Vous êtes sur la page 1sur 73

LCPC

laboratoire
Central
des Ponts
et Chaussées

P. Rossi, F.-J. Ulm, D. Chauvel, 1. Schaller,


F. de Larrard, F. Guerrier

Ferraillage minimum et durabilité


dans les aéroréfrigérants
de centrale nucléaire

ÉTUDES ET RECHERCHES
DES LABORATOIRES
DES PONTS ET CHAUSSÉES
laboratoire Central des Ponts et Chaussées
Conformément à la note du 04/07/2014 de la direction générale de l'Ifsttar
précisant la politique de diffusion des ouvrages parus dans les collections éditées
par l'Institut, la reproduction de cet ouvrage est autorisée selon les termes de la
licence CC BY-NC-ND. Cette licence autorise la redistribution non commerciale de
copies identiques à l’original. Dans ce cadre, cet ouvrage peut être copié, distribué
et communiqué par tous moyens et sous tous formats.

Attribution — Vous devez créditer l'Oeuvre et intégrer un


lien vers la licence. Vous devez indiquer ces informations
par tous les moyens possibles mais vous ne pouvez pas
suggérer que l'Ifsttar vous soutient ou soutient la façon dont
vous avez utilisé son Oeuvre.
Pas d’Utilisation Commerciale — Vous n'êtes pas autorisé à
faire un usage commercial de cette Oeuvre, tout ou partie
du matériel la composant.
(CC BY-NC-ND 4.0)
Pas de modifications — Dans le cas où vous effectuez une
adaptation, que vous transformez, ou créez à partir du
matériel composant l'Oeuvre originale (par exemple, une
traduction, etc.), vous n'êtes pas autorisé à distribuer ou
mettre à disposition l'Oeuvre modifiée.

Le patrimoine scientifique de l'Ifsttar


Le libre accès à l'information scientifique est aujourd'hui devenu essentiel pour
favoriser la circulation du savoir et pour contribuer à l'innovation et au
développement socio-économique. Pour que les résultats des recherches soient plus
largement diffusés, lus et utilisés pour de nouveaux travaux, l’Ifsttar a entrepris la
numérisation et la mise en ligne de son fonds documentaire. Ainsi, en complément
des ouvrages disponibles à la vente, certaines références des collections de
l'INRETS et du LCPC sont dès à présent mises à disposition en téléchargement
gratuit selon les termes de la licence Creative Commons CC BY-NC-ND.

Le service Politique éditoriale scientifique et technique de l'Ifsttar diffuse


différentes collections qui sont le reflet des recherches menées par l'institut.

www.ifsttar.fr

Institut Français des Sciences et Techniques des Réseaux,


de l'Aménagement et des Transports
14-20 Boulevard Newton, Cité Descartes, Champs sur Marne
F-77447 Marne la Vallée Cedex 2
Contact : diffusion-publications@ifsttar.fr
Ferraillage minimum et durabilité
dans les aéroréfrigérants
de centrale nucléaire

Dimensionnement - Calcul numérique -


Validation expérimentale

P. Rossi, F.J. Ulm, D. Chauvel, 1. Schaller,


F. de Larrard, F. Guerrier

Laboratoire Central des Ponts et Chaussées


58, bd Lefebvre, F 75732 Paris Cedex 15
P. ROSSI
Laboratoire Central des Ponts et Chaussées

F.J. ULM
Laboratoire Central des Ponts et Chaussées
actuellement au Massachusset lnstitute of Technologie (États-Unis)

D. CHAUVEL
EDF-SEPTEN Division Génie civil

1. SCHALLER
Laboratoire Central des Ponts et Chaussées
actuellement au SETRA

F. de LARRARD
Laboratoire Central des Ponts et Chaussées
Centre de Nantes

F. GUERRIER
Laboratoire Central des Ponts et Chaussées

Pour commander cet ouvrage:


Laboratoire Central des Ponts et Chaussées
IST - Diffusion des Éditions
58, boulevard Lefebvre, F 75732 Paris Cedex 15
Téléphone 0 140 435020 - Télécopie 0 140435495
ou serveur Internet LCPC : http://www. lcpc. fr

Prix : 120 F (18,29 euros) HT

Ce document est propriété de l'Administration et ne peut être reproduit, même partiellement,


sans l'autorisation du Directeur général du Laboratoire Central des Ponts et Chaussées
(ou de ses représentants autorisés)
©2001 - LCPC
SOMMAIRE

1. Introduction - Objectif de l'étude .............................................................................. S

II. Nouvelle méthode de détermination du ferraillage minimum des


aéroréfrigérants ... ... ..... .. ... ........... .. .... ........... ...... ..... ...... .. .............. ..... .. ... .. ... .. ........... ... S
2. 1. Approche réglementaire selon le B.A.E.L ................................................................. 5
2.2. Evaluation des contraintes subies par le béton dans les aéroréfri gérants .................. 6
2.2. 1. Effets du poids propre, du vent et de tassements différentiels ("dièdre") ............ 6
2.2.2. Contraintes résiduelles dues au phasage de construction ................................... 7
2.2.3. Effets d'un gradient thermique en service ............................................................ 9
2.2.4. Effets d'un gradient hydrique en service.............................................................. 10
2.2.5. Superposition .................. ............................................................................ ....... .. 12
2.3. Proposition de règle de dimensio nnement du ferraillage minimum .......................... 13
2.4. Evaluation de l'ouverture des fissures ....................................................................... 16
2.5. Détermination précise de la résistance en traction f 1 ..................................... . ........... 17
2.5.1. Rappels concernant le modèle RPDC .................................................................. 18
2.5.2. Calculs réalisés et résultats obtenus.................................................................... 19

III. Modélisation de la fissuration due aux gradients d'humidité et de


température ..... .... ...... .... .. ..... ........... .... .. ...... ..... .... .. .... ....... .... .. ..... ... .. .... ....... ... ..... .. ...... 27
3.1. Le retrait de dessiccation ........................................................................................... 28
3.2. Mise en équation ....................................................................................................... 28
3.2. /. Modélisation du séchage ....................................... ...... ........................................ 28
3.2.2. Changement de phase. Equation d'état ................................................................ 29
3.2.3. Modélisation probabiliste de la fissuration ......................................................... 32

IV. Etude expérimentale d'une maquette échelle réduite représentative d'un


élément d'aéroréfrigérant soumis aux gradients hygrométriques et thermiques .. 33
4.1 . Description des essais ................................................................................................ 33
4.1. /. Choixducorpsd'épreuve ................................................................ ................ 33
4. 1.2. Composition des bétons ................................................................................... 34
4. / .3. Armatures passives utilisées ........................................................................... 35
4.1.4. Sollicitations imposées .. .. .... ................... .... ........... .................. .... ..... ..... ...... .. .. 35
4.2. Résultats expérimentaux concernant l'évolution des fiss ures ....................... ............ 36
4.2. I. Schémas de fissuration ........ ................. ........................................................... 36
4.2.2. Ouverture des fissures......................... ....... ..................................................... 36

V. Modélisation de la fissuration de la maquette ........................................................... 38


5.1 . Calcul de la diffusion non-linéaire de la teneur en eau libre ..................................... 38
5.1.1. Les données du calcul hydrique .......................... .... .. ... .. .... ..... .. .......... ............ 38
5. J.2. Etude préliminaire : effets tridimensionnels de la diffusion ........................... 40
5.1.3. Etude comparative de la diffusion non-linéaire 8 30-860 ............................... 41
5.1.4. Conclusions relatives aux calculs hydriques ........... ........... ... .. .......... ..... .... .. .. 44
5.2. Calculs mécaniques de la fissuration ......................... ........... ......... ..... .. .................... 44
5.2. 1. Maillage et conditions aux limites .. ............ .................................................... 44

-3 -
5.2.2. Les données du calcul mécanique ................................................................... 45
5.2.3. Etude comparative de la fissuration ............................................................... 46
5.2.4. Conclusions relatives aux calculs de la fissuration ........................................ 50

VI. Comparaison calcul-expérience - Conclusions .. .... .. ......... .. .... .. ... .. ... .. ... .. ... .. ...... ... .. . 50
6.1 . Schémas de fissuration .............................................................................................. 51
6.2. Ouverture maximale des fissures et évolution de ces fissures dans le temps ............ 51
6.3. Conclusions ............................................................................................................... 52
6.3.J . Conclusions relatives à l'étude........................................................................ 52
6.3.2. Conclusions d'ordre général ........................................................... ..... ........... 52

VII.Modélisation de la fissuration d'un élément d'aéroréfrigérant à l'échelle 1 ......... . 52


7 .1. Résultats relatifs au calcul hydrique .......................................................................... 54
7.2. Résultats relatifs aux calculs mécaniques ................................................................. 54
7.2. 1. Dispersion ................................................................................... .................... 54
7.2.2. Evolution de la fissuration .................... ................................................. ......... 58
7.2.3. Mise en traction des aciers due à la fissuration .......................... ................... 60
7.2.4. Schémas de fissuration .................................................................................... 62

VIII. Comparaison entre les résultats obtenus avec l'étude numérique et ceux que
prévoient la méthode de dimensionnement proposée .... ...... ..... ..... ...... .. ... .. ...... ... 63

IX. Conclusions générales concernant l'étude ................................................................. 63

Remerciements .... ... ..... ..... .. ...................... .... .. ............... ...... .. .... .. .... ..... ..... .. ......... ..... .. ........ 65

Références ............................................................................................................................ 65

Résumé en français ............................ .................................................................................. 67

Résumé en anglais.................................... ........................................ ................. ............... .... 68

-4 -
1. Introduction - Objectif de l'étude
Aujourd'hui le ferrail lage des coques des aéroréfrigérants de centrale nucléaire correspond
pour la partie courante au ferraillage miminum de non fragilité en traction (calculé suivant le
BAEL 91 ). Ainsi, si l'on voulait utiliser un béton à hautes performances, on serait amené à
augmenter le !aux d'armature proportionne llement à l'augmentation de résistance en traction
obtenue en utili sant ce type de béton. Le surcoOt occasionné serait alors trop pénalisant. Les
qualités de durabilité des bétons à hautes performances étant connues, et reconnues, et
pouvant être intéressantes dans le cadre des aéroréfrigérants, la divis ion génie civil de EDF-
SEPTEN a donc proposé au LCPC de se lancer dans une étude approfondie sur l'influence des
BHP sur la fissuration de ces aéroréfrigérants, et de ses conséquences vis-à-vis des problèmes
de durabilité (conlral EDF-SEPTEN/LCPC). La synthèse de cette étude contractuelle qui s'est
déroulée de 1993 à 1995 est l'objet du présent rapport.
Celte étude s 'est articulée autour de la démarche suivante :

1. Propositio n d'une méthode de dimens ionnement permettant de déterminer le ferraillage


minimum des aéroréfrigérants.
2 . Analyse numérique (calcul aux éléments finis) pour vérifier si le ferraillage minimum
déterminé à partir de la méthode simplifiée conduit à une structure durable. En particulier, il
faut vérifier que ce ferrai llage minimum est capable de maîtriser la fissu ration due aux
gradients thermiques et hydriques existant au sein des parois de l'aéroréfrigérant.

Pour ce faire, cette vérification se déroule en deux étapes :

- validation du modèle de fissurat ion d'origine thermo-hydro-mécanique proposé par le


LCPC , cette validation se faisant en comparant les résultats expérimentaux obtenus sur une
maquette échelle réduite avec les calculs numériques ;
- modéli sation numérique d'un élément d' aéroré fri gérant à l'échelle 1.

II. Nouvelle méthode de détermination du ferraillage minimum des


aéroréfrigérants
Après un rappel sur la façon dont le règlement BAEL 91 traite la question du
dimensionnement en non-fragilité, sont étudiées successivement les contraintes résiduelles
dues au phasage de construction, puis celles qui apparaissent sous poids propre, par
chargement mécanique extérieur ou par effet des gradients thermiques et hydriques, nous
proposerons une règle de dimensionnement beaucoup plus économique que celle qui prévaut
actuellement.
2.1. Approche réglementaire selon le B.A.E.L.

D'après l'article A.4.2. du BAEL 91, "...est considérée comme non fragile une section tendue
ou fléchie telle que la sollicitation provoquant la fissuration du béton dans le plan de la section
considérée entraîne dans les aciers une contrainte au plus égale à leur limite d'élasticité
garantie".

-5-
En pratique, le dimensionnement constitue donc à évaluer les sollicitations de fissuration du
béton, et à les équilibrer au moyen du ferrai llage. On obtient, pour une section rectangulaire,
=
un pourcentage d'armatures p Aslbh de la forme:

ft
p=k-1 (1)
je

avec k = 1 pour la traction simple, k = 0,23 pour la flexion simple, et des valeurs
intermédiaires, non précisées par le BAEL, pour la flexion composée. Cette valeur de 0,23 ne
correspond d'ailleurs pas tout à fait avec celle que l'on peut calculer en suivant la méthode du
BAEL. En effet, le moment de fissuration s'écrit

(2)

et le moment repris par les aciers

MP=0,9. 0,9.h.A,.fe (3)

En égalant des deux expressions, on trouve un coefficient k égal à 0,206. La valeur de 0,23
intègre donc une notion de sécurité, explicable en partie par le fait que la résistance à la
flexion est supérieure à la résistance à la traction directe.

Par ailleurs, le BAEL prescrit des armatures minimales de peau, afin de coudre les fissures
éventuelles dues au retrait du béton. Selon l'article A.8.1., on doit placer au minimum 4 cm2
d'armatures verticales par mètre de parement (sur chaque face), le total constituant au moins
0,2% de la section. Ces quantités ne se cumulent pas avec celles calculées selon les règles de
non-fragilité.

Terminons cette partie par une remarque. Le BAEL prescrit de placer des armatures afin de
rendre les sections non fragiles sous effort imposé; par contre, il ne dit rien de l'ouverture des
fissures. En fissuration très préjudiciable, comme c'est le cas dans un aéroréfrigérant, il faut
pourtant s'assurer de la durabilité du ferraillage, sans quoi une section primitivement non
frag ile pourrait le devenir, par suite de corrosion des armatures.
2.2. Evaluation des contraintes subies par le béton dans les aéroréfrigérants

2.2.1 Effets du poids propre, du vent et de tassements différentiels ("dièdre")

Les contraintes dues au poids propre. à l'action du vent ou à des tassements différentiels sont
extraites de la note de calcul relative aux aéroréfrigérants de Civaux (Hamont Industrie
Thermique, 1991 ). Vis à vis du vent, la structure travaille théoriquement comme une console
encastrée dans le sol; pour les tassements, la coque est fléchie dans son plan. La superposition
de ces deux actions donne donc des états de contrainte homogènes dans l'épaisseur de la
coque, i.e. des compressions ou des tractions (voir tableau 1).

-6-
Tableau 1: contraintes normales subies par le béton dans les aéroréfrigérants, du fair du
poids propre, du vent et du chargement "dièdre". Il s'agit du chargement S2. en retranchant
l'action du gradient thermique.

Béton Zone dimensionnée contraintes verticales contraintes horizontales


en non-fragilité Omax (traction) Omax (traction)
(distance du sol)
830 19,46 < z 0,45 MPa
19,46 < z < 169,50 0,86 MPa
860 toute la hauteur 1,70 MPa
15,89 < z 1,53 MPa

2.2.2. Contraintes résiduelles dues au phasage de construction

Excepté dans la partie basse de l'aéroréfrigérant, l'épaisseur modérée de la coque conduit à des
élévations de températures en cours de prise relativement modestes. L'exothermie du béton ne
suffit donc pas à le fissurer, au contraire des enceintes de confinement. Par contre, le phasage
de construction (une levée par jour) provoque un léger bridage de l'anneau n par l'anneau n- 1,
du fait des retraits thermiques et endogènes différentiels. L'objet de cette partie est d'évaluer
les contraintes (horizontales) qui en résultent à long terme.

- Modèle de calcul - Les calculs sont menés sur un modèle axisymétrique. On considère
d'abord une levée fictive 0 (correspondant en fait à 4 levées réelles), supposée construite et
refroidie, qui constitue le substratum de la levée 1. Lors de la première phase, on coule la
levée 1, zone qui est étudiée en détail. Ensuite, laJevée 2 est coulée lors de la deuxième phase
(figure 1). Considérant que les levées ultérieures n'auront pas d'interaction (ni thermique, ni
mécanique) avec la levée 1, le modèle est donc limité à ces trois levées. On évalue les
contraintes résiduelles en faisant un calcul mécanique à long terme sur le modèle global, en
sachant que seules les valeurs relatives à la levée 1 sont considérées comme représentatives de
la structure réelle.

