Vous êtes sur la page 1sur 17

Identification de l’entreprise

L’entreprise :
Définition :

L’entreprise est une unité́ économique et juridique


produisant des biens et des services pour les vendre sur un
marché afin de réaliser un bénéfice.

L'entreprise est le lieu où le travail des êtres humains


s’organise afin d'agir sur la nature pour en obtenir des résultats
utiles.

L'entreprise est une structure productive, mais aussi (ne pas


oublier) un groupement humain.
Les fonctions principales :
1. Fonction technique (produire et transformer)
2. Fonction sécurité (protéger les biens et les personnes)
3. Fonction comptable (enregistrer les données comptables)
4. Fonction financière (rechercher et gérer les capitaux)
5. Fonction commerciale (acheter et vendre)
6. Fonction administration = prévoir, organiser, commander,
coordonner, contrôler ( P.O.C.C.C).
Etant donné son métier, on comprend l’importance qu’il a accordée à
la fonction « sécurité ».
Par contre, (étant donné l’époque), il a omis les
fonctions « recherche » et « personnel »
http://public.iutenligne.net/connaissance-de-l-
entreprise/souquet/stucturation-et-fonctions-de-l-
entreprise/general/fonctions-de-l-entreprise/Chapitre-1/Section-1-
2.html

1
L’organigramme :
Structure hiérarchique ou pyramidale :
• Chaque individu n’a qu’un seul supérieur.
• Le découpage des activités peut se faire par fonctions, par zone
géographique, par produits.
• Cette structure est simple, clair, très stable et permet de définir sans
ambiguïté les responsabilités.
• Mais en contrepartie, cette structure est très rigide, elle est peu
propice à l’initiative en raison du poids de la hiérarchie.
• Elle est sujette à des lenteurs dans la transmission de l’information
le long de la ligne
Hiérarchique, retardant de ce fait la prise de décision.

Structure fonctionnelle :

• Cette structure, repose sur le principe de division fonctionnelle de


l’autorité et la pluralité du commandement. Tout salarié dépend de
plusieurs chefs spécialistes dans leur domaine.
• Cette structure en favorisant la spécialisation offre l’avantage d’une
grande efficacité technique.
• Mais, en contrepartie, elle génère des problèmes organisationnels :
– La coordination des activités sous les ordres de plusieurs chefs est
source de conflits ;
– La circulation de l’information est souvent perturbée ; les
subordonnés ne savent pas à qui s’adresser pour communiquer des
informations ou demander des conseils ;

2
–…

Structure hiérarchico-fonctionnelle(mixte ou staff and line) :

• La structure hiérarchico-fonctionnelle est une structure


hiérarchique avec état-major qui s’est développée en réaction aux
insuffisances des structures hiérarchiques et fonctionnelles.
• De la structure hiérarchique, elle garde l’unité de commandement
(seule la ligne hiérarchique détient l’autorité formelle).
• De la structure fonctionnelle, elle garde le principe de cadre
spécialisé très compétents mais ceux-ci sont en position de conseil
(état-major) pour la ligne hiérarchique.

3
Structure matricielle :
• Cette structure a été créée pour répondre aux lacunes des structures
verticales pour conduire des activités nécessitant de fort volume de
communication entre spécialistes de différentes fonctions.
• Les principes fondamentaux de la structure matricielle sont de :
– Conserver une organisation de base par fonction pour les activités
courantes ;
– Superposer des groupes par produit, par marché ou plus
généralement par projet pour faire travailler des équipes
pluridisciplinaires.
• L’organisation « verticale » par fonction gère les hommes, les
ressources matérielles, et éventuellement les activités routinières.
• L’organisation « transversale » gère les projets.

L’environnement de l’entreprise :
L’entreprise est un système ouvert ; elle entretient des relations
constantes avec son environnement. Celui-ci est constitué de tous les
éléments extérieurs à l’entreprise qui ont une influence sur elle.
Traditionnellement, on distingue :

4
- un Macro-Environnement : c’est un environnement général de
l’entreprise qui intègre les aspects, sociologiques, économiques,
juridiques, techniques… tant nationaux qu’internationaux.

