Vous êtes sur la page 1sur 31

EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

PLAN DE L’EXPOSÉ
LEXIQUE ............................................................................................................................................. 3
INTRODUCTION .............................................................................................................................. 5
I. GENERALITES SUR LES ESSAIS THERMIQUES ................................................................................. 6
1) Définition .................................................................................................................................... 6
2) Les différentes méthodes d’analyse .......................................................................................... 6
3) Paramètres d’une analyse thermique........................................................................................ 7
4) Transformations observées pendant une analyse thermique .................................................. 7
5) Domaines d’application de l’analyse thermique ...................................................................... 8
II. CALORIMÉTRIE DIFFÉRENTIELLE A BALAYAGE ............................................................................... 8
1. Définition .................................................................................................................................... 8
2. Principe de fonctionnement ....................................................................................................... 9
3. Réalisation d’une mesure ......................................................................................................... 10
4. Méthodes de mesure ................................................................................................................ 10
a) Méthode par compensation ................................................................................................. 11
b) Méthode des flux de chaleur ................................................................................................ 11
5. Etude et interprétation de courbe DSC .................................................................................... 11
a) Transition thermique d’un polymère ................................................................................... 11
b) La transition vitreuse ............................................................................................................ 13
c) La cristallisation .................................................................................................................... 13
d) La fusion ................................................................................................................................ 14
6. Applications .............................................................................................................................. 15
7. Avantages de la DSC ................................................................................................................. 16
III. ANALYSE THERMOGRAVIMÉTRIQUE ....................................................................................... 16
1. Définition .................................................................................................................................. 16
2. Composition d’un appareil d’ATG ............................................................................................ 17
3. Principe de fonctionnement ..................................................................................................... 19
4. Module de pesé ........................................................................................................................ 21
5. Déroulement de la mesure ....................................................................................................... 22
6. Application ................................................................................................................................ 23
7. Limite de l’ATG .......................................................................................................................... 23
8. Etudes et interprétation des courbes ATG............................................................................... 23
a) Interprétation des formes de courbe ................................................................................... 23
b) Stabilité thermique des matériaux....................................................................................... 24

Page 1 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

c) Mécanisme de décomposition du sulfate de cuivre hydraté ............................................... 25


9. Couplage ATG et DSC ................................................................................................................ 26
IV. ANALYSE THERMOMÉCANIQUE ............................................................................................... 26
1. Définition .................................................................................................................................. 26
2. Description succincte d’un appareil ATM ................................................................................ 27
3. Principe de fonctionnement ..................................................................................................... 27
4. Modes de mesure ..................................................................................................................... 28
5. Couplage ADM/ATM ................................................................................................................ 29
6. Applications .............................................................................................................................. 29
CONCLUSION ................................................................................................................................. 30
REFERENCES ................................................................................................................................. 31

Page 2 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

LEXIQUE
Transition vitreuse : phénomène réversible de transition entre la forme dure et relativement
cassante et la forme « fondue » ou caoutchouteuse d’un matériau amorphe (ou d’un matériau
semi cristallin avec des régions amorphes).
Enthalpie : fonction qui, correspond à l’énergie totale d’un système thermodynamique.
Fusion : passage d’un corps de l’état solide à l’état liquide.
Cristallisation : passage d’un état désordonné liquide (composé fondu, dissous dans un
solvant), gazeux ou solide (verre) à un état ordonné solide, contrôlé par des lois cinétiques
complexes.
Evaporation : passage progressif de l’état liquide à l’état gazeux.
Sublimation : passage direct d’un corps de l’état solide à l’état gazeux sans passer par
l’état liquide.
Réaction chimique : transformation de la matière au cours de laquelle les espèces chimiques
sont modifiées.
Décomposition chimique : division d’un composé chimique en d’autres composés chimiques
plus simples y compris des éléments chimiques.
Corrosion : désigne l’altération d’un matériau par réaction chimique avec un
oxydant (le dioxygène et le cation H en majorité).
Adsorption : phénomène de surface par lequel des atomes ou des molécules de
gaz ou de liquide (adsorbats) se fixent sur une surface solide (adsorbant) selon divers
processus plus ou moins intenses grâce aux interactions de Van Der Waal.
Désorption : transformation par laquelle les molécules absorbées se détachent du substrat.
Réaction catalytique : réaction chimique dont le déroulement implique la présence
d’un catalyseur.
Pyrolyse : décomposition d’un composé organique par la chaleur pour obtenir d’autres
produits (gaz et matière) qu’il ne contenait pas.
Dilatation thermique : expansion à pression constante du volume d’un corps occasionné par
son réchauffement, généralement imperceptible.
Viscosité : résistance à l’écoulement uniforme et sans turbulence se produisant dans la masse
d’une matière.
Raideur : caractéristique qui indique la résistance à la déformation élastique d’un corps.
Processus endothermique : tout processus physique accompagné d’une absorption de
chaleur.
Processus exothermique : tout processus physique accompagné d’un dégagement de chaleur.
Page 3 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

Pureté : propriété d’un objet ou d’une substance chimique de ne pas contenir de corps ou
d’éléments étrangers.
Réticulation : correspond à la formation d’un ou des plusieurs réseaux tridimensionnels, par
voie chimique ou physique.
Thermostat : système permettant de maintenir un appareil à une température relativement
stable.
Convection : mode de transfert qui implique un déplacement de matière dans le milieu, par
opposition à la conduction thermique ou à la diffusion de la matière.
Effet inductif ou électrostatique : consiste en la propagation d’une polarisation électronique au
fil des liaisons chimiques, due à la différentielle des différences d’électronégativité des
différents éléments lies entre eux.
Volatilité : mesure de la capacité d’une substance à se vaporiser.
Capteur LVDT : (Linear Variable Differential Transformer) : est un capteur électrique passif
(inductif) de déplacements linéaires.
Sondes de température: dispositifs permettant de transformer l’effet du réchauffement ou du
refroidissement sur leurs composants en signal électrique.
Frittage : processus faisant évoluer par traitement thermique un système constitué de
particules individuelles, en l’absence de pression externe de sorte qu’au moins certaines des
propriétés du système soient modifiées dans le sens d’une réduction de l’énergie libre globale
du système.
Polymérisation : désigne la réaction chimique ou le procédé par lesquels des petites molécules
(par exemple des hydrocarbures de 2 à 10 atomes de carbone) réagissent entre elles pour
former des molécules de masses molaires plus élevées.
La cinétique chimique : est l'étude de la vitesse des réactions chimiques.
PVC : PolyVinylChloryde, est un composé organique très utilisé en industrie.
PTFE (polytétrafluoroéthylène) : matériau tendre, déformable, semi-cristallin, opaque, blanc
et alimentaire.
PMMA (polymethylMethacrylate) : c’est un thermoplastique transparent dont le monomère
est le méthacrylate de méthyle(MAM).
HDPE (En français, Polyéthylène Haute Densité) : c’est un matériau très utilisé pour produire
des caisses en plastique hautement résistantes, des pistes de glisse pour patinoire, des
emballages de produits détergents, des bouteilles de lait, des bouchons de boissons gazeuses).
Les thermobalances : généralement appelées «dessiccateurs» par les fabricants, sont des
appareils électroniques servant à mesurer l’humidité contenue dans des substances.