-7-
2,1 2,1

1.5 1,5 2.1 2.1


2, 1

1,5 1,5 2, 1 2, 1 2,1 2, 1

2,1 2, 1 2, 1 2, 1 2,1 2, 1

Phase! Phase 2 Phase 3

Figure 1. Modélisation du phasage de construction pour les simulations thermiques et


mécaniques. Les nombres correspondent aux coefficients d'échange thermiques pris en
compte (en J/h!cm2/0 C) : 1,5 pour le béton coffré, 2, 1 pour le béton décoffré. L'épaisseur des
levées a été prise égale à 30 cm..

- Calcul des températures - Les calculs thermiques ont été effectués avec le module TEXO du
code CESAR-LCPC-LCPC. La température initiale du béton a été prise égale à l 5°C. La
diffusivité du béton et sa capacité calorifique prises en compte sont respectivement de 60
J/h/cm/°C et de 25 J/cm3/°C. Les courbes adiabatiques q(t), représentant la production de
chaleur des bétons pendant la prise et le durcissement, ont été extraites de la base de données
du LCPC. Elles sont relatives à deux bétons représentatifs de ceux utilisés, ou susceptibles de
l'être (B60) dans un aéroréfrigérant.
En B30, la température maximale atteinte est de 30°C, ce qui est modeste, comme on pouvait
s'y attendre pour un voile relativement mince. La montée en température de la levée 2 co·mcide
avec le refroidissement de la levée 1. La diffusion de la chaleur dégagée par la levée supérieure
se manifeste par un plateau de température dans le haut de la levée inférieure.
La température atteinte dans le 860 est à peine supérieure (32°C). Du fait de la prise plus
tardive (liée à l'effet retard exercé par le super plastifiant), il apparaît une petite interaction
thermique entre les levées (dans sa partie basse, la levée 2 chauffe un peu plus que la levée 1).

- Calcul des contraintes résiduel/es - Les calculs mécaniques ont été exécutés en élasticité
vieillissante avec prise en compte des déformations thermiques et endogènes, au moyen du
module MEXO du code CESAR-LCPC-LCPC. Les valeurs de contrainte ont été fo rfairement
frappées d'un coefficient de fluage, puisqu'on s'intéresse aux contraintes résiduelles à long
terme. On suppose dans ces calculs que le béton est non fissuré. Les valeurs des différents
paramètres utilisés apparaissent au tableau 2.

-8-
Tableau 2. Valeurs des paramètres utilisés dans le calcul mécanique. Ei28: module élastique
à 28 jours; Kfl: coefficient de fluage;v: coefficient de Poisson; a: coefficient de dilatation
thermique; Ere: retrait endogène ell/re la prise et l'infini.

Béton Ei2g Kfl V ex Ere


(GPa) 10-61°c 10-6
830 34,5 2 0,2 10 100
860 43 ,5 1 0,2 10 150

Les calcu ls thermiques commencent en phase 2. Lors du coulage de la levée 2 en 830, le


béton 1 subit un choc thermique, d'où une contrainte de tniction qui disparaît lorsque la
température se régu larise à l'interface. Après 48 heures (le terni;~ 0 correspondant au début du
coulage de la levée 1), les seules contraintes significat ives apparaissent dans le bas de la levée
2 et au milieu de la levée 1. Ce sont des contraintes horizontales de traction, dont la valeur
maximale est égale à 0,2 MPa. Elles sont distribuées à peu près symétriquement dans
l'épaisseur de la coque, et leur valeur moyenne est d'environ 0, 16 MPa (valeurs à long terme,
compte tenu du coefficient de fluage du béton).

Du fait de sa plus grande rigidité, le B60 présente le même tableau, mais avec des contraintes
un peu plus élevées. La traction horizontale maximale est de l'ordre de 0,35 MPa, et la valeur
moyenne dans l'épaisseur avoisine les 0,3 MPa.

2.2.3 Effets d'u11 gradie11t thermique e11 ser vice

Dans l'aéroréfrigérant en fonctionnement, la température de l'air est de 20°C, alors qu'à


l'extérieur elle peut varier, selon les saisons et l'ensoleillement, dans une large gamme. Dans
l'éude, on a cherché à évaluer les contraintes apparaissant dans le béton sous un chargement
thermique rapide, i.e. lorsque l'écart de température entre les deux parois de la coque
augmente brusquement, et que le matériau répond à cette sollicitation avec son module
instantané (cas évidemment le plus défavorable). La température extérieure prise en compte
est de - 20°C .

- Calcul des températures - Ce calcul est valable tant pour le B30 que le pour le B60 (les
conductivités thermiques de ces matériaux n'ayant pas de raison de différer). Il s'agit d'un
calcul classique en diffusion linéaire. Les valeurs de capacité thermique et de diffusivité sont
les mêmes que celles utilisées au paragraphe 2.2.2 .. Les coefficients d'échange pris en compte,
de type "flux", sont de la forme À.(0ext - 0), avec À. = 1,5 J/h/cm2/°C pour la paroi extérieure,
et À.= 3 J/h/cm2/°C pour l'intérieur. En effet, la condensation de la vapeur d'eau sur le béton
implique une meilleure conductivité thermique de l'interface.

L'équilibre thermique met environ une centaine d'heures à s'établir. Les températures en peau
sont notablement plus rapprochées que celles des deux ambiances: (-2, + 11 °C] pour une paroi
de 0,32 m, et (0, 10°C] pour celle de 0,2 1 m. L'écart de température dans le béton n'est ainsi
q ue de l 3°C au maximum, pour 40°C d'écart imposé.

- Calcul des comraintes - Le calcul aux éléments finis, menés sur la tour complète, montre
que les gradients thermiques n'engendrent que des moments dans la coque. Les états de

-9-
contrainte à l'équilibre thermique sont linéaires, du type [-cr, +cr); la valeur de cr pour les
différents cas apparaît dans le tableau 3. Du fait de la symétrie cylindriq ue, les directions
principales de contraintes et de déformations sont les axes verticaux, radiaux et orthoradiaux.

Tableau 3: contraintes de traction en peau (côté extérieur) consécutives à l'apparition d'un


gradient thermique dans l'épaisseur de la coque.

béton épaisseur 0,2 1 m épaisseur 0,32


830 cree =2,2 MPa cr99 =2,8 MPa
=
(ft28 2,4 MPa) cr?? =2,0 MPa =2,5 MPa
cr 7 7
860 cree =2,6 MPa cr99 =3,5 MPa
=
(ft28 4,2 MPa) cr?? =2,5 MPa crn =3,2 MPa

On constate que le gradient thermique provoque des contraintes importantes, insuffisantes


cependant pour fissurer le béton à elles seules, sauf peut-être pour les parties épaisses en béton
ordinaire. Cependant, il faut tenir compte du fait que la résistance en flexion est plus élevée
que celle en traction directe.

2.2.4 Effets d'un gradient hydrique en service

La dernière grande cause de fissuration est liée au séchage du béton, et au retrait différentiel
qui en résulte. Le séchage est un phénomène lent; il est donc principalement gouverné par les
conditions aux limites moyennes. Les hypothèses pour ces dernières sont les suivantes
(tableau 4):

Tableau 4: conditions aux limites pour le calcul de séchage.

température hygrométrie
intérieur 20°c 100 %
extérieur 15°C 55 %

On procède d'abord à un calcul thermique du même type que celui effectué au paragraphe
2.2.3. A partir de ce champ de températures, rapidement stabilisé, on procède à un calcul de
séchage, donnant la répartition de teneur en eau dans le béton. Enfin, on en déduit les
contrai ntes résultant des gradients hydriques, en supposant, comme toujours, les sections non
fissurées.

- Calcul thermique - Ce calcul donne des résultats comparables à ceux du paragraphe


précédent. avec bien entendu des écarts beaucoup plus faibles. La température varie donc
linéairement dans l'épaisseur de la coque.

- JO -
- Calculs hydriques - Ils sont menés en d iffusion transitoire non linéaire. selon le modèle de
Mensi-Acker ( 1988) (module DTNL de CESAR-LCPC-LCPC). La teneur en eau libre C du
béton obéit à l'équatio n différentiel le su ivante, où la diffusivité hydrique dépend de la teneur
en eau:

~ =div[D( C). grad( C)] (4)

La diffusivité est censée suivre les lois su ivantes:

D (C) =[~ ~]d(C) (5)

avec

d(C) ;;; 1,042. IO-" exp(0,05C) (6)

pour le 8 30, et

d( C );;; 0, 521. JO-" exp(O, 05C) (7)

pour le 860 (diffus ivité en m2/s), soit deux fois moins que pour le 8 30. De même, les
coefficients d'échange au niveau des parois seront de la forme h(C)(Cext - C), avec

9
h( C );;; 3, 356. 10- (239 - C) (8)

h( C ) ;;; 1, 678. 10-9 (239 - C) (9)

respectivement pour le 830 et le 8 60 (coefficients en mis).

Les teneurs en eau lim ites pri ses en compte sont données dans le tableau 5 .. Ces valeurs sont
tirées de considérations sur les compos itions des bétons, ainsi que sur des résultats d'essais de
sorption-désorption (Pihlajavaara). Du fait de l'autodessiccation des 8HP, la teneur en eau
initiale du 860 est plus faib le que celle correspondant au béton saturé (à 100 % H.R.).

Tableau 5. Hypothèses concernant les teneurs en eau libre des bétons dans le calcul de
séchage

béton teneur en eau initiale teneur en eau à IOO% H.R. teneur en eau à 55 % H. R.
8 30 120 l/m3 120 l/m3 45 J/m3
860 80 l/ m3 100 l/m3 37,5 l/m3

Par rapport au calcul thermique, Je régime permanent est bien sûr beaucoup plus long à
s'établir: 15 à 20 ans pour les parties de 0,20 m d'épaisseur en 830, plus de 40 ans pour les
parties en 860 de 0,32 m!

- 11 -
Au bout de 16 mois, la répartition de teneur en eau dans l'épaisseur de la coque est fortement
non linéaire; pour Je 830, elle est plutôt bilinéaire. Les conditions aux limites sont respectées
(telles qu'i ndiquées au tableau précédent). Depuis la fibre intérieure vers la fibre extérieu re, la
teneur en eau décroît régulièrement, puis la chute s'accélère brutalement lorsqu'on s'approche
de la peau extérieure (à moins de 5 cm du parement). La teneur en eau au point de brisure,
comparable à un front de séchage , diminue lorsque le béton vieillit. A long terme, la concavité
du champ de teneur en eau reste cependant orientée vers le bas.

Un comportement similaire est prévu pour le 860, avec une spécificité: la teneur en eau "en
amont" (i.e. côté intérieur) augmente par rapport à la valeur initiale. Au début du processus,
on a donc un front de mouillage qui prog resse depuis l'intérieur, et un front de séchage qui
régresse (par rapport au sens d'écoulement).

- Calculs mécaniques - Ces calculs sont menés toujours avec le code CESAR-LCPC. Le
comportement du béton est décrit par une loi élastique du type suivant:

J+ V V
t:=-cr--tr(cr) I +j3(w - w) ( 10)
- Ed - Ed - - 0

où E et cr sont les tenseurs des déformations et des contraintes, v le coefficient de Po isson, Ed


le module différé du béton , w et wo les teneurs actuelles et initiales en eau libre, et p le
coefficien t de contraction hydrique (pris égal, pour les deux bétons, à JQ-S;11m3). Du fait de la
simplification de la prise en compte du fl uage (module différé), les résultats du calcul
mécanique ne sont à considérer que pour le long terme. Les caractéris tiques mécaniques des
bétons prises en compte dans ces calculs ont déjà été indiquées dans le tableau 2 (Ed =
Eizgl[ 1+Kfi] ).

Les états de contrainte à travers la section sont fortement non li néaires, et font apparaître un
poi nt de brisure correspondant à ceux trou vés dans les champs de teneur en eau. Leur intégrale
est nulle, ce qui n'est pas étonnant, en l'absence d'efforts normaux extérieurs; par contre, leur
moment d'ordre 1 est important. Quel que soit le béton, el dès un an de séchage. o n voit que
les sections sont fissurées (côté extérieur). En effet, les contraintes théoriques calcu lées
dépassent de beaucoup la résistance en traction.

2.2.5 Superposition

Résumons les résultats des calculs précédents:

- l'histoire du coulage des aéroréfri gérant induit l'existence de contrai ntes résiduelles de
traction assez faibles. contrai ntes horizontales de moment quasi nu l et localisées en pani c
inférieure des levées;

- les gradients thermiques, variables selon les saisons, l'ensoleillement et le


fonctionnement de l'aéroréfrigérant, conduisent à des moments de nexion, se traduisant par
des contraintes de traction horizontales et verticales sur la face extérieure de la coque; ces
contraintes peuvent êt re é levées, quoiqu'insu ffi santcs pour provoquer il e lles seules la
fissurat ion du matériau;

- 12 -
- Je séchage du béton, lent à se développer, induit quant à lui des contraintes de tract ion
considérables qui font fissurer le béton au bout de quelq ues mois; com me dans le cas
précédent, les états de contrainte dus au séchage sont auto équilibrés en effort normal;
- enfin. la conjugaison du poids propre et des actions extérieures appliquées à la structu re
(vent. tassements différentiels) provoque des tractions simples, do nt J'enveloppe est
d'ampl itude variée suivant la zone considérée, pouvant atteindre localement de l'ordre de 40
% de la résistance en traction du béton.

A terme. il résu lte de ces calcu ls que la coque est théoriquement entièrement fissu rée sur sa
face extérieure. La question, en ce qui concerne la no n-fragilité, est d'esti mer quel est l'état de
contrai nte au moment où cette fiss uration se produit. Le cas dimensio nnan t est donc celui où
l'effort normal est à sa valeur maximale. Ai nsi, le pourcentage de non-fragi lité sera
directement fonction de l'effort normal obtenu en cumu lant les effets du poids propre, du
chargement extérieur et des éventuelles contraintes résiduelles.

2.3. proposition de règle de dimensionnement du ferraillage minimum

On se place donc au moment où la fissu ration se produit, et o n défin it µ e t v, moment et effort


normal réduits (grandeurs adimensionnelles):

N ( Il )
v= - -
bhf,

( 12)

--
d=
h 8h
• --
-- 1
1 1

b= lm
Figure 2: symboles utilisés dans le calcul de béton armé.

La condition de fissu ration implique donc l'égalité suivante:

v+6µ =_!_
f (13)
fe

- 13 -
où ft, rési stance en traction du béton, est prise constante selon le BAEL, mais dépend de la
hauteur de la section h et du rapport µ/v, selon des théories plus récentes. Comme indiqué
plus haut, la valeur de v est extraite de la note de calcul; c'est le paramètre dont on va déduire
le ferraill age.

Le dimensionnement en flexion composée conduit à distinguer trois cas.

- Section entièrement tendue (grandes valeurs de v lors d e la fissuration) - Le pourcentage


d 'acier minimal est obtenu lorsque le centre de gravité des aciers est placé au niveau de la
o
résultante des efforts extérieurs. On suppose que l'on est dans ce cas: = d/h = Yz + M/N.h ,
où h est la hauteur rédu ite de la section.

A
-2... = p=v ( 14)
bh

8 =_!_ + E_ =_!_ + _!_[_! -


2 V 2 6 V
Il ( 1S)

f t/fe

Le cas limite est obtenu lorsque l'acier est au plus bas de la section, compte tenu des
enrobages. En première approx imation, on écrit :

8 :S 0,9 ( 16)

~-v-<:: 0,29 ( 17)


J, / f,

- Section simplement fléchie - Selon le BAEL, on a donc :

_ P_ =O 23 ( 18)
f, / !, '

8=0.9 ( 19)

- Cas inrer111édiaire - C'est celui d'une section partiellement comprimée en flex ion composée.
Les calculs de béton armé sont alors fort compliqués (équation du troisiè me degré en ex -
hauteur réduite de la section comprimée - et p à optimiser en faisant varier o). En fait, on se
rend compte que les grandeurs recherchées (p et o) évol uent dans un inte rvalle assez réduit.
intervalle dont les bornes dépendent davantage de l'appréciation de ft· li paraît donc très
suffisant d'effectuer une simple interpolation linéaire entre les deux cas précédents.

- 14 -
RécapiJulatif

Etape 1: on évalue N, effort nonnal maximal en service susceptible de s'appliquer à la section


considérée, en cumulant les effets du poids propre, du vent, de l'effet "dièdre" et des
contraintes résiduelles. On en déduit l'effort nonnal réduit v par la fonnule suivante:
N
V= - - (20)
bhfe

Etape 2: on évalue ft• résistance en traction du béton. En première approximation, cette


grandeur peut être évaluée par la loi simplifiée du BAEL, mais des approches plus récentes
pennettent d'affiner son évaluation (paragraphe 2.5).

