Vous êtes sur la page 1sur 9

Suite du chapitre II Budget de Trésorerie

Le financement du cycle d’exploitation: les crédits de fonctionnement

Introduction

Le budget de trésorerie est un document prévisionnel présentant mois par mois tous
les décaissements et les encaissements (en TTC pour les opérations assujetties à la TVA)
prévus au cours d’une période à venir.

La différence entre les encaissements et les décaissements du mois donne le solde de


trésorerie du mois et le solde cumulé d’un mois sur l’autre.

Cette information est nécessaire à l’entreprise pour déterminer, par rapport au niveau
d’activité prévu, ses capacités à payer ses charges.

La trésorerie peut être par moments soit excédentaire (dans ce cas il faut chercher le
placement le plus rentable des excédents) soit déficitaire (dans ce cas il faut chercher les
ressources les moins onéreuses pour l’entreprise pour remédier à la situation).
Par ailleurs, les problèmes de trésorerie sont essentiellement une traduction chiffrée des
problèmes de gestion du cycle d’exploitation :
L’entreprise dispose de deux moyens pour résoudre ses problèmes de trésorerie :
- par une action sur les postes du BFR (augmentation de la rotation des stocks, la
diminution des délais du crédit clients, l’allongement du crédit fournisseurs, etc.) ou/et
renforcement du FDR
- par le recours au crédit bancaire pour le financement du déficit de trésorerie. Ce
crédit à court terme est appelé aussi crédit de fonctionnement
C’est cette deuxième mesure qui nous intéresse ici.
Le crédit de fonctionnement présente plusieurs formes qui se diffèrent par leurs natures
et leurs coûts.

Les principaux crédits de financement du cycle d’exploitation


Les crédits de financement du cycle d’exploitation qui sont offerts par les établissements
de crédit peuvent se classer en deux catégories essentielles :

- Les crédits de mobilisation des créances


- Les crédits de trésorerie.

A/ Les crédits de mobilisation des créances :


Les crédits de mobilisation des créances sont des crédits qui nécessitent la détention par
l’entreprise de créances sur ses clients (ses créances sont inscrites à l’actif du bilan).
Ils regroupent l’escompte commercial et l’affacturage en plus d’autres formes de crédit
moins importantes (voir liste complète dans l’exemple donné en fin de ce document)

1) L'escompte : (c’est l’escompte commercial qu'il ne faut pas confondre


avec l’escompte de règlement qui est une réduction du prix de vente pour paiement
au comptant voir ici-bas)

C’est une opération qui consiste pour la banque à racheter à une entreprise les effets de
commerce dont elle est porteuse avant l'échéance et ce moyennant le paiement d'agios
(intérêts et commissions).
Le cédant restant garant du paiement.
L'escompte nécessite donc que la créance cédée soit matérialisée par un effet de
commerce (lettre de change, billet à ordre)
- La lettre de change est un écrit par lequel une personne le tireur
(l’entreprise : le créancier), donne à une autre personne le tiré (le client : le débiteur),
l’ordre de payer à une date déterminée une certaine somme d’argent, à une autre
personne (la banque : le bénéficiaire ou le porteur)

- Le billet à ordre est un écrit par lequel une personne appelée souscripteur
(le client : débiteur) reconnaît sa dette et s'engage à payer à une autre personne
appelée bénéficiaire (le créancier, c'est-à-dire le fournisseur, ou un tiers désigné par lui),
une certaine somme à une époque déterminée. Le débiteur prend l'initiative et établit lui-
même le billet à ordre par lequel il s'engage à s'acquitter de sa dette à une date
déterminée.

