Vous êtes sur la page 1sur 86

Exercices corrigés de physique, IUT génie biologique,

première année

Serge Mora (smora@univ-montp2.fr)

5 septembre 2012
Table des matières

1 Outils mathématiques 4
1.1 Puissances de 10 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2 Géométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3 Dérivées et primitives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4 Calculs d’intégrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

2 Analyse dimensionnelle 8
2.1 Ordres de grandeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.2 Systèmes d’unités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.3 Dimensions de grandeurs physiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.4 Décroissance exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.5 Chute d’une bille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.6 Ressort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.7 Temps de vol d’un projectile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

3 Réfraction 14
3.1 Spectre des ondes électromagétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
3.2 Loi de la réfraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
3.3 Prisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
3.4 Indice de réfraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.5 Rayon lumineux à travers une vitre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.6 Utilisation de la loi de Descartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.7 Reflexion totale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.8 Fibre optique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.9 Indice d’un liquide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

4 Formation d’images 22
4.1 Formule de conjugaison et construction graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
4.2 Image virtuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.3 Lentille plan-convexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.4 Utilisation des formules de conjugaison et de grandissement . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.5 Doublet de lentilles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.6 Lentilles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.7 Microscope . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

5 Radioactivité 30
5.1 Atomes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
5.2 Décroissance radioactive d’une source de plutonium . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
5.3 Décroissance radioactive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
5.4 Production et désintégration du technetium 99m T c . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

1
TABLE DES MATIÈRES 2

5.5 Période physique et période biologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35


5.6 Dispersion des photons dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

6 Electricité 38
6.1 Puissance fournie par un générateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
6.2 Fil de cuivre soumis à une différence de potentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
6.3 Cuve de compteur Coulter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
6.4 Electrophorèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
6.5 Mesure d’une résistance tissulaire : comparaison des méthodes à 2 et 4 électrodes . . . . 40

7 Hydrostatique 41
7.1 Pressions océaniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
7.2 Poussée d’Archimède . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
7.3 Pression artérielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
7.4 Ballon météorologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
7.5 Ludion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
7.6 Barrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

8 Tension superficielle 47
8.1 Traction d’une barre rectiligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
8.2 Bulle de savon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
8.3 Bulle d’air sous l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
8.4 Loi de Jurin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
8.5 Flottabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
8.6 Arrachement d’un anneau : méthode de Wilhelmy de mesure de la tension de surface . . 51

9 Fluides parfaits 53
9.1 Conservation du débit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
9.2 Fluide dans une canalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
9.3 Etude d’un siphon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
9.4 Vidange d’un réservoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
9.5 Temps de vidange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

10 Ecoulements visqueux 58
10.1 Ecoulement dans une seringue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
10.2 Ecoulement dans un tuyau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
10.3 Transfusion sanguine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
10.4 Vidange d’un réservoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
10.5 Viscosimètre capillaire vertical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
10.6 Vases communiquants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

11 Gaz parfaits 67
11.1 Masse volumique d’un gaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
11.2 Masse de dioxygène dans une bouteille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
11.3 Bulle d’oxygène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
11.4 Variation de la masse d’air sous une serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
11.5 Evolution d’un gaz parfait dans un cylindre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
11.6 Atmosphère isotherme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
TABLE DES MATIÈRES 3

12 Premier principe de la thermodynamique 73


12.1 Gaz parfait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
12.2 Paroi mobile entre gaz parfaits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
12.3 Mélange de gaz parfaits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
ver 12.4 Respiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

sion
12.5 Gaz de van der Waals . . . . . . . . .
12.6 Détente de gaz réels . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
77
78

du
12.7 Travail des forces de pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

4 se
12.8 Compression d’un gaz parfait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

A Formulaire (mathématiques)
pte 83
A.1 Logarithme et exponentielle
A.2 Trigonométrie . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
. mb
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
83
83
A.3 Surfaces et volumes . . . . . . . . . . . . . . . . . re 2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
A.4 Dérivée . . . . . . . . . . .
A.5 Intégrales . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.0 .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
12
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
84
84

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 1
sion
d u4
Outils mathématiques
sep
tem
Puissances de 10 ?
bre
1.1
201
3 −3
1) Ecrire sous la forme 10n : (10−2 ) ; (102 ) ; 104 × 1000 ; 1000
10 4
2 −5 3
; 10110 ; 10105 ; 1010−8 .
2) La notation scientifique d’un nombre (différent de zéro) est l’écriture de la forme a · 10n où a
désigne un nombre avec un seul chiffre autre que 0 avant la virgule, et n désigne un nombre entier
relatif.
Donner la notation scientifique de 5234 ; 0, 00324 ; 231×102 ; 357, 44×10−5 ; 1003 ; 55000 10−2
; 105 +104 .
1)
ver 3
• (10−2 ) = 10(−2)×3 = 10−6 .
−3

sion
• (102 ) = 102×(−3) = 10−6 .
• 104 × 1000 = 104 × 103 = 104+3 = 107 .
104

du
4
• 1000 = 10
103
= 104−3 = 101 .
1 −10
• 1010 = 10 .
−5
• 10105 = 10−5−5 = 10−10 . 4 se
3
• 1010−8 = 103+8 = 1011 . pte
mb
2)
• 5234 = 5, 234 × 1000 = 5, 234 · 103 . re 2
• 0, 00324 = 3, 24 × 0, 001 = 3, 24 · 10−3 .
• 231 × 102 = (2, 31 · 102 ) × 102 = 2, 31 · 104 .
012
• 357, 44 × 10−5 = (3, 5744 · 102 ) × 10−5 = 3, 5744 · 10−3 .
3
• 1003 = (102 ) = 102×3 = 106 .
4
• 55000
10−2
= 5,5·10
10−2
= 5, 5 · 104−(−2) = 5, 5 · 106 .
• 105 + 104 = 1, 1 · 105 .

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
4
CHAPITRE 1. OUTILS MATHÉMATIQUES 5

1.2 Géométrie ?
1) Calculer les volumes (en m3 ) des objets suivants :

ver 2m 4m

sion
du 8m 8m
4 se 6m

pte
mb
1m 2m
re 2 3m

0 12
2) Calculer les angles a1 et c1 en fonction de b1 , l’angle a2 en fonction de b2 , et l’angle a3 en fonction
de b3 et de c3 (figures ci-dessous)

a1
c1
a2 b3
b1
b2
a 3 c3

ver
1) La formule générale pour calculer le volume d’une forme droite (comme les trois formes de cet exer-
sion
cice) est : volume = (surface de la base) × hauteur. Dans la suite, on note V le volume, S la surface de la
base, et h la hauteur.
du
• Le volume du premier objet vaut donc :

4 se
V = S × h = (1 m × 2 m) × (8 m) = 16 m3 .
pte
mb
• La base du deuxième objet est un triangle rectangle. Puisqu’un triangle rectangle est un demi rectangle,
sa surface est égale à la moitié du produit des longueurs des deux petits côtés (ceux qui forment l’angle
re 2
droit). En utilisant le théorème de Pythagore pour calculer la longueur qui manque, on obtient :

S=
1
2
√ √
× 2 × 42 − 22 = 12 m2
012
Le volume recherché vaut donc :
√ 
V =S ×h= 12 m2 × (6 m) ' 20, 78 m3 .

• Le troisième volume vaut :


ver
sion
 2 !
3
V =S ×h= π × 8 ' 56, 55 m3 .
2

2) du
4 se
• a1 = b1 = c1 (notez que les angles ne sont pas algébriques puisque les arcs ne comportent pas de flêches
sur la figure) ;
pte
mb
• La somme des angles d’un triangle vaut π (si les angles sont exprimés en radians ; elle vaut 180 s’ils
sont exprimés en degrés). Donc : a2 + b2 + π2 = π d’où : a2 = π2 − b2 .
• De même : a3 = π − b3 − c3 . re 2
012
CHAPITRE 1. OUTILS MATHÉMATIQUES 6

1.3 Dérivées et primitives ??



1) Trouver les dérivées des fonctions suivantes : f1 (x) = x1 ; f2 (x) = x ; f3 (x) = ln(x + 1) ;
1
f4 (x) = (3x+1) 2.

ver 2) Trouver une primitive de chacune des fonctions suivantes : f5 (x) = x2 ; f6 (x) = e2x ; f7 (x) =

sion
x + 1 ; f8 (x) = sin(x) + cos(x).
1)
du
• En utlisant la formule (xn )0 = nxn−1 avec n = −1 on obtient f10 (x) = − x12 .
4 se
• En utlisant la formule (xn )0 = nxn−1 avec n = 12 on obtient f20 (x) = 2√1 x .

pte
• En utilisant (f [g(x)])0 = g 0 (x) × f 0 (g(x)) avec g(x) = x + 1 (et donc g 0 (x) = 1) et f (x) = ln(x) (et
donc f 0 (x) = ln(x)) on obtient f30 (x) = x+1
mb
1
.
• En utilisant (f [g(x)]) = g (x) × f (g(x)) avec g(x) = 3x + 1 (et donc g 0 (x) = 3) et f (x) = x12 (et donc
0 0 0
−6
f 0 (x) = − x23 ) on obtient f40 (x) = (3x+1)3. re 2
2)
n+1
• Une primitive de xn est xn+1 . On obtient donc : F5 = 13 x3 .
0 12
• F6 = 21 e2x .
n+1 n+1
• Une primitive de xn est xn+1 . Puisqu’une primitive de xn est xn+1 , on en déduit qu’une primitive de

x = x1/2 est 32 x3/2 . On en déduit que F7 = 23 (x + 1)3/2 .
• La dérivée de cos(x) est − sin(x). La dérivée de sin(x) est cos(x). On en déduit que F8 = − cos(x) +
sin(x).

ver1.4 Calculs d’intégrales ??


sion
Calculerdu
les intégrales suivantes :
2
4 se 2
Z Z
1) ex dx ; e−2x dx.
0
Z 1
pte
0
Z 1 Z 2
2)
0
2xdx ;
0
(2t2 + t)dt ;
1
(1 + t)3 dt.
mb
3)
1
Z 2
dx ;
Z 2
1
dx ;
Z 2
1
dx. re 2
4)
1 x
Z π
1 x3

sin(x)dx ;
Z 1√
1 x+1

xdx ;
Z 1

1
dx.
012
0 0 0 x+2

1) Z 2
• Une primitive de ex est ex . On en déduit que ex dx = [ex ]20 = e2 − e0 = e2 − 1.
0
2
Z 2
1 1  −4
 
−2x
−2x
− 21 e−2x . dx = − e−2x
ver • Une primitive de e est On en déduit que
0
e
2 0
=−
2
e −1 .

sion
2)
• Une primitive de 2x est x2 . On en déduit que
Z 1
2xdx = x2
h i1
= 12 − 02 =1.
du 2 3 1 2
0
Z 1
0

(2t2 + t)dt =

2 3 1 2
1
2 1
= 13 + 12 −
4 se
2
• Une primitive de 2t + t est 3
t + 2
t. On en déduit que t + t
0 3 2 0 3 2
2 3 1 2 7
3
0 − 0 =− .
2 6 pte
3 1
• Une primitive de (1 + t) est (1 + t) . On en déduit que 4
mb Z 2
3
(1 + t) dt =
1

(1 + t)4
2
=
1
(1 + 2)4 −
1 65
(1 + 1)4 = .
4
1
re 2 4 1 4

4 4 012
CHAPITRE 1. OUTILS MATHÉMATIQUES 7

3)
1
Z 2
• Une primitive de 1
x
est ln(x). On en déduit que dx = [ln(x)]21 = ln(2) − ln(1) = ln(2).
1 x
Z 2
1 1 2 1 1 3
 
1 1
• Une primitive de x3 est − 2x2 . On en déduit que dx = − 2 = − + = .
ver 1 Z x 3
2 1
2x 1 2×2 2 2×1
1
2 8
1
sion
1 2
• Une primitive de x+1 est ln(1+x). On en déduit que dx = [ln(x + 1)]1 = − + =
1 x+1 2 × 2 2 × 12
2
3
8
.
du
4)
4 se
• Une primitive de sin(x) est − cos(x). On en déduit que
Z π
sin(x)dx = [− cos(x)]21 = − cos(π) +
cos(0) = 1 − 1 = 0. pte 0

√ 2 3/2
Z 1√
mb 
2 3/2 1 2 3/2 2 3/2 2

• Une primitive de x est 3 x . On en déduit que
0
xdx = x
re 2
Z 13
1
0
= 1 − 0 = .
3 3 3

0
h i1
1 1/2
• Une primitive de √x+2 est 2(x + 2)1/2 . On en déduit que √ dx = 2(x + 2) = 2(1 +
√ √
2)1/2 − 2(0 + 2)1/2 = 2 3 − 2 2.
0 x+2
12 0

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 2
sion
d u4
Analyse dimensionnelle
sep
tem
Ordres de grandeur ??
bre
2.1
201
2
1) Il faut environ 8 minutes à la lumière pour se propager du Soleil jusqu’à la Terre. Quelle est la
distance approximative Terre-Soleil ?
2) Le kilogramme étalon est réalisé en platine sous la forme d’un cylindre droit, à base circulaire,
dont le diamètre est égal à la hauteur. Quelle est cette hauteur sachant que la masse volumique ρP t du
platine est de 21, 4 g.cm−3 ?
3) Sachant que la Terre compte environ 6 milliards d’habitants que son rayon est de 6400 km et
que les océans occupent les 2/3 de la surface terrestre, calculer l’aire disponible par habitant sur les
ver continents. Quelle est la densité moyenne de population ?
sion
4) Calculer le volume moyen occupé par une molécule H2 O dans l’eau, à 298 K et à la pression
atmosphérique. En déduire la distance moyenne entre molécules (masse molaire de l’eau : M =
du
18 g.mol−1 , nombre d’Avogadro : NA = 6, 023 · 1023 mol−1 ).
1) 4 se
pte
distance = vitesse × temps = 3 · 108 × (8 × 60) ' 3, 4 · 1011 m

mb
2) La masse volumiqe du cuivre vaut 21, 4 g·cm−3 = 21, 4×(10−3 kg)×(10−2 m)−3 = 21, 4·103 kg.m−3 .

re 2 h
 !2 
πh3
0
012
V olume d un cylindre = (Surf ace de la base) × (hauteur) ⇒ V olume = π
2
×h =
4
.

Soit M la masse du cylindre (M = 1 kg). On a :

!1 !1/3
M asse M 4M 4M 3
4×1
ρ= ⇒ ρ = πh3 ⇒ h3 = ⇒h= = ' 0, 039 m = 3, 9 cm.
V olume πρ πρ π × 21, 3 · 103
ver
4

sion
2 2
3) La surface totale disponible est égale aux deux tiers de la surface de la sphère = 3
· 4πR2 = 3
· 4π ×
(6400 · 103 )2 ' 3, 4 · 1014 m2 .

du
La surface disponible par habitant est donc :

s1 = 4 se
surf ace totale disponible
=
3, 4 · 1014
' 57000 m2 .
pte
nombre d0 habitants 6 · 109
La densité est le nombre d’habitant par m2 :
mb
d=
0
nombre d habitants re 2
' 1, 7 · 10−5 habitants · m−2 .
surf ace totale disponible
012
8
CHAPITRE 2. ANALYSE DIMENSIONNELLE 9

4) On considère un volume v d’eau. Soit m sa masse. On note MH2 O la masse molaire de l’eau, et NA le
nombre d’Avogadro.
Dans la masse m, il y a N = Mm H2 0
× NA molécules d’eau.On en déduit que le volume occupé par une
molécule vaut :
ver VH2 0 =
v
=
vMH2 0
.
sion N
En prenant V = 1 m3 , alors m = 103 kg. On trouve :
mNA

du 1 × 18 · 10−3
4 se VH2 0 =
103 × 6 · 1023
' 3 · 10−29 m3 .

pte
mb
a re 2
0
a
12
a

En supposant que les molécules d’eau sont sur un réseau carré (ce qui n’est pas la réalité, mais ce qui
est une hypothèse raisonnable pour calculer un ordre de grandeur), chaque molécule occupe un volume
ver
a3 , où a est la longueur de l’arrête d’un carré. Donc :

sion 1/3
 
VH2 0 ' a3 ⇒ a = VH2 0 = 3 · 10−29 m3 ' 3, 1 · 10−10 m.

du
La distance entre deux molécules d’eau est donc de l’ordre de 0, 3 nm.
4 se
2.2 Systèmes d’unités ? pte
mb
re 2
On note [X] la dimension physique de la grandeur X. On l’exprime dans la base L, M , T , I, θ
(longueur, masse, temps, intensité et température). Ainsi, pour une vitesse v : [v] = L.T −1 .
012
1) Quelles sont les unités dans le système international des grandeurs de la base L, M , T , I, θ ? Donner
la dimension et l’unité : d’une force, d’une puissance, d’une pression, d’une charge électrique.
2) Montrer que les unités suivantes correspondent à une seule dimension : N.m, kW.h, e.V ,
g.cm2 .s−2 . Par quels facteurs numériques passe-t-on de l’un à l’autre ?
3) Quelle est la dimension d’un angle α ? Pourquoi dit-on que l’unité naturelle d’un angle est le
radian ? Comparer la dimension et l’unité d’une fréquence ν et de la pulsation associée ω = 2πν.
4) A l’aide d’arguments dimensionnels, discuter de la validité des égalités suivantes et proposer une
verécriture correcte :

sion
– x = (l2 − d)/d, où les trois grandeurs sont des distances.
– x = x0 exp(−t/τ ), où t et τ sont des temps.
2

du
– E = mv2 − Fl , où E est une énergie, v une vitesse, m une masse et l une longueur et F une force.

4 se
– v = gl cos[ω(t + π4 )], où l est une longueur, g l’accélération de la pesanteur et ω une pulsation.

pte
1) Unité de L : m (mètre) ; unité de M : kg (kilogramme) ; unité de T : s (seconde) ; unité de I : A (am-
père) ; unité de θ : K (Kelvin).
mb
• [f orce] = [masse] × [acceleration] = M · L · T −2 re 2
012
• [puissance] = [energie]·[temps]−1 = [masse]·[vitesse]2 ·[temps]−1 = M ·L2 ·T −2 ·T = M ·L2 ·T −3
CHAPITRE 2. ANALYSE DIMENSIONNELLE 10

• [pression] = [f orce]/[surf ace] = M · L · T −2 · L−2 = M · L−1 · T −2


• [charge] = [intensit] · [temps] = I · T .

2) • [N.m] = [f orce] · [longueur] = (M · L · T −2 ) · L = M · L2 · T −2 .


ver
• [kW.h] = [puissance] · [temps] = (M · L2 · T −3 ) · T = M · L2 · T −2 .

sion
puissance
z }| {
• [e.V ] = [charge] · [tension] = [charge] · [tension · intensite] · [intensite]−1 = [charge] · [puissance] ·

du
[intensite]−1 = (I · T ) · (M · L2 · T −3 ) · I −1 = M · L2 · T −2
• [g.cm2 .s−2 ] = [masse] · [longueur]2 · [temps]−2 = M · L2 · T −2 .
4 se
• 1 N.m = 1 kg · m2 · s−2
pte
• 1 kW.h = 103 × 3600 W.s = 3, 6 · 106 kg · m2 · s−2
mb
• 1 e.V = 1, 6 · 10−19 C.V = 1, 6 · 10−19 kg · m2 · s−2
• 1 g.cm2 .s−2 = 10−3 × 10−4 kg · m2 · s−2 = 10−7 kg · m2 · s−2 re 2
3) 0 12
• L’angle α est le rapport entre la longueur de l’arc de cercle correspondant à l’angle α, et su rayon du
cercle. DOnc :
L
[α] = = 1.
L
Un angle n’a donc pas de dimension. Le rapport entre la longueur de l’arc et le rayon n’a donc pas d’unité.
Cependant, si la longueur de l’arc est égale au rayon, on appelle cette angle un radian. Si ce rapport vaut,
ver
par exemple 1/2, l’angle est deux fois plus petit qu’un radian, on dit donc que l’angle vaut 0, 5 radian.

sion
En conclusion, en faisant le rapport, on obtient directement le nombre d’angle “un radian” contenu dans
cet angle.

du
4 se
• [ω] = [2πν] = [π]·[ν]. π étant la valeur d’un angle (en radian), π n’a pas de dimension. Donc : [ω] = [ν].
L’unité de ω est l’untié de ν multipliée par l’unité de π.
pte
4)
mb
re 2
• x = (l2 − d)/d est faux car on ne peut pas ajouter une grandeur ayant des dimensions différentes
([l2 ] = L et [d] = L). Une écriture correcte serait plutôt : x = (l2 − d2 )/d (le membre de droite a alors la
même dimension que le membre de gauche).
012
• x = x0 exp(−t/τ ) est possible : l’argument de l’exponentielle est bien sans dimension, et le membre de
gauche a la même dimension que le membre de droite.
2 2
• E = mv2 − Fl est faux car [ mv2 ] = M · L · T −2 et [ Fl ] = M · T −2 . Une écriture correcte serait plutôt :
2
E = mv2 − F · l. Tous les termes ont alors la dimension d’une énergie.
• v = gl cos[ω(t + π4 )] est faux : on ajoute au temps une grandeur que n’a pas la dimension d’un temps,
et la dimension du membre de droite n’est pas la même que celle du membre de gauche. Une écriture

ver
correcte serait par exemple : q π
sion v = g · l × cos[ωt + ].
4

du
4 se
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 2. ANALYSE DIMENSIONNELLE 11

2.3 Dimensions de grandeurs physiques ?


1) La relation liant la pression P , le volume V , le nombre de molécules n, et la température T pour un
gaz parfait est P · V = n · kB · T où kB est une constante, appelée constante de Boltzmann. Déterminer

ver(en fonction des sept dimensions fondamentales) la dimension de la constante de Boltzmann (rappel :

sion
on note θ la dimension d’une température).
2) La relation liant l’énergie E d’un photon à sa fréquence f est E = h · f où h est une constante,

du
appelée constante de Planck. Déterminer (en fonction des sept dimensions fondamentales) la dimen-
sion de la constante de Planck.
4 se
3) La relation liant la force F d’attraction gravitationnelle entre deux corps de masse m1 et m2 vaut
pte m1 m2 G
F =
mb
r2
,

re 2
où r est la distance entre ces deux corps et G est une constante appelée constante de gravitation
0 12
universelle. Déterminer (en fonction des sept dimensions fondamentales) la dimension de la constante
de gravitation universelle.
1)
PV [P ] · [V ]
P V = nkB T ⇒ kB = ⇒ [kB ] = .
nT [n][T ]
[f orce] M ·L·T −2
[P ] = [surf ace]
= [masse]·[acceleration]
[surf ace]
= L2
.
3
[n] = 1 ; [T ] = θ ; [V ] = L . D’où :
ver
sion [kB ] =
(M · L · T −2 ) · L3
L2 · θ
= M · L2 · T −2 · θ−1 .

2) du
E 4 se
[energie] [masse] · [vitesse]2 M · L2 · T −2
E =h·f ⇒h=
f
⇒ [h] =
[f requence]
=
pte
[temps]−1
=
T −1
= M · L2 · T −1 .

mb
3)
G=
F ·r 2
⇒ [G] =
[F ][r]
=
(M · L · T −2 ) · L2
2
re 2
= M −1 · L3 · T −2 .
m1 · m2 [m1 ][m2 ] M2
012
2.4 Décroissance exponentielle ?
La concentration d’un médicament introduit dans le sang à l’instant t = 0 varie suivant la loi :

C(t) = C0 e−λt
ver
sion
1) Vous disposez d’un certain nombre de mesures expérimentales, c’est-à-dire de couples de valeurs
(ti , C(ti )). Quelle est la meilleure façon de représenter graphiquement les points pour montrer que
du
vos points obéissent à cette loi et extraire du graphe la valeur de λ ?

4 se
2) Si t est exprimé en heures, quelle est l’unité de λ ? Calculer la constante de temps du phénomène
sachant que λ = 2 h−1 .
pte
1) C(t) = C0 e −λt
⇒ ln (C(t)) = ln C0 e

−λt

mb  
= ln(C0 ) + ln e−λt = ln C0 − λt.
re 2
Si on trace ln(C(t)) en fonction du temps, on obtient un droite d’ordonnée à l’origine ln C0 et de pente −λ.

012
CHAPITRE 2. ANALYSE DIMENSIONNELLE 12

2) L’argument de l’exponentielle étant sans dimension, [λ] = T −1 .