Etape 3: on calcule le pourcentage minimum (rapport de la section totale d'armatures dans la


direction considérée sur la section de béton) à l'aide du diagramme suivant:
p/(fufc)
1.2

1/
/
0.8 /
V
0.6 /
/
0.4
0.2
0
i-
- 1/

V
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.2

Figure 3.Diagramme pour le calcul du pourcentage minimum de non-fragilité des


aéroréfrigérants -p est le pourcentage minimal d'acier à condition de disposerleur centre de
gravité à la distance d de la paroi intérieure, définie sur la figure 4.

Etape 4: la hauteur efficace de la section d est évaluée au mo en du diagramme ci-après:


d

0.8 "
0.6
0.4
~

- ......

0.2
0 V

0 0,2 0.4 0,6 0.8 l 1.2

Figure 4. Diagramme pour le calcul de la hauteur efficace de la section (distance entre le


centre de gravité des aciers et la fibre supérieure de la section, ici la paroi intérieure de
l 'aéroréfrigérant).

- 15 -
2.4. Evaluation de l'ouverture des fissures

Une méthode de calcul ayant été proposée en vue d'assurer la non fragilité des sections, il fau t
encore s'assurer que l'ouverture des fissures est compatible avec une durabilité satisfaisante
des aéroréfrigérants.

Pour Je calcul de l'espacement des fissures, on peut, en première approximation, utiliser une
formu le empirique issue de l'Eurocode 2 (Jaccoud et al, 1993), qui a l'allure suivante:

(21 )

où srm est l'espacement moyen et <l> le diamètre des armatures (exprimés en mm), p la
proportion d'armatures. k 1 est le rapport résistance au cisaillement/résistance en traction
directe. D'après les essais de Jaccoud et al. réalisés à l'EPFL ( 1993), ce rapport évolue peu
lorsque la nature du béton change (une valeur unique de 0,45 a été prise en compte dans les
calculs qui suivent). k1 est un coefficient tenant compte de la distribution des déformations
dans la section fissurée; il vaut respectivement 1 et 0,5 pour la traction directe et pour la
flexion.

On cherche ensuite à éval uer l'ouverture des fissures sous l'effet du séchage du béton. En effet.
on a vu que les effets des gradients thermiques ou des chargements extérieurs sont d'un ordre
de grandeur inférieurs à ceux du séchage. Etant donné qu'il ne faut pas s'auendre à une grande
précision dans les calculs d'ouverture de fissures, on peut donc négliger les causes secondaires
de fissuration.

On se place dans le cas a priori le plus défavorable: parties minces de la coque (où le séchage
progresse le plus vite), dimensionnées en flexion simple (k = 0,23). Les calcul s de teneur en
eau libre effectués au paragraphe 2.2.4 nous permettent d'évaluer le retrait libre en tout point
de la section. Si on admet en première approximation que la fissuration s'arrête à mi-hauteur
de la section, on peut donc évaluer la teneur en eau moyenne dans la zone non fissurée Wnf·
Du fait de la forme des champs de teneur en eau, une erreur sur l'évaluation de la profondeur
de fissuration sera sans grande conséquence sur la valeur de Wnf·

Si, d'autre pari, o n considère qu'à long terme les contraintes dans le béton fissuré sont relaxées
(ainsi que dans l'acier), les ouvertures de fissure au niveau des armatures (earm ) et en peau
(epeau) sont égales à la différence de retrait libre multipliée par l'espacement entre fissures:

(22)

(23)

Les valeurs calculées d'ouvertures de fissure, pour différents jeux de paramètres, sonl
présentées dans le tableau 6.

- 16 -
Tahlea11 6. Eval11a1ion de l'ouverture des fissures, au droit des armatures et en peau, pour les
par1ie.1· minces de la coque dimensionnées en flexion simple selon le diagramme du
paragraphe 2.3. Les calculs sont effectués pour les deux bétons, avec divers diamètres
d'armalllre. *: valeurs à 40 ans prédites par les calculs du paragraphe 2.2.4.

fc28 diamètre p k1 esp. Wnf*, war~*· Wpeau ouverture ouverture


(M Pa) (mm) (mm) (l/m3) (l/m ) * ni v. arm. peau
(l/m3) (mm) (mm)
30 8 0,0014 0,5 376 11 4 86 45 0,11 0,26
30 10 0,0014 0,5 458 114 86 45 0, 13 0,32
30 12 0,0014 0,5 539 114 86 45 0, 15 0,37
30 14 0,0014 0,5 62 1 114 86 45 0,17 0,43
60 8 0,0024 0,5 236 94 56 37,5 0,09 0,13
60 10 0,0024 0,5 283 94 56 37,5 0,11 0,16
60 12 0,0024 0,5 330 94 56 37,5 0,13 0, 19
60 14 0,0024 0,5 376 94 56 37,5 0,14 0,21

Si on considère qu'une ouverture maximale de 0,3 mm en peau est un bon critère de durabi lité
des armatures (Godart, 1993), on constate que le dimensionnement en non -fragilité du 860,
selon les règles proposées, est satisfaisant. La marge de sécurité apparaît logiquement moindre
avec le 830.

2.5. Détermination précise de la résistance en traction ft

Dans la relation 13, intervient la résistance à la traction ft du béton. Or, il est maintenant
conn u et admis que cette caractéristique dépend du volume de matériau soumis à de la traction
(Rossi et al., 1992).
Il est donc nécessaire de déterminer la relation existant entre ft et le rapport µ/v quand
l'épaisseur de l'aéroréfrigérant, et la résistance du béton varient. Pour ce qui concerne
l'épaisseur on retiendra 20, 30 cm qui correspondent à celles rencontrées dans les
aéroréfrigérants, et du point de vue des résistances en compression, on s'intéressera
respectivement au 830 et au 860.
Une étude numérique, utilisant les éléments fin is, d'un élément en béton soumis à 3 conditions
de chargement différents, traction uniaxiale, flexion pure, et traction flexion est proposée pour
déterminer les re lations entre ft et µ/v. Les calculs sont réalisés en déformations planes. Les
dimensions de l'élément de béton, considéré comme représentatif d'un élément de
l'aéroréfrigérant se fissurant, ainsi que les conditions aux limites utilisées sont donnés dans la
figure 5.
Le modèle retenu pour réaliser ces calculs est un modèle probabiliste de fissuration discrète
développé au LCPC par Rossi (Rossi et Richer ( 1987), Rossi et Wu ( 1992), Rossi et al.
(1996), Rossi et Ulm (1997)) que l'on appelle modèle RPDC (Rossi Probabilistic Cracking
Model). Il est implanté dans le code aux éléments finis CESAR-LCPC-LCPC (module
PR08).
Ce modèle permet d'accéder de manière explicite à l'ouverture, la longueur, et l'espacement
des fissures au sein d'une structure. Il i>ermet également, à partir d'une procédure de type
Monte Carlo, de réaliser une analyse statistique des résultats, c'est à dire qu'au lieu de fournir
un résultat déterministe, il propose une valeur moyenne et un écart type, ce q ui permet, si on

- 17 -
le désire, de mieux cerner un coefficient de sécurité éventuel. Nous allons, dans ce qui suit,
résumer succinctement les bases physiques et théoriques du modèle RPDC.

L= 1m
h = 20 et 30cm

Figure 5. Géométrie de l'élément de béton, et conditions aux limites relatives aux simulations
numériques

2.5.1. Rappels co11cema11t le modèle RPDC

Le béton est considéré comme un matériau hétérogène en raison de son caractère composite,
el des phénomènes physiques intervenant lors de sa prise et de son durcissement. Son
comportement mécanique en traction peut être considéré comme élastique fragile si l'on se
place à une échelle de description du matériau très petite par rapport au volume total
considéré. Il peut alors être caractérisé mécaniquement par son module d'Young et sa
résistance en traction directe. Cependant, en raison de l'hétérogénéité, ces caractéristiques sont
aléatoires et dépendent de l'échel le d'observation. A l'échelle d'une structure, on fait
l'hypothèse que les détériorations résu ltant des sollicitations font intervenir localement une
traction, et ce, même dans les zones comprimées. Ceci se traduit par l'apparition de fi ssures
dont la taille varie de quelques microns à quelques dizaines de centimètres en fonction des
contraintes générés par les sollicitation s.
La modélisation numérique d'une structure à l'aide d'un modèle de fissuration implique donc
que la taille des é léments du maillages soit petite vis-à-vis des gradients.
Au sein de ces éléments. le comportement du béton est supposé élastique et isotrope. Ces
éléments sont reliés entre eux par des éléments spéciaux d'interface, susceptibles de s'ouvrir
lorsqu'i ls sont soumis à une traction, ou à un cisaillement, suffisant: on crée ainsi une
discontinuité de déplacement, simulant une fissure. Ce sont des éléments d'épaisseur très
petite au regard des éléments de volume, qui s'ouvrent lorsque la contrainte normale, ou
tangentielle, en leur centre de gravité (point de Gauss milieu) atteint la résistance en traction
locale. L'hétérogénéité du matériau est prise en compte numériquement par une réparti tion
aléatoire des modules d'Young des éléments de massif et des résistances en traction et au
cisail lement des éléments de contact (figure 6). Ces caractéristiques suivent des lois de
distribution du type normale tronquée, qui dépendent du volume considéré. Une étude

- 18 -
ces paramètres dépendent essentiellement du rapport des volumes du plus gros grain du béton
et de l'éprouvette, ainsi que de la résistance en compression simple déterminée sur l'éprouvette
normalisée. Un lissage des résultats expérimentaux a permis d'établir une expression analytique
de la variation de la moyenne et de l'écart-type de la résistance en traction en fonction du
rapport volume du plus gros grain du hétonlvolume total des deux éléments de volume qui
bordent les éléments de contact, et du module d'Young en fonction du rapport volume du plus
gros grain du béton/volume des éléments de volume.
Le modèle probabiliste de fissuration fait donc l'hypothèse que le volume d'un é lément du
maillage correspond au même volume de matériau.

Elément de VOLUME = VOLUME de matériau

Déterminées expérimentalement
f, f, (V, / V 6 , fc)
~----1 E E (V, / Vs, fJ

Figure 6. Principe du modèle probabiliste de fissuration

2.5.2. Calculs réalisés, et résultats obtenus

Dans cette étude, 10 simulations numériques par type de chargement sont réalisées, ceci pour
les deux bétons et les deux épaisseurs retenus, soit au total 120 simulations numériques.
Les deux maillages utilisés respectivement pour les épaisseurs 20 et 30 cm sont présentés dans
la figure 7.

- 19 -
Dans les figures 8, 9, et IO est présentée l'évolution de la fissuration de l'élément en béton
relative aux trois types de chargement (l'objectif étant de montrer la capacité qu'a le modèle
probabiliste de décrire des pathologies de fissuration différant su ivant le type de chargement).

h=20cm h = 30 cm

Figure 7. Maillages utilisés pour les simulations numériques

- 20 -
Etape 1

Etape 2

Figure 8. Evolution de la fissuration relative au chargement de traction uniaxiale de l'élément


en B30 d'épaisseur 30 cm

- 21 -
-

- -

Etape 1 Etape 2

Etape 3

Figure 9. Evo!t11io11 de lajïss11ratio11 relative au clzarge111e111 de flexio11 pure de /'éléme111 en


BJO d'épaisseur 30 cm

- 22 -
Etape 1

Etape 2

Figure JO. Evolution de la fissuration relative au chargement de traction-flexion de l'élément


en B30 d'épaisseur 20 cm

- 23 -
Les calculs numériques permettent de déterminer l'effort maximal de traction obtenu pour
chaque type de sollicitation. A partir de cet effort, on détermine la résistance en traction
équivalente de l'élément en béton pour les 3 types de chargement, en utilisant une analyse
classique de résistance des matéraux.
Dans Je tableau 7, sont regroupés les résultats relatifs aux 120 simulations.

Tableau 7. Résultats relatifs aux 120 simulations numériques

Chargement Epaisseur (m) Béton m(ft) MPa cr/m(ft)


0,3 B30 1,8 0,06
Traction uniaxiale B60 3,1 0,05
B30 1,9 0.04
0,2 B60 3.2 0,03
0,3 B30 1,9 0,11
Traction flexion B60 3,6 0,03
B30 2,2 0,09
0,2 B60 3,7 0,04
0,3 B30 2,3 0,16
Flexion simple B60 3,9 0,05
B30 3,3 0,16
0,2 B60 5,0 0,06

charg.: type de chargement,


épai.: épaisseur de l'aéroréfrigérant,
m(f1): valeur moyenne de la résistance en traction,
cr/m(ft): coefficient de dispersion relatif à ft.

Avant d'analyser ce tableau 7, il faut rappeler que:

- les effets d'échelle au sein des structures en béton sont liés au volume de matériau
sollicité, et notamment au volume soumis à des contraintes de traction (Rossi et Ulm ( 1997),
- à partir d'un certain volume soll icité, les effets de vol umes deviennent très faibles.

On constate donc que les résultats obtenus avec le modèle RPDC sont cohérents avec les deux
éléments de connaissance évoqués ci-dessus.
Si l'on compare, maintenant, les effets d'échelle relatifs aux deux bétons en considérant le
rapport fr flexion simptelfr traction uniaxiale• on constate qu'ils sont plus importants pour le
B30 que pour le B60, et ceci pour les deux épaisseurs cons idérées dans l'étude. Ce résul tat est
conforme aux connaissances actuelles sur le sujet (Rossi et al. ( 1992)).

Il faut maintenant examiner comment utiliser les résultats du tableau 7 dans la stratégie c.Jc
dimensionnement présentée précédemment.
Nous proposons la démarche suivante: puisque la méthode de calcul du pourcentage min imum
de non-fragilité repose sur la valeur de v au moment de la fissuration, on va traduire le tableau
1 sous.la forme de courbes ft en fonction de v.fe, ce qui n'est rien d'autre que la contrainte
normale appliquée à l'élément de béton, et ceci pour les deux bétons.
De plus, il est important de raisonner en valeurs caractéristiques de ft, plutôt qu'en valeurs
moyennes, pour se placer du coté de la sécurité. Il suffit d'écrire que:

- 24 -
(24)

Il faut noter que. dans la relation 1. au lieu de diminuer la résistance moyenne de 2 foi s l'écart
type. on l'augmente de 2 fois cet écart type, ceci étant lié au fait que, dans le problème de non-
fragi lité, le pourcentage d'armature à introduire augmente avec la résistance à la traction (la
rés istance caractéristique en traction étant pri se supérieure [1 la résis tance moyenne, o n se
place du côté de la sécurité).
Dans le tableau 8 sont données les valeurs caractéristiques de résistance à la traction .

Tableau 8. Valeurs caractéristiques de résistances ii la traction obtenues par les si11111/ation.1·


1111111ériq111.•s.

Charnement Traction uniaxiale Traction flexi on Flex ion oure


Eoaisseur (m) 0.2 0,3 0,2 0,3 0,2 0,3
Béton 8 30 1860 8 301860 8 301860 8301860 8 30 1 860 8301860
ftcaract. (MPa) 2,0 l 3,4 2,0 l 3,4 2,5 1 3,9 2,4 1 3,8 4,3 1 5,5 3,0 l 4,3

Dans les fi g ures 11 et 12 sont présentées les courbes ftearact. en fonction de v.fe relati ves
respectivement au 8 30, et au 860.

Résistance en traction (MPa)


4 ,5

3,5

3
---- ---- -- --
2,5 h =30 cm
2
1,5

0,5

0 L__~~~~~-L~~~~~----1.~~~~~~-'-~~~~~-'

0 0,5 1,5 2
Contrainte normale (MPa)

Figure 11. Courbes ftcaract.-v.fe relatives au B30

- 25 -
Résistance en traction (MPa)
6

0 0,5 1,5 2 2,5 3 3,5


Contrainte normale (MPa)

Figure 12. Courbes ftcaract. -V.Je relatives au 860

Dans ces figures 11 et 12, nous avons calé des courbes théoriques à partir des poi nts
expérimentaux en utili sant la méthode des moindres carrés.

Les expressions de ces courbes théoriques sont les sui vantes:

* Pour le 8 30

h = 20 cm ~ ftcaract. = 0.53 x (v.fe)2 - 2.2 x (v.fe) + 4.3 (25)

h = 30 cm ~ ftcaract. = - 0.56 x (v.fe) + 3.0 (26)

* Pour le 860

h =20 cm ~ ftcaract. = 0. 17 x (v.fe)2 - 1.2 x (v.fe) + 5.5 (27)

h = 30cm ~ ftcaract. = - 0.29 x (v.fe) + 4.3 (28)

D'un poi nt de vue pratiq ue. pour calculer le pourcentage minimum de non-fragi lité à partir de
notre approche , o n procède de la manière suivante:

- 26 -
!. Il faut tout d 'abord calculer la contrainte normale subie par l'aéroréfrigérants.