§ La banque verse à l’entreprise le montant nominal des effets escomptés, diminué


des agios (intérêts et commissions).
§ Le crédit d’escompte accordé à l’entreprise est généralement assorti d’un plafond
représentant le montant total des effets que l’entreprise peut escompter. La banque fixe,
après négociation, le plafond annuel d’escompte qu’elle consent à l’entreprise.
§ Les agios retenus par la banque comprennent des intérêts et des commissions
§ Le taux d’intérêt est déterminé à partir du taux de base bancaire (TBB) avec une
majoration qui dépend de la qualité du client.
§ L’intérêt (appelé également escompte) est précompté c’est-à-dire versé à
l’avance. Il est calculé au prorata temporise, sur le montant nominal de l’effet pendant la
période qui court de la date de négociation à la date d’échéance de l’effet majorée des
jours de banque.
Exemple :
Un effet de 10 000 Dhs dont l’échéance est le 20 Mai est escompté le 10 avril. Le taux
d’escompte est de 9%, la commission d’encaissement est de 5 Dhs. La banque prélève 2
jours de banque. Calculer l’agio et le net crédité en compte bancaire de l’entreprise.
Nombre de jours : 40 + 2 = 42 jours
Intérêt : 10 000 X 42 X 9% / 360 = 105
Sur le plan comptable cette opération se traduit comme suit :
§ L’effet de 10 000 présenté à l’escompte, est un effet à recevoir (qui va rester
inscrit à l ‘actif du bilan jusqu’à sa date d’échéance).
§ Sa contrepartie sera considérée comme un crédit d’escompte accordé par la
banque à qui l’effet a été remis (la somme de 10 000 va figurer à la trésorerie passif
dans le poste : Crédit d’escompté).
§ Les intérêts sont des frais financiers (classe 6)
§ La différence entre le nominal (10000) et les intérêts (105) sera versée dans un
compte de trésorerie actif (caisse ou banque)
Le schéma de comptabilisation est le suivant :
Le 15 avril, une entreprise reçoit de son client un effet de 10 000 Dhs à échéance du 31
Mai suivant. Le 20 avril, l’entreprise remet à sa banque l’effet de 10 000 Dhs pour
escompte. La banque débite l’entreprise de 105 Dhs au titre des agios et la crédite du
montant net de (10 000 - 105)

Opérations Comptes à débiter Comptes à créditer


Réception de 3245 Clients –effet à recevoir : 10 000 3421 Clients : 10 000
l’effet
Escompte de 5141 Banque : 9895 5520 Crédit d’escompte10 000
l’effet 6311 Intérêts des emprunts : 105
A l’échéance 5520 Crédit d’escompte : 10 000 3425 Clients, effets à recevoir : 10 000
de l’effet

L’entreprise qui a la possibilité d’obtenir de ses clients le règlement au comptant,


moyennant un escompte de règlement (de x%), doit comparer le coût de ce dernier avec
l’escompte bancaire.
Exemple :
Supposons qu’un client propose à son fournisseur (l’entreprise) de régler sa facture de
10 000 Dhs par effet à 90 jours ou au comptant, sous déduction d’un escompte de
règlement de 2% et que le taux d’intérêt applicable à l’escompte commercial est de 10%.
Que doit choisir l’entreprise ?

Escompte de règlement de 10 000 x 2% = 200, net = 9 800


L’entreprise réduit sa créance de 200 pour disposer tout de suite de la somme de 9 800
(au lieu d’attendre 90 jours pour encaisser 10 000 au cas où elle ne présente pas l’effet à
sa banque)
Taux d’intérêt correspondant 200/9800 x 360/90 = 8,16% (on va considérer cette
opération comme si l’entreprise doit payer 200 pour disposer d’une somme de 9800
pendant 90 jours). Ce taux de 8.16% est bien inférieur au taux de 10% appliqué par la
banque pour l’escompte (si l’entreprise présente l’effet à l’escompte elle doit payer 250
sans compter les commissions)

2) L'affacturage ou le factoring.

L'affacturage est un contrat par lequel un établissement de crédit spécialisé, appelé


factor, achète les créances détenues par un fournisseur, appelé vendeur, sur ses
clients et ce moyennant rémunération.

 L'affacturage est un procédé de recouvrement efficace puisque le factor décharge


le vendeur du souci de la gestion du poste clients et de l'encaissement des
sommes dues.
 Le risque de non-paiement à l'échéance est pris en charge par le factor sauf faute
du fournisseur.
 Le coût du factoring est à comparer aux économies qu’elle réalise : honoraire
d’avocats (au cas de problèmes de règlement des clients), frais
d’encaissements, frais de personnel etc.

