur du développement numérique Julien Laroche-Joubert www.lemonde.fr/boutique
Rédacteur en chef chargé des diversifications éditoriales Emmanuel Davidenkoff Entrée libre K Le Carnet du Monde
Chef d’édition Sabine Ledoux
Directeur artistique Aris Papathéodorou sur inscription préalable
Tél. : 01-57-28-28-28
Photographie Nicolas Jimenez - sur le site du Carreau du Temple :
Infographie Delphine Papin
www.carreaudutemple.eu/
Médiateur Franck Nouchi
Secrétaire générale du groupe Marguerite Moleux
cercle-condorcet
Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget - sur le site du Cercle Condorcet :
Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président http://cercle-condorcet-de-paris.org
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017 enquête | 13

Bern,
nouveau
régime
Nommé « M. Patrimoine »
par Emmanuel Macron, l’animateur veut
ignorer les critiques sur ses positions
royalistes. Il compte sur son carnet
d’adresses et sa popularité pour récolter
des fonds et mener à bien sa mission

U
ne femme blonde, châle sur La France insoumise, assure-t-il, lui avait en-
les épaules, a traversé le suite envoyé ses vœux avec ce mot : « Soyez
restaurant. « Je suis désolée heureux. » Alors, Stéphane Bern lui a dit son
de vous déranger, c’est pour fait : « C’est un procédé désagréable de dire des
une petite chapelle qu’il faut gentillesses à quelqu’un et d’envoyer une lettre
sauver », s’excuse-t-elle. de dénonciation à son patron ! » Puis il a expli-
Stéphane Bern s’est tout de suite tourné vers qué ses choix historiques en se référant à ce
elle avec le regard attentif du médecin et son qu’il perçoit des Français, qu’en star du petit
bon sourire télévisuel. « Une chapelle dans écran il appelle « le public ». « Il y a eu 700 ans
l’Eure ? Je dois justement y passer dans quelques de monarchie et moins de 250 ans de Républi-
jours pour un tournage… » Il prend la carte de que. Et puis, les sujets sur les révolutionnaires
la dame, les coordonnées, réclame un dossier ne marchent pas ! affirme-t-il. C’est simple,
complet. Puis soupire triomphalement : pour Louis XVI – Louis XVI, il n’est tout de
« Voilà, c’est comme cela tous les jours. » même pas si populaire ! – nous avons fait
Lorsque Louis, son père, un ancien directeur 4,5 millions de téléspectateurs. Pour Clemen-
de la communication dans l’industrie pétro- ceau, 2,5 millions. Danton et les femmes dans la
lière, a appris la mission sur le patrimoine Révolution, cela a été pire… »
qu’Emmanuel Macron lui avait confiée, il a Ce soupçon de promouvoir un adepte de Stéphane Bern,
averti son fils : « Tu vas aux ennuis. » A 53 ans, l’Ancien régime et du « roman national » a à Paris, le 29 août
Stéphane Bern a balayé l’inquiétude pater- ressurgi dès que la mission confiée par 2016. JOËL SAGET/AFP
nelle d’une pirouette : « Oui, je sais, le prince te Emmanuel Macron a été connue. Depuis, la
touche, on te flétrit… » Il s’est ensuite attelé à dispute a gagné les milieux universitaires. A
neutraliser les critiques. L’ex-diplômé de la critique portée par Nicolas Offenstadt (Le
l’Ecole supérieure de commerce de Lyon a Monde du 5 octobre), maître de conférences à
d’emblée mesuré les réticences, sous l’élé- la Sorbonne, qui dénonce « une histoire bling-
gante ironie du ministère de la culture. En bling », a répondu sur Facebook l’historien d’enfant lunaire, à sa popularité ? Le socialiste plus de deux siècles de distance, de violents
juin, le projet de lettre de mission que lui avait Denis Peschanski, désormais membre de La François Bonneau, président de la région débats politiques. « Il aime ce qu’il y a de
montré l’Elysée ne le faisait dépendre que République en marche. Pour lui, le populaire Centre-Val de Loire, l’a nommé ambassadeur brillant, de lumineux, de beau et grand dans
d’Emmanuel Macron, qu’il côtoie depuis trois Bern « peut mobiliser des forces que des uni- de son territoire et reconnaît volontiers que, l’Histoire », reconnaît Franck Ferrand, l’autre
ans. Après l’été, de sourdes luttes d’influence versitaires ou des hauts fonctionnaires ne tou- lorsqu’il se promène à ses côtés, c’est l’anima- vulgarisateur en chef de l’Ancien Régime, sur
ont abouti à une modification du texte : dé- chent pas ». « Stéphane Bern n’est tout de teur qu’on vient saluer. Europe 1. Une partie de la gauche l’attaque
sormais, c’est sous l’autorité de la ministre de même pas Patrick Buisson ! », s’agace Les maires sont éperdus de reconnaissance sur sa vision « passéiste » du patrimoine ?
la culture Françoise Nyssen qu’il doit agir. Peschanski en référence à l’ancien conseiller quand « Le Village préféré des Français », l’une Stéphane Bern a tôt fait de faire remarquer
Un déjeuner au ministère a servi à arrondir de Nicolas Sarkozy. D’après lui, ceux qui s’of- de ses émissions phares, porte son dévolu sur que « 50 % des monuments en péril sont dans
les angles. Stéphane Bern peut compter sur le fusquent d’éventuels financements privés leur commune. « Le week-end suivant, vous la France rurale. Dans des villages où il n’y a
fervent soutien du président du Centre des « ignorent qu’Alain Minc, fils d’un ancien com- pouvez être certain que les monuments sur les- pas un étranger, le FN dépasse parfois les 50 %
monuments nationaux, Philippe Bélaval, qui battant des FTP-MOI, est au cœur de la levée quels il a braqué les projecteurs connaissent de juste parce qu’une fontaine ou une église en
jure aux experts trop méprisants que « Sté- de fonds pour sauvegarder le Musée de la Ré- 30 % à 40 % de fréquentation supplémentaire, ruine peuvent donner le sentiment à toute une
phane n’est pas un farfadet ». Mais l’affaire a sistance nationale, à Champigny-sur-Marne, souligne Philippe Bélaval. Rien n’a autant population que l’Etat l’a abandonnée. »
pris un tour très politique : il ne s’agirait pas ville historiquement communiste ; que Fran- d’impact. » Même l’ancienne ministre de
seulement de réparer des monuments en çois Pinault finance le fonds Artur London, le l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belka- « L’ENGAGEMENT DE SA VIE »
ruine ou de sauvegarder des lavoirs de villages héros de L’Aveu ; ou qu’Anne Lauvergeon a par- cem, avait décerné les palmes académiques à Lui-même a racheté l’ancien collège royal du
mais, selon ses détracteurs, de sauver d’abord ticipé à la sauvegarde du Mémorial du camp ce conteur qui regrette pourtant « que l’ensei- village de Thiron-Gardais, dans le Perche, et a
les châteaux, d’ouvrir le patrimoine au mécé- de Rivesaltes… » gnement de l’histoire rejette la chronologie et emprunté plus de 2 millions d’euros pour le
nat privé, de transformer le pays en piège à les hommes illustres ». rénover. Cela lui a permis d’observer de près le
touristes, un peu la vision brossée par Michel « RÉPUBLICAIN » ET… « MONARCHISTE » Lui, se tient habilement sur une ligne de rôle tatillon des architectes des Bâtiments de
Houellebecq dans La Carte et le Territoire Le débat n’a cependant pas dépassé le cercle crête. « Conservateur ? C’est un mot qui com- France, qu’il imite à merveille, regard soup-
(Flammarion, 2010). Bref, une polémique en intellectuel. Depuis, les dossiers affluent mence mal », sourit-il quand on le soupçonne çonneux et bouche pincée… « Nous avons créé
vue, et la commission des affaires culturelles vers la plate-forme de la Fondation du patri- d’être un antimoderne. Même si Lise Boëll, six emplois pour le musée et les jardins, l’été »,
de l’Assemblée nationale qui doit, dans les moine qui a déjà offert à Bern un bureau son éditrice chez Albin Michel, est aussi celle s’est-il félicité devant Emmanuel Macron
prochaines semaines, auditionner Stéphane dans son superbe hôtel particulier rue de d’Eric Zemmour, il se tient à distance du jour- quand il l’a invité à venir visiter « l’engage-
Bern s’attend à faire le plein des députés. Grenelle (7e) et son savoir-faire en matière de ON LE SOUPÇONNE naliste du Figaro Magazine, lui qui signe dans ment de sa vie ». Le président a vite mesuré
Beaucoup, d’ailleurs, le connaissent déjà.
« J’ai très envie d’aller l’écouter, assure Alexis
mécénat. Pour apaiser les craintes d’immen-
ses panneaux publicitaires comme on en
D’ÊTRE Madame Figaro : « Depuis que j’ai publique-
ment pris position en faveur du mariage pour
que son extraordinaire réseau de relations,
bâti sur des années de gentillesse, de lettres de
Corbière, qui confie être un téléspectateur ré- voit parfois sur des monuments en réfec- ANTIMODERNE ? tous et me suis attaqué à Jean-François Copé et châteaux et de mots d’esprit, lui ouvrait toutes
gulier de Bern, car je crains qu’on ne veuille tion, l’animateur télé a suspendu son con- Geoffroy Didier sur le sujet, je ne suis plus très les portes ou presque. Bern est ainsi fait qu’il
ouvrir le financement du patrimoine au sec- trat avec le fabricant de « la reine des véran- « CONSERVATEUR, sûr que nous avons quelque chose à nous dire. peut aussi bien recevoir dans sa maison de va-
teur privé. » En mai 2015, le porte-parole de La
France insoumise avait signé avec Jean-Luc
das » dont il vantait les produits dans des
spots radio. A ceux qui craignent qu’il ne
C’EST UN MOT QUI Pendant deux jours, les réseaux sociaux
étaient en ébullition et j’étais désespéré, racon-
cances de l’île grecque de Paros, le philosophe
Alain Finkielkraut que l’actuel chef du gouver-
Mélenchon une lettre à la présidente de s’intéresse qu’aux châteaux et églises, il COMMENCE MAL », te-t-il. Et puis, je suis parti en Alsace pour un nement grec, Alexis Tsipras, ou, comme cet
France Télévisions, Delphine Ernotte, pour parle aussi désormais de sauver « des monu- tournage et les gens m’ont acclamé à mon arri- été, l’ancien premier ministre Manuel Valls et
contester « le contenu idéologique » et « le ments aux morts, des lavoirs et d’anciens bâti- RÉTORQUE-T-IL vée. » L’engouement du public semble à la fois le cinéaste François Ozon.
choix très orienté des sujets » de « Secrets ments industriels ». A l’attention des pour- son bain de jouvence et son baromètre moral. Le président de la République, lui, n’est
d’Histoire », l’émission qui rassemble chaque fendeurs de l’Ancien régime, il assure devant L’acteur Lorànt Deutsch, auteur à succès du encore jamais venu à Paros. Mais, chaque fois
mois entre 2 et 5 millions de téléspectateurs Le Monde qu’il est « républicain et cosmopo- Métronome (Michel Lafon, 2009), partagera qu’on attaque « Stéphane », Brigitte Macron
sur France 2. Sur 88 émissions diffusées de- lite », même s’il proclamait deux mois aupa- bientôt avec lui une série d’émissions pour lui envoie un petit mot de réconfort. « Ma
puis 2008, ont calculé Mélenchon et Corbière, ravant dans La Libre Belgique : « Je suis pro- France 2, « Suivez le guide ». Deutsch joua femme vous adore, elle regarde tous vos
« 60 % ont été consacrées exclusivement à des fondément monarchiste… » en 2011 sur la chaîne Histoire le guide pari- “Secrets d’Histoire” », avait lancé Emmanuel
monarques et leurs favorites », et seulement Alexis Corbière l’a engagé à venir voir le sien dans le documentaire du maurassien Macron lors de leur première rencontre, dans
« 5 émissions, soit 6 %, consacrées à des person- Musée d’histoire sociale de Montreuil, dans Patrick Buisson sur Céline, avant de s’en éloi- la cour du Sénat, alors que, jeune ministre, il
nalités ou des lieux liés à la République ». Pour la Seine-Saint-Denis. « C’est un petit musée gner. « A la Fnac, mes livres sont tout de même allait présenter sa loi sur l’économie. « Fran-
eux, « la grande famille intellectuelle du socia- pauvre, créé dans les années 1930 sous l’impul- à côté de ceux de Georges Duby », se rengorge çois Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas
lisme et communisme, qui a tant marqué l’his- sion de Jacques Duclos, l’ancien patron du Deutsch aujourd’hui. Mais, quand ce dernier Sarkozy, François Hollande, je les ai tous
toire de France » était « totalement effacée ». Parti communiste qui fut maire de la ville, se vante d’avoir sur son bureau un portrait connus », énonce Stéphane Bern en comp-
Depuis, Bern a téléphoné à Mélenchon, plaide-t-il. Il mérite d’être défendu. » Bern s’en du chef vendéen Charette, Bern évite soi- tant sur ses doigts. Heureux d’être enfin du
comme le fait souvent dès qu’on l’attaque cet amuse. Y a-t-il un responsable politique qui gneusement d’aborder cet épisode de la nouveau régime. p
animateur si soucieux d’être aimé. Le chef de ait résisté à son fameux sourire, à sa gueule Révolution française qui suscite encore, à raphaëlle bacqué
CULTURE
14 | 0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

pppp CHEF-D'ŒUVRE pppv À NE PAS MANQUER ppvv À VOIR pvvv POURQUOI PAS vvvv ON PEUT ÉVITER

Roman noir pour jeunesse en quête d’espoir


Cantet filme, à La Ciotat, un atelier d’écriture mené par une romancière avec des jeunes rendus enragés par l’ennui

L’ATELIER
ppvv

P
oint n’est besoin de la
Palme d’or décernée
en 2008 à Entre les murs
pour constater que l’idée
de la transmission, mais aussi
bien de sa rupture tragique, est un
motif important du cinéma de
Laurent Cantet, 56 ans, fils d’insti-
tuteurs. Le motif s’impose dès son
premier long-métrage – Ressour-
ces humaines (1999) mettait aux
prises dans la même usine un
père ouvrier et un fils stagiaire à la
DRH –, se poursuit dans L’Emploi
du temps (2001), histoire d’un père
de famille en déconfiture, revient
aujourd’hui en force avec L’Atelier.
Coscénarisé, une nouvelle fois,
par son complice Robin Campillo
(l’auteur de 120 battements par mi-
nute), ce nouveau long-métrage
prend place à La Ciotat (Bouches-
du-Rhône), où une romancière en
vue (Marina Foïs) vient animer un
atelier d’écriture avec des jeunes
de la ville (interprétés par des jeu-
nes sinon de la ville, du moins de
la région), avec pour unique con-
trainte de situer ce roman à La Cio-
tat (Bouches-du-Rhône). Ce choix
de casting hétérogène dans un
même lieu témoigne de la nature
profonde du projet, qui consiste à
ancrer un motif fictionnel dans
une réalité documentée.

