Vous êtes sur la page 1sur 65

14/06/2010

BREVET ADJUDANT
2005

Les
explosimètres

Objectifs du cours

 Une base théorique sur le fonctionnement d’un


détecteur de gaz et un explosimètre
 Une base législative des explosimètres
 Les règles d’utilisation
 Le maniement des différents appareils de mesure

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

1
14/06/2010

Détecteurs de gaz

 Les mélanges explosifs et limites d’explosivité


 Les explosimètres
– Les explosimètres fixes
– Les explosimètres portatifs
– Principe de fonctionnement des appareils à
combustion catalytique
– Les paramètres de construction influençant le
fonctionnement
– Les modes d’utilisation
– La législation des explosimètres

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les ATMOSPHERES
explosives

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

2
14/06/2010

l'atmosphère explosive
 Il existe pour chaque gaz ou vapeur combustible,
dans des conditions normales de température et de
pression données:
.une LIMITE INFERIEURE
d'EXPLOSIVITE : LIE
.une LIMITE SUPERIEURE
d'EXPLOSIVITE : LSE
Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

CONDITIONS NECESSAIRES à une


EXPLOSION
Pour qu'une explosion se déclenche, trois éléments
sont nécessaires:

de l'air
combustible

(flamme,étincelle,surface surchauffée...)

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

3
14/06/2010

CONDITIONS NECESSAIRES à une


EXPLOSION

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Une atmosphère est explosive


lorsque la proportion de gaz, de vapeur, de
brouillard ou de poussières dans l'air est telle
qu'une étincelle provenant d'un circuit
électrique ou de l'échauffement d'un appareil
provoque l'explosion
l'explosion..

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

4
14/06/2010

Les EXPLOSIONS
Mettent en jeu des substances:

 explosibles: acétylène, les peroxydes, les explosifs, les poudres


propulsives etc...
 inflammables (toutes les matières organiques)
 les gaz combustibles (méthane, hydrogène, propane...)
 les liquides inflammables (White spirit, l'acétone...)
 les solides combustibles (charbon, sucre, farine de blé...)
 les produits non organiques (métaux, soufre...).etc...

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Mélanges explosifs et limites d’explosivité.

 De nombreux gaz sont susceptibles de réagir vigoureusement


 En dégageant une grande quantité de chaleur
Ce sont les gaz combustibles (ou inflammables)
 Le caractère inflammable d’un gaz entraîne en cas de mélange avec
l’air :
– Un risque d’incendie
– Une risque d’explosion
 Le possibilité d’un tel accident dépend des limites d’explosivité du gaz
concerné

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

5
14/06/2010

Les limites d’explosivité.


La mesure des gaz explosifs

Pauvre Explosif Riche

LIE Explosif LSE


> 100% LIE
0-100 % LIE

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les limites d’explosivité.


Un mélange gaz-air n’est susceptible d’exploser au contact d’une
source d’ignition que dans certaines conditions :
 si la concentration d’un gaz explosif dans l’air est trop faible,
on dit que le mélange est trop pauvre pour provoquer une flamme
en son sein
Si on augmente la concentration, le mélange deviendra juste
assez riche pour s’enflammer, c’est la LIE
 à la LSE, le mélange sera trop riche, le mélange ne peut plus
propager de flamme en son sein

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

6
14/06/2010

Les limites d’explosivité.


 la plage d’explosivité est différente pour tous les gaz
 Les valeurs LIE et LSE sont influencées par : la T°, la pression
et la concentration en O2
 un élargissement de la plage si :
 T augmente
 Si P augmente
 Si la concentration de O2 augmente

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Limites inférieures et supérieures d’explosibilité

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

7
14/06/2010

2 phénomènes d’explosion

Ce sont deux phénomènes qui résultent d’une


combustion et qui engendrent :

 Une vitesse de propagation de la flamme dans le mélange Air-


combustible
 Une surpression du niveau de l’atmosphère environnante

DEFLAGRATION vitesse de propagation < vitesse du son


DETONATION Vitesse de propagation de la flamme se propage à une
vitesse supersonique

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

3 effets dus à une explosion


 Les effets mécaniques
– Effets liés à l’effet de souffle qui engendre une onde de surpression
– < 30mbar (apparition d’une détérioration des tympans)
– Même surpression en tout point d’une sphère
 Les effets thermiques
 Les effets de missiles
– Lors de l’éclatement du réservoir, des fragments peuvent être projetés à
plusieurs centaines de mètres
– 80% sont projetés à – de 250m
– Max = 1200m
 Les effets toxiques :
– Négligeables par rapport aux autres

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

8
14/06/2010

Les explosimètres

 l’intérêt des explosimètres est de contrôler l’atmosphère entre 0


et 100% de la LIE afin de pouvoir prendre les mesures pour
empêcher la formation d’une atmosphère explosive
 l’explosimètre est un appareil permettant théoriquement de
connaître le pourcentage de LIE du gaz considéré
 la LIE du gaz concerné correspondant la lecture 100
 Les fabricants ont réglé leurs appareils sur la LIE

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les explosimètres fixes


 destinés à déclencher automatiquement des mesures
de défense contre les risques d’explosion
 ils sont composés de :
 d’une centrale électronique de mesure placée
en zone sûre
 de détecteurs placés en zone à surveiller
 les détecteurs transmettent en permanence un
signal électrique fonction de la concentration
en gaz dans l’atmosphère où ils sont installés
 Si la concentration dépasse certaines limites
réglées dans le central, celui enclenche des
asservissements de sécurité