3) Le financement des opérations d’exportation.

Les entreprises qui exportent peuvent financer leur cycle d’exploitation par l’escompte
commercial étranger appelé aussi la mobilisation des créances nées, contre la remise à la
banque des documents matérialisant les créances sur des clients étrangers.

B/ Les crédits de trésorerie

Le crédit de trésorerie finance des besoins d’exploitation momentanés et


occasionnels causés par le décalage entre les dépenses et les recettes. Ce décalage
commence aux approvisionnements et se termine aux règlements des clients.

 L’utilisation de ce crédit doit être de courte durée (quelques jours). Il ne doit pas
se transformer en crédit permanent destiné à financer un déficit chronique de
trésorerie.
 Les agios prélevés par la banque comprennent les intérêts proprement dits et les
commissions de découvert.

Formes du crédit de trésorerie

Ce crédit comprend essentiellement la facilité de caisse, le découvert et les crédits relais


(pour les autres formes, voir l’exemple donné en fin de ce document)
1/ La facilité de caisse

La facilité de caisse est un crédit à très court terme accordé à une entreprise pour
combler les besoins ponctuels comme par exemple un besoin en fin de mois pour payer
ses salariés.

2/ Les crédits relais


Lorsqu’une entreprise attend des recettes importantes (cession d’un élément de l’actif,
augmentation de capital, emprunt, etc.) elle peut solliciter de sa banque un crédit relais
qui lui permet de financer ses besoins (investissement, etc.) en attendant ses rentrées.

3/ Le découvert ou avance en compte courant

Une entreprise qui bénéficie d’un découvert est autorisée à prélever sur son compte des
sommes au-delà des valeurs qu’elle y a déposées moyennant le paiement d’agios.

Le calcul des agios (intérêts et commissions) sur le découvert se fait sur la base
des nombres débiteurs (càd le nombre de jours pendant lesquels le solde du compte est
resté débiteur).

Exemple :
Mouvement du compte bancaire de l’entreprise X

Date de valeur Débit Crédit Solde Jours Nombres


Jour Mois An Débiteur Créditeur Débiteurs créditeurs
1 3 05 100 200 100 14* 1400**
15 3 05 300 200 16** 3200
31 3 05 500 300 6 1800
06 4 05 400 100 4 400
10 4 05 200 300 20 6000
30 4 05 9600
* le solde de 100 est resté créditeur du 1er au 15 (donc 15 jours)
** pour calculer les nombres débiteurs ou créditeurs, la banque multiplie le solde
débiteur ou créditeurs par le nombre de jours pendant les quel le solde est resté comme
tel.

Supposons que le taux d’intérêt est de 11%, les intérêts se calculent comme suit :

Nombre de j débiteurs x taux d’intérêt / 360


Dans ce cas ils s’élèvent à :
(9600 x 11%)/360 = 3.93 DH. A cette somme il faut ajouter les commissions pour
obtenir le montant global des agios.

Le coût des crédits de trésorerie

Le coût du crédit est fonction du taux d’intérêt nominal et du décompte des jours de
valeur.

- La date de valeur

 La date de valeur est la date de référence qui sert au calcul des intérêts débiteurs
ou créditeurs (si le compte est rémunéré)
 Les dates de valeur appliquées aux opérations bancaires (versements d’espèces,
retraits par chèque etc.) sont différentes des dates d’enregistrement comptable
de ces opérations.
 En plus de sa rémunération normale (taux + commission), la banque réalise un
profit sur la différence de temps qui s’écoule entre la date de l’opération J et la
date de valeur J + x jours.