2. Connaissant cette contrainte normale, on détermine ftcaract. à l'aide des relations (25) à
(28).

3. Connaissant cette valeur de ftcaract.• il faut ensuite utiliser le diagramme Plfrlfe-vffrlfe


de la figure 3 pour déterminer le pourcemage d'armature.

Remarque:
Pour des épaisseurs de paroi d'aéroréfrigérant différentes de celles considérées dans la
présente étude, il faudrait redéterminer les courbes ft - vlµ+ v en procédant comme indiqué ci-
dessus. Il serait alors peut-être possible de trouver une relatio n du type ftcaract. = g((v.fe). J,.,
h) où fc est la résistance en compression caractéristique du béton, et h l'épaisseur de
l'aéroréfrigérant.

Comme nous l'avons signalé dans l'introduction, déterminer le taux d'armature qui permette
d'assurer la non-fragilité de l'aéroréfrigérant n'est pas suffisant, car il faut montrer que ce taux
d'armature est capable de maîtriser la fissuration induite par les gradients d'humidité et de
température, gradients générés lors du fonctionnement en service de l'aéroréfrigérant. Il s'agit
d'un problème important de durabilité.
Dans le paragraphe 2.4, une approche simplifiée est proposée pour évaluer les ouvertures de
fissure de peau. La question que l'on peut alors se poser concerne la pertinence de cette
approche simplifiée. On aimerait ainsi savoir si l'on se place du coté de la sécurité (vis-à-vis
des problèmes de durabilité) en l'utilisant.
Afin d'apporter une réponse sérieuse à ce problème relativement complexe, nous proposons
une approche qui couple calcul numérique et expérimentation. Cette approche se décline de la
manière sui vante:

- mise au point d'une modélisation numérique de la fissuration des structures en béton


soumises à des gradients d'humidité et de température,
- validation de la modélisation numérique au travers d'une étude expérimentale
représentative des conditions de fissuration des aéroréfrigérants causée par les gradients
hydriques et thermiques,
- simulation de la fissuration d'éléments d'aéroréfrigérant à l'éche lle 1.

III. Modélisation de la fissuration due aux gradients d'humidité et de


température
Les outils (numériques) utili sés sont les modules DTNL (Diffusion Transitoire Non-Linéaire)
et PROB (modélisation de la fissuration du béton à partir d' une approche PROBabiliste) du
code par éléments finis CESAR-LCPC. L'analyse s'effectue en deux étapes : dans une
première partie on détermine l'évolution du champ de teneur en eau libre. Cette évolution est
associée au processus de séchage, modélisé comme un problème de transport global de l'eau
(liquide + vapeur) vers l'extérieur. Par la suite, ce résultat est utilisé dans le problème
mécanique en supposant une relation linéaire entre la teneur en eau libre et la déformation
volumique libre qu'elle provoque.

- 27 -
3.1 Le retrait de dessiccation

Le retrait de dessiccation peut être vu de la façon suivante (cf. Coussy, 1995). Soit un
échantillon de béton saturé par de l'eau liquide et par un mélange formé de vapeur d'eau et
d'air (sec), ce mélange étant à la pression atmos phérique. L'échantillon est soudain mis en
contact avec l'extérieur, contenant le même mélange à la pression atmosphérique, mais
d'humidité relative plus basse que celle régnant initialement dans l'échantillon. Ceci engendre
un déséquilibre thermodynamique entre la vapeur externe et celle présente dans l'échantillon.
Pour restaurer l' équil ibre thermodynamique, l'échantillon échange alors de la vapeur d'eau
avec l'extérieur de telle manière que la pression de vapeur dans l' échantillon décroisse, pour
se rapprocher de celle de l'extérieur (supposée rester constante, au moins loin de
l'échantillon). Pour que l'eau liquide et sa vapeur à l'intérieur de l'échantillon restent en
équilibre, la pression de liquide interne doit alors décroître, elle aussi. Ceci entraîne une
vaporisation de l'eau (si cette dernière ne peut quitter l'échantillon sous forme liquide).
Puisque la pression du liquide décroît et que la pression du mélange (l'atmosphère) reste
inchangée, la pression capillaire augmente. Le squelette est soumis à des compressions
internes de plus en plus fortes qui ont pour effet de contracter l'échantillon : c'est le retrait de
dessiccation. Si ce retrait est empêché, des contraintes macroscopiques de traction sbnt
engendrées dans l'échantillon, et celui-ci est susceptible de fissurer.

3.2 Mise en équation

La mise en équation du problème nécessite de préciser, d'une part les relations décrivant le
transport de l'eau (eau liquide+ vapeur) vers l'extérieur, et d'autre part les relations liant la
variation d'état hygrométrique aux déformations et aux contraintes. Ces relations sont
détaillées dans Coussy ( 1995), et Lassabatère ( 1994). Ici, on se limite aux équations les plus
utiles pour décrire un tel problème: ce sont les équations utilisées dans les calcu ls.

3.2.I Modélisation du séchage

Cette modélisation est essentiellement basée sur l'hypothèse que le trans port global de l'eau el
de la vapeur n 'est pas influencé par la déformation et la fiss uration du béton. Ainsi, on ramène
ces deux phénomènes de transport (Darcy pour le liquide, Fick pour la vapeur), p lus le
changement de phase sous condition isotherme, à une seu le équatio n de diffusion non-linéaire
de la teneur en eau libre, avec une diffusion qui est principalement due à la différence entre
l'humidité extérieure. Ainsi, l'équation de diffusion non-linéaire s'écrit :

Dans n: dC = -divw avec : w = -D(C)l.gradC (29)


dt

où C est la teneur en eau libre, D(C) l le tenseur (deuxième ordre) des coefficients de diffusion
isotrope, et w le vecteur flux de teneur en eau libre à travers la surface orientée par la normale
n à la frontière an n
du volume de la structure étudiée, tel que

sur an: (30)

- 28 -
La non-linéarité de la diffusion vient, d'une part, du coefficient de diffu sion D(C) et d 'autre
part du coefficient d'échange À.(C) de la condition aux limites. Mensi et al.( 1988) proposent
les fonctio ns suivantes :

D(C)= Aexp(BC) (3 1)

où A,B et Psont des constantes, h"'' l' humidité relative imposée à la surface, C 100 la teneur en
eau libre à la saturation (h= IOO %), et Ccq la teneur en eau équivalente à l' hum idité extérieure
hext (donc à l'équili bre hydrique), à tirer d 'une courbe de sorption isotherme du béto n étudié.
Avec la condition initiale de teneur en eau libre dans la structure C; 0 ;, ces données doivent être
déterminées pour chaque béton faisant l' objet d'un calcu l de diffusion avec le module DTNL
de CESAR-LCPC-LCPC. Enfin, pour rendre compte du fait que le séchage à une température
supérieure à celle de référence (T 0 = 293 K) est plus rapide, on utilise la relation cinétique
suivante (Oranger, 1995):

D(C,T)= D(C)_!_ exp(-o(..!._ _


T0 T T0
_!_)) (32)

où Q est une énergie d'activation , et T la température issue d'un calcul thermique en


régime permanent (en respectant la condition d' isothermie du processus de séchage) réalisé
auparavant sur le même mai llage et avec les mêmes pas de temps.

On obtient ainsi le champ de teneur en eau libre C = C(x,t) au sein de la structure étudiée.

3.2.2 Changement de phase. Equation d'état

Le changement de phase liquide-vapeur peut être considéré comme intervenant de manière


instantanée au sein du mi lieu poreux. L'équilibre thermodynamique entre la vapeur (pression
Pv• masse volum ique Pv) et le liquide (pression p., masse volumique p 1) est exprimé par la Loi
de Clapeyron. En conditio n isotherme e lle s'écrit :

dp,. - dp, =0 (33)


P.. p,

En considérant la vapeur comme un gaz parfait (i.e., pv = RTpjMv, R étant la constante


universelle des gaz parfaits et Mv la masse molaire de la vapeur), la phase liquide comme
incompressible (i.e. p 1=const), et la pression du mélange (l'atmosphère) constante au cours du
séchage, l' équation précédente conduit à la loi de Kelvin (écrite sous forme incrémentale) :

avec Pc = Pvm - P1 (34)

où dh, et dpc sont respectivement la variation de l'humidité relative h, et celle de la pression


capi llaire macroscopique. Cette dernière est définie comme la différence entre la pression du
mélange et la pression du liquide. Comme la pression du mélange (l 'atmosphère) reste

- 29 -
inchangée, l'équation (34) montre que la pression capi llaire augmente avec la vaporisation de
l'eau au cours du séchage (dpc = - dp 1). Pour équi librer ces tractions, le squelette est soumis à
des compressions internes de plus en plus fortes (figure 13).

Figure 13. Modèle rhéologique du retrait de dessiccation

L'équation d'état des contraintes isotropes s'écrit sous forme incrémentale:

(35)

où G et K0 sont des modules de cisaillement et de compressibi li té, qu'on suppose


constants, dt = tr(dt)/3 est l'incrément de la déformation volumique moyenne, et de = dt - dtl
l'incrément du déviateur des déformations. S 1 est la saturation en eau qui ne dépend que de la
pression capillaire macroscopique Pc (i.e. S 1 = S 1(pc)). En l'absence d' une variation des
contraintes macroscopiques (der = 0), et compte tenu de l' isotropie du comportement (de = 0),
léquation (35) devient :

s
dE=- - 1- dp (36)
3Ko c

Ceci montre que l'augmentation de la pression capillaire a pour effet de contracter


l'échantillon (avec dE l'incrément de retrait de dessiccation uniaxial mesurable).
Expérimentalement, on peut constater que ce retrait varie de façon linéaire avec la diminution
de l'humidité relative (i.e .. dE/dh, = const) dans le domaine d'humidité relative comprise entre
h, = 95 ... 80 % eth,= 50 M , comme illustré dans la figure 14 pour un béton ordinaire (BO) et
un béton à haute performance (BHP).

- 30 -
Retrait de dessication (" 10·6)
700
BO
600 \
500
\
BH -----
400
---- \
300 -- \
200
---\
100 \
0 \
0 20 40 60 80 100
Humidité (%)

Figure 14. Retrait en fonction de l'humidité relative d 'après Baroghel-801111y ( 1994)

Or, les re lations (34) et (36) conduisent à:

(37)

La pente de la courbe retrait de dessiccation libre - humidité relati ve dépend donc


essentiellement de la courbe de désorption isotherme expérimentale S 1(hr}, comme illustré
dans la figure 15 pour un béton ordinaire (80). On constate que le rapport
(s 1 - s ,.)/(h , - h ,J est constant
dans la gamme des humidités relatives en question, ce qui
conduit à une linéarité apparente entre les déformations du retrait endogène libre et l' humidité
re lati ve hr.
Saturation (%)
100 ~~-.....~~~~---.,...-~-.....~---.

0 ~~--'-~~-'-~---''--~-'-~---'
0 20 40 60 80 100
Humidité (%)

Figure 15. 1sothemze de désorption d'après Pihlajaraava ( 1982)

Cette linéarité apparente a été également constatée par rapport la variation de la teneur en eau
libre C, définie par :

(38)

- 31 -
ou ip0 est la porosité initiale. En utilisant la relation (38) dans (34), on a boutit à:

(39)

C'est encore la forme particulière de la courbe de désorption isotherme expérimentale S 1(h,)


dans la gamme des humidités relatives en question, qui conduit à une linéarité apparente entre
les déformations du retrait endogène libre et la teneur en eau libre (i .e. dEldC = const) .

Notons que les relations (37) et (39) li ant la déformation avec l'humidité relative (ou la teneur
en eau libre) ne sont vala bles que sous la condition dcr = 0, dont elle dérive
(expérimentalement et théoriquement). Toutefois, on peut supposer qu'elle est valable même
hors de cette condition, ce qui revient à supposer que l'application des contraintes a peu
d'influence sur l'évolution des pressions capi llaires. A insi, l'équation d'état (32) peut se
mettre sous la forme :

dcr = 2Gde + 3K. (dE- KdC)l (40)

où K = dc/dC est le coefficient de dilatation apparent liant le retrait lié aux variation s
de la pressio n capillaire à la déformation. En outre, en prenant en compte une dilatation
thermique, l'équation (40) devient:

dcr = 2Gde + 3K 0 (dE - KdC- cxdT)l (4 1)

où ex est le coefficient de dilatation thermique et dT la variation de la température (tout en


respectant l'isothermie des évolutions supposées).

Enfin, le modèle rhéologique qu'on utilise ( figure 13) ne prend pas en compte une rel axation
des contraintes par fluage. En effet, la relation (36) li ant le retrait de dessiccation aux
pressions capillaires n'est valable qu'en absence de tout phénomène différé comme celui du
fluage. Autrement dit, les contraintes ne peuvent se libérer dans le modèle que par fissuration.

3.2.3 Modélisation probabiliste de la fissuration

Pour la modélisation de la fissuration, on utilise le modèle RPDC présenté dans le paragraphe


II.5 . Nous rappelons que dans ce modèle, les états de contrai ntes admissibles s'expriment de
la manière suivante :

(42)

où f, est la résistance en traction locale distribuée d'une façon aléatoire. cr N = n .cr.n est la
contrainte normale qu'on obtient à partir des équations d'étal (35) et (41) :

(43 )

- 32 -
où G et K0 sont respectivement les modules de cisaillement et de compressibil ité distribués
d'une manière aléatoire, et À = n .E.n est la dilatation linéaire dans la direction n . De plus,
07t = 7t - 7t., est la traction induite par les effets capi ll aires lors du séchage par rapport à un
étal de référence 7t0 :

(44)

Notons que la résistance en traction f, dans le critère (42) est définie par rapport à un état de
référence des pressions capillaires, f, = f,(Jto), correspondant à la traction capillaire 7t0 associée
aux effets capillaires induits par la consommation d'eau dans l'hydratation . En outre, on
remarque que dans le cas du retrait libre (i.e. crN = 0) dû à un séchage homogène (i.e. gradC =
0), le matériau ne se fissure pas. Autrement dit, la fissuration n' est due qu'aux conditions aux
limites en déplacement (retrait empêché) et en humidité relative induisant des gradients
d'humidité.

IV. Etude expérimentale d'une maquette échelle réduite représentative


d'un élément d'aéroréfrigérant soumis aux gradients hygrométriques et
thermiques

4.1. Description des essais

4.1.1. Choix du corps d'épreuve

Afin d'obtenir une bonne représentativité expérimentale des éléments d'aéroréfigérants, les
corps d'épreuve doivent répondre à certaines exigences:

- un retrait libre dans le plan de l'élément,


- des déformations de flexion minimales car la géométrie d'un aéroréfrigérant évite ce
type de déformation,
- un écart de température de 20 °C entre les deux faces de l'élément,
- une différence d'hygrométrie (100% d'une part, et 50% d'autre part) entre les deux faces
de l'élément.

La géométrie et les dimensions du corps d'épreuve choisi sont données dans la figure
16. Il s'agit d'une "cloche" en béton armé.

- 33 -
1,1am

lm

,;;;;;;;;;;;__~-....-...--- '
1 ... ...
' , ......

'
'

',' . . '.
1

1,10m
!I E
0
"'0

--------------- -----,,
' l,
'
' 1,30m
1

Figure 16. Géométrie et dimensions du corps d'épreuve

4.1.2. Composition des bétons

La composition respective du B30 et du B60 mis en oeuvre dans cette étude (un corps
d'épreuve en B30 et un corps d'épreuve en B60) est donnée dans le tableau 9. Il s'agit de
formulations de béton proposées par EDF (car proches de celles déjà utilisées).

Tableau 9. Composition respective du 830 et du 860 pour 1 m3

B30 B60
Gravillons du Boulonnais 1114 1079
4/12,5
Sable du Boulonnais 0/5 431 415
Sable de Seine 0/4 431 415
Fumée de s ilice Laudun 30
Ciment, CPJ 55au laitier, 350 360
CEDEST
Eau 145 150
Superplastifiant Sikament 10 5,3 9
Entraineur d'air SIKA AER 0,3

6 éprouvettes 16 x 32 cm ont été fabriquées lors du coulage des deux bétons pour évaluer les
résistances mécaniques en compression et en fendage à 28 jours. Les résultats relatifs à ces
essais sont présentés dans le tableau 1O.