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

9
14/06/2010

Les explosimètres fixes

En règle générale, ils disposent de 2 seuils d’alarme réglables :

 une préalarme : 20% LIE


Conséquence : la centrale enclenche une signalisation lumineuse et sonore

 une alarme : 40% LIE


Conséquence : la centrale enclenche une signalisation lumineuse et coupe
l’arrivée de gaz via une vanne motorisée (électro-vanne)

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les explosimètres portatifs

 Sont destinés au dépistage des fuites et


à la protection des personnes se
déplaçant dans les zones à risques

 Ils sont de taille réduite, comprenant


dans un seul boîtier antidéflagrant la
cellule de détection, l’alimentation et
l’électronique de mesure

 Mx21 – miniWarm - MultiWarm

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

10
14/06/2010

Miniwarn

LIE CH4
O2
CO
HCl ou NH3

Electrochemical DrägerSensors
CO 0-2000 ppm
Cl2 ou NH3
Prélalarme à 10% L.I.E.
O2 0-25 Vol.-%
Alarme à 20 % L.I.E.

EEx ia d IIC T4 ! Ne peut pas détecter de petites fuites de gaz (<300ppm)


On peut percevoir l’odeur sans rien mesurer !!

T4 correspond à une température MAX de surface de 135°C

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Miniwarn

 1 cellule à combustion catalytique et conductibilité


thermique (levée de doute)

 3 cellules électrochimiques (02, CO, Cl2, NH3, SO2, H2S,


vapeurs nitreuses…)

 % L.I.E. (ou en %Vol. si conductibilité thermique)

 Il mesure tous les gaz explosifs (étalon : CH4)

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

11
14/06/2010

Explosive Gas Measurement: Dräger Cat Ex


XS Sensor
Pauvre Explosive Riche
thermal conductivity

increase error and decreased


sensitivity of cc

catalytic combustion

0% LEL 100%LEL
0 Vol. % 5 Vol. % 15 Vol. % (Si CH4)

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

thermal conductivity

the compensator element in the DrägerSensor Ex CH4 also measures


the thermal conductivity of the ambient air to be monitored, which in
a number of gases is different from the thermal conductivity of air.

Based on these measurements, the instrument determines an


unambigous measured value for the measurement range 0 to 100%
LEL for the following gases: methane CH4, hydrogen H2, propane
C3H8, butane C4H10.

With the instrument appropriately set and calibrated, also the gas
concentration for the measuring range 0 to 100% CH4 by vol. is
determined from the thermal conductivity signal.

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

12
14/06/2010

Multiwarn
! Ne peut pas détecter de petites fuites de gaz
(<300ppm)
On peut percevoir l’odeur sans rien mesurer !!

Prélalarme à 10% L.I.E.


Alarme à 20 % L.I.E.

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

MX 21

2 1

La cellule explo est calibrée avec du CH4


Tous les 6 mois avec gaz étalon (CH4)
Prélarme à 10% L.I.E.
Choix du type de gaz par l’opérateur
Alarme à 20 % L.I.E.
Mesure en % de L.I.E.
! Ne peut pas détecter de petites fuites de gaz
On peut percevoir l’odeur sans rien mesurer !!

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

13
14/06/2010

MX 21

 Inconvénient :

– Restriction d’utilisation : L’appareil ne peut pas être


utilisé sans housse ! (homologation)

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Détecteur de faible fuite (MSI sensit)

Mesure à partir de 10 ppm !

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

14
14/06/2010

Détecteur de faible fuite (MSI sensit)

 Capteur à semi-conducteur
 Mesure à partir de 10 ppm
 Si le bip augmente, on approche de la fuite
 Attendre la stabilisation du signal sonore avant la
recherche !
 Appareil très sensible à tous les gaz (! Odeurs de
gaz, humidité, …)

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

FICHE SIGNALETIQUE: GAZ NATUREL

 Gaz inodore, plus léger que l’air


 Lors de la distribution, le gaz est odorisé (THT)
 Composition 80% méthane
 R12: Extrêmement inflammable
 S16: Conserver à l'écart de toute flamme ou source d'étincelles - Ne
pas fumer
 S33: Eviter l'accumulation de charges électrostatiques
 S9: Conserver le récipient dans un endroit bien ventilé
 Ne pas étouffer la flamme, mais couper l'arrivée

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

15
14/06/2010

FICHE SIGNALETIQUE: GAZ NATUREL


 Le seuil olfactif de trouve à une
concentration d’environ 0,5 % Vol.

 0,5 % Vol. = 10% L.I.E.

 Quand on sent le gaz, l’explosimètre


peut ne pas être en pré-alarme ou en
alarme

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

FICHE SIGNALETIQUE: THT

 Liquide incolore avec odeur nauséabonde


 Produit d'odorisation
 R11: Très inflammable
 R20/21/22: Nocif par inhalation, contact avec la peau et par ingestion
 R36/38: Irritant pour les yeux et la peau
 S16: Conserver à l'écart de toute source d'ignition - Ne pas fumer
 S23: Ne pas respirer les gaz/fumées, vapeurs/aérosols/ poussières
 S26/37: Porter un vêtement de protection et des gants appropriés

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

16
14/06/2010

Mesures de précaution

 Ne pas utiliser de radio ou de GSM durant la


mesure !!