Tableau des dates de valeur

Nature de l’opération Date de valeur Observations


Versement d’espèces J+1 Jours ouvrables
Retrait d’espèces J–1 Jours ouvrables
Versement de chèque
- sur caisse J Jour de l’opération
- sur place J+2 Jours ouvrables
Hors place
- déplacé bancable (a) J+12 Jours calendaires
- déplacé place non bancable J+15 Jours calendaires
- étranger J+20 Jours calendaires

Remise de chèque hors place à l’escompte


- Place bancable J+10 Jours calendaires
- Place non bancable J+12 Jours calendaires
Virement bancaire
- Sur place J Jour de l’opération
- Hors place J Pour le compte débité
J+1 Pour le compte crédité
Retrait en espèces (chèques ou virements) J-1 Jours ouvrables
Remise d’effets à l’encaissement
- Sur place J+5 Jours calendaires
Hors place
- Place bancable J+12 Jours calendaires
- Place non bancable J+15 Jours calendaires
Référence Bank du Maghrib

Le calcul du coût réel du découvert :

Supposons que la banque accorde à l’entreprise X un découvert le 1er janvier au taux de


11,5%. Pour combler le découvert, l’entreprise verse des chèques sur place le 20
janvier ; la banque calculera les intérêts sur 22 jours alors que, compte tenu du
versement, l’entreprise n’aura bénéficié du découvert que pendant 20 jours. Le taux réel
sera donc non pas 11,5% mais : 11,5% x 22 /20 = 12,65%

Le coût réel de l’escompte


La date de valeur pour l’escompte coïncide avec le jour de l’opération
Prenons l’exemple d’une entreprise qui détient un effet de 200 000 à l’échéance du 31
mars ; le 1er février, l’entreprise fait escompter l’effet par son banquier qui crédite le
compte bancaire le jour même. Si l’entreprise avait remis l’effet à l’encaissement, la date
de valeur aurait été la 5 avril J+5.
Dans le premier cas, la durée du crédit d’escompte est de 59 jours : dans le second cas
(encaissement), la durée d’immobilisation de la créance est de 64 jours (59 + 5).
Si le taux nominal est de 11,5%, le taux réel de l’escompte ressortira à 11,5% x 59 / 64
= 10,60% et sera donc avantageux par rapport au taux nominal.

C/ Les différents crédits de fonctionnement disponibles dans les banques


marocaines

Extrait de la documentation d’une banque de la place

I/ Crédits de trésorerie : Avances et découverts

Votre besoin : disposer d'un apport en trésorerie


Notre proposition : Facilité de caisse

Dans l'attente de récupérer des créances certaines, vous avez à faire face, au cours du
mois, à des dépenses courantes. Pour renflouer votre trésorerie, nous vous faisons
bénéficier de notre facilité de caisse que vous pouvez utiliser selon vos besoins, dans la
limite du plafond autorisé et sur une période inférieure à un an. Ce plafond est fonction
du mouvement créditeur de votre compte courant. Les intérêts sont calculés uniquement
en fonction du nombre de jours pendant lesquels le crédit a été effectivement utilisé et
sur le montant dont vous avez réellement disposé.

Votre besoin : disposer d'un appoint de trésorerie


Notre proposition : Découvert

Vous avez engagé des opérations en rapport avec l'activité de votre entreprise, ce qui
vous a engendré du besoin en trésorerie. Pour assurer le financement partiel ou intégral
de vos dépenses dans l'attente de recettes certaines, nous mettons à votre disposition
notre découvert qui peut s'étendre sur plusieurs mois et dont le montant s'adapte à vos
besoins réels.

Votre besoin : financer une activité à rythme saisonnier


Notre proposition : Crédit de campagne
Vous exercez une activité saisonnière relevant notamment de l'agro-industrie telle
l'embouche, l'achat d'engrais, de semence ou autres. Notre ligne "crédit de campagne"
que nous mettons à votre disposition, sous forme de découvert, s'adapte étroitement au
calendrier de votre activité et répond aux besoins de financement occasionnés par son
cycle de production à caractère saisonnier.

Votre besoin : obtenir un crédit sur la base de marchandises entreposées en


magasin général
Notre proposition : Warrant

Les Magasins Généraux, organismes agréés par l'État, vous délivrent lors du dépôt de
votre marchandise dans leurs locaux, un récépissé attestant l'entreposage de la
marchandise et un bulletin de gage, le Warrant.
A la remise de ces documents dûment endossés en notre faveur, vous bénéficiez de notre
avance en compte Warrant. Le remboursement du crédit est lié aux ventes.