Si t est exprimé en heure, il faut que λ soit exprimée en h−1 .
Si λ = 2 h−1 , le temps caractéristique du phénomène est 1/(2 h−1 ) = 0, 5 h.

ver2.5 Chute d’une bille ?


sion
Dans un fluide, une bille de rayon r animée d’une vitesse v est soumise à une force de frottement
du
donnée par F = −6πηrv, où η est la viscosité du fluide.
4 se
1) Quelle est la dimension de η ?

pte
2) Lorsque la bille est lâchée sans vitesse initiale à l’instant t = 0, sa vitesse s’écrit pour t > 0 : v =
a(1 − exp(− bt )), où a et b sont deux grandeurs qui dépendent des caractéristiques du fluide. Quelles
sont les dimensions de a et b ? mb
re 2
3) Si ρ désigne la masse volumique du fluide, trouver une combinaison simple Re = ρα v β rγ η δ qui soit

0
sans dimension (parmi les différents choix possibles on prendra α = 1). On obtient ainsi le nombre
12
de Reynolds qui permet de caractériser le régime d’écoulement d’un fluide (laminaire ou turbulent).
1)
F [F ] [masse] · [acceleration] M · (L · T −2 )
F = −6πηrv ⇒ η = − ⇒ [η] = = = = M · L−1 · T −1 .
6πrv [r][v] [r][v] L · (L · T −1 )
2) L’argument de l’exponentielle est sans dimension donc [b] = T . Le membre de droite a la dimension
d’une vitesse donc [a] = L · T −1 .
ver 3)
sion
du
 α  β  δ
Re = ρα v β rγ η δ ⇒ [Re] = [ρ]α [v]β [r]γ [η]δ = M · L−3 L · T −1 Lγ M · L−1 · T −1

4 se
⇒ [Re] = M α+δ · L−3α+β+γ−δ · T −β−δ
pte
Re étant sans dimension (d’après l’énoncé), en prenant α = 1, on en déduit :
mb
re 2
 

 1+δ =0  δ = −1

−3 + β + γ − δ = 0 ⇒ β = 1


−β − δ = 0


γ=1 012
En conclusion : Re = ρvr/η.

2.6 Ressort ??
Une masse m oscille à l’extrémité d’un ressort horizontal de constante de raideur k avec une amplitude
ver X0 .

sion
En admettant que sa période T ne dépende que de m, k et X0 , déterminer l’expression littérale de T .
On suppose que la période T est de la forme T = C ×ma k b X0c où C est une constante sans dimension.
On a donc : du
4 se 
[T ] = [m]a · [k]b · [X0 ]c = M a × [f orce] · [longueur]−1
b
× Lc = M a M b Lb T −2b L−b Lc
pte
d’où : 
mb
a+b=0  b = −2
1

re 2

 
T = M a+b · Lc · T −2b ⇒ c=0 ⇒ a= 2 1

−2b = 1 c=0
012

 

CHAPITRE 2. ANALYSE DIMENSIONNELLE 13

La période s’exprime donc sous la forme :


q
T = C × m1/2 k −1/2 = C m/k.

ver
sioTemps
2.7 n dde vol d’un projectile ?
u4
Un projectile de masse m est tiré avec une vitesse initiale ~v faisant un angle α avec un plan horizontal.
sep
L’accélération de gravité est notée g.
tem
1) Donner les dimensions de g.

b
2) En variant l’angle α on se rend compte que le temps de vol tv , c’est-à-dire l’intervalle de temps
re 2
entre l’instant du départ et l’instant où le projectile atterrit, est proportionnel à sin α. Proposer une

t = k × sin α × mβ × v γ × g δ .
0
relation fonctionnelle (trouver les exposants β, γ et δ) pour le temps de vol du type :
12
1) g est une accélération, donc [g] = L · T −2 .
2)
= =1 =1
z}|{ z}|{ z }| {  γ  δ
t = k×sin α×m ×v ×g ⇒ [t] T = [k] × [sin α] ×[m]β ×[v]γ ×[g]δ = M β × L · T −1 × L · T −2
β γ δ
,

ver
sion
d’où :
T = M β · Lγ+δ · T −γ−2δ .
On en déduit que :
du
4 se
 

 β=0  β=0

γ+δ =0 ⇒  γ = −δ


pte
−γ − 2δ = 1 
δ = −1
Finalement : mb v
t = k × sin α · .
g re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 3
sion
d
Réfractionu 4 se
pte
mb
re 2
données - vitesse de la lumière dans le vide : c ' 3 · 108 m.s−1 , constante de Planck :

λv ∼ 400 nm 0
h ' 6, 6 · 10−34 J.s−1 , longueur d’onde du rouge : λR ∼ 750 nm, longueur d’onde du violet :
12
3.1 Spectre des ondes électromagétiques ?
Compléter le tableau ci-dessous :

ver λ0 (nm) 20 850


sion f (Hz)
ω (rad.s−1 )
14
7 · 10
2.3 · 1015
du
Energie (J) 8 · 10−19
Domaine
4 se
Rayon x Ultra-violet
On utilise les relations : pte
λ0 · f = c = 3 · 108 m · s−1 mb
et Energie = h · f avec h = 6, 62 · 10−34 J.s
ω = 2πf
re 2
λ0 (nm)
f (Hz)
20
1, 5 · 1016
248
1, 21 · 1015
429
7 · 1014 012 850 820
3, 53 · 1014 3, 66 · 1014
ω (rad.s−1 ) 9, 4 · 1016 7, 6 · 1015 4, 4 · 1015 2, 2 · 1015 2, 3 · 1015
Energie (J) 9, 9 · 10−18 8 · 10−19 4, 6 · 10−19 2, 3 · 10−19 2, 4 · 10−19
Domaine Rayon x Ultra-violet visible infra-rouge infra-rouge

ver3.2 Loi de la réfraction ??


sion
Une particule passe du point M1 (coordonnées x1 , y1 ) situé dans le milieu 1 au point M2 (coordonnées
x2 , y2 ) situé dans le milieu 2. Sa trajectoire est une ligne droite dans chaque milieu. La vitesse de la
du
particule vaut v1 dans le milieu 1 et v2 dans le milieu 2. On appelle M (coordonnées x, 0) le point de
4 se
passage de la particule entre les milieux 1 et 2 (voir figure ci-dessous, à gauche).

pte
mb
re 2
012
14
CHAPITRE 3. RÉFRACTION 15

y M1
M1 i1

M M
O
ver x

sion i2

du M2 M2

4 se
1) Calculer (en fonction de x1 , y1 , x et v1 ) le temps t1 mis par la particule pour aller du point M1 au
point M .
pte
mb
2) Calculer (en fonction de x2 , y2 , x et v2 ) le temps t2 mis par la particule pour aller du point M au
point M2 .
re 2
3) En déduire (en fonction de x1 , y1 , x2 , y2 , x, v1 et v2 ) le temps t mis par la particule pour aller du
point M1 au point M2 .
0 12
4) Etablir (en fonction de x1 , y1 , x2 , y2 , v1 et v2 ) une équation portant sur x telle que le temps t soit le
plus petit possible.
5) On appelle i1 l’angle entre M1 M et la verticale, et i2 l’angle entre M M2 et la verticale (voir la
figure ci-dessus, à droite). Exprimer sin(i1 ) en fonction de x1 , y1 et x, puis sin(i2 ) en fonction de x2 ,
y2 et x.
6) En déduire que sinv1i1 = sinv2i2 .
7) Faire le lien avec la loi de Descartes (n1 sin i1 = n2 sin i2 ).
ver
1) sion q

du distance (x − x1 )2 + y12
q
M1 M = (x − x1 )2 + y12 ⇒ t1 = =

2) 4 se vitesse v1

q
pte q
(x − x2 )2 + y22
M2 M = (x − x2 )2 + y22 ⇒ t2 =
mb v2
3) t = t1 + t2 donc : re 2
012
q q
(x − x1 )2 + y12 (x − x2 )2 + y22
t= +
v1 v2
4) t devient infini lorsque x = ±∞. Il passe par un minimum pour une certaine valeur de x. Cette valeur
de x est telle que dt/dx
q = 0. q
Rappel : si f (x) = g(x) alors f 0 (x) = g 0 (x)/(2 g(x)). En utilisant cette formule :

dt 1 2(x − x1 ) 1 2(x − x2 )
= +
ver
q q
dx v1 2 (x − x1 )2 + y12 v2 2 (x − x2 )2 + y22

sion
Donc,
dt
=0⇒
1
du
2(x − x1 )
=
1 2(x2 − x) 1
= q
x − x1 1
= q
x2 − x
.
4 se
q q
dx v1 2 (x − x1 )2 + y1
2 v2 2 (x − x2 )2 + y2
2 v1 (x − x1 )2 + y1
2 v2 (x − x2 )2 + y22

pte
Ceci est une èquation dont l’inconnue est x. Pour la valeur de x solution de cette équation, le temps de
parcourt t est minimum.
mb
5)
sinus =
côté opposé re 2
hypothénuse
012
CHAPITRE 3. RÉFRACTION 16

x
x1 x −x1 vitesse v1
M1 i1
j M

ver i

sion vitesse v2

x2
i2
M2

du x − x1
x2 −x
x − x2
4 se
⇒ sin(i1 ) = q
(x − x1 )2 + y12
et sin(i2 ) = q
(x2 − x)2 + y22
pte
6) D’aprés les résultats des question 4 et 5, on déduit que :
mb
sin(i1 )
=
sin(i2 )
. re 2
v1 v2
0 12
7) Si les particules sont des photons, alors leur vitesse est reliée à l’indice de réfraction : vitesse = c/n.
Donc
1 n1 1 n2
= et = .
v1 c v2 c
Donc :
1 1 n1 n2
sin i1 = sin i2 ⇒ sin i1 = sin i2 ⇒ n1 sin i1 = n2 sin i2
v1 v2 c c
ver
Ceci montre que la loi de Descartes est une conséquence de ce que, pour aller d’un point à un autre, la
sion
lumière choisit le chemin qui lui prend le moins de temps possible.

3.3 Prisme ? du
4 se
pte
Le tableau ci-dessous donne les valeurs des indices de réfraction, pour quelques substances, et pour

mb
les deux couleurs extrêmes du spectre visible. Ces valeurs montrent que l’on peut en général négliger
la variation de l’indice de l’air, devant celles du verre ou de l’eau.
re 2
n Air Verre
Violet 1,000278 1,680
Rouge 1,000276 1,596
Eau
012
1,3435
1,3311
Un rayon de lumière blanche arrive sur la face d’un prisme isocèle, avec un angle d’incidence i = 60o .
Le prisme est taillé dans du verre ordinaire.
Reproduire le prisme avec une base de 15 cm. Tracer
soigneusement la marche de ce rayon lumineux dans le

verprisme, avec l’hypothèse qu’il s’agit de lumière violette,

sion
puis de lumière rouge. Les données nécessaires sont re-
groupées dans le tableau ci-dessus. Conclure quant au com-

du
portement d’un faisceau de lumière blanche, et retrouver les
positions relatives des bandes violettes et rouge sur l’écran
4 se
d’observation, telles que constaté lors de l’expérience de dé-

pte
composition de la lumière blanche par un prisme, dite ex-
périence de Newton.
mb
re 2
012
CHAPITRE 3. RÉFRACTION 17

On traite d’abord le cas du rayon violet.


• Première réfraction à l’entrée du prisme :
!
1 sin(60)
1 × sin i = n × sin i1 ⇒ sin i1 = sin i ⇒ i1 = sin−1 = 31, 03o
ver n 1, 68

sion
• Pour calculer l’angle d’incidence i2 de la deuxième refraction (sortie du prisme), on écrit que la somme
des angles d’un triangle vaut 180o .
du
4 se
60 + (90 − i1 ) + (90 − i2 ) = 180 ⇒ i2 = 60 − i1 = 28, 97o .
0
L’angle i de sortie vérifie : pte
mb
n × sin i2 = sin i0 ⇒ i0 = sin−1 (1, 68 × sin(28, 97)) ' 54, 46o .
re 2
0
Pour le rayon rouge, on trouve de même : i1 = 32, 86o , i2 = 27, 14o , i0 = 46, 72o .
12
60

54,46
60 i1 i2

ver
sion
3.4 du
Indice de réfraction ?
4 se
pte
Un faisceau lumineux passe de l’air (nair = 1) à une substance dont l’indice de réfraction est inconnu.
Sachant que l’angle d’incidence est de 30o et que l’angle de réfraction de 15o , quelle est la valeur de
l’indice de réfraction de cette substance ? mb
re 2
En notant les grandeurs associées au premier milieu (l’air) avec un indice 1, et les grandeurs associées

sin i1
012
au second milieu (d’indice inconnu) avec l’indice 2, la loi de Descartes s’écrit :

sin(30)
n1 sin i1 = n2 sin i2 ⇒ n2 = n1 =1× ' 1, 93.
sin i2 sin(15)

3.5 Rayon lumineux à travers une vitre ?


ver
sion
Un faisceau lumineux (en provenance de l’aire, d’indice de réfraction
égal à 1) traverse une vitre d’indice n = 1, 2, d’épaisseur e = 5 mm
du
(se trouvant dans l’air, d’indice 1). L’angle d’incidence du rayon sur la i

4 se
i’
vitre est i = 20o .
1) Calculer l’angle i0 de réfraction à l’intérieur de la vitre (voir schéma). i’’

pte
2) Calculer l’angle de sortie i00 (voir schéma, la sortie se faisant dans 1 n 1
l’air).
mb
re 2 e

012
CHAPITRE 3. RÉFRACTION 18

1) D’après la loi de Descartes, 1 × sin(i) = n × sin(i0 ) d’où :


!
0 −1 sin(20)
i = sin ' 16, 6o .
1, 2

ver
2) D’après la loi de Descartes, sin(i00 ) = n × sin(i0 ). Mais puisque, d’après la question 1), n × sin(i0 ) =
sion
sin(i), on en déduit que sin(i00 ) = sin(i) et donc, i00 = i d’où :

du i00 = 20o .
4 se
pte
3.6 Utilisation de la loi de Descartes ? mb
re 2
0
Une substance inconnue possède un angle critique de α = 42o lorsque le deuxième milieu est l’eau.
Sachant qu’un faisceau lumineux provenant de cette substance possède un angle d’incidence de i1 = 12
28o , quel sera l’angle de réfraction dans l’eau ?
On note ninc l’indice de réfraction de la substance inconnue. L’angle critique lorsque le deuxième
milieu est l’eau étant α, on en déduit que :
=1
z }| { neau
ninc × sin(α) = neau × sin(90) = neau ⇒ ninc = .
ver sin(α)

sion
En appliquant la loi de Descartes lorsque l’angle d’incidence est i1 , on obtient, en notant i2 l’angle de
réfraction :
du
4 se
ninc × sin(i1 ) = neau × sin(i2 ) ⇒ sin(i2 ) =
ninc
neau
× sin(i1 ) =
neau
×
1
sin(α) neau
× sin(i1 ) =
sin(i1 )
sin(α)
.

pte
mb
! !
−1 sin(i1 ) −1 sin(28)
i2 = sin = sin ' 44, 6o .
sin(α)
re 2
sin(42)

012
3.7 Reflexion totale ? ? ?
On fixe une tige de longueur L au centre d’un disque en liège de rayon
R et perpendiculairement au disque (figure ci-dessous). On le place à
R
l’envers (tige en bas) à la surface de l’eau.
Exprimer (en fonction de R et de neau , l’indice de l’eau) la longueur
vermaximale de la tige pour que cette dernière ne soit jamais visible de L

sion
l’extérieur de l’eau.
Application numérique : calculer le rapport L/R maximal en prenant
neau = 1, 33.
du
4 se
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 3. RÉFRACTION 19

Les rayons issus de la tige qui ne


√sont pas arrétés par le disque sont des rayons faisant avec la vertical
un angle supérieur à α = sin−1 (R/ L2 + R2 ).
R

ver rayon emergent

sion
du α L

4 se reflexion totale

pte
mb
La tige ne sera pas visible depuis la surface si pour tous ces rayons (ayant un angle d’incidence supérieur
à α), il y a réflexion totale (donc pas de rayon réfracté).
re 2
Soit i1 l’angle d’incidence d’un rayon. Il y a réflexion totale lorsque :

neau sin i1 > 1 ⇒ sin i1 >


1
neau
0 12
Donc, pour que la tige ne soit pas visible, il faut que :
s
!! 2 2
1 R 1 R 1 L L
 
−1
sin α > ⇒ sin sin √ > ⇒√ > ⇒ + 1 < neau ⇒ <n
neau L + R2
2 neau 2
L +R 2 neau R R
On en déduit que la longueur maximale Lmax de la tige pour qu’elle ne soit pas visible est :
ver q
Lmax = R n2eau − 1.
sion
Application numérique :

du Lmax q
= 1, 332 − 1 = 0, 88.
4 se R
La longueur de la tige ne doit pas excéder 88% du rayon du disque.
pte
3.8 Fibre optique ? ? ? mb
re 2
012
1) On considère une fibre optique constituée par un cylindre centrale (le cœur) d’indice n2 et d’une
gaine cylindrique d’indice n1 < n2 . Montrer que tout rayon situé dans un plan méridien de la fibre et
faisant un angle θ avec l’axe reste prisonnier de la fibre si θ < β où est β un angle que l’on exprimera
en fonction de n1 et n2 .

ver
sion
du
4 se
2) Soit L la longueur de la fibre et c la vitesse de la lumière dans le vide ; calculer la différence de
temps mis par le rayon mettant le moins de temps pour parcourir la fibre et celui mettant le plus de
temps.
pte
mb
3) Application numérique : n2 = 1.6, n1 = 1, c = 3.108 m/s et pour L prendre successivement
L = 1 m , 100 m et 10 km.
re 2
012
CHAPITRE 3. RÉFRACTION 20

1) D’après la formule de Descartes, l’angle α que fait le rayon réfracté avec la perpendiculaire à la surface
de la fibre vérifie : :
=cos θ
z  }| {
π n2
n2 sin − θ = n1 sin(α) ⇒ sin α = cos θ
ver 2 n1

sion α n1

du θ
π/2−θ n2

4 se
pte
mb
Pour que le faisceau reste prisonnier dans la fibre, il ne faut pas qu’il y ait de rayon réfracté. Le faisceau
réfracé existe si sin α < 1. Donc, pour qu’il n’existe pas, il faut que :
re 2
n2 n1 n1
z 0 =β
}| { 12
cos θ > 1 ⇒ cos θ > ⇒ θ < cos−1
n1 n2 n2
(on a inversé le sens de l’inégalité car la fonction cos est décroissante). En conclusion, pour que le faisceau
reste prisonnier dans la fibre, il faut que l’angle θ soit inférieur à :
n1
 
−1
β = cos .
ver n2
2)
sion θ
du θ θ θ θ
4 se
d1 d2
pte d3 d4 d5
L
mb
D’après la figure ci-dessus, la distance D parcourue par le rayon est :
re 2
D=
d1
+
d2
+
d3
+
d4
+
d5
cos θ cos θ cos θ cos θ cos θ
+ ··· =
1
cos θ
(d1 + d2 + d3 + d4 + d5 + · · ·) = 012
L
cos θ
.

Le temps mis par ce rayon dans la fibre vaut donc


D n2 L
t= = .
c/n2 c · cos θ
Le temps le plus court correspond à cos θ le plus grand. Puisque 0 < θ < β, cela correspond à cos θ = 1
ver
(θ = 0). Donc :
sion tmin =
n2 L
c
.

du
Le temps le plus long correspond à la valeur la plus petite pour cos θ, c’est-à-dire à cos θ = cos β = n1 /n2 .
Donc :
4 se n2 L n2
pte
tmax =
c
· .
n1
La différence de temps vaut donc : mb
n2 L n2

re 2 
tmax − tmin =
c n1
−1 .
012
CHAPITRE 3. RÉFRACTION 21

Remarque : si on envoie un flash de durée δt dans la fibre, la durée du flash en sortie sera de δt+tmax −tmin .
Ce flash s’est donc étalé dans le temps. Pour que deux flash ne se superposent pas en sortie, il faut donc
qu’ils soit espacés d’une durée supérieure à tmax − tmin . Ce qui montre que le flux d’information transmis
par un fibre est nécessairement limité.
ver
3) Application numérique :

sion
1 −9
– Si L = 1 m, tmax − tmin = 3·10 8 × 1, 6 × (1, 6 − 1) ' 3, 2 · 10 s.
100 −7
– Si L = 100 m, tmax − tmin = 3·10 8 × 1, 6 × (1, 6 − 1) ' 3, 2 · 10 s.

du
4 104
– Si L = 10 m, tmax − tmin = 3·108 × 1, 6 × (1, 6 − 1) ' 3, 2 · 10 s. −5

4 se
3.9 Indice d’un liquide ? ? ?
pte
mb
Un faisceau laser placé en S traverse une cuve transparente remplie d’un liquide d’indice n, avant de
re 2
frapper un écran en S 0 . Dans cette cuve, on plonge une petite cuve faite d’un verre d’indice n0 > n, les
0 12
faces de cette petite cuve sont parallèles et très étroites. Elles délimitent un volume d’air dont l’indice
sera pris égal à 1. Les faces de la petite cuve étant primitivement perpendiculaires à l’axe SS 0 , on fait
tourner cette petite cuve d’un angle θ dans un sens ou dans l’autre, autour d’un axe perpendiculaire
au plan de la figure. On constate que l’image S 0 disparaît pour |θ| > θ0 .
Expliquer ce phénomène, et montrer que la mesure de θ0 permet de déterminer n.
Cela vient de l’existence de l’angle critique de réflexion totale : pour arriver dans le cube rempli d’air,
le rayon passe d’un milieu d’indice plus élevé vers un milieu d’indice plus faible.

ver indice n’ θ

sion
du
Laser
S S’ θ

4 se
indice n
pte
Ecran

mb
L’angle d’incidence du faisceau sur la surface liquide/verre vaut θ. Il pénètre dans le verre avec l’angle
re 2
α (par rapport à la perpendiculaire à la surface). D’après la loi de Descartes :
0
n sin θ = n sin α ⇒ sin α =
n
n0 012
sin θ.

Le faisceau pénètre ensuite dans l’air, en faisant un angle β avec la perpendiculaire. D’après la loi de
Descartes :
'1
n
nair sin β = n0 sin α ⇒ sin β = n0 × 0 sin θ = n sin θ.
z}|{
n
Puisque sin α doit être inférieur à 1, pour que le faisceau pénètre dans l’air, il faut que n sin θ < 1 ⇒ θ <
ver
sin−1 (n).
sion
Ensuite, le faisceau pénètre à nouveau dans le verre, puis dans le liquide. Il passe alors toujours vers un
milieu d’indice plus grand, ce qui fait que le rayon réfracté existe toujours.
En conclusion :
du
4 se θ0 < sin−1 (n).

pte
mb
re 2
012
verChapitre 4
sion
d
Formationud’images
4 se
pte
mb
4.1 Formule de conjugaison et construction graphique ? re 2
1) Rappeler les conditions de Gauss relatives à une lentille.
0 12
2) A l’aide d’une lentille convergente de vergence C = +25 δ, on observe un objet de hauteur
h = 1, 0 cm et situé à d = 6, 0 cm de la lentille.
a) Par application de la formule de conjugaison, déterminer la position de l’image, sa taille et com-
parer son sens par rapport à celui de l’objet.
b) Retrouver ces résultats à l’aide d’une construction graphique à l’échelle 1. Comparer l’image
obtenue à l’objet observé (grandissement et sens). L’image est-elle réelle ? Pourquoi ?
ver
sion
1) Condition de Gauss : tous les rayons lumineux pénétrant dans les lentilles sont peu inclinés sur l’axe
principal et restent au voisinage de cette axe.

du
2a) La vergence vaut C = 25 δ, la distance focale image de la lentille vaut donc f 0 = 1/25 = 0, 04 =
4 cm. 4 se
pte
Par application de la formule de conjugaison :
mb
1

1
=
1

1
=
1
+
1
re 2
OA 0 OA OF 0 OA 0 OA OF 0
012
L’objet étant situé à 6 cm à droite de la lentille, OA = −6 cm. La distance focale vaut 4 cm donc
OF 0 = 4 cm. Donc :
1 1 1 1
0
=− + = ⇒ OA0 = 12 cm.
OA 6 4 12
L’image est donc située à 12 cm à droite de la lentille.

ver Pour connaître la taille de l’image, on utilise :

sion A0 B 0
=
OA0
⇒ A0 B 0 = AB ·
OA0

du AB OA OA

4 se
On suppose de AB > 0 (objet vers le haut) : AB = 1 cm. On trouve :

pte
A0 B 0 = 1 ×
12
= −2 cm.
mb
−6
L’image est donc inversée et de taille 2 cm.
re 2
012
22
CHAPITRE 4. FORMATION D’IMAGES 23

2b) Le schéma ci-dessous est fait à l’échelle 1/2. Pour trouver la position et la taille de l’image, on trace
un premier rayon issu du point B et partant parallèlement à l’axe optique. Le rayon émergeant coupe l’axe
optique en F 0 . On trace ensuite le rayon issu de B et pasant par le point 0 (centre optique). Ce rayon n’est
pas dévié par la lentille et coupe le premier au point B 0 .
ver
sion B

du
4 se A’

A F O
pte F’

mb
re 2 B’
0 12
4.2 Image virtuelle ?
A l’aide d’une lentille convergente de vergence C = +20 δ, on observe un objet de hauteur h =
1, 0 cm et situé à d = 3, 0 cm de la lentille.
1) Par application de la formule de conjugaison, déterminer la position de l’image, sa taille et son
versens.

sion
2) Retrouver ce résultat à l’aide d’une construction graphique à l’échelle 1.
3) L’image est-elle réelle ? Pourquoi ?

du
4) Dans ces conditions, la lentille constitue une loupe : expliquer pourquoi.

4 se
1) C = +20 δ ⇒ f 0 = 1/20 = 0, 05 m = 5 cm.
1

1
=
1

1
= pte
1
+
1
=
1
+
1
= −
2
.
OA0 OA OF 0 OA0 OA OF 0
mb
−3 5 15

Donc, OA0 re 2
= −7, 5 cm. L’image est donc située à 7, 5 cm à gauche de la lentille.

A0 B 0
=
OA0
⇒ A0 B 0 = AB ·
OA0
=1×
−7, 5 012
= 2, 5 cm.
AB OA OA −3
L’image est donc orienté vers le haut et mesure 2, 5 cm.