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les explosimètres portatifs

Principe de fonctionnement des appareils


à combustion catalytique

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

17
14/06/2010

Principe de fonctionnement de la combustion catalytique


Provoquer l’oxydation
Méthane Eau
catalytique d’un gaz ou
Anhydride
carbonique d’une vapeur et mesurer
l’échauffement produit !
Eau

Oxygène Chaleur
Catalyseur
chaud

CH4 + 2 O2 CO2 + 2 H2O + Chaleur de la réaction

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Le principe de la combustion
catalytique

 C’est un fil de platine très fin réchauffé au


moyen d’un courant électrique (900°c)
 En cas de présence dans un courant d’air d’un
gaz inflammable, celui-ci se consumera sur le
filament incandescent
 D’où la température et la résistance électrique
vont augmenter
 Le changement de résistance est fonction de la
quantité de chaleur assimilée qui est, elle,
fonction de la concentration du gaz dans l’air
 Actuellement le fil de platine est entouré d’une
perle poreuse en céramique et imprégné d’une
masse catalytique
 Plus longue durée de vie grâce à une t° + basse
 Temps de réponse restreint car dimensions très
réduites (diam. 1à 2 mm)
 Stabilité en fonction du temps

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

18
14/06/2010

Schéma d ’un Capteur catalytique

– 1. Gaz
– 2. Disque en métal
fritté
– 3. Elément de
compensation
– 4. Elément de
détection

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Principe de mesure

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

19
14/06/2010

Principe de mesure

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les différents capteurs de mesure

Combustion catalytique
pour la mesure de gaz inflammables
Capteurs électrochimiques
pour la mesure des gaz toxiques et O2
Capteurs à infrarouges
pour des hydrocarbures, N2O et CO2

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

20
14/06/2010

Combustion catalytique: Avantages / Inconvénients

 Avantages : Fonctionne quel que soit le gaz explosif !

 Inconvénients :
– Si pas d’O2 : pas de combustion !!
– Partie en métal fritté ne doit pas être colmatée (on teste avec de grosses
molécules)
– Attention aux poisons
 Styrène
 Vapeurs de silicone
 Vapeurs soufrée Vérifier la calibration régulièrement
 Oxyde d’éthylène

– Réagit à partir de 300 ppm (si plus bas : MSI Sensit)

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

MSI Sensit

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

21
14/06/2010

Combinaison: “Combustion catalytique” et


“principe IR”
Combustion catalytique Infrarouge
Domaine de mesure produits légers produits lourds

gaz détectables: gaz/vapeurs combustibles H2, NH3 hydrocarbures


minimum d’oxygène: oui (10 %) non (inertisation)
durée de vie : 3...5 ans illimitée
empoissonnement : oui non
garantie 2 ans 5 ans
Levée de doute oui (portable) oui

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Réponse d’un explosimètre

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

22
14/06/2010

Réponse d’un explosimètre avec levée de


doute

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Explosive Gas Measurement: Dräger Cat Ex XS Sensor

Pauvre Explosive Riche


thermal conductivity

increase error and decreased


sensitivity of cc

catalytic combustion

0% LEL 100%LEL
0 Vol. % 5 Vol. % 10 Vol. % 15 Vol. %

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

23
14/06/2010

Limite Inférieure d ’explosivité


Example : Methane 100% LIE = 5% Volume

Gas concentration Oxygen


Explosive
too low to sustain concentration too
region
flame low to sustain flame
Pellistor Signal Level

catalytique
thermique

A B

0
LEL UEL Concentration of hazardous gas ( % Volume)

Possible source of danger: Same readings for two different concentrations ( A & B)

Paramètres de construction influençant le


fonctionnement

Les paramètres de construction sont déterminés afin de réduire l’influence de


* la température
sur les résultats de mesure
* La teneur en humidité de l’atmosphère

La durée de vie du détecteur est liée à la T° de fonctionnement et à son empoisonnement


éventuel par certains composés contenus dans les atmosphères à contrôler

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

24
14/06/2010

Paramètres de construction influençant le fonctionnement


 Les détecteurs équipés d’une perle céramique à revêtement catalytique fonctionnant à
500 °C environ

– Avantages :
 Très actifs du point de vue catalytique
 Meilleure stabilité du zéro
– Inconvénients :
 Moins bonne stabilité à la lecture
 Phénomène de pollution plus rapide du filament en présence de certains polluants

 Les détecteurs à filament de platine rhodié fonctionnant à 1500 °C environ

– Avantages :
 Bonne stabilité de lecture
 Moins sensible au poison
– Inconvénients :
 Stabilité au zéro moins bonne
 Pouvoir catalytique plus faible

 Les détecteurs peuvent être influencés par un séjour prolongé dans une atmosphère contenant une
proportion de combustible supérieure à la limite inférieure d’explosivité

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Modes d’utilisation
 L’exploitation d’un explosimètre requiert que son étalonnage soit correct

a) Exploitation dans des atmosphères contenant des gaz ou vapeurs auxquels


l’appareil est explicitement destiné
• Dans ce cas, l’explosimètre est étalonné et gradué en % de la L.I.E. des gaz ou
vapeurs considérés. Il y a correspondance entre la valeur lue et la valeur réelle

b) Exploitation dans des atmosphères contenant des gaz ou vapeurs auxquels


l’appareil n’est pas explicitement destiné
• Il est nécessaire d’utiliser un document établissant la correspondance entre la valeur
lue et la valeur réelle

c) Exploitation dans une atmosphère contenant plusieurs gaz : difficulté


d’interprétation de la valeur lue

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

25
14/06/2010

Modes d’utilisation
d) Exploitation dans des atmosphères particulières

• Atmosphères chaudes
• Jusqu’à 50 °C : pas de risques
• Au dessus, se méfier des lectures
• Atmosphères contenant des poisons pour le filament
• Composés chlorés
• Composés soufrés
• Silicones
• Plomb tétraéthyl
• Atmosphères riches en gaz et vapeurs combustibles
• Destruction du filament