- un Micro-Environnement : c’est un environnement spécifique de


l’entreprise constitué de ses clients, ses fournisseurs, ses sous-
traitants, ses concurrents…

L’environnement est constitué de l’ensemble des forces extérieures à


l’entreprise qui agissent et réagissent au profit ou à l’encontre de l’entreprise.

Démographie Social Technologie

Clients

Economie Entreprise Culture

Concurrents Four/s
Droit Politique

Sociologie Relations
internationales

L’entreprise agit également sur son environnement d’une façon


positive (création d’emplois…) ou négative (pollution).

Les classifications des entreprises :


Classification par secteur d’activité :
5
Le secteur primaire regroupe les entreprises dont l’activité principale
tient à l’exploitation directe des ressources naturelles. Exemples :
exploitation agricole, exploitation minière, etc. Le secteur secondaire
qui regroupe les industries de transformation. Exemples :
métallurgie, secteur automobile, etc. Le secteur tertiaire concerne les
services. Exemples : commerce, formation, activités financières, etc.
Classification Par taille :
les micro entreprises ou très petites entreprises (TPE) entre 10 et 49
salariés, les petites et moyennes entreprises (PME) entre 50 et 249
salariés, les entreprises de taille intermédiaire (ETI) dont l’effectif se
situe entre 250 et 4 999 salariés, et au-delà les grandes entreprises ou
les Groupes.
Classification par statut juridique :
Les principaux statuts juridiques sont :
- l'entreprise individuelle (EI),
- l’entreprise individuelle sans capital social,
- l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée),
- l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL),
- la SARL (société à responsabilité limitée),
- la SA (société anonyme),
- les SAS/ SASU (sociétés par actions simplifiées/ unipersonnelles),
- la SNC (société en nom collectif).

Approche juridique :
Choix du statut juridique de l'entreprise en création:
Passage obligé lors de la création d'entreprise, le choix du statut

6
juridique est primordial pour assurer la pérennité de son entreprise.
Capital, responsabilité du dirigeant, fiscalité... L'Entreprise les a
décortiqués pour vous.
L'entrepreneur doit choisir un statut juridique pour son entreprise,
entreprise individuelle ou société, qui sera déterminant pour les
formalités de déclaration, pour son statut juridique personnel, ainsi
qu'en matière fiscale, administrative ou sociale. Créer une société
consiste à donner naissance à une nouvelle personne juridiquement
distincte des associés fondateurs, que l'on nomme "personne morale".
Le choix du statut de l'entreprise dépend du type d'activité
professionnelle qui y sera exercée, ainsi que d'autres éléments à
prendre en compte :

 l'entreprise sera-t-elle individuelle ou créée en association avec


des partenaires ?

 quels sont les besoins de financement de la nouvelle structure ?

 le créateur envisage-t-il de séparer son patrimoine personnel du


patrimoine de l'entreprise ?

7
8
Choisir la forme juridique pour son entreprise:
1. Vous préférez travailler seul(e)
Il existe trois structures juridiques vous permettant de conserver
seul(e) la maîtrise de votre entreprise. Elles sont soumises à
différentes modalités de constitution, et correspondent à différents
régimes de responsabilité.
Votre patrimoine est confondu avec celui de l’entreprise. Il comprend
les bénéfices et dettes nés de votre activité :
L’entreprise individuelle (commerçant)
Votre patrimoine est dissocié de celui de l’entreprise. A la disparition
de la société, vous ne supportez les éventuelles dettes qu’à
concurrence de votre apport :