2) Le schéma ci-dessous est fait à l’échelle 1/2. Pour trouver la position et la taille de l’image, on trace un
premier rayon issu du point B et partant parallèlement à l’axe optique. Le rayon émergeant coupe l’axe
ver
optique en F 0 . On trace ensuite le rayon issu de B et pasant par le point 0 (centre optique). Ce rayon n’est

sion
pas dévié par la lentille. Il ne coupe pas le premier rayon dessiné. Cependant, en prolongeant le premier
vers la gauche, on trouve, à l’intersection, le point B 0 .

du
4 se
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 4. FORMATION D’IMAGES 24

B’

ver
sion A’ F A O F’
du
4 se
pte
mb
3) Les rayons émergeants de la lentille ne se coupent pas. Il n’y a pas moyen d’observer l’image sur un
écran (un écran est éclairé par les photons qui arrivent et convergent pour former l’image. Ici, il n’y a
re 2
pa de photons qui convergent pour former une image). Par contre, un œil situé à droite de la lentille et

0
obervant du côté de la lentille va recevoir des rayons lumineux. Ces derniers sont (pour l’œil) identiques
12
à des rayons qui viendraient du point B 0 : l’œil a donc l’impression de voir des rayons venant d’un objet
situé en B 0 . Alors que cet objet n’existe pas. C’est la raison pour laquelle A0 B 0 est une image virtuelle.

4) L’image A0 B 0 est agrandie : la lentille fonctionne comme une loupe.

4.3 Lentille plan-convexe ??


ver
sion
Une lentille plan-convexe est un bloc de verre d’indice n (placé dans l’air d’indice 1), limité par une
face plane et une face sphérique de rayon R et de centre C. Elle reçoit sur sa face plane un rayon

du
lumineux parallèle à une distance h de l’axe optique (figure ci-dessous).
1) Rappeler la loi de Descartes sur la réfraction.
4 se
2) Pourquoi le rayon n’est-il pas dévié à la traversée de la surface plane ?

pte
3) On suppose que les angle i et r sont suffisamment faible pour que leurs sinus et tangente soient

mb
peu différents de l’angle exrimé en radian. Montrer que i = h/R. En déduire l’expression de r en
fonction de h, R et n.
re 2
rayon R 012
r
i
h a
C O F’

ver
sion
du
4) Calculer l’angle a en fonction de h, R et de n.
4 se
5) En supposant que la lentille est mince, déduire de la question 4) l’expression de la distance focale
f 0 de la lentille, en fonction de R et de n.
pte
6) Que vaut f 0 lorsque n ' 1 ? Est-ce normal ?
mb
re 2
7) Déduire de la question 5) que la lentille est d’autant plus convergente que le rayon est petit et que
l’indice n est grand.
012
CHAPITRE 4. FORMATION D’IMAGES 25

1) n1 sin i1 = n2 sin i2 , où i1 est l’angle que fait le rayon lumineux incident (milieu d’indice n1 ) avec la
normale du plan se séparation, et i2 l’angle que fait le rayon refracté (milieu d’indice n2 ) avec cette même
normale.

ver
2) L’angle d’incidence est i1 = 0, donc sin i1 = 0 et donc, d’aprés la loi de Descartes, sin i2 = 0, ce qui

sion
implique i2 = 0. i1 = i2 = 0 : le rayon n’est pas dévié.

du
3) sinus = (côté opposé) / (Hypoténuse) ⇒ sin i = h/R. i étant petit, sin i ' i et donc i = h/R.
Loi de Descartes ⇒ n sin i = 1 sin r ⇒ n · i = r. En conclusion :
4 se nh
pte r=
R
.

mb
4) Il apparaît, d’après la figure ci-dessous, que a = r − i.
re 2
i0
r r−i
12
i
a
C O

ver nh nh

sion
Or, r = R
et i = h/R donc a = R
− h/R. En conclusion :

h
du a=
R
(n − 1) .

4 se
5) Le foyer image est le point où convergent les rayons incidents parallèles à l’axe optique.
pte
En considérant le triangle formé par O,F’ et le point où le rayon émergent sort de la lentille, on obtient
h
OF 0
mb
= tan(a) ' a, car vu que la lentille est mince, on peut assimiler le point 0 à l’intersection de la
verticale du point où le rayon émerge avec l’axe optique. Donc :
re 2
h 0
OF = = h ×
a
R
h (n − 1)
=
R
n−1
. 012
OF 0 est indépendant de h, donc tous les rayons incidents parallèles à l’axe optique (quelle que soit leur
hauteur h) convergent en F 0 . La distance focale vaut donc :
R
f0 = .
n−1
ver
6) n = 1 ⇒ f 0 = 1−1 R
= ∞. Cela était prévisible : si n = 1, la lentille n’existe pas, et donc les rayons
sion
incidents parallèles entre eux se coupent ... à l’infini.

du
7) Une lentille est d’autant plus convergente que sa distance focale est petite (ou que sa vergence, C =
4 se
1/f 0 , est grande). D’après la relation f 0 = n−1
R
, on constate que plus R est petit, plus f 0 est petit (plus C

pte
0
est grand). De même, plus n est grand, plus f est petit (plus C est grand).

mb
re 2
012
CHAPITRE 4. FORMATION D’IMAGES 26

4.4 Utilisation des formules de conjugaison et de grandissement ?


On observe sur un écran l’image d’un objet perpendiculaire à l’axe optique, de dimension 1 cm.
L’objet est situé à 15 cm devant la lentille et l’écran est placé à 30 cm de celle-ci.

ver1) En utilisant la formule de conjugaison, calculer la distance focale de la lentille. En déduire sa

sion
vergence.
2) Calculer la taille de l’image.

du
3) On rapproche l’objet précédent de la lentille : l’image est maintenant droite et trois fois plus grande
que l’objet. Donner la valeur du grandissement transversal du montage, et en déduire une relation
4 se
entre les grandeurs algébriques OA et OA0 .
pte
4) En utilisant la formule de conjugaison des lentilles minces, exprimer OA en fonction de la distance

mb
focale de la lentille. Faire l’application numérique.
5) Où est placé l’objet par rapport à la lentille ?
1) re 2
OF
1
0
=
OA
1
0

1
OA
=
1

1
30 −15
1
= .
10
0 12
0
La distance focale de la lentille vaut de f = 10 cm.

2)
A0 B 0 OA0 OA0 30
= ⇒ A0 B 0 = AB · =1× = −2 cm
AB OA OA −15

ver
3) La valeur du grandissement transversal est A0 B 0 /AB = 3

sion OA0
=
A0 B 0
= +3 ⇒ OA0 = 3 × OA.
du OA AB
4)
1 4 se 1 1 1 1 2 1
OF 0
=
OA 0

pte
OA
= −
3OA OA
=−
3 OA
0 3 2 0
mb
On en déduit que f = − 2 OA et donc que OA = − 3 f ' −6, 7 cm.
re 2
012
5) L’objet est donc situé entre le foyer objet et la lentille (6, 7 cm avant la lentille). Il est à noter que
l’image est dans ce cas une image virtuelle.

4.5 Doublet de lentilles ??


Deux lentilles L1 et L2 de distances focales images f10 et f20 sont placées sur le même axe, respective-
ment aux points O1 et O2 . La lentilleL1 est située avant L2 . On appelle e la distance entre O1 et O2 .

verOn place un objet AB à la distance d devant la lentille O1 .

sion
1) Soit A1 B1 l’image de AB par la lentille L1 . Calculer O1 A1 puis O2 A1 .
2) Soit A2 B2 l’image de A1 B1 par la lentille L2 . Calculer O2 A2 .

du
3) Soit d0 la valeur de la distance d telle que l’image A2 B2 soit à l’infini. Calculer d0 en fonction de
e, f1 et f2 .
4 se
4) On suppose que la distance d est infinie (c’est-à-dire qu’elle est beaucoup plus grande que e, f1 et
f2 ). Que devient O2 A2 ?
pte
mb
5) Toujours dans le cas où d est infinie, montrer qu’il existe une certaine valeur de e telle que O2 A2
est aussi infinie. Calculer cette valeur.
6) Que vaut alors d0 (calculée à la question 3) ? re 2
012
CHAPITRE 4. FORMATION D’IMAGES 27

1)
1 1 1 1 1 1 1
− = ⇒ = + 0 ⇒ O1 A1 =
O1 A1 O1 A 0
O1 F1 O1 A1 −d f1 −1/d + 1/f10
=−e

ver z }| {
O2 A1 = O2 01 +O1 A1 =
1
− e.
sion e
−1/d + 1/f10

du
d

B 4 se
pte
A2 A1
A F1 O1 F’ F
1
mb 2
O
2
F’2

B2
B1
re 2
2) De même qu’à la question 1, on trouve :
0 12
1 1
O2 A2 = = .
1/O2 A1 + 1/O2 F20 1/O2 A1 + 1/f20

En remplaçant O2 A1 par son expression calculée à la question 1, on trouve :

ver O2 A2 =
1

sion 1
−1/d+1/f 0
1
−e
1
+ 1
f20

3)
du
O2 A2 = ∞ ⇒
1 4 se +
1
=0⇒
1
=−
1

1
− e = −f20
1
−1/d0 +1/f10
−e f20
pte 1
−1/d0 +1/f10
−e 0
f2 −1/d0 + 1/f10

1 1 1 1 1 1 mb 1
⇒− + 0 =
d0 f1 0
e − f2

d0
= 0 + 0
f1 f2 − e
⇒ d0 =
re 2 1
f10
+ f 01−e
.

4) d = ∞ ⇒ 1/d = 0. D’après la question 2, on obtient : 012 2

1 1
O2 A2 = 1 1 = 1 1
1
−e
+ f20 f10 −e
+ f20
−0+1/f 0
1

5)
1 1
+ 0 = 0 ⇒ f20 = e − f10 ⇒ e = f10 + f20 .
ver O2 A2 = ∞ ⇒
f10 − e f2

sion
6) En prenant e = f10 + f20 dans la formule donnant d0 , trouvée à la question 3, on obtient :

du d0 =
1
=
1
1 =
1
= ∞.
4 se
1 1 1
f10
+ f20 −(f10 +f20 ) f10
+ −f 0 0
1

pte
Il est logique de trouver d0 = ∞ car le cas où e = f10 + f20 correspond (d’après la question 5) au cas où
mb
(objet à l’infini) ⇐⇒ (image à l’infini)
re 2
012
CHAPITRE 4. FORMATION D’IMAGES 28

4.6 Lentilles ??
Soit une lentille, de centre O1 et de distance focale f10 . Soient AB un objet, et A1 B1 l’image de AB
par la lentille.

ver1) A quelle distance de la lentille faut-il placer l’objet pour que l’image soit renversée et de même

sion
taille que l’objet ?
2) L’objet étant placé comme indiqué à la question 1, on place dans le plan focal de la première lentille
une seconde lentille de distance focale f20 = 2f10 . On note A2 B2 l’image de AB par l’ensemble de ces
du
deux lentilles. Calculer O1 A2 et A2 B2 en fonction de f10 et de AB.
4 se
3) A quelle distance de la première lentille aurait-il fallu placer la seconde lentille pour que l’image
de AB par ces deux lentilles se situe à l’infini ?
pte
mb
4.7 Microscope ??
re 2
Un microscope possède un objectif = 0, 5 cm) et un oculaire L2 (O2 , f20 = 2 cm). Un objet
L1 (O1 , f10
lumineux AB est observé. On définit la distance ∆ par ∆ = F10 F2 = 12, 3 cm.
0 12
1) A quelle position placer AB, par rapport à l’instrument, pour obtenir une vision à l’infini. Déter-
miner la puissance intrinsèque Pi du microscope (rapport entre l’angle sous lequel on voit l’objet en
sortie et la taille de l’objet).
2) On observe désormais les globules du sang humain de dimension 7 µm. Quel est l’angle sous
lequel on voit un globule à travers l’instrument, pour une visée à l’infini ?

ver3) Du fait de la structure granulaire de la rétine, l’œil ne peut distinguer deux points que si l’angle
sous lequel il les voit est au moins égal à  = 1, 50 . Trouver en fonction de , ∆ f10 et f20 , la taille l
sion
du plus petit objet dont les points A et B sont vus distinctement à travers le microscope. Calculer l et
comparer cette valeur à la longueur d’onde moyenne du rayonnement utilisé. Conclure.
du
4 se
1) Pour obtenir une vision à l’infini, il faut que l’image donnée par l’oculaire L2 soit située à l’infini. Or
une lentille donne une image à l’infini lorsque l’objet est situé dans son plan focal objet. Il faut donc que
pte
l’image intermédiaire A1 B1 se trouve dans le plan focal objet de L2 . Donc 01 A1 = f10 + ∆.

mb oculaire

objectif ∆ re 2
B

AF
1
01 F’1
A1
F2 02
012
α

F’2

(L 1)
B1
(L 2)

En appliquant la formule de conjugaison :


ver
sion 1

1
O1 A1 O1 A
=
1
0
O1 F1

1
O1 A
=
1

1
0
O1 A1 O1 F1
= 0
1 1
− 0 ⇒ O1 A =
f1 + ∆ f1 1
1
f10 +∆
− 1
f10
.

du
4 se
Pour calculer l’angle α0 sous lequel on voit l’objet en sortie, on calcule d’abord la taille (algébrique) A1 B1
de l’image intermédiaire :
pte
mb
!
A1 B1 O1 A1 1 1 1 ∆
= ⇒ A1 B1 = AB · O1 A1 · = AB · (f10 + ∆) · 0
− 0 = −AB · .
f10
AB 01 A O1 A f1 + ∆ f1
re 2
012
CHAPITRE 4. FORMATION D’IMAGES 29

Par ailleurs A1 B1
f20
= tan(α0 ) ' α0 d’où :


−AB · f10 ∆
0
α = = −AB · .
f20 f20 f10
ver
sion
La puissance Pi = |α0 |/AB vaut donc :

du Pi =

f20 f10
=
12, 3 · 10−2
2 · 10−2 × 0, 5 · 10−2
= 1230 m−1 .

4 se
pte
2) α0 = AB × Pi = 7 · 10−6 · 1230 = 8, 6 · 10−3 rad.

3) mb
f20 f10
α0 =  ⇒ AB = /Pi = . re 2

On en déduit que la taille minimale visible avec le microscope vaut : 0 12
f20 f10
l= .

Application numérique :  = 1, 50 = 1, 5/60 degres = 1, 5/60 × π/180 ' 0, 44 · 10−3 rad.
Donc :
0, 44 · 10−3 2 · 10−2 0, 5 · 10−2
ver l=
12, 3 · 10−2
' 3, 6 · 10−7 m = 0, 36 µm.

sion
La longueur d’onde moyenne est de l’ordre de λ ' 600 nm = 0, 6 10−6 m. Cette longueur d’onde fixe
l’ordre de grandeur de la taille du plus petit objet visible, en raison du phénomène du diffraction. Puisque
du
λ > l, on en déduit que ce qui est limitant pour voir de petits objet n’est pas la valeur de , mais la
4 se
diffraction. Il serait donc vain de chercher à améliorer la résolution en prenant par exemple des lentille

pte
plus convergentes (de plus faibles distances focales).

mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 5
sion
d u4
Radioactivité se pte
mb
re 2
données : masse d’un électron : me = 9, 1.10−31 kg, masse d’un proton : mp = 1, 673.10−27 kg, masse
d’un neutron : mn = 1, 675.10−27 kg
0 12
5.1 Atomes ?
Indiquer le nombre de protons, de neutrons et d’électrons présents dans chacun des atomes suivants :
40 52 132
20 Ca 24 Cr 54 Xe

ver Un noyau comportant Z protons et N neutrons est noté sous la forme : A Z XN . A est le nombre de

sion
nucléons, c’est-à-dire le nombre de protons et de neutrons : A = Z + N .
• 40
20 Ca : Z = 20 protons et N = 40 − 20 = 20 neutrons. L’atome étant neutre, il y a autant d’électrons

• 52 du
que de protons, soit 20 électrons.
24 Cr : Z = 24 protons et N = 52 − 24 = 28 neutrons. Il y a donc aussi 24 électrons.
• 132 4 se
54 Xe : Z = 54 protons et N = 132 − 54 = 78 neutrons. Il y a donc aussi 54 électrons.

pte
5.2 mb
Décroissance radioactive d’une source de plutonium ?
re 2
012
Une masse m d’élément radioactif contenu dans une source scellée diminue au cours du temps selon
la loi exponentielle suivante : m(t) = m0 exp(−λt) où m0 est la masse initiale d’élément radioactif,
λ est la constante radioactive reliée à la période T de l’élément.
1) La période T de décroissance radioactive se définissant comme l’intervalle de temps au cours
duquel statistiquement la moitié des noyaux subiront une désintégration, N (t + T ) = N2(t) , montrer
que la constante radioactive λ est reliée à la période de l’élément par l’expression : λ = lnT2 .
2) Un container renferme une source radioactive constituée par m0 = 50 mg de plutonium 239 P u
provenant d’un réacteur nucléaire. La période radioactive T du plutonium est de 24 000 ans. Tracer
ver dans un graphe ln m(t) en fonction de t sur 100 000 ans.
sion
3) Combien d’années faut-il attendre pour que la masse de plutonium radioactif ne soit plus que 1%
de la masse initiale ?
du
4 se
4) Combien de noyaux y a-t-il dans un échantillon de cet isotope à l’instant t = 0 ?

pte
5) En déduire l’activité de l’échantillon.
mb
6) Combien de noyaux reste-t-il 10 000 ans plus tard ? Quelle est alors l’activité de l’échantillon ?
re 2
012
30
CHAPITRE 5. RADIOACTIVITÉ 31

N (t) m(t)
1) N (t + T ) = 2
⇒ m(t + T ) = 2
⇒ exp (−λ(t + T )) = 21 exp(−λt)
1 1 1
⇒ exp(−λt) exp(−λT ) = exp(−λt) ⇒ exp(−λT ) = ⇒ −λT = ln = − ln 2.
2 2 2

ver
λ est donc reliée à T par la relation :
λT = ln 2
sion
2) La constante radiactive vaut λ = ln 2/24000 ' 2, 89 · 10−5 an−1 .

du
m(t) = m0 exp(−λt) ⇒ ln(m(t)) = ln(m0 ) − λt = ln(m0 ) − ln(2) T
t : il faut donc tracer une droite
d’ordonnée à l’origine ln(m0 ) = 3, 91 et passant au point de coordonnées :
ln(2)
(100000, ln(m0 ) − 24000 4 se
100000)=(100000; 1, 024)
ln (m(t))
pte
5
mb
4
re 2
3

2 0 12
1

0
temps (an)
20000 40000 60000 80000 100000

ln(100) 24000×ln(100)
3) m(t) = 0, 01 · m0 → 0, 01 = exp(−λt) → ln(0, 01) = −λt ⇒ t = λ
= ln(2)
'
1, 6 · 105 ans.

ver
4) Pour 239 P u, le nombre de nucléons vaut A = 239. En négligeant la différence entre la masse d’un
sion
proton et d’un neutron, et en négligeant la masse des électrons devant celle des protons, on trouve que la
masse d’un atome de plutonium 239 vaut mpu ' 239 × mp . Le nombre de noyaux (à l’instant t = 0) vaut
donc : du NP u =
4 se
m0
mP u
=
50 · 10−6
239 × 1, 67 · 10−27
= 1, 25 · 1020 .

pte
5) L’activité est le nombre de désintégration par unité de temps, c’est-à-dire λ×Npu = 2,89·10−5 ×1,25·1020
'
1, 15 · 108 Bq. mb 365×24×3600

re 2
6) Au bout de 10 000 ans, il reste :
 
1, 25 · 1020 × exp −2, 89 · 10−5 × 10 000 ' 9, 34 · 1019 noyaux.
012
2,89·10−5 ×9,34·1019
L’activité vaut donc 365×24×3600
' 8, 65 · 107 Bq.

5.3 Décroissance radioactive ?


ver
sion
Un échantillon de l’isotope 131
53 I a eu son activité divisée par 16 en 32 jours.
1) Tracer qualitativement sur un graphe à deux échelles linéaires la décroissance de l’activité en

du
fonction du temps : l’unité de temps sera la période T de l’isotope ; on indiquera a(t = 0) = a0 ; ainsi

2) En déduire la période T de 131


53 I4 se
que les valeurs de a(t = nT ) pour n = 1, 2, 3 et 4, en fonction de a0 , n et des puissances de 2.

3) Quelle est la masse du radio-isotope 131


pte 8
53 I correspondant à une activité de 1, 85 · 10 Bq ?

mb
1) L’activité est divisée par 2 chaque fois que la durée s’est écoulée :
T
a0 −→
a0 T a0 T a0 T a0
−→ −→ −→ ··· re 2
2 4 8 16
012
CHAPITRE 5. RADIOACTIVITÉ 32

activite

ao

ver a o /2

sion a o /4
a o /8
ao /16

du 0 T 2T 3T 4T 5T temps

4 se
2) L’activité est divisée par 16 au bout de la durée 4T . On en déduit que 4T = 32 jours et donc que T = 8
jours.
pte
mb
3) L’activité est le nombre de désintégration par unité de temps : a = λn = ln(2)/T · n où n est le nombre
de noyaux. Donc : re 2
n=
a×T
ln(2)
.
0 12
La masse d’un atome 131
53 I est égale à :

mI = (nombre de protons)×mp +(nombre de neutrons)×mn +(nombre d’électrons)×me ' (nombre de nucléons)×

où l’on a négligé la masse des électrons, et la différence de masse entre un proton et un neutron. On en
déduit que la masse de l’échantillon vaut :

ver a×T 8
−27 1, 85 · 10 × 8 × 24 × 3600
sion
m = 131 · mp
ln(2)
= 131 × 1, 67 · 10
ln(2)
' 4, 04 · 10−11 kg

du
4 se
Production et désintégration du technetium 99mT c ??
5.4
pte
mb
Le technétium 99m T c (état excité de 99 T c), est émetteur de rayons γ utilisés en médecine nucléaire
pour détecter les tumeurs cervicales (γ caméra) : re 2
99m
43 T c →99
43 T c + γ
012
La période de désintégration T2 de 99m T c est de 6 heures.
Le 99m T c est lui-même produit par la désintégration β− du molybdène 99 M o, dont la période T1 est
de 66,5 heures :
99 99m −
42 M o →43 T c + e + ν̄.

verOn désignera avec l’indice 1 les paramètres radioactifs (période, constante radioactive, activité) relat-
ifs à l’élément 99 M o, qui subit la réaction de désintégration à l’origine de la production du 99m T c, et
sion
ceux relatifs au technétium 99m T c seront désignés avec l’indice 2.

du
Les réactions nucléaires de filiation peuvent alors se schématiser :

4 se 99
Mo →
pte 99m
Tc → 99
Tc
(1) →
mb
(2) → (3)
λ1 λ2
re 2
012
CHAPITRE 5. RADIOACTIVITÉ 33

1. Variation en fonction du temps du nombre de noyaux N1 (t) de 99 M o et activité a1 (t)


a) Exprimer la variation dN1 du nombre N1 de noyaux (1) pendant l’intervalle de temps dt (expression
littérale en fonction de N1 , λ1 ).
b) En déduire l’expression littérale de la variation da1 de l’activité a1 en fonction de a1 , λ1 .
ver c) Résoudre l’équation différentielle de la question b) pour retrouver la loi de variation de a1 en

sion
fonction du temps (on posera a10 = activité du radioélément (1) au temps initial).
a) Le nombre de noyaux qui se désintègrent pendant la durée dt est proportionnel au nombre de noyaux
du
présents (N1 ) et à la durée dt. Le facteur de proportionalité est la constante radioactive λ1 . La variation du
4 se
nombre de noyau est égale à moins le nombre de noyaux qui se sont désintégrés, donc :

pte
dN1 = −λ1 · N1 · dt.
b) L’activité vaut a1 = λ1 N1 donc mb
re 2
da1 = λ1 dN1 = λ1 × (−λ1 · N1 · dt) = −λ1 · a1 · dt.
c)
da1 Z a1
da1 Z t
0Z t 12
da1 = −λ1 · a1 · dt ⇒ = −λ1 dt ⇒ = −λ1 dt = −λ1 dt.
a1 a10 a1 0 0

• 0t dt = [t]t0 = t − 0 = t
R

= [ln(a1 )]aa110 = ln(a1 ) − ln(a10 ) = ln aa101 .