- 34 -
Tableau IO. Résistances en compression et en traction par fendage à 28 jours relatives aux
deux bétons étudiés

Moyenne
B30 Compression en MPa 44, 1 41 ,5 43,7 43,1
Fendage en MPa 4,2 3,5 3,8 3.8
B60 Compression en MPa 81,4 81,2 8 1,2 81,3
Fendage en MPa 5,1 4,7 5,2 5,0

4.1.3. Armatures passives utilisées

Les aciers passifs utilisés pour les dalles supérieures des deux corps d'épreuve sont des aciers
HA500 norme 35019.
La disposition de ces aciers est identique pour les deux corps d'épreuve, et seul le diamètre des
aciers diffère.
Il est à s ignaler que dans la méthode de dimensionnement proposée au paragraphe Il, les
armatures (calculées) doivent être placées dans la partie en traction de la section de
l'aéroréfrigérant. Or, dans le cas de cette étude expérimentale, bien que le taux d'armature ait
été calculé en utilisant l'approche du paragraphe II, il a été décidé (par EDF) de se conformer
aux dispositions d'armatures habituellement adoptées dans les aéroréfrigérants.
Ainsi, les aciers, dans la présente étude, sont disposées en deux nappes disposées
symétriquement, et formant un maillage 0, 10 m x 0, 10 m avec un enrobage de béton de 15
mm.
Cela donne pour chaque nappe d'acier, dans chaque direction:

- dans le cas du B30, 10 0 4 par mètre linéaire, soit un taux de 0, 125 %,


- dans le cas du B80, 10 0 6 par mètre linéaire, soit un taux de 0,28 %.

Les quatre cotés du tronc de pyramide, quant à eux, ont été armés de la même façon pour les
deux corps d'épreuve : deux nappes de treillis soudés 0 4 avec des mailles 0,2 m x 0, 1 m
auxquels ont été adjoints des filants 0 4 pour réaliser un maillage 0, 1 m x 0, 1 m et solidariser
l'ensemble du feirraillage du tronc de pyramide.
D'autres aciers 0 4 ont été utilisés pour assurer la connexion entre le ferraillage de la dalle
supérieure, et celui du tronc de pyramide, et renforcer ainsi la liaison de la dalle sur ses
quatres cotés.

4.1.4. Sollicitations imposées

Les sollicitations ont été imposées de la manière suivante: pour chaque corps d'épreuve, un
bac inox rempli d'eau a été posé sur un petit muret. Les corps d'épreuve sont alors disposés sur
ces assemblages par l'intermédiaire d'un joint caoutchouc afin de réaliser des enceintes
fermées. Des résistances chauffantes plongées dans l'eau ont deux objectifs:

- obtenir une évaporation de l'eau qui allait ensuite se condenser sur la qui allait ensuite se
condenser sur la sous-face interne de la dalle donnant 100% d'humidité relative au niveau de
la peau du béton,

- 35 -
- chauffer l'air de l'enceinte à 40°C e n chau ffant l'eau, une sonde thermique associée à un
thermostat a permis d'imposer cette température avec une précision de l'o rdre du degré celsius.

Les conditions hygrométriques et thermiques à l'extérieur des enceintes n'ont pas été, tout
comme les aéroréfrigérants en fonctionnement, imposées. Ce sont celles de la plate-forme
d'essais du LCPC sur laquelle ont été réalisés les essais.
La figure 17 illustre la manière dont les sollicitations sont imposées.

Sonde de température

Bac en inox

• •
Figure 17. Conditions d'essai pennettant d'imposer les sollicitations souhaitées

Un s ui vi régu lier de la fissuratio n des d alles supérieures a été assuré dans le temps par des
moyens visuels.
Pour faciliter le relevé des fissu res, un quadrillage avec des mailles de 0, 1 m de coté a été
tracé sur chacune des dalles supérieures, le repérage étant effectué par des lettres et des
chiffres.
Trois fi ssures sur chaque corps d'épreuve (les plus ouvertes) ont été instrumentées afin de
suivre l'évolution de leur ou verture au cours de l'essai.

4.2. Résultats expérimentaux concernant l'évolution des fissures

4.2.l. Schémas de fissuration

L'allure de la fissuration est assez similaire sur les deux corps d'épreuve. Elle se présente sous
la forme d'un quadrillage plus fourni au centre des dalles. sensiblement parallèle aux coté de
la dalle. La dimension des mailles de ce quadrillage est de 7 à 8 cm pour le 860. et de 3 à 4
cm pour le 8 30.

4.2.2. Ouverture des fissures

Conme cela a été mentionné précédemment. 3 fissures ont été suivies pour chaque corps
d'épreuve.
Les figures 18. et 19 donnent respectivement po ur le 860. et le 830. l'é volution de l'ouverture
de ces fissu res pendant la durée des essais.

- 36 -
25

â:::1..
......,
~
::s
"'
"'
<= Cl)
-a
...
Cl)

::s
t::
Cl)
;>
::s 1995
0

-10

Figure 18. Evolwion de l'ouverture des fissures suivies pour le B60

20
,......,
E 15
:::1..
.......,
...::s
Cl)
10
"'
"'
<=
Cl)
-a
Cl)

~
Cl)
23/10/1994 21/01/1995 21/04/1995
;>
::s
0

-15

Figure 19. Evolution de l'ouverture des fissures suivies pour le B30

On peut constat.er que l'évolution des ouvertures des fissures est très faible puisqu'en un an ,
elle est au maximum de 23 w-6 m pour le B60 (fissure E6), et de 17 IQ-6 m pour le B30
(fissure 16).

- 37 -
Les figures 18, el 19 ne donnant que l'évolution de l'ouverture des fissures à partir du moment
où celles-ci ont été repérées (les valeurs négatives sur les figures 18, et 19 indiquent donc que
les fissures se sont refermées à partir du moment où on a su ivi leur évolution), et suivies,
l'ouverture réelle de ces fissures a été mesurée à la fin des essais à l'aide d'un fissuromètre
ocu laire. La précision de ces mesures n'est pas très bonne (environ 25 10-6 m), c'est-à-dire de
l'ordre de grandeur de l'ouverture des fissures.
Le tableau 11 regroupe les valeurs d'ouverture de fissure relatives au 860, et au 830.

Tableau J /. Ouverlllre des fissures relatives aux deux bétons

B60 830
r Reoéra!!e des fissures A3 A6 E6 H5 16 E6
1 Ou verture en 1o-6 m 150 50 50 50 75 inf. à 50

Les ouvertures de fissures pour les deux corps d'épreuve sont en moyenne de l'ordre de 50 10-
6 m (ou verture maximale de 75 10-6 m pour le 830, el 50 10-6 m pour le 860) à l'exception
de la fissure A3 pour le 860 dont l'ouverture est trois fois supérieure. Mais cette fissure se
situe au niveau de l'encastrement, el n'est donc pas représentative du problème posé.
De plus, au regard des figures 18, et 19, et du tableau 13, on peut conclure que l'évolution de
l'ouverture des fissu res a été très peu importante à partir du moment où elles ont été visibles,
ce qui signifie que leur cinétique d 'évolution a été très importante au début de leur
f ormatio11 pour diminuer ensuite.

V. Modélisation de la fissuration de la maquette


5.1. Calcul de la diffusion non-linéaire de la teneur en eau libre

5. 1.l Les do1111ées du calcul hydrique

Dans cette partie, on présente la détermination des données pour les calculs de la diffusion
non-linéaire d e la teneur en eau libre (cf. Granger, 1995). Il s'agit de déterminer à partir de la
formulation des deux bétons, la teneur en eau initiale Cini• la teneur en eau à saturation et celle
de l'équilibre Ccq correspondant à l'humidité relative de 50 % , qui est la condition imposée
sur les faces extérieures. En l'absence de données plus précises, on détermine la teneur en eau
initiale Cini à partir de :

C,,. = E0 - Ko:c 0 (45)

avec : E0 quantité d'eau initiale du mélange,


c0 quantité de ciment initiale du mélange,
o: degré d'hydratation,
k quantité d'eau consommée par unité de ciment hydraté.
Le tableau 12 donne les valeurs de E 0 el c 0 des deux bétons étudiés.

- 38 -
Tableau 12 : Quantités d'eau et de ciment des deux bétons étudiés en kg!m 3

Ciment CPJ55 Eau Eau adjuvant Eo E./c0


830 350 145,233 Sikament 149,69 0,428
5,25 . 0,8 = 4,2
Aer
0,28 . 0,93 = 0,26
860 360 150 Sikament 157,12 0,436
8,9. 0,8 = 7,12

Pour le ciment CPJ 55 on prend une valeur de k = 0,2 1. En ce qui concerne le degré
d'hydratation final a, on estime que le béton 830 est plus hydraté que le béton à hautes
performances, en prenant les valeurs suivantes :

830: a= 0,96
860 : <X = 0,86

a est supposé constant au sein de la structure. Ainsi , les teneurs en eau initiales pour les deux
bétons se calculent :

830 : C ini = 149,69 - 0,21X0,96x350 = 79kg/m J


3
860 : C ini = 157 ,12 - 0,21X0,86x360 = 92kg/ m

Dans une première approximation, on calcule la teneur en eau libre à la saturation (h= 100%) à
partir de

(46)

soit:

3
830: cl()() = (1,5-0,428)x79 = 85kg/ m
3
860: c l()() = (1,5-0,436)x92 = 98kg/m

Pour le calcul de la teneur en eau à l'équilibre, on prend dans une première approximation :

(47)

soit pour hcxi = 50% :

3
830: ceq = 85(1 - l,25x0,428.j2(1 - 0,5))= 39kg/m
3
860 : c.q = 98(1- l,25x0,436.j2(1-0,5))= 44kg/m

On note ainsi, que du fait de la formulation particulière du 860, la variation de la teneur en


eau pour 860 est plus importante que celle du 830. On a ainsi :

- 39 -
830 : C. . -C =79-39=40kg/ m 3
"" <q
B60: C.1ru. -C cq = 92-44=48kg/m 3

Par conséquent, les conditions de séchage sont plus défavorables pour le B60 que pour le
B30.

Enfin , pour les constantes A, 8 et Q du modèle Mensi et al. ( 1988), on les considère
indépendantes du béton, et on leur donne les valeurs suivantes :

13
A= 3,4lff m/s 2
8 = 0,05
1
Q =4700 k"

Pour ce qui concerne le coefficient d'échange, on prend :

1-h
ECH =j3 c.i , =3 10-9 mis
(c<q - c100 )2

Ceci correspond à une situation d 'échange d'une surface sou mise à des conditions
atmosphériques" calmes".

5.1.2 Etude préliminaire: effets tridimensionnels de la diffusion

Pour étudier les effets tridimensionnels de la diffusion, on se propose ici de faire une
modélisation tridimensionnelle de la maquette, et comparer les résu ltats avec ceux obtenus par
un calcul bidimensionnel en condition plane et en condition axisymétrique, comme illustré
figure 20. Cette étude préliminaire s'effectue sur le 830, avec les données précisées ci-dessus.
De plus. le gradient de tempé rature est négligé. Les résultats sont comparés en termes de perte
en poids massique globale t:i.P/ P0

1::i.:(t) =
o
-k f(c.., - c(t)}ln
P n
(48)

c'est-à-dire en termes de variation de la teneur en eau massique moyenne dans la structure t:i.P
par rapport au poids de la structure sèche P0 = pn, entre la modélisation tridimensionnelle et
les modélisations bidimensionnelles. Le béton est modélisé par des éléments de massif et les
faces par des éléments d'échange, suivant respectivement la loi de diffusion non-linéaire (29)
et la condition d'échange (30).

La figure 20 montre les pertes en poids (en [%)) en fonction du temps pour les di ffére nts
calculs. On note ainsi qu'un calcul bidimensionnel axisymétriquc donne une bonne
approximation de la perte en poids globale due au séchage de la pyramide tronquée . Dans cc
qui su it , les calculs hydriques sont donc effectués en considérant la maquette comme un cône
tronqué.

- 40 -
0,9
0,8 ...c....o-c-.. .--.. .~~
...,;..,::JI.. ~ ,., -~ ~~ ,.,_..,____,.,__,.. ~
-c-e-----:::1-\...--,.._,__--..;
.o·-~
- ---~-~
0,7
-
*., 0,6
~

;._:·-
~ 0,5
c. ;.:~
.::- ---30

0,2 - --o-- axis


~

o. 1 g - - 0 - - plan

o!~~~~--,-~~~~~~~~+-~~~-+-~~~--<
0 1CXJO 2CXJO 3CXJO 4000 5CXJO
T~(ioursJ

Figure 20. Comparaison des pertes en poids entre une modélisation 3D et les modélisations
2D

5.1.3. Etude comparative de la diffusion non-linéaire B30-B60

Dans cette partie, o n se propose d'étudier les différences entre le bloc en béton 830 et celui en
860. Cette comparaison porte d'une part sur la perte en poids globale et d'autre part sur les
gradients de teneur en eau. De plus, l'effet du gradient de température sur le séchage est
étudié.

Conditions de séchage

La figure 21 montre la perte en poids globale en fonction du temps (échelle logarithmique)


pour les deux bétons étudiés. O n note l'influence des conditions initiales et à l'équilibre de
teneur en eau sur l'ampl itude et sur la cinétique du séchage: le séchage du 860 s'effectue plus
rapidement (en cinétique) et d'une façon plus importante (en amplitude) que celui du 8 30.
Autrement dit, les conditions de séchage sont plus défavorables pour le béton 860 que pour le
8 30. Ceci est dû à la formation particul ière du béton 860, ayant un rapport eau/ciment
relativement é levé pour un béton à hautes performances.

Gradients hvdrigues et thermiques

La figure 22 montre les profils de teneur en eau libre après 12 ans de séchage. On constate que
le gradient de teneur en eau pour le béton B60 proche de la face extérieure est plus important
que celui du béton 8 30. De plus et indépendamment du béton, l'effet d'un gradient de
température sur le séchage conduit également à un accroissement du gradient de teneur en eau
par rapport aux conditions de séchage à température constante et homogène dans la structure
(figures 23 et 24). Ainsi, la prise en compte du gradient thermique avec une température plus
basse au niveau de la face extérieure (en contact avec l'atmosphère), ralenti t le séchage et
constitue une condition plutôt défavorable en ce qui concerne les conséquences mécaniques
liées au séchage.

- 41 -
Perte de poids (%)
0,7
Cini / Ceq = 92 / 44
0,6
, .
, ,
0,5
B30 + Temp ,,
B60 + Temp ,,
0,4 I
,
I
0,3

0,2
,
, , ' Ci ni I Ceq = 79 I 39
0,1

10 100 1000 10 000


Temps Gl

Figure 21 . Comparaison des pertes en poids 830 et 860

Teneur en eau (kg I m3 )


95

85

-- - ---
75
---
65

55
Sb30t
Sb60t
45
\
\

0 0,02 0,04 0,06 0,08 0,1


Epaisseur (m)

Figure 22. Comparaison des proJils de teneur en eau libre à t = 12 ans (prise en compte du
gradiellf thermique)

. 42.
Teneur en eau libre (kg / m3 )
80 Face extérieure

75

70

65
T =2o·c =const' '
60

55
·_ - Sb30 1
---
50 . Sb30t
I
45
40

0 0,02 0,04 0,06 0,08 0,1


Epaisseur (m)

Figure 23. Effet du gradient thermique sur le séchage du 830: profils de teneur en eau libre
à t = 12 ans

Teneur en eau libre (kg / m3)


1OO Face intérieure Face extérieure

90

80

T = 2o·c = const
70

60
·--- - Sb60 1
. Sb60t
50
' -
40
0 0,02 0,04 0,06 0,08 0, 1
Epaisseur (m)

Figure 24. Effet du gradient thermique sur le séchage du 860: profils de teneur en eau libre
à t 12 ans =

- 43 -
5.1.4. Conclusions relatives aux calculs hydriques

La formulation particulière du béton B60 avec un rapport Eo/co assez élevé pour un béton à
hautes performances conduit aux conséquences suivantes :
- les conditions de séchage du B60 sont plus sévères que celles du B30,
- les gradients à un temps donné sont plus importants pour le B60 que pour le B30,
- de plus, l'existence d' un gradient thermique avec une température plus basse au niveau de
la face d'échange avec l'extérieur augmente les gradients de teneur en eau libre.

Ces résultats relatifs aux conditions les plus défavorables (c'est-à-dire avec prise en compte
d'un gradient thermique) sont par la suite utilisés dans les calculs mécaniques permettant
d'analyser la fissuration du béton due aux gradients d' humidité el de température.

5.2. Calculs mécaniques de la fissuration

5.2.J Maillage et conditions aux limites

La figure 25 montre le maillage bidimensionnel utilisé pour le calcul mécanique avec les
conditions aux limites en déplacement imposé.