9
 L’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée)
 La SASU (Société par Action Simplifiée Unipersonnelle)
1. Vous préférez le travail d’équipe
Il existe plusieurs structures juridiques permettant d'affecter à une
entreprise commune des biens ou le travail de partenaires désirant
s'en partager le bénéfice ou profiter de l'économie qui pourra en
résulter.
Ces structures prennent la désignation de « société ». Elles disposent
d'une personnalité juridique propre et permettent ainsi de dissocier le
patrimoine de l'associé de celui de l'entreprise. Elles se distinguent
des associations, qui ne peuvent faire de bénéfices, et des groupement
qui ne cherchent pas à réaliser de bénéfices pour eux-mêmes mais
facilitent et améliorent l'activité économique de leur membres.
Les sociétés peuvent être constituées sous différentes formes
juridiques, chacune régie par des règles de constitution et de
fonctionnement qui lui sont propres et offrant aux associés un régime
de responsabilité en conséquence.
Sociétés commerciales :
Les associés prennent tous la qualité de commerçant. A la disparition
de la société, ils peuvent chacun être amené à supporter les
éventuelles dettes dans leur intégralité :
 La SNC (Société en Nom Collectif)
Les associés n'ont pas la qualité de commerçant. A la disparition de la
société, les associés ne supportent les éventuelles dettes qu’à
concurrence de leurs apports :
 La SARL (Société A Responsabilité Limitée)
 La SA (Société Anonyme)
 La SAS (Société par Action Simplifiée)
 La SCA (Société en Commandite par Action)
Société civile :
10
La société ne peut avoir un objet commercial. A la disparition de la
société, les associés ne supportent les éventuelles dettes qu’à
proportion de leur part dans le capital social :
 La société civile
Cas particuliers
 Les agents commerciaux
 Le GIE (Groupement d'Intérêt Economique)

Approche économique :

On peut classer les entreprises selon plusieurs critères. Les deux


principaux critères sont le chiffre d’affaire et les effectifs.
Les entreprises modifient souvent leur taille car elle réalise des
opérations de concentration.

La concentration est un processus économique très général


consistant dans l’augmentation régulière de la dimension des
entreprises d’une économie.
Les types de concentration d’entreprise
Concentration : Regroupement d’entreprise

Concentration horizontale : Regroupement d’entreprise ayant la


même activité́
Concentration verticale : Regroupement d’entreprise ayant des
activités complémentaires

Concentration conglomérale : Regroupement d’entreprise ayant des


activités indépendantes les uns des autres

11
Selon cette approche aussi, l’entreprise est composée des trois acteurs
principaux :  Apporteurs de capitaux ;
 Dirigeant;

 Salariés.
Ces trois ont des objectifs et des stratégies individuelles différentes.
En effet, en ce qui concerne

Les apporteurs de capitaux, leur logique purement financière, ils


recherchent avant tout la rentabilité́ de leur placements, leurs buts
est de garantir leur gains et si possible les augmenter. Les apporteurs
des capitaux sont attirés par de placements de plus en plus rentables.
Les dirigeants, leur logique est la maximisation de performance de
l'entreprise, évaluée par la rentabilité́ économique des capitaux, leur
but est de garantir leur place et élargir leur pouvoir.

Les Salariés, leur logique est l'épanouissement et la sécurité́ de


l'emploi. Ils ont pour but de garantir leur emploi, si possible en
réalisant un travail intéressant dans es bonnes conditions matérielles
et psychologiques. Leur source de pouvoir est le savoir-faire.
On peut dire que l’entreprise est une unité de production de biens et
de services.
…Mais c’est aussi une unité de répartition des richesses :

- Pour fabriquer des biens et des services, l’entreprise doit combiner


différents facteurs de production.
Le but de l’entreprise est d’atteindre l’efficacité maximale afin de
minimiser les coûts et de réaliser des profits. Pour cela elle recherche
la meilleure combinaison possible des facteurs de production.
- L’entreprise en tant qu’unité de répartition des richesses.
Les richesses créées – encore appelées "valeurs ajoutées" – servent
par la suite à rémunérer l’ensemble des agents économiques ayant
participé à l’activité de production de l’entreprise.

12
Agents Type de rémunération
rémunérés

Richesses Le personnel Salaires

créées par
L’Etat et les Impôts et cotisations
organismes sociaux sociales
l’entreprise

Les prêteurs Intérêts

Les apporteurs de Dividendes


Kx

L’entreprise Revenus non distribués

Comment monter une entreprise ?


Une idée, même excellente, ne permet pas de créer une entreprise
durable.
Ce document les " 10 clés pour réussir sa création d’entreprise " a
pour objectif de vous faire découvrir simplement
et concrètement les techniques, les outils à utiliser pour l’étude et le
montage de votre projet.