R a1 da1
• a10 a1

ver On en déduit que :

sion ln
a1
a10
= −λt ⇒
a1
a10
= exp (−λ · t) ⇒ a1 = a10 exp (−λ · t).

du
2. Variation en fonction du temps du nombre de noyaux N2 (t) de 99m T c et activité a2 (t)
4 se
a) Exprimer la variation dN2 du nombre N2 de noyaux (2) pendant l’intervalle de temps dt en fonction
de N1 , λ1 , N2 , λ2 ).
pte
b) Trouver l’expression da2 de l’activité a2 en fonction de a2 , a1 , λ2 , que l’on arrangera sous la forme
d’une équation différentielle : mb
K1
da2
+ K2 a2 = f (t) re 2
où K1 et K2 des constantes.
dt
012
c) Vérifier que la solution de l’équation différentielle (question 2b) est :
λ2  −λ1 t 
a2 (t) = a10 e − e−λ2 t .
λ2 − λ1
a) Il y a deux contributions pour la variation de N2 :

ver – les noyaux 1 qui se désintègrent deviennent des noyaux 2. Il se désintègre λ1 N1 dt noyaux 1 pendant
dt, donc il apparaît λ1 N1 dt noyaux 2 pendant dt,
sion
– les noyaux 2 se désintègrent (et donc disparaissent). La variation du nombre de noyaux 2 pendant
la durée dt ; dûe à leur désintégration, vaut −λ2 N2 dt.
du
La variation totale du nombre de noyau pendant la durée dt vaut donc :
4 se dN2 = λ1 N1 dt − λ2 N2 dt.
pte
b) L’activité des noyaux 2 est le nombre de noyaux 2 qui se désintègrent par unité de temps : a2 = λ2 N2 .
On en déduit que da2 = λ2 dN2 et donc : mb
da2 re 2
λ2
012
= a1 dt − a2 dt ⇒ da2 = λ2 · (a1 − a2 ) · dt.
CHAPITRE 5. RADIOACTIVITÉ 34

En divisant par dt on obtient :


da2
+ λ2 a2 = λ2 a1 = λ2 a10 exp (−λ · t) .
dt

ver
En conclusion :
da2
+ λ2 a2 = λ2 a10 exp (−λ · t).
sion dt
c) On dérive la soultion proposée dans l’énoncé :
du da2 λ2  
−λ1 e−λ1 t + λ2 e−λ2 t .
4 sedt
= a10
λ2 − λ1

pte
On y ajoute λ2 a2 , toujours en utilisant la solution proposée dans l’énoncé :
da2
+ λ2 a2 = a10
λ2 
mb 
−λ1 e−λ1 t + λ2 e−λ2 t + a10
λ2  −λ1 t
λ2 e − λ2 e−λ2 t

dt λ2 − λ1
λ2  re 2λ2 − λ1

0

= a10 −λ1 e−λ1 t + λ2 e−λ1 t = a10 λ2 e−λ1 t .
λ2 − λ1
12
On constate donc que l’expression proposée par l’énoncée est bien une solution de l’équation différentielle
da2
dt
+ λ2 a2 = λ2 a10 exp (−λ · t). Par ailleurs, en prenant t = 0 dans cette expression , on trouve a2 = 0,
ce qui correspond à la condition initiale.
3. Tracés des variations a1 (t) et a2 (t)
A l’instant initial on dispose d’une source 99 M o dont l’activité vaut a10 = 8, 5 Ci. Cette source ne
contient pas de technétium : a2 (t = 0) = 0.
vera) Calculer l’activité a1 du 99 M o et l’activité a2 du 99m T c au temps t = 10 h.
sion
b) L’activité a2 du 99m T c passe par un maximum. Déterminer le temps tmax pour lequel le maximum
du
est atteint et les valeurs a2 (tmax ) et a1 (tmax ).

4 se
On rappelle qu’une fonction admet un extremum quand sa dérivée s’annule (Sachant qu’au départ
l’activité est nulle, l’activité va commencer par croître, donc le premier extremum sera un maximum)
c) Compléter le tableau de valeurs : pte
mb
t (h) 0 10
a1 (t) (Ci) 8,5
... 90
re 2
100

a2 (t) (Ci) 0
012
et tracer sur un même graphe les variations de a1 et a2 .
d) Si, pour que cette source soit utilisable en Médecine nucléaire, il faut que l’activité a2 de l’échan-
tillon soit supérieure ou égale à 5 Ci, estimer à l’aide de la courbe dans quel intervalle de temps cette
source peut être utilisée.
10
a) • a1 (t = 10 h) = 8, 5 exp(− 66,5 ln(2)) ' 7, 66 Ci.
ver 1/6
• a2 (t = 10 h) = 8, 5 1/6−1/66,5 10
(exp(− 66,5 ln(2)) − exp(− 10
6
ln(2))) = 5, 48 Ci
sion
b) La dérivée de a2 (t) a déjà été calculée :
du da2 λ2  
−λ1 e−λ1 t + λ2 e−λ2 t .
4 sedt
= a10
λ2 − λ1

pte
Elle s’annule lorsque λ1 exp(−λ1 t) = λ2 exp(−λ2 t), c’est-à-dire lorsque :
λ1
= exp ((λ1 − λ2 )t) ⇒ tmax = mb
ln(λ1 /λ2 )
=
6/66, 5
' 22, 9 h
λ2 λ1 − λ2
re 2
ln(2)/66, 5 − ln(2)/6
c)
012
CHAPITRE 5. RADIOACTIVITÉ 35

t (h) 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
a1 (t) (Ci) 8,5 7,66 6,90 6,22 5,60 5,05 4,55 4,10 3,69 3,33 3,00
a2 (t) (Ci) 0 5,48 6,66 6,54 6,07 5,52 4,99 4,50 4,06 3,66 3,29

ver 9
a1 (t)
.

sion
8 a2 (t)
7

du activite (Ci)
6

4 se
5

3
pte
2
mb
1
re 2
0
0 20 40 60 80
temps (h)
100
0 120 140

12
d) l’activité a2 (t) est supérieure à 5 Ci pour 8, 2 h < t < 60 h. L’examen devra donc survenir entre 8, 2 h
et 60 h aprés l’injection.

5.5 Période physique et période biologique ??


ver
sion
L’iode 131
53 I a une période de décroissance radioactive Tp = 8 jours. L’activité initiale d’une source
radioactive constituée de 131
53 I est a0 = 400 µCi.

du
1) Pour que l’activité de la source s’abaisse à 100 µCi, combien de temps faut-il attendre ?
2) Donner l’expression (en fonction de Tp et a0 ) de l’évolution de l’activité de la source en fonction
du temps. 4 se
pte
mb
La totalité de l’iode de la source précédente est en fait injectée dans la thyroïde d’un patient. La

re 2
diminution de l’activité de l’iode contenu dans la thyroïde résulte alors à la fois de la décroissance
radioactive et de l’élimination biologique (qui satisfait elle aussi à une loi exponentielle caractérisée
012
par une période de décroissance Tb ). La période effective de décroissance de l’iode dans la thyroïde
est alors T .
3) La période effective T est-elle supérieure ou inférieure à Tp ? Justifier votre réponse.
4) Donner l’expression de la variation du nombre de noyaux pendant dt.
5) Donner l’expression (en fonction du temps, de Tb , Tp et de a0 ), de l’évolution de l’activité de l’iode
contenu dans la thyroïde.
6) L’activité de l’iode dans la thyroïde mesurée 6 jours après l’injection est 200 µCi. Calculer la

verpériode Tb d’élimination biologique.

sion
1) L’activié est divisée par 2 chaque fois d’une durée égale à la période radioactive Tp s’écoule : elle passe
donc de a0 = 400 µCi à a0 /2 = 200 µCi au bout de la durée Tp = 8jours, puis de a0 /2 = 200 µCi

du
à a0 /4 = 100 µCi au bout d’une autre durée Tp . En conclusion, il faut attendre la durée 2Tp = 16 jours

4 se
pour que l’activité s’abaisse à 100 µCi.

2) dN
dt pte
= −λN ⇒ N (t) = N0 exp(−λp t). L’activité est le nombre de désintégrations par unité de temps :

mb
a = λp N . On en déduit que a(t) = a0 exp(−λp t). Puisque λ = ln(2)/Tp , il vient :

a(t) = a0 exp −
ln(2)t
. re 2
!

Tp
012
CHAPITRE 5. RADIOACTIVITÉ 36

3) La période effective est le temps au bout duquel la moitié de l’iode radiactif a disparu. Il y a deux
origines à cette disparition : la désintégration et l’élimination biologique. L’iode radiactif disparît plus
vite que s’il n’y avait pas d’élimination biologique. Donc :

ver T < Tp .

sion
4) L’élimination biologique satisfait à une décroissance exponentielle donc le nombre de noyaux dNb
éliminés par le processus biologique est proportionnel au nombre total de noyaux (N ), la constante de
du
proportionnalité étant λb = ln(2)/Tb : dNb = λb N = ln(2) N · dt. De même, le nombre de noyaux qui se
4 se
Tb
ln(2)
désintègrent vaut dNp = Tp
N · dt. La variation totale du nombre de noyaux est donc −dNb − dNp . Et
donc :
pte λef f

ln(2) ln(2) mb 1 1
z }| !{
dN = −
Tb
N−
Tp
N = − ln(2) +
Tb Tp
N · dt.
re 2
0 12
5) L’équation différentielle précédente (question 4) est de la même forme que celle de la question 1, à
condition de prendre comme constante λef f = ln(2)(1/Tb + 1/Tp ). Donc :
!
1 1
N (t) = N0 exp(−λef f t) = N0 exp(− ln(2) + t).
Tb Tp

l’activité est le nombre de désintégration par unité de temps :

ver a0
z }| { 1 1
! !

sion a(t) = λp N (t) = ln(2)/Tp · N (t) = λp N0 exp − ln(2) +


Tb Tp
t

En conclusion :
du 1 1
! !

4 se a(t) = a0 exp − ln(2) +


Tb Tp
t .

pte
6) L’activité passe de 400 Ci à 200 Ci en 6 jours : elle est donc divisée par deux en six jours. On en
conclut que Tef f = ln(2)/λef f = 6 jours,
mb
ln(2) ln(2) re 2
1

λef f
= 
ln(2) T1b + 1
Tp
 = 1
Tb
+ 012
1
Tp
= 6 jours,

1 1 1 1 1 1 1 1 1
⇒ + = ⇒ = − = − = .
Tb Tp 6 Tb 6 Tp 6 8 24
La période d’élimination biologique vaut donc Tb = 24 jours.

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 5. RADIOACTIVITÉ 37

5.6 Dispersion des photons dans l’espace ?


On considère une source ponctuelle émettant de façon isotrope N particules par seconde. Imaginons
que cette source soit placée au centre d’une sphère de rayon r.

ver1) Combien de particules sortent par la surface totale de la sphère par seconde ?

sion
2) Combien de particules sortent d’une surface δS de la sphère par seconde ? (on rappelle que la
surface d’une sphère de rayon r vaut 4πr2 .)

du
3) Si δS représente la surface d’entrée d’un détecteur, en déduire la loi théorique donnant le taux de
comptage en fonction de la distance r (distance source-détecteur).
4 se
pte
4) Une source radioactive ponctuelle, localisée à 2 cm de

mb
profondeur dans le tissu musculaire, émet de façon isotrope
des photons. Combien de photons sortiraient par seconde
d’une sphère de muscle centrée sur la source de 2 cm de re 2
rayon sachant que la moitié des photons est absorbés par le
muscle et que l’activité de la source correspond à l’émission 0 12
de N0 = 37000 photons par seconde.
5) Un détecteur de fenêtre de surface 5 cm2 , est placé à 20
cm de la source précédente. Calculer le nombre de photons
qui arrivent chaque seconde sur la fenêtre du détecteur (on
négligera l’atténuation des photons dans l’air).

ver
1) N photons sont émis de la source chaque seconde. Tous ces photons vont traverser la sphère. Il y a
donc N photons qui traversent la surface chaque seconde.
sion
2) Le nombre n de photons traversant une surface δS est proportionnel à cette surface : si cette surface
du
est deux fois plus grande, deux fois plus de photons vont la traverser. On a donc : n = kδS où k est une
4 se
constante. Pour déterminer k, on prend δS = 4πr2 (la surface totale d’une sphère de rayon r). D’après la
question 1, n vaut alors N . Donc :
pte
mb
n = kδS ⇒ N = k × 4πr2 ⇒ k =
N
.
re 2 4πr2

012
En conclusion : le nombre de particules sortant de la surface par seconde vaut :
N
n= δS.
4πr2
3) Si le détecteur est suffisamment loin, on peut l’assimiler à une portion de spère de rayon r centrée sur
la source ponctuelle. D’après la question 2, le taux de comptage vaut donc :
N
ver n=
4πr2
δS.

sion
4) La moitié des photons est absorbée. Il sort donc de cette sphère N = N0 /2 photons par seconde.

du 37000×5·10−4

4 se
N N0
5) n = 4πr 2 δS = 8πr2
δS = 8×π×0,22
' 18, 4. 18,4 photons arrivent chaque seconde sur la fenêtre du
détecteur.
pte
mb
re 2
012
verChapitre 6
sion
d
Electricitéu 4 se
pte
mb
re 2
Valeurs numériques : masse d’un électron me = 0, 911.10−30 kg ; Charge électrique d’un électron
q = −1, 6.10−19 Coulomb.
0 12
6.1 Puissance fournie par un générateur ? ? ?
Un générateur de résistance interne r = 50 Ω et de force électromotrice E = 12 V est placé aux
bornes d’une résistance R. Pour quelle valeur de R la puissance fournie par le générateur à cette
résistance est-elle maximale ? Justifier votre réponse.

ver E
sion r
Les deux résistances (R et la résistance interne du générateur r) étant
du placées en série, avec une tension égale à E, l’intensité dans le circuit
R
i 4 se vaut :
E
pte i=
R+r
.

mb
La puissance dissipée dans un dipôle éléctrique vaut P = U × i (U étant la tension, et i l’intensité).
Pour la résistance R, la tension vaut U = Ri. La puissance fournie à la résistance R vaut donc :

E2
re 2
P = Ri2 = E 2 ×
R
(R + r)2 = ·
(R/r)
r ((R/r) + 1)2 012
Le préfacteur E 2 /r étant indépendant de R, on cherche la valeur de x = R/r pour laquelle la fonction
x
f (x) = (x+1)2 est maximale. La dérivée de f vaut :

1−x
f 0 (x) = .
(1 + x)3
verf 0 (x) s’annule pour x = 1. La fonction f (x) prend alors sa valeur maximale. On en déduit que la puissance
sion
fournie par le générateur à la résistance R est maximale pour R/r = 1, c’est-à-dire pour :

du R = r = 50Ω.
4 se
pte
mb
re 2
012
38
CHAPITRE 6. ELECTRICITÉ 39

6.2 Fil de cuivre soumis à une différence de potentiel ??


1) Le cuivre possède les caractéristiques suivantes : masse volumique 8, 9 g/cm3 ; masse molaire
63, 5 g ; capacité calorifique 0, 385J/K/g.
ver
Sachant qu’il libère en moyenne 1,2 électrons par atome à la température ambiante, calculer N , nom-

sion
bre d’électrons libres par unité de volume.
2) On dispose d’un fil de cuivre de diamètre 0, 2 mm et de longueur 10 m. Déterminer la résistivité, la

du
conductivité, la résistance et la conductance de ce fil. On rappelle que la mobilité des électrons dans
le cuivre est µ ' 4, 4 · 10−3 C · s/kg .
4 se
3) On applique une tension de 1 volt aux extrémités de ce fil. Déterminer :
pte
– la vitesse moyenne des électrons libres dans le cuivre,
– la densité de courant,
mb
– le courant,
– la puissance fournie par le générateur de 1V. re 2
6.3 Cuve de compteur Coulter ?
0 12
Un compteur type COULTER permet de dénombrer des globules rouges. De façon simplifiée, il est
constitué d’une cuve remplie de sang mis en mouvement par une différence de pression, d’un orifice
de passage ne laissant passer qu’un seul globule rouge à la fois et d’un générateur de tension.
1) En l’absence de globule rouge dans l’orifice central, calculer la résistance électrique présentée le

ver
sang entre les points A et D en prenant ρsang = 0, 1 Ω.m.

sion
2) Calculer l’intensité du courant fournie par le
générateur (U=1V et R = 1000 Ω) ainsi que la ten-

du
sion vue par l’oscilloscope dans les mêmes condi-
tions.
4 se
3) Lorsqu’un globule rouge, parfaitement isolant

pte
du point de vue électrique en courant continu,
passe dans l’orifice central, il l’obstrue complète-
ment. Que deviennent alors la tension vue par mb
l’oscilloscope et le courant délivré par le généra- re 2
teur ? D’après vous, que compte-t-on pour déter-
miner la quantité de globules rouges présents dans 012
la cuve ?

6.4 Electrophorèse ??
On fait migrer des macromolécules chargées électriquement dans une solution pour électrophorèse.

ver
La tension appliquée est de 100 Volts et la distance entre les électrodes est de 10 cm.

sion
On mesure qu’au bout d’une demi-heure, les macromolécules ont migré de 6 cm. Déterminer leur
mobilité dans cette solution (unités SI).

du
4 se
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 6. ELECTRICITÉ 40

6.5 Mesure d’une résistance tissulaire : comparaison des méthodes


à 2 et 4 électrodes ??
On souhaite mesurer la résistance électrique d’un tissu biologique. Pour ce faire, on y injecte un
ver
courant I et on mesure avec un voltmètre la tension qui apparaît à ses bornes (méthode à 2 électrodes)
sion
(figure 1) .
1) Comment détermine-t-on la résistance tissulaire avec cette méthode (on suppose que le voltmètre
du
n’absorbe aucun courant) ?

4 se
2) Si des résistances parasites apparaissent au niveau des électrodes (figure 2), quel est l’inconvénient
de cette méthode ?
pte
3) Montrer que la méthode a 4 électrodes (figure 3) permet de s’affranchir de ce problème à partir du
mb
moment où le courant absorbé par le voltmètre est nul.

re 2
0 12

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 7
sion
d u4
Hydrostatique se pte
mb
re 2
Valeurs numériques : On donne : ρHg = 13.6 g/cm3 , ρair = 1.16 kg/m3 , ρHe = 0.160 kg/m3 et
ρeau = 103 kg/m3 .
0 12
7.1 Pressions océaniques ?
Quelle est la pression dans l’océan à une profondeur h ?
Vérifier l’homogénéïté de cette formule.
Application numérique : pour h = 10 m, h = 1000 m, h = 11035 m (fosse des Mariannes, Pacifique

ver Est). On prendra g = 10 m.s−2 et P0 = 105 P a pour la pression atmosphérique.

sion
• On utilise la formule ∆P = ρg∆h entre la surface de l’eau (hauteur h0 = 0 et pression P = P0 ). On
obtient P − P0 + ρg(h − h0 ) ⇒ P = P0 + ρgh.
du
4 se
• [pression] = [f orce]/[surf ace] = [masse][acceleration]/[surf ace] = M.LT −2 .L−2 = M.L−1 .T −2 .
[ρgh] = [ρ][g][h] = [masse]/[volume].[acceleration].[longueur] = M.L−3 .L.T −2 .L = M.L−1 .T −2 .
L’équation est donc bien homogène. pte
mb
• Pour h = 10 m : P = 105 + 103 × 10 × 10 = 2 · 105 P a.
• Pour h = 1000 m : P = 105 + 103 × 10 × 103 = 1, 01 · 107 P a.re 2
• Pour h = 11035 m : P = 105 + 103 × 10 × 11035 ' 1, 1 · 108 P a. 012
7.2 Poussée d’Archimède ?
Un iceberg est constitué d’eau douce provenant des glaciers (contrairement à la banquise qui est

ver constituée d’eau salée congelée). Sa masse volumique est donc identique à celle d’un glaçon. La
présence de sel dans les océans modifie la masse volumique de l’eau de mer : l’eau des océans a une
sion
masse volumique plus importante que l’eau du robinet. En prenant ρglace = 0.91 kg/L et ρocean =
1.025 kg/L, calculer le rapport entre le volume émergé (Ve ) et le volume immergé (Vi ) d’un iceberg
dans l’océan. du
4 se
La masse totale de l’iceberg est :

pte
mtotale = ρglace (Ve + Vi ) .

mb
Le poids de l’iceberge est donc : P oids = ρglace (Ve + Vi ) g La poussée d’archimède est égale au poids
de l’eau de mer déplacée par le glaçon = ρocean Vi g.
re 2
012
41
CHAPITRE 7. HYDROSTATIQUE 42

Poussée d’Archimède = force vers le haut ; Poids = force vers le bas. A l’équilibre, les deux forces se
compensent ⇒ poids = poussée d’Archimède ⇒
Ve ρocean
ρglace (Ve + Vi ) g = ρocean Vi g ⇒ +1=
ver Vi ρglace

sion
Conclusion : Ve /Vi = ρocean /ρglace − 1.
Application numérique :
du Ve
=
1, 025
− 1 ' 0.13 = 13%.
4 se Vi 0, 91

pte
7.3 Pression artérielle ? mb
re 2
et en m d’eau. On prendra g = 9.81m/s2 0
1) La pression atmosphérique moyenne est de 1, 013.105 P a. Exprimer cette pression en mm de Hg
12
2) Quelle est la pression artérielle moyenne au niveau du cœur en P a sachant qu’elle est plus grande
que la pression extérieure d’environ 120 mm Hg ?
3) La pression du sang varie selon l’endroit du corps. En supposant que la distribution du sang dans
le corps est en équilibre hydrostatique, quelle est la pression sanguine moyenne en P a et en mm Hg
au niveau des pieds et dans le cerveau par rapport à la pression cardiaque pour une personne debout
et immobile ? On prendra ρ = 103 kg/m3 pour le sang, 1, 3 m pour la distance pied-cœur et 50 cm
verpour la distance cœur-tête.

sion
1) Exprimer une pression en mm de mercure signifie : quelle est la hauteur de la colonne d’un baromètre
à mercure ?
du
La masse volumique du mercure est ρHg = 13, 6 · (10−3 kg) · (10−2 m)−3 = 13, 6 · 10−3 · 106 kg · m−3 =
13, 6 · 103 kg · m−3 .
4 se
pte
La hauteur hHg de mercure dans un baromètre à mercure est telle que Patm = ρHg ghHg donc :

hHg =
Patm
=
1, 013 · 105
mb' 0, 759 m = 759 mm.
gρHg 9, 81 · 13, 6.103
re 2
012
De même pour exprimer la pression en mètre d’eau : quelle est la hauteur de la colonne d’un baromètre à
eau ?

Patm 1, 013 · 105


heau = = = 10, 32 m.
gρeau 9, 81 × 103
2) Part = ρHg × g × (0, 76 + 0, 12) ' 1, 18 · 105 P a.

ver z tete
sion
3) On utilise la formule reliant la pression entre les points a et b situés aux abscisses za et
zb (axe orienté vers le bas) : Pa − Pb = ρg(za − zb ). z coeur
du
4 se
Ppieds − Pcoeur = ρsang g(zpieds − zcoeur ) ' 103 · 10 · 1, 3 = 1, 3 · 104 P a ≡ 95 mm de Hg.
pte
mb zpieds
3
re 2
Ptete − Pcoeur = ρsang g(ztete − zcoeur ) ' 10 · 10 · (−0, 5) = −5000 P a ≡ 36 mm de Hg. z

012
CHAPITRE 7. HYDROSTATIQUE 43

7.4 Ballon météorologique ??


Un ballon météorologique a une masse m de 5 kg lorsqu’il est vide. Son rayon est Rb = 3 m lorsqu’il
est gonflé à l’hélium. Il porte une charge M de 10 kg.
ver1) Montrer que le ballon peut décoller.

sion
2) Quelle est la charge maximale qu’il peut transporter ?
1) Le ballon est soumis à deux forces :
du
– son poids total (dirigé vers le bas) : P = (m + M + 34 πRb3 ρHe )g

4 se
– la poussée d’archimède (dirigée vers le haut) : Π = 43 πRb3 ρair g
Le ballon peut décoller lorsque P < Π
pte
4 4
mb
4
⇒ m + M + πRb3 ρHe < πRb3 ρair ⇒ M < πRb3 (ρair − ρHe ) − m
3 3 3
re 2
Application numérique : il peut décoller lorsque
4
0 12
M< · π · 33 · (1, 16 − 0, 16) − 5 = 108 kg
3
Il peut donc décoller lorsque M = 10 kg.
2) La charge maximale est de 108 kg.

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 7. HYDROSTATIQUE 44

7.5 Ludion ? ? ?
Un ludion est constitué d’une éprouvette cylindrique lestée de masse totale m et de rayon R, ouverte
à sa base, baignant dans un réservoir d’eau ; par l’orifice inférieur, de l’eau peut rentrer dans cette

veréprouvette, emprisonnant ainsi un peu d’air. On note ρ la masse volumique de l’eau et g l’accélération
de la pesanteur.
sion
1) La pression à la surface du réservoir vaut dans un premier temps P0 . L’éprouvette flotte (figure a).

du
On constate que la hauteur de l’air emprisonné vaut alors H0 . Donner l’expression (en fonction de
H0 et de R) du volume V0 de l’air emprisonné dans l’éprouvette.
4 se
pte
mb
rayon R

H0 air
P0 P1 re 2 P0

0
H1 air
h0

lest
h0
h
12
lest
eau eau eau

lest

figure a figure b figure c

ver
sion
2) La surface de l’air dans l’éprouvette se trouve à la hauteur h0 plus bas que la surface du réservoir.
Exprimer, en fonction des données de l’énoncé, la poussée d’Archimède qui s’exerce sur le système
du
(éprouvette lestée + air emprisonné). On négligera le volume du lest et la masse volumique de l’air.