Question identitaire et artistique


Plus encore, tirant vers le « dispo-
sitif », le sujet du film redouble la
mise en œuvre du film lui-même
puisqu’il s’agit, ici et là, de con- Olivia (Marina Foïs, chemise rayée), entourée de ses stagiaires. JÉRÔME PREBOIS
fronter une professionnelle à des
amateurs, et d’inventer collective-
ment une fable qui s’inscrive dans d’une question à la fois identitaire La proximité d’Antoine avec des laire réalisé à l’ombre des chan- que sorte lui-même lorsqu’il s’em-
l’histoire de la ville. C’est dire et artistique. Malika, petite-fille cercles identitaires, sa fréquenta-
Ce long-métrage tiers abandonnés : la rupture des ploie, sans vraiment y parvenir, à
qu’on ne fera pas l’économie de d’un ouvrier algérien qui a passé tion d’un groupe d’amis qui s’oc- modeste finit, transmissions et des solidarités suggérer l’attirance qui pourrait
l’épopée des chantiers navals, fleu- sa vie sur les chantiers, imagine un cupent, quand ils ne font pas la insidieusement opérée par un lier la romancière et le jeune ré-
ron d’une industrie locale éradi- récit qui relierait la découverte ac- fête, à tirer au pistolet dans les
mine de rien, par système qui transforme avec une volté. Quelques très belles scènes
quée en 1988, et avec elle la culture tuelle d’un cadavre d’homme noir bois et à faire semblant, cachés embrasser des avidité belliqueuse tout un pan de (notamment un enlèvement
ouvrière qui la faisait vivre, pour ou maghrébin au long conflit dans les fougères, de shooter des la société, jeunesse en tête, en bleuté au clair de lune) ne suffi-
laisser place à la réparation de ba- passé qui avait accompagné la fer- Roms. Finissant par l’apprendre,
problèmes qui quart-monde. De là, le pas que sent pas à pallier ce déficit de ro-
teaux de plaisance. Les cinéphiles, meture des chantiers. Antoine, a Olivia va tenter d’approcher le se posent avec s’apprête à franchir Antoine, à qui manesque et de sensualité, quand
par-devers eux, ajouteront à cette contrario, n’a cure du passé jeune homme. Le scénario fait rien ni personne ne parle plus, sé- bien même il serait entendu que
importante strate mémorielle, ouvrier de la ville, rêve de films ainsi bouger les lignes narratives
acuité au pays duit par des discours qui se récla- le cinéma de Laurent Cantet n’est
celle du cinéma lui-même, autre d’action américains, est obnubilé en faisant le point sur la relation et au monde ment d’une pensée anti-politique- pas celui de Jean-Claude Brisseau
industrie en péril chère à La Ciotat, par la violence du présent, et ima- Olivia-Antoine. ment correcte sans préciser qu’ils (De bruit et de fureur, Noces blan-
où les frères Lumière, plaisanciers gine un attentat de type terroriste
contemporain relèvent eux-mêmes de l’orthodo- ches), auquel on pense forcément
en ce lieu, filmèrent en 1895 l’un dont la victime serait blanche. Syndrome « Lacombe Lucien » xie fasciste. On voit bien, à travers en voyant ce film. L’Atelier passera
des premiers films de l’histoire : Le ton monte rapidement et De sorte que ce film modeste tour- niprésence des écrans qui con- la relation particulière que tente toutefois par un autre chemin
L’Entrée d’un train en gare de La l’atelier tourne à l’aigre. Antoine nant autour de séances d’écriture fronte aux archives de la lutte so- d’instaurer Olivia avec Antoine, à pour ne pas nous laisser quitter la
Ciotat, avant de le projeter en jan- et ses provocations constantes re- dans une petite ville méridionale ciale d’antan, où se reconnaissait quel point la restauration d’un salle sur l’amer constat que rien,
vier 1896 dans ce que d’aucuns tournent contre lui tout le groupe, finit, mine de rien, par embrasser tout un peuple, les images orphe- dialogue est grevée pour ces jeu- désormais, ne saurait réparer la
considèrent comme la première et même Olivia, dans une position quelques problèmes qui se posent lines destinées aujourd’hui à une nes qui, accablés par l’absence de fracture sociale, ni celle entre les
salle de cinéma. de neutralité assez durement avec acuité non seulement au jeunesse enclavée : clip de l’armée perspectives et enragés par l’en- hommes. p
L’une des principales lignes de éprouvée, est déstabilisée et intri- pays, mais au monde contempo- de terre qui fait passer la guerre nui, sont tentés par le pire pour se jacques mandelbaum
force du film, une fois acquis que guée par le jeune homme. C’est rain. Ce dont témoigne, à sa ma- pour un jeu vidéo, ou jeux vidéo sentir vivre. C’est le syndrome
le livre devra être un roman noir, que, jusqu’à un certain point du nière, le format scope utilisé pour qui se font passer pour des théâ- « Lacombe Lucien » d’une société Film français de Laurent Cantet.
passe justement par le conflit op- film, Olivia ignore ce que le spec- filmer la difficulté du dialogue, le tres de guerre. qui se découvre en guerre. Avec Marina Foïs, Matthieu Lucci,
posant plus particulièrement tateur est, lui, invité à découvrir danger qui menace l’existence du Telle est, en vérité, la grande Le film est si conscient de cette Warda Rammach, Issam Talbi,
deux membres de l’atelier autour lors d’embardées hors de l’atelier. groupe. Ce que suggère aussi l’om- question qui sourd de ce film so- difficulté qu’il s’empêche en quel- Mamadou Doumbia (1 h 53).

Marina Foïs : « Je suis moins cérébrale que mon personnage »


Dans « L’Atelier », l’actrice incarne une romancière aux côtés de jeunes comédiens non professionnels des Bouches-du-Rhône

ENTRETIEN Pour moi, ça n’a pas été une


question. Professionnel, c’est l’ad-
Il y a un parallèle entre ce que je
peux être dans la vie et ce que je
dée. J’avais peur… Au lieu d’être
déstabilisée par le fait qu’ils
envers ces jeunes, absolument sin-
cère mais pas dépourvue d’intérêt.
Ce qui m’a beaucoup plu, c’est
qu’il n’est pas du tout question

M arina Foïs sort de son


cours de piano. Elle
apprend à jouer le
Concerto en sol de Ravel pour les
besoins du prochain film de So-
jectif qui me flanque le plus le ca-
fard. J’ai joué avec des acteurs qui
boivent énormément et qui sont
prodigieux et avec des acteurs qui
savent très bien leur texte et avec
suis dans L’Atelier.

Comment les répétitions


se sont-elles passées ?
Ils ont répété deux semaines
étaient non professionnels, j’avais
l’intuition que leur « innocence »
me piégerait si je n’étais pas aussi
vivante et libre qu’eux. Et puis,
comme c’est un rôle d’écrivain,
A mon âge, on a besoin de l’énergie
et du point de vue de la jeunesse
pour se régénérer, pour ne pas être
en boucle. Sur le plateau, c’est en
les regardant, en les écoutant, que
d’elle, de son intimité. Je trouve ça
beau de raconter quelqu’un sans
le nourrir de psychologie.

On fait souvent appel à votre


phie Letourneur. En même temps, qui je me suis fait « chier ». Le pro- entières avec Laurent, sans moi j’avais peur de me piéger moi- j’existe. Et puis, je me suis trouvée ironie, elle est ici absente…
elle se familiarise avec un énorme fessionnalisme, l’expérience, le sa- parce que je tournais Papa ou Ma- même, parce que j’ai un langage au milieu de gens dont la réalité L’ironie, je me demande si ce
dossier judiciaire qui lui donnera voir-faire, c’est un minimum. Je man 2. Cantet voulait une actrice assez trivial, voire grossier. Je lis, n’était pas la mienne, et ne l’a ja- n’est pas un truc qu’il faudrait
l’occasion de tourner son premier connais assez le cinéma de Cantet étrangère pour augmenter la dis- mais cela ne se sent pas quand je mais été. A 20 ans, je ne me posais que j’abandonne… Etre drôle, oui,
film de procès. A 47 ans, l’actrice pour savoir que dans Vers le Sud tance. Il s’est vite rendu compte parle. D’ailleurs Cantet n’aimait pas de questions, je savais ce que mais ironique… J’ai refusé pas
ne cesse d’étendre son registre, [2006], j’aime autant Charlotte qu’à cause de l’improvisation et pas quand j’faisais trop d’élisions, je voulais faire, je m’autorisais à mal de rôles de femmes déta-
à l’écran et aussi sur scène, où elle Rampling que ceux qui l’entou- de l’accent marseillais, il fallait il me reprenait sur la forme. penser que j’y arriverai. J’avais chées de leurs émotions, un peu
a travaillé avec Luc Bondy et Jean- rent. Le sujet l’imposait, ç’aurait quelqu’un dont le français était la des parents qui me soutenaient et, hautaines. Je n’ai plus du tout
Louis Martinelli. Pour l’instant, été absurde de voir dans L’Atelier langue natale. Il m’a contactée mi- A quelle distance de autour, une société globalement envie de ma dureté. Et Laurent
elle parle de sa rencontre avec des gens qu’on aurait déjà vus à la juillet pour tourner fin août. Il a votre personnage êtes-vous ? bienveillante et accueillante, ce Cantet, un être assez singulier, qui
Laurent Cantet et ses jeunes collè- télé. Cantet s’est très intelligem- travaillé deux semaines avec le Je suis beaucoup moins céré- n’est pas leur cas. Personne n’at- n’a pas d’équivalents dans le
gues de L’Atelier. ment servi du décalage qui existe groupe. Il dit qu’il s’est inspiré de brale qu’elle. J’ai un discours tend rien d’eux, on ne leur tend monde du cinéma, a une grande
naturellement quand on me met leur langage et de ce qu’ils pen- moins articulé. J’ai un rapport à la pas beaucoup la main. douceur et une grande humilité,
Laurent Cantet vous a donné au milieu de ces jeunes-là, qui con- saient. Je suis arrivée et j’ai répété culture beaucoup plus brut. Je ne pas du tout feintes. L’ironie ne lui
pour la première fois l’occasion naissent les sketches des Robin une semaine, sur le texte qu’ils frime pas avec ça, c’est une réalité. Qu’est-ce qu’il y avait d’inédit va pas du tout. p
de travailler avec un groupe des bois, qui ont vu La Tour Mont- avaient déjà beaucoup retravaillé. Le point commun entre le per- par rapport à des rôles que propos recueillis par
de non-professionnels… parnasse infernale [2000] cent fois. J’avoue que j’étais un peu intimi- sonnage et moi, c’est sa curiosité vous avez pu tenir par le passé ? thomas sotinel
culture | 15
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Chronique
d’une nuit de haine
et de violence
Kathryn Bigelow revient sur l’assassinat
par la police de trois Afro-Américains, en 1967

DETROIT justement de garder le contrôle


d’un morceau de ville – pour être
pppv ensuite défini méthodiquement
comme le produit inévitable d’un

L’
histoire que raconte système. La cinéaste ne s’autorise
Detroit doit être enten- qu’un geste esthétique : l’inscrip-
due. Cinquante ans tion de ce fait divers dans la grande Juillet 1967,
après l’affaire de l’Al- histoire qui se jouait alors dans les la ville
giers Motel, survenue aux pre- rues de Detroit, celle des émeutes de Detroit
miers jours des violences urbai- mais aussi celle du triomphe de la est en état
nes qui ravagèrenten 1967 la capi- musique afro-américaine, alors in- de siège.
tale de l’industrie automobile carnée par les artistes du label Mo- FRANCOISDUHAMEL
américaine, la nécessité de ce récit town (contraction de motor town,
s’impose. Dans les mois qui ont « la ville de l’auto », surnom de De-
suivi les faits que raconte le film troit). Elargissant ainsi sa toile, Le lead singer des Dramatics, dance. Le plus terrifiant dans le à l’égard du policier Krauss. En la communauté à laquelle on ap-
de Kathryn Bigelow, l’un des plus Kathryn Bigelow produit un film Larry Reed (Algee Smith), et le fac- récit minutieux de cette nuit de face, Algee Smith trace la des- partient. A cet égard, la question
grands journalistes américains y dont la violence sans merci dé- totum du groupe, Fred Temple violence, ce n’est pas tant la cente aux enfers d’un artiste pro- que se posera un spectateur fran-
a consacré un livre. John Hersey passe la somme des souffrances (Jacob Latimore), trouvent refuge cruauté des bourreaux que la cer- mis à un grand avenir qui se voit çais n’est pas tant de savoir si
était devenu célèbre en mai 1946, montrées à l’écran. à l’Algiers Motel. Dans une cham- titude qu’ils ont de leur impunité. voler à la fois la chance qui se pré- Kathryn Bigelow, anglo-norvé-
avec la publication de son repor- Après un prologue fait d’images bre, deux jeunes filles blanches Entre les victimes et ces policiers sentait à lui et l’estime qu’il avait gienne, était en droit d’écrire une
tage sur le bombardement d’Hi- naïves qui racontent la grande mi- en vadrouille, Julie Hysell (Han- qui se sont affranchis de toute rè- de lui-même. page d’histoire qui a cruellement
roshima par les Etats-Unis, texte gration des Afro-Américains du nah Murray) et Karen Malloy gle s’interpose la figure de Melvin Cette longue séquence, cons- marqué la communauté noire,
qui occupait tout un numéro du Sud vers le Nord, Detroit met en (Kaitlyn Dever) s’amusent avec de Dismukes, le vigile, descendant truite comme une reconstitution que de se demander où sont les
New Yorker. Que l’incident sur- scène l‘allumage de la mèche qui jeunes Afro-Américains. Obser- de ces domestiques que les escla- judiciaire, animée d’une juste co- films qui prennent à bras-le-
venu à l’Algiers Motel, à Detroit déclenchera l’explosion : dans un vant la garde nationale qui pro- ves des champs méprisaient pour lère, occupe plus de la moitié du corps l’histoire des villes qui
(Michigan), dans la nuit du 25 au cercle de jeu clandestin, une des- gresse dans la rue comme dans leur compromission avec les maî- film. Lui succède le spectacle tout s’embrasent, des affrontements
26 juillet, ait décidé Hersey à pren- cente de police interrompt une une rizière, l’un d’eux tire avec un tres. John Boyega, le seul des ac- aussi affligeant du déni de justice entre leurs habitants et les poli-
dre la plume est comme une ga- fête organisée à l’occasion du re- pistolet d’alarme en direction des teurs à travailler un matériau opposé aux survivants, aux fa- ciers, de ce côté-ci de l’océan. p
rantie. Celle de l’obligation qu’il y tour de deux soldats noirs du Viet- militaires. complexe, en fait un personnage milles des victimes. thomas sotinel
avait alors à attirer l’attention sur nam. La brutalité ordinaire de la ra- fascinant, qui limite les dégâts Detroit embrasse à la fois un
les circonstances de la mort de fle ne passe pas ce soir-là, déclen- Une juste colère sans parvenir à empêcher le pire. système, ses inévitables dévia- Film américain de Kathryn
trois jeunes Afro-Américains aux chant un affrontement ouvert en- Bientôt le motel est investi par les Quant au Britannique Will Poul- tions et son incapacité à se réfor- Bigelow. Avec Algee Smith,
mains des forces de l’ordre. tre les policiers et les voisins gardes nationaux et une pa- ter, son physique enfantin exa- mer. Un système qui est censé ré- John Boyega, Will Poulter,
descendus en masse dans la rue. trouille de police, qui reçoivent le cerbe la répulsion que l’on ressent gir la vie de tous, quelle que soit Hannah Murray (2 h 23).
Un souci d’exactitude Deux jours plus tard, la ville est renfort d’un vigile posté aux
Un demi-siècle plus tard, alors en état de siège. Un concert de alentours, l’unique Noir du
qu’un mouvement s’est baptisé Martha and the Vandellas est in- groupe des forces de l’ordre, Mel-
Black Lives Matter (« les vies noi- terrompu sur ordre des autorités vin Dismukes (John Boyega).
res ont de l’importance »), dé- et les musiciens de The Drama- Sous la direction de l’officier de
montrant que cette vérité, pour tics, groupe qui devait succéder à police Krauss (Will Poulter), le

LUMIÈRE !
reprendre un terme cher aux l’interprète de Dancing in the seul personnage dont le nom a
auteurs de la déclaration d’indé- Street, s’y retrouvent, dans la rue, été changé, l’opération de recher-
pendance des Etats-Unis, n’est pas pour danser, mais pour courir che du tireur de balles à blanc se

L’AVENTURE COMMENCE
pas self evident (« évidente pour dans l’espoir d’échapper aux ar- transforme en longue séance de
elle-même »), Kathryn Bigelow et restations de masse, décidées en torture. Les Afro-Américains sont
son scénariste Mark Boal redisent fonction de la couleur de la peau battus, trois sont assassinés. Les
le martyre de Fred Temple, des passants. jeunes femmes blanches sont hu-
Aubrey Pollard et Carl Cooper, les miliées, agressées.
trois morts de l’Algiers Motel, A sa première apparition, Disponible le 4 octobre en DVD et Blu-RayTM
avec un souci d’exactitude qui les Le film embrasse l’agent Krauss soupire depuis sa
éloigne par la force des pièges et
à la fois voiture de patrouille « On les a et sur fnacplay.com
des conforts de la narration hol- laissés tomber », en regardant les
lywoodienne. un système, pillards et les passants du ghetto
Sans se soucier du confort du
spectateur, Detroit met en scène
ses inévitables qu’il traverse. Cette réflexion qui
se voudrait bienveillante se dé- NOUVEAUTÉ
ce qui apparaît d’abord comme déviations ploiera plus tard en un discours
une bavure – la perte de contrôle d’un racisme sans ambiguïté, qui
d’une poignée d’hommes, poli-
et son incapacité procède aussi bien de la haine de
ciers, gardes nationaux, chargés à se réformer la différence que de la condescen-
Inclus
un bonus
inédit
de Martin
Une Bulgarie en plein chaos Scorsese !