Votre besoin : financer la constitution de vos stocks de marchandises


Notre proposition : Avance sur marchandise ASM

Votre activité nécessite la constitution d'un stock de marchandises. Notre avance sur
marchandises -ASM vous permet de financer ce stock à hauteur de 80 % de sa valeur.
Cette avance, d'une durée allant jusqu'à trois mois, peut être renouvelable.
Votre besoin : obtenir des avances en contrepartie de créances sur
l'administration publique
Notre proposition : Avance sur marché nanti

Vous êtes une entreprise opérant sur des marchés publics et détenant ainsi des créances
sur l'Administration publique. Grâce à notre crédit avance sur marché nanti, il vous est
possible, sur simple nantissement du marché en notre faveur, de disposer de liquidité
immédiate pouvant atteindre jusqu'à 80% des droits constatés

Votre besoin : obtenir un crédit sur la base de présentation de titres


Notre proposition : Avance sur titres

Vous êtes détenteur de titres cotés en bourse. Pour renflouer votre trésorerie, il vous est
possible d'obtenir notre avance sur titres. Le montant accordé est fonction de la valeur
boursière moyenne des titres.
La garantie est constituée par nantissement de ces titres.

Votre besoin de disposer de liquidités pour une courte période dans l'attente de
réception imminente de fonds
Notre proposition : Crédit relais

Vous êtes dans l'attente d'encaissements en votre faveur tels une mise en place de crédit
à moyen terme, une créance de l'État, une subvention ou prime d'équipement ou encore
une récupération de taxes. Pour pallier un décalage intervenant dans votre trésorerie,
nous mettons à votre disposition notre crédit relais qui vous est octroyé de façon
provisoire et pour une courte durée

Votre besoin : vous assurer contre l'insolvabilité de vos clients, assurer le


recouvrement ainsi que le financement de vos créances et vous débarrasser de
la gestion de vos comptes clients :
Notre proposition : Garantie Maroc factoring

Pour vos ventes aussi bien au Maroc que sur les marchés extérieurs, notre filiale Maroc
Factoring peut garantir à 100% vos créances commerciales sur les clients agréés, vous
aidant à sélectionner votre clientèle, et par conséquent à en éliminer les clients douteux.
En effet, en plus du dense fichier qu'elle tient sur la clientèle locale, Maroc Factoring est
membre du réseau International Factor Group qui couvre 40 pays où déjà plus de 2 500
000 clients sont recensés et étudiés. Vous pouvez ainsi vendre en toute tranquillité : les
factures approuvées peuvent faire l'objet d'un financement par anticipation par Maroc
Factoring qui se charge de l'encaissement de vos factures. D'ailleurs, pour vos créances
sur l'étranger, les correspondants internationaux de Maroc Factoring sont des partenaires
sur lesquels vous pouvez vous appuyer. Ils maîtrisent la langue, la législation et les
usages commerciaux des pays qui vous intéressent. Le recours aux garanties Maroc
Factoring vous décharge donc de la gestion de vos comptes clients, vous permet d'éviter
leur tenue onéreuse et surtout de consacrer votre énergie à votre principal métier : le
développement de votre entreprise.

II/ Crédits d'escompte


Votre besoin : récupérer immédiatement la valeur de votre marchandise vendue
au Maroc avec règlement différé
Notre proposition : Escompte commercial

Il vous est possible de disposer immédiatement du montant des traites tirées sur votre
client établi au Maroc, grâce à notre crédit escompte commercial Maroc.
Nous prenons à l'escompte, à concurrence d'un certain montant (plafond du crédit), les
traites acceptées que vous ayez tirées sur votre client établi au Maroc et qui ne sont pas
encore échues. Ces traites, vous les endossez donc en notre faveur.
Votre besoin : disposer immédiatement de la contre-valeur d'une exportation
Notre proposition : Escompte commercial étranger ou mobilisation des créances
nées

Vous êtes exportateur et vous avez accordé des délais de paiement à votre acheteur
étranger.
Notre crédit escompte commercial étranger ou mobilisation des créances
nées vous permet de disposer des fonds correspondants à votre exportation en dirhams
ou en devises sans attendre l'échéance des documents tirés sur votre client étranger.
Contre remise en notre faveur des documents d'exportation, nous vous avançons le
montant correspondant à la marchandise exportée.