Page 4 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

INTRODUCTION
Depuis plusieurs années, les hommes utilisent des objets dont ils se servent pour
remédier à une difficulté ou un manquement rencontrés. Toutefois, dans l’optique de faire
plus performant, l’homme doit se lancer dans l’étude de matières naturelles et artificielles
que l’on peut façonner pour en faire des objets : les matériaux, qui sont choisi en fonction des
contraintes auxquelles ils sont exposés. C’est ainsi que s’introduit en science, la mécanique
des matériaux qui permet de décrire et modifier le matériau ; on parle de caractérisation du
matériau. Cette caractérisation se fait entre autre avec la contribution de essais (analyses)
divers, parmi lesquels les essais thermiques. Parmi ces essais, nous avons : la calorimétrie
différentielle à balayage (DSC), l’analyse thermogravimétrique (ATG), l’analyse
thermomécanique (ATM). Il sera question pour nous de définir les essais thermiques,
présenter leurs principes de fonctionnement, et interpréter quelques courbes d’analyses
thermiques.

Page 5 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

I. GENERALITES SUR LES ESSAIS THERMIQUES


1) Définition
L’essai thermique est une série de technique qui mesure l’évolution d’une grandeur
physique ou chimique d’un matériau minéral ou organique en fonction du temps, de la
température, et de l’atmosphère. D’après l’I.C.T.A.C. « International Confederation of Thermal
Analysis and Calorimetry », l’analyse thermique signifie l’analyse d’un changement de la
propriété d’un échantillon, changement lié à une variation imposée de la température.
Quand les matériaux sont soumis à une analyse thermique, ils subissent un certain
nombre de changements d’état (composition, structure, propriété, …). Les résultats de cette
analyse dépendent des conditions opératoires (vitesse de chauffage, atmosphère, pression,
…) ; des caractéristiques de l’échantillon (masse, volume, mise en forme, …).
Les méthodes d’analyse thermique ont pour but de mettre en évidence les
transformations qui affectent la structure des métaux et alliages lorsqu’on fait varier la
température. Ces méthodes d’analyse peuvent avoir lieu dans un gaz réactif comme l’air ou
dans un gaz inerte comme le diazote ou l’hélium, avec ou sans débit de gaz. Ils existent deux
principaux types de méthodes :
 Selon que la mesure de la grandeur physique considérée, s’effectue directement ou
par comparaison avec le comportement d’un échantillon de référence, ne subissant
pas de modification de la grandeur physique dans le domaine de la température
étudié, on a les méthodes qui utilisent les effets thermiques accompagnant les
transformations:
 L’analyse thermique simple
 L’analyse thermique différentielle
 selon que la mesure est effectuée en milieu isotherme, ou bien pendant
l’échauffement, ou le refroidissement de l’échantillon, on utilise les méthodes
d’analyse qui permettent de suivre les anomalies qui apparaissent dans la loi de
variation d’une propriété physique du métal au moment où se produit la
transformation :
 l’analyse thermique statique
 l’analyse thermique dynamique

2) Les différentes méthodes d’analyse


Les méthodes d’analyse sont des techniques pour lesquelles une propriété de
l’échantillon est mesurée en fonction du temps et de la température. Ces différentes
méthodes d’analyse sont :
 Calorimétrie différentielle à balayage (DSC) : c’est une différence de flux thermique ;
 Analyse thermogravimétrique (ATG) : variation de masse de l’échantillon ;
 Analyse thermomécanique (ATM) : variation de longueur ou de volume de
l’échantillon ;
 Analyse thermique différentielle (ATD) : différence de température entre l’échantillon
et la référence (inerte thermiquement) ;
Page 6 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

 Analyse Mécanique Dynamique(AMD) ;


 Analyse Thermo Dilatométrique ou Dilatométrie ;
 Analyse Thermique Diélectrique ;
 ThermoMagnétométrie ou Analyse ThermoMagnétique : caractérisé par la
susceptibilité magnétique ;
 Thermosonimétrie, Thermoacoustimétrie : ayant pour caractéristique acoustique le
son ;
 Thermoptométrie, Thermophotométrie, Thermoréfractométrie, Thermo
luminescence, Thermomicroscopie : ils ont des caractéristiques optique tel que :
lumière, lumière de longueurs d’onde spécifiques, indice de réfraction, luminescence ;
 ThermoElectrométrie : ayant des caractéristiques électriques : résistance,
conductance, capacitance ;
 Réduction en Température Programmée : il mesure la réductibilité des espèces
oxydées.
REMARQUE :

 Les résultats (courbes) d’analyse thermique sont généralement représentés en


fonction de la température, mais peuvent aussi être représentés en fonction du temps
(cas d’un test en isotherme) ou de la fréquence (cas de la DMA).
 Les techniques d’essais thermiques peuvent être utilisées seules ou couplées avec
d’autres méthodes d’analyses pour analyser le gaz produit lors du chauffage, on parle
donc de l’analyse des gaz émanent EGA de l’anglais Evolved Gaz Analysis.
3) Paramètres d’une analyse thermique
Il existe plusieurs paramètres pouvant influencer l’analyse thermique d’un matériau :
- La composition du matériau
- L’épaisseur de matière traitée
- La température de maintien
- La durée d’analyse
- Les vitesses de chauffage et/ou de refroidissement
- L’atmosphère ou le milieu de traitement
4) Transformations observées pendant une analyse thermique
Les transformations subies par la matière pendant son traitement thermique et
observées par analyse thermique peuvent être réversibles (fusion) ou irréversibles
(décomposition). Ces transformations peuvent être entre autres :

Transformation Augmentation Diminution


Calorifique Réaction endothermique Réaction exothermique
(absorption de chaleur) (dégagement de chaleur)
Gravimétrique Oxydation (gain de masse) Décomposition (perte de masse)
Volumétrique Dilatation (augmentation de Contraction (diminution de
volume) volume)

Page 7 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

5) Domaines d’application de l’analyse thermique


L’analyse thermique peut être appliquée dans plusieurs domaines :
 Polymères et résines ;
 Produits alimentaires ;
 Produits pharmaceutiques et biochimiques ;
 Produits chimiques ;
 Domaine de l’énergie ;
– Produits pétrochimiques,
– Hydrates de gaz,
– Hydrogène,
– Charbon,
– Biomasse,
– Matériaux pour le solaire ;
 Matières premières minérales ;
 Métaux et alliages ;
 Céramiques et composites ;
 Matériaux pour le nucléaire ;…