Figure 25. Maillage et condition.1· aux limites

- 44 -
Le béton est modélisé à J'aide d'éléments de massif interfacés par des éléments de contact.
Les aciers sont modélisés à l'aide d 'éléments poutre bidimension nels au comportement
élastique linéaire. Ces é léments ne sont pas attachés à to us les nœuds du maillage (uniquement
1 sur 2), ce qu i permet à une fi ssure de "traverser" les armatures. De cette manière,
l'interface acier-béton n'est pas modélisé explicitement, et on suppose une adhérence parfa ite
entre le béton el l'acier, là où les élémen ts poutre sont attachés au x éléments de massif. En ce
qui concerne les cond itions aux limites, on note, d'une part la condition de symétrie x = O (u =
0), et d'autre part l'encastrement à y = 0 (u = 0 et v = 0). Cet encastrement a été choisi pour
rendre compte de la rigidité tridimensionnelle de la structure (voir fi g ure 16) : la condition v =
0 (déplacement vertical imposé nul) fait référence au poids propre d e la structure, bien que ce
soit une conditi on majorant la rigidité en empêchant tout décollement lié à la flexion des côtés
inclinés : la condi tion u = 0 permet de tenir compte de la rigidité induite par les côtés
parallèles au plan étudié. La condition de déformations planes (tu = 0) imposée dans les
calcu ls traduit également cette rigidité.

5.2.2 Les données du calcul mécanique

Les données des calculs mécaniques avec l'approche p robabiliste de la fissuration sont
résumées dans les tableaux 13 et 14. Le tableau 15 résume quelques caractéristiques de la
distribution aléatoire d u module d' Young E et de la résistance en traction du béton f, utili sées
dans le calcu l et issues de l'approche probabiliste. On note que les dispersions pour le 8 60
sont nettement inférieures à celles du 8 30, ce qu i reflète la qualité supérieure de la matrice
d'un béton à hautes performances par rapport à un béton normal.

Tableau 13. Do1111ées des calculs mécaniques pour le béton


* Le coefficient de dilatation hydrique a été estimé partir de l'équation (39) tenant compte de la formulation du
béton (tableau 11)

Données Béton 830 860


Module d'Youn!! E ' 34000 MPa 43000 MPa
Coefficient de Poisson v 0,2 [-] 0 ,2 [-]
Résistance fc' 30MPa 60MPa
Di amètre du !!rain <!> 12mm 12mm
8 = clf, 5 [-] 5 [-]
An!!le de frottement <1> 45° 45 °
Coef. de dilat. therm. a 10·)/K 10'5/K
5 3
Coef. de dilat. hvdr. K* 10·)/(kglm') 10' /(kg/m )

Tableau 14. Données des calculs mécaniques pour l'acier


*Section A= 1,26 10·4 m2 / m, Moment d'inertie 1 = 2,01 . 10-9 m4 / m
**Seclion A =2,83 10-4 m2 / m, Moment d'inertie 1 = 1,02 . 10-8 m4 I m

Données Acier 8 30 B60


Module d'Young E ' 200000MPa 200000MPa
Coefficient de Poisson v 0,23[-] 0 ,3 [-]
Acier dans la dalle et> 4mm* 6mm**
Acier dans les côtes d> 4mm* 4mm*

- 45 -
Tableau l 5. Caractéristiques de la distribution aléatoire dans le maillage
*Valeurs pour deux distributions différentes

B30 B60
Module d'Youn11:
Emov 33990 MPa 42990 MPa
Emin 28598/29056* MPa 38426/37918* MPa
E rnax 38930/39407* MPa 47733/48287* MPa
Résistance traction
fr-mou 2,92MPa 4,27 MPa
f1.min 1, 13/J ,40* MPa 2,69/2,76* MPa
fr-max 4,76/4,8 1* MPa 6,02/5,96* MPa

5.2.3 Etude comparative de la fissu ration

Dans cette partie, on compare les deux bétons vis-à-vis de la fissuration d'origine thermique et
hydrique. Les éléments de comparaison sont: l'évolution de l'ouverture maxi male des
fissures, les contraintes dans les aciers et les schémas de fi ssuration.

Relaxation des contraintes par fissu ration

La figure 26 montre l'évolution de l'ouverture maximale des fissures de peau pour le B30 et le
860. On constate qu'au cours des 3 premiers jours, il y a une relaxation par fissuration des
contraintes induites par les gradients hydriques (gradC, qui sont très forts, mais peu profonds).
A cause de la résistance en traction plus faib le du 830, la fissuration du 830 apparaît plus
importante que celle du 860, avec une ouverture" asymptotique" de:

- 8 30: w = 70 µm
-860:w=60µm

Soit une différence d'environ 15 % . Ce gain est à situer par rapport à:

- la résistance en traction plus élevée du 860 (tableau 15);


- les sections d'armatures (860: 4> = 6 mm, enrobage de 15 mm);
- les condit ions de séchage plus sévères pour Je 860 que pour le 830 (paragraphe 5. 1.3).

Yu l'enrobage de 15 mm par rapport aux gradients hydriques peu profonds aux premiers
jours. il paraît possible que l'augmentation de la résistance en traction du 8 60 puisse
compenser les cond iti ons plus sévères de séchage qu'il subit.

Enfin , il est utile de rappeler que le modèle rhéologique utilisé (voir figure 13) " impose" la
relaxation des contraintes par fissuration et néglige toute autre forme de relaxation liée au
comportement différé du béton (i.e., relaxation par fluage).

- 46 -
Ouverture fissure (10-6 m)
80

70 -830
, , -- ... - .
60 __ _,
' ' , .,--- 8 60
50 '

40

30

20

10

0
0,1 10 100 1000 10 000
Temps U>
Figure 26. Evolution de l'o11vert11re maximale de fissure

Mise en traction des aciers due à la fissuration

Avec l'ouverture des fissures, les aciers sont mis en traction comme l'illustre la figure 27.
Cette figure montre l'évolution des contraintes dans les aciers situés au niveau de la fissure,
dont l'ouverture en fonc tion du temps est illustrée dans la figure 26. L' ouverture de fissure
plus importante du 8 30 par rapport à celle du 860, conduit à des contraintes dans les aciers
plus importantes. Dans les deux cas, les contraintes atteignent " asymptotiquement " au niveau
de la fissure des valeurs assez é levées :

- 830: cr A"' 335 MPa


- 860: crA"' 285 MPa,

Soit, encore, une différence d 'environ 15 %. Entre deux fi ssures ces contraintes sont très
petites (crA "' 10 MPa).

Enfin , il est utile de rappeler que la modélisation des aciers sous la forme d'éléments poutre
néglige la dégradation de l'adhérence entre l'acier et le béton, et donc d'une sorte de relaxation
des contraintes dans les aciers par détérioration de l'imerface acier-béton. Celle-ci conduit à
une répartition des contraintes le long des aciers, diminuant les concentrations de contraintes
dans les aciers au niveau des fis sures.

- 47 -
Contrainte acier (MPa)
400
---\
_,930
1
350
' ,, ,
' ,,
300

250

200

150

100

50

0
0,1 10 100 1000 10 000
Temps U)

Figure 27. Evolution de la contrainte dans l'acier au niveau de la jis.mre ouverte

Schéma de fissuration

Au regard de l'enrobage du béton de 15 mm (sur une épaisseur de 100 mm) , l'importance de


l'activation des aciers peut être considérée comme une mesure dela profondeur de la fissure et
leur espacement. La figure 28 montre quelques schémas de fissuration à différentes échéances
de temps, soit à t = 5 jours, t = 1 mois, t = 1 ans, t = 12 ans, et pour chacun des bétons. On
constate une progression en profondeur des fissures jusqu'à la moitié de l'épaisseur (soit 50
mm), et un espacement assez régulier des fissures qui se développent au cours du séchage,
entre 50 et 80 mm, avec peu de différence entre les deux bétons.

- 48 -
, ~ ..

lL

B30 : t=S jours B60 : t=5 joutS

B30 : t=l mois B60 : t=lmoi3

B30 : t=l an B60 :t=l an

"

B30 : t=I2 aDS B60 : t=12 ans

Figure 28. Schémas de fissuration relatifs au 830 et au 860

- 49 -
5.2.4 Conclusions relatives aux calculs de la fissuration

Au regard des calculs on peut constater :

- une relaxation des contraintes par fissuration moins importante pour le B60, du fait
principalement de sa résistance en traction plus importante, et ceci malgré les conditions
de séchage plus sévères liées à sa formulation très particulière (rapport e/c élevé),

- la mise en traction des aciers au niveau des fissures moins importantes pour le B60, ceci
étant dû à des fissures moins ouvertes,

- une profondeur de fissure assez importante, avec des fissures régulièrement espacées
(50-80 mm).

Enfin, il apparaît que le "grain en durabilité mécanique" (fi ssuration , contrainte dans l'acier,
etc.) d'environ 15 % pour le B60 par rapport au B30 pourrait s'améliorer, en optimisant la
formulation du B60 par rapport à son comportement hydrique.

Il est à noter que ces conclusions doivent être annoncées avec une certaine prudence étant
donné les hypothèses faites lors des calculs :

- la relaxation des contraintes par fluage n'est pas prise en compte,


- l'adhérence acier-béton n'est pas modélisée de manière très réaliste,
- les calculs sont 2D alors que le comportement réel de la maquette est 3D.

VI. Comparaison calcul-expérience - Conclusions

Cette comparaison a, comme nous l'avons déjà indiqué, pour objectif de valider la
modélisation. Cette validation est un passage obligé pour modéliser ensuite la fissuration d'un
élément d'aéroréfrigérant à l'échelle 1.

La validation consiste. dans le cas présent, à comparer résultats expérimentaux et numériques


au regard des points suivants:

- schémas de fissuration, c'est à dire, principalement, espacement et position des fissures,


- ouverture finale maximale des fissures, et évolution dans le temps, de ces fissures

Les résutats numériques relatifs aux contraintes dans les aciers n'ont pas été comparés aux
résultats expérimentaux car dans les corps d'épreuves les armatures n'étaient pas
instrumentées.

6.1. Schémas de fissuration

Il est évident que l'expérience étant un problème 3D, et les calculs étant réalisés en 2D, les
schémas de fissuration sont différents, et leur comparaison délicate. On peut malgré tout
regarder si les ordres de grandeur des espacements entre les fissures visibles sont comparables
entre les expériences et les calculs. On constate ainsi que:

- 50 -
- pour ce qui concerne les expériences, la fissuration se présente sous la forme d'un
quadrillage sens iblement parallèle aux côtés de la dal le, dont la dimension des mailles est de 7
à 8 cm pour le 860, et de 3 à 4 cm pour le 830,
- pour ce qui concerne les calcu ls, on ne trouve pas de différence significative entre les deux
bétons pour ce qui concerne l'espacement entre fissures, ces espacements all ant de 5 à 8 cm.

Les ordres de grandeurs relatifs aux espacements de fissures sont donc bien retrouvés par
le calcul.

Il faut malgré tout souligner que les calculs prévoient une fissuration non négligeable des
côtés de la pyramide tronquée que constitue le corps d'épreuve, alors qu'expérimentalement
cette fissuration apparaît peu, si ce n'est dans les angles. Il n'est pas évident d'expliquer cette
différence qui est peut être liée à l'effet 20 de la modélisation alors que le problème est 30,
mais également à une représentation des conditions aux limites (interface entre le sol et le
corps d'épreuve) pas totalement satisfaisante.

6.2. Ouverture maximale des fissures et évolution de ces fissures dans le temps

Comme il est précisé dans le paragraphe 4.2.2, la mesure de l'ouverture maximale finale n'est
pas très précise puisque cette précision est évaluée à 25 µm. Ceci posé, les ouvertures
maximales finales mesurées expérimentalement ont été de:

- 50 µm pour le 860,
- 75 µm pour le 830.
En ce qui concerne les calculs, on trouve:
- 60 µm pour le 860,
- 70 µm pour le 830.

On co11State donc que les calculs donnent des résultats très proches et cohérents par rapport
aux résultats expérimentaux pour ce qui concerne l'ouverture maximale des fissures.

Pour ce qui concerne, maintenant, l'évolution de ces fissures dans le temps, on remarque
qu'aussi bien l'expérience que les calculs, indiquent que les fissures de séchage apparaissent
très tôt, et que I' évolution de l'ouverture de ces fissures dans le temps est ensuite très faible
(de l'ordre de ± 10 µm , et inférieure ou égale à 20 µm en valeur absolue) ceci pour les deux
bétons.

L'évolution de ces ouvertures de fissure est similaire entre l'expérience et les calculs. On
peut donc conclure que pour ce qui concerne aussi bien les ouvertures maximales de
fissure que leur évolution dans le temps, les calculs donnent des informations très réalistes
par rapport à l'expérience.
Notons, pour terminer, que les contraintes de traction dans les armatures obtenues par les
calculs sont sûrement surestimées par rapport à la réalité. En e ffet, l'hypothèse d'adhérence
parfaite entre les armatures et le béton, adoptée dans les calculs, n'est pas très juste, et conduit
à des contraintes dans les armatures plus importantes que si l'on admettait un certain
glissement entre les armatures et le béton, ce qui paraît plus réaliste.

- 51 -
6.3. Conclusions

La comparaison réalisée entre les rés ultats expérimentaux et les résultats obtenus par les
calculs conduit à tirer des conclusions à deux niveaux: celui relatif à la présente étude, et celui
plus général concernant la fissuration de séchage du béton

6.3.J. Conclusions relatives à l'étude

II apparaît clairement que la modélisation numenque adoptée a permis de fournir des


informations quantitatives correctes quant aux ordres de grandeur de l'espacement et de
l'ou verture des fi ssures, fissures dues au séchage du corps d'épreuve représentant une partie
d'un aéroréfrigérant à l'échelle réduite.
Ceci répond à l'objectif de valider la modélisation numérique afin de l'util iser pour étudier
numériquement la fi ssuration d 'une partie d'aéroréfigérant à l'échelle 1.

6.3.2. Conclusions d'ordre général

L'étude a montré que la fi ssuration due au séchage es t un phénomène très local indépendant
du comportement g lobal d 'une structure comme celle étudiée. Il semble, ains i, que cette
fissuration apparaît de manière très rapide, c'est-à-dire dans les premiers jours de séchage,
pour évoluer très peu par la su ite. Ceci est lié au fait que le comportement différé du béton
n'intervient pas, ou peu, sur la relaxation des contraintes importantes qui apparaissent à la
surface du béton (gradients de contrainte dus au séchage). En effet, le fait que les calculs et
l'expérience donnent des informations proches pour ce qui concerne les ouvertures de fissure ,
alors que la relaxation des contraintes n'est pas prise en compte dans les calculs, semble
indiquer que cette relaxation ne doit pas jouer un rôle important dans le process us de
fi ssuration d'une structure soumise à des gradients hydriques.

VII. Modélisation de la fissuration d'un élément d'aéroréfrigérant à


l'échelle 1

La géométrie du corps d'épreu ve faisant l'objet de cette étude numérique est identique à celle
de l'étude précédente, réalisée à l'échelle 1/2, mais cette fois -ci à l'échelle 1 (les armatures
comprises).
Les données relatives au calcul hydrique, et aux calculs mécaniques sont identiques à celles
retenues lors des calculs réalisés pour l'échelle 1/2.
Par rapport à l'étude précédente, deu x points nou veaux ont été analysés (ou pris en com pte):

- l'influence du ferraillage sur le processus de fissuration,


- la dispersion des résultats liée à des di stributions différentes des caractéristiques
mécaniques du béton.
Ainsi, pour analyser l'influence du ferraillage su r la fi ssurati on des éléme nts d'aéroréfrigérants
à l'échelle 1, trois groupes de calculs ont été effectués :

1- B 30 (fc =43 MPa) avec un ferraillage de la dalle de diamètre d =8 mm ;


2- B60 (fc = 8 1,3 MPa) avec un ferrai llage de la dalle de diamètre d = 12 mm ;
3- B60 (fc = 81,3 MPa) avec un ferrai llage de la dalle de d iamètre d = 8 mm.

- 52 -
Pour chacun de ces groupes, trois simulations numériques avec l'approche probabi liste de la
fissuration ont été effectuées, soit 9 calculs, chacun de ces calculs ayant une distribution
aléatoire du modu le d'Young et de la résistance en traction différente au sein du (même)
mai ll age. Ceci permet d'analyser et comparer les résultats en termes de leurs moyennes et leur
dispersion. Les caractéristiques de la distribution de ces neuf calculs sont résumées dans les
tableaux 16, 17, et 18.

Tableau 16 : Caractéristiques de la distribution aléatoire dans Le maillage pour Le béton 830


avec ferraillage d = 8 mm dans la dalle.

830: Module d'Young Résistance en traction


fc = 43,1 MPa / d = 8 mm (MPa) (MPa)
Série 1 Moyenne 38562 2.96
Minimale 34996 1.87
Maximale 42688 4.30
Série 2 Movenne 38576 2.96
Minimale 35037 I.85
Maximale 42743 4. 13
Série 3 Movenne 38574 2.97
Minimale 35072 1.87
Maximale 42948 4.22

Tableau 17: Caractéristiques de la distribution aléatoire dans le maillage pour le béton 860
avec ferraillage d = 12 mm dans la dalle.