Le film de Komandarev dépeint une nation au bord de l’implosion

TAXI SOFIA rement reconverti en chauffeur


de taxi, un bon gars qui attend le
tion et la violence. Entre l’étu-
diante qui se prostitue, la meute
pvvv déblocage d’un prêt pour donner de jeunes abrutis saturés d’alcool

A vant de se convertir au
cinéma, Stephan Koman-
darev était pédopsychia-
tre. Il a, depuis, réalisé une poignée
de films dont les sujets témoi-
une nouvelle impulsion à son
entreprise et pouvoir assurer un
bel avenir à sa fille. Il a rendez-vous
avec son banquier, et lorsque ce-
lui-ci veut le faire chanter, il sort
et de testostérone, le salaud parti
faire fortune à l’étranger et les
propos de café du commerce qui
s’échangent à la radio, l’écueil du
catalogue de typologies sociolo-
gnent d’une certaine conscience un revolver, le tue et se tire ensuite giques n’est pas toujours évité.
sociale et d’un humanisme che- une balle dans la tête. Mais le mouvement des voitu-
villé au corps. En 2002, son docu- res lancées dans la nuit, l’intérêt
mentaire Bread over the Fence se Corruption et violence réel pour les personnages, le
déroulait entre deux villages bul- Nous voilà projetés dans une parti pris de filmer chaque scène
gares où vivent en bonne entente autre voiture où, tandis que les en plan-séquence, innervent l’en-
des communautés catholique, or- radios s’emparent du fait divers, semble d’une pulsation géné-
thodoxe et musulmane. Douze invitant les auditeurs à s’expri- reuse, qui se fait plus sensible au
ans et quelques films plus tard, mer sur le sujet, un couple odieux fur et à mesure. Plus on s’enfonce
The Judgment (2014) mettait en malmène le vieux chauffeur et dans la nuit, moins les situations
parallèle, sur le mode de la fiction, le brutalise plus encore lorsque sont réductibles à un principe
la douloureuse odyssée des réfu- celui-ci confie, comme pour de démonstration, plus elles sur-
giés syriens dans l’Europe actuelle s’excuser d’exister, qu’il vient de prennent et finissent par émou-
avec celle des dissidents commu- perdre son fils. Alors que l’assas- voir. A partir d’un dispositif si
nistes au temps du rideau de fer. sin est suspendu entre la vie et la minimaliste, ce n’est pas là le
Présenté en mai à Cannes dans mort et le pays à son sort, le film moindre des exploits. p
la section Un certain regard, Taxi entre dans la nuit qui vient. isabelle regnier
Sofia se passe, comme le suggère D’un taxi à l’autre, le tableau
son titre, à Sofia dans des taxis. d’une nation au bord de l’implo- Film bulgare de Stephan
On embarque dans la voiture sion s’esquisse, une Bulgarie gan- Komandarev. Avec Vassil
d’un petit entrepreneur provisoi- grenée par la pauvreté, la corrup- Vassilev, Ivan Barnev (1 h 43).
16 | culture 0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Luchino Visconti, chercheur du temps perdu


La Cinémathèque française consacre une riche rétrospective au cinéaste et metteur en scène italien

D
u mercredi 11 octobre de pêcheurs, en Sicile, contre les
au jeudi 9 novembre, grossistes qui les maintiennent
La Cinémathèque fran- dans la misère, dans une grande
çaise rend hommage fresque aux accents ethnographi-
au grand Luchino Visconti (1906- ques (des villageois du cru jouent
1976), prince milanais aux sympa- leurs propres rôles). Son protago-
thies communistes, homme de niste ’Ntoni (Antonio Arcidiacono),
théâtre et d’opéra, qui légua au ci- jeune pêcheur qui voit son métier
néma italien une poignée de films ancestral tomber aux mains d’une
inoubliables (quatorze entre 1943 corporation (une classe moyenne
et 1976), tels que Le Guépard (1963) en devenir), est déjà une version
ou Mort à Venise (1971). primitive du prince Salina (Burt
Sans doute cette œuvre s’était- Lancaster), dans Le Guépard : tous
elle, avec les années, laissé figer deux, de part et d’autre de l’échelle
dans l’image d’un esthétisme raf- sociale, portent sur leurs épaules la
finé, cultivant les reconstitutions fin d’un monde familier et assis-
historiques avec un faste et un tent, impuissants, à l’avènement
sens du grandiose quelque peu du suivant.
écrasants. La rétrospective arrive à
point nommé pour rendre à Vis- Tragédie antique
conti son secret et son vertige. De fait, le héros viscontien est bien
Ceux d’un cinéaste pour qui la souvent un être entre deux mon-
grandeur, le souffle opératique, la des, entre deux temps, broyé dans
vision historique n’étaient jamais la tectonique de l’Histoire ou se
que les somptueux écrins de sub- dressant comme un seul homme
jectivités tourmentées et de soli- sur le socle de son anachronisme.
tudes irrémédiables. Si le héros Il en va ainsi pour le prince Salina
viscontien est plongé dans le siè- du Guépard, dernier pilier d’une
cle (notamment les XIXe et XXe siè- aristocratie sicilienne déjà fanto-
cles, sur la brèche des conquêtes matique, au seuil d’un Risorgi-
successives de la modernité), c’est mento (la campagne de Garibaldi)
pour mieux s’y laisser engloutir et qui entraîne l’Italie sur la voie de la
s’évanouir comme une ombre en monarchie constitutionnelle, sans
plein cœur du tumulte. rien changer à la structure oligar-
Disciple de Jean Renoir, dont il chique du pouvoir (c’est le fameux
fut l’assistant sur Les Bas-Fonds et mot de Tancrède, joué par Alain
Partie de campagne, Visconti, dès Delon : « Pour que tout reste Tancrède (Alain Delon) et Angelica Sedara (Claudia Cardinale) dans « Le Guépard » (1963). PATHÉ DISTRIBUTION
ses débuts, préfigure le néoréa- comme avant, il faut que tout
lisme, sans lui appartenir complè- change »). C’est également le cas de
tement. Son premier long-mé- Rocco (Alain Delon toujours), dans évidente de la tragédie antique, meilleure, il n’en est pas moins Bogarde, dans la peau d’un chef
trage, Les Amants diaboliques (Os- le magnifique Rocco et ses frères comme récit possible du choc possédé par le sang dont il a hé-
Si le héros d’orchestre déchu, parcourt les
sessione, 1943), adapté du célèbre (1960), dont la famille, venue sans cesse réitéré entre l’ancien et rité, un sang qui le ronge et qui ré- viscontien est rues d’une Venise infestée, en
roman noir de James M. Cain Le d’une Lucanie arriérée, débarque le nouveau. A ce titre, le film le pand sur son existence le germe quête d’une illumination de
facteur sonne toujours deux fois dans la banlieue de Milan, puis se plus révélateur est sans doute le d’une corruption généralisée. On
plongé dans beauté, dans la figure fuyante et
(1934), se penche sur la relation désagrège au contact de la moder- méconnu et magnifique Sandra pense tout autant au Tullio (Gian- le siècle, c’est quasi fantasmatique d’un adoles-
adultère et criminelle de deux nité urbaine. De même, dans Les (Vaghe stelle dell’Orsa, 1965), qui carlo Giannini) de L’Innocent cent fluet. Les glissements languis-
proscrits, dans une auberge per- Damnés (1969), une riche famille remonte le fil d’une malédiction (1976), conduit à l’infanticide en
pour mieux s’y sants de la caméra, la suspension
due de la plaine du Pô, en pleine d’industriels allemands, les von familiale – un inceste entre frère se croyant un surhomme nietzs- laisser engloutir lente du récit, le retour obsession-
période de dépression économi- Essenbeck, se laisse gangrener par et sœur –, dans une vieille maison chéen, qu’à la comtesse Serpieri nel des symphonies de Gustav
que. Déjà, le souci de décrire une la montée du nazisme, nouvel or- poussiéreuse aux reflets gothi- (Alida Valli) dans Senso (1954), Mahler ont suscité cette cons-
réalité sociale (chômage, prison dre qui finira par avoir raison d’elle ques. L’héroïne (Claudia Cardi- fonçant tête baissée dans l’illu- personnages par bouffées succes- cience du temps se retournant sur
conjugale et dénuement) est bous- et dont la puissance de séduction nale dans son plus beau rôle, choi- sion d’un romantisme échevelé. sives et fait d’eux, à terme, des lui-même, pour mieux surpren-
culé de l’intérieur par les orages est ici figurée, à longueur de sie par Visconti pour son profil Corruption des âges, des systè- fantômes de leur propre époque. dre la mort au travail. Une belle
d’une passion intempestive, dont zooms nauséeux, comme une « étrusque ») s’abandonne à un mes et des cœurs. Curieusement, c’est par le biais de façon d’entrer dans l’éternité. p
la sensualité brutale (les amants perversion sexuelle. atavisme scandaleux, venu du Mais tout l’œuvre de Visconti, Thomas Mann que Visconti s’est mathieu macheret
s’étreignent dans le cambouis et le A travers ces familles déchirées, fond des âges, et qui signe en grand lecteur de Marcel Proust, le plus rapproché de son écrivain
graillon) fit scandale à l’époque. déplacées ou ivres de pouvoir, à quelque sorte la destruction du qu’il rêvait d’adapter, se résout fétiche, en portant à l’écran La Rétrospective Luchino Visconti.
Dans La terre tremble (1948), Vis- l’image des Atrides ou des Lab- foyer bourgeois. Si le héros sans doute dans la recherche d’un Mort à Venise. A la veille de la Du 11 octobre au 9 novembre 2017
conti raconte la lutte d’un village dacides, on décèle l’influence viscontien aspire à une vie temps perdu, qui revient à ses première guerre mondiale, Dirk à La Cinémathèque française.

Deux agents secrets égarés dans L’animation au plus près


du mystère Van Gogh
un temple de la consommation
Ce blockbuster va au-delà du « placement de produit »
L es films en rotoscopie transforment
d’ordinaire des sujets filmés en sujets
dessinés. C’était le cas, parmi les sor-
ties du 1er octobre, de Téhéran Tabou. La sin-
auparavant apparaissait comme un char-
mant tour de passe-passe (l’apparition pério-
dique d’images aimées et connues au fil du
récit) prend une dimension onirique.
KINGSMAN : Ce film se l’un de ses sbires au hachoir pour
en tirer un hamburger prêt à la dé-
gularité de La Passion Van Gogh est de passer
de l’image photographique à l’image peinte.
Malgré les dialogues plus qu’abondants, qui
ne laissent rien ignorer des hypothèses et
LE CERCLE D’OR présente comme gustation, d’une cruauté grand- Peinte, comme le suggère le titre, à la ma- théories entourant le coup de pistolet du pla-
guignolesque assez inhabituelle. nière de Van Gogh, ce qui semble, a priori, un teau d’Auvers, on accompagne Armand Rou-
pvvv la parodie C’est toutefois pour autre chose pari impossible à tenir. lin dans un voyage qui le fait pénétrer dans un

R ien de nouveau dans la dé-


ferlante de sagas à ral-
longe et de franchises dé-
clinées dont Hollywood nous
d’une formule
qui, en son
temps, relevait
que le film retient l’attention.
Avec ses protagonistes qui ne se
distinguent pas vraiment de re-
présentants de commerce, King-
Par une étrange alliance entre un art très
ancien – chaque plan a été peint à la main, ce
qui a nécessité la réalisation de plusieurs ta-
bleaux, de l’avant à l’arrière-plan – et les tech-
univers qui n’a qu’un créateur, Van Gogh. Sa-
gement, les auteurs
ne cherchent pas à
savoir ce qui, chez le
LES CHAMPS DE BLÉ
abreuve chaque semaine. Comme
déjà de la parodie man se caractérise par sa fascina- niques numériques qui ont permis de corri- peintre, a produit DU VEXIN, L’ÉGLISE
tout blockbuster voué à faire des tion, voire son fétichisme pour la ger les variations lumineuses et chromati- cette extraordinaire
petits jusqu’à tarissement du fi- marchandise. Non content de son ques d’une image à l’autre, le pari technique a manière de restituer D’AUVERS, LE VISAGE
lon, la série Kingsman, sorte de re- attirail pléthorique de gadgets, ré- été gagné. Restait à prouver la nécessité es- le monde sensible.
valorisation de la fantaisie d’es- monde une drogue aux effets férence évidente à James Bond, la thétique de l’entreprise : à la fin de la projec- Ils se préoccupent
DE MARGUERITE
pionnage à l’ère du tout-numéri- paralysants. Pour les combattre, mise en scène fait un étalage tion, elle s’est imposée, non sans mal parfois. plutôt de savoir GACHET SE CONFONDENT
que, accouche d’un deuxième vo- nos agents font alliance avec leurs constant de costumes, d’accessoi- Les personnages de La Passion Van Gogh ont comment on peut y
let conçu comme une pure homologues américains (Jeff res de mode, d’ustensiles en tout tous été peints par l’artiste : au centre, Ar- accéder, autrement AVEC L’IMAGINAIRE
répétition du premier, avec son Bridges et Channing Tatum), par genre, de mobilier, de voitures, mand Roulin, beau jeune homme, fils du fac- qu’en cheminant
quota réglementaire de méchants ailleurs distillateurs de bourbon. d’objets de décoration, qui dé- teur arlésien qui secourut Van Gogh pendant entre les cimaises DE L’ARTISTE MORT
et de nouveaux gadgets. Le fait que Kingsman se présente passe de loin, de par son rendu son séjour provençal. Après la mort du pein- d’un musée.
comme la parodie d’une formule maniaque, le traditionnel « place- tre, Armand est chargé par son père de porter Dans l’esprit enfiévré d’Armand Roulin, les
Extravagance cartoonesque qui, en son temps, relevait déjà de ment de produit ». L’image sem- à Theo Van Gogh la dernière lettre que le mar- champs de blé du Vexin, l’église d’Auvers, le vi-
On retrouve donc la paire « aristo- la parodie (les univers de James ble ici conçue comme un présen- chand avait adressée à son frère, et que ce der- sage de Marguerite Gachet se confondent
prolo » d’agents secrets britanni- Bond ou de Chapeau melon et bot- toir et le film se traverse comme nier n’a jamais ouverte. avec l’imaginaire de l’artiste mort. L’Oise de-
ques, formée par le jeune disciple tes de cuir) ne plaide pas en la fa- un temple de la consommation. Réticent, jaloux de l’affection que son père vient une constellation. Les corbeaux, des
Eggsy (Taron Egerton) et son veur d’un spectacle très consé- L’ensemble s’avérant aussi dis- portait à Vincent, Armand Roulin part de coups de pinceau dans un ciel incertain. Le
mentor Harry (Colin Firth, qui ap- quent. Le film est sans cesse ti- trayant et superflu qu’un après- mauvaise grâce pour Paris. Là, le marchand mouvement n’est pas là pour donner vie à des
paraît plus tardivement dans l’in- raillé entre l’abattage ultra-con- midi de shopping compulsif. p de couleurs Tanguy lui apprend la mort de œuvres qui, de toute façon, en ont plus que
trigue), dissimulés sous la devan- ventionnel de ses péripéties (sa mathieu macheret Theo. Par un artifice de scénario un peu pe- bien des films de cinéma, mais pour s’appro-
ture d’un tailleur londonien. Ils se part rationnelle) et une certaine sant (il y en aura d’autres), le porteur de mis- cher d’un mystère à jamais impénétrable. p
retrouvent cette fois aux prises tendance à l’extravagance cartoo- Film américain de Matthew sive se transforme en détective et part pour thomas sotinel
avec un cartel de narco- nesque (sa part de fantaisie), qui Vaughn. Avec Colin Firth, Julianne Auvers-sur-Oise (Val-d’Oise) où il essaie d’éta-
trafiquants, dirigé par une « mar- confère un peu de relief à certains Moore, Taron Egerton, Mark blir les circonstances exactes de la mort de Film d’animation polonais et britannique
raine » (Julianne Moore) passive passages. Comme celui, par exem- Strong, Halle Berry, Channing Vincent Van Gogh. A partir de ce moment, La de Dorota Kobiela et Hugh Welchman
agressive, qui répand sur le ple, où Julianne Moore fait passer Tatum, Jeff Bridges (2 h 21). Passion Van Gogh prend son rythme. Ce qui (1 h 28).
culture | 17
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

ppvv À VOIR

Fabrice Eboué passe les préjugés


S E M A I N E

Des lois et des hommes


Documentaire franco-irlandais de Loïc Jourdain (1 h 46).
Sur l’île irlandaise d’Inishboffin, le métier de pêcheur se trans-

racistes à sa moulinette
met de génération en génération. Mais une nouvelle réglemen-
tation de l’Union européenne interdit aux insulaires de pêcher
le saumon en mer. C’est tout un mode de vie ancestral qui
est menacé. Des lois et des hommes retrace le combat mené
pendant huit ans par John O’Brien, pêcheur et père de famille
qui va endosser le rôle de porte-parole de sa communauté. Le réalisateur et acteur met en scène un rabbin, un imam et un curé dans
Un émouvant témoignage sur les traditions d’une communauté
et le portrait d’un homme qui apprend à se défendre. p m. j. une sitcom musicale qui débite tous azimuts les sarcasmes antireligieux
L A

Ouvrir la voix
Documentaire français d’Amandine Gay (2 h 02).
Vingt-quatre femmes qui se définissent comme « afropéennes »
ou « afrodescendantes », qui vivent en France, parlent à la ci- COEXISTER Case départ (2010), autour de l’es-
clavage, et Le Crocodile du
Il ressort de ce muts, avec une férocité laïcarde
intacte, les sarcasmes antireli-
D E

néaste. Celle-ci a organisé leurs propos par thèmes : de la décou- pvvv Botswanga (2014), sur la corrup- film, qui cultive gieux. Mais il y aussi du moins