4 se
3) En écrivant la condition d’équilibre pour ce système (somme des forces nulle), donner l’expression
de h0 en fonction de m, ρ et R. On négligera le poids de l’air emprisonné.
pte
4) On augmente légèrement la pression à la surface du réservoir. Elle vaut maintenant P1 . On suppose
mb
que le ludion flotte toujours mais l’air emprisonné étant un peu comprimé, sa hauteur dans l’éprouvette

re 2
diminue et vaut maintenant H1 (figure b). Expliquer pourquoi la différence de hauteur entre la surface
de l’eau dans l’éprouvette et la surface de l’eau du réservoir n’a pas changé (elle vaut toujours h0 ).
012
5) On assimile l’air dans l’éprouvette à un gaz parfait de température T constante et de pression
uniforme P . Exprimer P en fonction de ρ, g et h0 et de la pression à la surface du réservoir. En
déduire que :
P0 + ρgh0
H1 = H0 .
P1 + ρgh0
6) En déduire qu’au delà d’une certaine valeur P1∗ de la pression P1 , le ludion se met à couler. Ex-
primer P1∗ en fonction de H0 , h0 , P0 , ρ et g.
ver7) Application numérique : en prenant P0 = 105 P a, ρ = 103 kg/m3 , g = 10 m/s2 , H0 = 10 cm et

sion
h0 = 9 cm, calculer P1∗ .
8) On suppose que la pression à la surface du réservoir est supérieure à P1∗ : le ludion coule donc.

du
Lorsque la surface de l’air emprisonné dans l’éprouvette arrive à la profondeur h, la pression à la

4 se
surface du réservoir redevient égale à P0 (figure c). Montrer que pour que le ludion remonte, il faut
que la profondeur h soit inférieure à h∗ , que l’on exprimera en fonction de P0 , ρ, g, h0 et H0 .
pte
9) Application numérique : calculer h∗ avec les valeurs de la question 7.
2
1) V0 = πR H0 . mb
2) La poussée d’Archimède vaut : Πa = ρV0 g = πρgR2 h0 . re 2
012
3) Les forces qui s’exercent sur le système formé par l’éprouvette lestée et l’air emprisonné sont :
CHAPITRE 7. HYDROSTATIQUE 45

– le poids mg, dirigé vers le bas,


– la poussée d’Archimède Πa , dirigée vers le haut.
A l’équilibre, ces deux forces se compensent : mg = πρgR2 h0 . On en déduit que :
m
ver h0 =
πρR2

sion
4) Le ludion flotte donc la poussée d’Archimède compense exactement le poids. Le volume d’air immergé
est donc égal, quelle que soit la pression, à m/ρ. La hauteur d’air immergé est donc la même quelle que
soit la pression. du
4 se
5) D’aprés la loi de l’hydrostatique, la pression à la profondeur h0 sous la surface vaut :

pte P = Psurf ace + ρgh0

mb
D’après la loi des gaz parfaits, puisque ni le nombre de moles d’air, ni la température ne changent, P V =
constante. On en déduit que :
re 2
d’où :
(P0 + ρgh0 ) × (πR2 H0 ) = (P1 + ρgh0 ) × (πR2 H1 ),
0 12
P0 + ρgh0
H1 = H0
P1 + ρgh0
6) Pour que le ludion flotte, il faut que la surface de l’air emprisonné soit égale à h0 . Cela n’est plus
possible si la hauteur totale H1 de l’air dans l’éprouvette est inférieure à h0 . Il faut donc que H1 > h0 .
D’après l’expression de H1 obtenue à la question 5, il faut donc que :

ver P0 + ρgh0 H0 H0
 
H0 > h0 ⇒ (P0 + ρgh) > P1 + ρgh0 ⇒ P1 < P0 + ρg(H0 − h0 ).
sion P1 + ρgh0
On en déduit que :
h0 h0

du P1∗ =
H0
P0 + ρg(H0 − h0 ).
7) Application numérique : 4 se h0

10 pte
mb
 
P1∗ = × 105 + 103 × 10 × 10 · 10−2 − 9 · 10−2 ' 1, 11 · 105 P a.
9
8) Le volume V de l’air emprisonné vaut maintenant : re 2
V =
P0 + ρgh0
P0 + ρgh
V0 =
P0 + ρgh0
P0 + ρgh
h0 πR2 012
Le ludion remonte si la poussée d’archimède est plus grande que le poids. Il faut donc que :
m P0 + ρgh0 m
V > ⇒ h0 πR2 >
ρ P0 + ρgh ρ
m m
Par ailleurs, d’après la question 3, h0 = πρR2
⇒ ρ
= h0 πR2 . Pour que le ludion remonte, il faut donc

ver
que :

sion P0 + ρgh0 H0 P0 H0
 
h0 πR2 > h0 πR2 ⇒ (P0 + ρgh0 ) > P0 + ρgh ⇒ h < − 1 + H0 ,
P0 + ρgh h0 ρg h0
d’où : du
4 se P0 H0
 

h = − 1 + H0
ρg h0
9) Application numérique : pte
10 10 5  
mb

h = 3
10 × 10 9
− 1 + 10 · 10−2 ' 1, 21 m = 121 cm
re 2
012
CHAPITRE 7. HYDROSTATIQUE 46

7.6 Barrage ? ? ?
Déterminer la résultante des forces de pression sur la surface plane et verticale d’un barrage bloquant
en amont une retenue d’eau de longueur L, largeur l, et de hauteur h.

verApplication numérique : L = 10 km, l = 200 m, h = 50 m.

sion
La pression qu’exerce l’eau sur le barrage dépend de la profondeur z en dessous de l’eau :

du P (z) = Patm + ρgz

4 se
Cette pression n’est pas la même en haut et en bas du barrage. On considère dans un premier temps la
pte
force exercée par l’eau sur une tranche horizontale de barrage, comprise entre les profondeur z et z + dz,

mb
où dz est une hauteur suffisamment petite pour négliger la variation de pression sur cette hauteur.

re 2
0 0 12
air eau
df z
dz roche
z + dz

ver
sion
On note df la force exercée par l’eau sur cette tranche horizontale de barrage.

du f orce = pression × surf ace ⇒ df = P (z) · ldz,


4 se
car la surface de la tranche de barrage vaut ldz.
pte
La force totale est la somme des forces s’appliquant sur toutes les tranches de barrages :
Z h Z h Z h mb Z h Z h
h2
feau =
0
df =
0
(Patm + ρgz) ldz =
0
Patm ldz+
0 re 2
ρglzdz = Patm lh+ρgl
0
zdz = Patm lh+ρgl
2
.

012
De l’autre côté du barrage, l’air exerce aussi un force de pression, mais en sens inverse (la pression de
l’air est constante, contrairement à celle de l’eau) : fair = hlPatm . La force totale vaut donc :

ρglh2
ftotale = feau − fair = .
2
103 ×10×502 ×200
Application numérique : ftotale = 2
= 2, 5 · 109 N .

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 8
sion
d u4
Tension superficielle
sep
te mb
8.1 Traction d’une barre rectiligne ?? re 2
0
Un film de liquide est étendu sur un cadre métallique dont l’un des côtés 12
est constitué d’une barre mobile de longueur l. On notera γ le coefficient
de tension superficielle de l’interface liquide-air. l
1) Quelle est la dimension de γ ? Rappeler son unité de mesure. F
2) Quelle est l’expression de la force F exercée par le film de liquide
sur la barre ?
3) Application numérique : γ = 40 · 10−3 S.I. et l = 10 cm.
ver
sion
1) f orce = γ · longueur ⇒ [γ] = [f orce][longueur]−1 = [masse] · [aceleration] · [longueur]−1
⇒ [γ] = M · (L · T −2 ) · L−1 = M · T −2 .

du
L’unité de γ dans le système international est donc kg · s−2 (qui s’écrit aussi N · m−1 ).

4 se
2) Le film de liquide est pris en sandwich par de l’air. Il y a deux lignes de contact entre le liquide et la
pte
barre : une en haut et une en bas. Chacune de ces lignes à la longueur l. La force qui agit sur chaque ligne

mb
vaut γ · l. Les deux foces sont dans le même sens. La force total est donc :

F = 2γl. re 2
3) Application numérique : F = 2 × 40 · 10−3 × 0, 1 = 0, 008 N . 012
8.2 Bulle de savon ?
On gonfle une bulle avec une eau savoneuse de tension de surface γ = 30 · 10−3 N.m−1 , en exerçant une
surpression de 5 Pa. Quel est le rayon de la bulle ?
ver8.3 Bulle d’air sous l’eau ?
sion
du
Une bulle d’aire de diamètre d est située à la profondeur h sous le niveau de la mer (masse volumique ρ). On

4 se
note P0 la pression atmosphérique et γ la tension de surface entre l’air et l’eau.
1) Exprimer (en fonction de P0 , d, h, ρ et γ) la pression à l’intérieur de la goutte.
pte
2) Application numérique : P0 = 105 P a, ρ = 103 kg/m−3 , h = 5m, d = 0, 01 mm et γ = 70 · 10−3 N · m−1 .
mb
re 2
012
47
CHAPITRE 8. TENSION SUPERFICIELLE 48

8.4 Loi de Jurin ? ? ?


On plonge dans l’eau un tube capillaire de diamètre d = 0, 1 mm, le tube dépassant d’une longueur l =
0, 50 m de la surface libre du liquide dans la cuve. On suppose que l’eau mouille parfaitement le verre. Le

vercoefficient de tension superficielle eau-air est γ = 0, 075 N.m−1 .

sion
1) Déterminer la hauteur h à laquelle l’eau monte dans le tube à partir de la loi de Laplace.
2) Retrouver ce résultat en faisant le bilan des forces.

du
1) D’après la loi de Laplace, la pression juste en dessous de la surface du haut (au point A) vaut :

4 se PA = Patm −

,
pte R

mb
où R est le rayon du tube ; en effet, la surface à la forme d’une calotte sphérique de rayon R, les deux

re 2
rayons qui interviennent dans la loi de Laplace sont donc les mêmes et valent R = d/2 (car le liquide
mouille parfaitement le verre).

Patm
0 12
111
000
000
111
000
111
000
111
Patm 2 γ
A
000
111 R
000
111
000
111
000
111
000
111
h 000
111
000
111
000
111
000
111
000
111
000 Patm
111
000
111
00000000000000
11111111111111
000
111
B
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111

ver 00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111

sion
Le fluide étant immobile, on peut appliquer la loi de l’hydrostatique entre les points A et B (qui sont bien

du
situés au sein du liquide) :

4 se
PB = PA + ρgh ⇒ PA = PB − ρgh = Patm − ρgh car PB = Patm .

On en déduit que : pte


Patm − ρgh = Patm − mb 2γ
⇒ ρgh =

,
R
re 2
R
et donc :
h=

ρgd
= 3
4 × 0.075
10 × 10 × 0.1 · 10−3
= 0, 3 m = 30 cm. 012
2)
L’eau mouille parfaitement le verre, l’angle de contact est donc nul. Il existe donc un film d’eau très
mince qui monte le long de la paroi du tube, au dessus du ménisque. Ce film adhère à la paroi. De plus, il
exerce une force fcapillaire (vers le haut) sur le liquide du bas :

ver fcapillaire = longueur × γ = 2πRγ

sion film d’eau sur les parois

du fcapillaire

4 se
pte poids

mb
h

re 2
012
CHAPITRE 8. TENSION SUPERFICIELLE 49

On prend comme système le fluide situé dans le tube et au dessus de la surface du liquide dans la cuve
(hauteur h) . Ce système est soumis :
– à son poids : p = g · ρ · πR2 h,
– à la force capillaire fcapillaire = 2πRγ
ver – aux forces de pression : ces dernières s’annulent car en tout point de la surface du système, la

sion pression est la même (elle vaut Patm ).


A l’équilibre, ces forces se compensent, donc :

du 2γ 4γ
4 se
g · ρ · πR2 h = 2πRγ ⇒ h =
ρgR
=
ρgd
.

pte
On retrouve bien le même résultat qu’à la question 1).
mb
re 2
0 12

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 8. TENSION SUPERFICIELLE 50

8.5 Flottabilité ?
Données : masse volumique de l’eau ρe = 1 g.cm−3 ; masse volumique de l’acier ρacier = 7 g.cm−3 ; tension
superficielle de l’eau γ = 7 · 10−2 N.m−1 ; accélération de la pesanteur g = 10 m.s−2 ; 2/π = 0, 8 .

verOn dispose de trois aiguilles à coudre en acier, assimilées à des cylindres parfaits, dont les dimensions sont

sion
les suivantes :
Longueur L (mm) Diamètre D (mm)
o
Aiguille n 1
du 40 mm 1 mm

4 se
o
Aiguille n 2 80 mm 1,5 mm
o
Aiguille n 3 100 mm 2,5 mm
pte
On dépose délicatement et successivement chacune des aiguilles à la surface d’une eau propre. L’eau ne
mb
mouille pas les aiguilles car celles-ci ont été enduites d’une fine couche de graisse, déposée volontairement
re 2
ou par contact avec les doigts. On ne tient pas compte de la poussée d’Archimède dans tout ce problème.
A. L’aiguille no 1 est déposée sur un petit carré de papier mouchoir préalablement posé sur l’eau. Le papier
0 12
s’imbibe d’eau et coule. On constate que l’aiguille flotte, ce que nous allons essayer d’expliquer.
A1) Exprimer littéralement la masse m de l’aiguille en fonction de L, D et ρacier .
A2) En déduire l’expression de la norme Fp de la force de pesanteur F~p qui s’applique à l’aiguille, en fonction
des mêmes paramètres et de l’accélération de la pesanteur g. Application numérique.
A3) Le schéma ci-dessous représente la géométrie des forces que subirait l’aiguille à moitié immergée dans
l’eau. C’est dans cette configuration que Ft , la norme de la force totale de tension de surface F~t opposée par
l’eau à l’aiguille, serait la plus grande.

ver
sion Ft /2 Ft /2

du
4 se Fp
pte
mb
Le diamètre de l’aiguille étant très petit devant sa longueur, on néglige la contribution à Ft des interfaces
réalisées par l’eau avec les extrémités de l’aiguille. Exprimer la norme Ft de la force totale de tension de
surface exercée sur la tige en fonction de γ et de L. re 2
012
A4) Expliquer ce qu’il advient de l’aiguille selon que Ft ≤ Fp ou que Ft > Fp .
A5) Calculer numériquement Ft et comparer à Fp . Le résultat est-il cohérent avec la flottaison de l’aiguille ?
B. La même expérience est maintenant menée avec les deux autres aiguilles.
B1) Déduire de la réponse aux questions A2) et A4) qu’il existe un diamètre maximum, Dmax , au delà duquel
une aiguille doit couler. Exprimer Dmax en fonction de γ, g et ρacier .
B2) Calculer Dmax numériquement. Cette valeur est-elle compatible avec la simplification faite à la question
A3) pour exprimer Ft ? Indiquer pour chacune des deux aiguilles si elle flotte ou si elle coule.

ver
A1) masse = (masse volumique) × volume ⇒ m = ρacier Lπ
 2
D
= ρacier LπD
2
.
sion
A2) Fp = masse × g = π4 ρacier gLD2 .
2 4

du
Application numérique : ρacier = 7 g.cm−3 = 7000 kg.m−3 . On trouve Fp = 2 · 10−3 N .
4 se
A3) Ft = γ × (longueur du contact) = 2Lγ car il y a contact aiguille-eau de chaque côté.

pte
A4) Le poids Fp est dirigé vers le bas, Ft est dirigée vers le haut. Donc :
mb
– si Ft ≤ Fp alors la force vers le bas l’emporte : l’aiguille coule.
re 2
– si Ft ≥ Fp alors la force vers le haut l’emporte : l’aiguille remonde. A ce moment là, la force capil-

012
laire n’est plus orientée vers le haut, elle est moins efficace pour lutter contre le poids. L’équilibre
CHAPITRE 8. TENSION SUPERFICIELLE 51

est atteint lorsque l’aiguille remonte suffisamment pour que la force capillaire compense le poids.
A5) Application numérique : on trouve Ft = 2 × 7 · 10−2 × 40 · 10−3 = 5, 6 · 10−3 . On a donc Ft > Fp :
l’aiguille flotte.
B1) On trouve :
ver Longueur L (mm) Diamètre D (mm) Fp (N) Ft (N)
sion Aiguille no 1
Aiguille no 2
40 mm
80 mm
1 mm
1,5 mm
2 · 10−3
10−2
5.6 · 10−3
1.12 · 10−2
du
Aiguille no 3 100 mm 2,5 mm 3, 4 · 10−2 1, 4 · 10−2
4 se
On constate que l’aiguille 2 flotte, tandis que l’aiguille 3 coule.
π pte 8 γ
Fp < Ft ⇒
4 mb
ρacier gLD2 < 2Lγ ⇒ D2 <
π gρacier
.
q
8 γ re 2
On en déduit que Dmax =

B2) Application numérique :


π gρacier
.
0 12
s
8 7 · 10−2
Dmax = ' 1, 6 · 10−3 m = 1, 6 mm.
π 10 × 7000
Pour négliger l’effet des extrêmités des aiguilles, il faut que leur longueur soit très supérieure à Dmax , ce
qui est le cas pour les trois aiguilles considérés.

ver
Conclusion : les aiguilles 1 et 2 flottent ; l’aiguille 3 coule.

8.6
siArrachement
on d’un anneau : méthode de Wilhelmy de mesure
du de surface ?
de la tension
4 se
pte
On souhaite mesurer le coefficient de tension superficielle d’un liquide donné. Pour cela, on se sert du dis-

mb
positif expérimental décrit dans la figure suivante. Un anneau métallique de rayon R est suspendu à un dy-

re 2
namomètre et est plongé dans le liquide. On tire alors doucement et délicatement sur l’ensemble pour le
remonter petit à petit. L’anneau ressort du liquide et entraîne avec lui un film cylindrique de liquide (voir fig-
012
ure). Juste avant que le film ne se rompe, la lecture du dynamomètre indique la force totale exercée : poids (P )
de l’anneau et tension de surface due au film de liquide (Fs ). On notera γ le coefficient de tension superficielle.

1) Exprimer la force exercée par le film de liquide sur l’anneau.

ver2) Avec un anneau de diamètre d = 6 cm et de masse m = 6, 5 g, on


utilise successivement de l’eau et de l’éthanol : on mesure des forces to-
sion
tales Ftot à l’arrachement de 89 mN et 73 mN . Calculer les coefficients

du
de tension de surface pour ces deux liquides.
On prendra g = 10 m.s−2 pour l’accélération de la pesanteur.
4 se
3) Comparer aux valeurs obtenues par d’autres méthodes en utilisant des

pte
produits ultra-purs : γeau = 0, 072 N.m−1 et γethanol = 0, 023 N.m−1 .

mb
1) Il y a deux lignes d’ancrage du film sur l’anneau (intérieur et extérieur). La longueur de chacune de ces

re 2
ligne vaut 2πR. La force exercée par le film sur l’anneau est orientée vers le bas et vaut :
Fs = 4πRγ.
012
CHAPITRE 8. TENSION SUPERFICIELLE 52

2) Ftot = P + Fs (on néglige la masse du film). Donc : Ftot = mg + 2πdγ. On en déduit que
Ftot − mg
γ= .
2πd

ver Application numérique :

sion
– γeau = (89 · 10−3 − 6, 5 · 10−3 × 10)/(2 × π × 6 · 10−2 ) ' 6, 4 · 10−2 N/m.
– γethanol = (73 · 10−3 − 6, 5 · 10−3 × 10)/(2 × π × 6 · 10−2 ) ' 2, 1 · 10−2 N/m.
du
3) La valeur de l’eau est très différente de celle de l’eau ultra pure : l’eau utilisée n’était donc pas pure.

4 se
La valeur mesurée pour l’éthanol est plus proche de celle de l’éthanol ultra pur.

pte
mb
re 2
0 12

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 9
sion
d u4
Fluides parfaitssep
tem
Conservation du débit ?
bre
9.1
201
2
Si la vitesse dans un tuyau de 30 cm de diamètre est de 0, 5 m/s, quelle est la vitesse d’un jet de 7, 5 cm de
diamètre sortant d’une buse fixée au tuyau ?

vitesse V vitesse v
D d

verOn note V la vitesse du fluide dans le tuyau, v la vitesse du fluide dans le jet, D le diamètre du tuyau et d
sion
celui de la buse.

du
Conservation du débit ⇒
πD2 πd2
 2
D
4 se 4
V =
4
v→v=
d
V.

pte
Application numérique : v = (30/7, 5)2 × 0.5 = 8 m · s−1 .

mb
9.2 Fluide dans une canalisation ? re 2
012
On considère une canalisation AB où s’écoule de l’eau (masse volumique ρ, viscosité négligeable), considérée
comme un fluide parfait. Les diamètres respectifs de la canalisation en A et B sont respectivement DA =
11 cm et DB = 4 cm. Le point B se trouve placé plus bas de h = 2 m que le point A. La pression en A est
PA = 5 · 105 P a. Calculer, en fonction de DA , DB , h, ρ et g (accélération de pesanteur) la pression en B.
Application numérique : prendre vA = 4 m · s−1 , ρ = 103 kg · m−3 et g = 10 m · s−2 .
En appliquant la formule de Bernoulli entre les points A et B on obtient :

ver
sion 1 2 1 1  
ρvA + PA + ρgzA = ρvB2 + PB + ρgzB ⇒ PB = PA + ρ vA2 − vB2 + ρg (zA − zB )
2 2 2

du
• zA − zB = +h (axe z orienté vers le haut pour utiliser la formule de Bernoulli).

4 se
• D’après la conservation du débit entre les points A et B on a :
pte
π 2 π 2
DA · vA = DB mb D2
· vB ⇒ vB = A v .
4 4 2 A
DB
re 2
On en conclut que :
012
53
CHAPITRE 9. FLUIDES PARFAITS 54

4 !
1 DA

PB = PA + ρvA2 1 − + ρgh
2 DB
Application numérique :
ver
sion
4 !
1 11

5
PB = 5 · 10 + × 103 × 42 1 − + 103 × 10 × 2 ' 0, 7 · 105 P a
2 4

du
4 s??e
9.3 Etude d’un siphon pte
mb
re 2
Soit un siphon de diamètre d alimenté par un récipient rempli d’eau,
de grande dimension par rapport à d et ouvert à l’atmosphère (pression
Patm = 105 P a). 0
1) Calculer, en fonction de d, H, ρ et g (accélération de pesanteur) la 12 M
vitesse moyenne du fluide en S (sortie du siphon) puis le débit volumique
Qv du siphon. h
Application numérique : g = 10 m · s−2 , d = 10 mm, H = 0.5 m. A
2) Donner l’expression de la pression PM au point M en fonction de Patm ,
h, H, ρ et g. H
3) Représenter l’allure de la pression PM en fonction de h. h peut-il pren-
verdre n’importe quelle valeur ? S

sion
1) En appliquant la relation de Bernoulli entre les points A (surface libre du récipient) et S (sortie du

du
siphon) on obtient :
1 2 1
4 se 1  
ρvA + PA + ρgzA = ρvS2 + PS + ρgzS ⇒ ρ vS2 − vA2 + (PS − PA ) = ρg (zA − zS ) .
2 2
pte 2

mb
• En notant D le diamètre du récipient supposé cylindrique, on obtient en écrivant la conservation du
débit :
π 2 π d2 re 2
D · vA = d2 · vS ⇒ vA = 2 vS  vS car d  D.
4
vA est donc négligeable devant vS .
4 D
012
• zA − zS = H (axe z orienté vers le haut).
• PA = PS = Patm car les points S et A sont en contact avec l’atmosphère.
On en déduit que :
1 2 q
ρv = ρgH ⇒ vs = 2gH
2 s

ver
Le débit vaut :
π π q
Qv = d2 vs = d2 2gH
sion √
4 4
2
Application numérique : vs = 2 × 10 × 0, 5 ' 3, 2 m · s−1 . Qv = π4 × (10−2 ) × 3, 2 ' 2, 5 · 10−4 m3 ·
du
s−1 = 250 mL · s−1 .
4 se
2) En appliquant la relation de Bernoulli entre les point A et M , on obtient :

pte  '0
 
=Patm

=−h
1 2 1 2 1
mb
z}|{z}|{ z }| {
2 2 
ρvA + PA + ρgzA = ρvM + PM + ρgzM ⇒ ρ 
vM − vA  + PM − PA  = ρg (zA − zM ) .
 