860: Module d'Young Résistance en traction


fc = 81.3MPa / d = 12 mm (MPa) (MPa)
Série 1 Moyenne 47625 4.88
Minimale 45044 3.86
Maximale 50824 5.78
Série 2 Moyenne 47665 4.88
Minimale 45177 4.00
Maximale 49915 5.90
Série 3 Moyenne 47669 4.88
Minimale 45243 4.02
Maximale 50027 6.00

- 53 -
Tableau 18 : Caractéristiques de la distribution aléatoire dans le maillage pour le béton B60
avec ferraillage d = 8 mm dans la dalle.

830: Module d'Young Résistance en traction


fc = 81.3 MPa / d =8 mm (MPa) (MPa)
Série 1 Moyenne 47659 4.88
Minimale 45172 3.59
Maximale 50809 5.78
Série 2 Moyenne 47651 4.88
Minimale 45176 3.89
Maximale 50066 5.96
Série 3 Moyenne 47666 4 .88
Minimale 44636 4.00
Maximale 50442 5.94

7.1. Résultats relatifs au calcul hydrique

La figure 29 montre la perte en poids globale en fonction du temps (échelle logarithmique)


pour les deux bétons étudiés. On peut noter que les valeurs asymptotiques en perte en poids
coïncident avec celles obtenues à l'échelle réduite. Les courbes sont uniquement décalées dans
le temps du fai t d'une épaisseur double de l'aéroréfrigérant quand on passe de l'échelle 1/2 à
l'échelle 1.
Echelle 1 (Dlttuslon) - e=20 cm

0.10

~
I•

J ~ 1-11>43.1 MPll : 7!113111


ClnllCeq •

/1 - b81.3 MPa :Clt!'Ceq • 92/44

~
1}
Io' Il
[,,.-' 1)•
0,10
,_ ~

a.oo
•• 100
T-[JO<lnl]
1000 10000

Figure 29. Comparaison des pertes en poids entre le 830, et le B60

7.2. Résultats relatifs aux calculs mécaniques

7.2.1. Dispersion

Les figures 30 à 35 montrent la dispersion relative à l'évolution de l'ouverture maximale des


fissures de peau (figures 30 à 32) et celle relative à l'évolution des contraintes max imales dans

- 54 -
les aciers de la dalle (figure 33 à 35) pour chacun des groupes de calcul, ains i que la moyenne
sur 3 si mulations (séries) numériques.

te = 43.1 MPa I d= 8mm

140
1
120
-
_,, ~
~~
~

- ,.;....-
__.....
-+- Sériel
-Série2
--Série3
- Moyenne le= 43.1 MPa Id= Smm

J
20
J
' 10 100 1000 10000
Temps [Jours]

Figure 30. Dispersion relative aux courbes ouverture defissure·temps pour le 830 avec des
barres de 8 mm.

te = s1 ,3 MPa I d= 8 mm

180

160

-+-Sériel
_140
e
... -Sérle2
-
-.
"'
.:,120

~100
- -Série3
-Movenne fc=81.3 MPa Id= Smm


'; 80
- t, ...
:;
; 60
-
>
:::J
0 40 I
20 I
1
10 100 1000 10000
Temps [Jours]

Figure 31. Dispersion relative aux courbes ouverture de fissure-temps pour le 860 avec des
barres de 8 mm.

- 55 -
te = 81.3 MPa I d= 12mm

140
....,
120
~-
-
E 100
"'
~ ~i,.
i.-h .. ~~
- - Série1

.. 80 le:' L,
-e- Série2
- Série3
~ - Moyenne' fe= 81.3 MPa /cl= 12mm
~ri
~
..:; 60
F"

~-.~

>
..
'C

:::1 •o
J

/
0

20
I

0
10 100 1000 10000
Temps [Jours)

Figure 32. Dispersion relative aux courbes ouverture de fissure-temps pour le 860 avec des
barres de 12 mm.

te= 43.1 MPa Id= 8mm

250
....
h~
200
\ - - -
a;
o..
~
Î -
........ ~~ .......
., ~ 150
ü ""'
..
<
ë
~ 100
ë -+- Sériel
0
u - Série:!
- sério3
50
- Moyenne lc--4.3. 1 MP:l / d.o Bmm

0
10 100 1000 10000
Temps (Jours)

Figure 33. Dispersion relative aux courbes contrainte dans les barres-temps pour le 8 30 avec
des barres de 8 111111.

- 56 -
te= 81.3 MPa / d = 8mm

300

i.~
250 !.o-
u ..
!
ëï

....
1i
200

.
,, "'"'[...<

~
... '...
[J
I -- - Sériel

..
<
ë
150
L--
~

...... --Sé<ie:!
--Sério3
- M,,._,no 1""81.3 MPa / d- 8 nvn
~
g 100 j

/
(.)

50
I
0
10 100 1000 10000
Temps [Jours)

Figure 34. Dispersion relative aux courbes contrainte dans les barres-temps pour le 860 avec
des barres de 8 mm.

te= 81 .3 MPa Id= 12mm

160

; ~-
IM
140

L-4
], /" -\ . ~
120 ...
ëï
-- ~

---
a. ,~
..
~100
1i
- ~ ~""'
Il ...... 5'1te1

..
< 80
1
--~
ë
ë
ë
60
I ne ""'81.3 MPa Id- 12mm

0
(.)
40

20

0
10 100 1000 10000
Temps [Jours]

Figure 35. Dispersion relative al/X courbes contrainte dans les barres-temps pour le 860 avec
des barres de 12 mm.

- 57 -
On constate que la dispersion initiale, c'est-à-dire celle associée aux très forts mais peu
profonds gradients hydriques, est plus importante pour le 830 que pour le 860
indépendamment du ferraillage de la dalle. Ceci reflète la qualité supérieure de la matrice d'un
béton à hautes performances par rapport à un béton normal. De plus, il est à noter que la
dispersion augmente lorsque le front de séchage progresse.

7.2.2. Evolutio11 de lafissuratio11

La figure 36 montre les évolutions (moyennes) en fonc tion du temps de séchage de l'ouverture
maximale des fissures de peau de la dalle pour les troi s groupes de calcu ls. On peut distinguer
trois phases d'évolution de la fissuration.

• une fi ssuration initiale associée aux forts gradients hydriques peu profonds. Dans
cette phase (t < 30 jours), il y a une relaxation par .fissuration des contraintes induites par les
gradients hydriques. L'ouverture maximale des fissures durant cette phase se présente ainsi:

/- w "' 85 µm pour le béton 830 (fc = 43, 1 MPa Id = 8 mm) ;


2- =
w "'60 µm pour le béton 860 (fc 81,3 MPa Id = 12 mm) ;
3- w "'70 µm pour le béton 860 (fc = 81,3 M Pa Id = 8 mm)

Dans cette phase initiale, on peut quantifier d'une part l'influence de la résistance en traction,
et d'autre part celui du ferraillage, sur la fissuration. En effet, les gradients hydriques étant du
même o rdre de grandeur (forts mais peu profonds), on peut conclure que l'ouverture maximale
de fi ssure durant cette phase diminue avec la résistance de la matrice, et le taux de ferraillage.

• une fissuration , qu'on peut qualifier de "transitoire" (30 jours < t < 600 jours), dont
l'amplitude dépend principalement de la sect ion des armatures dans la dalle, avec une
ouverture de :

/- w "' 80-100 µm pour le béton 830 (fc = 43, I MPa Id = 8 mm) :


2- =
w "' 60-IOOµm pour le béton 860 (fc 81,3 MPa Id = 12 mm) ;
3- w "' 80- 100 µm pour le béton 860 (fc = 81,3 MPa / d = 8 mm)

Dans cette phase "transitoire", l'ouverture maximale de fissure diminue légèrement avec le
taux de ferraillage.

• enfin. une fissuration dont l'évolution ne semble guère influencée ni par la qualité de
la matrice (pas de différence entre le 830 et le 860 avec d = 8 mm), ni par le taux de
ferraillage (pas de différe nce e ntre les 860 avec d = 8 mm et d = 12 mm), avec une ouverture
de l'ordre de grandeur de t.w "' 100-120 µm. Il est utile de noter que cette ouverture de fissure
n'est pas asymptotique. bien que le d ernier résultat de calcul corresponde à une durée de
séchage d'en viron 25 ans.

On retrouve ces trois phases en traçant l'ouverture maximale des fissures en fonction de la
perte en poids globale t.P/P (figure 37) avec :

+ la phase initial e, correspondant à t.P/P < 0,25 % ;


+ la phase transitoire, correspondant à 0,25 % < 6P/P < 0,35 % :
+ la phase finale, correspondant à t.P/ P > 0,35 %.

- 58 -
Echelle 1 - e---20 cm

1"40
1 .. ~
120
....
---~
....

!
!
::i

~
::i
'C
•~ o40
80

80

1
-- ~
. ) .... /
/
....... fc=43. 1 MPa J d= 8 mm
(moyenne)
-re=a1.3 MPa / d=12 mm
(moyenne)
0 - fC=81.3 MPa J d= 8 mm

20 I
J (rnoyennel

0
1 10 100 1000 10000
Temps [Jours)

Figure 36. Evolutions (moyennes) de l'ouverture maximale des fissures en fonction du temps
de séchage

Echelle 1 - e=20 cm

1"40

120
( """
I
.
~ ,_
V/ _/

~U/
. ~
.
!:
:::>

~
80
~ -~

__,/
-+- fc=.43. 1 MPa I d= 8 mm
(moyenne)
!
::i
80 ,,. --re=a1.3 MPa/d=t2 mm
'C (moyenne)
•~ o40 -fc=81 .3 MPa 1d= 8 mm
0 (

20

0
o.oo 0,10 0,20 0,30 0,"40 0,50 0,60 0,70
Perta en Poids {%1

Figure 37. Evolutions (moyennes) de l'ouverture maximale des fissures en fonction de la perte
en poids globale

- 59 -
7.2.3. Mise en traction des aciers due à la fissuration

Avec l'ouverture des fissures, les aciers sont mis en traction comme l'i llustre les figures 38 et
39. Ces figures montrent les évolutions (moyennes) de la contrainte dans les aciers situés au
niveau de la fissure la plus ouverte, en fonction du temps de séchage (figure 38) et en fonction
de la perte en poids globale (figure 39). On retrouve les trois phases de fissuration :

+ la phase initiale, avec :

/- cra = 180 MPa pour le béton B30 (fc = 43. l MPa / d = 8 mm) ;
2- cra = 100 MPa pour le béton B60 (fc = 8 1.3 MPa / d = 12 mm) ;
3- cra = 150 MPa pour le béton B60 (fc =8 1.3 MPa / d =8 mm) ;

+ la phase transitoire, avec :

/ - cra =150-170 MPa pour le béton B30 (fc =43. I MPa / d =8 mm) ;
2- cra = 100-120 MPa pour le béton B60 (fc = 81.3 MPa I d= 12 mm) ;
3- cra = 150-170 MPa pour le béton B60 (fc =81.3 MPa / d =8 mm);

• la phase finale, avec :

1- cra = 150-200 MPa pour le béton B30 (fc =43.1 MPa / d =8 mm) ;
2- cra = 120-140 MPa pour le béton B60 (fc = 81.3 MPa / d = 12 mm) ;
3- cra = 170-240 MPa pour le béton B60 (fc =8 1.3 MPa / d =8 mm) ;

Echelle 1 - e=20 cm

250
.~

ll.,i
1 r-
.
a.
~150
'~ .....
I -
~
~
....
ü• Il""·~
.-· -.... J
<
--~.1 MPa / d=Bmm
~ J (moyenne)
] 100
-1e=a1 .3 MPa / <1=12 mm
0
c
0 1; (moyenne)
--1c=a1.3 MPa / d=8 mm
50 (moyenne)

' 10 100
Temps [Jours]
1000 10000

Figure 38. Evolutions (moyennes) des contraintes dans l'acier enfo11ctio11 du temps de
séchage

- 60 -
Echelle 1 - e=20 cm

250
...
~
.
a.
200

~ ,....
/_ -
i..--- -
.
:::ii
-=- 150
ü
c(

ë•
.. 100
,:,
~

--..
,.......
-
- ---r - --11>43.1 MPa Id= 8 mm
(moyeme)
c --fc=81.3 MPa/ d=12 mm
0
0 (moyeme)
-..-fc=81.3 MPa Id= 8 mm
50 81V18)

0

o.oo 0,10 0.20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70
Perm . . Poids (%]

Figure 39. Evolutions (moyennes) des contraintes dans l'acier en fonction de la perte en poids
globale

Pour quantifier la mise en traction des armatures due à la fissuration, la figure 40 montre
l'évolution des contraintes (élastiques) dans les aciers en fonction de l'ouverture de fissure.

Echelle 1 - e= 20 cm

- fe=43.1 MPa Id= 8 mm


(moyeme)
--fc=81 .3 MPa/d=12 mm
(moyenne)
-..-fc=81 .3 MPa / d= 8 mm

0 20 40 60 BO 100 120
Ouverture fissure (1Q-6 m]

Figure 40. Evolutions (moyennes) des contraintes dans l'acier en fonction de l'ouverture de
fissure

- 61 -
On constate une rapide mise en traction des aciers due à la fissuration, suivie d'une évolution
qui dépend du béton et du taux d'armature :

1- B30 avec un diamètre d'armature égal à 8mm : après mise en traction due à la
fi ssuration initiale (cra "' 180 MPa}, on constate une relaxation des contraintes dans
les aciers (cra "' 150 MPa) due à une refermeture partielle des premières fissures
ouvertes, accompagnée par la création des multiples fissures en peau avec un
espacement plus ou moins régulier. Les aciers ne sont remis en traction que dans le
phase finale de la fissuration, avec la propagation plus profonde de certaines fissures

2- 860 avec un diamètre d'armature égal à 12 mm : après la mise en traction due à la


fisuration initiale (cra"' 100 MPa), les contraintes n'évoluent que peu autour de cette
valeur initiale. Ainsi, le ferraillage n'influence que peu l'évolution des fissures et vice
versa. La mise e n traction des aciers n'est que faiblement réacti vée lorsque certaines
fi ssures se propagent plus profondément ;

3- 860 avec un diamètre d'armature égal à 8 mm : les contraintes dans les aciers ne
cessent pas d'augmenter avec l'ouverture des fiss ures. On constate donc une bonne
participation des aciers vis-à-vis du fonctionnement du composite béton armé face à
l'évolution de la fissuration de séchage.

Enfin , il est utile de rappeler que la modéli sation des .aciers sous forme d'é léments poutre
néglige la dégradation de l'adhérence entre l'acier et le béton , et donc une sorte de relaxation
des contraintes le long des aciers, diminuant les concentrations de contraintes dans les aciers
au niveau des fissures (mais augmentant l' ouverture des fissures).

7.2.4. Schémas de fissuration

Les schémas de fissuration à différentes échéances de temps, correspondant aux différentes


=
phases de fiss uration (soit à t = 5 jours, t = 320 jours et t 8430 jours) pour les trois groupes
de calculs, peuvent se résumer ainsi:

Profondeur des fissures

- 8 30 (d = 8 mm) : de JO à 14cm,
-860 (d= 12mm) : de 8 à 12 cm,
- 860 (d = 8 mm) : de 8 à 12 cm.

Espacement des fissures

- d'un espacement inti al de 20 à 25 cm,


- d'un espacement final de 7,5 à 15 cm,

avec peu de différence entre les deux bétons et les deux taux de fe rraillage.

