Vous êtes sur la page 1sur 4

Les figures de style

→ Ce sont des procédés qui visent à rendre un énoncé plus expressif.

I) Les figures de rapprochement

 La comparaison : elle consiste à rapprocher deux éléments, un comparé et un comparant, pour en souligner
les ressemblances ou les différences. Le rapprochement des deux termes se fait au moyen d’un outil de
comparaison.

Ex : Les dauphins (terme comparé) alentour sautent comme (outil de comparaison) des carpes (terme comparant).
Louis Aragon

 La métaphore : comme la comparaison, elle rapproche deux éléments, mais sans les relier par un outil de
comparaison.

Ex : L’aurore est un cheval / Qui s’ébrouant chasse au loin les corneilles. Norge

 La personnification : elle consiste à attribuer à une chose ou un animal des caractéristiques ou des
comportements humains.

Ex : Le brouillard a tout pris dans son sac de coton.

II) Les figures de remplacement

 La métonymie : cette figure consiste à désigner un être ou un objet par un autre être ou objet qui a un
rapport avec lui.

Ex : boire un verre (le contenant désigne le contenu). Tout Brest accourut. Chateaubriand (le nom de la ville
désigne l’ensemble des habitants).

 La synecdoque : c’est une forme particulière de métonymie. Elle consiste à désigner un être ou un objet
par un mot désignant une partie de cet être ou de cet objet. L’inverse (le tout pour la partie) est également
possible.

Ex : C’était une confusion, un fouillis de têtes et de bras qui s’agitaient. Zola (= de personnes)

 La périphrase : on emploie une expression au lieu d’un seul mot pour désigner un être ou un objet.

Ex : l’île de beauté pour la Corse

 L’euphémisme : on emploie à la place d’un mot, jugé brutal, un autre mot, au sens atténué.

Ex : Il nous a quitté = il est mort.

 La litote : on dit peu, pour en exprimer davantage, souvent en utilisant une forme négative.

Ex : Ce n’est pas mal = c’est très bien.

 L’antiphrase : par ironie, on dit le contraire de ce que l’on pense mais le ton employé ne laisse aucun doute
sur le sens véritable du message.

Ex : J’adore ta nouvelle coupe de cheveux! = je la trouve horrible.


III) Les figures d'insistance

 L’anaphore : on répète un mot ou une expression au début de plusieurs vers ou phrases.

Ex : Que tu es belle, ma bien aimée,

Que tu es belle! Cantique des Cantiques

 L’hyperbole : on emploie des termes exagérés pour frapper le destinataire.

Ex : mourir de rire.

 La gradation : on fait se suivre dans une même phrase ou un même vers des termes de plus en plus forts.

Ex : Va, cours, vole et nous venge! Corneille

IV) Les figures d'opposition

 Le chiasme : quatre termes fonctionnent ensemble deux par deux: le 1er et le 4ème, le 2ème et le 3ème
sont de même nature grammaticale.

Ex : Plus l’offenseur est cher / et plus grande est l’offense. Corneille

 L’oxymore : on rapproche deux termes de sens contradictoires dans un même groupe de mots.

Ex : Cette obscure clarté qui tombe des étoiles. Corneille

 L’antithèse : on rapproche dans une même phrase deux idées opposées.

Ex : N’est-ce pas toi qui pleures et Méduse qui rit? Aragon


Exercices sur les figures de style

1) Trouvez quel terme est désigné par chacune de ces périphrases :


- La capitale de la France
- Un petit félin domestique
- Le moment où le soleil se lève à l’horizon
- L’objet à introduire dans le trou de la serrure

2) Inventez à votre tour au moins trois périphrases

3) Distinguez les métaphores des comparaisons :


- Cette fille a une voix de sirène.
- Tu es beau comme un cœur !
- Elle ressemble un peu à ma cousine.
- Il a disparu, semblable à un fantôme.
- Cet homme est un porc !
- Petit cœur sucré et juteux, la fraise est mon fruit préféré.

4) Distinguez les euphémismes des litotes et dites ce que la phrase signifie réellement.
- Il est au ciel.
- Ton idée ne me déplaît pas.
- Il ne m’est pas indifférent.
- Tu n’es peut-être pas le plus beau du monde…
- Il faut reconnaître qu’il n’est pas laid.