13
1-Les CCI, un réseau pour réussir sa création d’activité ou
d’entreprise
2-Avoir le profil “chef d’entreprise”
3-Identifier et réunir les compétences nécessaires
4-Connaître son marché et ses concurrents
5-Dégager des bénéfices
6-Financer son projet
7-Remplir les conditions d’accès à la profession
8-Choisir un cadre juridique et fiscal adapté
9-Opter pour un régime de protection sociale
10-Respecter les obligations administratives et comptables

1-Les CCI, un réseau pour réussir sa création d’activité ou


d’entreprise

2-Avoir le profil “chef d’entreprise” :

Créer et exploiter une entreprise exige...


Désir d’entreprendre,
Volonté de se mettre à son compte,
Goût de l’engagement et du challenge personnel,
Envie de réussir et de gagner de l’argent ;
moyen et long terme,

3-Identifier et réunir les compétences nécessaires :


Maîtriser un savoir-faire ou un métier :
Concevoir un produit original (qu’il faudra protéger),
Valoriser une nouvelle technique ou un nouveau procédé de
fabrication,
Développer un service particulier.
Savoir acheter :
Connaître parfaitement les produits ou les services offerts,
Rechercher des fournisseurs, sélectionner des produits nouveaux,
Négocier les conditions d’achat.
4-Connaître son marché et ses concurrents :

14
L’analyse du marché est le préalable à toute démarche commerciale.
Elle doit permettre de répondre aux questions suivantes :
Quels sont mes clients potentiels ? Mes concurrents ?
Comment distribuer tels produits ou tels services, où, quand, à quel
prix ?

5-Dégager des bénéfices


Pour cela, il faut notamment :
Estimer le chiffre d’affaires prévisionnel,
Définir les charges (achats, loyers, frais de personnel, impôts,
taxes...),
Élaborer son compte de résultat prévisionnel,
Évaluer le poids des cotisations sociales de l’exploitant,
Calculer les prix de revient et les prix de vente.
6-Financer son projet :

La réalisation d’un projet de création ou de reprise d’entreprise a un


coût.
Il est nécessaire de l’évaluer au plus juste.
Pour cela, il faut définir :
Les besoins à financer

Investissements : immobilier, fonds de commerce, matériel et


outillage, agencements, mobilier…
Stocks : marchandises, matières premières, emballages...
Trésorerie : liquidités de l’entreprise ;

7-Remplir les conditions d’accès à la profession

Conditions requises pour exercer une activité commerciale ou


industrielle :

Majorité, nationalité, casier judiciaire, incompatibilités, capacité


commerciale, autorisations et déclarations préalables, permis
spéciaux, réglementations professionnelles particulières (diplôme,
licence...).

15
8-Choisir un cadre juridique et fiscal adapté
Ce choix doit être envisagé sous différents aspects :
Patrimoniaux

Propriété ou copropriété de l’entreprise : régime matrimonial, ou


marital
Protection du patrimoine (charge du passif ou des dettes, déclaration
d’insaisissabilité des biens fonciers bâtis ou non bâtis non affectés à
l’usage professionnel de l’entrepreneur sous certaines conditions),
cautionnement du dirigeant ;

Financiers capital, apports personnels, rémunération éventuelle du


conjoint, frais de constitution et de fonctionnement, coût de
transformation ou de transmission (vente, décès)

9-Opter pour un régime de protection sociale

Pour l’entrepreneur l’affiliation au régime social des indépendants


(RSI) est obligatoire même en casd’exercice d’une activité salariée par
ailleurs.
Cette affiliation est fonction :
de la nature de l’activité professionnelle,
du cadre juridique d’exploitation,
du statut de l’entrepreneur (travailleur indépendant),
de la situation personnelle de l’entrepreneur et de sa famille,
de l’étendue de la couverture sociale souhaitée,
du coût pour l’entreprise et pour l’entrepreneur,

10-Respecter les obligations administratives et comptables


Tenir une comptabilité régulière et sincère. Emettre des factures
conformes à la réglementation. Le cas échéant, tenir des registres
particuliers (bijouterie, marchands de biens, d’armes...).
Respecter :
Les échéances fiscales et sociales,
La législation du travail en cas d’emploi de personnel salarié,
Les normes d’hygiène et de sécurité du travail, d’environnement,
La réglementation économique (prix, concurrence, publicité,
étiquetage, enseigne, conditions de vente...),

16
les normes sanitaires,
les clauses du bail commercial, du bail dérogatoire de courte durée ou
de la convention
d’occupation précaire.

17