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Modes d’utilisation
 Courbes de correspondance entre la L.I.E. pour différents gaz ou
vapeurs et la lecture d’un appareil particulier étalonné sur l’hexane

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

26
14/06/2010

Modes d’utilisation
 Courbes de correspondances entre la L.I.E. pour différents gaz et
vapeurs et la lecture d’un appareil particulier étalonné sur le butane

1.Hydrogène
2.Méthane
3.Ethylène, propane,
propylène
4.Acétone, propane
5.Heptane, Hexane, Toluène

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

• Detector Calibration P M Detector Calibration P M


• Acetaldehyde 0.8 1.6 Ethylene 0.7 1.2
• Acetic Acid 0.8 1.6 Ethylene Dichloride 0.7 1.4
• Acetic Anhydride 1.0 2.0 Ethylene Oxide 0.9 1.8
• Acetone 0.9 1.6 N Heptane 1.3 2.3
• Acetylene 0.8 1.7 N Hexane 1.3 2.0
• Acrylonitrile 1.0 2.0 Hydrogen 0.6 1.2
• Alkyl Alcohol 0.9 1.9 Kerosene 1.4 2.8
• Ammonia 0.35 0.6 LPG 1.1 2.1
• N Amyl Alcohol 1.4 2.8 Methane (LNG) 0.5 1.0
• Aniline 1.2 2.5 Methanol 0.5 1.2
• Benzene 1.1 1.9 Methyl Chloride 4.0 8.0
• 1.3 Butadiene 0.8 1.3 Methyl Cyclohexane 1.0 2.0
• N Butane 0.8 1.6 Methylene Dichloride 0.5 1.0
• Iso Butane 0.9 1.8 Dimethyl Ether 0.7 1.4
• Butene 1 1.0 2.0 Methyl Ethyl Ether 1.0 2.0
• N Butanol 1.4 2.9 Methyl Ethyl Ketone 1.1 2.2
• I Butanol 0.9 1.9 Methyl N Propyl Ketone 1.6 3.2
• Tert Butanol 0.6 1.3 Naphthalene 1.3 2.8
• Butyl Acetate 1.5 3.0 N Nonane 1.4 2.8
• N Butyl Benzene 1.4 3.0 N Octane 1.3 2.6
• Iso Butyl Benzene 1.4 3.0 N Pentane 1.0 1.9
• Carbon Monoxide 0.6 1.2 Iso Pentane 1.0 1.9

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

27
14/06/2010

• Carbon Disulphide 4.0 8.0 Petrol 1.0 1.9


• Carbon Oxysulphide 0.5 1.0 Propane 0.65 1.3
• Cyclohexane 0.9 2.0 N Propanol 1.0 2.0
• Cyclopropane 0.8 1.6 I Propanol 0.9 1.8
• N Decane 1.4 2.8 Propylene 0.9 1.8
• Diethylamine 0.9 1.8 Propylene Oxide 1.0 2.0
• Dimethylamine 0.8 1.6 Iso Propyl Ether 1.0 2.0
• 2.3 Dimethylpentane 1.1 2.2 Propyne 1.1 2.2
• 2.2 Dimethylpropane 1.1 2.2 Styrene Monomer 4.0 8.0
• Dimethyl Sulphide 1.1 2.2 Tetra Hydra Furan 1.0 2.1
• Dioxane 1.0 2.0 Toluene 1.1 1.9
• Ethane 0.7 1.4 Trimethylbenzene 1.5 3.0
• Ethyl Acetate 0.9 1.8 White Spirit 1.5 3.0
• Ethanol 0.6 1.85 o Xylene 1.2 2.8
• Ethyl Benzene 1.3 2.6 m Xylene 1.1 2.2
• Ethyl Bromide 0.5 1.0 p Xylene 1.1 2.2
• Ethyl Chloride 0.8 1.6
• Ethyl Cyclopentane 1.1 2.2
• Ethyl Ether 1.0 2.1

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Modes d’utilisation
 Poisons :

 Eau
 Poussières
 Produits chlorés
 Produits siliconés
 Produits sulfureux
 Plomb tétraéthyl

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

28
14/06/2010

Capteur à combustion catalytique et


empoisonnement

Produits connus:
• Substances corrosives (e.g. HF, HCl, NO2)
• Hydrocarbures halogénés (e.g. Fréon)
• Substances Polymérisantes (e.g. Chlorure de vinyle)
• Poisons catalyseurs (p.ex. produits avec soufre ou
phosphor) max 100 ppm H2S
• Produits métalliques (e.g. Produits avec plomb ou
silicium)
• Poussière dans le filtre fritté

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Heat of combustion on a catalyst

Heated platinum coil

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

29
14/06/2010

Oxygen deficiency

Heated platinum coil

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Catalyst poisoned

Heated platinum coil

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

30
14/06/2010

Produits corrosifs

1,3 butadiène
acrylonitrile
crotonaldehyde
acrylate d’ éthyle
formaldéhyde
isoprène
méthacrylate de méthyle
acrylate de n-butyle
oxyde de propylène
styrène
acrylate de vinyle
acrylate de méthyle