I
verte du racisme à la possibilité de la maternité en passant par l en va de ce film comme tion des politiques africains. bon. Le côté donneur de leçons à
le travail et la sexualité. La méthode estompe les parcours indi- d’une de ces vieilles blagues Un fil narratif ténu sert à lier la
avec bonheur bon compte du producteur (de-
viduels au profit d’une thématique militante, au risque du trop- qui ont la peau dure, du longue sitcom musicale qu’est pastiche musical vant la caméra) et réalisateur (der-
F I L M S

plein. La rareté et la richesse de la parole de ces femmes, cadrées genre : « C’est l’histoire d’un Coexister. Producteur aux abois rière la caméra) qu’est Fabrice
de près, font presque oublier l’austérité de la forme. p t. s. prêtre, d’un imam et d’un rab- dont la société est devenue le
et humour Eboué. L’étiage des personnages
bin. » Vous imaginez la suite ? Le rouage d’un grand groupe indus- sacrilège, qui se résument aux stéréotypes
pvvv POURQUOI PAS film lui ressemble. Drôle par mo- triel qui lui met le couteau sous la qui les commandent. Le côté « fes-
Numéro une ments, faisant son miel des pré- gorge, le personnage interprété
un bilan mitigé tival de blagues » d’un film qui
Film français de Tonie Marshall (1 h 50). ventions et des fantasmes les plus par Fabrice Eboué a donc l’idée de reste, pour cette raison, au seuil
Emmanuelle Blachey (Emmanuelle Devos) se lance à l’assaut crasses, passant à la moulinette réunir un curé (Guillaume de d’un enjeu proprement cinéma-
de la direction d’une entreprise du CAC 40. En quelques semai- un sujet – l’intolérance des reli- Tonquédec), un rabbin (Jonathan sée de chaque religion. Si le curé tographique.
nes, elle fait face à tous les obstacles imaginables et imaginés gions – dont Fabrice Eboué, son Cohen) et un imam (Ramzy est ainsi un véritable curé, sensi- Enfin, et plus essentiellement,
A U T R E S

par un système patriarcal que la réalisatrice et les scénaristes réalisateur, semble ne pas soup- Bedia) pour, accessoirement, cé- ble aux charmes de l’assistante l’usage équivoque du préjugé ra-
(parmi lesquelles Raphaëlle Bacqué, journaliste au Monde) çonner qu’il faille un tant soit peu lébrer la concorde entre les trois nymphomane du producteur ciste, censément mis à distance
dépeignent avec une certaine alacrité. Mais l’équilibre entre le prendre au sérieux, pour grands monothéismes et, plus (Audrey Lamy), le rabbin est en comme mauvais objet et en
les affres intimes de la cadre supérieure et ses tourments mieux en rire justement. essentiellement, ramasser le revanche en vacance de son of- même temps utilisé comme res-
professionnels est instable, et l’accumulation des incidents se Le sujet lui est venu de l’aven- pactole. fice, déprimé par une circonci- sort comique aux dépens de celui
serait sans doute mieux déployée au rythme d’une série, ce ture des Prêtres, ce groupe musi- sion qui a dérapé, tandis qui en est victime. On retrouve ici
qui était d’ailleurs le projet originel de Tonie Marshall. p t. s. cal d’ecclésiastiques créé en 2010, Férocité laïcarde qu’aucun imam ne s’étant trouvé l’esprit des premiers sketchs
dont les albums de reprises, con- En cela, le film et son sujet ne dif- pour la concorde enchantée, il d’Elie et Dieudonné ou, plus pro-
Lego Ninjago çus à des fins caritatives, étaient fèrent sans doute pas fondamen- ressort que l’imam est un faux, che de nous, la manière de
Film d’animation américain de Charlie Bean et Paul Fisher (1 h 41). montés très haut dans les ventes, talement, la seconde partie du mais vrai mangeur de saucisson Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?
L E S

Fondu dans le décor d’une ville pseudo-asiatique, Lego Ninjago de sorte qu’à la faveur de ce succès programme étant conditionnée qui se fiche du Coran comme de de Philippe de Chauveron. No-
illustre la versatilité de ses personnages en plastique en inscri- l’un d’eux avait rompu ses vœux. par l’échec de la première, chaque la dernière pluie. nobstant leur succès, il n’est pas
vant une histoire de rivalité père-fils dans des décors et des si- Soutenu par la maison Europa- représentant d’un culte entrete- Il ressort de tout cela un bilan assuré que ce type de rire nous
tuations piochés dans l’histoire du cinéma à grand spectacle, des Corp (de Luc Besson), Fabrice nant à l’égard du voisin un cloa- mitigé. Car il y du bon dans ce permette de déconstruire le phé-
Gremlins à King Kong, de Spiderman à Star Wars. L’impression, Eboué a décidé de pimenter l’af- que de préjugés qui ne demande film, qui cultive avec un certain nomène, moins encore qu’il nous
assez soporifique, de voir un serpent se mordre la queue. p i. r. faire, en imaginant, à la place des qu’à entrer en ébullition. bonheur tant le pastiche musical aide à sortir de la mélasse. p
trois hommes d’Eglise, un curé, Il est toutefois intéressant de que l’humour sacrilège. Ici, la jacques mandelbaum
La Quête d’Alain Ducasse un rabbin et un imam. noter que le scénario, qui n’y va mise en scène des clips musicaux,
Documentaire français de Gilles de Maistre (1 h 21). Rien d’étonnant s’agissant d’un pas avec le dos de la cuillère, ne entre gangsta rap débile et niaise- Film français de Fabrice Eboué.
Pendant deux ans, Gilles de Maistre a suivi Alain Ducasse dans comique qui aime à confronter traite pas les hommes de Dieu rie œcuménique. Là, le courage Avec Fabrice Eboué, Ramzy
ses déplacements. En résulte un portrait révérencieux et très un humour musclé à des sujets sur un même pied, manœuvrant qu’il faut, en une période devenue Bedia, Jonathan Cohen,
en surface d’un homme au destin fascinant, chef étoilé à la tête délicats, comme l’ont montré ses selon toute vraisemblance en beaucoup moins tolérante en la Guillaume de Tonquédec,
d’un empire mondial, devenu ambassadeur de la cuisine fran- deux précédents longs-métrages, fonction de la sensibilité suppo- matière, pour distribuer tous azi- Audrey Lamy (1 h 30).
çaise après en avoir à maintes reprises bousculé les codes. p i. r.

Un conte peut en cacher un autre


Film d’animation français de Jakob Shuh, Jan Lachauer,
Bin-Han To (1 h 01). C I N ÉMA
Le Petit Chaperon Rouge se fait un manteau avec le loup à qui « Le Sens de la fête »
elle vient de faire la peau. La Belle au bois dormant finit dé- domine le box-office
goûtée par son prince ivre de pouvoir. Jack envoie sa mère se Rien ne résiste à Olivier
faire dévorer par l’ogre en haut du haricot magique… Adaptée Nakache et Eric Toledano.
d’un roman de Roald Dahl, cette énième opération de détour- Avec Le Sens de la fête,
nement de contes de fées écrase sous une forme plate, dépour- comédie populaire qui célè-
vue de charme, l’esprit piquant de l’écrivain britannique. p i. r. bre conjointement, autour
d’un mariage, les vertus de
A l’ouest du Jourdain l’entrepreneuriat et de l’inté-
Documentaire israélien d’Amos Gitaï (1 h 24). gration, le duo de cinéastes à
Pour la première fois depuis 1982, l’auteur de Kippour tourne qui l’on doit le carton histori-
dans les territoires occupés par Israël en 1967. L’exploration que d’Intouchables est parti
tourne à l’incursion, faite de séquences brèves montrant les ef- pour un nouveau jackpot avec
forts d’une association de défense des droits de l’homme, d’une près de 658 000 entrées en
autre qui réunit les mères et épouses de victimes juives et ara- une semaine. Le film a volé la
bes du conflit. Si l’on y ajoute une série d’entretiens, c’est assez vedette à Blade Runner 2049,
pour conforter les tenants de la solution à deux Etats dans leurs l’autre mastodonte de la se-
vues, pas tout à fait pour jeter un jour nouveau sur un affronte- maine, dont la longue durée
ment qui a généré tant de films, dont ceux de l’auteur. p t. s. réduit mécaniquement le
nombre de séances program-
Rahm, la clémence mées (450 000 entrées). En
Film pakistanais d’Ahmed Jamal (1 h 38). tout état de cause, cette élé-
Pour un pays de plus de 200 millions d’habitants, le Pakistan gante suite du chef-d’œuvre
exporte un nombre dérisoire de films. Son seul passeport fait de Ridley Scott réalisée
donc de Rahm une curiosité. Sur la trame de Mesure pour me- par Denis Villeneuve est loin
sure, de Shakespeare, le scénario brosse une variation parfois de remplir les salles avec la
abracadabrante, parfois inquiétante, mettant aux prises un ty- même efficacité. Deuxième
ran dévot et lubrique, de jeunes mariés accusés de fornication dans le tableau, Blade Run-
et un saint homme qui n’est pas ce qu’il paraît. Les similitudes ner réunit moins de specta-
entre le patriarcat chrétien élisabéthain et la vie quotidienne teurs par copie que Ça
dans les rues de Lahore sont souvent frappantes, et le film (284 000 entrées), qui entame
est honnêtement réalisé, dans un style qui rappelle le cinéma sa troisième semaine d’ex-
populaire du voisin indien, en plus sobre. p t. s. ploitation avec déjà 1,8 million
de spectateurs séduits.
vvvv ON PEUT ÉVITER
L’Ecole buissonnière PAT R I MOI N E
Film français de Nicolas Vanier (1 h 56). Stéphane Bern envisage
Paul est un orphelin dont la garde est confiée à Célestine et un « Loto patrimoine »
à son mari. Tous deux travaillent pour le comte de la Fresnaye, Stéphane Bern, chargé
propriétaire d’un domaine en Sologne. L’enfant arpente la na- par Emmanuel Macron
ture et fait la connaissance de Totoche (François Cluzet), bra- d’une mission sur la sauve-
connier rugueux au grand cœur. Commence alors pour Paul un garde du patrimoine, a indi-
long chemin initiatique aboutissant à la découverte d’un secret qué, lundi 9 octobre sur RTL,
qui bouleversera sa vie. Adaptant son propre roman aux relents qu’il envisageait la création
dickensiens, Nicolas Vanier semble dresser ici la chronique d’un tirage spécial du Loto
d’une France hors temps, idéalisée. L’Ecole buissonnière ne fait pour financer la préservation
que s’engouffrer dans la brèche ouverte par Les Choristes, des monuments en danger.
un cinéma d’Epinal réconfortant et sans aspérités. p m. j. Interrogé sur les moyens dont
il disposerait, Stéphane Bern
NOUS N’AVONS PAS PU VOIR a affirmé qu’il allait notam-
Le Trésor d’Angoulême ment s’appuyer sur des « fon-
Documentaire français de Gilles Coudert dations internationales ». Et
et Damien Faure (52 minutes). d’ajouter : « Et, sans doute,
nous allons lancer pour la
Quel cirque ! première fois enfin le Loto
Programme de quatre courts-métrages tchèques. patrimoine. Un tirage et un
grattage spécial. Le gagnant
Irrintzina, le cri de la génération climat gagnera sa part habituelle (…),
Documentaire français de Sandra Blondel la part de l’Etat reviendra
et Pascal Hennequin (1 h 41). au patrimoine. »
18 | disparitions 0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Jean
Rochefort
Acteur