II. CALORIMÉTRIE DIFFÉRENTIELLE A BALAYAGE

Figure 1 : Un Calorimètre Différentiel à Balayage(DSC)


1. Définition
La Calorimétrie Différentielle à Balayage (en anglais Differential Scanning Calorimetry
ou DSC) est une technique d’analyse thermique mesurant les différences échanges de chaleur
entre un échantillon à analyser et une référence (comme l’alumine ou l’air). En pratique, on
mesure la différence de flux de chaleur entre un creuset contenant l’échantillon et un creuset
de référence.
Elle permet de déterminer les transitions de phase :
 La température de transition vitreuse des polymères, des verres métalliques, les
liquides ioniques ;

Page 8 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

 La température de fusion et de cristallisation ;


 Les enthalpies de réaction pour connaître la température de réticulation de certains
polymères.
Les analyses sont réalisées sous balayage d’un gaz inerte (l’argon ou l’azote par exemple)
pour éviter toute réaction du matériau à étudier avec l’atmosphère du four.

2. Principe de fonctionnement
La calorimétrie au cœur d’un système de DSC est constituée de deux cellules : une
cellule de référence et une cellule de mesure contenant l’échantillon. Le principe de
fonctionnement de la DSC est assez simple : il consiste à mesurer la quantité d’énergie requise
pour chauffer un échantillon en fonction de la température, par rapport à une référence. On
parle également de mesure d’enthalpie (ou flux de chaleur) en fonction de la température.
L’appareil ajuste donc la quantité d’énergie transmise à l’échantillon afin que sa température
demeure semblable à celle de la référence. Ce flux est la compensation des effets thermiques
des phénomènes sur l’échantillon étudié. Une analyse DSC se fait normalement en présence
d’un gaz inerte (azote ou argon) pour éviter une réaction de l’échantillon avec l’air de la
chambre. Le dispositif est conçu pour maintenir les deux cellules à la même température
pendant qu’elles sont chauffées.

Figure 2 : schéma d’un calorimètre différentiel


 Résultat typique d’une DSC
On présente habituellement le résultat d’une DSC sous la forme d’un graphique
montrant le flux de chaleur en fonction de la température (ou du temps), comme à la (figure
3). Comme l’échantillon subit des changements de phase à mesure qu’on le chauffe, la
quantité de chaleur nécessaire pour maintenir la température de l’échantillon égale à celle de
la référence variera en fonction de la température. On distingue deux types de changements
de phase : les processus exothermiques (où l’échantillon libère de la chaleur) et les processus
endothermiques (où l’échantillon absorbe de la chaleur).
Lors d’un processus exothermique comme la cristallisation, moins de chaleur est
nécessaire pour accroître la température de l’échantillon car ce dernier libère de la chaleur.
Page 9 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

Lors d’un processus endothermique, un échantillon subissant une transition comme le


passage de la phase solide à la phase liquide (fusion), aura besoin de plus de chaleur pour
maintenir la même température que la référence, car il absorbe de l’énergie. En mesurant la
différence de flux entre l’échantillon et la référence, un Calorimètre Différentielle à Balayage
peut mesurer la quantité de chaleur absorbée ou libérée au cours d’une transition. Cette
technique est aussi utilisée pour des changements de gaz plus subtils, comme les transitions
vitreuses.
A la lumière des explications précédentes, on comprend bien qu’un processus
exothermique comme la cristallisation soit associé à une bosse vers le haut dans une courbe
DSC (figure 3), alors qu’un processus endothermique comme la fusion se présente comme un
creux (figure 3), soit une baisse de flux de chaleur. Enfin, il importe de préciser que ce ne sont
pas tous les échantillons qui subissent les transitions de phase montrées ici.

Figure 3 : caractéristiques typiques d’une courbe DSC


 Paramètres d’opérations typiques d’une analyse DSC
o Résultat : flux thermique en fonction de la température ;
o Masse de l’échantillon : 2 à 3mg ou plus ;
o Gamme de température : -180°C à 500°C ;
o Taux de refroidissement : 10°C/min à 80°C/min ;
o Taux de chauffage : 10°C/min à 20°C/min.

3. Réalisation d’une mesure


Pour réaliser une mesure de DSC, la cellule de référence est tout d’abord remplie d’un
tampon et la cellule de mesure est remplie de la solution échantillon. Ces cellules sont ensuite
chauffées à vitesse constante. L’absorption de chaleur qui accompagne la dénaturation d’une
protéine provoque un écart de température (∆𝑇) entre les cellules, qui conduit à un gradient
thermique dans les unités Peltier. Ceci définit une tension, qui est convertie en puissance,
laquelle est utilisé pour contrôler l’unité Peltier afin que celle-ci ramène le ∆𝑇 (le différentiel
de température) à 0°C. Une autre possibilité consiste à laisser les cellules atteindre un
équilibre passif de conduction.
4. Méthodes de mesure
Selon le paramètre constant, on distingue deux méthodes de mesure d’une DSC :

Page 10 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

 Par compensation de puissance (power-compensated DSC) : maintien l’alimentation


constante ;
 Par flux de chaleur (heat-flux DSC) : maintien le flux de chaleur constant.
a) Méthode par compensation
Dans cette méthode initialement inventée par Perkin Elmer, l’échantillon et la
référence sont placés dans deux fours différents mais dans la même enceinte calorifique. La
variation de température entre les deux fours se fait simultanément par la même quantité de
calories. La température est maintenue toujours égale dans les deux fours et varie de manière
linéaire.
Les différences d’énergies absorbées ou dégagées par l’échantillon et la référence sont
mesurées. Lorsqu’une transition se produit, selon qu’elle soit endothermique ou
exothermique, l’échantillon va absorber ou dégager de l’énergie. Un générateur de puissance
fournit plus ou moins d’énergie qu’a la référence. C’est cette variation d’énergie qui est
enregistré en fonction de la température ou du temps.
b) Méthode des flux de chaleur
Méthode mise au point par Du Pont de Nermours-Mettler, ici l’échantillon et la
référence sont placés dans un même four. Une sonde de platine permet de contrôler et
d’enregistrer l’évolution de la température de l’appareil, le signal température est ensuite
converti en puissance calorifique.
Cette technique mesure les différents flux de chaleur entre l’échantillon et la
référence pendant un cycle de température. La température de chauffe fournit par une
résistance électrique varie linéairement.
5. Etude et interprétation de courbe DSC
a) Transition thermique d’un polymère
La mesure DSC est une technique que nous employons pour étudier le comportement
des polymères lorsqu’ils sont chauffés. Nous l’utiliseront pour étudier ce que nous appelons
les transitions thermique d’un polymère. Une transition thermique est le changement qui a
lieu dans un polymère quand on élève sa température. Alors, pour étudier ce qui arrive à un
polymère quand nous le chauffons, la première étape consiste évidemment à le chauffer. Et
c’est ce que nous allons faire dans cette DSC.
Nous chauffons notre polymère dans un dispositif qui ressemble un peu à cela :