- 62 -
VIII. Comparaison entre les résultats obtenus avec l'étude numérique et
ceux que prévoient la méthode de dimensionnement proposée

Dans le paragraphe 2.4, la méthode de dimensionnement proposée permet d'évaluer les


ouvertures de fissure de peau. Il est donc intéressant de comparer les valeurs de ces ouvertures
de fissure avec celles obtenue avec l'étude numérique présentée précédemment (paragraphe
V II).
On constate que la méthode de dimensionnement prévoit une ouverture de fissure de peau qui
diminue quand on passe d'un 830 à un 860, et qui, pour un même pourcentage d'acier,
augmente avec le diamètre des barres, alors que l'analyse numérique indique une ouverture de
fissure peu influencée par la résistance du béton, et par le pourcentage d'acier. Ainsi, par
exemple, la méthode de dimensionnement prévoit une ouverture de fissure de 260 µm pour le
830, et 130 µ m pour le 8 60, alors que l'analyse numérique conduit à une ouverture de fissure
comprise entre 1OO et 120 µm pour les deux bétons.
En fait, dans la méthode de dimensionnement, le calcul des ouvertures de fissure s'est faite à
partir de la connaissance des contraintes de traction engendrées, entre autres, par les gradients
hydriques dus au séchage. Ces contraintes de traction dues au séchage sont fonct io n de l'eau
évaporable au sein du béton. Or, dans les estimations d'ouverture de fissure proposées dans le
tableau 2 (paragraphe 2.4), on considère une quantité d'eau évaporable concernant le 860,
nettement inférieure à celle relative au 830. Ceci n'est pas le cas pour ce qui concerne les
simulations numériques, car le 860 proposé par EDF présente une quantité d'eau évaporable
plus importante que pour le 8 30 !
En conséquence, il paraît très probable que, s i les simulations numériques avaient été réalisées
en considérant un 860 proche de celui pri s en compte dans les estimations réalisées à partir de
la méthode de dimensionnement, on aurait obtenu des ouvertures de fissure plus faibles pour
le 860 que pour le 8 30, et inférieures à 1OO µm.
En tenant compte de ces considérations, et en se rappelant que dans la méthode de
dimensionnement, toutes les barres sont placées du coté des tractions, on peut conclure que la
méthode de dimensionnement fournit des ordres de grandeur assez réalistes concernant les
ouvertures de fissure de peau, et qu'elle se place donc du coté de la sécurité.
Cette méthode de dimensionnement conduit à l'utilisation d'un ferraillage minimum inférieur
à celui qui découle de l'application de la règle de non fragilité proposée par Le BAEL,
notamment pour ce qui concerne les BHP.

IX. Conclusions générales concernant l'étude

L'étude réalisée comporte p lus ieurs volets qui s'articulent d e la manière suivant:

- Mise au point d'une méthode de dimensionnement portant sur la détermination du


ferraillage miminum dans les aéroréfrigérants.
- Mise au point d'une modélisation numérique (méthode des éléments finis) qui prenne en
compte, de manière explicite, la fissuration d'une structure en béton armé soumi se à des
gradients d'humidité.
- Réalisation d 'u ne étude expérimentale permettant de valider la modélisation numérique.
- Comparaison entre les prévis ions issues de la méthode de dimensionnement, et les
résultats fourn is par l'analyse numérique.

- 63 -
Concernant les "outils" élaborés ou mis en oeuvre lors de l'étude, on peut conclure de la
manière s ui vante:

Les modèles développés par le LCPC, et implantés dans le code aux éléments fi nis
CESAR-LCPC-LCPC sont bien validés par l'expérience.
La méthode de dimensionnement proposée, conduit à la déterminatio n d'un taux de
ferraillage raisonnable au regard des problèmes de durabilité. En effet, les ouvertures
de fissure de peau que l'ont peu déduire de cette méthode, sont d'une part, du même
ordre de g randeur (bien que se plaçant du coté de la sécurité) que celles résultant de
l'analyse numérique, et sont d'autre part inférieures aux ouvertures cons idérées
habituellement comme préjudiciables d ans un environnement peu agressif.
Le taux de ferraillage déterminé à partir de la méthode de dimensionnement proposée
est inférieur à celui déterminé en utilisant la règle de non fragilité du BAEL. Pour les
BHP, celle diminution n'entraine pas de problèmes de durabilité.

A ces conclus ions relatives aux "outils" d'analyse et de dimensionnement, on peut joindre
d'autres conclusions portant sur le choix du béton et du renfort en relation avec les problèmes
de fissuration indu ite par les gradient d'humidité. Ces conclusions peuvent se décl iner de la
manière s uivante:

1. Ce q ui gère le processus de fissuration de peau d'un matériau qui sèche est un peu la
résistance à la traction du matéri au, et beaucoup la quantité d'eau évaporable qu'il renferme.
Ainsi, dans le cas du 860 étudié, la quantité d'eau évaporable est plus importante que celle
relati ve au 830, alors que sa résistance en traction est supérieure, ce qui conduit à un
processus de fi ssuration du 860 proche du 8 30. Cet exemple illustre parfaitement le fait qu'un
béton haute résistance n'est pas toujours un béton à hautes performances. Vis-à-v is de la
fiss urati on de peau générée par le séchage, l'idéal au rait donc été d'utiliser un béton haute
résistance contenant très peu d'eau évaporable.

2 . La quantité d'acier ne semble pas jouer un rôle important dans l'ouverture des fissures
de peau . Ce constat repose s ur une analyse fine du processus de fi ssurati on. Ainsi, les calculs
réalisés montrent que l'on peut schématiquement d istinguer 3 stades dans l'évo lution de la
fissuratio n:

- Stade I (de I à 2 j ours) - Sous l'effet des gradients de contrainte très forts dus aux
gradients de teneur en eau, et du fai t du caractère hété rogène du béton, quelques fi ssures
apparaissent et se propagent très rapidement au delà des armatures.
Durant ce stade, la profondeur des fi ssures ains i que 'leur ouverture w sont principalement
gouvernées par le taux d'armature, lorsque les armatures "travaillent" ayant réalisé leur
ancrage, et la résistance du béton. Ains i, l'ouverture d iminue avec l'aug mentati on de la
résis tance du matéri au et de la section d 'armature.
- Stade 2 (de 2 à 200 jours) - Les premières fissures c rées lors du stade J sont
"bloquées" par les armatures et progressent peu. En e ffet. lorsque la pointe des fiss ures n'a pas
dépassé de trop la pos iti on des armatures. les contraintes de traction dans les armatures
peuvent être telles qu'elles dimi nuent très fo rtement les concentrat ions de contrainte en pointe
des fi ssures. Cet "arrêt" des premières fissures va se traduire par la créati on d'autres fi ssures.
- Stade 3 (de 200 à 8430 jours) - Le séchage se pous ui vant, les contraintes de traction
engendrées dans les armatu res ne sont plus s uffi santes pou r annihiler les concent rations de
contrainte en pointe de fi ssure. Dans ce cas, les fissu res se propagent. et leur o uverture

- 64 -
augmente. Durant ce stade 3 de fissuration, les gradients de contrainte, dus aux gradients de
teneur en eau sont tels que la résistance du matériau, et le taux d'armature (armatures trop loin
de la pointe des fissures) intluent très peu sur l'ouverture des fissures.

3. Même si ce qui suit ne constitue pas une des problématiques qui devaient être
considérées dans la présente étude, il nous paraît intéressant et utile, dans le cadre d' une
démarche prospective, d' indiquer que les armatures de béton armé sont insuffisamment
adaptées vis-à-vis de la maîtrise de la fissuration de peau générée par le séchage du béton. Il y
a, en effet, inadéquation entre l'échelle des mécanisme de fissuration, et celle d'intervention
mécanique des armatures. Au regard, des moments de flexion induits dans les parois des
aéroréfrigérants par les différentes sollicitations mécaniques, et du processus de fissuration lié
au séchage du béton, il apparaît qu'une solution béton de fibres métalliques pourrait être plus
peninente. Cette solution conduirait à des structures plus durables (fissures beaucoup moins
ouvertes). Elle serait d'autant plus élégante que l'association béton à hautes performances et
fibres métalliques est une association presque parfaitè (Rossi et al. ( 1995), Rossi ( 1998)).

Remerciements

Les auteurs tiennent à remercier toutes les personnes appartenant aux divisions Bétons et
Composites Cimentaires, et Fonctionnement et Durabilité des Ouvrages d'Art du LCPC ayant
panicipé à l'imponant travail d'équipe qu'a représenté cette étude. Ils tiennent également à
remercier Lucette Vercasson, secrétaire à la division des Bétons et Composites Cimentaires,
pour son apport efficace dans la mise en forme de ce document.

Références

BAEL 91 (1991) Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions


en béton armé suivant la méthode des états limites. Fasc. 62 (titre premier, section 1 du
CCTG).

COUSSY, O. (1995) Mechanics ofporous media. J. Wiley & Sons, Chichester, UK.

GODARD B. (1993) Communication privée, LCPC, Août.

GRANGER, L. (1995) Comportement différé du béton dans les enceintes de centrales


nucléaires : analyse et modélisation. Rapport LPC OA21, LCPC, Paris.

HAMON INDUSTRIE THERMIQUE (1991) Centrale de Civaux. Note de calcul


fondations-coque.

JACCOUD J.P., CHARIF H., FARRA B. (1993) Cracking behaviour ofHSC structures and
practical consequences for design. Publication n°139, IBAP, Lausanne, Juin, 1993 .

LASSABATERE, T. (1994) Couplages hydrodynamiques en milieu poreux non saturés avec


changement de phase : application au retrait de dessiccation. Thèse de l'ENPC, Paris.

- 65 -
PIHLAJAVAARA S.E. (1974) A review of some of the mai n results of a research on the
ageing phenomena of concrete - Effect of moisture conditions on strength, shrinkage and
creep of mature concrete. Cernent and Concrete Research, Vol. 4, pp. 761 -77 1.

ROSSI P., RI CHER S. ( 1987) Numerical modelling of concrete cracking based on a


stochastic approach. Materials and Structures, vol. 20, pp. 334-337.

ROSSI P., WU X., LE MAOU F., BELLOC A. ( 1992) Effet d'échelle sur le comportement
du béton en traction. Bulletin de Liaison des Laboratoires des Ponts et Chaussées, N° 182,
pp. 11-20.

ROSSI P., WU X. (1992 ) Probabilistic mode! for material behavior analysis and
appraisement of concrete structures. Magazine of Concrete Research, Vol. 44, N°16 1, pp.
271-280.

ROSSI, P., ULM, F., (1 997) Size effects in biaxial tensile-compressive behaviour of
concrete: physical mechanisms and modelling. Materials a nd Structures, vol. 30, pp. 210-
2 16.

ROSSI, P., ULM, F., BACHI, F. ( 1996) Compressive behaviour of concrete: physical
mechanisms and modell ing. ASCE Engineering Mechanics, vol. 122, n° 11 , pp. 1038-1043.

ROSSI, P., CASANOVA, P., RENWEZ, S. (1995) Les bétons fibrés à hautes performances.
Des matériaux d'avenir ? Bulletin de Liaison des LPC, pp. 19-23.

ROSSI, P. ( 1998) Les bétons de fibres métalliques. Presses de l'Ecole Nationale de Ponts et
Chaussées.

- 66 -
Résumé en français

Aujourd'hui le ferraillage des coques des aéroréfrigérants de centrale nucléaire correspond


pour la partie courante au ferraillage miminum de non fragili té en traction (calc ulé suivant le
BAEL 91). Ainsi , si l'on voulait utiliser un béton à hautes performances, on serait amené à
augmenter le taux d'armature proportionne llement à l'augmentation de rési stance en traction
obtenue en utilisant ce type de béton. Le surcoût occasionné serait alors trop pénalisant. Les
qualités de durabilité des bétons à hautes performances étant connues, et reconnues, et
pouvant être intéressantes dans le cadre des aéroréfrigérants, la divi sion génie civil de EDF-
SEPTEN a donc proposé au LCPC de se lancer d ans une étude approfondie de l' influence des
BHP sur la fissuration de ces aéroréfrigéranls, el de ses conséquences vis-à- vis des problèmes
de durabilité. Cette étude s'est articulée autour de la démarche sui vante:

1. Proposition d' une méthode de dimensionnement simpli fiée pe rme ttant de déterminer le
ferraillage minimum des aéroréfrigéranls.
2 . Analyse numérique (calcul aux éléments finis) pour vérifier si le ferraillage minimum
déterminé à partir de la méthode simplifiée conduit à une structure durable. En particulier, il
faut vérifier que ce ferraillage minimum est capable de maîtriser la fissuration due aux
gradients thermiques et hydriques existant au sein des parois de l'aéroréfrigérant.

Pour ce faire, cette vérification se déroule en deux étapes :

validation du modèle de fissuration d 'origine thermo-hydro-mécanique proposé par le


LCPC , cette validation se faisant en comparant les résultats expéri mentaux obtenus sur
une maquette échelle réduite avec les calculs numériques ;
modélisation numérique d' un élément d'aéroréfrigérant à l'échelle 1.

Les concl usions principales qui ressortent de l'étude sont:

Les modèles développés par le LCPC, et implantés dans le code aux éléments finis
CESAR-LCPC sont bien validés par l'expérience.
La méthode de dimensionnement proposée, conduit à la détermination d'un taux de
ferraillage raisonnable au regard des problèmes de durabilité. En effet, les ouvertures
de fissure de peau que l'ont peu déduire de cette méthode, sont d'une part, du même
ordre de grandeur (bien que se plaçant du coté de la sécurité) que celles résultant de
l'analyse numérique, et sont d'autre part inférieures aux ouvertures considérées
habituellement comme préjudiciables dans un environnement peu agressif.
Le taux de ferraillage détemziné à partir de la méthode de dimensionnement proposée
est inférieur à celui détem1iné en utilisant la règle de non fragilité du BAEL. Pour les
BHP, cette diminution n 'entraîne pas de problèmes de durabilité.

- 67 -
Résumé en anglais

Today the rein forcement of the hulls of the cooling towers of nuclear power plant corresponds
for the current part to the miminum reinforcement of nonbrittleness in tension (calculated
according to the BAEL 91 ). Thus, if one wanted to use a concrete with high performances,
one would be brought proportionally to increase the rate of reinforcement to the increase in
tens ile strength obtained by us ing this type of concrete. The caused overcost would be then
too penalizing. Qualities of durability of the concretes with high performances being known,
and being recognized, and being able to be interesting within the framework of the cooling
towers, division civil engineering of EDF-SEPTEN thus proposed with the LCPC to launch
out in an in-depth study on the influence of the BHP on the cracking of these cooling towers,
and its consequences with respect to the problems of durability. This study was articulated
around the foll owing step:

1. Proposai for a simplified design method allowing to determine the minimum reinforcement
of the cooling towers.
2. Numerical analysis (calculation with the finite elements) to check if given minimum
reinforcement starting from the simplified method leads to a durable structure. In particular, it
should be checked that this minimum reinforcement is able to contrai cracking due to the heat
and hydral gradie nts existing within the walls of the cooling tower.

With this intention, this checking proceeds in two stages:

validation of the mode) taking into account the cracking due to thermo-hydro-
mechanics couplings proposed by the LCPC, this validation being donc by comparing
the experimental results obtained on a mode) scale reduced with the numerical
calculations;
- numerical modeling of a scale 1 element of cooling tower.

The principal conclusions which arise from the study are:

the models developed by the LCPC, and established in the finite elements code
CESAR-LCPC-LCPC are well validated by the experiment ;
dimensioning method proposed, conduit with the determination of a reasonable rate of
reinforcement in comparison with the problems of durability. lndeed, the crack
openings at the surface deduced from this method, are on the one hand, of the same
order of magnitude that the those resulting one from the numerical analysis, and are
on the other hand lower than the openings usually considered as prejudicial in a not
very aggressive environment ;
the rate of reinforcement determined starting from the simplified design method
suggested is Lower than that given by using the rule of nonbrittleness of the BAEL.
For the BHP, this reduction does not lead to problems of durability.

Document publié par le LCPC sous le N° 590 22 015


Dépôt légal 4° trimestre 2001
ISBN 2-7208-2015-X
Impression BIALEC
P. Rossi, F.-J. Ulm, D. Chauvel, 1. Schaller,
F. de Larrard, F. Guerrier

Ferraillage minimum et durabilité


dans les aéroréfrigérants
de centrale nucléaire
Aujourd'hui le ferraillage des coques des aéroréfrigérants de centrale nucléaire
correspond pour la partie courante au ferraillage minimal de non fragilité en traction
(calculé suivant le BAEL 91 ). Ainsi, si l'on voulait utiliser un béton à hautes
performances, on serait amené à augmenter le taux d'armature proportionnellement à
l'augmentation de résistance en traction obtenue en utilisant ce type de béton. Le surcoût
occasionné serait alors trop pénalisant. Les qualités de durabilité des bétons à hautes
performances étant connues, et reconnues, et pouvant être intéressantes dans le cadre
des aéroréfrigérants, la division génie civil de EDF-SEPTEN a donc proposé au LCPC
de se lancer dans une étude approfondie de l'influence des BHP sur la fissuration de ces
aéroréfrigérants, et de ses conséquences vis-à-vis des problèmes de durabilité. Cette
étude s'est articulée autour de la démarche suivante :
1. Proposition d'une méthode de dimensionnement simplifiée permettant de déterminer
le ferraillage minimal des aéroréfrigérants.
2 . Analyse numérique (calcul aux éléments finis) pour vérifier si le ferraillage minimal
déterminé à partir de la méthode simplifiée conduit à une structure durable. En
particulier, il faut vérifier que ce ferraillage minimal est capable de maitriser la
fissuration due aux gradients thermiques et hydriques existant au sein des parois de
l'aéroréfrigérant.

120 F - 18,29 euros HT

Vous aimerez peut-être aussi