S
a présence si constante Théâtre national populaire, te-
(sa première apparition nant le premier rôle dans Loin
sur une scène parisienne de Rueil, comédie musicale ins-
remonte à 1953) au théâ- pirée d’un roman de Raymond
tre, à la télévision et au cinéma, Queneau, mise en scène par
son ironie bienveillante, avaient Jean Vilar.
engendré une familiarité entre Peu après, sa carrière théâtrale
l’artiste et ses publics sans équi- prend son essor. Delphine Seyrig,
valent en France. Pour les amou- étoile montante des scènes pa-
reux du théâtre des années 1960, risiennes, exige qu’il soit son
il était l’interprète d’élection de partenaire dans Cet étrange ani-
Harold Pinter, pour les adul- mal, adaptation de nouvelles de
tes de l’après-Mai 68, il était le Tchekhov par Gabriel Arout, mise
mâle en plein désarroi des films en scène par Claude Régy. Non
d’Yves Robert, pour les enfants seulement le spectacle est un suc-
de la fin du XXe siècle, le gentil cès critique et public, mais il
oncle qui narrait les aventures oblige l’acteur, qui ne fait pas
de Winnie l’Ourson sur le petit confiance aux postiches, à se lais-
écran. La disparition de Jean Ro- ser pousser une moustache qu’il
chefort, mort dans la nuit du di- gardera pour le restant de ses
manche 8 au lundi 9 octobre, jours, ne la rasant qu’à de rares
à Paris, à l’âge de 87 ans, rappelle occasions, comme pour jouer le
une évidence : il fut l’un des marquis de Bellegarde dans Ridi-
meilleurs acteurs français des cule, de Patrice Leconte, en 1996.
soixante dernières années. Avec Delphine Seyrig, Jean Ro-
chefort se rend à Londres auprès
Premiers succès au théâtre du dramaturge Harold Pinter
Sa vocation remonte à 1947. Il a pour le convaincre de leur accor-
17 ans, il habite Nantes avec ses der les droits de deux de ses
parents – issu d’une famille origi- pièces, La Collection et L’Amant,
naire de Dinan, Jean Rochefort est qu’ils interpréteront en 1965 sous
né le 29 avril 1930, dans le 20e ar- la direction de Claude Régy.
rondissement de Paris. Son père Dans les années qui suivent, ses A Cannes, en 2011. PATRICE TERRAZ/SIGNATURES
le verrait bien comptable. L’ado- apparitions au théâtre s’espacent
lescent vient à Paris. A la Gaîté- pour s’interrompre tout à fait 29 AVRIL 1930 Naissance
Montparnasse, pas loin de la gare, pendant la décennie 1970. Lente- font que Jean Rochefort termine à Paris de William Klein (1966), et d’un l’acteur surgissent des œuvres
il découvre Liliom, de Ferenc ment mais sûrement, Jean Roche- le tournage avec « des bandages 1953 Rejoint la compa- premier premier rôle, longtemps un peu oubliées – le très émou-
Molnar, dont le spectacle le dé- fort est en train de devenir une fi- partout, plusieurs fractures », gnie théâtrale Grenier- resté sans lendemain, dans un vant Un étrange voyage, d’Alain
cide à contrarier ses parents. Il gure majeure du cinéma français. éveillent chez le comédien une Hussenot film noir, Symphonie pour un Cavalier (1981), des apparitions
s’inscrit au Conservatoire de Nan- A la télévision, il a déjà été remar- passion pour le cheval. Passion 1962 « Cartouche », massacre (1963), qui marque inattendues chez Luis Buñuel,
tes, puis à celui de Paris. Dans la qué dans La Dame de pique, qui le mènera plus tard à se faire de Philippe de Broca les débuts du réalisateur Jacques dans Le Fantôme de la liberté
capitale, il a pour condisciples mis en scène par Stellio Lorenzi, éleveur, à participer à des con- 1976-1978 Le diptyque Deray. (1974), et chez Robert Altman
Jean-Paul Belmondo, Philippe d’après Pouchkine, en 1958, ou cours hippiques ou à commenter d’Yves Robert, « Un élé- C’est à partir de 1972 que Jean (Prêt-à-porter, 1994) – ou des rô-
Noiret et Jean-Pierre Marielle. « Ni dans Le Mariage de Figaro, cette discipline lors des Jeux phant ça trompe énormé- Rochefort passe au premier plan les taillés sur mesure comme ce-
vraiment beaux ni vraiment laids, de Beaumarchais, version Marcel olympiques d’Athènes, en 2004. ment » et « Nous irons dans le cinéma français. Son lui du commandant dans Le Cra-
on nous cantonnait dans la ca- Bluwal, en 1961. Sur le grand Cette ferveur est coûteuse, au tous au paradis » apparition en colonel du rensei- be-Tambour, de Pierre Schoen-
tégorie des “inclassables” voués écran, son premier rôle d’impor- point d’avoir poussé Jean Roche- 1978 César du meilleur gnement dans Le Grand Blond doerffer, qui lui permet d’obte-
aux rôles de composition », a-t-il tance est une catastrophe. Sorti fort à accepter des « scénarios la- acteur pour « Le Crabe- avec une chaussure noire marque nir le César du meilleur acteur
raconté au Figaro, en 1964. en 1961, Vingt mille lieues sur la mentables [devenus], après un Tambour », de Pierre le début d’une fructueuse colla- en 1978.
Ecarté des emplois de jeune pre- Terre, film franco-soviétique à la coup d’œil à [son] compte en ban- Schoendoerffer boration avec Yves Robert, son
mier, Jean Rochefort échoue de gloire de l’URSS, lui impose Léon que, tout à fait acceptables ». Il 9 OCTOBRE 2017 Mort ex-camarade de la compagnie Des choix éclectiques
plus au concours final de l’Ecole Zitrone comme partenaire et un surnommait ces participations à Paris Grenier-Hussenot, pendant que Dans les années 1990 et 2000,
de la rue Blanche. En 1953, il re- séjour prolongé en Sibérie, qu’il alimentaires ses « films avoine ». Serge Korber lui offre un grand Rochefort reste fidèle à Yves Ro-
joint la compagnie théâtrale Gre- évoquera dans son livre de souve- rôle dramatique dans Les Feux bert (Courage fuyons, Le Bal des
nier-Hussenot, à laquelle il colla- nirs, Ce genre de choses, paru chez Au premier plan à partir de 1972 de la Chandeleur, avec Annie casse-pieds), à Patrice Leconte
borera pendant sept ans. Il y cô- Stock en 2013. En cette décennie 1960, Jean Ro- Girardot. Présenté à Cannes, le (Ridicule, Le Mari de la coiffeuse),
toie Yves Robert, sous la direction Il faut attendre 1962 pour qu’il chefort enchaîne les seconds rô- film y est mal reçu, mais connaît tout en donnant leur chance à
duquel il tournera à huit reprises. soit remarqué sur le grand écran. les, chez de Broca (Les Tribula- un succès public. de jeunes réalisateurs comme
Au début des années 1960, son Jean-Paul Belmondo, ex-condis- tions d’un Chinois en Chine, 1965, Avec Yves Robert, Jean Roche- Régis Wargnier (Je suis le seigneur
nom commence à se hisser sur les ciple, l’impose aux producteurs Le Diable par la queue, 1969) ou fort tourne Salut l’artiste (1973), du château, 1989), Pierre Salva-
colonnes Morris : il joue Génou- de Cartouche, réalisé par Philippe dans la série des Angélique, de Le Retour du grand blond (1974) et dori (Cible émouvante, 1993)
sie, de René de Obaldia, sous la di- de Broca, dans lequel Rochefort Bernard Borderie, dans laquelle surtout le diptyque Un éléphant ou Philippe Lioret (Tombés du
rection de Jean Vilar, ou Le Com- incarne La Taupe, second du ban- il joue Desgrez, chef de la police ça trompe énormément (1976) et ciel, 1993). Il revient au théâtre
portement des époux Bredburry, dit redresseur de torts. Cette pre- et soupirant de la marquise. De Nous irons tous au paradis (1977). pour créer Art, de Yasmina Reza,
de François Billetdoux, est remar- mière réussite aura une autre cette période, on garde le souve- A deux reprises, il est Etienne en 1998, interprète en 2004 des
qué par la critique. En 1961, il fait conséquence : les nombreuses nir d’une apparition saisissante Dorsay, fonctionnaire, produit sketchs de Fernand Reynaud
sa seule apparition sur la scène du séquences équestres du film, qui dans Qui êtes-vous Polly Magoo ?, épanoui des « trente glorieuses », qu’il avait côtoyé un demi-siècle
dont la virilité est remise en plus tôt sur les scènes des caba-
question par l’infidélité, fantas- rets de la rive droite. Cet éclec-
Il se définissait comme « un homme de cheval » mée ou réelle, qui mine son cou-
ple. Sa capacité à subir toutes les
tisme le conduit également sur
les routes d’Espagne, où il doit
avanies sans renoncer à son élé- incarner Don Quichotte sous la
avec une forme de coquetterie enjouée, Propriétaire du haras de Villequoy, dans France Télévisions, il a d’ailleurs com- gance, sa vulnérabilité discrète- direction de Terry Gilliam, aux
Jean Rochefort avait coutume de se définir la petite commune d’Auffargis (Yvelines), menté les épreuves d’équitation lors des JO ment mise en évidence font côtés de Johnny Depp.
comme un « homme de spectacle » et un Rochefort se lance dans l’élevage. Box spa- d’Athènes, en 2004, et lors des Jeux éques- de Dorsay le personnage le plus Mais, en 2001, le tournage de
« homme de cheval ». Au prix d’une organi- cieux, paille abondante : il fait de ses écu- tres mondiaux, organisés en Normandie représentatif du travail de Jean The Man Who Killed Don Quixote
sation sans faille, l’acteur aura réussi à lier ries un paradis équestre. Nashville est le dix ans plus tard. Rochefort à cette époque. vire à la catastrophe. Victime de
sa carrière cinématographique et sa pas- premier d’une longue lignée de chevaux Dans son rapport aux chevaux, Roche- Par ailleurs, Bertrand Tavernier violentes douleurs dans le dos,
sion pour le monde équestre durant près conçus au haras, havre de paix niché près fort aimait insister sur l’esthétique de lui offre le beau rôle de policier dé- Jean Rochefort doit abandonner
de quatre décennies. Cette « double vie », de la forêt de Rambouillet. « l’osmose », ce « dialogue » entre le cava- pressif de L’Horloger de Saint-Paul le plateau, qui est par ailleurs em-
l’interprète de L’Horloger de Saint-Paul lier et l’animal, et la dimension culturelle (1974), puis celui de l’abbé Dubois porté par la crue soudaine d’une
(Bertrand Tavernier, 1974) ou du Crabe- « J’avais jusqu’à trente et un chevaux » de l’équitation. Dans l’ouvrage Le Louvre à dans Que la fête commence (1975), rivière. Chroniquée dans le do-
Tambour (Pierre Schoendoerffer, 1977) l’a « Il y avait quelque chose d’assez artistique cheval (Place des Victoires et les éditions qui vaudra à Jean Rochefort cumentaire Lost in la Mancha
menée de front, n’hésitant pas à tourner à choisir un croisement, confiait Rochefort Musée du Louvre, 2011), l’acteur revient d’être désigné meilleur second (que le comédien s’est toujours
des « nanars » ou – comme il les appelait en au Monde en 2012. C’était un enfer exaltant. d’ailleurs, avec l’historien Edwart Vignot, rôle masculin lors de la première refusé à voir), cette débâcle tient
gloussant – des « films avoine » pour finan- Je me levais tôt tous les matins après m’être sur la place prise par l’équidé dans les cérémonie des Césars en 1976. Rochefort éloigné des plateaux
cer ses activités de cavalier et d’éleveur. couché tard après le théâtre. J’avais jusqu’à œuvres d’art. En 2010, il coréalise Cava- En revanche, sa collaboration pendant deux ans. Il revient dans
Petit-fils de cocher breton, Rochefort ne trente et un chevaux. Je n’étais pas qu’un ca- liers seuls avec Delphine Gleize, film qui avec Patrice Leconte commence L’Homme du train, de Patrice
se prend de passion pour les chevaux qu’à valier, je dirigeais une entreprise. Je mettais dépeint la transmission du savoir dans le sous des augures moins favora- Leconte, avec pour partenaire
partir de 1961, au début de la trentaine, sur moi-même des poulains au monde. Dans monde équestre. bles. Adapté des enquêtes du Johnny Hallyday. On le voit ensui-
le tournage de Cartouche, réalisé par Phi- mon milieu, on se foutait gentiment de ma Depuis une double hernie discale con- commissaire Bougret, de Gotlib te chez Edouard Baer (Akoibon),
lippe de Broca. Piètre cavalier mais sou- gueule. Je ne sais pas comment j’ai fait du- tractée, en 2000, à 70 ans, lors du tournage et Goscinny, Les vécés étaient fer- Guillaume Canet (Ne le dis à per-
cieux de progresser, il effectue de nom- rant tant d’années pour faire tout ça : avorté de L’Homme qui tua Don Quichotte, més de l’intérieur (1976) est un sonne) ou Samuel Benchetrit (J’ai
breux stages de perfectionnement en théâtre, cinéma, élevage, problèmes avec le de Terry Gilliam, Rochefort ne montait échec artistique et commercial toujours rêvé d’être un gangster).
marge de ses pérégrinations cinématogra- personnel. A une époque, être un homme plus à cheval. Sur l’un des meubles de son malgré la présence de Coluche. Le En 2015, Jean Rochefort avait in-
phiques. Parfois, son goût pour la chose de cheval compétent m’a rendu plus fier salon parisien trônait la statue de Don Qui- tournage est si tendu qu’inter- carné un vieillard qui perd la rai-
équestre agrémente sa carrière d’acteur. que d’être un acteur. » chotte, qu’il retournait volontairement. prète et réalisateur ne se parle- son dans Floride, de Philippe Le
C’est le cas sur le tournage d’Un éléphant ça Rochefort entretenait des liens amicaux Loin des écuries, il se souvenait surtout des ront plus jusqu’à ce que Leconte Guay, avec une précision et un hu-
trompe énormément (1977), d’Yves Robert, avec de nombreux cavaliers du circuit « bonheurs olfactifs » de ses promenades en propose à Rochefort le premier mour qui n’empêchaient pour-
film, dans lequel il tente d’apprendre à mondial, dont les Français Kevin Staut, forêt de Rambouillet, où, sur son cheval, il rôle de Tandem, en 1987. tant pas que l’on croie à la maladie
monter à cheval pour séduire, lors d’une médaillé d’or aux Jeux olympiques de Rio, lisait Le Misanthrope, de Molière. p Dans la filmographie pléthori- du personnage. p
promenade en forêt, Anny Duperey. Michel Robert et Patrice Delaveau. Sur rémi dupré que (environ cent vingt titres) de thomas sotinel
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017 télévisions | 19
Des machines VOTRE
SOIRÉE
TÉLÉ
et des hommes
Dans son documentaire, M. Borrel tente
de cerner les contours du monde du travail M E RCR E D I 1 1 OCTOB R E
en proie à une robotisation accrue des tâches TF1
21.00 Esprits criminels
Série créée par Jeff Davis.
FRANCE 5 Avec l’automatisation accélérée Avec Joe Mantegna,
MERCREDI 11 – 20 H 50 des entreprises, le pire est peut- Matthew Gray Gubler
DOCUMENTAIRE être à craindre. Le problème étant (EU, S12, ép. 14/22 ; S9, ép. 23, 24/24 ;
d’ailleurs similaire de l’autre côté S10, ép. 1/23).

D
e la Bretagne à de l’Atlantique où des millions
Pittsburgh en passant d’ouvriers américains, peu ou France 2
par Bruxelles, San moyennement qualifiés, perdent 20.55 Harcelée
Francisco, le Tarn ou la leur emploi. Celles et ceux qui su- Téléfilm de Virginie Wagon.
Suisse, cet instructif documen- bissent le nouveau monde tech- Avec Armelle Deutsch, Thibault
taire à travers la planète, coécrit nologique sans pouvoir s’y insé- de Montalembert, Lannick Gautry
par Noël Mamère et Philippe rer semblent condamnés. (Fr., 2016, 90 min).
Borrel, a de quoi inquiéter des Le robot « émotionnel » Matilda est testé, en Australie, lors de procédures de recrutement. CINÉTÉVÉ 22.30 Harcèlement sexuel
millions de travailleurs. « Variable d’ajustement » au travail : l’affaire de tous
On savait les moins qualifiés Le danger de perdre son travail Documentaire
déjà durement touchés par le chô- commence à toucher les cols être perçu comme le grain de sable sociétés qui n’en veulent plus, commun, au développement de d’Andrea Rawlins-Gaston
mage de masse en raison de la ro- blancs, cœur de la classe qui fait que le système pourrait comme le partage des bénéfices… toutes ses capacités. Avec un senti- (Fr., 2017, 70 min).
botisation et des machines « in- moyenne. Même dans le secteur dysfonctionner », estime Daniela Cela fait partie du boulot de ceux ment de meilleure maîtrise de no-
telligentes », plus fiables et moins tertiaire, l’emploi humain est me- Cerqui, anthropologue des scien- qui nous gouvernent. » tre temps. Les travailleurs les plus France 3
coûteuses que les humains. En nacé comme le montre l’intérêt de ces à l’université de Lausanne. En attendant de trouver une précaires n’auraient, par exemple, 20.55 Des racines
faisant témoigner des manuten- plus en plus marqué des banques Une vision trop pessimiste ? solution à la raréfaction a priori plus besoin de travailler soixante et des ailes
tionnaires, les auteurs mettent et des sociétés d’assurances pour A quelques milliers de kilomè- inéluctable de l’emploi salarié, heures par semaine pour un Les Alpes côté sud
des mots sur les maux du travail les machines du type « chargé de tres de là, Fred Turner, professeur certains tentent d’imaginer une salaire de misère. » Magazine présenté par
d’aujourd’hui. compte virtuel ». Selon plusieurs des sciences de la communica- nouvelle société où le plein-em- Depuis quelques mois, des Carole Gaessler.
L’exemple du secteur de la logis- instituts internationaux, 40 % à tion à l’université de Stanford, en ploi serait remplacé par la pleine expérimentations concernant le 23.35 Enquêtes de régions
tique, qui emploie 700 000 per- 50 % des emplois auront disparu Californie, se veut un peu plus activité et où un revenu universel versement d’un revenu universel
sonnes en France, est éclairant. dans les vingt prochaines années ! confiant en l’avenir : « Notre plus versé à tout le monde deviendrait ont cours aux Pays-Bas et en Fin- Canal+
Les robots ont envahi les entre- « L’humain est devenu une varia- grand défi est de faire comprendre une évidence. lande. Le début d’une nouvelle 20.55 Seul dans Berlin
pôts. Comment faire cohabiter ble d’ajustement parmi d’autres. que l’innovation technologique Selon l’économiste britannique société ? p Drame de Vincent Pérez.
ces machines et les hommes ? Il Un facteur toujours moins impor- n’entraîne pas nécessairement Guy Standing : « Si on avait un alain constant Avec Brendan Gleeson,
est bon de rappeler qu’un salarié tant, parce que les machines sont l’accroissement des inégalités et revenu de base, vous verriez qu’on Emma Thompson
français sur cinq est un ouvrier. toujours plus prépondérantes dans l’appauvrissement des gens. Ce se détournerait de l’emploi au Un monde sans travail, (GB-Fr.-All., 2016, 95 min).
Quel avenir peut-on imaginer le système de production du n’est pas une fatalité. Pour cela, il bénéfice du temps consacré à la so- de Philippe Borrel 22.35 Captain Fantastic
pour ces millions de travailleurs ? capital. L’humain finit même par faudrait imposer des règles à des lidarité, au bénévolat, au travail en (Fr., 2016, 65 min). Comédie dramatique de Matt Ross.
Avec Viggo Mortensen,
George MacKay, Samantha Isler
(EU, 2016, 115 min).

Harcèlement sexuel : la vertu pédagogique du quiz France 5


20.55 Un monde sans travail
Documentaire de Philippe Borel
Andrea Rawlins-Gaston s’intéresse au harcèlement en entreprises dans le cadre d’une soirée spéciale sur France 2 (Fr.-Bel., 2016, 65 min).
22.45 C dans l’air
Magazine présenté par
Caroline Roux et Bruce Toussaint.
FRANCE 2 interrogations suivent, visant à sexuel au travail. Aussi le quiz (51 ans). C’est l’une des forces du « quiz », le film retrace pleine-
MERCREDI 11 – 22 H 30 trancher sur une question d’actua- mené par Guillaume Meurice a film. S’il a le mérite de tracer clai- ment le cheminement du harcè- Arte
DOCUMENTAIRE lité : comment caractérise-t-on le valeur pédagogique. Tant dans rement le périmètre légal de ce lement sexuel en entreprise. En 20.55 Le mari de la coiffeuse
harcèlement sexuel ? les questions formulées que dans qui est du harcèlement sexuel ou particulier, l’après où ces femmes Comédie dramatique de Patrice

A force de trop parler de har-


cèlement sexuel, on va
tuer la séduction, vrai ou
faux ? » ; « Siffler un matin une collè-
gue au travail en lui disant “t’as un
Une question à laquelle France 2
a décidé de consacrer toute une
soirée, avec à 21 heures le téléfilm
de Virginie Wagon, Harcelée ;
puis à 22 h 30 le documentaire
les explications apportées par
Marilyn Baldeck, déléguée géné-
rale de l’Association européenne
contre les violences faites aux
femmes au travail (AVFT).
pas, la différence d’âge entre les
victimes tant à montrer que tout
le monde peut être touché. A
l’époque des faits, Julia était en-
core étudiante en droit lorsqu’elle
traumatisées n’osent plus se ma-
quiller ni porter une jupe pour
aller travailler. Sans compter les
95 % d’entre elles qui, selon les
chiffres de l’AVFT, perdent leur tra-
Leconte. Avec Jean Rochefort,
Anna Galiena, Maurice Chevit,
Dider Decoin (Fra., 1990, 85 min).
22.20 Fatale-Station
Série de Rafaël Ouellet. Avec Macha
beau petit cul” : harcèlement sexuel d’Andrea Rawlins-Gaston, Harcè- Cette forme de débat occupe a été agressée dans le restaurant vail après avoir dénoncé des faits Limonchik, Claude Legault,
ou pas ? » C’est le chroniqueur de lement sexuel au travail : l’affaire une place prépondérante dans la où elle travaillait. Quant à Isabelle, de harcèlement. p Micheline Lanctôt, Denis Bernard.
France Inter Guillaume Meurice de tous, suivi d’un débat animé mise en scène d’Andrea Rawlins- elle avait 47 ans et son agresseur, mathieu ait lachkar
qui pose les questions à un groupe par Marie Drucker. Gaston et Laurent Follea, les ques- une soixantaine d’années. M6
de volontaires, muni d’une télé- Un Français sur quatre n’arrive tions servant de transition aux Même si les récits, courageux et Harcèlement sexuel au travail : 21.00 Recherche appartement
commande, dans le documentaire pas bien à placer la limite entre ce témoignages d’Annabel (40 ans), à visages découverts, se font par- l’affaire de tous, d’Andrea ou maison
d’Andrea Rawlins-Gaston. D’autres qui relève ou pas du harcèlement Julia (24 ans) ou encore Isabelle fois oublier dans le dispositif du Rawlins-Gaston (Fr., 2017, 70 min) Magazine animé par Stéphane Plaza.