Figure 4 : schéma DSC d’un polymère


Page 11 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

C’est aussi simple que cela : il y’a deux casseroles. Dans une casserole (casserole
échantillon), on met l’échantillon de polymère ; dans l’autre (casserole référence), on la laisse
vide. Chaque casserole est positionnée au-dessus d’un dispositif de chauffage. Alors on dit à
notre ordinateur d’allumer les appareils de chauffage. Donc, l’ordinateur allume les appareils
de chauffage et leur donne de chauffer les deux casseroles selon une vitesse de chauffe
constante, environ 10°C/min. Notre ordinateur s’assure que la vitesse de montée en
température reste exactement la même tout au long de l’expérience. Mais ce qui est le plus
important, c’est qu’il assure que pour les deux casseroles séparées, avec les deux appareils de
chauffage séparés, la vitesse de montée en température soit strictement constante.
Pourquoi les deux casseroles ne chaufferaient pas à la même vitesse ? La raison est
que les deux casseroles sont différentes. L’une contient un polymère et l’autre pas.
L’échantillon de polymère signifie qu’il y’a un excédent de matière dans le creuset de mesure
(casserole échantillon). La présence de ce polymère aura pour conséquence de prendre plus
de chaleur pour suivre la même montée en température que la casserole référence (laquelle
est vide). Donc, l’appareil de chauffage au-dessous de la casserole échantillon doit travailler
plus durement que l’appareil de chauffage au-dessous de la casserole référence. Il doit fournir
plus de chaleur. C’est en quantifiant précisément cette quantité de chaleur supplémentaire,
que nous effectuons les mesures dans une expérience DSC. Plus précisément, nous faisons
ceci : nous relevons les variations des quantités de chaleur lors de la montée en température.
Celle-ci est représentée sur l’axe abscisses. Sur l’axe des ordonnées, nous traçons la différence
de flux de chaleur fournie par les deux appareils de chauffage pour une température donnée.
Nous pouvons apprendre beaucoup de cette analyse. Imaginons que nous chauffons un
polymère. Quand nous commençons à chauffer nos deux casseroles, l’ordinateur tracera la
différence de production de chaleur des deux appareils de chauffage. Cela signifie que nous
traçons la chaleur absorbée par l’échantillon de polymère. Le résultat ressemble à quelque
chose comme cela au début.

Figure 5 : courbe DSC du polymère au début du chauffage


La capacité de chauffe fournie est quantifiée par unité de chaleur (q) par rapport à
l’unité de temps (t). La vitesse de chauffe correspond à l’augmentation de température (T) par
unité de temps (t).
𝑐ℎ𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑞
= = 𝐹𝑙𝑢𝑥 𝑑𝑒 𝑐ℎ𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟
𝑡𝑒𝑚𝑝𝑠 𝑡
Lorsqu’on met une certaine quantité de chaleur dans quelque chose, sa température
augmente d’une certaine quantité, et c’est cette quantité qu’il prend pour atteindre une

Page 12 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

certaine augmentation de température qui est appelée capacité calorique ou 𝐶𝑝 . La capacité


𝑞 𝑇
calorique 𝐶𝑝 s’obtient en divisant la capacité de chauffe 𝑡 par la vitesse de chauffe 𝑡 , d’où le
rapport capacité de chauffe sur vitesse de chauffe.
𝑞
𝑡 = 𝑞 = 𝐶 = 𝑐𝑎𝑝𝑎𝑐𝑖𝑡é 𝑑𝑒 𝑐ℎ𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟
∆𝑇 ∆𝑇 𝑝

𝑡
b) La transition vitreuse d’un polymère
L’analyse par DSC d’un polymère n’est pas seulement utilisée pour étudier la transition
thermique d’un polymère, on l’applique aussi à la transition vitreuse. Lorsqu’on chauffe
encore plus le polymère, après une certaine température, la courbe de flux de chaleur en
fonction de la température change d’allure brusquement (voir figure 6).

Figure 6 : courbe DSC lorsqu’on chauffe encore plus le polymère


Cette courbe signifie qu’on a besoin de plus de chaleur, que la capacité calorique de
notre polymère augmente. Autrement dit, le polymère vient de traverser la phase de
transition vitreuse. Etant donné qu’au-dessus de la température de transition vitreuse les
polymères ont une capacité calorique élevée, et que cette température de transition vitreuse
est caractérisé par le changement de capacité calorique, on peut déduire que la meilleure
méthode d’analyse pour mesurer la température de transition vitreuse d’un polymère (Tg) est
la DSC. Lorsqu’on observe la courbe, on remarque que le changement n’apparaît pas de
manière soudaine, mais a lieu sur une plage de température. Tg est relevée au milieu de la
pente de la courbe (voir figure 6).
c) La cristallisation d’un polymère
Lorsqu’on chauffe encore plus un polymère, on obtient la courbe de transition
vitreuse. Mais au-dessus de la transition vitreuse, les polymères ont beaucoup de mobilité.
Les macromolécules agitées et tordues ne gardent jamais la même position pour longtemps.
Lorsque le polymère atteint une certaine température, les macromolécules ont assez
d’énergie pour s’agencer dans des dispositions très ordonnées que nous appelons lamelles,
qui donneront naissance au sphérolites. Lorsque les polymères sont organisés dans cette
configuration de lamelles, ils dégagent de la chaleur. Lorsque cette chaleur est évacuée, cela
diminue le travail de l’appareil de chauffage placé sous la casserole échantillon, car il n’aura

Page 13 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

plus besoin de fournir beaucoup de chaleur pour maintenir la montée en température de la


casserole échantillon. On peut observer la chute de la chaleur fournie sur la figure suivante.