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

POLYMERISATION

 diéthylamine  chlorobenzène
 dichloro-1.1 éthane  dichlorométhane
 dichloro-1.2 éthane
 epichlorohydrine
 dichloro-1.2 éthylène (cis)
 dichloro-1.2 éthylène (trans)  éthylamine
 dichloro-1.2 propane  chlorure d’éthyle
 acétonitrile  méthylamine
 chlorure d’acétyle  chlorure de méthyle
 chlorure d’allyle
 tri-éthylamine
 formiate de butyle
 butyraldéhyde  tri-méthylamine
 chlorure de vinyle
 chlorure de vinylidène
Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

31
14/06/2010

Législation des Explosimètres

 La norme Européenne fixe les règles générales de construction


 les modes de protection sont définis par des normes particulières
sont les suivantes :

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Législation des Explosimètres


La norme EN 50014 définit les exigences générales en ce qui concerne la
protection du matériel électrique utilisé dans des atmosphères explosibles
par la présence de gaz. La norme correspondant à chaque type de
protection est symbolisée par une lettre:

· « o »: immersion dans l'huile (norme EN 50015);


· « p »: surpression interne (EN 50016);
· « q »: remplissage pulvérulent (EN 50017);
· « d »: enveloppe antidéflagrante (EN 50018);
· « e »: sécurité augmentée (EN 50019);
· « ia » ou « ib »: sécurité intrinsèque (EN 50020);
· « m »: encapsulage (EN 50028).
Le matériel électrique doit être conforme à la norme EN 50014 et au
moins à un type de protection.

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

32
14/06/2010

Législation des Explosimètres

Que signifie sur l’appareil :

EEX--d-IIC T6 (x)
EEX

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Législation des Explosimètres

Temperature class Ignition temperature

T1  450 °C
Explosion group
T2  300 °C
T3  200 °C
EEx d IIC T6 T4  135 °C
T5  100 °C
Type(s) of protection
explosions protected T6  85 °C
Tested acc. to CENELEC Standards EN 50 014 ff

Certified by a European Notified Body


acc. to 76/117/ECC
More than 96 % of the flammable gases and
Approx. 80 % of the flammable gases and vapours are associated to temperature classes T1,
vapours are covered by the explosion group T2, and T3, and only 3 % to T4, 0 % to T5 and
IIA, 18 % by IIB, and only 0.7% by IIC. only CS2 to T6.

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

33
14/06/2010

Législation des Explosimètres


Étant donné l'importance pour la sécurité des produits destinés à être utilisés en atmosphère
explosible et afin d'éviter tout malentendu, la directive 94/9/CE prévoit des indications
supplémentaires (cf. annexe II 1.0.5. "Marquage").

L'annexe II 1.0.5. de la directive prévoit que les appareils, les systèmes de protection et les
composants doivent porter toutes les indications indispensables à la sécurité de l'emploi.
Conformément à cette exigence, la norme européenne de la série EN 50014 concernant le
matériel électrique pour atmosphères explosibles prévoit un marquage supplémentaire.

Pour avoir une information complète et détaillées sur les exigences des normes européennes
relatives au marquage des produits électriques, on se référera à cette série de normes, qui
contient des exemples utiles. Les éléments les plus importants de ce marquage sont les suivants :

· le symbole EEx qui indique que le produit est conforme à une norme au moins de cette série
· le symbole utilisé pour chaque type de protection: o, p, q, d, e, ia, ib, m, etc.
· la classification des groupes d'appareils: I, IIA, IIB, ou IIC pour les types de protection d, i ou q
· le symbole indiquant la classe de température ou la température de surface maximale

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Législation des Explosimètres

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

34
14/06/2010

Plaques signalétiques

 Le nom du fabriquant
 La désignation du type d’appareil
 Le nom du laboratoire + n° du certificat de conformité
 Le numéro de série
 Le symbole EEX suivi d’autre symboles indiquant le
mode protection de l’appareil et ses limitations d’emploi
 EEX signifie que l’appareil est conforme aux nouvelles
normes européennes (CENELEC). E = Europe;
 EX = matériel protégé contre les explosions

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les groupes d'explosion

 La CEI et le CENELEC (comité européen


de normalisation électrotechnique) ont établi une
classification des produits inflammables:
 le groupe IIC englobe l'ensemble des gaz et
vapeurs
 le groupe IIB englobe tous les gaz à l'exclusion de
l'hydrogène, l'acétylène, le sulfure de carbone et
le nitrile d'éthyle
 le groupe I ne s'applique qu'au matériel utilisable
dans les mines grisouteuses.
Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

35
14/06/2010

Les groupes d'explosion:

Emplacements CEI-CENELEC USA gaz représentatifs

Mines mines
grisouteuses I grisouteuses METHANE

IIA D PROPANE
Industries
de IIB C ETHYLENE
surface
IIC B HYDROGENE
A ACETYLENE

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Classe de gaz

Le groupe de chiffres et de lettres ( I, IIA, IIB, IIC) indique pour


quels produits inflammables l’appareil est reconnu de sécurité :

 Groupe I : pour les mines


 Groupe II pour l’industrie

 Groupe II B engloble l’ensemble des gaz et vapeurs sauf certains gaz (C2, C2H2,
CS2, nitrile d’éthyle)
 Groupe II C engloble tous les gaz et vapeurs

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

36
14/06/2010

Classe de température

Le T suivi d’un numéro de 1 à 6 indique la classe de T° maximale que


peut atteindre l’appareil compte tenu d’un coefficient de sécurité.
Ce sont donc des restrictions d’emploi en présence de gaz qui
pourraient s’enflammer spontanément au contact d’une source de
chaleur, atteignant leur température d’auto inflammation.