2 2 2
re 2
012
CHAPITRE 9. FLUIDES PARFAITS 55

Puisque vs = vM (conservation du débit) on a, d’après la question 1 :


2
1 q

PM = Patm − ρgh − ρ 2gH = Patm − ρg(h + H).
2

ver 3) Application numérique : on trouve PM = 105 − 104 × (h + 0, 5).


sion PM

du
4 se Patm

pte
mb
re 2
5m 10 m
0 h 12
La pression doit être positive (en fait, il faut que PM soit supérieure à la pression de vapeur de l’eau afin
qu’il n’y ait pas de cavitation, ce qui entrainerait une modification de l’écoulement), donc, il faut que
105 − 104 × (h + 0, 5) > 0 c’est-à-dire h < 9, 5 m.

ver9.4 Vidange d’un réservoir ? ? ?


sion
du
On considère un réservoir comportant une ou-

4 se
verture de diamètre d. On veut comparer le débit
de vidange de ce réservoir, d’une part avec la
d
h
d

pte
seule ouverture, et d’autre part en prolongeant
mb
l’ouverture par un tube vertical de longueur L
L
(voir la figure ci-contre). Le liquide sera par
ailleurs considéré parfait (viscosité nulle). re 2
012
1) Déterminer, dans les deux cas, la vitesse du liquide à la distance verticale L en dessous du trou du fond du
réservoir, ceci lorsque le réservoir est rempli d’une hauteur h.
2) Quelle est la vitesse du liquide au niveau de l’ouverture du fond du réservoir dans les deux cas ?
3) En déduire le débit de vidange dans l’un et l’autre cas. Quel est le dispositif le plus efficace ?
4) Quelle est la longueur maximale de tube que l’on peut utiliser sans qu’il y ait cavitation ? Que vaut le débit
pour cette longueur ?
Application numérique : h = 5 m ; d = 20 cm ; pression de vapeur du liquide à 20o C = 2, 34 kP a.

ver 1)
sion D z

du
Patm Patm
A1 + L+h A2+

4 se
pte
B1 L B
+2
+
d d

mb
Patm

re 2
+ 0
C1 C 2+
Patm

012
CHAPITRE 9. FLUIDES PARFAITS 56

• Réservoir sans tuyau : on applique la relation de Bernoulli entre les points A1 et C1 :


1 2 1
ρvA1 + PA1 + ρgzA1 = ρvC2 1 + PC1 + ρgzC1
2 2

ver
PA1 = PC1 = Patm car la surface du fluide est à l’air libre en A1 et en C1 . Les pressions s’annulent donc

sion
dans l’équation de Bernoulli.
Puisque zA1 = h + L et zC1 = 0, on obtient :

du 1  2 
ρ vC1 − vA1 2 = ρg (h + L) .
4 se 2

pte
Par ailleurs, conservation du débit ⇒ vA1 D2 = vC1 δ 2 où δ est le diamètre du jet en C1 . Donc vA1 =

mb
(D2 /δ 2 )bC1  vC1 car on suppose que δ  D. On néglige donc vC2 1 devant vA2 1 et on obtient :

vC1 =
q
re 2
g (h + L).
0 12
• Réservoir avec tuyau : on applique la relation de Bernoulli entre les points A2 et C2 . Les calculs sont
identiques et on trouve : q
vC2 = 2g (h + L).
2)
• Réservoir sans tuyau : on applique la relation de Bernoulli entre les points A1 et B1 :
1 2 1
ρvA1 + PA1 + ρgzA1 = ρvB2 1 + PB1 + ρgzB1 .
ver 2 2

sion
PA1 = PB1 = Patm car la surface du fluide est à l’air libre en A1 et en B1 . Les pressions s’annulent donc
dans l’équation de Bernoulli.
du
Puisque zA1 = h + L et zB1 = L, on obtient (on néglige vA pour les mêmes raison qu’à la question 2) :
4 se 1 2 q

2
pte
ρvB1 = ρg (h) puis vB1 = 2gh.

mb
• Réservoir avec tuyau : conservation du débit entre les points B2 et C2 ⇒ vC2 = vB2 (la diamètre du
tuyau est constant). En conclusion : q re 2
3) Débit volumique = vitesse × surface.
vB2 = 2g (h + L).
012
• Réservoir sans tuyau :
πd2 πd2 q
Qv1 = vB1 × = 2gh
4 4
• Réservoir avec tuyau :

ver Qv2 = vB2 ×


πd2
=
πd2 q
2g(h + L).
sion
On constate que Qv2
4 4
> Qv1 : le dispositif de vidange le plus efficace est celui avec le tuyau.

du
4) Calculons la pression du liquide au point B2 : on applique l’équation de Bernoulli entre les points A2
et B2 : 4 se
1 2
2 pte 1
ρvA2 + PA2 + ρgzA2 = ρvB2 2 + PB2 + ρgzB2 .
2
mbq
En prenant vA ' 0, PA2 = Patm , zA2 = h + L, vB2 =
re 2
2g(h + L), et zB2 = L, on obtient :

PB2 = Patm − ρgL.


012
CHAPITRE 9. FLUIDES PARFAITS 57

Il y a cavitation lorsque la pression du liquide devient égale à la pression de vapeur Pvap . S’il y a cavitation,
des bulles de vapeur d’eau apparaissent et l’écoulement est fortement perturbé. Cela se produit lorsque :
Patm − Pvap
PB2 = Pvap ⇒ Patm − ρgL = Pvap ⇒ L = .
ver ρg

sion
Pour cette longueur maximale, le débit vaut :

du
s
πd2 Patm − Pvap
Qv max = 2gh + .
4 se 4 ρ

Application numérique : Lmax = pte


105 −2,34·103
103 ×10
= 9, 8 m.
Qv max = π×0.22
q
10 × (5 × 2 + 9, 8) ' 0, 44 m3 · s−1 . mb
re 2
4

9.5 temps de vidange ?? 0 12


Un réservoir de hauteur H, de largeur l et de longueur L est rempli d’eau. Il y a une ouverture circulaire de
rayon R au fond du réservoir. On suppose que L  R et l  R.
1) Exprimer la vitesse de l’eau qui passe à travers le trou lorsqu’il reste une hauteur h d’eau dans le réservoir
(en fonction de h, ρ et g, accélaration de pesanteur).
2) En déduire le débit en fonction de h, g et de R.

ver3) En déduire, en fonction de H, L, l, R, g la durée totale de la vidange.

sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 10
sion
d u 4visqueux
Ecoulements sep
tem
Ecoulement dans une seringue ?
bre
10.1
201
2
1) On rappelle que pour un fluide visqueux, la perte de charge par unité de longueur ∆P
λ
d’un fluide de viscosité
η, qui s’écoule dans un tube horizontal de longueur λ, de rayon R avec un débit volumique Q, est donnée par
8ηQ
la loi de Poiseuille : ∆P
λ
= πR 4.

1a) Quelle est l’équation aux dimensions de la viscosité ?


1b) Exprimer la perte de charge par unité de longueur ∆P/λ en fonction de la vitesse moyenne v̄ d’écoulement
du fluide.
1c) Dans un capillaire de rayon R = 8 µm, la perte de charge par unité de longueur est de 2, 6 · 106 P a.m−1 .
ver La vitesse moyenne d’écoulement du sang est de 4 mm.s−1 . Calculer la viscosité η du sang.
sion
2) On considère une seringue en verre de rayon intérieur R et de longueur L dans laquelle coulisse sans
du
frottement un piston de même diamètre. La seringue, prolongée par une aiguille de rayon intérieur r, de
4 se
longueur λ, est remplie d’un sérum de viscosité η à injecter dans la veine d’un patient. On supposera la
seringue horizontale.
pte
La pression dans la veine est Pv = P0 + δP , avec P0 = 105 P a et δP = 2 · 104 P a.
mb
2a) Comparer les pertes de charge dans l’aiguille et dans la seringue, en calculant ∆P a
en fonction de λ, L, r,
re 2
∆Ps
et R.
Application numérique : R = 10 mm ; r = 0, 2 mm ; λ = L/3.
012
2b) Sachant qu’il faut 10 secondes pour injecter 10 cm3 de sérum et que la viscosité du sérum est η =
3 · 10−3 S.I., calculer la perte de charge dans l’aiguille. On donne λ = 2 cm (on prendra 1/π = 0,32).
2c) Quelle pression p doit exercer l’opérateur sur le piston pour injecter dans les conditions précédentes le
sérum ?
1a)
∆P 8ηQ πR4 ∆P [R]4 [∆P ]
= ⇒ η = ⇒ [η] =
ver[P ] = [F orce][surf ace]−1
λ πR4 8λQ [λ][Q]
= [masse][acceleration][surf ace] = M · L · T −2 .L−2 = M · L−1 · T −2 .
−1

sion
[λ] = L
[Q] = [volume] · [temps]−1 = L3 · T −1 .
On en déduit que :du
4 se[η] =
L4 · M · L−1 · T −2
= M · L−1 · T −1 .
pte 3
L·L ·T −1

mb
1b) Lorsque la vitesse est constante sur toute une section : Q = vitesse × surf ace. Lorsque la vitesse
varie d’un point à l’autre de la section : Q = v̄ × surf ace. D’où : Q = πR2 v̄.
∆P 8η (πR2 v̄) re 2
8ηv̄

λ
=
πR 4
= 2.
R 012
58
CHAPITRE 10. ECOULEMENTS VISQUEUX 59

1c)  
P
λ
R2 2
2, 6 · 106 × (8 · 10−6 )
η= = = 0, 0052 P a.s.
8v̄ 8 × 4 · 10−3
2a)
ver
sion 2r 2R
du
4 sλe L
pte
mb
Le débit Q est le même dans la seringue et dans l’aiguille.

• Dans l’aiguille, ∆Pa = λ · 8ηQ . re 2


πr4
8ηQ
• Dans la seringue, ∆Ps = L · πR4 .
En faisant le rapport, on obtient :
0 12
∆Pa λ · R4
= .
∆Pb L · r4
Application numérique : ∆Pa /∆Pb = 1/3 × 104 /0, 24 ' 2, 1 · 106 . On peut donc négliger la perte de
charge dans la seringue face à celle dans l’aiguille.

ver
2b) Q = volume/temps = 10 · 10−6 /10 = 10−6 m3 .s−1 . On en déduit que :

sion ∆Pa = 0, 02 ·
8 × 3 · 10−3 × 10−6
= 9, 55 104 P a.
du −3 4
π (0, 2 · 10 )

4 se
2c) La pression à la sortie de l’aiguille doit être supérieure ou égale à la pression dans la veine.

pte
La pression à la sortie de l’aiguile vaut : P0 + p − ∆Ps − ∆Pa . Il faut donc que :

mb
P0 + p − ∆Ps − ∆Pa ≥ P0 + δP.

Puisque ∆Ps est négligeable, on en déduit que : re 2


012
p ≥ δP + ∆Pa = 2 · 104 + 9, 55 104 ' 1, 16 · 105 P a.

10.2 Ecoulement dans un tuyau ?


ver1) La Loi de Poiseuille permet de calculer la perte de charge ∆P dans une canalisation. Si le rayon de la
sion
canalisation est noté a, alors
8ηLQ
du ∆P =
πa4

4 se
Que représentent dans cette formule η, L et Q ?
2) On considère un tuyau horizontal de longueur AB = 3 m et de diamètre dA = 5 mm qui débite de l’eau
pte
à l’air libre avec un débit de 0, 5L.s−1 à travers un orifice terminal de diamètre dB = 1 mm. La pression
mb
atmosphérique vaut P0 = 105 P a. En négligeant la viscosité de l’eau, quelle est la pression pA de l’eau à
l’entrée du tuyau ?
re 2
3) Calculer pression pA en tenant maintenant compte de la viscosité de l’eau qui vaut 1 · 10−3 P a.s.
012
CHAPITRE 10. ECOULEMENTS VISQUEUX 60

10.3 Transfusion sanguine ??


On rappelle l’expression de la loi de Poiseuille : Q = π(r4 /8)(PA − PB )/(ηL) où Q est le débit volumique
(volume par seconde), r le rayon de la canalisation, η la viscosité du fluide et L la longueur de canalisation
verséparant les points A et B. La différence de pression ∆p = PA − PB entre la pression en un point A et la

sion
pression en un point B situé en aval du point A est appelée perte de charge et est due aux frottements entre le
fluide qui s’écoule et la paroi immobile de la canalisation.

du
4 se
Lors d’une transfusion sanguine, le sang provenant d’une bouteille surélevée doit s’écouler avec un débit de
4 cm3 à la minute par un tube jusqu’à l’aiguille plantée dans la veine du patient. Cette aiguille a un diamètre
pte
intérieur de Da = 0, 8 mm et une longueur La = 4 cm. La bouteille est surélevée afin que la surface libre du

mb
sang dans la bouteille est à une hauteur hA par rapport à l’entrée de l’aiguille. La bouteille et la surface libre

re 2
du sang sont à la pression atmosphérique. Le diamètre du tube reliant la bouteille à l’aiguille est assez grand
pour qu’on puisse négliger la perte de charge dans le tube par rapport à la perte de charge due à l’aiguille.
0 12
1) Donner l’expression de la perte de charge ∆pA entre les extrémités de l’aiguille en fonction de Q, La , Da
et ηs , la viscosité du sang. Calculer la valeur numérique de ∆pA .
2) Sachant que la pression du sang dans la veine dépasse la pression atmosphérique de ∆pv = 2000 P a, en
déduire la surpression minimale par rapport à la pression atmosphérique ∆pmin requise à l’entrée de l’aiguille
pour que le sang passe effectivement dans la veine.
3) Que se passe-t-il si la bouteille est placée à la même hauteur que l’entrée de l’aiguille (hA = 0) ?
4) Exprimer, en fonction de g, ρs et hA , la surpression ∆ph du sang à l’entrée de l’aiguille.
5) Exprimer, en fonction de ∆pmin , g et ρs , la hauteur hm minimale à laquelle on doit placer la bouteille au
verdessus de l’entrée de l’aiguille pour que le sang transfusé pénètre bien dans la veine. Application numérique.
sion
Données : masse volumique du sang ρs = 1 g.cm−3 ; accélération de la pesanteur g = 10 m.s−2 ; viscosité du
du
sang ηs = 0, 004 P a.s .

1) 4 se z
B
∆PA =
8ηLQ
=
128 ηLQ
. . pte ha
π(Da/2)4 π Da4
mb bouteille

Application numérique : Le débit vaut Q = 4 · 10−6 /60 '


6, 7 · 10−8 . re 2
∆Pa =
128 0.004 × 0.04 × 6, 7 · 10−8
× ' 1066 P a.
012 tube
π (0, 8 · 10−3 )4

2) Il faut que la pression à la sortie de l’aiguille soit


supérieur à la pression du sang dans la veine. La pression C
0
du sang dans la veine vaut Patm + ∆pv . La pression à la sor- aiguille
La

ver
tie de l’aiguille vaut p − ∆PA (p étant la pression à l’entrée
de l’aiguille). Il faut donc que : Da
sion p − ∆PA ≥ Patm + ∆pv ⇒ p − Patm ≥ ∆pv + ∆PA .
du
4 se
On en déduit que ∆pmin = ∆pv + ∆PA .

pte
3) Si la bouteille est placée à la même hauteur que l’entrée de l’aiguille, la pression à la sortie (=Patm +

mb
∆pv ) est plus grande que la pression à l’entrée de l’aiguille (=Patm ) : le sang pénètre par l’aiguille (don
du sang...).
re 2
012
CHAPITRE 10. ECOULEMENTS VISQUEUX 61

4) On néglige les pertes de charges dans le tube : on peut donc utiliser l’équation de Bernoulli entre le
point B (surface libre du sang dans la bouteille) et le point C (entrée de l’aiguille) :
1 2 1
ρs vB + PB + ρgzB = ρs vC2 + PC + ρgzC
ver 2 2

sion 4Q
avec : vB ' 0, PB = Patm , zB = ha , vC = πD
PC = Patm + ∆ph , zC = 0. On en déduit que :
2 (car vitesse = débit / surface),
a

du
4 se
!2
1 4Q
∆ph = ρs gha − ρs .
2 πDa2
pte
mb
Le second terme du membre de droite est négligeable aussitôt que :

1 πDa2 Q
!2
1 re 2
4Q
!2
ρs gha  ρs
2 4
⇒ ha 
2g πDa2
0 ' 1 mm.
12
Ca sera en pratique toujours le cas. En conclusion, la supression à l’entrée de la seringue vaut :

∆ph ' ρs gha .

5) D’après la question 2, la supression minimale à l’entrée de la seringue vaut ∆pmin = ∆pv + ∆PA . On
en déduit que :

ver ∆pv + ∆PA 2000 + 1066


sionρs ghm = ∆pv + ∆PA =⇒ hm =
ρs g
=
103 × 10
' 0, 307 m = 30, 7 cm.

du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 10. ECOULEMENTS VISQUEUX 62

10.4 Vidange d’un réservoir ??


Un tuyau de vidange horizontal, de diamètre d et de longueur L, est fixé au fond d’un récipient de
diamètre D. Ce récipient est rempli d’un liquide de masse volumique ρ et de viscosité η. La hauteur
verde liquide vaut h. On note g l’accélération de la pesanteur.

sion
Les pressions à la surface libre du réservoir et à la sortie du tuyau
de vidange valent Patm . On note vA , vB et vC les vitesses aux
D

du
points A (surface libre du réservoir), B (à l’entrée du tuyau de
vidange) et C (sortie du tuyau).
A

4 se
1) On suppose de D  d. Prouver qu’alors, va  vb . h

pte
2) Dans le réservoir, on néglige les effets venant de la viscosité.

mb
En appliquant le théorème de Bernoulli, exprimer la pression PB d
B C
(pression à l’entrée du tuyau de vidange) en fonction de ρ, g, h et
vB et Patm . re 2 L

0
3) En déduire l’expression de PB − PC en fonction de ρ, g, h et du débit volumique Q dans le tuyau.
12
On rappelle que pour un fluide visqueux, la perte de charge par unité de longueur ∆P L
d’un fluide
de viscosité η, qui s’écoule dans un tube de longueur L, de rayon R avec un débit volumique Q, est
8ηQ
donnée par la loi de Poiseuille : ∆P
L
= πR 4.

4) Déduire, de la question 3, que le débit Q est lié à la hauteur h par la relation :

π 2 d4 gh
! !
16πη
Q2 + Q− = 0.
ver ρ 8

sion
5) Sachant que les solutions de l’équation du second degré ax2 + bx + c = 0 sont x = 1
2a
h
−b ±
√ i

du
avec ∆ = b2 − 4ac, déterminer l’expression de Q en fonction de d, g, h, ρ et η.

4 se
6) Sachant que 1 + x ' 1 + 21 x lorsque x  1, prouver que le débit Q est proportionnel à h lorsque
h  πd32η
4 gρ .
pte
2 2
mb  2
1) Conservation du débit ⇒ π D4 vA = π d4 vB ⇒ vvBA =
re 2
d
D
 1. On en conclut que vA  vB .
2) Théorème de Bernoulli entre les points A et B :

1 2 1 2 z}|{
=Patm
1
012
}| { z
z }| {
2
'−vB
=h
2 2
ρvA + PA + ρgzA = ρvB + PB + ρgzB ⇒ PB = PA + ρ vA − vB +ρg (zA − zB ) .
2 2 2
On en déduit que :
1
PB = Patm + ρgh − ρvb2 .
2
3) Puisque PC = Patm , on déduit de la question 2 que :
ver
sion 1
PB − PC = ρgh − ρvb2 .
2

du 2
Pusique le débit volumique Q est le produit de la vitesse par la section : Q = π d4 vB , d’où vB = 4Q
πd2
. On
en déduit que :
4 se 1

4Q 2


pte
PB − PC = ρgh − ρ
2 πd 2
= ρgh − 2 4 Q2 .
π d
4) D’après la loi de Poiseuille : mb
PB − PC
=
8ηQ 8ρ
⇒ ρgh − 2 4 Q2 = re 2
128ηQ
.
L π(d/2)4 π d πd4
012
CHAPITRE 10. ECOULEMENTS VISQUEUX 63

En simplifiant :
π 2 d4 gh
! !
2 16πη
Q + Q− = 0.
ρ 8
16πη 2 π 2 d4 gh

ver
 
5) ∆ = ρ
+ 2
.

sion 1
Q= −
16πη

±
v
u
u 16πη
!2

π 2 d4 gh


=
8πη
−1 ±
s
1+
!
π d4 ghρ
.
du
t
2 ρ ρ 2 ρ 32 η

4 se
On garde le signe + car le débit est forcément positif.

π d4 ghρ pte
6) puisque, lorsque 32 η
1:
mb
s
1+
π d4 ghρ
'1+ re 2
π d4 ghρ
,

on a :
32 η 64 η
0 12
π d4 ghρ π d4 ghρ
Q ' −1 + 1 + = .
64 η 64 η
π d4 ghρ 32η
On en déduit que, lorsque 32 η
 1, c’est-à-dire lorsque h  πd4 gρ
, alors :

π d4 gρ
Q' · h.
ver 64 η

sion
10.5 du
Viscosimètre capillaire vertical ? ? ?
4 se
pte
La vidange d’un réservoir cylindrique de diamètre D se fait par un tube D
capillaire de diamètre d et de longueur totale L, placé verticalement, en-
mb
foncé par un trou situé en bas du réservoir. On note z la hauteur du liquide
(de masse volumique ρ) dans le réservoir, mesurée à partir de l’extrêmité re 2
basse du capillaire. La pression extérieure est Patm .
1) la vitesse du fluide est faible dans le réservoir : v ' 0. Calculer, en fonc- 012
tion de Patm ,L, z, ρ, g (accélération de pesanteur) la pression du fluide au zo
niveau de l’extrêmité haute du capillaire. z

2) la perte de charge par unité de longueur ∆P λ


d’un fluide de viscosité η, L
qui s’écoule dans un tube de longueur λ, de rayon R avec un débit vo- d
8ηQ
lumique Q, est donnée par la loi de Poiseuille : ∆P λ
= πR 4 . En déduire

l’expression du débit Q du fluide en sortie du capillaire, en fonction de η,


verL, z, ρ, g et d.
sion
3) Etablir l’expression de la durée dt qu’il faut attendre pour que la hauteur du liquide dans le
réservoir passe de l’altitude z à z + dz (dz étant la variation de hauteur du fluide, dz < 0).
du
4) En déduire que la durée τ pour que la surface du fluide dans le réservoir passe de l’altitude z0 à
l’altitude z1 a pour expression :
4 se 32LD2 η z0
τ=
ρgd4 pte
ln .
z1
mb
5) Application numérique : L = 12, 7 cm, D = 2, 75 cm, d = 1, 20 mm, g = 9, 8 m · s−2 . Le liquide
re 2
est de l’eau (masse volumique ρ = 103 kg · m−3 ). la durée pour que la surface passe de z0 = 20 cm à
z1 = 15 cm vaut τ = 44 s. Calculer la viscosité de l’eau.
012
CHAPITRE 10. ECOULEMENTS VISQUEUX 64

6) Calculer, en fonction de z0 , L, d, g, η et ρ la vitesse maximal du fluide dans le capillaire. Faire


ensuite l’application numérique.
7) On a supposé jusqu’à présent que la vitesse du fluide est négligeable dans tout le révervoir. En
appliquant l’équation de Bernoulli entre la surface libre du réservoir et l’entrée du capillaire, montrer

ver(en faisant l’application numérique) que le terme où la vitesse apparaît est effectivement négligeable.

sion
1) Les vitesse étant négligeable, on peut appliquer les formules d’hydrostatique : à la profondeur z − L
sous la surface, la pression vaut du fluide vaut :
du
4 se P = Patm + ρg (z − L).

pte
2) Par conservation du débit, les vitesses à l’entrée et à la sortie du capillaire sont les mêmes.

mb
• On applique l’équation de Bernoulli entre l’entrée du capillaire (vitesse v, pression P , abscisse L) et la

re 2
sortie (vitesse v, pression Patmp , abscisse 0), en tenant compte de la perte de charge ∆P :

1 2
2
1
ρv + P + ρgL = ρv 2 + Patm + ∆P ⇒ ∆P = P − Patm + ρgL.
2 0 12
Comme, d’après la question 1, P = Patm + ρg (z − L), on en déduit que la perte de charge vaut :

∆P = ρgz.

• Par ailleurs, d’après la formule donnée dans l’énnoncé de la question 2 :

ver ∆P
=
128ηQ
⇒ Q =
πd4 ∆P
=
πd4 ρgz
.
sion L πd4 128Lη 128Lη

du
3) Lorsque la hautre passe de z à z + dz, le volume a varié de dV = − π4 D2 dz (volume d’un cylindre de
rayon d/2 et de hauteur −dz).
4 se
Q=
volume
temps pte
⇒ temps =
volume
Q
→ dt =
dV
Q
.

mb
En conclusion :
π 128Lη 32D2 Lη re 2
4) D’après la question précédente :
dt = − D2 dz × 4
4 πd ρgz
= 4
d ρgz
dz.
012
Z τ Z z1
32D2 Lη 32D2 Lη Z z1 1
dt = − 4 dz = − 4 dz.
0 z0 d ρgz d ρg z0 z
Z τ
dt = [t]τ0 = τ,
ver Z z1
1
0
z0
sion
 
dz = [ln(z)]zz10 = ln(z1 ) − ln(z0 ) = − ln .
z0 z z1
On en conclut que :
du 32D2 Lη z0
4 se
 
τ= 4
ln .
d ρg z1
5) pte
mb 4
τ=
32LD2 η z0
ρgd4
ln
z1
⇒ η =
τ ρgd4
32LD2 ln zz01
= re 2
44 × 103 × 10 × (1, 2 · 10−3 )
32 × 12, 7 · 10−2 × (2, 75 · 10−2 )2 × ln(20/15)
' 1, 03·10−3 P a·s

012
CHAPITRE 10. ECOULEMENTS VISQUEUX 65

πd2 4
6) La vitesse est maximale au début, lorsque z = z0 . Puisque Q = 4
v, v= πd2
× Q. On en déduit que :

4 πd4 ρgz0 d2 ρgz0 (1, 2 · 10−3 )2 × 103 × 10 × 20 · 10−2


vmax = × = = ' 0, 7 m · s−1 .
πd2 128Lη 32Lη 32 × 12, 7 · 10−2 × 10−3

ver
7) On applique la relation de Bernoulli entre la surface libre (abscisse z0 , pression atmosphèrique et vitesse
sion
négligeable) et l’entrée du tube capillaire (abscisse L, pression P , vitesse v a priori non négligeable) :
1 2
du 1

ρv + P + ρgL = Patm + ρgz0 ⇒ (P − Patm ) = ρ g(z0 − L) − v 2 .


2
4 se 2

pte
La vitesse est donc négligeable lorsque g(z0 − L)  12 v 2 .

mb
2 ρgz
Or, d’après la question 6, vmax = d32Lη 0
. Il faut donc (pour que la vitesse soit négligeable) que :

d2 ρz0 2
s
g
2
(1, 2 · 10−3 ) × 103 × (20 · 10−2 ) re 2
2s
10
η
32L 2(z0 − L)
=
32 × 12, 7 · 10−2 0
2 (20 · 10−2
12
− 12, 7 · 10−2 )
' 1, 2·10−4 P a·s

Puisque la viscosié trouvé (η ' 10 ) est effectivement bien plus grande (que 1, 2·10−4 ), on peut conclure
−3

que l’approximation est justifiée.