Figure 7 : courbe DSC lorsque le polymère a beaucoup de mobilité


La température au point le plus haut de la courbe est considéré comme la température
de cristallisation du polymère (Tc). La mesure de la surface de la montagne de la courbe
représente l’énergie latente de cristallisation du polymère. Cette courbe nous permet de
savoir que le polymère peut cristalliser. L’analyse d’un polymère 100% amorphe ne permettra
pas d’obtenir cette courbe, parce que les matières amorphes ne cristallisent pas. Comme la
cristallisation se caractérise par un dégagement de chaleur, on peut aussi l’appeler transition
exothermique.

d) La fusion d’un polymère


La chaleur peut permettre aux endroits organisés (lamelles, sphérolites) de se former
dans un polymère, mais trop de chaleur peut aussi les détruire. Si on continue de chauffer le
polymère au-dessus de Tc, on va atteindre une transition thermique appelée fusion. A la
température de fusion du polymère (Tf), les zones organisées commencent à se disperser, les
macromolécules sortent de leurs dispositions ordonnées et bougent librement. La fusion est
une transition du premier ordre. Cela signifie que lorsqu’on atteint la température de fusion,
la température du polymère ne monte pas avant que toutes les zones organisées n’aient
fondues. Pour que les endroits organisés fondent, elles doivent absorber une quantité de
chaleur. Dans ce cas l’appareil de chauffage doit fournir beaucoup de chaleur au polymère
pour : fondre les zones organisées et maintenir l’élévation continue de température au même
taux que celle de la casserole référence. Cet apport de chaleur supplémentaire, nécessaire à
la fusion correspond au creux sur la figure suivante.

Page 14 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

Figure 8 : courbe DSC du polymère lorsqu’il y’a trop de chaleur


La mesure de l’aire du creux de la courbe représente la chaleur latente de fusion, et la
température au fond du creux représente la température de fusion du polymère (Tf). Comme
il faut un apport d’énergie au polymère pour obtenir sa fusion, on peut parler ici d’une
transition endothermique.
6. Applications
Voici les applications de la calorimétrie différentielle à balayage :

 Dans le domaine industriel : La DSC est très populaire pour le contrôle de qualité, car
une mesure précise des transitions thermiques donne une bonne indication de la
pureté du produit. En effet, comme les transitions thermiques sont caractéristiques
pour chaque composé, elles varient selon la composition. La Transition thermique
permet aussi d’identifier un produit, si la liste de candidats potentiels est connue et
relativement limitée ;
 Dans le domaine des polymères : en plus de permettre de vérifier la pureté d’un
polymère, la DSC sert également à mesurer son degré de cristallinité. Cette propriété
est importante car la cristallinité affecte directement plusieurs caractéristiques
physiques comme la perméabilité, la densité ou la température de fusion. De plus, la
DSC peut donner des indications sur la dégradation d’un polymère, qui se traduit
habituellement par une baisse du point de fusion ;
 Dans le domaine pharmaceutique : Les compagnies pharmaceutiques utilisent la DSC
de façon très régulière pour la formulation de nouvelles molécules, pour l’étude
d’anticorps, pour le développement de procédés, pour vérifier la stabilité d’une
protéine, etc. Par exemple, si l’on souhaite commercialiser un médicament dans sa
forme amorphe, il est souhaitable que tout le procédé de fabrication ait lieu à une
température inférieure à la température de cristallisation, cette dernière pouvant être
mesurée par DSC ;
 Dans le domaine des matériaux inorganique : Bien que moins connue dans ce secteur,
la DSC peut aussi être très utile pour étudier des alliages, les cristaux liquides et les
composés chimiques inorganiques. Par exemple, la DSC peut servir à analyser la
formation d’intermétalliques dans des alliages ou à caractériser les transitions
mécaniques dans les métaux à mémoire de forme. Évidemment, la DSC peut aussi
servir à la caractérisation de composés chimiques inorganiques comme les sulfates,
carbonates, chlorures etc. ;
Page 15 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

 Dénaturation ;
 Gélification, gélatinisation ;
 Dégradation ; pyrolyse ; décomposition ; déshydratation ;
 Oxydation ; réduction ; combustion ;
 Réaction ; polymérisation ; adsorption ; désorption.

7. Avantage de la DSC
La mesure par DSC existe depuis plusieurs d’années. Donc, beaucoup de
documentations sont disponible pour élaborer des tests et interpréter les résultats. Elle est
donc parfaite pour mener des tests de routine ou pour diagnostiquer des problèmes
industriels rapidement. L'analyse calorimétrique différentielle (DSC) présente les avantages
suivants :

 Elle est relativement rapide et peu couteuse ;


 Elle demande une très petite quantité d’échantillon ;
 La calorimétrie offre un domaine de température de travail très large ;
 La simplicité du matériel.

III. ANALYSE THERMOGRAVIMÉTRIQUE

Figure 9 : analyseur thermogravimétrique


1. Définition
L’analyse thermoGravimétrique (ATG), en anglais ThermoGravimetric Analysis (TGA) :
est une technique d’analyse thermique qui consiste à mesurer la variation de masse d’un
échantillon en fonction du temps. Il existe trois modes de mesure :
- Mode isotherme : la mesure se fait à température constante ;
- Mode quasi-isotherme : l’échantillon est chauffé seulement quand sa masse ne varie
pas. Lorsque la masse change, la température est maintenue constante ;

Page 16 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

- Mode dynamique (plus utilisé) : l’échantillon est chauffé dans un environnement


contrôlé (sous vide, gaz neutre, etc.). la montée en température est réglée de sorte à
chauffer l’échantillon progressivement, de préférence d’une manière linéaire.
Une telle analyse suppose une bonne précision pour les trois mesures : masse,
température et variation de température. Comme les courbes de variations sont souvent
similaires, il faut souvent réaliser les traitements de ces courbes afin de pouvoir les
interpréter. La dérivée de ces courbes montre à quel point ces variations sont les plus
importantes.
L’ATG est souvent employée dans la recherche et les essais pour déterminer les
caractérisations des matériaux tels que les polymères, pour estimer la cinétique d’oxydation
en corrosion à haute température, pour déterminer les températures de dégradation,
l’humidité absorbée par le matériau, la quantité en composé organiques ou inorganiques d’un
matériau, le point de décomposition d’un explosif et des résidus de solvants.
2. Composition d’un appareil d’ATG
Un appareil se compose typiquement :
 Une enceinte étanche permettant de maitriser l’atmosphère de l’échantillon ;
 Un four permettant de gérer la température ;
 Une balance (module de pesé) : module de pesé, normalement sous atmosphère
inerte (diazote ou argon) ; ce gaz constitue un couvercle empêchant le gaz réactif de
pénétrer dans l’enceinte du module de pesé, et le gaz doit être moins dense que le
gaz réactif. Les balances thermogravimétriques sont de plusieurs types :
 Un thermocouple pour mesurer la température ;
 Un ordinateur permettant de piloter l’ensemble et d’enregistrer les données ;
 Un système de refroidissement, habituellement à circulation d’eau, afin de limiter les
parties chaudes.
Selon les modèles, l’appareil peut être plus ou moins automatisé : commandes des
pompes à vides et ouvertures et fermetures des gaz manuelles, ou bien commandes
automatisées avec électrovannes. Pour accrocher l’échantillon, on utilise typiquement l’une
des solutions suivantes :
 On l’entoure d’un fil de platine ;
 On le perce d’un trou, et on l’accroche à un fil de platine (technique de l’hameçon) ;
 On le place dans une nacelle, de fil de platine tressé (facilite de gaz) ou d’alumine (plus
inerte à la haute température), la nacelle étant accrochée à la suspente.
A la place de la suspente, on peut utiliser une canne ATD : il s’agit d’un module
d’analyse thermodifférentielle de petite taille. La canne ATD permet de relever la chaleur de
la réaction, et la balance mesure la variation de masse. On a alors un appareil mixte ATG-ATD.
Si l’atmosphère réactive utilisée est corrosive, on peut ajouter une sur-enceinte,
généralement en silice, afin de réduire encore le risque de reflux réactive dans le module de
pesée.

