Vous êtes sur la page 1sur 3

Le contrat de travail

Comment bien négocier son contrat de


travail ?

Plusieurs éléments du contrat de travail sont négociables : intitulé de poste,


rémunération, horaires, clause de non-concurrence… Découvrez lesquels.

Tout le monde peut négocier son contrat de travail, en particulier pour les profils rares,
« chassés », qui envisagent de changer d’entreprise.

Pour bien négocier son contrat de travail avant la signature définitive de celui-ci, il est
nécessaire de l’analyser dans les détails. Si vous avez un doute ou un questionnement au sujet
de l’une des mentions du contrat, n’hésitez pas à vous faire conseiller par un ami, RH si
possible, ou par un avocat en droit du travail. Sachez enfin que certaines clauses du contrat
(confidentialité, dédit-formation, mobilité…) sont facultatives.

Négocier son contrat de travail n’est pas forcément négatif pour le recruteur. Cela doit être
amené de manière diplomate (exemple : « j’aimerai revoir avec vous quelques points liés à la
rédaction du contrat ») et peut montrer à l’employeur vos qualités de négociateur. Voici les
éléments du contrat de travail pouvant être sujets à négociation :

Intitulé de poste
Certaines dénominations de poste « s’exportent » mieux que d’autres sur le marché du travail
ou sont plus valorisantes comme « ingénieur développement » plus que « développeur »,
« assistant » plutôt que « secrétaire »…

Fonctions
Le contrat de travail doit contenir le descriptif de votre poste et des tâches et responsabilités
inhérentes à ce poste.

Statut
Si vous souhaitez bénéficier du statut cadre, cela doit être vu avec le recruteur avant votre
intégration dans l’entreprise et mentionné au contrat de travail.

La période d’essai
La négociation des modalités liées à la période d’essai est un point important notamment pour
les cadres expérimentés. Dans le contrat de travail, celles-ci sont souvent peu avantageuses
pour le salarié : les cadres peuvent par exemple être licenciés sans indemnité pendant 4 mois,
ce qui est très long.
Le salaire
Vous avez la possibilité de négocier votre salaire lors de l’embauche. Lorsque vous signez
votre contrat, vérifiez bien que le salaire convenu avec votre employeur est bien identique à
celui précisé sur le contrat de travail. Si ce n’est pas le cas, parlez-en à votre interlocuteur
calmement en lui demandant pourquoi cette différence.

Lien de subordination juridique


C’est l’une des caractéristiques essentielles du contrat de travail. Il définit la relation juridique
entre l’employeur et l’employé. Il doit être précisé car il permet de distinguer une activité
indépendante d’une activité dépendante (salariée).

Les horaires
Les horaires sont-ils fixes ou variables ? Sont-ils figés ou aménageables ? Il est possible de
négocier ses horaires à l’embauche, même s’il est préférable d’attendre le second voire le
troisième entretien pour aborder ce sujet avec l’employeur. Si vous souhaitez faire votre
semaine en 4 jours, faire du télétravail ou aménagez vos horaires, cela est possible dans
certaines entreprises, en particulier si vous être cadre. De plus, vous pouvez également
demander comment seront des heures rémunérées les heures supplémentaires et si celles-ci
sont régulières sur le poste, négociez l’application d’une convention de forfait en heures ou en
jours.

La clause de mobilité
Cette clause peut contraindre un salarié à accepter un changement de son lieu de travail, et
évite à l’employeur d’avoir à modifier le contrat de travail en cas de changement de
déménagement de l’entreprise par exemple. Le salarié qui signe un contrat contenant une
clause de mobilité s’engage à accepter un changement de lieu de travail imposé par
l’employeur. Toutefois, il est possible de négocier une contrepartie à cette clause : prise en
charge des frais de déménagement, prise en charge du 2e loyer si cela oblige le salarié à
prendre un autre logement que celui de son conjoint…

La clause de non-concurrence
Pour être valable, la clause de non-concurrence doit remplir plusieurs conditions : elle doit
avoir un intérêt pour l’entreprise et être proportionnée, elle être stipulée dans le contrat de
travail, elle doit être limitée dans le temps et géographiquement, et elle doit prévoir une
contrepartie financière. La clause de non concurrence n’est pas nécessairement prévue dans
tous les contrats et peut faire l’objet d’une négociation. La négociation peut porter sur la
contrepartie financière qui sera versée au salarié. La limitation en temps est fréquemment
négociée.

La clause d'exclusivité
Elle interdit au salarié d'exercer toute autre activité professionnelle, salariée ou indépendante,
pendant toute la durée d'exécution de son contrat de travail (auto-entrepreneuriat par
exemple). Toutefois, la clause d'exclusivité peut être levée provisoirement pour les salariés
souhaitant créer ou reprendre une entreprise. Si vous êtes consultant indépendant ou
conférencier en parallèle de votre activité de salarié, vous pouvez demander à l’employeur de
lever cette clause afin qu’elle ne figure pas au contrat.

La clause de dédit-formation
La clause de dédit-formation prévoit qu’un salarié ayant bénéficié d'une formation
entièrement financée par l'entreprise et suivie sur le temps de travail restitue les frais de
formation engagés en cas de départ anticipé. Il est cependant possible de négocier les
indemnités de dédit dues à l’entreprise afin de les revoir à la baisse. Vous pouvez négocier un
montant dégressif avec les années passées dans l’entreprise. Si la durée de la clause vous
paraît excessive, n’hésitez pas non plus à la négocier avec l’employeur.

Un délai de réflexion
S’il s’avère que votre futur contrat de travail contienne plusieurs clauses sujettes à
négociation, ne le signez pas tout de suite. Demandez à votre futur employeur un délai afin de
lire votre contrat dans les détails, à tête reposée. En effet, une fois le contrat signé, il n’y aura
plus de retour en arrière possible.