10.6 Vases communiquants ? ? ?


verDeux réservoirs cylindriques de diamètre D sont remplis d’un même liquide de masse volumique ρ. Un tuyau
sion
horizontal de diamètre d relie entre eux les fonds de ces réservoirs. La hauteur de liquide dans le premier
réservoir est h1 , celle du deuxième est h2 .
du
1) On suppose que d est beaucoup plus petit que D. Montrer que la vitesse de la surface libre du premier

4 se
réservoir est négligeable devant la vitesse du fluide à l’entrée du tuyau.
2) Comparer les vitesses du fluide à l’entrée et la sortie du tuyau de communication.
pte
3) Le diamètre D est réservoirs étant beaucoup plus grand que celui du tuyau, on peut négliger, dans ces
mb
réservoirs, les effets venant de la viscosité. Par application du théorème de Bernoulli, exprimer la différence

re 2
de pression entre l’entrée et la sortie du tuyau en fonction et D, d, h1 , h2 , ρ et g (accélération de pesanteur).
4) On note η la viscosité du fluide. On rappelle que pour un fluide visqueux, la perte de charge par unité de
longueur ∆P λ
un débit volumique Q, est donnée par la loi de Poiseuille : ∆P λ
012
d’un fluide de viscosité η, qui s’écoule dans un tube horizontal de longueur λ, de rayon R avec
8ηQ
= πR 4 . En déduire, en fonction de η, ρ, h1 , h2 ,

d, g et la longueur L du tuyau le débit volumique Q dans le tuyau horizontal.


5) Application numérique : ρ = 103 kg ·m−3 , h1 = 50 cm, h2 = 20 cm, d = 1 cm, g = 10 m·s−2 , L = 10 cm,
η = 10−3 P a.s. Calculer Q.
6) Quel résultat trouverait-t-on pour un fluide parfait (viscosité négligeable) ? Commenter.
1) On note vA la vitesse de la surface libre du premier réservoir, et bB la vitesse du fluide à l’entrée du
ver
tuyau. En appliquant la conservation du débit entre la surface libre du premier réservoir et l’entrée du
sion
tuyau, on obtient :
π π vA d2
du vA × D2 = vB × d2 ⇒
4 4 vB
= 2.
D
Puisque d2
D2
, 4 se
on en déduit que vA  vB .
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 10. ECOULEMENTS VISQUEUX 66

D D

A+

ver h1 +D

sion B+ +C
h2

du d

2) 4 se
– Débit à l’entrée (en B) : QB = vB × π4 d2 .
pte
– Débit à la sortie (en C) : QC = vC × π4 d2 .
Conservation du débit : QB = QC ⇒ vB = vC . mb
re 2
'0 Patm
0
3) En appliquant la relation de Bernoulli entre les points A et B, on obtient :
12
=h1 =0
1 z}|{ z}|{ 1 1
ρ vA2 + PA +ρg zA = ρvB2 + PB + ρg zB ⇒ ρgh1 = ρvB2 + (PB − Patm )
z}|{ z}|{
2 2 2
En appliquant la relation de Bernoulli entre les points C et D, on obtient :
'0 Patm
2 =h =0
1 z}|{ 1 1
ver
z}|{
ρ vD + PD +ρg zD = ρvC2 + PC + ρg zC ⇒ ρgh2 = ρvC2 + (PC − Patm )
2 z}|{ z}|{
2 2 2
sion
En soustrayant les deux résultats précédents (et compte-tenu de vB = vC ) :

du ρg(h1 − h2 ) = PB − PC
4 se
4) En appliquant la formule de Poiseuille :
pte
ρg(h1 −h2 )
mb
re 2
z }| {
PB − PC 8ηQ ρg(h1 − h2 ) 128ηQ πd4 ρg(h1 − h2 )
=  4 ⇒ = ⇒ Q =
L π d2

5) Application numérique :
L πd4 128ηL
012
π × (10−2 )4 × 103 × 10 × (0, 5 − 0, 2)
Q= −3
= 7, 4 · 10−3 m−3 · s−1
128 × 10 × 0, 1
6) Si η = 0, on trouve Q = ∞. Dans ce cas, on ne peut plus considéré que le fluide s’écoule dans les

ver
réservoirs en régime permanent. Le théorème de Bernoulli n’est plus applicable. Par ailleurs, des effets de

sion
turbulence apparaîtraient.

du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 11
sion
d u
Gaz parfaits 4 se
pte
mb
11.1 Masse volumique d’un gaz ? re 2
On considère le dihydrogène comme un gaz parfait.
0 12
1) Calculer la masse volumique du dihydrogène dans les conditions normales (T = 25o C, P0 =
105 P a) sachant que la masse atomique molaire de l’hydrogène vaut 1 g.mol−1 . Donner le résultat en
g/L puis en kg/m3 .
2) Calculer la masse volumique du dihydrogène dans les conditions : P = 5.105 P a et T = 200o C.
1)

ver (masse volumique ρ) =


masse M contenue dans un volumeV

sion volume V
On considère un volume V . Le nombre de moles de dihydrogène contenues dans ce volume est : n =

du
P V /RT . La masse correspondante est M = nMH2 , où MH2 est la masse molaire du dihydrogène (MH2 =
2 g · mole−1 ). On en déduit que :
4 se
pte
P V MH2
P MH2 105 × 2 · 10−3
ρ= RT
= = ' 0, 081kg · m−3 .
V RT
mb
8, 32 × (273 + 25)
−3 3 −3
re 2
0, 081 kg · m = 0, 081 · (10 g) · (10 dm) = 0, 081 · 103 · 10−3 g · dm−3 = 0, 081 g/dm3 .
Puisque 1 dm3 = 1 L, on en déduit que : ρ = 0, 081 g/L.
012
2) Dans ces conditions :

5 · 105 × 2 · 10−3
ρ= ' 0, 25 kg · m−3 = 0, 25 g · L−1 .
8, 32 × (273 + 200)

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
67
CHAPITRE 11. GAZ PARFAITS 68

11.2 Masse de dioxygène dans une bouteille ?


Une bouteille d”’oxygène” utilisée dans un hôpital est un récipient en acier dont le volume est sensi-
blement constant : V = 100 L, et qui contient du dioxygène O2 . La pression du gaz contenu dans la
verbouteille est lue sur un manomètre.

sion
1) Dans un premier état, la pression vaut p1 = 1, 5.105 P a, la température état T1 = 27o C. Quelle
serait la pression si la bouteille était transportée dans un pays tropical où la température a la valeur
T2 = 50o C ?
du
2) Même question si la bouteille était amenée au pôle nord à une température T3 = −50o C.
4 se
3) Calculer le nombre de moles de dioxygène dans la bouteille. En déduire la masse de dioxygène
pte
contenu dans la bouteille. (Masse atomique molaire de l’oxygène : MO = 16 g/mole.)

mb
4) Après utilisation, la pression dans la bouteille s’établit à p4 = 0, 7.105 P a, la température étant
maintenant T4 = 17o C. Calculer la masse du dioxygène qui a été utilisé.
re 2
p1 V
=
p2 V

p1
=
p2
⇒ p 2 = p1 ·
T2
= 1, 5 · 105 ·
0
1) Le nombre de moles de gaz dans la bouteille étant constant, on en déduit que :
273 + 50 12
' 1, 62 · 105 P a.
RT1 RT2 T1 T2 T1 273 + 27
2) De même :
T3 273 − 50
p3 = p1 · = 1, 5 · 105 · ' 1, 12 · 105 P a.
T1 273 + 27
3)
ver n=
p1 V
=
1, 5 · 105 × 100 · 10−3
' 6 moles.
sion RT1 8, 32 × (273 + 27)
La masse de dioxygène est donc : m = n × 32 = 192 g.
du
4 se
4) La nouvelle masse (en grammes) de dioxygène est :

m0 = 32 ·
p4 V
pte
= 32 ×
0, 7 · 105 × 100 · 10−3
' 93 g.
RT4
mb
8, 32 × (273 + 17)

re 2
11.3 Bulle d’oxygène ? 012
Une algue située à la profondeur h0 = 10 m sous la surface de la mer (masse volumique ρmer =
103 kg · m−3 ) produit une bulle de dioxygène de diamètre d0 = 1 mm. L’accélération de la pesanteur
vaut g = 10 m · s−2 et la pression atmosphérique vaut Patm = 105 P a. On néglige les effets venant
de la tension de surface.
1) Exprimer, en fonction de h0 , ρmer , g et Patm la pression P0 du gaz à l’inérieur de la bulle.
ver2) La bulle remonte vers la surface de la mer et se trouve maintenant à la profondeur h (h < h0 ). En

sion
supposant que le gaz dans la bulle se comporte comme un gaz parfait et que sa température demeure
constante, déterminer, en fonction de Patm , g, ρ, h, h0 et d0 , l’expression du diamètre de la bulle.

du
3) Application numérique : calculer le diamètre de la bulle lorsqu’elle arrive à la surface.

4 se
1) D’après la formule de l’hydrostatique :

pte
P0 = Patm + ρgh0 .
mb
re 2
2) Puisque la température et le monbre de mole de gaz dans la bulle restent constants, on a :

P0 · V0 = P · V,
012
CHAPITRE 11. GAZ PARFAITS 69

où P0 et V0 désignent la pression et le volume lorsque la profondeur de la bulle est h0 , et P et V lorsque


la profondeur est h. On en déduit que :
!3 !3
4 d0 4 d
(Patm + ρgh0 ) · π = (Patm + ρgh) · π ,
ver 3 2 3 2

sion
d’où :
Patm + ρgh0
!1/3

du
d30 3
(Patm + ρgh0 ) = d (Patm + ρgh) ⇒ d = d0
Patm + ρgh
.

3) Application numérique : 4 se
pte
mb
!1/3
−3 105 + 103 × 10 × 10
d = 10 × ' 1, 25 · 10−3 m = 1, 25 mm.
105
re 2
La taille de la bulle a donc augmenté de 25%.
0 12
11.4 Variation de la masse d’air sous une serre ??
Une serre a un volume V = 5000 m3 . L’air qu’elle contient est à pression atmosphérique P0 =
1, 013.105 P a.
Quelle est la variation de la masse d’air sous la serre entre la nuit et le jour, la température nocturne

verétant T1 = 5o C et la température diurne T2 = 30o C ?


Donnée : masse volumique de l’air dans les conditions normales (P0 et T = 0C ) : ρ0 = 1, 29 kg.m−3 .
sion
On note n1 et m1 le nombre de moles dans la serre et la masse d’air à la température T1 .
du
On note n2 et m2 le nombre de moles dans la serre et la masse d’air à la température T2 .

4 se
On note n0 et m0 le nombre de moles dans la serre et la masse d’air à la température T0 = 0C .

D’après la loi des gaz parfaits : pte


mb T0
P0 V = n1 RT1 = n0 RT0 ⇒ n1 = n0
re 2 T1
.

De même :
T0
012
n2 = n0
T2
Comme la masse est proportionnelle au nombre de mole : m1 = m0 TT01 et m2 = m0 TT02 . La variation de la
masse d’air sous la serre est donc :
T0 T0
 
∆m = m1 − m2 = m0 − .
ver T2 T1

sion
Or, m0 = ρ0 × V d’où :

du
∆m = ρ0 × V ·

T0 T0


= 1, 29 × 5000 ×

273

273

' 522 kg.
4 se
T2 T1 273 + 5 273 + 30

pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 11. GAZ PARFAITS 70

11.5 Evolution d’un gaz parfait dans un cylindre ??


Un cylindre vertical, de section s = 100 cm2 est clos à sa partie supérieure par un piston de masse
négligeable, mobile sans frottement.
ver1) Quelle masse de diazote faut-il introduire dans le cylindre pour que le piston se soulève à une

sion
hauteur h0 = 1 m au dessus du fond (l’air extérieur et le diazote sont à la même température
T = 20o C) ? (masse atomique molaire de l’azote : MN = 14 g/mole, constante des gaz parfaits

du
R = 8, 31 J.k −1 .mole−1 , pression atmosphérique P0 = 105 P a)

4 se
2) On pose sur le piston une surcharge de masse M = 20 kg. Le piston s’enfonce et, après quelques
oscillations, se fixe à une hauteur h1 au dessus du fond. La température du cylindre est main-
pte
tenue à T = 20o C. Calculer la hauteur h1 d’équilibre (on prendra pour l’accélération de pesanteur
g = 10 m.s−2 ).
mb
3) On chauffe maintenant le contenu du cylindre jusqu’à la température T 0 = 100o C tout en main-
re 2
tenant la surcharge en place. A quelle hauteur h01 le piston va-t-il se fixer ?
0 12
1)Le volume vaut V0 = h0 × s. La masse molaire du diazote vaut 2MN . On note m la masse de diazote à
introduire dans le cylindre.

P0 V 0 P0 h0 s P0 h0 s 105 × 1 × 100 · 10−4


n= = ⇒ m = 2MN = 2 × 14 · 10−3 · ' 0, 0115 kg = 11, 5 g.
RT RT RT 8, 32 × (273 + 20)
2) Soit P1 la pression du gaz lorsque la masse M est posée sur le piston. Les forces agissant sur le piston
sont :

ver – la force exercée par le gaz (qui est à l’intérieur du cylindre) : f1 = P1 × s (vers le haut),

sion
– la force exercée par latmosphère : f2 = P0 × s (vers le bas),
– le poids de la la masse M : f3 = M g (vers le bas).

du
A l’équilibre, la somme (algébrique) des forces est nulle, donc :

4 se
f 1 = f 2 + f 3 ⇒ P 1 × s = P0 × s + M g ⇒ P1 =
sP0 + M g
= P0 +
Mg
.
pte s s
le nombre de moles étant toujours le même :
mb
n=
P0 V0
=
P1 V1 re 2
⇒ P0 V0 = P1 V1 ⇒ P0 h0 s = P0 +
Mg

h1 s


RT RT
P0 h0 h0 1
012
s

⇒ h1 = Mg = Mg = 20×10 ' 0, 83 m.
P0 + s 1 + sP 0
1+ 100·10−4 ×105

3)
P1 V1 P1 V10 V1 V10 h1 h01 0 T0 273 + 100
= 0
⇒ = 0
⇒ = 0
→ h1 = h1 = 0, 83 × = 1, 06 m.
RT RT T T T T T 273 + 20

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
CHAPITRE 11. GAZ PARFAITS 71

11.6 Atmosphère isotherme ? ? ?


L’atmosphère est assimilée à un gaz parfait de masse molaire
altitude
Mair , soumise à la pesanteur d’accélération uniforme g. L’axe
ver(Oz) est vertical, z = 0 correspondant au niveau du sol. Les pro- surface = S

sion
priétés physiques de l’atmosphère sont uniformes sur une couche
d’égale altitude z et on note P (z) la pression et ρ(z) la masse
z+dz
dz
pression=P(z+dz)

du
volumique de l’air à l’altitude z. On note P0 la valeur de la pres- z
sion en z = 0. On suppose que la température T est indépen-
pression=P(z)

4 se
masse d’air = dm

dante de l’altitude z. On note R la constante des gaz parfaits


(R = 8, 32 S.I.).
pte
mb
1) A votre avis, la pression de l’air augmente-t-elle ou diminue-t-
0 pression=P(0)
elle avec l’altitude ?
re 2
2) Calculer, en fonction de R, P (z), T et Mair la masse volume ρ(z) à l’altitude z.
sol

0 12
3) Montrer que la masse d’air contenu dans le volume délimité par les plans horizontaux (imaginaires)
de surface S distants de la hauteur dz, l’un étant à l’altitude z, l’autre à l’altitude z + dz vaut :
P (z)Mair S
dm = dz
RT
4) Exprimer, en fonction de S et P (z) la force exercée sur le plan horizontal de surface S situé à
l’altitude z par l’atmosphère située en dessous de ce plan. Cette force est-elle dirigée vers le haut ou

verle bas ?
5) Exprimer, en fonction de S et P (z + dz) la force exercée sur le plan horizontal de surface S situé à
sion
l’altitude z + dz par l’atmosphère située au dessus de ce plan. Cette force est-elle dirigée vers le haut
ou le bas ?
du
6) On rappelle que P (z+dz)−P (z)
' dP . En écrivant la condition d’équilibre pour le gaz contenu entre
4 se
dz dz
les deux plans précédents, montrer que :

pte
dP Mair g
P (z)
=−
RT
mb dz.

re 2
7) En intégrant la relation précédente entre les altitudes 0 et z, exprimer P (z) en fonction de P0 , T ,
R, Mair , g et z.
012
8) Sachant que la pression au niveau de la mer vaut P0 = 1, 013 · 105 P a, déterminer la valeur de la
pression :
– en haut d’un immeuble de 20 m de haut situé au bord de la mer.
– en haut du mont blanc (altitude 4810 m).
– en haut de l’Everest (altitude 8800 m).
On prendra Mair = 29 g/mole, T = 5 o C et g = 10 m.s−2 .

ver
2) rho = volume/masse. On considère n moles d’air. La masse correspondante est m = nMair .
sion P V = nRT ⇒ P V =
m
RT ⇒
m
=
P Mair
.
du Mair V RT
La masse volumique vaut donc :
4 se P (z)Mair
pte
ρ(z) =
RT
.

mb
3) Le volume d’air contenu entre ces deux plans horizontaux vaut Sdz. La masse étant égale au produit

re 2
012
CHAPITRE 11. GAZ PARFAITS 72

de la masse volumique et du volume, on a :

P (z)Mair Sdz
dm = ρ(z)Sdz = .
RT

ver
4) La force est le produit de la surface et de la pression. La force exercée sur le plan horizontal de surface
sion
S situé à l’altitude z par l’atmosphère située en dessous de ce plan vaut donc SP (z). Elle est dirigée vers
le haut.
du
5) De même, la force exercée sur le plan horizontal de surface S situé à l’altitude z + dz par l’atmosphère

4 se
située au dessus de ce plan vaut SP (z + dz). Elle est dirigée vers le bas.
6) Les forces s’exerçant sur le gaz contenu entre les deux plans précédents sont :
pte
– la force de pression SP (z) : vers le haut
– la force de pression SP (z + dz) : vers le bas
mb
– le poids dm · g = P (z)M air gS
RT
dz : vers le bas.
re 2
La condtion d’équilibre impose : (somme des forces vers le haut) = (somme des forces vers le bas). Donc :

= dP
dz
·dz
0 12
P (z)Mair gS z}| { P (z)Mair g dP Mair
SP (z) = SP (z+dz)+ dz ⇒ P (z + dz) − P (z) = − dz ⇒ =− P (z).
RT RT dz RT
En conclusion :
dP Mair g
=− dz
P RT

ver
7) En intégrant :
dP
Z P (z)
Mair g Z z Mair g z
sion P0 P
=−
RT 0
dz ⇒ [ln P ]PP0(z) = −
RT
[z]0

du Mair g P (z) Mair g P (z) Mair g


 
ln (P (z)) − ln(P0 ) = − (z − 0) ⇒ ln =− z⇒ = exp − z .
RT P0 RT P0 RT
En conclusion : 4 se
pte Mair g
 
P (z) = P0 exp − z .
mb RT
8) Application numérique :
re 2
Mair g
RT
=
29 · 10−3 × 10
8, 32 × 278 012
' 1, 25 · 10−4 m−1

On en déduit que :
P (20m) ' 1, 010 · 105 P a
P (4810m) ' 0, 56 · 105 P a
P (8800m) ' 0, 34 · 105 P a.

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verChapitre 12
sion
d u 4 de la thermodynamique
Premier principe sep
tem
12.1 Gaz parfait ?
bre
201
2
Une enceinte de volume 1 L contient 0, 1 mole d’hélium (masse molaire MHe = 4 g/mol) à la tem-
pérature de 27o C.
1) Calculer la vitesse quadratique moyenne, la pression et l’énergie cinétique moyenne d’une
molécule.
2) Calculer l’énergie interne molaire, puis l’énergie interne massique et l’énergie interne du système.
3) La capacité thermique massique à volume constant (Cv ).

ver1)

sion
• En désignant par m la masse d’une molécule :
s v s s
1 3
du 3kB T u 3(R/NA )T 3RT 3 · 8, 32 · 300
q u
mhv 2 i = kB T ⇒ hv 2 i = =t = = ' 1370 m.s−1 .
2 2 m MHe /NA MHe 4 · 10−3
4 se
• P = nRTV
= 0,1×8,32×300
10−3
• hEc i = 2 kB T = 2NA = 3×8,32×300
3 3RT pte
' 2, 5 · 105 P a.
' 6, 2 · 10−21 J.
2×6,02·1023
mb
2) re 2
de gaz vaut U = 3N
2
RT . Donc pour une mole : 012
• Pour un gaz parfait monoatomique (comme l’hélium), l’énergie interne d’un gaz renfermant N moles

3 3 × 8, 32 × 300
Umolaire = RT = ' 3744 J.
2 2
• La masse des N moles vaut MHe N . Donc, l’énergie interne massique vaut :
3N
U RT 3RT 3 × 8, 32 × 300
Umassique = = 2 = = ' 9, 4 · 105 J.kg −1 .
ver masse MHe N 2MHe 2 × 4 · 10−3

sion
• L’énergie interne du système vaut :

du U=
3N
2
RT =
3 × 0, 1 × 8, 32 × 300
2
' 374, 4 J.

4 se
3) Considérons un volume V de gaz parfait, contenant une nombre N de moles. On fait subir au gaz la
pte
transformation thermodynamique suivante : le volume étant maintenu fixe, on fait passer sa température
mb
de T à T + δT . Au cours de cette transformation, le gaz à reçu une certaine quantité de chaleur δQ. Par
définition de la capacité thermique à volume constant :
re 2
δQ = cv δT.
012
73
CHAPITRE 12. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 74

On calcule δQ grâce au premier principe de la thermodynamique :


δU = δW + δQ.
δU est la variation d’énergie interne. Lors de la transformation, l’énergie interne passe de 3N RT à
ver
3N
2
R(T + δT ). Donc :
2

sion δU =
3N
2
R(T + δT ) −
3N
2
RT =
3N
2
RδT

du
Par ailleurs, δW = −P δV , où P est la pression et δV la variation de volume. Puisque le volume est

4 se
constant au cours de la transformation, δV = 0 et donc, δW = 0. Donc :

δU = δW + δQ ⇒
pte 3N
2
RδT = 0 + cv δT ⇒ cv =
3N
2
R.

mb
re 2
3N
cv 2
R 3
Capacité thermique massique = = = R.
masse N · MHe 2MHe
Application numérique :
Cv =
3 × 8, 32
0
' 3120 J · K −1 · kg −1 .
12
2 × 4 · 10−3

12.2 Paroi mobile entre gaz parfaits ?

verDeux gaz parfaits monoatomiques sont placés dans deux compartiments d’une enceinte thermique-

sion
ment isolée. Ils sont séparés par une paroi conductrice de la chaleur. Cette paroi est dans un premier
temps fixe. Le gaz de gauche occupe un volume V1 , sa pression est P1 . Celui de droite occupe un

du
volume V2 , sa pression est P2 . La température commune des deux gaz est T .

4 se
On libère la paroi de telle sorte qu’elle peut maintenant coulisser.
1) Calculer, la température T 0 atteinte lors du nouvel équilibre.
pte
2) Calculer la pression des deux gaz (en fonction de V1 , V2 , P1 , P2 et T ).

mb
1) Dans le nouvel état d’équilibre, la paroi étant libre de coulisser, et conductrice, les températures et
pressions sont les mêmes dans les deux compartiments.
re 2
012
11111111111111111
00000000000000000 111111111111111111
000000000000000000
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111
1 V
00000000000000000
11111111111111111
2
00000000000000000
11111111111111111
V V’
000000000000000000
111111111111111111
2
000000000000000000
111111111111111111
1
V’
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
P P 000000000000000000
111111111111111111
P’ P’
00000000000000000
11111111111111111
2
00000000000000000
11111111111111111
1 000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
T
00000000000000000
11111111111111111 T T’
000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111
T’
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
equilibre intial equilibre final

On considère le système formé par les gaz des deux compartiments. Ce système étant globalement isolé
ver
thermiquement (Q = 0), et les parois extérieures étant rigides (δP = −Pext dV = 0 car le volume ne
sion
change pas), on a, par application du premier principe de la thermodynamique :

du Uinitial = Uf inal .

4 se
Uinitial est l’énergie interne des deux gaz dans l’état initial. En notant n1 le nombre de moles de gaz du

pte
premier compartiment, et n2 celui du second, on a Uinitial = 23 n1 RT + 32 n2 RT car l’énergie interne de n
moles de gaz parfait monoatomique vaut 23 nRT .
De même, Uf inal = 23 n1 RT 0 + 32 n2 RT 0 . Donc : mb
3 3 3 3 re 2
Uinitial = Uf inal ⇒ n1 RT + n2 RT = n1 RT 0 + n2 RT 0
2 2 2 2 012
CHAPITRE 12. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 75

⇒ n1 T + n2 T = n1 T 0 + n2 T 0 ⇒ T 0 = T.
La température n’a donc pas changé.