Page 17 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

Les matériaux utilisés pour la suspente et l’accrochage de l’échantillon peuvent aussi


avoir une influence :

 Le platine s’oxyde au-dessus de 600°C, pour former un oxyde volatil (𝑃𝑡𝑂2 ), il y


a donc perte de masse de l’appareillage ;
 L’alumine est poreuse et peut dégazer.

Figure 10 : Représentation schématique d’une ATG avec circuit de refroidissent

Figure 11 : Représentation schématique d’une ATG sans circuit de refroidissent

Page 18 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

3. Principe de fonctionnement
La thermogravimétrie est le fait de quatre acteurs :
> l’échantillon
> la masse
> le temps
> l’environnement
La technique de la thermogravimétrie repose sur les variations de masse d’un matériau
soumis soit à une loi de chauffe définie par des paliers de températures en fonction du temps
(mode isotherme) soit à une loi déterminée par élévation constante de la vitesse de chauffe.
Le dispositif constitué d’une balance et d’un système de chauffage mesure les gains de
masse (adsorption, carbonatation, oxydation, …) ou pertes de masse (déshydratation,
décomposition, désorption, réduction, évaporation, sublimation, …) enregistrées. La
thermogravimétrie permet, ainsi, d’obtenir une quantification de la perte d’éléments
constituant les matériaux (polymères, huiles, plastifiants…) et de surveiller leurs stabilités
thermiques.

Figure 12 : courbe de gain et de perte de masse


 Paramètres opératoires
- Profil de température imposée : vitesse de chauffe 𝛽
> β = 0 : expérience isotherme (jusqu’à 1000 – 1200°C)
> 𝛽 = 𝑐𝑡𝑒 : expérience dynamique (de 1°C/min à 50°C/min)
- Nature de l’atmosphère : neutre, oxydante ou réductrice
- Débit du gaz
- Masse échantillon : comprise entre 10 mg et 1 g suivant l’appareil utilisé et le
matériau analysé
- Plage de température d’essai : 100°C à 950°C
- Porte échantillon
- Durée d’une expérience

Page 19 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

 Effets cinétique observé lors du chauffage

Figure 13 : effet cinétique lors du chauffage


 Le résultat de l’analyse peut varier selon le type du four (géométrie, matériaux, …) et
les conditions d’analyse (masse de l’échantillon, taille des particules, vitesse de
chauffage, …).
Exemple : 10 mg de PTFE chauffé sous 𝑁2 à 2.5, 5, 10, et 20°C/min

Figure 14 : courbe de PTFE pour chaque vitesse de chauffage

Page 20 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

 Source d’erreur
- On observe souvent une dérive de la masse (normalement une prise de masse)
avec la température. Cet effet est du à plusieurs facteurs :
o La densité des gaz diminue quand la température augmente :
> Air : 25°C 1.29 mg/ml
> 225°C 0.62 mg/ml
> 425°C 0.41 mg/ml
o Effet de convection / turbulence (débit de gaz)
o Chauffage de la balance (normalement isolée)
- Autres effets (vibrations, champs magnétiques, etc.)
 Etalonnage
- de la masse : par pesée de masse connue
- de la température : calibration avec des matériaux connus
o matériaux magnétiques
> Point de curie : température de perte des propriétés magnétiques :
variation apparente de masse (si champs magnétique présent); ex: Tcurie
(Fer) = 770°C
o Corps purs
> Point de fusion : variation apparente de masse (déséquilibre, voir figure
15)

Figure 15 : courbe du point de fusion


4. Module de pesé
Une des manières d’enregistrer la variation de masse consiste à maintenir le fléau de
la balance en position horizontale (figure 16), et à mesurer la force nécessaire (donc la
différence de poids entre l’ensemble suspente-échantillon et le contrepoids) pour maintenir
cette position. Pour cela on utilise des électroaimants : on enregistre le courant nécessaire
pour maintenir l’équilibre. L’échantillon est maintenu à un niveau constant dans le four
pendant toute la durée de l’expérience.
Pour déterminer une rupture d’équilibre, on peut utiliser un système optique : on fixe
une plaque percée sur le fléau, on place une lampe d’un côté et deux capteurs
photoélectriques de l’autre. Si le fléau penche d’un côté, la lumière qui passe dans le trou
excite le détecteur, et le régulateur augmente donc l’intensité de courant afin que le détecteur
ne soit plus éclairer.

Page 21 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

Les anciens appareils utilisent un fléau avec un ressort de rappel, la variation de masse
étant proportionnelle à la rotation du fléau. Le fléau peut être relié à un stylet effectuant un
tracé sur un papier déroulant.
Dans certains systèmes, le fléau est couplé avec un miroir qui tourne avec lui ; ce miroir
dévie un faisceau lumineux qui vient impressionner une pellicule photographique qui défile
(figure 17), le tout dans une chambre noire. En révélant la pellicule, on a ainsi un tracé. La
position de l’échantillon varie en cours d’expérience en fonction des changements de masse.

Figure 16 : balance dites de zéro

Figure 17 : balance à déviation de fléau


5. Déroulement de la mesure
On distingue deux types de mesure :
 Les mesures à température constante : l’intérêt ici, c’est que l’on maitrise le
paramètre température. Dans ce cas, la première partie est la montée jusqu’à la
température de travail ; elle s’effectue habituellement sous vide ou sous atmosphère
inerte (diazote, argon) et n’est pas enregistrée. Puis on introduit le gaz réactif (si l’on
chauffe sous atmosphère inerte, il faut faire le vide avant d’introduire le gaz) ; la
mesure démarre. Elle est arrêtée au bout d’un temps déterminer.
 Les cycles en température : ils permettent de simuler les démarrages et arrêts des
dispositifs (réacteurs, fours, moteurs). On peut également fait varier de manière
cyclique la composition de l’atmosphère.
Après la mesure, on peut effectuer une analyse chimique de l’échantillon, par exemple par
la diffraction de rayons X, afin de déterminer les phases formées, et observer l’échantillon au
microscope optique ou microscope électronique à balayage pour déterminer son état de