0123 est édité par la Société éditrice


SUDOKU
HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société : 99 ans à
compter du 15 décembre 2000.
I. Appuyé sur des bases solides Capital social : 94.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 17 - 238
PAR PHILIPPE DUPUIS
II. Mathématicien et géographe chez
Charles Quint. Oicier à la cour du
N°17-238 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
75707 Paris Cedex 13 Tél. : 01-57-28-20-00
sultan. III. Crapauds, grenouilles et Abonnements par téléphone : de France 3289
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 autres bons sauteurs. Tria n’importe (Service 0,30 e/min + prix appel) ; de l’étranger :
comment. IV. Avance à petits points. (33) 1-76-26-32-89 ; par courrier électronique :
I abojournalpapier@lemonde.fr.
Entraîné par les vents. V. Donne Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
de solides charpentes. Obligé. Person- Courrier des lecteurs
II
nel. VI. Interjection. Fut russe avant blog : http://mediateur.blog.lemonde.fr/ ;
Par courrier électronique :
III d’entrer dans l’Union européenne. courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
VII. Signal de départ. Zone de libres- Médiateur : mediateur@lemonde.fr
IV échanges. Chargés négativement. Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
VIII. Renvoi dans le texte. S’apprécie Finances : http://finance.lemonde.fr ;
Emploi : www.talents.fr/
V allongée et bien dorée. IX. Bonnes Immobilier : http://immo.lemonde.fr
gardiennes. Prêtre et astrologue de Documentation : http ://archives.lemonde.fr
VI
Babylone. X. S’arrangent pour rester Collection : Le Monde sur CD-ROM :
en dehors des coups. CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
VII Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
VERTICALEMENT La reproduction de tout article est interdite
VIII 1. Ne laissera bientôt que la peau et sans l’accord de l’administration. Commission
( https ://about.me/yangeorget ) paritaire des publications et agences de presse
les os. 2. Avec elle, chacun reste chez n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX
soi. 3. Va toujours de l’avant. Permet
d’en écraser. 4. De l’or à l’époque de
X
Saint-Louis. Passée sous l’autorité
& CIVILISA TIONS

de la DCRI. 5. Plus diicile à rencon- N° 32


OCTOBRE 2017

NS
& CIVILISATIO
Présidente :
trer aujourd’hui. 6. Met le feu aux Chaque mois, Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 17 - 237
organes. Epuisa physiquement. MARIE- un voyage à travers 80, bd Auguste-Blanqui,

7. Rejoint le Rhin à Coblence. 8. Dans ANTOINETTE le temps et les grandes


75707 PARIS CEDEX 13
HORIZONTALEMENT I. Philodendron. II. Radars. Erato. III. Ebène. Meut. REINE CONDAMNÉE
, Tél : 01-57-28-39-00

IV. Diadème. Otas. V. Ille. Crânes. VI. Clervaux. Sm. VII. Ae. Nid. Allée.
l’erreur. Vague en tribune. Se penche FEMME ADULÉE
civilisations à l’origine Fax : 01-57-28-39-26

VIII. Tuméfactions. IX. Issa. Miettes. X. Fétus. Assise.


sur les plus pauvres et proite aux CHARLESNTMAR TEL
BATTU
A-T-IL VRAIME
LES SARRASINS ?
de notre monde L’Imprimerie, 79 rue de Roissy,
93290 Tremblay-en-France
plus riches. 9. Rencontreras Séléné. LA ROUTE Toulouse (Occitane Imprimerie)
DE LA SOIE
VERTICALEMENT 1. Prédicatif. 2. Habilleuse. 3. Idéale. MST. 4. Lander- 10. Tourne Jour de fête en faisant sa UN MYTHE DE
16000 KILOMÈTRES
Montpellier (« Midi Libre »)
tournée. Petite dose d’alcool. 11. Bien LE TEMPLE Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
neau. 5. Orée. Vif. 6. DS. McAdam. 7. Méru. CIA. 8. Née. Axâtes. D’ÉPHÈSE
LA PLUS BELLE
DES SEPT MERVEILLES CHEZ VOTRE Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
plus attrayante. 12. La vierge est plus
9. Druon. Lits. 10. Ratte. Loti. 11. Ot. Assènes. 12. Nous. Messe. PÍCAROS
IS GARÇONS
LES MAUVA
MARCHAND DE JOURNAUX durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
douce. Lettres de secours. DU SIÈCLE D’OR Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
20 |
DÉBATS & ANALYSES
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Préservons l’accord sur le nucléaire iranien


Pour Seyed Hossein
Mousavian, ancien tension que certains évoquent la possi- Après la révolution iranienne de 1979, l’Iran, modifient leur attitude et rem-
bilité d’un conflit nucléaire, d’autres se les Etats-Unis ont adopté une politique placent leur politique de sanctions et de IL EST IMPÉRATIF
ambassadeur iranien,
Washington doit s’inspirer
demandent si le JCPOA ne pourrait pas
servir de modèle pour enrayer l’esca-
de « zéro technologie nucléaire » en
Iran, allant même jusqu’à refuser de
pressions par une approche diplomati-
que pragmatique.
QUE LES ÉTATS-UNIS
de l’accord sur le nucléaire lade avec la Corée du Nord. La chance- réalimenter en uranium hautement Une autre leçon essentielle à tirer des REMPLACENT
lière allemande, Angela Merkel, a, par enrichi le réacteur du Centre de recher- pourparlers sur le nucléaire iranien est
iranien pour trouver une exemple, déclaré que le « format » des che nucléaire de Téhéran qu’ils avaient que Washington doit accepter le prin- LEUR POLITIQUE
entente avec Pyongyang, négociations nucléaires avec l’Iran
« pourrait être utilisé pour mettre un
eux-mêmes construit en 1967. Les
sanctions américaines et les pressions
cipe d’une diplomatie multilatérale à
l’égard de Pyongyang. Si les Etats-Unis
DE SANCTIONS
et non le dénoncer terme au conflit avec la Corée du Nord ». exercées par Washington sur d’autres ont joué un rôle décisif dans les négo- PAR UNE APPROCHE
Quant à la chef de la diplomatie euro- pays n’ont laissé d’autre choix à l’Iran ciations qui ont débouché sur le JCPOA,
péenne, Federica Mogherini, elle a sou- que de développer sa propre produc- les discussions étaient menées conjoin- DIPLOMATIQUE
ligné à juste titre qu’il existait des diffé- tion de combustible nucléaire, ce qui l’a tement avec les quatre autres membres
PRAGMATIQUE AVEC
Par SEYED HOSSEIN MOUSAVIAN rences de taille entre le cas de l’Iran et amené, à partir de 2003, à maîtriser le permanents du Conseil de sécurité de
celui de la Corée du Nord, et que leurs processus d’enrichissement de l’ura- l’ONU (Russie, Chine, Royaume-Uni, LA CORÉE DU NORD
« systèmes politiques sont très différents ; nium. Les Etats-Unis ont alors réo- France) et l’Allemagne, au sein d’un

D ans son discours du 19 sep-


tembre devant l’Assemblée gé-
nérale des Nations unies, le
président américain Donald Trump
s’en est pris violemment à la Corée du
leurs cultures sont très différentes ».
Les dossiers nucléaires iranien et
nord-coréen sont en effet profondé-
ment dissemblables. En dépit de toutes
les pressions et sanctions auxquelles il
rienté leur politique autour du prin-
cipe de « zéro enrichissement » en Iran,
et accepté que Téhéran possède des
réacteurs de puissance.
groupe baptisé P5 + 1.
Le troisième enseignement majeur
des négociations sur le nucléaire ira-
nien applicable au dossier nord-coréen
est le fait que l’objectif des deux parties
pections et la transparence, comme le
font les cinq puissances nucléaires ad-
hérentes au traité.
Nord, déclarant qu’il était prêt à la « dé- est soumis depuis plusieurs décennies UN ACCORD GAGNANT-GAGNANT dans les pourparlers avait été claire- En contrepartie, les puissances mon-
truire totalement ». Mais il a aussi déni- en raison de son programme nucléaire, De 2006 à 2013, les Etats-Unis ont peu ment énoncé. Pour l’Iran, il s’agissait diales devront lever les sanctions liées
gré l’accord sur le nucléaire iranien, dé- l’Iran a maintenu son adhésion au à peu imposé des sanctions plus sévè- d’obtenir la levée des sanctions à son au nucléaire et procurer à la Corée du
clarant qu’il était « l’un des pires et des traité sur la non-prolifération des ar- res, ce qui a poussé le régime iranien à encontre et la reconnaissance de son Nord toutes les garanties de sécurité
plus déséquilibrés ». Quelques jours plus mes nucléaires (TNP), n’a jamais fabri- accroître la taille et l’envergure de son droit à l’enrichissement de l’uranium nécessaires pour préserver sa souverai-
tard, des bombardiers américains ont qué d’armes atomiques, n’a jamais mi- programme nucléaire. Selon certaines dans le cadre du TNP. Les Etats-Unis, neté et son intégrité territoriale.
frôlé l’espace aérien nord-coréen, ce qui litarisé son programme nucléaire, s’est estimations, l’Iran avait, en 2013, eux, voulaient que l’Iran accepte des en- A l’image du JCPOA, tout accord défi-
a conduit le ministre nord-coréen des plié aux inspections les plus minutieu- réduit à deux mois sa fenêtre de gagements vérifiables et des mesures nitif avec la Corée du Nord devra être
affaires étrangères à affirmer que les ses de l’histoire de l’Agence internatio- breakout – le délai dans lequel il serait de transparence l’empêchant de pro- approuvé par une résolution du Conseil
Etats-Unis avaient « déclaré la guerre ». nale de l’énergie atomique, est signa- en mesure de produire suffisamment duire des armes nucléaires. de sécurité de l’ONU qui garantirait sa
La crise nucléaire nord-coréenne mo- taire de tous les grands traités interna- de matériau fissile pour fabriquer une mise en œuvre avec l’appui du principal
nopolise aujourd’hui les gros titres, tionaux interdisant la production et bombe nucléaire. APAISER LES INQUIÉTUDES organisme de sécurité politique du sys-
mais c’est le programme nucléaire ira- l’utilisation d’armes de destruction L’inquiétude suscitée par la brièveté Comme une dénucléarisation immé- tème international. Il va sans dire que si
nien qui, pendant des années, avait re- massive, a de surcroît proscrit, au plus de ce délai fut la raison essentielle qui a diate de la Corée du Nord relève du pur l’administration américaine, suivant
tenu l’attention des Etats-Unis et de haut niveau religieux, la production incité les Etats-Unis à adopter à l’égard fantasme, une résolution réaliste de la en cela les objectifs affichés par Donald
leurs alliés, avant que de longues négo- d’armes de destruction massive, et n’a de l’Iran une politique de « zéro bombe crise nord-coréenne pourrait passer Trump, en venait à dénoncer le JCPOA,
ciations ne débouchent sur la signature même pas répliqué par des représailles nucléaire », puis à conclure un accord par la fixation, pour la Corée du Nord, cela tuerait dans l’œuf toute possibilité
du Joint Comprehensive Plan of Action de même nature aux attaques chimi- gagnant-gagnant par lequel l’Iran peut des objectifs suivants : cessation des de résolution diplomatique de la crise
(JCPOA), un accord qui a mis en œuvre ques que le régime de Saddam Hussein poursuivre son programme d’enrichis- essais d’armes atomiques, gel du déve- nord-coréenne et ferait perdre à la
le régime de transparence et de vérifica- a lancées contre lui en raison des con- sement, obtient un assouplissement loppement de ses programmes d’ar- Corée du Nord et à l’Iran toute con-
tion des activités nucléaires le plus victions religieuses de ses dirigeants. des sanctions et s’engage à respecter mements nucléaires et de missiles ba- fiance dans les Etats-Unis et dans le
complet de l’histoire de la non-prolifé- certaines mesures garantissant un listiques à capacité nucléaire, signa- Conseil de sécurité de l’ONU. p
ration nucléaire. AUCUN SCRUPULE allongement de son délai de breakout. ture du traité d’interdiction complète
Alors que la situation dans la pénin- La Corée du Nord, en revanche, s’est reti- Les exigences maximalistes adressées des essais nucléaires, ouverture de (Traduit de l’anglais par Gilles Berton)
sule coréenne a atteint un tel niveau de rée du TNP, a produit des armes nucléai- depuis plusieurs décennies à l’Iran par négociations avec la Corée du Sud et
res, a développé des missiles capables les Etats-Unis se sont révélées contre- le Japon afin de mettre en place un
d’emporter des ogives nucléaires et productives et ont retardé la résolution système de coopération régionale en ¶
n’aurait aucun scrupule – qu’il soit reli- pacifique du dossier nucléaire iranien. matière de sécurité – inspiré par Seyed Hossein Mousavian
LES EXIGENCES gieux ou laïque – à utiliser des armes On reproduit aujourd’hui la même er- exemple de l’OSCE – qui entamerait est ancien ambassadeur
MAXIMALISTES atomiques contre ses ennemis. Mme Mo-
gherini a donc raison de dire que les
reur à l’égard de la Corée du Nord. Pour
répondre aux menaces des Etats-Unis
des discussions avec les pays voisins
afin de dissiper les risques de guerre
de la République islamique d’Iran,
ancien responsable
ADRESSÉES DEPUIS dossiers nucléaires des deux pays ne et à l’alourdissement des sanctions à en Asie du Nord-Est. du comité des affaires étrangères
sont pas comparables. Mais le point de son encontre, la Corée du Nord renforce Par ailleurs, si la Corée du Nord n’est du Conseil suprême de sécurité
PLUSIEURS DÉCENNIES vue de la chancelière allemande est éga- ses capacités balistiques et accroît la pas en mesure de réintégrer le TNP du nationale sous la présidence
À L’IRAN lement pertinent lorsqu’elle souligne
que l’on pourrait s’inspirer du modèle
puissance de ses armes nucléaires. Lais-
ser cette escalade se poursuivre ne peut
fait de son statut d’Etat doté d’armes
nucléaires, elle pourrait apaiser les
de Mohammad Khatami, spécialiste
de la sécurité et de la politique
SE SONT RÉVÉLÉES qui a permis de résoudre la crise ira- qu’augmenter la probabilité d’un con- inquiétudes internationales en se nucléaire au Proche-Orient
nienne pour parvenir à une résolution flit désastreux. Il est donc impératif que soumettant volontairement aux sti- et chercheur invité de l’université
CONTRE-PRODUCTIVES diplomatique de la crise nord-coréenne. les Etats-Unis, comme ils l’ont fait avec pulations du TNP concernant les ins- Princeton (New Jersey)

Certaines idées d’Emmanuel Macron sur l’Europe vont dans le bon sens
Avant la rencontre du président avec Angela
chine bureaucratique européenne. des citoyens sur les questions relati-
Merkel, Manfred Weber, vice-président de la CSU Pour faire confiance à l’Europe, les ci- ves à l’identité du continent euro- LA MISE EN PLACE
et président du groupe parlementaire européen toyens ont besoin de réponses claires péen ou en matière de migration. Ce DE CONTINGENTS
et concrètes aux défis qui leur font serait une grave erreur. Il est clair que
PPE, revient sur les propositions françaises face, et pas de nouvelles agences ou l’Union européenne a des limites : DE RÉFUGIÉS,
institutions. En revanche, le président géographiques d’abord, mais aussi en
de la République a raison lorsqu’il termes d’intégration. Cela signifie FIXES ET LIMITÉS,
Par MANFRED WEBER fausse idée que les « bons Européens » place la question de la sécurité au cen- qu’il faut définir nos capacités d’ac-
DOIT DEVENIR
veulent toujours plus d’Europe. C’est tre du débat. Sur ce sujet majeur, la va- cueil chaque année. C’est aux frontiè-
un mensonge. Parce que nous aimons leur ajoutée de l’Europe est indéniable. res extérieures de l’UE qu’il faut déci- LA RÈGLE