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les classes de température

 "T" suivi d'un numéro de 1 à 6 indique la classe


de température maximale que peut avoir l'appareil
à sa surface (en cas de défaut interne et compte
tenu d'un coefficient de sécurité) et qui sera
toujours inférieure à la t° d ’auto-inflammation du
gaz détecté.
 Cette classification en température est effectuée pour une
température ambiante donnée (40°C).

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

37
14/06/2010

Classe de température

T1 correspond à une température MAX de surface de 450°C


T2 correspond à une température MAX de surface de 300°C
T3 correspond à une température MAX de surface de 200°C
T4 correspond à une température MAX de surface de 135°C
T5 correspond à une température MAX de surface de 100°C
T6 correspond à une température MAX de surface de 85°C

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les indices de protection


 La poussière, l'eau et les chocs détériorent le
matériel. L'enveloppe des appareils est donc
protégée contre ces paramètres extérieurs.

 La CEI a donc défini une liste des différents


degrés de protection et une numérotation:

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

38
14/06/2010

Indice de résistance et d’étanchéité IP

IP suivi de 3 chiffres : IP 544


 le 1er chiffre (0 à 6) indique le degré de protection vis-à-vis des poussières et
solides;
 5 indique une protection contre les poussières
 6 indique que l’appareil est totalement protégé
 Le 2ème chiffre (0 à 8) indique le degré de protection vis-à-vis des liquides;
 2 protection contre projections verticales avec un angle de 60°
 6 protection contre les paquets d’eau
 8 protection contre l’immersion prolongée sous pression
 Le 3ème chiffre (0 à 9) indique la protection mécanique
 3 résiste à l’effet de choc d’un marteau de 250g à 20cm
 5 résiste à l’effet de choc d’un marteau de 5kg à 40cm

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Degrés de protection
CEI 529 / EN 60 529 / EN 60 034-
034-5

contre les corps solides contre les liquides protection mécanique

0 pas de protection 0 pas de protection 0 pas de protection


chutes verticales
1 supérieurs à 50 mm. 1 de gouttes d'eau 1 énergie de choc= 0,225 joule

2 supérieurs à 12 mm. 2 chutes de gouttes 2 énergie de choc= 0,375 joule


d'eau jusqu'à 15°
l'eau en pluie jusqu'à 60°
3 supérieurs à 2,5 mm. 3 de la verticale 3 énergie de choc= 0,5 joule

les projections d'eau


4 supérieurs à 1 mm. 4 de toutes les directions 5 énergie de choc= 2 joules
les poussières les jets d'eau de toutes
5 (pas de dépôt nuisible) 5 directions à la lance 7 énergie de choc= 6 joules
projections d'eau assimilables
6 totalement contre 6 9 énergie de choc= 20 joules
les poussières aux paquets de mer

7 les effets de l'immersion

8 immersion prolongée dans


des conditions spécifiées

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

39
14/06/2010

Mais encore…

« X » sur les appareils signifie qu’il y a une restriction à


l’utilisation.
 Exemple : l’appareil ne peut être utilisé sans housse de
protection
 La restriction figure souvent sur le PV d’agréation
 « U » signifie qu’il s’agit d’un composant d’un système
 La qualité d’un appareil correspond à la qualité la plus
faible d’un de ses éléments

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

EXCEPTIONS: X

LIMITATIONS DANS LE DOMAINE DE MESURE


(max. 25 % O2)
UTILISATION ET DEPLACEMENT DANS UNE ZONE EX AVEC
ETUI EN CUIR
LES BATTERIES NE PEUVENT PAS ETRE ECHANGEES EN
ZONE EX
L’APPAREIL DOIT ETRE EQUIPE D’UN CAPTEUR AGREE EX

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

40
14/06/2010

Le catharomètre

 Appareil destiné à mesurer le composition en gaz combustible d’un


mélange air + gaz quelle que soit la concentration
 La conductibilité thermique varie d’un gaz à l’autre
 La conductibilité thermique varie en fonction de la teneur en gaz
d’un mélange d’air et de gaz
 Sensibilité < explosimètre dans la plage réduite couverte par celui-
ci
 Catharomètre couvre la plage 0 – 100 % du gaz à détecter

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

EEX--d-IIC T6 (x)
EEX

 Appareil conforme aux nouvelles normes


européennes
 Enveloppe antidéflagrante
 Appareil reconnu de sécurité pour tous les gaz et
vapeurs
 Température Max de surface de 200°C
 Restriction particulière

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

41
14/06/2010

Zones dangereuses

 Chaque lieu présentant un risque d’explosion est classé


dans une zone 0-1-2 suivant le risque présenté par
l’existence éventuelle d’une atmosphère explosive
 Les zones dangereuses sont déterminées à partir de
données fournies par l’exploitant de l’installation
électrique
 Des mesures sont prises pour réduire au strict minimum
le volume des zones dangereuses et pour limiter les plus
possible l’emploi de matériel électrique dans ces zones

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Zones dangereuses

Zone 0 : lieu dans lequel une atmosphère explosive gazeuse est


présente en permanence ou dans lequel on prévoit sa présence,
soit pendant de longues périodes, soit pendant de courtes périodes
qui se produisent fréquemment
Zone1 : lieu dans lequel on peut prévoir qu’une atmosphère
explosive gazeuse se formera périodiquement ou
occasionnellement en fonctionnement normal
Zone2 :lieu dans lequel on ne prévoit pas la formation d’une
atmosphère explosive gazeuse en fonctionnement normal et si elle
se formait, ce ne serait qur rarement et pendant de courtes périodes