Page 22 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

surface. On peut aussi polir la tranche (effectuer une coupe) pour observer la couche d’oxyde
dans son épaisseur ; en raison de sa fragilité, il peut être nécessaire d’enrober l’échantillon.
6. Application
L’analyse thermogravimétrique trouve des applications dans des domaines très variés.
On fait souvent appel à cette technique d’analyse pour :
 Déterminer la stabilité thermique d’un composé ;
 Connaitre l’hydratation des composés ;
 Isoler les phases intermédiaires qui prennent naissance pendant le traitement
thermique ;
 Déceler d’éventuelles impuretés ;
 Suivre une oxydation ou une réduction ;
 Réaction dans différentes atmosphères (hydrogène, CO, …) ;
 Déshydratation des matières premières et des produits inorganiques et organiques;
 Décomposition thermique des matériaux organiques et inorganiques (polymères,
métaux, etc.) ;
 Corrosion des métaux dans différentes atmosphères ;
 Détermination des températures et des vitesses de sublimation ou d’évaporation ;
 Pyrolyse ;
 Mesures de désorption, absorption et adsorption ;
 Déterminer la quantité de charge d’un matériau en pourcentage de poids ;
 Déterminer la quantité de cendres d’un matériau en pourcentage de poids ;
 Caractériser la perte de poids d’un matériau vis-à-vis du temps à une température
donnée ;
 Quantifier la perte d’eau, de solvant, ou de plastifiant sur une certaine
plage de température ;
 Examiner les propriétés retardant la combustion d’un matériau.
 Calcination des matériaux ; Cinétique.

7. Limite de l’ATG
* Certaines transformations ne s’accompagnent pas d’une variation de masse : fusion,
cristallisation, transitions vitreuses….. Ces transformations ne sont pas détectées /
quantifiées par l’analyse thermogravimétrique ;
* Pas d’information sur les gaz produits ;
* Pas facile de modéliser : influence des paramètres opératoires.

8. Etudes et interprétation des courbes ATG


a) Interprétation des formes de courbe
On distingue plusieurs formes de courbe d’ATG :

Page 23 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

Figure 18 : formes de courbe d’ATG


 Courbe 1 : courbe sans perte de masse. Cette figure représente une courbe de fusion,
de polymérisation ou d‘une autre réaction qui a pu avoir lieu ; pour mieux connaître,
il faut utiliser une autre méthode d’analyse (couplage ATG-DSC par exemple).
 Courbe 2 : courbe avec perte de masse. La perte de masse est souvent caractérisée
par l’évaporation ou la déshydratation.
 Courbe 3 : courbe de décomposition en une seule étape. La limite de la stabilité en
fonction de la température peut-être définit, les paramètres cinétiques et la
stœchiométrie peuvent être déduits.
 Courbe 4 : décomposition en plusieurs étapes. Plusieurs limites de la stabilité en
fonction de la température peuvent être définit, des paramètres cinétiques complexes
et des études stœchiométriques de réaction peuvent être réalisées.
 Courbe 5 : courbe avec gain de masse. Le gain de masse est lié à la réaction de
l’échantillon avec l’atmosphère. C’est l’exemple typique de l’oxydation d’un métal
donnant un composé non volatil (qui ne s’évapore pas facilement).
 Courbe 6 : courbe avec gain et perte de masse. Cette courbe représente les réactions
donnant lieu à un gain puis une perte de masse. C’est le cas d’une réaction d’oxydation,
l’oxyde se décomposant à plus haute température.
b) Stabilité thermique des matériaux
i. Détermination de la stabilité
Des valeurs particulières de températures peuvent être repérées:
- La température à partir de laquelle une perte de masse est observée
- la température correspondant à la pente maximale ;

Page 24 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

- La partie finale de la courbe permet de déterminer si la dégradation


thermique est totale ou si elle conduit à la formation d'un résidu solide ;
- La comparaison des thermogrammes obtenus sous azote et sous air
met en évidence l'influence exercée par l'oxygène.
ii. Comparaison de la stabilité thermique
Comme nous le montre les courbes suivantes (figure 19), les matériaux thermostables se
dégradent à haute température :
* En règle générale, les vrais thermostables ont de faibles sauts de dégradation ;
* Les molécules symétriques (comme le HDPE) ont une bonne tenue en température ;
* Le PVC a plusieurs sauts car il relargue très tôt des molécules de HCl ;
* On voit aussi que les liaisons C-H sont plus faibles que les liaisons C-F, ce qui explique
la meilleure tenue en température du PTFE par rapport au HDPE.

Figure 19 : courbes des matériaux thermostables


c) Mécanisme de décomposition du sulfate de cuivre hydraté
𝑪𝒖(𝑺𝑶𝟒 ). 𝟓𝑯𝟐 𝑶
𝑀0 −𝑀𝑖+1
Numéro Composé Masse molaire 𝑀𝑖 Perte relative 𝑀0
0 𝐶𝑢𝑆𝑂4 . 5𝐻2 𝑂 249.63 0.00%
1 𝐶𝑢𝑆𝑂4 . 4𝐻2 𝑂 231.62 -7.21%
2 𝐶𝑢𝑆𝑂4 . 3𝐻2 𝑂 213.61 -14.43%
3 𝐶𝑢𝑆𝑂4 . 2𝐻2 𝑂 195.6 -21.64%
4 𝐶𝑢𝑆𝑂4 . 𝐻2 𝑂 177.59 -28.86%
5 𝐶𝑢𝑆𝑂4 159.58 -36.07%

Page 25 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

Figure 20 : courbe d’ATG du 𝐶𝑢(𝑆𝑂4 ). 5𝐻2 𝑂


9. Couplage ATG et DSC
Le couplage TG-DSC permet d’associer la variation de masse avec l’effet
thermique correspondant (endothermique ou exothermique) et de différentier
les effets thermiques sans variation de masse (fusion, transition, …).

IV. ANALYSE THERMOMÉCANIQUE

Figure 21 : schéma d’un analyseur thermomécanique


1. Définition
L’analyse thermomécanique ou ATM (en anglais : Thermomechanical analysis, TMA)
est une technique d’analyse thermique qui permet de mesurer de façon précise les
changements dimensionnels d’un échantillon en fonction de la température, du temps, et de
la force constante appliquée. L’analyse thermomécanique est utilisée pour caractériser la

Page 26 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

dilatation linéaire, les transitions vitreuses, les points de ramollissement des matériaux par
application d’une force constante sur un échantillon tout en faisant varier la température.
2. Description succincte d’un appareil ATM
Un appareil d’analyse thermomécanique est constitué de :
 Un four (de volume assez faible en général) régulé, programmé (vitesse de chauffe de
0,01°C à 100°C/min ; gamme de -150°C à +1000°C), muni d’un thermocouple placé
près de l’échantillon ;
 Un capteur de déplacement (résolution en nanomètres) approprié, de type inductif
(LVDT), pour mesurer la variation dimensionnelle de l’échantillon (domaine de
mesure de ±5𝑚𝑚 ; longueur de l’échantillon jusqu’à 20mm ;
 Un système contrôlant l’application de la force transmise (gamme de ±1 𝑁 ou plus)
par la sonde de mesure de déplacement à l’échantillon ;
 Un système de traitement du signal résultant ;
 Un système d’évaluation des données.
Il est possible de travailler sous atmosphère contrôlée (inerte ou oxydante) ou sous
vide.