A dieu l’Europe des technocra-


tes, vive l’Union européenne
des peuples ! Le discours pro-
noncé le 26 septembre par le prési-
dent Emmanuel Macron sur l’avenir
l’Europe, nous souhaitons ouvrir un
vrai débat sur les responsabilités qui
doivent lui incomber et celles qui doi-
vent revenir aux Etats. A terme, un
pacte de subsidiarité pourrait clarifier
Il nous faut des progrès tangibles pour
garantir enfin notre sécurité, et aller
bien au-delà des actions symboliques
dont on se contente actuellement.
Dans l’Europe de l’après-Brexit, la
der qui a le droit d’entrer sur le
continent. La mise en place de contin-
gents de réfugiés, fixes et limités, doit
devenir la règle.
une condition fondamentale de son
appartenance à l’Union européenne.
Nous devons réfléchir à un système
de l’Europe met l’accent au bon en- les compétences respectives. Cela si- France aura un rôle de leader à jouer BUDGET SPÉCIAL de sanctions contre les Etats qui, de
droit dans le débat actuel. Il donne gnifie aussi que l’UE doit pouvoir exé- dans le domaine de la défense, en par- Le chômage reste une préoccupation manière constante et systématique,
une impulsion grâce à un vibrant cuter elle-même les tâches dont elle ticulier dans la construction de capa- majeure des citoyens, et c’est l’Europe violent nos principes fondamen-
plaidoyer, dont le contenu mérite est responsable. cités militaires européennes. L’offre dans son ensemble qui doit se mobili- taux. Des pays non démocratiques
d’être étudié attentivement. du président Macron de partager une ser. Un budget spécial au sein du bud- ne peuvent pas avoir leur place dans
Les propositions d’Emmanuel Ma- UN RÔLE DE LEADER partie de la souveraineté de la France get de l’UE peut être une solution l’UE et doivent quitter le « club euro-
cron ne vont pas toutes dans le bon Le cœur de l’Europe ne bat pas à Paris est un geste important. L’armée fran- utile. Cependant, l’avenir de notre péen ». Nous avons besoin de règles
sens, mais il a raison d’appeler cha- ou à Berlin, mais au Parlement euro- çaise pourra devenir le noyau dur des monnaie et de notre prospérité ne claires pour cela. Il en va de même
cun à se lancer dans une discus- péen. En ce sens, il me semble néces- futures structures européennes de sera pas garanti par davantage d’ar- pour l’acquisition de la citoyenneté.
sion constructive, plutôt que de criti- saire de faire évoluer l’Europe vers une défense. Concernant la protection des gent, mais par des réformes et le res- Seules les personnes qui respectent
quer Bruxelles à tort et à travers. démocratie parlementaire à part en- frontières et la lutte contre le terro- pect des engagements. La crise grec- nos valeurs devraient pouvoir accé-
L’Europe est un sujet cher au cœur tière. Les chefs d’Etat et de gouverne- risme, nous avons aussi besoin de ré- que nous a appris que, pour se der à la citoyenneté d’un Etat mem-
de la droite et du centre droit euro- ment, ainsi que le président Juncker, sultats tangibles. Les citoyens euro- renforcer, l’euro a surtout besoin bre de l’UE. Ce n’est que lorsque nous
péens. Les Etats ne peuvent être forts devraient sans tarder concéder un péens comptent sur nous et veulent d’une loi sur l’insolvabilité des Etats respecterons pleinement nos valeurs
que si l’Europe est forte. La raison droit d’initiative informel au Parle- avoir la certitude que toutes les me- membres. Nous nous opposerons à européennes que nous pourrons en-
d’être de la coopération européenne, ment européen, et le transformer à sures possibles ont été prises pour un affaiblissement du pacte de stabi- visager de mener notre continent
c’est l’affirmation de nos pays res- terme en un droit formel. Le fait que la garantir leur sécurité. En plus de lité et à la création d’une « union de vers un avenir meilleur. p
pectifs et de notre continent. C’est à Commission européenne ignore des l’échange obligatoire de données en- transfert de fonds », dans laquelle les
ce défi que le Parti populaire euro- demandes du Parlement, par exemple tre les autorités nationales et de la pays économiquement plus forts doi-
péen entend donner une réponse la suspension des négociations d’ad- création d’une liste commune de vent régler les dettes des autres. Il est
ambitieuse et réaliste. hésion de la Turquie à l’UE, représente personnes potentiellement dange- de notre devoir de promouvoir nos
Il faut une Europe forte, mais pas un un véritable scandale démocratique. reuses dans l’UE, une protection de valeurs et notre mode de vie à l’exté- ¶
super-Etat. Notre objectif, ce sont des L’Union européenne doit devenir nos frontières extérieures est néces- rieur de l’Union, mais aussi à l’inté- Manfred Weber est président
Etats-nations forts dans une Union une démocratie plus vivace. Je pense saire. Dans ce domaine, l’Europe doit rieur. L’Europe est avant tout une du groupe Parti populaire euro-
améliorée. Une Europe protectrice des que le président Macron se trompe rapidement obtenir des résultats. communauté de valeurs. péen (PPE, démocrate-chrétien)
individus et des identités, créatrice de lorsqu’il propose de créer de nou- Ne faisons pas comme la gauche, qui Chaque Etat doit reconnaître le au Parlement européen et
richesse. Il faut arrêter avec cette veaux organes qui alourdiront la ma- n’a de cesse de nier les préoccupations principe de l’Etat de droit comme vice-président de la CSU allemande
débats & analyses | 21
0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

L’Europe en route vers l’abîme


Le livre périphérie de l’Europe et conduire à celui de
plusieurs Etats membres actuels », pronosti-
Jusqu’à la crise des réfugiés, les Européens
de l’Est faisaient davantage confiance à
die » sont devenues deux notions antinomi-
ques, reconnaît Ivan Krastev. Les Européens
que cet intellectuel, dont le pessimisme est Bruxelles qu’à leurs gouvernements. peuvent changer de gouvernement, mais pas
aussi sombre que l’esprit lumineux. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Ils soutiennent de politique économique. Le premier minis-

I
van qui ? » Considéré comme l’un des Dans cette course vers l’abîme du train leurs gouvernants, notamment contre la tre grec, Alexis Tsipras, en sait quelque chose.
intellectuels européens les plus européen, la crise des réfugiés joue donc un politique des quotas de réfugiés. On retiendra surtout de cette partie son ana-
influents par les Anglo-Saxons et les rôle majeur. Pour Ivan Krastev, les réfugiés Pour un lecteur « ouest-européen », les pa- lyse sur la crise de la démocratie, les fonde-
Allemands, le politologue bulgare Ivan sont les révolutionnaires du XXIe siècle, des ges sur « l’autre Europe » sont parmi les plus ments de l’« illibéralisme » et la méfiance
Krastev est encore largement inconnu en damnés de la terre qui, en raison de la mon- éclairantes. Pourquoi l’Europe centrale, qu’inspire désormais la méritocratie.
France. On ne peut donc que conseiller aux dialisation, changent de pays à défaut de pou- LE DESTIN DE L’EUROPE elle-même issue de tant de brassages, refuse- « Si l’Europe est en crise, c’est surtout parce
Français de combler cette lacune en se voir changer de gouvernement. Une décision d’Ivan Krastev, t-elle d’accueillir des réfugiés ? L’analyse que la vision méritocratique de la société l’est
précipitant sur son dernier essai, Le Destin de rationnelle. Comme l’avait prédit Raymond Premier Parallèle, d’Ivan Krastev est trop riche pour être syn- aussi », note-t-il. « Ce que craignent les gens,
l’Europe (éd. Premier Parallèle). En 156 pages Aron, « l’inégalité entre les peuples prend le 156 pages, 16 euros. thétisée en quelques mots, mais retenons c’est que les méritocrates, en cas de gran-
tout aussi denses que limpides, Ivan Krastev sens qu’avait jadis l’inégalité entre les classes ». cette remarque : « La promptitude avec la- des difficultés, choisissent de partir plutôt
dresse la meilleure analyse publiée à ce jour Les réfugiés veulent donc aller en Allema- quelle l’Allemagne a embrassé les valeurs cos- que de rester et d’assumer les conséquences
sur l’état actuel de l’Europe, deux ans après gne et, tout aussi logiquement, une partie mopolites fut aussi un moyen pour elle de certains choix. »
l’arrivée massive de réfugiés. Car c’est bien des Allemands voient cela d’un mauvais œil. d’échapper à l’héritage xénophobe du na- Ivan Krastev n’oppose pas l’Europe d’en
ce phénomène et non la crise institutionnelle « Le bien le plus précieux que possèdent les zisme, alors que l’anticosmopolitisme en vi- haut et celle d’en bas, mais « les gens » de
de la zone euro qui, pour l’auteur, constitue la Allemands est leur passeport. Il n’est donc en gueur en Europe centrale est en partie « quelque part » et ceux qui sont partout chez
principale menace que doit affronter le Vieux rien surprenant qu’ils craignent, non moins enraciné dans une aversion pour l’internatio- eux, en raison même de leurs compéten-
Continent. Il y a urgence. que l’inflation, de le voir dévalué. Tous les nalisme jadis imposé par le communisme. » ces. Une réalité encore plus sensible dans
Le sous-titre du livre, Une sensation de biens, quels qu’ils soient, perdent de leur l’est de l’Europe, gangrené par le déclin
déjà-vu, tout comme le jeu de mots qui valeur dès qu’ils deviennent trop courants », MÉFIANCE ENVERS LA MÉRITOCRATIE démographique, notamment dû à l’émigra-
conclut l’ouvrage – perhapsburg – montrent remarque Ivan Krastev. Si nombre d’Européens votent pour des partis tion de sa jeunesse.
que, pour cet intellectuel qui vit entre Sofia Outre que cette crise remet fondamentale- populistes, c’est non seulement en raison de la Certes, on peut trouver cet essai bien
et Vienne, l’Union européenne pourrait ment en question le projet libéral européen, crise des réfugiés, mais également parce que, sombre, regretter que le principal conseil
connaître le même destin funeste que l’em- supposé au départ constituer un modèle depuis plusieurs années, ils ne font plus guère qu’Ivan Krastev donne aux dirigeants euro-
pire des Habsbourg. « Je crois que le train de la pour ses voisins puis pour la terre entière ou confiance à leurs élites. Un thème cher à péens est de faire preuve de « souplesse ». Mais
désintégration a quitté la gare de Bruxelles et presque, elle réintroduit au sein de l’Union l’auteur. Cette réflexion plus large constitue la on aurait surtout tort de ne pas écouter cette
je crains qu’il condamne le continent au européenne une division entre l’Est et l’Ouest deuxième partie du livre. Elle est tout aussi voix d’Europe centrale, politiquement inclas-
désarroi et à un rôle insignifiant à l’échelle du que l’on espérait disparue. Car ne croyons pas passionnante… et pessimiste que la première. sable, qui enrichit nos grilles de lecture du
globe. (…) Un tel processus pourrait provoquer que les dirigeants populistes hongrois et Désormais, l’union « toujours plus étroite » populisme et de l’euroscepticisme. p
l’effondrement des démocraties libérales de la polonais sont impopulaires. entre Européens et « la démocratie approfon- frédéric lemaître

Changer de paradigme
pour une justice moderne
Dérive guerrière face au terrorisme
Pour rendre le système Analyse acte, comme son prédécesseur, que la princi-
judiciaire plus efficace, les Quand, lors de colloques internationaux, pale arme face au terrorisme n’est pas le code
des Français disent que leur Cour suprême jacques follorou pénal mais le soldat et l’espion. Comme si le
juristes Daniel Soulez Larivière rend plus de trente mille décisions par Service International pouvoir civil ne pouvait gérer la menace sans

I
et Pierre-Olivier Sur plaident an, c’est la franche hilarité. En recalant la s’en remettre aux militaires.
décision civile définitive vers le tribunal, l est un terrain sur lequel le nouveau Ce recul du pouvoir civil face au terrorisme
pour un remède radical comme le préconisait déjà le rapport monde promis par le chef de l’Etat, se retrouve dans la manière dont on désigne
Coulon voici vingt ans, la justice civile serait Emmanuel Macron, ne fait que péren- le terroriste. Davantage qualifié d’« ennemi »,
plus rapide et moins chère. Notre justice niser l’ordre ancien : la dérive guerrière de « combattant », de « soldat », de « fou de
s’incarne déjà, aux yeux des justiciables, par du pouvoir civil face au terrorisme. La Dieu », de « kamikaze » ou de « suicidé », le
Par DANIEL SOULEZ LARIVIÈRE la seule première instance – avec, à Paris, remontée en véhicule militaire sur les terroriste échappe, du même coup, à l’incri-
et PIERRE-OLIVIER SUR les procureurs François Molins et Eliane Champs-Elysées, le jour de son installation à la mination criminelle inscrite dans le code pé-
Houlette, et le président, Jean-Michel Hayat. présidence de la République, pourrait en être nal. Cela légitime, par le simple usage des
Et les voies de recours sonnent presque le symbole mais cela serait manquer l’essen- mots, le glissement de la réponse sur un autre

D epuis trente ans, en dépit des ef-


forts de quelques-uns – Antoine
Garapon, Jean-Marie Coulon, Mi-
reille Delmas-Marty, Henri Nallet, Philippe
Lafarge –, aucun gouvernement n’a réussi à
toujours comme une procédure dilatoire.
La première instance nécessite une nou-
velle définition de la carte judiciaire. Cent
soixante-quatre tribunaux de grande ins-
tance, c’est trop. Il faut tendre vers la dépar-
tiel. De même qu’à l’inverse le coup d’autorité,
en juillet, de M. Macron contre le chef d’état-
major des armées, Pierre de Villiers, contraint
de démissionner sur fond de discorde bud-
gétaire, n’est pas plus l’expression véritable
terrain, celui de la loi du talion. Loin d’être
une simple question de sémantique, c’est le
signe que les règles de l’Etat de droit sont ju-
gées insuffisantes et qu’il convient d’en utili-
ser de plus expéditives. Cette acceptation est
transformer la justice. Pourtant, la loi sur tementalisation, essayée par Henri Nallet, LE CONSEIL d’une volonté du politique d’affirmer son la première victoire du terrorisme qui tend à
l’organisation judiciaire d’août 1790, pres-
crivait en son article 20 de rendre les procé-
voici vingt-cinq ans. La ministre s’engage
dans cette voie avec, pour corollaire, la spé-
DE DÉFENSE autorité vis-à-vis des militaires.
Au-delà de ces gestes de communication pré-
saper les fondements de nos démocraties.

