Vous êtes sur la page 1sur 2

Avant de trouver les points de divergence entre le plan comptable national (PCN) et le

Référentiel international, il est souhaitable de présenter l’intérêt du CGNC au profil des


entreprises Marocaines. Le champ d'application de la Norme Générale Comptable dans
l’entreprise est très vaste puisqu'il concerne a priori la majorité des agents économiques quelle
que soit leur taille (des petites et moyennes aux plus grandes entreprises, leur secteur (public
ou privé), leur objet (agricole, industriel, commercial ...) et leur forme juridique (Etat,
établissement public, entreprise individuelle, société, association ...).
La Norme Générale Comptable est conçue de façon à servir pour l’entreprise afin de satisfaire
les deux objectifs primordiaux de la normalisation comptable sont :
• De servir de base à l’information et la gestion de l’entreprise ;
• De fournir une image aussi fidèle que possible de ce que représente l’entreprise à tous les
utilisateurs des comptes, privés ou publics.
Les principes comptables fondamentaux à la base des normes marocaines sont les mêmes que
ceux des normes internationales à l’exception du principe de la prééminence de la réalité sur
l’apparence, non applicable au Maroc, et le principe d’intangibilité du bilan d’ouverture, non
applicable pour les normes internationales. En parlant des points de divergence qui
caractérisent les IFRS par rapport au CGNC, on va prendre comme référence l’entretien de
Fadoua Moutaouakil, Expert-comptable,
directrice du contrôle de gestion, consolidation, comptabilité & IFRS et ingénierie Financière
à la direction de la stratégie financière du groupe ONA, étant précurseur, au Maroc, en
matière de publication des comptes consolidés aux normes comptables et financières
IAS/IFRS.
- La directrice n’a cessé de marteler que la transition vers les normes internationales n’est pas
à prendre à la légère. Elle préconise même de s’y prendre deux années à l’avance pour
produire des comptes consolidés en IFRS, à partir de la date du choix du cabinet conseil.
- Cependant, il est important de signaler que les normes internationales ne s’appliquent
qu’aux comptes consolidés, les comptes sociaux, quant à eux, sont toujours élaborés selon les
principes comptables marocains.
- De ce fait, les IFRS constituent une opportunité pour l’entreprise de communiquer une
information financière de grande qualité représentant au mieux sa réalité économique. Cette
évolution de qualité se voit notamment dans l’évolution des notes annexes des comptes
consolidés qui sont beaucoup plus détailles en IFRS qu’elles ne l’étaient auparavant dans le
CGNC.
- Les IFRS constituent un langage financier international ; il est indispensable d’avoir un
langage commun avec les partenaires et investisseurs étrangers .De plus, c’est un gage de la
qualité de l’information fournie.
- LES normes internationales IAS/IFRS consacrent la notion de juste valeur et privilégient la
prééminence de la réalité économique sur l’apparence juridique, contrairement au référentiel
comptable marocain qui est plus basé sur une approche patrimoniale et juridique.