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

42
14/06/2010

ZONE 0 (G: gaz)


gaz)
ZONE 20 (D: poussières)
poussières)

 Zone dans laquelle un mélange explosif de


gaz, de vapeurs ou de poussières est
présent en permanence,pendant de longues
périodes ou fréquemment.>1000 h/an

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

ZONE 0 (G: gaz)


gaz)
ZONE 20 (D: poussières)
poussières)
 matériel requis: catégorie 1= i (a) uniquement
Sécurité intrinsèque

 matériel qui assure un trés haut niveau de


protection(norme CEI 79-11).
 (a) = le matériel peut rester en fonctionnement si
la concentration de gaz dépasse la concentration
autorisée.

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

43
14/06/2010

ZONE 1
(G: gaz)
gaz)
zone 21 (D: poussières)
 Zône dans laquelle un mélange explosif de
gaz, de vapeurs ou de poussières est
susceptible de se former occasionnellement
et en service normal de l'installation.

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

ZONE 1
(G: gaz)
gaz)
zone 21 (D: poussières)
matériel requis: catégorie 2 = d ou i ou
e (ou catégorie 1)
le matériel qui assure un haut niveau de protection.
 d= antidéflagrant (norme CEI 79-1)
 i = sécurité intrinsèque (CEI 79-11)
 e = sécurité augmentée (CEI 79-7)

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

44
14/06/2010

ZONE 2
(G: gaz)
gaz)
ZONE 22 (D: poussières)
poussières)

 Zone dans laquelle un mélange explosif


ne peut apparaître qu'en cas de
fonctionnement anormal de l'installation
(présence épisodique) et pour une
courte durée.

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

ZONE 2
(G: gaz)
gaz)
ZONE 22 (D: poussières)
poussières)

 Matériel requis:catégorie 3(protection minimum),ou


cat1 ou 2.

 Matériel qui assure un niveau normal et minimum de


protection par exemples:
- « n » conformément à la norme CEI 79-15

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

45
14/06/2010

Zones

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Prévention du risque

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

46
14/06/2010

ZONE DANGEREUSE: Détermination

 Les zones dangereuses sont déterminées à partir des données


fournies par l’exploitant de l’installation électrique (emplacement
des sources d’émission, caractéristiques des produits émis).

 Ces données figurent sur un ou plusieurs plans de l’établissement


ou de l’installation.

 Ces plans doivent ensuite être approuvés et paraphés par


l’exploitant ou son délégué, le représentant de l’organisme agréé et
le fonctionnaire chargé de la surveillance

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

ZONE DANGEREUSE: exemple

 Suivant la nouvelle norme ATEX:

Équipement nécessaire

Catégorie 3

Emplacement où une
atmosphère explosive
peut se présenter. Catégorie 2

Catégorie 1

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

47
14/06/2010

ZONE DANGEREUSE: exemple

 Suivant la nouvelle norme ATEX:


Zone 1
Zone 2

Zone 0

Surface du liquide

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Choix du matériel électrique

En fonction du type de chaque zone dangereuse et des


caractéristiques des mélanges gazeux explosibles

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

48
14/06/2010

Choix du matériel électrique


 En fonction du type de chaque zone dangereuse et des
caractéristiques des mélanges gazeux explosibles
 Pour chaque machine, l’exploitant doit pouvoir fournir les
certificats d’agrément à l’organisme agrée, aux fonctionnaires
chargés de la surveillance
 Ce certificat est délivré par un laboratoire d’essais désigné par
les ministres compétents
 L’installation et l’entretien sont confiés à un personnel
compétent
 Toutes réparation d’un appareil se fera par le fabricant

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Entretien des détecteurs de gaz

 Durée de vie des détecteurs limitée dans le temps


 Etalonnage au moins une fois par an
 Lors de cet étalonnage, les détecteurs sont systématiquement
calibrés pour diminuer la diminution progressive de leur sensibilité

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

49
14/06/2010

Les risques gaz naturel

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Transport et distribution
AARDG AS DIS TRIBUTIE
Principe de distribution du gaz
12
3
67 bar

Station de com
c om pression
pre ssion Station de r é c eption
Utilisation
Utilisa tion industrielle

D é com press eurr

U tilisa tion industrie


industrielle
lle U
Utilisation
tilisation industrielle

Cabine
C abine de distribution

K.V.B.G . 16 no vemb er 2005 Ra nst - KAP B - P IB A 8

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

50
14/06/2010

Transport et distribution

Transport Distribution

niveau de pression > 14,7 bars < 14,7 bars

Odeur généralement inodore odorant

configuration du réseau linéaire interconnecté

clients finaux plusieurs centaines plusieurs milliers

situation géographique campagne, domaines routes, routes


des conduites privés communales

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Les questions à se poser!

- Où somme nous en sécurité?

- Population? Où est-elle en sécurité?

- Evacuer / s’abriter ?

- Combattre le feu ?

- Autres dangers ? Projections ? Bruit ?

