Vous êtes sur la page 1sur 1

Conclusion générale

Conclusion générale

Le procédé de reforming catalytique est difficile à exploiter car il dépend de plusieurs paramètres
qui ne sont pas faciles à maitriser.

Malgré le maintien de ces paramètres au niveau recherché, la formation du coke sur la


surface du catalyseur est inévitable, ce qui diminue l’activité de ce dernier et ralentit la cinétique
des réactions au niveau de chaque réacteur. Une augmentation remarquable des pertes de charge
dans les quatre réacteurs, va créer des chemins préférentiels de la charge au sein du lit
catalytique, donc la création des zones mortes, et cela va influer directement sur le rendement.
En plus, la dégradation du catalyseur sous l’effet mécanique d’encombrement et de frittage va
nécessiter un tamisage fréquent de la charge catalytique afin d’éviter l’augmentation des pertes
de charge. Cette haute pression a un effet négatif sur le rendement soit en défavorisant les
réactions d’aromatisation, ou par augmenter le taux de craquage au niveau des réacteurs.
Le point final ASTM de la charge élevé (>150 °C) explique la surproduction des
aromatiques lourds qui abaissent le rendement désiré en BTX.
La perte d’activité progressive est compensée par une élévation de la température des
réacteurs pour garder l’indice d’octane du reformat, qui accélère la vitesse du cokage.
Le calcul des performances du catalyseur UOP R86 permet de prouver la fiabilité du
protocole UOP et ces résultats sont conformes avec les conditions de marche de l’unité.
On a trouvé que notre catalyseur a perdu 14.36 °C d’activité par rapport à celle d’un
catalyseur frais.
D’après la méthode UOP on a une perte de sélectivité du catalyseur, cela est confirmé par
la perte du rendement en aromatiques C5+ et cela est dû à la faible réformabilité de la charge
et la pression élevée au niveau des réacteurs.
Le catalyseur UOP (R-86) ne pourra donc jamais assurer l’indice d’octane prévu par le
design dans les conditions actuelles d'exploitation, à cause de l’augmentation remarquable des
pertes de charge dans les quatre réacteurs et la diminution des performances du catalyseur qui
ont une influence négative sur les réactions d’aromatisation, l’unité a eu une perte importante
en prix de revenu des BTX, ce qui exige une intervention pour améliorer ces performances.
Le vieillissement du catalyseur au cours d’un cycle est dû essentiellement à une perte
d’acidité par cokage de la surface acide de l’alumine, une dégradation de la fonction métallique
par cokage et surtout par frittage.

78