5) Les phrases suivantes sont des antiphrases, que signifient-elles en réalité ?


- Je t’adore !
- Non, bien sûr, ce n’est pas la peine de prendre le cours !
- Ça me fait toujours très plaisir quand tu te comportes de cette manière.
- Tu devrais aller moins vite encore.

6) Quelles figures de style retrouve-t-on dans ces expressions courantes ? Expliquez chacune d’elle.
- Faire de la voile
- Exploser de rire
- Être blanc comme un linge
- Un petit ami
- Finir son assiette
- Avoir un cœur d’artichaut
- Avoir une haleine de chacal
- Avoir le cœur brisé
- N’être plus tout jeune
- N’avoir pas été déçu par quelque chose
- C’est Jean qui pleure et Jean qui rit
- Pas bête !
- Bête comme ses pieds
- Un grand enfant
- Un regard de chien battu
- Excité comme une puce
- Éclater en sanglots
CORRECTION des Exercices sur les figures de style

1) Trouvez quel terme est désigné par chacune de ces périphrases :


- La capitale de la France Paris
- Un petit félin domestique un chat
- Le moment où le soleil se lève à l’horizon l’aube
- L’objet à introduire dans le trou de la serrure la clé

2) Inventez à votre tour au moins trois périphrases

3) Distinguez les métaphores des comparaisons :


- Cette fille a une voix de sirène.
- Tu es beau comme un cœur !
- Elle ressemble un peu à ma cousine.
- Il a disparu, semblable à un fantôme.
- Cet homme est un porc !
- Petit cœur sucré et juteux, la fraise est mon fruit préféré.

4) Distinguez les euphémismes des litotes et dites ce que la phrase signifie réellement.
- Il est au ciel. = il est mort (euphémisme)
- Ton idée ne me déplaît pas. = ton idée me plaît beaucoup (litote)
- Il ne m’est pas indifférent. = Il me plaît (litote)
- Tu n’es peut-être pas le plus beau du monde… = tu es laid (euphémisme)
- Il faut reconnaître qu’il n’est pas laid. = il est beau (litote)

5) Les phrases suivantes sont des antiphrases, que signifient-elles en réalité ?


- Je t’adore ! = je te déteste !
- Non, bien sûr, ce n’est pas la peine de prendre le cours ! évidemment qu’il faut prendre le cours !
- Ça me fait toujours très plaisir quand tu te comportes de cette manière. = ça ne fait jamais plaisir ou je
suis toujours peiné quand tu te comportes de cette manière
- Tu devrais aller moins vite encore. Il faut que tu ailles plus vite

6) Quelles figures de style retrouve-t-on dans ces expressions courantes ? Expliquez chacune d’elle.
- Faire de la voile = faire du bateau à voile (synecdoque)
- Exploser de rire = rire très fort (hyperbole)
- Être blanc comme un linge = être très pâle (comparaison)
- Un petit ami = un très grand ami en réalité (euphémisme)
- Finir son assiette = finir la nourriture qui est dans l’assiette (métonymie)
- Avoir un cœur d’artichaut = avoir un cœur très tendre (métaphore)
- Avoir une haleine de chacal (métaphore : avoir mauvaise haleine comme un chacal)
- Avoir le cœur brisé = être très malheureux à cause d’une déception amoureuse (hyperbole)
- N’être plus tout jeune = être vieux (euphémisme)
- N’avoir pas été déçu par quelque chose = avoir beaucoup apprécié (litote)
- C’est Jean qui pleure et Jean qui rit = se dit de quelqu’un à l’humeur changeante (antithèse)
- Pas bête ! = très intelligent (litote)
- Bête comme ses pieds = qui n’a pas plus d’intelligence que des pieds, donc aucune (comparaison)
- Un grand enfant = un adulte qui agit comme un enfant (oxymore)
- Un regard de chien battu (métaphore : avoir le même regard qu’un chien battu)
- Excité comme une puce = très excité (comparaison)
- Éclater en sanglots = pleurer très fort (hyperbole)