2) La paroi mobile est à l’équilibre donc la pression est la même dans les deux compartiments.
ver
Par conservation du volume : V1 + V2 = V10 + V20 . Or V10 = n1 RT /P 0 et V20 = n1 RT /P 0 d’où :

sion n1 RT
P 0
+
n2 RT
P0
= V1 + V2

du
Puisque n1 RT = P1 V1 et n2 RT = P2 V2 , on obtient :
4 se P1 V1 P2 V2
+ = V1 + V2 ,
P0
pte P0
et donc :
P0 = mb
P1 V1 + P2 V2
V1 + V2
re 2
0 12
12.3 Mélange de gaz parfaits ?
Deux gaz parfaits monoatomiques sont placés dans deux compartiments d’une enceinte thermique-
ment isolée. Ils sont séparés par une paroi thermiquement isolée. Le gaz de gauche occupe une volume
V1 , sa pression est P1 et sa température T1 . Celui de droite occupe un volume V2 , sa pression est P2 et
sa température est T2 . On ouvre un orifice dans la paroi, de telle sorte que les deux gaz se mélangent.
verCalculer, en fonction de T1 , V1 , P1 , T2 , V2 et P2 , la température T 0 atteinte lors du nouvel équilibre.

sion
Dans le nouvel état d’équilibre, la paroi étant libre de coulisser, et conductrice, les températures et
pressions sont les mêmes dans les deux compartiments.
du 11111111111111111
00000000000000000
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
111111111111111111
000000000000000000
000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111

4 se
00
11
00000000000000000
11111111111111111
00
11
0
1
000000000000000000
111111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111
00
11 000000000000000000
111111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111
V00
11 V 000000000000000000
111111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111
1 00
11 2
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
0
1
000000000000000000
111111111111111111
00
11
00000000000000000
11111111111111111 0
1
000000000000000000
111111111111111111

pte
00
11
00000000000000000
11111111111111111
00
11 000000000000000000
111111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
P00
11 P 000000000000000000
111111111111111111
P’ T’
00000000000000000
11111111111111111
1 00
11 2
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111
00
11
00000000000000000
11111111111111111 0
1
000000000000000000
111111111111111111
0
1

mb
00
11
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
0
1
T00
11
00000000000000000
11111111111111111 T 000000000000000000
111111111111111111
0
1
1 00
11
00000000000000000
11111111111111111
2 000000000000000000
111111111111111111
0
1
00
11
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111

re 2
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
equilibre intial equilibre final

012
On considère le système formé par les gaz des deux compartiments. Ce système étant globalement isolé
thermiquement (Q = 0), et les parois extérieures étant rigides (δP = −Pext dV = 0 car le volume ne
change pas), on a, par application du premier principe de la thermodynamique :
Uinitial = Uf inal .
Uinitial est l’énergie interne des deux gaz dans l’état initial. En notant n1 le nombre de moles de gaz du
premier compartiment, et n2 celui du second, on a Uinitial = 23 n1 RT1 + 32 n2 RT2 car l’énergie interne de

ver
n moles de gaz parfait monoatomique vaut 23 nRT .
De même, Uf inal = 32 n1 RT 0 + 32 n2 RT 0 . Donc :
sion 3 3 3 3
Uinitial = Uf inal ⇒ n1 RT1 + n2 RT2 = n1 RT 0 + n2 RT 0 ⇒ n1 T1 + n2 T2 = (n1 + n2 )T 0
du 2 2 2 2
En en déduit que :
4 se T0 =
n1 T1 + n2 T2
.
pte n1 + n2
Par ailleurs, P1 V1 = n1 RT1 , P2 V2 = n2 RT2 d’où :
mb
T0 =
P1 V1 + P2 V2
P1 V1 /T1 + P2 V2 /T2
. re 2
012
CHAPITRE 12. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 76

12.4 Respiration ??
1) Calculer la capacité thermique massique à pression constante (Cp ) d’un gaz parfait diatomique (on
rapelle que l’énergie interne massique d’un telle gaz vaut U = 52 RT /M , M étant la masse molaire.

ver2) Une personne respire 12 L d’air par minute à la température de 20o C et le rejette à 45o C. En con-

sion
sidérant que l’air est un gaz parfait diatomique de masse molaire M = 29 g/mole, calculer la quantité
de chaleur fournie pour le réchauffement de l’air respiré en une journée (hypothèse simplificatrice :

du
la composition de l’air reste inchangée entre l’inspiration et l’expiration sous une pression constante
d’une atmosphère).
4 se
Données : masse volumique de l’air ρ = 1, 24 kg.m−3 .
pte
1) On considère le système formé de N moles de gaz parfait. On fait lui subir une transformation à
pression constante :
mb
N N
re 2
   
 P   P

0

⇒
12
   
 T   T + δT 
 

V V + δV
Soit δQ la quantité de chaleur reçue par le système au cours de la transformation. Par définition, la capacité
thermique à volume constant cp est telle que :

δQ = cP δT.

ver
Par ailleurs, le travail reçt par le système vaut δW = −P δV , et la variation d’énergie vaut :

sion 5 5 5
δu = N R(T + δT ) − N RT = N RδT.
2 2 2
du
D’aprés le premier principe de la thermodynamique :
4 se 5
pte
δU = δW + δQ ⇒ N RδT = −P δV + cP δT.
2
mb
Pour un gaz parfait, P V = N RT donc P δV = N RδT . Finalement :
re 2
5
2
5 7
012 7
N RδT = −P δV + cP δT ⇒ N RδT = −N RδT + cP δT ⇒ N RδT = cP δT ⇒ cP = N R.
2 2 2
La capacité thermique massique vaut donc :
7
cp NR 7R
CP = = 2 = .
masse NM 2M
2) La masse respiré en une journée vaut :
ver
sion
 
mair = ρ × 12 · 10−3 × 60 × 24 ' 21, 4 kg.

du
La quantité de chaleur fournie pour le réchauffement de cet air est donc :

4 se
Q = mair · Cp · ∆T = mair ·
7R
· ∆T = 21, 4 ×
7 × 8, 32
× (45 − 20) ' 5, 4 · 105 J.
2M
pte 2 × 29 · 10−3

mb
re 2
012
CHAPITRE 12. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 77

12.5 Gaz de van der Waals ??


L’équation d’état d’un gaz de van der Waals monomoléculaire et son énergie interne s’écrivent :

n2 n2
!
3
ver P + a 2 (V − bn) = nRT
V
U = nRT − a
2 V
sion
où n est le nombre de moles, T la température, V le volume et P la pression. a et b sont deux
du
paramètres ne dépendant ni de n, V , P ou T .

4 se
1) Pour quelles valeurs de a et b le gaz de van der Waals a-t-il le comportement d’un gaz parfait ?
2) Quelles sont les dimensions des paramètres a et b ?
pte
3) On fait subir au gaz une compression lente à température constante T : le volume passe de V à
mb
V /2. Calculer W , le travail reçu au cours de cette transformation.

re 2
4) En déduire la quantité de chaleur Q reçue par le gaz au cours de cette transformation.
5) Application numérique : pour l’argon, on a a = 0, 138 J · m3 · mol−1 , b = 3, 1 · 10−5 m3 · mol−1 ,
n = 200 mol, V = 0, 024 m3 . Calculer W et Q pour T = 300 K. 0 12
1)En prenant a = 0 et b = 0, on obtient :
3
P V = nRT et U = nRT.
2
On retrouve donc bien les formules relatives aux gaz parfaits monomoléculaires.
[n]2 M ·L·T −2
 
n2 2
2)[a V 2 ] = [P ] ⇒ [a] [V ]2 = [P ] ⇒ [a] = [P ] · [V ] = · L6 = M · T −2 · L5 .
ver
[nb] = [V ] ⇒ [b] = L3 .
L 2

3) sion n2
!
nRT n2 a
du P + a 2 (V − bn) = nRT ⇒ P =
V V − nb
− 2.
V
4 se
δW = −Pext dV = −P dV car la compression est lente si bien que le gaz est constamment en équilibre
avec la pression imposée.
pte
Z V /2 Z V /2
nRT n2 a
!
mb
Z V /2
1 Z V /2
1
re 2
2
W = −P dV = − − 2 dV = −nRT dV + n a dV.
V V V − nb V V V − nb V V2

⇒ W = −nRT [ln(V − nb)]VV /2 2


− n aT
012

1
V /2

V V

n2 a
" #
V 2 1 V − nb
     
⇒ W = −nRT ln − nb − ln (V − nb) − n2 a − = nRT ln −
2 V V V /2 − nb V
4) On applique le premier principe de la thermodynamique entre l’état initial (avant la compression) et
l’état final :
ver
sion n2 n2 an2
! !
3 3
Uf inal − Uinitial = Q + W ⇒ nRT − a − nRT − a =Q+W ⇒Q+W =− .
2 (V /2) 2 V V

du
Compte tenu de l’expression de W , on trouve :
4 se
pte
" #
V − nb
Q = −nRT ln .
V /2 − nb
mb
5) Application numérique :
re 2
012
CHAPITRE 12. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 78

0, 2 − 200 × 3, 1 · 10−5 2002 × 0, 38


W = 200 × 8, 32 × 300 × ln 0,2 − ' 3, 31 · 105 J.
2
− 200 × 3, 1 · 10−5 0, 2
0, 2 − 200 × 3, 1 · 10−5
ver Q = −200 × 8, 32 × 300 × ln 0,2
− 200 × 3, 1 · 10−5
' −3, 62 · 105 J

sion
2

12.6
du
Détente de gaz réels ??
4 se 2
L’énergie interne d’un gaz réel diatomique pour expression U = 52 nRT − a nV , où n est le nombre de
pte
moles, T la température, V le volume. a et b sont deux paramètres.
mb
n moles de gaz sont placées dans un compartiment de volume V d’une enceinte thermiquement isolée

re 2
constituée de deux compartiments. Le second compartiment, de volume V , est vide. Le température
du gaz est Ti .
0 12
1) On ouvre une vanne de communication entre les deux compartiments. Calculer, en fonction de V ,
a et b la variation de température.
2) Que vaudrait cette variation pour un gaz parfait monomoléculaire ?
3) Application numérique : en considérant des gaz constitués de 200 mole · m−3 , remplir le tableau
ci-dessous.
gaz H2 N2 O2 Cl2
6 2
a (kP a.dm )/mol ) 24,7 140,8 137,2 657,4
ver ∆T (o C)

sion
1) On prend comme système le gaz et le vide. Par application du premier principe de la thermodynamique :

du Uf inal − Uinitial = Q + W

4 se
11111111111111111
00000000000000000
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111
111111111111111111
000000000000000000
000000000000000000
111111111111111111
000000000000000000
111111111111111111
0
1
000000000000000000
111111111111111111
0
1
000000000000000000
111111111111111111

pte
0
1
00000000000000000
11111111111111111 0
1
000000000000000000
111111111111111111
V 0
1
00000000000000000
11111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111
0
1
000000000000000000
111111111111111111
0
1
000000000000000000
111111111111111111
2V
0
1
00000000000000000
11111111111111111 0
1
000000000000000000
111111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
vide
mb
0
1
00000000000000000
11111111111111111
P 000000000000000000
111111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
0
1
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
00
11
T + ∆T
0
1
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
00
11
0
1
00000000000000000
11111111111111111 i
000000000000000000
111111111111111111
00
11

re 2
T 0
1
00000000000000000
11111111111111111
0
1 000000000000000000
111111111111111111
00
11
00000000000000000
11111111111111111
i 0
1 000000000000000000
111111111111111111
00
11
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
00
11
000000000000000000
111111111111111111
00000000000000000
11111111111111111 000000000000000000
111111111111111111
equilibre intial
012
equilibre final

Q = 0 car l’enceinte est isolée thermiquement. Par ailleurs, W = 0 car le volume du système est inchangé
durant la transformation. Donc :
5 n2 5 n2 5 an2
Uf inal = Uinitial ⇒ nRTi − a = nR(Ti + ∆T ) − a ⇒ nR∆T = − .
2 V 2 2V 2 V
En conclusion :
2 an
ver ∆T = −
5 RV
.

sion
Remarque : ∆T < 0 : la température diminue au cours de la transformation.
2) Pour un gaz parfait, puisque U = 32 nRT , Uf inal = Uinitial ⇒ Tinitial = Tf inal ⇒ ∆T = 0 : la tempéra-
du
ture reste inchangée.
4 se 6
3) Il faut convertir a en P a.m6 /mol2 . Par exemple, 24, 7 kP a.dm6 )/mol2 = 24, 7·103 ·(10−1 ) P a.m6 /mol2 =
24, 7 · 10−3 P a.m6 /mol2 .
pte
gaz H2
a (kP a.dm6 )/mol2 ) 24,7 mb N2 O2 Cl2

∆T (o C) -0,24 re 2
140,8 137,2 657,4
-1,35 -1,33 -6,33
012
CHAPITRE 12. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 79

12.7 Travail des forces de pression ? ? ?


On considère un gaz parfait monoatomique, contenu dans un récipient fermé par un piston mobile.
1)Exprimer (en fonction de la température T , du nombre de moles n et de R) l’énergie interne du gaz.

ver2) Application numérique : que vaut cette énergie interne pour une température T0 = 50o C, une

sion
pression P0 = 105 P a et un volume V0 = 5 L ?
3) On comprime ce gaz de façon réversible, en faisant passer le volume de V0 à V0 /2. La température

du
demeure constante durant cette transformation. Exprimer (en fonction de T0 , de n et de R) le travail
des forces de pression au cours de cette compression.
4 se
4) En appliquant le premier principe de la thermodynamique, déterminer (en fonction de T0 , de n et
pte
de R) les échanges thermiques qui ont eu lieu durant la transformation.

mb
5) On comprime toujours le gaz en faisant passer son volume de V0 à V0 /2, mais cette fois en posant
une masse m0 directement sur le piston (la transformation n’est donc pas réversible). On suppose que
re 2
la température dans l’état final est la même que la température initiale (T0 ). Exprimer (en fonction de
0 12
T0 , de n et de R) le travail des forces de pression au cours de cette compression.
6) Déterminer (en fonction de T0 , de n et de R) les échanges thermiques qui ont eu lieu durant la
transformation.

12.8 Compression d’un gaz parfait ? ? ?


1) Rappeler l’expression de l’énergie interne d’un gaz parfait monoatomique en fonction de la tem-

verpérature T , le nombre de moles n et la constante des gaz parfaits R.


Un récipient fermé par un piston étanche de section s contient un gaz parfait monoatomique à la
sion
température T0 et à la pression P0 . Le volume initial est V0 . Ce récipient est isolé thermiquement, de
telle sorte qu’il n’y a pas d’échange thermique avec l’extérieur.
du
2) On pose brusquement une masse m0 sur le piston. Celui-ci s’enfonce, le volume passe de V0 à V1 .
4 se
2a) Exprimer, en fonction de m0 , s, g (accélaration de pensanteur), P0 , V0 et V1 le travail fourni au
gaz durant la transformation.
pte
2b) En déduire les expressions de T1 (température finale) et V1 en fonction de m0 , s, g, P0 , V0 et de
T0 . mb
re 2
3) On dispose la même masse m0 sur le piston, mais sous forme de grains de sable placés un à un. A
tout moment, le gaz est alors à l’équilibre : P V = nRT .
012
Lorsque la masse passe de m à m + dm, la pression passe de P à P + dP , le volume passe de V à
V + dV , et la température passe de T à T + dT .
3a) Que vaut le travail des forces de pression extérieures lorsque le volume passe de V à V + dV ?
3b) En appliquant le premier principe de la thermodynamique, en déduire que −P dV = 23 nRdT où
n est le nombre de moles.
3c) En utilisant l’équation d’état du gaz parfait, en déduire la relation liant P , V , dP et dV .
3d) En déduire les expressions du volume final V2 et de la température finale T2 en fonction de m0 , s,
verg, P0 , V0 , et de T0 .
sion
4) Application numérique : Calculer le volume final et la température finale dans les deux cas (ques-
tions 2 et 3) en prenant P0 = 105 P a, V0 = 1 L, T0 = 20o C, s = 10 cm2 , m0 = 10 kg et
g = 10 m.s−2 .
du
4 se
1) L’énergie interne de n moles d’un gaz parfait à la température T vaut : U = 32 nRT .

pte
mb
2a) Les deux contributions à la pression extérieure sont :
– La pression atmosphérique P0 ,
– la masse m0 qui exerce la force m0 g sur la surface s. re 2
012
CHAPITRE 12. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 80

La pression extérieure vaut donc :


m0 g
Pext = P0 + .
s
Cette pression ne change pas durant la transformation.

ver P0
sion P0
m0

du Volume V0
Volume V1
4 se temp. T0
n moles temp. T1

pte n moles

initial mb final

re 2
Le travail reçu par le gaz lorsque son volume passe de V à V + dV vaut δW = −Pext dV . Donc :

δW = − P0 +

m0 g
dV

0 12
s
Lorsque le volume passe de V0 à V1 , la variation de volume vaut V1 − V0 . Le travail total vaut donc :
m0 g m0 g
   
W = − P0 + × (V1 − V0 ) = P0 + × (V0 − V1 )
s s

ver
2b) D’après le premier principe de la thermodynamique :

sion Uf inale − Uinitiale = W + Q

3 du
Uinitiale est l’énergie interne du gaz dans l’état initial, pour lequel la température est T0 . Donc Uinitial =
nRT0 . De même, Uf inale = 32 nRT1 .
2
4 se
Q est le transfert thermique reçu durant la transformation. Q = 0 car le récipient est thermiquement isolé.
On en déduit que :
pte
3 3
mbm0 g
 
nRT1 − nRT0 = 0 + P0 + · (V0 − V1 ) .
2 2 s
• D’après la loi de gaz parfaits : V0 = nRT0
et V1 = n1 RT1 re 2
d’où :
012
m g
P0 P0 + s0

P0 + ms0 g
!
3 3 m0 g nRT0 n1 RT1 3
 
nRT1 − nRT0 = 0 + P0 + · − ⇒ (T1 − T0 ) = T0 − T1
2 2 s P0 P0 + ms0 g 2 P0
2 m0 g
 
⇒ T1 = 1 + T0 .
5 P0 s
 
m0 g
• Toujours d’après la loi de gaz parfaits : P0 V0 = nRT0 et P0 + V1 = n1 RT1 d’où :
ver s

sion 3 m0 g 3 m0 g
   
P0 + V1 − P0 V0 = P0 + · (V0 − V1 ) .
2 s 2 s
du 1 3
!

4 se⇒ V1 =
5 1+ m 0g
P0 s
+ 2 V0 .

pte
3a) Le travail des forces de pression lorsque le volume passe de V à V + dV vaut :
mb
δW = −Pext dV = −P dV,
re 2
car Pext = P , à tout instant.
012
CHAPITRE 12. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 81

P0 P0 P0 m+dm P0
m m0
Volume V0
Volume V Volume V+dV Volume V2
ver temp. T0
n moles temp. T temp. T+dT temp. T2

sion n moles n moles n moles

initial
du final

4 se
3b) On applique le premier principe de la thermodynamique entre l’état intial (P, V, T ) et l’état final

pte
(P + dP, V + dV, T + dT ). La variation d’énergie interne vaut :
3 3 3
mb
dU = Uf inale − Uinitiale = nR(T + dT ) − nRT = nRdT
2 2 2
re 2
donc :
3
0
Le transfert thermique reçu est nul (récipient thermiquement isolé) ⇒ δQ = 0. Le premier principe s’écrit
12
dU = δQ + δW ⇒ nRδT = 0 − P dV.
2
3c) Pour trouver une relation reliant P , V , dP et dV , il faut éliminer la température dans la relation
−P dV = 32 nRdT .

d(P V ) dV dP
P V = nRT ⇒ = nR ⇒ P +V = nR ⇒ P dV + V dP = nRdT
ver
On en déduit :
dT dT dT

sion 3 3
−P dV = nRdT = (P dV + V dP ) ⇒ −5P dV = 3V dP .
2 2
du
3d) La relation −5P dV = 3V dP montre de conbien varie le volume (dV ) lorsque la pression vaire de
4 se
dP . On souhaite maintenant calculer la variation de volume lorsque la pression passe de P0 à P0 + ms0 g .

pte
Pour passer de “petites” variations à de grandes variations, il faut intégrer de l’état initial à l’état final.

−5P dV = 3V dP ⇒ −5
dV
=3
dP

Z V2
−5
dV
=
Z P0 +
mb m0 g
s
3
dP
⇒ −5
Z V2
dV
=3
Z P0 + m0 g
s dP
V P V0 V P0
re 2 P V0 V P0 P
m0 g

012 m0 g
   
P0 +
⇒ −5 [ln(V )]VV20 = 3 [ln(P )]P0 s
⇒ −5 (ln(V2 ) − ln(V0 )) = 3 ln P0 + − ln(P0 )
s
 !3 
P0 + ms0 g P0 + ms0 g
! " −5 # 5 3
V2 V2 V0 m0 g
   
⇒ −5 ln = 3 ln ⇒ ln = ln   ⇒ = 1+
V0 P0 V0 P0 V2 sP0
3/5 −3/5
V0 m0 g m0 g
 
⇒ = 1+ ⇒ V2 = V0 1+ .
V2 sP0 sP0

ver
Pour calculer T2 , on utilise la loi des gaz parfaits : V0 = nRT0
P0
et V2 = nRT2
m g
P0 + s0
. On obtient :
sion nRT2 nRT0 m0 g
 −3/5 
m0 g
−3/5
m0 g
 
m0 g =
P0 + s duP0
1+
sP0
⇒ T2 = T0 1+
sP0
× 1+
sP0
.

En conclusion : 4 se
pte
2/5
m0 g

T2 = T0 1+ .
mb
sP0
4) Application numérique :
m0 g 10 × 10 re 2
P0 s
= 5
10 × 10 · 10−4
= 1.
012
CHAPITRE 12. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 82

2 1 3
   
T1 = 1 + × 293 ' 410 K = 137o C. V1 = + 2 × 10−3 ' 0, 7 · 10−3 m3 = 0, 7 L.
5 5 1+1
T2 = (1 + 1)2/5 × 293 ' 387 K = 114o C. V2 = (1 + 1)−3/5 × 10−3 ' 0, 66 · 10−3 m3 = 0, 66 L.

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
0 12

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012
verAnnexe A
sion
d u(mathématiques)
Formulaire 4 se
pte
mb
re 2
Voici les principales formules mathématiques utilisées lors de la résolution des exercices :

A.1
0
Logarithme et exponentielle 12
ln(1) = 0
ln(a × b) = ln(a) + ln(b)
 

ver ln ab = b · ln(a)

sion 1
 
ln = − ln(a)
a
du ln
a
 
= ln(a) − ln(b)
4 se b

pte exp(0) = 1
mb 1
exp(−a) =
exp(a) re 2
exp(a + b) = exp(a) × exp(b)
exp (ln(x)) = ln (exp(x)) = x
012
A.2 Trigonométrie
adjacent

ver x
oppose

sion hy pot
henus
e

du
4 se
pte
sin(x) =
côté opposé

mb
hypothénuse

cos(x) =
côté adjacent
hypothénuse re 2
012
83
ANNEXE A. FORMULAIRE (MATHÉMATIQUES) 84

côté opposé
tan(x) =
côté adjacent

sin(−x) = − sin(x)

ver cos(−x) = cos(x)

sion 
π


du sin
2
− x = cos(x)

4 se π
 
cos − x = sin(x)
2
pte
mb
Si |x|  1 alors : sin(x) ' x et tan(x) ' x (x en radians)

re 2
A.3 Surfaces et volumes
0 12
Surface d’un disque de rayon R : S = πR2
Surface d’une sphère de rayon R : S = 4πR2
Volume d’une sphère de rayon R : V = 34 πR3
Volume d’un cylindre droit de hauteur h, de rayon R : V = πR2 h

verA.4 Dérivée
sion f (x)
g(x) + h(x)
f 0 (x)
g 0 (x) + h0 (x)
du a × g(x) a × g 0 (x)
4 se
g(x) × h(x) g(x) × h0 (x) + g 0 (x) × h0 (x)
h [g(x)]
pte g 0 (x) × h0 [g(x)]

f (x) 0
f (x) mb remarques
1 xn nxn−1 re 2
2
3
a
ax
0
a
012
se déduit de la formule 1 avec n = 0
se déduit de la formule 1 avec n = 1
4 a
x
− xa 2 se déduit de la formule 1 avec n = −1
1
5 ln(x) x
x>0
6 exp(ax) a exp(ax)
√ 1
7 x √
2 x
se déduit de la formule 1 avec n = 1/2
8 sin(ax) a cos(ax) x en radians
ver 9 cos(ax) −a sin(ax) x en radians

s Intégrales
A.5 io nd
u4 f (x) F(x)
sep g(x) + h(x) G(x) + H(x)
t ag(x)
embaG(x)

re 2
012
ANNEXE A. FORMULAIRE (MATHÉMATIQUES) 85

f (x) F(x) remarques


1
1 xn n+1
xn+1 n 6= −1
2 a ax se déduit de la formule 1 avec n = 0
1
3 ln(x) x>0
ver
x
1
4 exp(ax) a
exp(ax)

sion 5
6
cos(ax)
sin(ax)
1
a
1
sin(ax)
− a cos(ax)
x en radians
x en radians
du
4 se
Z b
f (x)dx = [F(x)]ba = F(b) − F(a)

pte
a

mb
Z b Z b Z b
(f (x) + g(x)) dx = f (x)dx + g(x)dx
a a
re 2 a

0
Z b Z b

a
α · f (x)dx = α
a
f (x)dx
12

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012

ver
sion
du
4 se
pte
mb
re 2
012