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

51
14/06/2010

Dégâts d’incendie

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Dégâts dûs aux ondes de pression

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

52
14/06/2010

Dégâts dûs aux ondes de pression

Surpre ssion par rapport à la distance , 1000 mm, 80 bars


Ru pt ur e com p lè t e au m ilie u d 'u ne s e ctio n de 30 k m , van ne s f e r m é e s apr è s 60 s

10 00
Max . Ignition P ress ure vs.
9 00 dis tanc e
8 00 Rupture P res sure vs . dis tanc e
(no fire)
7 00
Surpression [mbar]

6 00
5 00
4 00
3 00
2 00
1 00
0
0 5 10 15 20 25 30 35 40
Dis tance [m ]

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Dégâts dûs aux ondes de pression


Pression en Dégâts
bars Humains Matériels
0.01 Bris de vitre occasionnel
0.02 Perte d’audition temporaire
0.03 Bris de vitre (risque de projection de fragments
mortels)
0.05 - 0.1 Destruction des toits et façades
0.1 - 0.2 Chutes Destruction de murs en briques
0.2 Endommagement des réservoirs de stockage
atmosphériques
0.3 Tympans percés Appareils endommagés
0.4 Destruction de murs en béton (20 cm)
0.5 Chutes de wagons-citernes
1.0 Lésions pulmonaires
2.0 Mort

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

53
14/06/2010

Dégâts dûs aux ondes de pression


Diamètre de ZONE 1 ZONE 2 ZONE 3
la conduite Rayon en m Rayon en m Rayon en m
en mm pression 1 bar pression 0,1 bar pression 0,02 bars

rupture rupture rupture


trou 10% 10% 10%
Guillotine diamètre Guillotine diamètre Guillotine diamètre

100 2 3 20
200 2 10 100
300 2 10 100
400 2 10 100
500 4 20 185
600 4 N.A. 20 N.A. 185 N.A.
700 4 20 185
800 4 20 185
900 4 20 185
1000 4 20 185
1200 5 22 210

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Dégâts dûs aux niveau sonore

Diamètre de Diamètre de Diamètre de


90 dBA 90 dBA 90 dBA
la conduite Rayon en m
la conduite Rayon en m
la conduite Rayon en m
en mm en mm en mm

100 75 500 150 900 250


200 75 600 150 1000 250
300 75 700 150 1200 250

400 150 800 250

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

54
14/06/2010

Dégâts dûs aux niveau sonore

 Il est important de savoir qu’un gaz qui s’échappe par un


trou d’une certaine taille peut faire beaucoup de bruit :

– à partir de 80 dBA et au-delà, la communication à 1 mètre de


distance devient déjà difficile ;
– à partir de 85 dBA, le port de protections auditives devient
nécessaire ;
– à certaines fréquences, la limite des 90 dBA peut déjà
endommager le système auditif.

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

55
14/06/2010

Train de trainers

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Zones

Indice de danger très élevé élevé moyen stable

AR Planification
NON PREVU Zone rouge Zone orange Zone jaune
d’urgence

Carte d’action Gaz ZONE 1 ZONE 2 ZONE 3 NON PREVU

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

56
14/06/2010

Zones

ZONE 1: la zone interdite est considérée comme hautement mortelle et ne peut être
accédée que dans des circonstances exceptionnelles après évaluation appropriée des
risques encourus et avec le port de vêtements de protection.

ZONE 2: zone uniquement accessible pour les pompiers dans les tenues obligatoires en
veillant à la sécurité personnelle (= AR zone rouge).

ZONE 3: zone d’isolation: seuls les services de secours intervenants peuvent pénétrer à
l’intérieur de la zone. Ceux qui se trouvent à l’intérieur de cette zone peuvent y rester.
Les personnes qui doivent être évacuées de zones situées à l’intérieur du périmètre
doivent être au moins évacuées de la zone 3 (= AR zone orange)

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Actions –
inflammation

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

57
14/06/2010

Actions –
Pas encore d’inflammation

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

58
14/06/2010

Train de trainers

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Fuite sur une canalisation gaz haute pression

Quelles dispositions prendre ?


• A l’appel
• Pendant le trajet
• Sur place
• En prévention

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

59
14/06/2010

Train de trainers

?
?

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Train de trainers

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

60
14/06/2010

Train de trainers

Balise aérienne

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Train de trainers

Localisation de la fuite

66 bar de pression

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

61
14/06/2010

Train de trainers

Poste de détente

Réchauffement

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Train de trainers

Borne

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

62
14/06/2010

Train de trainers

Zone 2

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Train de trainers
66 bars
500 mm

CATERPILLAR
SONACA

F 39 Zoning industriel
F 38 rue des fusillés

Vannes de sectionnement automatisées :


Frasnes Lez Gosselies et Jumet – Distance de
8 Km entre les vannes

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

63
14/06/2010

Train de trainers

HBD = 130 m
A 54 Le public a 520 m
Evacuation de la ferme et des 2 entreprises les plus
proches
Attention si fuite aérienne car jet peut être horizontal

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Va--t-on mesurer quelque chose ?


Va

Périm ètre de dispersion après 30s (~5800kg/s), vent 0 m /s,


trou 10.2 m , 1000 m m , 80 bar

1000

900

800
0%
700 0%
hauteur [m]

600 5%
5%
500
15%
400 15%
300

200

100 On risque de rien mesurer !


0
-1 40 -120 -100 -80 -60 -40 -20 0 20 40 60 80 100 120 1 40
distance [m]

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

64
14/06/2010

Train de trainers

Zone 1 Zone 2 Zone 3

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

Application pour Ghislenghien

210 m 240 m

190 m
210 m

Cratère

Lt HENRY F. - S.R.I. CHARLEROI

65