Votre besoin : permettre à votre fournisseur étranger de disposer


immédiatement de la contre-valeur des créances
Notre proposition : Escompte sans recours

Vous venez de réaliser une importation et le règlement de celle-ci est différé. Cependant,
votre fournisseur étranger désire disposer immédiatement de la contre-valeur
correspondante. Il peut s'adresser dans ce cas aux entités BMCE Bank - BMCE Paris,
BMCE International Madrid et BMCE Zone France Tanger - pour obtenir un escompte sans
recours. Par cette opération, il cède à nos agences à l'étranger les créances qu'il détient
sur vous. Celles-ci le créditent aussitôt de la valeur correspondante.

Votre besoin : financer l'exécution d'un marché public dont vous êtes
adjudicataire

Conjointement avec la Caisse Marocaine des Marchés, nous pouvons assurer le


financement de marchés publics dont vous êtes adjudicataire.
La CMM intervient en effet pour garantir les prêts que nous vous accordons et faciliter de
ce fait le financement de votre marché.
Cette intervention se fait selon diverses procédures (avals revolving de préfinancement,
acceptations revolving d'accompagnement et acceptations de mobilisation) et se
matérialise par l'escompte du papier CMM composé de billets à ordre avalisés par la
CMM.
Le financement peut durer globalement de 6 à 12 mois avec un montant variant de 75 à
90 % de la valeur du marché.

III : Crédit par signature : cautions administratives


Votre besoin : être candidat à l'adjudication d'un marché public
Notre proposition : Caution provisoire

L’Administration exige une caution bancaire pour soutenir votre participation à


l'adjudication d'un marché public.
Nous vous proposons à cette fin notre caution provisoire qui garantit l'engagement que
vous avez pris vis-à-vis de l'Administration. La validité de la caution provisoire échoit le
jour de l'attribution du marché (ouverture des plis). Sa mainlevée se matérialise par la
restitution par l'Administration de l'acte de caution original. En cas d'adjudication, cette
caution doit être remplacée par une caution définitive.

Votre besoin : exécuter le marché pour lequel vous avez été déclaré
adjudicataire
Notre proposition : Caution définitive
Vous venez d'obtenir l'adjudication d'un marché public. Notre caution définitive appelée
aussi "caution de bonne fin" ou encore "caution de bonne exécution", garantit à
l'Administration le respect de vos engagements contractuels, c'est-à-dire le respect du
cahier des charges. Son montant se situe entre 3 et 5 % du montant initial du marché et
doit être constituée dans les 20 jours suivant la notification de l'adjudication.
Sa validité demeure jusqu'à réception définitive du marché par l'Administration avec
l'achèvement des travaux.

Votre besoin : obtenir une avance de l'Administration pour faire démarrer vos
travaux
Notre proposition : Caution de restitution d’acompte
En vertu du marché conclu avec l'Administration, celle-ci accepte de vous consentir une
avance sur le montant global de ce marché, moyennant la remise d'une caution bancaire.
Nous mettons à votre disposition pour cette fin notre caution de restitution d'acompte.
Votre besoin : garantir l'Administration contre les risques d'une déficience dans
l'exécution du marché public
Notre proposition : Caution de retenue de garantie
Vous avez réalisé un marché public. Après réception des travaux par l'Administration,
l'octroi de notre caution de retenue de garantie vous permet d'éviter la retenue de fonds
exigée par l'Administration pour se prémunir contre un éventuel non-respect du cahier
des charges.
La libération de la caution intervient normalement 12 à 18 mois après la réception
définitive du marché considéré

Partager cet article

Vous aimerez aussi :

La Planification financière à court terme

Diagnostic des risques d'exploitation et financier

Diagnostic du Risque d'exploitation et du risque financier

Corrigé exam

Published by abderrahim - dans gestionfi


commenter cet article