Figure 21 : schéma de description d’un appareil ATM


3. Principe de fonctionnement

L’analyse thermomécanique (ATM) regroupe les méthodes de caractérisation


permettant de mesurer les variations dimensionnelles d’un échantillon sous contrainte
statique. Les variations de longueur ou de volume sont enregistrées en fonction de la
température, et la contrainte correspondante est soit élongationnelle, soit hydrostatique.

Pour des mesures de volume, l’échantillon est placé dans un liquide dont le coefficient
de dilatation est connu. L’ajustement de la pression et la détection des déplacements sont

Page 27 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

assurés par l’intermédiaire d’un piston. Pour de faibles contraintes, l’instrument permet de
mesurer le coefficient de dilatation linéaire ou volumique (dilatométrie). On peut également,
pour une configuration de porte-échantillon appropriée, mesurer les déformations en flexion
trois points, et la dureté (pénétration).

Les applications de cette technique couvrent en premier lieu la mesure du coefficient


de dilatation thermique et de sa variation en fonction de la température, ainsi que l’ensemble
des phénomènes qui induisent des variations de module : transition vitreuse, transitions de
phase. On peut l’utiliser également pour l’étude du fluage isotherme.

4. Modes de mesure
Les sondes de mesure et les supports d’échantillon sont généralement en quartz. La
géométrie de ces pièces impose un mode de mesure. Les modes de mesure possible sont les
suivants :

 Expansion (sonde utilisé sans force sur l’échantillon) pour la détermination de


coefficient de dilatation en dilatométrie ;
 Pénétration, une forte contrainte créée par une forte force appliquée par une sonde
de faible diamètre, augmente la contribution de la pénétration par rapport à
l’expansion ;
 Traction (échantillon fixé par deux petites pinces) pour l’étude de fibre sous traction ;
 Flexion trois points (montage composé d’appuis en forme de couteau)
 Expansion volumique (montage composé d’un creuset et d’une sonde à fond plat)
pour l’étude de la dilatation des poudres par exemple.
Pour les modes en pénétration et en flexion, une contrainte plus importante est
imposée à l’échantillon

Figure 22 : Modes de mesure en analyse thermomécanique

Page 28 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

Figure 23 : Sondes de mesure et accessoires pour les essais en flexion et traction


5. Couplage ADM/ATM
L’analyse thermomécanique (ATM) peut être couplée à l’analyse dynamique
mécanique (ADM) : l’analyse ADM/ATM simultanée disponible sur certains appareils de
l’ADM permet par exemple, l’étude de la transition vitreuse par les deux techniques, tout en
mesurant la dilatation thermique de l’échantillon par analyse thermomécanique.
6. Applications
Quelques applications de l’analyse thermomécanique sont :

 Mesure du coefficient de dilatation en dilatométrie ;


 Détection des transitions (transition vitreuse, ramollissement, fusion, décomposition,
…) ;
 Tenue thermomécanique ;
 Gonflement ;
 Expansion ;
 Fluage (déformation en partie irréversible d’un matériau mesurée en fonction du
temps sous charge appliquée constate) ;
 Contrôle de revêtements ;
 Température de frittage (de céramiques par exemple) ;
 Etablissement de l’équation d’état pvT, utilisée en particulier en injection plastique.

Page 29 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

CONCLUSION
En définitive, les techniques d’analyses (Calorimétrie Différentielle à Balayage, Analyse
Thermogravimétrique, Analyse Thermomécanique) sont d’une grande importance dans la
caractérisation et l’étude des propriétés des matériaux. La DSC est utilisée pour déterminer si
un matériau est cristallisable, ce qui permet de savoir à quelle température exposer un solide,
pour qu’il ne fonde pas. L’ATG qui renvoie à la masse, mesure la variation massique des
matériaux à l’instar du PTFE très utilisé en industrie comme lubrifiant solide. La TMA renvoie
à l’augmentation ou diminution du volume et est utilisée pour déterminer le coefficient de
dilatation linéaire. Ces essais thermiques sont très utilisés pour les analyses thermiques, mais
ils ont néanmoins des limites et défauts, qui peuvent souvent entraîner des mauvaises
analyses du matériau. C’est le cas la mauvaise précision lors d’une analyse par DSC pour la
détermination de la transition vitreuse, le manque d’information sur les gaz produits lors
d’une analyse thermogravimétrique. Donc, la science doit continuer à explorer des méthodes
nouvelles ou améliorer celles existantes pour pouvoir faire face à ces défauts et limites pour
rendre l’utilisation de ces appareils meilleurs.

Page 30 sur 31
EXPOSÉ DE MECANIQUE DES MATÉRIAUX THEME : ESSAIS (ANALYSES) THERMIQUES

REFERENCES
 IUT Chambéry, Berlioux N – Jacob JC – Gilloux JF : ATG ;
 Pierre LE PALOUËR : les différentes techniques d’analyse thermique et de
calorimétrie au service de l’expertise chimique ;
 POLE Chimie Balard, PLATEFORME D’ANALYSE ET DE CARACTÉRISATION BALARD : La
technique TG/ATG/DSC et le couplage avec la spectrométrie de masse ;
 Pr. A. SAMDI : Caractérisation de matériaux par analyses thermiques ;
 Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Section De Physique Travaux Avancés :
Analyse Thermique, septembre 2014 ;
 POLE Chimie Balard, ICG Montpellier | Institut Charles Gerhardt, Journée thématique-
9/03/2015, Pr. Jean-Pierre HABAS & Lorenzo STIEVANO : A quoi sert l’Analyse mixte
Thermogravimétrie (TGA) / Calorimétrie différentielle à balayage (DSC) couplée
Spectrométrie de Masse (MS) ?;
 NETZSCH, PRODUCT OVERVIEW ;
 CALORIMÉTRIE : Introduction aux méthodes d’analyse thermique ;
 Université de MONTRÉAL, Ecole Polytechnique Montréal : INFOLETTRE du GCM Lab,
volume 2, Numéro 1, Mai 2011 ;
 IUT Chambéry, Lakhdar W. Zhang XF. Masgrangeas Ph. : DSC Modulée ;
 Université HASSAN II – AIN CHOK, Faculté de médecine Dentaire de Casablanca,
Département de B.M.F., Pr Khalil EL GUERMAÏ : Méthodes d’analyse thermique ;
 http://www.ecam.com ;
 www.Wikipédia.org.

Page 31 sur 31