Vous êtes sur la page 1sur 1

Il y a 40 ans, la création de l'Organisation internationale de la Francophonie

Le ____________________ « francophonie » est inventé à la fin du XIXe siècle par le géographe français
Onésime Reclus. Comme nombre d’humanistes, il croit à une ____________________ coloniale civilisatrice et
considère la langue comme le socle des empires. Oubliée, l'expression ____________________ dans les années
60, cette fois-ci sous la plume d'intellectuels des anciennes colonies ____________________ indépendantes,
qui militent pour la création d'une ____________________ francophone. Selon le Sénégalais Senghor, il
s'agissait d'édifier un Commonwealth à la française.
Mais la France est alors réticente. À un système multilatéral, elle préfère l'____________________ de relations
bilatérales avec ses anciens ____________________. La francophonie s'organise donc d'abord de façon
____________________ entre le Québec et l'Afrique, presque en ____________________ de l'Hexagone. En 1970, la
proposition des chefs d'État africains et du Cambodgien Sihanouk ____________________ finalement à la
création de l'Agence de la coopération culturelle et ____________________ et à un premier sommet à Niamey,
au Niger.
Il ____________________ attendre l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, dix ans plus tard, pour que la
francophonie institutionnelle se développe ____________________ et devienne un outil de la diplomatie
française. À partir du ____________________ des années 80, des sommets rassemblent régulièrement la
famille francophone et, en 1997, elle se dote d'une structure politique : l'Organisation internationale de
la francophonie, avec un secrétaire général ____________________ à un quasi-rang de chef d'État.
Entre temps, le ____________________ sur la francophonie a évolué. De la défense du français comme langue
universelle, l'institution est passée à la ____________________ de la diversité culturelle, au dialogue des
cultures et même aujourd'hui, à la ____________________ de l'environnement.
Personne qui vit de ses écrits. (n)
Voler, dépouiller quelqu'un de ses biens. (v)
Aller et venir, s'affairer. / Pour une population, un
groupe donné, manifester son mécontentement
politique ou social. (v)
Qui fait preuve de réticence (hésitant, réservé)
(adj)
Qui concerne plus de deux États. (Un accord
multilatéral) (adj)
Qui a ou se rapporte à deux côtés. / Qui engage les
deux partenaires ou parties. (Adj)
Espace blanc qui encadre quelque chose : un
texte, une illustration... / Intervalle en termes de
temps ou d'espace. (n)
Instrument de travail. / Tout objet permettant de
travailler. (n)
Point le plus élevé de quelque chose. / Plus haut
degré d'une hiérarchie. (Le sommet d'une
carrière.) (n)
Allouer une dot, un revenu à. (Doter un
établissement.) Enrichir, attribuer, allouer. (v)
Le regroupement de quelques personnes, voire
de plusieurs centaines ou milliers, dans un lieu
précis, de façon spontanée ou coordonnée, afin
d'y effectuer plusieurs actions possibles. (v)
Allocution, exposé oratoire devant un public.
/Propos d'une conversation. (n)

Vous aimerez peut-être aussi