dures « plus simples, plus expéditives, moins cialisation des juridictions sur le territoire. EST DEVENU, vaut surtout un mouvement profond auquel RECUL DE LA FORCE DU DROIT
coûteuses »… La présidence d’Emmanuel Il faudra créer un service renouvelé d’accès rien ne semble pouvoir s’opposer. La séman- L’usage même de la force a changé. Un soldat
Macron y conduira-t-elle enfin ? Les prises au droit pour les plus démunis. SOUS HOLLANDE tique en matière de lutte contre le terrorisme tire pour éliminer et donc pour tuer. De
de position de la ministre de la justice,
Nicole Belloubet (Le Monde du 9 octobre)
Ensuite, rassemblons les complémenta-
rités sans rivalités (police et gendarmerie,
ET MACRON, demeure la même que sous la présidence
Hollande. « Nous sommes toujours en état de
même que l’armée encercle un groupe de per-
sonnes pour le priver de toute liberté de mou-
vont dans le bon sens. Mais notre propos renseignements intérieurs [DGSI] et exté- UN INSTRUMENT guerre », a indiqué le ministre de l’intérieur, vement. Un policier, lui, tire pour neutraliser
consiste à envisager d’aller encore plus loin, rieurs [DGSE]). Et encourageons un par- Gérard Collomb, le 1er octobre, après l’attaque et les CRS laissent une issue à une foule pour
car 69 % des Français pensent que la justice tage clair des rôles entre justice judiciaire OPÉRATIONNEL, survenue sur le parvis de la gare de Marseille. qu’elle évacue une zone. La différence est de
fonctionne mal (IFOP 2016), ce qui néces- et administrative, pour éviter cette impres- Un propos souvent tenu par M. Hollande et taille. Elle marque la capacité de l’Etat et de la
site un remède radical. sion fâcheuse de concurrence entre les SYMBOLE par son premier ministre, Manuel Valls, alors démocratie à assumer la force tout en laissant
La première solution consiste à se réfu- deux ordres de juridiction, comme récem- DE L’ABANDON en fonctions. La notion de guerre est aujour- au droit le dernier mot. Aujourd’hui, les force-
gier dans les lieux communs : « La justice ment à l’occasion des textes antiterroristes d’hui solidement installée dans les esprits, nés qui attaquent à l’arme blanche sont abat-
manque de moyens. » C’est vrai. Son bud- et sur le renseignement. D’UN TRAITEMENT actant la confusion entre le sol national, où tus presque systématiquement par les soldats
get par an et par habitant est de 64 euros, Demain, la justice sera moins chère et devraient prévaloir la loi et le pouvoir civil, de « Sentinelle ». Si les policiers tirent comme
quand il est de 122 euros aux Pays-Bas… plus prédictive grâce à l’intelligence artifi- CIVIL et le théâtre extérieur d’intervention régi par des soldats, pour tuer, c’est parce que la force
Il faudrait au moins 2,5 milliards d’euros
supplémentaires, or le gouvernement ne
cielle. Après la découverte de l’ADN au ser-
vice du judiciaire criminel, la traçabilité
DE LA MENACE les règles de la guerre.
Au plus haut niveau de l’Etat, M. Macron
du droit a reculé dans l’esprit de leur chef et
du pouvoir politique.
prévoit qu’un milliard de plus à l’horizon des flux dans les dossiers de corruption, les continue de militariser la politique de sécurité Conseiller d’Etat, directeur de cabinet de
de cinq ans – ce qui est déjà une attention logiciels seront des acteurs de l’enquête face au terrorisme. Prévu pour être un outil de ministres régaliens, Christian Vigouroux a
légitime. Mais la France n’a plus d’argent. (l’actualité récente montre qu’AnaCrim planification, le conseil de défense est devenu, regretté cette démission dans un ouvrage re-
Accroître le financement d’une machine aurait peut-être évité trente ans d’erre- sous les présidences Hollande et Macron, un marqué, Du juste exercice de la force (Odile
usée ne la transformera pas en instrument ments dans l’affaire Grégory). Tout le travail instrument opérationnel, symbole de l’aban- Jacob, 314 pages, 23,90 euros). « Sur le sol natio-
moderne. Alors il y aurait une solution plus d’enquête va connaître une révolution co- don d’un traitement civil de la menace. nal, écrit-il, même face à une menace militari-
« macroniste » : changer de paradigme ! pernicienne au service de la vérité. Ce sera Convoqué tous les mercredis et présidé par le sée, il est plus prudent, donc plus efficace, d’en
l’ultime point d’aboutissement de l’évolu- chef de l’Etat, également chef des armées, il rester aux infractions criminelles commises
MOINS CHÈRE ET PLUS PRÉDICTIVE tion de la justice numérique, qui va de la dé- fait la part belle au ministre de la défense et sur notre sol, donc au déferrement à un juge
D’abord, réfléchir au corps judiciaire, dans matérialisation des dossiers et des cabinets aux principaux chefs du renseignement qui pénal. Que chacun perçoive bien le traitement
la perspective de la loi de modernisation d’avocats nomades jusqu’aux algorithmes. en ont fait un rendez-vous permettant de réservé par la loi au terroriste : un maintien
du 19 novembre 2016. Si les voies alterna- Enfin, créer une grande profession du peser directement sur la décision politique. dans son statut de criminel et non pas de
tives au règlement des litiges se généra- droit – avocats, notaires et même huissiers ; S’y traitent, pêle-mêle, les assassinats ciblés guerrier ou de soldat. Non pas constat d’un
lisaient (plaider-coupable, transactions pé- avec une agilité à passer d’une profession à de la DGSE, l’opération « Sentinelle », les repé- quelconque sacrifice ou héroïsme mais pu-
nales, médiations civiles) et si les trois une autre. Le tout serait couronné par un rages satellites de la direction du renseigne- nition d’un crime. » Ce mélange des genres
temps judiciaires (première instance, ap- ordre national, garant d’indépendance vis- ment militaire ou les surveillances de la DGSI. participe, selon lui, à l’efficacité du terrorisme,
pel, cassation) étaient allégés, la justice se à-vis des pouvoirs publics. Alors se créerait Le ministre de la justice, qui n’y est convié que qui consiste « principalement à provoquer des
désengorgerait. Pour y conduire, il faut ra- une véritable communauté juridique fran- depuis la fin 2016, n’a que le statut d’invité. colères aveugles et des ripostes maladroites ».
réfier les procédures d’appel en les limitant çaise organisée, solidaire et puissante, tour- Le conseil de sécurité intérieure a pourtant Cette démission du politique dès que le dan-
à la réparation des erreurs manifestes et nant le dos à une certaine misère et même existé. Créé après les attentats de 1986 et placé ger se profile rappelle d’autres périodes. Lors
aux cas posant de sérieuses difficultés en décadence. Cette organisation judiciaire sous la responsabilité du premier ministre, il de la prise d’otages de gendarmes par des in-
droit, donc instaurer l’exécution immé- ressemblerait à l’Etat de droit moderne qui a été réactivé, en 1997, par Lionel Jospin. A la dépendantistes kanak, à Ouvéa, en Nouvelle-
diate des jugements. La cour d’appel serait est le rêve d’une nouvelle génération. suite des attaques du 11 septembre 2001 aux Calédonie, en 1988, le gouvernement avait
alors une sorte de « pompier volant » pour Etats-Unis, il est passé sous le contrôle du chef très vite pris deux réquisitions cédant au pou-
rectifier les erreurs des premiers juges par de l’Etat. Pour certains constitutionnalistes, voir militaire la gestion de la crise. Une déci-
voie de référé et servir de filtre à la Cour de ¶ cette présidentialisation et cette militarisa- sion qui transformait, d’un coup, une prise
cassation. Donc réduire les cours d’appel. Daniel Soulez Larivière est avocat tion de la réponse sécuritaire du pays entéri- d’otages confiée au GIGN en une opération de
Cette dernière se consacrerait aux affai- et ex-membre du conseil de l’ordre nent le contournement de la Constitution qui guerre sur le sol français. p
res significatives en droit, permettant Pierre-Olivier Sur est ancien confie au gouvernement la conduite de la po-
une régulation des juridictions inférieures. bâtonnier de Paris litique de sécurité sur le territoire. M. Macron follorou@lemonde.fr
22 | 0123 0123
MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

FRANCE | CHRONIQUE ATTENTION


par gé r ar d co urtois
AUX FRONDES
TOUS AZIMUTS ! rière. La réunion intersyndicale, lundi 9 oc- ils bénéficieraient, comme les salariés du
Et la bienveillance, tobre, a d’ailleurs confirmé l’isolement de
la CGT sur ce terrain.
privé, d’une amélioration de leur pouvoir
d’achat. L’annonce du gel du point d’indice,
Pour autant, le chef de l’Etat et le premier qui sert de base de calcul des salaires de la
bordel! ministre auraient tort de se réjouir trop
vite. Car ils ont suscité, cet été, deux fron-
fonction publique, puis d’une simple
« compensation » de la hausse de la CSG,
des qui pourraient s’avérer fort dangereu- leur a fait l’effet d’une douche glacée.
ses. D’une part, celle des fonctionnaires ap- De même pour les élus locaux, auxquels

P
uisqu’il cultive les réfé- pelés à la grève, mardi 10 octobre, par l’en- le chef de l’Etat promettait, au début de
rences à la mythologie, MACRON OFFRE semble de leurs syndicats, unanimes l’été, un séduisant « pacte girondin ». Au
disons qu’il y a du Janus
chez Emmanuel Macron.
DEUX VISAGES : comme rarement. D’autre part, celle des
élus locaux dont les associations, les unes
lieu de quoi, ils ont appris, notamment, que
la baisse des dotations de l’Etat aux collecti-
Comme ce dieu romain à deux tê- UN JOUR SOLENNEL après les autres (régions, départements, vités locales serait de 13 milliards d’euros, et
tes, le président de la République maires), semblent prêtes à entrer en rébel- non pas 10 milliards, durant le quinquen-
offre volontiers deux visages : un ET INSPIRÉ, lion contre « Paris ». nat, que le nombre d’emplois aidés dont ils
jour solennel et inspiré, le lende-
main familier voire grossier, un
jour soignant ses interventions
pour qu’elles prennent place sans
tarder dans une anthologie des
LE LENDEMAIN
FAMILIER
VOIRE GROSSIER
J usqu’à présent, le gouvernement a géré
avec habileté une rentrée sociale qu’on
lui promettait explosive. Après l’inter-
minable empoignade de 2016 sur la loi
El Khomri, la nouvelle réforme du droit du
Aussi différents soient les acteurs et les
problématiques, ces deux frondes ont les
mêmes causes : contrairement à la réforme
du travail, le gouvernement a oublié quel-
ques bonnes paroles du candidat Macron,
bénéficiaient serait drastiquement réduit,
le tout ajouté à la suppression annoncée de
l’essentiel de la taxe d’habitation, ressour-
ce-clé des communes.
Dans les deux cas, négligeant certaines de
grands discours de la République, travail, qui plus est par la voie d’ordonnan- et il n’a pas pris la peine de préparer le ter- ses promesses, l’Etat, impécunieux, cher-
le lendemain puisant dans un re- ces concoctées en plein été, mettrait forcé- rain avant d’annoncer, au fil de l’été, une ra- che des sources d’économies pour réduire
gistre à la Audiard pour dire sans tif. Déjà, en septembre, les « fai- ment le feu aux poudres, prédisaient les fale de décisions budgétaires douloureuses. les déficits publics. Mais il donne aux inté-
précaution le fond de sa pensée. néants » avaient dangereuse- plus pessimistes ou les plus combatifs. Les fonctionnaires savaient que le chef de ressés le sentiment d’être réduits au rôle
Il vient d’en faire la démonstra- ment parasité le discours refon- Il n’en a rien été. Soigneusement prépa- l’Etat entendait supprimer 120 000 postes humiliant de simple variable d’ajustement
tion saisissante à deux reprises. dateur sur l’Europe. rée, la concertation menée durant l’été avec durant son quinquennat (même s’il avance budgétaire. Le résultat est identique : la
Le 7 septembre, à Athènes, il cite C’est encore plus vrai pour les les organisations professionnelles a permis à très petits pas, avec 1 400 suppressions confiance est rompue. Or, le premier mi-
Périclès et Hegel pour mieux « fouteurs de bordel » stigmatisés de désamorcer assez d’inquiétudes pour di- budgétées pour 2018), qu’il voulait rétablir nistre, féru de littérature policière, et le pré-
étayer son brillant plaidoyer en en Corrèze. Depuis la fin de l’été, viser le front syndical et obtenir, sinon le jour de carence en cas d’absence pour sident, grand amateur des dialogues
faveur de la refondation de l’Eu- le chef de l’Etat est en butte à une l’aval, du moins une relative neutralité de la maladie et qu’il envisageait, de façon plus d’Audiard, ne peuvent l’ignorer : quand on
rope. Vingt-quatre heures plus méchante petite musique qui fait CFDT et de FO. Les ordonnances ont été si- floue, de réformer le statut de la fonction le pousse à bout et qu’on touche au
tard, au cours d’une rencontre de lui le « président des riches ». gnées fin septembre, et personne n’ima- publique. Mais ils avaient parfaitement en- « grisbi », « le cave se rebiffe ». Et ça peut
avec la communauté française, Deux mesures phares du projet gine que le gouvernement revienne en ar- tendu l’engagement d’Emmanuel Macron : faire des dégâts. p
défendant sa volonté réforma- de budget pour 2018 – la suppres-
trice et notamment les ordon- sion de l’impôt sur la fortune mo-
nances sur le droit du travail, il bilière et la réduction à 30 % de la
termine son propos par ces quel- fiscalité sur le capital – ont suffi
ques mots incendiaires : « Je serai pour que s’ouvre ce procès.
d’une détermination absolue et je Or, tout avait été mis en œuvre,
ne céderai rien. Ni aux fainéants, début octobre, pour démontrer
ni aux cyniques, ni aux extrêmes. » qu’il n’en est rien. Le gouverne-

DEUXIÈME SÉLECTION
Le 4 octobre à Egletons, en Cor- ment s’est échiné à vanter toutes
rèze, il récidive. Venu esquisser sa les mesures budgétaires favora-
grande ambition pour faire de bles aux ménages les plus mo-
l’apprentissage une « filière d’ex- destes. Et, surtout, deux déplace-

PRIX FEMINA ÉTRANGER


cellence » et de la formation pro- ments du chef de l’Etat ont été
fessionnelle l’arme de destruc- organisés pour redorer l’image
tion massive contre le chômage, présidentielle.
il s’agace soudain d’une manifes- Opération réussie, le 3 octobre :
© Jean Malek

tation, à proximité, en soutien c’est un Emmanuel Macron tout


aux salariés de GM&S, une entre- sourire qui a été accueilli longue-
prise creusoise dont plus de la ment dans l’usine Whirlpool
moitié des salariés sont menacés d’Amiens où il avait dû faire face,
de licenciement. « Il y en a cer- entre les deux tours de la prési-
tains, au lieu de foutre le bordel, dentielle, à la colère des salariés

« Un nouveau chef-d’œuvre,
qui feraient mieux d’aller regarder menacés par la fermeture du site ;
là où ils pourraient avoir des pla- entre-temps, l’usine a été rache-
ces », lâche le président en aparté. tée et l’emploi préservé. Le lende-

une plume visionnaire. »


main en Corrèze, le plaidoyer en
Communication minutieuse faveur de la formation et de l’ap-
Après quelques autres sorties du prentissage devait compléter le
même tonneau quand il était mi- tableau. Les quelques mots cas-
nistre de l’économie ou durant sa
campagne, ces « fainéants » et ce
sants à l’encontre d’ouvriers en
colère l’ont, en réalité, démoli.
Gladys Marivat, Lire
« bordel » ont évidemment fait le Difficile, après cela, de se poser en
miel des opposants de tout bord. président « social ».
« Mépris de classe », « arrogance Mais il est une autre contradic-
d’enfant gâté », « Sarkozy BCBG », tion, plus intime et plus trou-
a-t-on entendu de tous côtés. blante, dont témoignent ces épi-
« Parler vrai », « discours de vé-
rité », volonté de « mettre des mots
sodes. Le candidat Macron avait
fait de la « bienveillance » l’un des
« Extralucide…
sur les maux » et de s’affranchir
d’une mortifère « langue de bois »
leitmotivs de sa campagne.
Le 14 janvier, à Lille : « J’ai tou- Atwood triomphe. »
politique, a-t-on répondu du côté jours cultivé la bienveillance, avec
de l’Elysée et de la majorité. Et l’espoir secret que ce soit conta- Nathalie Crom, Télérama
chacun de se livrer à de savantes gieux. » Le 1er avril, à France Inter :
exégèses pour déterminer s’il « Je crois à la bienveillance dans la
s’agissait de provocations délibé- vie politique. » Le 10 avril, à
rées ou de propos intempestifs. France 2 : « J’ai une règle de vie : la
Seul l’intéressé pourrait tran- bienveillance. Donc, je n’ai pas be-
cher la question, mais peu im-
porte après tout. Car le résultat
soin pour exister de dire du mal
des autres. » Et jusqu’au soir de sa
« La reine de la dystopie
est le même : ce grand écart des
registres présidentiels brouille,
victoire, où il salua « le courage et
la bienveillance » de tous ceux conjugue admirablement
l’ironie et l’effroi. »
beaucoup plus qu’il ne l’enrichit, qui s’étaient battus à ses côtés,
l’image du chef de l’Etat aux avant d’ajouter : « Je respecterai
yeux des Français. chacun et chacune dans ce qu’il
Pour le saluer ou pour le brocar- pense et ce qu’il défend. » Baptiste Liger, L’Express
der, chacun reconnaît qu’Emma- Cinq mois d’exercice du pouvoir
nuel Macron est un metteur en semblent avoir eu raison de ce bel
scène exigeant de sa propre ac- œcuménisme et du calme olym-
tion, soucieux de contrecarrer, pien dont il avait habité le candi-
autant qu’il est possible, tout ce dat. Nul respect de chacun, en ef-
qui pourrait en altérer le récit. Or,
c’est peu dire que les deux im-
fet, dans les propos acides de ces
dernières semaines, mais plutôt « La nouvelle icône
promptus d’Athènes et d’Egle- l’irritation d’un homme impé-
tons ont télescopé cette commu-
nication minutieuse. Difficile
rieux qui supporte mal qu’on en-
trave sa marche en avant.
de l’Amérique,
d’imaginer plus contre-produc- Il est vrai que, en même temps,
comme il le fit encore au soir du
c’est elle. »
7 mai, Emmanuel Macron a cons-
CINQ MOIS tamment assorti cet engagement Minh Tran Huy, Madame Figaro
D’EXERCICE DU de bienveillance d’une autre exi-
gence : « le courage de la vérité ».
POUVOIR SEMBLENT Encore faudrait-il que ce courage
soit équitablement réparti et ne
AVOIR EU RAISON s’exerce pas, exclusivement, au dé-
triment des plus modestes des
DU CALME OLYMPIEN Français. « L’unité de notre peuple »,
QUI AVAIT HABITÉ invoquée ce soir-là, est à ce prix. p

LE CANDIDAT courtois@lemonde.fr
Robert Laffont
Tirage du Monde daté mardi 10 octobre : 199 898 exemplaires

Vous aimerez peut-être aussi